« Le président victime et coupable ? | Accueil | Nos compatriotes juifs sont-ils en danger ? »

22 janvier 2020

Commentaires

Catherine JACOB

@ Patrice Charoulet | 22 janvier 2020 à 17:29
« A ceux qui pensent qu'on incarcère trop en France.
Aux Etats-Unis, une personne sur cent est détenue.
En France, une personne sur mille. »

A vous en croire, il y aurait donc (en 2019)
• 328 239 523 hab (soit 33 hab./km2) : 100 = ~3 282 395 détenus aux USA contre (en 2018)
• 67 795 000 hab (soit 100,8 hab./km2) : 1 000 = ~677 950‬ détenus dans notre pays.
Cela nous donne donc également, au km²

9 833 517km² x 33 : 100 = 324 506 061 détenus : 9 833 517 km² = ~ 0,33 détenu au km² contre
632 734 km² x 100,8 : 1 000 = 63 780 détenus : 632 734 km² = ~ 0,1008‬ détenu au km²

Autrement dit, on incarcère aux USA 1 détenu tous les 3km² quand en France on a 1 incarcération tous les 9,92km²
Autrement dit encore, pour 1 incarcération en France, on a rapporté à la superficie du pays 3 incarcérations au USA, ce qui fait trois fois plus et non pas dix fois plus.

Qu'est-ce que ce mode de calcul nous enseigne ?
Pour commencer que les généralités ne sont pas probantes et que si on incarcérait en France relativement à la population totale, dans les mêmes proportions qu'aux USA, cela nous donnerait 1,008‬ détenu au km² soit trois fois plus qu'aux USA (0,33 détenu au km²) ce qui nécessiterait de multiplier par 9 ou 10 le parc actuel de lieux de détention. Je pense que les crédits nécessaires à cet effet seraient beaucoup mieux employés autrement ailleurs, notamment à faire de la prévention !

Robert

Dans mon commentaire du 22 janvier 2020 à 16:19, j'avais cité l'adage "Errare humanum est, perserverare..."

Il me semble intéressant de rapprocher cette citation de l'article en ligne de Marianne qui rapporte des éléments recueillis lors de l'entretien avec madame Belloubet sur France Inter lundi dernier. J'en cite deux courts extraits :

« "Ce que nous avons essayé de faire, c'est de promouvoir des transformations qui sont importantes, qui bouleversent les habitudes... Je crois que dans toute innovation, dans tout ordre nouveau, au sens où des choses nouvelles apparaissent, il y a un temps d'adaptation qui est peut-être plus long que celui qui a été suivi", détaille Nicole Belloubet. Gilets jaunes, mouvement social contre la réforme des retraites, colère à l'hôpital : tout cela, et le reste, se trouve ainsi renvoyé au rang de contretemps dans la marche de l'Histoire, inéluctable, que l'exécutif a eu le tort de vouloir accélérer.
[...] A entendre la garde des Sceaux, le gouvernement ne semble d'ailleurs pas avoir l'intention de lever le pied : "Je crois en même temps qu'on ne peut pas laisser traîner les choses en longueur sinon rien ne se fait, in fine", plaide-t-elle. Décidément, on n'arrête pas le progressisme… »

https://www.marianne.net/politique/le-gouvernement-t-il-rate-quelque-chose-pour-belloubet-ce-sont-les-francais-qui-ne-s

Cela confirme que la chienlit dans laquelle la France s'enfonce n'est pas près de cesser... Jusqu'en mai 2022 ?

PAUL

Il y a 800 000 vols de téléphones portables par an selon un reportage sur W9. Une infime partie est récupérée au prix d'un travail insensé des forces de police. Aux USA? pour un vol de portable c'est direction le pénitencier. En France les délinquants sont de retour sur leurs lieux de fauche avant que les policiers aient fini leur rapport.

Patrice Charoulet

ZEMMOUR / ONFRAY

Je connais Zemmour par cœur. J'ai entendu Onfray deux cents fois. Ils ont déjà dialogué plusieurs fois.
J'écoute en replay (gratuitement) « Zemmour et Naulleau » du mercredi 22 janvier. Le premier invité est Onfray. Il a écrit un livre sur les Gilets jaunes. Naulleau a d'abord fait une analyse du livre. Zemmour a émis quelques réserves. Puis nous avons été gratifiés d'une longue tirade du philosophe normand sur les Gilets jaunes (qui résument le peuple !) qu'il oppose au "pouvoir maastrichtien". Bluffé, avant que l'on passe à l'invitée suivante, Zemmour n'a pu que dire : « Cher Michel, je vous propose de reprendre ma place ! » Autre façon de dire : « Je souscris entièrement à vos propos. »

Eh bien moi, je n'y souscris absolument pas. Ces jours-ci, je venais de citer un récent ouvrage de l'historien Pierre Vermeren professeur à la Sorbonne, intitulé : « Les Gilets jaunes, une jacquerie au XXIe siècle ». Va pour « jacquerie ». Mais la question est : l'approuve-t-on ? La soutient-on ? L'encourage-t-on ? Ou non. Sans être le moins du monde macroniste, je le redis, je suis totalement hostile à cette jacquerie, à ses procédés, à ses agissements, à ses agressions, à ses incendies, à sa confusion, à son n'importe quoi. Onfray ne m'a pas bluffé, ne m'a pas convaincu, ne m'a pas enfumé. Non à l'émeute, non à la jacquerie, non à la chienlit ! Et vive la démocratie représentative ! Il n'y a pas mieux. Que ceux qui ne sont pas contents du macronisme votent autrement les prochaines fois. Et - c'est d'actualité - d'abord aux municipales.
N'étant pas satisfait du macronisme, je ne voterai pas pour ceux qui s'en réclament ou qui se réclament de son allié principal : le MoDem.

Giuseppe

@ Marc GHINSBERG | 23 janvier 2020 à 09:01
"...je ne suis pas sûr que... "

Je n'ai pas pu résister, pour un banquier la position est faible, à quelques encablures des perches il faut être sûr, le choix est fait dans la tête avant, pour l'essai transformé entre les barres.
Vous êtes surprenant.

Ellen

"Nicole Belloubet : Taubira sans le verbe..." (PB)

Et sans tête ?

Que voulez-vous, en France, paraît-il, il n'y a que des déséquilibrés ! Et comme les prisons et les hôpitaux psychiatriques sont surchargés, pas question de mettre les voyous encore plus en difficulté. Ce serait contraire à la charte des droits de l'homme.

Elle me fait vraiment de la peine. La malheureuse ministre de la Justice "oublie" être propriétaire d'une maison de 184 m² dans l'Aveyron, d'une maison de 136 m² dans les Yvelines, d'une maison de 200 m² en Haute-Garonne, d'un appartement de 285 m² et d'un garage de 20 m² dans le Vaucluse. Tant mieux pour elle. Et c'est vraiment pas de chance, elle a aussi oublié de colmater les trous avant le passage des petites taupes.


F68.10

@ Serge HIREL
"La droite aussi, depuis 2004 et la loi Perben, qui, pour remplacer la prison, a créé des « stages de citoyenneté », n’a pas été beaucoup plus à la hauteur des enjeux."

En même temps, les "stages de citoyenneté", cela peut aussi servir à droite de la droite de la droite. L'essentiel de ce que je sais des stages de citoyenneté, c'est à travers le témoignage de Henry de Lesquen:

https://lesquen.fr/2019/04/03/mon-stage-au-memorial-de-la-choah/

Bon, je trouve que sa description du stage de citoyenneté comme étant "nord-coréen" (à 3:06) est quelque peu hyperbolique, mais sa vidéo est assez hilarante, autant sur Henry de Lesquen lui-même, tellement il est impayable dans son extrémisme (ce qui lui vaut le surnom du "punk" dans certains milieux), mais aussi sur les stages de citoyenneté...

C'est vrai que la vidéo du punk ne me convainc pas vraiment de l'utilité de tels mécanismes punitifs.

Serge HIREL

Finalement, tous ces p’tits gars qui, dans nos cités inhumaines, caillassent les voitures de flics et les fourgons de pompiers pour passer le temps et leurs nerfs, parce que cette société pourrie, qui ne leur fournit ni tunes ni taf et ne les respecte pas, les empêche aussi de dealer, sont des victimes. Les vraies victimes, contrairement à celles qui réclament justice et réparation après l’incendie de leur voiture ou un séjour à l’hôpital pour cause d’agression...

De la prison pour ces p’tits gars si peu gâtés par la vie ? Vous n’y pensez pas ! Ce serait néfaste au développement de leur personnalité ! Et de leur business... Que deviendrait leur business ? En toute extrémité, un bracelet électronique... Oui, peut-être... Mais un simple rappel à la loi est la bonne solution. Ce sont de bons p’tits gars... c’est la société qui pose problème !

Ce discours est à peine exagéré. Voilà où en est la Justice de notre pays, la France, qui se targue depuis des lustres de protéger ses citoyens, d’éradiquer la délinquance, d’être la nation qui, la première, en 1789, a défini les « droits naturels et imprescriptibles de l’Homme » que sont, en particulier, la sûreté et la propriété.

La Justice ou, plus exactement, le pouvoir politique qui la façonne, la place Vendôme, qui, malgré l’opposition d’éminents juristes, les doutes exprimées par de nombreux experts et les alertes multiples de personnalités du monde judiciaire, se complaît, se vautre, se perd dans le laxisme. Tous les juges, fort heureusement, ne partagent pas ce désastreux laisser-aller, et, quand le Code pénal le leur permet encore, condamnent les « p’tits gars », qui sont autant de voyous, à de la prison ferme.

C’en est trop. Sur les traces de l’ex-indépendantiste guyanaise Taubira, Nicole Belloubet, par un texte contraignant, va se charger de mettre ces récalcitrants au pas... au moment même où les statistiques n’ont jamais été aussi élevées dans la quasi-totalité des catégories de la délinquance. Mardi après-midi, à l’Assemblée nationale, la maigre défense du secrétaire d’Etat à l’Intérieur face à cette réalité avait des allures de naufrage...

Le pire est que cette attitude aberrante n’est pas l’apanage de ces deux ministres, militantes de la gauche la plus permissive, qui ont agi et agissent par idéologie. La droite aussi, depuis 2004 et la loi Perben, qui, pour remplacer la prison, a créé des « stages de citoyenneté », n’a pas été beaucoup plus à la hauteur des enjeux. En matière d’exécution des peines de prison, les dispositions de la loi pénitentiaire de 2009, préparée par Rachida Dati et défendue devant le Parlement par Michèle Alliot-Marie, sont d’une incroyable mansuétude. Et elles ne sauraient être justifiées - comme cela fut le cas - par la nécessité de désengorger les lieux de détention, en attendant la livraison de milliers de nouvelles cellules. Encore eût-il fallu qu’elles soient commandées... On sait aujourd’hui que ces plans successifs de rénovation et de construction n’ont jamais été respectés.

Il ne s’agit pas bien sûr de ressusciter le bagne de Cayenne. Et, pour le voyou, qui n’en est pas au grand banditisme, la prison moderne ne doit pas avoir qu’un objectif punitif, même si cet aspect n’est pas à gommer. Quinze jours de taule peut mettre fin à une dérive prédélinquante beaucoup plus sûrement qu’une énième salve de remontrances d’un juge. Elle doit être aussi un lieu où la société lui donne une deuxième chance. Une chance que ne saurait lui apporter, bracelet électronique à la cheville, son confinement à domicile et dans son quartier, ni même quelques dizaines d’heures de TIG, exécutées de mauvaise grâce.

Cela exige probablement une réforme de fond, de nouveaux métiers au sein de la pénitentiaire, un renforcement des moyens au niveau des JAP et naturellement de nouveaux centres de détention. Ce n’est pas facile à admettre, mais, au regard du nombre de "quartiers sensibles" où la République a reculé, on est en droit de se demander s’il ne serait pas plus urgent et plus utile de financer une telle construction que celle d’une MJC de plus, qui sera plus ou moins vite saccagée...

Il faudrait aussi, pour que la condamnation soit plus pertinente, plus exemplaire, plus efficace, faire en sorte que la Justice soit plus proche du justiciable, dans ses délais et sur le terrain. Trop souvent, le jugement intervient plusieurs mois, voire un an, après la commission du délit. Un laps de temps qui rend la peine incompréhensible pour le délinquant et donc injuste à ses yeux.
Et que dire, par exemple, des 45 km qui séparent le trop célèbre quartier du Val Fourré à Mantes-la-Jolie du Tribunal de Grande Instance de Versailles, seul compétent sur ce territoire ? La plupart du temps, les voyous sont rentrés chez eux avant les gendarmes... A moins que, réunis avec quelques copains devant la caserne, ils ne les narguent à leur retour...

Ce laxisme, ces errements, ont un triple effet : ils confortent les « sauvageons » dans leur certitude d’être impunis ; ils alimentent le malaise des forces de police ; ils donnent au citoyen le sentiment de l’impuissance de l’Etat dans ses prérogatives régaliennes. Désastreux...

Xavier NEBOUT

Rappelons qu'en France 95 % des plaintes sont classées sans suite, alors qu'aux USA, le moindre délit se solde souvent par de la prison.
Il faudrait donc construire, non pas 7 000 places supplémentaires, mais 500 000, sans parler de la corruption généralisée dans la fonction publique et associations diverses qui en justifierait quelques milliers de plus.

La question qui se pose est en réalité de savoir pourquoi il y a autant de délinquance dans notre pays, et la réponse est relativement simple: la malhonnêteté intellectuelle déculpabilise les délinquants (au sens psychologique), et pour ce qui est de la malhonnêteté intellectuelle, la France en est la patrie mondialement reconnue.

Avec Macron, nous aurons - espérons-le - connu le pire du genre. Avec sa comédie à Jérusalem, même les journalistes bien politiquement corrects ne peuvent plus le sentir.


gréaudon

Les délinquants, les criminels, les terroristes vont de moins en moins en prison, mais d'un autre côté, "en même temps", on "criminalise" des gens sans histoire qui n'ont rien, qui n'ont rien eu de toute leur vie, à se reprocher:

https://ripostelaique.com/journaliste-depuis-1959-je-suis-mis-en-examen-a-88-ans-une-premiere.html

Le délit d'opinion sera bientôt plus puni que le crime physique.
Et ce délit d'opinion commence dès la lecture du blog de notre ami PB.

Catherine JACOB

"La construction dans l'urgence de nouvelles prisons et instaurer une authentique et fiable exécution des peines."

Peut-être, mais quid d'un suivi psychologique sérieux dans le temps d'enfermement, d'un réel accès accompagné à la culture de notre pays ainsi qu'à la culture générale, de l'apprentissage d'un métier le cas échéant ainsi que de la mise en place sérieuse de possibilités de réinsertion adaptées au profil de l'individu concerné et enfin d'un accompagnement des familles dans le temps d'enfermement.

boureau

Au-delà de l'emploi des mots ("laxisme invétéré de Taubira et mansuétude affichée de Belloubet"), il existe une réalité qu'il faut bien nommer cher P. Bilger : l'idéologie de gauche !

Donc rien de surprenant, rien d'extravagant, à ce que ces deux personnalités appliquent, lorsqu'elles sont en poste, l'idéologie dans laquelle elles ont toujours baigné.

Que croyez-vous cher P. Bilger, qu'elles vont changer pour vous faire plaisir ?

Le report de la mise en place de nouvelles places de prison ne vous éclaire-t-il pas ? Macron en avait promis 11 000 dans son mandat. Après quelques mois de quinquennat, on ne nous en annonce plus que 7 000 pour fin 2022. Finalement le mandat se terminera avec quelques centaines (et ce n'est pas sûr !) de places de prison supplémentaires.

Éclairant une fois de plus ce que Macron pense de la Justice et de la sécurité des Français. Mais rien de nouveau finalement.

Cordialement.

Michel Deluré

La voie empruntée est celle de la facilité, celle du renoncement.

Puisqu'il y a surpopulation carcérale, ne cherchons pas plus loin, faisons tout simplement le vide dans les prisons pour libérer de la place ! C'est d'une logique implacable.
Message reçu cinq sur cinq par tous les délinquants en puissance ou possédant déjà un CV éloquent en la matière.

En revanche, quels sont les moyens pour agir efficacement sur les causes réelles de l'accroissement de la délinquance et quels sont les programmes de construction de prisons nouvelles ?
Là résident les vraies solutions mais passez votre chemin, il n'y a rien à voir.

Marc GHINSBERG

@ sbriglia

Merci pour votre confirmation. Pour le reste je ne suis pas sûr que nos points de vue convergent...

sbriglia@Marc Ghinsberg

"Pouvez-vous me confirmer que Rachida Dati (garde des Sceaux de Nicolas Sarkozy) avait permis que les aménagements de peine puissent concerner les personnes condamnées à moins de deux années de prison et que Christiane Taubira (garde des Sceaux de François Hollande) avait limité cette possibilité aux personnes condamnées à moins d’une année de prison ?"
Rédigé par : Marc GHINSBERG | 22 janvier 2020 à 18:16

Je vous le confirme.

Mais les mathématiques ne me semblent pas être votre fort... ce qui pour un banquier est quelque peu curieux…

Voyons :

- Madame D. vous fait frapper de 10 coups de verges si vous avez volé des pommes mais accepte que ces 10 coups de verges soient modulés en deux coups seulement.

- Madame B. décrète que si vous avez volé des pommes vous n'aurez plus jamais dix coups de verges... sauf si vous estourbissez le propriétaire du pommier, ce qui est une autre histoire…

Le laxisme de Madame B. est-il plus difficile à comprendre pour vous que la variation des taux Euribor ?

Achille

Le problème des prisons, c’est que le délinquant, petit ou grand, ou même et surtout le criminel, finit toujours par en sortir une fois qu’il a « payé sa dette à la société ».
Et c’est là que les ennuis recommencent car rares sont les détenus qui ont compris la leçon et ne font plus parler d’eux.
Pire, certains sortent encore plus enragés que lorsqu’ils en étaient rentrés. Il y en a même qui sont devenus des terroristes radicalisés en puissance car lors de leur séjour tous frais payés, ils ont eu droit à des cours sur les bienfaits de l’Islam qu’ils s’empressent de mettre en pratique une fois sortis.

Alors la prison pour ceux qui ont commis des délits ou des crimes certes, mais peut-être faudrait-il aussi que les détenus soient resocialisés sinon ils vont recommencer et la peine de prison n'aura servi à rien.

Lodi

@ Patrice Charoulet

https://www.lemonde.fr/international/article/2018/12/21/les-etats-unis-amorcent-la-fin-de-l-incarceration-de-masse_5401026_3210.html

Giuseppe

@ sbriglia | 22 janvier 2020 à 17:18

En rugby réaliser une "casquette" est d'une grande opportunité de jeu, la vision en plus.
Elle a été créée par un joueur puis entraîneur de la belle époque de ce jeu, d'ailleurs il était surnommé Casquette, il en portait une aussi.
Je vous laisse le soin de le découvrir.

Si ma mémoire ne me trahit pas, elle permit de battre Toulon à domicile après une partie d'anthologie, sur une magnifique casquette réalisée à la fin du match côté fermé par le préféré des "populaires".

Vous seriez intronisé dans cet ordre... Il fallait la vivacité, les cannes sur 30 m... La classe du crochet ou du cadrage-débord pour la réaliser... Il aurait pu vous faire la passe sans hésiter, bien sûr il était demi de mêlée.

breizmabro

@ Mary Preud'homme 22 janvier 16:10
"Elles sont trop mimi, toujours si bien coiffées et pas l'ombre d'un ravalement de façade !"

Ben non, elles n'étaient pas incluses dans le devis du ravalement de façade de l'Elysée par souci d'économie vu l'état d'endettement de notre pays ;)

Adéo Mary

-------------------------------------------------------------

@ sbriglia 22 janvier 17:18
"Je l'enverrais bien faire un stage au pavillon de Breteuil, rayon poids et mesures…"

C'est élégamment dit. Curieusement ça ne m'étonne pas de vous.

Exilé

Il y va du sort - grand mot mais justifié - du peuple français, citoyen par citoyen.

Il y va plus simplement du sort de chaque Français, être humain avant d'être éventuellement un « citoyen ».

Frederic

Pensez-vous, Monsieur Bilger, qu’un auteur de fait d’agression sexuelle, ou de vol à main armée, puisse bénéficier du port d’un bracelet électronique, échappant ainsi à une incarcération, ou du moins à une détention préventive ? Si tel est le cas, j’abonde sincèrement à la teneur de votre billet, et je trouve que ces deux ministres de la Justice peuvent figurer indignement sur votre propre mur.

A la lecture de votre billet, un certain Patrick B. de Levallois-Perret peut se retourner dans sa cellule.

Marc GHINSBERG

@ sbriglia

Vous êtes bien plus compétent que moi sur ces sujets.
Pouvez-vous me confirmer que Rachida Dati (garde des Sceaux de Nicolas Sarkozy) avait permis que les aménagements de peine puissent concerner les personnes condamnées à moins de deux années de prison et que Christiane Taubira (garde des Sceaux de François Hollande) avait limité cette possibilité aux personnes condamnées à moins d’une année de prison ?

Michelle D-LEROY

Il devient de plus en plus évident que notre pays n'a plus les moyens de son train de vie, il faut regrouper, minimiser, diminuer tous domaines confondus (justice, hôpital, école dont le bac…).
Le plus incroyable est que Mme Belloubet souhaite faire rentrer des djihadistes actuellement en Irak, pense-t-elle au bracelet électronique ? Comment alourdir le budget d'un côté et faire des économies néfastes d'un autre côté ?

Le bracelet électronique coûte moins cher que la prison, mais les vérifications et le suivi ?

…"Alors qu'ils accomplissent leur devoir et participent encore de ce qui fait tenir notre société."

Que deviendrions-nous si tous ceux qui "font tenir la société", juges, médecins, profs, et tous les anonymes de l'ombre, sérieux et efficaces venaient à jeter l'éponge ? Ce sont eux les piliers et la force du pays bien que rarement récompensés à leur juste valeur... de peur de vexer tous les paresseux et les insouciants.

En voulant donner une impression de nouveau monde juste pour réaliser des économies à un moment où la délinquance est à son paroxysme, cela donne un mauvais signal… me semble-t-il.

Patrice Charoulet

A ceux qui pensent qu'on incarcère trop en France.

Aux Etats-Unis, une personne sur cent est détenue.
En France, une personne sur mille.

sbriglia

Hélas, Marc Ghinsberg, dans le même discours, ces perles :

"Cherchant à sortir du systématisme de l’incarcération, particulièrement pour les courtes peines, le nouveau dispositif est construit de la manière suivante :
- les peines d’emprisonnement ferme de moins d’un mois sont proscrites ;
- entre un et six mois, la juridiction devra prononcer, par principe, une peine autre que l’emprisonnement ;
- entre six mois et un an, c’est le tribunal correctionnel qui prononcera directement la peine ;
- Au-delà d’un an, une peine d’emprisonnement prononcée devra être effectivement exécutée."

15 jours ferme, ça permettait au casseur, au chauffard, au voleur à la tire de commencer à réfléchir…

Si j'ai bien compris, le thermomètre carcéral de madame Belloubet commence à 12 mois et un jour ?

Je l'enverrais bien faire un stage au pavillon de Breteuil, rayon poids et mesures…

Marc GHINSBERG

Qui aurait pu l’imaginer ? Il existe dans l’esprit de Philippe Bilger pire que Christiane Taubira ! Pauvre Nicole Belloubet, déjà vilipendée par Jean-Luc Mélenchon (pas pour les mêmes raisons), la voilà honnie par notre magistrat honoraire qui trouvait remarquable le garde des Sceaux Jean-Jacques Urvoas. Urvoas, hélas !

Pour qui veut se faire une opinion sur ce que pense Nicole Belloubet, rien de mieux que de lire ses discours. Voilà ce qu’elle dit sur la loi qui provoque l’ire de Philippe:

http://www.presse.justice.gouv.fr/discours-10093/discours-de-2019-12951/colloque-lequilibre-des-peines-de-la-prison-a-la-probation-32362.html

On y apprend, au passage, que : « D’ici 2022, 7 000 nouvelles places de prison seront livrées et 8 000 autres lancées ».
Insuffisant ? Peut-être. Sur 70 000 places existantes, ce n’est tout de même pas tout à fait rien.

Robert

Que rajouter à ce billet, Monsieur Bilger ? Tout est dit sur le constat comme sur les conditions pour imposer l'autorité des lois.

Je retiens ce passage presque conclusif :
"Si on accepte de quitter le territoire de l'idéologie - qui sur beaucoup de plans réunit malheureusement droite classique et gauche sulpicienne - pour revenir à la dure réalité, deux défis devraient mobiliser les gouvernements en matière pénale.
La construction dans l'urgence de nouvelles prisons et instaurer une authentique et fiable exécution des peines. "

Certes Madame Belloubet n'a pas le verbe de madame Taubira, mais elle reste l'une des cautions de gauche les plus emblématiques de monsieur Macron. Une simple lecture de sa carrière sur Wikipédia le confirme sans conteste. Donc sa politique pénale s'inscrit dans la continuité de celle de madame Taubira. Sa dialectique est sur ce point fort ressemblante, d'autant qu'elle se trouvait au Conseil d’État quand l'autre exerçait les fonctions de garde des Sceaux...

Dans ce contexte, vos souhaits n'auront guère de chance d'être repris par le gouvernement. Lorsque vous posez la question "faut-il considérer que, pour un garde des Sceaux, la constance dans l'erreur représente une qualité ?", d'évidence on a envie de revenir à l'adage latin : "errare humanum est, perseverare diabolicum"... Rien donc ne me semble devoir s'améliorer !

Mary Preud'homme

Elles sont trop mimi, toujours si bien coiffées et pas l'ombre d'un ravalement de façade !

Denis Monod-Broca

Notre société est malade, indéniablement. La prison est-elle le remède ? Pas sûr.
La justice juge et punit, c'est son rôle. Il est indispensable. Son objet est le sort de chaque prévenu, il n'est pas, sinon indirectement, la santé de la société dans son ensemble. En demandant à la justice quelque chose qu'elle ne peut pas donner, nous l'affaiblissons.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS