« Une contrition par ci, une repentance par là... | Accueil | Le Président est-il à bonne distance ? »

17 mai 2020

Commentaires

JEAN FRANCOIS

Ah, si le ridicule tuait...! Il ne resterait plus grand monde dans cette maudite majorité LREM de zigomars piochés chez tous les ratés de la politique, les pseudo-surdoués qui n'ont de commun que leur ego aussi surdimensionné que celui de leur mentor...

Je vous rejoins M. Bilger sur la stupidité et la dangerosité de cette loi qui n'est que le reflet d'une haine elle-même produite et véhiculée par son auteur la députée Avia dont le comportement humain mérite plus la sanction que les honneurs...

Il serait très utile que les plaintes déposées à son encontre soient examinées avec courage et sans complaisance par les autorités judiciaires afin que son irrespect de l'humain soit tout aussi sanctionné que quelques mots qu'elle prétend avoir voulu faire taire...

Achille

@ sbriglia (@Achille)
« Hélas, Achille, duvent est à Cyrano ce que Laetitia Avia est à Roxane. »

Attention. Il paraît qu’elle mord ! :)

Lodi

@ Chemins de traverse

""...pèchent par un manque de nuances, risquent d'être mal interprétés par des gens qui ne possèdent pas sa subtilité intellectuelle" (Achille)

Et donc vous, seriez capable de modérer les propos d'Eric Zemmour en gommant les subtilités...
Bienvenue dans le monde de l'homme, la femme, modèles transhumanistes."

-----

Les transhumanistes ne sont pour rien dans les lois liberticides françaises. Tradition nationale ! Ici, il y a un réflexe : interdire.
Dans la mesure où on les connaît, les transhumanistes peuvent être sur la sellette :

https://transhumanistes.com/interdire-le-transhumanisme/

J'ai cherché quelque chose sur les transhumanistes non écrit par eux car on les suspecte de tout, mais où on leur rend un peu justice, pour changer :

https://www.bastiat.net/transhumanisme-totalitaire-ou-liberal/

Les GAFA sont avant tout des entreprises, qui ont besoin d'argent pour vivre. Les GAFA ne complotent pas contre les libertés... Les gouvernants et une bonne partie de l'opinion, si.
Mais les GAFA ne vont pas se battre à la place des gens pour une liberté qu'ils abandonnent à tout bout de champ.

Pourquoi ? Eh bien, parce que les entreprises sont là pour l'argent, d'abord, ensuite, parce que cette liberté, elles l'ont donnée, mais ce sont les gouvernants et parfois les gens qui n'en veulent pas. Vous avez des exemples ici.

Les transhumanistes sont pour la liberté et peu intéressés par la politique. L'argent, la politique, tous les leviers de puissance sont envisagés mais non comme des idoles, plutôt comme des moyens pour des fins d'élévation de l'être humain, c'est-à-dire des humains qui ne les refuseront pas, vie, liberté, bonheur...
Enfin... librement, comme là :

https://www.dailymotion.com/video/xa9t4n

------------------------------------------------------------
@ Patrice Charoulet
"Je suis actuellement chassé d'un blog parce que mes propos ne sont pas racistes et sont hostiles à l'extrémisme politique. Ce genre de censure n'émeut personne et ne provoquera aucun tollé national."

Dommage mais charbonnier est maître chez soi. Moi, je n'ai pas le droit de dire quelque chose qui ne rabaisse personne mais peut délivrer des gens pris au piège, devinez quoi mais ne le dites pas sinon nous serions censuré.

Voyez-vous, si les pseudonymes étaient interdits, tout le net serait à vous, chacun étant traçable comme la viande de votre bouchère. Mais moi, je ne serais plus jamais chez moi nulle part dans un tel univers. Un univers de confinement et d'assignation comme avec le virus. Chacun doit dire ceci, dire cela, doit montrer patte blanche et être soumis à des censeurs, mécaniques ou autre.
Un tel monde est invivable...

Pauvre France, les citoyens, bien moins libres que les Américains, veulent avoir encore moins le droit de s'exprimer. En enfer, les Français réclameraient plus de feu pour tous pour ne léser personne, et à force de réclamer le bâillon pour ceci et cela, imposeraient mieux le silence que tous les démons !

duvent

@sbriglia(@Achille)
« Hélas, Achille, duvent est à Cyrano ce que Laetitia Avia est à Roxane. »

Pourquoi me répondre par personne interposée, quand il faut à peine deux sous de courage, deux sous d'inconscience, et deux sous de loyauté pour entrer en lice. J'ai un louis et je vous l'offre !

hameau dans les nuages

Achille ne comprend pas que ce n'est pas lui qui décidera si ses propos sont racistes, haineux, homophobes... etc. car tout peut être sujet à interprétation. Même la météo...

Haïr cette loi ne suffit pas. Il faut la combattre.

Giuseppe

"Je ne peux pas éviter d'en parler : cette députée qui se pose en vigie et en gardienne de la décence en ligne est celle qui en même temps a été accusée par cinq de ses ex-assistants parlementaires de propos racistes, sexistes et homophobes. "Un tableau mensonger" selon elle. Elle a annoncé son intention de déposer plainte pour diffamation." (PB)

Chiche pour la plainte ! Elle est la soeur jumelle de la Madone du Poitou, qui a éreinté tant de collaborateurs, il faut lui reconnaître une grande capacité à rebondir, il est vrai aussi qu'elle était dans un parti puissant rongé aujourd'hui par la rouille. J'ai ramassé ce commentaire sur elle il m'a bien fait rire :

"Ségolène Royal a un aplomb phénoménal, une mauvaise foi colossale, une absence totale de scrupule, une inappétence pour le travail, un goût immodéré pour le paraître… Autant de caractéristiques qui lui ont permis de faire une carrière politique certes en dents de scie mais elle a néanmoins toujours été présente. On va voir si elle va avoir le Président à l'usure… On pourrait lui confier une mission en Afrique, sur la réintroduction d'une graine de courge en milieu hostile… Un truc comme ça."

C'est un peu ça Avia et Ségo pour le malheur et pour le pire.

Exilé

@ Robert
« Loi liberticide parce qu'elle privatise les sanctions dans la mesure où elle confie l'appréciation des contenus à des entreprises privées qui ne manqueront pas de censurer toute expression libre, voire une peu "osée", à l'aune du risque de se voir infliger des amendes excessives pour leurs résultats financiers. »

Il faut aussi savoir que les censeurs des réseaux sociaux ou même de grands quotidiens ne maîtrisent pas tous les subtilités de la langue française, ne sont pas d'une culture générale éblouissante, n'ont pas toujours le sens de l'humour, ne comprennent que ce qu'ils veulent bien et censurent systématiquement tout dans le cas contraire pour ne pas se fatiguer ou pour ne pas rencontrer de problèmes.

Parfois, nous pourrions nous demander s'ils ne seraient pas capables de censurer un bulletin météo...


sbriglia@Achille

"Mon pauvre Achille, vous me permettrez n'est-ce pas d'être condescendante, puisque vous me trouvez chatouilleuse (et qu'il n'existe pas encore de loi sur la condescendance qui s'apparente au mépris)." (duvent)

Cyrano :

Oui je suis chatouilleux: est-ce donc une tare ?
Et cette qualité, qui coule dans mon sang
D’être condescendante devrait vous dispenser
Pour honorer plutôt mon panache d’honneur.

Hélas, Achille, duvent est à Cyrano ce que Laetitia Avia est à Roxane.

sbriglia@Achille

"Mon commentaire n’est ni raciste, ni sexiste, ni homophobe, ni haineux, ni vulgaire.
Cinq raisons pour lesquelles les algorithmes des GAFA ne le supprimeront pas."
Rédigé par : Achille | 17 mai 2020 à 15:31

Bien sûr votre commentaire n’est pas répréhensible.
Mais les algorithmes balaieront large et chaque fois qu’ils détecteront le mot « haine », le terme « homophobe », le terme « raciste », le mot « sexiste », les logiciels programmés censureront par précaution.
C’est ce que j’ai voulu exprimer et que vous feignez de ne pas comprendre.
Lisez ou relisez Orwell.

PAUL

Il suffit de lire sur Wikipédia le profil de la députée Avia pour comprendre toute la haine qu'elle porte en elle...

Patrice Charoulet

LOI AVIA

Tous les partis d'opposition, tous les journaux, tous les blogs, tous les penseurs sont déchaînés contre la loi Avia au nom de la liberté d'expression. Elle n'est pas si sacrée que ça puisque la différence entre les Etats-Unis et la France, pour ne parler que de ces deux pays, est la suivante en la matière. Aux Etats-Unis tout peut se dire et tout peut s'écrire. En France, il y a quelques bornes à cette liberté. Dans la presse écrite par exemple. Et quand on les franchit, on peut se retrouver devant un tribunal.

Sur le Net, l'anonymat (ou le pseudonymat) permet toute les horreurs contre les Juifs, les Noirs, etc. Cette loi unanimement dénoncée a pour but de remédier à cela. Il est certes fâcheux que les GAFA etc. doivent recourir à des robots pour chasser les « discours de haine ». J'aurais préféré d'autres méthodes. Y en a-t-il ? Mon rêve était le suivant : interdiction de l'anonymat sur Facebook, les blogs, etc. Un modérateur sur chaque blog, sur chaque site. Chargé chaque jour d'expulser les racistes par exemple. C'est faisable. Comme je ne dirai jamais un mot contre les Juifs, les Noirs, les Asiatiques, etc., aucun de mes textes ne sera supprimé.

Je suis actuellement chassé d'un blog parce que mes propos ne sont pas racistes et sont hostiles à l'extrémisme politique. Ce genre de censure n'émeut personne et ne provoquera aucun tollé national.

Mon seul point de désaccord avec la loi Avia touche au domaine religieux. Chacun est libre d'aimer une religion ou non. Et dire qu'on n'aime pas une religion me semble être un droit fondamental. Ne pas aimer une religion n'est pas du racisme et ne devrait donc jamais tomber sous le coup de la loi française dans la presse comme sur le Net, à mon humble avis.

Jean

@ Achille

Achille, si après tout ce que nous avons à supporter depuis trois ans, et plus encore depuis deux mois, la population reconduit l'engeance qui nous gouverne et qui fait nos lois, alors il n'y aura plus aucun doute sur la déchéance de cette Nation qui préféra une léthargie confortable aux vertus plus âpres.

Il sera alors peut-être temps pour moi de préférer l'exil volontaire et de renier le nom français.

François

Il n'est pas exact de mettre en avant "le vote favorablement majoritaire à cette loi des députés LR". C'est le contraire. Ceci dit sans sentiment partisan.
Merci, M. Bilger. Une fois de plus vous montrez que 'le mur des cons' peut être franchi par ceux qui font la loi et pas seulement par ceux qui doivent l'appliquer (remarque qui ne concerne donc pas l'auteur de celle évoquée ci-dessus).
A celui qui cria "Mort aux cons !", le Général aurait répondu "Vaste programme !"
Merci de ne pas perdre courage !

genau

Que votre billet est haïssable, haineux hôte, alors que vous rentrez dans le monde de l'amour et du respect, comme sainte Thérèse d'Avila. Si vous arriviez seulement, avec p-haine à gravir la montagne de la loi dite Avia arrondissant des cercles de charognard au-dessus des marais putrides de la nation française, vous goûteriez l'air pur de l'Inquisition renaissante, Avia et Gafa, l'organe représentatif de la foule des collaborateurs qui ont uriné dans le même ruisseau.

Vous fréquenteriez avec la madame toute en subtilité, de grandes gloires de la concorde et de l'entente, Eymerich, Henri de Lancre, Augusto Pena, Bernard Gui, le sublime Torquemada, le Pape Grégoire VII, Institoris et Sprenger, le duo ineffable, le doux Savonarole.

Vous pourriez enfin serrer cordialement la main des bourreaux qui mettaient le feu aux cottes de pauvres avorteuses, sorcières utiles à l'unité de la Foi. Gens du peuple, bien obéissants et heureux, comme aujourd'hui de pouvoir, aux côtés du Roy, humer le parfum des templiers ardés ou l'air empoisonné de la pauvre dépouille de Giordano Bruno. Thérèse fut aussi victime de l'Inquisition pour être faite docteur (pas docteur.e) docteur de l'Eglise en 1970, Maître Eckhardt fut condamné, mais prudence, un an après sa mort, pour hérésie. Voilà l'hérésie qui montre sa figure angélique, par l'entremise d'une juriste, le pire est à venir, quand le droit se croit autorisé à affronter la colère.

La République oublie les injures des commissaires politiques aux chuchoteurs tétanisés, les insultes des gardes de Pol Pot aux pauvres bêtes lacérées mais encensés par Le Monde (avant excuses), les vomissures soviétiques qui gangrènent encore notre pays, les hideurs de bons religieux islamistes décapitant au couteau des anonymes au penchant d'une dune et qui menacent chez nous les résistants menaçants ; elle appelle les traîtres de la II° guerre des partenaires sociaux mais elle s'occupe des bienséances, dans une flatulence méphitique.
En se référant à la loi allemande, les auteurs nous forgent un passé justificatif de notre répression, nous affublant ainsi d'un san benito nazi, bien dans la ligne de la pensée raciste anti-caucasienne.

Je porte un toast à tous les honorables qui ont pondu cette proposition de loi et à tous les députés oscillographes, le même que celui que porta Broudier à Bénin en gare d'Issoire:
"Utinam aves coeli super capitem tuam cacent".

Ite, missa est, ce qui ne veut pas dire, "la messe est dite" mais "Allez, la Mission commence"

Achille

@ sbriglia | 17 mai 2020 à 06:38
« Achille, quand cette loi sera publiée, les algorithmes des GAFA auront trouvé cinq raisons au moins de supprimer votre commentaire si d’aventure vous vouliez le divulguer sur les réseaux sociaux. »

Mon commentaire n’est ni raciste, ni sexiste, ni homophobe, ni haineux, ni vulgaire.
Cinq raisons pour lesquelles les algorithmes des GAFA ne le supprimeront pas.
J’ajouterai que les algorithmes même s’ils réagissent dans la milliseconde (souvent moins) ont souvent une réaction plus pertinente que certains commentateurs qui mettent au moins dix minutes pour pondre une ânerie.

sbriglia

J’aime bien la femme au foulard en arrière-plan...
« Que ne faut-il pas entendre lorsqu’on travaille dans l’hémicycle ! Pardonnez-moi, Seigneur, d‘avoir des bouffées de droite... »

Exilé

D'ici quelques jours, nous pourrons peut-être assister à la scène suivante dans un commissariat où un homme aura insisté pour rencontrer le commissaire :

- Monsieur le commissaire, je viens vous informer que mon perroquet s'est échappé.
- Comment ! C'est pour ça que vous venez me déranger ?
- Pas seulement pour ça, monsieur le commissaire. Je voudrais surtout qu'on enregistre ma déclaration.
- Quelle déclaration ?
- Je tiens à affirmer solennellement que je n'ai pas les mêmes opinions politiques que mon perroquet et que s'il venait à tenir des propos désobligeants à l'encontre de la personne de madame Avia ou de tout autre ministre, je ne pourrais que les désavouer fermement !

Jean

Il n'y a rien à ajouter à votre propos.

Il faut haïr cette loi inique.

Il faut chasser les tyrans.

Tipaza

"Familles je vous hais !"
Citation d'André Gide, donc censurons Gide.

Pas de soucis, chers collègues intervenants.
Puisque nous voilà entrés dans un nouveau monde post-liberté et proche du monde totalitaire soviétique, réagissons comme le faisaient les dissidents, avec un humour imparable pour un logiciel totalitaire.

On peut ruser avec la phonétique.
Par exemple écrire le "Je vous ai compris" de de Gaulle sous la forme proposée par Pierre Desproges : "Je vous hais ! Compris ?".
Donc on pourra dire "Je vous ai compris Macron". Voilà qui n'est pas censurable !

Toujours dans la phonétique, mais façon Lacan:
On peut traiter quelqu'un d'analphabète de gauche ou de la REM.
Anal-pha-bète en un seul mot, c'est mieux que trou du Q et cou*llon en plusieurs mots !

La langue française est riche, et nos forêts suffisamment vastes pour en faire une superbe langue de bois.

Nic

@ Solon
"Il n'est pas concevable de déléguer à des sociétés commerciales, qui plus est étrangères, le droit de déroger à un principe constitutionnel."

Ben si, la preuve ! Quand on a un pouvoir vendu aux lois du marché qui prend ses ordres à Bruxelles (voire à Washington), rien de plus normal.

Le pire est qu'on trouve encore (et même ici) des gens pour défendre ce genre d'ineptie.

Lucile

@ Achille | 17 mai 2020 à 01:29

Zemmour est aussi humaniste que vous, et même beaucoup plus, parce qu'il défend la liberté alors que vous défendez la censure. Quand on en est à un degré de mensonge tel qu'on ne peut plus partager de sentiments réels, de peur d'être interdit de parole, et pénalisé, il y a du souci à se faire.

Les gens sont anesthésiés à un point incroyable. Depuis deux mois, personne ne s'offusque de se voir interdit de plein air, sous peine d'amende, alors que la maladie se transmet dans des endroits fermés où il y a beaucoup de monde, ne parlons pas des régions très peu touchées où il a été interdit pendant des semaines de se promener dans la campagne. Détection des contrevenants au moyen de drones.... Il n'y a pas un seul cas au monde où un enfant ait transmis la covid à un adulte ; pour autant, les jardins publics, la forêt, les plages et les écoles leur étaient fermés. Un enfant a besoin de jouer dehors. C'est une nécessité vitale pour lui. Impossible pour les vieux d'aller prendre l'air, car chaque promeneur doit bouger tout le temps, sinon ça s'appelle un rassemblement, et si par hasard ils trouvent un muret pour reprendre leur souffle malgré l'absence de bancs, un représentant de l'ordre viendra leur donner l'ordre de marcher. Certains ont pris un tel coup de vieux qu'ils ne pourront plus se remettre à marcher. J'en connais. Un pique-nique en famille sur une plage déserte, interdit, encore maintenant. C'est absolument grotesque. Le manque de vitamine D est très mauvais, en particulier pour se défendre contre les virus.

Quand on fait obéir les gens à la lettre et par le menu, à coups d'amendes et sous surveillance policière, à des promulgations absurdes, on peut faire passer dans la foulée des lois qui auraient mis le pays en ébullition il y a 20 ans, à juste titre.

Aujourd'hui, tout devient possible, même de trouver des gens pour défendre la loi Avia. Les censeurs ont gagné, ils vont s'en donner à cœur joie, mais la France va être montrée du doigt et peut-être encore davantage traitée par le mépris par les esprits libres qui voient avec consternation tomber les bastions de la liberté en Europe.

Rien que pour ça, je HAIS les politiciens qui nous ont valu une telle calamité et leur pédagogie de dictateurs.

Schwartz

Rien à rajouter !

Isabelle

Faute de masques en nombres suffisants, nous avons les bâillons loi Avia, cornaquée par les GAFA.

Vladimir Poutine, Xi Jinping, Kim Jong-un sont des petits joueurs face à Macron et ses affidés... Vive la démocrature, vive la Macroncrature. Elle n'est plus en Marche, elle court ! Faut museler le peuple avant 2022 ?!

Si vous postez certains billets de Michel Onfray sur Facebook, ils sont censurés, c'est dire... Même avec les formes, vous êtes déjà censurés.

Les commentaires racistes anti-blancs seront-ils aussi bannis ? Les textes de certains rappeurs haineux par exemple... Pas certain.

Tomas

@ Vamonos

Très bonne question. Normalement non, ils ne pourront plus dire cela, sauf s'il y a une diablerie dans la loi qui exonère les performances artistiques de son périmètre.

C'est bien pour cela que cette loi est mauvaise. Bien sûr, Internet a libéré sans entrave les tonneaux de haine qu'il y a en nous, que nous pouvons désormais déverser à loisir sur le monde entier sans redouter la moindre conséquence, et cela a favorisé les pathologies sociales du racisme, de l'intolérance religieuse et politique, etc., tout en offrant un remarquable terreau pour tous les cultivateurs de fausses nouvelles.

Mais en matière de liberté d'expression et pour simplifier le travail des juristes, il faut tout prendre en bloc: soit il y a la liberté d'expression, soit il n'y a pas. Notre histoire et l'ordre public obligent certes à des aménagements à ce principe de liberté absolue d'expression mais il en faut le moins possible et il y en a déjà trop de mon point de vue, ce n'est pas la peine d'en rajouter.

En plus politiquement c'est très maladroit, dans le climat de défiance généralisée envers le pouvoir politique actuel, d'aller légiférer sur ce terrain. Tout ça pour essayer de rappeler aux électeurs de gauche pour qui voter en 2022, c'est pathétique et symptomatique d'une Ve République à bout de souffle et hélas aussi irréformable que la constitution israélienne !

Exilé

@ Solon
« Il n'est pas concevable de déléguer à des sociétés commerciales, qui plus est étrangères, le droit de déroger à un principe constitutionnel. »

Ce ne serait pas le premier auquel il aurait été dérogé quand il n'aurait pas été carrément bafoué...

caroff

Décidément l'époque actuelle avec son lot de député(e)s sapant le fondement de notre art de vivre fait de disputes, de gros mots, d'injures, d'insultes à propos de tout et de rien risque d'être anéanti par cette loi infâme portée par une femme qui doit haïr son miroir tous les jours, si elle ne l'évite pas. Je note que Macron ne s’y oppose pas et promulguera ce torchon le 1er juillet.
Bientôt je vais regretter Hollande !!

La haine comme l'amour ne sont que des sentiments et ne vaut-il pas mieux laisser libre cours à leurs expressions sous peine de voir des paroles se transformer en actes ?

La majorité du monde arabe déteste les Juifs : si l'on en vient à supprimer leurs posts stupides et méchants va-t-on résoudre la question palestinienne ?

Les chrétiens sont vilipendés par une grosse fraction des musulmans partout dans le monde (voir le sort des Coptes en Egypte ou des chrétiens d'Orient en général...). Pense-t-on qu'avec la loi Avia leur sort sera plus enviable ?

Il ne reste plus qu'à espérer que le Conseil constitutionnel censurera cette loi liberticide et, dans le cas contraire, les subtilités de la langue française sont telles que l'on peut parier sur un contournement de la censure par les manieurs de beau langage !

Marc GHINSBERG

Citation du jour (pas tout à fait hors sujet) :

"Si les gens qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage."
Sacha Guitry

Achille

@ duvent | 17 mai 2020 à 11:06
« Ce petit monsieur que vous utilisez comme l'argument massue, n'est pas aussi brillant que vous le croyez, il est simplement plus malin que vous et que la plupart de ses partisans incultes et lâches »

Merci pour votre leçon d’intelligence. J’avais déjà remarqué que vous aviez une haute opinion de la vôtre, consolidée par l’incontournable locution latine qui fait toujours son petit effet auprès des incultes.
Ceci vous autorise sans doute à prendre nombre d’intervenants de ce blog pour de parfaits crétins. Personnellement je ne m’en offusquerai pas, d’autant que vous n’êtes pas la seule sur ce blog à vous prendre pour un esprit supérieur.

Contrairement à vous je ne prends pas Eric Zemmour pour un personnage insignifiant. Qu’il soit plus malin que moi, je n’en doute pas une seconde. Je suis conscient de mes limites et je ne voudrais en aucun cas être confronté à lui dans un débat, notamment sur la haine.
Ceci étant, malgré la confiance que vous avez dans vos qualités intellectuelles, je crains fort que si vous deviez être confrontée à lui, il vous mette KO à la première reprise.

Ceci dit sans vouloir vous vexer vu que vous êtes décidément très chatouilleuse. :)

Guillaume Kiefer

@ Solon

Ah la constitutionnalité :)
Ne vous inquiétez pas pour ça, l'arsenal constitutionnel français (le bloc de constitutionnalité) est modelé de telle façon que le juge constitutionnel (le CC) peut juger constitutionnel tout et son contraire !!
Pour ce faire, tout un tas de jokers ! Motif impérieux, proportionnalité, intérêt général, ordre public, les mots de l'arbitraire étatique et du contrôle de l'exécutif sur le judiciaire.
L'équivalent du puits à chifoumi, et des puits juridique, y'en a un paquet !

boureau

@ Achille 17 mai 2020 01:29
"Eric Zemmour disait dernièrement dans l'émission Face à l'Info qu'il a le droit de ne pas aimer tout le monde"

Et vous le lui reprochez ? De quel droit ? Je suis tout à fait de son avis.

Depuis les dictatures communistes et notamment staliniennes, la gauche française s'est arrogé tous les droits sur la "morale".

Est "moral" ce que la gauche décide. Est libertaire ce que la gauche décide. Est liberticide ce que la gauche décide.

Nous commençons lentement à nous débarrasser de cette gangue qui empêche la réflexion et le libre arbitre.

Il faut vous y faire Achille, les temps changent aussi pour la domination intellectuelle absolue de cette gauche oppressante qui obère tous les débats qui ne lui conviennent pas ou qui remettraient en jeu sa doxa.

Je vous renvoie toujours la même formule : pour ceux qui se pensent de "gôche" tout ce qui est au-delà du centre gauche ne peut être que de l'extrême droite. Donc fasciste... Simplificateur mais efficace !

Et vous en rajoutez dans cette maladie infantile de la gauche qui pense que le peuple ne pense pas, qu'il risque de mal interpréter !

Moi, j'adore le manque de nuance de Zemmour : c'est vivifiant dans la médiocrité ambiante.

Cordialement.

Robert

J'ai voulu consulter le texte sur le site de l'Assemblée nationale

http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/textes/l15t0419_texte-adopte-seance

Si l'on peut consulter l'historique de la procédure d'adoption, on a en retour : "Document non encore publié"...
Mais on peut récupérer un texte PDF "provisoire" des dispositions adoptées ici : http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/dossiers/alt/lutte_contre_haine_internet

De mémoire, j'avais évoqué ce texte il y a quelques mois en commentaire d'un billet. Si des dispositions ont évolué, le fond est resté le même et, de votre billet Monsieur Bilger, je retiens ces passages :

"Avoir confié à Facebook, à Twitter et à YouTube la mission de supprimer les "contenus haineux" que les utilisateurs leur signaleront est une erreur. Sont concernés l'injure, la provocation ou l'appel à la haine contre des personnes en raison de leur religion, orientation sexuelle ou origines, la négation et l'apologie des crimes contre l'humanité et le harcèlement sexuel en ligne.
[...] Ce qui aurait dû relever de l'autorité judiciaire lui a été soustrait par une loi liberticide."

Toutefois, il ne s'agit pas d’une "erreur", Monsieur Bilger, mais bien bel et bien d'une "faute" contre "l'Esprit des Lois" parce que ces dispositions sont effectivement profondément liberticides et sont adoptées par une Assemblée nationale à mon avis inconsciente des conséquences de son application. Il me semblait que l'AN avait adopté le principe de l'évaluation des lois : celle-ci y sera-t-elle soumise, sans biais ?
L'Enfer est pavé de bonnes intentions : les parlementaires qui ont adopté cette loi l'ont sans doute oublié !

Loi liberticide parce qu'elle privatise les sanctions dans la mesure où elle confie l'appréciation des contenus à des entreprises privées qui ne manqueront pas de censurer toute expression libre, voire une peu "osée", à l'aune du risque de se voir infliger des amendes excessives pour leurs résultats financiers. C'est donc une forme de censure instaurée par une loi française !

On peut aussi craindre pour la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse car, par extension, le juge sera là aussi à terme peut-être exclu par facilité ou tout au moins verra son champ de compétence encore réduit.
De fait, c'est bien l'esprit des "tribunaux arbitraux" privés qu'on voit poindre pour être étendus à d'autres domaines que le commerce ou la concurrence industrielle...

Et l'on nous assure que nous sommes encore en Démocratie, ou même en République ?

Xavier NEBOUT

@ Aliocha

Vous êtes-vous demandé un jour si vos prêches avaient fait des chrétiens, ne serait-ce qu'un seul ?
Et si, bien au contraire, vous en aviez dégoûté certains qui étaient rattrapables, quel serait le sens de votre vie ?


Solon

Ce texte n'est pas constitutionnel. L'article 4 al.3 de la Constitution de la République stipule:

"La loi garantit les expressions pluralistes des opinions"

Il n'est pas concevable de déléguer à des sociétés commerciales, qui plus est étrangères, le droit de déroger à un principe constitutionnel.

boureau

"Il faut haïr la loi Avia !"

En plein accord avec votre texte cher P. Bilger.

Nous baissons d'un cran - un de plus - dans l'exercice et le champ de nos libertés.

En dehors de l'activisme des minorités agissantes qui trouvent un bain de jouvence dans l'action de cette majorité parlementaire incompétente et improbable, l'origine de ces déviances liberticides parlementaires réside dans la juxtaposition de l'élection présidentielle et de l'élection parlementaire. L'élection du président appelant, dans la foulée, une majorité parlementaire quasi obligatoire.

Des élections différées reconstitueraient des équilibres d'influence et de pouvoir entre la Présidence et les chambres.

Et éviterait ce moutonnage effarant entre Macron et LREM en l'occurrence.

Cette modification constitutionnelle a été une erreur monumentale : n'est pas Michel Debré qui veut !

Cordialement.

Xavier NEBOUT

Le choix de civilisation qui se profile est une alternative entre le modèle maçonnique et le modèle chinois.

Le système chinois n'interdit aucun mode de pensée à condition que cela n'interfère pas dans la société qu'il définit. C'est l'autoritarisme.

Le système maçonno-gauchiste, lui, interdit le mode de pensée non conforme à ce que doit être la société qu'il définit. C'est le totalitarisme.
Il commence à la maternelle avec la méthode globale qui n'a jamais été abandonnée et finit avec les moutons retraités qui s'expriment ici. Ils l'ont tellement fermée tout au long de leur vie, que dénoncer ce qu'ils ont subi en courbant l'échine relèverait du reniement.

Guillaume Kiefer

Le principe de précaution constitutionnalisé...

duvent

@ Achille | 17 mai 2020 à 01:29

Mon pauvre Achille, vous me permettrez n'est-ce pas d'être condescendante, puisque vous me trouvez chatouilleuse (et qu'il n'existe pas encore de loi sur la condescendance qui s'apparente au mépris).

Vous nous donnez Zemmour comme exemple, espérant ainsi emporter notre assentiment, eh bien, Zemmour qui est pour moi une personne sans qualité, ne doit pas servir d'excuse et nous conduire à l' « odium auctoris ».

Ce petit monsieur que vous utilisez comme l'argument massue, n'est pas aussi brillant que vous le croyez, il est simplement plus malin que vous et que la plupart de ses partisans incultes et lâches.

Donc, vous préconisez comme si cela était la solution, d'empêcher que la haine se déverse sur le net, il faudra le pendant, monsieur Achille, et empêcher aussi celui de l'amour sur le net, car il faut de l'équilibre en toute chose, et encore plus en matière de lois et de justice.

C'est avec des raisonnements absurdes comme le vôtre, que votre société d'abrutis ira florissante, nous disions avant « par monts et par vaux », disons « par Twitter et par Tinder ».

Je hais la foule profane et je la fuis, il faut aussi haïr la toile et les araignées, en appelant un chat, un chat et une chatouilleuse, une chatouilleuse !

Dès lors, et parce que vous pensez sans profondeur, je vous rappelle que la haine est un sentiment déraisonnable, qui repose principalement sur la frustration, la peur et l'ignorance, lequel sentiment est chevillé à la nature humaine, dont les qualités sont excessivement rares, lesquelles reposent en général sur l'intérêt commun que l'on peut résumer à l'instinct de survie.

C'est ainsi que les lois ont pour vocation de régler la société des hommes et pas leurs sentiments, qui (je tiens à vous éclairer) demeurent en eux, et mijotent gentillement jusqu'à l'explosion finale.

C'est pourquoi, plutôt que d'utiliser un abruti parmi tant d'autres, il serait bon et même excellent de se pencher sur la vie des hommes, expurgée de sens, vidée de sa substance, coupée de sa source, isolée de la naturelle nécessité pour un homme de vivre parmi les hommes...

Je vous le dis en vérité, vivre parmi les hommes est une chose ignoble, mais il faut regarder dans les yeux la Gorgone, car dans cette humanité sordide existe aussi la plus pure beauté du monde ! Sapere aude !

Xavier NEBOUT

Ce qui est dénoncé ici porte un nom: le totalitarisme.
Voici la définition qu'en donne le CNRTL: "Système politico-économique cherchant à imposer son mode de pensée considéré comme le seul possible".

Or, sous l'apparence de cette loi Avia, il ne s'agit pas de réprimer des excès, puisque la notion d'excès ne s'y définit que sous l'emprise de la peur d'amendes exorbitantes.
Non, il s'agit par cette loi de réprimer la pensée qui les sous-tendrait.

Aujourd'hui, nous avons la journée de l'homophobie. S'agit-il d'homophilie, dérèglement psychologique ou psychiatrique qui ne doit inspirer que commisération pour ceux qui en sont atteints ? non ! Mais du droit à l'homosexualité qui en est l'irréversible passage à l'acte, et que l'on doit haïr comme on doit haïr le mal.

La est la clef de l'infamie: sous l'interdiction de haïr des personnes, il s'agit d'interdire de haïr le mal.
C'est que nous appelions jadis - avant de tomber dans la stupidité générale - l'emprise du diable: dia-able, ce qui divise la parole.

Alors, il ne s'agit pas seulement aujourd'hui de haïr la loi Avia, mais de dénoncer la diabolique mafia maçono-gauchiste qui ne cesse de vouloir étendre son aspiration totalitaire vers l'anéantissement de l'humanité.
Humanité qui ne relève pas de l'humanisme, mais de Dieu au sens tout au moins de conscience de soi, avant d'être sociale, car l'inverse tend à la termitière.

Exilé

Outre l'extrême difficulté de définir avec précision les "contenus haineux"...

Exactement, sachant de plus que même un simple désaccord peut souvent être assimilé abusivement à une prétendue « haine », y compris parfois sur ce blog quand certains intervenants en accusent d'autres d'éprouver de la « haine » par exemple à l'encontre de M. Macron quand ils désapprouvent ses propos ou ses décisions.

Et puis, au nom de quoi un sentiment, ce qui est le cas de la haine, le contraire de l'amour autre sentiment parfois incontrôlable, deviendrait-il passible de sanctions judiciaires, même s'il n'est pas très flatteur pour celui qui aurait la faiblesse de l'éprouver ?

En fait, tout cela ne concerne-t-il pas plutôt le domaine moral voire religieux ?

A part cela, excellent billet de Philippe Bilger qui a bien cerné l'essentiel.

Vamonos

Les compositeurs de rap qui appellent à la sédition sont-ils en dehors du périmètre d'application de cette loi ?

Candide, j'ai besoin de toi.

sylvain

J'ai apprendu que grâce à des mectons comme moi, les momodérateurs de Fessbouc vont palper une cinquantaine de millions de dollars pour traumatismes mentaux dus à la (Allah) lecture des commentaires haineux.

Ben et moi alors, pas de commission ? A quoi ça sert que je me décarcasse d'être le plus laineux possible ?
Ils pourraient me payer le resto ces pauvres malheureux.

Un extrait hainophobe de la longue liste des censures, hihihi !
"19 avr.
Votre commentaire ne respectait pas nos standards de la communauté
24 févr.
Votre publication ne respectait pas nos standards de la communauté concernant les discours haineux
31 janv.
Votre commentaire ne respectait pas nos standards de la communauté concernant les discours haineux
2 janv.
Votre commentaire ne respectait pas nos standards de la communauté concernant les discours haineux
25 déc.
Votre commentaire ne respectait pas nos standards de la communauté concernant les discours haineux
1 nov.
Votre commentaire ne respectait pas nos standards de la communauté concernant les discours haineux
3 août
Votre commentaire ne respectait pas nos standards de la communauté concernant les discours haineux"

"A poil laineux ! A poil les neuneus ! A poil..."

Etc. mdr ! la journée commence bien ! Merci Philippe, vous savez ce qui vous reste à faire si vous voulez ramasser du pognon, inscrivez-vous dans une association de traumatisés par les commentaires haineux, la loi vous y autorise, si ça marche, je vous en mettrai plein le blog, comptez sur moi !

Thierry

“Rien ne saurait justifier la haine”... et voilà qu’on ajoute “la vulgarité, la sédition”. Et puis demain ce sera “l'extrémisme”... C’est bien cela qui est dangereux Achille !

Vous plaquez vos jugements, vos adjectifs, sur des propos qui ne vous plaisent pas. Si tout le monde fait ça, on ne parlera plus que de chatons et de couchers de soleil. La liberté d’expression vaut précisément pour ce qui ne plaît pas à tout le monde !

Il y a des tolérances malsaines et de saines haines. Les Résistants haïssaient l’occupant. Soljenitsyne haïssait le communisme. Zineb El Rhazoui hait les Frères musulmans qui la menacent. Philippe Bilger a parfaitement le droit de haïr une loi scélérate. J’ai le droit de haïr la corrida, le rap, les tags, l’islamisme et le macronisme sans être censuré. Vous avez le droit de détester ce que j’écris. Détester est un DROIT ! On répond à la haine soit par l’argumentation rationnelle, soit par la plainte en diffamation (loi de 1881). Point.

Denis Monod-Broca

Rien ne serait plus bête qu’une loi contre la bêtise.
Rien n’est plus haïssable (et plus bête) que cette loi contre la haine.

La haine est haïssable, certes, mais nos sentiments sont-ils du ressort de la loi et donc des tribunaux ? certainement pas.

On nous avait fait le coup déjà, avec l’amour. Parce que deux hommes ou deux femmes peuvent s’aimer d’amour, la loi leur a ouvert le mariage, comme si nos sentiments, là aussi, étaient du ressort de la loi et des tribunaux.

Mais où allons-nous ? Avons-nous perdu tout bon sens ?

Après l’amour, la haine, à quand la colère, réglementée par la loi ?

Tipaza

@ Achille | 17 mai 2020 à 01:29
"...certains de ses (Eric Zemmour) propos qui, trop souvent, pèchent par un manque de nuances, risquent d’être mal interprétés par des gens qui ne possèdent pas sa subtilité intellectuelle."

Merci Achille !
En une phrase vous venez de faire la démonstration de la dérive liberticide à laquelle peut mener la loi Avia.

Vous passez du fait à l'interprétation du fait.
Du réel objectif au subjectif fantasmé.

Zemmour ne serait plus responsable de ce qu'il dit ou écrit, mais de la façon dont des demeurés, des analphabètes politiques de gauche, pourraient interpréter ses propos

Non seulement les propos haineux ou soi-disant tels, devront être sanctionnés mais devront être sanctionnées leurs possibles capacités interprétatives en fonction de la nullité ou la mauvaise foi de l'auditeur ou lecteur.

Ici même, je me souviens d'un intervenant qui après avoir lu un livre de Zemmour, en avait retenu le nombre d'occurrences du mot virilité (ou viril) et l'avait donné, de mémoire une dizaine, et avait trouvé cette fréquence horrible !
Il est des mots dont il ne faut pas abuser pour certaines oreilles chastes.
Vous voyez jusqu'où peut aller la fragilité intellectuelle de certains.
Si de surcroît cette fragilité est imputable non pas au lecteur ou auditeur mais à l'auteur, alors c'est la fin programmée de la liberté, et pas seulement de la liberté de paroles, mais aussi de la liberté de penser.

Je ne compare pas Laetitia Avia et Louis Antoine de Saint-Just, il y a trop de différences intellectuelle et physique (!), mais tout de même nous nous dirigeons vers un régime de Terreur au moins morale et intellectuelle.

Reprenez-vous et criez avec moi, vive Zemmour !

Chemins de traverse

@ Achille

Eric Zemmour a parlé, tout du moins, essayé de développer l'idée d'individualisation et cela n'a rien à voir avec "avoir le droit de ne pas aimer tout le monde".

"...pèchent par un manque de nuances, risquent d'être mal interprétés par des gens qui ne possèdent pas sa subtilité intellectuelle"

Et donc vous, seriez capable de modérer les propos d'Eric Zemmour en gommant les subtilités...

Bienvenue dans le monde de l'homme, la femme, modèles transhumanistes.

Aliocha

L'accueil que vous nous réservez ici, nos hôtes, est seul garant de la qualité humaine d'une parole qui reste esprit et vie, dénonçant le fait qu'aucune haine à propos d'aucune vaine loi ne saurait indiquer ce chemin entre deux enfers qui est celui du réel de l'humain, cette lame qui est chemin de vie face aux vendeurs de mort :

"Ce qui est en train de s’évanouir dans un nihilisme intégral n’est rien d’autre que le monde. Alors que le décor de notre vie semble de plus en plus réduit à des écrans, on assiste à un évidement de toute consistance ; mais cette trouée est pour celui qui a le courage de s’y rendre sensible la possibilité d’une libération – l’appel à faire tomber l’écran du monde.

D’une certaine manière, le Messie marche déjà avec nous dans l’aridité du désert ; ce dont témoigne la phrase de l’évangéliste Jean : « Au milieu de vous se tient celui que vous ne connaissez pas. »

Mais quelle est l’assise du mal à notre époque ? La tête du serpent, où est-elle ? Comme l’explique Yuval Noah Harari, la phrase de la Genèse : « Vous serez comme des dieux », est en passe de se réaliser. Les industriels de la Silicon Valley envisagent clairement l’accession de l’homme à la divinité, conçue sur le mode grec. Les humains seront bientôt en mesure de fabriquer du vivant, et de refaçonner le code de la vie : deux attributs réservés à la divinité. On passera par des manipulations génétiques et par le développement de l’Intelligence Artificielle. Le nouveau prométhéisme réalisera les noces de la biologie et du numérique, faisant apparaître l’humanisme des Temps modernes comme un moment périmé. La liberté individuelle ne sera plus, dès lors, qu’une chimère. On glissera ainsi d’Homo sapiens à Homo deus.

En toute logique, la nouvelle civilisation posthumaine décrétera une guerre contre la mort. Pour la nouvelle entité transhumaine, mourir ne sera plus qu’un simple phénomène biochimique à dépasser. Mais, en remodelant la vie, les apôtres de la Silicon Valley ne s’attellent à rien d’autre qu’à rendre la mort vivante.

Avec eux, la civilisation nouvelle imprime carrément un passeport pour l’enfer. Et tout est fait pour masquer cela : pour que personne ne discerne les « signes des temps », alors qu’ils s’accumulent devant nous. Sous le couvert du marché, l’iniquité ne cesse de progresser, et déjà les « faux prophètes » s’élèvent, proposant un avenir biocybernétique. On entre dans un temps de grande détresse ; une détresse – dit l’évangéliste Matthieu – « telle qu’il n’y en a point eu depuis le commencement du monde jusqu’à nos jours, et qu’il n’y en aura jamais ».

Beaucoup se laissent séduire par les laquais de l’Heure. On élève au pinacle quatre milliardaires proches des transhumanistes, Jeff Bezos, Elon Musk, Bill Gates et Mark Zuckerberg, qui rêvent de recalibrer l’espèce humaine pour la rendre plus conforme au profit. Bezos s’imagine même en maître du temps, quand il conçoit une horloge électronique capable de donner l’heure exacte pour les dix mille prochaines années, comme si ces dernières devaient appartenir de plein droit au capitalisme cybernétique. Nouveau Millenium consacré au règne immatériel de l’argent.

L’ouverture est sans arrêt maçonnée, et à cet égard l’âge de la fin est aussi celui du Grand Renfermement. Mais, pour celui qui se retourne vers le sauf, tout n’est pas fermé. Même au cœur du nihilisme planétaire, il est toujours possible de trouver le chemin de l’indemne. Comme le dit Rabbi Moshe Loeb : « La voie est en ce monde comme le fil d’une lame ; de ce côté, l’enfer, et de l’autre, l’enfer ; entre les deux : la voie de la vie. »

Le péril le plus extrême s’enroulant avec le sauf, les gestionnaires de la catastrophe ne peuvent faire autrement que d’être à leur insu les certificateurs d’une bonne nouvelle. Ainsi, comme dit le Psalmiste, le côté de la mort loue-t-il l’Éternel malgré lui.

Si l’on prête attention à ce qui nous environne, il est clair que les promesses reçues des prophètes juifs sont en train d’advenir. Seulement, elles adviennent à l’envers.

Cet accomplissement paradoxal des promesses fait d’Israël la vraie mesure du monde, et cela sous ses deux formes : l’Église et la Synagogue. L’histoire du XXe siècle en a porté témoignage de façon spectaculaire ; il est à craindre que celle du XXIe le fasse de manière encore plus terrible.

On peut jeter une bâche sur toutes les idéologies des Temps modernes : elles sont entièrement caduques. Nationalisme, libéralisme, socialisme, ces conceptions s’écroulent sur elles-mêmes, tel un sac de toile sur le vide. Comme le dit Fernando Pessoa dans Ultimatum : « Faillite des peuples et des destins – faillite totale ! »

La seule chose qui puisse nous soustraire à cette banqueroute, c’est notre rapport avec le langage – notre capacité à entrer dans les paroles et à regarder ce qu’elles montrent.

Quand les paroles sont vraiment « esprit et vie », elles accomplissent. Elles sont moins faites pour être comprises que pour nous rendre disponibles au mystère : pour nous accueillir en lui. Elles nous apprennent à voir de l’intérieur. Une impasse que de les entendre avec les seules oreilles du corps. Car, selon le mot de la poétesse catholique Madeleine Delbrêl, elles sont le « levain initial » – elles nous pétrissent, nous modifient, et nous assimilent à elles.

Toute parole est miraculeuse en ceci qu’elle nous relie au miracle qui précède le monde.

C’est pourquoi l’énoncé de Luc concernant Marie : « Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur », trouve sa raison d’être dans la dernière phrase du Christ – « Tout est accompli »."

https://www.grasset.fr/livres/tout-est-accompli-9782246862581

Pour ceux intéressé par le constat que la politique ne sait plus rendre compte ni de ce qui a eu lieu ni de ce qui arrive, une interview des trois auteurs :

https://www.youtube.com/watch?v=pU4pOQ_MKbQ

Merci à nos hôtes de savoir nous permettre, et quel effort cela demande, de partager cette réalité d'accomplissement de la parole.

Marc GHINSBERG

« La loi Avia s'inscrit dans cette continuation perverse qui prétend régenter, caporaliser, interdire parce qu'il serait intolérable de laisser s'épanouir la liberté même avec ses excès ; on préfère une éradication avec des effets dévastateurs bien plus considérables. » (PB)

Il me semble, cher Philippe, que vous résumez là le dilemme que pose l’exercice de la liberté d’expression. La liberté d’expression doit-elle être totale jusqu’à autoriser l’ignominie, ou doit-elle être règlementée au risque de se trouver bâillonnée ? Au plan théorique la loi pose des limites. Si elle était respectée, la liberté d’expression serait garantie et les propos haineux contenus. Mais dans la pratique sa lourdeur et ses délais de mise en œuvre se heurtent à la souplesse et à l’instantanéité des réseaux sociaux.

Si au moins la liberté s’accompagnait de la responsabilité, mais l’usage massif de l’anonymat autorise les pires débordements. Je sais qu’il n’y a pas d’anonymat à l’égard des opérateurs, mais comme ceux-ci ne sont pas incités à exercer une modération effective, il y a bien, de fait, une impunité pour les anonymes courageux qui tiennent des propos haineux.
Ils ont pris la liberté en otage.

Lodi

D'abord, remercions les GAFA. Elles offrent la liberté.
Mais si une partie de l’opinion et le Gouvernement veulent l'abolir, elles vont plier. Pourquoi ? Les GAFA ne sont pas bêtes : elles savent qu'elles sont souvent détestées en France, car on n'aime pas ce qui est gros et américain, et elles sont les deux. Elles peuvent penser que si elles jouent les censeurs, on insistera moins pour qu'elles paient des impôts conséquents.

Ni en Chine, ni en France, les GAFA ne vont lutter contre les gouvernements. Autant demander à des marchands d'armes d'envoyer des troupes pour défendre telle ou telle cause.

Les GAFA ont offert une liberté d’expression au monde, dont il semble que le monde se lasse. Est-ce la faute des GAFA ? non, on peut leur reprocher de tracer les gens, mais d'autres sites aussi sur Internet pour la publicité, donc l'argent, exactement comme déjà avec les publicités déposées chez soi chez le facteur, mais c'est tout.

Autre crime : elles essaient de payer le moins d'impôt possible et peuvent y parvenir comme bien des multinationales. En demandant aux GAFA d'être des éteignoirs de la liberté, on ne pourra exiger autre chose d'elles, les GAFA savent calculer un rapport de force, avec ou sans algorithme. Il est facile de voir que la France a le réflexe premier et essentiel de sacrifier la liberté et que le reste n'est là que pour la montre. Je pense, au contraire, que si on avait repris le Premier amendement, et sur le net et outre-Internet, nous aurions obtenu le reste, savoir la défense du consommateur et des finances publiques.
Mais il ne faut pas gaspiller son autorité et comprendre que les GAFA ne respectent que les gens respectables et que nous ne le sommes pas.

"Sont concernés l'injure, la provocation ou l'appel à la haine contre des personnes en raison de leur religion, orientation sexuelle ou origines, la négation et l'apologie des crimes contre l'humanité et le harcèlement sexuel en ligne."

Je parie qu'on ne pourra plus dire que les musulmans sont les seuls dont certains nous rendent le bien d'être reçus par le mal de leur ingratitude, concrétisé par éventuellement des attentats. Nous serons donc condamnés à leur immigration délétère puisqu'il n'y aura pas les mots pour dresser un rempart contre leur submersion. Il n'y a pas que la fille du roi d'Ys qui a condamné son peuple aux flots, mais je dirais que mieux vaut la noyade au risque de soumission.
Pourtant, mon affirmation est vraie. On veut nous obliger à rendre le bien pour le mal à des gens qui nous rendent le mal pour le bien, côtoyer des arriérés comme si nous devions en être les professeurs, faire de la coopération à domicile quand nous ne l'avons jamais voulu, merci bien.

Il y aurait d'autres choses à évoquer, mais elles ne m'inspirent guère en ce moment, alors passons à la négation de génocide... Pardon de dire qu'on en fait un enjeu cosmique quand ça ne l'est pas. On prétendait que si on disait le génocide subi par les Juifs, il n'y aurait plus de génocide, et c'est bien ce qu'on a fait, non ? Cela n'a pas empêché les génocides suivants, au Cambodge, Rwanda, et je dois en oublier. Alors... Autre chose : l'Etat se charge de jouer les professeurs, mais malgré les preuves décrites par le bouquin que je vais évoquer par un lien, ne veut pas reconnaître le génocide maison de la France. Si l'Etat préfère son petit confort intellectuel à la vérité, il ne peut pas demander aux autres de se comporter autrement.

https://www.editionsducerf.fr/librairie/livre/2859/vendee-du-genocide-au-memoricide

Il faut promouvoir la liberté, la vérité, défendre les victimes et être exemplaire.

peres jacques

@ Achille 17/05/20 01:29
"Rien ne saurait justifier la haine"

En lisant cela et ce qui suivait je me disais que si, peut-être,
la sottise quand elle atteint un certain niveau.

Julien WEINZAEPFLEN

Laetitia Avia la mordeuse interdit nos morsures. Celle qui veut choper les gros poissons s'est fait pécho pour délit de la cordonnière qui est souvent la plus mal chaussée.

Le turn-over de son cabinet donne le tournis. Elle est très souple avec le droit du travail : "La déontologue de l’Assemblée nationale a été saisie au moins six fois sur le cas de la députée. [...] La cellule anti-harcèlement de l’Assemblée a également été saisie et a pris attache avec une collaboratrice "gravement malade que [Laetitia Avia] voulait obliger à interrompre son confinement pour venir télétravailler."

https://www.mediapart.fr/journal/france/120520/laetitia-avia-la-deputee-lrem-qui-horrifie-ses-assistants?onglet=full

Mais là n'est pas le fond du problème. Le problème est que sa loi, qui organise la police des arrière-pensées et des sentiments, a été notamment écrite avec Gil Taieb, lobbyiste communautaire juif, mais surtout lobbyiste de Tsahal (l'armée israélienne) qui, en sa qualité de président de l'ABSI (association pour le bien-être du soldat israélien), organisait régulièrement (je m'en souviens comme auditeur de "Radio J" qui fut la première à me faire acquérir la conviction d'une asymétrie communautaire en France) des réunions destinées à collecter des fonds en soutien à l'armée israélienne, donc en soutien à une armée étrangère, réunions auxquelles il était indécent que des politiques français de tout bord et de premier plan, ou encore les responsables du service politique de France 2 de l'époque, Arlette Chabot et Nathalie Saint-Cricq, viennent participer plus souvent qu'à leur tour.

http://www.veroniquechemla.info/2014/05/gil-taieb-vice-president-du-crif-et-du.html

Je cite cet article hostile à l'appui de mes dires. Il est écrit par une ultrasioniste, soutien manifeste de Philippe Karsenty, parce qu'il est le seul que j'aie trouvé sur le net à évoquer cette activité de Gil Taieb dont l'ancien Parisien que je suis se souvient très bien.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS