« En attendant Godot, en attendant Macron... | Accueil | Suis-je trop peu civil ? »

10 février 2020

Commentaires

Aliocha

Alléluia, Elusen sort du bac à sable.
Bienvenue !

Ellen

Quel triste sort chez la famille Stephan. A commencer déjà par les parents de Nathalie tous les deux sourds et muets, qui décident, malgré leur grand handicap, d'avoir trois enfants. Une fille et deux garçons. Puis divorcent dès leur adolescence. Deux sont placés à l'ASE, Nathalie et son petit frère. Cette situation présageait déjà la destruction. La charpente familiale n'y était plus. Tout s'est écroulé.

Le schéma de la misère, le manque éducatif et l'absence des codes essentiels à la construction des enfants n'y sont plus. Les drames ne font que se succéder et s'aggraver au fil du temps. La boucle est bouclée. La petite fille Vanille a payé au prix de sa vie sa mère malade et sans but dans la vie. Plus de logement à partir du 10 février, pas de travail, plus d'argent et départ de nouveau dans un isolement avec deux enfants.

Faire des enfants quand la misère frappe à la porte et ne pas pouvoir ensuite les élever convenablement et leur donner le nécessaire vital pour bien les faire grandir est de l'inconscience et une bêtise humaine.

Et il n'y a pas d'école ni de formation pour devenir de bons et responsables parents.

Michel Deluré

@ Denis Monod-Broca 12/20 20:37

Mais être tolérant, est-ce tout tolérer, est-ce passivité ?
Opposer au dogmatisme, au fondamentalisme, à l'obscurantisme, au terrorisme la seule arme de la non-violence, croyez-vous vraiment que cela soit suffisant et efficace ?
N'est-ce point au contraire faiblesse coupable, condamnable tant moralement que politiquement ?

Lodi

@ Denis Monod-Broca | 12 février 2020 à 20:37
"Contre la haine et l’intolérance, la non-violence est efficace. Sinon, quoi d’autre ?"

La question n'est pas d'opposer ou d'imiter des sentiments, dans la vie, mais de préserver sa liberté.
Les gens sont libres de ne pas pas aimer, mais ils doivent être punis de toute agression.

Cela ne se fait pas en voulant préserver sa vie, être aimé ou je ne sais quelle autre faiblesse, mais par le courage et la technique.
C'est par les armes qu'on délivre ce qui a été conquis par les armes, évidemment, les envahisseurs vont se plaindre mais les Européens comme les Asiatiques ont été délivrés, qui des Allemands, qui des Japonais, lesquels ont été mis jusqu'à présent hors d'état de nuire.
Alors, merci à ceux qui nous ont protégés, comme aussi des Russes par la dissuasion.

Le problème ?
Quand les gens ne sont ni justes ni moraux... S'ils étaient justes, il n'y aurait pas de problème.
A défaut, si on les effrayait assez, non plus.

Une certitude : on ne dissuade pas par des pleurnicheries.
Exemple, on a bien raconté le génocide subi par les Juifs, et un peu, quelques autres.
Et alors ?

Ce qu'on a pu remarquer, c'est l'impunité totale des Etats génocidaires.
Est-ce qu'on a arraché un bout d'Allemagne pour créer Israël ? On envisage de chasser les Blancs et autres d'Amérique pour la rendre aux Indiens ? Est-il question d'un référendum permettant à la Vendée de sortir de la France ou d'énormes indemnités après le génocide vendéen ? Les Turcs vont-ils rendre du territoire à l'Arménie ?

Et autre.

NON.

Alors...

...Les Etats recommenceront sans cesse : mieux vaut génocider un peuple qu'avoir des problèmes de dettes.
Ce n'est pas de génocider, le problème, c'est de s'attaquer à des voisins puissants et qui vous traiteront comme on doit le faire des agresseurs : sans lâcheté et sans pitié.

Le pouvoir doit arrêter le pouvoir, au niveau des Etats - rien ne serait pire qu'un gouvernement tyrannique qui ne pourrait être renversé sauf dans une fiction car l'auteur, sa providence, peut sinon tout, il ne faut pas écrire de sottises, du moins beaucoup - comme dans l'Etat.

Sinon ? Quand le pouvoir n'arrête pas le pouvoir...

Eh bien, nous l'avons vu quand les Etats-Unis, restés, on les comprend, loin de l'Ancien Monde, l'ont laissé couler jusqu'à ce que la violence déborde au point que des prétentieux, inconscients, aient osé les attaquer, eux, il faut vraiment être atteint de démesure.

Les Américains, c'est horrible, ont été obligés de quitter leur isolationnisme, revenir dans l'Ancien Monde que leurs ancêtres avaient quitté comme l'endroit sans issue qu'il est.
Régression. Corruption qu'on a toujours plus ou moins à devoir exercer une hégémonie... Après quoi, les gens qui en sont la cause les diabolisent, ingratitude !
Corruption ou non, les Européens ne voient pas qu'ils valent bien moins que les Américains car toujours aussi peu soucieux de conserver leur liberté et peu solidaires entre eux.

Et dans l'Ancien Monde, les Américains s'intéressent bien plus qu'avant au Pacifique.
Peut-être parce qu'on trouve autre chose que de la haine, de l'intolérance et des illusions.
Tandis que l'Europe abdique, l'Asie émerge, non dans des aventures révolutionnaires ou dans la démesure, mais dans les règles, à notre propre jeu, en égalant et peut-être en surpassant ses modèles.

F68.10

@ Elusen

"Mais qu'est-ce que vous radotez ! Vous avez déjà raconté vos histoires, à ce stade-là, cela devient du comique de répétition."

Ravi de vous faire rire: c'est moins gratifiant que d'arriver à vous faire réfléchir, mais c'est déjà cela de pris. Mais compte tenu que m'avez fait le coup du "parasite" "petit-bourgeois" qui a un "problème d'Oedipe", je pense que le coup de batte de baseball en retour n'était pas démérité.

"Un Helvète qui se fait passer pour un Français, qui vit en Confédération helvétique et qui vient raconter l'ASE, effectivement, c'est de la bouffonerie."

Mouais. Vous vous faites pas mal de films sur moi. Mais non, les problèmes de type ASE sont communs à beaucoup de pays, et les similarités idéologiques de ces structures recoupent plus les frontières linguistiques que les frontières étatiques. Par contre, la psychiatrie, en tant que domaine scientifique, n'est pas un concept qui s'invaliderait une fois la frontière passée.

"Faire une grande école pour ensuite s'autoproclamer hypnothérapeute, cela mène à tout apparemment."

Je suis plutôt un spécialiste de la narcolepsie que de l'hypnothérapie. Mais je vous remercie de me fournir des occasions d'interrompre mes parties de catch avec Morphée. Les grandes écoles, je me suis déjà exprimé là-dessus: je souhaite en partie leur disparition. Et je n'en ai jamais tiré aucune gloire personnelle, y compris au sujet de mon petit séjour express sur le plateau de Palaiseau. Est-ce limpide pour vous ?

"Un canton est supposé cantonner, même en Chine !"

Un canton suisse est supposé être une entité quasi souveraine (*). Mais je suis d'accord qu'un bouffon est censé bouffonner, alors distrayez-nous ! Puisque vous n'avez toujours pas commenté l'arrêt Internationale Handelsgesellschaft, je me permets de soumettre la phrase suivante, tirée du motif n°3 de l'arrêt, à votre réflexion:

"L'invocation d'atteintes portées, soit aux droits fondamentaux tels qu'ils sont formulés par la constitution d'un Etat membre, soit aux principes d'une structure constitutionnelle nationale, ne saurait affecter la validité d'un acte de la Communauté ou son effet sur le territoire de cet Etat."

Mais j'aimerais surtout que vous défendiez votre eugénisme, pour rester dans le sujet du billet. Alors je me permets de vous demander noir sur blanc: quelles sont les conditions sous lesquelles vous donneriez votre assentiment à la stérilisation de femmes dingues ?

Denis Monod-Broca

@ Michel Deluré

Contre la haine et l’intolérance, la non-violence est efficace. Sinon, quoi d’autre ?

Elusen

@ Patrice Charoulet | 11 février 2020 à 21:29
« si l'on vous frappe sur la joue gauche, tendez la joue droite »

La Bible liturgique, traduction de l’Église catholique :
Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu - chapitre 5 verset 39 :

  • Eh bien ! moi, je vous dis de ne pas riposter au méchant ; mais si quelqu’un te gifle sur la joue droite, tends-lui encore l’autre.

Vous n’avez pas compris un mot de ce que cela voulait dire.
Il ne s’agit pas de subir les coups, mais de les empêcher !

Les esclaves et les personnes désignées comme inférieures étaient giflés avec le revers de la main.
Les égaux, les élites étaient giflés avec la paume de la main.
Si vous tendiez l'autre joue, vous forciez celui qui voulait vous gifler à le faire avec la paume de la main, donc il vous traitait d’égale, comme il ne le voulait pas, il ne vous giflait pas.

--------------------------------------------------------

@ F68.10 | 11 février 2020 à 13:38

Mais qu’est-ce que vous radotez ! Vous avez déjà raconté vos histoires, à ce stade-là, cela devient du comique de répétition.

Un Helvète qui se fait passer pour un Français, qui vit en Confédération helvétique et qui vient raconter l’ASE, effectivement, c’est de la bouffonnerie.

Faire une grande école pour ensuite s’autoproclamer hypnothérapeute, cela mène à tout apparemment.

Un canton est supposé cantonner, même en Chine !

Catherine JACOB

"L'humain n'est pas une science exacte..."

Voici, à toutes fins utiles, une image de la première de couverture du bulletin de janvier-février 2020 de l'Ordre national des médecins (n°65) qui comporte un dossier de sept pages sur l'état des lieux de la psychiatrie.

Tipaza

@ Patrice Charoulet
"Aucun homme ne ressuscitera. Aucun chimpanzé non plus."

Serait-ce cher Patrice que vous regrettez quelque ancêtre disparu ? Voilà ce qui arrive quand on se lance dans la généalogie sans précaution.

Ellen

@ Mary Preud'homme | 12 février 2020 à 11:30
"Quelle détresse dans ce regard d'enfant !"

Je l'ai aussi constaté. On dirait qu'elle présentait le pire. Ça fend le coeur.
Lorsqu'un parent est angoissé et en détresse, l'enfant le ressent d'office.

Mary Preud'homme

@ Patrice Charoulet 11 février 21:29

La Bible (Ancien et Nouveau Testament) ne se lit pas comme un dictionnaire.

Mary Preud'homme

Quelle détresse dans ce regard d'enfant !

Dominique

@ Patrice Charoulet

Hors sujet, comme d'habitude...

Lucile

@ Catherine JACOB | 12 février 2020 à 08:35

Je pense comme vous que l'obligation de quitter le foyer a dû ajouter à la panique de la mère, déjà pas très solide. Cependant toutes les mères en déroute ne tuent pas leur enfant. Il semble qu'elle a un autre enfant, encore en vie, pris en charge par les services sociaux. La dépression et les problèmes de santé mentale expliquent sans doute autant le drame que la misère.

J'imagine que l'accueil dans le foyer est limité à un an parce qu'il y a derrière la personne prise en charge une longue file d'attente de cas tout aussi tragiques et urgents. Peut-être y aurait-il quelque chose à revoir sur la manière dont sont dépensés les crédits, de sorte que plus de gens puissent pen profiter, mais ce serait alors au détriment de la qualité. La quadrature du cercle. Fugace nous a donné une idée du coût de l'enfant confiée à une famille d'accueil, auquel il faut ajouter l'accueil de la mère dans un foyer.

Aucune solution ne peut être bonne dans de tels cas. On en a entendu parler à cause de l'alerte enlèvement, mais il doit y en avoir bien d'autres dans la rubrique des faits divers.

Zonzon

Ce blog est étonnant !

Nul doute !

Mais quand même, là je suis secoué !

Des zigotos il y a, d'accord !

Bon !

C'est fort, c'est très fort ! J'admets que je suis séché !

La résurrection du Christ fait question !

Whouah !

Je vais prendre des notes !

Après, je m'occuperai de Bigard !

La viande après l'Esprit !

Ellen

@ sylvain | 12 février 2020 à 07:25

Bien d'accord ! Ceci étant, l'intelligence n'est pas leur priorité.

sylvain

Pôv' Schiappa, touchée coulée par Zemmour.

La midinette Schiappa a reçu d’Eric Zemmour la fessée qu’elle était venue chercher.

La ministre perdue dans ses errances utopiques en haut de sa tour d'ivoire s'est vue remettre en phase avec la réalité par Eric Zemmour !

Un petit duel à l’eau tiède pendant lequel Zemmour, en bon gentleman, a fait preuve de compassion à l’égard de cette malheureuse dinde, il ne s’est pas acharné, l’a plumée avec douceur et a beaucoup ralenti pour qu’elle le rattrape afin de ne pas l’humilier.

Pas photo : le PSG Zemmour contre Trifoullies-les-Oies Schiappa.

Michel Deluré

@ Patrice Charoulet 11/20 21:29

Je viens de lire vos lignes adressées à monsieur Denis Moreau, peu en rapport, soit dit en passant, avec le sujet du billet de notre hôte, et dans lesquelles, faisant référence à Jésus, vous invoquez ses « préceptes moraux très novateurs » et concluez que « la Terre se porterait mieux si chacun suivait ces préceptes ».

Sans nul doute, mais qu'il n'en soit malheureusement pas ainsi, voilà qui donne assurément matière à réflexion sur l'humanité.

Comment certes ne pas adhérer à ces messages prônés par le Christ mais que faire face à la haine, à l'intolérance ? Leur opposer simplement l'amour, la tolérance ? Je crains fort que cela ne suffise pas.

« La non-violence n'est bonne que si elle est efficace » disait Simone Weil. Ne comptons pas sur elle pour vaincre par exemple les ennemis de notre démocratie, de nos valeurs, pour empêcher des attentats. Les pacifistes ne peuvent dormir tranquilles que pour autant qu'ils ne sont pas faibles.

Catherine JACOB

"Quelque chose a craqué dans une psychologie retombée dans l'obscur alors qu'on espérait en sa clarté probable et continue."

En réfléchissant bien, sans doute était-ce ce qu'on appelle "le calme avant la tempête" - the calm, before, the et storm -

J'ai vu que des stars comme Ingrid Chauvin en appelaient à changer la loi sur l'adoption et à faire fi des liens du sang. Son histoire personnelle l’a conduite à cette prise de position mais je pense qu'elle se trompe de combat.
La vraie question c'est:
"Avec la connaissance qu'on avait du dossier, comment a-t-on pu remettre à la rue la mère célibataire, lui retirant ainsi tout espoir de pouvoir s'occuper matériellement de sa fille, l'horizon étant bouché en ce qui la concernait elle-même."

Je n'en ai pas de précis en tête, mais il y a d'autres exemples de gestes désespérés de parents, père ou mère qui, bien que n'ayant pas les problèmes psychiatriques de la mère de la petite Vanille, en sont venus à de telles extrémités. Je pense donc que, comme dans nombre d'affaires dont la chaîne des responsabilités apparaît longue et compliquée à débrouiller, on préfère les recouvrir d'un voile pudique et crier haro à l'infanticide et/ou exiger de changer une loi qui ne nous aurait pas été favorable, comme l'actrice Ingrid Chauvin.

—————————

@ Savonarole | 11 février 2020 à 22:00
"...c’est horrible, c’est affreux, je renonce à mes profiteroles."

Ah là, vous me faites peur !

Exilé

@ Patrice Charoulet
« Mais cet homme n'est évidemment pas ressuscité. »

Si un homme n'est jamais ressuscité par lui-même, il n'en est pas allé de même avec Jésus, Dieu incarné dans un corps d'homme, qui a également ressuscité plusieurs morts comme en attestent les Évangiles.
Il est ressuscité, des témoins l'ont constaté et ont accepté de subir le martyre plutôt que de se renier.

sylvain

@ Ellen | 11 février 2020 à 13:34

Vous pouvez dépenser tout le fric que vous voulez pour améliorer le système, vous vous heurterez toujours aux corporatismes syndicaux qui entravent toute réforme progressiste.
C’est du vécu.

Ellen

@ Patrice Charoulet-11 février 21:29
"Aimez vos ennemis, rendez le bien pour le mal, si l'on vous frappe sur la joue gauche, tendez la joue droite, etc. On peut les appliquer. La Terre se porterait mieux si chacun suivait ces préceptes. Mais cet homme n'est évidemment pas ressuscité. Aucun homme ne ressuscitera. Aucun chimpanzé non plus."

C'est de la théorie psycho-philosophique médiévale toxique pondue par des théologiens maso.
Tendre la seconde joue pour se faire battre par l'ennemi agresseur-envahisseur assure plus vite votre propre perte.

P.S.: vous qui êtes un féru de Facebook, je vous envoie une info gratuite. Attention, un virus présent sur plusieurs applications pirate l’accès aux comptes Facebook et Google des utilisateurs victimes. Si vous avez donné toutes vos coordonnées personnelles, vous êtes cuit.
https://www.20minutes.fr/high-tech/2715483-20200210-android-des-virus-piratent-les-comptes-facebook-et-google-de-leurs-victimes

Savonarole

C’est le type même de fait divers qui fait frémir nos papys et nos mamies dans leurs maisons Phénix de France et de Navarre.
Le soir au 20h, avec Poivre d’Arvor et Roger Gicquel, ou Léon Zitrone, la petite bourgeoisie française, en découpant le gigot et débouchant le Gigondas, tremble devant toutes ces horreurs. Ah, quelle horreur, tiens, je te resserre du gratin dauphinois...
Des comme ça il y en a plein l’Afrique, l’Amérique, l’Asie, et on n’en saoule pas la population. Qui s’en tape allègrement le coquillard par ailleurs.

Finkielkraut a bien raison, toutes les semaines il faut qu’on nous fasse pleurer, apparaissent alors les stakhanovistes de l’indignation millimétrée... c’est horrible, c’est affreux, je renonce à mes profiteroles.

Patrice Charoulet

Cher Monsieur*,

Estimant tous les agrégés de philosophie, sachant les qualités de réflexion et d'expression que suppose la réussite au concours externe de philosophie, je suis encore plus admiratif devant ceux qui ont été premiers. Vous connaissez, peut-être mieux que moi, les philosophes prestigieux qui, depuis l'origine du concours, furent caciques. Sur Facebook et sur divers blogs, j'ai rappelé quelques-uns d'entre eux. Mes informations ne comprenant pas les années les plus récentes, j'ai lancé un appel à tous mes amis FB , pour qu'ils veuillent bien m'indiquer les premiers qui me manquaient. Je les ai rajoutés à ma liste. L'un de ces amis m'a dit que vous aviez eu ce classement. Je vous ai rajouté.

Là-dessus, je tombe sur un trilogue entre Finkielkraut, Rémi Brague et vous (« émission «Répliques »). J'ai eu la surprise d'entendre que vous étiez un catholique très convaincu. C'est votre droit le plus strict et je n'ai rien là contre. Je crois avoir entendu dans votre bouche des propos proches de ceux-ci : « Si Jésus n'est pas ressuscité, notre foi est vaine ». J'ai souvent entendu ces propos. Ils m'étonnent. Jésus était un homme qui a eu Joseph comme père et Marie comme mère. Il est né dans la religion juive. Il a dit un certain nombre de choses très intéressantes, qui ont été rapportées. Il a été condamné à mort. Il est mort, comme tous les hommes. Ses préceptes moraux sont très novateurs. Aimez vos ennemis, rendez le bien pour le mal, si l'on vous frappe sur la joue gauche, tendez la joue droite, etc. On peut les appliquer. La Terre se porterait mieux si chacun suivait ces préceptes.
Mais cet homme n'est évidemment pas ressuscité. Aucun homme ne ressuscitera. Aucun chimpanzé non plus.

Amitiés

*Lettre à Monsieur Denis Moreau, qui fut reçu premier à l'agrégation de philosophie.

--------

https://www.franceculture.fr/emissions/repliques/etre-catholique-aujourdhui

Pierre Blanchard

@ Achille | 11 février 2020 à 08:33

Sur le sujet : « En attendant Godot, en attendant Macron... »

Débat Eric Zemmour – Marlène Schiappa hier. Ça a donné

Zemmour sur la discrimination a raconté n'importe quoi, se vautrant dans le sophisme ridicule.

Résultat :
Schiappa : 1 Zemmour : 0

Franchement Achille, là, vous me surprenez
;-)

-------------------------

@ Isabelle | 11 février 2020 à 11:08

sur le sujet : « Vanille : l'humain n'est pas une science exacte... »

Et puisque nous parlons de femmes : hier soir, nous avons eu droit au débat E. Zemmour/M. Schiappa.

M. Schiappa affligeante comme à son habitude. Je préfère ne pas épiloguer.

Franchement Isabelle, là, vous me surprenez
;-)

A l’un comme à l’autre je puis dire que je ne regarde pas l’émission de Zemmour, seulement parfois les extraits après-coup qui me font l’effet d’un éternel recommencement de sa part…

Mais vos deux opinions sur celle du 10 février sont si totalement prévisibles qu’elles me rappellent les avis tranchés sur les matchs de catch de la TV version années 50/60.

Je laisse chacun choisir lequel représente qui ??

L’ange blanc ou le bourreau de Béthune…
https://www.facebook.com/Ina.fr/videos/294692098117979/

Enfin une dédicace « spécial Giuseppe » sur un match houleux, sur le ring et dans la salle avec commentaires (et ACTION) de Roger Couderc

https://www.youtube.com/watch?v=ZFn2GMx17to

Roger Couderc « Et tout ceci n’a aucune importante, ça fait partie du jeu… »

(J'allais rajouter, comme au rugby de ces années-là !!)

Toute une époque...

Exilé

@ Tipaza
« Trop de cellules psychologiques, qui sont autant de Ponce Pilate évitant de prendre le problème au fond. »

Il faudra tout de même un jour faire la lumière sur ces « cellules de soutien psychologique », sur leur légitimité, sur les gens qui les composent et sur leur fonction réelle.

Au vu de scénarios qui se répètent - par exemple en cas d'attentat - il semblerait que leur rôle premier soit de faire en sorte que les victimes ou leurs proches ne se révoltent pas en hurlant leur douleur et surtout ne dénoncent pas les vrais responsables qui sont souvent les dirigeants politiques du moment qui n'ont pas fait leur travail ou pis encore qui ont accumulé les causes de ces drames.

Qui n'a pas remarqué que souvent, après un attentat, un proche des victimes récite devant les micros et les caméras un discours gnangnan, contenant des formules stéréotypées idiotes du genre « vous n'aurez pas ma haine », formules que personne ayant subi un tel choc ne prononce instinctivement, ce qui montre que tout cela a été dicté, éventuellement d'après un canevas standard ?

Et comme par hasard, les gens qui ont deviné ce que ce jeu sinistre et cynique cachait, comme par exemple le père d'une victime du Bataclan, font l'objet de menaces voire de mesures de rétorsion.

C'est cela, le sens de l'humain, vu par un certain personnel politique et ses satellites...

Breizmabro

@ Serge HIREL 11 février à 02:34
"Mais que, devant les journalistes, après moins de 48 heures d’investigations, il indique qu’aucune erreur n’a été commise par tel ou tel, relève d’une tout autre intention"

"Pire, pendant cette conférence de presse, le Procureur était flanqué à sa gauche du président du Conseil départemental de Maine-et-Loire, qui, ès qualités, est le patron des fonctionnaires de l’Aide Sociale à l’Enfance, dont la responsabilité dans cette tragédie pourrait bien être recherchée"

Pour ma part je crois que vous avez bien cerné l'objet des futurs débats sur QUI est le plus coupable de la mort de cette enfant, d'autant que quelques heures/jours auparavant le même procureur nous indiquait que la mère était confuse dans son récit lors des interrogatoires.

Serge HIREL

@ Elusen

Le terme judiciaire correct est : présumée innocente. Dans ce cas précis néanmoins, les propos du Procureur, tous à charge contre la seule Mme Stephan, ne laissent aucune place au doute sur son opinion, qu’il a largement fait diffuser par les médias. D’où les guillemets qui expriment une réprobation de ce jugement personnel, qui ne s’appuie que sur les aveux d’une personne en souffrance mentale extrême, et non sur une réelle recherche de la vérité, étayée par un enquête approfondie. Peut-être, pour plus de clarté, aurais-je dû écrire : « présumée coupable » par le Procureur...

Paul Duret

@ Zonzon
"Dans un royaume dont le prince est un sale gosse on tue les enfants !"

Mon pauvre Zonzon, complètement zinzin votre commentaire !

Ellen

Après sa mise en examen, le juge a décidé d'offrir à Nathalie Stephan les gîte et couvert bien au chaud. La prison avec traitement médical était la meilleure chose pour la mettre à l'abri puisque sans logement ni ressources. Les HP surchargés et en manque de corps hospitalier spécialisé n'ont pas été retenus pour ce cas très particulier. L'idée du juge et de ses assesseurs est très raisonnable. Nous verrons ce que diront le procès et les débats à venir.

peres jacques

Ces faits divers et l'intensité des réactions émotives sont des révélateurs du refoulé de notre histoire humaine
Il en est ainsi pour le désir de mort de l'enfant par la mère.

Exilé

Si l'humain n'est pas une science exacte, il faut bien aussi reconnaître qu'en dépit de ses déclarations et proclamations d'humanisme aussi grandiloquentes que tonitruantes, ce n'est pas le fort du régime que nous subissons.

Ça a de toute manière très mal commencé avec une déclaration des droits de l'homme et du citoyen où l'homme a été immédiatement ravalé au rang de citoyen, un animal bizarre dont l’État est le maître absolu, préfigurant le contribuable, le justiciable, le camarade, le conscrit, l'assuré, l'assujetti, le particulier, l'individu, le consommateur, l'employé, le malade, l'automobiliste, le piéton, l'usager etc. tout cela se ramenant à un matricule sous la forme d'un code INSEE. Quoi d'humain dans tout cela ?

Un des premiers « droits de l'homme » - après un droit imprescriptible à la vie oublié comme par hasard - ne devrait-il pas être le droit à être considéré avec gentillesse, bonté, bienveillance et respect ?
Ainsi que le droit à ne pas être arbitrairement rangé dans une case ?

carl roque

@ Wil

En effet ce n'est pas l'habitude de voir une femme tuer un enfant (dans la presse), et c'est bizarre parce que les meurtres d'enfants sont commis à 70 % par des femmes, et les estimations vont de 90 à 250 par an. Chiffres très variables du fait que les meurtres n'en sont pas quand ils sont qualifiés de violence ayant entraîné la mort, ou de mort subite du nourrisson (il y a un certain flou sur un certains nombres de décès dans ce domaine) etc.

Lucile

@ Vamonos

Dans toutes les sociétés il y a des enfants maltraités, ou qui meurent de la main d'adultes. C'est inhérent à leur condition. Dans la nôtre il y en a plutôt moins que dans beaucoup d'autres (ce qui n'empêche qu'il y a encore des efforts à faire).

Voici quelques citations de Rachel Cooper, la vieille dame qui sauve les enfants, dans "La Nuit du Chasseur". Le film est un conte cruel et magnifique, qui date de 1955 et montre, comme aucun autre, combien des enfants, bien qu'entourés d'adultes qui se croient bienveillants mais sont aveugles, peuvent se retrouver peu à peu complètement seuls face à la folie meurtrière d'adultes.

"It's a hard world for little things." (Ce monde est dur pour les petits)
"You know, when you're little, you have more endurance than God is ever to grant you again. Children are man at his strongest. They abide". (Quand on est petit, on a plus d'endurance qu'on en aura jamais de sa vie. L'enfant c'est l'homme lorsqu'il est le plus fort. Il tient).
"My soul is humble when I see the way little ones accept their lot. Lord, save little children. The wind blows and the rain's a-cold. Yet they abide...They abide and they endure". (Mon âme devient modeste quand je vois comme les petits acceptent leur sort. Seigneur, sauvez les petits enfants. Le vent souffle et la pluie est froide. Cependant ils supportent… Ils supportent et ils endurent).

F68.10

@ Elusen

"Hors sujet comme à l’ordinaire, vous passez votre temps à écrire pour au final dire : restons-en là. Ne commencez pas, comme ça vous n’aurez pas à en rester là..."

Quand la discussion fait du surplace, oui, j'invite à arrêter la discussion. Sans remords. Je vous rappelle qu'il y a une charte.

"Nulle part il n’a été proposé de stériliser les personnes handicapées mentales. Nulle part il n’a été écrit que consubstantiellement, génétiquement, ils ne devaient pas procréer, mais il a été affirmé que ce sont leurs enfants qui ensuite doivent les prendre en charge et cela dès le plus jeune âge."

Je ne nie pas qu'il y a ait un problème. Je n'ai vu toutefois aucune réflexion fine de votre part à ce sujet. Seulement la réflexion suivante, dont le côté lapidaire suggère fortement une volonté de stérilisation des femmes dingues, ce qui est consistant avec votre propos sur un autre billet.

"Les coupables sont ceux qui laissent des personnes avec de tels troubles procréer, ou seules avec des enfants." -- Elusen

Il ne me paraît donc pas exagéré de vous demander des explications ou tout du moins un développement sur le sujet.

"Quand ce sont des enfants de 7 ans qui en sont à veiller à ce que les plus jeunes aient à manger, soient lavés, habillés, à faire les courses, à remplir les documents, etc., y au un truc qui n’est pas clair dans l’ordre du vivant et de la société."

Oui. Mais nous sommes néanmoins à des kilomètres du meurtre d'enfant. Ce que vous décrivez devrait pouvoir se régler par une solidarité accrue de la société pour compenser ce genre d'injustices. Cela ne nécessite a priori ni placement, ni stérilisation des femmes dingues.

"Ce ne sont pas à des enfants d’assumer des adultes ! Combien de ces enfants ont accès aux études par la suite, ont les moyens de réussir leur vie ?"

Et que fait la collectivité pour compenser ce type d'inégalités massives face à l'avenir ? Et puis il n'y a pas que ce type d'histoires qui trônent au pinacle de l'enfance maltraitée ou simplement l'enfance gâchée.

"Que des petits-bourgeois dans leur confort matériel, vulgaires héritiers, qui n’ont qu’un problème d’Œdipe à régler, s’amusent à laisser des enfants être des victimes dès la naissance, indique ce qu'ils sont réellement : des parasites."

Moui, moui, moui... l'Œdipe selon Elusen et Golse... Sortez-moi les statistiques sur lesquelles se basent l'ASE pour réfléchir sur son activité, et sortez-moi les statistiques de l'action de l'ASE, pour qu'on puisse la critiquer, et on parlera sur du concret. Mais j'en connais, des médecins frappadingues, qui souhaitent que tout gosse sans exception soit suivi par l'ASE jusqu'à ses 18 ans... J'entends tellement de choses délirantes et irréalistes à ce sujet que je refuse votre type de posture irresponsable qui consiste à raisonner par sentimentalisme (et classisme débile, soit dit en passant) au mépris de données concrètes, et qui propose des heuristiques tout aussi simplistes qu'elles seraient sauvages dans leur application.

Je note aussi votre tentative de réponse au sujet de l'arrêt Internationale Handelsgesellschaft, et je vous félicite de l'effort fourni. Maintenant que vous en avez pris connaissance, je vous suggère de le lire. Page 1135:

Motif n°3: "Attendu que le recours à des règles ou notions juridiques du droit national, pour l'appréciation de la validité des actes arrêtés par les institutions de la Communauté, aurait pour effet de porter atteinte à l'unité et à l'efficacité du droit communautaire; que la validité de tels actes ne sauraient être appréciée qu'en fonction du droit communautaire; qu'en effet, le droit né du traite, issu d'une source autonome, ne pourrait, en raison de sa nature, se voir judiciairement opposer des règles de droit national quelles qu'elles soient, sans perdre son caractère communautaire et sans que soit mise en cause la base juridique de la Communauté elle-même ; que, dès lors, l'invocation d'atteintes portées, soit aux droits fondamentaux tels qu'ils sont formulés par la constitution d'un État membre, soit aux principes d'une structure constitutionnelle nationale, ne saurait affecter la validité d'un acte de la Communauté ou son effet sur le territoire de cet État."

Ellen

@ sylvain | 11 février 2020 à 09:39

De l'argent, certes il en faut, mais si la formation, les compétences, la cohésion et la concertation entre les services administratifs et institutions ne suivent pas, les efforts attendus seront vains.

Dépenser plus pour de médiocres résultats, n'est pas la seule solution.

-------------------------------------------

@ Michel Deluré | 11 février 2020 à 09:13

Il ne s'agit pas de surveillance à distance mais de la présence constante d'un tiers au côté du bébé.

Dans le cas présent, la mère de Vanille avait l'autorisation de prendre sa fillette pendant deux jours, seule chez elle, sans aucune assistance physique permanente de jour comme de nuit pour assurer la vie de la fillette. C'est une erreur magistrale que d'avoir pensé que créer un lien affectif avec une mère aux troubles psychiatriques profonds l'aiderait à l'apaiser ou à guérir. L'enfant n'est pas un médicament pour des parents gravement défaillants !

----------------------------------------------------

@ Tipaza | 11 février 2020 à 09:08
"Je trouve cette présentation d'un enfant, qu'on sait assassiné, lamentable. Ça me met très, très mal à l'aise. Voilà c'est dit !"

Je vous comprends, c'est très poignant. MAIS.
Pourquoi continuer à garder dans l'anonymat une enfant innocente tuée par sa mère ? Vous ne trouvez pas qu'il est temps de montrer, en sa mémoire, sa petite bouille plein d'innocence ? La photo de la fillette fait prendre davantage conscience à certains, indifférents, de la souffrance d'enfants.

----------------------------------------------------

@ Serge HIREL | 11 février 2020 à 02:34

Très bien dit ! Le procureur avait oublié de crypter son message envoyé avant l'heure au juge d'instruction pour aller dans le sens de ses propos. Nous verrons bien. Indépendance professionnelle ou corporatisme solidaire ?

Michel Robion

On nous rebat les oreilles à tout propos avec le principe de précaution et on trouve normal de confier une enfant de 12 mois, sans surveillance, à une mère présentant "des troubles psychiatriques graves". Comme d'habitude la réponse des autorités est:
Tout s'est déroulé légalement, rien ne permettait de prévoir le drame !!

Isabelle

Toutes ces femmes qui veulent avoir des enfants "sans père" et qui, ensuite, ne peuvent assurer leur éducation dans les meilleures conditions. Peut-être devraient-elles se dire que ne pas avoir d'enfant, c'est la solution pour ne pas souffrir et ne pas faire souffrir... Avoir un enfant n'est pas un passage obligé pour une femme...

Et puisque nous parlons de femmes : hier soir, nous avons eu droit au débat E. Zemmour/M. Schiappa.

M. Schiappa affligeante comme à son habitude. Je préfère ne pas épiloguer.

"Si le grand remplacement de Renaud Camus est responsable de l'attentat de Christchurch, alors le Coran est responsable des centaines de morts au nom d'Allah, il doit être interdit ?" E. Zemmour.

"Jeu, set et match face à la bien-pensante."

Elle fait aussi partie des féministes ou néo-féministes. Un excellent texte ci-dessous avec l'ironie de F. Schiffter

« En accord avec les néo-féministes, je pense que nous, les hommes, du fait même que nous avons un pénis, sommes des violeurs potentiels. Toujours en accord avec elles, j’irai même jusqu’à dire que le regard que nous posons sur les femmes, souvent appuyé, concupiscent, est déjà une agression sexuelle caractérisée. Dénoncé aux États-Unis comme un crime hautement punissable, le viol par le regard — eye rape — est, enfin !, mis en accusation en Europe. Le journal Libération du 13 janvier 2020 annonce une bonne nouvelle: «Depuis novembre 2019, à Lausanne, une application de smartphone permet de signaler à la police toutes les formes d’inconduite sexuelle telles que sifflement, remarque à caractère sexuel et sexiste, bruitage, gestes obscènes, et au sommet de la liste, regard insistant». Les États-Unis et la Suisse étant des nations où le souci de la correction des mœurs ne faiblit jamais, il serait temps que la France si retardée à cet égard prenne exemple et que la Justice réponde à cet ardent désir de pénal qui anime les néo-féministes. Cela dit, à l’attention de ces dernières, je rappellerai que, dans certains pays islamiques, le viol par le regard s'avère impossible grâce au port de la burqa. Mais sans doute est-ce là un rappel inutile tant elles doivent considérer ce vêtement comme une efficace protection de la dignité des femmes. » F. Schiffter

Tous ces "progressistes" nous font régresser. Sur des sujets tels que les rapports hommes/femmes qui devraient être légers et frivoles, ils y mettent de la lourdeur et de la moraline.

Exilé

L'humain n'est pas une science exacte

Mais comment pourrait-il en aller autrement dans une société éclatée, dans laquelle « l'idiot du village » autrefois assisté et protégé par sa communauté même si elle s'en moquait parfois, n'a plus sa place et se trouve isolé face à un système fonctionnarisé à outrance, avec ce que cela implique de règlements, de normes, de grilles, de dogmes et trop souvent de bêtise, de routine, d'arrogance, de sectarisme et parfois de haines syndicales ou politiques ?

Finette

Litanie sans fin des enfants martyrs...

https://www.parismatch.com/Actu/Faits-divers/Battu-a-mort-par-son-beau-pere-le-calvaire-du-petit-Tony-3-ans-devant-la-justice-1673264

Tony, 3 ,mort le 26 novembre 2016 sous les coups d'un "beau-père" monstrueux. Tony n'était plus scolarisé depuis le 21 novembre 2016 et n'était pas suivi par les services de "protection de l'enfance" apprend-on ce jour dans Paris Match.

Silence, on tue un enfant...

sylvain

@ Finette | 10 février 2020 à 23:07
"Il n'y a eu aucun manquement de la part de l'ASE" affirme le procureur, dans le drame de Vanille...Voire..."

Non, il n'y a eu aucun manquement, il a raison ce procureur, il aurait dû rajouter : manquement supplémentaire, puisque ce crime n'est qu'un dommage collatéral aux manquements budgétairement programmés, et non un manquement de la part de l'ASE.

Y a manquement de pognon surtout.

Si y a manquement de comprendement de mes explications, je ne manquerai pas de me mettre à votre disposition.

Michel Deluré

Coupable assurément puisqu'elle a accompli son funeste forfait.
Mais victime aussi puisque, dans les circonstances que nous connaissons, le nécessaire n'a pas été fait pour éviter que cette mère passe à l'acte, pour la protéger en fait elle-même de ses propres fragilités et donc de leurs conséquences éventuelles.

Ce drame illustre à nouveau toute la difficulté du diagnostic de la dangerosité ou non des personnes atteintes de troubles psychologiques.
Mais puisque ce diagnostic ne peut être parfait, qu'il subsiste toujours une part plus ou moins grande d'incertitude, ce doute ne doit-il pas justement conduire à prendre toutes les dispositions nécessaires pour protéger d'une part le malade lui-même de ses pulsions non maîtrisées et imprévisibles et d'autre part son environnement fait de victimes potentielles ?
Ou devons-nous alors vivre avec ce risque et accepter avec fatalité que de tels drames demain se reproduisent ?

Dans le cas qui nous intéresse et en connaissance des éléments du dossier, était-il responsable d'autoriser cette mère à voir seule son enfant, sans la moindre surveillance ? N'était-ce pas exposer l'enfant à un risque majeur ?
Certes, rien ne garantit que, même placée sous surveillance, la mère n'aurait pas profité d'un instant de moindre vigilance pour passer à l'acte, mais le risque aurait au moins été limité.

Tipaza

Humaine, trop humaine cette affaire et donc incompréhensible, qui peut savoir ce qui se passe dans la tête d'une personne.
Même celles qui nous sont les plus proches ont leur zone d'ombre, qui nous sont inconnues et qui le resteront. Le "connais-toi toi-même" en dit long sur l'ignorance de ce que nous sommes dans nos profondeurs, alors les profondeurs des autres !

Coupable, la mère l'est, le crime a bien eu lieu. Mais pour le reste, victime ou pas, et victime de qui ou de quoi ?
Peut-on vraiment demander à un personnel qui doit résoudre mille et une situations aussi difficiles, de faire l'erreur fatale qui conduira au drame ?
Il y a une part d'irresponsabilité administrative dans cette affaire, superposée à l'irresponsabilité psychologique de la mère. L'union des deux a été fatale à l'enfant, qui était l'élément le plus fragile de cette tragédie.
À la question du billet, coupable et/ou victime, je répondrai que la mère est coupable, évidence factuelle, mais irresponsable, évidence psychologique.

On peut tout de même se poser la question de l'état de la société et sa tendance à la victimisation, une façon d'éluder le vrai problème.
Le mot victime a été tellement galvaudé depuis quelques années, qu'il en est devenu un argument politique, une décoration, un passe-droit.

Je parle en général, évidemment pas de cette mère malade.
Que faisait-elle dans cette maison maternelle ?
Est-ce qu'on lui avait donné une tâche à faire, du travail même le plus simple, de quoi agir, ou est-ce qu'on l'avait laissé macérer dans sa folie ou son désespoir, voilà peut-être la vraie erreur.

Trop de cellules psychologiques, qui sont autant de Ponce Pilate évitant de prendre le problème au fond.

Un homme ça s'empêche, mais un homme ça se reconstruit, et ça ne se reconstruit que dans l'action, que dans la réalisation d'un quelque chose, sinon la réalisation se fera dans sa pente la plus terrible, le désespoir de la mort.
L'aide sociale doit s'accompagner d'une obligation de service, non pas pour des raisons financières, mais pour des raisons humanitaires.
On ne se réalise qu'en créant. Quelle que soit la création, aucune tâche n'est inutile, toute tâche est noble. La victimisation qui veut éviter à la victime l'effort de reconstruction est une erreur de notre société sous l'influence d'une idéologie faussement humaniste.

Après ces quelques lignes trop intellectuelles dans cette situation, voici les quelques vers qu'avait cités Georges Pompidou en réponse à une question sur l'affaire Gabrielle Russier :

"Comprenne qui voudra !
Moi, mon remords, ce fut
la victime raisonnable
au regard d'enfant perdue,
celle qui ressemble aux morts
qui sont morts pour être aimés."

Un mot sur la photo.
J'ai l'habitude de critiquer, au sens de donner mon avis, la photo du billet. Avis pertinent ou provocateur parfois.
Pour une fois je critique, au sens de déplorer, la photo.
Je trouve cette présentation d'un enfant, qu'on sait assassiné, lamentable.
Ça me met très, très mal à l'aise. Voilà c'est dit !

GLW

"Vanille : l'humain n'est pas une science exacte..."

Jouer à la roulette russe non plus...

Zonzon

Dans un royaume dont le prince est un sale gosse on tue les enfants !

Elusen

@ Serge HIREL | 10 février 2020 à 19:46
« sa mère est « présumée coupable ». »

Non, nous ne pouvons pas présumer de la culpabilité !
La culpabilité est un acte de sentence qui termine un procès, c’est donc une faute sur les concepts que d’associer dans un syntagme ces deux mots.

------------------------------------------------

@ F68.10 | 10 février 2020 à 15:37

Hors sujet comme à l’ordinaire, vous passez votre temps à écrire pour au final dire : restons-en là. Ne commencez pas, comme ça vous n’aurez pas à en rester là...

Nulle part il n’a été proposé de stériliser les personnes handicapées mentales.
Nulle part il n’a été écrit que consubstantiellement, génétiquement, ils ne devaient pas procréer, mais il a été affirmé que ce sont leurs enfants qui ensuite doivent les prendre en charge et cela dès le plus jeune âge.

Quand ce sont des enfants de 7 ans qui en sont à veiller à ce que les plus jeunes aient à manger, soient lavés, habillés, à faire les courses, à remplir les documents, etc., y au un truc qui n’est pas clair dans l’ordre du vivant et de la société.

Ce ne sont pas à des enfants d’assumer des adultes !
Combien de ces enfants ont accès aux études par la suite, ont les moyens de réussir leur vie ?

Que des petits-bourgeois dans leur confort matériel, vulgaires héritiers, qui n’ont qu’un problème d’Œdipe à régler, s’amusent à laisser des enfants être des victimes dès la naissance, indique ce qu'ils sont réellement : des parasites.

Lodi

"Il y a chez les meilleurs experts psychiatres, quoi qu'ils en aient, un savoir indiscutable mêlé à un humanisme susceptible de leur dissimuler les ombres à venir, les menaces virtuelles parce qu'elles ne seraient pas décentes."

Qu'est-ce qu'il ne faut pas lire ? C'est vrai mais si partiel que cela en devient faux, c'est le problème de l'ESPOIR.
Les Grecs avaient raison, c'est le pire des maux, celui qui fait endurer tous les autres. Quelle lucidité ! Nous, nous enchaînons les espoirs stupides, Hitler, Staline et les islamistes vont s'apaiser, nous n'aurons besoin ni d'intelligence ni de courage, la soumission, prise pour désir de paix et l'amour qui peut tout, vont nous sauver.
Mentalité d'esclave. Je rappelle que le désir de survie et l'espoir genre mon maître va peut-être bien me libérer, conspirent à maintenir les gens dans les chaînes comme à les y précipiter.
Soumettons-nous, nous serons en vie, et jouant à qui perd gagne, dirons que nous sommes les libres, car les bons, les pacifiques qui hériteront de la terre, comme si des larves devaient jamais recevoir autre chose que la servitude, la honte et le charnier.

L'espoir est une belle saleté, oui, qu'on ait cru en faire quelque chose de beau avec l'espérance est typique d'une opération de blanchiment, non d'argent sale, mais de valeur sale.
Le désespoir est pire... J'explique : l'espoir est une sorte de drogue pour les faibles, ce qui les fait se soumettre pour la plupart, soumettons-nous, nous serons épargnés, ou parfois poussés à se battre.

Mais qu'arrive-t-il quand les gens carburant à l'espoir perdent espoir ? Ils deviennent passifs, chacun descendant d'un cran, le courageux devenant lâche soumis, et le lâche soumis même incapable de soumission, passif presque à l'égal d'un légume.

Quand je pense qu'on interdit les drogues et promeut l'espoir qui fait voir le monde comme il n'est pas et qui provoque du manque, je rigole.
Oui, parce que l'opiomane, lui, a parfaitement conscience du monde, sauf qu'il s'en moque, c'est autrement évolué.
Et d'une manière générale, les drogués ne prétendent pas changer la manière de voir de la société, tandis que nous avons été grandement souillés par l'espoir qui fait qu'on se soumet, on ne le répétera jamais assez.

"Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir"
C'est bien le problème... On attend que les choses changent d'elles-mêmes, elles ne peuvent pas être pires, l'amour va triompher car il peut tout, enfin, enfilons les sottises.
Et le résultat fut que l'on interdit longtemps le suicide.
Ceux qui le faisaient étaient menacés de l'enfer : et donc, des gens qui auraient pu finir dignement ont, c'est forcé, continué à être esclaves, et des libres ont continué à vivre quelque autre enfer par peur d'un enfer éternel et pour qu'on ne déshérite pas leurs proches.

Ôter la seule vraie issue de ceux qui n'en ont pas d'autre, et valoriser l'espoir, soit attendre Godot, sont des attitudes complémentaires destructrices de liberté autant que torturantes.
Il ne s'agit jamais que d'asservir les gens en croyant les libérer, air connu, la liberté passe par, d'abord, la perdre, c'est cela, oui...

Et désolé, Vanille n'est que le sommet de l'iceberg et les psychiatres, les progressistes ne sont jamais que les avatars d'une attitude bien plus ancienne, générale et tragique.

A dépasser, si possible comme suit "il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre et de réussir pour persévérer".

Lodi

On ne dira jamais assez que tout le monde ne devrait pas avoir d'enfant : un humain, ça se retient.
Ou alors, ou alors... Même si la société peut aider, imparfaitement, et il faut se perfectionner, certes, l'enfant est condamné à la pauvreté, au manque d'amour voire à la folie des parents.

fugace

@ Zonzon | 10 février 2020 à 16:51

Contre le burn-out :

La méditation, encore la méditation. Elle vous a déjà sauvé, elle le refera.

fugace

"On a pris un risque".

C'est qui On ?

Le (La) responsable existe. Ça ne l'empêchera pas de dormir. Ainsi va la machine administrative. Ce n'est pas nouveau.

Vanille est morte.Sa mère est(-elle) coupable. Ou victime ? Coupable ET victime ?

Sans aucun doute victime Et coupable probablement à plusieurs titres.

Quid de l'histoire de la mère ?
Quid du père ?

------

L’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) est absolument nécessaire. Mais si transparence il y avait, qu'y (que) verrions-nous ?

Les enfants passés par cette case ne sont-ils pas les mieux placés pour en parler ?

Combien de ces enfants devenus adultes dans l'organigramme de cette institution ?

En attendant :
Coût annuel moyen du placement familial en 2009 : 24 107 euros
Coût annuel moyen du placement familial en 2019 : ?????? euros

https://www.wikiterritorial.cnfpt.fr/xwiki/wiki/encyclopedie/view/fiches/Laidesocialealenfanceaujourdhui/

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS