« LR : candidat naturel ou primaire démocratique ? | Accueil | Christophe Girard est parti : il a bien fait ! »

01 août 2020

Commentaires

Tipaza

« Quand la Chine s’éveillera le monde entier tremblera ! »
Napoléon avait raisonné en géant de l’histoire, et craignait à juste titre le géant des nations.

Le monde a changé, les lilliputiens se sont réveillés et brusquement même Gulliver a peur.
Peur de lui-même, peur d’être ce qu’il est alors qu’il devrait en être fier. Pas seulement de ce qu’il est, mais de ce qu’il a réalisé.
Jamais au cours de l’Histoire le monde n’avait évolué aussi vite pour le meilleur de tous, quoi qu’en disent les lilliputiens.
D’ailleurs ceux-ci revendiquent plus au nom du passé malheureux disent-ils, de leurs ancêtres qu’au nom du présent plutôt confortable comparativement, qu’ils vivent.
Il y a là un paradoxe indépassable que le plus sophiste des philosophes grecs n’aurait jamais imaginé.

C’est au nom des droits de l’homme que s’expriment ceux qui veulent effacer le passé qui a donné naissance à ces principes.
Toute naissance est douloureuse, mais ceux qui se servent aussi mal de ces principes ignorent tout de la naissance qui est une vie future.
Ils ne s’intéressent qu’à un passé mort et un présent qu'ils veulent assassiner.

Paradoxe pour paradoxe, je dirais que les droits de l’homme sont devenus le parfait manuel du suicide collectif de notre société.

Isabelle

G. Darmanin va-t-il réellement AGIR ? C'est la seule question à se poser.

La lâcheté de nos élites et les barbares sanguinaires qui sévissent à Bordeaux, Nantes, Dijon etc.

"Jusqu’à quand les familles s’inquiéteront-elles du sort des enfants lorsqu’ils reviennent tard le soir ?

C’est désormais cela, vivre dans une ville française. L’ancien ministre de l’Intérieur Gérard Collomb le résumait lui-même dans une sombre prophétie : "On vit côte à côte, je crains que demain on ne puisse vivre face à face." Si Bordeaux est une ville d’opéra, elle est désormais le théâtre de la violence et de l’ensauvagement de la France.

Les habitants, en spectateurs incrédules, n’ont qu’à fermer leurs volets et raser les murs pour aller faire leurs courses. Jusqu’à quand serons-nous contraints de regarder ailleurs ? Car oui, la maison brûlait et Alain Juppé a regardé ailleurs. Jusqu’à quand tirerons-nous un voile pudique sur les scènes de guerre de Dijon, de Nantes, de Bordeaux et des autres douces villes françaises ? Jusqu’à quand les familles s’inquiéteront-elles du sort des enfants lorsqu’ils reviennent tard le soir ? Si poser ces questions est prohibé par le code de bonne conduite "progressiste", y répondre est un devoir envers nos concitoyens et envers les Bordelais." Paul Melun (Marianne)

https://www.marianne.net/debattons/billets/bordeaux-dans-les-rues-de-la-ville-de-montaigne-les-coups-de-couteaux-pleuvent

Giuseppe

"La France se déteste." (PB)

L'estocade, le geste final celui de Luis Miguel Dominguin, maman avait ses références, elle aimait la plume et l'odeur de l'encre.
Elle a travaillé dès ses quatorze ans, elle a aimé les soeurs italiennes qui géraient une institution de villégiature de la haute bourgeoisie française, qui lui ont appris toute les subtilités de la vie, polyglotte elle était, cultivée, pas besoin de faire l'ENA et leur anglais approximatif ou sans d'ailleurs.

Nous sommes gouvernés par des minus au petit pied, qui n'arrivent pas à la cheville de la vie de maman.

jack

On observe une profusion de graffitis sur nos murs.
Il y est écrit qu'il n'est pas possible de porter plainte pour viol en raison de ce qui est reproché à Darmanin, patron des flics de France (pourtant présumé innocent). Sous-entendu: la police étant dirigée par un ministre supposé violeur, elle est soupçonnée d’obéissance complaisante.
Darmanin est vilipendé lors de chaque apparition publique.
Même s'il est ultérieurement démontré que Darmanin n'est pas coupable, cette affaire est vraiment embarrassante pour le pouvoir.

Si Darmanin démissionne et se met en retrait le temps de la procédure, ses détracteurs jubileraient. Ils y verraient la justification de leur incessante pression.
Mais Darmanin se maintient, il est soutenu par Macron et Castex.
Combien de temps tout cela va-t-il durer ? La réponse nous viendra des Juges. Mais quand ?
À présent, Darmanin retire sa plainte en diffamation ; est-ce le début d'un apaisement ?

Mary Preud'homme (qui vient juste de sortir de sa cuisine !)

@ Robert Marchenoir | 01 août 2020 à 09:40

Des Nègres (selon vous) au QI de bulot qui suivent vos conseils et les adaptent à leur intelligence inférieure, cela devrait au contraire réjouir le génie que vous prétendez être (aryen et rien d'autre !)
Preuve que vous ne prêchez pas dans le désert ! Contrairement à ce que pourrait faire croire le manque de réactions à vos divagations racialistes et sexistes rédhibitoires.

What I'd say ?!

Isabelle

@ Robert Marchenoir
"Rien de prévu, en revanche, pour les établissements tenus par des hommes blancs hétérosexuels. Les temps ayant changé, je suppose que cette absence d'inscription sur leur devanture numérique équivaut à l'étoile jaune de jadis."

Le racisme anti-blancs est acté. Les preuves s'accumulent jour après jour. Les nouveaux fascistes progressent avec le "progressisme". Nous voilà bien, la régression est en Marche dans tous les domaines.

"Quand L’Oréal a interdit le mot blanc tu n’as rien dit . Quand le NY Times a écrit Noir et blanc, tu n’as rien dit. Quand on signale les commerces noirs comme au temps des bons aryens, tu ne dis rien. Antiraciste gauchiste, et bon à rien, tu es le nouveau fasciste." G-W Goldnadel

https://twitter.com/GWGoldnadel/status/1289263344151441409

En Belgique, Florence Bergeaud-Blackler a osé dénoncé les dérives des Frères musulmans. Elle est mise au pilori.

"Chez nos voisins belges, le voile islamique profite aussi du soutien des écolos ou de pseudo-féministes pour se banaliser. Dans le Soir, une tribune qui s’indignait du phénomène a été censurée avant d’être remise en ligne dans une version édulcorée. Son auteur, Florence Bergeaud-Blackler, est depuis menacée."

https://www.causeur.fr/belgique-balek-gate-florence-bergeaud-blackler-florence-hainaut-179857

"In fine ceux qui s’en sortent le mieux dans ce dossier sont : les Frères musulmans qui le sont vraiment, qui s’assument comme tels, et qui font leur boulot au quotidien – c’est pour ça qu’il est préférable de s’intéresser aux indices probants comme ce signe de « R4BIA » (avec les 4 doigts), qui est le signe de ralliement aux Frères musulmans –, et les « bobo-gauchistes » dont l’étiquette est quasiment devenue un titre de noblesse aujourd’hui ; au pire des cas, ça ne vous ruine pas une réputation comme l’accusation de fasciste/raciste/islamophobe peut le faire." Causeur - Saïd Derouiche

sbriglia

Qui n’a pas entendu Dupond-Moretti sous le feu des questions de Madame de mâle herbe ne peut avoir idée de la doxa bien-pensante.

Il s’est retenu pour ne pas l’envoyer au tapis.

Je l’ai admiré...

Frédéric

Monsieur Bilger, permettez-vous que je puisse livrer sur votre blog un extrait de l’article de Mediapart concernant l’un des deux classements sans suite de la plainte contre Monsieur Darmanin, incluant les motivations du procureur Molins ?

« Interrogé sur les conditions du classement de l’enquête de la plaignante de Tourcoing, François Molins, qui a depuis été promu procureur général près la Cour de cassation, n’a pas souhaité répondre à nos questions précises, « n’étant plus en charge du dossier, classé il y a deux ans, et n’y ayant plus accès ». Il ne nous a pas non plus expliqué les raisons pour lesquelles il n’a pas jugé utile de désigner un juge d’instruction, statutairement indépendant du pouvoir exécutif, à la différence du parquet, pour faire la lumière sur cette affaire concernant un membre du gouvernement.

Le magistrat explique toutefois que, dans la situation de Gérald Darmanin, le parquet a considéré que le « trafic d’influence passif » (le fait d’abuser de son influence pour obtenir des avantages) n’était pas constitué en raison de la nature des interventions réalisées par l’élu pour que Sarah obtienne un nouveau logement. « Au vu des éléments du dossier, l’infraction de trafic d’influence n’est pas apparue constituée notamment parce que l’organe décisionnaire dans l’attribution des logements à Tourcoing était une commission dont les bailleurs sociaux font partie, mais ils ne sont pas seuls à décider », justifie François Molins.

Comme le montrent plusieurs documents versés à la procédure, auxquels Mediapart a pu avoir accès, Gérald Darmanin a sollicité par écrit les dirigeants de quatre bailleurs du Nord pour qu’ils portent une attention particulière et « bienveillante » au dossier de Sarah. À chaque fois, l’élu effectuait un retour à la jeune femme. Or, selon François Molins, « le bailleur social qui reçoit le courrier n’a pas les moyens d’attribuer tout seul le logement ». « L’autorité qui prend la décision est une commission, dont le bailleur fait partie, mais il n’est pas tout seul. Dans ces commissions, le dossier est examiné au regard de critères très précis, a priori cette personne ne rentrait pas dans les critères puisqu’elle n’a pas eu son logement », complète le magistrat. François Molins rappelle en outre que le classement sans suite n’a pas été contesté par Sarah.

Le raisonnement du parquet de Paris soulève cependant plusieurs interrogations. Sur le rôle du bailleur d’abord, qui est loin d’être négligeable dans la procédure d’attribution, puisqu’il fait le tri parmi les candidats qu’il présente ensuite en commission. De plus, comment la justice a-t-elle pu vérifier la nature de l’intervention de M. Darmanin, puisqu’elle n’a pas interrogé les bailleurs ? »

Exilé

Le concept de la culpabilité par accusation a été mis en lumière par le grand avocat et juriste américain Alan Dershowitz. Chaque jour qui passe démontre sa pertinence et les ravages que crée cette dérive dans une France qui est devenue le lieu d'un immense contentieux sauvage, spontané et arrogant. (PB)

Mais cette culpabilité par accusation n'est-elle pas aussi celle qui frappe depuis une cinquantaine d'années et bien avant l'invention des réseaux sociaux les Français et les hommes politiques qui les représentent ou qui les défendent, simplement parce qu'ils ne suivent pas le troupeau autoproclamé bien-pensant, qui se permet au nom de faux prétextes, d'amalgames déplacés et de manipulations tendancieuses de les recouvrir d'opprobre et de les ostraciser ?

Sur le même mode, deux classements sans suite et un non-lieu en faveur de Gérald Darmanin n'ont pas la moindre importance pour ses contempteurs, non seulement parce qu'il est présumé coupable sur le plan judiciaire mais parce que sa culpabilité est dans tous les cas établie, indiscutable à cause de l'accusation des féministes dont la parole est forcément crédible, voire sacrée. (PB)

De même, un polémiste célèbre qui contestait l'expression « mâle blanc » employée dans un contexte de priorité à l'embauche (expression pourtant attentatoire à la fois aux textes sur le racisme et à ceux sur le sexisme) et qui pouvait se voir lui-même appliquer cette appellation d'ailleurs ridicule a été d'office disqualifié avant même le début de son procès.
En résumé : vous êtes coupable d'être vous-même un mâle blanc donc la cause est entendue.

Cette façon d'accuser les gens non pas sur ce qu'ils ont dit ou fait mais en fonction de la catégorie selon laquelle on les étiquette arbitrairement, rejoint cette formule à caractère terroriste employée par un député de la mitterrandie à l'encontre d'un de ses éminents adversaires : « Vous avez juridiquement tort, parce que vous êtes politiquement minoritaire. » (André Laignel, 13 octobre 1981, vs Jean Foyer)

boureau

La culpabilité par accusation : le procès de tous par chacun...

Il n'y aurait pas - ou peu - de procès de tous par chacun cher P. Bilger, si la Justice elle-même et son administration accomplissaient régulièrement et correctement leur travail.

Ce qui est loin d'être le cas.

Vous inversez les charges au détriment du Français lambda alors que la paresse, le contentement, les faiblesses, les retards, les compromissions, les règlements de comptes du système sont coupables avant tout.

Commençons par nettoyer les écuries d'Augias, nous examinerons ensuite le comportement du Français lambda.

Pas de corporatisme bienveillant cher P. Bilger. Commencez donc, dans cette administration régalienne à bout de souffle, que vous avez fréquentée, par balayer devant votre porte.

Cordialement.

jacques peres

Engendrer la culpabilité c'est dans la nature même du pouvoir ou plutôt de tout discours de pouvoir. La "libido dominandi" parle à n'en plus finir et soumet.
Et ceux qui "luttent pour la libération, la justice et la vertu", arrogants et si sûrs d'eux-mêmes ce qui est la même chose, sont particulièrement bavards.

genau

A la primo accédante aux réponses à ce billet si bien ciselé de notre hôte.
Agir ? Comment ? Vous êtes coupable dès que vous levez le petit doigt, les flics aiguillonnés, les jugesses tétanisées comme vous dites, la presse, hurlant même dans les toilettes, les tricoteuses qui regardent les têtes tomber dans leur panier ; on condamne dans la foulée de la vindicte, ou alors, on barguigne, et le mal est fait.

Non, non, croyez-en un ancien militant royaliste, ne faisons rien ; laissons ce climat de sangliers châtrés ravager les récoltes de l'histoire, enregistrons soigneusement les atermoiements face à la pègre africaine ou autre, propulsée sans précautions comme paramètre de la pensée politique, de la nécessité sociale.
Rappelons-nous M. Barrès au moins pour cette phrase que M. Macron peut comprendre: "Les légions romaines, l'arme au pied, ont regardé les barbares détruire le Sérapis" (Sous l'oeil des Barbares), lui qui les a associés à la définition même de la fête en France ; avec sa madame en prime.

Plus prosaïquement, mais quand même, les dernières scènes de Zardoz où les Immortels marchent joyeusement au massacre, enfin délivrés de leur ennuyeuse éternité esthétique pendant qu'un homme et une femme font un enfant, qu'ils élèvent, et qui les abandonne tandis qu'eux-mêmes retournent à la poussière.

Michel Deluré

La complaisance et la rapidité déconcertantes avec lesquelles les réseaux sociaux et les médias se font les relais amplificateurs d'accusations parfois sans fondements, et cela le plus souvent en toute impunité, et l'incroyable crédulité de ceux qui sont à l'écoute de ces informations sont consternants et dramatiques.

Où va notre société si celui ou celle qui clame le plus fort ses accusations, sans les appuyer souvent sur une argumentation solide, impose SA vérité même s'il sait parfois qu'elle n'est pas LA vérité ?

Gide avait finalement bien raison qui affirmait : « Croyez ceux qui cherchent la vérité, doutez de ceux qui la trouvent ».

Xavier NEBOUT

Tiens donc, voilà qu'on débarque !
La culpabilité par accusation ne date pas d'aujourd'hui. Sans en revenir aux Cathares et aux Templiers, nous avons eu Louis XVI et Marie-Antoinette, et surtout le plus brillant exemple du temps, auquel nous devons les dérives actuelles: Philippe Pétain et tout ce qu'on peut accuser de "Collaboration".

Dès lors que l'on admet qu'il suffit de défendre la vérité contre la doxa populaire animée par la pègre intello-mafieuse au pouvoir pour être coupable du pire, il n'y aucune raison pour que le principe ne se propage pas à toute accusation qui flatte le peuple dans son inavouable bassesse, son inavouable besoin sacrificiel.
Ah, comme on se sentirait bien, si on avait poussé Darmanin au suicide...
Oh p..aing ! comme on dit au sud, vous allez voir que Girard va refaire surface...

Robert Marchenoir

Aux États-Unis, Google va identifier les commerces juifs, sur son moteur de recherche, par l'inscription "Jude".

Ah non, pardon, j'ai mélangé mes fiches. Il s'agit des commerces tenus par des Noirs, et le symbole sera un cœur. L'inscription sera volontaire. C'est une marque de distinction, plutôt que d'infamie.

De même que les commerçants pouvaient déjà signaler qu'ils étaient tenus par des femmes, bien disposés envers les homosexuels, ou sûrs pour les transsexuels (notez que les deux derniers labels sont distincts : apparemment, ce n'est pas la franche camaraderie entre catégories protégées).

Rien de prévu, en revanche, pour les établissements tenus par des hommes blancs hétérosexuels. Les temps ayant changé, je suppose que cette absence d'inscription sur leur devanture numérique équivaut à l'étoile jaune de jadis.

Je vous laisse découvrir l'amusante injonction, adressée aux Blancs, en couverture de l'un des ouvrages vendus par les gentilles libraires noires (et possiblement lesbiennes, on ne sait pas) utilisées par Google pour faire la publicité de sa nouvelle initiative raciste.

Jetez aussi un coup d'œil sur le compte Twitter de Scott Adams, le créateur de la bande dessinée Dilbert, célèbre chronique de la vie de bureau aux États-Unis. Après avoir déclaré que c'était la troisième fois qu'il perdait un emploi ou un contrat parce qu'il était blanc et de sexe masculin, il a lancé un appel à témoignages. Voyez la longue liste de ses lecteurs qui ont dit avoir vécu un épisode similaire.

Dans la majorité des cas, l'employeur leur a déclaré ouvertement que la promotion ou l'emploi qu'ils sollicitaient leur était refusé, pour l'unique raison qu'ils étaient des hommes, et qu'ils étaient blancs : les représentants des "minorités" étant prioritaires.

Plusieurs ont dû demander à leur épouse de leur servir de prête-nom pour pouvoir travailler : celle-ci appartenant à une minorité raciale, elle avait l'Ausweis nécessaire. Elle créait une entreprise, proposait ses services à l'employeur, puis sous-traitait à son mari.

Les témoignages les plus anciens remontent aux années 1970.

Denis Monod-Broca

Le poison de l'accusation est bien là, même sur le blog de Philippe Bilger. À l’heure où j’écris, ce billet n’a donné lieu qu’à deux commentaires et chacun des deux commence par une accusation :
@ Claude Luçon : « Si les médias prenaient enfin conscience qu'ils sont les porteurs [...] »
@ Ellen : « Il ne faut pas oublier de préciser que chez ces féministes, on pourrait déduire 70 % de têtes d'âne, manipulées et conditionnées par [...] »
Et moi-même j’accuse ici à mon tour ces deux commentateurs qui accusent...

Nous vivons, selon la terminologie de René Girard, une « crise sacrificielle », une crise au cours de laquelle la violence se répand comme un mal contagieux, affectant petit à petit la société tout entière, au cours de laquelle toute différenciation disparaît, chacun étant identiquement à la fois cible de la violence et propagateur de la violence, dans un tourbillon qui rend fou... L’issue était, naguère, la polarisation unanime de toute cette violence intestine contre un coupable unique dont l’élimination ramenait la paix. N’est-ce pas en effet cela que chaque accusateur cherche : le « bon » coupable, la « bonne » victime ?

Cette issue par le sacrifice en est-elle encore une ? Pas sûr, dans une société s’étant donné des lois et une justice...

Si nous ne voulons pas nous autodétruire, si nous ne voulons pas tous disparaître dans cette tempête d’accusations et de violences réciproques, il n’y a qu’un chemin : la foi dans nos lois et dans notre justice.

Aucune mystique dans ces quelques mots, aucun bisounoursisme, seulement des données anthropologiques connues. Ayons le courage de voir les choses telles qu’elles sont, de nous voir tels que nous sommes.

Isabelle

Canicule, on étouffe !

"Le sens propre et le sens figuré des mots, vous pouvez oublier. La haine antiflic et l’idéologie victimaire recouvrent d’un voile d’indifférenciation la distinction entre s’étouffer parce que l’on manque d’air et s’étouffer de colère. Seules les victimes auront-elles le droit d’employer le verbe « s’étouffer » demain ? Thomas Hobbes appelait à ne pas se laisser empêtrer dans les mots comme l’oiseau dans la glu. Prenons garde à conserver le goût du sens des mots et cessons d’étouffer le réel.
Depuis que Gérald Darmanin a expliqué mercredi qu’il s’étouffe lorsqu’il entend le terme de violences policières employé à tout bout de champ, ce verbe est devenu fort suspect."

https://www.causeur.fr/canicule-on-etouffe-179840

G. Darmanin, attaqué (si j'ai bien tout compris à cette histoire dont on se fiche éperdument) à cause d'une ex-call-girl qui joue les vierges effarouchées plusieurs années après les faits et donc avec retard à l'allumage, est également critiqué parce qu'il a utilisé le mot "j'étouffe".

Où sommes-nous ?
G. Darmanin : on devrait lui fiche la paix pour qu'il puisse travailler efficacement sur le sujet de l'invasion migratoire. Il est allé en Italie pour essayer de mettre en place une coopération européenne sur ce problème extrêmement grave que personne n'a encore abordé sérieusement.

Les forces de police, des douanes et de gendarmerie semblent être dépassées par les événements. Il faudrait sans doute augmenter les effectifs de manière drastique. Faire en sorte que la justice ne soit plus laxiste et soit également plus rapide et efficace. Demander l'appui de nos Armées (en particulier de la Marine comme ils l'ont fait en Australie) pour repousser ces flux de migrants qui arrivent de partout (Libye, Tunisie, Syrie etc.). Couper les vivres à tous ces associations et ces ONG immigrationnistes. Trop c'est trop !

M. Salvini va être accusé d'avoir refusé cette invasion migratoire... Alors qu'il tire simplement la sonnette d'alarme. Les Grecs ont été obligés de se défendre seuls contre l'arrivée massive de migrants à leurs frontières. Contraindre Erdogan à laisser les Syriens qui veulent repartir en Syrie de pouvoir le faire. C'est ahurissant, Erdogan bloque ces Syriens pour nous faire du chantage.

Il y a du boulot, pas le temps de s'enquiquiner avec des soi-disant féministes complètement dézinguées ou des abrutis qui veulent rayer des mots du dictionnaire.

Les Français étouffent de rage, pas seulement de devoir mettre un masque en période de canicule.

Patrice Charoulet

Très juste !

Mulet

"À tel point d'ailleurs que la multiplication compulsive des actes d'instruction est moins le signe d'une recherche de la vérité judiciaire que la conséquence de l'intimidation des juges tétanisés, à cause des pressions extérieures, à l'idée de clôturer." (PB)

Juges tétanisés ?? Encore une fois cela indique une institution judiciaire influençable.

"...indiscutable à cause de l'accusation des féministes dont la parole est forcément crédible, voire sacrée."

Féministes dévoyés en associations qui perçoivent même des subventions de l'Etat ??

Ils auraient tort de s'arrêter puisque ça marche...

Achille

« Cette culpabilité par accusation surgit en permanence dans les joutes ordinaires, les incriminations ordinaires. Il n'est plus besoin d'articuler une preuve, la moindre démonstration de ce qu'on avance, puisqu'accuser, dans l'autarcie vindicative du moi, est à la fois le début et l'aboutissement du procès. »

Les temps ont bien changé. Il fut un temps où les mouvements populaires étaient gérés, canalisés par les partis politiques et les syndicats.
Les partis de droite défendant la situation privilégiée des riches, le capital, la propriété, le mérite individuel, la libre entreprise.
Les partis de gauche protégeant la justice sociale, l’égalité des chances, les droits des minorités.
Les syndicats garantissaient les avantages acquis des travailleurs, l’amélioration des conditions de travail, sans oublier, bien sûr, les incontournables augmentations de salaire.
Les manifs se passaient généralement bien, les organisateurs respectaient l’itinéraire donné par la préfecture, les "gros bras" de la CGT assuraient l’ordre, remettant dans le rang les éléments un peu trop exaltés, les manifestants défilaient joyeusement avec leurs banderoles, leurs pancartes, en chantant et lançant leurs slogans à l’humour incertain. Tout cela était bon enfant et se terminait à la principale brasserie de la ville derrière une choucroute et quelques pintes de bière, pour celles de l’Est.

Maintenant c’est fini ! Désormais le peuple est manipulé par des mouvements sectaires, principalement de gauche, mais l’extrême droite n’est pas en reste non plus.
Les Gilets jaunes qui pendant quelques semaines ont fait illusion sur les ronds-points ont été très vite récupérés par l’ultra-gauche qui depuis toujours recherche la guerre civile pour imposer sa dictature du prolétariat.
Les féministes ont été là aussi phagocytées par les activistes lesbiennes qui vouent une haine viscérale aux hommes et désormais veulent faire leurs enfants toutes seules avec la PMA.
Les écolos veulent la décroissance économique, le retour aux activités artisanales comme au temps d’avant l’ère industrielle au nom de la protection de la planète, alors qu’en fait c’est le progrès qui permettra de développer et généraliser les énergies propres.
Les racialistes nous expliquent qu’ils sont l’objet de ségrégation, de vexations continuelles et finalement adoptent des comportements ségrégationnistes pires que ceux dont ils se considèrent les victimes.

Les réseaux sociaux, les chaînes d’info continue, certains journaux et stations radio entretiennent ces revendications corporatistes, racialistes, communautaristes vu que tout événement qui fait le buzz est tout bénéf pour eux.

Et bien sûr dans cette ambiance de fin de banquet trop arrosé, tout le monde accuse n’importe qui, sans trop se soucier s’il s’agit de fake news, de manipulations par des officines séditieuses et surtout se moquent éperdument de l’effet destructeur sur les personnes visées par leurs délires hystériques.

Bonjour l'ambiance !

Stef

Si j’ai bonne mémoire, ce genre de comportement a véritablement commencé avec Laurent Fabius et l’affaire de Carpentras où « il n’y avait pas besoin d’enquête, le coupable étant connu » (le FN).
Il n’y aurait, à mon avis, qu’un seul moyen de faire cesser cela, et se serait qu’un journal se spécialise dans des enquêtes d’investigation sur les mœurs et le train de vie des journalistes parisiens, de qui proviennent les comportements que vous dénoncez justement.
Je pense qu’en quelques mois, l’affaire serait entendue...

Claude Luçon

"Cette culpabilité par accusation, qui se multiplie..."

Si les médias prenaient enfin conscience qu'ils sont les porteurs, les clusters de ce virus accusateur, ce qui est ensuite repris par et infecte les réseaux sociaux puis tourne à la pandémie hystérique, il deviendrait peut-être possible de contrôler cette culpabilité par accusation.
Le VirusScoop est plus dangereux que le Covid-19 car personne ne cherche un remède, une vaccination anti-scoop !

Ellen

Il ne faut pas oublier de préciser que chez ces féministes, on pourrait déduire 70 % de têtes d'âne, manipulées et conditionnées par la gauche et l'extrême gauche qui cherchent l'affrontement et la bagarre. Ils veulent faire plier la justice et la police, tout comme cette racaille veut faire plier la République.

Ne rien céder ni devant les idiots utiles ni devant la racaille, seule façon de remettre la France à flot !

Assez de philosopher, assez de palabrer, assez de s'agenouiller, il faut agir, c'est tout !

Ces féministes incontrôlables, ce clan Traoré, poussent l'autorité de l'Etat à l'extrême pour mesurer le rapport de force. À nous de les pousser fermement dans leurs retranchements.

Merci Monsieur Bilger. Heureusement que ce blog existe, et j'espère qu'il durera le plus longtemps possible pour continuer à nous exprimer librement sur ce que nous ressentons et voyons au quotidien.

C'est un désastre, un effondrement pour la France.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS