« Edouard Philippe : après l'incompréhension démocratique, l'opprobre judiciaire ? | Accueil | Encore peur pour Brigitte Bardot ? »

07 juillet 2020

Commentaires

caroff

Quand on connaît intimement la civilisation arabo-musulmane guidée par la main invisible d'Allah, on ne peut qu'exprimer les plus grandes craintes pour l'avenir de pays qui tendent des verges pour se faire battre.

Alors oui on peut reprocher à EZ ses généralisations parfois brutes de fonderie, mais la pédagogie c'est le ressassement et la simplification... Je partage pleinement ses phobies sur l'islam (expériences de terrain en ce qui me concerne) et c'est son droit le plus strict (dans le respect de lois idiotes) de seriner soir après soir la suprématie de notre civilisation et son ouverture d'esprit qui... vont la perdre !

Il n'est tout simplement pas raisonnable d'admettre sur notre territoire des populations illettrées, sous-éduquées, bercées depuis l'enfance dans des doctrines totalitaires...
N'est-ce pas pour ces raisons que la France, phare de l'universalisme, demeure un espace de sérénité pour les démocrates de la rive sud de la Méditerranée ?
Il ne faudrait pas gâcher cette vision irénique en satisfaisant les revendications des gens qui ne parviennent pas à saisir les beautés de notre pays peu avare de ses aides et de ses complaisances.

Au fond c'est cette vision zemmourienne basée sur l'observation du réel qui se heurtait au sophisme désincarné d'Enthoven.
A ce titre on pouvait conclure qu'Enthoven est plus français que Zemmour en ce qu'il préfère l'idéologie au sordide du quotidien et que, paradoxe, ce dernier se situe davantage dans une conception anglo-saxonne pragmatique de la réalité: le "name and shame" qui a ma dilection !

boureau

Assa Traoré et Eric Zemmour : pas la même chose mais...

Voilà ce qui s'appelle un coup de poignard dans le dos d'Eric Zemmour.

A la lecture, on peut croire que ce n'est ni Assa Traoré qui vous intéresse, ni Eric Zemmour, mais ce que va en dire d'équilibré, de soi-disant "sage" Philippe Bilger dans cette comparaison.

Comparaison qui bien sûr le place au-dessus de la mêlée. Non pas pour distribuer des bons ou des mauvais points, mais pour être "au-dessus". Ce n'est pas surprenant, finalement que votre position se décalque sur celle de Raphaël Enthoven : le désir de se placer "au-dessus". En fait pour passer pour un sage.

Vous n'avez pas compris qu'Eric Zemmour défend la France et Assa Traoré un système clanique africain.

Vous accusez E. Zemmour de préférer "les dénonciations en gros que les finesses au détail".

Savez-vous cher P. Bilger qu'il faut du personnel pour se mettre les mains dans le cambouis ? Et que sans lui, toutes vos belles idées de beaux quartiers resteront du papier.

Zemmour c'est ça : la démonstration de la réalité par des mots réalistes.

Votre parti pris du "en même temps" vous classe à l'évidence dans les douillets d'Etat-Major.

Je confirme : ce billet est bien un coup de poignard dans le dos d'Eric Zemmour.

Il est des moments, dans l'Histoire, où l'honneur de défendre son pays se place au-dessus d'arguties fourmilières.

Cordialement.

hameau dans les nuages

@ Isabelle | 07 juillet 2020 à 08:22

Je vais sur la page Facebook du sénateur basque Max Brisson. Suite à ce crime une vague de commentaires unanimes... mais avec un bémol: l’ethnocentrisme des Basques. À savoir que "jamais ce n'est arrivé ici au PAYS BASQUE !

Stupeur et damnation !

Et j'ai commenté : jamais ce n'est arrivé au Pays basque, jamais on n'aurait pensé que cela arriverait au Pays basque, c'est arrivé au Pays basque.

Et il va faire quoi le Basque bondissant ?... Rien... Il suffit de voir les résultats des élections municipales à Bayonne.

Et en Béarn pas mieux:

https://www.larepubliquedespyrenees.fr/2020/07/06/rouee-de-coups-place-clemenceau-a-pau-la-victime-s-est-vue-mourir,2715160.php

Fermé aux commentaires...

sylvain

Ressaisissez-vous cher Philippe !
Tous vos billets sont excellents mais celui là est une insulte à la personne de Zemmour :

Oser mettre en comparaison cet écrivain-star qui représente la France, la vraie, celle des citoyens patriotes civiques qui aiment leur pays, son histoire, sa religion, sa race, avec la lie de la fange criminelle de cette tribu raciste anti-blancs anti-France du boobaland gaugochon, c'est un dérapage de votre part.

Mais on vous pardonnera car vous aussi avez un sacré courage pour résister aux diktats des procureurs islamogauchistes de la bien-pensance seule autorisée.

J'espère que vous n'irez pas jusqu'à vous agenouiller devant la fresque Floyd-Traoré en repentance, elle a été taguée, souillée, ridiculisée, et le malheureux maire de Stains a du mal à s'en remettre.
D'ailleurs les frais de nettoyage seront couverts par les indemnités judiciaires de 10 000 euros versées par Zemmour pour avoir osé dire des vérités gênantes et interdites ; moi qui pensais que ce mur finirait en urinoir géant pour clochards et camés, je m'a trompété, scuses.

Vamonos

@ Trekker | 07 juillet 2020 à 00:14

Vous n'êtes pas hors sujet dans la mesure où la musique a été composée pour un duel tragique qui se termine sur le plan fixe avec les yeux bleus de Henry Fonda effondré dans la poussière.

Cinquante ans plus tard, c'est le même cinéma, les yeux bleus se plaignent et ont peur. Mais Macron a les yeux bleus et il est président. Les yeux bleus tiennent le haut de la hiérarchie malgré la discrimination négative dont ils sont l'objet.

Tipaza

"Sa principale faiblesse ( Éric Zemmour) me semble être sa volonté permanente de globaliser, d'universaliser ses attaques communautaires ou autres, de préférer les dénonciations en gros que les finesses au détail."

C'est un beau et grand compliment que vous lui faites.
Ce n'est pas une faiblesse, c'est sa plus grande force.

Il ne se place pas sur l'anecdotique ou même le conjoncturel, il rapporte tout au fondamental de la guerre de civilisation qui nous est menée.

Il ne saurait y avoir de demi-mesure, comme il essaie chaque fois de l'expliquer à ses contradicteurs, et en particulier à BHL, qui fut ridicule par la petitesse de sa vision.

Dans cette guerre de civilisation, il n'y aura pas d'armistice, et encore moins de paix. Il y aura un vainqueur et un vaincu, le vaincu disparaîtra.
Il disparaîtra même de la mémoire puisque cette guerre est non seulement présente, mais qu'elle porte sur un passé qu'elle veut effacer.
C'est le propre de toutes les guerres de civilisation qui veulent toujours effacer le passé des vaincus.
Ce n'est que longtemps après, très longtemps, lorsque la civilisation des Barbares atteint le niveau de civilisation de celle qu'elle a effacée qu'elle se préoccupe de la civilisation des vaincus.

Un seul exemple à ma connaissance, les Romains qui phagocytaient les civilisations qu'ils avaient vaincues.
La Grèce ou l'Egypte en récupérant les dieux des autres religions, et en les faisant devenir romains, en romanisant ou pas leurs noms. C'est ainsi que Zeus est devenu Jupiter et qu'Isis a conservé son nom.

Nul doute que dans la guerre qui nous est menée les noms changeront à la mesure du changement des valeurs qui servent de paravent aux bien-pensants pour se laisser dévorer.
C'en sera fini des droits de l'homme, et même la nature humaine risque d'être déshumanisée et redéfinie.

Guzet

Vous jouez les Enthoven au-dessus de la mêlée !
Malgré votre parallèle, vous finissez pourtant par reconnaître une différence - et elle est de taille !
"La seule différence entre ces formulations totalitaires - mais elle n'est pas mince - étant que Zemmour accepte de les mettre à l'épreuve de tous les débats qu'on lui propose tandis que le camp opposé est tellement persuadé de son bon droit qu'il ne fonctionne que dans un entre-soi qui grossit grâce à la lumière artistique et médiatique".

Par ailleurs vous escamotez le débat entre EZ et RN sur la différence établie par EZ entre un "identitarisme" d'affirmation, de combat et d'agression, qui nie l'identité de l'autre, et un "identitarisme" conservateur, de défense d'une identité contestée et non exclusive.

dd33120

Eric Zemmour poursuivi par 9 assos : le CCIF (Collectif contre l’islamophobie en France) avec l’ADDH (Association des défense des droits de l’Homme), le MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples), SOS Racisme, la LDH (Ligue des Droits de l’Homme), la LICRA (Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme), l’UJFP (Union juive française pour la paix), l’UEJF (Union des étudiants juifs de France), la « Maison des Potes » et les « Musulmans de France »… ne peut être totalement à côté de la plaque.

Il met le doigt où ça fait mal et il vaut mieux casser le thermomètre que guérir la maladie.

Exilé

Sa principale faiblesse - j'ai déjà échangé avec lui sur ce point - me semble être sa volonté permanente de globaliser, d'universaliser ses attaques communautaires ou autres, de préférer les dénonciations en gros que les finesses au détail.

Mais n'y a-t-il pas dans l'histoire de nombreuses situations où il n'est pas possible de faire autrement ?
Pensons par exemple aux conflits qui nous ont exposés à d'autres pays, n'ont-ils pas à un moment ou à un autre obligé les divers protagonistes éventuels à « choisir leur camp » et à raisonner et surtout à agir de façon globale, quoi qu'ait été leur sentiment personnel même désapprobateur sur la question ?

À partir d'un certain degré de gravité des événements, il y a un moment où, la mort dans l'âme, il n'est plus possible de se complaire dans les méandres du détail, la priorité devant être attribuée à la survie de son pays, de sa famille et parfois de la sienne.

Isabelle

Assassinat d'un homme à Bayonne. Voilà du concret. Le chauffeur du Tram'bus de Bayonne roué de coups par cinq individus dangereux et barbares laissés dans la nature. Que font ce gouvernement et la justice ?

Le combat d'idées entre A. Traoré et E. Zemmour semble tellement futile. Il y a mort d'hommes chaque jour dans ce pays.

Nous n'avions JAMAIS connu de tels faits sur la côte basque.

Mais le pire est le militantisme acharné de l'extrême gauche locale, abertzale, indépendantiste. Qui milite comme des fanatiques pour "l'accueil" des migrants. Des slogans muraux apparaissent un peu partout : "Refugees welcome tourists go home". Jusque sur la grande Barre d'Anglet. À l'embouchure de l'Adour.

Ce bout de paradis est en train de se convertir en enfer. La mort cérébrale du chauffeur de bus en est l'un des premiers signes tragiques mais personne ne réagit. Silence, on tue.

Article excellent ci-dessous :

https://www.lefigaro.fr/vox/politique/goldnadel-ce-nouveau-fascisme-d-extreme-gauche-qui-menace-la-republique-20200706

Robert Marchenoir

Vous omettez tout de même plusieurs points fondamentaux.

1. Les "Traoré" (appellation par laquelle je ne désigne pas particulièrement la famille Traoré, mais tous ceux qui se comportent à l'identique) attaquent. Ils nous attaquent. Zemmour se défend. Il nous défend.

2. Les "Traoré" ne se contentent pas de parler. Ils nuisent concrètement et délibérément, par leurs agissements anti-sociaux, leur délinquance et leur violence meurtrière.

3. Les "Traoré" ne sont pas chez eux. Zemmour est chez lui. Nous sommes chez nous.

Je ne vois pas bien quelle nuance ou quelle délicatesse serait à l'ordre du jour, lorsqu'il s'agit purement et simplement d'une tentative de génocide à notre encontre.

Les "Traoré" se revendiquent ouvertement du mouvement américain Black Lives Matter. Voici un petit aperçu de ses, euh... opinions.

Une militante (portant une croix chrétienne autour du cou) : "Moins il y aura de bébés blancs sur cette planète, moins nous aurons de gens comme vous [les Blancs] ! J'espère qu'ils vont tuer tous les bébés blancs ! Tuez-les tous ! Tout de suite ! Tuez vos petits-enfants ! Suicidez-vous ! Au cercueil, sale p... ! Va te coucher dans ton cercueil ! Suicide-toi !"

Un professeur, en 2017, à Seattle : "Vous, les Blancs, donnez-nous votre p... d'argent, votre p... de maison, vos p... de possessions, nous avons besoin de tout vous prendre. Vous devez donner des indemnités aux Noirs et aux Indiens tout de suite. Payez, espèce d'enc..., payez ! Il va falloir qu'on commence à tuer des gens !"

Chanelle Helm, co-fondatrice de la section Black Lives Matter de Louisville, dans le Kentucky, en 2017 : "Vous, les Blancs, si vous n'avez pas d'enfants, vous devez léguer vos possessions à une famille noire ou non blanche. Pauvre, de préférence. Si vous héritez, donnez vos biens à une famille noire ou non blanche. De toute façon, vous récupérerez cet argent d'une manière ou d'une autre, grâce à votre privilège blanc."

"Si vous êtes un promoteur immobilier, construisez un immeuble dans un quartier défavorisé noir, et logez gratuitement les Noirs et les non blancs."

"Vous, les Blancs, si l'un de vos futurs héritiers est un t... du c... raciste, changez votre testament, et léguez votre maison à une famille noire ou non blanche. Vous, les Blancs, réduisez vos dépenses de façon à donner tous les mois à des fondations noires, pour qu'elles puissent acheter des terrains."

"Vous, les Blancs, et particulièrement les femmes blanches (c'est votre spécialité), faites mettre un raciste à la porte. Quand vous les ignorez, vous êtes complices. Faites virer votre patron, parce que c'est un raciste, lui aussi."

"Après ça, tous ces membres du Ku Klux Klan, ces nazis et ces Blancs à petite b... vont retourner au travail. Faites-les f... à la porte aussi. Appelez la police, même : ils ont l'air suspect."

"Si vous entendez n'importe quel Blanc, à votre boulot, ou n'importe où en public, dire du bien de l'action d'hier [on ignore à quoi elle fait allusion], prenez-les en photo. Notez leur nom, prenez tous les détails. Trouvez leur employeur. Faites-les licencier. Demandez-leur des comptes, et si nécessaire, n'oubliez pas que vous avez deux poings : servez-vous en."

Yusra Khogali, co-fondatrice de la section de Toronto de Black Lives Matter, au Canada : "La race blanche n'est pas humaine. En fait, ceux qui ont la peau blanche sont des sous-hommes. Les Blancs sont des défauts génétiques récessifs. C'est un fait. Les Blancs ont besoin du mécanisme de la suprématie blanche, pour survivre en tant que peuple, parce que tout ce dont ils sont capables, c'est de se reproduire eux-mêmes. Nous, les Noirs, nous pourrions purement et simplement éradiquer la race blanche, grâce à nos gènes dominants, si nous en avions le pouvoir."

Hawk Newsome, le président de Black Lives Matter pour l'agglomération de New York : "Si ce pays ne nous donne pas ce que nous voulons, nous allons réduire ce système en cendres et le remplacer. D'accord ? Peut-être que je parle au sens figuré, peut-être que je parle littéralement. Va savoir... Jésus-Christ est l'extrémiste noir révolutionnaire le plus célèbre du monde. Je veux la libération noire et la souveraineté noire, par n'importe quel moyen."

Quel scrupule, quelle finesse, quelle délicatesse et quelles nuances voulez-vous opposer à un adversaire pareil ?

"Nous doutons désormais de nos convictions les plus fondamentales", explique le Britannique d'origine russe Alexander Boot, un libéral-conservateur tout ce qu'il y a de modéré. "Nous avons remplacé la résolution sans faille par la décadence. Nous avons perdu la volonté de nous défendre."

"Comment croyez-vous que n'importe quel premier ministre de l'ère victorienne, mettons Peel, Disraeli ou Salisbury, aurait réagi à une orgie pareille d'émeutes et de pillages, accompagnés d'outrages à l'Union Jack et à d'autres symboles sacrés de la nation ?"

"Auraient-ils manqué un seul instant de voir, dans ces émeutiers, les ennemis mortels de notre civilisation ? Auraient-ils donné, à la police, l'ordre de manifester sa solidarité avec les émeutiers, et de n'utiliser la force qu'en dernier recours, et encore ? Bien sûr que non. Ils auraient agi comme s'ils étaient le bras armé de la volonté collective, et pris les décisions qui s'imposaient."

"Une telle volonté collective n'existe plus. [...] Les gouvernements contemporains recueillent les fruits du défaitisme et de la soumission cultivés pendant des décennies. [...]"

"Nous n'avons plus la force de nos convictions, parce que nous n'avons plus ni convictions, ni force. Nous avons, en revanche, une confiance absolue dans le fait que ce qui s'est passé en Russie, aux alentours de 1917, ou en Allemagne, aux environs de 1933, ou d'ailleurs à Rome, autour de l'an 410, ne peut pas nous arriver à nous."

"Bien sûr que ça peut nous arriver, Mesdames et Messieurs. Notre décadence dure depuis si longtemps, qu'elle peut parfaitement se terminer en effondrement."

Patrice Charoulet

UNE COLOSSALE DIVERSION

Pas un seul Français n'ignorera que le ministre de la Justice est désormais l'illustrissime avocat Eric Dupond-Moretti. Même celui qui ne s'intéresse qu'au foot, au PMU, et qui ne lit aucun journal.
Que des syndicats de magistrats considèrent que cette désignation est une déclaration de guerre est un peu ennuyeux, mais ils n'iront pas jusqu'à déclencher des grèves. D'ailleurs, il suffira d'attendre un peu pour que le caractère impulsif, volcanique et sanguin d'Acquittator fasse son œuvre, pour que ce ministre inattendu retourne dans les prétoires faire ce qu'il sait faire : plaider en cour d'assises. On lui trouvera , après son départ, un remplaçant sans peine.

Pourquoi diable l'a-t-on choisi ?
Essentiellement, pour provoquer 90 % des commentaires. Il s'agit d'une colossale diversion. Plus on parlera de Dupond-Moretti, moins on parlera du phénomène politique majeur, la désignation par le Président de Nicolas Revel comme dircab du nouveau Premier ministre. Ce dernier, trop content de la promotion, n'aurait pas osé refuser ce directeur de cabinet. Edouard Philippe l'avait fait en prenant un homme de confiance de ses amis pour ce poste capital.

Que signifie cette désignation de dircab ? Le phagocytage absolu de Matignon par l'Elysée. Pas la moindre décision politique par le chef du gouvernement, désormais, ne sera prise sans le feu vert du Président. Quand le Président Macron était au Secrétariat de l'Elysée, du temps de Hollande, Revel et Macron étaient dans une entente quasi idyllique. Macron peut compter sur Revel à 100 %.
Or, malgré les apparences et les proclamations, sur des points très importants, les désaccords de fond ne manquaient pas entre Edouard Philippe et le Président, ce qui chagrinait ce dernier.

Une nouvelle page est tournée : tout, je dis bien tout, sera décidé par le chef de l'Etat. Voilà l'essentiel .
Et voilà pourquoi le Président souhaite qu'on parle énormément de l'avocat Eric Dupond-Moretti.

Achille

À noter au passage qu’après le remaniement ministériel, deux ministères régaliens sont aujourd’hui occupés par des fils de femme de ménage : le ministère de l’Intérieur pour Gérald Darmanin et le ministère de la Justice par Eric Dupond-Moretti.

L’ascenseur social fonctionne à fond dans notre pays !

Achille

« Je ne suis pas naïf mais il y a des causes, des dénonciations, des analyses qui gagneraient à être moins sûres d'elles.
Pour être davantage partagées. »

Bataille purement idéologique, voire dogmatique, sur fond de racialisme. Chacun refusant les arguments de l’autre alors qu’en fait ils utilisent les mêmes : la victimisation poussée jusqu’au pathos, le rejet de la différence culturelle au nom des racines françaises millénaires pour Eric Zemmour et du droit de pratiquer les us et coutumes de ses ancêtres africains pour Assa Traoré.

Il est clair que les revendications d’Assa Traoré seraient bien plus recevables si sa famille n’était pas composée d’individus « bien connus des services de police » pour des faits de trafic de drogue, violence sur personne vulnérable et même tentative d’assassinat sur des policiers.

Eric Zemmour lui est seulement condamné pour provocation à la haine raciale.
Mais l’un comme l’autre, par leurs propos résolument discriminatoires, sont responsables de la montée des conflits communautaires dans le pays, globalisant à outrance les comportements de ceux qu’ils dénoncent, créant ainsi un climat malsain, fait de peur et de haine, au sein de la population.
Et bien sûr les médias se font l'écho de ces imprécations sentencieuses, jouant ainsi les pompiers pyromanes...

Vamonos

Il faudrait savoir choisir son camp selon Zemmour. Dans le camp de Traoré, il y a trop de violence physique et même de meurtres, voire d'assassinats.

La France devrait être unique, symbolisée par son drapeau. La neutralité devient difficile, surtout sur les réseaux sociaux, il ne reste plus qu'à quitter les comptes sous pseudos ; mais par pour hurler avec les loups.

Stef

Bonjour Monsieur Bilger,

Les Français me semblent être des personnes assez intelligentes pour pouvoir nuancer les propos d’Eric Zemmour, au regard de leur vécu personnel. Quel que soit le sujet.
Pour ma part, je ne m’arrête pas sur la forme, de grande qualité au demeurant, mais sur le fond.
Et là, force est de constater qu'EZ est dans le vrai et ses contradicteurs, les uns après les autres et quel que soit le sujet, explosent en plein vol.
Si seulement il pouvait y avoir deux ou trois autres Eric...

Jean

M. Bilger,

Votre propos a été un des arguments que Raphaël Enthoven a utilisé contre Eric Zemmour. Ce dernier a répliqué qu'on ne pouvait se poser en arbitre entre deux adversaires sans se faire le complice du plus violent. La suite a été tout le propos d'EZ autour du pacifisme puis du pétainisme de ceux, dont RE et maintenant vous, qui à contretemps et par "noblesse d'âme" gardèrent cette posture qui aboutit à la défaite puis aux horreurs qui la suivirent.

Il n'est plus temps de tergiverser avec les bons sentiments. Entre deux adversaires irréconciliables qui de toute façon se feront à terme la guerre, il faut choisir son camp. À vouloir éviter la guerre à tout prix, on œuvre à la défaite. Et la preuve la plus manifeste est que quarante ou cinquante ans de bons sentiments ont mené là où nous sommes aujourd'hui. Plus et c'est la défaite assurée et la fin de ce que nous avons connu sous le mot France. Il faut désormais des hommes vaillants, sûrs d'eux-mêmes et forts. Il n'est plus temps de verser dans les bons sentiments et de différer. Il faut être le plus fort et affirmer sa force. Si vous n'êtes que faible, vous serez soumis.

Entre ce que EZ aime et ce que Assa Traoré aime, je n'hésite pas. AT hait la France. EZ l'aime. Il faut soumettre ceux qui haïssent la France et veulent la violenter. Ceux qui tergiversent désormais sont à la fois traîtres à leur patrie et lâches. On aime son pays, pas une idée, fût-elle la plus séduisante, fût-elle universaliste. On aime son pays parce qu'on en a hérité de ses parents et qu'on en a tout reçu et qu'à la fin il faudra le rendre à nos enfants. Voilà qui oblige. Il n'est plus temps de se soustraire. Il est temps de défendre.

Merville

Le publireportage consacré par M le magazine du Monde à Assama Traoré est une honte journalistique. J’ai saisi, et je ne suis pas le seul, le Médiateur du Monde mais celui-ci est endormi depuis longtemps.
Je pense que le "journal de référence" est tombé dans un cloaque dont nul ne sait s’il pourra sortir un jour.

Henri Gibaud

Doux Jésus ! Saint-Antoine de Padoue ! Enfin vous voilà de retour et ressorti vivant des griffes de l'empoigne actuelle...
Vous avez bien raison : chut, pas un mot sur le monstre "Acquitte-à-tort", mais où va-t-on, sinon vers la société du Pest'acle prophétisée par Guy Debord ?

Marc GHINSBERG

« La seule différence entre ces formulations totalitaires - mais elle n'est pas mince - étant que Zemmour accepte de les mettre à l'épreuve de tous les débats qu'on lui propose tandis que le camp opposé est tellement persuadé de son bon droit qu'il ne fonctionne que dans un entre-soi qui grossit grâce à la lumière artistique et médiatique.» (PB)

Permettez-moi cher Philippe de relever une contradiction dans votre propos. Si Éric Zemmour accepte tous les débats qu’on lui propose, c’est précisément parce que ses adversaires acceptent eux-mêmes de débattre avec lui et qu’ils ne fonctionnent pas que dans « un entre-soi. » Raphaël Enthoven et Bernard-Henri Lévy, parmi beaucoup d’autres, en sont l’illustration.

Trekker

Hors sujet, et hors politique du moment.

Le grand compositeur de musique de film, et pas que de cela, Ennio Morricone, est décédé hier. En hommage je vous joins un extrait de la musique de « Il était une fois dans l’Ouest », bien sûr cela n’intéressera que les plus de 60 ans !…

https://www.youtube.com/watch?time_continue=51&v=rRexqa3J4CM&feature=emb_logo

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS