« Entretien avec Michel Onfray - Fréquence Protestante du 20 février 2020 | Accueil | Laurent Ruquier : on va pouvoir se coucher... »

22 février 2020

Commentaires

Exilé

@ Catherine JACOB
« ...titulaire d'une maîtrise d'histoire consacrée à l'Algérie coloniale et d'un diplôme d'études approfondies (DEA) intitulé « Mouvement social, féminisme et législation à travers l'exemple du corps des femmes (1967-1982) » sur le Mouvement de libération des femmes. »

Je me garderai bien d'approuver M. Habib dans sa manière d'avoir traité Mme Autain et ses consœurs.

En revanche, le CV de cette dame n'est pas particulièrement de ceux qui suscitent une admiration sans bornes, et sans devoir la traiter de « c...e » il n'empêche que tout un chacun a le droit le lui faire part de sa désapprobation tant dans ses actes que dans sa façon de voir les choses.

Au passage, quant à certaines maîtrises d'histoire, nous devrions regarder d'un peu plus près sur quel niveau de « c...ries » et de falsifications elles peuvent parfois reposer...
Mais c'est également le cas pour d'autres disciplines universitaires.

Michel Deluré

La connerie n'est pas une mode, sinon, comme toutes les modes, elle passerait heureusement.

Non, elle est bien un virus, pire que le coronavirus, universel et éternel, contre lequel l'homme n'a toujours pas découvert le moindre vaccin et, ce qui est encore plus surprenant, pour la propagation duquel il est même capable d'inventer des agents qui accroissent l'efficacité et la rapidité de celle-ci !

Ce virus-là a donc encore de beaux jours devant lui.

Achille

@ Giuseppe | 22 février 2020 à 21:23
« Ce soir pour une victoire pleine de fraîcheur et de douce revanche sur les Gallois, ce sera Gaillac Perlé - un vrai bonheur simple -, filet de merlu grillé sablé au sel de Guérande et piment d'Espelette (mélange secret), accompagné de pâtes sauce citron réduite à l'échalote... »

Je n’ose imaginer les agapes pour fêter le grand chelem ! :)

Isabelle

A propos de cons qui se disent philanthropes et progressistes !

"Le hasard m'a fait entendre une vieille chanson chantée par Maurice Chevalier. Cette chanson est très gaie mais donne une vision sardonique quoique drôle et vraie des limites de l'entraide et du progressisme. Vous savez, c'est : « Quand un vicomte rencontre un autre vicomte, qu'est-ce qu'ils s'racontent ? Des histoires de vicomte… » Et le refrain « Tout le monde se fout, se fout, se fout des p'tites misères du voisin du dessous » m'a fait pouffer de rire el j'ai immédiatement dit : « Voilà une chanson que l'on devrait diffuser dans les hospices de Mère Teresa ! » Un peu de distance et d'humour noir ! Je n'en tire pas argument pour m'élever contre l'entraide mais j'y vois une illustration de ce qu'il y a de parfois un peu ambigu dans le souci de faire du bien aux autres, qui cache souvent l'impossibilité de se faire du bien à soi-même et de guérir ses propres angoisses. Le dévouement est quelquefois le fait de personnes possédées par une haine abyssale tant à l'égard d'elles-mêmes que des autres. Je suis persuadé que si Mère Teresa pouvait faire sauter la planète, elle le ferait tout de suite !"
Clément Rosset, entretien avec Maryline Desbiolles, 1994

Denis Monod-Broca

@ Claggart

Légende n’est pas fable.

De Gaulle n’est pas le seul officier à avoir mené brillamment combat contre l’armée allemande en mai 40 lors de la bataille de France, mais il l’a fait.
Puis, alors que les parlementaires avaient cru bon de la saborder, il a assuré la continuité de la République et a permis à la France d’être dans le camp des vainqueurs.
Le mérite est réel, il n’est pas mince et, dans l’actuelle guerre économique, nous ferions bien de nous en inspirer.
Mais que reste-t-il de la pensée française ?

Catherine JACOB

@ boureau | 22 février 2020 à 20:10
« Souvenez-vous qu'Anne Hidalgo a été élue alors qu'elle était minoritaire en voix ! »

Elle aura donc partagé cet honneur avec Donald Trump !

« vu de mon fauteuil si loin de Paris, regardant les canards de l’étang, il s'agit de l'écume des jours. »

Ah là, je vous envie. J’ai passé un bon moment l’autre jour à chercher un étang à vendre qui soit traversé par de l’eau courante pour installer sur ses rives une Tiny House autonome pour moi et mes chiens et en faire un petit ermitage loin du monde, des voisins et des emm…es !

Mais ceux qui me plaisaient étaient soit totalement hors de mes moyens à moins de faire comme certains et d’aller pleurer dans les jupes de ma mère, soit trop marécageux pour y installer jamais quoi que ce soit, soit au diable vauvert.
Je crois que je vais me contenter de négocier, sans me faire trop arnaquer, une petite parcelle quelque part pas trop loin de mon fils pour y cultiver un mini jardin de curé bio le reste de mon âge et regarder pousser mes légumes depuis ma chaise longue. Mais bon, il n’est pas interdit de rêver…

« J'ai parfaitement compris que vous détestiez Rachida Dati. C'est votre droit le plus strict. Et je ne le discute pas. »

Je ne déteste pas Rachida Dati, en européenne convaincue je déteste son désintérêt de la « chose » européenne après s’être fait élire député européen plutôt que de retourner exercer son métier de magistrat en testant sur le terrain la pertinence des réformes par elle mises en œuvre. Par exemple.

« Je suis surpris de vous voir développer tout et rien dans votre réponse et notamment tant de références à l'argent. Curieux ! »

Eh oui, si j’avais été rémunérée selon mon talent, je ne ferais pas que rêver l’étang et ses canards ! Mais contrairement aux divers personnages de mon commentaire j’ai toujours préféré faire ce qui me plaisait d’abord, quels que fussent - et persistent à se dresser - les obstacles concoctés par des esprits chagrins, plutôt que de choisir l'alimentaire. C'est là tout mon crime et tout mon luxe.

Vamonos

@ Exilé | 22 février 2020 à 20:06

Il me semble que votre anecdote est pertinente, sauf qu'elle ne s'est pas produite en Afrique. Le général d'armée Massu était en poste à Baden-Baden quand il avait été traité de con par la grande Zoa.

Patrice Charoulet

NAZISME

Je vous recommande d'écouter, sur YouTube, La révolution culturelle nazie, par l'historien Johann Chapoutot, sans oublier les réponses aux questions qui lui sont posées.

https://www.google.com/url?sa=t&source=web&cd=1&ved=2ahUKEwjKzLPIkefnAhWHDxQKHd0wC2EQFjAAegQIBRAB&url=https%3A%2F%2Fwww.youtube.com%2Fwatch%3Fv%3DLfe5shsp4Hw&usg=AOvVaw1qtmxWSnpohbOgBEmNvKeX

Tipaza

@ Ellen 22 février à 15:55
"On peut être intelligent et con à la fois"

Je préfère écrire :
On peut être intelligent et con "en même temps" !
Ce qui permet, mine de rien, de cibler un personnage en particulier, dont l'intelligence spéculative n'est pas mise en doute mais dont la personnalité le conduit à une succession d'erreurs qui détruisent ce que son intelligence réalise.

C'est que l'intelligence relève de l'intellect, du moins ce que l'on entend en général par intelligence, et qui est la marque de capacités de raisonnement, alors que la connerie est le signe de l'ensemble de la personnalité, et qu'elle relève autant d'un instinct perverti que de faiblesses de raisonnement, c'est dire son importance.

Au fond ce qui définit le mieux un individu est son niveau de connerie, qui est une mesure de la complexité de sa personnalité.

Mesure qu'il convient de relativiser car elle est faite à l'aune des conventions comportementales et morales en vigueur dans la société, mais qui traduit tout de même son état d'intégration dans le milieu où il évolue.

La mesure est bonne lorsqu'elle s'appuie sur les résultats obtenus par son comportement, s'ils l'enrichissent, matériellement et moralement, alors sa connerie est une anticipation, s'ils l'appauvrissent c'est effectivement une connerie au sens où c'est une perte de position dans son milieu.
Et encore cette façon de voir le problème est incorrecte, puisque le vrai con ne s'aperçoit pas de sa connerie et de ce qu'elle entraîne. Et c'est toute la force de la connerie, elle est invisible à son porteur. Vous vous rendez compte, porter une telle charge et ne pas s'en apercevoir !

Bref la connerie est beaucoup plus vaste que l'intelligence, car s’il est établi qu'il y a plusieurs sortes d'intelligence, il n'y a qu'une seule sorte de connerie, elle est globale, enveloppante.

La connerie est complexe, bien plus complexe que la pensée complexe de certains qui se croient au-dessus des autres alors qu'ils ne sont qu'en haut, confondant la hauteur et la supériorité.

La connerie est une et indivisible, mieux que ça, elle est inépuisable, on peut la partager, l'offrir sans réserve et ne jamais en perdre et en manquer.

marie

Souvenir 😉

"Pourquoi "petit con" ?" "C’est de l’affection"

"En 1998, une capsule de 5 minutes apparut sur les écrans de La Cinquième (chaîne qui deviendra France 5) juste avant midi : il s'agissait d'un magazine de savoir-vivre intitulée "Je vais t'apprendre la politesse, p'tit con"".
Destiné à ceux qui n'avaient jamais eu en leur possession le manuel de savoir-vivre de la baronne de Rothschild, cette émission de Jean-Louis Fournier proposait (après l'arithmétique, la grammaire et les sciences naturelles impertinentes) un cours de rattrapage quotidien en compagnie de la comédienne Catherine Frot, emperlouzée et chanelisée pour la circonstance. Face à elle, le jeune Fethi tenait le rôle du candide malotru qui se repérait facilement au casque de baladeur. «Tu sais qui c'est autrui ?, lui demandait Catherine en introduction. Autrui n'est pas toujours un ami, mais ce n'est pas la peine de s'en faire un ennemi. Un merci, un s'il vous plaît, c'est souvent mieux qu'un gilet pare-balles. Alors, parce que je t'aime bien, petit con, je vais t'apprendre la politesse.» «Pourquoi petit con ?», répondait le malotru. «C'est de l'affection», précisait Catherine avant de se lancer dans son cours du jour."

https://yael-boublil.canoprof.fr/eleve/2nde/Cours%20de%20Fran%C3%A7ais%20-%202nde/activities/Ecrire_4.xhtml

Trekker

@ Claude Luçon | 22 février 2020 à 22:09
"…vous l'aviez mentionné à Trekker ! Je le connais et je sais que lui avait le courage de sauter en parachute, armé en plus, pendant des années... vous ?..."

N’exagérez pas, sauter en parachute O.A. (ouverture automatique) aussi bien en militaire qu’en civil, cela ne demande pas un grand courage : juste de surmonter sa peur lors du premier saut, et souvent du troisième appelé couramment le « saut de la peur ».

En militaire, les seuls sauts demandant du courage, ce sont ceux dit opérationnels sur une zone a priori tenue par des forces ennemies. Exemples récents : opérations de Kolwezi fin mai 1978 et Tombouctou fin janvier 2013. Au cours de ma brève carrière militaire je n’ai jamais fait de sauts opérationnels, il n’y en a pas eu alors et même actuellement ils sont fort rares hormis au Mali.

Les sauts en O.C. (ouverture commandée) militaires et civils, appelés couramment chute libre, ne demandent pas à proprement parler du courage mais de la volonté. On a déjà fait avant au moins une douzaine de sauts en O.A., hormis souvent depuis une dizaine d’années en civil avec la P.A.C. (progression accélérée en chute). Dans ce cas lors des premiers cela demande de surmonter sa peur, comme lors d’un saut en O.A.

Les sauts opérationnels militaires en O.C. présentent des risques : ils ont lieu de nuit, poids et encombrement des divers équipements, risques de collision dans la phase de chute, et présence potentielle d’ennemis au sol. Mais depuis longtemps les chuteurs opérationnels ont dépassé le stade de la peur du débutant en O.A., ils sont surtout préoccupés de respecter les règles techniques et de sécurités afférentes à ces sauts.

Personnellement, en militaire je n’ai sauté qu’en O.A., je n’ai connu les O.C. et donc la chute libre qu’en civil : ces sauts étaient toujours de jour. Les sauts de nuit en O.A. et O.C. sont extrêmement rares en civil. Je parle ci-avant des sauts O.C. opérationnels, car j’ai eu certains amis militaires qui étaient chuteurs opérationnels, et même un camarade de peloton (PEG et PSO) qui fut instructeur pour ces chuteurs. Pour la petite histoire, il termina sa carrière militaire à Polytechnique : toujours en tant qu’instructeur O.C - chuteurs opérationnels.

Claude Luçon

@ Mary Preud'homme | 22 février 2020 à 14:33

Décidément vous avez la rancoeur persistante, mais la mémoire courte, il me semble vous avoir prouvé qui j'étais par une autre voie.
Tout cela parce que vous prenant pour un homme se cachant dernière un nom de femme, lors de mes débuts ici, suite à votre 'veau" j'avais rétorqué "vache".
Il faut savoir pardonner Mary, surtout avec un prénom pareil !

Je ne me souviens pas avoir parlé ici de ma supposée bravoure, seulement de ma terreur d'enfant sous les bombes alliées en 43/44, et de mes inquiétudes d'adulte au Sahara de 1961 à 64 !
Ne vous y trompez pas je me considère aussi con mais pas plus courageux que tout autre !
Une précision : j'étais engagé volontaire dans la Royale, pas appelé !

Quant à ma supposée bravoure je suis prêt à vous faire parvenir les détails de quelques situations qui pourraient peut-être qualifier et satisfaire vos doutes ? Par contre je n'aurais jamais eu le courage de sauter d'un avion en parachute comme vous, souvenez-vous, vous l'aviez mentionné à Trekker ! Je le connais et je sais que lui avait le courage de sauter en parachute, armé en plus, pendant des années... vous ??

Solon

Quelle est la ville du Sud dont le nom commence par un T et se termine par un N ?
Tarascon ? Mais non ! "Toulouse con !" (avec l'accent)

Comme disait Nougaro en chantant sa bonne ville de Toulouse "On se traite de con à peine qu'on se traite !"

N'oublions pas qu'on est toujours le con de quelqu'un. Et qui est ce quelqu'un ?
Un con... à moins qu'on ne se traite soi-même de con.

Giuseppe

@ Achille | 22 février 2020 à 14:55
"Un monde sans cons serait terriblement ennuyeux, finalement."

D'ailleurs je n'écoute jamais les commentaires d'après-match ou d'avant d'ailleurs, une armée de "batouilles", ce sont les mêmes que vous citez, mais ceux-là m'exaspèrent particulièrement, tous les commentateurs.

Heureusement il nous en reste quelques-uns à partager (des cons bien sûr) - tout ce qui est partagé fait du bien - pour nous sortir de l'ennui, mes amis et moi.

Ce soir pour une victoire pleine de fraîcheur et de douce revanche sur les Gallois, ce sera Gaillac Perlé - un vrai bonheur simple -, filet de merlu grillé sablé au sel de Guérande et piment d'Espelette (mélange secret), accompagné de pâtes sauce citron réduite à l'échalote...

Il faut être un peu con quand même pour fêter cela plus qu'un Nouvel An, mais c'est tellement bon, et la cuisinière si fine.

breizmabro

@ Ellen 22 février à 15:55
"On peut être intelligent et con à la fois"

ou :

Être une heure, une heure seulement
Être une heure, une heure quelquefois
Être une heure, rien qu'une heure durant
Beau, beau, beau et con à la fois… (Jacques Brel)

boureau

@ Catherine JACOB 22 février 2020 09:50

J'ai parfaitement compris que vous détestiez Rachida Dati. C'est votre droit le plus strict. Et je ne le discute pas.

C'est également votre droit de préférer - comme vous l'écrivez - le "modèle" Jamel Debbouze au "modèle" Rachida Dati. On peut ne pas le partager.

Je suis surpris de vous voir développer tout et rien dans votre réponse et notamment tant de références à l'argent. Curieux !

J'ai donné mon sentiment politique sur la situation à ce jour des municipales parisiennes. Je n'ai pas exprimé de préférence particulière pour l'un ou l'autre.

J'ai même écrit et je maintiens que Rachida Dati, à ce jour, ne pourra être élu Maire de Paris compte tenu du système électoral en vigueur à Paris et surtout depuis qu'Anne Hidalgo a changé les règles en remplaçant les quatre premiers arrondissements par un seul.

Pour le reste : les toilettes, le Botox, la carrière, la famille, les trahisons, les réussites, les échecs... vu de mon fauteuil si loin de Paris, regardant les canards de l’étang, il s'agit de l'écume des jours. Rien de plus, d'ailleurs, les Parisiens (et les combines du troisième tour) trancheront comme d'habitude.

Souvenez-vous qu'Anne Hidalgo a été élue alors qu'elle était minoritaire en voix !

Cordialement.

Exilé

Une histoire dont il est difficile de dire si elle est inventée ou authentique.

Le général de Gaulle, à l'occasion d'une tournée des popotes en AFN, croise le général Massu.

- Alors, Massu, toujours aussi c.. ?
- Toujours gaulliste, mon général.

Exilé

Qu'en dit la Science ?

https://fr.wiktionary.org/wiki/connerie

Savonarole

@ Mary Preud'homme à Claude Luçon le 22 février 2020 à 14:33

Cela fait belle lurette que Claude Luçon nous assomme avec son casque colonial pétrolier, il abuse de ses cheveux blancs. Il paraît qu’il ne faut pas y toucher car il aurait 90 ans, et qu’on risquerait les foudres d’Elf Aquitaine.
Les pygmées du Congo, les niakoués ou les fellaghas de Tamanrasset qui ont sué sang et eau à creuser des puits apprécieront une telle mansuétude. Tous nous sont retombés en pluie fine lors de leur indépendance. Mais pour Claude Luçon, qui tel Tartarin de Tarascon, continue à nous raconter ses exploits, la vie est belle en pente douce.

PS : Lire « Les marchands de gloire » de Marcel Pagnol, pièce de théâtre magistrale.

Mary Preud'homme

Sans oublier la célèbre réplique de Nicolas Sarkozy : "casse-toi pauvre con", adressée à un grossier personnage qui ne l'avait pas volé !
C'était en 2008 au Salon de l'agriculture !

Alpi

@ Achille
"Personnellement, les cons ne me dérangent pas. Avec le temps j’ai appris à m’en accommoder. Il m’est même arrivé de jouer moi-même au gros con. Je n’en tire aucune fierté."

Il est en effet préférable de s'en accommoder. Autrement, la vie deviendrait vite insupportable ! Et, comme vous le dites, il est de nombreuses fois où soi-même, on ne se supporterait pas...

Je suis bien certain d'en être un. Depuis le temps ! J'ai entendu mon cher père me le répéter, relayé ensuite par ma chère et tendre et maintenant mes enfants. Probable que ma petite-fille de 14 ans ne tardera pas à m'affubler de ce qualificatif. Tout cela est dit gentiment, affectueusement, mais tout de même, ça finit pas s'incruster.

L'épithète qui accompagne le con est primordial : le jeune con est d'emblée excusé ; le p'tit con, un peu moins. Le grand con n'est pas méchant. Le vieux con n'est qu'un emmerdeur qui a dû être un jeune sot (le temps ne fait rien à l'affaire, etc.). Les pires sont le gros con, mais surtout le sale con !

Narcisses

Lorsque j'ai vu "le Nom de la rose", j'ai appris qu'Aristote pensait ou disait que le rire était le propre de l'homme, puis peu à peu je me suis rendu compte que le propre de l'homme c'était malheureusement la connerie, un signe de notre époque, c'est que les vieux cons sont de plus en plus jeunes. Le temps, l'instruction, les origines, la position sociale, ne font rien à l'affaire, quand on est con on est con. Chez nos hommes politiques, nos penseurs, nos journalistes, nos "moi je sais" "moi je vous dis", le pourcentage est particulièrement élevé.
J'écris peu, je pense rarement, mais je suis lucide et j'ai bien peur d'être moi aussi un...

Yves

Le mot con a une multitude de sens, selon la latitude, ou le contexte.
Pendant la guerre, dans la RAF, du côté des Free French, il pouvait être utilisé sans la moindre méchanceté pour tromper l'attente et/ou l'anxiété. La répétition était de rigueur:
"Untel, il est con, mais il est con... ! Il est si con que ses copains d'escadrille s'en sont aperçu".

Quant à moi, je ne suis pas con, je le reconnais moi-même. Mails il peut m'arriver de faire ou dire des conneries...

Exilé

Imaginons qu'un jour une bonne fée, une vraie, pas une fonctionnaire syndiquée gauchiste, fasse disparaître d'un seul coup de baguette magique la connerie engluant notre pauvre pays.

Miracle !
D'un seul coup, les mairies, les administrations, les préfectures, les universités, les médias, les guichets divers, les tribunaux, les palais nationaux, les conservatoires, les musées, les théâtres etc. seraient vidés des nuisibles qui les encombrent et seules quelques dames pipi y rôderaient encore comme des âmes en peine...
Les affreux bustes de Marianne et les sinistres statues érigées à la mémoire de personnages aussi douteux que contestables s’autodétruiraient.

Plus de lettres bleues émanant d'un fisc qui au bout de vingt ans de fidélité de votre part ne connaît pas encore votre adresse, plus de propos présidentiels idiots, plus de lois aussi grotesques que scandaleuses, plus de grévistes bolcheviques agressifs, plus de jugements iniques ou absurdes, plus de spectacles déjantés, plus de mensonges et de propagande journalistique...

Plus de voitures à pétrole sur les routes.

Plus de rencontres de football.

Bref, ne régneraient que la paix, la vérité, la justice, le calme, l'harmonie et le silence...

boureau

"La "connerie" est à la mode !"

Elle l'est depuis la nuit des temps cher P. Bilger et lui dédier un billet la pérennisera un peu plus. Peut-être ?

J'emploie rarement le mot con, mais beaucoup plus souvent le mot conne ! Notamment vis-à-vis de quelques journalistes (sic) féminines (qui se prennent pour des stars) de LCI, CNews, ou BFM TV. Devant la stupidité de leurs questions ou de leurs remarques : "quelle conne" me vient tout naturellement ! Et mon épouse de réagir : "arrête, elle est simplement mauvaise !"

Je dis que la "connerie" est de tous temps : je suis à relire une partie des oeuvres de Jean Lartéguy, je finis actuellement "Les Prétoriens" qui m'en apprend beaucoup sur un milieu que je connaissais mal (le monde militaire) et notamment celui des "hautes huiles" qui hantent les couloirs des ministères (surtout celui de la rue Saint-Dominique). Et je ne puis m'empêcher de penser souvent, à la lecture: mais quels cons !

Livre intéressant qui m'en apprend aussi beaucoup - malgré que j'en sache - sur le monde arabo-musulman.

Mais la connerie a commencé avec Adam qui a croqué vous savez quoi.

Cordialement.

Xavier NEBOUT

Il y a les cons, et les sales cons.

Je regardais ce qui était écrit sur le capitalisme en rapport avec la rareté suite au propos de M. Onfray.
Là, on trouve les conneries en tombereaux de concentré.

Alors des cons ? Pas tout à fait.
La pègre intello-universitaire de prétendus économistes (de mes deux) vit du travail de ceux qui paient des impôts.
Alors je dirais "sales cons".

Et puis, il y a le connard, le con agressif.

Le con nu, le con cassé, le con qui travaille sur une table ou contable, à ne pas confondre avec le con d'étable ou connétable, etc.

Mais enfin, et pour aller dans le sens de la philosophie linguistique du jour dans sa quintessence.

Un con, c'est un con !

stephane

Je dirais qu’il faut distinguer le con du connard ou du gros connard.
Le con traîne souvent sa connerie malgré lui, il est doté d’un patrimoine intelligence moindre et s'il le pouvait, serait demandeur d’une plus grande intelligence.
« Ce gars est d’une connerie » employé au sens de déficit en intelligence. On aimerait l’aider mais sa connerie est un frein, il ne comprend pas la main tendue.
Je dirais c’est Jean Lefebvre pourtant pharmacien ou Henri Guybet. Très forts pour jouer le con.
Et puis il y a le connard, il s’assume, sûr de lui, et là on reconnaîtra aisément De Funès ou Christian Clavier.

Xavier NEBOUT

@ Claggart

Ça fait plaisir de ne pas se sentir seul à propos de de Gaulle.

Et Montcornet, ce n'est rien à côté du fiasco d'Abbeville...

Quant au Général Prioux qui a brillamment remporté la bataille d'Hannut, la première chose qu'ait faite de Gaulle en arrivant à Alger a été de le mettre à la retraite ; des fois qu'il aurait eu l'air d'un con, à côté de lui.

Savonarole

@ Claggart | 22 février 2020 à 13:48

Merci pour ce rappel. Je ne connaissais pas ces batailles, l’Education nationale ne m’en avait jamais parlé.
Je vais me plonger dans le détail de tout ce que vous évoquez.

Tipaza

@ Les admirateurs de Brassens

Qu'est-ce que le çon sans l'image ?
C'est la charrue sans les boeufs, le tenon sans la mortaise, la voile sans le vent, bref, une con.trariété sans con.pensation.

https://www.pariscityvision.com/fr/paris/musees/musee-d-orsay/l-origine-du-monde

Et pour compléter l'image, une pensée de Gaston Bachelard :
"La vie réelle se porte mieux si on lui donne de justes vacances d'irréalité"

Que l'on peut paraphraser dans l'esprit du billet (?) :
"La vie rationnelle se porte mieux si on lui donne de justes vacances de connerie"

------------------------------------

@ Breizmabro | 22 février 2020 à 11:25

Pour répondre à votre interrogation.
Le mot "con" est la virgule du parler toulousain malin !

Aliocha

genau est revenu, et duvent aura tous nos suffrages !

breizmabro

@ genau 22 février à 11:06

Pas d'accord. Dans un autre post j'ai envoyé à Elusen qui avait des vapeurs de vierges effarouchées à cause de toutes ces méchancetés sur Griveaux et son "mât de misaine", un lien pour qu'il écoute la tendre chanson de Perret sur "Celui d'Alice".

Je n'ai pas eu de commentaire de petit Elusen sur cette chanson qui n'a fait l'objet d'aucune sanction (sauf preuve contraire).

Faut-il que les mecs soient cons pour croire que la démonstration de leur bonne santé physique est une déclaration d'amour !

Ellen

"La "connerie" est à la mode !" (PB)

Elle a toujours existé, mais exprimée sous forme de : idiot, crétin, sot, bêta... Aujourd'hui le mot "con" est utilisé par tout le monde et sans tabou. La TV et la presse s'en sont emparées pour être dans le vent, ou câblé comme disait Mitterrand.

"Le dîner de cons", quel succès ! Tout comme "le Bonheur est dans le pré". Belles réussites en tout cas. Beaucoup devaient s'y reconnaître s'ils ont vu ces films.

On peut être intelligent et con à la fois.

breizmabro

@ Isabelle 22 février 2020 13:36
"Plus rien à dire à leur sujet. Ils sont trop affligeants et sans aucun intérêt"

Bien d'accord. Ils me saoule tous avec leurs conneries "c'est pas d'ma faute c'est d'la faute de l'autre de Russe qui a déjà été méchant avec Vadimir le nouveau meilleur ami de notre roi Manu !"

Et l'autres Casto condamné en 95, après avoir été reconnu coupable d’avoir organisé la diffusion sur la voie publique de tracts, pour diffamations et injures publiques envers particulier, fonctionnaire ou citoyen chargé d’un service public par parole, écrit, image ou moyen audiovisuel, qui vient la ramener dans la cour d'école de Manu que, gningningnin son (ancien) pote était divorcé !!

Non mais allô quoi les brindezingues. Taisez-vous ça nous fera des vacances.

Robert

Le langage local a ses tics.
Quand en février 1961, venant de mon Algérie natale, je suis arrivé dans un lycée d'une ville moyenne de Midi-Pyrénées, j'avais été étonné par ce Midi toulousain au langage non seulement chantant, mais aussi particulièrement fleuri.

Les premiers contacts avec mes nouveaux congénères ont été surprenants car je me faisais traiter d'"c.n" quasiment à toutes les phrases. Et puis j'ai compris qu'ici, ce mot correspondait à la ponctuation : "c.n" équivalait à la virgule, "put..n" au point-virgule, "put..n-c.n" au point. Et puis le "Ah, c.n-put..n-c.n" au point d'exclamation.
Ainsi armé on devient plus philosophe !

Si on est toujours le "c.n" d'un autre, il arrive qu'on le soit aussi pour soi-même. A qui n'est-il pas arrivé de se dire "que je suis c.n", assurant ainsi sa personne d'une certaine modestie.

Si, monsieur Bilger, conformément à votre titre, La "connerie" est à la mode !, je crois surtout qu'elle est universelle, y compris chez les plus intelligents d'entre nous...

sbriglia

"Un monde sans cons serait terriblement ennuyeux, finalement."
Rédigé par : Achille | 22 février 2020 à 14:55

Excellent !
Et si vrai.

Achille

Personnellement, les cons ne me dérangent pas. Avec le temps j’ai appris à m’en accommoder. Il m’est même arrivé de jouer moi-même au gros con. Je n’en tire aucune fierté.
Il ne faut pas grand-chose, un moment de fatigue passagère, une petite contrariété. Ensuite je regrette, mais pas toujours.
Un monde sans cons serait terriblement ennuyeux, finalement.

Mary Preud'homme

@ Claude Luçon | 22 février 2020 à 03:31

On aura compris de longue date que vous aviez servi un temps dans la Royale, en fait comme beaucoup de ceux plus modestes et moins prétentieux que vous ayant fait leur service militaire dans la Marine nationale, voire avec rallonge... Et ne nous ne resservant pas pour autant à outrance leur petite expérience, eu égard à la réputation de cette arme, pour se faire mousser à longueur de texte et d'interventions sur ce blog, alors qu'ils ne sont pour rien dans des faits de bravoure authentiques...

A moins que vous ne fûtes l'un de ces braves méconnus, auquel cas je vous présenterais sans attendre mes excuses, tout en m'interrogeant néanmoins sur vos exploits et actes de bravoure réels ?

Ange LERUAS

Si la raison nous faisait écrire autant de choses rationnelles que la connerie nous fait écrire de conneries, nous aurions moins de cons et beaucoup de raisons permettant d'améliorer le sort de tous et ne plus être le con d'un autre.

lefort

Feu Charasse qui refusa d'entrer dans l'église de Jarnac lors de l'enterrement de Mitterrand... c'est con, non ? la peur que le diable le tire par les pieds ?

L'amour virtuel à la manière de Griveaux, c'est con, non ? Mieux vaut la mousse douillette d'une forêt retirée pour folâtrer, nos 550 loups nationaux ne caftent pas.

Claggart

Éclatante illustration d'une connerie, au sens d'une affabulation, j'apprends ce jour que notre Président se rendra le 7 mai à Montcornet pour commémorer les combats de mai 1940 et saluer les exploits de De Gaulle, alors colonel.

Rappelons que l'offensive de De Gaulle le 17 mai 1940 s'est soldée par un échec et n'a causé aucune perte matérielle aux forces allemandes.

Il aurait été plus digne qu'il se rendît à Stonne dans les Ardennes où du 15 au 25 mai 40 les Français ont causé aux Allemands la perte de 30 000 hommes, tués ou blessés, et détruit 24 chars.

Ou à Hannut où du 12 au 14 mai 40, 164 chars allemands ont été mis hors de combat

Ou à Gembloux où le Capitaine Billotte a détruit à lui seul, avec son char B, 13 blindés allemands

Ou encore mieux qu'il se rendît le 18 juin à Saumur pour honorer la mémoire de nos 2 000 hommes, dirigés par le colonel Michon, qui ont tenu tête durant deux jours, du 18 au 20 juin 1940, à 40 000 Allemands et détruit 7 blindés.

Mais Macron continue dans le sillage de l'Ancien Monde, perpétuer la légende gaullienne.

Mais récupérer les voix gaullistes vaut bien qu'on falsifie l'histoire et laisse aux oubliettes nos vrais héros de 1940.

Isabelle

La "connerie" est à la mode.

Quoi de plus normal puisque le chef de l'Etat montre l'exemple. Soit il fait des selfies avec une femme voilée, soit il fait des selfies avec des danseurs noirs LGBT en short et bas résille... Cela doit être le fameux "en même temps". Aucune classe, aucune sobriété, aucune éthique, aucune élégance... De la démagogie et du clientélisme de bas étage. Bonjour le niveau culturel de notre pays représenté par ce couple qui nous fait honte chaque jour un peu plus.

https://www.huffingtonpost.fr/2018/06/23/christophe-castaner-sur-les-danseurs-de-kiddy-smile-a-lelysee-cette-photo-vous-derange-tant-pis-partageons-la_a_23466275/

Quant à la macronie, Benjamin Griveaux montre ses parties intimes sur une vidéo, tel un adolescent boutonneux qui veut montrer de quoi il est capable...

Les premiers de cordée atteignent des sommets de "connerie" ou d'indécence.
Ils ne sont pas respectables, comment les respecter.

Plus rien à dire à leur sujet. Ils sont trop affligeants et sans aucun intérêt.

Catherine JACOB

Meyer Habib est un dirigeant d'entreprise et homme politique franco-israélien directeur général du groupe Vendôme à Paris, spécialiste de joaillerie, il est depuis 2013 député de la huitième circonscription des Français établis hors de France Élu de centre droit en France, il est réputé proche de la droite ultraconservatrice israélienne.

Ce personnage a donc traité

• Esther Benbassa, une trinationale (Turquie, Israël, France) universitaire franco-turco-israélienne donc, spécialiste de l'histoire du peuple juif et de l'histoire des minorités, une sénatrice EELV du Val-de-Marne soutien d’Eva Joly, et l’épouse d’un directeur d’études à l’École pratique des hautes études, titulaire de la chaire « Pensée juive médiévale (VIe – XVIIe siècles) »

• Clémentine Autain
o petite-fille du député de l'Yonne (1960-1962) fondateur du Front national pour l'Algérie française, André Laffin,
o titulaire d'une maîtrise d'histoire consacrée à l'Algérie coloniale et d'un diplôme d'études approfondies (DEA) intitulé « Mouvement social, féminisme et législation à travers l'exemple du corps des femmes (1967-1982) » sur le Mouvement de libération des femmes.
o Violée à l'âge de 23 ans sous la menace d'une arme blanche aux abords de l'université Paris-VIII
o Ancienne adjointe chargée de la jeunesse de Bertrand Delanoë demeurée très présente sur les plateaux de télévision
o vice-présidente du groupe d'amitié France-Israël de l'Assemblée nationale créé le 31 octobre 2017 à laquelle les autorités israéliennes interdisent l'entrée sur le territoire d'Israël
o D’une façon générale, à gauche de la gauche

de « petites connes ».

On peut ne pas être d’accord et combattre certaines des prises de position de ces deux remarquables femmes, mais aller les traiter de « petites connes » me paraît relever d’un insupportable machisme totalement préjudiciable à sa famille politique dans et hors de France.

L’insulte avait été publiée dans un tweet « rédigé après la chorégraphie effectuée lundi dernier par plusieurs élues devant le Palais Bourbon pour protester contre le projet de réforme des retraites. Intitulée « À cause de Macron » et adaptée de la chanson « À cause des garçons », cette danse a été popularisée dans les cortèges contre la réforme des retraites. »

On les aperçoit sur cette vidéo à l’avant-plan de la chorégraphie. Ça commence par "A cause de Macron tu déconnes ; on n'se laisse pas faire, tu nous prends toutes pour des connes."

Soit dit entre parenthèses, c’est excellent du point de vue de la communication. Mais même si le « petites connes » paraît directement inspiré de « tu nous prends toutes pour des connes » « à cause de Macron » avec en arrière-plan « à cause des garçons », ce n’est pas une excuse. Et même s’il n’y a pas besoin d’aller chercher le sens très loin, il y a d’autres façons de répondre.

Profitons cependant de l’occasion offerte de rappeler le sens de cette insulte qui est « le terrier » au sens de « galerie de mine, lapin et sexe de la femme » puis « poltron », autrement dit celui qui se cache sous les jupes des femmes comme dans un terrier.

On trouve également cette référence dans Pline l'Ancien, Histoire naturelle
«leporum generis sunt et quos Hispania cuniculos appellat, fecunditatis innumerae famemque Baliarum insulis populatis messibus adferentis. Fetus ventri exectos vel uberibus ablatos, non repurgatis interaneis, gratissimo in cibatu habent, laurices vocant.» — (PLINE, Naturalis Historia)

Trad: "Au genre lièvre appartiennent aussi les animaux nommés en Espagne cuniculi (lapins) ; leur fécondité est extraordinaire, et ils affament les îles Baléares en dévastant les moissons. Les petits tirés du ventre de la mère ou enlevés à la mamelle, sans être vidés sont regardés comme un mets très agréable; c'est ce qu'on nomme laurices." — (LXXXI. (LV.) [1])

D’où ce qui est moqué c’est également la fécondité hors norme, une fécondité dévastatrice en l’absence de prédateur, et le mets agréable que représente l’animal à l’état fœtal tiré hors de la mère comme le poltron hors des jupes de la gent féminine...

Mais Meyer Habib est-il un si grand foudre de guerre qu'il puisse s'autoriser à traiter des députés au féminin ainsi qu'une sénatrice de "terrier à lapin" sans "e"...!

sbriglia

« C’était un con... malheureusement il n’avait de cet organe ni la suavité ni la profondeur »

« Il découvrait une nouvelle application de la loi de Mariotte :
"la connerie, comme le gaz, tend à remplir tout l’espace disponible" »

C’est tout pour aujourd’hui... Giuseppe sait pourquoi...

Dominique

@ Achille

Meyer Habib est député UDI et non LR.

dominique

Brassens avait raison : "Le temps ne fait rien à l'affaire... quand on est con, on est con..."

Exilé

Un jour, à l'occasion d'une manifestation quelconque à laquelle le général de Gaulle participait, quelqu'un lança un « mort aux cons !» énergique afin que ce dernier l'entendît fort et clair.
Sans se démonter, le général déclara alors : « Vaste programme... ».

Denis Monod-Broca

Il arrive qu’il m’échappe mais je m’efforce de ne jamais utiliser ce mot ni ses dérivés. Ils sont des obstacles à la pensée.

Merci à Marc GHINSBERG pour les paroles de Brassens. Elles prouvent qu’avec de l’esprit on peut faire du beau avec du laid.

Et à notre hôte pour aborder le sujet, avec une élégance désabusée.

Shadok

Il y a les cons et les autres :

Hommes d'affaires et hommes politiques, tous les mêmes tous pourris
Et ce n'est pas la justice qui pourra nous en débarrasser. Ils sont la honte de l'humanité !

https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/samedi-investigation/affaire-lsk-dsk-pas-glorieux-face-a-la-juge-dinstruction_3818209.html

Breizmabro

Que signifie le mot "con" dans la bouche d'un "Toulouzaing" sinon une expression populaire.

Exemple de quelqu'un qui vient de voir un joueur de son équipe de rugby louper une touche : "boudu cooonn !!!"

Mais être populaire à notre époque est-ce bien raisonnable cooonn ;)

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : ph[email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS