« Qui échappera à la Justice demain ?! | Accueil | Même la mort n'égalise pas ! »

31 mars 2020

Commentaires

Achille

@ Savonarole | 31 mars 2020 à 19:33

Quelle mémoire !
Philippe Bilger devrait se méfier davantage de ses plus anciens contributeurs. Ils ne laissent rien passer ! :)

---------------------------------------------------------

@ Mary Preud'homme | 31 mars 2020 à 15:55
« A moins que ce soit étudié pour, vu la dextérité et l'habileté des Chinois à fabriquer des masques, plus leur QI très supérieur (selon Marchenoir). »

La stratégie du jeu de go. Les Chinois sont très forts à ce jeu-là. C'est d'ailleurs eux qui l'ont inventé...

F68.10

@ Aliocha
"Prenez votre temps, F68.10, la chair est lente et il peut être un peu long d'ouvrir ce cœur fermé, vous reviendrez sur le sujet quand vous serez réellement renseigné, oubliant les gourous, les mollahs, tous les docteurs de la loi qui lisent en travers, oubliant que le Christ ne nous propose qu'une chose, ne plus croire en la violence."

N'importe quoi. C'est à vous de défendre cette thèse qui se prétend scientifique. Une thèse scientifique, cela se défend en exhibant des faits, en montrant que ces faits ne peuvent s'interpréter in fine que de cette manière et pas d'une autre ; et tout un attirail méthodologique a été développé depuis un demi-millénaire environ - et bien plus de mon point de vue - pour pouvoir traiter ce type de questions.

Ce que je constate, c'est que vous battez en retraite en refusant désormais d'argumenter, et en vous contentant de renvoyer la discussion aux calendes grecques tout en étant incapable d'exposer pourquoi, vous, vous y croyez, à votre thèse.

Vous prétendez que le christianisme, c'est l'"incroyance". Fort bien. De ce que je vois, vous êtes incapable de poser des faits sur la table qui me montreraient effectivement que vous ne croyez votre thèse que sur des faits établis. Au lieu de cela, vous jouez la carte psychologique du "coeur" et de la "patience", ce qui ne vaut pas tripette. Et ce qui vous immunise à la critique de manière extrêmement fourbe, à très peu de frais.

Verdict: croyant typique. C'est même à cela qu'on les reconnaît.

Quant à la violence, c'est un phénomène naturel. On ne "croit" pas à un phénomène naturel. On constate son existence. Êtes-vous en train de me dire que la violence n'existe pas en ce monde ? Ou prétendez-vous vouloir dire quelque chose d'autre et de plus précis ?...

----------------------------------------

@ Lodi
"Non, le problème est que je n'ai pas même inspiré le désir de le lire."

Si... je suis en train de me le taper ligne à ligne... et je comprends mieux ce qui est dit que ce qui transparaît de mes échanges avec Aliocha...

Savonarole

« Je connaissais cet homme et j'osais le qualifier d'ami même si nos relations ont été rares et irrégulières »

C’est une blague ?

Pourtant, pourtant... en 2010 c'était pas un copain Devedjian...

« Devedjian à la relance !
Je suis susceptible pour la politesse. Il m'est arrivé de croiser à plusieurs reprises, ces deux dernières années, Patrick Devedjian que j'ai bien connu judiciairement de 1986 à 1988 lorsqu'il fréquentait comme avocat la section de la presse et des libertés publiques à Paris. Une fois sur deux, il ne salue pas. Ce n'est pas de la distraction mais, clairement, le passage d'un navire en haute mer, en société, dédaigneux des misérables esquifs qui l'entourent. A l'évidence, s'il est un inconditionnel du président, il n'est pas mécontent de lui-même. Cela crée un mauvais climat.

Je suis rancunier pour la Justice. Je n'oublie pas que de concert avec son ami Szpiner, Patrick Devedjian s'est permis, sans savoir, de critiquer l'arrêt exemplaire rendu par la cour d'assises de Paris à l'encontre notamment de Youssouf Fofana et de ses co-accusés. Evidemment, ministre, cela lui suffisait pour parler de ce qu'il ignorait ! Le fait qu'il n'ait pas assisté aux débats ni connu le détail de l'affaire était pour lui sans importance. Cela n'a pas amélioré le climat. »
(Philippe Bilger 2010)

Lodi

@ Jérôme | 31 mars 2020 à 17:33

Notre hôte parle de mauvaise conscience ? Moi j'ai, entre autre, d'avoir essayé d'expliquer la théorie de Girard sans convaincre, ce qui est bien naturel, un squelette n'est pas la bête.
Non, le problème est que je n'ai pas même inspiré le désir de le lire.
Échec total.

Dû à quoi ? Je ne dois pas être pédagogue.
Ou trop ? J'avais décris le mécanisme... Ou je m'indigne du fait que trop ravalent Girard à la religion.
Ce doit être les deux.

Je ne prétends pas être une autorité. Mais il semble que vous supposez les débatteurs de Girard pour plus cultivés que vous.
Je crois ne pas l'être plus que vous... Quoi qu'il en soit, je vous prie d'excuser les débatteurs*, à commencer par moi-même, si nous avons pu adopter un ton excluant.
De toute manière, l'important n'est pas tant les connaissances qu'on a, mais ce qu'on en fait : ce qu'elles permettent de découvrir.
Sur le monde.

Sur soi.
Or, dans les deux cas, vous allez à l'essentiel.

*Je ne sais pas si les héros sont fatigués, mais je n'ai guère envie de poursuivre. Entre exprime-toi aussi bien que l'aurait fait Girard pour défendre ses bonnes intentions et sa scientificité et l'OPA de religion à forte de dose de moraline, et d'autres soucis, je préfère prendre le chemin de traverse.
Espérons ne pas dériver dans le chemin de travers :

https://x3-bob-3x.skyrock.com/2904216703-poudre-de-cheminette.html

Aliocha

Le souffle, chemins de traverse, le souffle, l'appareil respiratoire ouvert et gonflé par la pression atmosphérique, l'inspiration instantanée à chaque virgule, l'idée en spirale alors pouvant aller au bout de son chant, pour qui n'a pas désappris à respirer en fermant ses poumons comme on ferme son cœur.

Prenez votre temps, F68.10, la chair est lente et il peut être un peu long d'ouvrir ce cœur fermé, vous reviendrez sur le sujet quand vous serez réellement renseigné, oubliant les gourous, les mollahs, tous les docteurs de la loi qui lisent en travers et éludent que le Christ ne nous propose qu'une chose, ne plus croire en la violence.

Oui, oui, Jérôme, Achever Clausewitz: le christianisme, c'est l'incroyance.

F68.10

@ Sophie
"Marchenoir qui nous parle de la "femellisation" de la société (quel mot barbare, soi dit en passant)."

Robert Marchenoir a parlé de la "femmelettisation" de la société. C'est un terme plus péjoratif que la "femellisation" de la société, que je trouve assez peu significatif comme terme, et qui personnellement me laisse largement indifférent.

En gros, il condamne le Culte de la Chouinerie. Adoptez plutôt cette expression dans vos critiques pour nous épargner votre indignation anti-sexiste qui est probablement à géométrie variable.

"Peut-être que les créneaux sont difficiles pour nous mais quand on arrive à décrocher notre soutien-gorge, le sortir par la manche et sans enlever le pull, vous faites moins les malins ! Sans rancune, jusqu'à la prochaine estocade !"

Mon expérience personnelle des créneaux et des femmes est qu'elles y arrivent très bien. Mais qu'au début, c'est un peu long à expliquer qu'il faut tourner le volant dans ce sens et pas dans l'autre sens... Mais maintenant, avec les caméras à l'arrière de la bagnole, les choses ont l'air plus simples pour nos dames.

Quant à votre petit exposé de vos talents de docteur en arts mineurs spécialité soutien-gorges, j'avoue que c'est le genre de performance où j'ai l'habitude de détourner le regard. Par politesse, d'une part, et un peu par dégoût, je l'avoue...

Isabelle

Bonne conscience, mauvaise conscience. Les politiciens ne se posent même pas la question. "Le prince" de Machiavel.

Mensonges, la preuve par les images. Edifiant, avec les dates à l'appui. Olivier Véran, plus fort que Pinocchio et le nez ne s'allonge pas...

https://www.youtube.com/watch?v=GCSjpYVC9Dw&feature=youtu.be

Sophie

@ Patrice Charoulet

Les chiens aboient, la caravane passe.

Coronavirus : les laboratoires se préparent à produire de la chloroquine en grande quantité

https://www.sudouest.fr/2020/03/29/coronavirus-les-laboratoires-se-preparent-a-produire-de-la-chloroquine-en-grande-quantite-7371232-10997.php

Sophie

@ Robert Marchenoir

Marchenoir qui nous parle de la "femellisation" de la société (quel mot barbare, soi dit en passant).

Peut-être que les créneaux sont difficiles pour nous mais quand on arrive à décrocher notre soutien-gorge, le sortir par la manche et sans enlever le pull, vous faites moins les malins !

Sans rancune, jusqu'à la prochaine estocade !

Jérôme

Bonjour Philippe,

Je n'ai pas bien compris le sens de votre billet.
Aussi me pardonnerez vous de ne pas bien comprendre le sens de mon post :-) et d'en profiter pour dire n'importe quoi.
As usual serais-je tenté de dire, étant britannophile. Oui je filtre mon eau.

Patrick Devedjian m'était assez sympathique. Je ne dis pas PD ne voulant pas prendre le risque de la confusion et la conséquente volée de bois vert de la part d'éventuels invertis extravertis fréquentant le blog, la joute verbale, le concours de b… dans la plus parfaite incompréhension mutuelle y étant la norme bien trop souvent. Il avait su dire que ses engagements de jeunesse participaient d'un romantisme égaré et trouvé par la suite, comme le soulignent beaucoup, une forme d'élégance dans l'expression et l'échange qui, quand bien même je ne partageais pas grand-chose avec lui, me plaisait bien.

Je vais parler de René Girard. Je fais un billet dans le billet. Pardon Philippe, ce n'est pas bien. Je ne sais pas pourquoi mais j'ai envie, voilà. Après tout vous faites ce que vous voulez de votre billet, je fais ce que je veux de mon commentaire 😊

Etant un peu c*n, la lecture de ses bouquins, qu'ils soient d'entretiens ou pas, m'a nécessité quelques efforts non négligeables. Bon, n'exagérons pas, ce n'est pas non plus insurmontable. La difficulté vient surtout des nombreuses références à d'autres sciences, scientifiques, écrivains, qu'en bon ignare et mauvais élève je n'ai jamais lu.
Je suis athée. Athée agnostique. J'ai la foi de l'athée. Des choses qui ne se discutent pas trop.

On peut lire, apprécier, tirer des enseignements d'un écrivain chrétien, qui, au contraire de ce que je lis souvent, ne me semble pas appuyer sa théorie sur la religion mais plutôt tirer des conséquences religieuses de sa théorie, sans en être soi-même. Il était peut-être chrétien et croyant avant de pondre sa théorie mais je préfère ne pas trop y penser, la poule de l'œuf ou l'œuf de la poule n'ayant jamais trouvé réponse satisfaisante.

Son analyse de la naissance du sacré, de sa relation à la violence est, je pense, pertinente, passionnante, sans prétendre à l'absolu.
Son plaidoyer pour s'affranchir de celui-ci, le sacré, témoignant ainsi de la capacité de celui qui choisit cette voie de s'affranchir de la violence dont il naît, est une séduisante incitation. Particulièrement pour un athée.
René Girard est un intellectuel, pas un gourou. Il a été malheureusement "gouroutisé" par nombre de lecteurs ayant trouvé dans sa théorie un supposé absolu qu'il finit lui-même par contredire. Lire à ce sujet "Achever Clausewitz", intéressant à bien d'autres égards, bouquin dans lequel il s'interroge sur la pertinence des enseignements qu'il tire de ses analyses, humblement, bien plus humblement que bien de ses thuriféraires.

Il me semble possible d'avoir une lecture simple de René Girard. D'en tirer des enseignements de comportements personnels plutôt très positifs.
Que l'on a pas besoin pour cela d'en faire un indépassable maître à penser.
Et qu'inversement, l'irritation de ses contempteurs vient trop souvent de l'aveuglement dû à la "lumière chrétienne" qui l'accompagne, empêchant ceux-ci d'en faire une lecture simple, voire simpliste, la meilleure à mon sens.

Je comprends qu'écrire sur un sujet et d'en dire que ce dernier est le sujet essentiel que les Evangiles ont compris et transmettent, pourrait laisser croire qu'il avait de lui l'idée d'une sorte "d'initié supérieur". Ce n'est pas le sentiment qu'il m'a donné, ni à la lecture de ses bouquins, ni à l'écoute de ce qui est disponible sur le net.
C'est, il faut bien être honnête, souvent le sentiment que j'ai eu à l'égard de ses admirateurs lorsqu'il m'a pris l'idée d'aller me promener sur des blogs dédiés à sa pensée. J'y ai trouvé fortes circonlocutions, analyses tarabiscotées et autres compréhensions toutes plus "originales" les unes que les autres, laissant à croire que l'approche de son œuvre ne peut être que complexe, ésotérique, réservée à de beaux esprits dont font partie, bien évidemment, les participants à ce blog.

Pour ma part je n'ai pas été très loin. Trop complexe, trop éloigné de la pratique, trop cultivé.
Tout ça pour dire qu'il ne faut pas confondre le philosophe et ses lecteurs.
C'était un peu long. J'aurais pu me contenter de cette avant, avant, dernière phrase.
C'est ça le confinement, on ne sait plus quoi faire pour s'occuper.

Exilé

@ Giuseppe
« Les pays du Nord n'en veulent pas de ce machin qui ne sert à rien, la seule réussite est la monnaie unique elle me permet de ne plus avoir de change en vacances, mais le soleil n'est pas la santé universelle, et ces Inutiles sont incapables de construire ce qui fait l'adhésion, la santé. »

Pour excuser la non intervention de l'Union européenne dans la crise actuelle, on nous explique que la santé est du ressort de chaque État.
Il est tout de même curieux que cette U.E s'occupe de tout y compris des dimensions des concombres, mais pas de la santé.

Admettons. Mais ne serait-il pas possible de faire en sorte que le traitement des catastrophes puisse être au moins partiellement assisté par l'U.E ?

genau

Le vocabulaire administratif porte rarement à l'hilarité. Ce n'est pas son rôle et je me souviens avec nostalgie de l'été où mon fils aîné, 2 m 04, avait été engagé en qualité de vacataire à la Poste pour distribuer le courrier, pendant l'été. Son apprentissage avait été confié à un vrai facteur (préposé) qui mesurait à peine 1m 60. Le duo était impayable, et se réjouissait de sa balade quotidienne où il ne croisait que des mines réjouies, jusqu'à ce que le receveur les sépare, en appuyant que ces deux sympathiques préposés "n'avaient pas pour mission de faire rigoler tout le village", avec un humour qui fleurait bon le Sud-Ouest.

Le deuxième cas de dérogation au confinement ne respire pas cette bonne humeur: "achats de première nécessité", un gendarme a décidé que les serviettes hygiéniques ne l'étaient pas, le chocolat non plus mais peut-être bien que si, dans la mesure où on l'achète dans un établissement autorisé. Quel est le critère qui domine ? organique ou fonctionnel ?
Joie du gendarme, mais a-t-il le droit de fouiller le sac de provisions ? D'affecter la bouteille de vin d'inutilité ?
La finalité s'entend, mais la rédaction est inaudible. Il en est de même pour les personnes regroupées dans un même domicile, ce qui permet la sortie en bande organisée des tribus gitanes, mais pas l'accompagnement de la vieille personne qui habite sur le même palier, car si lui rendre visite héroïquement pour lui venir en aide à la sortie de la ville est un cas administratif, la prendre par le bras depuis la porte voisine, est un premier accroc à 135 €.

Mais enfin, jamais un membre de l'autorité n'entérinera de telles bévues. Soit, dit le postier qui ne distribue plus, mais pourquoi l'administration se réserve-t-elle le droit de convoquer en obligeant à sortir de chez soi ? Sans limitation de distance ou d'objet ? Sec, aucune explication, mais c'est plutôt habituel. Et quelle est la sanction ? Déchéance de droits ? Amende majorée ?

La sollicitude, en revanche, empanache les soins, ceux qui ne peuvent être différés; généreux, mais totalement opaque. Tel y voit de moins en moins, sa cataracte devient dangereuse, peut-on différer ou non ? Tel a une entorse qui l'empêche de se mouvoir dans son logement où il est seul: on diffère ou non ? Qui le dira ? Qui le verbalisera ? Je veux dire, l'explicitera.

Bon, tout cela est tiré par les cheveux et volontairement outrancier, sans conséquences, mais fait douloureusement écho à la sauvagerie des jamais contents, des crédules, des apprentis membres de la Stasi, à l'angoisse aussi de ceux qui voient quotidiennement leur avenir déjà précaire se teinter de noir plus foncé.

Je réserve mon sympathique receveur des postes, d'avant le déluge.

Isabelle

La grande majorité des Français ne veut pas en découdre. Après le confinement, ils seront tous épuisés (je viens d'avoir le covid, pas franchement envie de faire la révolution ; ce virus vous terrasse). Les Français seront encore dans la crainte d'être touchés, faute de vaccins. Ne jugeons pas toujours les Français comme étant plus sombres qu'ils ne sont.

Quand vous n'êtes pas d'accord sur ce blog, vous êtes RN, communistes, antisémites. Ras le bol de ces étiquettes si facilement collées à tout bout de champ ! Je ne me reconnais dans aucune d'entre elles.

Un éclairage plus serein que celui de Michel Onfray, celui de Marcel Gauchet:

"Pourquoi les élites sont-elles à ce point stigmatisées ?
Ce qui leur est reproché n’est pas d’exister mais de ne pas se préoccuper du sort commun. La technocratie gaulliste des années 1960 était légitime, car elle était perçue comme travaillant selon l’éthique du service public.
Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Il y a, en outre, un problème structurel qui tient au mélange et aux allers-retours entre public et privé. Il entretient un soupçon permanent de corruption dans l’esprit des citoyens. Il faut clarifier cette situation.
Est-il encore possible de réconcilier le peuple et les élus ?
Je le crois. Ce qui est saisissant dans le mouvement des Gilets jaunes, c’est la forte demande qu’ils adressent à la politique. Prenez leur revendication autour du référendum d’initiative citoyenne (RIC) : elle ne consiste pas à réclamer « tout le pouvoir pour les soviets » mais à faire valoir que, « sur un certain nombre de sujets, on ne vous fait pas confiance, donc on veut être consultés ». Je ne vois pas, dans le principe, ce qui interdirait de répondre à cette demande."

https://www.lemonde.fr/economie/article/2019/03/11/marcel-gauchet-je-crains-une-anomie-democratique_5434272_3234.html

Giuseppe

Siempre la música, "Libertango" éternel, juste pour le plaisir :

https://youtu.be/MlMVagn-ZJw

Patrice Charoulet

BONNES NOUVELLES DE MARSEILLE

Les chiens aboient la caravane passe.

Dans une vidéo du 31 mars 2020, le professeur Didier Raoult présente son état-major (une vingtaine de personnes, dont plusieurs professeurs de médecine) et donne quelques chiffres instructifs.
Dans cette épidémie, ses services ont reçu environ 50 000 personnes, qui ont été testées. Environ 2 400 portaient le coronavirus. Les DEUX médicaments ont été prescrits. On a constaté un décès (un homme de 84 ans).
Espérons que ces chiffres parviendront au ministre de la Santé, au Premier ministre et au président de la République... ainsi qu'à tous les médecins généralistes, à qui l'on ne peut interdire la liberté de prescription.

https://www.youtube.com/watch?v=NlQfKZsPxeE&feature=share&fbclid=IwAR2ZoV6fsPsHl0QJAXIDPwmD2nU9Q3sZWv1ieiHFuT4KuEJbU86_s31P1vc

Carole

Nous avons tous peur du Covid-19 pour nous-mêmes, pour nos proches. Nous respectons tous sur ce blog le confinement et nous saluons le courage de nos soignants.

Pour mémoire, un article intitulé : "Avancer par peur" de Jacques Attali

Quand Jacques Attali espérait une pandémie pour favoriser l’émergence d’un gouvernement mondial !

https://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/avancer-par-peur_758721.html

Mary Preud'homme

@ Achille | 31 mars 2020 à 12:12
"On croit rêver !"

A moins que ce soit étudié pour, vu la dextérité et l'habileté des Chinois à fabriquer des masques, plus leur QI très supérieur (selon Marchenoir).

Sophie

@ Tipaza
@ Chemins de traverse

Le roitelet/thaumaturge/Clemenceau est en balade et fait sa com...
Je pense à tous ceux qui sont suspendus à ses lèvres, prêts à gober tous ses sermons. Avec de tels pigeons, il y a encore un avenir pour Macron, actuel pigeon voyageur qui ferait mieux de rester confiné avec sa colombe à l'Elysée. Il épargnerait ainsi les provinciaux de ses postillons verbaux.

Faut bien rire ! Avons-nous encore le droit de le faire ou faut-il se signer un papier avant de blaguer ?

Ellen
Mary Preud'homme

Philippe Bilger voyait bien Patrick Devedjian en ministre de la Justice.
Il conviendrait pour en juger de se souvenir de l'époque en question et de toutes les casseroles déjà attachées aux basques de Sarkozy depuis son passage à l'Intérieur.
Que n'aurait-on pas dit si une fois président, il s'était empressé de nommer ministre de la Justice l'un de ses plus proches amis, sarkozyste de la première heure, mais aussi connu pour ses anciennes attaches ultra-droitières (ayant milité à Occident) ?

Or Sarkozy en fin politique qu'il était et sentant le piège avait au contraire promu à ce ministère régalien, au grand dam de toute l'institution judiciaire, une "beurette" à peine diplômée en droit dont il avait pu néanmoins mesurer les capacités à se couler dans le moule et à faire exactement le travail qu'en sa qualité de président il attendait d'elle.
Alors qu'avec Patrick Devedjian, dont on connaissait la liberté d'esprit et de parole, cela aurait été une autre paire de manches.

Il n'empêche que malgré d'inévitables divergences, que l'on rencontre dans toutes les familles politiques, Sarkozy et Devedjian s'estimaient et sont restés de ces authentiques amis sur lesquels on peut compter, y compris et surtout dans l'adversité.
Un ami que Jean Sarkozy admirait aussi pour son panache et qu'il avait pris un temps pour modèle.

Chemins de traverse

@ Tipaza

Très justement vous pointez le déplacement d'Emmanuel Macron dans une usine de fabrication de masques.
Je me permets de vous poser la question : le président E. Macron se comportant comme un président de région, en tant que pays sous la coupe de quelle puissance sommes-nous ?!

F68.10

@ Aliocha
"Et Onfray, lui aussi confiné en son exil doré, ne sait répondre au bouc émissaire que par le bouc émissaire."

Bon, je vais laisser tomber ici le "bouc émissaire", car vous le mettez vraiment à toutes les sauces, et je vais me contenter de traiter le propos d'Onfray:

"La leçon viendra vite... Dès que le confinement cessera, il ne faut pas croire qu’il n'y aura que de la joie dans les rues et les cafés, les restaurants et les boîtes de nuit, comme il y en eut à la Libération ! Ce sera aussi l'heure des comptes et des passions tristes." -- Michel Onfray

Le seul petit détail qu'il a oublié, c'est que techniquement, c'est au moment de la fin du confinement que l'épidémie devrait reprendre.

C'est à ce moment-là qu'on pourra vérifier, à la façon dont elle reprend, si on aura été capable ou pas, d'"aplatir la courbe".

Donc ce ne sera donc alors pas encore l'heure des comptes, mais cela sera surtout le temps de la reprise de l'épidémie... Selon toute vraisemblance.

Et si je me trompe, cela signifierait que le confinement aura probablement été peu utile pour réellement "aplatir la courbe".

Giuseppe

Je suis ému, cette femme confinée dans 13 m2, à la rupture de la crise et de la dépression, la voix sanglotante...

L'autre qui nous parle d'un milliard de masques à venir, une Europe sans aucun doute qui n'est qu'un champ de ruines, l'Europe du déclin et de l'inefficacité, les soignants magnifiques au feu, avec des cartouches mouillées.

Les Anglais ne sont pas plus idiots que nous - Winston l'a démontré -, ils se sont échappés de ce mollusque sans cerveau, l'industrie allemande a fait le tour de ces baudruches à la tête de l'Europe, l'Allemagne aurait quitté sans aucun doute tous ces Inutiles, s'ils ne se sentaient encore une dette de la dernière guerre.

Des décennies pour un château de sable, toujours à construire avec la pelle et le râteau, en barboteuse.
Les pays du Nord n'en veulent pas de ce machin qui ne sert à rien, la seule réussite est la monnaie unique elle me permet de ne plus avoir de change en vacances, mais le soleil n'est pas la santé universelle, et ces Inutiles sont incapables de construire ce qui fait l'adhésion, la santé.

Allemagne qui accueille par ses lits, leur industrie qui va se mettre en marche pour toutes ces cigales qui ont encore besoin d'un Antonov pour ne pas mourir de faim et de santé.
Poutine saura se rappeler à son bon souvenir, l'Europe en cendre dont certains vont réclamer des comptes, nos voisins sans doute.

Chemins de traverse

Que vient faire Onfray dans ce billet @ Aliocha ?

Je vous demande de vos nouvelles ?!
Est-ce que tout va bien ? Question respiration ?
Car un texte de quatorze lignes sans aucune respiration de paragraphe concernant une personne qui n'est pas citée dans le billet, c'est comment écrirai-je : étouffe chrétien ?

Vamonos

Face à un problème complexe, il faut être pragmatique et diviser le problème en sous-problèmes. Les cons à virus n'ont pas compris cela, ils préfèrent se disputer, ce qui est amplement contre-productif.
Pour ne pas avoir à lutter contre la maladie covid-19, il faut et il suffit de ne pas attraper le virus sras-cov2. Le postulat mis à plat, il devient envisageable d'entrevoir le chemin vers la liberté.
Après tout, les gens ont appris à vivre en passant à côté du VIH sans développer le sida. De même, le vhc reste une énigme pour la science alors que les moyens et méthodes ont progressé pour éviter de développer une hépatite.
Dommage pour les gens qui sont en première ligne et qui prennent la vague de la pandémie alors que les digues ne sont pas suffisantes. Le moins que je puisse faire est d'encourager les personnels soignants. Une cagnotte bien gérée peut leur fournir de quoi améliorer le quotidien. Un peu de bruit à 20 heures leurs prouve la solidarité.

Giuseppe

Ils voulaient être indépendants, fuera ! la France et ses 5 milliards pour leur PIB, qu'ont-ils construit ces indépendantistes !? qui pleurnichent après les aides en face de leurs responsabilités aujourd'hui, et toutes leurs limites.
Par temps de mer calme c'est tellement facile, mais quand la tempête arrive jusqu'à leurs rivages ils sont comme tous à quémander, à pleurnicher l'aide des métropolitains...

Rien de nouveau, en espérant qu'ils auront la reconnaissance du ventre... Au fait, elles sont bien silencieuses les grandes orgues qui crachent sur la République:

https://www.ouest-france.fr/corse/corse-les-elus-nationalistes-boycottent-le-dejeuner-avec-macron-5550954

On va leur boycotter nos aides et nos impôts, aucune vergogne, ils la réclament leur indépendance en signature du communiqué ?
Et les indépendants qu'ont-ils fait, à quoi ont-ils servi ?
Tout sera oublié avec le soleil et la mer, allongés sur le sable...

"Je lance un appel urgent, on a besoin de kits de prélèvements"

Des infrastructures insuffisantes alors que l'île compte "300 000 habitants répartis dans des villages et des zones peu accessibles", constate le praticien. "Les tests sont sans doute l'une des meilleures armes dont on dispose" contre le coronavirus, et "j'espère qu'ils pourront se massifier".

Mais en attendant, c'est surtout le manque d'équipement pour les réaliser qui préoccupe Antoine Aiello : "Je lance un appel urgent, on a besoin de kits de prélèvements, si des gens ont des stocks et peuvent nous en donner, on se charge du transport, on paye tout, c'est très urgent."

"On paye tout", un petit peu avec mes impôts quand même.

Isabelle

Hier, P. Devedjian, un homme qui semblait avoir de la classe, de l'élégance.

Aujourd'hui, Daniel Cohn-Bendit somme le Professeur Raoult “de fermer sa gueule”. Moment de haine !

https://www.valeursactuelles.com/societe/video-daniel-cohn-bendit-somme-le-professeur-raoult-de-fermer-sa-gueule-117640

Les Français veulent de la classe, de l'élégance, de l'éthique, le sens de l'honneur... La classe politique et médiatique actuelle n'en a pas une once. Ceci explique sans doute leur colère, uniquement de la colère pour la grande majorité d'entre eux.

On pourrait remplacer « grands hommes » par hommes politiques dans la citation ci-dessous :

«En parlant des enfants, il nous arrive amusés de dire qu’ils tentent « typiquement d’attirer l’attention », qu’ils cherchent à « épater la galerie », ou encore que ce sont « des gamins très capricieux ». Ces traits de caractère, chez les adultes, sont ceux des grands hommes et ils ne nous font plus rire du tout » Iñaki Uriarte

Serge HIREL

Notre hôte, qui, de Patrick Devedjian, a connu et apprécié la facette « justice », est bouleversé par le décès soudain de ce brillant avocat, qu’il a imaginé garde des Sceaux. Son hommage est à la mesure de son amitié pour lui. Il est respectable parce que profondément sincère.

Mais Patrick Devedjian a aussi - et surtout - été un homme politique de haut rang. Comme c'est la coutume après chaque décès, l’arc-en-ciel de la classe politique policée a oublié ses querelles avec le défunt et multiplie les courbettes... sans en penser un mot.
A gauche - c’est dans la logique des choses - mais aussi à droite, au sein de laquelle l’ancien ministre n’avait pas que des amis... tant il a dû batailler, ne serait-ce que pour empêcher Jean Sarkozy de s’emparer de deux postes qu’il occupait : la présidence de l’EPAD (La Défense) et de celle du Conseil général des Hauts-de-Seine... Et que dire du projet de fusion des Hauts-de-Seine et des Yvelines qu’il conduisait depuis trois ans avec son collègue, LR lui aussi, Pierre Bédier, projet qui rend encore plus aléatoire l’émergence du Grand Paris, présidé aujourd’hui par un autre baron de ce parti, Patrick Ollier, maire de Rueil-Malmaison (92...).

Venu de l’extrême droite (mouvement Occident), Patrick Devedjian l’a ensuite combattue sans jamais sourciller, quitte, au moins une fois, à provoquer la défaite des siens. Aux municipales de 1989, dans une sous-préfecture de l’Ouest parisien, une liste s’est formée au second tour comprenant, outre des candidats non encartés, des militants des partis de droite et quelques membres locaux du FN. L’objectif était de battre la désastreuse majorité PS-PC sortante... et rien d’autre. Le jeune maire d’Antony a tenu meeting à deux pas de là et n’a pas eu de mots assez durs pour dénoncer cette alliance... qui n’a pas réussi à prendre la mairie, faute d’une centaine de suffrages. Quelques mois plus tard, le « nouveau quartier » était à feu et à sang... Une jeune policière l’a payé de sa vie. Mais le « cordon sanitaire » imposé par la « droite républicaine » autour du FN avait tenu bon... On voit depuis quelque temps la pertinence de cette politique...

Giuseppe

"Mauvaise conscience !" (PB)

Images terribles ! Quelle humiliation ! L'Europe des Inutiles, images terribles d'un avion russe Antonov gavé de masques chinois pour les petits Français.

Angela qui ne veut pas faire équipage avec tous ces minus, incapables de construire une Europe régalienne des armées, de la santé et le reste.

Les exilés du Maroc qui ne voulaient pas dépenser leur pognon, pleurnichant à la frontière espagnole pour se faire soigner chez nous.

La Débâcle, le "pays du tiers monde" de Philippe Juvin, l'Europe de la planche de surf des Brice de Nice, aucune fondation depuis des décennies, des minus aux commandes d'un paquebot fou qui n'anticipent rien du tout.

Un Antonov, le pire des pieds de nez aux dirigeants de l'Europe qui n'est plus rien aujourd'hui face à ses ruines.

L'Europe sans conscience, même pas le début d'une mauvaise conscience, le vide sidéral en miroir.

Pierre Blanchard

Le président Macron visite ce jour l'un des quatre fabricants (1) de masques en France, Kolmi-Hopen.

https://www.lefigaro.fr/politique/coronavirus-macron-visite-ce-mardi-une-usine-de-masques-pres-d-angers-20200331
Coronavirus: Macron visite ce mardi une usine de masques près d'Angers

Il est particulièrement dommage que sur la photo lors de sa visite à Mulhouse on le voie porter un masque FFP3 de marque 3 M qui n'est pas fabriqué en France !!

https://www.3mfrance.fr/3M/fr_FR/notre-societe-fr/tous-les-produits-3M/~/Masques-respiratoires-jetables-3M-Aura-s%C3%A9rie-9300-/?N=5002385+8709313+8711017+8711405+8720539+8720542+8720774+8738203+3291240516&preselect=3293786499&rt=rud

Erreur grossière de la cellule "com" de l'Elysée, non ? Une de plus !! qui n'a pas vérifié ce que le service de santé des Armées a remis au Président. Ils n'avaient pourtant pas oublié le lutrin

(1)https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/coronavirus-face-la-razzia-sur-les-masques-les-usines-tournent-plein-regime-6765150

"Quatre entreprises françaises sont sollicitées pour renflouer les stocks : Kolmi-Hopen, qui appartient au groupe canadien Medicom, le stéphanois Thuasne, Macopharma à Tourcoing et Segetex, implanté dans la Loire."

genau

Fortex et Jahour, chevaux de l'enfer, galopent, que nous chevauchons tous les matins, dans la lecture du nombre de victimes, sans compter les petits morts, exempts d'héroïsme, de TGV, de masques et de héros.
Cruelle comptabilité et mesure de la résilience de ce matériau qu'est l'homme. Non, pas de philosophie, je ne parle pas le philosophe, simple contemplation de la succession des priorités. Migrants, fléau créé par les hommes, contre les hommes, confrontés dans leur errance à la défense d'autres hommes pour la survie de leur mode de vie, dédaigné par ceux-là même qui, aujourd'hui, punissent à grands coups de policiers ces nationaux réputés égoïstes et méchants, tout en n'en pouvant mais à l'égard de ceux qu'ils entendaient sauver la veille de leur misère.

Etrange relation de la compassion avec la nécessité. Peut-on imaginer que ces troupes errantes vont survivre sainement dans ce désert créé par la peur de mourir ? Que les suppliques des professionnels de la charité vont permettre de mettre en oeuvre des moyens que la population autochtone n'a pas eus en temps utile ?
Jusqu'à quand, ces gens qui venaient profiter du meilleur système du monde, vont-ils pouvoir, dans un état d'extrême saleté, d'abandon, continuer à demander et serons-nous coupables de nos réponses désolées et impuissantes ? De la pandémie des guerres mahométanes, qui déplacent les populations, nous sommes passés à celle de la peur intérieure qui fixe les populations, leur interdisant de migrer, fût-ce au bout de la rue.
Mais, entre deux, il y a ces quanta, ici et en même temps ailleurs.

Denis Monod-Broca

@ Aliocha

Le virus de la violence, oui, depuis la création du monde, virus contre lequel l’homme s’est doté d’anticorps, les rites sacrificiels, eux-mêmes atteints, annihilés, par un autre virus, lui sans antidote, le virus de la vérité, qui révèle leur mensonge, donc nous laisse sans défense, sans autre parade que la réconciliation.

Que la catastrophe en cours est elle-même révélatrice ! À condition d’avoir des oreilles pour enfin entendre et des yeux pour enfin voir...

HOPE

"Mauvaise conscience !"

"Le 24 mars j'ai écrit que "le confinement c'est une vie". Mais c'est trop facile" (PB)

Ah bon ? Et vous ne croyez pas qu'en réfléchissant un peu vous n'auriez pas écrit une bêtise pareille !? Mon commentaire sur votre blog était juste et évident. Des millions de Français avec des enfants sont confinés dans des appartements de petite surface et cela dure et va durer des semaines. "Le confinement c'est la vie" ??

Indépendamment de Patrick Devedjian, le genre d'homme politique qui manque cruellement aujourd'hui.

Achille

Ceux qui ne semblent pas avoir mauvaise conscience, ce sont les Chinois qui après avoir refilé au monde entier le coronavirus, se présentent, sans complexes, en sauveurs de l’Humanité .
On croit rêver !

Lionel

Lueur d’espoir malgré tout, perceptible bien avant l’aurore.
Ils seront là, aujourd’hui ou demain par milliers, par millions, par milliards.
Bon, s’agissant des Chinois, rien de surprenant ; en fait ce sont des masques et non pas le péril jaune qui nous assaillirait comme le redoutaient les anciens.

Ben, c’est pas trop tôt, n’ot gouvernement baisse son masque cache-figure, montre son vrai visage, bêle à qui mieux mieux sur les ondes, battant sa coulpe, mea culpa, mea culpa, agrémenté d’actes de contritions, flagellations, génuflexions, suivi d’un aller retour subito presto Saint-Jacques-de-Compostelle, et cetera, et cetera, j’en passe et des plus maso.

D’ici à ce que le fadoli de la Timone soit panthéonisé par anticipation dans la précipitation y a pas photo. Ce qui n’est pas, soit dit entre parenthèses, le fort des bonnes actions altruistes allouées aux méritants dispensées par l’exécutif.
Et donc pourquoi pas, dès lors, si l’on s’y penche tête baissée, oui ! de son vivant, maintenant au Raoult, pour l’amadouer, déjà la petite rosette, non ? la petite rosette nichée au revers du veston avec palmes et tuba, bien pratique lorsqu’on habite en bordure de la mer Méditerranée.

Croisons les doigts et basta, tous nos espoirs envers celui qui est qualifié d’hurluberlu marseillais ou d’Obélix à la potion magique de façon péremptoire .
Que proposent les ectoplasmes inféodés aux industriels pharmaceutiques, à opposer à l’application de son traitement préventif pour enrayer les méfaits de la bestiole dès les premiers signes de la grippette ?
Il n’a jamais été soutenu que c’était le sirop typhon typhon, l’universelle panacée. Mais en pouvant choisir cette opportunité dans l’attente d’un mieux à venir avant l’ultime saut dans le coma, notamment pour la classe 40 inscrite dans la colonne comptable comme profits et pertes, notre survie ne serait-elle pas mieux préservée plutôt que de se trouver face au dilemme cornélien de choisir entre le peut être et le ne plus être. What else ?

boureau

"Mauvaise conscience"

Je ne comprends pas ce paragraphe concerné à E. Macron.

Si nous pouvions cesser de parler constamment du Président pour tout et rien, ça ne me déplairait pas.

De plus, cher P. Bilger, je trouve étrange la proximité entre Macron et Devedjian.

Tristesse pour Devedjian. Et honte à de nombreux politiciens se prétendant son ami, et qui ont comploté contre lui. Nous n'avons pas la mémoire courte.

Cordialement.

------------

@ Yesterday 31 mars 2020 10:33

Je suis exactement dans le même état d'esprit.

Malaise, je n'arrive pas à applaudir.

Cordialement.

Exilé

@ Yesterday
« Quand on va aux urgences parce que c'est gratuit, pour une colique, on se moque des soignants qu'on distrait des vraies urgences pour un bobo que le médecin traitant aurait pu soigner. Déranger l’hôpital, puis l'applaudir quand il est asphyxié par nos inconséquences collectives, quelle schizophrénie, n'est-ce pas ? »

En toute rigueur, vous avez raison et je suis un de ceux qui trouvent scandaleux cette occupation indue des urgences, dont la fonction est détournée, au préjudice de patients vraiment en danger.

Mais en même temps, comme dit quelqu'un, si vous avez réussi à trouver un « médecin traitant » comme le disent les apparatchiks dans leur jargon, parvenez-vous à le joindre toutes affaires cessantes, pour traiter un bobo ou même des choses plus graves ?

Ce qui manque, dans ce système de santé que le monde entier nous envie (rires), est un réseau de maisons de santé ouvertes 24/24 et 7/7, où se relaieraient des médecins généralistes, ce qui permettrait de désengorger les urgences des hôpitaux.

Mais vous connaissez les politiques : il faut tout leur dire et tout leur expliquer...

Achille

Ceux qui devraient avoir mauvaise conscience, ce sont d’abord ces salopards qui envoient des lettres anonymes lettres anonymes à des infirmières qui habitent sur leur palier en les priant de déménager de crainte qu’elles ne leur transmettent le coronavirus.

Ce sont ces crétins qui crèvent les pneus de personnels soignants .
Mais on est en droit de se demander si ces gens-là ont une conscience ou même tout simplement un cerveau.

Pierre Blanchard

Toujours très compliqué de se faire une vraie idée sur ce sujet du Covid-19.

"La directrice des soins de l’hôpital de Montfermeil est décédée du coronavirus"

"Elena Mamelli, une infirmière de 52 ans, était en poste depuis 1989. L’agence régionale de santé (ARS) d’Île-de-France rend hommage aux soignants sur le front du Covid".

https://www.reddit.com/r/france/comments/fry255/la_directrice_des_soins_de_lh%C3%B4pital_de/

"Selon la direction de l'hôpital de Montfermeil, Elena Mamelli n'avait toutefois pas été soumise à un test de dépistage du Covid-19, « et c'est à la famille de décider si un test post-mortem sera ou non effectué », précise une porte-parole de l'établissement."

Alors que penser ? Que cette infirmière est certainement dcd du Covid-19 mais qu'aucun test n'a été réalisé !!
Encore combien de temps avant que des tests sérologiques soient validés et effectués en masse ?

http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/covid-19-la-directrice-des-soins-de-l-hopital-de-montfermeil-est-decedee-30-03-2020-8291019.php

Aliocha

Et Onfray, lui aussi confiné en son exil doré, ne sait répondre au bouc émissaire que par le bouc émissaire, incapable de s'y associer et de voir que le peuple s'est lui aussi infecté en se ruant en masse dans les supermarchés, comme les bourgeois en masse sur les quais de gare, que Maastricht en l’occurrence n'y est pour rien ou pas plus que lui-même à céder à l'injonction de faire de l'autre le fasciste, le responsable, ce virus à côté duquel le covid n'est rien et qui accuse l'Europe de l'inexistence de nations déjà détruites par l'échec de leur désir impérial, alors qu'elles ne doivent qu'à elle leur survie, à nouveau grandement menacée par tous ces nostalgiques de leur propre puissance qui, incapables de se voir infectés comme ceux qu'ils dénoncent, reproduisent le repli sur soi-même dans le déni d'autrui, fermant la porte à l'imagination de ce que pourrait engendrer la réconciliation, la conscience aiguë que la mort frappe à la porte de tout le monde, que si l'on passe son temps à accuser le prochain de ce que l'on ne sait reconnaître en soi, avoir un bouc c'est ne pas savoir qu'on l'a, le virus de la violence, tous, nous détruira.

Exilé

Mais si elle est contrainte d'être "exceptionnelle", cela ne démontre-t-il pas que ce qui aurait dû être accompli ou au moins sauvegardé dans les temps ordinaires ne l'a pas été ?

C'est une excellente question et je vous remercie de l'avoir posée, comme disent les hommes politiques interrogés par la presse...

Mais la poser, c'est aussi implicitement y répondre.

Yesterday

Chaque soir à 20h je ressens un malaise...
Ces applaudissements, censés montrer un soutien aux soignants, m’apparaissent de plus en plus comme les bouquets de fleurs et les pancartes "plus jamais ça" post-attentats : ils sont puérils, ridicules et j'oserai dire indécents.

Le soutien aux soignants on ne le clame pas bruyamment, on le pratique en restant confiné, en adoptant tous les comportements qui nous épargnent la contagion tout en n'aggravant pas la charge de travail qui leur est imposée par l'afflux de trop nombreux imprudents infectés.
Le soutien, on l'apporte collectivement en redéfinissant le but du système médical et donc les moyens qui lui seront affectés.

Quand on va aux urgences parce que c'est gratuit, pour une colique, on se moque des soignants qu'on distrait des vraies urgences pour un bobo que le médecin traitant aurait pu soigner. Déranger l’hôpital, puis l'applaudir quand il est asphyxié par nos inconséquences collectives, quelle schizophrénie, n'est-ce pas ?

Je n'applaudis donc pas à 20h. Ma modeste contribution à la reconnaissance des soignants restera limitée à mes efforts pour tout faire pour que je ne sois pas leur prochain malade à accueillir. C'est ma façon de les aider et elle est silencieuse.

Tipaza

"Emmanuel Macron, Metz, Patrick Devedjian, Montfermeil"

Curieuse cette suite de noms, serait-ce le coupable suivi de la liste de ses méfaits ?

Parce qu'enfin, pendant que des soignants et d'autres Français meurent, le prince qui nous gouverne visite une usine de masques, pour faire sa com'.

Au cours de cette visite, le prince se montrera tel qu'en lui-même, en inutilité totale, en parasite total. Cette usine n'a pas besoin d'être perturbée, par une visite qui n'apportera rien de rien à son efficacité et sa productivité, en cette période de guerre puisque guerre il y a.

Et puisque la com de l'Élysée a osé comparer Macron et Clemenceau, on peut remarquer que Clemenceau n'a jamais visité une usine de guêtres pendant que les combats se déroulaient sur le front.

Nul et provocateur, et son ordonnateur de Pompes funèbres, le Premier sinistre qui ose dire : "Je ne laisserai personne dire qu'il y a eu du retard sur la prise de décision" !
Non, et puis quoi encore, il veut nous bâillonner.
Incompétence, mensonges avérés, tromperie délibérée sur l'état des lieux, et maintenant désinvolture de l'un qui part en visite où il n'a rien à faire et arrogance de l'autre qui considère que la vérité doit être tue sous peine de sanctions !

C'est finalement leur inconscience qui est le pire.
Des zombies d'un autre domaine spatio-temporel, coupé de notre réalité d'ici et maintenant.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS