« Une infortune discrète en France périphérique : les Mermet... | Accueil | Repos d'un guerrier en chambre... »

04 juin 2020

Commentaires

Tomas

@ Valéry

L'idée était juste de montrer à qui on peut avoir affaire, je ne me situe pas là sur le terrain du droit. Mais j'ai du mal à imaginer que des personnes "se défoulant" de la sorte puissent ensuite faire preuve d'équité lors de leurs interventions. Le langage ordurier et les expressions ne sont pas ceux que vous utilisez pour vous plaindre de vos chefs, j'espère pour vous en tout cas.

---------------------------------------------

@ Marcel Patoulatchi

Vous confondez tout et idéologisez le problème. On peut être contre le discours du CRAN et des Indigènes de la République et vouloir une police sinon irréprochable, du moins à la hauteur des standards de qualité européens. Quant à dire que les Blancs sont les Juifs d'aujourd'hui et que les "Indigènes de la République" nous préparent un Mein Kampf c'est purement grotesque. Il n'y a aucun poste de responsabilité de notre pays où ils sont de surcroît largement minoritaires, alors c'est vite vu.

Ces craintes d'envahissement, de grand remplacement, que sais-je, sont tout aussi loufoques. Evidemment si vous croyez un cinglé comme Laurent Obertone qui se paluche le soir sur des sites survivalistes dans sa chaumière du Morvan, vous êtes mal parti pour affronter le XXIe siècle !

caroff

@ Robert Marchenoir 8h58

Il n'en demeure pas moins que l'une des trois revues médicales les plus réputées au monde s'est autorisée à publier un article foireux grâce à la société Surgisphère, société bidon pour enquêtes scientifiques bidons publiées par The Lancet qui, dans le domaine du bidonnage n'en est pas à son coup d'essai !

Le plus amusant est que le ministre de la Santé (sic) Véran a cru bon, sans recul aucun, d'interdire le traitement Raoult le jour même !!

L'OMS après avoir pris connaissance des incohérences du Lancet est revenue sur sa recommandation d'interdiction de ce même traitement...

Véran ne devrait-il pas démissionner et le directeur général de l'OMS faire de même ?

La science n'est pas un champ de roses où des gens disent la vérité et d'autres des mensonges, la science est le miroir des passions et des bêtises humaines et ce que nous enseigne cette épisode c'est l'immense désarroi de la médecine d'aujourd'hui.

Dommage que Molière ne soit plus de ce monde, il en aurait fait une pièce où les rôles de choix auraient été pour la bande de nuls aux manettes.

Quant à Raoult il se prend en effet pour une vedette mais lui, au moins, exerce la médecine avec plutôt de belles réussites (cf les stats à Marseille...).

Marcel Patoulatchi

Monsieur Bilger,

Dans l'ensemble, le discours dominant, c'est celui d'une oppression raciste des ethnies noires que ça soit en Europe ou aux Etats-Unis.

A vrai dire, ce discours n'a de sens que s'il existe un complot, un protocole des Sages de Sion, impliquant policiers, juges, médecins légistes, médias.
Le policier noir est dans ce cas un vendu - un participant au complot contre les siens.
Dans ce cas, vérité et justice n'existent pas, la vérité judiciaire (concernant Adama Traoré, mais aussi le frère de la fondatrice d'Urgence notre police assassine, braqueur récidiviste en cavale, en somme un chic type qui avait coutume de mettre des armes devant le nez d'autrui pour les voler) est mensonge, il faut la réclamer.

Réclamer vérité et justice serait un combat antifasciste. Nous serions dans une société d'apartheid qui ne s'assume pas.

Cela s'étend jusqu'à la question de la pauvreté de l'Afrique, qui serait la conséquence de la colonisation (et non pas l'inverse : la colonisation permise par sa pauvreté d'alors) ou celle de l'esclavage, qui serait la source première de la richesse de l'Europe (alors que l'Europe n'est pas le premier continent esclavagiste historique - se pose-t-on la question de la réparation du dommage causé par la construction des pyramides en Egypte ? - mais celui à l'origine de son abolition).

Quel est la suite logique ? Les Assa Traoré et comparses ne sont-ils pas en train de rédiger leur propre Mein Kampf désignant les blancs comme un tout homogène responsable de tous les maux de tous les noirs vus également comme un tout homogène ?

Mesure-t-on que le juif en 2020, ce n'est pas le noir mais bien le blanc ? Les nazis n'accusaient pas les juifs de voler et dépouiller en meute dans la rue. Non, les nazis accusaient les juifs d'être une élite contrôlant les rouages du pouvoir, de l'économie, maintenant les Allemands dans la pauvreté et la servitude.

Le discours de fond des nazis ne se retrouve plus aujourd'hui dans le discours du Rassemblement National. Il se retrouve dans les manifestations pour Floyd ou Traoré.

Et le blanc moyen qui à tout pris veut être du bon côté, du côté du bien, s'y associe. On s'étonne toujours de l'adhésion massive des Allemands au nazisme, on l'explique toujours par l'économie, d'une manière générale le mal. En réalité, le réflexe qui conduit aux pires énormités est souvent le sentiment de bien faire, d'être dans le camp du bien, le camp à la morale supérieure.

Finkielkraut avait remarqué il y a bien longtemps déjà que l'antiracisme serait le communisme de notre siècle.
Nous y sommes, nous sommes dans une ère totalitaire.

Exilé

@ Michel Deluré
« Loin de moi l'idée de penser que la pauvreté est la seule et unique cause de la délinquance. Mais il n'est cependant pas possible, je pense, de nier le rôle non négligeable qu'elle peut jouer en la matière. »

Peut-être faudrait-il accepter aussi de constater le rôle d'un repli communautaire volontaire et d'une forme d'auto-ghettoïsation, manifeste dans des secteurs où une certaine mixité sociale régnait à l'origine mais dont les habitants n'appartenant pas à la communauté dominante ont été chassés par divers moyens, généralement sous la forme de pressions ou de nuisances répétées.

Le communautarisme et sa morale à deux vitesses, stricte envers les membres de la communauté mais relâchée voire nulle quand il s'agit de considérer le reste du monde, qui pourra par exemple être la cible de vols de la façon la plus naturelle qui soit, est une autre explication à la délinquance.

Valéry

@ Tomas

J'ai lu attentivement l'article dans votre lien, puis regardé la vidéo.

J'ai deux observations.

D'une, c'était un groupe privé, où l'on ne pouvait rentrer que sur sélection du dossier, donc pas accessible au public. Très important !

De deux, c'est vrai que les remarques ne sont pas parmi les plus courtoises, mais après avoir lu votre article en totalité puis regardé la vidéo, je ne vois aucune remarque raciste. Certes, quelques commentaires traitent de pu*e Camélia Jordana, et alors ? Elle les traite d’assassins en bloc, un peu comme vous. C'est de bonne guerre.
La gauche a son lot d'invectives aussi, "les gauchiasses on leur fait ca*a dessus" etc. Et alors ?

Un groupe privé où on évacue le stress en se défoulant: je ne vois aucune entorse à la loi. Vous allez me dire "les policiers se doivent d’être un exemple". Oui, quand ils sont dans l'exercice de leur fonction. Dans le privé, ils font ce qui leur plaît, tant que cela reste dans le cadre des lois.

Walson

@ kacendre | 06 juin 2020 à 10:59

C'est écœurant ! Tout ça pour placer quelques amis aux postes de hauts fonctionnaires, au chaud avec des salaires qui donnent le tournis et une efficacité quasi nulle... Dans les pays sous-développés il y a la corruption généralisée, en France, il y a ce système de corruption légal.

À chaque nouveau président c'est un régiment de nouveaux parasites qui débarquent.

L'administration est le grand créateur d'emplois en France et tout ce petit monde est payé maintenant par le fruit d'emprunts gigantesques qui s'accumulent et qui ne cesseront que lorsque ce château de cartes s'écroulera.

Ce phénomène existe dans tous les ministères et ne croyez pas que les nouveaux et heureux bénéficiaires ne soient que des Français de souche blancs cathos ou athées.

Sarko a laissé 600 milliards de dette supplémentaire aux contribuables français, Macron va le battre largement et pour un seul quinquennat il nous laissera 1 000 à 1 250 milliards de dette supplémentaire.

Quel est le plus grand escroc de France ?

kacendre

Au même titre que tous les comités... hauts conseils... hauts commissariats... agences nationales... bref toutes ces sinécures révélés et plus qu'inutiles, découvertes grâce au coronavirus:

"Cette épidémie a fait découvrir que nous avions en France :
* Le Ministre de la Santé
* Le directeur Général de la Santé
* La direction de Santé Publique France
* Le Directeur de la Haute Autorité de Santé
* les Directeurs des Agences Régionales de Santé
*Le Directeur de l'Agence nationale Sanitaire
* la Direction de l'Alliance Nationale pour les Sciences de la Vie et de la Santé : Epidémiologie-France
* Le Centre National de Recherche Scientifique en Virologie Moléculaire
* L'agence Nationale de sécurité du médicament et de la Santé.
* Un nombre d'Infectiologues parisiens incroyablement et anormalement élevés probablement lié au fait que les virus et les bactéries descendent de l'avion à HDP et ouvrent leur siège social près de l'Etoile... et qui passent plus de temps à la TV qu'auprès des malades.
Mais comme tout cela ne suffit toujours pas et suite à cette épidémie, nos chers politiques, monstres d'efficacité, de pragmatisme et toujours soucieux d'économie des finances publiques vont créer en plus
- le Haut Commissariat de lutte contre les épidémies
- Le Haut Conseil de Veille Sanitaire
- L'agence Nationale de Sécurité de Logistique Médicale.
5 000 fonctionnaires en plus (et les petits copains à placer) et où ça ? à Paris, évidemment et grassement payés."

https://www.boursorama.com/actualite-economique/forum/referendum/detail/454830215/

Eh bien au même titre, pourquoi ne pas créer un ou plusieurs Hauts Conseils... Hauts Commissariats... dont le plus compétent, efficace mais surtout le plus indépendant avec de vrais pouvoirs, que présiderait d'une main de fer... notre Hermine PB entouré de vrais juristes... pour mettre de l'ordre et de la vérité dans la pétaudière judiciaire française coiffée et menée par le syndicat du mur des cons.

Comme dit ma concierge... faut pas rêver.

Exilé

@ Valéry
« Premier tableau: homicides par race. Blancs: 44 %. Noirs: 52 %. »

Sans remettre en cause ce tableau publié par le FBI, rappelons aussi qu'aux États-Unis d'Amérique, pays où l'indication des origines ethniques et raciales a droit de cité, la prise en compte se fait par auto-classification de façon déclarative, en fonction d' « ethnic categories ».

https://grants.nih.gov/grants/guide/notice-files/not-od-15-089.html

A l'extrême, un « African American » pourrait très bien prétendre être un « American Indian », par exemple...

Bien entendu, cela ne modifie qu'à la marge la réalité des statistiques.

Y.S.

Monsieur Philippe Bilger,

Vous traitez avec brio le sujet du jour et nous sommes nombreux à partager votre analyse des faits.

Un peuple apeuré par des gouvernants antinationaux, le tout dans un contexte de violences urbaines et de faillite financière et économique nationale ; que faire si ce n'est souhaiter le départ de Macron et de sa bande.

breizmabro

@ Robert Marchenoir 06 juin 2020 08:58

Monsieur est comme D. Raoult et M. Onfray, il a toujours raison :D

Walson

@ Robert Marchenoir | 06 juin 2020 à 08:58

Toujours aussi violent avec le besoin de mordre et d'affirmer que vous détenez la vérité même dans le domaine médical. Certains médecins s'excusent de leurs erreurs qui les ont conduits à vouloir décrédibiliser le professeur Didier Raoult ; mais vous qui vous êtes maintenant un macronien avec des attributions, vous semez la haine et ne faites pas rire tous les commentateurs de ce blog.

"Le docteur Mandeep R. Mehra a demandé ce jeudi le retrait de l’étude controversée qu’il a menée et publiée dans la revue The Lancet. Un camouflet pour ce chercheur qui n’a plus «confiance» dans le jeu de données fourni par la mystérieuse société Surgisphere."

https://www.leparisien.fr/societe/sante/je-suis-vraiment-desole-le-mea-culpa-du-coordinateur-de-l-etude-de-the-lancet-sur-l-hydroxychloroquine-05-06-2020-8330358.php

SCOOP

Valls reviendrait, et au quai d’Orsay. Un fou chez les diplomates.
Trop c’est trop, Macron à Charenton et Marchenoir avec.

Achille

Je serais bien incapable de dire si la chloroquine préconisée par le Pr. Didier Raoult est un remède efficace contre la Covid-19.

Il est vrai que les références de ce chercheur sont impressionnantes, au point que certains ici n’hésitent pas à donner un blanc-seing à toutes ses affirmations, même si parfois celles-ci sont contradictoires.

La chloroquine est utilisée depuis 80 ans, notamment en Afrique subsaharienne et a donné de bons résultats pour le traitement de maladies tropicales, ce qui ne signifie pas qu’il en soit de même pour la Covid-19.

Je constate simplement que cette pandémie a eu surtout pour effet de mettre en évidence la querelle des ego de nos éminents professeurs en épidémiologie, virologie, immunologie ainsi que la féroce concurrence à laquelle se livrent les grands laboratoires pharmaceutiques pour d’évidentes raisons commerciales. Il y a un max de fric à se faire sur ce coup-là.

Nous aurons d’ailleurs l’occasion de le voir lorsqu’un vaccin contre le coronavirus sortira.
Car le meilleur traitement contre ce fléau est bien sûr le vaccin, si possible pas trop cher et surtout qui marche !
Mais je pense que, comme pour la grippe H1N1, de nombreux Français refuseront de se faire vacciner, car la phobie antivaccin est toujours bien présente dans les esprits.

revnonausujai

Il y a bien longtemps que le Monde n'est plus un "journal de référence" (à quoi ?), s'il l'a jamais été, mais un organe de presse politiquement partisan et partial qui n'hésite pas à travestir la vérité quand ça l'arrange.
Tout n'est pas faux dans ce journal, la preuve, le prix de vente est exact et la météo aléatoire, pour le reste un examen critique s'impose.

Tout à sa croisade anti-Raoult, phénomène conjoncturel et provisoire, Robert Marchenoir se fait le chantre des thuriféraires des Khmers rouges et de l'immigrationnisme forcené. Bravo l'artiste !

Tipaza

@ Robert Marchenoir | 06 juin 2020 à 08:58

Chaque fois qu’il m’arrive d‘oublier de prendre mes pilules ou gélules du matin, du midi ou du soir, et ça m’arrive souvent, je me dis :
Eh ben voilà un médicament dont les effets secondaires ne m’auront pas fait de mal aujourd’hui !

Tomas

Après avoir rappelé une énième fois que ce n'est pas parce que les voyous voyoutent que les policiers doivent faire pareil (et dit à Trekker qu'on peut vivre dans un quartier sensible en étant blanc sans être dérangé, et qu'avoir un survêtement et une casquette ne justifie pas des contrôles permanents accompagnés de tutoiements et de termes affectueux comme "bamboula" ou "bougnoule"), juste une information comme ça en passant pour ceux qui penseraient que le racisme n'est pas plus un problème que ça dans la police:

https://www.streetpress.com/sujet/1591288577-milliers-policiers-echangent-messages-racistes-groupe-facebook-racisme-violences-sexisme

Il n'est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir. Et si chez nous il y a moins de morts qu'aux Etats-Unis, c'est essentiellement parce que chez nous il n'y a pas d’armes à feu en circulation partout et l'habitude de s'en servir.

GERARD R.

Le jour où l'on fera abstraction de la moindre hypocrisie, il faudra obligatoirement poser la question de la responsabilité de cette institution de plus en plus foireuse et partisane qu'est la justice.

Je m'esclaffe lorsque j'entends un justiciable déclarer sa "confiance" en la justice de son pays. Celui-là, en général, est en attente d'une comparution prochaine et, par ses propos, cherche déjà à amadouer ses juges.

Car le justiciable droit dans ses bottes et dans ses opinions, ne peut nier qu'autant la justice de son pays est clémente, voire complice de toute cette racaille importée, de leurs infâmes suppôts et des exactions permanentes qu'ils cautionnent, autant elle est impitoyable avec le Français isolé, qui exprime une opinion un peu trop... républicaine...

Cette justice écœurante, voire diabolique, sous l'emprise de ce que j'appelle une magistracaille rouge, qui condamne sévèrement la pose d'un drapeau sur une future mosquée, une de plus, alors qu'elle fait preuve, sous l'influence d'avocats pénalistes (lire gangsters) et associatifs, de tant de clémence envers des crapules qui mettent la cité à feu et à sang.

Mais quelle personnalité notoire, ayant l'oreille d'une population acquise à sa cause, osera-t-elle dénoncer publiquement ce que beaucoup de Français déplorent silencieusement dans leur coin ? Allo Eric ? Peut-être ?

Mais le brave citoyen français, tout républicain qu'il soit, est lui aussi responsable à son niveau du chaos dans lequel il doit chercher à survivre, chaque jour de sa misérable vie ! Car quand comprendra-t-il que c'est LUI, par sa manie de voter, d'élire en choisissant au faciès des candidat(e)s, sans tenir compte de leur cursus, de leurs opinions (progressistes = danger !), de leur attachement à des "valeurs" bien plus... communautaristes (c’est-à-dire clivantes...) que collectivistes, qu'il contribue à la débâcle ?
Comme on fait son lit on se couche, veut le dicton. Et en matière de cou-couche panier, nos Européens de souche en connaissent, hélas, tout un rayon !

Exilé

@ Lucile
« J'ai été cambriolée chez moi un dimanche matin alors que j'étais toute seule à la maison... »

Vous décrivez là ce que M. Jospin et ses amis - des pince-sans-rire - auraient qualifié de sentiment d'insécurité.

Mais chose curieuse, quand M. Hollande et son égérie ont aussi été victimes d'un cambriolage alors qu'ils étaient présents à leur domicile, les choses ont vite quitté le domaine sentimental pour rejoindre celui plus terre-à-terre de l'intervention de l'officier de sécurité de M. Hollande, qui a prévenu la police.
Le suspect a été arrêté au bout de trois jours seulement, sans même qu'une plainte ait dû être déposée...

sylvain

La liste des actes racistes s’allonge: après Floyd, Traoré, v’là-t’y pas que les soldats français ont tué le chef d'AQMI, un Algérien pur halal.

Encore une bavure fasciste raciste xénophobe islamophobe de nos troupes colonialistes esclavagistes !

On attend incessamment sous peu les réactions d’Omar Sy et Camélia Jordana outrés par ce nouvel acte de racisme.

Ainsi que celles de nos islamogauchistes de service dans les merdias collabos et sur ce blog.

Robert Marchenoir

@ Patrice Charoulet | 05 juin 2020 à 17:57

C'était couru : l'un des moutons raoultistes n'a pas résisté à clamer son triomphe, face à la rétractation de The Lancet. Montrant ainsi toute l'étendue de sa sottise, et sa profonde ignorance de la démarche scientifique.

C'est Charoulet qui s'y est collé, mais ça aurait pu être un autre.

Manque de bol, comme ces gens ne suivent l'actualité que d'un derrière distrait, avachis devant leur télé (tout en prétendant la mépriser), ils ont toujours un métro de retard. Ou deux. Ou trois.

Il est exact que la revue scientifique The Lancet a rapidement pris ses distances avec l'étude qu'elle avait elle-même publiée, et qui concluait à la fois à l'inefficacité de la chloroquine contre le Covid-19 (l'Académie française peut aller se rhabiller), et à sa nocivité.

Il est également exact que trois des auteurs de l'étude l'ont eux-mêmes récusée deux jours plus tard.

Hélas ! hélas ! Le même jour où The Lancet revenait sur sa propre étude, le 3 juin, le New England Journal of Medicine en publiait une autre (randomisée, avec placebo), qui concluait que la chloroquine n'empêche pas ceux qui ont attrapé le virus de développer la maladie.

David Boulware, de l'université du Minnesota, qui a dirigé l'étude, a déclaré, au magazine Science (donc pas à Gala, ni à Onfray-Soir) : "Il n'y a aucune preuve que l'hydroxychloroquine ait un rôle prophylactique chez les porteurs du virus".

Le médecin de Donald Trump lui a téléphoné pour savoir s'il devait prescrire la potion de Didier Raoult à son illustre patient. David Boulware lui a répondu : "Sur la base des données en ma possession, je ne vous le recommanderais pas". Et il a ajouté : "Je sais bien que vous n'allez pas tenir compte de mon conseil"...

Notez bien que cette étude pulvérise le fameux argument, connu par les savants du monde entier sous le nom de conjecture de Douste-Blazy, selon lequel : "oui, mais, euh, la chloroquine, il faut la prescrire quand les gens sont encore en bonne santé, euh, alors que les méchants macronistes attendent que les gens soient presque morts pour la donner, euh, c'est un complot, euh."

Et les patients hospitalisés, alors ? Eh bien, le jour même où les auteurs de l'étude du Lancet se rétractaient, le 5 juin, les responsables de l'un des essais cliniques les plus attendus, la vaste étude britannique Recovery (randomisée, 11 000 patients) arrêtaient les frais sur la chloroquine. Avant même que l'étude ne soit terminée, tellement les résultats sont flagrants : "Ce n'est pas un traitement contre le Covid-19. Ça ne marche pas", a dit Martin Landray, de l'université d'Oxford, l'un des responsables de l'étude. Les résultats intermédiaires sont absolument clairs : "L'hydroxychloroquine ne réduit pas la mortalité des patients admis à l'hôpital avec le Covid-19. Si vous êtes hospitalisé pour ce motif, ne prenez pas d'hydroxychloroquine."

Le produit n'a apporté aucun des autres bénéfices espérés, comme une réduction de la durée d'hospitalisation.

"Nos résultats devraient changer les pratiques médicales dans le monde entier. Nous pouvons maintenant cesser d'utiliser ce médicament. Nous savons qu'il est inutile", a conclu Martin Landray.

Parastou Donyai, directeur des études de pharmacologie à l'université de Reading, a commenté : "Ce n'est pas une bonne nouvelle, mais c'est un soulagement pour les milliers de scientifiques, de médecins et d'universitaires qui réclamaient des preuves de l'efficacité ou de l'inefficacité de l'hydroxychloroquine dans le traitement du Covid-19. Nous savons maintenant de façon sûre qu'elle est inefficace."

Dans le journal Science, Derek Lowe, docteur en chimie organique, ancien chercheur pour l'industrie pharmaceutique, aujourd'hui journaliste spécialisé sur le médicament, considère lui aussi que cette étude règle la question de façon définitive :

"Même avant l'étude de The Lancet, les indices quant à l'efficacité de la chloroquine contre le coronavirus étaient maigres et équivoques. Au cours des derniers jours, de nombreux observateurs ont fait remarquer que plusieurs études rigoureuses étaient en cours, qui devaient nous en apprendre beaucoup plus."

"Eh bien, c'est le cas avec Recovery. Je crois que nous tenons le fin mot de l'affaire. Martin Landray, l'un des responsables de l'étude, a dit : ce traitement ne marche pas. Je pense être d'accord avec lui. A moins de nouvelles données sensationnelles, sur lesquelles je ne parierais pas, je n'ai pas l'intention de reparler ici de l'hydroxychloroquine. Il y a bien des sujets autrement plus importants."

En effet. La Bibliothèque nationale de médecine américaine recense pas moins
de 1 982 études, à travers le monde, sur des traitements contre le Covid-19. 108 d'entre elles seulement sont achevées. De nombreux pays travaillent sur le sujet. Rien qu'en Europe, on recense des études un peu partout. La France en compte 307. Et même 25 sur la seule chloroquine : comme quoi il n'y a aucun "complot", aucun "racisme" anti-chloroquine...

On notera avec amusement que parmi ces 25 études, pourtant recensées par le gouvernement américain, actuellement trumpiste jusqu'à nouvel ordre, on chercherait en vain les "études" du "professeur" Raoult, et de son Institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infection... probablement parce que ce ne sont pas de vraies études menées dans les règles de l'art... mais des guignolades marseillaises, comme j'ai déjà eu amplement l'occasion de le démontrer, et comme la réalité le démontre davantage tous les jours.

En sorte que Didier Raoult, et ses sectateurs, devraient un peu sortir le nez de leur nombril : ils ne sont pas seuls au monde, la France n'est pas seule au monde, et la science n'est pas un combat de catch entre eux et le reste de la planète.

Et ce n'est surtout pas un combat politique. Comme le déplore l'éditorialiste du New England Journal of Medicine, "les médias et les forces sociales ont un peu trop pris le pas sur les preuves médicales, quand il s'agit d'orienter les décisions cliniques et la recherche sur le Covid-19".

Mais revenons un peu sur la fameuse étude de The Lancet. Il échappe, à ceux qui laissent leurs passions mauvaises et leur idéologie politique obscurcir les faits, que c'est précisément parce que The Lancet s'est rétracté, que Didier Raoult a tort.

Quand ce dernier s'est-il rétracté ? Quand a-t-il dit, comme la direction de The Lancet, comme les auteurs de l'étude : ayant examiné les objections qui m'ont été présentées, je reconnais avoir eu tort, et je retire mes conclusions ?

Jamais, bien sûr. Didier Raoult, c'est Alain Delon, c'est Vladimir Poutine, c'est Michel Onfray. Didier Raoult a toujours raison, parce que. Il dit un truc un jour, et le contraire le lendemain - et il a toujours raison.

Si The Lancet est un journal de référence, en dépit des sophismes de Mitsahne qui nous a habitués à mieux (*), c'est précisément parce que lorsqu'il se trompe, il le reconnaît.

En la matière, tout s'est passé exactement dans les règles : la communauté scientifique internationale s'est immédiatement penchée sur l'article de The Lancet, elle a rapidement partagé ses doutes sur les données exploitées par les auteurs de l'étude ; d'autres se sont intéressés à l'entreprise ayant fourni ces données, et ont détecté un manque de rigueur préoccupant dans sa méthode ; les auteurs se sont heurtés à une fin de non-recevoir de cette entreprise, lorsque, mis en cause, ils ont demandé à explorer ces données de plus près ; finalement, la direction de la revue a publiquement exposé ses doutes sur ce qu'elle avait elle-même publié, avant que les auteurs ne prennent la plume pour déclarer qu'ils ne pouvaient plus soutenir ce qu'ils avaient écrit.

Tout cela n'a pris que quelques jours. Grosse surprise, Mesdames et Messieurs, cela est la définition même de la méthode scientifique. Le "professeur" Raoult, lui, gesticule depuis six mois sur la scène publique, et il n'a toujours opposé aux critiques étayées de ses détracteurs du monde entier que des rodomontades, des moqueries et des insultes.

Et il s'est placé dès le début sur le terrain politique, trahissant ainsi les principes mêmes dont il se réclame.

Il échappe aussi, aux raoultistes, que même si l'étude Recovery et l'étude du New England Journal of Medicine n'avaient pas existé, Didier Raoult aurait toujours tort. Eh oui...

C'est à Raoult de prouver, par une méthode reconnue valable par ses collègues, que la chloroquine est efficace. Ce n'est pas à la terre entière de prouver que n'importe quelle allégation péremptoire d'un démagogue chevelu est fausse. Vous avez été un peu trop habitués aux méthodes de désinformation complotistes.

A défaut, si Didier Raoult ne veut pas se plier aux règles de sa discipline, et soumettre ses travaux à ses pairs, il n'a qu'à la boucler, et attendre que d'autres, qui les respectent, démontrent ce qu'il affirme. C'est comme ça que ça marche, en matière de science. Évidemment, la boucler, ce n'est pas ce que Raoult ni ses partisans savent faire de mieux...

Même Donald Trump s'est adjoint un Anthony Fauci, pour gérer l'épidémie ; pas un Didier Raoult. Le gouvernement allemand a Christian Drosten, qui est l'opposé de Raoult (modeste, compétent, pédagogue, attaché aux faits), bien qu'il soit infiniment plus qualifié que lui dans la pandémie qui nous occupe, étant le co-découvreur du SARS-CoV, l'ancêtre du virus actuel. L'Allemagne ayant ses abrutis tout comme nous, après avoir été adulé par la population, il reçoit maintenant des menaces de mort. Fauci, très respecté lui aussi, impartial, dépourvu d'approche politicienne, a fini par subir des attaques similaires.

La mascarade raoultienne a des conséquences. Si un vaccin contre le coronavirus était découvert, 26 % des Français le refuseraient, alors que c'est, aujourd'hui, le seul véritable espoir d'éradiquer la maladie.

La diffamation déversée à jet continu par le charlatan haut fonctionnaire Raoult produit les conséquences attendues : la population se défie encore plus de la science et de ses vrais représentants. Plus les responsables compétents tentent d'expliquer les faits, moins ils sont crus. Forcément, ils ont une situation sociale éminente, donc ils ont tort.

Comme si les meilleurs experts dans des domaines difficiles faisaient livreur chez Amazon ou caissier chez Auchan... Mais voilà, la démagogie crasse à la Michel Onfray met sur un piédestal les "femmes de ménage" et les "infirmières", résultat : les gens se fient à n'importe quel abruti genre Éric Drouet, voire à des intelligents renégats et pervers comme Didier Raoult, au moment même où ils auraient le plus besoin de faire confiance à ceux qui possèdent le savoir et l'expérience. C'est la gilet-jaunisation de la médecine.

En France comme à l'étranger, l'hystérie chloroquiste, par un effet paradoxal, a rendu singulièrement difficile la recherche d'un médicament -- y compris la chloroquine : de nombreux malades ont refusé de participer à des essais cliniques, à moins de recevoir la substance magique. Or, pour tester l'efficacité de la chloroquine, il faut bien que certains patients prennent autre chose... ou un placebo.

Mais Didier Raoult n'en a cure. Il est invirable. Il a le salaire, les privilèges et la future retraite d'un haut fonctionnaire. Il ne peut rien lui arriver.

Le plus consternant, comme d'habitude, comme avec les Gilets jaunes, comme avec le reste, est l'empressement de nombreux Français à se faire empapaouter par le premier démagogue venu.
______

(*) Puisque c'est un bon journal, alors c'est la preuve que c'est un mauvais journal. C'est la logique à la breizmabro. Il n'y a pas de journal de référence : il y ceux qui sont avec nous, et ceux qui sont contre nous.

Puisque il y a un journal, dans le monde, parmi des milliers d'autres, qui s'appelle Le Monde, et qui est considéré comme un journal de référence, puisqu'on peut faire certains reproches à ce journal, alors il s'ensuit non seulement que tout ce qu'écrit Le Monde est faux, mais que n'importe quel journal, dans le monde, qui est considéré comme un journal de référence, est un torchon sans nom.

La qualité et la nullité s'équivalent, et en fait, la seconde est préférable à la première. Cette rage à s'abêtir est véritablement spectaculaire.

Et ce sont ces gens-là qui hurlent du matin au soir contre "la perte des repères", alors qu'ils s'emploient activement à la produire.

Isabelle

@ breizmabro

Bravo, bien dit. Nous avons aussi Omar Sy, Mathieu Kassovitz qui feraient mieux de la fermer avant de l'ouvrir...

"S’il faut tourner sa langue sept fois dans sa bouche avant de parler, combien de fois ne faut-il pas tourner autour d’un pâté de maisons pour trouver une place pour ranger sa voiture." Pierre Dac

Isabelle

Notre pays est libanisé. A présent, c'est un fait. Voici ce qu'écrit Laurent Obertone à ce sujet. Je crains qu'il n'ait raison.

"Bizarrement, on n’entend pas beaucoup la « communauté » arabo-musulmane sur ce dossier. Ils étaient également peu présents à la manifestation. Pourquoi, d’après vous ?

Sauf erreur de ma part, le monde arabo-musulman se montre rarement très concerné par le sort des Africains subsahariens… Mais pas d’amalgame : ce que j’entends par là est que notre pays se communautarise pour rançonner le contribuable, et que chaque communauté défend d’abord ses intérêts. D’où la fragmentation progressive du pays.
Le « vivre-ensemble » est avant tout un multi-séparatisme.

Difficile, en voyant certaines images, de ne pas penser aux temps des barbares. Pourtant, en voyant cette manifestation dans le détail, on s’aperçoit qu’ils ne sont que 20 000, ce qui est peu à l’échelle francilienne, et que sur ces 20 000, on peut dénombrer au maximum 10 % de fauteurs de troubles. Ne surréagit-on pas devant ces faits ?

Nous ne sommes qu’à l’aube d’une crise de grande ampleur, créée par nos dirigeants de toutes pièces, en quelques décennies, et dont il sera extrêmement difficile de s’extraire. L’important n’est pas tant la démonstration en elle-même que le nombre de ses sympathisants. Combien de personnes, à l’échelle francilienne, la soutiennent ? Il serait intéressant de le savoir. Compte tenu de la dynamique des populations concernées, ce nombre va augmenter de manière vertigineuse, et le risque de conflit toujours plus important avec lui. Par ailleurs, des pans toujours plus grands du pays feront office de territoires communautaires, exactement comme aux États-Unis. Et notre société n’aura plus rien d’une société" L. Obertone

Le multiculturalisme crée les tensions et nous n'en sommes qu'au début. Le "vivre-ensemble" est une vaste supercherie. Chez l'humain, c'est toujours la loi du plus fort qui prime... N'en déplaise aux niaiseux. Orgueil, vanité, jalousie etc. La liste est longue pour se taper dessus.
Dans les grottes, ils se battaient pour le meilleur morceau du mammouth. Rien n'a changé. La parole et le verbe sont passés par-là et les pensées semblent plus sophistiquées mais la loi de la jungle perdure... Humain, trop humain.

Mary Preud'homme

@ breizmabro | 05 juin 2020 à 14:55

Sans compter la Réunionnaise Margie Sudre, et les Guadeloupéens Victorin Lurel, Marie-Luce Penchard dont je fus quelques années la collaboratrice, George Pau-Langevin...

—————————-

@ Daniel Limbourg 21:57

Personnellement aucun parmi mes proches policiers, gendarmes ou militaires d'autres armes n'aurait accepté de répondre à ce genre de questionnaire tordu à relent ethnique nauséabond.
Dignité oblige quand on a choisi de se mettre au service de la France.

Je vous laisse donc à votre haine antiflic et de tout ce qui se rapporte à l'ordre et au respect des lois, ainsi qu'à vos statistiques pondues par Libération ou ses pareils qui ont fait de la diffamation et de l'agitation compulsive des plus bas instincts leur fonds de commerce.

Honte à eux si leur seule jouissance consiste à attiser les haines et à mettre de l'huile sur le feu !

Arravanne

"Adama Traoré, un habitant de Beaumont-sur-Oise, qui fêtait son 24e anniversaire le 19 juillet 2016. Il a roulé à vélo, bermuda, bob sur la tête, sourire aux lèvres, tranquille, dans les rues de sa ville, accompagné de son frère, Bagui. Gendarmes, contrôle. Adama Traoré n’avait pas ses papiers sur lui. Il a fui. Les forces de l’ordre l’ont rattrapé. Ecrasé, asphyxié, embarqué. Adama Traoré est mort quelques heures plus tard, sur le sol de la gendarmerie de Persan. Pour rien. À lui, comme à George Floyd, la justice a inventé « une cardiopathie », un cœur défaillant. Mais je n’ai qu’une seule question, et c’est la seule qui compte : ces hommes seraient-ils morts s’ils n’avaient croisé la route des forces de l'ordre."

Voilà comment Monsieur Omar Sy décrit l'arrestation d’Adama Traoré dans sa tribune de l'Obs. Et bien entendu des dizaines de bonnes âmes signent ce texte (122 119 à cette heure), l'ont-ils lu complètement, on peut se poser la question. M. Bilger vous rétablissez la vérité dans votre post mais qui vous entend ?

Ellen

@ hameau dans les nuages | 05 juin 2020 à 22:58
"Au jeu des sept familles, dans la famille d'Adama Traoré il y a le père (décédé), les quatre épouses et les 17 enfants dont cinq font ou ont fait de la taule. Tous ces p'tits jeunes pourraient être embauchés dans la Légion pour aller sauver leur pays le Mali ? Non ?..."

C'est une chance pour la France et surtout pour la CAF, les allocations chômage, les logements sociaux et la sécurité sociale, là où les Français qui paient des impôts n'y ont pas droit car ils ne font pas assez d'enfants pour repeupler le pays vieillissant. Nos politiques sont franchement des tocards élus par les borgnes et des sans cervelle.

Trekker

@ Daniel Limbourg | 05 juin 2020 à 21:57
"L'affaire Traoré prend de l’ampleur parce que les jeunes des quartiers (que vous pouvez qualifier comme vous l'entendez) prennent conscience qu'ils sont la cible permanente de contrôle au faciès, de violence et de discrimination"

Certes mais cela ne concerne qu’une grosse minorité de ces jeunes, et c’est amplement justifié. Ils sont le décalque au niveau vestimentaire, comportement, gestuelle, etc. de leurs homologues qui sont emprisonnés, ou inculpés, ou objet de poursuites judiciaires. C’est le vivier de potentiels et souvent avérés délinquants en tout genre !

Hélas la majorité des détenus dans nos prisons est composée d’homologues de ces jeunes banlieusards.

Si la police ne ciblait pas en priorité ce type d’individus, vous seriez le premier à dénoncer son laxisme vis-à-vis des délinquants : trafiquants de drogue, agresseurs, voleurs… Bien sûr vous allez me taxer de raciste, et disciple de Zemmour : allez donc habiter une de ces cités dites «  sensibles ». Ce qui n’est pas le cas d’Omar Sy, Camélia Jordana, Virginie Despentes, et toutes les belles âmes qui ne sont que compassion et excuses à l’encontre de ces djeuns….

Trekker

Je me permets de mettre le lien d’un intéressant et très objectif article publié ce jour par le colonel (er) Michel Goya. Il fait un parallèle entre les méthodes d’intervention de la police américaine et la « culture » en la matière de l’armée US. Son analyse est fort pertinente, car elle s’appuie entre autres sur les va-et-vient entre ces deux corps.

https://lavoiedelepee.blogspot.com/2020/06/overkill.html

hameau dans les nuages

Au jeu des sept familles, dans la famille d'Adama Traoré il y a le père (décédé), les quatre épouses et les 17 enfants dont cinq font ou ont fait de la taule.

Tous ces p'tits jeunes pourraient être embauchés dans la Légion pour aller sauver leur pays le Mali ? Non ?...

Daniel Limbourg

@ Mary Preud'homme

Je ne parle jamais de révocation, les policiers comme les gendarmes sont des citoyens comme les autres, ils ont le droit d'avoir leur opinion politique à droite ou même à l'extrême droite. Mais en aucun cas cela ne doit se sentir dans leur pratique quotidienne.

L'affaire Traoré prend de l’ampleur parce que les jeunes des quartiers (que vous pouvez qualifier comme vous l'entendez) prennent conscience qu'ils sont la cible permanente de contrôle au faciès, de violence et de discrimination. Castagner vient de porter plainte contre un groupe Facebook, où 8 000 policiers et gendarmes s'en donnaient à cœur joie dans le racisme, le sexisme et l'homophobie.

Les chiffres publiés par Libération sont du CEVIPOF, rien d'obscur et pour la police le pourcentage de vote Le Pen est bien de 54 %, j'ai arrondi à 55 %.

Giuseppe

@ Patrice Charoulet | 05 juin 2020 à 17:57

+ 100

breizmabro

@ Patrice Charoulet 05 juin à 17:57

Parfaitement dit. Rien à ajouter.

Savonarole

@ Patrice Charoulet | 05 juin 2020 à 17:57

Excellent, mais vous oubliez le Marcel Ichou de ce blog qui se planque de honte après nous avoir accablés de ses tirades de Cyrano de bazar.

Achille

Aux Etats-Unis l'affaire George Floyd a clairement pour objectif d’éjecter Donald Trump en novembre prochain, vu qu’il a mis un pataquès monstre, non seulement dans son pays, mais au niveau international.

En France, ce sont les partis populistes, LFI mais aussi le RN, qui exploitent l’affaire Traoré, en profitant, bien évidemment, de la mort de George Floyd, ainsi que de l’interpellation musclée à Bondy de Gabriel, âgé de 14 ans, sérieusement blessé à l’œil.

Nous en arrivons à une situation aberrante où les délinquants, malgré les agressions multiples dont ils se rendent coupables, sont désormais considérés comme des victimes de la violence policière, ce qui quelque part n’est pas faux. Notamment pour le gamin de 14 ans pour qui la violence ne se justifiait pas quand bien même il s’apprêtait à voler un scooter.

Aliocha

Magnifique exercice d'équilibriste sur fil de vérité, bravo Jérôme.

Isabelle

@ Eric-Nico

Merci pour cette vidéo d'une superbe femme américaine lucide et intelligente.

------

R.L. Burnside-"Let My Baby Ride" from "Come on In"
Quand les noirs et blancs écoutent de la bonne musique ensemble.
Les rappeurs sont de petits joueurs, ça c'est de la musique, de la bonne. Ecoutez-moi ce son...

https://www.youtube.com/watch?v=7lzpDwaxGk4

Patrice Charoulet

LE CERCUEIL ET LES CLOUS

Après l'article du « Lancet », qui semblait promettre au Professeur Raoult le cercueil et les clous, ont poussé des cris de joie, en premier lieu le dénommé Olivier Véran, ministre de la Santé dans un concours de circonstances après le départ de Mme Buzyn remplaçant M. Griveaux parti pour cause de braguette.
Olivier Véran, ai-je dit, et « en même temps » Cohn-Bendit, Jean-Michel Aphatie, le généraliste de plateau TV Marcel Ichou, omniprésent, le néphrologue de plateau TV, omniprésent, Gilbert Deray, l'acharnée anti-Raoult Karine Lacombe, invitée vingt fois, le Pr Eric Caumes (qui avait parlé de « théorème de Brandolini » - tordant ! -, le pauvre Jérôme Salomon, l'annonceur de morts chaque soir, et plusieurs membres du comité scientifique (base de la politique sanitaire du gouvernement).

Tous ces gens méritant le goudron et les plumes (après les rétractations de trois auteurs de l'article bidonné sur quatre), je voudrais tout de même signaler un petit exploit. Tout ce beau monde ayant fait profil bas, le néphrologue anti-Raoult Gilbert Deray a demandé à s'exprimer (encore), toute honte bue, à la télé comme à la radio... en bottant en touche. Chapeau, l'artiste !

Isabelle

Les racailles se sachant toujours impunies, pourquoi ne pas continuer à narguer et provoquer ? Elles trouvent toujours des avocats prêts à les défendre. Mais qui leur paient tous ces avocats ? Nous, dans le cadre des associations ou des allocations généreuses versées par l'Etat ? Les Français vont-ils continuer encore longtemps de se laisser humilier ?

La sénatrice du Val d'Oise Jacqueline Eustache-Brinio qui revient sur l'épisode dont elle est victime. Où sont Macron et Castaner, aux abonnés absents comme toujours :

https://www.youtube.com/watch?v=RGiyAuE2QgU&feature=youtu.be

Nous sommes au Far West... Qui commande dans ce pays ?

Chemins de traverse

@ Jérôme

Faire réfléchir dans cet espace ?! à l'impossible nul n'est tenu !

"pruritains" haineux : excellent.

sylvain

Avec l’immigration de masse, on voit les mêmes phénomènes qu’aux USA se produire progressivement en France, où par exemple les Traoré, une famille d’escrocs et de délinquants professionnels en bande organisée multirécidiviste, est parvenue à rassembler toute la racaille de racistes anti-Blancs des banlieues pour venir mettre le bord*l dans le nord de Paris mardi soir !

Isabelle

Affaire Adama Traoré.

Le directeur général de la gendarmerie nationale, Christian Rodriguez, vient d'écrire à chacun des gendarmes de ce pays pour leur réaffirmer "tout son soutien et toute sa confiance".
Il leur précise: "Il y a indiscutablement une part de fermeté et de force dans votre métier, une force qui se doit d’être toujours légitime car confiée par l’État, donc dans notre fonctionnement démocratique par chacun de nos concitoyens".
Enfin, il appelle au "respect de la présomption d’innocence" et, cerise sur le gâteau, ajoute : "Jamais je ne laisserai passer l’idée selon laquelle la gendarmerie serait un collectif violent et s’en prendrait à la population".

Castaner, lui, promet aux policiers que "chaque faute, chaque excès, chaque mot, y compris des expressions racistes ferait l’objet d’une enquête, d’une décision, d’une sanction".

Comparez bien ces deux attitudes aux antipodes l'une de l'autre. Elles se suffisent à elles-mêmes pour juger de la personnalité et du sérieux de l'un et de l'autre responsable des forces de l'ordre de ce pays.

Saluons le directeur général de la gendarmerie nationale.

Quant à Christophe Castaner... Il semble plus à l'aise en boîte de nuit !
Démagogie et clientélisme de bas étage pour ne pas froisser les voyous et les délinquants notoires qui se posent ensuite en victimes...

Narcisses

Merci pour ce billet qui vous honore.
Dans deux ans les présidentielles... Philippe Bilger Président pourquoi pas ? De nos jours je ne connais aucun homme politique capable d'une analyse sérieuse comme la vôtre au moins sur ce point. La raison a quitté le monde politique, celui qui proposera avec bon sens, sans corporatisme poussé au stupide, une politique raisonnable et non partisane, serait élu.

Michel Deluré

@ Valéry 05/06 10:38

Plus qu'une opinion, mon propos était avant tout un questionnement. Et je n'ai pas le sentiment que cette interrogation, qui n'a peut-être pas reçu jusqu'à présent de réponse scientifique, je n'en sais rien, soit pour autant infondée d'un point de vue sociologique.

La pauvreté, la marginalisation, dans une société profondément inégalitaire où se côtoient les extrêmes, ne sont pas des facteurs qui expliquent à eux seuls la délinquance, j'en suis conscient et je n'ai d'ailleurs pas prétendu le contraire, mais vous ne me ferez pas admettre qu'ils ne jouent aucun rôle en ce domaine.
L'existence d'un lien de causalité entre pauvreté et délinquance ne peut être nié.

Alors oui, il ne s'agit que d'une opinion mais qui en vaut modestement bien d'autres.

---------------------------------------------------------

@ Exilé 05/06 10:45

Je partage totalement votre affirmation selon laquelle « on peut être pauvre mais digne ». Et je n'ai nullement prétendu le contraire.
Heureusement d'ailleurs qu'il en est ainsi, sinon combien de société sombreraient dans la violence quotidienne.
Loin de moi l'idée de penser que la pauvreté est la seule et unique cause de la délinquance. Mais il n'est cependant pas possible, je pense, de nier le rôle non négligeable qu'elle peut jouer en la matière.

Savonarole

Heureusement pour nous il y a Arte ou France 5, qui chaque jour avec leurs reportages nous emmènent loin de la France, la Tasmanie, le Vietnam, le Yukon, l’Afrique et j’en passe. Les reportages de la BBC ou des Allemands nous émerveillent. Quel talent !
Une véritable chambre de dégrisement. On dessoûle de BFM TV.
Je préfère voir la quéquette d’un lion en rut dans la savane que celle de Benjamin Grivreaux sur mon iPhone..
Je préfère voir une girafe qui lutte contre deux lionnes qu’Apolline de Malherbe contre Didier Raoult ou dernièrement Ruth et sa Bécassine devant Raoult (la pauvre, elle a pris cher cette Marie-Chantal de Pourville, une Lady Chatterley dans une botte de foin avec un palefrenier, j’ai bien ri).

Au fond, entre la savane ou la jungle et la politique, il y a peu de différences. Juste un raccourci.
Mais les images sont magnifiques.

Mary Preud'homme

@ Daniel Limbourg | 05 juin 2020 à 11:06

J'ai pris bonne note de vos statistiques et sources pas très limpides...

Peut-être faudrait-il en effet révoquer tous les policiers et gendarmes présumés d'extrême droite (soit 51 % des effectifs selon vous). Ce qui rassurerait l'honnête citoyen de gauche, laisserait les coudées franches aux voyous et ferait de la place pour les clandestins si mal accueillis chez nous !!

Plus sérieusement peut-on raisonnablement et objectivement reprocher à un fonctionnaire de police ou à un militaire (gendarme ou autre) de privilégier les partis de l'ordre (qui sont majoritairement à droite, j'entends par là toutes les droites et non pas seulement celle que vous diabolisez pour tromper l'opinion) - par conséquent à donner la préférence à ceux qui comprennent leurs difficultés, reconnaissent leur engagement au service de la patrie, leur courage, leur sang-froid et soutiennent leur action, plutôt qu'à des gauchistes décérébrés, ignorants et haineux qui ne cessent de les dénigrer, les salir, les diffamer et leur faire des procès d'intention ?

Intox, intox quand tu nous tiens !

breizmabro

"Autopsie de (vrais) scandales..."

Le vrai scandale c'est de donner encore la parole à Virginie Despentes !
"En France nous ne sommes pas racistes mais je ne me souviens pas avoir jamais vu un homme noir ministre" *. C’est par ces mots que commence la lettre diffusée jeudi dernier sur France Inter de l’écrivaine Virginie Despentes, qui dénonce le racisme en France.

C'est sans doute à ce titre qu'elle a écrit à la suite de l'attentat de Charlie Hebdo "J’ai aimé ceux-là qui ont fait lever leurs victimes en leur demandant de décliner leur identité avant de les viser au visage".

Cohn-Bendit, ce révolutionnaire en carton et à la braguette chatouilleuse, ne pourrait-il pas lui dire "ferme ta gue*le !"

* sauf preuve contraire nous avons eu Kofi Yamgnane (Togolais) nommé Secrétaire d'Etat (c'est vrai c'est pas ministre...) Mais elle n'a sans doute jamais entendu parler de Christiane Taubira, Rama Yade, Roger Bambuck, Laura Flessel, ou, la meilleure, certes pas ministre non plus mais surtout pas invisible, Sibeth Ndiaye...

Lucile

Je ne sais pas mais cette opposition entre USA et France où la violence serait incomparablement moins élevée me laisse dubitative.

J'ai été cambriolée chez moi un dimanche matin alors que j'étais toute seule à la maison, et n'ai dû mon salut qu'au fait d'être restée immobile devant mon ordinateur sans me manifester, et surtout parce que les deux costauds ayant déniché tous mes petits trésors dans le tiroir de ma commode, à quelques mètres d'où je me tenais, sont repartis contents par où ils étaient entrés, en choisissant de m'ignorer.

Nous avons connu un vol à la portière à Nice. Ça se passe très vite, mais on s'en souvient, à tel point que des années après, lorsque je suis à l'arrêt à un feu rouge, je m'attends à tout des motards qui se rangent à ma hauteur.

Je connais un certain nombre de gens agressés sans ménagement en pleine rue pour un vol de sac à main dans des quartiers réputés tranquilles. Tout ça en France.

Quant aux "bavures policières", il y en a aussi chez nous, non pas que nos policiers soient pires que d'autres, mais le phénomène ne peut que croître et embellir car la loi est de moins moins respectée et les voyous résistent de plus en plus aux arrestations.

Il faut dire aussi que parfois le pouvoir demande aux gardiens de la paix de maintenir l'ordre mais de ménager certaines catégories de voyous, quitte à fermer les yeux, ou par exemple à se faire cracher dessus pendant des heures debout sans bouger les jours de manifestation ; et par-dessus le marché les cambrioleurs, voleurs et violeurs sont rapidement relâchés dans la nature quand il leur arrive d'avoir été pris la main dans le sac. Quant aux autres, le taux d'élucidation étant ce qu'il est, il se disséminent un peu partout en France, ce doux pays où le citoyen est censé pouvoir circuler et dormir en toute sécurité.

Le mieux est de regarder les statistiques concernant la criminalité :

Sur 129 pays, les USA occupent le 50e rang, la Suède le 52e et la France le 54e. L'Allemagne, l'Italie, l'Espagne, le Royaume-Uni sont moins touchés.
(Les derniers : Hong-Kong, Japon, Géorgie, Émirats, Taïwan, Qatar.
Les premiers : Venezuela, Papouasie, Afrique du Sud, Afghanistan, Honduras, etc.)

https://fr.numbeo.com/criminalit%C3%A9/classements-par-pays

Cela dit, les pressions que font certaines communautés sur les pouvoirs publics et la mauvaise foi dont elles font preuve pour échapper à la loi viennent peser d'un poids très lourd dans le sens de toujours plus de criminalité, et nous portent à estimer que la loi de la jungle se sert de tous les moyens pour devenir la norme. Et avec un certain succès, c'est là que réside le scandale.

caroff

@ Jérôme 10h57
"Il y a une tradition française de racisme, condescendant, qui a produit de la violence de la part des pouvoirs et du désordre mental chez celui qui la subissait.
Ne pas pouvoir en parler sereinement, le décrire sereinement, rend les plaies difficiles à refermer.
J'ai entendu un militant israélien pour la paix tenir un propos très intelligent sur la "haine" israélo-palestinienne."

Ce passage de votre longue contribution montre s'il en était besoin l'extrême confusion de votre argumentation qui semble mettre sur le même plan la "tradition raciste française" (??) et les relations conflictuelles entre Israël et la Palestine.
On pourrait aussi évoquer la "tradition raciste de toutes les nations". Il suffit de bourlinguer pour se rendre compte que le ressentiment lié à une prétendue supériorité raciale est largement partagé y compris et surtout en Afrique !!

C'est vrai que le racisme c'est pas bien et que la pauvreté c'est mal, mais arrêtons ces truismes pour, finalement, exonérer notre pays de ces vilenies. Je me suis souvent demandé pourquoi tant de demandes d'asile s'adressaient à un pays de "tradition raciste" et pourquoi on était prêt à rejoindre au péril de sa vie les rivages d'une nation française qui réserverait un sort funeste aux non-blancs...
Foutaise que tout cela !

Quant à la question palestinienne, jusqu'où faut-il remonter ?
Les premiers habitants connus de la Palestine historique furent les Cananéens (habitants de Canaan conquis par les Hébreux...), qui n'ont rien de commun avec les Palestiniens arabophones actuels.

"Le SMIC a longtemps été dans les DOM inférieur au SMIC de métropole alors que l'Etat y envoie ses fonctionnaires en augmentant leur salaire au prétexte de la vie chère…
Il y a eu le BUMIDOM, Bureau pour le développement des migrations dans les départements d'outre-mer, mais les DOM n'étaient-ils pas français ?"

Les Antilles et la Guyane croulent sous les subventions et le taux d'administration de la fonction publique territoriale atteignait, en 2014, 34,9 pour 1 000 habitants en Guadeloupe, et même 39,5 pour 1 000 en Martinique, contre 25,1 en métropole (hors Île-de-France)...
Les fonctionnaires antillais travaillant en métropole bénéficient d'avantages particulièrement générateurs de poli dans la main: congés bonifiés pouvant aller jusqu'à 65 jours et les transports sont gratuits.

https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F1599

Stop aux pleurnicheries !!

—————————————

@ Robert 11h57
"Il me semble que le fond du problème est parfaitement décrit ici du mécanisme de marginalisation d'une partie de la jeunesse des quartiers dits difficiles."

Merci de votre lien sur la contribution de Céline Pina.
Il y a manifestement une question anthropologique dans la violence des jeunes issus de l'immigration maghrébine et subsahélienne.
Peut-être est-ce l'influence des parents qui ne poussent pas leurs enfants à s'émanciper grâce à l'école ? Il est singulier par exemple que pratiquement jamais l'immigration d'origine asiatique ne soit source de problèmes de délinquance. La doctrine confucéenne qui privilégie la transmission des connaissances et l'éducation morale qui imprègne la communauté asiatique explique en grande partie la réussite d'une population qui ne brûle aucune voiture, n'agresse aucun pompier ou policier et s'insère dans la vie économique sans se plaindre et tendre la main !

Curieusement les médias ne se font pas l'écho de ces différences...

Nic

@ Michel Deluré | 05 juin 2020 à 09:15

Pas tout à fait d'accord avec vous. Il arrive un moment où il faut se poser la question de savoir pourquoi certaines communautés sont TOUJOURS en situation d'échec. La victimisation instrumentalisée ou non est le meilleur moyen d'enfermer les communautés dans leurs contradictions et de favoriser une discrimination positive qui ne trompe plus personne.

Quand un Blanc flingue un Noir, c'est "Black lives matter". Quand un Noir flingue un Noir (ce qui est infiniment plus fréquent), ça ne s'applique plus ??

Je vis aux environs de Philadelphie (ville à majorité noire) et je peux vous dire qu'ils se flinguent entre eux TOUS LES JOURS. Avons-nous des défilés de protestation tous les jours ? sûrement pas ! En fait, toutes ces belles âmes qui militent pour les Noirs ne sont juste que ça, des militants, mais pour leur propre cause de pseudo-rebelle a deux balles. Les Noirs, ils s'en fichent comme d'une guigne, ils sont juste un prétexte, comme l'est l'écologie ou la cause animale.

———————————

@ Eric-Nico | 04 juin 2020 à 17:36

Cette dame a mille fois raison.

Isabelle

Les scandales se multiplient. Il n'y a pas que les délinquants qui font parler d'eux.

Les sénateurs LR quittent l'hémicycle, effarés par la sottise de Sibeth Ndiaye.
Si j'écris qu'elle devrait être destituée, est-ce du racisme ou cela relève-t-il de la salubrité nationale ?
C'est juste une question de bon sens dont ce président est totalement dépourvu...

https://www.valeursactuelles.com/politique/video-sibeth-ndiaye-provoque-la-colere-des-senateurs-lr-qui-quittent-lhemicycle-120061

sylvain

Une enquéquette d’Interpopol vient tout juste de contrebalancer celles des juges racialistes indigènistes négroboïdes concernant l’affaire Floyd :

Ce flic d’extrêêême drouâââte blanc de souche zemmouroïde est totalement innocent, ni responsable, ni coupable de la mort de Floyd.

1) le flic souffrait de troubles auditifs, il entendait des cris au loin demandant de le laisser respirer ; on voit bien sur la vidéo que son regard cherche d'où peuvent venir ces suppliques.

2) le flic souffrait aussi de troubles visuels ophtalmiques, quand il s’est agenouillé pour souffler après une course poursuite, il n'avait pas vu le délinquant au sol, celui-ci étant de même couleur que le goudron, il a eu une altération de discernement.

3) Les juges doivent encore trancher pour vérifier si sa fin de vie est consécutive au début de sa mort ou si sa mort coïncide avec sa fin de vie.

Donc, ce malheureux flic a été injustement lynché par les ligues vertueuses merdiatiques racistes antiblancs et donné en pâture aux juges inquisiteurs chasseurs de flics racistes, blancs de préférence ; les noirs ne sont ni racistes ni tueurs de blancs, tout le monde le sait.

Isabelle

Défilé du 14 juillet service minimum.

Par contre, défilés constants et ininterrompus des migrants clandestins, des délinquants notoires et de leur famille communautariste vindicative surmédiatisée...

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS