« Didier Raoult n'est pas Pasteur ! | Accueil | Attention à la chasse aux ministres ! »

26 mars 2020

Commentaires

Exilé

Le danger des libérations conditionnelles :

« Selon le parquet de Saint-Étienne, cet habitant du Chambon-Feugerolles était sous le régime de la libération conditionnelle mais est retourné derrière les barreaux au centre de détention de La Talaudière, déclaré coupable de "mise en danger de la vie d'autrui" par le tribunal correctionnel. Son casier judiciaire portait déjà la mention de 16 condamnations pour usage de stupéfiants, voyages sans titre de transport, vol, recel et outrage. »

https://www.lci.fr/justice/coronavirus-en-france-covid-19-2019-ncov-quatre-mois-de-prison-ferme-pour-ne-pas-avoir-respecte-le-confinement-2149030.html

Tipaza

Le syndicat CGT a déposé à titre préventif 30 préavis de grève dans les services publics pour le mois d'avril.

En miroir du titre du billet: "Le président de la République me fait pitié !", on pourrait écrire : "La CGT me fait pitié !".

C'est à peu près du même niveau compassionnel.
Dans un cas on plaint l'infortune qui frappe l'ego et l'orgueil d'un ambitieux et dans l'autre cas on plaint...
Que pourrait-on plaindre ?
Il y a trop à dire :
La bêtise, le mot est faible,
L'impuissance intellectuelle, mais l'intellect est hors du champ cégétiste.
L'égoïsme syndical, donc corporatiste quand c'est le tout qui est en danger.
Hum, encore faudrait-il admettre que ces gens connaissent ce qu'est le tout, eux qui observent le monde au travers de leur microscope syndical, où le rien paraît le tout.

Bon, je crois qu'on peut effectivement dire : "La CGT me fait pitié !"
Parce qu'après tout, sont-ils responsables de la génétique qui les a faits ?

Ils sont nés comme ça, ils "mourriront" comme ça, comme disent les enfants qui suivent les télé-classes.

y.dautin

"On voit la paille dans l'oeil du voisin, pas la poutre das le sien.
La presse, qui passe son temps à fouiller dans les poubelles et à démolir le gouvernement, raffole de ces travers qu'elle exhibe à longueur de bandeau en bas d'écrans des chaînes d'info en continu.
C'est son miel, son kérosène, son carburant.
Et ça permet aux journalistes de prendre une position de moraliste à deux balles, sans faire le moindre effort !

De ceux qui nous gouvernent encore plus difficile, on en fait les boucs émissaires de nos peurs primaires, on les traduit devant le tribunal de la bêtise surinformée, et on veut les contraindre à prendre les décisions qu’on leur reprochera, ensuite, avec la même arrogance, d’avoir prises"

Alain Finkielkraut, 26 mars 2020

Xavier NEBOUT

Maman gouverne, et l'hydromachin revient à la disposition des médecins hospitaliers dès le début de la maladie comme le préconisait Raoult.

Tant qu'à faire, il vaudrait encore mieux que ce soit Brigitte qui soit à l'Elysée.
Parce que se gauler un jeunot de 25 ans de moins que soi, et l'amener à l'Elysée, ce doit quand même être une pointure dans son genre !


Chemins de traverse

Nombre d'intervenants "nouveaux" si je puis écrire, parlent des contributeurs, contributrices qui seraient "remplis de haine".
Alors, "nouveaux", entre la haine et la colère il existe un monde qu'ici, personne n'a franchi ! N'hésitez pas à demander le développement philosophique !

Les histoires abracadabrantesques des masques sont indignes du gouvernement d'un pays dit "grande puissance"...
Sinon, lire commentaire @ Exilé de 9h10.
Bien le bonjour.

hameau dans les nuages

@ Jérôme | 27 mars 2020 à 07:57

Je joue aussi au comportementaliste quand j'accompagne mon épouse (toujours) dans les grandes surfaces alimentaires. On nous appelle les inséparables au village.

Et je vois comme vous et je suis effrayé, poussant discrètement du coude ma dulcinée pour qu'elle en fasse aussi le constat. C'est effrayant. Des sodas et du coca pour le gosse en quantité et des packs de bière pour le mari tatoué à plus soif avec l'anneau dans le nez pour se la jouer rébellion alors qu'au contraire il s'agit là d'une soumission déguisée, ce genre d'anneau étant posé sur le mufle du taureau afin de le guider aisément. De l'eau minérale en bonbonnes pour madame, souvent en obésité morbide, pour se donner bonne figure...Pas un seul fruit et très peu de légumes.

Effrayant.

guzet

Bravo. Tout est dit. En notant - en plus - que la situation de Macron reflète plus généralement une crise du politique, dont il semble que nous ne sortirons plus, même avec la fin de l'épidémie. Car la société française semble désormais se caractériser par un refus du principe même de l’organisation politique des sociétés, avec la défiance, implicite ou explicite, à l’égard de toute décision collective et de tout mécanisme permettant de prendre et d’appliquer ce type de décision.

Denis Monod-Broca

Nous ne sommes pas en guerre, sinon au sens métaphorique.
La métaphore cependant est bonne. Prenons-la au mot.
En période de guerre, on parle de rationnement, de quotas, de réquisitions, de nationalisations, de moratoire… on parle d’efforts et de sacrifices... pas d’argent.
Promettre des milliards de dollars, pardon : des milliers de milliards de dollars, n’est pas un remède.

Les Diafoirus de naguère n’avaient qu’un remède, la saignée. Ils l’appliquaient jusqu’à la mort du malade.
Nos Diafoirus d’aujourd’hui n’ont qu’un remède, l’argent. Vont-ils s’entêter et l’appliquer jusqu’à la mort du malade ?
Crions notre refus !!
Faisons-leur comprendre qu’ils se trompent.
Mettons l’homme avant l’argent, la politique avant le marché.

Jean Pierre André

Un Président qui parle de guerre mais sans tactique, sans stratégie et sans moyens...
Comme en 40, "une partie de la catastrophe fut celle de nos élites" Robert O. Paxton "La France de Vichy"

Nous y sommes... Bref, des masques et du gel pour tout le monde et on sort du confinement.

Sophie

Parce que vous pensez qu'E. Macron a pitié des autres... Tout ce cirque ! Bientôt, il va aller fleurir les tombes avec des chrysanthèmes et donner des décorations à tout-va, face caméras bien entendu, il faut faire le buzz...

L'ART DE LA COMEDIE

"On ne peut expliquer les entrechats présidentiels qu’avec cette hypothèse que le chef de l’Etat est resté sur scène avec Madame Trogneux comme quand il avait quinze ans et qu’elle en avait trente-neuf: le virus n’est rien d’autre qu’une grippette mais il faut confiner tout le monde, il faut rester chez soi mais vous devez aller voter, il faut rester confiné mais vous pouvez aussi faire vos exercices physiques, il ne faut pas fermer les frontières mais il faut les clore, on se fermera pas les écoles mais on les ferme, le virus n’a pas de passeport mais il a celui de Schengen, la maladie ignore les frontières mais on peut l’y contenir tout de même.

Cinq jours pour une toile de tente accueillant trente lits ! Qu’en aurait pensé Napoléon ? Gageons que le chef d’escadron se verra épingler la décoration créée par l’Empereur lors d’une prochaine remise de ces breloques à l’Elysée des mains mêmes du chef des Armées, Emmanuel Macron, soldat de troisième classe…"
(Michel Onfray)

Dans les Armées, milieu que je connais parfaitement, on pouvait monter sept hôpitaux de campagne en 48 heures chrono... (Rwanda, Centrafrique...)
EXCELLENT !

https://michelonfray.com/interventions-hebdomadaires/l-art-de-la-comedie?mode=video

Tipaza

Ça cafouille dans tous les sens et à tous les niveaux.

Finalement, la chloroquine pourra être prescrite par les médecins hospitaliers.
Voilà une décision qui a dû coûter à Olivier Véran, qui fait partie de l'Établissement politique et de l'Établissement médical, rejetant Didier Raoult au double motif de climatosceptique et de freelance en recherche médicale.

Sur un autre registre Sibeth multiplie les annonces tragi-comiques par leurs décalages successifs de la réalité.
Comment peut-on être porte-parole et aussi maladroite ?
L'amateurisme porté à son plus haut niveau avec le charme de l'exotisme revendiqué. Encore que depuis qu'instruction lui a été donnée de se coiffer d'un chignon, elle m'amuse visuellement beaucoup moins.

Et ses collègues ministres, eux aussi, qui échangent des références de sites pornos, en ce moment !
Finalement, Griveaux n'était que la partie émergée d'un iceberg pornographique au sommet du pouvoir.

Et une ministre des Sports qui veut que le Tour de France cycliste se déroule à huis clos. Une demi-bévue, elle aurait pu dire en trottinette électrique pour valoriser l'électrique dans les déplacements.

Mais comment peut-on avoir pitié d'un tel président en exercice, d'un puissant donc, qui agit sur nos vies et hélas sur les fins de vie de beaucoup, avec autant d'amateurisme ?

Il paraît que c'est suite à l'insistance de Brigitte que la chloroquine est admise dans les hôpitaux.

Je constate que ni le billet, ni aucun des commentateurs, pas même Deviro, personne sur le blog ou ailleurs, n'a un mot de compassion, je ne parle pas de pitié, pour Brigitte.
Et pourtant elle est dans la zone orange, celle des plus de soixante-cinq ans, à risque face au Covid-19.
C'est trop injuste !

Michel Deluré

Notre pitié, elle doit être avant tout pour ceux qui sont contaminés par ce virus, qui en sont victimes, pour leurs familles angoissées et endeuillées, pour tous les intervenants, exposés dans les conditions que l'on sait et dont les proches vivent aussi dans une grande anxiété.
EM, lui, n'a pas besoin de notre pitié.

Ce dont il a besoin, c'est que toute l'énergie du pays tende vers un seul et unique objectif, lutter le plus efficacement possible avec les moyens que nous pouvons mobiliser contre cet ennemi pour l'instant insaisissable et l'éradiquer.

Alors oui, il y aura demain des interrogations à se poser, des fautes à souligner, des sujets qui fâchent à mettre sur la table, des réflexions à mener. Mais l'heure n'est assurément pas aujourd'hui à la polémique qui ne peut qu'entraver l'urgence qui est là, nous distraire du seul objectif qui prime.
C'est le pays tout entier qui a, en ce moment difficile, besoin d'unité et de discipline pour lutter et non EM qui a besoin de pitié.

Exilé

Je l'ai écouté le 25 mars quand à Mulhouse il a prononcé un long discours.

S'est-il au moins prononcé sur les points suivants :

- Où sont les masques ?
- Où sont les tests de dépistage ?
- Où sont les distributeurs de gel hydroalcoolique ?
- Où sont les gants ?
- Où sont les respirateurs ?
- Où sont les kits similaires à ceux inventés par les Italiens permettant de doubler facilement le nombre de respirateurs ?
- Où sont les doses de chloroquine ?
- Où sont les gens qui devraient prendre ces problèmes à bras-le-corps, dans une cellule pilotant au pas de charge une économie de guerre et lancer une production de masse ?

M. Macron s'est pourtant fait passer pour un cador en économie, non ?

M. Macron fait des phrases, mais à part ça, à quoi peut-il donc bien servir ?

Zonzon

AFFAIRE RAOULT

Président Macron mange son chapeau !

Le Professeur Marchoko quitte la cellule de désinformation de l'Élysée.

revnonausujai

https://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars/emmanuel-macron-deboussole-a-appele-didier-raoult-cest-brigitte-qui-la-convaincu_445527

Bon, la source n'est pas exactement le Journal officiel, mais vu que ce media fait plutôt dans l'hagiographie du couple présidentiel, c'est quand même doublement instructif.
Le chef de guerre déboussolé et aux ordres de la cantinière, le défilé de la victoire risque d'être surréaliste !

Jérôme

Bonjour Philippe,

Comme vous, je suis contradictoire. Alors, sans absoudre nos dirigeants, il est bien nécessaire de nous interroger sur nous-mêmes.
René Girard, j'ai cru comprendre que quelques-uns de vos blogueurs en étaient des lecteurs assidus, m'a apporté une chose essentielle à travers la lecture de ses livres et la réflexion qu'elle impose : essayer de faire la part de l'envie et du besoin. J'aime tirer, quand c'est possible, des leçons pratiques de ce qui, intuitivement, me chahute.

Faire raisonnablement cette part des choses, s'entend, il ne s'agit pas de s'interdire tous les plaisirs. Je n'ai pas forcément besoin d'un bon verre de rouge, mais j'en ai souvent envie, donc, je "moyenne".
A-t-on toujours besoin de tout ce que l'on achète ? Certainement pas. Est-ce que l'on gâche beaucoup ? Certainement. L'une des grosses racines du mal probablement. Notre capacité de gâcher est couplée à l'irrespect de tout ce qui nous entoure. Motivé souvent par un argument étonnant, le prix des bonnes choses. On achète "mal" parce que le "bien" coûterait si cher.
Le Français aime acheter pas cher, sinon le vendeur est un escroc, et vendre très cher, sinon l'acheteur est vraiment une pince.

De tous les râleurs, combien s'abstiennent d'acheter le polo à cinq euros produit en Chine ? Qui pollue, maltraite des enfants, la nature, et privilégient d'acheter chez "Le Slip Français", Môssieu, par exemple. C'est plus cher, certes. Mais de bien meilleure qualité, et le coût carbone comme disent les "essperts" n'a plus rien à voir. Et ça relocalise de l'embauche. Et ça me permet de "cocoriser" en flattant un nationalisme qui lui, me paraît de bon aloi. Le Slip Français fait des polos, je ne vous demande pas de vous mettre des slips sur la tête.

Mon propos est décousu, je sais. Il doit être chinois. Pas de bonne qualité. J'aurais mieux fait d'aller aux écoles. Françaises "Môssieu", j'aurais appris à structurer une pensée défaillante.

Je reviens à mes moutons. Nous consommons trop, beaucoup trop, de façon débile, et, la plupart des râleurs français ne regardent que les élites, ce qui est pratique, en s'abstenant de toute auto-critique.

La bouffe par exemple.
Manger bien ne coûte pas cher. Quand je vois des caddies remplis à ras bord de cochonneries, pizzas surgelées, Nutella… par des gens simples, des Français moyens comme moi, j'ai parfois envie d'en interpeller le ou la pousseuse, et de leur expliquer combien il est simple de remplacer tout ça par des légumes que l'on va cuisiner, accompagnés d'un peu d'ail, d'huile d'olive, d'une petite sauce tomate que l'on a faite soi-même. Ça coûte moins cher, le kilo de riz et de pâtes ne coûte pas plus cher, voire moins que ta pizza et nourrira ta famille tout aussi bien et pendant plus de repas.
Tu n'as pas le temps ? Ah c'est vrai, il y a les Marseillais contre les Chtis à 18H30.

Et tout est à l'encan.
Nous voulons tout. Nous gloutonnons de façon irresponsable. A notre niveau, comme nos élites.
Je blablate et le temps passe.
Faut que j'aille faire le ménage, et après hop, boulot ! en TAD. Travail À Distance.
Je m'efforce donc de m'éloigner d'un bon mètre de mon clavier, c'est ça l'principe.

Yellocab

Même un blog comme celui-ci est vérolé par la haine. Les commentaires sont odieux.
Je ne comprends définitivement pas ce que cette haine signifie. Ce que les Français haineux à ce point veulent. Un autre président ? Demain ? Lequel ? Laquelle plutôt ? La France est arrivée au bout du bout de ce que son système politique peut apporter. Oui il doit falloir changer quelque chose. Ce qui se passe sous nos yeux est invraisemblable, tous semblent perdre la raison... Emmanuel Macron a brisé tout un enchevêtrement de petits pouvoirs... tous en un soir.

Cette nouvelle France blessée en mai 2017 n’arrive pas à panser ses plaies, pire elle voit bien que 2022 sera pire encore au regard de la médiocrité des adversaires potentiels...
L’énorme problème est l’addition de cette haine avec une haine populaire. Voilà certainement la terrible erreur de ce président. Avoir perdu le soutien du peuple alors que beaucoup y ont cru malgré tout.

p.giraud

On ne pourra pas éviter de tirer les conséquences de la faillite des services publics en matière de prévision et d'administration, à opposer à la gestion allemande qui, malgré son downsizing (réduction des effectifs), a réussi l’épreuve ; mais elle est aussi et surtout à opposer aux opérationnels au comportement héroïque.

Se singulariser par son incivisme en pleine crise n'est pas recommandé, parce que ceux qui font le nombre, selon la logique marxiste, et rien d'autre pour justifier de manière professionnelle leurs fonctions, ont tout à craindre.

Le pays est en urgence sanitaire absolue, la situation se dégrade de jour en jour, des centaines de milliers de soignants risquent leur vie dans des conditions de sécurité et de travail profondément dégradées, le nation vit barricadée, au ralenti, et la CGT appelle à la grève.
C’est absolument hallucinant de bassesse, de repli sur soi, d’égoïsme, d’opportunisme, à vomir vraiment !

Vamonos

Oui, M. Macron fait pitié parce qu'il n'est pas sérieux. Il fait semblant d'être grave et sérieux mais il manque d'expérience dans le domaine de la prise de décision personnelle qui engage sa vie et celle des siens. Jusqu'à présent, il n'a pas été confronté à ce choix ultime. Et il ne sait pas faire.

La quarantaine imposée par la pandémie survient alors que Macron a quarante et deux années. Il a toujours vécu dans un cocon, celui de sa famille d'abord puis celui de l'Education nationale dans lequel il s'est jeté à corps perdu. L'abri temporaire du parti socialiste a volé en éclats après son départ.
Le costume de président est trop grand pour lui. Mais cela n'a plus d'importance par rapport au dénuement dans lequel se trouvent les forces vives qui combattent la maladie provoquée par le virus.
Le Val de Grâce a été démantelé par les socialistes sans pitié, alors pourquoi devrais-je avoir de la pitié pour eux et leurs suppôts de malheur.

revnonausujai

A l'ouest, rien de nouveau.

Le "couple" franco-allemand, selon les derniers chiffres disponibles:

- France: 5 000 respirateurs, 30 000 tests/semaine avec objectif 50 000, 1 696 morts (dans les seuls hôpitaux, c'est toujours incessamment sous peu qu'il sera tenu compte des EHPAD et domicile).

- Allemagne: 30 000 respirateurs, 500 000 tests/semaine, 198 morts.

Dans le couple, il y a un cocu !

Sophie

Pas le temps d'avoir de la pitié pour E. Macron, désolée.
Je réserve mon empathie pour tous les malades et leurs familles.
J'espère que vous allez tous bien ainsi que vos proches ?

Voici les médicaments que je prenais la semaine dernière à savoir spiramycine trois fois par jour pendant 10 jours. Je pensais être guérie mais, malheureusement, après 5 jours d'arrêt de traitement, j'ai dû retourner voir mon médecin hier. La toux sèche se poursuit tous les soirs même si elle est moins violente que les deux premières semaines. A force de tousser, les douleurs thoraciques reprennent.
Je suis à présent sous amoxicilline (un autre antibiotique) et j'espère, cette fois, que ce sera la dernière rafale de médicaments.

J'ai démarré les symptômes le 4 mars et je finis par trouver le temps long.
Je me dis que si j'avais pu bénéficier du traitement du Dr Raoult, j'aurais peut-être été guérie beaucoup plus vite et sans ces horribles sueurs nocturnes des premières semaines et cette toux interminable.

Quand j'écoute les "docteurs" Deray ou Hamon qui bavent leur haine vis-à-vis du Dr Raoult, je suis assez sidérée... Ils sont plus souvent sur les plateaux TV que dans leur cabinet !

Je préfère le comportement du Pr Juvin ainsi que du Pr Perronne et entendre ces deux médecins qui redorent le blason du corps médical.
Le fameux Pr Lina a disparu des radars depuis quelque temps... Lui aussi pensait tout savoir quand il déclarait, il y a peu, que cette grippe n'était pas extrêmement grave.

Prenez tous bien soin de vous. Ce virus est usant. Il s'accroche aux basques, un peu trop longtemps à mon avis ! Les nuits sont brèves, pas top !

Claude Lannette

Pitié, pitié ! Oui, il faut surtout avoir pitié de la situation financière de la France, dont la dette augmente encore. Où prenons-nous l’argent, combien devrons-nous rembourser chaque année, de combien chute la bourse ? À qui allons-nous demander des sous ? Oui, pauvre président...

Vamonos

C'est la deuxième fois dans ma vie que je suis obligé de subir le confinement. Il y a 55 ans, j'appelais cela le couvre-feu. Cette fois-ci, j'ai Internet et des millions de fenêtres à ouvrir. Je choisis soigneusement la fenêtre parce que j'ai besoin de garder la force qui est en moi. La peur et la haine détruisent les défenses alors je les protége.
Si un être qui m'est cher veut jouer avec moi au petit jeu sadique qui consiste à contredire et vouloir sortir malgré les conseils avisés, alors je baisse les bras et je rentre en moi-même.

Danielle Amandine

J’ai honte, j’ai honte d’être française lorsque je lis tous ces propos négatifs, haineux envers un homme notre Président qui a peut-être, sans doute même commis des erreurs mais comment les lui reprocher, tant la situation que nous vivons est un cataclysme semblable à la peste qui a jadis ravagé notre pays.
Il fait pour le mieux, il tient la barre avec courage et honneur, ne se cachant pas derrière les erreurs commises par ses prédécesseurs. Il accepte tout et pour nous, pour notre pays, il tient bon.
Je veux croire que cette pandémie sera jugulée, mais par pitié soyons unis et arrêtons de chercher un responsable désigné.
Nous avons peur mais soyons dignes et courageux.

Antoine Saillant

Effaré par toute ces commentaires haineux à votre post lucide : les fléaux libèrent les passions tristes de l'homme ad nauseam.

Wil

Je comprends pourquoi les commentaires ne viennent pas ce soir.
Les Bilger sont devant France 2 totalement terrifiés et quasiment en pleurs et veulent un discours genre Hollywood qui sauve l'humanité pour leur redonner l'espoir. HAHAHA !

https://www.youtube.com/watch?v=e9aJpulKw_Q

Madame B. est tellement flippée qu'elle n'a même plus sa faculté habituelle, et il paraît féminine, de faire deux choses en même temps, c'est-à-dire de regarder une émission de TV sans intérêt parce que pure propagande gouvernementale et donc débilitante et de corriger et publier les commentaires sur son blog.

C'est là où l'on voit que la peur fait plus de ravages que la maladie ou que n'importe quelle substance dans la vie d'un être humain.
La peur est le pire qui peut arriver à un être vivant.

breizmabro

"Je suis en colère et j’ai la rage, car cela fait des années que nous crions notre inquiétude, notre incompréhension, notre dégoût, notre mécontentement, devant les politiques de santé menées par les différents gouvernements, qui ont pensé que l’hôpital était une entreprise comme une autre, que la santé pouvait être un bien spéculatif, que l’économie devait l’emporter sur le soin, que nos vies avaient une valeur marchande" (psychologue de l'hôpital de Mulhouse)

Que dire de plus à un président qui n'a rien voulu entendre ces derniers mois. Personnellement je n'ai aucune pitié pour celui qui sera en 2014 ministre de l'Économie.

Catherine JACOB

Les journaux allemands (Tagesspiegel) indiquent qu'à Strasbourg les personnes de plus de 80 ans n'ont plus droit à être mises sous respirateur. Ils préviennent leurs propres concitoyens de ce qui va leur arriver, comme les Italiens nous ont prévenus: https://amp.tagesspiegel.de/wissen/patienten-ueber-80-jahre-werden-nicht-mehr-beatmet-deutsche-katastrophenaerzte-verfassen-alarmbericht-ueber-strassburg/25682596.html

Catherine JACOB

@ Chemins de traverse | 26 mars 2020 à 10:43
"Sa diatribe "nous sommes en guerre" ne vaut pas un clou et dans l'impréparation il aurait mieux fait de se taire !"

Non, en fait l'implicite de cette déclaration était: "On fera donc une médecine de guerre" en l'espèce = "On va trier !"
Vu qu'on n'a pas pu ne pas l'y rendre attentif.

Pour l'instant les plaintes des collectifs de soignants se limitent à E. Philippe et A. Buzyn mais bon, à un moment donné il faudra répondre à toutes les questions que se posent nos concitoyens: https://www.lefigaro.fr/politique/plainte-contre-philippe-et-buzyn-une-petition-de-soutien-en-ligne-recueille-deja-200-000-signatures-20200326

Catherine JACOB

"Le président de la République m'a fait pitié."

Moi ce qui me fait pitié et ce pour quoi j'éprouve de la compassion, c'est pour le nombre de cas qui ont incubé depuis la tenue des élections municipales. 40 000 nouveaux cas: https://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/coronavirus-les-medecins-ont-diagnostique-plus-de-40-000-cas-la-semaine-derniere_2121994.html

Wil

@ Florence
"Moi, le président, il me fait peur. Il n'a toujours pas compris l'urgence : les masques, le gel, le matériel de protection, les tests, les respirateurs artificiels, la chloroquine.
Et pourtant, tout le monde le lui dit."

C'est normal qu'il patauge dans la semoule, il découvre les responsabilités politiques sur la tas vu qu'il n'a jamais été élu !
Pour lui, être président de la République c'était juste un jeu d'ambition personnelle, ça faisait bien sur un CV, c'est tout. Et il a bien joué, il les a tous b*isés.

Le pire ce n'est pas lui mais tous ceux qui ont voté pour un panneau publicitaire vivant, donc totalement vide de conviction, de mémoire et donc d'expérience.
Les Français n'ont que ce qu'ils méritent et ceux qui se sont abstenus en disant que ça ne sert à rien à la Onfray, encore plus que les autres.
Le prochaine fois ils se diront peut-être que finalement le droit de vote c'est pas si mal et ils se bougeront pour aller voter.
On peut toujours rêver.

PAUL

Les images de Macron: devant une tente militaire avec un éclairage sinistre, un discours trop long et répétitif, l’absence d'empathie et pire une vision comptable du monde en lieu et place d'une vision de société ou mieux de civilisation. Il a capitalisé - et sa cour avec lui dont le couple Buzyn/Lévy est un exemple - une détestation formidable mais qui n'aura aucun lendemain. Les Français ont la mémoire courte.

Wil

"Emmanuel Macron ferait-il indiscutablement quelque chose de bien qu'on trouverait encore à redire. Puisqu'il est évidemment le créateur, et non pas la victime, du fléau qui s'est abattu sur la France et qui est venu de Chine. On ne lui fait grâce de rien. Il y a quelque chose de pathétique dans le destin de ce jeune homme brillant, sur la victoire duquel les fées républicaines s'étaient penchées, qui inéluctablement poursuit sa descente aux enfers." (PB)

Arrête, je vais pleurer... "Tu l'entends bien l'Adagio de Barber là ?"

https://www.youtube.com/watch?v=L1gQc3JIhn8

Ben ça y est, trop tard, je pleure... Snif, c'est trop beau... BoouuuHOOOUUUUooouuu !... OUIIIIIINNNNNNN !... snif, snif.
Mais qu'est-ce que c'est que ce délire ?! Ah ben la réponse est dans la question.
Ça y est, le confinement a fait péter les plombs chez les Bilger ! C'est ballot.
C'est vrai qu'il faut faire gaffe, trop de chaînes d'infos dans la journée ne sont pas seulement nuisibles au cerveau mais aussi au circuit électrique. Ça ronge tout ces sal*peries-là.
Billet totalement surréaliste.

Denis Monod-Broca

« Ils » me font pitié.
Le G20 vient de décider un « plan d’aide » de 5 000 milliards de dollars.
Ils n’ont rien compris.
L’argent est le problème, ils pensent qu’il est la solution.
On connaissait le « plan de paix » de Trump pour la Palestine, en réalité plan d’annexion et donc plan de guerre sans fin.
Voici le « plan d’aide » qui est en réalité un « plan de grâce » comme on dit « coup de grâce ».
Le virus de la croyance magique en l’argent est bien le plus redoutable de tous les virus.

Mitsahne

Confinées, Confinés,

Moins de huit jours après la mise en service de l’ADD (Attestation de déplacement dérogatoire), chef-d’œuvre de l’Administration macronale, les énarques du ministère de l’Intérieur se croient obligés de pondre une deuxième version encore plus stupido-contraignante que la première puisqu’il faudra indiquer l’heure de départ de son domicile ! Pourquoi pas un disque de stationnement agrafé sur la poitrine ? A condition qu’il soit garanti par un nouveau papier, le C.A.C.A., Certificat d’Authenticité de Correction Administrative, en étude du côté de l’Elysée, chez Manu-la-pitié.

Plus de 50 millions de formulaires avaient été photocopiés en deux jours, bonjour les ramettes de papier et les cartouches d’encre ! À quand la version 3.0 ? Et ceux qui n’ayant ni ordinateur ni imprimante sont obligés de l’écrire au stylo vous remercient.

On n’échappera pas à l’inflation des redondances langagières qui feront bientôt du confinement une confinementation qui donnera bien sûr un confinementationnement.

C’est bon de se sentir soutenu.

Michelle D-LEROY

"Un plan d'investissement massif pour l'hôpital public demain parce qu'il n'avait pas su écouter et agir hier" (PB)

Voilà justement Emmanuel Macron dans toute sa splendeur "En Marche".
Il a vanté le travail des équipes médicales, alors que fils, frère et beau-frère de médecin lui-même, il n'avait pas voulu démordre de son entêtement buté, rien que cela prouve qu'il n'avait rien compris aux autres, lui et rien que lui.

Il nous a vanté l'U.E. et ses bienfaits alors que nous avons constaté pendant cette crise son immense faiblesse.

J'ai vu surtout un homme aller en Alsace pour rappeler qu'il était là lui, le sauveur et surtout ne pas se faire oublier pour 2022.

Avec lui tout est calcul politique alors que nous aurions besoin de sérénité et de décence.

Les nombreux morts à domicile comme ce gendarme de 51 ans, les personnes âgées des maisons de retraite ne sont pas pris en compte dans les statistiques. Calcul ou non cela donne une méfiance envers le pouvoir.

Il paraît que la cote du président remonte dans les sondages... il en faut peu aux Français.
Désolée, mais j'ai du mal à le prendre en pitié car je sais qu'à la sortie de crise tout sera comme avant et que pour donner aux uns il faudra reprendre aux autres.
J'apprends aussi aujourd'hui qu'ordre a été donné pour que les banlieues ne soient pas verbalisées pour manquement au confinement.

Rien ne change, rien ne changera.

Achille

En fait, en ce qui me concerne, ce n’est pas exactement de la pitié qui je ressens envers le président, mais plutôt de la compréhension face aux erreurs qu’il peut commettre parfois et qui sont inévitables dans une situation aussi compliquée que celle qu’il doit affronter depuis un mois.

S’il avait reporté les élections municipales, certains élus de l’opposition et pas des moindres l’avaient menacé de faire tout un pataquès dans les médias. Il a fini par prendre cette décision face à l’évolution du virus et maintenant les mêmes se mettent à le critiquer de ne pas l’avoir fait tout de suite.

Concernant les masques, c’est pareil. Les mêmes grands pontes de médecine qui disaient que le coronavirus n’était pas plus dangereux qu’une grippe saisonnière se mettent maintenant à critiquer le président de n’avoir pas pris les dispositions nécessaires pour y faire face.

Les morts dans les EHPAD c’est encore de sa faute, alors qu’il s’agit essentiellement d’octogénaires et nonagénaires souffrant de pathologies graves ne leur laissant que peu d’espoir de lutter contre le coronavirus.

Ma pitié, je préfère la réserver à ces gens pour qui tout est facile, qui sont capables de trouver les moyens humains et matériels en quelques jours, savent bien sûr le médicament le plus approprié pour lutter contre le coronavirus. Ceci tranquillement assis derrière leur petit écran.

Alors qu'il faut plutôt encourager les hommes et les femmes qui continuent à faire "tourner la boutique", personnel hospitalier mais aussi services de sécurité et tous les petits métiers qui nous permettent de continuer à vivre à peu près correctement malgré le fléau qui frappe non seulement notre pays, mais la planète tout entière.
Alors les excités on se calme !

Deviro

@ Philippe Bilger
"Le président de la République me fait pitié !
.../... Le président de la République m'a fait pitié.
.../... Pourtant, aujourd'hui le président de la République me fait pitié
.../... Le président de la République me fait pitié
.../... Je persiste. Ecoutant son allocution "mulhousienne", j'ai éprouvé de la pitié pour lui."

Ouh là là ! Votre billet respire la compassion sincère que vous éprouvez dans cette épreuve apocalyptique de l'épidémie du coronavirus.
Cependant :
On dit souvent "j'ai pitié de lui" ou "il me fait pitié" avec une moue de dédain ou de mépris.
On ne dit pas "j'ai de la compassion pour lui" avec une moue de dédain ou de mépris.

"La compassion est l'antichambre de la pitié, laquelle est l'antichambre du mépris..."
De qui est-ce ? de Savonarole, de Confucius ou de moi ? Je ne sais plus...

On n'apprend pas la nuance entre compassion et pitié à l'Institut de la Parole ?
Le titre de votre billet va faire les délices de beaucoup sur ce blog, ça va débouler et ça va déferler, ça va gnagnater et ça va péremptoirer, je me répète, oui, on se régale d'avance !

SAUF :
Rédigé par : Mary Preud'homme | 26 mars 2020 à 14:09

"Le président Macron se trouve confronté à une situation inédite. Et même si l'on n'a pas voté pour lui, ce qui est mon cas, il est de notre devoir de soutenir l'effort du pays et de ramer, tous dans le même sens vu que nous sommes embarqués sur le même bateau et que c'est la seule façon de nous sauver du naufrage !"

Tout est dit. J'aime beaucoup, j'aime très, très beaucoup.

Xavier NEBOUT

Monsieur Bilger, tous vos blogueurs doivent avoir en commun de ne plus supporter la voyoucratie, et vous, vous voudriez que l'on partage votre chagrin sur le sort de celui qui l'incarne le mieux de toute l'histoire de notre pays ?

Il a commencé en se mettant à la solde de la voyoucratie et ses magouilles, puis il s'est allié avec des voyous pour être élu, puis a remercié ces derniers avec postes et prébendes, puis il ment à tout-va pour gouverner, et vous vous étonnez qu'il ne soit pas populaire ?

Il nous inflige l'image d'un couple contre-nature, et une gouvernance de dictateur (au sens propre de celui qui dicte la loi).
Il ruine notre pays en l'enfonçant dans le socialisme, le déficit commercial et l'endettement qui va avec.

Vous me direz qu'au fond, il cherche à bien faire. Certes, mais Hitler aussi croyait bien faire.

Dans quel état va-t-il laisser notre pays sur les plans économique et institutionnel ?

Les voyous et les fous du pouvoir font toujours pitié lorsqu'ils montent à l'échafaud, et lui, il tend vers le suicide.
Ce jour-là, moi aussi, j'aurai pitié, mais en attendant, je pense aux vieux qui sont abandonnés à leur maladie dans les EHPAD et à ceux qui les soignent sans même un masque.
Bien sûr, ce n'est pas de sa faute, mais il couvre tous ceux dont c'est la faute.
Alors qu'il assume !

Paul Duret

@ Florence
"Moi, le président, il me fait peur. Il n'a toujours pas compris l'urgence : les masques, le gel, le matériel de protection, les tests, les respirateurs artificiels, la chloroquine."

Vous attendez beaucoup du Président mais vous oubliez que tout ce que vous décrivez dans votre réquisitoire n'est pas directement de son ressort (il définit la politique générale et son Premier ministre la met en musique) mais des nombreuses administrations dont la France est très richement dotée.
Et il y a peut-être une relation de cause à effet entre cette inflation administrative et la piètre qualité délivrée (très mauvais rapport qualité/prix).
L'argent mis dans le fonctionnement manque cruellement pour les investissements.

Jérôme

Cher Philippe,

Arrogant, sans aucun doute.
Intelligent, bien sûr, mais intellectuel... ce n'est pas ce qui me vient à l'esprit le concernant.
C'est un bateleur. Comme Trump. Mais en beaucoup plus vulgaire.
Les débats passés pendant la crise des Gilets jaunes en ont été une parfaite illustration.
La rhétorique hâtive, pauvre en arguments, si ce n'est lapidaires, l'absence totale d'écoute.

"...savoir sans révérence, culture sans le coeur, c'est là l'un des pires péchés contre l'esprit"
Hermann Hesse

Le personnage m'est toujours apparu comme autoritaire, hâbleur, irascible, puérilement irascible.
Je n'ai voté ni au premier, ni au second tour de la présidentielle.
L'épouvantail Marine Le Pen, supposée me faire entrer dans la nuit quand lui et ses prédécesseurs gâchent mes jours, ne me fait aucun effet. Marine Le Pen ne m'attire en rien, je le précise tant il y a de bas du Front ici.

Ses choix d'entourage démontrent que la vieille politique a avec lui de beaux jours devant elle.
Sa proximité avec les puissants, son dédain pour le Français qui n'est rien.
Non vraiment il est bien trop vulgaire.
Il m'a toujours semblé que votre "dilection", je vous emprunte ce terme, pour la légitimité de l'échange apaisé témoigne de votre méconnaissance de la normalité.
La violence que subissent les faibles que méprise notre président a reçu en retour la violence de ceux-là.

Vous êtes, ce n'est pas un reproche, je vous l'ai déjà dit, un représentant de "l'élite" des mâles blancs de ce pays. Le bon côté du manche. Ceux qui n'ont pas connu la faim, ne la connaîtront pas, dont les enfants ne devraient pas la connaître.
Vous êtes loin des réalités quotidiennes.
De ceux, simples et majoritaires qui font leurs courses, leur ménage, leur lessive, s'occupent des enfants, de leurs activités, boivent un coup ensemble en faisant des blagues grasses, mes préférées, estiment le maçon, le boulanger, la crémière, surtout son beau fût qu'on espère en même temps que la crème.
De ceux qui bossent bien plus de 35 heures, n'en déplaise aux journaleux que j'ai entendu se vanter de tellement travailler, aux politiques qui prétendent ne pas arrêter... mais qui n'ont pour la plupart jamais cuisiné un repas, fait une vaisselle, planté une quelconque plante dans un potager.

La violence est infiniment légitime quand il n'y a plus aucune considération des tenants du pouvoir. Et on pratique celle que l'on peut. Ce n'est pas les fantoches héritiers de cette transfiguration des rapports de force voulant me faire croire qu'ils sont tout entier tournés vers le bien du bon peuple qui me convaincront du contraire.
Le monde politique est une racaille qui s'autoprotège en édictant les lois encadrant l'exercice de son propre pouvoir.
Risible ou consternant, au choix.
Tiens, où en est-on d'Uramin ?
Par exemple.

sbriglia

Ce soir je me repasse « The Big Lebowski »...

On me dit que Didier Raoult y tient le premier rôle...

sbriglia

@ Florence
« Je viens d'apprendre par une amie dont le fils est urgentiste dans un hôpital parisien que la chloroquine est désormais interdite et qu'ils testent d'autres molécules. »

Faux: par décret de ce jour elle est autorisée.
Dites à votre amie dont le fils a croisé un soignant dont la boulangère lui a rapporté ce que lui a raconté son livreur de farine de ne pas vous donner l’occasion de vous ridiculiser...

Tomas

N'ayez pas trop pitié de lui. C'est le lot de sa fonction. Vous ne suivez pas ce qui se passe à l'étranger, vous ne pouvez donc pas vous rendre compte qu'il en va de même à l'étranger où partout les gouvernements et les dirigeants sont critiqués pour n'avoir pas su voir venir à temps la crise. En Chine on a mis ceux qui parlaient trop fort dans des camps alors évidemment on ne les a pas trop entendus, mais dans les autres pays c'est plus ou moins pareil que chez nous.

Que cela plaise ou non, il faut le dire et le redire: l'unité nationale est un mythe, elle n'existe pas. Jamais. Sur 67 millions de personnes, que ce soient des amateurs de fromages ou pas (de Gaulle en a dit aussi, des stupidités !), c'est impossible. Même en 14 vous en aviez plein des types qui partaient en se disant qu'il était bête d'aller mourir pour une contrée lointaine dont on ne connaissait rien. Et quand la France gagne la coupe du monde de foot, il y a toujours ceux qui n'aiment pas le foot pour râler.

Et puis que faites-vous de la jalousie ? Le couteau dans le dos, c'est la rançon inévitable de la gloire.

Je ne réserverai pas pour ma part ma compassion à un chef de l'Etat, a priori, mais à un faible, catégorie à laquelle ces gens-là appartiennent rarement. Et hélas comme "on est en guerre" on a arrêté tout le pays et plus rien ne se passe à part parler du coronavirus, alors évidemment on ne parle que de ça. Après avoir disserté sur les vertus de la chloroquine ou sur le nombre de respirateurs nécessaires pour soigner tout le pays, il faut bien passer à autre chose, donc ce sera la critique de l'action publique.

Alors j'y vais moi aussi de ma complainte, pas de raison après tout: moi personnellement je trouve la proposition d'un Tour de France à huis clos stupide. Autant faire un Tour des Autoroutes de la Corée du Nord à la place.

Mary Preud'homme

@ Florence | 26 mars 2020 à 14:56

J'écoute rarement les informations de 13 heures sur TF1 ou une autre chaîne mais aujourd'hui ça valait le détour. Laurent Nuñez, Secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur, invité à s'exprimer sur le sujet que vous évoquez, a en effet répondu sans rire :
- primo que la majorité des masques en question appartenaient et étaient destinés à la Gendarmerie nationale... laquelle n'aurait pas moufté en se laissant dépouiller.
-secundo, que les policiers bien qu'étant sur tous les fronts, ce qu'il reconnaissait, devaient toutefois faire preuve de discernement et ne recourir au masque lors d'un contrôle ou d'une interpellation que s'ils détectaient chez l'individu des signes objectifs d'une infection au Covid-19. En fonction de quels critères SVP motus...

Autrement dit économiser le matériel et ne mettre le masque qu'en se fiant à des signes extérieurs non répertoriés, n'étant pas sans rappeler le délit de faciès que l'on a souvent reproché à nos forces de l'ordre.
Imaginez le pauvre gardien à un carrefour, un coup mettant le masque, un autre laissant courir parce que l'individu aurait l'air en bonne santé et par-dessus tout la réaction du peuple.

Florence

Moi, le président, il me fait peur. Il n'a toujours pas compris l'urgence : les masques, le gel, le matériel de protection, les tests, les respirateurs artificiels, la chloroquine.

Et pourtant, tout le monde le lui dit.

- À Mayotte, le député LR Mansour Kamardine, qui réclamait depuis plusieurs jours l'envoi d'un porte-hélicoptère de l'armée avec ses capacités hospitalières, «prend note d'un début de réponse du gouvernement», qui «nécessitera d'être précisé et complété». Car «en premier lieu, Mayotte a besoin, en urgence, de l'envoi par fret aérien de matériels de sécurité sanitaire, de masques, de gants, de lunettes de protection, de gel hydroalcoolique, de blouses, de réserves d'oxygène, de respirateurs, de tests rapide en nombre, de réactif pour les laboratoires d'analyse médicale, de médicaments notamment d'un stock de précaution de chloroquine», dit-il.


- En Guadeloupe, la présidente du département Josette Borel-Lincertin (PS) souligne que «toute mesure exceptionnelle est bonne dans une situation exceptionnelle. Mais pour ma part je reste d'abord sur les besoins urgents de la Guadeloupe : 20 respirateurs, des approvisionnements réguliers et en volume de masques et des réactifs pour intensifier les tests. Le tout dans les meilleurs délais.»

- Même constat en Martinique: pour la députée (apparentée PS) Josette Manin, «le dispatching de ces engins me paraît correspondre à une méconnaissance de ces territoires ultramarins et de leur étendue. L'urgence aujourd'hui c'est d'accélérer le processus de production massive de matériels tels que masques, gants, blouses, respirateurs, pour ralentir la catastrophe humaine qui nous attend».

Source Le Figaro.

Exilé

@ Florence
« Je viens d'apprendre par une amie dont le fils est urgentiste dans un hôpital parisien que la chloroquine est désormais interdite et qu'ils testent d'autres molécules. »

Mais en même temps, la Nomenklatura y a droit, cherchez l'erreur...

“Comment expliquer que des élus des hautes assemblées, tels que Christian Estrosi, Valérie Boyer ou bien encore Martine Vassal se prévalent d’en avoir bénéficié et que leurs électeurs n’y aient pas droit ? Comment expliquer que Christian Estrosi ait fait rentrer de la chloroquine au CHU de Nice ? Il y a donc deux poids deux mesures !”

https://www.medias-presse.info/des-parlementaires-se-soignent-a-la-chloroquine-mais-leurs-electeurs-ny-ont-pas-droit-denonce-le-docteur-giral/119147/

Quel est donc le but réel visé par ces gens-là ?

Robert

"Pourtant, aujourd'hui le président de la République me fait pitié".

Ni pitié, ni haine, Monsieur Bilger, mais de la lucidité quant au contenu des déclarations de monsieur Macron.

Pour ma part je le trouve pathétique dans sa manière d'en appeler à la nation, à l'unité de la nation. Devrait-on oublier que, chantre de cette mondialisation libérale qui devait être "heureuse", monsieur Macron a été l'homme du fédéralisme européen sur fond de disparition des nations européennes, de l'ouverture des frontières à tout vent, du libre-échange généralisé et quasi sans contrôle, du bradage de nos entreprises françaises aux puissances financières étrangères ? En ce sens il est de sa génération qui n'a jamais pensé autrement que le court terme et pour qui la stratégie n'existait pas hors du domaine financier.

Dans ses divers et récents discours, il nous a dit qu'il fallait "faire nation" (je voudrais bien qu'il explique cette expression que je n'arrive toujours pas à comprendre...), qu'à présent il faut préserver l'unité nationale.
Toutes ces expressions sonnent faux dans sa bouche. Sans doute la situation, tant au plan extérieur à l'Union européenne qu'au sein de celle-ci, lui a-t-elle montré les replis nationaux, singulièrement de ses principaux partenaires européens.

L'on sent donc chez lui un malaise parce que ses propres certitudes se confrontent au réel, à un réel qu'il ne peut, comme les plans de stratégie financière, maîtriser.
Il a été élu président de la République, mais l'on ressent qu'au fond il ne maîtrise pas sa fonction, que le costume est trop grand pour lui, d'une part parce qu'il n'a pas su se distancier de la gouvernance du quotidien, d'autre part parce qu'il fait plus de communication qu'il n'assume sa présidence. Sur ce plan, sans doute lui manque-t-il quelqu'un ressemblant à Jacques Pilhan comme "conseiller du Prince" https://www.lafrenchcom.fr/actualites/retour-sur-la-methode-de-jacques-pilhan/

Par ailleurs, ses discours sont d'une longueur excessive et ne savent pas aller à l'essentiel, déployant un lyrisme systématique et trop appuyé.

Au bilan, il me semble ne pas savoir dominer ces situations difficiles de crise, il ne me semble pas "faire chef".
Donc le président de la République ne me fait éprouver aucun sentiment de pitié à son égard : il a voulu se faire élire dans cette fonction, il lui appartient d'en assumer la charge. Mais je le trouve plutôt pathétique, malgré les efforts manifestes qu'il fait pour habiter son rôle présidentiel, car on ne ressent pas l'expression d'une autorité naturelle qu'avaient ses plus lointains prédécesseurs.

Guy Peretti

La pitié honore toujours celui qui la ressent mais l’indulgence est souvent coupable.
Ces deux sentiments ne font pas toujours bon ménage.
Le brillant Avocat général le sait bien. Il ne peut l’avoir oublié.

Faire porter au président de la République les erreurs du passé est injuste mais cela ne l’absout pas des erreurs, des atermoiements et des fautes commises depuis le début de son quinquennat et le début de la crise sanitaire.
Les mêmes travers, le même narcissisme continuent de polluer l’un et l’autre.
Les logorrhées ne peuvent masquer l’inaction, ni les déclarations d’amour, l’arrogance.

Mais le peuple est "bon prince" et lui pardonnera sans doute de continuer à faire campagne pendant cette triste période, plutôt que d’agir au risque de l’impopularité.

Paul Duret

@ Exilé
"Eh bien, c'est tout simplement ce que sont en principe censés faire les militaires quand ils envisagent des scénarios catastrophes, y compris les plus improbables."

Si un Président devait tenir compte des milliers de rapports qui ont été pondus dans le monde et qui prédisaient l'apocalypse, on n'en sortirait pas. C'est fou le nombre de gens qui avaient prévu Mai 68, les Gilets jaunes ...
Il se peut qu'un astéroïde percute la terre, qu'un volcan en crachant des milliers de tonnes de cendre fasse baisser la température de la terre, qu'un ouragan géant détruise la moitié de la France, qu'un petit virus...
Impossible de tout prévoir.

Par contre, là où il est toujours possible de s'améliorer, c'est dans la cohésion nationale, l'adhésion à des valeurs sur lesquelles il ne faut pas transiger, le civisme et la culture.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS