« La chasse aux mots : le sport national à la mode | Accueil | Contre Lambert Wilson : le virus de la bêtise a encore frappé ! »

05 mars 2020

Commentaires

Vamonos

La plaidoirie du défenseur de M. Fillon a mis en évidence les incohérences du dossier d'instruction. Il a fait des statistiques sur le nombre de feuilles ou pendant la perquisition du domicile de M. Fillon. Les enquêteurs auraient lu 416 pages par minute pour arriver à la même conclusion que le Canard Enchaîné.
Rien que cela prouve que l'instruction a été réalisée à charge exclusive.

Giuseppe

Les sept péchés capitaux et toujours d'actualité :

https://i.goopics.net/N1qP1.png

Heureusement qu'il en existe de cette classe politique de très dévoués, très honnêtes et très sincères.

Tomas

Une pensée émue ce soir pour tous ceux qui se sont échinés il y a trois ans à démontrer l'innocence du candidat Fillon injustement condamné par le cabinet noir gauchiste de l'Elysée. Deux ans ferme c'est beaucoup, si on les fait, et dans un quartier VIP ça doit être supportable !

Après, quand la droite reviendra au pouvoir, si c'est pas en 2045, le pôle financier va pouvoir s'inquiéter de son avenir...

Giuseppe

La plus belle de toutes, le plus crédible des arguments pour un Premier ministre de la France et le reste ; après la phobie administrative, le pompon ! la meilleure ! celle qui va le faire aimer encore plus de ses concitoyens, je vous la donne en mille... L'erreur honnête !

https://i.goopics.net/onZnY.png

Hé bé... A mourir de rire. Ils nous prennent vraiment pour des couillons (pas tous, sbriglia, pas tous... Je précise au cas où, je veux vous éviter des recherches).

Que du bonheur ! La journée s'annonce belle.

Giuseppe

@ Mary Preud'homme | 09 mars 2020 à 13:31

L'Acariâtre je vous réponds à la suite, je viens d'avoir sbriglia, vous mériteriez que je vous "chausse" avec les mots, trop facile, ce ne serait pas fair-play.
Demandez à sbriglia la définition du terme rugbystique "chausser". Il vous expliquera, il me paraît être un bon connaisseur.

Giuseppe

@ sbriglia | 09 mars 2020 à 17:41

J'ai dû interrompre un peu plus tôt que je ne le souhaitais, mais une daube marinée comme il faut ne se rate pas.
Donc le contexte est important si vous ne voulez pas être dans le contresens, mais un esprit malin et/ou roué comme vous n'a pas besoin de ces précisions, c'est pourquoi je les rappelle.

Quant à ma mémoire je vous rassure je la travaille tous les jours sur mon home-trainer, par jeu je mets des écouteurs et écoute un texte que je m'applique à réciter par coeur une fois les pieds posés par terre.

Je crois que c'est de famille (?), la mémoire, et... Bon, ceci est une autre histoire, le dessert arrive, pêche au sirop maison, glace vanille.

Giuseppe

@ caroff | 09 mars 2020 à 11:25

Vous lirez ma réponse à sbriglia.

Giuseppe

@ sbriglia | 09 mars 2020 à 17:41

Pas du tout ! je n'ai pas crié ni écrit "tous pourris !" sèchement, une des rares fois où je l'ai écrit c'est parce que je faisais référence à un article de Mediapart qui commençait si je me souviens bien par "Tous pourris... Qu'est-ce que ça fait du bien de le dire !" et qui se poursuivait par le fait qu'ils n'étaient pas tous ainsi (heureusement ce serait infernal !).

C'est toujours dans cet esprit-là, et donc quand j'écris ce que vous avez été chercher, c'est toujours elliptique de cet article, et se cantonne aux fraudeurs, voraces et condamnés.

Un esprit tel que le vôtre l'aura bien compris.

Vous devriez pouvoir retrouver mes références à Mediapart - vous archéologue des documents -, cela permettrait de tout replacer dans le contexte. Heureusement vous y aviez mis un point d'interrogation, sans doute mi-ironique, mi-interrogateur, vous avez donc ma réponse.

sbriglia

« Giuseppe et vous (Ellen) développez depuis longtemps l'argument du "tous pourris". C'est simpliste et caricatural, c'est tout ce que j'ai voulu dire..." (caroff)

"Faux, caroff ! Trouvez une seule fois, une seule ligne où je fais cet amalgame." (Giuseppe)

----

Allons, allons, Giuseppe, les trajets cyclo-sportifs affecteraient-ils votre mémoire ?

Entre autres :

"L'argent circule à flots, le sentiment d'impunité, les autres font de même, en un mot c'est tellement facile qu'ils ne se compliquent pas la vie comme vous et comme vous le pensez pour eux : ils n'en ont rien à fiche, par contre il faut vouloir rester dans l'ombre sinon c'est le début de la fin."
Rédigé par : Giuseppe | 06 février 2017 à 14:56

"Insupportable classe politique qui vit aux dépens de ceux qui les écoutent... Des goinfres jamais rassasiés !"
Rédigé par : Giuseppe | 15 février 2017 à 09:58

Dites-moi, Giuseppe, ça ne ressemblerait pas un peu à "tous pourris", par hasard ?
Et il y en a sans doute beaucoup d'autres…

Ellen

@ caroff | 08 mars 2020 à 23:59

Traitons les sujets les uns après les autres. Ici, on parle du couple Fillon et des Balkany. Je ne veux pas tout mélanger, voilà !

Si monsieur Bilger nous envoie un jour un billet sur l'islamisme et sur l'immigration qui ne cessent d'envahir cette France molle et dégradée et l'Europe, croyez-moi que je serai intraitable et ne laisserai rien passer. Aussi pour satisfaire votre curiosité, je ne suis ni avec les traîtres gauchistes et idiots que je hais, ni je ne pourrais jamais comprendre ni valider les actes des politiques corrompus et escrocs à coups de millions comme s'ils recevaient un salaire de misère. Chaque chose en son temps.

Mary Preud'homme

Pauvre Giuseppe

A vous lire il n'y aurait que des politiciens pourris et qui se gavent sur votre dos de "travailleur" forcément irréprochable, qui n'a jamais exécuté ou fait exécuter un quelconque travail au noir, jamais triché ni menti ni trompé. Bref vous seriez un modèle de vertu !

Néanmoins quand je vois votre acharnement à caricaturer hargneusement ceux qui ne sont pas de votre avis, il me semble que vous devriez réviser cette haute opinion de vous-même... Commencez donc par balayer devant votre porte avant de vouloir jouer les redresseurs de tort et les accusateurs publics à partir de quelques ragots et autres rumeurs.

Avec vous c'est l'Air de la calomnie non stop sur fond de concert de casseroles et fausses notes dans les aigus en prime !!! Jusqu'à crever le tympan du ciel !

La barbe !

caroff

@ Giuseppe 11h03
"Faux, caroff ! Trouvez une seule fois, une seule ligne où je fais cet amalgame."

Je remarque qu'une grande partie de vos contributions s'attarde sur des faits de corruption d'élus ou des comportements "limites" sélectionnés par votre cher Palmipède.
Je suis aussi irrité que vous par ces pratiques, mais je suis venu apporter un correctif sur le danger d'une facile déduction selon laquelle, n'est-ce pas, tous ces gens ne méritent que notre opprobre.

Giuseppe

@ caroff | 08 mars 2020 à 23:59
"Giuseppe et vous (Ellen) développez depuis longtemps l'argument du "tous pourris". C'est simpliste et caricatural, c'est tout ce que j'ai voulu dire..."

Faux, caroff ! Trouvez une seule fois, une seule ligne où je fais cet amalgame.
Le problème c'est que si on les prend tous, pour les plus connus, je ne parle pas du menu fretin, si j'étais moqueur, on aurait plus vite fait de compter ceux qui sont blancs comme neige (ce qui n'est certainement pas juste, ni tout à fait faux en jouant sur des comparaisons).

A l'époque un site disparu et introuvable aujourd'hui (?) - "La grosse imposture" - répertoriait avec une attention de bénédictin tous les condamnés, et seulement les condamnés… C’en était effrayant.

Quasiment pas un jour, pas une semaine, pas une année qu'un de ces politiques ne se fasse "pesquer" les mains dans nos poches, d'ailleurs comme pour les statistiques, un site officiel devrait être instauré.

En Finlande un bottin des dépenses des frais des députés est consultable par n'importe quel pékin.

Un exemple parmi tant d'autres :

http://www.lettreducadre.fr/19473/elus-inculpes-elus-condamnes-une-affaire-qui-marche/

Et l'argument qui tue, "ils ne sont qu'une infime minorité", heureusement devrions-nous dire, mais c'est déjà trop.

Les pires de tous - la somme importe peu - c'est la manière détestable, l'affaire Fillon ou celle de Bruno Le Roux pour les plus récentes montre bien la petitesse de ce qu'ils peuvent être, ils en sont misérables d'éthique et d'honneur, compte tenu du poste d'Etat qu'ils ont occupé pour nous servir, pour nous représenter, et qui leur est confié. Fuera !

Giuseppe

@ Mary Preud'homme | 08 mars 2020 à 23:44

Vous ne faites que du bruit, comme ma visseuse-dévisseuse, mais vous, vous ne faites que cela, mais mal, vous percez dans le vide, trop loin et pas droit.
Pathétique autant que Fillon, vous ne m'amusez plus alors j'arrête ici ; je vous conseille, pour finir, le Palmipède de cette semaine, cher à Mongénéral, un excellent article, moqueur et plein de railleries sur le travail époustouflant de Penny.
A mourir de rire, même ma perceuse s'est esclaffée, vous n'avez ni recul, ni humour, acariâtre un peu aussi, souriez vous êtes filmée.

Ellen

@ Mary Preud'homme | 08 mars 2020 à 22:55

Votre marque de fabrique est obsolète. Nous sommes dans la mondialisation et l'Europe n'est plus celle qu'elle était au temps de De Gaulle. Il faut avancer et reconstruire tout ce que les politiques sortants ont détruit.

Vous me faites penser à tous ces politiques aux mains sales qui avec leur slogan d'hypocrites affichaient "Je suis gaulliste" mais en réalité n'en avaient que faire. Pour le pouvoir et l'argent, rien de tel que de leurrer les Français et leur mentir, il fallait leur montrer les mains propres de De Gaulle. Ça parle mieux.

Depuis que tous ces sbires ont été balayés (droite/gauche), plus aucun hypocrite n'ose s'afficher gaulliste. Ça ferait hurler les gens.
Vous avez compris pourquoi ? On ne peut pas enterrer un homme deux fois.

—————-

@ caroff | 08 mars 2020 à 23:59
"Giuseppe et vous développez depuis longtemps l'argument du "tous pourris". C'est simpliste et caricatural, c'est tout ce que j'ai voulu dire..."

Et ben bravo caroff, belle invention ! Vous ne seriez pas de Marseille par hasard ? Déformer et inventer ce qui n'existe pas dans mes propos n'est pas loyal de votre part.

caroff

@ Ellen | 08 mars 2020 à 21:27

Giuseppe et vous développez depuis longtemps l'argument du "tous pourris".
C'est simpliste et caricatural, c'est tout ce que j'ai voulu dire...

Pour le reste, je ne suis pas dupe des arnaques en tous genres venant du monde politique, notamment celles, beaucoup plus graves à mon sens, qui consistent à s'attirer les bonnes grâces des islamistes à des fins électoralistes.

Mary Preud'homme

@ Giuseppe | 08 mars 2020 à 22:08

Vous énervez tout autant d'authentiques musiciens quand prétendez nous jouer les mélomanes (avec votre perceuse, visseuse dévisseuse) et mettez en parallèle, question registre classique l'orgue et l'accordéon.
Un dada qui n'a rien de dérangeant jusqu'à un certain point...

La musique vue par vous par le petit bout de la lorgnette comme une affaire de bruitage ou de dextérité, à l'image de vos talents en matière artisanale, changements de poignées de porte ou autres !

Mary Preud'homme

@ Ellen | 08 mars 2020 à 21:42

Gaulliste d'un jour, gaulliste de toujours, pas comme vous qui à défaut de fidélité à un idéal et de pouvoir réagir (sans influence) sur le fond, me prêtez vos propres incohérences et changements de cap, censés vous mettre en phase avec l'opinion du jour...
Au prix hélas de la trahison...

Giuseppe

@ Ellen | 08 mars 2020 à 21:27

La France qu'on aime, pour laquelle on croit pendant toute une vie de travail, génération après génération, et eux de piller sans vergogne, ces vautours de l'argent public.
L'Assemblée qui fut un temps l'antichambre de conjoints, amis et associés... Et un des plus récents, le plus malsain peut-être à mes yeux, Bruno Le Roux salariant des enfants tout juste aptes à jouer aux billes.

Bon, je suis assez agacé de lire qu'il serait normal que certains politiques trempent les mains dans la gelée de groseilles faite maison (j'adore), sous prétexte qu'ils auraient des journées harassantes et tatatiettatata... Comme s'ils étaient les seuls au monde à s'investir.

Bonne soirée.

Ellen

@ Mary Preud'homme | 08 mars 2020 à 19:58

N'en ajoutez pas plus ! Vous me semblez être la personne qui doit voter pile ou face en se disant, on verra bien si j'ai misé sur un bon cheval.

Votre crédulité vous perdra.

Giuseppe

@ Mary Preud'homme | 08 mars 2020 à 19:58

Ah oui ! J'ai oublié ! Etant un piètre manuel, je suis quand même arrivé au bout du remplacement des poignées de portes de ma demeure - à coffre de serrure traversant, c'est important ce détail surtout en rénovation.

En fait notre équipe se caractérisait par dire aux autres ce qu'il fallait faire, et comment il fallait le faire, les compagnes n'étaient jamais rémunérées et pourtant elles ont supporté de longues journées de travail avec tous les obstacles à franchir.

Vous me faites parfois bien rire.

Ultime et dernière chose, qu'on ne me dise surtout pas que dans le privé certains politiques gagneraient beaucoup, beaucoup plus de pognon (cher à Nanard), qu'ils y aillent donc en courant et qu'ils arrêtent de nous bassiner avec cette antienne, et ainsi ils comprendraient que la plupart du temps ils vivent une sinécure.

Pour moi l'exercice est clos.

Ellen

@ caroff | 08 mars 2020 à 15:23

Vous parlez de quoi, de qui ? de ceux qui en ont profité avec largesse en cumulant plusieurs mandats avec des sommes colossales à la clé + des enveloppes à discrétion (la caisse noire), des indemnités en veux-tu en voilà sans avoir à se justifier.

Vous êtes bien le seul à être content de voir la France dans un piteux état. Et la faute à qui ?

Giuseppe

@ Mary Preud'homme | 08 mars 2020 à 19:58

Arrêtez de vous rendre ridicule, vous êtes en train de faire rire toute la planète, un peu pathétique même dans vos arguments...

Pauvre Penelope qui a prêché urbi et orbi qu'elle n'avait jamais réalisé la moindre, la plus minuscule, la plus infinitésimale activité, elle a travaillé d'arrache-pied en même temps pour lui aussi :

https://www.lemonde.fr/politique/article/2018/10/19/affaire-fillon-ladreit-de-lacharriere-opte-pour-un-plaider-coupable_5372054_823448.html

Un bourreau de travail, que dis-je, un sacerdoce, une, une, une... Enfin rien, le vide.

Trente années à ne rien faire, rien produire si ce n'est accompagner son mari comme le font toutes les compagnes de dirigeants, pour les affaires de l'entreprise, en représentation aussi, gratuitement, gratos, aussi parfois pour le plaisir, pour le simple fait que c'est ainsi et ne pas se faire rémunérer sournoisement, pour du méchant argent celui qui est le plus détestable.

A mon humble avis je vous conseille une visite dans une partie du plus beau pays du monde, Lourdes, vous devez être comme Bernadette Soubirous qui entendit des voix, vous, c'est voir du travail que personne ne voit, serait-ce un miracle ? Le vôtre va être difficile à faire valider.

J'arrête ici car heureusement que le ridicule ne tue pas, mais vous pourriez porter le sobriquet de "Ridicule", il a existé les précieuses nous en avons découvert une autre me souffle mon voisin et ma leste coiffeuse.

Mary Preud'homme

@ caroff | 08 mars 2020 à 15:23
"Il y a des contributeurs de ce blog qui devraient réfléchir et s'informer avant de poster !"

Rien à ajouter de la part d'une modeste collaboratrice parlementaire qui a souvent été ridiculisée sur ce blog par des ignares doublés de mauvaise langue, pour simplement avoir tenté de témoigner de ce en quoi consistait "réellement", pour l'avoir expérimenté quelques années, la nature de ce métier polyvalent qui n'a rien à voir avec une profession de fonctionnaire où tout est mesuré, contrôlé et cadré et s'exerce dans des plages horaires inamovibles voire immuables.

-----------------------------------------------------------

@ Giuseppe | 07 mars 2020 à 21:48

Ne vous faites pas plus bête que vous n'êtes Giuseppe.
Toute personne animée d'une passion et s'y consacrant sans relâche n'a pas l'impression de gaspiller son temps, alors qu'elle travaille jour et nuit (week-end compris) pour une cause en laquelle elle croit. Ce qui était probablement le cas de Penelope Fillon qui a accompagné son mari des dizaines d'années dans ses différentes fonctions.

Quant à ses rémunérations qui n'étaient pas volées puisque de toute façon l'enveloppe parlementaire était à la discrétion de Fillon, les seuls qui pourraient avoir à se plaindre d'une injustice seraient l'un ou l'autre collaborateur de Fillon ayant pu remarquer une différence de rémunération, de complaisance, ou non justifiée.
Ce qui à ma connaissance n'a jamais été avancé et encore moins plaidé.

caroff

J'ai lu les opinions contrastées des uns et des autres sur l'affaire Fillon.
Mon sentiment est que notre ancien Premier ministre a permis à son épouse de devenir son assistante parlementaire sans qu'en échange il y ait un travail sérieusement accompli.
Pourquoi ?
J'ose penser que, parlementaire chevronné, il s'est contenté de s'inscrire dans les pas de ses nombreux collègues employant leur maisonnée, et plus si affinités.
Il aura fait consommer l'équivalent d'un million € à l'Assemblée pour la rémunération peu ou prou fictive de Penelope.

Est-ce du vol ?
Non, puisque de toute évidence cette somme qui lui était allouée aurait été dépensée pour rémunérer un ou plusieurs autres assistants.
L'accuser de détourner l'argent public ne me paraît pas probant. Si j'étais proc je lui aurais posé la question suivante: "En admettant que madame votre épouse n'ait rien fait fait contre cette rémunération conséquente qui a consommé la presque totalité des crédits alloués, comment avez-vous fait pour vous faire aider dans votre travail de député au quotidien ?"

Pour ceux qui s'irritent des comportements de nos élites, hauts fonctionnaires ou élus, je voudrais qu'ils s'imaginent un instant à leur place : les rémunérations dans la haute fonction publique ne sont pas à la moitié ni au tiers de celles des directeurs généraux et autres responsables d'entreprises, tout en dirigeant des équipes aussi nombreuses, notamment les patrons d'administration centrale.

D'autre part, pour avoir croisé le chemin d'élus nationaux, je confirme que la grande majorité s'attelle avec conscience et opiniâtreté à des tâches pas toujours très valorisantes et finalement très peu rémunérées quand on pense à tous les week-ends sacrifiés sur l'autel de l'intérêt général ou toutes les soirées à serrer des mains et faire des discours ou préparer des textes !
Il y a des contributeurs de ce blog qui devraient réfléchir et s'informer avant de poster !

Jabiru

S'agissant du couple Fillon, reste à la justice à statuer sur le montant des rémunérations payées à Penelope en regard de la nature des prestations qui posent question. Aux juges de trancher !

Jabiru

Les Balkany, le couple infernal, ont été condamnés à de la prison ferme, démis de leurs fonctions et inéligibles pour 10 ans. La justice a enfin tranché !
Le matamore n'a encore rien compris en déclarant qu'ils n'allaient pas laisser la ville à des "cons". Il est souhaitable que la prochaine municipalité soit ferme et ne se laisse pas manipuler par ces fraudeurs professionnels que rien n'arrête.
Qu'ils dégagent et qu'on n'en parle plus.

Zonzon

Quand même, restera pour certains cette question structurellement sans réponse :

aurait-il fait pire pour la Nation que Macron ?

Giuseppe

@ Mary Preud'homme | 07 mars 2020 à 07:56

Relisez-moi mieux, vous êtes souvent aussi superficielle, vous connaissez mal aussi le métier d'artisan... Alors défendre Penelope est une gageure.
Lisez tout ce qu'elle a dit au sujet de son emploi cela vous évitera de dire... Enfin... c'est vous qui voyez.

------------------------------------------

@ Lucile | 07 mars 2020 à 16:18

Pardonnez-moi mais le mot vengeur est pour le moins incongru (je ne vais pas vous citer tous les dictionnaires et définitions de la terre), ce couple de voraces est dans l'enceinte de la justice, cela me va très bien, elle aussi serait animée de vengeance ? Sans faits, sans preuves, sans rien et de les convoquer à la barre, pour le simple plaisir... Vous délirez Lucile nous sommes dans un Etat de droit ce n'est pas le pays du Caudillo.
Apparemment un procès qui dure des journées entières, moi quelques lignes, vous avez un drôle de référentiel Lucile.

Les faits rien que les faits, un Premier ministre de la France qui racle les fonds de tiroirs ? et l'éthique, et l'honneur dans tout cela ?
Des petits, des rabougris, des gagne-petit (1 000 000 € tout de même).

Ce type de rapine est des plus détestables, la preuve ! on la renifle jusque chez nous, et il faudrait passer l'éponge comme pour les autres, circulez il n'y a rien à voir !? Rassurez-vous le noisette du matin est toujours aussi savoureux et tout ce qui est partagé fait du bien.

Assez de supporter cela, à force d'être banalisés ces excès feraient partie d'un quotidien normal alors qu'ils confondent leurs poches avec les nôtres, nos impôts, je déteste qu'on me fasse les poches sans mon consentement, Bayrou aussi semble-t-il.

La gravité est inversement proportionnelle aux sommes détournées dans ce contexte. Premier ministre de la France, et pas éphémère en plus. Imaginez la belle image donnée à nos voisins.

Allez juste un survol des cimes pour la vision que vos yeux ont du mal à percevoir :

"...mais la justice avant tout, avec respect et honneur." Ou encore, "Dans la vie, si les individus se comportent mal, et là a fortiori des politiques devenus des hors-la-loi, on doit les sanctionner pour rendre à la France les vraies valeurs comme ils aiment à les chantonner en choeur mais sans y croire."
Ellen | 07 mars 2020 à 10:30

"...au pathétique "Fillon"... (PB)

Bonne soirée Lucile, n'y voyez pas ce que vous, vous voulez voir ce serait un peu étriqué, et vous de fait mesquine sur ce coup.

Mary Preud'homme

@ Ellen
"C'est bizarre quand même, qu'une assistante parlementaire dans l'ombre de son mari, discrète et effacée, ne voulant pas l'écraser, refuse d'utiliser les e-mail: "je n'aime pas ça, tout était oral, par téléphone et de visu".
C'est le mari qui ne voulait pas laisser de traces au cas où ?"

Perso il me semble plutôt que c'était une épouse comme j'en ai connu la plupart voici une vingtaine d'années, très respectueuses des fonctions ou obligations de leur conjoint et s'efforçant d'y adhérer sans réserve, voire de jouer les cruches (d'autant plus qu'elles étaient diplômées et capables) afin de mieux se fondre dans la façon de penser ambiante qui voulait que la femme fût forcément inférieure, accessoire et ne vienne interférer en rien dans les responsabilités d'un mari seul détenteur d'un mandat électif...

Alain MEYET

Ainsi que je l'ai signalé hier (commentaire du 6 mars 2020 à 21 h 37), M. Patrick Balkany n'aura pas fait l'objet d'une révocation (par décret en Conseil des ministres), comme le permettait (ou le réclamait ?) l'article L. 2122-16 du Code général des collectivités territoriales. Mais c'est précisément hier que le préfet des Hauts-de-Seine a démis de leurs fonctions, au sein de la municipalité de Levallois-Perret, Patrick et Isabelle Balkany. L'arrêté préfectoral est la mise en oeuvre de la mesure d'inéligibilité (pour une période de dix ans) prononcée le 4 mars par la cour d'appel et devenue définitive. L'exécution provisoire requise par la cour devait conduire à l'application immédiate de cette peine. Comme quoi une condamnation pour fraude fiscale aura tout de même eu raison du potentat d'un maire et de sa première adjointe - même si, il est vrai, leur mandat se trouve réduit de fait de moins d'un mois. Sanction, au regard de l'inéligibilité, plus théorique que vraiment effective.

Mais peut-être les époux Balkany se représenteront-ils aux suffrages de leurs concitoyens dans dix ans, précisément en 2032 ? On prend les paris ?... Deux exemples de revenants me viennent à l'esprit.

Au Raincy, M. Eric Raoult, qui avait, lors des élections municipales de 2014, expérimenté le dégagisme avant l'heure, dont plus personne ne voulait, à la suite d'une gestion dégradée de sa ville et d'accusations de harcèlement (quarante SMS par jour durant une année, si l'on en croit la presse écrite), revient, guilleret et la bouche en coeur, et conduit une liste aux élections municipales du Raincy en 2020. Pauvres Raincéens...

A Montereau-Fault-Yonne, M. Yves Jégo, maire depuis 1995, avait décidé de quitter ses fonctions en 2017, annonçant avec pertes et fracas mettre un terme à sa carrière politique, voulant désormais s'impliquer dans une start-up innovante dans le domaine de la transition énergétique. Dont acte... Mais M. Jégo revient subitement, et décide de conduire à nouveau une liste pour les élections municipales de Montereau en 2020 - et cela, contre la liste qu'a décidé de mener son poulain, devenu le nouveau maire, M. James Chéron !

Au vu de ces deux exemples, sans doute parmi des dizaines d'autres, comment peut-on espérer que nos concitoyens puissent accorder quelque crédit et quelque estime à nos élus ? Car nous ne sommes plus dans l'obstination, nous tombons dans le mépris affiché envers les électeurs. Je pourrais bien aussi évoquer une commune limitrophe de Montereau, Saint-Germain-Laval : la situation y est certes différente, mais somme toute ce n'est guère plus réjouissant...

Ellen

@ Giuseppe | 07 mars 2020 à 13:41

J'irai encore plus loin.

Une fois mais pas deux. Dans l'interview de 2007 de madame Penelope Fillon et de sa compatriote journaliste pour le New York Times, l'invitée PF lui révélait dans une brasserie : "Je n'ai jamais été l'assistante parlementaire de mon mari, ni avant ni maintenant"...

Depuis le début du procès, les journalistes n'obtiennent plus un mot du couple Fillon. A chacun son chemin, discrète cette fois.

Le mot d'ordre est passé.

Là encore il y a un manque à élucider. Puisqu'on ne parle d'agenda plus que des échanges de courriers/e-mail dans cette histoire, on pourrait imaginer que tous ceux qui ont fourni les attestations ont bien dû garder des traces de ces échanges entre PF, les deux autres collaboratrices (payées avec des cacahuètes) et les administrés.

Reste à savoir si ces attestations comportaient, en pièces jointes, ces preuves traçables et vérifiables à souhait.

C'est bizarre quand même, qu'une assistante parlementaire dans l'ombre de son mari, discrète et effacée, ne voulant pas l'écraser, refuse d'utiliser les e-mail: "je n'aime pas ça, tout était oral, par téléphone et de visu".

C'est le mari qui ne voulait pas laisser de traces au cas où ?

Lucile

@ Giuseppe | 07 mars 2020 à 13:41

Vous ne trouvez pas que vous en rajoutez un peu dans le genre citoyen courroucé ? Votre numéro ressemble à du Grand-Guignol. Vous n'avez pas l'air d'avoir été trop maltraité par la vie, alors pourquoi ne pas prendre votre noisette avec le voisin, tous deux savourer sans vous lamenter l'air pur et gratuit des cimes, et essayer un autre refrain, si possible moins vengeur.

Giuseppe

@ Ellen | 07 mars 2020 à 08:43

Imaginez "32" attestations ! une misère, 0,000...01 documents manipulés dans une vie de travail.

Et le plus beau, le plus magnifique, le plus exceptionnel, puisqu'ils nous racontent, chantent partout que tout se faisait dans l'oralité ; même pas la trace, pas la moindre cassette magnétique de l'époque, même pas le moindre CD ? La moindre clé USB ? Et le dictaphone il sert à quoi ?

Je me sens pris pour un couillon de la belle espèce.

Des voraces du pire genre, pas celui qui pille dans les grands largeurs - celui-là on l'admirerait presque - mais celui qui gratte avec ses ongles jusqu'au sang, s'il le faut, pour récupérer le moindre billet.

Un château, des goinfres, et les couillons.

Serge HIREL

@ Alain MEYET 6 mars 21 :37

Votre raisonnement paraît de bon sens... à ceci près que le maire de Levallois était mis en examen pour blanchiment de fraude fiscale, corruption et blanchiment de corruption, procédure qui trouve son origine dans la découverte de comptes en Suisse alimentés par des fonds privés non déclarés en France, alors que le maire d’Hesdin était poursuivi pour détournement de fonds publics.

Dans les deux cas, ces agissements sont inadmissibles de la part d’élus et leur condamnation s’impose, mais, en ce qui concerne l’affaire Balkany qui vient de trouver son épilogue, elle n’a aucun rapport avec de l’argent public. Il paraît donc difficile que, dans cette affaire « privée », l’Exécutif « condamne » avant la Justice.

Dans d’autres affaires, les Balkany ont effectivement mis les doigts sans vergogne dans le pot de confiture étiqueté « Argent public ». En 1996, Patrick Balkany, qui, à cette date, n’était plus maire de Levallois, a été condamné, entre autres, à deux ans d’inéligibilité pour avoir employé chez lui (à Levallois et à Giverny) trois employés municipaux. Ce qui lui a valu de ne pas pouvoir se représenter à l’Assemblée nationale lors des élections de 1997.

Par ailleurs, il reste sous le coup d’une enquête en cours (ouverte en 2014...) pour avoir employé des chauffeurs de la mairie sur l’île de Saint-Martin. On peut aussi ajouter à cela plusieurs autres enquêtes, elles aussi en cours, elles aussi ouvertes voici cinq ou six ans, sur des soupçons d’irrégularités dans la gestion municipale... On peut naturellement s’étonner de cette lenteur de la Justice, malgré l’accumulation des dossiers...

S’agissant, compte tenu de la personnalité du délinquant présumé, d’affaires dites « sensibles », qui sont donc très probablement remontés jusqu’à la Chancellerie. on peut aussi s’étonner que celle-ci n’ait pas recommandé une mise à l’écart « préventive » du député-maire de Levallois. Madame Taubira n’était donc pas si sectaire qu’on le dit ?...

Ellen

@ Mary Preud'homme | 07 mars 2020 à 07:56

Des milliers de supporters-électeurs en faveur du couple Balkany, ainsi que les Levalloisiens crédules disaient la même chose que vous.

Le verdict est tombé: justice et rien que la justice pour les ramener à la réalité. Ceux qui voudraient continuer de magouiller sont prévenus.

D'après vous ? Les Balkany étaient-ils coupables ou pas ? À moins de penser que la justice s'est trompée ou a été trop sévère, ce qui n'est évidemment pas le cas.

Dans la vie, si les individus se comportent mal, et là a fortiori des politiques devenus des hors-la-loi, on doit les sanctionner pour rendre à la France les vraies valeurs comme ils aiment à les chantonner en choeur mais sans y croire.

Ellen

@ xc | 05 mars 2020 à 19:01
"Mais Fillon président n'en aurait eu aucun, le conjoint du président n'ayant pas de fonctions officielles."

Officielles: Non
Fictives: Oui

Fillon le filou connaît parfaitement les ficelles du métier. Les autres sbires aussi. Quand on a passé 38 ans en politique on n’est jamais à court d'idées. Sinon ils ne seraient pas les premiers maîtres d'oeuvre à nous sortir des lois légales mais pas morales.

Tant que ça rapporte, on vote pour !

—————————

@ Giuseppe | 06 mars 2020 à 21:36
"Les magistrats n'ont même pas à se baisser pour ramasser les preuves sur son travail réel ou supposé, Penelope leur apporte tout sur un plateau de vermeil, les fleurs en plus"

Sans porter de suspicion, je trouve néanmoins curieux que plus de 32 attestations produites en faveur du couple Fillon, arrivent chez la Juge en plein milieu du procès tombant comme un cheveu sur la soupe sans avoir pu les auditionner pendant l'instruction puisque toutes ces personnes se voulaient anonymes. Et puis, comme par enchantement, tous se déclarent du coup sous leurs vraies identités. Normal, y a le feu au lac, alors il faut faire au plus vite pour les sortir de ce guêpier. Un petit tour de passe-passe et c'est bon.

Si un simple citoyen faisait la même chose, les magistrats diraient : mais vous nous prenez pour des imbéciles ? Le traitement n'est pas le même.

Je suis de droite, mais la justice avant tout, avec respect et honneur.

Zonzon

On en veut à Fillon parce qu'il employait son épouse. Les autres rémunèrent leurs maîtresses… ou leurs amants !

Mary Preud'homme

@ Giuseppe | 06 mars 2020 à 21:18

Voilà ce qui arrive quand on parle de ce que l'on ne connaît pas et juge d'emblée en très mauvaise part un sujet ou une personne afin de se conformer au mauvais esprit ambiant...
J'espère pour vos clients que vous êtes plus précis et plus perspicace dans votre métier d'artisan, sinon bonjour les dégâts !

Alain MEYET

Pour évoquer également le couple Fillon, je pense que l'affaire instruite au pénal est relativement simple. Mme Penelope Fillon a fait ce que font beaucoup d'épouses attentionnées : seconder et aider leur mari, d'une manière informelle et ponctuelle. Et il me paraît normal qu'une épouse (ou un mari) agisse ainsi vis-à-vis de son conjoint actif en politique. La seule véritable question qui se pose, c'est de savoir si cette aide familiale devait être rémunérée, et surtout l'être à ce point. Et c'est bien là que le bât blesse...

Par ailleurs, je persiste à penser, et jusqu'à ce jour personne ne me l'a enlevé de l'idée, que si M. François Fillon avait déposé un recours en bonne et due forme auprès du Conseil constitutionnel à l'encontre des résultats du second tour de l'élection présidentielle du 7 mai 2017, la haute instance, chargée de veiller à la régularité du scrutin, aurait invalidé l'élection. Evidemment, on ne pourra jamais en être certain, et mon sentiment, aussi catégorique soit-il, n'est qu'une opinion parmi d'autres. Mais, pour le moins, il y a nécessairement un doute. Ce qui est de nature à fragiliser l'élection du président Emmanuel Macron, pas seulement d'un point de vue politique, mais également sous l'angle juridique. Une situation qui aurait pu être exploitée par les Gilets jaunes et certains hommes politiques ; cela leur a totalement échappé, et c'est peut-être finalement tant mieux, ne pensez-vous pas ?...

Alain MEYET

Ainsi, Monsieur Bilger considère que la justice pénale a accompli un sans-faute dans le procès des époux Balkany et que l'arrêt rendu par la cour d'appel, pour sévère qu'il soit, est équilibré. Si un magistrat exprime cette opinion, il doit y avoir du vrai...

Mais, dans son billet, notre hôte estime par ailleurs que "L'inéligibilité du couple, avec exécution provisoire, [...] était la mesure qui s'imposait sur le plan politique". Dans les faits, je le rappelle, M. Patrick Balkany, "empêché" d'exercer ses fonctions de maire de Levallois-Perret, a été temporairement remplacé, par intérim, par la première adjointe, qui était Mme Isabelle Balkany. Et c'est le hasard du calendrier, le renouvellement prochain des conseils municipaux, qui va mettre effectivement fin au potentat local de ce couple. Il semblerait donc que l'on doive se satisfaire de ce scénario ; autrement dit, accepter sans sourciller que les époux Balkany se bornent à ne pas se représenter, comme s'ils avaient estimé, dans un contexte apaisé, avoir atteint la limite d'âge...

Eh bien non, cette situation est choquante. En effet, pourquoi le Gouvernement n'a-t-il pas révoqué M. Balkany de ses fonctions de maire ? Il le pouvait, et même le devait, sur le fondement de l'article L. 2122-16 du Code général des collectivités territoriales, qui permet qu'une telle mesure soit prise par un décret délibéré en Conseil des ministres. Sous la Ve République, cette procédure n'a été mise en oeuvre qu'à sept reprises, en lien avec des poursuites ou une condamnation pénales, soit pour sanctionner des manquements graves et répétés constatés dans l'exercice des fonctions, soit pour des agissements reprochés incompatibles avec l'autorité morale qu'exige la fonction de maire. Ce fut récemment le cas du maire d'Hesdin, M. Stéphane Sieczkowski-Samier, révoqué dans ces conditions, pour détournement de fonds publics, par un décret du 21 août 2019.

Le maire d'Hesdin méritait d'être révoqué, ainsi que l'a estimé le Conseil d'Etat, en rejetant le recours qu'il avait exercé contre cette mesure. Néanmoins, le tribunal correctionnel de Boulogne-sur-Mer vient certes de le condamner, mais à trois ans d'emprisonnement avec sursis. Quelqu'un peut-il me rappeler à quelle peine les époux Balkany ont été condamnés en première instance ? Pour être plus clair : M. Sieczkowski-Samier méritait, au vu des agissements qui lui étaient reprochés, et sans qu'il soit besoin d'attendre que la justice l'ait condamné, la sanction de la révocation ; mais M. Balkany, même condamné à une peine d'emprisonnement, avec mandat de dépôt, qu'il a exécutée en partie, ne méritait pas, aux yeux du Gouvernement, d'être démis de ses fonctions. Ainsi, la France est le pays où un maire emprisonné est seulement empêché...

On voit que la procédure exceptionnelle de l'article L. 2122-16 du Code général des collectivités territoriales, prévue pour sanctionner ou mettre fin à des comportements d'une particulière gravité, s'avère en fin de compte être une mesure à géométrie variable. Comme tant de choses dans notre vie politique ou judiciaire...

Giuseppe

Les magistrats n'ont même pas à se baisser pour ramasser les preuves sur son travail réel ou supposé, Penelope leur apporte tout sur un plateau de vermeil, les fleurs en plus :

https://www.bing.com/videos/search?q=penelope+fillon+atachee+parlementatire&&view=detail&mid=44E9847155DC6CDE15E744E9847155DC6CDE15E7&&FORM=VRDGAR&ru=%2Fvideos%2Fsearch%3Fq%3Dpenelope%2Bfillon%2Batachee%2Bparlementatire%26FORM%3DHDRSC3

Penelope témoin à charge de sa propre affaire, en quelque sorte l'arroseur arrosé, le voleur volé, et tout le reste bien sûr.

Allez rideau ! Ces rapaces ne nous aiment pas, ils nous détestent au fond, le seul but de faire de la politique, c'est le pouvoir et le méchant fric auquel ils vouent une adoration sans limite... Gratter tout ce qui traîne, même si à l'époque les règles étaient moins strictes, aucun petit profit, comme le petit chauve Bruno Le Roux et ses filles pubères rémunérées par l'Assemblée ils n'ont honte de rien, ils se goinfrent de tout... à vomir.

Giuseppe

@ Mary Preud'homme | 06 mars 2020 à 12:02

Imaginez un seul instant que Penelope la besogneuse, dure à la tâche, à l'oral n'en parlons pas - c'est ce qui se raconte -, qui a produit un nombre incalculable - selon les dires - de témoignages pour une vingtaine d'années d'attachée parlementaire... Vingt ans...

Il faudrait être un peu couillon de première bourre pour y croire, quand mon seul médecin dans une journée de visites, peut-être deux, pourrait en produire autant de témoignages.

J'ai entendu dire une cinquantaine de témoins, alors qu'on aurait dû retrouver au moins l'épaisseur de l'oeuvre de Soljénitsyne même sans le contenant, on lui aurait pardonné, cela aurait paru plus crédible. Vingt ans de travail...

Ce couple de vautours n'avait qu'une ambition, remplir leur gosier emmanché d'un long cou, et d'un long estomac.
Il n'était pas assez long sans aucun doute.

"Enfin, permettez-moi de vous dire que votre exposé sur un travail détaillé est d'une lamentable grossièreté !" (duvent)

Vulgaire, j'aurais écrit.

A la sortie du Palais de justice aux cris de "rendez l'argent !", peut-être le plus répugnant, c'est que ce couple de voraces est encore capable, comme Carlos, d'aller chercher une pension de retraite pour un travail... Où avais-je donc la tête ? Pour un... Enfin je suis comme les magistrats, je cherche encore.

Ellen

@ breizmabro | 06 mars 2020 à 13:14
@ Mary Preud'homme | 06 mars 2020 à 17:11

Vous oubliez que cette histoire de collaboratrice parlementaire de Penelope Fillon durait depuis 1981, et jusqu'à 2013, 32 années de rémunération très chèrement payée pour avoir fait quoi ? Et comme monsieur était toujours fauché et avec rien à se mettre sur le dos, les deux costumes offerts à 13 000 euros c'était pas du luxe, logement de fonction offert, voiture avec chauffeur, resto et tutti quanti.

A vous entendre, je pourrais insinuer que vous insultez ceux qui travaillent vraiment dur pour une misère de salaire et de fait recevront une pauvre future retraite.

Si encore la France était remise debout on pourrait être plus clément, mais malheureusement ce n'est pas le cas.

breizmabro

@ Mary Preud'homme 06 mars à 17:11

Perso je n'ai pas fait le job mais une copine et un copain de ma fille ont été, comment pourrais-je dire au mieux ? adjoint administratif ? Résultat ? Toutes les anecdotes qu'elle et lui nous racontent concernant le côtoiement de ces gens (hommes et femmes) tellement imbus de leur pouvoir nous font toujours rire, comme ceux qui ne parlent pas "au petit personnel" (genre t'es un peu à l'AN comme mon voiturier est au Fouquet's), ou ceux, les plus sympas, qui passent "un peu de temps" à la buvette entre 15 et 17 heures, au prétexte que c'est à cet endroit que l'on fait les meilleures rencontres.

Bref comme l'une est restée six mois et l'autre, un peu rebelle, n'est resté que trois mois, ça nous fait toujours des bonnes soirées entre ami.e.s chez notre ami "Jacky-de-Ouessant".

Ce soir, après avoir franchi le raz de Sein (ouahhh, quand même !) Jacky a offert une tournée de "Mort Subite" (c'est d'un goût en plein milieu du coronavirus ! :(

Coup de pot j'aime pas la bière.

Adéo Mary ;)

Achille

@ Savonarole | 06 mars 2020 à 15:39

Je regrette cette époque. Il y avait quand même des personnages savoureux : Vladimir, le Colonel, Pierre77, Bob05, N2R, Marie, Minie et j’en oublie. Je me demande ce qu’ils sont devenus.
Plus moyen de les retrouver.

Mary Preud'homme

@ breizmabro | 06 mars 2020 à 13:14

Bien répondu breizmabro. On dirait que vous avez fait le job.

Pas comme duvent qui n'a pas toujours pas compris en quoi consiste le travail d'une collaboratrice de parlementaire et la polyvalence qu'on lui demande. Et faute d'arguments... Et pour réagir sur les quelques explications concernant une expérience professionnelle que je connais, moi, d'expérience, qualifie mon court exposé de "lamentable grossièreté".

breizmabro

@ Mary Preud'homme 06 mars 12:02

Ne vous énervez pas Mary à essayer de faire comprendre à quelqu'un qui ne veut pas comprendre, que celui qui veut tuer son chien dit qu'il a la rage.

Fillon (que je n'ai pas apprécié comme Premier ministre de Sarko) ne devrait pas être le seul sur le banc des accusés puisque TOUS ses potes de l'AN faisaient la même chose que lui, parfois même en pire puisque certains rémunéraient leur maîtresse comme étant attachée parlementaire (pour le fun sans doute ;))

Fillon avait la rage, celle d'être plus présidentiable que Manu.

Manu a eu le soutien des financiers qui lui ont confié une mission sur cinq ans, notamment de faire admettre au petit peuple que les retraites par capitalisation ne peuvent être que le bon choix (les CSP le savent déjà mais ils ne sont pas assez nombreux) contrairement à Fillon qui, trop âgé, n'avait pas intégré qu'il fallait faire appel à des lobbyistes pour financer sa campagne.

Les lobbyistes ont eu la peau de Fillon parce que Fillon ne leur servait à rien. Point final.

Maintenant se déroule un procès ridicule qui restera dans les annales de Sciences Po : 1ère question : comment ridiculiser un ancien Premier ministre qui vous a fait de l'ombre durant toute votre campagne ?

Réponse ? "Faire un procès express tout en déclarant que les juges de ce procès sont indépendants du pouvoir en place" (signé Poutine ;))

Savonarole

@ Achille | 06 mars 2020 à 06:28

Salut Achille, on se connaît depuis RTL sur le blog ahurissant de Jean-Michel Aphatie.
On s’est bien amusés, plus il voulait nous convaincre, plus il accentuait son accent méridional du trou insipide où il est né.

Zonzon

i-MAGE Fillon

Autoportrait de Rembrandt à 63 ans.

Cet homme souffre plus qu'il ne mérite !

Je me console comme je peux : je ne verrai pas l'i-MAGE de Mac Ron en 2040.

Bon !

J'ai déjà celle de Madame aujourd'hui !

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS