« Entretien avec Didier Maïsto | Accueil | Le président victime et coupable ? »

18 janvier 2020

Commentaires

boureau

@ Claude Luçon 19 décembre 2019 23:47

Pourquoi venir sur ce blog, me demandez-vous !
Evidemment pour Philippe Bilger ! "Sublime, forcément sublime" comme aurait dit Duras.

Mais aussi pour apporter une expérience différente de celles de fonctionnaires agrégés ou pas, mais un peu givrés (dans le sens de la glaciation), qui dominent dans ce blog. Et qui ne comprendront jamais, dans leur majorité, le monde de l'entreprise et l'économie d'une façon générale.

Et puis, de temps en temps, des moments heureux de lecture qui apportent des bouffées de nostalgie comme l'évocation de Maria Casarès par Archibald (20 janvier 2019 11:05).

Maria Casarès que j'ai eu le plaisir de voir dans sa gloire et son talent et auprès de qui le prétendu talent (sic) de nos actrices actuelles fait sourire.

Et puis taquiner quelques-uns fait toujours plaisir aux vieux ronchons que nous sommes devenus !

Cordialement.

Achille

@ Giuseppe
« La TA Achille... Les journalistes ont besoin d'elle elle fait croire que... C'est vendeur aujourd'hui."

Il est clair que Ségolène Royal est ce que les médias populistes et même ceux qui sont censés faire preuve de professionnalisme appellent « une bonne cliente ».
Avec elle audience assurée et les directeurs de chaînes sont très attentifs à ce critère. Si jamais l’Audimat d’une émission vient à baisser, il n’est pas rare de voir son animateur remplacé séance tenante, voire l’émission tout simplement remplacée par une autre plus proche de ce que veulent entendre leurs auditeurs / téléspectateurs friands de coups de gueule.

J-L Mélenchon, Marine Le Pen, candidats potentiels à la prochaine élection présidentielle sont également de bons clients, raison pour laquelle ils sont très sollicités, même s’ils racontent finalement toujours la même chose avec des chiffres invérifiables.
Mentons, mentons, il y aura toujours quelques oreilles attentives à nos allégations.

Ceci étant, je peux comprendre que les sympathisants du RN préfèrent avoir Ségolène Royal plutôt qu'Emmanuel Macron au second tour face à Marine Le Pen, car dans ce cas celle-ci a toutes les chances de remporter le jackpot. Tandis que face au président sortant elle se prendrait, une nouvelle fois, un beau râteau. :)

Robert

@ Denis Monod-Broca | 19 janvier 2020 à 21:02
@ Michelle D-LEROY | 20 janvier 2020 à 09:57

Je vous rejoins dans vos appréciations. L'on peut observer que les approches politiques et de mode de gouvernement sont très proches entre monsieur Macron et son Premier ministre, raison pour laquelle j'ai cité dans mon commentaire du 18 janvier 2020 à 18:49 certaines appréciations tirées d'un excellent article de Marianne.

La parole de monsieur Philippe rapportée par un ancien ministre (« Je sais que cela ne va pas faire plaisir, mais le déclin de ces territoires est inexorable ») rejoint les expressions à l’emporte-pièce qui collent aux basques déjà bien fournies de monsieur Macron qui manifeste crûment un mépris souverain du petit peuple célébré par Michel Onfray… La réaction des Gilets jaunes en a été une conséquence à mon sens évidente.

De fait, l'on constate leur manque absolu d'empathie pour le peuple français, considéré comme une simple collection d'individus dont une faible partie mérite leur véritable attention, les "premiers de cordée", donc les seuls gagnants de la mondialisation. De la même manière que monsieur Macron reçoit aujourd’hui des dirigeants de la finance et de l'industrie mondialisée avec un titre particulièrement évocateur puisqu'en anglais international : "Choose France" dont on pourra voir le détail ici https://www.usinenouvelle.com/editorial/que-faut-il-attendre-du-sommet-choose-france-a-versailles.N920764

Par ailleurs, la manière dont ils ont instrumentalisé la police nationale pour réprimer le mouvement des Gilets jaunes leur revient maintenant en boomerang avec l'instrumentalisation médiatique des "violences policières" et leur prise de distance sur ce type d'incidents qui continue cependant de faire la une des médias.

Cette attitude leur attire en réaction un manque de confiance et un rejet majoritaire des Français qui n'ont pas la chance d'en être. Ils donnent le sentiment d’être des apatrides au pouvoir dans un pays qu’ils n’aiment pas et qu'ils appliquent au pays un mode de gouvernance propre à l'entreprise et non au gouvernement d'une nation, seuls les aspects comptables et budgétaires principalement de court terme faisant leur politique. Il suffit de voir où en est rendu l'hôpital en France... Et pourtant ils continuent d'accroître les déficits de la France !

J’ai relevé ce matin une analyse de Thierry Boutet dans Causeur qu’on pourra lire ici
https://www.causeur.fr/macron-reforme-retraites-rotonde-171526

Il écrit notamment « Car le gouvernement ne se confond pas avec la pure et simple domination, ni même avec l’exercice de l’autorité. Son objectif n’est pas non-plus de se perpétuer à lui-même. Gouverner consiste à proposer une fin et à imprimer à un peuple qu’il faut unifier une force dynamique ; et ce peuple n’est pas seulement une multitude. Il est un sujet de droit habité du désir de vivre ensemble et de vivre bien. Quelles que soient les modalités de son expression et sa forme institutionnelle, la politique est une rencontre entre la conscience libre du gouvernement et celle des gouvernés. »

Nos principaux gouvernants sauront-ils intégrer l'idée que gouverner un pays ne relève pas de la gouvernance d'entreprise ? j'en doute.

Aliocha

Dieu soit loué, Proust est à tout le monde, il suffirait de le lire pour comprendre que le quart du grand chef à plume ésotérique Nebout, qui cherche les fantômes de Marion la maréchale en 4x4 sur les ronds-points, ce quart suffira à faire réélire Macron, n'en déplaise aux profs de français qui sont meilleurs dans leur branche qu'en politique, j'en ai bien peur.

Tous les métastasés d'Ancien Régime pourraient alors concevoir que notre oisillon duveteux a raison quand enfin il conçoit que les blancs français sont responsables de ce qui leur arrive, et non je ne sais quel peuple violet ou communiste, qu'il s'agirait de s’apercevoir que le roi ce n'est ni lui, ni soi-même, mais le démos qui, s'il voulait assoir son kratos, serait bien obligé d'accéder, oui, oui, même en France, à l'établissement d'un consensus autre que celui de vouloir décapiter son artefact gaullien du roi, se laissant aller à d'aussi honteuses que révélatrices considérations sur la Première dame qui ne témoignent que de leur atavisme obsolète et violent, peuple jaloux de ce qui est trop brillant, la République des médiocres selon Chaban, du temps où l'on préféra acheter les circonscriptions plutôt que d'être à la hauteur du général et de sa vision.

C'est précisément cette vision qui permit l'élection du jeune homme, et ce n'est pas parce qu'elle bouscule l'habitude des prébendes de la cooptation généralisée, entraînant la résistance de tout l’État profond dont les Gilets jaunes ne sont qu'un représentant comme les autres qui réclame privilège de ce qui depuis longtemps est aboli, que cette vision ne triomphe pas dans toute son éclatante vérité.

De la capacité de ce peuple à ouvrir les yeux sur lui-même dépendra son aptitude à assumer son destin de tueur de roi, ouvrant le chemin à l’État moderne garant de la loi la possibilité pour le monde, oui, mes chers, le monde qui a été transformé par la Révolution française, la possibilité d'asseoir réellement la démocratie, et que s'il n’accomplit pas cela, il répétera la litanie des vengeances en menant à la guillotine, non pas Macron, non pas sa si charmante et délicate épouse, mais lui-même.
Alors, les Français, on assume ou on se suicide ?

jack

Il avait été recommandé d'éviter les commentaires trop longs sur le blog.
MANIFESTEMENT CERTAINS N'ONT PAS COMPRIS LE MESSAGE...

Pourtant, il y a une évidence à rappeler.
Le commentateur qui tartine à profusion ne fait plaisir qu'à lui-même puisqu'il n'est pas lu par les autres. Au surplus, il étouffe les rédacteurs plus concis par son étalage excessif.
Il n'est pas utile de citer des noms, il suffit de compter les lignes, sans les lire, bien entendu.

Zonzon

Le second tour Marine-Manu : la meilleure carte pour la réélection.
Tous vont s'y mettre. Personne ne sera oublié. Les récompenses pleuvront !

Archibald

CASARÈS ET LES AUTRES

Elle vint d'Espagne avec sa voix âpre et sèche comme le vent qui balaie le plateau castillan, aux modulations métalliques. Une voix faite pour hurler dans les vastes espaces théâtraux, que l'on entendit en Avignon au cours de cet été 56 où elle échangeait avec son royal époux (Alain Cuny) sur l'opportunité de se débarrasser de cette vieille baderne de Duncan !

Cette nuit-là, d'autres comparses autour d'eux faisaient retentir des voix légendaires : Topart, Wilson, Darras, Noiret, Sorano. Ne manquait que Gérard Philipe, occupé en Espagne à rejeter les Maures à la mer pour les beaux yeux de Chimène.

Dans l'hiver 70, une nouvelle chance nous fut offerte de retrouver ce couple s'invectivant dans une danse de mort, minuscules et dérisoires sur l'immense scène de Chaillot... une indescriptible émotion sourdait de ces personnages des pays nordiques se découpant devant nous au scalpel ! Deux voix de légende accordées pour l'éternité.

Les occasions de communier dans des messes profanes entre Français d'avant ne manquaient pas. Les salles se remplissaient d'une société silencieuse et concentrée, avide de s'empreindre de ses trésors culturels !
On n'entendait même pas le grignotement sournois du pop-corn !

Il y avait des Metteurs en scène talentueux propices – Vilar le « gauchiste », Vitez le « communiste », Chéreau « l'homosexuel »  – et les GJ de ce temps-là se réunissaient dans les théâtres plutôt que sur les ronds-points !

Les plus avisés se regroupaient au Théâtre du Rond-Point. Celui d'avant, le Renaud-Barrault ! Celui d'aujourd'hui sent la herde !
Ils faisaient corps avec leurs camarades, plus déshérités, qui se gelaient les badigoinces dans les frimas !

C'était avant la réforme Haby !

C'est bien fini tout ça. La dernière fois que je me suis déplacé – la Comédie-Française donnait du Shakespeare – je suis parti à la mi-temps.
Il n'y a guère plus que Tesson qui s'intéresse ! Tesson, le père, qui est à la pub théâtrale et son fils aux accidents de la route, comme Matzneff est à la pédophilie.

Allez donc savoir pourquoi je vous raconte ces souvenirs. Vachement indiscrets vous êtes !

L'actualité nous remit en mémoire ce passé : Arte programma inopinément « Les dames du bois de Boulogne » - un Bresson quelque peu indigeste - en fin de soirée, au moment où les anciennes gens, précisément ceux susceptibles d'être intéressés, dorment déjà.

Un noir et blanc en format 4X4, l'intrigue nauséeuse d'une amoureuse riche, délaissée par son amant, qui monte un coup pour se venger. On écoute la Casarès sans émotion. C'est comme s'il y avait quelque chose de cassé, chez elle, chez nous, dans un monde détérioré, inconnaissable, hostile.

C'est en cet instant de désolation que nous arrive, à nous ragaillardir, cette bouffonnerie des Bouffes du Nord. En direct !

On y joue « Les mouches » de Jean-Paul Sartre... ça m'intéresse... je l'ai vu dans le temps… une de ces pièces que l'auteur put faire représenter devant un parterre chamarré d'officiers de la Wehrmacht en un temps où notre ami Herman n'était encore qu'un fugace éclair dans l'oeil de son papa !

On vient me prévenir. C'est moi qui me mets le doigt dans l'oeil : il s'agit de « LA mouche », une pièce mauderne … connais pas !
On m'apporte le synopsis :

« Années 1960, au cœur d’un village. Robert vit avec sa maman Odette. La relation mère-fils est inquiétante et désopilante à la fois. La cinquantaine, dégarni, bedonnant, Robert passe le plus clair de son temps enfermé dans le garage où il tente de mettre au point une machine à téléporter. On assiste au quotidien de ce drôle de couple, ponctué par des expériences de téléportations plus ou moins réussies.
La relation des deux personnages est un clin d’œil à l’épisode La Soucoupe et le Perroquet de l’émission belge Strip-tease. Un travail corporel, des effets spéciaux, une esthétique du temps des prémices de l’informatique, La Mouche est un laboratoire d’expérimentations scéniques et visuelles, un extraordinaire terrain de jeu pour les artistes. »

Fascinant !

On me rapporte que Monsieur le Président de la République vient d'assister à une représentation, en compagnie de sa dame. J'en ai les larmes aux yeux, cela me rappelle la première de « Tête d'Or » en 59 avec le Président d'alors… euh !

On me montre le décor : sur la scène est arrimée une caravane modèle 1950 parée d'enjoliveurs aux couleurs verdâsses ; bon chic, bon genre, un habitat pour GJ dont manifestement le frigo « n'est pas vide le 15 du mois » au motif qu'ils n'ont pas de frigo.

On ne me dit rien sur les odeurs. Nous espérons que les narines présidentielles n'ont pas été incommodées par des effluves fécales qu'agrémentent les mises en scène contemporaines des tarés à la mode, principalement dans les pièces où Jésus tient le premier rôle !

Il paraît qu'il y a eu des incidents !

Il y a quelque chose de pourri au royaume de France !

Robert Marchenoir

@ Tipaza | 19 janvier 2020 à 20:19
"Ce serait presque du Proust si le style était plus travaillé."

Je m'en voudrais d'ôter à Aliocha ce qui lui revient...

"Vous dites : 'Le portrait de Brigitte Macron fait ici par Philippe Bilger montre qu'elle est une femme remarquable.' C'est votre point de vue."

Alors je précise : je n'ai pas entendu l'interview en question. J'ai cru comprendre que c'était la conclusion de Philippe Bilger, sur la base de cet entretien ; j'ai fait confiance à son jugement. Cela fait plusieurs suppositions à la file, et laisse une marge d'erreur...

"Par contre Macron, son mari, n'a eu aucun enfant."

C'est amusant, parce que j'ai failli utiliser cet argument ; mais pour en tirer des conclusions inverses des vôtres. En effet, les réactionnaires reprochent à Macron de ne pas avoir d'enfant. Mais c'est aussi stupide que malveillant. Nous avons là un cas manifeste de gens qui accusent autrui de leurs propres vices.

Si la population de souche recule en France, c'est parce que 67 millions de Français, rapportés à la part des Blancs, ne font pas assez d'enfants ; ce n'est pas parce qu'un président de la République n'en a pas fait... Président qui est, d'ailleurs, un immigrationniste convaincu, et auquel on ne peut pas, donc, reprocher de prêcher une chose et d'en faire une autre. Contrairement, justement, aux populistes anti-immigration.

Je signale que le président de la République, en France, n'est pas un grand prêtre, un magicien, ou le gourou d'une secte. Qu'il fasse des enfants ou pas n'a strictement aucune incidence sur la démographie du pays. On ne lui demande pas de payer de sa personne, mais de diriger le pays. Il n'est pas davantage le Roy de Frônce. Sa descendance n'est pas appelée à régner, et si elle l'était, que n'entendrait-on pas !

On retrouve, d'ailleurs, la même projection et la même mauvaise foi concernant François Hollande. Des millions de gens lui ont reproché d'avoir formé trois couples successifs. Millions de gens qui, eux-mêmes, ont pris l'habitude, depuis des générations, de former des familles "recomposées", comme l'on dit ; et qui seraient fort marris qu'on leur conteste le droit d'aller voir ailleurs quand ça leur chante. L'hypocrisie est tout de même à couper au couteau...

"Poutine a eu deux enfants, chiffre un peu faible, mais non nul."

Oui, et il les cache. La presse a interdiction d'en parler, et les informations à leur sujet sont très difficiles à trouver. Tandis que Poutine lui-même est divorcé, et laisse courir toutes sortes de bruits sur sa vie sentimentale, sans les démentir ni les confirmer. Là aussi, énorme hypocrisie pour quelqu'un qui fait mine de promouvoir les "valeurs familiales traditionnelles", et excipe bruyamment d'une prétendue foi orthodoxe... que ses proches savent uniquement de façade.

Emmanuel Macron, lui, n'a jamais rien prétendu de tel.
______

@ Michelle D-LEROY | 19 janvier 2020 à 20:11
"Ce qui ne va plus dans ce pays c'est d'abord que le pouvoir est détenu par un seul homme, un Président qui veut décider de tout."

C'est une exagération manifeste. Si le président décidait de tout, les Gilets jaunes seraient rentrés dans leur terrier au bout de quinze jours, et les grévistes de la SNCF auraient été révoqués après une semaine de blocage des trains.

En tant que libéral, je passe mon temps à déplorer que les Français ne puissent pas mener leur vie à leur guise. Mais si nous en sommes là, ce n'est pas du tout à cause d'une dictature personnelle. Il faut une classe entière, fonctionnariale, syndicale et politicienne, pour exercer une telle oppression.

Si les ministres dirigeaient leur ministère (au lieu que ce soit les fonctionnaires), cela se saurait. Alors, le président de la République... d'ailleurs, il s'en plaint ouvertement.

Ecoutez le ministre de l'Education nationale (n'importe lequel) parler de ses troupes : il est manifeste que le larbin, c'est lui. Même chose avec le "président" de la SNCF : c'est tout juste s'il ne s'excuse pas d'être en vie.

Michelle D-LEROY

@ Mitsahne
@ Denis Monod-Broca

D'abord merci.

Je reste en effet convaincue que la défiance et même parfois la haine envers le Président est immense, mais peut-être n'est-il pas trop tard et qu'une reprise en main par un geste fort pourrait être salutaire pour casser cette ambiance au mieux morose au pire délétère.

Ne pas prendre en compte la colère des Français, parce que 25 à 30 % continuent de croire en lui, relève du dédain.

Le gouvernement ne pourra se contenter d'ajuster les résultats des municipales pour plastronner, résultats de vote généralement pour des hommes de proximité et non pour leur rattachement politique à un parti, sans référence à six ans en arrière puisque lREM n'existait pas.

NEBOUT Xavier

@ Lucile

Comment ça, des employés municipaux qui ne servent à rien ?

Mais c'est que les employés municipaux payés à faire semblant de servir à quelque chose ont des familles, et par conséquent des votants.

Alors, d'un côté, leur embauche sert à se faire réélire, et de l'autre, si vous les forcez à travailler, vous vous en faites des ennemis...

Tant que vous y êtes, pourquoi ne pas demander aux chargés de l'urbanisme de respecter le droit alors qu'ils ont été embauchés pour aider à le tripoter le cas échéant ?

----------------------------------------------------

@ Achille

Sur le plan médiatique, Bernard Cazeneuve ne vaut pas un clou face à Ségolène Royal qui est en plus capable d'un niveau de mauvaise foi pouvant scotcher n'importe qui dans un débat.

Et puis, du socialisme, la France en crève. Elle est le pays le plus socialiste des pays qui comptent dans le monde - la Chine étant hors concours. Et Macron va nous en mettre une bonne couche supplémentaire avec sa réforme des retraites qui passera au forceps, en augmentant finalement salaires et pensions et par conséquent notre taux déjà record de prélèvements obligatoires et de dette.

Concernant le revirement d'opinion de MLP au sujet de l'Euro. Le sujet est extrêmement complexe. Il faudrait ne pas y être pour pouvoir dévaluer, mais en sortir coûterait très cher.
Il faut donc les deux, et ce n'est pas facile à expliquer.
Ceci dit, je n'aime pas non plus son côté populiste, racoleur des électeurs de Mélenchon.

La vraie droite, ce sont Ménard, Zemmour, et surtout la fantomatique Marion dont le principal défaut est probablement d'être honnête, et par conséquent d'être loyale envers sa tante.

Giuseppe

@ Achille | 19 janvier 2020 à 21:52

Attention Achille à la pendule ! Tout le monde sait pour elle, elle a toujours été la risée des réseaux sociaux, elle a fait illusion un temps quand le PS était puissant.
Je suis en accord avec ce que vous dites, même Jadot l'a renvoyée à la niche et qui veut encore d'elle ? Plus de troupe, plus de crédibilité, rien, quoi !
La TA Achille... Les journalistes ont besoin d'elle elle fait croire que... C'est vendeur aujourd'hui.

Tipaza

@ breizmabro | 19 janvier 2020 à 19:08

Je partage vos propos qui sont plus que du bon sens, une évidence pour des gens normaux, sachant que depuis quelque temps la normalité en a pris un sacré coup.

Je vais même plus loin, j'ai toujours pensé qu'il y avait eu la rencontre de deux pathologies mentales avec un résultat indéniable, l'accession au pouvoir d'un homme jeune dont on se demande parfois s'il est fini, tant son comportement et ses propos sont hors norme, et on revient à la normalité dont je parlais, devenue une anormalité.

Alors au bilan, un psy poserait la question :
Est-ce que cette anormalité n'est pas la forme ultime de l'amour absolu ?
Je ne saurai répondre.
Le ciel et la providence m'ont épargné cet absolu, je me contente de ma tendre relativité.

PAUL

Macron ment tout le temps, et il panique car on s'en aperçoit Il n’y a pas une catégorie sociale qui ne sera pas touchée négativement par la reforme des retraites. Cette réforme ne sert qu’à forcer la population à souscrire à des complémentaires privées, c’est tout. Je vous rappelle qui est Macron. Je vous rappelle qu’il a laissé Alstom tomber dans les griffes de GE et qu’il s’en est lavé les mains. Les niaiseries débitées par Brizit n'ont aucun intérêt.

Achille

Hier dans une interview sur France 3 Marine Le Pen dit « Quand je serai présidente de la République, je… ».
En clair elle s'y voit déjà !

J-L Mélenchon , lui dit, en parlant de Macron :
« D’ailleurs à mon avis, ce n’est même plus qu’il se représente, il a perdu… » Et de nous faire la grande tirade du mépris.

Amusant de la part de celui qui se prend pour la République, qui affirme que sa personne est sacrée et parle des « gens » comme s’ils étaient des pauvres bougres incapables de se prendre en charge.
Qui est le plus méprisant des deux ?

C’est curieux cette façon de se cramponner à ses certitudes au point de refuser la réalité qui démontre le contraire de ses fantasmes.
La haine envers Macron relève d’un comportement hystérique de quelques catégories sociales qui refusent systématiquement toute forme de réforme quitte pour cela à conduire le pays dans le mur.
Désespérant !

semtob

Cher Philippe,

Rien à dire sur le sujet !
Circulez il n'y a rien à voir...
françoise et karell Semtob

Deviro

Ce scoop de breizmabro | 19 janvier 2020 à 21:40 :
"C'est gentil à vous de faire un petit remember sur mes anciens écrits que je ne renie pas puisque c'est la vérité."

Le remember en question, c'est l'info exclusive, qu'elle seule détient, concernant les opérations de chirurgie esthétique de Brigitte Macron. Pour mémoire :
"-Remonter la poitrine au plus haut : ça, c'est fait.
-La liposculpture ou liposuccion : ça, c'est fait.
-Le lifting, ça, c'est fait.
-Les implants capillaires, ça, c'est fait.
-Les dents "sourire" : c'est fait.
A votre avis elle pourrait faire quoi en plus pour faire croire qu'elle a l'âge de son mec ?"

Toujours rien sur le nez...

Elle ajoute pour Ségolène Royal : "Pour Ségolène ça a été le remodelage des pommettes et le lifting."

Rien sur Rachida Dati, Valérie Pécresse, Patrice Charoulet ou Nicole Belloubet, mais pour cette dernière, il paraît que le dossier, assez épais, est à l'étude chez breizmabro.
Je ne comprends pas pourquoi breizmabro n'a pas alerté presse, radio, télévision, Mediapart, Instagram, Twitter ou Facebook et autres rézosocio, sans oublier bien sûr les Gilets jaunes, Mélenchon, Marine Le Pen et Martinez qui en feraient leurs choux gras... surtout que ça peut se monnayer, ces trucs-là...

Je fais donc appel à tous les intervenants, surtout ceux qui ont Brigitte Macron dans le nez, pour qu'ils donnent des idées et fassent des suggestions à breizmabro.
Parce que "elle le vaut bien", non ?

Claude Luçon

@ boureau | 19 janvier 2020 à 19:52

Chacun perçoit notre environnement à sa façon !
Vous me connaissez et ne devriez pas vous étonner :)
Vous suivez Justice au Singulier quotidiennement comme moi je suppose ? Pourquoi ?
Pour moi, et je ne suis pas le seul, j'y trouve un excellent thermomètre de la température sociale en France, un analyste, Philippe Bilger, qui nous présente les faits du moment, souvent sous forme de question, avec le privilège de pouvoir répondre sans la moindre censure.

Obsédé par la science, qui vit une révolution considérable en ce moment en particulier en unifiant physique classique et physique quantique, révisant la place de l'homme dans notre univers et le processus de l'évolution (référence Jean Chaline), je suis aux antipodes de Philippe mais respecte sa logique et aime les chemins sur lesquels il nous balade tout en regrettant qu'il n'accorde pas une petite place aux scientifiques dans ses billets et interviews.

Je n'aime pas Zemmour car je le perçois comme un polémiste dangereux, un homme qui joue avec le feu. Je le perçois comme le curé de paroisse d'antan avec son sermon dominical, du genre : croyez-moi je porte la parole de Dieu ! Je l'ai écouté et lu et ai tiré mes conclusions au fil du temps.
Alors oui, vous avez raison, je ne le suis plus, mais délibérément.

De Paris Première je suis surtout La Revue de Presse, une autre façon de savoir, satiriquement, ce qui se passe en France, et d'avoir de temps à autre une bonne crise de rire. Occasionnellement, par curiosité, j'y revisite Z&N mais sans y rester, butant sur le même Zemmour, Naulleau ne me passionne pas particulièrement.
Cordialement

---------------------------------------------------

@ Pierre Blanchard | 19 janvier 2020 à 20:58

Pour l'Asiatique impossible de lui demander son origine, je l'ai vu à la télévision !
Quant à Mbappé mon intention était précisément de faire sourire en ridiculisant Mélenchon. Pardon, j'ai longtemps vécu chez les anglophones, leur sens de l'humour a laissé des traces dans ma façon de penser et de m'exprimer.

boureau

@ Achille 19 janvier 2020 21:52
"Ségolène Royal est une opportuniste de premier ordre".

Sans doute, comme beaucoup d'autres !

Ce que vous devez comprendre Achille, c'est que vos impressions ou vos appréciations - comme les miennes d'ailleurs - sur les politiciens n'ont aucune importance.

L’acquiescement d'un peuple (ou d'une partie) à une personnalité politique est un phénomène qui échappe à une analyse objective primaire.

Cette rencontre exceptionnelle et généralement éphémère s'exonère de tout passé, pour magnifier un avenir idéalisé.

La versatilité d'un peuple n'est plus à démontrer depuis les Grecs !

Aussi prégnants soient les défauts et le passé ministériel de Ségolène Royal, il n'en demeure pas moins que ses chances existent pour l'avenir, si elle persiste dans le niveau montré lors de cet interview.

Le pays est dans un tel état de désenchantement, pour ne pas dire plus, qu'une partie des Français me semble prêts à donner leurs voix à un langage opposé à celui de Macron. Simplement pour cette raison.
Que cette voix s'appelle Le Pen ou Royal.

Pécresse a trop de proximité - socialement, économiquement, politiquement - avec Macron pour susciter l'envie de ses opposants actuels de voter pour elle.

Les événements de chaque jour éclairent d'une lumière différente les sentiers politiques d'avenir.

Voyez, comme je l'ai rappelé, la perte prévue à ce jour des élections municipales par Macron alors qu'elles devaient, à l'analyse, être triomphales il y a trois mois !

Sic transit gloria mundi !

Cordialement.

Achille

@ Xavier NEBOUT | 19 janvier 2020 à 11:38
@ boureau | 19 janvier 2020 à 10:39

Ségolène Royal est une opportuniste de premier ordre. Elle a fayoté auprès de Macron pour avoir le ministère de l’Ecologie après le départ de Hulot, car son poste d’ambassadrice des pôles ne lui suffisait plus.
Mais il le lui a refusé et depuis elle rongeait son frein, attendant le moment propice pour lui tirer dans les pattes.
Alors dans son délire mégalomaniaque elle croit aujourd'hui qu’elle peut réunir les électeurs socialistes qui ont été éparpillés façon puzzle par les frondeurs et Benoît Hamon lors de l’élection de 2017. Ce en quoi elle se fait de grosses illusions.

Cette femme n’est pas fiable, elle agit par pulsions, et est prête à laisser tomber à la moindre contrariété. On a pu le voir avec l’écotaxe qui a coûté la bagatelle de dix milliards d’euros.
A gauche le seul qui tienne la route c’est Bernard Cazeneuve.

Quant aux femmes présidentialisables, il n’y en a qu’une c’est Valérie Pécresse. Certainement pas Ségolène Royal pour les raisons que j’ai données et pas davantage MLP qui change d’avis comme de chemise. On l’a vu avec la sortie de l’Euro. Au départ c’était oui, ensuite faut voir, et maintenant elle dit que finalement on ne touche à rien.
Elle prétend être à l’écoute du peuple, notamment pour les retraites, uniquement pour récupérer les voix de Mélenchon et ainsi être élue en 2020.
Bref du populisme bien lourdingue, mais la ficelle est un peu grosse.

breizmabro

@ Deviro

C'est gentil à vous de faire un petit remember sur mes anciens écrits que je ne renie pas puisque c'est la vérité.

Pour Ségolène ça a été le remodelage des pommettes et le lifting.

Ségolène a un an de plus que Brizitte.

Adéo Deviro :D

Deviro

@ anne-marie marson | 19 janvier 2020 à 19:45
"Attendez, je n'ai encore rien dit.
Ceci dit, vous ne perdez rien pour attendre. Vous êtes tellement ignorant que votre ignorance vous tient lieu de philosophie."

Mon ignorance me tient lieu de philosophie, vous avez tout à fait raison, c'est un drame et je m'efforce de l'oublier avec des amis, du sauciflar et un petit verre de Pomerol.
Mais chut...
Je m'en sors pauvrement (comme dirait Patrice Charoulet) en relisant la pensée profonde et pleine de philosophie dont vous êtes l'auteur(e):

"Quand Macron quitte la préfecture du Puy-en-Velay sous les insultes et les quolibets, on entend distinctement une jeune femme lui crier "Fils de p..."
Il me semble que cette expression très populaire et très française résume bien ce qu'est Macron. En tout cas c'est mon avis. On ne négocie pas avec un fils de p..."

Voilà, c'est beau, c'est fouillé, c'est pointu, c'est carré, c'est bon pour mon ignorance.

Denis Monod-Broca

@ Michelle D-LEROY

À la suite de Mitsahne j’apprécie votre commentaire. Le climat qui règne en France est en effet délétère, de plus en plus délétère.
Comment en sortir ?
Vous écrivez :
« Le mécontentement est immense et le Président doit en prendre la mesure par un geste fort avant que cela ne tourne au vinaigre. »
Si ce sont les gestes du président qui créent le mécontentement, et ils y sont pour beaucoup, un geste du président peut-il le faire taire ? N’y a-t-il pas là une vraie difficulté, sinon une impossibilité ?

Pierre Blanchard

@ Claude Luçon | 19 janvier 2020 à 18:55

Avec tout le respect que je vous dois Claude Luçon, vous l’avez entendu, lu ou vécu ce « cri » ?

Hier un touriste asiatique, en attendant de visiter le Louvre, bloqué par des grévistes, leur a crié : "Shame on you" !

Soyez plus précis SVP, asiatique : Chinois ou autre ? car si Chinois, permettez-moi de rigoler !!

Quant à la « hauteur » de votre réflexion de fond de cour d’école…

« Un bachelier de 20 ans, Mbappé, met, avec son pied, cent fois plus de Français dans la rue qu'un professeur de français de 70 ans, Mélenchon, avec son cerveau... ou ce qui lui en sert. »

Permettez-moi de sourire quant au bachelier Mbappé...

https://www.linternaute.com/sport/foot/1381797-famille-anecdotes-tout-ce-que-vous-ne-saviez-pas-sur-kylian-mbappe/1382873-le-bac-au-rattrapage

—————————————-

@ Lodi | 19 janvier 2020 à 19:48

Merci pour

On vous dirait tombé du ciel

https://www.youtube.com/watch?v=AJ5Dp-_QFQ8

D’autant plus que j’aime ET la chanson ET l’interprète Et sa jeunesse dans l’extrait de l’INA
;-)

Tipaza

@ Robert Marchenoir | 19 janvier 2020 à 16:52

Je l'ai déjà dit, vous m'impressionnez par vos capacités à parcourir sur un sujet des chemins buissonniers que j'ai du mal à suivre.
Ce serait presque du Proust si le style était plus travaillé.
Vous commencez votre commentaire par :
"La haine à l'égard d'Emmanuel Macron est manifestement irrationnelle."
Vous avez parfaitement raison, toute haine est irrationnelle, et comme toute irrationalité elle repose sur une réalité perçue de façon déformée ou fantasmée.

Suit une longue tirade sur les haines successives des Français à l'égard de leurs présidents successifs. Pourquoi s'en offusquer, il y en a qui ont des passions amoureuses successives tout aussi irrationnelles.
Il y a un donjuanisme en amour, il peut y avoir, par un classique effet miroir, l'effet inverse dans la haine.

Dans les deux cas, il s'agit de projections de besoin ou de manque interne. Ces processus de projections font partie de la psychologie des individus et donc des foules. Il faut faire avec, comme on dit.

Et vous dites :
"Le portrait de Brigitte Macron fait ici par Philippe Bilger montre qu'elle est une femme remarquable."

C'est votre point de vue.
Partant de ce point de vue, par une de ces fulgurances qui m'échappent et qui font le charme de vos commentaires, vous abordez votre sujet favori, la Russie de Poutine, et vous poursuivez sur le déclin démographique de celle-ci mais aussi sur celui plus général de l'Europe.
Jusque-là je suis d'accord, et comment ne pas l'être, les chiffres ne se discutent pas, du moins à ce niveau.

On ne peut pas reprocher à Brigitte de ne pas avoir lutté contre ce déclin démographique, puisqu'elle a eu trois enfants, un bon chiffre.

Par contre Macron, son mari, n'a eu aucun enfant.
Autrement dit il participe de ce déclin démographique, et on peut et on doit légitimement lui reprocher de ne pas s'être mis à l'ouvrage pour donner l'exemple du repeuplement, alors que Poutine a eu deux enfants, chiffre un peu faible, mais non nul.

Je ne dirai pas que c'est une des causes de la haine suscitée par Macron, mais enfin si on suit votre propre logique c'est un argument de plus qui pourrait expliquer l'irrationalité que votre commentaire dénonce dès la première ligne.

Bonne soirée !

Michelle D-LEROY

Si on veut comparer le couple Macron à un fait divers, on peut le comparer à l'affaire Gabrielle Russier... rien à voir avec l'autre Gabriel et son comportement abject. "Comprenne qui pourra"... Georges Pompidou citant un vers d'Eluard… chacun s'en souvient.

De la vie privée du Président tout le monde s'en moque, je pense que les Français ont d'autres soucis et surtout que la vie et les mœurs ont évolué depuis cette affaire.

----------------------------------------------------

@ Robert Marchenoir

Ce qui ne va plus dans ce pays c'est d'abord que le pouvoir est détenu par un seul homme, un Président qui veut décider de tout pour 67 millions d'individus dans une société de plus en plus diverse. Il faudra bien qu'il écoute un peu plus le peuple et aussi les élus de terrain via peut-être des RIC sinon la chienlit perdurera.

Ou une dissolution de l'A.N. en cours de mandat pour la rendre un peu plus diversifiée en idées.
Une assemblée aujourd'hui composée de députés d'abord à l'écoute des minorités écologistes, féministes et autres lobbies du moment, une assemblée qui serait un vrai contrepoids au gouvernement et donc dans laquelle les Français auraient davantage confiance.

Pour l'instant on peut comparer l'A.N. à une entreprise qui aurait 80 % de ses effectifs embauchés en apprentissage et ce n'est pas rassurant. Pourtant le Président déclarait vouloir diriger le pays comme une start-up... côté RH il n'a pas l'air au point.

Mitsahne

@ Michelle D-LEROY 18/01 à 19h49

Madame,
Je suis toujours frappé par la pertinence de votre pensée, la justesse de vos propos et la concision de votre style. Soyez remerciée pour vos commentaires qui contribuent pour beaucoup à la flatteuse réputation (dit-on) de ce blog.

-----------------------------------------

@ Patrice Charoulet

Amalgamer les débuts du couple Brigitte/Emmanuel Macron à l’affaire Matzneff-libidineux relève d’une analyse triviale de situations qui ne sont en aucun cas comparables. D’un côté, c’est cœur, sexe et espérance, de l’autre c’est Q et tartufferie. Cette confusion ne vous grandit pas.
« Les esprits médiocres condamnent d’ordinaire tout ce qui passe à leur portée. » (La Rochefoucauld)

boureau

@ Claude Luçon 19 janvier 2020 18:55
"C'est à Zemmour de chanter Philippe Bilger. Vous cherchez à construire, lui s'efforce de démolir."

Pour écrire cette phrase, vous ne devez pas écouter souvent Eric Zemmour.

Une grande partie de son temps de discussion dans les médias est justement passée à sauver ce qu'une partie de la doxa actuelle déconstruit.

Cordialement.

Lodi

@ Pierre Blanchard

Si je n'aime guère Macron, je trouve rafraîchissant un couple qui dure.

Ce qui m’embarrasse dans "l'affaire Macron", mais passons dessus car happy end, c'est qu'au fond on ne sait pas s'ils ont consommé avant, ce qui fait un peu hors la loi et évoquerait la pédophilie.

D'une façon plus générale, je trouve étrange, pour ma part, adulte, qu'on puisse coucher, c'est la loi, avec quelqu'un qui n'a pas dix-huit ans révolus, trop immature pour voter, mais assez pour être dans une relation égalitaire avec un adulte ?

Inconcevable pour moi.

Mais basta !

Vous êtes rafraîchissant : enfin quelqu'un de content, ici, et au détriment de personne !

On vous dirait tombé du ciel :

https://www.youtube.com/watch?v=AJ5Dp-_QFQ8

anne-marie marson

@ Deviro | 18 janvier 2020 à 17:16

Attendez, je n'ai encore rien dit.
Ceci dit, vous ne perdez rien pour attendre. Vous êtes tellement ignorant que votre ignorance vous tient lieu de philosophie.

Deviro

@ breizmabro | 19 janvier 2020 à 13:42
"Attention Lotus ! Deviro veille à ce que PERSONNE ne dise du mal de son fantasme féminin."

Mais mon fantasme féminin, C'EST VOUS !
Vous qui avez su écrire avec tant de talent et d'élégance à propos de Brigitte Macron:
"-Remonter la poitrine au plus haut : ça, c'est fait.
-La liposculpture ou liposuccion : ça, c'est fait.
-Le lifting, ça, c'est fait.
-Les implants capillaires, ça, c'est fait.
-Les dents "sourire" : c'est fait.
A votre avis elle pourrait faire quoi en plus pour faire croire qu'elle a l'âge de son mec ?"

Mais ressembler à breizmabro, pardi !

PS : Il n'y a rien sur le nez de Brigitte Macron, je suis déçu.
En même temps, adeo.

----------------------------------

@ breizmabro | 19 janvier 2020 à 19:08
"Patrice Charoulet a raison."

Ce que vous avez écrit est profond, oui, très profond.
Vous devriez porter plainte au nom du blog.
Je vous aurais bien vu en couple avec Patrice Charoulet.
Il y a cependant une difficulté : vous n'êtes pas agrégée...

breizmabro

Patrice Charoulet a raison.

On dit "un homme ça s'empêche" mais une femme aussi, surtout si elle est prof ayant donc autorité sur ses élèves.

Si un de mes enfants de 15 ou 16 ans avait "dragué" une de ses profs, j'en aurais souri, mais que cette prof l'ait accepté, reçu dans son foyer en présence de son mari et de ses enfants puis l'ait mis dans son lit, ou un autre, là je dis NON.

Comment peut-on affirmer que Manu était demandeur, à 15 ans, face à sa prof de 39 ans !? Il tapait du pied ? Il lui offrait des roses rouges toutes les semaines avec son argent de poche ? Il lui récitait des vers sous ses fenêtres même par temps de neige ?

Quand bien même Manu se serait obstiné il appartenait à la dame de lui expliquer qu'une pareille relation n'était pas possible et qu'en outre elle pouvait, si les parents de Manu décidaient de porter plainte, faire l'objet de poursuites pénales.

Ouf les parents de Manu n'ont pas porté plainte de même que les parents de Vanessa Springora n'ont pas non plus porté plainte contre Matzneff.

Du coup, pour les leçons de morale...

Claude Luçon

"...pourra-t-on un jour recoudre, guérir et unifier notre République à vau-l'eau ? Et qui ?" (PB)

Pardon Pascale et Philippe pour le long sermon qui suit contraire à votre Chartre mais cette France commence à me taper sérieusement sur les nerfs restés intacts contrairement à mes os !

Il convient peut être de poser le problème sous un autre angle !
Inverser !
Se demander ce qui démange les Français.
Il semble en effet que bon nombre de nos concitoyens souffrent de dépression bipolaire.
D'un côté ils n'arrêtent pas de se plaindre, de gémir et déclarent être en état de burn out.
De l'autre ils descendent dans la rue, hurlent tout et n'importe quoi et cassent vitrines et policiers.
Déprime plus violence il n'est pas besoin d'être psychiatre ou psychologue, Google suffit, il s'agit des symptômes clairs de la dépression bipolaire !

Mais pourquoi ?
D'une génération à l'autre les Français ont toujours connu des problèmes et se sont toujours révoltés, bien plus qu'aujourd'hui ; mais ils restaient bons vivants, copains et chantaient le coude sur le zinc !
Mais c'était dans un cadre précis, car au fond d'eux-mêmes, inconsciemment, les curés avaient installé les dix commandements dans leurs têtes, aux croyants comme non croyants, les philosophes grecs y avaient ajouté les règles de la démocratie, du vivre-ensemble, aux lettrés comme aux illettrés, et nos instituteurs nous apprenaient à tous à être des citoyens.

En 1968 ces guides élémentaires ont été annihilés !
Leurs auteurs, tous plus ignares les uns que les autres, se sont installés sur les médias, Cohn-Bendit and Co sont omniprésents sur nos télévisions comme les chantres d'un monde supposé nouveau. Ont suivi dans leur sillage avec enthousiasme Mélenchon et ses Insoumis, Martinez et ses cégétistes.

Encore que ces derniers soient restés dans la lignée de leurs ancêtres, comme au cours des années pré-WW2, n'avoir pour but que d'installer le soviétisme en France au nom du PCF. Dans les années 30 ils prêchaient le pacifisme devant Hitler pour protéger Staline, aujourd'hui ils prêchent la violence, pour eux-mêmes, faute de leurs deux anciennes idoles.
Khrouchtchev et Gorbatchev nous ont fait découvrir ce qu'écrivait Soljenitsyne, ce qu'était réellement le soviétisme, conduisant notre PCF, ridiculisé, à changer de nom de PCF en CGT.

Le drame est que nos autopromus intellectuels et philosophes du jour souffrent de la même maladie et suivent, bêtement, les soixante-huitards, incapables de nous suggérer des lignes de conduite sociales, morales et citoyennes pour la plus grande joie de nos chacals… pardon médias.
L'anti***isme est devenu leur credo. Ils sont contre l'Islam, la discipline, le succès des autres... mais ils acceptent la pédophilie, le viol, la fainéantise... ils suivent en bêlant béatement.
Ce faisant ils offrent nos portes grandes ouvertes au islamistes qui s'empressent d'en profiter pour remplir le vide que les soixante-huitards ont créé, à la mesure du vide et de l'autosatisfaction de leurs cerveaux
Nous vivons la période du Négativisme, rien d'autre !
Et cela dans une France qui n'a jamais été si prospère et vit en paix avec le reste de l'Europe depuis trois générations.

Pourra-t-on un jour recoudre, guérir et unifier notre République

Fayotage à part, je ne suis pas du genre, ce n'est pas à vous de chanter Zemmour, c'est à Zemmour de chanter Bilger.
Vous cherchez à construire, lui s'efforce de démolir !
De par votre passé vous connaissez les hommes, Zemmour ne connaît que lui-même, uniquement lui-même !
Il faut renverser les rôles ! La France vit à l'envers, les incapables font et monopolisent l'opinion, là au moins les Gilets jaunes ne se trompaient pas en attaquant les journalistes et les politiciens.
A n'écouter que les bavards, les Français ont perdu de vue leur propre pays, aujourd'hui seuls les étrangers, les dizaines de millions de touristes, savent ce qu'est la France. Illustration ? Hier un touriste asiatique, en attendant de visiter le Louvre, bloqué par des grévistes, leur a crié : "Shame on you" !

Pourra-t-on un jour recoudre, guérir et unifier notre République

Oui ! Mais il faudra attendre !
Nous vivons une période nouvelle, et pas à cause du numérique : cinq, même six, générations vivent en même temps. Trois doivent disparaître !
La mienne, en voie de disparition de toute façon, et les deux suivantes, déjà naufragées de leur propre aveu.
Derrière apparaît une génération sans complexe : des jeunes culottés qui entreprennent, créent, gagnent et n'ont clairement nul besoin que leur parents et grands-parents préparent leur futur, ils s'en chargeront.
Les perdants ne doivent pas préparer le futur, ils doivent disparaître faute de savoir se faire oublier.
Un bachelier de 20 ans, Mbappé, met, avec son pied, cent fois plus de Français dans la rue qu'un professeur de français de 70 ans, Mélenchon, avec son cerveau... ou ce qui lui en sert.

Deviro

@ Vamonos | 19 janvier 2020 à 16:53
"Que les commentateurs de ce blog le veuillent ou non, il y a plusieurs points communs entre Gabriel Matzneff et Brigitte Macron. Les nombreuses différences qui existent entre ces deux scandales ne gommeront pas l'essentiel. L'un comme l'autre n'ont pas été poursuivis pour atteinte aux mœurs, alors qu'en toute logique, ils auraient pu l'être puisque les faits étaient avérés."

Vous êtes sacrément bien informés !
Brigitte Macron a donc écrit une vingtaine de bouquins dégueu sur les petits garçons (certains, 8 ans !) qu'elle mettait dans son lit après les avoir guettés à la sortie de tous les collèges et lycées d'Amiens. Les filles aussi, vous le savez sûrement...
Il faut vite en informer Martinez, je suis certain qu'il n'est pas au courant.

Deviro

@ Ellen | 19 janvier 2020 à 17:02
"M. Charoulet, vous étiez professeur de quoi au juste ? Je doute de vos capacités de compréhension et de votre intelligence. Je l'ai échappé belle de n'avoir jamais eu à vous supporter en classe. Vos neurones sont mal connectés."

Pour ce monsieur, Matzneff, c'est "Gabriel".
On attend "Gaby" pour bientôt.
Et pourtant, Gaby n'est même pas agrégé, allez comprendre...

Lucile

J'ai du mal à m'intéresser au couple Macron, et à ce qu'ils pensent l'un de l'autre. Ça va mal en France, les gens sont inquiets et exaspérés pour la plupart, les manifestations violentes se succèdent, et l'idée que la démocratie représentative est morte fait son chemin sans problème.

Cela dit, pour en revenir à la remarque de P. Charoulet, comme parent, je préfèrerais pour leur bien que mes enfants tombent sur des professeurs s'interdisant toute relation amoureuse avec eux.

Ellen

@ Vamonos | 19 janvier 2020 à 16:53

En voilà un deuxième qui met son grain de sel à la mode Charoulet.

Secouez votre paillasson d'abord avant de vous occuper de la vie privée des autres. Mais qui êtes-vous pour juger un couple qui s'adore et qui est toujours uni depuis plus de 27 ans ? Ne confondez pas vie privée, publique et politique.

Si vous voulez vous amuser et torpiller les familles qui ne vous ont rien fait, allez sur le site potins.com. ou continuez à lire des magazines pourris comme Gala et d'autres de la même espèce.

Ellen

M. Charoulet, vous étiez professeur de quoi au juste ? Je doute de vos capacités de compréhension et de votre intelligence. Je l'ai échappé belle de n'avoir jamais eu à vous supporter en classe. Vos neurones sont mal connectés.

F68.10

@ Lucile
"Le RIC (ou votation) n'est pas une fin en soi. Vous en êtes à chercher sur quel sujet on pourrait en faire un, ce qui prouve à quel point il est perçu comme un remède aux malaise de la démocratie et non comme un mode de prise de décision."

Pour que ce soit un remède aux malaises de la démocratie contemporaine, il faut effectivement que ce soit un mécanisme de prise de décision viable.

"Je ne suis pas contre des consultations directes par principe, mais tout est dans la question posée."

C'est effectivement toute la différence entre une votation et un référendum. Une votation émerge d'un débat public sur une longue période et est faite pour poser une question pertinente ; et les votants répondent à la question et à rien d'autre. Dans un référendum, c'est le parti au pouvoir qui pose la question, ce qui motive des réactions partisanes. Dans une votation, la question vient de la populace, ou même des entreprises, pourquoi pas... La question doit donc être formulée de manière à rassembler de manière transpartisane pour tenter de ramasser une majorité. Et comme aucun enjeu de personnalités politiques ne pollue le débat, il n'y a pas de réactions de rejet ataviques, et on se borne à répondre à la question et à rien d'autre.

Les votations, ce ne sont pas des référendums. Du tout. C'est d'ailleurs tout l'intérêt... et cela nécessite un apprentissage. D'où ma préférence pour un RIC régional dans un premier temps pour que la logique soit bien comprise.

Je suis même franchement opposé aux référendums.

"Sur les questions importantes, une opposition structurée et capable de renverser un gouvernement le cas échéant me paraît plus sûre."

Je préfère forcer les partis à bosser ensemble sous la menace constante d'une votation d'origine populaire pour les rappeler à l'ordre.

Vamonos

Que les commentateurs de ce blog le veuillent ou non, il y a plusieurs points communs entre Gabriel Matzneff et Brigitte Macron. Les nombreuses différences qui existent entre ces deux scandales ne gommeront pas l'essentiel. L'un comme l'autre n'ont pas été poursuivis pour atteinte aux mœurs, alors qu'en toute logique, ils auraient pu l'être puisque les faits étaient avérés.

Robert Marchenoir

La haine à l'égard d'Emmanuel Macron est manifestement irrationnelle. Elle l'est d'autant plus, qu'elle succède à la haine envers ses prédécesseurs pour des raisons exactement opposées.

On reproche au président actuel d'être hautain et arrogant, on reprochait à François Hollande d'être trop familier, trop "normal", de "ne pas incarner la fonction".

Du coup, Emmanuel Macron se fait sacrer aux Tuileries, et maintenant on lui reproche d'être "jupitérien".

On reprochait à Hollande d'être infidèle à la mère de ses enfants, on reproche à Macron d'être fidèle à sa femme (mais elle est trop vieille, alors ça ne va pas).

On reprochait à Hollande ses maîtresses successives, mais on n'a rien trouvé à redire au sauteur compulsif qu'était Chirac, auprès duquel François Hollande était un moine cistercien.

On reprochait à Chirac de ne pas en faire une rame (avec quelque raison), mais lorsqu'on a eu Sarkozy et sa "can-do attitude", ça n'allait pas, c'était "Sarko l'Américain". Quand ce n'était pas sa marque de montre qui posait problème, ou ses vagues origines juives qui n'auraient pas dérangé les nazis eux-mêmes selon leurs propres lois -- mais qui conduisent encore aujourd'hui certains antisémites sournois à orthographier son nom Sarközy, pour bien montrer qu'il n'est pas de chez nous.

Bref, ça ne va jamais, et ça n'ira jamais avec les successeurs de Macron non plus. Il est parfaitement futile de chercher des poux psychologiques dans la tête du président, de visionner des vidéos de "psychiatres italiens" ou que sais-je encore. Tout cela tient du dérivatif, cela devrait être manifeste depuis longtemps.

Le problème n'est pas que Macron "ne comprenne pas le peuple". Il est que les Français ne se comprennent pas eux-mêmes.

Ce n'est pas Macron qui mène une guerre contre "le peuple". C'est chaque Français qui est en guerre contre tous les autres. Nulle part ce ne fut plus visible que lors de l'émeute des Gilets jaunes. Un an plus tard encore, de somptueux imbéciles vous expliquent que c'était la fraternité retrouvée, alors que cette prétendue fraternité n'a pu s'exercer qu'en empêchant 67 millions de personnes (moins dix) d'aller et venir, de travailler, de gagner leur vie, de soigner leurs enfants et de rendre visite à leur mère mourante.

Le tout assaisonné d'insultes, de menaces de mort et d'incendies criminels pour ceux qui n'auraient pas compris le côté fraternel de la chose.

Maintenant c'est rebelote, avec les manifestations "pour" les retraites. Soixante-sept millions de personnes se font arnaquer par quelques dizaines de milliers d'autres (cheminots, fonctionnaires de l'électricité...), les seconds empêchent les premiers d'aller et venir, de travailler, de gagner leur vie, de soigner leurs enfants et de rendre visite à leur mère mourante, mais 67 millions de Français sont ravis des avanies qu'on leur fait subir : c'est la faute à Macron, et il ne devrait pas aller au théâtre avec sa vieille.

Il va sans dire que si Macron avait chanté l'Internationale avec des proches d'agriculteurs suicidés, au lieu de conseiller aux chômeurs de traverser la rue, on lui aurait encore reproché de ne pas connaître les notes.

Le portrait de Brigitte Macron fait ici par Philippe Bilger montre qu'elle est une femme remarquable. La logique voudrait qu'on admire un homme pour le choix judicieux de son épouse, mais non : c'est l'inverse qui lui est imputé.

A ce stade-ci, il est évident qu'il s'agit d'une maladie mentale collective. Il faut en rechercher les causes. Comme souvent, le meilleur moyen est d'aller à l'étranger. En Russie, par exemple.

Comme on le sait, Vladimir Poutine vient d'ouvrir sa succession. Elle consiste à affaiblir les institutions existantes pour lui permettre de rester Grand Timonier à vie -- mais ce n'est pas cela qui retiendra notre attention aujourd'hui. Ce sont plutôt les lignes d'action politiques qu'il a indiquées à cette occasion, et plus particulièrement (comme à chaque fois qu'il se livre à cet exercice), la nécessité d'améliorer la natalité, pour enrayer la catastrophe démographique en cours.

Suite à quoi, Novaya Gazeta, l'un des rares journaux d'opposition subsistant dans le pays, a demandé son avis à Anatoli Vichnevski, directeur de l'Institut de démographie de l'École des hautes études en sciences économiques de Moscou.

Il est simple : il n'y aucun espoir d'inverser le déclin démographique de la Russie. Contrairement à ce que prétend Vladounet, bien sûr. Vous ne me croyez pas ? Vous pouvez vérifier.

Bon, on s'en tape un peu, du sort des Russes, vous allez me dire, en dehors du fait que cela montre que ce n'est pas la Russie qui va nous sauver, contrairement à ce que prétendent d'autres somptueux imbéciles (ce sont souvent les mêmes).

Mais il n'est pas inutile de se pencher sur ce que dit Anatoli Vichnevski, un savant dans sa discipline (un "sachant", comme disent ceux qui croient malin de faire l'éloge de l'ignorance et de la bêtise).

Premièrement, les allocations familiales ne marchent pas. Certes, le gouvernement les a augmentées pour les enfants de 3 à 7 ans de familles pauvres. Certes, il a décidé de doter les familles d'un "capital maternité" dès le premier enfant, un peu comme en Hongrie.

Mais, dit le démographe, "ces aides sociales ne pourront en aucun cas influencer le taux de natalité. Premièrement, les faibles taux de natalité ne sont pas seulement observés chez les pauvres. La tendance est également observée chez les personnes qui n'ont pas de problèmes matériels pour élever un enfant supplémentaire."

"Deuxièmement, cette tendance existe dans tous les pays développés. Certains pays ont une fécondité plus élevée que la Russie (la France, par exemple), mais il y a aussi des pays riches où elle est plus faible (Allemagne). Il est faux de croire que le nombre d'enfants est directement lié aux moyens matériels de la famille."

Vladimir Poutine a fixé, par décret, l'objectif de 1,7 enfant par femme (l'État fort et stratège...). Mais, dit Anatoli Vichnevski, "ce chiffre n'assure même pas le maintien de la population à son niveau actuel. La tendance ne peut s'inverser que si, durant de longues années, l'on maintient un taux de 2,1 enfants par femme."

Et il ajoute : "La famille-type sera toujours une famille de deux enfants. Aucun pays développé ne reproduit aujourd'hui sa population par croissance naturelle."

Et donc, pas la France. Laquelle, comme la Russie et comme l'Allemagne, a recours à l'immigration pour compenser ce manque de croissance naturelle. Vladimir Poutine fait, à cet égard, et sans le crier sur les toits, exactement la même chose qu'Emmanuel Macron : il favorise l'immigration. Musulmane, en général.

Quel est le taux de fécondité de la population française de souche ? Inférieur à 1,8 enfant par femme. Ce taux est de 3,2 pour les femmes nées hors de l'Union européenne.

La situation est similaire (voire pire) dans le reste de l'Europe.

Autrement dit, la population française blanche se meurt. Et de son propre fait. Ce n'est pas "Macron" qui lui a expliqué ce qu'elle devait faire au plumard. Ni "lézélits", d'ailleurs. Ne se résignant pas à l'admettre, elle accuse tout le monde et son chien. Être condamné à mort n'est pas très favorable à la santé mentale. Voyez les Indiens d'Amérique.

Maintenant, on peut se demander, puisque la situation est similaire dans toute l'Europe, pourquoi seuls les Français sont barges à ce point (car le dérangement est clairement moindre, dès qu'on passe les frontières).

La réponse se trouve sans doute dans l'étatisme délirant du pays, qui se classe, c'est prouvé, en tête du monde développé sur ce peu enviable critère. L'État étant le recours généralisé et le sauveur suprême, non seulement son chef est vilipendé dès qu'un bouton de sonnette marche de travers, mais la notion de responsabilité individuelle a disparu.

En sorte qu'on peut à la fois se réclamer de la fraternité, et se comporter comme un chien enragé à l'égard de son prochain. Réclamer l'extension des services publics, et s'indigner de la hausse des impôts. Cesser de faire des enfants, et le reprocher aux autorités. Le rapport entre les actes et les conséquences a disparu. La réalité s'est fait la malle. C'est la définition de la folie.

Pierre Blanchard

Il est vrai que ce blog est parfois un plaisir de lecture, surtout sur le sujet de ce billet, lorsque l’on suit les échanges entre les intervenants habituels que sont Achille, Patrice Charoulet ou de nouveaux pseudos tels Hopi, Lodi, F68.10…

Patrice Charoulet a tout dit 18 janvier 2020 à 21:47 :

« Emmanuel Macron, ado de 15, est tombé sous le charme de sa prof de 40 ans, mère de famille. Il est président de la République. Cette séduction n'ayant indigné presque personne en France, l'ancien ado n'ayant pas écrit de livre pour relater les faits, le Parquet, je crois pouvoir l'avancer, n'ouvrira pas d'enquête.
Gabriel est vilipendé et traqué, on demande la taule pour lui. La seconde est la First Lady. »

Achille, déjà porte-serviette de la macronie pas encore née, ajoute son grain de sel en écrivant le 19 janvier 2020 à 07:12
« Je trouve parfaitement incongru de faire le parallèle entre Gabriel Matzneff et Brigitte Macron et je m’étonne qu’une personne intelligente comme vous se soit laissé aller à ce travers.
Dans le premier cas il s’agit d’un pédophile notoire qui tirait de ses ébats avec des enfants des livres érotiques destinés à satisfaire le côté vicelard de ses lecteurs et, mon Dieu, les affaires marchaient plutôt bien jusqu’à ce jour.
Dans le second il s’agit tout simplement d’une histoire d’amour qui dure depuis bien longtemps (ils sont mariés depuis douze ans) et est amenée sans doute à durer longtemps encore. »

Quant à F68.10 le 19 janvier 2020 à 08:34, il est encore bien mieux informé que Mediapart ou autres en nous indiquant que, bien que n’étant pas porte-bougie :

« Tout à fait d'accord avec vous. D'autant plus que la comparaison faite avec Matzneff, par Patrice Charoulet par exemple, est assez indécente: 1. Il n'y a pas eu de relation sexuelle avant 16 ans à ma connaissance (bien que je ne sois pas dans le secret des alcôves...). 2. Il semble que ce soit quand même Emmanuel qui soit revenu à la charge un peu à répétition, et pas Brigitte qui se serait comportée comme l'ogre Matzneff. 3. Quand une relation se passe bien sur le long terme, il faut bien reconnaître que c'est plus honorable que le harcèlement subi par Vanessa Springora. »

Monsieur Bilger, votre blog est un véritable rafraîchissement de la pensée en fait… Sans vouloir aucunement vous vexer, vous êtes une sorte de Ménie Grégoire masculin pour certains qui s’épanchent en nous racontant leurs « "E" motions » vécues ou rêvées !!

Rappel pour les plus jeunes de ce blog, je sais, ils sont rares :
Ménie Grégoire
https://fr.wikipedia.org/wiki/Menie_Gr%C3%A9goire

Michel Deluré

@ Patrice Charoulet 18/20 21:47

Voilà qui est pour le moins osé de faire un parallèle entre la situation de Gabriel Matzneff et Brigitte Macron !

Que je sache, Brigitte Macron n'a, à ma connaissance, jamais usé de sa position pour abuser de mineur(e)s et ériger en mode de vie ces pratiques perverses, elle n'a jamais été accusée par quelques-uns (ou unes) de ses élèves de quelque agression sexuelle que ce soit, elle n'a jamais poussé l'audace jusqu'à narrer dans le détail de quelconques comportements sexuels dépravés, comptant sur l'onction littéraire pour l'absoudre de ses péchés sexuels et elle a enfin épousé celui qui l'aimait pour vivre avec lui, depuis nombre d'années, une union de couple normal.

Alors, de grâce, comparez ce qui est comparable et ne tombez, Patrice Charoulet, ni dans l'outrance ni dans le ridicule !

herman kerhost

@ Patrice Charoulet | 18 janvier 2020 à 21:47

Dans le cas du couple présidentiel il semblerait que ce soit l'adolescent Macron qui ait tout fait pour séduire la dame, et non l'inverse, comme dans le cas Matzneff. Et puis 15 ans, la majorité sexuelle en France, ce n'est pas 14 ans, qui était l'âge de Vanessa Springora à l'époque des faits reprochés à l'écrivain pédophile.

breizmabro

@ Lotus 18 janvier 18:07

Attention Lotus ! Deviro veille à ce que PERSONNE ne dise du mal de son fantasme féminin.
Alors, vive les fake photos ! :D

Plus sérieusement : qu'est-ce qu'elle vient faire à la télé privée, la maîtresse d'école, pour nous dire comment interpréter les mots de l'auteur !

Exemple, en parlant du paysagiste au chômage : "nous sortions d'un restaurant (que déjà le mec ne peut pas se payer) et le restaurateur dit à Manu", après l'avoir invité, of course : "je ne trouve pas de personnel payé au lance-pierres pour quinze heures par jour".

Du coup Manu devenu recruteur de Pôle emploi en un instant (un président c'est réactif) dit au paysagiste "moi je vous trouve un job, vous n'avez qu'à traverser la rue".

Perso je voyais mal le paysagiste servir en salle Manu et Brizitte, mais bon... comme Manu qui fait président des Français ne fait pas la différence entre un serveur de restaurant et un paysagiste ça donne ce dialogue surréaliste. En France si t'es paysagiste tu peux faire serveur, voire plongeur. Tu peux faire également paysagiste ou garagiste, pourquoi pas si le garagiste manque de personnel.

Heureusement que Manu avait un Pôle emploi plus efficace que lui lorsqu'il a quitté la banque Rothschild pour le replacer, sinon il aurait pu, rien qu'en traversant la rue, devenir mannequin pour LVMH... ou président de Renault.

Ellen

@ Patrice Charoulet | 18 janvier 2020 à 21:47

Vous me décevez ! Laissez la vie privée du couple Macron en paix. Ils sont mariés, fidèles l'un à l'autre et s'aiment toujours autant depuis leur première rencontre.

Nous, ce qui nous intéresse c'est la France et sa politique et pas la couleur des draps des uns et des autres.

Achille vous a donné sa réponse. C'est aussi la mienne.

Pierre Blanchard

Et voilà les armées maintenant...

Et pendant ce temps-là, les mots de Macron en Côte d’Ivoire s’envolent… Vous vous rappelez le chef des armées qui annonçait en décembre

https://actu.orange.fr/societe/videos/l-allusion-d-emmanuel-macron-aux-retraites-face-aux-militaires-francais-a-abidjan-CNT000001mgF5T.html

https://www.vie-publique.fr/discours/272545-emmanuel-macron-20122019-intervention-militaire

"Cette condition militaire que nous ne devons jamais oublier dans ce qu'elle emporte d'unique et dans tout ce qu'elle exige, de ce que vous donnez à la Nation et de ce que la Nation vous doit à tous égards, j'en suis le garant et j'en serai le garant pour tout ce que cela emporte. Quand on est militaire, on ne touche pas la retraite, on a une pension. C'est différent, tout est différent. »

A priori la « différence » a fondu sous le ciel africain car le Conseil Supérieur de la Fonction Militaire (CSFM) qui est en général une boîte à « oui-oui » quand le gouvernement lui demande de se saisir d’un sujet vient, ô surprise… de ne pas dire non, le pourrait-il ?

Mais il conclut à « ne pas émettre d’avis favorable au projet ».

https://fr.sputniknews.com/france/202001191042929160-certaines-dispositions-fragilisent-notre-modele-darmee-le-projet-de-reforme-des-retraites-rejete/

L’âge pivot concerne aussi les militaires.
Sauf qu’après analyse, les membres du Conseil supérieur affirment que «certaines dispositions fragilisent notre modèle d'armée et la condition militaire». En effet, les militaires seraient aussi soumis à un bonus ou malus sur leur pension selon l’âge de départ. «Le calcul des décotes qui peut se traduire par des abattements de l'ordre de 20 % […], des décotes dissuasives pouvant aller au-delà de 60 %», ont-ils signalé.

"L'armée conteste à son tour le projet de réforme des retraites"
https://www.capital.fr/economie-politique/larmee-conteste-a-son-tour-le-projet-de-reforme-des-retraites-1360052

"Le principe même de l'escalier social est mis à mal avec le nouveau système", assène le Conseil supérieur de la fonction militaire, qui regrette notamment l’absence d’un outil de simulation, "pourtant demandé à plusieurs reprises". Aucun commentaire officiel n’a été fait concernant ce courrier, que ce soit par l’exécutif ou le Conseil supérieur de la fonction militaire. Le gouvernement a encore du travail pour convaincre sur sa réforme des retraites…

Lucile

@ F68.10 | 19 janvier 2020 à 08:34

Le RIC (ou votation) n'est pas une fin en soi. Vous en êtes à chercher sur quel sujet on pourrait en faire un, ce qui prouve à quel point il est perçu comme un remède aux malaise de la démocratie et non comme un mode de prise de décision. Je ne suis pas contre des consultations directes par principe, mais tout est dans la question posée. Sur les questions importantes, une opposition structurée et capable de renverser un gouvernement le cas échéant me paraît plus sûre.

Pendant ce temps certains citoyens caressent l'envie de bazarder le Sénat, et réclament avec insistance qu'on ampute la Chambre des députés parce que "ça coûte trop cher", alors que les municipalités construisent toujours plus de ronds-points et créent des postes de jardinier pour les entretenir, sans compter les employés de mairie qui ne servent à rien et à qui on a du mal à faire faire leurs 35 heures par semaine. Sans que personne ne bronche.

Exilé

@ jack
« les mesures Gilets jaunes n'ont pas apporté que le Grand débat mais 17 milliards d'euros. »

1. Ce « Grand débat » n' a été qu'une mise en scène ayant permis à M. Macron d'occuper le terrain médiatique de façon illégale avant les élections européennes, en parlant pour ne rien dire de façon non constructive, à son habitude.

2. Ces 17 milliards n'ont pas été perçus uniquement par les Gilets jaunes, non identifiables, mais ont été également versés à des gens qui disaient pis que pendre de ces GJ, qui se sont retrouvés pour plusieurs Grosjean comme devant.

Xavier NEBOUT

@ Achille

Ségolène Royal est effectivement loin d'être insignifiante tout en ne valant pas un clou, et cette contradiction n'est d'ailleurs pas sans intérêt.

Son charisme dépasse de loin celui de toutes les personnalités de gauche en vue pour les présidentielles, et pourrait assurément être le refuge de tous les électeurs de gauche ayant voté Macron, d'autant plus que le slogan de la présidentielle pourrait bien être "plutôt crever que voter Macron".

De son côté, M. Le Pen semble avoir fait des progrès dans sa manière de s'exprimer, et son image devient plus rassurante.

Xavier NEBOUT

Il y a des profs qui se font chahuter et d'autres pas, des chefs militaires qui portent à l'héroïsme et d'autres à la désertion.
La différence ne tient pas aux qualifications et encore moins à l'autorité qui relève du droit, mais à l'intelligence, cette faculté antérieure à la raison qui entraîne la communion d'esprit, et à laquelle les Macron ne comprennent rien.
P. Bilger pas tout non plus, car c'est là que les dirigeants se montrent brillants ou pas.

La performance rhétorique ne relève pas de la construction raisonnée, mais de la communion d'esprit qu'elle provoque.
Ce n'est pas en relisant les discours de Mussolini qui aura été un orateur extraordinaire que l'on comprend la ferveur qu'il a entraînée.
La gloire du Christ n'a pas sa source dans ses paroles telles que relatées dans les évangiles.
Briller, cela relève du spirituel.
Le mot qui coince dans les cerveaux délavés à la sauce 1789, et là, cher Monsieur Bilger, il faudrait peut-être risquer de dépasser un peu des clous.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS