« Nicole Belloubet : Taubira sans le verbe... | Accueil | Affaire Halimi : le président se crashe ! »

24 janvier 2020

Commentaires

Achille

@ boureau | 25 janvier 2020 à 17:42
« Pour reprendre la phrase de sbriglia (25 janvier 2020 12:22) :
"Il ne devrait pas être permis aux retraités de se coucher après 22h"
Et j'ajoute : "de se lever avant 09:00" »

A toutes fins utiles, je vous ferai remarquer que cette perfidie m’était destinée.
Il me semble qu’un avocat, ou présumé tel, devrait être en mesure de donner un développement un peu plus élaboré sur le sujet portant sur l’antisémitisme plutôt que se limiter à distribuer des bons et des mauvais points aux autres intervenants.
Surtout sur un thème comme celui-ci qui met en évidence certaines lacunes de la Justice dans des affaires particulièrement sordides comme celle de l’affaire Sarah Halimi où son assassin a été considéré comme irresponsable parce qu’il était sous l’emprise d’une « bouffée délirante » et donc ne sera pas jugé.

Vous seriez bien inspiré en ne suivant pas son comportement inutilement agressif. Vous valez mieux que ça, me semble-t-il.

------------------------------------------------------

@ S Carioca | 25 janvier 2020 à 17:18
« Dire que les juifs ceci ou cela c'est discriminer selon la religion ou le groupe.
Là encore biais de confirmation probable. »

Ben oui, aujourd’hui on ne peut plus rien dire sans risquer de voir nos propos détournés de leur sens par des pisse-vinaigre et se faire accuser de tous les maux.
Il faut être Juif pour parler des juifs, Noir pour parler des noirs, homo pour parler des homos.
Nous traversons une époque particulièrement sinistre où tout ce que l’on dit peut être retenu contre nous, selon la bonne vieille formule des séries policières américaines.
Espérons qu’un jour prochain il sera possible d’en sortir, car c'est vraiment gavant !

Mary Preud'homme

@ Lotus | 25 janvier 2020 à 18:32

La race blanche n'a jamais existé, sauf chez les tenants nazifiés de la race aryenne de sinistre mémoire...
Mais le groupe blanc oui, selon les classifications des ethnographes, groupe auquel sont rattachés les ethnies arabes, kabyles, berbères, palestiniens, syriaques etc.
Etonnant non ?

----------------------------------------------------

@ S Carioca

En réponse à votre triple non:

"Deux séries de programmes marquent la période : ceux de 1945 et ceux de 1957. Le programme de 1945, modifié par l’arrêté de juin 1948, prévoit d’étudier en classe de terminale l’époque dite « contemporaine », qui court du milieu du XIXe siècle jusqu’à 1939. Le programme de 1957, lui, sépare la « chronologie », réservée à la classe de première (1871-1945), des « principales civilisations » étudiées en classes terminales. En fait, dès juin 1959, devant le déséquilibre d’un tel découpage, l’étude de la Seconde Guerre mondiale (et plus exactement comme le précise le libellé, du « monde de 1914 à nos jours ») bascule en classes terminales où l’étude des civilisations est maintenue. Ainsi formulé, ce programme reste en vigueur pendant près d’un quart de siècle.
"Les instructions de décembre 1954 et de janvier 1957 relatives à l’histoire sont empreintes de ce discours humaniste si spécifique de l’Éducation nationale. L’histoire contemporaine est nécessaire à « la formation de l’homme et du citoyen de demain » (1954), tandis que l’instruction civique, dans les textes de 1957, épaule la leçon d’histoire, garde-fou contre les entraînements obscurs des actions collectives qui livrent le monde « au choc des rapports de force [3]
[Albert Troux, inspecteur général de l’Instruction publique. ».
"Les modifications sont superficielles jusqu’en 1982, exception faite de l’arrêté de juin 1971 qui réorganise la classe de troisième, moment charnière de la scolarité d’un très grand nombre d’adolescents qui arrêtent là leurs études. On y lit qu’« une connaissance élémentaire de la Seconde Guerre mondiale […] est indispensable à la formation d’adolescents ». Cela étant, c’est en vain qu’on chercherait, dans les programmes et les directives de ces années-là, la moindre mention de la politique d’extermination menée par le national-socialisme***
"De 1945 à la fin des années 70, les manuels du silence.../...***
10
"À l’unisson de la mémoire nationale, la plupart de ces manuels passent sous silence le génocide juif et, s’ils l’évoquent jamais, sa spécificité. Les longs tabous français ne s’effritent qu’au cours des années 1970 : ainsi en va-t-il du traitement réservé aux étrangers, du STO, de la faiblesse numérique de la Résistance, de la politique de collaboration, et plus encore – tabou ultime – du rôle de Vichy dans la politique du génocide.
"Par ailleurs, il semble que le retour au pouvoir du général de Gaulle en 1958 ait freiné le timide examen de conscience entrepris au cours des années 1950, comme si le discours « mal pensant » sur la guerre avait alors été gelé [4]
[4]"Pascal Ory, in Kantin et Manceron (dir.) Les Échos de la… De fait, le mythe gaulliste qui a tôt prévalu s’épanouit plus encore en 1958. Et de Gaulle lui-même en est le premier artisan qui, lyrique, chantant les louanges de Paris depuis l’Hôtel de Ville ce 25 août 1944, « oublie » l’action de la police parisienne les 16 et 17 juillet 1942. Comme il oublie que la ville entière chercha à vivre le plus normalement possible durant ces quatre années. Comme il oublie, enfin, l’accueil fait au maréchal Pétain quatre mois plus tôt. Parti pris du bâtisseur de mémoire nationale au prix de toutes les entorses faites à l’histoire : de Gaulle avait décidé que Vichy n’était qu’une parenthèse malheureuse. D’ailleurs, demandait-il, était-il même besoin de « rétablir » la République ?
12
"Le silence sur les « années noires » (cette expression galvaudée permet l’économie de l’analyse) couvre tous les tabous. Ainsi le silence sur l’attitude de l’Église catholique lors des promulgations des deux Statuts des Juifs (octobre 1940 et juin 1941), ou encore le silence du général de Gaulle lui-même sur le génocide juif (voir ses Mémoires de guerre), comme si la dimension juive des victimes blessait sa vision de la citoyenneté française. Ils n’étaient victimes que françaises ou « mortes pour la France », le reste n’est qu’appartenance communautaire, « religieuse », affaire privée que la République ignore.
13
"Ce silence des contemporains (et non des rares rescapés « raciaux »), cette « sidération » qu’évoquent nombre de témoins ne s’expliquent pas seulement par la dimension inouïe des crimes révélés. L’accablement traduit aussi la mauvaise conscience, une gêne secrète devant cette « complaisance obscure » pour le discours antisémite [5]
[5]
Ibid..
14
"De 1945 à la fin des années 1970, trois générations de manuels se succèdent : ceux de 1945-1948 d’abord ; ceux de 1962-1963 ensuite, alors que la réforme de 1957 atteint les classes terminales des lycées ; ceux enfin de 1968-1972. Il n’est pas fait la moindre mention du génocide dans les ouvrages de la première génération, mais l’infléchissement est certain vers 1962 ; puis le discours scolaire se stabilise pendant une vingtaine d’années jusqu’à l’apparition des nouveaux programmes de 1982-1983. Ce grand tournant du début des années 1960 n’est pas à relier, me semble-t-il, aux rares parutions des grandes études sur le sujet (Léon Poliakov, Bréviaire de la Haine, en 1951, Joseph Billig, Le Commissariat général aux questions juives, en 1957), mais bien plutôt aux trois facteurs suivants, etc. etc.

(Extraits de l'enseignement de la Shoah dans l'Education nationale (1940/1990) - in revue d'Histoire de la Shoah, Georges Bensoussan)

Mitsahne

@ Patrice Charoulet 25/01 à 07h56
« Un parti n’est d’ailleurs pas constitué de sa dirigeante mais de tous ses dirigeants, de tous ses membres ».

Quelle bonne nouvelle, on ne soupçonnait pas tant de raffinements.

« Dans les repas FN ou RN, après quelques verres, croyez bien qu’on doit bien en entendre de belles sur les Noirs, les Arabes…ou les Juifs ! »

Eh oui, dans les banquets d’associations ou amicales d’anciens élèves ou régimentaires, c’est une tradition, on ne se contente pas de chanter ‘’et m… pour le roi d’Angleterre qui nous a déclaré la guerre’’ ; les paillardises sortent largement du cadre de Nantes à Montaigu et, je vais même vous dire, il se passe plein de choses sous les tables.

Dans les années 80, celui qui racontait les histoires juives les plus drôles était le beau-frère de François Mitterrand, le célèbre commissaire Navarro. Depuis, c’est Elie Semoun !

Depuis qu’il fréquente Fessebook et s’émeut jusqu’aux larmes des émoticônes en forme de cœur qui lui sont adressés par d’anciennes consoeurs, notre éminent p’tit prof adore se faire ‘’liker’’.

F68.10

@ Lotus
"Ce n'est qu'une simple pensée logique, nous sommes condamnés à évoluer ou à disparaître."

Vous avez fait bien plus qu'émettre une simple pensée logique: vous nous avez promis des lendemains qui chantent. Et franchement, ce n'est pas gagné.

"Je pense que la race blanche va se dissoudre dans les autres races, que des événements incontrôlables se produiront comme par le passé et que progressivement l'humain sera obligé de continuer à évoluer dans tous les domaines."

Bien sûr que l'évolution est en cours, sur tous les plans, y compris culturel. Qu'on aboutisse à une forme de "progrès" n'en est pas pour autant certain. Oui, la "race blanche" (soupir...) subira probablement des modifications génétiques et culturelles, mais des isolats plus ou moins significatifs persisteront ; et les isolats culturels n'ont pas un rôle négligeable dans l'histoire humaine. Quoi qu'il en soit, "métissage" ou pas, rien ne garantit une amélioration du sort des hommes.

"L'histoire du monde se répète sans cesse pourquoi voulez-vous qu'elle s'arrête."

Pourquoi croyez-vous que l'histoire se répète ? Vous pensez que les lois de l'histoire sont comparables au mouvement des planètes ? Si oui, nous avons une discussion un peu sérieuse à avoir. Et l'histoire peut très bien s'arrêter: nous pouvons nous entretuer pour des ressources en eau sans trop d'arrière-pensées.

https://reliefweb.int/sites/reliefweb.int/files/resources/ECDM_20191011_Global_water_stress.pdf

"Je laisse le jardin d'Eden à Denis Monod-Broca et le Mur des Lamentations à nos compatriotes juifs."

Vous n'en avez pas moins une utopie, me semble-t-il...

"Ailleurs, en ce moment, certains se proposent et s'évertuent à construire un hôpital en dix jours, superbe non (cela a déjà été réalisé en huit jours) je vous souhaite d'ouvrir les yeux sur ce qui se passe dans le monde !"

C'est mignon. Mais cela constitue-t-il de votre part une appréciation correcte des priorités en ce monde ? (Et un petit lien serait apprécié...)

Lotus

@ Exilé | 25 janvier 2020 à 13:23
@ Denis Monod-Broca | 25 janvier 2020 à 13:24

Ce n'est qu'une simple pensée logique, nous sommes condamnés à évoluer ou à disparaître.

Je pense que la race blanche va se dissoudre dans les autres races, que des événements incontrôlables se produiront comme par le passé et que progressivement l'humain sera obligé de continuer à évoluer dans tous les domaines.

L'histoire du monde se répète sans cesse pourquoi voulez-vous qu'elle s'arrête.

Je laisse le jardin d'Eden à Denis Monod-Broca et le Mur des Lamentations à nos compatriotes juifs.

Ailleurs, en ce moment, certains se proposent et s'évertuent à construire un hôpital en dix jours, superbe non (cela a déjà été réalisé en huit jours) je vous souhaite d'ouvrir les yeux sur ce qui se passe dans le monde !

boureau

@ Patrice Charoulet 25 janvier 2020 07:56
"Il se trouve que je pense être le moins antisémite de ce blog

Ben voyons !

Pour reprendre la phrase de sbriglia (25 janvier 2020 12:22) :
"Il ne devrait pas être permis aux retraités de se coucher après 22h"

Et j'ajoute : "de se lever avant 09:00"

Cordialement

Serge HIREL

@ Patrice Charoulet (message du 25 janvier 07 :56)

Je pense ne faire preuve d’aucun antisémitisme en vous faisant remarquer que Bretons, Normands, Corses ou Chtis sont des appellations de l’origine géographique des individus concernés, alors que le mot Juifs désigne un groupe partageant une même foi religieuse. Comparons ce qui est comparable...

Quant au caractère raciste - « certain », écrivez-vous - du RN, vous êtes bien sûr en droit de le penser et d’exprimer cette opinion. Néanmoins, il est aussi certain - et, cette fois, pas dans le sens « c’est mon opinion », mais dans celui « ce fait est avéré » - que les autorités du pays, depuis 40 ans, n’ont jamais eu ne serait-ce que la tentation d’interdire ce parti politique pour cause de racisme. Jean-Marie Le Pen a été condamné, oui, mais pas le parti. Ceci contredit votre conclusion dans laquelle vous affirmez - encore une fois sans preuves - que si ce n’est pas Marine qui est raciste, ce sont les membres de son parti.
Un dernier détail : dans les banquets de Chtis, on en entend souvent de belles sur les Belges. Y aurait-il un racisme anti-belge dans le Nord ?... Le RN y étant en force, c’est à vérifier...

Michel Deluré

Que les juifs, dans notre pays, soient inquiets sur le plan de leur sécurité, cela peut se comprendre.

Il y a les actes, bien réels, dont ils ont été et sont encore les victimes et il y a aussi l'attitude des pouvoirs publics qui, au nom d'une paix sociale, le fameux « vivre ensemble », à préserver à tout prix, sont prêts à fermer les yeux sur certaines réalités, quitte à piétiner au passage certains devoirs.
Il est des « bouffées délirantes » qui tombent à point nommé pour éviter tout procès, évacuer le problème et soulager d'un gros poids ces mêmes pouvoirs publics.
Car il y a fort à parier que, si la communauté juive a eu un comportement digne et responsable après le crime pourtant odieux dont fut victime Sarah Halimi, la réaction de la communauté à laquelle appartient l'auteur de cet acte barbare n'aurait pas été la même au prononcé du jugement d'un tribunal !

Les juifs de France constituent une population qui ne fait pas de vagues, qui ne prêche ni ne recoure à la violence, qui, lorsqu'elle est victime de cette même violence, ne répond pas en saccageant, détruisant ou incendiant !
Alors, comme beaucoup d'autres minorités, que l'on qualifie souvent de silencieuses, on les entend certes mais on se contente pour les rassurer de leur adresser de belles paroles alors que ce qu'elles attendent, ce sont des actes.

Est-il besoin de rappeler que c'est le devoir des pouvoirs publics que de veiller à ce que la loi protège ceux qui s'y soumettent et la respectent, non de protéger ceux qui la violent.

S Carioca

@ Achille
"Les Juifs sont très intelligents. Beaucoup occupent des situations importantes que ce soit dans les milieux d’affaires, les médias, sans oublier les sciences (nombres de grands scientifiques sont juifs, à commencer par Einstein, l’emblématique savant).
Alors bien sûr, ça crée des jalousies."

Dire que les juifs ceci ou cela c'est discriminer selon la religion ou le groupe.
Là encore biais de confirmation probable.
Il y a pas mal de juifs idiots c'est propre à Homo sapiens hélas.
Alors selon ce que vous pensez, vous les direz intelligents puissants, riches, pauvres banquiers, usuriers ou tailleurs (sous l'occupation musulmane seuls certains métiers leur étaient permis).

---------------------------------------------------------

@ Patrice Charoulet

Je partage votre critique sur M. Bilger :
"En écrivant, par exemple : « si elle est présente et influente dans certains secteurs de notre vie nationale », vous donnez crédit à la fable antisémite la plus fréquente. Ce sont des mots de trop, qui ont échappé à votre vigilance. En cherchant bien, on trouverait des foules de Bretons, de Normands, de Corses, de Chtis... dans tous ces secteurs. Dont on ne parle jamais. On est tout content de noter un Cohen ou un Lévy dans un organigramme, en brandissant cette prétendue influence."

C'est une fois de plus l'expression de biais psychologiques, dits biais cognitifs, notamment biais de confirmation, qui font que l'on ne remarque ou retient que ce qui va dans le sens de nos opinions pour mieux les justifier (éventuellement : à tort).

https://fr.wikipedia.org/wiki/Biais_de_confirmation

Et à l'époque des zozos asociaux on ne s'informe (quelle foutaise !) qu'auprès de ceux qui pensent comme soi.

Mais quand, M. Charoulet, vous écrivez :
"Il se trouve que je pense être le moins antisémite de ce ce blog"
je me demande comment on peut penser cela sans connaître le fond des âmes des autres parmi lesquels des juifs (ça n'immunise pas), des conjoints et amis ou descendants de juifs (idem).
En tout cas je vous en félicite.

------------------------------------------------------------

@ Lotus
"600 000 x 30 % = 200 000 juifs auraient peur mais pourraient quitter la France en un temps record car ils ont une double ou triple nationalité et des moyens."

Epatant et criminogène poncif !

Les juifs sont riches et cosmopolites. Ben voyons !
Non seulement c'est ignorer les juifs pauvres et modestes et mono-nationalité mais c'est véhiculer une des justifications de l'antisémitisme meurtrier (style torture et meurtre du jeune Ilan Halimi).

---------------------------------------------------------

@ Mary Preud'homme
"Il a fallu attendre les années 1980/90 pour que l'on commence à mentionner la Shoah dans nos livres d'histoire"

NON, NON et NON.
En tout cas pas pour tout le monde, pas pour tous les cours et manuels.
J'ai fait une bonne partie de ma scolarité en France et avant 1969, j'avais appris le massacre des juifs à l'école, avant le lycée même et vu des photos choquantes dans les livres de classe qui m'ont marqué. Les tas de cadavres empilés, la notion de chambre à gaz c'est à l'école puis au lycée bien avant 1970 que j'ai appris cela.
Je vous assure que ce n'est ni dans Tintin ni le Journal de Mickey que j'ai vu ces horreurs.
Avec une dose de rappel entre 70 et 72.

Mais il semble que vous ayez hélas en trop grande partie raison.

https://www.cairn.info/revue-revue-d-histoire-de-la-shoah-2010-2-page-129.htm

"De 1945 à la fin des années 1970, trois générations de manuels se succèdent : ceux de 1945-1948 d’abord ; ceux de 1962-1963 ensuite, alors que la réforme de 1957 atteint les classes terminales des lycées ; ceux enfin de 1968-1972. Il n’est pas fait la moindre mention du génocide dans les ouvrages de la première génération, mais l’infléchissement est certain vers 1962 ; puis le discours scolaire se stabilise pendant une vingtaine d’années jusqu’à l’apparition des nouveaux programmes de 1982-1983. Ce grand tournant du début des années 1960 n’est pas à relier, me semble-t-il, aux rares parutions des grandes études sur le sujet (Léon Poliakov, Bréviaire de la Haine, en 1951, Joseph Billig, Le Commissariat général aux questions juives, en 1957)..."

On ne l'appelait pas "Shoah", bien sûr. "Génocide" ou "extermination de masse des juifs" est un terme plus explicite que le mot "catastrophe".

Néanmoins, plus jeune, au catéchisme catholique, j'avais bien retenu la notion de juifs christicides. Bêtise heureusement non relayée en famille.

L'Eglise catholique a été tachée par cela. Pour les protestants je ne sais pas.

----------------------------------------------------------

@ Lodi
"Le christianisme est inapplicable autant qu'illégitime (l'Islam est hélas applicable et encore plus illégitime)."

Je ne comprends pas ce que vous voulez dire. Inapplicable à qui et pourquoi ?

"Et nous, c'est qui... des Français, pas le peuple qui s'est le plus illustré par son courage, dans la dernière guerre. Ni après, en rendant pour le bien de nous avoir libérés, de l'ingratitude aux Américains."

Sans les Russes non plus ! Ce n'est pas que j'aime les crimes staliniens, ni le régime de Poutine mais... quand même, ils ont versé plus de leur sang que les autres.

Patrice Charoulet

MUNICIPALES ET LEGISLATIVES

Un tract électoral atterrit chez moi : celui du RN (ex-FN). Normal : les municipales sont en mars.
Le tract offre la photo du candidat à la mairie et... la photo de Mme Le Pen. Je trouve cela scandaleux.

Le parti lepéniste a déjà fait le coup à d'autres élections.

Je me souviens aussi qu'aux législatives, sur tous les panneaux électoraux de France, on a pu voir la photo de M. Macron et la photo d'un inconnu investi par le parti macroniste. Excellent procédé (et scandaleux) qui a permis au président d'avoir une majorité des plus confortables.

La loi devrait interdire de tels procédés, aux législatives comme aux municipales.

Michelle D-LEROY

En tout premier, j'aimerais que notre Président qui se rend aux cérémonies d'hommages en France, en Côte d'Ivoire, en Algérie, à Jérusalem ou ailleurs, arrête, pour satisfaire son auditoire et déplorer un fait historique, de stigmatiser systématiquement les Français.

Avec lui, l'Histoire, c'est la repentance à outrance et permanente et donc entretenir des fractures entre Français, faire ressurgir de vieilles haines et parfois mêmes des idées fausses.
Il présente des situations simples alors qu'il sait qu'elles sont beaucoup plus complexes qu'il ne l'affirme en quelques phrases et que beaucoup de ceux qui l'écoutent prennent comme argent comptant, par confort intellectuel.
Lui qui veut changer de monde, tourner la page du passé, éviter les clichés ringards et populaires, contribue à entretenir les malaises et les suspicions entre Français de différentes religions ou croyances.

Je ne cherche nullement à minimiser la Shoah qui reste dans l'Histoire de l'humanité le pire génocide. Toutefois, je pense qu'il ne faut pas en rajouter ni jeter en permanence de l'huile sur le feu. Souligner les faits, les rappeler pour éviter qu'ils ne se reproduisent mais pas stigmatiser les uns pour glorifier les autres quand cela arrange.

Par exemple, lorsqu'on me dit dans un reportage que des prisonniers évadés d'Auschwitz auraient alerté les alliés et que ceux-ci auraient hésité à venir bombarder le camp, je reste très étonnée et surtout très sceptique. Pour deux raisons.
La première c'est qu'ayant visité ce terrible endroit, j'ai pu voir par moi-même les doubles rangées de hauts barbelés entre lesquels, photos à l'appui, je vois des chiens de berger circuler entre les deux rangées avec des soldats allemands, des miradors et des gardiens partout, je ne pense pas que certains prisonniers, de surcroît dans des états de faiblesse et de dénutrition importants, aient pu un jour s'évader. Ce lieu, comme d'autres camps, étaient véritablement une industrie de la mort intelligemment organisée et terrifiante. Je crois qu'on colporte beaucoup de bêtises pour rendre nos aînés responsables de ne pas avoir fait ou dit. Nos aînés ont sans doute fait selon les moyens de l'époque, n'imaginant pas une telle folie meurtrière.
Même en visitant ce camp, même en essayant d'imaginer, on ne peut se rendre compte de l'enfer que c'était.

Deuxièmement, on ne peut donc se remettre dans le contexte de l'époque alors que nous vivons aujourd'hui dans un environnement de surmédiatisation et de communication à outrance.

Ne pas oublier mais surtout ne pas en rajouter.

Qu'on nous montre les simples histoires de Justes anonymes, jamais mis à l'honneur et morts dans l'indifférence, qui ont caché des juifs ou élevé des enfants juifs pendant plusieurs années. Personnellement j'ai connu une modeste voisine de ma famille qui a été de celle-là, jamais récompensée.

Après, nous savons bien qu'une grande partie des antisémites d'aujourd'hui ne sont plus les mêmes que ceux des années 30. Mais là encore, le Président fait comme si cela n'existait pas et continue à insinuer que la lèpre antisémite provient de l'extrême droite. Même si quelques néo-nazillons de l'ultra droite sont à condamner et à pourchasser… ce n'est pas ce qui constitue le creuset antisémite actuel et on le voit bien dans les banlieues, mais nos belles âmes ferment les yeux, incapables d'admettre les nouvelles réalités qui les dérangent.

Qu'on aime ou pas ce Président, il faut bien constater qu'il est dans la mise en scène permanente depuis son arrivée en mai 2017 dans la cour du Louvre, réussissant par ses discours à charge contre "son" peuple coupable de rien et surtout pas responsable de faits anciens et d'époques révolues. Il souffle le chaud et le froid croyant ainsi nous faire accepter l'immigration au prétexte d'une colonisation qui ferait de nous des débiteurs éternels aux yeux des pays africains et nord-africains, n'évoquant jamais les bons côtés, car il y en a eu aussi.

En voulant jouer au redresseur de torts, en voulant garder une seule opposition politique mais en la désignant comme coupable de tous les drames anciens et ceux potentiels à venir, il donne la désagréable impression de détester son peuple. Un jeu très dangereux. Il ne faut pas qu'il s'étonne des réactions contre sa personne.

S Carioca

Il est dommage que de jeunes descendants de Maghrébins c'est-à-dire de Berbères, Phéniciens grecs romains numides qui furent colonisés pas les Grecs, Romains, Arabes (les Arabes viennent de la péninsule du même nom), Turcs, Français et Italiens, que ces jeunes, donc, se prennent pour des Palestiniens.

Qui sont-ils ces Palestiniens, historiquement ? par exemple, des sionistes s'il en est, Ben Gourion et Ben-Zvi pensaient que les Palestiniens étaient en grande partie les descendants de Judéens convertis à l'Islam.

Comme dans le film: "Salomon, Slimane, Slimane, Salomon, vous ne seriez pas un peu cousins ?"

Il y a eu beaucoup de mélange dans cette région et plus à l'Est et au Nord (lieu d'échouage allégué de l'arche de Monsieur Noé) comme en témoigne la répartition de la maladie génétique dite fièvre méditerranéenne.

Selon Uptodate (une base de données médicales en langue anglaise, sur abonnement):
"La fièvre méditerranéenne familiale (FMF) est plus fréquente chez les personnes d'origine turque, arménienne, nord-africaine, juive et arabe. Chez les Arméniens, le taux de porteurs de FMF est d'environ un sur sept. Parmi les juifs d'Israël, de un sur huit pour les ashkénazes, à un sur six pour les sépharades, à un sur quatre pour ceux d'origine irakienne .

Cependant, la FMF a une prévalence plus faible en Grèce, en Italie et même au Japon .
Aux États-Unis, la FMF est fréquemment rencontrée chez les Juifs ashkénazes et les immigrants du Moyen-Orient et d'Arménie.
En Allemagne, la plupart des patients atteints de FMF sont d'origine turque.
En France, il existe une population relativement importante de FMF originaire d'Afrique du Nord.
Dans les Balkans, le nombre de patients atteints de FMF et le taux de portage des mutations MEFV diminuent car le pays est plus éloigné de la Turquie .
De même, la prévalence de la FMF est la plus élevée dans le sud de l'Italie et diminue progressivement vers le nord.
On suppose que l'origine de la FMF remonte à plus de 3000 ans en Mésopotamie . De là, la maladie s'est propagée à l'Arménie et à la Turquie dans le monde antique. Dans le monde moderne, la propagation de la maladie dans les pays éloignés du bassin méditerranéen peut s'expliquer par un transport facile à l'étranger et plus tard par voie aérienne."

Uptodate cite ces sources:
Livneh A. Reported at Familial Mediterranean Fever (FMF) and Beyond: The 4th International Congress on Systemic Autoinflammatory Diseases, November 6-10, 2005, Bethesda, Maryland.
TEXTE COMPLEThttps://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16606647

Ben-Chetrit E, Touitou I. Familial mediterranean Fever in the world. Arthritis Rheum 2009; 61:1447. TEXTE COMPLET : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19790133

Debeljak M, Toplak N, Abazi N, et al. The carrier rate and spectrum of MEFV gene mutations in central and southeastern European populations. Clin Exp Rheumatol 2015; 33:S19.
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26399837

On voit que les religions sont plus ségrégantes que la maladie !

Achille

@ Elusen | 25 janvier 2020 à 13:09

« Les Juifs sont très intelligents. »
Pour dénoncer l’antisémitisme, rien de mieux que de tenir des propos qui le sont.

Ainsi donc, dire que les Juifs sont intelligents serait antisémite ?!

Rassurez-vous, je ne dirais jamais rien de tel vous concernant. Ainsi je ne risquerai pas de passer pour un islamophobe ! :)

Serge HIREL

L’aggravation du nombre d’agressions et de propos antisémites est bien sûr, d’une part inquiétante, d’autre part inadmissible. Il convient donc, d’une part, de les réprimer, d’autre part, de les prévenir.

Dans les deux cas, il faut d’abord identifier les auteurs des délits, voire des crimes, commis ou potentiels, et, comme dans toute enquête de police, cela passe par la recherche du mobile.
Qui en veut aux Juifs aujourd’hui ? Les statistiques des affaires résolues l’indiquent : d’une part les « nazillons », d’autre part les plus extrémistes des musulmans, qui, antisionistes avant d’être antisémites, revendiquent la libération de la Palestine. Tout ce beau monde devrait, théoriquement, se trouver parmi les fichés S... Ajoutons à ceux-là quelques illuminés qui imaginent encore, comme avant-guerre, que tous les Juifs sont riches. Ils sont plus difficiles à repérer.

Dans son immense majorité, la population française - en tout cas, celle dite « de souche » - n’est pas traversée, ou plutôt n’est plus traversée, par ce courant de pensée maudit qui a conduit au pire massacre. Elle n’a donc pas à être suspectée... sauf, peut-être, sur un point, son peu de réactivité face aux agressions contre les Juifs. Hormis les cas les plus abominables, elles sont trop souvent considérées comme un fait divers de plus, pire « une affaire entre eux », sans importance s’il n’y a pas de dégâts collatéraux. Ce désintérêt, ce manque de protestation citoyenne, cette absence de compassion frisent le laisser-faire... une posture d’autant plus répandue que cette population « de souche » se sait menacée elle-même par les fous d’Allah... « C’est leur problème... nous avons les nôtres... ».

Voilà un bel exemple des dérives qu’entraînerait, en France, la multiplication des communautés : le « chacun pour soi », ce qui suppose aussi des querelles incessantes entre elles. Force est de constater que, partout dans le monde, la diaspora juive s’est organisée en communautés, que les pouvoirs politiques, pour des raisons essentiellement électorales, reconnaissent peu ou prou. La population sait cela, ce qui la conduit à considérer les Juifs comme « à part »...

Et ce d’autant plus qu’eux-mêmes, notamment en ce qui concerne leur religion, maintiennent un certain nombre de particularités qui peuvent être mal comprises, voire heurter l’opinion. Un exemple : comme la religion musulmane, la religion juive revendique un rôle dans la sphère politique. Les deux en disposent officiellement au Moyen-Orient. Ce n’est bien sûr pas le cas en France, protégée de cette intrusion par la loi de 1905. Mais le dîner tant couru du CRIF n’est-il pas l’émergence annuelle d’un lobby religieux que le président de la République lui-même rencontre, en se montrant très cordial ?

Et que dire du refus opposé par le Consistoire de France à une mécréante qui veut se convertir à la religion juive dans le seul but de se marier avec un croyant ? Si, au nom de la loi du retour dont bénéficie celui-ci, le couple s’installe en Terre promise et a des enfants, ceux-ci ne seront pas considérés comme Juifs... et ne pourront donc pas se marier, une telle cérémonie civile n’existant pas en Israël... Tout ceci afin que ces mariages exogames ne brouillent pas la démarche identitaire du peuple juif. Pas facile à admettre dans un pays qui, lui, prône la laïcité et admet la mixité des cultures...

Peut-être faudrait-t-il, pour que les Juifs français soient considérés par tous comme des citoyens identiques aux autres et donc susceptibles de bénéficier des mêmes soutiens, que chacun mette un peu d’eau dans son vin. Que les Juifs réinterrogent leurs pratiques et la conception de leur communauté, que la population « de souche » comprenne enfin qu’ils ne revendiquent aucune supériorité, ni même différence... et que le pouvoir politique s’abstienne de gestes qui laissent croire le contraire. Alors, nazillons et pseudo-combattants de l’intifada seront probablement beaucoup plus, non les adversaires, mais les ennemis de tous.

Pierre Blanchard

Rien que sur ce sujet, et à lire les logorrhées « écrites » de certains(es),

Lodi | 24 janvier 2020 à 14:18
Robert Marchenoir | 24 janvier 2020 à 19:33
Lodi | 25 janvier 2020 à 09:07

je me dis qu’heureusement Monsieur Bilger est intervenu dans
https://www.philippebilger.com/blog/2020/01/charte-du-blog.html

Sinon… nous aurions eu droit… à la même chose

Qu’en sera-t-il quand le blog nous sera délivré via la 5G…

https://fr.wikipedia.org/wiki/Efficacit%C3%A9_%C3%A9nerg%C3%A9tique_des_communications_5G
https://www.robindestoits.org/Avec-la-5G-la-consommation-d-energie-va-exploser-levif-be-05-08-2019_a2736.html

5G dont il conviendrait peut-être de s’interroger sur la consommation d'électricité afférente, en dehors du fait que les « centres serveurs » ont toutes les chances de nous provenir du Made in China… qui n’exporte pas que le « coronavirus » dont je trouve le dessin ci-dessous (du 23 janvier 2020) parfaitement adapté à la réaction initiale de Madame Buzin (une pensée pour Chichi, le président soi-disant préféré des Français !!, bon, il est vrai que comparé à Macron, y'a pas photo c'est vrai n'en déplaise à certains).

https://pbs.twimg.com/media/EO_exwSXsAAcVpD.jpg:large

https://jancovici.com/publications-et-co/articles-de-presse/faut-il-faire-la-5g/
https://jancovici.com/qui-suis-je/

Giuseppe

Quand nous avons eu le bac il m'a proposé de vendre sur les marchés des vêtements... Ce n'était pas ce dont j'avais envie, il était fait pour le business.

Une grande chaîne de vêtements et quelques magasins plus tard nous nous sommes revus. Il parlait déjà anglais certainement aussi bien que moi les langues de ma famille.

Je l'avais revu, pas avec un véhicule allemand, un véhicule - le plus puissant, bien de chez nous -, qui ne "fasse pas riche", "mais elle roule aussi vite que les autres".

Il avait déjà délocalisé sa fabrication, un visionnaire avant l'heure, l'humilité en plus, surtout quand on a vendu des cravates au fond d'un parapluie comme son père.

En fait il était heureux, il n'avait pas peur de grand-chose.

Cela n'a pas grand rapport avec le sujet, quoique si... Mais ce serait un peu long et les signes sont désormais comptés.

Achille

@ sbriglia | 25 janvier 2020 à 12:22
« Achille, sachez passer votre tour, ne vous croyez pas obligé de déposer chaque fois que la lumière s’allume. »

Mes platitudes, comme vous dites, valent bien les âneries que vous débitez du haut de votre condescendance.
Je ne saurais trop vous conseiller de regarder la vidéo que j’ai mise en lien. Avec un peu de chance, mais rien n'est sûr, elle vous sera profitable, vous qui, comme tout imbécile, croyez vivre dans la lumière des « sachants ».

breizmabro

Les guerres de religion ont toujours été menées par des hommes. Pourquoi ? parce que depuis l'enfance ils ont toujours voulu que leur meilleur ami imaginaire soit le meilleur. Et ça continue... encore et encore...

Heureusement Dieu reconnaîtra les siens :D

Denis Monod-Broca

@ Lotus
« Le moment viendra où l'enfant qui naîtra n'aura plus à absorber les fausses croyances de ses ancêtres et pourra évoluer dans la pleine liberté de sa conscience personnelle et collective »

Ah... le retour à l’innocence, au jardin d’Eden... ah... tout oublier, tout recommencer, en mieux...
Quel beau rêve !
Quelle funeste illusion !

Exilé

@ Lotus
« ...il y aura fatalement l'homme de demain qui obligatoirement aura évolué en bien. »

C'est cela, oui, comptez là-dessus et buvez de l'eau fraîche.

Au fait et par exemple, les cent millions de morts imputables au communisme ont été causés par des grenouilles de bénitier en goguette, n'est-ce pas ?

Elusen

@ Achille | 25 janvier 2020 à 01:31
▬ « Les Juifs sont très intelligents. »

Pour dénoncer l’antisémitisme, rien de mieux que de tenir des propos qui le sont.

▬ « ...sa globalité le peuple juif »

Et on continue sur sa lancée, l’on invente un mystérieux peuple et sa globalité !

Si les juifs sont un peuple, d’où vient-il ?
Pas de France ! Donc aurait-il ce mystérieux peuple une légitimité à y vivre ?
Pourquoi y a-t-il des roux, des blonds, des Blancs limites laineux, des Maghrébins, Arabes, Perses et Noirs et autant de langues ?

« Le peuple juif » est une invention des antisémites, plus facile à haïr, à ségréguer un peuple qui immigre et colonise ce n'est qu'un étranger, alors qu’un voisin membre du même peuple que vous ...

Comment le peuple juif fut inventé – professeur Shlomo Sand - université de Tel-Aviv

« juif » c’est pour une religion et rien d’autre.
L'archéologie du judaïsme en France et en Europe – Inrap laboratoire du CNRS.

Les Judéens de religion juive sont en France depuis l’an 6 de notre ère ; nous sommes en 2020, ce qui fait qu’exponentiellement, tous les Blancs de France, que des abrutis appellent les souchiens, ont tous dans leur lignée une grand-mémé Bethsabée.

Cela fait au minimum 2014 ans qu’il y a des personnes de religion juive en les Gaules, au royaume Franc, en France, plus longtemps qu’en Israël qui lui ne compte pas de peuple juif, mais un peuple israélien, c’est c*n tout de même ?!

------------------------------------------------

@ Vamonos | 25 janvier 2020 à 06:46
▬ « Les juifs ont raison d'avoir peur en France en général »

En France rien que ça, pas aux USA avec le KKK et les suprémacistes blanc ? Sans aucune base statistique, juste en France en général ?! Oh ben merci, ça c'est de l'information sourcée.

▬ « ...et dans le département de Seine-Saint-Denis en particulier. »

Vous le connaissez à la perfection ce département dans lequel vous n’avez jamais mis les pieds ou alors un seul, comme cul-de-jatte.

Parlez-nous de lui encore.

▬ « des territoires apparaissent où il n'y a plus de juifs »

Parce qu’en plus vous les comptabilisez comme les ours et les loups de haute montagne ?!
Est-ce que vous les baguez, leur collez un GPS sous-cutané pour suivre les flux migratoires et leur reproduction ?
La femelle juive va-t-elle chasser dans les bois, nourrit-elle sa portée au sein après avoir viré le mâle du nid ?
Est-ce que l’on en trouve encore à l’état sauvage ?

----------------------------------------------------------

@ Exilé | 25 janvier 2020 à 11:12
« (Bd Voltaire) »

Qui n’a jamais eu accès à aucun dossier !

Qui fait une atteinte à la mémoire d’un mort en utilisant son identité sans son accord.

Voltaire est-il une pourriture d’extrême droite ?
Un pédophile catholique ?
Un raciste et racialiste ?
Haïssait-il les muslins ? Mystère ?
Nous devrions nous atteler à le lui demander !

Lotus

Aux lecteurs de ce blog

Mes propos n'étant pas compris par certains, je m'explique: ce que nous souhaitons tous c'est que l'humanité se débarrasse de toutes ses entraves et puisse vivre dans un monde meilleur.
Les religions créent des frontières entre les hommes et tant qu'elles existeront il en sera ainsi. Se lamenter constamment ne sert à rien qu'a entretenir des rancœurs !

Le moment viendra où l'enfant qui naîtra n'aura plus à absorber les fausses croyances de ses ancêtres et pourra évoluer dans la pleine liberté de sa conscience personnelle et collective.

Il y eut Homo erectus, nous sommes l'homme d'aujourd'hui, il y aura fatalement l'homme de demain qui obligatoirement aura évolué en bien.

F68.10

@ Lucile

Tout d'abord: 1. Je ne parle pas pour Lodi, et 2. Je ne vais pas défendre l'instrumentalisation de l'athéisme dans des contextes politiques tels que la Terreur, Staline ou Mao. Je ne vais traiter que le point qui vous trouble:

"...la "légère intolérance sur le fond" que vous préconisez à leur égard, justifiée selon vous par leur "croyance non raisonnée", me fait froid dans le dos. C'est bel et bien l'ouverture de la chasse aux sorcières, une chasse aux sorcières raisonnée quant à elle, et raisonnable je suppose, donc sûre d'elle et implacable, et ça ressemble fort à ce que vous dites combattre. Est-ce à cela que mène la défense de la liberté ?"

Je comprends que cela suscite cette réaction chez vous. Je pense toutefois que c'est un artefact de langage qui ne donne pas une idée juste de mon propos. Voici une rapide présentation de ce que j'ai en tête:

https://danceswithanxiety.blogspot.com/2007/12/conversational-intolerance-defined.html

L'idée n'est pas d'instrumentaliser l'Etat, ni de marginaliser socialement les croyants. Mais oui, plutôt de marginaliser leurs idées comme étant tout aussi ridicules que la croyance qu'Elvis est encore en vie. Par l'argumentation et le ridicule. Et compte tenu du lien entre croyances et actes, il n'est pas vraiment argumentable en l'état actuel du monde que la question de la légitimité de ce type d'intolérance discursive soit une question inconséquente. Même type de question que pour la tolérance ou l'intolérance vis-à-vis de la croyance d'un lien entre vaccination et autisme...

Il s'agit simplement d'organiser la fin de la déférence dans le discours public vis-à-vis de la croyance religieuse et vis-à-vis des chantages à la moralité de la part des croyants. Pas d'instituer le Goulag. (Et pas de saccager des crèches non plus...)

Et honnêtement, ce ne serait qu'un retour de bâton bien mérité.

--------------------------------------------------------

@ Xavier NEBOUT

J'ai pris note de votre réponse. Pas trop la place d'y répondre ici.

sbriglia

"Leur rapport à l’argent tout d’abord. Les juifs passent pour être riches. C’est vrai que certains le sont. Le nom qui vient immédiatement à l’esprit c’est la famille Rothschild, qui règne sur le monde de la haute finance depuis le XVIIIe siècle.
Les Juifs sont très intelligents. Beaucoup occupent des situations importantes que ce soit dans les milieux d’affaires, les médias, sans oublier les sciences (nombres de grands scientifiques sont juifs, à commencer par Einstein, l’emblématique savant).
Alors bien sûr, ça crée des jalousies."
Rédigé par : Achille | 25 janvier 2020 à 01:31

Il ne devrait pas être permis aux retraités de se coucher après 22h... ils finissent par écrire des platitudes dont un enfant de douze ans aurait honte.

Achille, sachez passer votre tour, ne vous croyez pas obligé de déposer chaque fois que la lumière s’allume.

Ellen

@ Exilé | 25 janvier 2020 à 11:12
«Il y a un premier expert qui a dit que Traoré était accessible à un jugement pénal et un second expert qui a considéré que puisqu’il avait pris une dose massive de cannabis, son jugement avait été faussé et il ne serait pas accessible à un jugement pénal…"

C'est une histoire de fous !
Le second expert en question, et le juge qui l'a suivi dans son analyse, savaient-ils tous les deux que les criminels de Daech prenaient des drogues pour se donner plus de force pour combattre et tuer le plus de gens ?

C'est délirant ! Ce qui est valable pour le premier cas ne l'est plus pour un individu pris au volant de sa voiture après avoir causé un accident avec un taux d'alcool élevé et sous l'emprise de drogue ; est-il aussi non accessible à un jugement pénal parce que son jugement avait été faussé et altéré par la drogue ?

Patrice Charoulet

VARIA

Luchini fait tout un spectacle où il dit, principalement, les portraits (extraordinaires) que Jean Cau a écrits dans son livre « Croquis de mémoire ». Les éditions de La Table ronde le rééditent. Bien !
*
Il n'est pas nécessaire de mépriser le riche. Il suffit de ne pas l'envier. (Jules Renard)
C'est mon cas, je jure n'envier absolument personne sur Terre. Mon absence absolue d'envie a des conséquences politiques. Je ne pourrais être gauchiste, communiste ou socialiste. Et pour quelques autres raisons, je le reconnais.
*
Léon Daudet est le Saint-Simon de notre époque. (Proust)
*
Une science naissante est toujours prompte à dogmatiser. (Bergson, 1934)
*
La loi ne dispose que de l'avenir ; elle n'a pas d'effet rétroactif. (Code civil)
*
La France est devenue une ZAD. (Nadine Morano, 2020)
*
Vivre, c'est vivre de, vivre avec et vivre pour. (Corine Pelluchon, 2019)
*
Bergson ne dit jamais « Je », mais « Nous ». Et il use beaucoup du passé simple. Cela donne :
« Nous hésitâmes... », « Nous nous bornâmes... », « Nous donnâmes.. ». Ces choses-là ne se font plus.
*
On peut certainement conserver Ségolène Royal comme ambassadrice des Pôles. A condition de la congeler sur place. (Hubert Védrine, 2020)
*
Les journaux, ça sert d'abord à faire la litière des chats. (Onfray, 2020)
*
La communication politique, c’est comme la chirurgie esthétique. Si ça se voit, c’est que c’est raté. (Clément Viktorovitch)
*
La lutte des classes se porte bien ! (Régis Debray, 2020)
*
Le mouvement poujadiste a eu 52 députés en 1956. (Nicolas Baverez)
*
Dans ces petites mares, le moindre clapotis réveille tout le monde. (Alain, 1912)
*
La République a besoin de choses claires. (Philippe Bas, 2020)
*
Quand j'étais très jeune, pour gagner quelques sous, j'ai vendu une vingtaine d'Encyclopedia Universalis dans ma région. Un des arguments de vente que l'on m'avait conseillé était de montrer une liste de personnalités prestigieuses qui y avaient écrit des textes. Un dentiste a osé me dire :
« Il y a beaucoup de Juifs ! ». Je suis resté coi. Aujourd'hui, je sais ce que je répondrais si l'on me disait une telle chose.
*
Quand le tchador, les houris lepenistes dansent. (Jean-François Kahn)
*
Il est mon Talleyrand. (Mitterrand, de Roland Dumas)
*
Il a encore fait une erreur : il a développé. (Morand)

Xavier NEBOUT

Il faudrait se mettre d'accord sur le fait que l'on doit entendre par antisémitisme, la haine ou le mépris des juifs, non sur ce qu'ils font mais ce qu'ils sont.

Sur ce qu'ils sont en tant qu'adeptes de leur religion, même si on est chrétien et donc par essence contre le judaïsme, on doit prier pour leur conversion en le cantonnant à l'intime tant on ne peut demander à quiconque de renier publiquement la religion de son père (ce qui ne justifie pas que M. Elkabbach accuse publiquement de trahison une religieuse parce que d'ascendance juive).
En tout état de cause, la haine ou le mépris sont hors sujet pour un chrétien.

Par contre, on n'est pas obligé d'approuver le commerce qui est fait de la Shoah, avec pour leitmotiv implicite: "on a subit la Shoah, vous avez tous été complices, alors on a tous les droits et notamment de faire ce que l'on veut aux Palestiniens".

Xavier NEBOUT

@ Lucile

Les forces politiques ferment les églises des uns et des autres lorsqu'elles n'ont pas compris qu'une nation ne se forme qu'autour d'une notion de paternité commune, c'est-à-dire en fait de religion commune.

Et les forces politiques, il y a longtemps qu'elles ne sont que des bandes voyous incultes.

hameau dans les nuages

@ Robert Marchenoir | 24 janvier 2020 à 19:33

Hé bé dites donc ! Heureusement que vous êtes là pour rétablir la vérité ! On sent le vécu.
Nou s'et pot abandoua et ayumpa ! (On ne peut pas sonner les cloches à la volée et bercer un enfant !)
Je retourne au bois. J'ai fini le platane et bientôt le frêne.

Lucile

@ Lodi
@ F68.10

En brossant le tableau des horreurs de la religion, vous oubliez tous les deux de parler des régimes politiques qui ont fermé les églises et les temples, c'est-à-dire le régime de la Terreur en France, le communisme à la russe, puis à la chinoise. Vous nous assurez F68.10 que vous ne comptez pas utiliser la force publique contre eux, ce qui est déjà un progrès (cette remarque est à prendre comme de l'ironie), mais la "légère intolérance sur le fond" que vous préconisez à leur égard, justifiée selon vous par leur "croyance non raisonnée", me fait froid dans le dos. C'est bel et bien l'ouverture de la chasse aux sorcières, une chasse aux sorcières raisonnée quant à elle, et raisonnable je suppose, donc sûre d'elle et implacable, et ça ressemble fort à ce que vous dites combattre. Est-ce à cela que mène la défense de la liberté ?

Exilé

Des enquêtes récentes ont en effet montré la forte progression des propos, des intimidations, des violences et des comportements globalement antisémites.

Rappelons tout de même aux moins de quarante ans que de 1945 à 1980 l'antisémitisme n'était pas un sujet de préoccupation en France et n'était pas aussi médiatisé que de nos jours, les choses ayant changé à partir de l'attentat de la rue Copernic, puis surtout avec l'instrumentalisation qui en a été faite par la gauche mitterrandienne et ses associations satellites stipendiées, à des fins de basse politique politicienne.

C'est à partir de ce moment qu'a été créé de toutes pièces le mythe d'une « extrême droite », présentée comme un grand méchant loup fantasmé destiné à faire peur non pas aux enfants mais aux électeurs qui seraient tentés de mal voter au lieu de porter leurs suffrages vers une gauche humaniste et protectrice, quitte à détourner des tragédies comme Copernic, la rue des Rosiers et Carpentras pour accréditer cette théorie qui relève de la forgerie et qui a malgré tout la peau dure car même lors des premiers crimes perpétrés par Merah, seule la piste « d'extrême droite » a été retenue par les médias, comme si personne d'autre ne pouvait les avoir commis.

Depuis, les Français les moins idiots et les moins intoxiqués par la propagande gauchiste, dont les Juifs vivant dans des « territoires perdus de la République », ont compris que l'antisémitisme réel était d'une autre nature, ce que reconnaît la Ligue de défense juive, dont certains éléments ont même protégé Marine Le Pen alors qu'elle participait à une marche blanche en mémoire de Mireille Knoll.

Mais bien entendu, évoquer cet antisémitisme-là de façon trop nette risque de remettre en cause le dogme échafaudé par les apprentis sorciers et autres apôtres d'un merveilleux vivre-ensemble où tout le monde il est beau tout le monde il est gentil sauf les apparentés supposés à « l'extrême droite ».

D'où probablement une volonté d'évacuer ce mobile antisémite dans des affaires où le prévenu est issu de la « diversité » à l'aide de prétextes relevant de la « culture de l'excuse », y compris les plus contestables comme la « bouffée délirante » de cannabis.

Un extrait de la lettre de l'IPJ du 14 janvier 2020, à propos du meurtre de Sarah Halimi :

« Il y a un premier expert qui a dit que Traoré était accessible à un jugement pénal et un second expert qui a considéré que puisqu’il avait pris une dose massive de cannabis, son jugement avait été faussé et il ne serait pas accessible à un jugement pénal…

La juge d’instruction a préféré la version expertale qui lui allait le mieux et pour aller encore plus dans son sens puisqu’il était irresponsable pénalement, il ne pourrait être ni islamiste, ni antisémite ni ce que vous voulez » (Bd Voltaire)

Nous sommes confrontés une fois de plus à une situation selon laquelle les idéologues, en se trompant volontairement de cible pour protéger les vrais criminels et leurs émules potentiels tout en s'accrochant au déni de réalité comme une moule à son rocher, menacent délibérément la sécurité des Français...

Catherine JACOB

J’ai écouté il y a quelques jours sur RTL interview de R. Badinter questionné sur « la montée / résurgence » d’un antisémitisme.

J’ai appris à cette occasion que cet ancien garde des Sceaux des années Mitterrand, était lui-même de confession juive. Cela peut sembler étrange à certains, mais je n’avais en effet prêté jusqu’alors attention qu’aux idées de celui dont le combat contre la peine de mort a sans doute fait l’élection de 1981, sans chercher à autrement creuser le personnage et ses fondamentaux.

Je retiens pour l’instant deux critiques adressés par ce dernier tant à la communauté juive qu’aux mesures d’examen psychologique ordonnées en vertu de l’Art. 81, alinéa 8 du code de procédure pénale par le juge d’instruction en charge de l’affaire et dont le dessaisissement avait été exigé en 2018 par voie pétitionnaire, dans l’ « Affaire Halimi-Traoré », qui a abouti à ce que la chambre d’instruction de la cour d’appel de Paris se prononce le 19 décembre dernier en faveur de l’irresponsabilité pénale du suspect en vertu des art. 122-1; 122-2; 122-3 du code pénal.

J’ai été étonnée de ce que malgré cet arrêt de la chambre d’instruction, l’ancien garde des Sceaux reprenne à son propre compte l’argumentaire poursuivi par l'avocat de la famille de la victime qui dénonce l’émergence de ce qui se voit appelé une « jurisprudence Sarah Halimi » qui dirait « que toute personne qui sera atteinte d'une bouffée délirante parce qu'elle aura consommé des substances illicites et dangereuses pour la santé se verra exonérée de sa responsabilité pénale », l’étendant même au mari ou au compagnon qui tuerait sous l’effet de l’alcool. Cela me semble absurde.

La reconnaissance d’une irresponsabilité en matière pénale date en effet de l’année 1810, ce que ne saurait ignorer l’éminent juriste, et non pas de 2019. Cette reconnaissance représente une avancée majeure des droits de la défense qui sont susceptibles de s’appliquer à quiconque aura été déclaré tel sur la base d’une expertise psychiatrique. La bouffée délirante ou l’épisode psychotique peuvent être considérés indépendamment de leur phénomène déclencheur et en l’absence d’une connaissance approfondie du dossier de l’expertise, il me paraît fort imprudent et en l’espèce dangereux, d’incriminer la consommation ou la surconsommation d’une substance, certes illicite dans notre pays mais autorisée dans d’autres pays de la CE.

De plus, dans de tels cas, les mêmes causes ne produisent pas nécessairement les mêmes effets chez tout individu indépendamment de sa structure psychologique et/ou de son état émotionnel intrinsèque.

Par ex. en ce qui me concerne j’appartiens à un groupe sanguin rare chez lequel l'aldéhyde déshydrogénase (ALDH2) est déficiente et parfois même inactive, ce qui a pour conséquence que le processus de métabolisation de l'alcool est beaucoup plus lent que chez d’autres individus et donc, comme je le sais, j’évite de me rendre malade par la consommation d’une dose d’alcool qui chez tout autre individu n’aurait aucune conséquence particulière sur ce plan, mais tout individu du même groupe qui ne le saurait pas pourrait voir son métabolisme, dont il n'est en rien maître en quelque façon que ce soit, affecté sans l’avoir désiré, et qui plus est le cas échéant, à son insu.

Dans le vase clos du repli communautaire dénoncé par R. Badinter à propos de la communauté à laquelle il appartient lui-même, ce qui en fait un personnage bien placé pour en juger, il est fort possible que monte en ébullition cette idée fausse que la consommation de ce qu’on a encore appelé du Shit du fait de sa couleur et de sa consistance identique à celle, en anglais, de la m..de, ait servi de masque à un acte antisémite et de prétexte à le dédouaner afin de clore un débat périlleux. Il me paraît encore plus périlleux de décrédibiliser de cette façon les arrêts d’une cour de Justice, en particulier de la part d’un ancien garde des Sceaux dont on veut continuer à croire qu’à son époque il ne s’est mêlé que de ce qui le regardait relativement à son auguste fonction et sans doute serait-il bienvenu que ça continue.

Quoi qu’il en soit il me paraît important pour la paix sociale de relativiser les choses et de mettre à distance de façon à ne pas amplifier des phénomènes qui dérivant vers l'hystérie collective, pourraient un jour finir par nous échapper de façon dommageable pour tous.

Denis Monod-Broca

« Plus jamais ça ! » se comprend de deux façons aux sens opposés.
Soit « plus jamais victimes comme ça ! » et cela conduit au militarisme israélien et à la croyance en la force du monde occidental.
Soit « plus jamais bourreaux comme ça ! » et ce serait le début de la sagesse.

Xavier NEBOUT

@ F68.10

Vous êtes certain de ne pas présumer quelque peu de vos connaissances en vous érigeant ici historien des religions ?

Je dois donc répéter encore que "Dieu le père" est l'expression la plus ancienne qui soit connue des civilisation indo-européennes. Dieu, Di-eus, lumière du ciel. Zeus, ciel. Jus pater, jour-père, Dyaus pitar, etc.
Ça en dit déjà long sur l'athéisme, des fois que la lumière du jour n'existerait pas...

Le polythéisme est une vue de l'esprit des monothéistes. Idée pour déesse, Dieu pour principe dont on vient imprégner son âme dans un temple dédié, dieu ne voulant pas dire dieu que Dieu le père ne soit pas le principe premier.

Lorsque les chrétiens sont apparus dans le monde romain, ils se sont fait prendre pour des abrutis par l'élite intellectuelle, mais le populisme devenant indispensable pour dominer l'empire, on a adopté le christianisme plus accessible au bon peuple.
Et qu'est-ce que le christianisme, sinon le retour de Dieu le père rapporté par Alexandre pour renier le judaïsme qui n'était qu'une religion de raison d'Etat formée d'une bouille de ce qui se trouvait dans le coin sans rien comprendre au juste à la mystique qui est le fondement des religions tant l'amour filial est à la base de toutes les mystiques du monde indo-européen ?

Quant au judaïsme, il n'aura cessé de se réformer pour tenter de rejoindre le christianisme, mais s'il parvient à faire la jonction avec le christianisme ras des pâquerettes type évangélistes américains ou autres fondus, il est encore bien loin des monastères.

Avec ce résumé, vous avez déjà de quoi faire de la place dans votre bibliothèque tant il y a peut-être de livres à mettre à la poubelle.

Lodi

@ F68.10
"Même si peindre éternellement les chrétiens comme des persécutés de par leur nature relève parfois complètement de la gageure. Ils furent au moins autant persécuteurs que persécutés, et cela selon les périodes et les lieux."

Je croyais l'avoir écrit, il faut que j'appuie, je crois.
Je ne l'ai pas fait, mais allons-y, je pense que les monothéistes, enfin surtout chrétiens et musulmans, sont des sado-masochistes, des dominants et soumis de la foi.
Du BDSM religieux, et c'est normal, presque fatal, ils sont écrasés par un dieu unique, qui nous condamne à souffrir et à mourir, créateur tout-puissant, tout nuisible mais jamais responsable.
Enfin, c'est ce qu'ils disent, mais sans savoir ce qu'ils disent : je ne leur pardonne pas même s'ils ne savent pas ce qu'ils font, car ils ne cessent de nuire aux autres.

Il leur faut se revancher sur les autres, ou s'y soumettre, du moment que c'est au nom de leur propriétaire divin, tout va bien...
Pour l'amour de la liberté, on repassera, mais ils vont vous inventer une liberté spirituelle, la spiritualité soit ce qui leur permet de nier ce qu'ils sont. Un voile de brume sur le désastre.

Que ces gens condamnent tout ce qui est un peu minoritaire en sexe est fatal: leur dieu unique créateur de tout fait que ces gens croient séant de l'imiter en se mêlant de tout, bouffe, parfois habillement, en en tirant la conviction d'être meilleurs que les autres... Quel plaisir de dominer ! C'est vrai, mais on n'a pas le droit de tyranniser son prochain comme ils ne cessent de le faire - en voulant qu'on les aime, en plus.
L'indécence n'a pas de limite... Ils prêchent le pardon dont ils auraient bien besoin comme ils se mêlent de sexe en en étant obsédés, dans le cas de Jésus, quand cela n’intéressait pas la fondateur de leur religion, qui n'en parlait pas.
C'est moins le message, d'amour en l’occurrence, que la puissance, qui compte, dans le monothéisme, la fascination pour un dieu tout-puissant. Et donc un mot de haine dans un texte sacré marchera toujours, des textes entier d'amour, quand il s'en trouve, disons, les quatre évangiles, marchera très peu. Et en plus, souvent, perversement, voyons :
- Soumission aux conquérants
- Somation aux gens de les aimer, quand ils sont détestables, les monothéistes, ou disons, quand ils se laissent aller au poison monothéisme.

Ce n'est pas une fatalité individuelle : tous les monothéistes n'abusent pas. Mais c'est une fatalité collective, de plus ou moins grande intensité.
Disons que les pires sont les islamistes, mais que les autres laissent, à moindre degré, voir leur vision de hiérarchiser les comportements selon leurs caprices religieux, ainsi s'être battue pour le mariage pour tous n'est pas pour rien dans l'impopularité dans ces milieux de Taubira.

Les chrétiens, c'est triste pour les homosexuels mais me renforce dans l'idée que ce n'est pas le message qui compte, mais la puissance, la fascination pour la puissance, sans que Jésus ait rien dit contre les homosexuels, se sont illustrés dans le refus de leur mariage, et font ce qu'ils peuvent contre la PMA et la GPA, jamais en retard pour restreindre une liberté.

La protection de l'enfance ? Je n'y crois pas, ici même, on m'a expliqué que Polanski méritait l'indulgence car il ne se vantait pas de ses mœurs.
J'ai réagi "ce n'est pas pécher que de pécher en silence".

Non ce qui compte ce n'est ni la liberté, ni l'enfant, mais le maintien d'un certain ordre social.
Dit de façon plus trash puisqu'on semble ne pas me comprendre sinon : trouver un sens à sa vie aux dépens de la vie des autres et dominer le monde.
Je ne dis pas que ce soit pensé, mais c'est ce qui ressort de leur comportement.

Et encore, il y a pire, l'Islam et l'islamisme, alors, vous discutez avec les gens ressortissant de cela de questions sociales ou de sens, mais pas moi, non merci.

""Il faut subir les croyants comme le froid : en s'en protégeant."

Je ne crois pas que les tenir à l'écart solutionne quoi que ce soit. Leurs idées ont encore beaucoup d'influence dans la culture commune, et on se doit d'en débattre avec eux tout en acceptant des accommodements raisonnables et non serviles."

Je ne tiens à l'écart que les pires, eux dont je ne suis pas responsable : que ceux qui les ont voulus les assume.
Puisqu'on ne veut pas que les frontières filtrent les indésirables, les musulmans dont certains sont certes sans problème mais dont d'autres nous nuisent, en arrachant des accommodements serviles...

...puisqu'on veut subir les problèmes de l'Islam voire de l'islamisme décuplé de ce que nous avons déjà avec ceux des musulmans français qui certes ne posent pas tous problème, mais l'important est que certains le fassent, on peut fort bien nuire et voire prendre le pouvoir avec peu de gens.

Enfin on mais pas moi, pas contre une immigration si point nuisible, contre si nuisible.
Un peu comme on isole des endroits, des gens, quand il y a des problèmes de contagion.

Bref, on m'impose des portes ouvertes sur le danger ? je n'y peux rien. Mais par contre, comme on ne recrute pas encore de force, je dis non, je ne vais pas débattre avec eux.
Vous laissez venir des gens dangereux chez nous, vous prétendez l'éducation toute-puissante, vous faites fort d'y parvenir ? c'est votre défi, pas le mien, votre responsabilité, pas la mienne.

Ceci dit, qui sait ? Le pire n'arrivera peut-être pas grâce à des gens comme vous et les musulmans et gens de culture musulmane capable de percevoir qu'il y a des gens si putrides chez eux que je n'ose imaginer si j'étais de cette ère culturelle en ayant ma manière de penser.
Déjà que je n'aime pas le manque d'amour de la liberté des Français et me désole de nos hontes nationales. C'est dire si je compatis... Pas au point de vouloir risquer qu'on nous détruise néanmoins.

Enfin, ce risque, d'autres l'ont pris, je dénie ici toute responsabilité, en cas de perte de nos libertés si elle vient d'eux, ce sera à cause de vous et de gens comme vous - il existe d'autres dangers contre lesquels je me sens une plus grande vocation à lutter.
J'avoue aussi que je ne serais pour rien dans les progrès des musulmans, si jamais ils en font, ce sera grâce à vous et des gens comme vous.

"Ne pas oublier que les positionnements non-croyants remontent aussi extrêmement loin dans le temps. Il est faux de croire qu'il y avait une fatalité psychologique du polythéisme ou du monothéisme."

Pas une fatalité individuelle.
Je sais.
Mais collective, vous ne l’ignorez pas : ceux qui ont prétendu en sortir ont fait pire, ainsi les Soviétiques en prétendant bannir la religion alors qu'en plein culte de la personnalité et autres choses religieuses chez eux, quelle perversion, et dire que certains pensent à interdire à nouveau les religions en ignorant ce précédent.

Pour le futur ? Si les gens restent souffrants et mourants, mimétiques donc lyncheurs et avec instinct de domination, et enfin, ne me demandez pas chaque goutte de boue dont nous sommes fait, la croyance restera une fatalité des masses.
C'est très malheureux, car la croyance a, en général, fort peu à voir avec le désir de vérité, de communion avec le monde, l'amour ou n'importe quoi d'autre d'un tant soit peu élevé.

Si nous étions rédimés de nos manques, purs comme le feu et créateurs comme quelques éclaireurs le sont un peu aujourd'hui, soit nous n'aurions plus de croyance, de religions, soit elles seraient plus belles... Ou certains illustreraient une attitude, leurs voisins une autre, et l'harmonie régnerait comme le soleil se reflète sur un mer étale.

jacques peres

"...nous oblige à inventer un autre logiciel"

Vous m'avez fait sursauter ! ça vous ressemble si peu la métaphore plate si stupidement ressassée.

Aliocha

Merci, notre hôte, de réaffirmer l'indispensable vigilance sur ses sujets qui, on le constate, sont loin d'être résolus et prêtent à toutes les confusions.

Cela rejoint la présomption de culpabilité de la victime décrite précédemment à propos du président, et démontre toute la limite de la notion du "en même temps", pouvant faire croire qu'il serait possible de satisfaire les parties ennemies d'un conflit, alors qu'il s'agit d'établir un consensus entre belligérants et d'équilibrer une relation.

La confusion entre antisionisme et antisémitisme est à ce titre révélatrice, car ce sont deux notions différentes, même s'il est évident que l'antisionisme est utilisé à des fins antisémites, il est dangereux de ne pas voir clair et de ne plus savoir faire la distinction sur des sujets aussi radioactifs et mortifères pour nos concitoyens minoritaires de toute obédience, sachant réaffirmer avec force le principe fondamental laïc où il est donné à chacun liberté de croire ou pas, argument supplémentaire considérant l'athéisme comme croyance égale aux autres, ce qu'il est, et que toute minorité a droit à la protection républicaine dans la mesure où elle en respecte le principe fondamental.

Ainsi, respectant la loi car il n'y a qu'elle qui nous protège, nous pourrons, entités contradictoires cheminant ensemble, apaiser les conflits latents qui nous menacent, et partager ce temps qui est notre condition commune, celui qui est le même pour tous, témoignant que nous ne croyons plus en la violence
On appellerait cela la démocratie.

Patrice Charoulet

Cher Philippe,

J'ai lu et relu très attentivement vos réflexions sur l'antisémitisme.
Je salue vos efforts de pensée et d'expression afin de manifester votre sympathie aux Juifs et votre désapprobation de l'antisémitisme.
Il se trouve que je pense être le moins antisémite de ce ce blog. Et, si l'on scrute vos propos, on peut tiquer encore sur deux petits passages.

En écrivant, par exemple : « si elle est présente et influente dans certains secteurs de notre vie nationale », vous donnez crédit à la fable antisémite la plus fréquente. Ce sont des mots de trop, qui ont échappé à votre vigilance. En cherchant bien, on trouverait des foules de Bretons, de Normands, de Corses, de Chtis... dans tous ces secteurs. Dont on ne parle jamais. On est tout content de noter un Cohen ou un Lévy dans un organigramme, en brandissant cette prétendue influence.

Le deuxième endroit où j'ai tiqué est celui concernant le RN. Il est fort possible que la fille Le Pen soit moins antisémite que son père et, en tout cas, ce fait explique en partie l'expulsion du père par la fille, mais je crois qu'elle a trouvé gênant pour son ascension et son parti le moindre mot antisémite à la radio comme à la télé. Je suis absolument certain que le racisme, sous toutes ses formes, est au cœur du lepénisme, ancienne ou nouvelle version. Un parti n'est d'ailleurs pas constitué de sa dirigeante, mais de tous ses dirigeants, de tous ses membres. Dans les repas FN ou RN, après quelques verres, croyez bien qu'on doit en entendre de belles sur les Noirs, les Arabes... ou les Juifs !

Vamonos

Les juifs ont raison d'avoir peur en France en général et dans le département de Seine-Saint-Denis en particulier. Pour rappel, l'école publique n'est plus en mesure d'accueillir le moindre enfant juif, leurs parents ont préféré les inscrire dans des écoles privées. Pourtant, les juifs ne sont pas plus riches que la moyenne des gens, mais il est insupportable de voir le visage tuméfié d'un enfant qui rentre de l'école parce qu'il a été battu pour des motifs idéologiques et religieux.

L'antisémitisme ne date pas d'hier mais il est devenu politiquement correct pour toute une catégorie de la population française. Même sur ce blog, certains commentaires prouvent la sympathie de leurs auteurs pour la cause gaucho-musulmane.

P.-S.: ce billet a pour sujet les juifs en France, une fois de plus, nous avons droit à des diversions qui se fondent sur des citations de Rocard qui avait un problème avec la vérité, les chiffres et les nombres.
Mais enfin, quand les juifs ont quitté contraints et forcés l'Afrique du Nord avec les chrétiens, c'est la peur d'être égorgés qui les a poussés à fuir.
Actuellement, en France, des territoires apparaissent où il n'y a plus de juifs, plus de chrétiens, d'athées ni de femmes seules.

Claude Luçon

"Des enquêtes récentes ont en effet montré la forte progression des propos, des intimidations, des violences et des comportements globalement antisémites." (PB)

Dans ces enquêtes il serait intéressant de faire une comparaison entre ces nombres et la progression du nombre d'ordinateurs, de tablettes et de smatphones en France. Ce n'est peut-être pas tant l'antisémitisme qui s'est accru mais les moyens de l'exprimer anonymement et de le diffuser au monde entier par les canaux de télévision.
En remontant à Dreyfus et à Vichy, et en imaginant que ces mêmes facilités de communication aient existé, il est probable que la période actuelle paraîtrait pas plus violente qu'alors.
Il serait bon d'analyser et de relativiser.

Harcèlement de tous genres : rivalité entre jeunes via téléphone portable et SMS, campagnes contre le viol genre #balancetonporc, discrimination raciale dans l'emploi, prêtres pédophiles… ne font que mettre en lumière des problèmes qui n'avaient rien de nouveau, de la Guerre des boutons aux suffragettes en passant par l'antisémitisme et la négritude.

Nous vivons un nouveau siècle de la Lumière, mais seulement celui des écrans de nos gadgets numériques.
Ce qui n'est pas à blâmer, nous pouvons enfin apprécier à leurs justes horreurs les problèmes d'antisémitisme, anti-islamisme, homophobie, pédophilie, PMA/GPA, pourrissement de la planète, etc. et, enfin, peut-être réagir contre.
La transparence est de mode, nous avons les engins électroniques de poche pour l'exposer.

Achille

Le problème des juifs c’est l’idée caricaturale qui leur colle à la peau, en particulier dans les milieux populaires.

Leur rapport à l’argent tout d’abord. Les juifs passent pour être riches. C’est vrai que certains le sont. Le nom qui vient immédiatement à l’esprit c’est la famille Rothschild, qui règne sur le monde de la haute finance depuis le XVIIIe siècle.
Les Juifs sont très intelligents. Beaucoup occupent des situations importantes que ce soit dans les milieux d’affaires, les médias, sans oublier les sciences (nombres de grands scientifiques sont juifs, à commencer par Einstein, l’emblématique savant).

Alors bien sûr, ça crée des jalousies. Cela se traduit par des dégradations de cimetières juifs, des crimes également.
Le meurtre d'Ilan Halimi en 2006, celui de Sarah Halimi en avril 2017, sont les exemples parmi tant d’autres de la haine envers les Juifs ressentie par des « déséquilibrés ».

Mais si on regarde bien dans sa globalité le peuple juif et notamment les Juifs de France, ce sont des Français comme tout le monde qui sont intégrés dans notre société depuis des siècles ce qui n’est pas le cas d’autres communautés qui veulent imposer leurs us et coutumes.

Elusen

▬ « un antisionisme »

Le sionisme est une théorie fondée par Theodor Herzl dans son essai "L’état des juifs".
Le sionisme n’a rien à voir avec la religion juive, ni avec l’actuel État d’Israël !

Cette théorie prône :

- l’interdiction de la démocratie ;
- l’interdiction aux pauvres d’avoir des droits ;
- l’instauration d’une aristocratie et l’héritage du pouvoir ;

- les juifs pauvres ne sont là que pour servir les intérêts des riches ;
- les juifs pauvres doivent être distingués des autres, par leurs vêtements, leurs maisons.
- les juifs pauvres doivent être ségrégués, ils ne doivent vivre que dans des ghettos.
- la vie des juifs pauvres est régie par la loi, elle leur dit quand dormir, se laver, manger, avoir des enfants, etc.

- il est interdit à l’épiscopat religieux juif d’exercer le moindre pouvoir.
- les Français juifs intégrés à la France et progressistes ne doivent pas venir dans un État juif, ce sont de dangereux assimilationnistes.

- les pauvres juifs sont déclarés être une maladie, une contagion, ce sont eux qui ont la responsabilité exclusive de l’antisémitisme des non-juifs.

- La théorie de Theodor Herzl prône l’antisémitisme, elle déclare que les juifs sont ultrariches comme groupe et qu’ils seraient intrinsèquement en eux d'excellents comptables, de fait ils peuvent gérer l’Empire ottoman et effacer la dette publique de l’Empire germanique.

- Elle prône l’imaginaire existence d’un peuple juif ; alors que le peuple, c’est : Judéen ; juif est un Judéen qui est monothéiste et voue un culte à Yahvé ; puisqu’il y avait des Judéens polythéistes.

Vous l’auriez su si vous aviez lu ► L’État des Juifs de Theodor Herzl ◄ ; cela ne fait que 163 pages aux éditions la découverte pourtant.

Mais il vaut mieux de rien savoir et n’avoir que des certitudes.

F68.10

@ Lodi
"Le monothéisme c'est se disputer le même dieu en se supposant supérieur, "hors de l'Eglise, pas de salut", n'a pas été inventé par les Juifs, et pour cause."

Exact. L'histoire du monothéisme est assez complexe et un peu perdue dans les limbes de l'histoire, mais le monothéisme n'est pas exactement "inventé" par le judaïsme. Déjà, de quand dater le judaïsme ? Pour pas mal de gens, cela se date du petit passage à Babylone, sans l'influence duquel la bible hébraïque ne se serait pas solidifiée comme elle le fut, et le monothéisme n'aurait pas été aussi sacerdotalement monothéiste. Et l'influence du zoroastrisme, quasi-monothéisme, ne fut pas négligeable du tout dans ce contexte, influence qui perdurera jusque dans ses apports à l'islam.

"Nous sommes passés de plusieurs dieux, dans un monde commun, à un seul dieu avec des textes communs, à se disputer, avec la rage de faire disparaître toutes les autres religions."

Ne pas oublier que les positionnements non-croyants remontent aussi extrêmement loin dans le temps. Il est faux de croire qu'il y avait une fatalité psychologique du polythéisme ou du monothéisme. Exemple: le système philosophique dit Chārvāka.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Chârvâka

N'oublions pas aussi de mentionner le champion toute catégories confondues de la tolérance réligieuse: Gengis Khan...

"Jamais un trusteur n'aura été si maniaquement nuisible aux autres que les chefs religieux. Le monothéisme est un désastre."

À l'heure actuelle, oui, il a tendance à être un désastre. Il y a mille ans, l'histoire était un peu différente... Même si peindre éternellement les chrétiens comme des persécutés de par leur nature relève parfois complètement de la gageure. Ils furent au moins autant persécuteurs que persécutés, et cela selon les périodes et les lieux. (J'avoue avoir une dent contre Cyril d'Alexandrie...)

"Cela [fermer les lieux de culte] serait liberticide, ne se ferait sans doute pas sans haine et en provoquerait. De toute façon, les croyants sont dans une logique persécuteur-persécuté. Persécuteurs, ils convertissent, persécutés, ils gagnent le paradis. Une logique du je gagne, je gagne, je perds, je gagne."

Exact. Si on veut combattre les cultes, ne pas le faire avec les mêmes armes que l'on reproche aux cultes eux-mêmes: l'instrumentalisation de la force publique. Cela devrait essentiellement passer par le débat public, respectueux sur la forme et aussi respectueux des gens, et néanmoins poliment et légèrement intolérant sur le fond, comme le mérite toute croyance non raisonnée. Comme pour le cas extrême du platisme.

"Il faut subir les croyants comme le froid : en s'en protégeant."

Je ne crois pas que les tenir à l'écart solutionne quoi que ce soit. Leurs idées ont encore beaucoup d'influence dans la culture commune, et on se doit d'en débattre avec eux tout en acceptant des accommodements raisonnables et non serviles.

Mary Preud'homme

@ Alpi 24 janvier 18:45

A l'école de la Shoah : de l'enseignement de l'histoire à la pédagogie de la mémoire - Floriane Schneider (extraits)*

"Par l’arrêté du 25 avril 1988 [3]
Bulletin officiel de l’Éducation nationale (BOEN), supplément… le ministère de l’Éducation nationale inscrivait l’histoire de la Seconde Guerre mondiale au programme des classes de Première, en toute fin d’année scolaire. S’il est précisé dans un « complément aux programmes et instructions » que l’étude « approfondie » du conflit est « indispensable dans la perspective du programme de Terminale », il semble que ce ne soit qu’une déclaration de principe. Dans un numéro de Tribune juive qui s’interroge précisément sur les manières d’enseigner la Shoah, Georges Bensoussan dresse un bilan critique de la question en France : « Chambardement des programmes en 1988 : le génocide juif, que les manuels s’obstinent à nommer Holocauste, sera étudié en fin de classe de Première, alors que l’épreuve anticipée de français bouscule la fin d’année transformée en course contre la montre. […] Ainsi, même si les directives de 1988 mettent davantage encore l’accent sur le génocide juif, les moyens pour l’enseigner sont brutalement réduits [4]
"[4]
"Georges Bensoussan, « L’enseignement de la Shoah dans les écoles… » Alors même que le ministère recommande à l’enseignant, « historien », de « parler clair, de préciser le vocabulaire, de décrire avec précision les étapes qui conduisent à la “Solution finale” ... il lui en ôte la possibilité.
BOEN, supplément n° 22 du 9 juin 1988. »

*Vous pouvez consulter l'intégralité de l'article sur Internet.

GERARD R.

Citation: "En France on tue des grands-mères parce qu'elles sont juives"

Détrompez-vous. En France on tue impunément tout le monde, parce que Macron au pouvoir. Point barre !

Lodi

@ Patrick EMIN
"Donc on descend en France mais on monte en Israël... À part ça les juifs n'auraient pas un problème de sentiment de supériorité qui fait passer les non juifs pour inférieurs ?"

Le monothéisme c'est se disputer le même dieu en se supposant supérieur, "hors de l'Eglise, pas de salut", n'a pas été inventé par les Juifs, et pour cause.

Nous sommes passés de plusieurs dieux, dans un monde commun, à un seul dieu avec des textes communs, à se disputer, avec la rage de faire disparaître toutes les autres religions.

Jamais un trusteur n'aura été si maniaquement nuisible aux autres que les chefs religieux.
Le monothéisme est un désastre.

------------------------------------------------------------

@ Lotus
"Que l'on ferme les églises, les synagogues, les mosquées, les temples qui ne servent qu'à provoquer la haine !"

Cela serait liberticide, ne se ferait sans doute pas sans haine et en provoquerait.
De toute façon, les croyants sont dans une logique persécuteur-persécuté. Persécuteurs, ils convertissent, persécutés, ils gagnent le paradis. Une logique du je gagne, je gagne, je perds, je gagne.

Il faut subir les croyants comme le froid : en s'en protégeant.

G.Davet

80% des Français se sentent eux aussi menacés, conscients que la cohabitation entre religions est de plus perturbante pour leur tranquillité alors qu'ils n'ont pas besoin de se réfugier dans la spiritualité pour s'assumer.

Ceci dit, je constate que depuis le Moyen Âge, les migrations qui ont marqué notre histoire n'ont jamais créé autant de problèmes que celles, récentes, qui nous sont imposées depuis 38 ans et qui sont essentiellement composées d'une religion rétrograde, barbare et hégémonique.
Mais, au pouvoir, on préfère l'ignorer et stigmatiser les Français en général.

Mes frères juifs devraient, eux aussi, faire preuve de franchise, de courage, d'objectivité et enfin, désigner franchement d'où provient le trouble de leur sérénité.

Xavier NEBOUT

La Shoah... "une rupture dans l'histoire humaine".

Non Monsieur Bilger ! La rupture, ça a été le massacre des Vendéens, vous savez, en France dans les années 1793 et suivantes.

Environ un quart de la population vendéenne de 800 000 habitants a été tuée sur ordre clair et précis tant les généraux tenaient à avoir des ordres écrits.

L'armée de la "république" les a massacrés avec une sauvagerie inégalée dans l'histoire passée et à venir - du moins en Europe - et devant laquelle les camps nazis feraient office de colonies de vacances.
Et à cela se sont même ajoutées les oeuvres de l'inégalable Carrier.

P.-S.: à propos de Shoah, les Algériens se souviennent d'une autre: nos camps de regroupement en Algérie, où l'on mourait autant qu'à Auschwitz ainsi que le dénonçait un nommé Michel Rocard en 1959. C'était juste quelque 1 750 000 Algériens qui s'y trouvaient, et qui y mouraient de faim...
Ils n'ont pas eu droit à un mémorial, eux.
Par contre, dans les cités, il y en a peut-être qui en ont entendu parler avant d'aller casser du Français...

caroff

"Cette angoisse est légitime et ce serait se défausser que d'en imputer la seule responsabilité aux jeunes gens de certaines cités, essentiellement maghrébins, à cause du conflit israélo-palestinien qui ne cesserait pas de produire ses effets délétères en France."

L'antisionisme et l'antisémitisme qui en découle naturellement sont hélas consubstantiels à la culture d'un certain nombre de populations...
J'ai participé à des réunions internationales en Méditerranée où la délégation israélienne était systématiquement contournée, évitée, boycottée par les délégations des pays arabes.
Quant à nos chers (trop chers) Maghrébins, ils se nourrissent du lait de la haine des "youdis" comme les Français juifs peuvent le constater à leurs dépens à Sarcelles par exemple !
Si vous voulez percevoir cette réalité, lisez donc "L'Arabe du futur", la BD de Riad Sattouf qui illustre tellement bien les préjugés des Arabes musulmans sur les Juifs...

https://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Arabe_du_futur

stephane

Quand on veut éloigner les vrais débats de société comme la location d’un ventre pour des homosexuels, on nous ressort Simone Veil et ensuite c’est la course à celui qui sera le plus judéophile. Pendant ce temps Sénat et Assemblée nationale favorisent la prostitution de mères porteuses sans avoir la cohérence d’aller au bout de leur approche : rouvrir les maisons closes.
Les Français juifs sont menacés comme tous les Français, ils sont menacés par les islamistes, le dire c’est bien, le vivre c’est pire.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS