« Jean-Luc Mélenchon soutient le pouvoir ! | Accueil | Robert Ménard : mais qui à sa place ? »

17 juin 2020

Commentaires

Trekker

@ Exilé | 18 juin 2020 à 17:12
"Selon un autre éclairage, cette action aurait-elle pu avoir eu un motif plus politique que militaire ?"

Cette thèse du motif plus politique que militaire - au sujet des SAS FFL parachutés dès le 6 juin 1944 en Bretagne - semble plus être une réécriture partielle et partisane des faits par son auteur, pour les principales raisons suivantes :

A / Cette opération fut décidée par Churchill et ses principaux conseillers militaires, le Général de Gaulle n’en fut informé qu’ultérieurement, comme du Débarquement. S'il en avait été l’initiateur, on pourrait le soupçonner d’avoir tenté de mettre la main sur la Résistance bretonne. Cette éventuelle hypothèse ne tient donc pas, et de plus les SAS FFL étaient sous commandement britannique : chose que le général ne leur pardonna pas, et qui explique l'ostracisme dont ils furent victimes après-guerre.

B / Les SAS FFL furent surpris par l’ampleur et la relative organisation des maquis bretons, ainsi que par leur volonté de combattre. En pragmatiques qu’ils étaient, ils n’avaient rien à voir avec une unité classique, ils s’adaptèrent à ce contexte imprévu : ils leur firent parachuter en masse des armes, leur donnèrent un minimum d’instruction militaire et les utilisèrent souvent en tant qu’éclaireurs. Mais cela ne les empêcha pas de mener à bien leurs objectifs initiaux : les sabotages.

C / Le commandement des SAS FFL, dont le colonel Bourgoin dès son parachutage, mesura tout le danger d’une telle concentration de maquisards. Il donna l’ordre à ses hommes et aux maquisards d’éclater sous forme de petits groupes, et de se disperser. Mais son ordre fut trop tardif, les Allemands attaquèrent Saint-Marcel entre autres avant la dispersion totale des SAS et des maquisards. Les stratèges en chambre remarqueront que les officiers SAS FFL auraient dû renvoyer immédiatement dans leurs foyers tous ces maquisards et ne pas perdre de temps à les armer et les instruire !

Mais outre l’effet désastreux sur le moral de tous les résistants bretons, cela les aurait privés des supplétifs qui leur furent très utiles. En outre le bain de sang qui aurait entaché un telle décision aurait constitué une tache sur les SAS et les Britanniques : se rappeler les polémiques récurrentes au sujet des Glières et du Vercors.

D / Bien sûr toutes les troupes allemandes ne furent pas empêchées de regagner le front normand, mais la majorité d’entre elles le furent. Celles qui gagnèrent la Normandie furent en très grande majorité des unités disloquées, elles étaient loin de répondre à un dispositif homogène et cohérent. Tout cela était le fruit de sabotages incessants, et de nombreuses embuscades conduites par les SAS FFL agrégés aux maquisards bretons.

C / Certes les pertes (morts et blessés) au sein des SAS FFL furent plus conséquentes que dans les autres combats qu’ils menèrent. Mais pour être honnête intellectuellement, il convient de comparer aux forces allemandes présentes alors en Bretagne et à leurs pertes.

Exilé

Il y en a qui...

…dont nous nous demandons à quoi ils peuvent bien servir...

Deviro

@ Xavier NEBOUT | 19 juin 2020 à 09:18
"Eh oui, vive Pétain ! Comme tous ceux qui connaissent l'Histoire autrement que pour tout ou partie via les merdias.
Eh oui, Marion est bien jeune. Jeanne d'Arc aussi, était bien jeune lorsqu'elle a conduit la bataille de Patay qui a laissé une trace dans notre vocabulaire sans que les Français sachent de quoi il s'agit."

Il n'y a plus aucun doute, hélas ! C'est bien le syndrome de la D.S.P.

Deviro

SCOOP !
On est sauvé : Les chercheurs français ont trouvé, AVANT Patrice Charoulet et ses 300 dictionnaires, l'anagramme salvateur qui débouchera sur un vaccin :
CHAUVE SOURIS => SOUCHE A VIRUS

Xavier NEBOUT

@ Deviro

Eh oui, vive Pétain ! Comme tous ceux qui connaissent l'Histoire autrement que pour tout ou partie via les merdias.

Eh oui, Marion est bien jeune. Jeanne d'Arc aussi, était bien jeune lorsqu'elle a conduit la bataille de Patay qui a laissé une trace dans notre vocabulaire sans que les Français sachent de quoi il s'agit.

Claude Luçon

"Le citoyen n'aura aucun mal à reconnaître les siens."

Tous les citoyens doivent se reconnaître parmi l'un ou l'autre, ou même plusieurs de ces "Ceux qui", pas seulement les membres du gouvernement.

Deviro

@ Xavier NEBOUT | 18 juin 2020 à 18:35
""Il y en a qui..."
Comment ne pas penser à l'un de nos grands philosophes qui aurait continué par : "...devraient s'autoriser à fermer leur gue*le"."

Il y en a qui...
Vous pensez à qui, là ? à breizmabro ? C'est pas sympa...

--------------------------------------

@ Xavier NEBOUT | 18 juin 2020 à 18:30
"Par contre, je suis tombé par hasard sur un excellent Ménard sur RMC, et la question se pose de savoir s'il n'a pas très subtilement annoncé son soutien à une candidature Marion pour 2022.
Rêvons... Elle est actuellement la seule chance pour notre pays. Mais quel fardeau nous lui mettrions sur le dos. Cela relèverait vraiment du don de la personne, et on sait comment la France sait remercier."

De plus en plus rigolo ! Macron a été élu à 40 ans. Pour ses adorateurs ayant au moins le double de son âge, (vous, par exemple) c'est un "freluquet".
Rêvons, comme vous l'écrivez. Si sainte Marion était élue en 2022, elle aurait 32 ans... Y-a-t-il un féminin à "freluquet" ? attendons l'avis de Charoulet.

"Cela relèverait vraiment du don de la personne, et on sait comment la France sait remercier."

Toujours rigolo, le "don de la personne", vive le Maréchal Pétain !
La deuxième partie de votre phrase est un mystère, et le restera...
Vous n'avez toujours pas consulté pour votre D.S.P. ?

duvent

@ caroff | 18 juin 2020 à 14:30
« Ce qu'a dit Maître Le Borgne ne fait que refléter le conditionnement d'aujourd'hui où une piqûre de guêpe, voire une foulure de la cheville invite à appeler le SAMU ! »

Oui, et donc ?

Vous, vous aimez mieux le conditionnement d'hier...

Il semble que vous preniez le fatalisme pour du courage, de l'endurance, et toutes sortes d'héroïques postures.

Alors, il faut que je vous dise qu'accepter de mourir d'une grippe espagnole ou couronnée, ce n'est pas du tout un passe-temps dû au conditionnement, c'est à peu près aussi courageux que de manger sans gluten, ou du rutabaga plutôt que du chevreuil sauce grand veneur.

Il y en a qui ont des idées creuses, et c'est une excellente chose, autant que celle qui nous fait croire que les hommes d'aujourd'hui sont différents de ceux d'hier et vice et versa !

Que d'aveuglement, mais le maître était borgne !

Jean

Il y en a qui ne respectent pas la liberté d'expression. Il y en a qui portent atteinte à la liberté de culte. Que ce soit le Conseil constitutionnel ou le Conseil d'État, à chaque fois la décision ou le jugement a fait état de disproportions dans le respect des libertés garanties par la déclaration des droits de l'homme et du citoyen ou de la Constitution.

Cela fait tout de même beaucoup en si peu de temps et dénote une absence complète de complexe. Et encore, l'on ne parle que de deux atteintes. On n'évoque pas le reste.

Dire qu'il y en a qui craignent MLP quand la pauvresse, outre le CE et le CC, aurait en bloc tous les médias pour lui opposer leur résistance.

Dire qu'il y en a qui, malgré ces atteintes sans complexe aux libertés, font encore confiance au chef du gouvernement qui a soutenu de telles lois.

Dire que malgré la pléthore de structures administratives, il n'en est pas une qui ait averti le chef de l'exécutif ou ses ministres.

Enfin, restons indulgents. Les intentions étaient bonnes et nous sommes entre gens de bien dans le camp du bien. L'essentiel est sauf.

Lucile

@ Serge HIREL | 18 juin 2020 à 16:28

Bravo !

Plutôt que se faire empereur des Pingouins, je vois le Roi devenir grand-maître-conférencier, à l'exemple de son idole, le marquis d'Obama-le-Woke (en français "l'éveillé"), qui grâce à la mellifluence de sa diction et au charme distingué de son expression bienveillante, séduit encore tout ce que le monde compte de personnes haut placées dans les affaires et dans la politique. D'hôtel 5 étoiles en palace, il arpente le monde et développe sa philosophie de la vie avec la tranquillité d'âme que procure la mission accomplie auprès d'un public à jamais admiratif.

Alpi

@ stéphane
"J'ai encore vu Villiers hier soir à la télé. Rien ne peut lui être objecté dans son diagnostic de la déliquescence de notre pays et les flèches ricochent sur ses convictions. Voilà ce qu'il faut à la France."

Ce n'est pas le diagnostic qui est difficile à établir, mais les remèdes à administrer à un malade rétif !

"Le Général de Villiers a paraît-il des velléités de se lancer en politique."

À son âge, faut pas qu'il perde de temps !

-------------------------------------------------------

@ Walson
"Peut-être que vous êtes un fonctionnaire à la retraite, mais diable que la crasse des ans s'est accumulée dans votre boîte crânienne.
J'évoquais l'actualité sur Estelle Mouzin.
ESTELLE MOUZIN vous ne vous rappelez pas ?"

Sorry, ni fonctionnaire, ni à la retraite. Vous évoquiez l'affaire Mouzin. J'ai compris, je m'étais juste nettoyé le cerveau le matin... Alors pourquoi le "eux aussi" ?

Xavier NEBOUT

"Il y en a qui..."

Comment ne pas penser à l'un de nos grands philosophes qui aurait continué par : "...devraient s'autoriser à fermer leur gue*le".

La culture se perd...

Xavier NEBOUT

MLP à l'île de Sein, mais quelle bille !

Par contre, je suis tombé par hasard sur un excellent Ménard sur RMC, et la question se pose de savoir s'il n'a pas très subtilement annoncé son soutien à une candidature Marion pour 2022.

Rêvons... Elle est actuellement la seule chance pour notre pays. Mais quel fardeau nous lui mettrions sur le dos. Cela relèverait vraiment du don de la personne, et on sait comment la France sait remercier.

breizmabro

@ xc 18 juin 15:46
"Cela donne le droit aux habitants de l'île de tourner le dos à la fille d'un opposant de toujours au Général"

À Sein il y a, environ, 300 habitants recensés dont, plus ou moins hors saison, 200 permanents.

À part une trentaine de manifestants (sans Kalachnikov !) les 170 autres habitants ne se sont pas déplacés pour faire plaisir à un journaliste et son cameraman pour un passage en boucle sur toutes les chaînes de télé. Dommage pour les 30 c**s filmés qui ne seront reconnus que par quelques fidèles :D

Quelle guignolade ces chaînes de télé, franchement...

Jérôme

Bonjour Philippe,

Le Edouard au moins, il a d'la tenue, qu'aurait dit, euh, je sais pas qui.
Mon post n'a aucun sens mais ça me fait plaisir de participer comme disait le Coubertin.
Je note une recrudescence de bas du Front chez vous.
Z'avez un petit côté attrape-drosophile… de préférence à déjection.
Au moins, compte tenu du niveau moyen de ces sus-nommés dans les commentaires, ils n'ont pas besoin de raser les murs.
Bon allez, je vais me promener avec ma belle décapotable à roulettes, je reviens au prochain billet, celui-là ne m'inspire pas beaucoup.
Bonne soirée.

Exilé

@ Denis Monod-Broca
« Il n’empêche. Elle est en vigueur et doit être obéie. »

Le problème est qu'il y a d'un côté la Constitution, triturée ou pas, et de l'autre son interprétation par de curieux sages (en fait des gens nommés comme tant d'autres sous ce régime à une sinécure sous le principe du copinage).

Mais quand leur décision conduit à des solutions difficilement applicables, coûteuses, sources de problèmes voire parfois anti-françaises, ne pouvons-nous pas nous poser légitimement des questions sur les dérives de ce système ?

Par exemple :

https://etudiant.lefigaro.fr/article/etudiants-etrangers-le-conseil-constitutionnel-consacre-la-gratuite_671bd42e-ec02-11e9-826b-cef58f233b6d/

---------------------------------------------------------

@ Trekker
« Mais qui se souvient encore des colonels Bourgoin et Conan, du capitaine Deplante, du lieutenant Marienne, et de bien d’autres ? »

Voir aussi par exemple :

http://www.france-libre.net/role-sas-jedburghs-bretagne/

Selon un autre éclairage, cette action aurait-elle pu avoir eu un motif plus politique que militaire ?

http://enenvor.fr/eeo_revue/numero_2/esquisse_d_un_bilan_reevalue_de_l_action_des_parachutistes_fran%C3%A7ais_en%20Bretagne.html

Isabelle

Sur l'île de Sein, aux dernières européennes et avec une participation de 63,49 %, la liste RN arrive en 3e position avec 15,86 % derrière LREM 22,76 % et EELV 21,38 % des suffrages exprimés.

En 2017, lors des présidentielles et au premier tour, MLP arrive en 5e position.

Une île bien loin de l'ensauvagement du continent parisien, lyonnais, marseillais, niçois, alsacien, lillois etc.

Pourquoi s'inquiéter du sort des autres Français quand on vit si loin des autres... Chacun pour soi, c'est ainsi que nous formons une nation.

sylvain

@ Claggart
@ xc

Vous avez oublié de nous transmettre les pourcentages de collabos, de mouchards, de délateurs, de pétainistes, de résistants de dernière heure tondeurs de meufs, tous ces poissonnards beurre oeufs fromage kouign-amann qui ravitaillaient les boches, ça en fait du beau monde.

Giuseppe

Il y en a aussi qui mentent... Mais ça on le savait aussi.

Vraiment nous sommes pris pour des couillons, et bien sûr mentir ne change pas grand-chose, tout se sait aujourd'hui en grattant un peu :

https://www.msn.com/fr-fr/actualite/politique/stock-de-masques-la-lettre-qui-enfonce-le-gouvernement/ar-BB15EVeF?ocid=msedgntp

Serge HIREL

La Cour - comme l’écrivait « Le Canard » dans sa chronique gaullienne - est bien maigre... Et le Roi se morfond en son Palais. Pour montrer sa puissance et se maintenir coûte que coûte aux affaires, il a entrepris de changer de cabinet... mais ses gens de qualité ne sont pas légion. Même son missi dominici à l’Assemblée le lui a fait savoir : hormis lui-même, il n’entrevoit nul fidèle digne de recevoir un portefeuille...

Déjà, en 2017, lorsqu’au Louvre, triomphant... et protégé par son chambellan Benalla, il s’était emparé du trône, pour composer son gouvernement, il avait dû se contenter de seconds couteaux et de petits marquis, voire d’intrigants, les Princes que, par surprise, il avait battus étant pris de nausée à la seule pensée de le servir.

Au fil des mois et des cahots du chemin vers le Nouveau Monde - ce Graal promis aux sujets -, le fier convoi avait dû se délester de quelques grands féodaux, le duc de Pau et le Maréchal de Bretagne notamment, inquiétés par la Police royale qui, sans égard pour leur rang, voulaient les embastiller pour des délits... de pacotille, au regard de l’importance de leur mission au service du Palais.

Pire encore, ne supportant plus l’orgueil et la posture du Roi, qui les écoutait mais ignorait leurs conseils, deux ministres majeurs, le chef de la Police et le Prince d’Ushuaia, avaient quitté brutalement la Cour sans même le prévenir comme cela sied dans ce monde feutré. Et, patatras, irrité par cet affront ou cédant un instant à la faiblesse de l’amitié, le monarque, pour remplacer le premier, a fait le choix du bouffon de Forcalquier... Et cela alors que se préparait la Révolte des Ronds-Points et celle du Moustachu.

Depuis lors, le Roi exècre le jaune tout autant que le rouge dont, depuis toujours, il a horreur.

Et voilà, comble de malheur, que se dresse sur son chemin de gloire un ennemi inattendu venu de Chine - le jaune, vous dis-je, le jaune... -, capable de renverser son char. Adieu le Nouveau Monde qu’il promettait « en même temps » libéral à l’extrême et progressiste à souhait. Le voici devenu le chantre, du moins le proclame-t-il, de l’indépendance, de la souveraineté et du « c’est mieux chez nous »... tout en vantant les bienfaits de l’Europe...

À programme nouveau, il faut au moins équipe nouvelle...
Mais, faute de réservoir d’affidés disponibles, l’équation s’annonce difficile à résoudre. Même ceux qui ont conspiré à ses côtés pour conquérir le Palais, au mieux, ne se sont pas fait un nom, au pire, sont moqués, tels le Marquis de Valois, aussi palot que son teint, la Marquise de Dakar, toujours prête à mentir pour la bonne cause, ou la Comtesse de Ségur - la toubib, pas l’écrivaine - qui pleure sur les perrons...

Même le Grand Vizir du Havre pose problème au monarque. Certes, il semble fidèle, mais quelques accrocs sont pourtant survenus, qui peuvent laisser penser que ce collaborateur aux manières de bureaucrate se verrait bien Calife à la place du Calife. S’en séparer, c’est le mettre en piste, façon Pompidou-de Gaulle, le conserver, c’est risquer le clash, façon Chirac-Giscard... Bien sûr, il y a bien cet ambitieux Monsieur Le Maire, mais son nom à lui seul est un affront aux Jacobins, ou ce Sieur de Lorient, tout en rondeur d’ambassadeur, mais qui pourrait être son père...

Bref, un vrai casse-tête... À tel point qu’un instant, le Roi a envisagé d’abdiquer, mais à la manière du Général un beau jour de Mai 68, pour mieux revenir le lendemain, auréolé de la couronne du Sauveur. Fuir en Allemagne comme lui... Angela l’accueillerait... mais n’a pas le pied ferme d’un Massu pour le réexpédier illico à Paris... Et qui dit que cela ne se terminerait pas à Varennes, comme ce pauvre maître des horloges qui y a perdu le pouvoir, puis la tête ?...

Fort heureusement, les mœurs d’aujourd’hui n’en sont plus à ces extrémités... encore que, voici peu, un chef de bande installé à Marseille et ses complices encourageaient quelques téméraires à oser, sous l’œil de la Police, planter l’auguste effigie du monarque en haut de leurs piques...

Alors, pour sortir la tête haute de cette impasse, pourquoi ne pas faire appel au peuple... souverain ? Dissoudre l’Assemblée ou organiser un référendum... aux allures de plébiscite ? Vainqueur, le Roi serait encore plus puissant. Battu, comme son illustre prédécesseur étoilé, il pourrait se retirer dans son domaine du Touquet-les-Trois-Cloches et y attendre des jours meilleurs... À moins que, ne pouvant pas ne pas régner, il se fasse Empereur des Pingouins. Le poste est libre depuis que l’ex-Reine du Chabichou s’est mise en tête de s’installer au Palais pour faire rager François-le-Ravi.

Savonarole

Marine Le Pen a commis une faute.
Le président Mitterrand avait plus de discrétion et de tact, il envoyait tous les ans une couronne de fleurs à l’île d’Yeu, jusqu’au jour où ça s’est su...
Ah les regrets ! Alain Souchon avait écrit une jolie chanson sur ce thème.

https://www.youtube.com/watch?v=ojiv_MDHD7A

Isabelle

Qui dirige ce pays ?

Eric Zemmour : “Les banlieues françaises, c’est l’alliance de la Kalachnikov et du Coran”

"Ces territoires, désormais, « sont des enclaves étrangères qui sont régies par les caïds de la drogue, où le trafic de drogue innerve toute l’économie locale et permet à des tas de gens de vivre », a poursuivi l’éditorialiste, avant d’ajouter : « Les maires, que font-ils dans ces quartiers ? Ils sous-traitent l’ordre aux caïds de la drogue et sous-traitent l’organisation, le vivre-ensemble, aux imams. » Eric Zemmour, friand de référence historique, a par ailleurs récidivé pour illustrer son propos : « Au XIXe siècle, on disait : ‘La France monarchie, c’est l’alliance du sabre et du goupillon’. Eh bien dans les banlieues françaises, c’est l’alliance de la Kalachnikov et du Coran ! » E. Zemmour

Voilà où nous en sommes, sans nier la réalité.

https://www.valeursactuelles.com/societe/video-eric-zemmour-les-banlieues-francaises-cest-lalliance-de-la-kalachnikov-et-du-coran-120671

xc

@ sylvain | 18 juin 2020 à 07:33

À Sein, ce sont presque tous les hommes valides qui ont rejoint de Gaulle. Cela donne le droit aux habitants de l'île de tourner le dos à la fille d'un opposant de toujours au Général.

Plus bas, Trekker évoque le parachutage d'un commando SAS FFL dans la nuit du 5 au 6 juin 1944 en Bretagne pour empêcher les Allemands positionnés dans la région de prendre à revers les Alliés débarqués en Normandie. Ces Paras ont reçu sur place une aide précieuse de la part des maquis.

Walson

@ PITE | 18 juin 2020 à 14:38

Je suis d'accord avec vous, Marine Le Pen doit passer le relais.

Abandonnée progressivement par les compagnons les plus brillants de son parti, elle empêche l'électorat de droite patriotique de déplacer ses votes sur une autre personnalité moins obtuse et plus fine dans les stratégies qui mènent au pouvoir.

Elle ne fait qu'accumuler les petites fautes. Que Macron soit ravi de l'avoir ballonnée et de la pressentir comme unique obstacle à sa réélection est une évidence.

Mais ne désespérons pas de voir émerger de la droite patriotique un candidat valable et non embourbé dans les méandres du parti LR qui lui aussi doit disparaître au profit d'un nouveau mouvement politique où n’apparaîtront plus
les anciens et éternels acteurs douteux restés à la direction des affaires.

Et puis et surtout, Macron-Judas doit être éliminé de la scène politique.

PITE

La réponse plus que tardive des forces de l'ordre à Dijon me semble bien calculée. Il faut que cette chienlit soit récupérée par Marine Le Pen qui bien sûr est tombée dans le panneau en s'y rendant. Macron ne veut qu'elle au second tour pour réitérer 2017. À moins encore une fois, que ces rixes entre musulmans soient tolérées, comme il s'agit de minorités obligatoirement victimes du méchant céfran.

stephane

Le RPR des années 90 n'existe plus, il y en a une qui l'a compris.
Au regard de l'histoire, le RN n'est pas condamnable car la Ve république a connu un président d'extrême droite.
Ministre de l'Intérieur, ce président a fait exécuter massivement des citoyens à la culpabilité plus ou moins avérée.
Il a fait semblant d'être victime d'un attentat.
Il a régulièrement fleuri la tombe de Pétain, bien qu'il n'ait pas eu tout à fait tort de dire que Vichy n'était pas la France, il n'a guère fait de zèle pour réconcilier la France et l'Histoire.
Il a reçu la francisque et reçu Bousquet à l'Elysée.
Il a accepté le soutien de Tixier-Vignancour, pour quelques années après favoriser la montée du FN créé par hostilité à De Gaulle,
Il a dépensé des deniers publics pour fleurir la tombe de Pétain,
Il y a eu des morts suspectes et des suicides troublants,
et ça c'est ce qu'on sait...
Il a mis la France en faillite,
Il a pris le pouvoir par la gauche.
Son nom ? François Mitterrand.
Sa caractéristique ? une ordure charismatique et ayant le profil d'un homme d'Etat contrairement à d'autres, mais... une ordure.
Son héritier ?

caroff

@ duvent 9h57 (@ Patrice Charoulet | 17 juin 2020 à 22:31)

« Du temps de ma grand-mère, on acceptait le malheur. (Maître Jean-Yves Le Borgne, 2020) »

Monsieur Le Borgne ne sait pas ce qu'il dit, et vous ne savez pas ce que vous faites !"

----

Cette phrase je l'ai entendue à moult reprises !
Mon grand-père avait perdu sa première femme de la grippe espagnole, ma grand-mère, sa deuxième épouse, avait été infirmière pendant la première guerre et deux de ses frères y périrent...
Le taux de mortalité infantile s'établissait au début du XXe siècle à 130/1000 et à 50/1000 dans les années 1950.
Aujourd'hui il est à 3,5/1000.
Pourtant peu de jérémiades, peu de reproches envers les "autorités" dans ces années-là...

C'était comme ça, une forme de fatalisme devant la mort ou la maladie, contrairement à l'époque actuelle où l'on soigne et guérit des affections auxquelles on succombait un siècle auparavant et où les conditions de vie et de santé n'ont heureusement plus rien à voir, et les plaintes sont plus vives comme si la perspective du malheur qui frappe ou risque de frapper chacun d'entre nous était horrible.

Ce qu'a dit Maître Le Borgne ne fait que refléter le conditionnement d'aujourd'hui où une piqûre de guêpe, voire une foulure de la cheville invite à appeler le SAMU !

Claggart

@ sylvain 18 juin 07 h 33
"La Bretagne était réputée pour sa collaboration extrême avec les Allemands "

Voici, pour le seul département du Morbihan, l’énumération des traîtres :

- fusillés, massacrés, tués par les Allemands : 1 249
- morts en déportation ou en détention : 299
- tués en 39-40 : 1 492

- total des traîtres selon sylvain : 3 040

À comparer aux 214 exécutés, plus ou moins sommairement, pour collaboration, plus ou moins "extrême", à la Libération.

Sod hag dizesk ous, sylvain paour !

Denis Monod-Broca

@ Exilé

Aucune loi, aucune Constitution n’est parfaite. Notre actuelle Constitution a en effet été honteusement triturée. Il n’empêche. Elle est en vigueur et doit être obéie. Mais pourquoi le serait-elle si plus personne ne s’offusque qu’elle ne le soit pas ?

Giuseppe

@ duvent | 18 juin 2020 à 09:57

Sublime !

Accepter est terrifiant.

Isabelle

Une idée : que tous les migrants, "chances pour la France" aillent se réfugier sur l'île de Sein et dans le Finistère. Après on causera.... Puisqu'ils semblent apprécier les quartiers difficiles et les zones de non-droit... Vu de loin, vu de leur île, les combats de rue avec armes doivent leur sembler exotiques !

On peut aussi leur proposer un stage de plusieurs mois dans ces fameuses zones totalement hors contrôle et ce, sans forces de l'ordre...

Pendant ce temps-là, les Républicains continuent à copier bêtement la macronie. Quand vont-ils changer de braquet... Jamais !

Exilé

@ Jean
« Déjà plus avant, la chute de l'URSS, les démonstrations de Hayek, avaient montré que la planification de la société dépassait les capacités humaines. »

En fait, l'URSS s'est écroulée sur elle-même, sous son propre poids, comme un volcan, sans même que des « anti-soviétiques » quelconques n'aient eu à lever le petit doigt.
Vers la fin, les dirigeants ne pouvaient même plus faire confiance aux statistiques officielles.

Une plaisanterie remontant à plusieurs années dit que « la France est une URSS qui a réussi. ».
Mais au vu de l'évolution de la situation, il s'avère que nous rejoignons à grands pas le destin de l'URSS, notre modèle chéri.

stephane

@ Denis Monod Broca
"C’est le Premier ministre qui forme le gouvernement, choisissant les ministres et les proposant pour nomination au président."

Et la marmotte emballe le chocolat dans le papier d'alu ?

Edouard Philippe est tel un entraîneur de foot, dégommable à tout moment.
J'ai bien dit entraîneur et pas manager général.
Dans le cas où la majorité parlementaire est acquise au président.
En conséquence, le Premier ministre fait avec ce qu'on lui impose et choisit parmi le cheptel de lèche-culs et d'incompétents, et dans la clique à Macron, ça ne manque pas.
Une vraie équipe de balle aux prisonniers ce gouvernement.
Je n'image pas Edouard Philippe avoir proposé Schiappa au président, ni même Ndiaye, et pourtant il doit faire avec.
Le cocker anglais Belloubet, n'en parlons pas.

Il va falloir revoir vos références cher Denis.

Le sauveur existe, il s'appelle "Général Pierre de Villiers", frère de Philippe.
Et si les deux ont les mêmes idées, je dis banco.
J'ai encore vu Villiers hier soir à la télé. Rien ne peut lui être objecté dans son diagnostic de la déliquescence de notre pays et les flèches ricochent sur ses convictions. Voilà ce qu'il faut à la France.
Le Général de Villiers a paraît-il des velléités de se lancer en politique.
Chargez...

Isabelle

Les Républicains, toutous de la macronie.

"80 ans après l’appel du 18 juin, la droite n’est plus qu’une force d’appoint de Macron."

https://www.causeur.fr/lr-les-republicains-appel-18-juin-178081

LR, LREM... Bonnet blanc et blanc bonnet et ce depuis plus de trente ans. Rien ne change sous le soleil.

Les minorités, qui finissent par former une majorité vociférante et violente, ont encore de beaux jours devant elles.

stephane

Y'en a qui après trois mois de boulot 16 heures par jour et étant asthmatiques, vont jeter des pierres aux policiers pour pleurer après pour prendre de la Ventoline. Ces mêmes ont un nom pas très français de pure souche ce qui les rend invirables malgré la piètre image qu'ils donnent de leur employeur (imaginez un employé de banque dans le même cas), et donc je dis qu'y'en a qui retiennent des coups de matraque et qui ne devraient pas.
Y en a donc qui jouent les victimes et moi je dis "Au gnouf".

Le problème est bien connu, au point que Macron avait demandé à Benalla de faire le travail en mai 2018.
Et y'en a un qui a bien fait comprendre que s'il quittait Matignon ce ne serait pas pour aller au Havre, mais parce que Macron l'aura viré et non parce qu'il a voulu partir.
Y en a donc un qui est coincé, d'autant plus qu'il se croyait plus malin que les autres.

Jean le Cauchois

Il y en a un qui a publié, avec un ami, en juin 2011, un roman noir, "Dans l'ombre", chez JC Lattès, dont je reproduis la dernière de couverture.

"Une campagne présidentielle ne se déroule jamais comme prévu" puis "Une campagne présidentielle, ça se prépare. Le Patron était prêt. Moi aussi. J'allais le faire gagner. J'allais faire en sorte que tout se passe bien, que tous ceux qui, avec moi, dans l'ombre, portaient sa candidature soient au meilleur d'eux-mêmes. Et puis rien ne s'est passé comme prévu. Aujourd'hui, après ce déchaînement de violence, je ne suis plus sûr de rien. Ni de ses chances, ni de lui, ni de moi." Et ensuite "Une rumeur insistante de primaire truquée et une campagne présidentielle bascule dans la violence. Qui a intérêt à faire exploser en vol le candidat et son équipe ? Comment mener une campagne lorsque le doute s'installe dans le proche entourage du candidat, sans même épargner son plus proche conseiller". Et pour finir "Edouard Philippe, maire du Havre, et Gilles Boyer, conseiller politique d'Alain Juppé, livrent au travers de ce roman noir une description vivante, à la fois féroce et drôle, d'un milieu politique qu'ils connaissent bien : les coulisses du monde politique".

Je pense que le co-auteur de ce roman noir, publié avant les campagnes présidentielles de 2012 et 2017, ne restera pas simple spectateur de la future campagne présidentielle de 2022.

Xavier NEBOUT

@ Trekker

Est éliminé tout ce qui n'avait pas fait allégeance à de Gaulle.

Qui se souvient du Général Prioux ?

Magnifique vainqueur de la grande bataille de chars de Belgique, la première chose que de Gaulle ait faite lors de son arrivée à Alger pour le remercier a été de le mettre à la retraite !

Des fois qu'il lui parlerait d'Abbeville...

C'était ça de Gaulle !

Lucile

Considérant que c'est un travail d'équipe, je ne juge pas les composantes du gouvernement les unes indépendamment des autres. Il est dans les attributions du capitaine de former une équipe et de la conduire.

D'autre part je pense que non seulement on a le droit, mais l'on doit être exigeant sur les résultats. Les considérations du genre "les pauvres, c'est difficile, ils n'ont pas eu de chance" ne me paraissent pas de mise. Personne n'a jamais prétendu que c'était facile, la fonction qu'exerce ceux qui gouvernent ne devrait pas être vue comme un privilège, mais comme un service. Si l'on s'interdit d'appliquer des critères d'excellence à ceux qui ont brigué une telle mission, ou plutôt aux résultats de leurs méthodes, autant renoncer à être jamais bien gouverné.

Si je prends l'ensemble des résultats, je ne m'en satisfais pas sur deux points essentiels 1) l'immigration et les problèmes qui s'y rattachent 2) l'état de notre économie. Viennent ensuite les problèmes du maintien de l'ordre et de la justice, et les autres, inutile de les énumérer. On m'avait dit d'attendre un peu avant de me faire une idée, les améliorations suivraient un peu plus tard.

Dois-je encore attendre ? Peut-on encore attendre ? Le gouvernement louvoie à peu près entre les écueils, mais une odeur de roussi émane de la salle des machines, ses fumets tardent à gagner la dunette. Ou alors l'état-major a perdu l'odorat.

Alpi

Vous n'avez pas parlé de nous, cher Philippe :

Ceux qui sont planqués derrière leur écran, qui ont naturellement LA solution et qui vitupèrent à longueur de journée contre ceux qui ont fait ce qu'ils ont pu avec les moyens dont ils disposaient...

Sans oublier

Ceux qui prennent les français pour des c... et qui n'ont peut-être pas complètement tort.

Tipaza

@ Trekker | 18 juin 2020 à 00:04

Merci pour cette info... malgré le hors sujet ;-)

Exilé

@ Denis Monod-Broca
« Mais qu’il faut être naïf de nos jours pour prôner l’obéissance à la Constitution !... »

Cette Constitution française œuvre des champions du monde du juridisme écrit a été tellement triturée jusqu'à lui faire dire le contraire de ce qu'elle prétendait garantir, à commencer par le préambule des « droits de l'homme », qu'elle n'est plus en fait qu'un chiffon de papier.
Merci aux Sages.

Nous en venons à envier les pays qui n'en ont pas...

duvent

@ Patrice Charoulet | 17 juin 2020 à 22:31

« Du temps de ma grand-mère, on acceptait le malheur. (Maître Jean-Yves Le Borgne, 2020) »

Monsieur Le Borgne ne sait pas ce qu'il dit, et vous ne savez pas ce que vous faites !

Figurez-vous qu'il n'existe pas, l'être vivant qui « accepte le malheur », et celui qui colporte une niaiserie pareille est un indifférent superbe, et plus précisément un prétentieux grotesque.

Subir n'est pas accepter, se laisser vaincre n'est pas accepter, se rendre n'est pas accepter, il faut donc bien nommer les choses, car c'est trahir que d'affirmer une chose contraire à la vérité, et alors les grand-mères ont bon dos...

Rien n'est plus ignoble que d'engager à l'acceptation du malheur, que tout homme sain d'esprit voudra en lui-même refuser de tout son être, de toutes ses forces et pour l'éternité.

Les effets rhétoriques, le lyrisme poétique, la littérature ne sont pas la vie, car elle, est triviale, et l'ordinaire est rempli de révolte, de division, de rébellion, et de colère contre le malheur...

Alors, nous pouvons dire sans nous égarer, que les grand-mères et les grands-pères ont plié sans doute devant le malheur, ont silencieusement vécu couvert de celui-ci, ont même survécu à ses tortures, mais jamais ne l'ont accepté, et c'est en cela qu'ils sont exemplaires, et c'est pour cela que ceux d'aujourd'hui devraient se taire. Sunt lacrimae rerum et mentem mortalia tangunt. (Virgile L'Enéide livre II)

Walson

@ Alpi | 17 juin 2020 à 20:45

Peut-être que vous êtes un fonctionnaire à la retraite, mais diable que la crasse des ans s'est accumulée dans votre boîte crânienne.
J'évoquais l'actualité sur Estelle Mouzin.
ESTELLE MOUZIN vous ne vous rappelez pas ?

Louis 56

Séparation des pouvoirs ? Transparence ? Corruption ? Monstre bureaucratique ? Élection disons forcée... Ouf ! La police a arrêté une infirmière... Allons fêter l'appel du 18 juin...

Isabelle

Appel du 16 juin 2020 : La communauté maghrébine parle à la communauté tchétchène.

Qui gouverne ce pays ? Ne cherchez plus, ne vous donnez plus autant de peine : la mosquée.

"Une sorte d’armistice, placé sous le sceau du religieux, face à un État longtemps impuissant à rétablir l’ordre." (Marianne)

https://www.marianne.net/societe/exclusif-dijon-entre-les-communautes-tchetchene-et-maghrebine-armistice-surrealiste-la?utm_medium=Social&utm_source=Twitter#Echobox=1592382284

Achille

Et puis il y en a qui osent tout.

MLP s’est rendue sur l’île de Sein le 17 juin pour rendre hommage au Général, sous les huées des habitants de l’île.
Amusant lapsus car le 17 juin c’est le jour où Pétain faisait son fameux discours dans lequel « il faisait le don de sa personne » et déclarait arrêter le combat.

Si papa a regardé ces images je suppose qu’il a dû avoir quelques vapeurs, lui qui a toujours combattu le Général.

Je suppose que maintenant MLP va se rendre à l’île d’Yeu pour aller se recueillir sur la tombe du Maréchal. Ça fera plaisir à papa qui semble un peu dépassé par les événements.

Aliocha

Et il y a ceux qui accèdent, renonçant à l'anarchie, à la spirale eschatologique du vrai, rompant le cercle du chiffre qui enferme cette raison de la mort qui s'appelle la vie, transfigurant la crainte désespérée en la confiance éternelle de la joie complète du juste:

https://www.youtube.com/watch?v=0-i5S4uXlNg&list=RD0-i5S4uXlNg&start_radio=1

sylvain

Tous les Sénans ont tourné le dos à MLP, même les huîtres ! Spectacle d'une ringardise pathétique.

La Bretagne était réputée pour sa collaboration extrême avec les Allemands.
Combien de descendants de ces traîtres faisaient partie de cette honteuse meute de hueurs siffleurs ?

Dijon, Sein, les pieds de nez de MLP à tous ces faux derches font plaisir à voir.

Achille

@ sbriglia | 17 juin 2020 à 17:01

Le colonel était d'l'Action française
Le commandant était un modéré
Le capitaine était pour le diocèse
Et le lieutenant boulottait du curé
Le juteux était un fervent extrémiste
Le sergent un socialiste convaincu
Le caporal inscrit sur toutes les listes
Et l'deuxième classe au PMU !

Et tout ça, ça fait
D'excellents Français
D'excellents soldats
Qui marchent au pas
En pensant que la République
C'est encore le meilleur régime ici-bas.

Comme le chantait Maurice Chevalier
Finalement rien n'a changé depuis la der des der.

Vamonos

En français, il y a deux possibilités qui sont le masculin et le féminin. L'article neutre n'existe pas, c'est le masculin qui le remplace.
Dans ce billet de Monsieur Bilger, la répétition du mot "ceux" sied tout à fait aux canons de la langue française.
Parce que la forme de ce blog est conforme aux spécifications françaises dont est garante l'Académie française, je continue à suivre et si possible à commenter en restant dans les limites du sujet, dans le périmètre.

Bon courage à Édouard Philippe, obligé de composer avec la gauche pour gouverner.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : philippe.bilge[email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS