« Didier Raoult n'est pas Pasteur ! | Accueil | Attention à la chasse aux ministres ! »

26 mars 2020

Commentaires

sylvain

Sur les médias ''lèche-Macron'', la Chloroquine est accusée de causer des soucis cardiaques ; or, à ce jour, non seulement elle n'a tué personne mais bien au contraire elle guérit des tas de malades, le Professeur Raoult le prouve chaque jour à Marseille avec des résultats miraculeux. Les USA ont traité plus de 500 patients avec succès, tous guéris au bout de six jours ; la Russie, la Chine, le Maroc, la Tunisie, l'Algérie, la Bolivie, font confiance à cette Chloroquine.

Les seuls qui n’en veulent pas ce sont les corrompus complices des LREM, qui préfèrent nous vendre le traitement contre le sida du docteur Lévy, mari d'Agnès Buzyn, qui est dangereux (divers symptômes indésirables prouvés) en plus d'être un placebo qui coûte vingt fois plus cher. Cherchez l'erreur !

sylvain

Ce qu'il nous faudrait aujourd'hui c'est un homme de la poigne de Clemenceau, dur à cuire, mal fagoté, hors des normes de l'époque.

Il a fait tirer sur des ouvriers ? Et alors ? ça prouve qu'il était capable de décisions dures et courageuses, donc de gouverner !

Quand on voit la chienlit islamogauchiste, l'anarchie, le désordre, les incivilités, la délinquance record, l'insécurité, le laxisme, qui règnent aujourd'hui avec nos lopettes au pouvoir, il serait bon que de temps en temps quelques fusillades nous ramènent à la raison.

phenix64500

C'est un angle intéressant, mais empli de biais cognitifs. Ceux que vous fabriquez pour ne pas voir une réalité faussée que vous sublimez par votre génie littéraire.

Emmanuel Macron ne fait aucunement pitié. Il fait preuve d'une gravité exceptionnelle en des temps non moins singuliers. Pour le reste, sur l'analyse, il n'est d'autre choix que de vous suivre. En effet, les hyènes ont senti le sang s'écouler du lion blessé... Mais n'est-ce pas là le rôle du Président de la République que de jouer ce rôle de fusible en des circonstances exceptionnelles ? L'avers de la médaille - la primauté de la fonction présidentielle - a un revers, une responsabilité au-delà de toute raison.

Tomas

@ sbriglia

Je ne suis pas expert en analyse du génome, mais on attend toujours le vaccin alors que l'épidémie a déjà quelques mois. Qu'on ne vienne pas nous dire "le monde ne sera plus jamais comme avant" avant une épidémie qui n'est que la répétition de ce qui s'est passé il y a cinquante ans. Si cette grippe-là revient, les personnes nées avant 68 (ou 69) seront immunisées en principe.

-----------------------------------

@ revnoausujai

Eh bien les érudits au pouvoir sont stupides aussi. Bien sûr que nous ne sommes pas en guerre, pas plus qu'après les attentats du Bataclan. Mais pour mobiliser les foules blasées par l'actualité il faut en rajouter toujours plus, alors on invoque Clemenceau. L'homme qui a fait tirer sur les ouvriers, à chacun ses références !

SophieF

Bonjour Monsieur Bilger,

Je trouve toujours vos exposés très intéressants, voire inspirants à force de nuances nous obligeant à réfléchir par nous-mêmes. J'essaie moi-même de toujours me garder des conclusions hâtives et des infos non recoupées. Je m'oblige à cet effort intellectuel, le strict opposé du confort, parfois difficile mais toujours gratifiant.

C'est pourquoi je ressens le besoin de vous livrer modestement mon analyse aujourd'hui, celle d'une citoyenne qui tente de ne pas se limiter aux titres des articles de presse.

Vous dites qu'Emmanuel Macron ne peut être blâmé pour les décennies d'incurie et de casse sociale. Je vous rejoins sur ce point, car il n'est aux commandes de l'Etat que depuis 2017. Même si je pourrais objecter qu'en fait, il est partie prenante des organes du pouvoir depuis bien plus longtemps : Commission Attali en 2007, secrétaire général adjoint de l'Elysée en 2012... Mais admettons. Je vous livre mon argumentaire, en quelque sorte les étapes d'un raisonnement possible.

Le Monde diplomatique, dans son édition de janvier 2019 (*), a décrit une étude particulièrement intéressante où un sociologue américain, B. Moore, a développé une théorie alternative : au lieu du postulat "pourquoi les masses se révoltent-elles", il a cherché à comprendre "pourquoi ne le font-elles pas plus souvent"... et ses éléments d'explication font réfléchir.

La conclusion à laquelle il parvient, en résumé, est que : pour que le peuple ne se révolte pas contre ses élites, il faut que ledit peuple ait l'impression d'une certaine forme d'équilibre ou de "donnant-donnant" : aides sociales, possibilité d'ascension etc. Gardons à l'esprit cette hypothèse, comme une grille de lecture des événements récents.

Il est intéressant également de se souvenir du discours de campagne du candidat Emmanuel Macron, où il présentait son projet comme muni d'une "jambe droite" et d'une "jambe gauche". L'une étant la réforme, l'agilité entrepreneuriale, et l'autre le soutien aux plus faibles, disons la cohésion sociale. Gardons ce point en tête pour la réflexion.

Examinons maintenant les premières mesures annoncées à grand bruit après l'élection de mai 2017 : réforme du code du travail ("jambe droite"), réforme de la SNCF ("jambe droite"), suppression de l'ISF ("jambe droite"). A ce moment précis, selon la grille de lecture de B. Moore, auraient dû intervenir, pour préserver une forme d'équilibre/cohésion, des mesures "jambe gauche" ; sont alors annoncés pêle-mêle : réduction des APL, hausse de la CSG, hausse du carburant, projet de durcissement des contrôles techniques automobiles (avorté depuis), baisse de la vitesse à 80 km/h sur les routes départementales, taxe carbone... On le voit, les traductions de la "jambe gauche" tardent à apparaître, et les mesures annoncées semblent stigmatiser les catégories socio-professionnelles qui ont dû s'éloigner de plus en plus loin de leur travail et ont désormais l'obligation d'utiliser leur véhicule.

A côté de ces éléments disons "de fond", les éléments "de forme" sont venus s'ajouter à l'impression globale et impalpable d'inéquité : les petites phrases, prononcées dès le début du quinquennat : "la meilleure façon de se payer un costard, c'est de travailler", "dans les gares on croise (...) les gens qui ne sont rien", "je traverse la rue, je vous trouve du travail", "des Gaulois réfractaires au changement", "des salariées pour beaucoup, illettrées" (à propos de femmes de chez Gad), etc., etc.

De surcroît, les Français comprennent rapidement que les failles du système démocratique ont permis l'émergence de députés godillots ; l'injonction récente qui leur a été faite "soyez fiers d'être des amateurs" a encore ajouté à ce sentiment de passe-passe, voire d'escroquerie. Et malheureusement cette impression s'applique également à la plupart des ministres.

Tous ces constats m'amènent à me dire que même si Emmanuel Macron n'est pas responsable de la gestion calamiteuse de l'Etat depuis quarante ans, il agit pourtant comme s'il voulait incarner l'image de l'élite, honnie car hors-sol, l'incarnant par maladresse ou arrogance (?) jusqu'à la caricature, sur la forme et sur le fond.

C'est peut-être la raison pour laquelle aujourd'hui Emmanuel Macron semble concentrer toutes les colères, toutes les frustrations, alors qu'il voulait offrir l'espoir d'un renouveau car vierge de passé politique, comme surgi de nulle part. Il est probable que l'addition d'une succession de mesures d'apparence libérale sans contreparties à but social (ou trop peu), et d'une forme de provocation permanente pouvant être comprise comme du mépris, l'aient transformé en figure de Roi absolu isolé sur son trône, dont la spécificité française est de couper la tête... Sentiment d'isolement renforcé par l'impression récente de sa propre déception vis-à-vis de ses troupes, alors même que ces derniers ne cherchent qu'à obtenir ses faveurs, tels les courtisans d'antan.

Si Emmanuel Macron avait pris soin, au moins en apparence, de montrer qu'il voulait être "au service du peuple" qui l'a élu, et non son "grand maître" comme sa posture et ses équipes le donnent à voir, cette relative humilité lui aurait peut-être évité l'effet "goutte-d'eau-qui-fait-déborder-le-vase" de la masse, de ceux qui se vivent comme le peuple rejeté par son élite.

Merci à vous pour votre liberté de ton,

Bien cordialement

(*) https://www.monde-diplomatique.fr/2019/01/BONELLI/59444

Aliocha

Je vous embrasse en retour, Zonzon, et vous félicite pour la démonstration de la non connexion des espaces :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Saint_Jean-Baptiste_(L%C3%A9onard_de_Vinci)#/media/Fichier:Leonardo_da_Vinci_-_Saint_John_the_Baptist_C2RMF_retouched.jpg

sbriglia@Tomas

"Qui parlait du général de Gaulle ici ?
En matière de lutte contre les épidémies, pas terrible son bilan:
https://www.liberation.fr/checknews/2020/03/28/est-il-vrai-que-la-grippe-de-hongkong-de-1968-avait-ete-minimisee-dans-les-medias_1783363
Rédigé par : Tomas | 28 mars 2020 à 22:38"

A ceci près que de Gaulle a quitté le pouvoir en avril 69 et que la grippe a sévi à l’automne 69 en France sous Pompidou.

Et qu’il y a un demi-siècle les analyses de génome étaient encore balbutiantes...

revnonausujai

@ Tomas

L'"érudit", c'est d'abord le grouillot du service com de l'Elysée qui a fait une comparaison aussi oiseuse que déplacée.

https://www.valeursactuelles.com/politique/pour-lelysee-macron-face-au-coronavirus-cest-clemenceau-dans-les-tranchees-117389

Au moins, on peut accorder à Clemenceau d'être sincère au bénéfice du doute quand il disait "je fais la guerre" ; ce n'est pas le cas aujourd'hui.

Tomas

Qui parlait du général de Gaulle ici ?

En matière de lutte contre les épidémies, pas terrible son bilan:

https://www.liberation.fr/checknews/2020/03/28/est-il-vrai-que-la-grippe-de-hongkong-de-1968-avait-ete-minimisee-dans-les-medias_1783363

30 000 morts en deux mois et le quart du pays malade l'hiver 69, et l'institut Pasteur avait trouvé la souche du virus pour faire un vaccin avant, mais sans rien faire.

Moralité: arrêtez de nous soûler avec de Gaulle, il est mort depuis longtemps, paix à son âme mais aussi aux nôtres ! Et documentez-vous un peu avant de convoquer ses mânes pour critiquer les gouvernants d'aujourd'hui, aussi faillibles que leurs prédécesseurs, nous le voyons bien.

Un autre érudit nous a causé de Clemenceau, c'était pas lui qui était aux manettes durant la grippe espagnole ?

revnonausujai

@ Mary Preud'homme

Dont acte pour l'erreur d'aiguillage.

Pour le reste, vous faites exprès de ne pas comprendre ou c'est naturel ?
D'une part nice try, votre façon d'éluder la grossière erreur que vous avez faite en liant le comportement du gouvernement de 39 et du généralissime de cette époque avec une kollaboration nettement identifiée à partir du discours de Montoire de fin 1940.
De l'autre, je sais parfaitement qu'un virus n'a pas de nationalité et qu'on ne le combat pas à coup d'AMSP ; ceci étant, il ne s'agissait pas de savoir s'il faut passer à droite ou à gauche de l'arbre en boule, mais de mettre en évidence la similitude de comportement entre les autorités de 39 et celles actuelles, les unes comme les autres, imprévoyantes puis en état de sidération devant une situation qui les dépasse.

Que vous le vouliez ou non, dans les deux cas s'impose l'image du canard sans tête qui court dans tous les sens et dans les deux cas les conséquences ont été ou seront calamiteuses.

Lucile

@ Tipaza | 28 mars 2020 à 09:32

Je ne plaide pas pour E. Macron, je plaide pour nous, pour que nous comprenions bien qu'E. Macron n'est ni le diable ni le bon Dieu, et que nous devons élargir le spectre si nous voulons comprendre la source de nos maux.

Comme pour vous, Emmanuel Macron n'est pas ma tasse de thé. Il a une approche trop exclusivement intellectuelle des problèmes, avec des mécanismes de défense tournant autour de l'intellectualisation, ce qui nuit sérieusement à son approche de la réalité et d'autrui ; il s'enivre de ses propres paroles, il est persuadé d'avoir raison, il n'a pas le sens de ses limites, il manque de finesse de perception, et de respect pour ceux placés plus bas que lui sur l'échelle sociale ; il est administratif, étatiste et centralisateur, un peu comme HAL, l'ordinateur de "2001 l'Odyssée de l'Espace" ; et dépensier ; enfin je le soupçonne de détester la génération de ses parents (la mienne), et de vouloir la sacrifier à la sienne, tout en brossant les seniors dans le sens du poil parce qu'il en a besoin pour être élu. Je le considère comme un faux fort. Ça vous ira comme ça ?

J'ai travaillé dans le recrutement. J'ai vu beaucoup de gens au CV magnifique qui après des études prestigieuses et quelques années à exploiter leur intellect, voulaient à tout prix faire de l'opérationnel, et "gérer un centre de profit", c'était le terme à la mode. Comme ces gens sont doués pour convaincre, ils arrivent à leurs fins. Mais je sais d'expérience que nombre d'entre eux ne sont pas faits pour ça, et une fois en place, qu'ils démotivent leurs équipes et plombent les entreprises dont ils prennent les rênes. Plutôt que de l'admettre, car ils croient à la toute-puissance de l'intellect, ils se raidissent parce que c'est l'image (fausse) qu'ils se font d'un chef.

On en veut beaucoup plus à EM qu'à un autre parce qu'il s'est fait passer pour le Messie, et parce qu'il a une manière parfois détestable de traiter les autres. Ce retour du bâton est normal. Mais nous n'irons pas très loin de la sorte. Soyons justes et traitons-le sans parti pris, sans adoration ni détestation. Ni un saint ni un malfaiteur, ni un génie ni un imbécile, ni un grand politique ni un bon à rien.

Dans sa gestion de la crise il a fait deux erreurs monumentales : 1) déclarer que des scientifiques lui avaient assuré que le maintien des élections n'augmenterait pas le nombre de contaminations 2) essayer de nous faire croire que le dépistage et les masques ne servaient à rien. Ce recours pédagogique aux carabistouilles n'est pas nouveau, mais regrettable en République, car il sape définitivement la confiance des gens, personne n'étant dupe, sauf les adorateurs inconditionnels prêts à gober le premier mensonge venu.

Apparemment, maintenant, EM et ses multiples bras droits s'emploient cahin-caha à augmenter les capacités de dépistage et à enrayer la contamination, ce qui tendrait à prouver qu'il a pris conscience du problème.

Pour aller dans votre sens, il me paraît judicieux de garder notre esprit critique à son égard. Critique mais objectif. Surtout, selon moi, si nous pouvions nous doter d'une organisation et d'institutions telles que même avec un chef de gouvernement médiocre, tous les services de l'Etat soient en bon état de marche, sans coûter plus que ce qu'on peut leur consacrer, et soient suffisamment élastiques ("résilients", c'est plus chic) pour absorber les imprévus sans mettre l'avenir du pays et des citoyens trop en danger, cela vaudrait mieux que de chercher une personnalité introuvable et digne d'adulation pour présider le tout.
À nous focaliser sur Macron et à entériner l'idée qu'il est responsable de tout ce qui ne va pas, donc omnipotent, nous ne prenons pas ce chemin. Avec un autre, le scenario risque de se répéter.

sylvain

@ Zonzon
"Robert De Niro l'utilisa lors des derniers oscars à l'encontre du Président US !"

Sauf que le doigt d'honneur de De Niro est l'arme des faibles et des jaloux haineux.

De Niro est un comédien has been ringard qui veut se faire remarquer gauchistement comme chez nous avec tous nos losers du showbiz.

Mary Preud'homme

@ revnonausujai | 28 mars 2020 à 10:19

J'avais posté mon message sur deux fils simultanément et demandé à la modération d'effacer celui-ci envoyé en fausse direction ; il me semble que cette sollicitation de ma part n'ait pas été comprise.

C'est bien vous qui aviez mis en cause ceux qui travaillent actuellement et se dévouent sans compter, en faisant un parallèle indécent avec ce qui s'est passé il y a quatre-vingts ans.

Quant à ceux qui respectent les règles du confinement, il m'apparaît que c'est davantage pour préserver la santé de tous et la leur, plutôt que pour complaire à M. Macron et à son équipe.

Ce qui est primordial en ce moment c'est de sauver des vies, et rien d'autre... Et comme nous sommes sur le même bateau il faut ramer, ramer et rien d'autre, là où nous sommes, en première ligne où confinés chez nous, cela pour ne pas compliquer la tâche des précédents. Les règlements de compte viendront ensuite !

Par ailleurs, des gens qui paniquent font des provisions et pratiquent la délation comme en temps de guerre, il y en a beaucoup trop, certains allant jusqu'à dénoncer leurs voisins auprès des services de police dès lors qu'ils sortiraient plusieurs fois par jour, etc. !! C'est ainsi que le 17 croule littéralement sous les appels et les questions saugrenues, oiseuses ou mesquines qui n'ont rien à voir avec ce service réservé en priorité, surtout en ce moment, aux urgences sécuritaires et pénales.

Vous et d'autres, mettez-vous bien ça dans la tête : cette invasion (planétaire) du covid-19 n'a absolument rien à voir avec les deux précédentes guerres mondiales où l'ennemi était clairement identifié et où il convenait de choisir son camp.

Zonzon

@ F68.10 27 mars à 23 h 47
''Je vous félicite pour la fécondité de votre imagination.''

Je ne peux vous laisser dire une telle flatterie. Je n'ai aucune imagination… je ne suis que raison… enfin c'est au moins ce que je me dis parfois ! L'imagination c'est vous. Avec nos amis Lodi et Aliocha que j'embrasse au passage.

Il ne vous a pas échappé que nous ne parlions pas de la même chose, vous de la main, moi du doigt.

La position de la main est un élément d'un espace infini à cinq dimensions. C'est dire toute la richesse que l'homme doté d'une anatomie normale peut signifier à ses semblables par l'exploitation de cet outil merveilleux dont on dit qu'il est à l'origine de la pensée.

Et ne parlons même pas de l'individu ambidextre, lequel dispose non seulement des dix dimensions propres à ses deux mains mais d'une infinitude non bornée des positions relatives de ses bras dans l'espace.

Le doigt dispose lui aussi d'une capacité d'expression moindre mais illimité. La plus classique – dite doigt d'honneur – le majeur tendu, les autres doigts fermement repliés est usuelle : Robert De Niro l'utilisa lors des derniers oscars à l'encontre du Président US !

Je ne désirais pas vous entretenir du doigt en général mais de l'index droit tendu, dirigé verticalement vers le haut – donc configuration unique – en particulier de celui que le Christ « Pantocrator » arbore dans la peinture orthodoxe pour signifier aux croyants que son Père est là-haut, que l'on dépend de Lui et que nous n'avons pas à faire les malins… surtout en période d'épidémie dans un pays dirigé par des bouffons !

Il ne peut donc y avoir aucune espèce de contradiction puisque nos espaces ne sont pas connexes. Je suis très heureux d'avoir eu cet échange avec vous !

NOTE: J'ai ouvert Deep Dream. Au bout de 20 secondes un épouvantable mal de tête m'a saisi. Je ne recommencerai pas !

revnonausujai

@ Rdt Corinne 19h05
"Pauvre France, pauvres Français. E. Macron se démène nuit et jour depuis le début de son mandat pour réparer leurs erreurs et nous faire aller de l'avant. Qui pouvait prévoir une telle pandémie, on la craignait mais on espérait toujours qu'elle nous épargne..."

Euh ! Si "on" craignait la pandémie, c'est qu'"on" prévoyait qu'elle était possible !
En bonne logique, "on" aurait pu au moins envisager et préparer les mesures à prendre en cas de survenue de l'hypothèse défavorable, mais "on" a préféré croiser les doigts pour conjurer le sort.
Comme disent les Shadoks, plus une politique ne marche pas, plus "on" a de chances qu'elle finisse par marcher.

revnonausujai

@ Mary Preud'homme 17h56

Primo: je n'ai jamais soutenu Macron ; dès avant son élection, je l'avais jugé comme un pervers narcissique et il n'était pas question que je lui accorde ma voix ni mon soutien ; a posteriori, tout montre que je n'avais pas vraiment tort.

Secondo: collaboration, vous avez dit collaboration ? le diumvirat Daladier/Gamelin a exercé de 1939 à mai 1940, c'est-à-dire AVANT la bataille de France et l'invasion boche. S'ils avaient fait leur boulot, il n'y aurait (peut-être) pas eu un tel désastre et ses conséquences.

Je n'ai même pas envie d'ironiser sur vos erreurs chronologiques ou de jugement, elles sont si dérisoires !

breizmabro

@ Rdt Corine 27 mars 19:05
"...en 2015 on détruit le stock restant d'1,4 milliard de pièces"

Emmanuel Macron devient ministre de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique en 2014, et en 2015 il fait adopter une loi pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques, dite "loi Macron".

Manu n'était pas dans le gouvernement Valls sous la présidence Hollande ? Comme disait Georgina à propos d'un autre scandale "je ne me sens pas coupable, parce que, vraiment, à l’époque, on a pris des décisions dans un certain contexte, qui étaient pour nous des décisions qui nous paraissaient justes"...

Manu a sa réponse ; par anticipation pour une fois.

Tipaza

@ Lucile | 27 mars 2020 à 22:51

Désolé Lucile, mais votre plaidoirie n'est pas convaincante du tout.
Elle adopte la même position que celle de Macron.
Celui-ci se défausse de ce qui se passe, allant même jusqu'à menacer ses collaborateurs après la crise. Attitude indigne d'un chef.
Celui qui rend responsable de ses malheurs la fatalité se soumet à la fatalité.
Celui qui excuse ses déboires par la trahison ou le défaut de ses collaborateurs se soumet à ses collaborateurs.

À aucun moment il n'a pris en charge la désorganisation du système hospitalier.
Et pourtant ce n'est pas faute d'avoir été alerté par des mouvements au sein des hôpitaux.
Mouvements des infirmières, mouvement des médecins, mouvement des chefs de service allant même jusqu'à démissionner de leurs fonctions administratives avant, bien avant la crise.
Les signaux de la désorganisation avaient été émis clairs et forts, comme on dit dans l'armée.
Jamais il n'a répondu à ces demandes, sinon en promettant quelques sommes d'argent insuffisantes, cautères sur une jambe de bois, pour prendre une métaphore médicale.

Il n'a pas vu le problème et encore moins anticipé la situation actuelle.

Il n'y a que l'économie qui l'intéresse au plan national.
Réforme du droit du travail, réforme de la collecte des impôts, réforme de certaines taxes et impôts.
Réforme des retraites, encore inachevée, pour cause de Covid-19.

Jamais il ne s'est penché sur la réforme du système de santé, qui n'est pas exclusivement celui des hôpitaux, mais aussi celui de la médecine libérale, et au moins autant celui des études médicales. Et je ne parle pas de la réforme des études vétérinaires.

Savez-vous que beaucoup, disons un certain nombre de jeunes, vont en Espagne faire des études de kiné, d'autres en Roumanie pour des études de médecine ou de véto. Ces études sont plus faciles et plus courtes qu'en France.
Ils peuvent ensuite revenir en France exercer librement dans le cadre des règles de l'UE.
Pour ce qui concerne la formation de médecine en Roumanie, elle est nettement inférieure à celle faite en France. Exemple vécu personnellement.
Vous trouvez cela normal ? Moi pas.

Achille

@ Florence | 27 mars 2020 à 17:24

Petits rappels.
Quelques commentaires de certains leaders de l’opposition quelques jours avant les élections municipales . Les mêmes qui disent le contraire aujourd’hui.
On n’ose imaginer ces gens-là, qui disent tout et son contraire, au pouvoir.

Zonzon

EN FAMILLE

Z : Avez-vous pris connaissance de la dernière déclaration de Robert Marchenoir ?

G : Qui ça ?

BN : Où ça ?

A : Quand ça ?

– …...........

Z : Je vois !

sbriglia@Florence

Vous rapportez une rumeur invérifiable, je vous oppose le texte officiel.

C’est la différence entre un esprit cartésien et une tireuse de tarot.

Document source : JORF du 26 mars, texte n°31
« Chapitre 7
« Dispositions relatives à la mise à disposition de médicaments
« Art. 12-2. – Par dérogation à l’article L. 5121-8 du code de la santé publique, l’hydroxychloroquine et l’association lopinavir/ritonavir peuvent être prescrits, dispensés et administrés sous la responsabilité d’un médecin aux patients atteints par le covid-19, dans les établissements de santé qui les prennent en charge, ainsi que, pour la poursuite de leur traitement si leur état le permet et sur autorisation du prescripteur initial, à domicile.
« Les médicaments mentionnés au premier alinéa sont fournis, achetés, utilisés et pris en charge par les établissements de santé conformément à l’article L. 5123-2 du code de la santé publique.
« Ils sont vendus au public et au détail par les pharmacies à usage intérieur autorisées et pris en charge conformément aux dispositions du deuxième alinéa de l’article L. 162-17 du code de la sécurité sociale. Le cas échéant, ces dispensations donnent lieu à remboursement ou prise en charge dans ce cadre sans participation de l’assuré en application des dispositions de l’article R. 160-8 du même code. L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé est chargée, pour ces médicaments, d’élaborer un protocole d’utilisation thérapeutique à l’attention des professionnels de santé et d’établir les modalités d’une information adaptée à l’attention des patients.
« Le recueil d’informations concernant les effets indésirables et leur transmission au centre régional de pharmacovigilance territorialement compétent sont assurés par le professionnel de santé prenant en charge le patient dans le cadre des dispositions réglementaires en vigueur pour les médicaments bénéficiant d’une autorisation de mise sur le marché.
« La spécialité pharmaceutique PLAQUENIL©️ et les préparations à base d’hydroxychloroquine ne peuvent être dispensées par les pharmacies d’officine que dans le cadre d’une prescription initiale émanant exclusivement de spécialistes en rhumatologie, médecine interne, dermatologie, néphrologie, neurologie ou pédiatrie ou dans le cadre d’un renouvellement de prescription émanant de tout médecin.
« Afin de garantir l’approvisionnement approprié et continu des patients sur le territoire national, en officines de ville comme dans les pharmacies à usage intérieur, l’exportation des spécialités contenant l’association lopinavir/ritonavir ou de l’hydroxychloroquine est interdite. Ces dispositions ne s’appliquent pas à l’approvisionnement des collectivités relevant des articles 73 et 74 de la Constitution et de la Nouvelle-Calédonie.
« Pour l’application du présent article, sont considérés comme établissements de santé les hôpitaux des armées, l’Institution nationale des Invalides et les structures médicales opérationnelles relevant du ministre de la défense déployées dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire. ».
Article 2
Le ministre des solidarités et de la santé et la ministre des outre-mer sont chargés de l’exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française et entrera en vigueur immédiatement.

Fait le 25 mars 2020.
Edouard Philippe

F68.10

@ Zonzon

"C'est la position de la main signant une bénédiction qui vous fait cet effet" -- F68.10

"Pas du tout !" -- Zonzon

"Le doigt – pantocrator – indique sans ambiguïté le ciel comme dans une multitude de représentations picturales orthodoxes." -- Zonzon

Je vois comme une contradiction dans vos deux citations, la seconde fait bien référence à la position de la main dans l'art byzantin. Vous utilisez le terme "pantocrator" pour qualifier cette gestuelle pictographique, là où j'utilisais le terme "bénédiction", mais il me semble bien que nous parlions de la même chose.

Cela étant, je vous félicite pour la fécondité de votre imagination. Je crois qu'il faudrait demander à Deep Dream de Google ce qu'il pense de cette image. Vous devriez la fournir à l'interface web de Deep Dream, et il vous dira si la classification neuronale googeulienne de cette image vous fait ressortir des images de Jesus ou de Raël. Tenez-nous au courant.

Zonzon contre Deep Dream. Un combat d'experts, en somme...

Wil

@ Florence
"Ce médicament est un médicament contre lequel il n’existe pas d'antidote."

HAHAHA ! c'est ENORME !
Alors celle-là, elle est d'office qualifiée pour le championnat du monde de la blague ou de la c*nnerie, elle peut largement faire les deux et gagner. No problemo.
Qu'est-ce qu'il faut pas lire comme c*nneries parfois... On se demande où l'humanité va chercher tout ça.

Lucile

La gestion de la crise jusqu'ici n'a pas été géniale, mais ne nous leurrons pas, elle n'a pas été géniale dans nombre de pays. En Europe, seule l'Allemagne semble pour l'instant bien s'en tirer. En GB et aux USA, c'est laborieux. Je ne sais pas à quoi ça va ressembler en Afrique et au Moyen-Orient, les populations souffriront sans doute, comme souvent. Donc Emmanuel Macron est dans la moyenne, qui n'est sans doute pas très bonne, mais ni très mauvaise non plus. On ne peut faire porter le poids de ce jugement sur le seul Emmanuel Macron, c'est un ensemble où figure en bonne place notre système de sécurité sociale non fonctionnel et ruineux, et notre administration à la fois gargantuesque, poussive, anonyme, irresponsable et despotique.

Effectivement, Emmanuel Macron a parfois l'air maintenant d'un jeunot dépassé par les événements avec son équipe de bras cassés, et de ce point de vue, on le regarde avec d'autres yeux, mais il s'efforce de faire face tant bien que mal, avec ses qualités et ses défauts, que nous connaissons. Le problème dépasse largement sa personne, ne nous trompons pas sur les causes de notre manque de préparation et de réactivité. Les pays les mieux armés et les mieux capables de répondre aux besoins sanitaires en cas de crise le sont non pas à cause de leur président de la République ou de leur Premier ministre, ils le sont grâce à leurs infrastructures et à leur état de marche. Un grand orchestre joue parfaitement la partition, même avec un chef médiocre, mais le meilleur chef d'orchestre du monde ne tirera rien d'un orchestre qui joue mal.

Les seuls leviers sur lesquels nous pourrons agir pour améliorer notre réactivité ne tiennent pas à la personnalité du président que nous élisons, mais à notre organisation. C'est un vrai gâchis d'avoir un personnel soignant courageux, consciencieux et de haut niveau pour arriver à des résultats aussi décourageants. Quand la crise sera passée, regardons ce qui se fait ailleurs, et inspirons-nous des plus performants plutôt que de nous enorgueillir d'un système original qui ne satisfait personne. Nous y ajouterons notre touche personnelle plus tard, quand nous l'aurons bien rôdé.

Florence

@ sbriglia

C'est le fils urgentiste d'une amie qui le dit lui-même.
Voilà son message :

"La chloroquine est arrêtée à Bichat, Lariboisière et la Salpêtrière. Il y a des discussions au sommet des patrons d’hôpitaux.
Ce médicament est un médicament contre lequel il n’existe pas d'antidote. Il y a plein d’imbéciles qui sont rentrés chez eux avec des prescriptions et qui les ont pris comme du Doliprane et qu’il a trouvé avec le cœur battant à 300.
Il faut donc que les gens à qui on prescrit soient hospitalisés et il n’y a plus de places en Île-de-France. Inutile de vous dire que le 93 est totalement débordé et qu’ils les prennent dans les autres départements."

Arrêtez donc d'insulter les gens alors que vous êtes planqué derrière votre clavier. Vous êtes vraiment lamentable.

Lodi

@ Jérôme

René Girard vous pousse à ne pas trop consommer et à le faire de façon éthique. Et c'est bien.

Vous savez ou pas que je dénonce souvent des comportements qu'on veut excuser, par exemple parce que fait dans l'ombre, avec une attestation à soi-même qu'on est bien puisqu'on ne s'en vante pas.
Et bien des gens d'en être complices. Si Polanski ne se vante pas de ce qu'il fait, il ne faut pas qu'il soit puni, si un écrivain s'en prévaut, lui devrait croupir en prison.
En somme, le crime compte moins que son enrobage, comme quand on est professionnel, non, l'inverse. Le professionnel doit faire savoir, le transgresseur contrefaire le repentir.

Mais je ne serais pas si sévère pour le consommateur de camelote !

On va commencer par René Girard. Il disait certes que l'idéal serait qu'on s'aime les uns les autres, mais en attendant, si on achète tous la même chose pas cher, on se fait plaisir sans rivaliser, et on détruit des objets plutôt qu'on n'arrache la vie à quelque victime !
Mais manque de chance, il y a le problème de la pollution. Triste, non ?

Le monde n'est pas moral. L'esclavage ne pollue pas, un niveau de vie où tout le monde consomme, si.
Comment les gens peuvent-ils imaginer le monde moral ? Jamais en rien, mais expliquer que l'eau est humide me décourage rien que d'y penser. C'est la mer à boire et je ne suis pas Thor !

A part le fait que consommer du n'importe quoi donne du confort, réconcilie les gens, ce qui n'est pas rien, il développe les pays pauvres.
Au détriment du travail ici, mais j'espère et je crois qu'il s'amorce une réaction.

Quant à la fausse révolte du commun, elle me paraît mieux que la liberté, c'est bien relatif, de l'élite.
Parce que pour moi, noblesse oblige. Est-ce que toute l'élite est mauvaise, qu'est-ce que l'élite ?

Eh bien non, toute l'élite n'est pas mauvaise. Vous lisez René Girard, ce qui est bien, vous ne dites pas aux autres lecteurs qu'ils sont mauvais, quand tant rivalisent à son propos, ce qui est mieux...

...Et vous vous intéressez à la cuisine. Peut-être faites-vous de bons petits plats ?
Vous savez lire et vous savez vivre, bravo !

sbriglia

"@ sbriglia
Vous êtes tout simplement lamentable."
Rédigé par : Florence | 27 mars 2020 à 15:28

Ce qui est lamentable, madame, c’est de colporter en ces temps mortifères de fausses rumeurs, des propos de café du commerce que vous semblez affectionner et qui révèlent la pauvreté de votre analyse.

Ce qui est lamentable c’est, lorsqu’un commentateur vous met le nez dans votre pipi, que vous poussiez les cris d'une madame Michu à laquelle on oppose des faits vérifiables aisément... pour peu qu’on ait l’intelligence d’aller aux sources.

Rdt Corine

Certains commentaires ici par des Français me font pitié... pour ne pas dire honte ! Aucun virus n'est pire que le mauvais esprit de quelques-uns de nos compatriotes.

Être Président c'est prendre les meilleures décisions possibles et savoir garder la tête froide. Emmanuel Macron a été élu démocratiquement, il n'a qu'un seul tort, qui est de ne pas faire partie de la "classe politique", celle composée de femmes et d'hommes politiques Républicains et Socialistes qui prétendent être au-dessus de tout, souffrant d'amnésie, vivant dans le déni, refusant de reconnaître leurs torts et pleurant leur pouvoir perdu...

Pauvre France, pauvres Français. E. Macron se démène nuit et jour depuis le début de son mandat pour réparer leurs erreurs et nous faire aller de l'avant. Qui pouvait prévoir une telle pandémie, on la craignait mais on espérait toujours qu'elle nous épargne...

Les masques ? en 2011 on décide d'arrêter la constitution d'un stock de guerre, en 2015 on détruit le stock restant d'1,4 milliard de pièces. Dès la fin janvier le gouvernement a pris les devants et a réquisitionné les masques existants, a rencontré les cinq fournisseurs français et les a incités à produire en quantité depuis mi-février, les usines travaillent 24/24h 7/7j... Commande passée de respirateurs en Allemagne etc. Constitution d'un Haut Conseil Scientifique pour gérer la crise...

NON, Emmanuel Macron n'est pas responsable de ce malheur ! S'il y a des comptes à faire on les fera APRES ! Que les irresponsables politiques donnent l'exemple de la cohésion au lieu d'en profiter pour détruire notre unité ! Courage et bravo à tous ceux qui au péril de leur vie veillent sur ceux d'entre nous qui souffrent de ce mal.

Mary Preud'homme

@ revnonausujai | 27 mars 2020 à 16:30

Votre comparaison est vraiment malvenue, alors que ce président est contesté et critiqué comme ne le fut aucun de ces prédécesseurs. Le plus choquant c'est que les premiers à le démolir, alors que ce n'est vraiment pas le moment, sont trop souvent ceux qui ont contribué à son élection. Une versatilité et une inconstance qui devraient au contraire rendre ces gens un peu plus lucides sur leur part de responsabilité. Et à défaut de cette honnêteté élémentaire, qu'ils se taisent...

Quant à vos allusions perfides à la collaboration s'agissant de personnes qui par centaines de milliers travaillent d'arrache-pied dans de multiples domaines pour soigner, garder, veiller, approvisionner, sécuriser, secourir leurs concitoyens, avec parfois le risque d'y laisser leur peau, ces allusions monsieur sont tout bonnement "répugnantes". Comme l'est la CGT qui n'a rien trouvé de mieux que de lancer un préavis de grève pour défendre son petit pré carré et ses "avantages acquis". Tandis que d'autres "collabos" selon vous triment jour et nuit pour sauver des vies...

Florence

@ Achille

Ne vous faites pas plus mouton que vous ne l'êtes.
Macron a annoncé fermer toutes les écoles, universités et crèches le jeudi soir. C'était une bonne décision. Le seul problème est que sa main a tremblé pour aller jusqu'au bout. Les élections, ils les a annulées le lundi, au soulagement général. Le confinement a été décidé avant les élections. Se défausser sur Larcher et Jacob (qui sont tout aussi irresponsables que lui) est une lâcheté supplémentaire. Macron savait que le 2e tour n'aurait pas lieu.
Je me demande, si Edouard Philippe n'avait été pas été candidat au Havre, s'il aurait eu le courage d'annuler le 1er tour.
Qui va croire que c'est Larcher qui a emporté le morceau, à part les gogos ? Depuis quand Macron se soucie de l'opposition qu'il a détruite consciencieusement ?
Le gouvernement et Edouard Philippe le premier étaient la tête dans le guidon des municipales. E. Philippe avait bon espoir d'être élu dès le premier tour. Ce qui lui aurait assuré une bonne base arrière une fois la pandémie passée.

Macron ne s'est pas comporté comme un homme d'Etat. C'est un fait. Et on n'a pas fini d'en subir les conséquences. Le confinement va maintenant durer très longtemps, les gens vont mourir dans les hôpitaux sans pouvoir être sauvés et notre économie sera en ruine.

Zonzon

@ F68.10 26 mars à 15 h 47
''C'est la position de la main signant une bénédiction qui vous fait cet effet''

Pas du tout !
Il y a au premier chef les bras dans une position triplement hiératique : l'horizontalité de la Terre, la verticalité du Ciel, l'orthogonalité parfaite comme l'extremum maximorum du Créé et du Créateur.

Le personnage est figé, statufié, n'appartient pas vraiment au monde vivant, une « Sainte », une envoyée.

Son regard fixe, impénétrable, lointain… mais interrogateur sans concession !

Le doigt – pantocrator – indique sans ambiguïté le ciel comme dans une multitude de représentations picturales orthodoxes.

La profondeur de champ limitée accentue cet aspect.

La coloration noire, quasi uniforme, invite à une méditation janséniste.

Enfin l'auréole lumineuse qui entoure la tête nous enlève les derniers doutes !!

Apposée à droite, une scène de la vie d'ici-bas : un marchand des quatre saisons apprend que son marché sera fermé jusqu'à nouvel ordre !

Achille

@ Florence | 27 mars 2020 à 15:28
« Vous démontrez parfaitement bien que Monsieur Macron n'a pas la stature d'une homme d'Etat. Un homme d'Etat n'aurait pas cédé devant ces menaces. Un homme d'Etat aurait fait son devoir. Un homme d'Etat aurait assumé. »

Non je démontre qu’il a tenté jusqu’au bout de respecter les règles de la démocratie en s’efforçant de maintenir les dates prévues de longue date pour les élections municipales.

C’est essentiellement l’évolution terrifiante de l’épidémie qui l’a conduit à changer d’avis.
Par contre s’il avait suivi les injonctions de Gérard Larcher et Christian Jacob, je n’ose imaginer le nombre de morts du coronavirus aujourd’hui.

Exilé

@ Robert
« On a le droit absolu d'être partisan de monsieur Macron, quoi qu'il fasse. Mais de là à accuser tous les commentateurs et commentatrices de haine à son endroit, c'est aller un peu vite en besogne. »

Vous avez mieux répondu que je ne l'aurais fait à l'emploi abusif du mot « haine », mais hélas ce détournement, fréquent parmi les jeunes générations, ne date pas d’aujourd’hui.
Avons-nous encore le droit en France de ne pas approuver tel ou tel personnage sans nous faire accuser d'éprouver une quelconque forme de « haine » à son encontre ?

Un enseignant qui décerne une mauvaise note à un élève le fait-il sous le coup de la « haine » ?
Le fait de ne pas aimer le jeu de tel acteur, le style de tel écrivain, les articles de tel journaliste, relève-t-il obligatoirement de la « haine » ?

Étant personnellement critique sur la façon d'agir - ou plutôt de ne pas agir - de M. Macron, je pense ne pas être animé d'une quelconque « haine » à son encontre.
Je serais plutôt enclin à éprouver un simple rejet des nuisances que cet homme semble s'acharner à produire, en souhaitant pour la France qu'elles ne durent pas la vie des rats.

revnonausujai

@ vamonos 14h29

Hors sujet ?
Le sujet, ce n'est pas les atermoiements de Macron et de ses sbires ?
Le sujet, ce n'est pas la soumission idolâtre du même envers l'Allemagne, qu'il n'est pas capable d'imiter dans ce qu'elle fait de bien ?
Le sujet, ce n'est pas le sort des anciens, abandonnés dans les EHPAD et que la com officielle refuse même de considérer comme des victimes ?
Le sujet, ce n'est pas les statistiques mondiales qu'égrène l'ineffable Salomon pour mieux cacher qu'il truque les chiffres français ? mais là pas de "plus tard" !

"Restez chez vous", vous êtes supplétif de la Stasi, kapo de la pensée unique ? mêlez-vous de vos oignons !
Non, Macron ne me fait pas pitié, il m'inspire mépris et dégoût !

oli71

@ Achille
"Ma pitié, je préfère la réserver à ces gens pour qui tout est facile, qui sont capables de trouver les moyens humains et matériels en quelques jours, savent bien sûr le médicament le plus approprié pour lutter contre le coronavirus. Ceci tranquillement assis derrière leur petit écran".

Entièrement d'accord.
Le niveau de haine qu'expriment sans retenue, ni recul, certains commentateurs est sidérant.

Florence

@ sbriglia

Vous êtes tout simplement lamentable.

--------------------------------------------------------

@ Achille
"S’il avait reporté les élections municipales, certains élus de l’opposition et pas des moindres l’avaient menacé de faire tout un pataquès dans les médias. Il a fini par prendre cette décision face à l’évolution du virus et maintenant les mêmes se mettent à le critiquer de ne pas l’avoir fait tout de suite."

Vous démontrez parfaitement bien que Monsieur Macron n'a pas la stature d'une homme d'Etat. Un homme d'Etat n'aurait pas cédé devant ces menaces. Un homme d'Etat aurait fait son devoir. Un homme d'Etat aurait assumé.

vamonos

@ revnonausujai | 27 mars 2020 à 06:14

Vous êtes hors sujet comme d'habitude.
Pour les statistiques, on en reparlera dans quelques mois.
En ce moment cela ne sert à rien.

Restez chez vous !

bernard

Quand je veux savoir où en est la température, je regarde mon thermomètre.
Quand je veux savoir où en est la haine en France, je regarde les commentaires sur le blog de M. Bilger.

Pour moi ce blog n’a plus aucun autre intérêt que celui de me servir de baromètre des passions haineuses. Donc d’après ce que je lis ici, après le Coronavirus ce sera le Chaos, la Révolution communiste à la Mélenchon, la Révolution nationaliste à la Le Pen, le Coupage de têtes revanchard et/ou préventif, la guerre civile en somme.
Sans doute ! Sans doute !

En Islande on dit bien que ce sont les éruptions gigantesques qui ont causé 1789 en France.
Je resterai donc « confiné » après le confinement en espérant survivre à tout cela et à tous ceux-là.

Une petite remarque quand même.
"Le Président me fait pitié".
Il fallait la trouver, cette triste formule dans laquelle, contrairement à ce qu’on me dit de comprendre, je vois un profond mépris. Cette formule dé-fi-ni-ti-ve m’en rappelle une autre de la même veine, le « Caligula au petit pied » à propos d’un autre (mais qui déjà ?).
Risque pas de réussir sa tâche, Macron, avec des amis pareils.

Robert Marchenoir

"Ce climat de haine qui dépasse la légitimité des antagonismes démocratiques."

En effet. Je n'en peux plus. Ça me dégoûte. C'est déjà suffisamment difficile de faire face aux rigueurs de l'épidémie, ajoutées aux aléas normaux de la vie.

Mais il faut encore subir les torrents de haine de ceux qui s'imaginent d'autant plus vertueux qu'ils vomissent les autres.

Et bien sûr, si vous ne vous associez pas à leur haine, vous en devenez la cible. C'est le totalitarisme démocratisé : en régime communiste normal, seul le ministère de la Bonté a le pouvoir de vous contraindre à l'expression publique de la haine. Sous peine de prison.

Le mécanisme a été amélioré : c'est dans tous les interstices de la société que pullulent, désormais, les capitaines du KGB bénévoles qui s'acharnent sur les récalcitrants.

Inutile de dire qu'on en trouve dans tous les bords politiques. La droite n'a pas grand'chose à envier à la gauche sur ce plan-là. Il suffit de lire les commentaires sur ce blog.

Eric-Nico

Bonjour,

Pour ce qui concerne l'hôpital public, voilà la vérité:

https://www.upr.fr/actualite/comment-et-pourquoi-lhopital-public-francais-est-il-en-train-detre-detruit-dossier-etabli-par-hippocrate-et-la-commission-sante-de-lupr/

Si la France se remet de cette crise, il va falloir discuter avec de nouvelles têtes sciemment ignorées depuis plus de dix ans et qui pourtant préviennent les Français du danger de notre perte de souveraineté. Et, vous l'aurez compris, je ne parle bien sûr pas du RN et encore moins de LFI qui ne sont pas de vrais opposants.

Et il serait bon qu'un homme comme monsieur Bilger s'intéresse de près à des gens qui n'ont pas comme première caractéristique la longueur de leurs dents, en commençant par le dirigeant de l'UPR.

Bien cordialement

Robert

@ Yellocab | 27 mars 2020 à 07:33
@ Claude Lannette | 27 mars 2020 à 04:17
@ Danielle Amandine | 27 mars 2020 à 01:03
@ Antoine Saillant | 27 mars 2020 à 00:31

On a le droit absolu d'être partisan de monsieur Macron, quoi qu'il fasse. Mais de là à accuser tous les commentateurs et commentatrices de haine à son endroit, c'est aller un peu vite en besogne.

Ce blog, et c'est son absolu mérite, donne une très grande liberté d'expression contrôlée par son titulaire mais ne laisserait pas passer les propos haineux visés par la proposition de loi Avia (Obligation renforcée de retrait des contenus haineux en ligne - http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/textes/l15t0310_texte-adopte-seance) devant compléter la loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l'économie numérique.

Si les propos ici exprimés ne vous conviennent pas, cela est compréhensible. Alors passez votre chemin et évitez les accusations gratuites.
Sur le sujet actuel, je ne puis que vous inviter à lire la tribune "J'ai la rage" dont le lien a été fourni dans un commentaire précédent d'un ou une intervenant(e) que je me permets de reproduire
https://www.liberation.fr/debats/2020/03/24/j-ai-la-rage_1782912

Souffrez que son auteur puisse éprouver de la rage à défaut de haine !

sylvain

La CGT appelle à la grève.
On dit bien CGT "Cancer Généralisé du Travail".
On peut dire aussi CGT "Coronavirus Généralisé du Travail".

Serge HIREL

@ Danielle Amandine / 27 mars 01 :03

Comparer la situation créée par le Codiv-19 au « cataclysme » engendré par la peste, voilà comment développer l’anxiété et nuire à notre organisation sociale...
Par ailleurs, lors d’une guerre, le « généralissime » est habituellement conspué et immédiatement remercié lorsque, dans une bataille, sa stratégie a conduit à une défaite. Pour l’heure, celle, hésitante, choisie par le Président sous la contrainte de pénuries dont on ne peut pas lui imputer l’origine, mais qu’il n’a pas non plus pris soin d’endiguer, laisse simplement perplexe bon nombre de Français.

Enfin, il est de coutume qu’on attende la fin des combats pour tresser des lauriers au chef... à condition qu’il ait remporté la victoire. Conclusion : prenons notre temps avant d’applaudir, confinons-nous, puisque c’est la stratégie... et n’ayons pas honte d’être Français !

Exilé

Appel de Philippe Douste-Blazy à M. Macron :

http://video.lefigaro.fr/figaro/video/chloroquine-l-appel-de-philippe-douste-blazy-a-emmanuel-macron/6144980217001/

Il semblerait que depuis, cet appel et quelques autres aient été entendus, au moins partiellement.
Au passage, félicitations à un ancien ministre qui a repris sa blouse blanche.

Bernard A

Les Français sentent bien les hésitations du pouvoir, et de fait elles ne véhiculent pas la confiance.
Pourquoi un ausweis remanié même pas une semaine après sa sortie. Papier qui multiplie les contacts, parce que dans ce domaine je constate du zèle. J'en ai fait l'expérience ce matin.

A propos du médicament controversé dont je n'ai aucune idée de l'efficacité, je constate le parcours surréaliste de sa distribution: en vente libre pendant des décennies puis interdit, puis autorisé dans les hôpitaux uniquement et il est quasi sûr que la réglementation à son sujet va encore évoluer.

Que voulez-vous ça n'inspire pas confiance.

Il est certain que les responsables de la situation économique française et de sa perte de puissance et de crédibilité ont été au pouvoir depuis quarante ans mais en ce moment c'est M. Macron qui est président et c'est vrai qu'il n'a pas la chance injuste de son prédécesseur qui n'a pas subi les Gilets jaunes, les grèves, la pandémie mais qui a certainement été le plus mauvais dirigeant du pays depuis Vercingétorix.

Enfin, je constate que les médias ne sont pas tendres avec lui, ils alimentent largement le mécontentement public, parfois à bon escient, mais parfois non.
Dans l'immédiat il faut que le président vire tous ses chargés de com qui sont particulièrement nuls.

caroff

@ Danielle Amandine 1h03
"J’ai honte, j’ai honte d’être française lorsque je lis tous ces propos négatifs, haineux envers un homme notre Président qui a peut-être, sans doute même commis des erreurs mais comment les lui reprocher, tant la situation que nous vivons est un cataclysme semblable à la peste qui a jadis ravagé notre pays."

Vous ne croyez pas que vous en faites un peu trop dans votre pleurnicherie ?
En fait Macron et ceux qui sont aux commandes ne connaissent strictement rien à la situation sanitaire.
Leurs conseillers leur tendent des courbes, des tableaux statistiques et des notes qui vont toutes dans le même sens !
Ce sont ces gens qu'il faudrait remettre en question car ils n'ont pas su imaginer et mettre en oeuvre l'architecture d'une prévention efficace.
J'ai mis un lien sur l'organigramme du ministère de la Santé montrant qu'il existe deux bureaux spécialisés dans les crises sanitaires et leur anticipation... Vont-ils, ainsi que leur directeur le Pr Salomon déjà conseiller de Marisol Touraine de 2013 à 2015, battre leur coulpe ?

Les hauts fonctionnaires de Bercy réunis en "comité de la hache" ont réduit depuis de nombreuses années les moyens de l'hôpital public sans être contredits par le ministère de la Santé (Merci Mme Touraine et M. Salomon). Il y a ainsi un front uni: celui des conseillers qui ont tous tiré dans le sens contraire du principe de prévention à commencer par le DGS !!

Pas un ne sera accusé lorsque l'heure des comptes aura sonné.
Mais n'oubliez pas qu'in fine chaque ministre est le chef de son administration...

Giuseppe

La magnifique tirade de Flambeau/Flambard n'a jamais été autant d'actualité !

Je reviens de ma sortie alimentaire, et ceux qui font tourner le pays ne sont pas ceux que l'on croit, la Belgique n'a pas de président et ils n'en meurent pas.

Fidèles au poste les obscurs, au taf, au chagrin, au boulot, au métier, ma jeune boulangère et ses beaux yeux, fidèle au poste tous les jours, elle s'est organisée, masque et gants du pharmacien voisin et le reste. Que ça fait plaisir de voir cette France du courage ! et mon député qui nous raconte qu'il fait du télétravail, tu parles d'un exploit, et sa page de liaison bouffie de consignes inutiles...

Celle sur l'utilisation du numérique chez lui, à moins d'être rompu à l'informatique de besoin, est inexploitable ! Elle m'a fait éclater de rire. Est-il au courant que notre pays compte 11 000 000 d'illettrisme informatique ?

Se rappeler et surtout ne pas oublier :

https://www.bfmtv.com/politique/une-ex-employee-de-l-elysee-denonce-l-arrogance-de-l-equipe-macron-1309513.html

Ils sont meilleurs pour parader, pour l'esbroufe, le vernis, que pour gérer la crise, dépassés de tous côtés, les masques qui manquent, manquent, manquent... Désespérant. Et toujours rien qui arrive à l'horizon.

Aujourd'hui à la boulangerie ce fut la première lueur d'espoir.
Aujourd'hui le pays avance à grands pas encore, heureusement, avec des petits magnifiques qui y "mettent la tête."

Deviro

@ breizmabro | 26 mars 2020 à 22:24
"Je suis en colère et j’ai la rage, car cela fait des années que nous crions notre inquiétude, notre incompréhension, notre dégoût, notre mécontentement, devant les politiques de santé menées par les différents gouvernements"

Que se passe-t-il ? Chirac et Sarkozy ont fait beaucoup pour l'hôpital et Macron a tout détricoté ? Macron est responsable de tout !
Vous avez oublié d'écrire :
"il n'a pas déclaré à la HATVP les millions gagnés chez Rothschild, sans compter une épouse qui s'est fait refaire une troisième liposuccion du menton (payée par qui ?), j'ai mes sources".

Exilé

@ Paul Duret
« Par contre, là où il est toujours possible de s'améliorer, c'est dans la cohésion nationale, l'adhésion à des valeurs sur lesquelles il ne faut pas transiger, le civisme et la culture. »

Alors dans ce cas, pourquoi tout cela n'est-il pas la règle partout ?

https://www.lefigaro.fr/actualite-france/confinement-en-banlieue-la-cocotte-minute-fremit-20200326

Et dans un pays où l'on nous rebat les oreilles avec « l'égalité », au point où il y a même un ministère ridicule qui porte ce nom, comment se fait-il qu'il y ait deux catégories de Français, les privilégiés qui peuvent tout se permettre en restant impunis et les autres qui écoperont d'une amende parce qu'ils seront allés faire leurs courses à bicyclette faute d'autre moyen de transport ?


xc

@ Mitsahne | 26 mars 2020 à 19:13

Pour le cas où je serais contrôlé par un policier ou gendarme (pas vu un seul, jusqu'ici) borné, je sors avec, outre l'attestation, une copie du dernier décret sur la question: https://www.legifrance.gouv.fr/jo_pdf.do?id=JORFTEXT000041746694
Chez moi, le recto-verso ne marche pas avec ce document. Bizarre.

S'agissant des déplacements autres que pour activités physiques, il n'y est nullement dit qu'ils sont limités en nombre ou en durée. On doit donc pouvoir sortir en toute quiétude plusieurs fois un même jour, à tout moment de la journée, avec la même attestation, quelle que soit l'heure qui y est portée. D'où l'utilité du décret en cas de discussion laborieuse.

Pour ce qui est des déplacements pour activités physiques, je préfère ne pas risquer de les consacrer à des discussions oiseuses. Mais je n'en pense pas moins.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS