« Même la mort n'égalise pas ! | Accueil | Masques : l'information n'est pas confinée ! »

02 avril 2020

Commentaires

Marc GHINSBERG

Deux commentaires sur ce billet :

1- J’avais apprécié l’interview du professeur Philippe Juvin par Philippe Bilger. J’apprécie beaucoup moins ses interventions médiatiques récentes. Comme tout le monde début mars, il a sous-estimé l’épidémie. On ne peut lui en vouloir pour ce motif, mais cela autorise un certain recul par rapport à ses déclarations d’aujourd’hui. Mais surtout il faut être aveugle pour ne pas saisir derrière le propos du professionnel le discours du politique qui critique en permanence le gouvernement, réclamant haut et fort pendant toute une journée sur toute les chaînes la mise en place d’un dispositif d’évacuation des malades des zones les plus touchées vers les régions plus épargnées et vers les hôpitaux des pays voisins, ce qu’était précisément en train d’organiser le gouvernement. L’article que lui a consacré Le Monde était intitulé « médecin en campagne ». Saluons le sens de la formule du journaliste.

2- Il y a quelques jours tout le monde était médecin. Aujourd’hui tout le monde est économiste pour nous expliquer qu’il est aberrant de confier la fabrication des médicaments et du matériel sanitaire à la Chine ou à l’Inde, qu’il faut retrouver notre souveraineté nationale dans ce domaine stratégique pour faire face à d’éventuelles pandémies. Propos de bon sens dira-t-on. Sauf que l’on oublie de dire qu’il faudra donc au niveau de chaque pays (ce qui serait valable pour la France devrait l’être pour les autres pays) construire des usines pour satisfaire un marché national donc relativement réduit qui seraient en sous-capacité de production en temps normal et qui seraient capables de multiplier leur production (de médicaments, de respirateurs, de masques etc.) par un facteur 10, 100 (?) à définir, pour faire face à toute éventualité ou de constituer des stocks gigantesques qu’il faudra entretenir et renouveler. On imagine le coût de l’opération. Personne ne dit qui le paiera. De plus on s’apercevrait en cas de crise que notre souveraineté serait illusoire si on ne s’assure pas simultanément de la sécurité de la production et de l’acheminement des matières premières qui servent à fabriquer médicaments, matériels, masques etc. Je ne dis pas qu’il ne faut pas réfléchir à la question, mais les solutions, là encore, ne sont pas aussi simples et évidentes que pourrait le croire l’amateur, fût-il éclairé.

J’attends avec une certaine curiosité les prochains billets qui nous expliqueront après-coup, ce qu’il aurait fallu faire pour sortir du confinement et pour gérer la crise économique et financière qui se profile.

elektra

L'alliance des ni-ni (ni de droite, ni de gauche) du MoDem et des et-et (et de droite et en même temps de gauche) de LREM est une alliance cardinale dans tous les sens du terme, addition de personnages dont la conviction principale est d'être à la manœuvre de l'intérêt bien compris de personnes dont l'activité est le capital-investissement : en légiférant pour leur donner des parts de marché au travers des Délégations de Service public, possibilité de LBO, en cherchant à diminuer les revenus du travail, en cherchant à diminuer les cotisations sociales...

Surprise de cette pandémie : nos gouvernants se retrouvent plongés dans l'économie réelle, ou ce qu'il en reste. Ils se croyaient dans un conseil d'administration, ils se retrouvent maires d'une grande commune : la France.
En quoi cette phase altérera-t-elle leurs convictions (s'ils en ont), leurs obligations vers leurs discrets donneurs d'ordre (résignés à perdre leurs rentes) ? Je ne serais pas aussi optimiste que M. Bilger !!

Isabelle

"L’Union nationale passe par Zidi, Lautner, Poiré, Robert, etc."

Excellent article de Thomas Morales. Sur "Causeur". Cela nous change du discours officiel imposé par les bien-pensants !

https://www.causeur.fr/comedies-populaires-confinement-174831

Rien à voir avec cette cérémonie des César lamentable, comme ce gouvernement.

Ce n'est plus du cinéma, c'est de l'inquisition. Ils finissent par nous foutre les jetons ! Tout comme le gamin tyrannique qui pique sa crise contre le Professeur Philippe Juvin qui l'a soutenu, soi-disant en passant, face à MLP lors des élections présidentielles...

Les cyniques et les machiavéliques ont la mémoire courte. Ils utilisent les autres comme bon leur semble pour les rejeter et les dénigrer ensuite quand bon leur semble.

Charles

"Emmanuel Macron a approuvé et favorisé des délocalisations de notre industrie au nom d'une mondialisation sinon heureuse du moins perçue comme inéluctable"

Favorisé ? Pour mieux vous comprendre vous avez des exemples de "favoriser les délocalisations" ?

Paul Duret

@ Sophie
@ Isabelle

Une étude révèle que 17 % des personnes interrogées pensent que le coronavirus a été développé intentionnellement dans un laboratoire.
Parmi celles-ci, 5-6 % des électeurs d’Emmanuel Macron et de François Fillon à la présidentielle croient à cette fausse information, quand ils sont 20 % parmi ceux de Jean-Luc Mélenchon et jusqu’à 38 % de Marine Le Pen.

Feriez vous partie de ces 38 % ? En tout cas MLP pose la question et y répond par l'affirmative. Cette blondasse fait vraiment son miel de tout et n'importe quoi.

boureau

Le "en même temps" contre Emmanuel Macron ?

Vous vous essoufflez cher P. Bilger dans votre soutien quasi inconditionnel au Président Macron.

Ce n'est pas parce qu'il dit quelque chose, qu'il le fera. Depuis trois ans bientôt qu'il est au pouvoir, ses promesses ont été la plupart du temps prises en défaut.

Le "en même temps" dont vous le gratifiez est une hérésie gouvernementale. Mais cela permet d'étaler les discours et de se gargariser de mots.

Ainsi la notion de "souveraineté nationale et européenne" n'a aucun sens. Une souveraineté ne peut être que nationale. Avec cette notion, il ruine tous les espoirs que vous dites avoir entendus avec son discours. Puisque souveraineté nationale et souveraineté européenne sont antinomiques.

Pendant ce temps le personnel médical se fait décimer dans les hôpitaux, comme les personnels des EHPAD !

Il se dit, mais c'est peut-être une "fake news", que Brigitte Macron aurait demandé un hélicoptère pour conduire sa fille (qui présentait des signes de maladie) à Marseille voir le professeur Raoult pour se faire soigner ?
Je ne demande qu'à être démenti.

Cordialement.

Jean

Le souci n'est pas tant que les gens parlent. Il ne manquerait plus que nous n'ayons plus le droit de parler ou même de penser !
Le souci est peut-être dans cette autorité largement excessive que l'on concède aux experts prétendus, derrière qui se cachent les autorités publiques.
Les experts savent. Le peuple est ignorant et bête. On est dans la même dichotomie sociétale qu'entre les élites gouvernantes et le reste de la société.
Cette posture est désormais insoutenable.

Pour ma part, je n'accorderai aucune créance à une quelconque autorité si elle n'est fondée sur une raison que je puisse entendre et à laquelle j'accorde crédit.
J'accorde toute ma confiance à La Boétie !

Exilé

Heureusement il y en a quelques-uns de compétents !

Certes, mais manifestement et comme par hasard il est difficile de les repérer dans les ministères, ou bien dans les « instances officielles » ou bien encore dans l'entourage de M. Macron...
La Macronie a-t-elle la haine du talent ?

Achille

« Du genre : c'est un faux problème puisque les masques ne sont pas utiles pour tous, alors que la réalité de la pandémie a démontré le contraire. »

Nous arrivons à la troisième semaine de confinement et comme beaucoup de citoyens je n’ai pas de masque. Mes déplacements se limitent à faire mes courses une fois par semaine à la petite supérette située à sept kilomètres de chez moi.
Les caissières et le personnel chargé de ravitailler les rayons ont tous un masque. Certains clients également, encore que pour certains ledit masque ne paraît pas remplir les normes exigées pour les protéger du coronavirus. Mais au moins se sentent-ils rassurés.

Les masques arrivent, les respirateurs et tout le tintouin aussi. L’erreur a été de ne pas avoir anticipé une pandémie, ça c’est clair. Mais la cause ne saurait être imputée au seul président Macron puisque le stock de masques n’a pas été réapprovisionné depuis une dizaine d’années.

La fabrication de produits de consommation courante par la Chine existe depuis au moins vingt ans. La France n’en est pas la seule décisionnaire puisque tous les pays de l’U.E. et même les USA ont adopté cette solution permettant d’obtenir des produits à bas coût et pour cause, la main-d’œuvre chinoise et plus généralement asiatique défiant toute concurrence. Ajoutons à cela l’avantage de réduire la pollution atmosphérique dans nos contrées, au détriment de la population chinoise qui n'a pas vraiment son mot à dire...

C’est un peu facile aujourd’hui de tout mettre sur le dos du pouvoir en place, alors que les présidents précédents de droite puis de gauche ont amorcé la pompe pour nous garantir notre pouvoir d’achat, ce que réclament à cor et à cri nos syndicats.

Bilan des courses : 3,7 millions de chômeurs à venir et des centaines de PMI qui déposent le bilan.
Mais bien sûr, comme il faut absolument un coupable, Emmanuel Macron est le bouc émissaire tout désigné.


Denis Monod-Broca

On n’aimerait pas être à sa place.
Mais il a tort de tout prendre sur ses épaules.
En période de crise, il convient, plus que jamais, de se fier aux institutions, de s’appuyer sur elles.
Il n’appartient pas au président de gouverner.

« Le président de la République veille au respect de la Constitution. Il assure, par son arbitrage, le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que la continuité de l'État »

Il devrait, dans cet esprit, assumer la responsabilité collective qui fut la nôtre dans notre défaut de préparation à une épidémie et dans notre aveuglement pendant deux mois sur ce qui se passait en Chine. Et laisser au gouvernement le soin d’organiser les choses.

« Il est le garant de l'indépendance nationale, de l'intégrité du territoire et du respect des traités. »

M. Macron semble se souvenir de ce qu’indépendance nationale veut dire et s’aviser de ce que ce n’est pas un gros mot. Tant mieux.
Ah, s’il pouvait admettre que l’événement nous dépasse, le dépasse, que la volonté ne peut pas tout, que l’argent ne peut pas tout, que parfois, une fois fait tout ce qu’il était possible de faire, il faut savoir faire le gros dos et attendre que ça passe.

Giuseppe

Nos visionnaires du gouvernement et la gestion de la crise du coronavirus, des champions !

https://i.goopics.net/wO7g3.png

Quant aux différents comptages et les nombreux besoins en masques, tous ces énarques et politiques vont pouvoir revenir sur les bancs de l'école primaire et surtout demander à Roselyne Bachelot qui leur expliquera la table de multiplication :

https://i.goopics.net/OOjYx.png

A mourir de rire si ce n'était aussi dramatique, j'entends ce jour à la radio Eric Brunet qui confirme que tout manque encore, désespérant.

Darmanin décide de faire la manche, il ferait mieux de taxer tous ceux qui étaient dans l'ISF ainsi que tous ceux qui se sont précipités pour des dons pour Notre-Dame, remplacée aujourd'hui par le coronavirus.

Relocaliser la production de masques et tests ? Et encore des investisseurs et laboratoires qui vont se goinfrer, et la sécu et les mutuelles - donc nous - payer le prix fort.

Gouverner c'est prévoir paraît-il. Il a été reproché à Sarkozy son "un problème une loi", maintenant c'est "pas de masques une usine"... usant devant une telle nullité de réflexion et ils gouvernent !

Il suffit d'écouter tous les chiffres contradictoires sur les besoins en masques lancés à la volée, une vraie volière au pouvoir.

A chaque fois se comparer à l'Allemagne devient usant et rageant.

Chemins de traverse

Le "en même temps" !
Il fait soleil et il pleut !
Comment peut-il pleuvoir sans nuages ?!

A moins que dans l'organisation complexe de son cerveau, il
pense en mettant sa chemise ?
Faudra expliquer au petit que c'est le lot de tout être humain !

Florence

C'est bien parce que Macron n'admet pas ses erreurs que je ne crois pas un mot de ce qu'il raconte. C'est un opportuniste qui parle selon le vent.
Cette manière de se défausser sur les autres n'inspire pas le respect ni la confiance.

Isabelle

"L'honnêteté du "en même temps"", ai-je bien lu ?
Le fameux "en même temps" qu'on nous serine depuis ces trois interminables années, une fumisterie. Impossible de gouverner avec cette notion. Gouverner c'est choisir. Tout comme le "vivre-ensemble", une arnaque !

"Nos plus grandes prétentions sont construites non pas pour cacher le mal et le laid en nous, mais notre vide. La chose la plus difficile à cacher est quelque chose qui n'est pas là."
Eric Hoffer

Comment pouvez-vous encore défendre le vide sidéral de la macronie ? Sidérant.

Sophie

Les courbettes continuent. Désespérant ! Je vous laisse avec vos affidés.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS