« Laurent Ruquier : on va pouvoir se coucher... | Accueil | Le magistrat n'est-il qu'un gardien ? »

24 février 2020

Commentaires

Catherine JACOB

J'ai une question:
Est-ce que la santé publique veut oublier les tribunaux, leurs queues aux portillons de sécurité et leur foule devant les salles non encore ouvertes ??

Je me demande en effet, si vu que les gens posent leurs affaires devant une machine qui, comme dans les aéroports passe leurs effets aux rayon X, ils ne risquent pas de les récupérer contaminés à la sortie de l'appareil quand bien même la contamination par les surfaces inertes est moindre que d'individu à individu.

Dans une queue en revanche où les gens se bousculent vu que nos concitoyens sont incapables d'intégrer la notion de distance de sécurité que ce soit pour les véhicules comme en matière de discrétion à un guichet, il me semble que le risque est aussi réel que dans les rassemblements interdits !

On peut lire ce matin ceci:
"Coronavirus. Des établissements scolaires resteront fermés pour plus de 300 000 élèves à partir de lundi dans les foyers les plus actifs du coronavirus en France, où les rassemblements de plus de 1 000 personnes sont désormais interdits pour lutter contre la propagation de l’épidémie. Deuxième pays le plus affecté en Europe, après l’Italie (qui a dénombré 133 morts supplémentaires en vingt-quatre heures), la France multiplie les mesures de prévention, plus d’un millier de personnes étant contaminées dans l’Hexagone. Dans le Haut-Rhin et l’Oise, deux départements parmi les plus touchés, toutes les écoles et les crèches restent portes closes à compter de lundi et pendant au moins deux semaines."

Il semble également que les rectorats et les préfectures aient également confiné chez eux les personnels enseignants et administratifs qui, sans être employés dans les établissements de ces départements, y ont leur résidence. De même par exemple le rectorat de Strasbourg en ce qui concerne les étudiants ou élèves des prépas qui viennent du Haut-Rhin.

D'où ma question: "Quid des tribunaux qui sont également des endroits particulièrement pollués aux pupitres par les postillons des intervenants successifs ??"

-----

Le quotidien l’Alsace contredit dans sa relation de la situation, certaines affirmations gouvernementales.

« Ce dimanche soir, la région Grand Est compte 262 cas confirmés. La plupart sont liés au rassemblement de la Porte ouverte chrétienne de Bourtzwiller. 45 personnes sont en réanimation.
Ces 262 cas se répartissent ainsi : 5 dans la Marne, 1 dans l'Aube, 1 en Haute-Marne, 1 dans les Ardennes, 2 dans la Meuse, 10 en Meurthe-et-Moselle, 16 en Moselle, 15 dans les Vosges, 46 dans le Bas-Rhin, 162 dans le Haut-Rhin.
Le Haut-Rhin, 5e cluster
Le Bas-Rhin ne se trouve pas dans la liste de zones de regroupement de cas (clusters) de coronavirus Covid-19. Celles-ci sont au nombre de cinq : "La première se trouve dans l’Oise, et en particulier sur les communes de Creil, Crépy-en-Valois, Vaumoise, Lamorlaye et Lagny-le-Sec ; la deuxième et troisième sont en Haute-Savoie, dans la commune de La Balme-de-Sillingy. La quatrième se trouve dans le Morbihan, dans les communes d’Auray, Crac’h et Carnac. La cinquième dans le Haut-Rhin (Mulhouse)."»

Jérôme

Bonjour Philippe,

Moi non plus je n'oublie pas.
J'espère que ça se terminera en taule pour lui et sa femme.
Ah l'entre-soi de l'establishment !
Que de compréhension pour les puissants !

Ellen

Quand je pense que pendant sa campagne de 2017 François Fillon promettait du sang et des larmes, des réformes à pas de charge et la suppression de 500 000 emplois, il doit s'en mordre les doigts aujourd'hui.

Et voilà, chacun son tour mes amis.

Qui peut imaginer un Général de Gaulle mis en examen, envoyé méchamment en direction de N. Sarkozy qui doit rigoler à son tour aujourd'hui. Qui pouvait imaginer un Fillon président de la République se noyant aujourd'hui devant ses juges pour vol, blanchiment et détournement d'argent public ?

Trente-huit ans au pouvoir et jamais de création d'entreprise dans le privé ? Eh ben non, parce qu'à ce poste de haut fonctionnaire il est plus facile et piquer de l'argent aux Français.

Achille

@ Archibald
« Laisse tomber Papa, Zonzon contrôle ! Tu n'es plus dans le coup !
Tu ferais mieux de t'occuper de Ma.
Bises »

Amusant de voir le Zonzon entretenir une série d’échanges entre plusieurs de ses pseudos.
Ceci étant il n’est pas bien méchant alors autant le laisser faire mumuse…

Deviro

@ revnonausujai | 28 février 2020 à 08:24
"Le fait que Sébastien Auzière ne travaille pas à l'IFOP écarte la manipulation familiale trop visible mais ne change rien au fait que les chiffres de cet institut, contradictoires avec ceux de tous les autres, posent la question de savoir s'il est incompétent ou s'il magouille les résultats ; dans le premier cas, il n'y a pas à tenir compte de ses chiffres et le résultat moyen est en baisse, dans le second cas, il n'y a pas non plus à en tenir compte avec la même conséquence.

"idiot utile" ?
Il y a longtemps que je sais qu'un macronien énamouré est un idiot, quant à son utilité, j'ai de sérieux doutes !"

------

Macron n'étant pas ma tasse de thé, je ne me sens pas concerné.
Mais en revanche, un colporteur de fausses infos, qui ne vérifie pas la pertinence de ses pauvres rumeurs, ni les penchants macroniens ou non de ses destinataires est un superbe crétin de catégorie 1.
La catégorie 1, c'est le summum, il n'y a personne au-dessus.

"Les chiffres de cet institut, contradictoires avec ceux de tous les autres, posent la question de savoir s'il est incompétent ou s'il magouille les résultats"

La règle bêtasse de la majorité : si 2 instituts disent A et 1 institut dit B, alors celui qui a dit B est incompétent ou magouilleur...
Qu'allez-vous encore nous pondre comme info "scientifique" pourrie ?

La crétinerie vous colle à la peau. Prenez un bain !

Archibald

@ Caserte 28 février à 8 h 30

Laisse tomber Papa, Zonzon contrôle ! Tu n'es plus dans le coup !
Tu ferais mieux de t'occuper de Ma.
Bises

Zonzon

À LA VOLÉE AVEC MOUNIR MAHJOUBI

MM : « Le macronisme, un avenir nouveau ! La lutte contre le système établi ! Un regard optimiste vers l'avenir ! Nous avons été élus contre le système tel qu'il était. Il nous faut prendre en compte la contestation ; il faut réconcilier ! »
[Il est pas mal ce type pour un Français]

Z : « Sociologiquement vous êtes un rassemblement de bourgeois. Votre généalogie politique c'est Lecanuet, Rocard, Giscard.

Votre objectif stratégique c'est le « en même temps » : Emmanuel M est contre l'immigration de masse mais pour le regroupement familial.
Le En Même Temps c'est incohérent ! Quant aux GJ c'est l'obstacle balancé par la Providence dans les [maigres guibolles] de votre patron ! »

MM : « Les marcheurs ne veulent pas abandonner le projet. »

Z : « Vous êtes la quintessence du système économique, des rebelles, l'incarnation de la bourgeoisie macronisée… la dernière incarnation de l'ancien monde.
Macron fait du Schröder 15 ans après Schröder ! Le monde est réglé par « l'identité » aujourd'hui ! »

MM : « L'identité, Macron l'incarne en Europe ! » [!!!]

MM : « Être ensemble à l'école, dans la rue ! » [L'école coranique pour tous ? Dans les quartiers les frankaouis rasent les murs ?]

Z : « On ne vit pas ensemble, parce qu'on n'a pas la même culture !
On a l'impression d'un pays en guerre ! De plus en plus de régions étrangères. Macron comprend ce qui se passe mais il ne sait pas quoi faire. »

MM : « Vive la diversité des prénoms ! »
Z : « Une enclave étrangère ! »
MM : « Français de nationalité française ! »
Z: « L'Histoire, la nationalité, ce n'est pas comme McDo ! »

MM : « Ces familles elles sont là. Elles sont françaises. Convoquez l'Histoire [?] Vous voulez les faire partir ? [Z ne moufte pas] Elles ne partiront pas [La voix est montée d'un cran] elles sont françaises ! » [Comme ça on est prévenu]

Z : « Macron n'est ni à droite ni à gauche… la société des individus est contre la Nation… 270 000 entrées cette année + 130 000 droits d'asile + les migrants = la pègre = les délinquants !
Qu'est-ce que ça veut dire Français pour vous ? La Troisième République a renvoyé un million d'Italiens… »
MM : « Vous n'avez pas les avions ! » [Parce qu'en plus ils veulent repartir en avion ! Il sait, ce type, par quel moyen ils arrivent !]
Z : «  La République n'a pas eu besoin d'avions ! » [Et toc !]

Z : « Le 19ème est devenu étranger ! » [Le 19ème c'est de l’intra-muros, c'est pas de la petite couronne, encore moins de la banlieue]

MM : « Nous serons « précis » [???] sur ces quartiers ; ce sont les « islamistes » qui sèment la herde ! Le peuple français doit se réunir ! »
[Ça, c'est de l'attaque-y-a Cinq étoiles]

Achille

@ revnonausujai | 27 février 2020 à 21:08
« Il est surtout à noter que la tendance baissière est durable et générale pour l'ensemble des sondages, ce qui contredit l'alibi de la marge d'erreur. »

De 25 % de cote de popularité en décembre 2018 à 32 % en février 2020, vous appelez ça une tendance baissière, vous ?
Espérons que celle-ci se poursuive jusqu’en mai 2022. Avec votre mode de calcul, Macron est bien capable de passer dès le premier tour ! :)

Caserte

@ Zonzon et al.

Un pays qui est dirigé par des Rups, des Urps ou des Spur s'appelle une dictature impitoyable, qui fait des millions de morts dès qu'elle en a l'occasion.

revnonausujai

@ Deviro 21h 16

Le fait que Sébastien Auzière ne travaille pas à l'IFOP écarte la manipulation familiale trop visible mais ne change rien au fait que les chiffres de cet institut, contradictoires avec ceux de tous les autres, posent la question de savoir s'il est incompétent ou s'il magouille les résultats ; dans le premier cas, il n'y a pas à tenir compte de ses chiffres et le résultat moyen est en baisse, dans le second cas, il n'y a pas non plus à en tenir compte avec la même conséquence.

"idiot utile" ?
Il y a longtemps que je sais qu'un macronien énamouré est un idiot, quant à son utilité, j'ai de sérieux doutes !

Nathalie DP Delachaîssay

Quand je pense à ma belle-famille je me dis que Penelope a eu du bol !

Archibald

@ Gamain 28 février à 8 h 08

Les Rups et les Urps sont proches ; de fait ce sont des Spur !

Gamain

@ Zonzon 28 février à 8 h 00

Il n'y a pas que les Rups, il y a aussi les Urps !

Bill Noir

@ Zonzon 28 février à 8 h 00

Au lieu de balancer des phrases sentencieuses que personne ne comprend tu ferais mieux de nous expliquer ce qu'est un Rups !

Zonzon

Un pays qui n'est pas dirigé par des Rups s'amenuise, s'étiole, puis disparaît.

Aliocha

Au-delà du brouhaha juridico-médiatique, du brouillard assourdissant des volutes haineuses des réseaux asociaux, le renoncement politique de Fillon à la vindicte ambiante des sacrificateurs post-modernes, lui ont fait formuler ce qui, pour ma part, m'aurait fait voter pour lui s'il l'avait exprimé avant l'élection :
Nous n'avons plus de raison d'être.

Son soutien à Macron par amour pour son pays et respect de la démocratie française, dont la Constitution a permis de résister, mais jusqu'à quand, à la dérive démagogue universelle, soulignant qu'il n'y a qu'à l'échelle européenne que nous saurons inventer cette raison à définir, dessine précisément ce que droite et gauche semblent désormais incapables d'opérer.

Le pays se sauvera s'il sait prendre conscience de la chance que représente le jeune homme qu'il s'est donné démocratiquement, s'il sait résister à la tentation des atavismes de sa violence, et inverser sa tendance auto-destructrice, née des échecs impériaux.

Ainsi, les ennemis exsangues d'hier retrouveront l'être de leur raison en reconnaissant le pragmatisme de la réconciliation, renonceront aux représailles, même judiciaires, affirmant où doit se tenir l'impératif, la raison de leur être enfin défini communément, n'ayant plus besoin de détruire l'autre pour affirmer cette définition.
C'est une grâce d'avoir su le formuler, que Fillon en soit loué.

Achille

@ caroff | 27 février 2020 à 14:45

Petit rappel sur les scores du premier tour des élections présidentielles :

1974 : Mitterrand avait 43.25 % des voix et VGE 32.6 au 1er tour et c’est VGE qui a été élu.
1981 : Mitterrand avait 25.85 % des voix et VGE 28.32 au 1er tour et c’est Mitterrand qui a été élu.
1995 : Chirac avait 20.85 % des voix et Jospin 23.3 au 1er tour et c’est Chirac qui a été élu.

Tout ça pour dire :
1- que ce n’est pas celui qui fait le meilleur score au 1er tour qui est élu.
2- que l’on peut être élu avec moins de 30 % des voix au 1er tour, ce qui fut le cas de Chirac et Mitterrand, ainsi que Hollande (28.63 %) et Macron (24.01 %) bien qu’en tête au 1er tour.

Si 2022 est un remake de 2017, avec MLP et Macron au second tour, ce dernier est reparti pour cinq ans.

Deviro

@ revnonausujai | 27 février 2020 à 16:33
"Vous remarquerez que selon les sondeurs :
- la popularité du zigoto s'affiche entre 25 et 32 %,
- 6 instituts sur 7 le donnent à la baisse,
- l'article a la franchise de rappeler que "les différences d'une enquête à l'autre peuvent relever soit de la méthodologie utilisée par chacun des instituts" (mode de collecte, taille et "redressement" de l'échantillon...) et surtout de "la question exacte qui est posée", mais élude le fait que le patron de l'IFOP (seul haussier) est le fils de Brigitte et le beau-fils du gourou !"

L’intox a été amplement relayée dans plusieurs camps politiques. Problème : elle ne repose sur rien. Les internautes font en effet allusion au fils aîné de l’épouse du chef de l’Etat, Sébastien Auzière, âgé de 42 ans, qui est effectivement spécialisé dans les statistiques. Mais il n’a jamais travaillé pour l’IFOP.
M. Auzière est vice-président d’une filiale d’un autre groupe, Kantar, qui réalise notamment des études d’opinion. Mais la filiale en question, Kantar Health, s’occupe pour sa part d’études de marché dans le domaine de la santé. Et surtout, Kantar n’a rien à voir avec l’IFOP, dont l’actionnariat est différent.
L’accusation de manipulation tombe donc totalement à plat.

L’institut IFOP a finalement dû démentir l’information dans un tweet. "Suite à une rumeur relayée sur Twitter, l'@IfopOpinion rappelle que l'institut n'est pas dirigé par le fils de Brigitte Macron #FakeNews"
-----
Vous savez ce que c'est, un "idiot utile" ?
Maintenant vous savez.

revnonausujai

@ Achille 17h55

Hier encore, vous claironniez que la cote du foutriquet était en hausse, aujourd'hui vous admettez qu'elle est en baisse, c'est un début de déradicalisation sectaire.
Il est surtout à noter que la tendance baissière est durable et générale pour l'ensemble des sondages, ce qui contredit l'alibi de la marge d'erreur.
Caramba, encore une justification ratée ; la strasse macronesque va se fâcher, méfiez-vous, ils sont capables de vous mettre dans la main de Griveaux !

Mary Preud'homme

@ Achille | 27 février 2020 à 17:55

Votre passion vous aveugle !!
Plus dure sera la chute et le réveil quand vous ne pourrez vous raccrocher à des sondages bidon pour continuer à chanter les vertus de votre sauveur Emmanuel !

Giuseppe

@ Zonzon | 27 février 2020 à 17:24

Et Fillon s'est débarrassé de lui-même... Avec, il faut le dire, quelques battements d'aile du Volatile.
Etrange transparence de Penelope dans tout cela, je pense qu'elle devait ignorer les sources qui irriguaient le ménage. Le procès devrait être éclairant.

Robert Marchenoir

@ Zonzon | 27 février 2020 à 15:53

Je crois que vous jouez au... ah, pardon, nous avons changé de fil. Je voulais dire : vous faites l'imbécile.

Il est insensé de réclamer que la France soit "dirigée par des Purs", comme vous dites (majuscule comprise), parce qu'une telle revendication conduit immanquablement à la dictature.

Et elle conduit à la dictature parce que personne n'est "pur", les dirigeants politiques moins que les autres, et qu'il est bien sûr impossible de définir la "pureté".

Chacun s'estimant, en général, plus "pur" que le voisin, et jugeant que l'abruti d'en face incarne l'impureté.

Tandis que tous les dictateurs se sont toujours revendiqués d'une pureté supérieure, quels que soient les termes utilisés pour la définir.

Il est naturellement absurde d'assurer qu'Hitler et Staline ne l'étaient pas. Ce n'était pas leur avis, et ce n'était pas l'avis de leurs soutiens. Qui furent nombreux -- et qui le sont encore.

Plus près de nous, nous avons deux exemples du danger qu'il y a à nourrir de telles conceptions : Michel Onfray, et les Gilets jaunes.

Michel Onfray se revendique de la pureté du "petit peuple". Ce sont ses termes. Bien entendu, l'identification du petit peuple est impossible. Fait partie du petit peuple quiconque s'en revendique, et quiconque s'en revendique est un Pur. Raisonnement circulaire. De façon symétrique, quiconque n'appartient pas à ce cercle sacré (et indéfinissable) est une ordure, souillée par une impureté ontologique.

Vous noterez que Michel Onfray est communiste. On sait ce qu'il faut penser du communisme : 100 millions de morts.

Les Gilets jaunes disaient représenter "le peuple". Ils le disent toujours. Là non plus, nulle définition possible. Nous représentons le peuple parce que nous disons représenter le peuple, il en découle que quiconque s'oppose à nous s'oppose à la divinité incarnée : c'est un traître, un "collabo" (terme employé jusqu'à plus soif ces temps derniers).

Évidemment, un collabo ne mérite pas de vivre : on l'épure, on met sa tête au bout d'une pique, et "sous l'Ancien Régime, on le pendait" (dit un procureur en pleine audience, et il n'est même pas Gilet jaune -- du moins pas officiellement).

Au minimum, on pourra lui défoncer sa bagnole -- et ce qui lui sert de visage, le cas échéant.

On sera bien en peine de m'indiquer à quel moment les Gilets jaunes ont obtenu l'autorisation de représenter "le peuple", et qui la leur a donnée.

Les Gilets jaunes sont des dictateurs : ils en ont le langage, et ils en ont aussi, manifestement, le comportement. Ils l'ont amplement prouvé.

Les sectateurs de l'État islamique sont des purs, les Terroristes de 1792 étaient des purs, et ainsi de suite.

Je suis inquiet de devoir enfoncer une telle porte ouverte, surtout sur un site de droite. On serait chez les bolchos, encore...

Achille

@ revnonausujai | 27 février 2020 à 16:33

Je lis que la cote de popularité de Macron a baissé de 0,4 % au mois de février, valeur qui est contenue dans l’incertitude de mesure, en particulier dans ce genre de sondages toujours très orientés.
Avec une cote moyenne de 31,7 % quand même tous sondages confondus, franchement pas de quoi s’inquiéter. Le président peut dormir sur ses deux oreilles jusqu’en mai 2022.

Le juge de paix sera l’élection présidentielle et je ne vois pas à droite comme à gauche un candidat susceptible de la battre. Même pas Marine Le Pen qui y pense tous les matins en s’épilant. Il est vrai qu’elle aura le soutien de la gauche populiste (LFI et le PCF), mais avec leurs quelques pourcents ça risque de ne pas suffire pour "aller au bout".

Zonzon

Très fort, très fort votre coup sur la droite et Fillon. Les gens ont mordu sec, moi le premier ; tout de suite, mon « Moi pareil ! ». Comme ça je peux passer à autre chose !

Et puis l'heure tourne, les opinions commencent à défiler, sans arrêt, multidirectionnelles, ça fuse, ça déballe, ça coince, ça gémit !

L'ignominie fait la belle, les têtes gonflent, on s'étripe, on se clive. De la métaphysique quasiment !

On se retrouve au bureau de vote, on agite le bulletin, pour, contre. On est à nouveau en plein printemps 2017 !

Ah ! La farce ! Bravo Patron ! Vous allez tout savoir de vos ouailles petites ! Ils vont débiter toutes les hallucinations!

Ce Fillon, yapa à dire… c'est un drôle de type… Et sa meuf… une Angliche… une Française de papier… pas mieux qu'une zouze… et son château, je me suis renseigné, 800 000 €… la vache… un F3 à Paris France !

Bon ! Faut reconnaître ! Il y en a qui ne se dégonflent pas ! Ils se refusent à le voir pendu ! D'abord ça ne se fait plus ! On aurait des ennuis... on le mettra en taule avec les gihadistes… les costards à Bourgi il n'en aura plus besoin !

On va tout connaître de nos petits camarades… les faux-huls et les autres ! C'est tout l'intérêt du truc !

Avant plus ample analyse à venir je résume ma position : Fillon je l'embrasse sur la bouche pour deux raisons – chacune valant acquittement avec les félicitations du jury :

Il nous a débarrassés de Sarko.

Il nous a débarrassés de Juppé.

Et ça, il fallait le faire !

revnonausujai

@ Achille 10h52

Allez, un article daté d'aujourd'hui, juste pour la route.

https://www.lejdd.fr/Politique/sondages-la-popularite-moyenne-de-macron-au-plus-bas-depuis-mai-2019-3952096

Vous remarquerez que selon les sondeurs :
- la popularité du zigoto s'affiche entre 25 et 32 %,
- 6 instituts sur 7 le donnent à la baisse,
- l'article a la franchise de rappeler que "les différences d'une enquête à l'autre peuvent relever soit de la méthodologie utilisée par chacun des instituts" (mode de collecte, taille et "redressement" de l'échantillon...) et surtout de "la question exacte qui est posée", mais élude le fait que le patron de l'IFOP (seul haussier) est le fils de Brigitte et le beau-fils du gourou ! Comme quoi !

Revenez quand vous aurez des arguments sérieux, parce que, là, la cellule propagande ne doit pas être contente de votre prestation et dans une secte, ça peut vite très mal tourner. Ça serait ballot de ne plus vous lire, les spectacles de marionnettes sont si divertissants.

Tipaza

@ Catherine JACOB
"Commençons par rendre justice au caméléon dont les couleurs changeantes sont probablement à l’origine de la symbolique du livre des mutations (易經), le Yi King."

Je ne crois pas que le caméléon soit à l'origine de la symbolique du Yi King.

Le caméléon change de couleur de peau dans l'instant, c'est un signal de communication instantanée, vous le dites vous-même.

Le Yi King, que l'on appelle aussi le livre des métamorphoses ou le livre des transformations, ne décrit pas des changements instantanés comme signaux de communication.
Il porte au contraire sur des évolutions de temps plus ou moins longs, et sur la nécessité de se prémunir de cette évolution.

Au fond on pourrait dire que c'est le livre de l'impermanence du monde.

Partant d'une situation donnée, décrite par l'hexagramme, qui vient d'être tiré, il utilise la notion des traits mutants pour dire comment la situation présente de celui qui interroge va évoluer et comment il doit s'y préparer.
C'est à la fois un oracle du présent et un avertissement de ce que sera l'avenir.

Zonzon

@ Robert Marchenoir 27 février à 12 h 35 (@ Zonzon | 27 février à 8 h 08)
« "Un pays qui n'est pas dirigé par des Purs s'amenuise, s'étiole, puis disparaît."
Un pays qui est dirigé par des Purs s'appelle une dictature impitoyable, qui fait des millions de morts dès qu'elle en a l'occasion. »

Je ne suis pas Madame Elisa Pilarski, que Dieu ait son âme ! Je ne me formaliserai pas de la vision de vos crocs et vous répondrai sereinement.

Dans les temps récents, à proximité, je connais deux cas de « dictature impitoyable qui fait des millions de morts dès qu'elle en a l'occasion. » L'une était « dirigée » par Hitler, l'autre par Staline et ses copains, parents et alliés.

Il est certain qu'à part les hons et les tourmentés – il y en a ici, nous le savons – personne ne s'aviserait de dire que ces deux-là sont des Purs, ou même des purs, ou même rien du tout, les patronymes de Hitler et Staline se suffisent à eux-mêmes.

La seule interprétation plausible/logique de votre phrase – mais tout de même tirée par les cheveux – serait de la considérer comme une simple définition : un Pur, ou un pur, est une personne qui dirige une dictature (c'est-à-dire un dictateur) qui fait des millions de morts dès qu'il en a l'occasion.

J'ajoute pour ne rien laisser dans l'ombre, que dans le bloc AfricAsia il y a eu d'autres exemples percutants de ce genre de Purs dans les dernières décennies.

Pour mon apophtegme (si je peux utiliser en votre présence ce terme aussi pompeux que prétentieux), je dirais qu'il mérite le désintérêt le plus complet chez la plupart des gens… je me permets de vous signaler que vous êtes le seul présentement à s'en être saisi et qu'il est plus que probable que vous le resterez !

Il s'ensuit que je ne ferai pas l'exégèse complète des diverses interprétations logiques possibles.
Je me permets de vous faire connaître la réaction – bien naïve – que j'aurais eue : « C'est quoi un Pur ? » !

Je m'engage à vous répondre courtoisement dans le cas où vous me feriez l'honneur de me questionner de cette manière !

Lucile

@ Robert Marchenoir | 27 février 2020 à 12:35

Je suis sidérée qu'un magistrat puisse soit faire une faute de raisonnement aussi grossière, soit utiliser un tour de passe-passe réthorique aussi vicieux pour accabler un justiciable, car c'est forcément ou l'un ou l'autre :

- S'il a voulu démontrer la gravité de la faute en se référant à l'Ancien Régime, il suffit de lui rappeler que le chevalier de la Barre a été exécuté à 19 ans pour ne pas s'être découvert au passage d'une procession et avoir chanté des chansons irréligieuses, sous cet Ancien Régime qu'il prend pour référence afin d'étayer son argument. Pour un magistrat, Monsieur Létocart mérite un double bravo (le premier pour sa conception de la justice, le deuxième pour sa maîtrise du raisonnement paralogique).

- Si, sachant que son argument ne tenait pas debout, il l'a quand même utilisé pour que chacun en France et en Angleterre, y compris les intéressés, puisse se représenter les Fillon au bout d'une corde, c'est encore pire.

Nous sommes au vingt et unième siècle, mais Fouquier-Tinville respire encore.

Que cela fasse rire le public interroge sur la veulerie de la foule face au sadisme d'une personne d'autorité. Bon courage à l'avocat des Fillon, et aux Fillon. Avec un procès aussi mal engagé, on ne pourra jamais faire confiance aux conclusions du procès.

Le juge ne pourrait-il intervenir dans ce cas, et immédiatement relever la fausseté foncière de ce genre d'argumentation, par simple décence, et pour protéger l'image de la justice ?

https://www.herodote.net/almanach-ID-3189.php

caroff

@ Achille 20h16
"La cote de popularité d’EM n’est pas de 25 % mais de 32 %. Elle a progressé de 2 points par rapport à janvier."

C'est en effet ébouriffant.

Pour rappel, la cote de VGE juste avant d'être battu par Mitterrand: 44 %
https://www.tns-sofres.com/dataviz?type=1&code_nom=giscard

Et puis justement Mitterrand en 1988: 59 %... réélu
https://www.tns-sofres.com/dataviz?type=1&code_nom=mitterrand1

En 1995, il est malade et inaugure les chrysanthèmes: 34 %

En 2007, Chirac est finissant et ses arnaques ont pesé lourd pour le rendre léger: 30 %
https://www.tns-sofres.com/dataviz?type=1&code_nom=chirac1

En 2012, Sarkozy passe en quelques mois de 20 % à 37 %
https://www.tns-sofres.com/dataviz?type=1&code_nom=sarkozy

En 2017, Hollande devient champion avec 14 % après avoir atteint 11 %...

Les Français étant des veaux versatiles, tous les espoirs sont permis pour EM !!

------------------------------------------------------------

@ Robert Marchenoir 12h35
"A lire, pour mieux comprendre François Fillon, cet article étonnamment bon de Vanity Fair. Étonnamment bon, d'abord parce qu'il a été écrit par Claude Askolovitch, un journaliste fréquemment vilipendé pour son parti pris et son islamo-gauchisme."

Merci pour le lien !
Askolovitch remonte dans mon estime après ce travail d'enquête.

Savonarole

@ Tipaza | 27 février 2020 à 10:13

Exact, vous avez raison.
L’historien Benoist-Méchin raconte l’exécution de l’assassin de Kléber au Caire par supplice du pal. C’est pas piqué des hannetons. Âmes sensibles s’abstenir.
On ne le souhaite pas à Fillon...

https://www.sarrazins.fr/soleiman-lassassin-de-kleber/

Savonarole

@ Catherine JACOB | 27 février 2020 à 09:14

Merci pour cet éclairage enrichissant pour moi, on croit tout savoir quand soudain surgit le timbre du triangle dans un océan symphonique.

Robert Marchenoir

A lire, pour mieux comprendre François Fillon, cet article étonnamment bon de Vanity Fair. Étonnamment bon, d'abord parce qu'il a été écrit par Claude Askolovitch, un journaliste fréquemment vilipendé pour son parti pris et son islamo-gauchisme. Alors qu'il s'emploie, ici, à défendre l'honneur de deux politiciens de droite : celui qui passe au tribunal en ce moment, et son mentor Joël Le Theule, gaulliste giscardien mort en 1980. Tous deux calomniés au nom de leur prétendue homosexualité.

Étonnamment bon, ensuite, parce qu'il renoue avec des vertus disparues : le souci de s'approcher au plus près de la vérité, la recherche de témoins inconnus, l'examen de faits inédits, l'absence de sectarisme politique, l'arrachement au conformisme de l'actualité au profit de l'examen du passé, la renonciation aux facilités de l'effet de meute, le rejet des idées reçues, le strict respect de l'anonymat des personnes interrogées lorsqu'il est nécessaire, la tentative de chercher l'homme derrière le politicien, et finalement une qualité d'écriture qui a presque entièrement déserté la presse.

Ce n'est sans doute pas un hasard si cet article, qui nous apprend réellement quelque chose contrairement à la plupart des autres, a été publié dans un journal américain. Si Vanity Fair n'avait pas eu une édition française, il est probable qu'Askolovitch n'aurait jamais écrit cela.

Voilà qui réduit à néant le clicheton, complaisamment colporté, de la noble culture françouése odieusement saccagée par ces lourdauds d'Américains (en jargon politiquement correct, "États-uniens" ; que Le Monde ait adopté cette insulte, "raciste" selon ses propres critères, en dit long sur sa dépravation).

Notons qu'il a fallu un quotidien "anglo-saxon" (et de surcroît un "tabloïd") pour rapporter l'incroyable incrimination du procureur à l'encontre de François Fillon, selon laquelle "le délit de détournement de fonds publics était puni d’une peine de mort par pendaison sous l’Ancien Régime" (Lucile | 26 février 2020 à 19:32) ; et pour la rapporter à sa juste place, c'est-à-dire dès la première phrase de l'article : "A former Prime Minister of France and his British wife accused of stealing from taxpayers were today told that they would once have been hanged if found guilty".

Retenez bien le nom du procureur aux ordres qui a prononcé cette phrase scandaleuse : Aurélien Létocart, le bien-nommé. C'est quand ça les arrange : lorsqu'il s'agit d'imposer le communisme ambiant, ils nous asphyxient avec les "valeurs républicaines", et l'Ancien Régime devient l'abomination de la désolation. Lorsqu'il s'agit de se payer un "ultra-libéral", on sort l'Ancien Régime et ses vertus de la naphtaline.

Lorsqu'il s'agit de se payer les "fachos", Robert Badinter est un dieu, et nous sommes passés de l'ombre à la lumière en abolissant la peine de mort. Lorsqu'il s'agit d'enfoncer un type dont le gauchisme aux manettes a déjà bousillé la carrière politique, la corde retrouve ses attraits.

Il ne faut pas compter sur la droite, hélas, pour faire remarquer que François Fillon recueille, ainsi, l'ironique punition de ses admirations. L'un des hommes politiques français les plus poutinistes, et qui se flattait de l'amitié personnelle de l'intéressé (comme si un lieutenant-colonel du KGB pouvait nourrir des amitiés avec des étrangers...), se voit ainsi confronté, à domicile, à l'une des pires tares de la Russie : la justice aux ordres.

On parlera beaucoup costumes et assistants parlementaires au cours de ce procès, mais je gage que la populo-réacosphère sera plus discrète sur les compromissions russes de François Fillon, libéral à géométrie variable, lui aussi.

Il a pourtant reconnu avoir mis en contact l'homme d'affaires libanais Fouad Makhzoumi avec Vladimir Poutine, lors d'un de ces petits voyages au Forum économique de Saint-Pétersbourg dont la droite poutiniste est friande. Au passage, Fouad Makhzoumi (qui voulait installer en Russie une usine de tuyaux, et a eu recours pour ce faire à la société de conseil de François Fillon) est un proche de Bachar el-Assad. La "géopolitique" a de ces coïncidences...

François Fillon a aussi reçu de l'argent du Kazakhstan, au moins une fois, pour y prononcer une conférence. Ce pays de l'ex-URSS, dictature pétrolière sous influence de la Russie, est souvent utilisé par cette dernière pour corrompre des personnalités étrangères, sans que cela se voie trop. Comme le sac à vin Gérard Depardieu, par exemple...

Bien sûr, tout cela est uniquement dû au fait que les Russes sont un grand peuple, doté d'une vaste culture, qui défend les valeurs traditionnelles et va nous sauver du Juif homosexuel et ultra-libéral Emmanuel Macron (d'après le "député de la Nation" Nicolas Dhuicq, "de droite" et "patriote", mais s'exprimant tout à fait par hasard sur les médias de désinformation russes).

Ah, et puis Vladimir Poutine a offert une bouteille de Mouton-Rothschild 1931 à François Fillon, pour le consoler de la mort de sa maman, née cette année-là. Ce qui prouve vraiment que c'est un gentil garçon, et que nous-devrions-nous-allier-avec-la-Russie.

(Hein ? Mouton-Rothschild ? comme Emmanuel Macron ?!...)
______

@ Lucile | 27 février 2020 à 00:15
"N'y a-t-il déjà pas de quoi s'indigner qu'un procureur joue avec cette idée face à un accusé lors du procès? Ce procureur a donc la nostalgie de la question, de la pendaison et de la guillotine, et des bons procès d'antan. Même si c'est le cas, il n'est pas obligé de le faire savoir ; on se demande comment il peut se permettre publiquement une évocation aussi sadique, aussi inutile et aussi hors de propos, sans que personne ne proteste."

Non seulement personne n'a protesté, mais la salle s'est esclaffée à cette sortie. C'est
L'Express qui le relève. Le Monde emploie le terme plus ambigu de brouhaha.

Et non, ce n'est pas une erreur de traduction : la presse française confirme le propos.
______

@ Zonzon | 27 février 2020 à 08:08
"Un pays qui n'est pas dirigé par des Purs s'amenuise, s'étiole, puis disparaît."

Un pays qui est dirigé par des Purs s'appelle une dictature impitoyable, qui fait des millions de morts dès qu'elle en a l'occasion.

Giuseppe

Sur les sommes gaspillées par l’Etat… « La gabegie… un grand nombre de cantonniers ne sont occupés qu’à de menues besognes qu’ils mènent avec la nonchalance qu’impose leur évidente inutilité » ou sur « les hauts fonctionnaires… qui occupent les avenues du pouvoir, et leur paresse qui entretient la dilapidation des fonds publics ». C'est de qui ?

La fortune rémunérée à Penelope par l'Assemblée, il en est ainsi, au moins si elle s'était déclarée à de menues besognes ce qui semble ressortir de ses emplois, elle impose finalement une évidente inutilité.

Allez, je viens de terminer une partie de manivelles, juste pour la fraîcheur de l'esprit, bon coup de pédale Achille en attendant la chistera prochaine :

https://www.gymruffier.com/ruffier-cycliste.html

Chemins de traverse

Qu'est-ce qu'on se marre...
L'une défend les Fillon, l'autre un sondage de 30 % pour une cote de popularité !

Génération guimauve.

Catherine JACOB

@ Tipaza | 27 février 2020 à 10:13
« Tout arabophone sait pour avoir lu les Mille et une nuits en V.O. dans le texte, que ce n'est pas la pendaison qui était réservée au Vizir qui trahissait la confiance du Calife, mais le pal ! »

Il avait donc tout le temps d’imaginer à quelle sauce il serait mangé. Cela dit, qui ne sait pas cela ? Je ne suis pas arabophone et je ne connais rien aux diverses cultures de langue arabe, mais ça, je savais.

Achille

@ revnonausujai | 27 février 2020 à 07:52

Je vous ferai juste remarquer que le second sondage que vous mentionnez indique que la cote de popularité de Macron est passée de 34 % à 30 %. On est loin de vos 25 % du premier sondage qui date du 23 janvier, ainsi que des deux autres que vous mentionnez qui datent, eux aussi, de janvier. Alors que le mien est du 23 février soit un mois plus récent que le vôtre. Et il s’en passe des choses en un mois !

En fait, l’opposition a beau brailler, vociférer, faire la danse des canards devant l’Assemblée nationale et autres gesticulations ridicules, la cote de Macron fluctue mais ne s'écroule pas, telle la devise de Paris, « Fluctuat nec mergitur ».

C’est ballot quand même ! :)

Giuseppe

"Dès qu'un fonctionnaire quitte la fonction publique...", ébouriffant !!

https://youtu.be/ePBlsgh893E

La démocratie dépecée, pillée, foulée aux pieds. Nous sommes morts si on continue à laisser faire.

Tipaza

@ Savonarole | 26 février 2020 à 21:08

Vous avez déjà oublié vos années de jeunesse au Maroc et au Liban ?
Tout arabophone sait pour avoir lu les Mille et une nuits en V.O. dans le texte, que ce n'est pas la pendaison qui était réservée au Vizir qui trahissait la confiance du Calife, mais le pal !

Supplice infiniment plus raffiné que la simple pendaison, ce que Lucile ignorait évidemment, elle qui en est à Shakespeare, au poison et à la décapitation brutale.

Catherine JACOB

@ Savonarole | 26 février 2020 à 21:08
« ...bref, un caméléon sur un plaid écossais qui ne sait plus quelle couleur prendre. »

Commençons par rendre justice au caméléon dont les couleurs changeantes sont probablement à l’origine de la symbolique du livre des mutations (經), le Yi King.

Il s'agirait principalement en effet dans son cas, « d'un mécanisme de communication sociale (les couleurs sombres marquent la colère, l’agressivité, avec des variations des rayures sur les flancs et des signaux visuels changeants qui se concentrent sur la face des combattants ; les mâles utilisent des couleurs claires et variées pour courtiser les femelles), et non d’une technique de camouflage » comme dans par ex. le cas des phasmes élevés en milieu scolaire afin de permettre aux petits élèves d'observer sa stratégie adaptative d'imitation (mimétisme) qui se retrouve chez d’autres espèces encore comme notamment les papillons de l’espèce Kallima inachus.

Et donc, sur un plaid écossais on devrait avoir des « signaux visuels changeants » pour autant qu’on ait en face un autre mâle. Il faudrait essayer.

Avant de savoir si les Fillon seront « pendus », attendons de voir sur le Tribunal transmettra ou non les deux QPC (QPC = question prioritaire de constitutionnalité conçue au départ pour trier les recours d’apparence sérieux des recours manifestement fantaisistes).

Si le Tribunal ne transmet pas ces QPC à qui de droit, les considérant comme des recours manifestement fantaisistes, cela me paraîtrait lourd de sens et bien davantage que de savoir si le caméléon courtise une femelle, quelle que soit la couleur du support sur lequel il se trouve ou s’il manifeste un excès de testostérone en présence d’un autre mâle ou s’il s’agit en effet d’une simple stratégie d’imitation destinée à lui permettre de se fondre dans le décor. Quoique...

Bref, l’une des QPC a trait au régime de la prescription des délits occultes ou dissimulés et et la seconde au délit de détournement de fonds publics par personne dépositaire de l’autorité publique ou chargée d’une mission de service public. L’examen au fond de ces questions à transmettre, ou pas, doit débuter aujourd'hui jeudi 27 février.

Zonzon

Un pays qui n'est pas dirigé par des Purs s'amenuise, s'étiole, puis disparaît.

revnonausujai

@ Achille 20h16

Fiches à jour ?
Vous remarquerez que:
- le comparatif entre présidents que je cite couvre les trois premières années de chaque interessé;
- que, à part Rioufol, le Figaro n'a rien d'un organe de presse non macronocompatible (faudrait remettre votre évaluation à jour) et que par ailleurs les sondages qu'il publie, c'est plutôt du genre ouin-ouin fait des montagnes russes:

https://www.lefigaro.fr/flash-actu/sondage-macron-regagne-du-terrain-sa-cote-de-confiance-augmente-de-2-points-20200118
https://www.lefigaro.fr/politique/emmanuel-macron-perd-quatre-points-de-popularite-20200126
le premier sondage ( favorable) étant du 22 janvier, le second du 29 !

- Ouest-France, dont le moins que l'on puisse dire est qu'il ne fait pas preuve d'un macron-bashing aigu, lui aussi titre sur une baisse selon "9 sondages effectués par 8 instituts différents" en janvier en donnant 6 à la baisse contre 3 à la hausse... comme diraient les boursicoteurs, la tendance est baissière !

Comme par hasard, vous sortez LE sondage favorable, en occultant les autres; les cours d'agitprop macronesques ne sont pas vraiment à la hauteur, va falloir bosser sérieusement avant de nous balancer vos prochaines contre-vérités !

Lucile

@ Savonarole | 26 février 2020 à 21:08

Mais n'y a-t-il déjà pas de quoi s'indigner qu'un procureur joue avec cette idée face à un accusé lors du procès? Ce procureur a donc la nostalgie de la question, de la pendaison et de la guillotine, et des bons procès d'antan. Même si c'est le cas, il n'est pas obligé de le faire savoir ; on se demande comment il peut se permettre publiquement une évocation aussi sadique, aussi inutile et aussi hors de propos, sans que personne ne proteste. On sait d'ores et déjà qu'il demandera le maximum possible de la peine, c'est peut-être là son objectif. Cruauté mise à part, cela ne me paraît pas professionnel.

J'ai une peur bleue de la justice, bien que n'ayant eu que deux contraventions de toute ma vie (pour avoir dépassé un temps de stationnement, et pour avoir oublié la date du contrôle technique).

Je n'ai vraiment aucune confiance dans la justice.

(Sous toutes réserves, le correspondant du journal anglais comprend peut-être mal le français).

Giuseppe

@ caroff 26 février

Vous avez raison. Mais par les temps qui courent la corde pour les pendre tous se fait rare, alors les priorités s'imposent.
Pas un pour racheter les autres.

Achille

Il faut reconnaître une chose : François Fillon a une scoumoune qui n’est pas commune en politique.

A peine est-il nommé Premier ministre qu’il se fait recadrer par son patron qui n’a pas apprécié qu’il ait dit qu’il était à la tête d’un Etat en faillite.
Il avait juste oublié, dans son exaltation, que celui qui était à la tête dudit Etat c’était Nicolas Sarkozy et que lui n’était que son « collaborateur ».

Ensuite en 2012 il brigue la présidence de l’UMP, tous les sondages le donnent en tête, mais voilà que J-F Copé est proclamé vainqueur pour une poignée de voix en plus obtenues dans des circonstances pas très claires.

Enfin, lors de la primaire de l’élection présidentielle de 2017, c’est la consécration. Après avoir été longtemps devancé par Alain Juppé, par un curieux renversement de situation, c’est François Fillon qui est désigné comme candidat de la droite et du centre.
Les sondages l’annonce déjà comme le futur président. Enfin la récompense de toute une vie consacrée à la politique ! Jusqu’à ce que le Canard mette son bec dans ce qui allait devenir le Penelopegate.
Et là c’est la descente aux enfers. Fillon commet bourdes sur bourdes, il s’entête, il se contredit. Bref, un désastre. Et au bout du compte il termine la compétition à la plus mauvaise place : troisième.

Et dire que j’avais voté pour lui. La première fois que je votais pour le candidat de droite au premier tour d’une élection présidentielle. Il faut dire qu’à gauche, choisir entre J-L Mélenchon et Benoît Hamon, ce n’était pas possible. Quant à Emmanuel Macron, je pensais qu’il lui manquait un peu de vécu politique. Alors restait Fillon avec ses beaux costards. Mais le destin en a décidé autrement. La scoumoune, je vous dis !

Savonarole

@ Lucile | 26 février 2020 à 19:32

Et si les Fillon sont pendus Philippe Bilger s’indignera, tout en ménageant la magistrature, tout en fustigeant la cruauté de la sanction, tout en estimant que la chose jugée ne saurait être contestable, bref, un caméléon sur un plaid écossais qui ne sait plus quelle couleur prendre.

Achille

@ revnonausujai | 26 février 2020 à 15:08
« Soit Sarkozy 32 %, Macron 25 %, Hollande 20 %. »

Je crains que celui qui fait de la faiqueniouze de bas étage ce ne soit vous.
Ci-joint un sondage du Figaro qu’on ne saurait accuser de macronite aiguë.

La cote de popularité d’EM n’est pas de 25 % mais de 32 %. Elle a progressé de 2 points par rapport à janvier.
Va falloir penser à remettre vos fiches à jour.

Vamonos

Je n'oublierai pas Fillon et encore moins l'affaire Fillon. Pour moi, il s'agit d'un coup d'Etat. L'Indépendance de la Justice n'est plus qu'un leurre. Comment voulez-vous expliquer la délation dont a fait l'objet le candidat de droite juste avant l'élection présidentielle ? Comment pouvez-vous expliquer que le procès survienne juste au moment des élections municipales ? Les électeurs ne sont pas dupes. La manipulation est cousue de fil blanc. Elle se voit comme le nez au milieu du visage.

Les Français s'étaient déplacés en masse pour la primaire, pour choisir Fillon. La déconvenue fut immense, le nombre des abstentionnistes a encore augmenté. La République est décadente, malade de ses élites dirigeantes corrompues. Tel un fruit trop mûr elle pourrait tomber.

Lucile

@ Michelle D-LEROY | 26 février 2020 à 17:34

Je vous rejoins.

François et Penelope Fillon vont payer pour tous les autres qui ont profité des largesses de l'État.

J'apprends par un journal anglais que le procureur leur a dit qu'il fut un temps où ils auraient été pendus s'ils avaient été jugés coupables d'avoir détourné l'argent des contribuables. Je ne sais pas si c'est vrai, mais si ça l'est, c'est d'une bassesse incroyable. Ils vont déjà le payer très durement à mon avis, il me paraît inutile de les torturer moralement. https://www.dailymail.co.uk/news/article-8047599/Former-French-PM-British-wife-told-hanged-embezzlement.html

Michelle D-LEROY

"La droite veut oublier Fillon. Pas moi." (PB)

Moi non plus.

Tout a été dit dans le billet d'abord, puis dans les nombreux commentaires. Aujourd'hui, Ivan Rioufol parle d'exécution judiciaire et il a raison car c'est bien de cela qu'il s'agit grâce à un PNF visiblement aux ordres.

François Fillon d'un tempérament calme et posé dérangeait trop d'ambitions personnelles et en particulier celles d'un jeune loup qui avait préparé son coup depuis des mois, grâce à des soutiens nombreux et très influents qui espéraient des retours... il fallait donc trouver le moyen de l'éliminer.

En plus dans le contexte moderniste, F. Fillon était trop blanc, trop catholique, d'une droite trop classique et conservatrice sur les sujets sociétaux pour qu'il soit compatible avec le nouveau monde envisagé.
Cela dérangeait trop le monde bobo, trop les lobbies, trop les visions progressistes, mondialistes et multiculturalistes.

Comme beaucoup l'ont rappelé, F.F. a su exploiter à son avantage les règles existantes pour l'emploi et la rémunération des attachés parlementaires... comme tant d'autres l'ont sans aucun doute fait avant lui.
Un système facile et tentant parce qu'ambigu. Si ceux qui maniaient les enveloppes à leur guise étaient de gauche, personne ne s'en souciait puisque par définition la gauche ne peut être que vertueuse. Mais ces mêmes parlementaires ou ex-parlementaires ne savaient que trop comment faire tomber un adversaire trop ambitieux et gênant en dévoilant les procédés à la foi légaux et borderline. Des procédés détestés des contribuables.

Et si la droite et la gauche veulent faire oublier Fillon, c'est bien parce que certains sont morts de peur à l'idée qu'on découvre leurs petites manigances et que les Français leur reprochent ce qu'ils reprochent à leur ex-copain.

Il est d'ailleurs plus facile de reprocher ce genre de faits au sujet d'une épouse légitime, beaucoup moins au sujet d'une maîtresse non officielle ou passagère, de beaux-enfants et autres proches amis ou enfants d'amis et pourtant si on cherchait…on verrait que le népotisme est réel et fréquent et que Mme Fillon n'était pas seule à percevoir une rémunération pour peu de travail fourni.

La timide et réservée Penelope Fillon a aidé son époux comme toute épouse l'aurait fait, et si elle n'a rien de comparable avec ces féministes tonitruantes, les Français ont un peu trop tendance à la prendre pour une sotte soumise à son époux, ce qu'elle n'est pas, absolument pas, vu son cursus scolaire et universitaire.

François Fillon possède un manoir coûteux, trop coûteux à entretenir et il apparaît comme quelqu'un qui aimait beaucoup l'argent, mais est-ce un délit ?

Pour avoir été proche du personnel des entreprises où j'ai travaillé pendant des années, je peux dire que c'est fréquent de haut en bas de l'échelle sociale et dans ce domaine, à chacun de se poser honnêtement la question de son propre rapport à l'argent.
J'ai connu de grands directeurs flambeurs constamment fauchés qui demandaient des acomptes sur leurs bonus dépensés par avance et des cadres supérieurs économes jusqu'à la radinerie et même si les montants n'étaient pas comparables, je retrouvais des attitudes analogues chez des ouvriers ou des employés.
L'argent régnait en maître toujours et partout. Je n'ai jamais connu personne refusant une augmentation ou une prime. Jamais… parce que c'est constamment le nerf de la guerre. C'est bien ce qui motive tout individu.

Alors attaquer Fillon sur ce point, c'est un mauvais procès de jaloux ou de macroniens qui lui en veulent encore d'avoir essayé d'égaler leur poulain... pourtant, dans la situation chaotique que nous vivons, on regrette un François Fillon avec sa grande expérience politique et la grande pondération qu'on lui connaît, comparé au style brouillon, méprisant et entêté et à la récurrente communication que nous supportons depuis bientôt trois ans.

Personnellement, je n'oublie pas François Fillon et déplore cet acharnement, car c'est de cela qu'il s'agit, y compris par un marchand de costards qui se faufile dans les rangs du pouvoir à des fins personnelles.
Comment des hommes politiques aussi brillants peuvent-ils s'acoquiner à ce genre de personnage sulfureux et flatteurs ? Faut-il que dans les rangs du pouvoir on soit souvent bien seul.

On lui reproche également de n'avoir pas déclaré un prêt personnel au HCTISN et cela n'est pas sans rappeler une autre affaire de prêt personnel.
Nous nous souvenons de François Mitterrand fustigeant les "chiens" aux obsèques de Pierre Bérégovoy, mais ces chiens ne se trouvaient-ils pas aussi parmi son entourage immédiat ?

La politique est vraiment un grand cloaque.

Lucile

@ Ellen | 25 février 2020 à 22:15
« Agnès Buzyn est grillée, elle ne peut s'en prendre qu'à elle-même et à son chef qui a fait sauter les fusibles avant 2022. Ils sont tous fichus. »

Il est dangereux de sous-estimer l'adversaire.
Je peux me tromper, mais je ne suis pas certaine du tout qu'Agnès Buzyn soit grillée, au contraire. Sa notoriété va être bien plus importante, la preuve, on parle déjà beaucoup d'elle. Les journalistes vont adorer cette compétition entre femmes et nous servir du "crêpage de chignons" à la moindre dissension, n'empêche que quelle que soit l'issue du vote, Agnès Buzyn est gagnante, elle fera toujours mieux que Griveaux, elle a l'excuse d'être arrivée à la dernière minute, et elle a su laisser croire qu'elle se sacrifiait par esprit d'équipe. La voilà célèbre, et beaucoup moins exposée et détestée qu'au ministère de la Santé, où ça va mal, sans parler de la réforme des retraites qui n'arrange rien.

Les maires sont mieux vus que les ministres. Elle a l'image de quelqu'un qui sacrifie son ambition les larmes aux yeux pour sauver son parti, elle est médecin, ça plaît. Et son programme est marqué par la sagesse. À mon avis, c'est un très joli coup politique.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : phil[email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS