« Justice en quarantaine ? | Accueil | Les Beatles, comme si c'était yesterday »

09 avril 2020

Commentaires

Tipaza

J'avoue que je ne comprends pas bien la finalité du billet qui mélange me semble-t-il les vertus de résistance à la dictature de Hitler et Franco, bien que de mon point de vue les deux hommes et leurs politiques ne peuvent être assimilés, d'une part et d'autre part j'ai l'impression qu'est valorisée la résistance à l'épreuve qui peut advenir dans la vie en général.

Pour la résistance politique, Macron est pour le moment trop démagogue et trop soucieux d'avoir l'aval des autres dirigeants européens pour un futur qu'il veut sien, pour être vraiment un dictateur au sens classique.
Donc la résistance à cet individu pour lequel je n'ai aucune, mais aucune considération, relève de l'opposition classique en démocratie. Cette opposition manque de volonté, de détermination, et surtout d'intelligence politique dans cette lutte.
La crise économique qui arrive obligera les velléitaires à se déterminer et à s'exposer vraiment.

Plus que de capacité de résistance, ce qui manque dans cette opposition c'est le courage de renverser certains tabous légués par les mandatures précédentes.

Nous vivons depuis des décennies sous un État de droit cliquet, où une fois les lois gauchistes adoptées, elles ne sont jamais abolies par la fausse droite lorsqu'elle revient au pouvoir.
C'est ce faux État de droit, faux parce qu'il rend irréversible toute l'action passée, qu'il faut remettre en cause avec les lois mortifères qu'il traîne. Évidemment cela ne pourra se faire qu'avec une remise en cause du pouvoir judiciaire qui porte l'État de droit cliquet.
L'exemple hongrois doit être en tête de chaque opposant de droite pour qu'enfin la souveraineté nationale puisse être rétablie.

Une fois admise la règle du courage qui est déterminante, reste alors à régler le problème de la résistance pure.
L'histoire, la littérature et peut-être l'expérience de la vie montrent que la souplesse dans un combat est plus importante que la résistance pure.

C'est toute la philosophie asiatique du Tao te king, traduite en action dans le judo, le tai-chi, et autres arts martiaux asiatiques où l'art de l'esquive suivie de la vitesse de la riposte sont les conditions de la victoire.

Mais sans aller chercher si loin, on peut revenir aux fondamentaux de notre littérature, avec ce bon Monsieur de La Fontaine qui explique dans la fable "Le chêne et le roseau" qu'il faut savoir plier pour ne pas rompre.
La souplesse du roseau lui assurant la survie dans l'orage qui déracine le chêne.

L'Histoire montre aussi qu'une retraite bien pensée peut conduire à la victoire.
Le maréchal Koutouzov a battu Napoléon en esquivant l'affrontement tant qu'il n'était pas en position de force ;
La longue marche de Mao, retraite immense, lui a permis de revenir battre le Kuomintang le moment venu.

Bref, je ne crois pas que la résistance inintelligente soit gage d'existence ou de victoire, pas même de victoire sur soi.
Je crois plutôt au principe du non agir, qui n'est pas la passivité, mais l'action dans la durée avec la collaboration du temps.

C'est peut-être la conception du temps dans la résistance qui est la donnée fondamentale de l'action.

Mary Preud'homme

https://youtu.be/rEjvRktXeis

"La Tendresse", reprise par Valentin Vander et 45 autres musiciens et chanteurs.

En hommage aux victimes du covid-19, ces artistes nous offrent une incroyable "Symphonie confinée" pour nous sortir de notre enfermement et nous faire vibrer en communion de pensée avec les malades et les soignants.

Une belle façon de résister à la morosité, à l'angoisse et se muer en messagers d'espérance sur une terre moins polluée qui paradoxalement semble revivre.

Bonnes fêtes de Pessah aux Juifs et joyeuses fêtes de Pâques aux Chrétiens.

Et à tous :
Résiste, sois pas triste !

C'était Mary

Giuseppe

Un cadavre à la renverse, l'Europe, une Europe de papier, un tigre de papier mâché, finalement tout donne raison à Eric Zemmour...

J'ai entendu le témoignage effroyable d'un Belge, le docteur Devos, ils sont en rupture de tout, de médicaments... De tout !
De la folie douce, l'Europe de la misère, obèse de ses structures, sclérosée de ses habitudes, laquelle en plusieurs décennies a été incapable de se construire, l'Europe fédérale est morte et enterrée par un virus qui a révélé qu'elle n'était rien du tout, nada, rien de rien.
Thrombose bienfaitrice, il faut l'espérer.

Ils allaient manquer de filtres, en Belgique, pour les respirateurs... Un désastre, et d'expliquer qu'ils étaient soumis aux fabrications de l'Inde, du Pakistan et de la Chine. L'Europe des renoncements et de l'abandon, sans âme ni vision.

Un cadavre à la renverse cette Europe, des danseurs de claquettes, le tiers-monde au chevet d'une première puissance mondiale... Oui, sur le papier, au tableau noir, mais ce n'est pas avec une craie que les matchs se gagnent, c'est quand on y met la tête, le policé n'a plus cours et une Europe biberonnée au Bangladesh pour survivre d'une pandémie.

L'exemple allemand a été à nouveau cité, pas de numerus clausus de nos mandarins, chez eux 20 % du PIB pour l'industrie, chez nous 10%... La meilleure armée du monde en 39 et un systèmedesantéquelemondeentiernousenvie, toujours le même contentement de soi, et pendant ce temps des soignants torse nu et au feu, en attendant de voir venir des masques qui n'en finissent pas d'arriver des pays du tiers-monde, pour un pays qui le devient.
Nous sommes devenus les pays émergents d'une partie de l'Asie, Corée du Sud, Chine et des voisins.

Je n'entends pas l'Allemagne geindre et manquer de filtres pour respirateurs, c'est rageant ! Guderian raconté par Jean Lacouture dans "Le Rebelle", rentrant comme dans du beurre dans lameilleurearméedumondequelemondeentierenviait, paraît-il.

Heureusement que la ligne de front tient bon, mais combien de temps encore ? Plus que jamais l'Europe doit être contestée, secouée, tellement bouffie qu'elle a du mal à se déplacer, à se mettre en mouvement, j'ai lu que
Ursula von der Leyen s’excuse :

https://www.perspectivesmed.com/ursula-von-der-leyen-sexcuse-aupres-de-litalie/

"La présidente de la Commission européenne a présenté jeudi ses excuses à l’Italie pour le manque de solidarité de l’Europe dans la gestion de la crise du nouveau coronavirus et elle a promis une aide accrue à la péninsule pour faire face aux retombées économiques de la pandémie."

Tous les pays qui composent ce cadavre inanimé devraient s'excuser, 18 000 morts, et les digues qui ont sauté, s'excuser auprès de ces soldats qui meurent tous les jours, 100 soignants en Italie ce jour.
L'Europe de la honte, de la défaite, de son inutilité régalienne.

L'histoire produit des leçons mais personne ne les retient, ce sont les mêmes qui sont générées après les festivités du Nouvel An et un régime minceur que l'on s'engage à tenir pour l'année qui arrive... "Croix de bois, croix de fer si je mens j'irai en enfer !". Qu'ils aillent donc au diable, en enfer ils y sont déjà, le cadavre est déjà froid.

Achille

@ Exilé | 09 avril 2020 à 18:27
@ Chemins de traverse | 09 avril 2020 à 14:31
@ Marc-Antoine | 09 avril 2020 à 13:13
@ revnonausujai | 09 avril 2020 à 11:49

Gouverner c’est prévoir, mais l’avenir aujourd’hui est de plus en plus imprévisible. Le coronavirus vient de nous le rappeler. Raison pour laquelle il arrive que l’Etat se fourvoie. Peut-on l’accuser d’incompétence comme certains leaders de l’opposition n’hésitent pas à le faire ? C’est toujours facile de critiquer lorsqu’on n’est pas aux responsabilités.
Le moment n’est pas à faire de la politique politicienne, à dresser la liste des coupables et à donner des recommandations qui ne reposent sur rien de tangible. Je pense notamment au traitement contre le coronavirus pour lequel plusieurs variantes sont envisageables.

Le président et son gouvernement gèrent la crise du mieux qu’ils le peuvent, avec les moyens dont ils disposent et qui ne sont pas illimités. Il faut du temps pour fabriquer et approvisionner le matériel manquant. Il faut du temps pour réorganiser les services qui sont débordés par ce fléau qui a surpris tout le monde.
L’État fait son travail et le fait bien si on compare la situation de la France avec celle d'autres pays bien plus impactés par le coronavirus !
Dans la même situation personne dans l’opposition, de droite comme de gauche, ne peut affirmer qu’il ferait mieux.

Petite phrase magnifique de Sylvain Tesson : «L'État se révèle une Providence qui n'exige pas de dévotions, on peut lui cracher dessus, il se portera à votre secours».

Tomas

@ Xavier NEBOUT
"Malheureusement, nous n'avons pas un Franco à la tête de notre pays, mais un Macron"

Vous êtes trop modéré je trouve. Résistez et agissez ! Franco n'a pas attendu qu'on l'élise pour arriver au pouvoir !

Xavier NEBOUT

Macron pourrait bien saisir sa chance avec Raoult.

Qu'il vire toute sa bande de copains au bon prétexte qu'ils se sont tous fourvoyés avec la mafia maçonno-scientiste dont ils sont issus, et le voilà en sauveur de la Fraaaance.

Il faudrait qu'il soit très bête pour rater cette occasion.

Claude Luçon

Si tu peux voir détruit l’ouvrage de ta vie
Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir,
Ou perdre en un seul coup le gain de cent parties
Sans un geste et sans un soupir ;

Si tu peux être amant sans être fou d’amour,
Si tu peux être fort sans cesser d’être tendre,
Et, te sentant haï, sans haïr à ton tour,
Pourtant lutter et te défendre ;

Si tu peux supporter d’entendre tes paroles
Travesties par des gueux pour exciter des sots,
Et d’entendre mentir sur toi leurs bouches folles
Sans mentir toi-même d’un mot ;

Si tu peux rester digne en étant populaire,
Si tu peux rester peuple en conseillant les rois,
Et si tu peux aimer tous tes amis en frère,
Sans qu’aucun d’eux soit tout pour toi ;

Si tu sais méditer, observer et connaitre,
Sans jamais devenir sceptique ou destructeur,
Rêver, mais sans laisser ton rêve être ton maître,
Penser sans n’être qu’un penseur ;

Si tu peux être dur sans jamais être en rage,
Si tu peux être brave et jamais imprudent,
Si tu sais être bon, si tu sais être sage,
Sans être moral ni pédant ;

Si tu peux rencontrer Triomphe après Défaite
Et recevoir ces deux menteurs d’un même front,
Si tu peux conserver ton courage et ta tête
Quand tous les autres les perdront,

Alors les Rois, les Dieux, la Chance et la Victoire
Seront à tout jamais tes esclaves soumis,
Et, ce qui vaut mieux que les Rois et la Gloire
Tu seras un homme, mon fils.

R. Kipling

Exilé

@ Achille
« Qu’auraient-ils fait s’ils avaient été au pouvoir ces accusateurs publics si prompts à dénigrer tout ce que ce gouvernement entreprend dans une situation totalement inédite, qui forcément se traduit par des errements, voire parfois par des erreurs regrettables mais tout simplement humaines ? sans doute bien pire ! »

Il est exact qu'il n'y a que ceux qui ne font rien qui ne se trompent jamais.
Ceci dit, l'erreur est une chose mais persister dans l'erreur en s'enfermant en plus dans le mensonge en est une autre.
Et accuser d'autres personnes de tomber dans ce travers, ce n'est pas seulement faire de la politique-fiction c'est aussi leur faire des procès d'intention.

Robert

"Je n'évoque même pas le surgissement inopiné et miraculeux de tous ces résistants qui étaient, en France, plus nombreux que ses habitants lors de la Libération."

Un grand-oncle, ancien de la guerre de 14-18 puis de toutes les campagnes qui ont suivi (Silésie, occupation de la Ruhr, Rif, Levant et j'en passe), vivait à Marseille lors de sa libération en août 1944. Il m'avait affirmé qu'il y avait auparavant environ 600 résistants "encartés" et qu'ils se sont trouvés 10 000 à porter un brassard à sa libération...

L'engagement dans une résistance en temps de guerre est toujours une décision extraordinairement difficile.

La première question est de savoir où l'on peut le mieux résister : en restant à son poste ou en abandonnant tout ce qui a fait sa vie jusqu'à ce moment du choix. C'est bien le questionnement initial qui a été celui de Jean Moulin et bien d'autres.

La deuxième, qui a toujours retenu beaucoup d'engagements contre l'occupant allemand pendant la Seconde Guerre mondiale ou dans le monde soviétique, est le sort réservé aux membres de sa famille dès que "l'ennemi" aura connaissance du passage en résistance avec la nécessité d'assumer la responsabilité morale de risquer la vie de ses proches.

La troisième reste le choix de risquer sa vie en s'engageant dans ce type d'action clandestine par définition. Là c'est affaire de courage ou de sens de l'honneur.

Mais, si loin de la guerre, la vraie, beaucoup savent jeter l'opprobre et savent qu'ils auraient été sans doute résistants... C'est tellement facile d'en décider quand on ne risque rien !

Denis Monod-Broca

De Gaulle s’est appuyé sur la Résistance. Il n’était pas un résistant lui-même. Il a obéi à son devoir, à la façon d’un soldat.
Quand, sur le champ de bataille, les chefs ont été tués, ont été faits prisonniers, ont trahi ou ont déserté, l’officier le plus âgé dans le grade le plus élevé, parmi ceux qui sont encore vaillants, prend le commandement à leur place. Même s’il s’agit d’un jeune sous-lieutenant.
En juin 40, tous les ministres avaient trahi ou déserté, alors de Gaulle, jeune sous-secrétaire d’Etat, a considéré qu’il était de son devoir d’assumer la charge du gouvernement à leur place. C’est de l’obéissance, pas de la résistance.

Michel Deluré

Faire acte de résistance, c'est accepter de sortir de sa zone de confort pour refuser l'oppression d'où qu'elle vienne, pour s'opposer au dogme quel qu'il soit, avec pour finalité le triomphe de la liberté et de la justice, voire changer le cours de l'histoire. C'est ainsi donner un sens à son existence, à sa vie.

Nombreux sont les hommes ou femmes qui, du fond des âges, devenus célèbres ou restés anonymes, ont su et surtout eu le courage par leur dissidence, leur capacité à dire non, leur esprit finalement rebelle, à marquer ainsi l'histoire de l'humanité.

On peut citer pour l'exemple les Galilée, Voltaire, Zola, Schoelcher, De Gaulle. Mais il ne serait pas difficile d'allonger cette liste.

Ces hommes ou ces femmes, connus ou anonymes, qui sont autant de destins personnels extraordinaires, n'ont cependant pas toujours bénéficié de la part de l'Histoire de la reconnaissance qu'ils auraient méritée.

Sophie

Résister au Covid-19 sans masque ou avec un masque de fortune. Résistance sans les armes appropriées... Vaste sujet, une fois encore !

Les spécialistes en médecine rappellent aux experts en gouvernement que :

« Passer commande de masques deux mois après l’épidémie c’est comme enfiler un préservatif le jour de l’accouchement ».

« Coronavirus. Les masques commandés en Chine seront livrés en France d’ici la fin juin. »

https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/coronavirus-les-masques-commandes-en-chine-seront-livres-en-france-d-ici-la-fin-juin-6801762

olivier seutet

Résister à la stratégie du lemming et ne pas venir tous se noyer en suivant un président sans stratégie. Résister à la parole aussi molle qu’une montre de Dali d’un chef qui croit qu’un képi sur la tête suffit pour diriger. Ne pas croire les élucubrations de professeurs de médecine qui ont pris possession d’un état aboulique. Arrêter de béer devant les choix criminels de « sachants » qui ont perdu l'esprit : abandon des vieillards dans les EHPAD, confiés à des médecins généralistes et des personnels soignants sans aucun moyen au profit de services d’urgence et de soins intensifs arrogants ; oubli, maintenant, de toutes les personnes atteintes d’un problème cardiaque ou sujettes à un A.V.C. que l’on va retrouver dans quelques semaines ou mortes chez elles, ou lourdement handicapées, parce que les pontes et mandarins ne pensent qu’à leurs services de pointe en infectiologie, et à leurs nombre de lits et d’appareils réservés à « leurs » malades.

Le gouvernement a donné pleins pouvoirs à une bande de médicastres qui présente un des plus mauvais résultats du globe en matière de contrôle de l’épidémie et pourtant bourdonne sur tous les plateaux en injonctions, exigences, prédictions, querelles de chapelle. Il est utile, nécessaire, indispensable de critiquer ces gens-là.

genau

Résistance a une connotation plutôt désastreuse depuis 1945. Sans doute, des personnes hautement louables ont-elles fait des actes de courage individuels ou collectifs (souvenons-nous du film "le Père tranquille") qui ont été méconnus, parce que cachés.
Mais que d'ignominies !

La paix a appris la leçon: contenter le plus de gens possible de façon à rendre l'acte de résistance blasphématoire. Depuis ma tendre jeunesse, j'ai admiré Thoreau tout en prenant la mesure de sa dépendance aux braves gens de la société qu'il dénonce.

On peut résister à la musique de variétés actuelle, très souvent suite de grognements, hurlements et halètements ou de gestes stéréotypées, rythmés par des séquences sonores artefactuelles. Essayez de jouer au violon en balançant votre instrument au-dessus de votre tête et en hurlant. Même Rieu n'y arriverait pas. Un clown, peut-être.

Des groupes, de toute origine, revendiquent: dans un sens, ils résistent à ce qu'on leur impose, mais la vérité à laquelle ils s'attaquent n'est pas bien connue, diluée dans une entité indéfinie.

Le grand exemple de Socrate peut engendrer le désarroi dans la pensée et faire raisonner dans deux directions opposées: accepter l'injustice plutôt que de créer un mal, individuel ou collectif, plus grand et c'est Sieyès "J'ai vécu" ou faire considérer que ce qui ne s'est pas rallié à une résistance obstructive est mauvais, ce qui revient à émettre une vérité indémontrable, mais pas un postulat.

Il est des résistances interdites, c'est le groupe principal parce que la majorité, intemporelle, du peuple, étendue à l'infini, jusqu'aux dieux, a donné des pouvoirs à ceux qui ont fait les règlements contestés, fussent-ils injustes.
Enfin, Créon a dit tout ça, devant Antigone.

Peut-on résister à l'immigration massive ? Cela relève presque du crime, de nos jours. C'est donc une vérité obligée, le migrant est bon, parce qu'il est migrant. Et il est migrant parce que l'Etat de son origine le contraint à fuir devant le danger ou l'inconséquence politique. Mais alors, le migrant devrait résister à cet Etat, c'est son devoir, qu'il le conteste pour sa violence ou sa corruption. Il vient chercher un lieu exempt de ces défauts et injecte dans l'esprit de ceux qui en bénéficient un sentiment de culpabilité, car lui refuser cet accès c'est l'obliger à subir, donc, avoir une complicité avec l'auteur du mal.
Et là, tout devient possible, de la plus étonnante charité à l'idéologie la plus perverse.
Résister ? Ça ne prouve notre existence que si nous réussissons.

Giuseppe

Ça oui c'est de la résistance, les bras magnifiques du modeste, de l'humble... Mais les siens sont au feu, pas avec la langue... Jamais autant de batouilles expertes sur les plateaux, ils sortent de partout, vieux chevaux de retour - Nanard aussi, il ne manquait plus que lui - pour beaucoup.

Ils n'ont rien vu venir depuis leur villégiature, mais ils nous expliquent qu'ils imaginaient tout, et comme disait ma grand-mère ils savaient que "le diable n'avait pas de queue", de grandes "chabraques", pour certaines à l'unisson:

https://i.goopics.net/brA8a.png

Et les médailles comme d'habitude pour les chanteurs de variétés, rarement pour les obscurs de nos vies.
Le singe et le chat est une fable écrite par Jean de La Fontaine, toujours aussi vivace, réemploi à l'infini.

Les Indispensables dont on peut s'enorgueillir, toujours les petits, les obscurs, qui ne prennent jamais la lumière, mais tellement lumineux. Sans eux pas pas de victoire, "no scrum, no win" Winston aurait été fier Mongénéral aussi.

Si je compte bien, compte tenu de la durée de confinement en Chine - heureusement que la plupart sont des vieux, des vieux-beaux qui veulent encore exister -, il ne tiendront pas la distance, je l'espère, ce n'est pas d'eux dont on a besoin mais d'un vaccin tout neuf, tout frais, efficace et pas périmé et des Flambeau pour nos vies.

Exilé

L'acte authentique de résister est difficile. S'il est aisé de dire non mécaniquement, de présenter n'importe quel petit accès de dissidence comme un exemple absolu d'intrépidité, il est en revanche rare d'accepter de mettre sa vie, ses idées, son sort, son destin, son quotidien, son métier, son futur en péril pour demeurer fidèle à soi, à ses principes et à ses valeurs certes mais aussi à une esthétique de soi qui vous interdit la médiocrité et l'abandon au pire.

C'est pourtant ce que font de nos jours depuis au moins une quarantaine d'années des personnalités connues mais aussi des millions de Français, souvent des obscurs, des petits, des sans-grade, qui, pour avoir dit « non » à tout un système, sont victimes d'un certain nombre de mesures de rétorsion dans leur carrière ou dans leur voisinage, qui sont ignorés par leur entourage, qui sont parfois victimes de diverses avanies physiques et qui sont en général traités d'extrémistes ou pire, sous le sceau d’infamie que serait la qualification « d'extrême droite »...

Si résister commence par savoir dire « non », c'est aussi savoir faire preuve de renoncement, un peu comme le font les religieux qui renoncent aux mirages de ce monde.

Chemins de traverse

@ Achille

En fait, vous souhaitez une gouvernance autoritaire sans opposition !
Et vous placez E. Macron définitivement à droite toute ! c'est-à-dire avec LR et autres...
"Des erreurs regrettables... mais humaines" ?! Ah ! vous parlez de votre voisin qui a oublié de tousser dans le pli du coude ?!

Situation totalement inédite. Précisément, ces marcheurs en pleine bourre, premiers de cordée, se sont vite essoufflés face à une situation inédite...
Faudrait savoir ! Ce sont eux qui ont les rênes, n'est-ce pas ?

Savez-vous que vous ne leur rendez pas service ? Aux marcheurs.

Giuseppe

Il aurait tant voulu être lui, il ne lui arrive même pas à la semelle usagée de ses chaussures de résistant de la liberté, emblématique du sublime, parfois hors-jeu, mais au destin exceptionnel :

https://i.goopics.net/Yr5lx.png

Les souliers vernis, les salons feutrés soyeux pour champ de bataille, au front depuis sa chambre d'hôtel, il nous aura fait bien rire mon voisin et moi, il ne restera pas grand-chose de son histoire faite de clinquant et de verroterie, le néant dans toute sa splendeur.

Confiné sans doute, dans une chambre stérile, de peur d'être contaminé, rêvant au service qu'il aurait pu apporter aux hôpitaux, comme Bakary Meité, ce joueur de rugby pro qui s'est engagé à faire le ménage et la désinfection, juste pour être utile, servir et résister par des actes.

BHL va bien nous pondre un texte, sa chemise immaculée en étendard, depuis son camp... canapé désinfecté pour l'occasion, et l'emphase surjouée depuis les lacets de ses souliers vernis.

Rideau pour un résistant d'opérette, dopé à la chantilly.

Mongénéral, Malraux... Nos vies, leur vision, et pas ces demi-sel qui nous gouvernent et qui n'ont rien vu venir.

France : 7 000 lits de réanimation, Allemagne : 30 000 lits de réanimation.

France : 67 000 000 d'habitants, Allemagne : 83 000 000 d'habitants.

On n'est pas dans le foot mais je n'ose pas afficher le score, nous sommes champions du monde y compris pour un systèmedesantéquelemondeentiernousenvie, quoique l'Allemagne aussi est championne du monde de foot, alors il va falloir serrer les dents et se dire que le meilleur c'est pour le futur, car l'actuel fait peine à voir.

Résister comme on le peut mais le Peuple est bien gentil avec ces gondulfes qui se succèdent depuis plusieurs années, peuple ébloui sans doute pas des souliers vernis et des tentures dorées sur tranche... Mais surtout en toc.

Marc GHINSBERG

« Oui, plus que jamais, aujourd'hui comme hier, dans la tranquillité comme dans la fureur, résiste, prouve que tu existes... » (PB)

Admettons. Mais résister à qui ou à quoi ? Résister au changement, au progrès, à la tentation ? Résister pour persister dans son être, condition nécessaire si ce n’est suffisante pour exister ? Ou alors se révolter pour changer le monde, changer la vie, construire son existence ?

C’est au fond la question que vous posiez dans votre billet du 29 mars "Karl Marx - Albert Camus : le match..."

« Serait-il alors incongru, voire iconoclaste de se demander si le rêve marxiste de transformation du monde, et l'ambition reléguée par Camus au profit d'un dessein plus modeste, ne pourraient pas retrouver du lustre, reprendre de l'éclat et imposer, sans qu'on ait le choix, une métamorphose radicale de toutes nos conceptions de vivre, de travailler et d'être ensemble ? »

Résister pour conserver ou se révolter pour changer ?
Résister est un mot d’ordre ambigu si on n’en précise pas la visée.

Vamonos

Jeanne la Pucelle a été la plus sublime de toutes les résistantes.
Mon Dieu de combien il s'en faut que ta volonté soit faite. Sa foi l'a portée, elle a sauvé la France. 700 ans ont passé. Dans le domaine de la résistance engagée, je ne connais rien de plus beau que cette attitude de Jeanne d'Arc.

sbriglia

L’Elysée élargit sa gamme de produits dérivés aux savons et parapluies.
Me voilà enfin rassuré...

https://www.lefigaro.fr/politique/l-elysee-elargit-sa-gamme-de-produits-derives-au-savon-et-au-parapluie-20190920

Marc-Antoine

@ Achille
« Il faut entendre les MLP, les J-L Mélenchon et leurs affidés se lancer dans des diatribes grandiloquentes, dire le contraire de ce qu’ils affirmaient quelques années, voire quelques semaines auparavant. »

Certes, mais vous oubliez Macron, Ndiaye, Buzyn et consorts. Le spectacle de l’orgueil humain est inégalable et universel. Toutes vos dépréciations n’y feront rien.

Giuseppe

"Résiste, prouve que tu existes..." (PB)

Résiste contre ces voraces qui ouvrent une morgue à Rungis, et qui se font payer comme les pires des collabos, toujours des voraces, à vomir... J'espère qu'un des perdants leur enverra le poing sur la figure, que font donc nos élites qui nous gouvernent ?

Alors que nos sénateurs on conservé leurs indemnités de funéraire à 19 000 € et les députés plafonnés à 2 500 € ! Je fais grâce des centimes.

A circonstance exceptionnelle, un Etat sans masques, dérouté, et toute la morgue des profiteurs, de ceux qui profitent de toutes les misères ; les temps n'ont pas changé ! J'ai honte.

Mongénéral doit éructer, je l'entends d'ici.

Xavier NEBOUT

L'histoire mettra longtemps à se demander quelle était la part de sincérité et de roublardise de de Gaulle pour faire oublier son fiasco d'Abbeville, dans son échappée vers l'Angleterre.

Elle mettra aussi longtemps à rendre hommage à Franco pour avoir sauvé l'Espagne du communisme.

En l'état, l'histoire est au main des communistes qui s'appellent parfois socialistes pour faire bien.

Au soir de sa vie, l'homme ne cherche plus à parader.
De Gaulle a été heureux de serrer la main de Franco avant de mourir, et ses derniers mots ont été "Dieu me pardonne".

Malheureusement, nous n'avons pas un Franco à la tête de notre pays, mais un Macron.

Marrananrolles

En vous lisant, je ne peux pas m'empêcher de regarder le temps présent.
Il ne vous a pas échappé que chaque jour, nous découvrons des métiers qui sont en "première ligne", comme s'il fallait que l'on soit dans la liste de ceux qui ont fait "la guerre"... "J'en étais..."

On aime bien se payer de mots en France, surtout par les temps qui courent.
Que l'on ait du respect pour ceux qui continuent de faire tourner la machine, soit.
Mais que chacun souhaite s'identifier à ceux qui, dans les services d'urgence et de réanimation, sont confrontés en permanence au danger de l'infection parce que c'est leur vocation, ça me paraît un peu trop facile, mais dans la droite ligne de votre billet...
Quel que soit le contexte.

revnonausujai

@ Achille | 09 avril 2020 à 11:33
"Il faut entendre les MLP, les J-L Mélenchon et leurs affidés se lancer dans des diatribes grandiloquentes, dire le contraire de ce qu’ils affirmaient quelques années, voire quelques semaines auparavant."

Il faut entendre les Macron, les Edouard Philippe, Ndiaye et leurs affidés Véran, Salomon (enfin, lui c'est plutôt le genre croquemort) se lancer dans des diatribes grandiloquentes, dire le contraire de ce qu’ils affirmaient quelques semaines auparavant.
Comme quoi, les errements et autres erreurs humaines, ça dépend de quel côté des Pyrénées on les considère.

sbriglia

Hasard ! Je viens de terminer les deux tomes d'entretien de Philippe de Gaulle avec Michel Tauriac, sur Charles de Gaulle...

Mine inépuisable de découvertes, de recadrages, d'admiration de la constance de la pensée du Général sur les fondamentaux politiques, religieux, historiques…

Bienheureux confinement qui m'a permis cette lecture : je n'imaginais pas également, je le confesse, la stature du fils, son attitude héroïque pendant la guerre, son aura morale, sa foi chevillée au corps, comme son père…

Les derniers moments du Général puis plus tard, de son épouse, isolée seule dans une petite chambre au sein d'une communauté religieuse, sont d'une rare émotion.

Chaque page de chacun de ces deux tomes est d'une densité exceptionnelle...

...et chaque phrase relativise nos soucis du jour.

Achille

Ouais, ben les résistants d’aujourd’hui ne sont manifestement pas de la trempe d’un De Gaulle.
Il faut entendre les MLP, les J-L Mélenchon et leurs affidés se lancer dans des diatribes grandiloquentes, dire le contraire de ce qu’ils affirmaient quelques années, voire quelques semaines auparavant.

C’est le genre de résistants de la 25e heure. De la même trempe que ceux qui lynchaient les collabos qui n’avaient pas eu le temps de se convertir à la Libération, ou encore qui tondaient les femmes qui avaient eu des relations intimes avec des soldats allemands, parfois tout simplement par amour.
Tout ça n’est pas très beau. Je dirai même que parfois les propos sont franchement indécents.

Qu’auraient-ils fait s’ils avaient été au pouvoir ces accusateurs publics si prompts à dénigrer tout ce que ce gouvernement entreprend dans une situation totalement inédite, qui forcément se traduit par des errements, voire parfois par des erreurs regrettables mais tout simplement humaines ? sans doute bien pire !

lefort

Sibyllin ?? "Moi, j'préfère la marche à pied" (Henri Salvador).

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS