« Jean-Marie Bigard bien plus que Bigard ! | Accueil | Une infortune discrète en France périphérique : les Mermet... »

02 juin 2020

Commentaires

Vamonos

Patrice Charoulet a plussoyé sans faire de phrases. Désormais plus rien ne pourra m'étonner sur ce blog.
Le laxisme de la Chancellerie continue son indécente inflation. Il ne reste plus qu'à libérer Abdeslam pour que la faiblesse soit à son comble.

Achille

« Il y a tout de même la bagatelle de 14 000 détenus qui ont été libérés par la ministre de la Justice pour éviter une flambée épidémique dans les prisons (4480 prévenus et 8995 condamnés). »

Dans cette libération de détenus suite à la pandémie, il faut voir les aspects positifs et non se focaliser systématiquement sur les effets indésirables.

Certes cette libération anticipée a permis d’éviter que les détenus soient infectés par le covid-19, ce dont tout le monde se fiche, en particulier sur ce blog.
Mais cela a également eu le mérite de protéger le personnel pénitentiaire.
Ensuite, le fait que les cellules ne soient plus saturées permet d’éviter les risques d’émeutes de prisonniers, ce qui là encore améliore les conditions de travail des gardiens régulièrement victimes d’agressions dans les prisons surchargées.

Enfin le fait de libérer des prévenus et condamnés qui devaient purger des peines courtes ne change pas grand-chose sur le plan sécuritaire pour les citoyens puisque de toute façon ces délinquants auraient été libérés quelques mois plus tard.

J’ajouterai que la prison est souvent une école de la criminalité pour les primo-délinquants car ils sont mis en contact avec des malfaiteurs chevronnés, voire des criminels qui dans le milieu carcéral passent pour des caïds, si bien qu’en sortant de prison ils sont encore plus dangereux que lorsqu’ils y étaient entrés.

La lutte contre la délinquance doit s’effectuer en amont, par l’école mais aussi par les parents qui ont leur part de responsabilité dans l’éducation de leurs enfants.

La prison n’est qu’une solution palliative qui protège les citoyens le temps de la détention des contrevenants, mais elle n’assure pas une sécurité pérenne.
Il faudrait pour cela que les détenus, notamment les jeunes, soient suivis par des éducateurs qui les aident à s’intégrer dans la société.

La prévention est préférable à la répression, l’éducation à la sanction. En particulier quand il s’agit de jeunes complètement paumés comme c’est le cas généralement.

Walson

En 68 j'étais en Côte d'Ivoire et tous les matins je me levais au son de cette musique dynamisante :

https://www.youtube.com/watch?v=qRKNw477onU

Si j'avais pu imaginer ce que l'on ferait de nous je n'aurais jamais remis les pieds dans ce bo*del de pays qu'est devenu la France.

Exilé

Il y a tout de même la bagatelle de 14 000 détenus qui ont été libérés par la ministre de la Justice

Eh bien alors allons-y franchement, supprimons les prisons et transformons-les en logements sociaux ou en foyers pour « migrants »...

Au fait, qui pourrait nous expliquer à quoi un ministre de la Justice pourrait donc bien servir ?

boureau

Cher P. Bilger, vous avez fort bien démonté et démontré les intentions cachées de la bien-pensance qui, sous couvert d'humanitaire et de sanitaire, nous impose une politique restrictive des condamnations judiciaires.

D'un côté, cette bien-pensance restreint les libertés individuelles des citoyens honnêtes et en même temps augmente celle des repris de justice.

C'est le nouveau monde cher à E. Macron.

Que devez-vous penser de ce qu'est devenue la Justice de vos débuts ?

Et je crois que nous n'avons pas encore tout vu !

Cordialement.

caroff

"ll y a tout de même la bagatelle de 14 000 détenus qui ont été libérés par la ministre de la Justice pour éviter une flambée épidémique dans les prisons" (PB)

L'âge médian des détenus est de 32 ans, une population qui par conséquent échappe majoritairement aux risques sanitaires de la Covid-19.

Il s'agit donc non pas d'éviter une flambée épidémique mais de vider les prisons pour une double raison: logistique et idéologique.

Ce n'est pas une grande surprise quand on connaît le pédigrée de la garde des Sceaux, mais c'est une grande tristesse pour ceux qui craignent que la délinquance déjà très élevée dans notre pays atteigne des sommets.

Saurons-nous nous en souvenir lorsque l'heure de la présidentielle arrivera ?

Isabelle

14 000 détenus, dont certains ne doivent pas être des enfants de chœur, en liberté non surveillée, des milliers de migrants illégaux qui narguent un gouvernement de figurants inutiles... Les lendemains vont chanter. Le chômage qui va augmenter après un arrêt de toute l'économie pour une épidémie surjouée par lesdits "experts" et les médias qui répètent bêtement les discours officiels.

Et il faudrait être optimiste comme le revendiquent certains sur ce blog... Faut pas pousser.

"Manifestation des migrants: une provocation qui en dit long" Yves Mamou (Causeur)
https://www.causeur.fr/manifestation-marche-solidarites-migrants-30-mai-177449

Walson

Notre société est folle et ce sont des cinglés et des escrocs qui se succèdent au pouvoir.

On dirait que la dame de la photo est échappée d'un asile !

Lors de grandes sécheresses nous attendons que l'orage éclate et que la pluie viennent rafraîchir l'air ; ici et maintenant le climat social est si pollué que nous attendons que la guerre éclate pour rétablir la raison qui permet de vivre ensemble.

Daniel Limbourg

Vive la Corona : libations obligatoires !
Bon, un peu facile, mais j'ai dû relire pour me dire ce n'était pas cela le titre.

genau

Tant pis, je n'effacerai pas. Dans notre occurrence des erreurs ont été commises, péché véniel.
On aurait pu ainsi, avec une prévention à temps, juguler le risque des prisons. C'est quand même plus simple de libérer les sujets, si mauvais qu'il soient, et les laisser poursuivre leurs petites occupations, d'autant que la prison est plus une pouponnière de criminalité qu'un éteignoir.
Le découragement est là, avec sa tête basse et ses yeux perdus.

Pas d'argent, mais l'argent ruisselle, des urgences, mais un administrativisme carcéral et poignant d'absurdité parfois. Vers qui se tourner ? A-t-on besoin d'une personne ? Les doctes enseignants de tout poil assènent des vérités, les commerçants inondent les ondes de messages attrape-mouches, en faisant débiter à toute vitesse des conditions de vente inaudibles. Vite, vendre, pour rétablir l'équilibre d'avant.

Les scientifiques regardent, l'air navré, ce pandemonium, presque normal, et alignent les recherches.
L'affaire Floyd enflamme les esprits, essayer donc de dire que, tout de même, ce monsieur avait un passif criminel et sanitaire lourd, rien n'y fera, on vous lynchera. Le petit Gabriel a subi des violences de la police, pendant qu'il essayait de voler un scooter ; peu importe, c'est un acte raciste. La police l'a cogné, mais sait-on comment et pourquoi ? Mais apparemment il est d'origine extérieure et la comédie est jouée. Rien ne prévaudra contre.

Pour la xième fois, je relis Bat Ye'or, "Eurabia", c'est tellement évident, tellement argumenté et vérifiable que, parfois, la nausée vient aux lèvres. Pourquoi décriminaliser, exploiter, piller, instrumentaliser, puisque tout est su et dit.
Faut-il que nous soyons, nous et quelques autres, un peuple dhimmi. Dieu, que je regrette de n'être pas algonquin ou hottentot, attraper les serpents par la queue et croquer les scorpions.
No engrave image can be worshipped, except the currency.

Gavot

Monsieur Bilger, que vous soyez choqué par un "laxisme" que vous semblez abhorrer, pourquoi pas, c'est sans doute consubstantiel à votre ancienne fonction. Mais je suis surpris que vous soyez apparemment insensible aux atteintes infiniment plus graves à notre état de droit par la Chancellerie pendant cette période, je parle évidemment de la prolongation de plein droit, sans débat, des détentions provisoires qui devraient heureusement être au moins partiellement retoquées par la Cour de cassation et le Conseil constitutionnel.

Je rappelle, pour les adorateurs de l'enfermement, nombreux ici, que nous parlons là de personnes non encore jugées et que la France est déjà sur le podium mondial des incarcérations avant jugement.

Patrice Charoulet

+1.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS