« Magistrature : l'unité ne fait pas la force... | Accueil | La passion des génies, génie de la passion ? »

07 août 2020

Commentaires

Pibeste

Bonjour M. Bilger,

Quelle surprise ! Mais qu'est-ce qui peut pousser un homme tel que vous à se pencher sur un homme tel que moi ?
Je suppose que la demande est automatique, que vous n'avez pas de temps à perdre dans les facéties et vous seriez bien le premier à vouloir vous joindre à moi sur LinkedIn. Réseau auquel je n'ai adhéré un jour que pour pouvoir éventuellement renouer avec quelque éminent de mon passé. Ce que je ne fis jamais et j'omis de me désinscrire.

Donc, qu'est-ce qui pousserait un homme aussi haut placé dans la hiérarchie des hommes à se tourner vers un si modeste interlocuteur ?...

La vitalité, je dirai pour commencer !
Car, vous comme moi sommes parvenus à l'âge où la vie nous rend en fonction de la manière dont nous l'avons choyée.

Alors quelle sera notre longévité ?
Sera-ce la petite, la moyenne ou la grande longévité, sachant que la grande ne nous est plus accessible depuis deux ou trois millénaires ?

La vie n'est-elle pas à l'image des quatre saisons de l'année, avec l'exubérance printanière de sa croissance, la puissance estivale de son développement, la magnificence automnale de sa plénitude et l'exactitude hivernale de son perfectionnement ?

À quoi servirait-il de surestimer les premiers stades si c'est pour s'oblitérer les derniers.
C'est pourtant le lot de tout un chacun dont seule la sagesse justifiera les actes.
Cette sagesse qui dès l'enfance marginalise ceux qu'elle adoube en leur faisant voir les choses différemment.

Donc vitalité et sagesse... Pour commencer !

Pensez-vous être celui-là ?
Mais d'où vient la sagesse ?
Car gouverner les autres c'est d'abord se rectifier soi-même, et pour qui ne pratique pas ce précepte, le Ciel ne s'ouvre pas...

Bien à vous cher Philippe...

PS: Quant au sens de l'humain dont vous faites preuve dans votre billet à l'égard de cette femme qui en tuant son mari se voue à la solitude et au chagrin je vous propose cette petite fable.

Un grand Sage chinois venait de perdre sa femme et un de ses grands amis s'en alla chez lui pour le réconforter et le trouva assis par terre, les jambes écartées à battre la mesure sur une écuelle en chantant.
Que vous ne pleuriez pas la mort de celle qui fut la compagne de votre vie et qui éleva vos enfants, c'est déjà assez, mais que vous chantiez en battant l'écuelle, c'est trop fort.
- Du tout, lui répondit le grand Sage. Au moment de sa mort, je fus naturellement affecté mais réfléchissant sur le commencement, je découvris qu'à l'origine elle n'avait pas de vie ; non seulement elle n'avait pas de vie, mais pas de forme ; non seulement pas de forme, mais même pas de souffle.
Quelque chose d'insaisissable se transforme en souffle, le souffle en forme, la forme en vie et maintenant voilà que la vie se transforme en mort.
Si je sanglotais en me lamentant cela signifierait que je ne comprends rien au Destin. C'est pourquoi je lui rends hommage en me réjouissant.

sbriglia

"On a toujours à défendre les forts contre les faibles". (Nietzsche)
(Patrice Charoulet)

"La tyrannie du faible sur le fort, la seule qui dure" 
Autre varia...

Si vrai !

PS: superbe commentaire de Robert Marchenoir qui remet l’église au centre du village.

F68.10

@ breizmabro
"Yeess mais difficile de savoir si F68.10 est humain, d'autant qu'il me dit le 8/08 être un chien (voir son lien) mais peut-être n'est-ce qu'après minuit seulement :D"

Il n'est nul besoin d'être un scientifique pour argumenter de différentes choses sur des bases rationnelles. Ce qui inclut de s'appuyer sur la littérature scientifique.

Quand Aliocha nous fait part de ses pulsions créationnistes, je n'ai pas besoin d'être un spécialiste de la biologie moléculaire pour lui apporter une contradiction bien méritée. Il suffit de savoir se renseigner un minimum.

Idem pour les platistes. Idem pour les thuriféraires de Raoult le Druide.

Ce n'est pas bien compliqué, et c'est à cela qu'est censée servir l'école. Pas le doctorat, hein... l'école.

breizmabro

@ Savonarole 08 août 11:03

Bien d'accord avec vous.

D'un autre côté je me demande si la virée de Manu au Liban n'était pas tout simplement un prétexte pour demander à Carlos (Ghosn) de ne pas réclamer le paiement de sa retraite, après lui avoir fait lire le bilan financier de l'Etat français, et plus particulièrement les commentaires du contrôleur de gestion* :D

*Dans la start up de Manu cela se nomme la Cour des comptes (dont Manu se fiche comme de son premier concours à Normale Sup).

F68.10

@ breizmabro
"Visiblement pour vous il n'y en a pas, et c'est votre droit comme dirait Dupond, quant à moi je trouve pitoyable de faire voter une loi en catimini par une Assemblée nationale réduite à peau de chagrin, défendue par un ministre de la Justice qui ne savait pas sur quels textes il allait voter."

Au-delà du plaisir que vous prenez à vilipender Dupond-Moretti pour des raisons que je trouve complètement pédantes -- Sire Dupond-Moretti a parfaitement le droit de s'emmêler les pinceaux, de regarder ses feuilles avec circonspection, pour, finalement, avec un peu d'huile de coude, s'y retrouver ; je n'attends en effet pas d'hommes politiques d'immaculées prestations théâtrales, mais bel et bien qu'ils bossent correctement, et cette vidéo atteste que Dupond-Moretti fait des efforts pour ne pas se tromper -- c'est bien une tradition en France de faire voter les lois en catimini, c'est bien une tradition que l'Assemblée nationale soit régulièrement réduite à "peau de chagrin". Bref, vous râlez sur des traditions franco-françaises bien franco-françaises.

Votre attaque est donc de bien peu de portée.

Je pense toujours que le concept de la votation ou du "référendum d'initiative citoyenne ou populaire" insufflerait une nouvelle pratique de la politique sur nombre de questions, dont celles de la bioéthique.

"Et pour défendre cette loi qu'il allait voter les yeux fermés, notre dieu des stades, pardon des prétoires, n'a pas hésité à convoquer Pagnol en ânonnant un extrait de "La gloire de mon père". Affligeant."

Le goût de prétention et de la boursouflure littéraire est assez bien partagé par nos politiques. Rien de particulièrement affligeant.

"Sachez F68.10, que je suis réfractaire aux injonctions y compris venant d'un surdiplômé autoproclamé :D"

Eh bien si vous ne voulez pas préciser les objections que vous avez à la loi de bioéthique, je ne vois pas en quoi je serais tenu de les deviner ou de les lire dans votre esprit. Je ne suis pas Uri Geller, et je n'ai aucune obligation de débattre de ces sujets sur lesquels vous souhaitez visiblement m'attirer sans daigner exposer vos critiques, alors qu'ils n'ont aucun rapport avec la choucroute de notre précédente discussion.

Et c'est assez ridicule, cette obsession que vous -- et non pas moi -- avez sur les diplômes. Qui les amènent incessamment sur le sujet pour valider ou infirmer une critique ? C'est vous. Un coup, on n'en a pas assez. Un coup, on en a trop par principe. Et de toutes manières, j'ai déjà affirmé noir sur blanc que la nature des arguments que l'on oppose à son interlocuteur pèse beaucoup plus que les diplômes qu'on agite devant son nez. Vous êtes donc assez ridicule, à vous comportez comme une vulgaire harpie qui traite ses copines de putes quand elles se maquillent et de thon quand elles ne se maquillent pas.

breizmabro

@ Claude Luçon 08 août à 11:39
"On voit mal un scientifique se proclamer auto ! Baudet à la rigueur"

Drôôle...

"il suffit de vérifier avec cette organisation qui est auto et qui est humain !"

Yeess mais difficile de savoir si F68.10 est humain, d'autant qu'il me dit le 8/08 être un chien (voir son lien) mais peut-être n'est-ce qu'après minuit seulement :D

"Pourquoi êtes-vous si partiale avec les homards bleus ?"

Parce qu'il vient spontanément visiter mes casiers à Ouessant...

"Lu sur Match..."

OK mais des fois faut freiner sur le chouchen ça rend daltonien :D

Adéo Claude Luçon

Christine L.

@ Robert Marchenoir | 08 août 2020 à 08:07

Magnifique commentaire, Monsieur Marchenoir. Et quelle plume, je suis franchement jalouse.

Il faut de temps en temps remettre les pendules à l'heure et vous avez du savoir-faire.

C'est surprenant de voir à quel point les Français, même lettrés, sont ignorants de la manière dont Monsieur Macron est perçu à l'étranger. Et surtout, de comment ils sont eux-mêmes perçus.

Cordialement.

boureau

Le Liban et accessoirement... E. Macron

Il y a bien longtemps que le Liban n'est plus un pays démocratique et ne forme plus un peuple.

Les grandes familles financières (60/70 000) n'habitent plus le Liban depuis les années cinquante mais dans leurs immenses demeures de Londres, de Milan, de New York ou de Paris. Leur chefs de famille reviennent régulièrement dans leurs anciennes demeures pour remettre les pendules (financières) à jour.

La bourgeoisie commerçante et libérale a quitté le Liban dans les années soixante-dix. Emportant toutes leurs richesses pour s'établir en Afrique subsaharienne, dans les Dom-Tom, en France métropolitaine et en Italie.

La bourgeoisie médicale (importante et professionnelle) a essaimé dans toute l'Europe où les besoins sont importants.

Restent le "petit peuple" et les innombrables factions. Il n'y a plus de peuple libanais; seulement un petit noyau absorbé dans un maelstrom de réfugiés de tout le Moyen-Orient et dominé par les islamistes.

Plus d'Etat, plus de services publics, plus de police, mais des factions, des bandes armées, des noyaux islamistes.

Le Liban est un des foyers futurs d'embrasement au MO. Tous les paramètres sont là pour un dépècement entre voisins, à commencer par Israël (très demandeur).

La France, contrairement à la propagande largement développée par la Macronie, est oubliée depuis longtemps et l'ambassade de France, à part sa politique culturelle dispendieuse, ne sert qu'à des rencontres financières.

Les vrais faiseurs de rois sont ailleurs : l'Arabie saoudite, le Qatar, les Emirats, l'Iran, l'URSS. Tous ont intérêt financier à faire perdurer cette poudrière en puissance jusqu'à la dernière minute.

E. Macron a joué, par son voyage, la carte française de com. Ce ne sont pas les quelques centaines de Libanais (?) rassemblés autour de cet homme en chemise blanche qui pourraient donner à croire que nous déchaînons là-bas l'enthousiasme. Les choses sont hélas beaucoup moins simples. Mais coup de pub pour Macron pour un voyage qui ne s'imposait pas. La complexité de la situation là-bas vaut mieux, pour ces habitants d'un ancien Éden, que cette parade à la BHL.

Parade dont les déclarations d'intention ont été démenties dès le départ de l'avion de retour présidentiel par les partis en place.

Mais le Liban vaut bien quelques voix et les élections approchent.

Cordialement.

Racine15

@ Robert Marchenoir | 08 août 2020 à 08:07
"...il est une règle qui va de soi : on lave son linge sale en famille"
..."Right or wrong, my country".

Il y avait un Président qui ne faisait pas honte aux Français résidant à l'étranger, de ce qu'on pouvait en lire dans la presse locale, ce fut Nicolas S. Ce fut le contraire en France, à en lire la presse française qui est aussi lue à l'étranger. Cela ne s'appelle pas laver son linge sale en famille. Alors permettez à Tipaza de faire ce jour l'inverse et de ne pas apprécier le grand parleur, petit faiseur.

Du temps de J. Chirac, on m'affirmait à l'autre bout du monde qu'il irait en prison à la sortie de sa Présidence. Les Français n'étaient pas dérangés que leur Président et la France soient salis pendant des années dans le monde entier pour une affaire qui a fait "pschitttt", pour un procès qui n'a pas eu lieu. Minable Delanoé, prêt à tout pour faire passer la gauche.

Chemin de traverse

@ Exilé

Mais parce que B. Griveaux a accepté le pire pour l'éloignement de la mairie de Paris et y placer la femme A. Buzyn pour concourir avec les deux autres femmes car lui n'avait vraiment aucune chance...

-------------------------------------------------

@ Achille
"la popularité que rencontre le président au Liban"...

Ah bon !
Il y a longtemps que j'ai cru comprendre que lorsque le président dit que la France ne laissera "jamais" tomber le Liban, il fallait comprendre : cause toujours et demain sera un autre jour... mais je peux me tromper.
Pourquoi Achille, défendant E. Macron, éprouvez-vous le besoin d'anéantir les autres régulièrement ?

Patrice Charoulet

VARIA

Le monde apparent est le seul. (Nietzsche)

On a toujours à défendre les forts contre les faibles. (Nietzsche)

Tandis que l'homme noble est plein de confiance et de franchise envers lui-même, l'homme du ressentiment n'est ni franc, ni naïf, ni honnête et sincère envers lui-même. Son âme louche. (id.)

C'est par la ruse, par des stratégies obliques, que l'homme du ressentiment jette l'opprobre sur quiconque lui est supérieur. (Clément Rosset, 2017)

Même les nazis n'ont pas réussi à délirer autant à propos de Nietzsche que Heidegger. Lisez ses cours sur Nietzsche en deux volumes, tout y est faux de bout en bout. (id.)

Nietzsche est le plus anti-heideggerien qui soit : pour lui, l'éphémère est plus important que l'éternel, le devenir a plus de valeur que l'Être, la surface est la véritable profondeur. (id.)

Alain enseigna à Avranches, Pontivy, Lorient, Rouen, puis au lycée Henri-IV à Paris. Il est à noter qu'il demanda ses trois derniers lycées, en apprenant à chaque fois que Brunschvicg le quittait.

Alain n'a jamais écrit de thèse de doctorat. Il a failli en écrire une, qui aurait eu pour titre «  Le Clou et la Vis ».

Trump est un troll. (X)

(Sur la Toile), sous pseudo, la « black tétrade » : narcissisme, machiavélisme, psychopathie, sadisme. (X)

Claude Luçon

@ breizmabro | 07 août 2020 à 16:05
"Vous n'avez pas compris ce que veut dire autoproclamé ?"

On voit mal un scientifique se proclamer auto ! Baudet à la rigueur :(

Ceci dit il existe en France l'IESF (pour Ingénieurs et Scientifiques de France) dont sont membres 1 million d'ingénieurs et 200 000 scientifiques, il suffit de vérifier avec cette organisation qui est auto et qui est humain !

"Vous avez dû confondre, je ne nage pas avec des piranhas"

Égoïste !
Eux aussi ont droit à leur "piece of flesh" ! :)

Pourquoi êtes-vous si partiale avec les homards bleus ?
Celui-là vous ne l'aurez pas dans votre assiette !

Lu sur Match :
Dans les eaux des Côtes-d’Armor, un pêcheur a remonté un rare spécimen de homard. Grâce à sa couleur unique, il a évité les fourneaux mais va être placé en aquarium.
C’est un rare spécimen qu’a sorti des eaux Mickaël Gault, un pêcheur de Saint-Quay-Portrieux, une commune située dans les Côtes-d’Armor (Bretagne). La semaine dernière, ce quadragénaire a remonté dans son casier un homard de couleur bleu électrique. C’est «la prise de l’année», écrit «Ouest France», qui relate la nouvelle. Selon les propos du marin, «un autre pêcheur en avait vu au large de Saint-Quay-Portrieux, il y a deux-trois ans !»

À mon avis ce homard a dû naître près de la centrale nucléaire de Flamanville : un homard mutant électrifié ! Il faut se méfier des Normands !
Attention à ce que vous mangez, les rayons gamma n'ont ni goût, ni odeur !

Giuseppe

C'est pour cela qu'on les aime, pour leurs convictions, leur fidélité et l'abnégation pour un peuple, des citoyens qui croient en eux, le pacte de confiance, non ? Comme ils disent et nous amusent:

https://i.goopics.net/pqYJR.png

Profitons du beau temps, fuir ces manches à air :

https://youtu.be/qMkFM6xIPQ4

Savonarole

Parlez-vous le libanais ?
Michel Aoun ne veut pas d’enquête internationale, et suggère qu’un missile serait à l’origine du drame.
En français ça veut dire, circulez il n’y a rien à voir, laissez-nous continuer notre petit business mafieux. Nous sommes blancs comme neige dans cette affaire.

Il y a quelques années, j’étais à la terrasse du Café de la Paix place de l’Opéra à Paris, deux énormes Libanaises couvertes de fourrures et bagousées d’or à chaque merguez, se lamentaient de la foule lors des soldes chez Hermès, “Whallah, je te jure, it was impossible !”... Quand dans la même phrase on cause trois langues, on perçoit le drame de ce peuple génétiquement cosmopolite, alors que c’est un qualificatif dont on accable les juifs.
Macron a eu raison de claquer le beignet à cette classe dirigeante.

Jachri

Quel curieux parallèle, ce vieux couple et les politiques !
Si les politiques ne peuvent pas être reclassés quand ils ne sont plus élus, les candidatures ne seront pas nombreuses. Déjà que...

Achille

@ Aliocha | 08 août 2020 à 08:42

Aussi étrange que cela puisse paraître, je suis d’accord avec Robert Marchenoir, même si ça me coûte de le dire. Preuve, malgré tout, que je suis capable d'une certaine ouverture d'esprit dont j'apprécierais la réciprocité !

D’ailleurs nombre de personnalités politiques du PS et de LR soutiennent Emmanuel Macron dans sa démarche au Liban qui est un pays dont la majorité de la population est (ou était) chrétienne et qui a toujours entretenu d’excellentes relations avec la France.

En fait en France, il n’y a guère que J-L Mélenchon et sa clique de bras cassés ainsi que le RN et ses séides qui critiquent systématiquement les décisions d’Emmanuel Macron.

Les premiers parce qu’ils soutiennent ouvertement le Hezbollah, les seconds parce que la popularité que rencontre notre président au Liban risque de mettre en péril les chances du candidat du RN lors de la prochaine élection présidentielle. C’est aussi pitoyable que ça.

Solon

On va donner des leçons aux Libanais sur les pratiques des copains et des coquins... Je me suis toujours demandé à quoi servaient les fonctionnaires des administrations régulières pour que, dès qu'une question délicate surgit, on éprouve le besoin de nommer un comité, une commission, une mission extraordinaire ou toute autre ambassade chez les pingouins. Au début du 18e siècle, on appelait ces pratiques la "polysynodie."

Xavier NEBOUT

@ Robert Marchenoir

Il est un peu tôt pour se féliciter de l'incursion de Macron au Liban.

Si c'est en effet un beau coup médiatique, le problème est de savoir s'il sait faire autre chose, en France comme ailleurs, que des coups médiatiques.

Le Liban est en effet pratiquement sous l'autorité du Hezbollah et ne tient que par l'équilibre des communautés.
Nous ne savons pas si la corruption est personnelle ou redistribuée.

Comme presque partout où la France a colonisé, elle a laissé une pagaille inextricable à son départ en ayant créé des Etats et des frontières qui ne correspondent pas aux ethnies.

Il faudrait que l'ONU y envoie des centaines de milliers d'hommes pour tenter d'y assurer la paix, ce qui n'est même pas pensable.

Alors il fait quoi d'autre, notre petit Macron, que remuer le binz, maintenant ? Il va en discuter en Iran ? C'est pourtant bien là qu'il faudrait aller ...
L'Iran, la Russie, les pays avec lesquels nous devrions être alliés et auxquels nous avons tourné le dos grâce aux imbéciles type Macron.

En attendant, notre balance commerciale se creuse encore comme jamais. Pas grave. Ce sont nos descendants qui paieront.
Vivre Macron !

Michel Deluré

Les deux faits que, dans un grand écart, vous évoquez PB, révoltent.
Un tel constat n'est malheureusement pas spécifique à notre seule société française, à notre seul régime politique, à notre seule époque.
Je crains qu'il ne soit inhérent à l'espèce humaine.

Alors, sommes-nous condamnés à faire toujours le constat de ces déceptions, de ces manquements, de cette amoralité, à n'être que l'Alceste de Molière qui « hait tous les hommes » ou son Philinte qui s'accommode de leurs défauts ?

Ou alors faut-il se ranger du côté de Célimène qui estime que la rigueur d'Alceste n'est que dépit et l'accommodement de Philinte qu'hypocrisie, lâcheté ?

La leçon de Célimène n'est-elle pas de démontrer qu'en fait toutes ces morales qui prétendent soit condamner, soit s'accommoder, sont pareillement mensongères et inopérantes et qu'une évolution de la société dans le sens du mieux, du bien, dépend avant tout de la capacité des hommes à mettre plus de vigueur dans le refus de ce qui se fait de mal et moins de complaisance dans son acceptation.

breizmabro

@ F68.10 07 août 15:30
"Et ? Quel est le problème ?"

Visiblement pour vous il n'y en a pas, et c'est votre droit comme dirait Dupond, quant à moi je trouve pitoyable de faire voter une loi en catimini par une Assemblée nationale réduite à peau de chagrin, défendue par un ministre de la Justice qui ne savait pas sur quels textes il allait voter.

Et pour défendre cette loi qu'il allait voter les yeux fermés, notre dieu des stades, pardon des prétoires, n'a pas hésité à convoquer Pagnol en ânonnant un extrait de "La gloire de mon père".

Affligeant.

"Si vous avez des reproches spécifiques à faire à la loi de bioéthique, veuillez les préciser."

Sachez F68.10, que je suis réfractaire aux injonctions y compris venant d'un surdiplômé autoproclamé :D

Tipaza

@ Robert Marchenoir | 08 août 2020 à 08:07

C’est mon tour aujourd’hui d’être enseigné par notre docteur en philosophie politique, digne successeur d’Aristote.
Remarquable commentaire qui se termine en vrille, mais c’est le propre de l’école péripatéticienne, où la fatigue physique se superposant à la fatigue intellectuelle conduit à énoncer quelques sottises.
J’ignorerai donc les derniers paragraphes pour répondre brièvement à l’essentiel.

« Je vous avoue que ce qui me choque, moi, ce sont ces millions de Français qui se prétendent plus patriotes que les autres, et qui passent leur temps à salir l'action de leur président à l'étranger, c'est-à-dire la politique étrangère de leur propre pays. »

Faute, il fallait écrire « la politique étrangère du moment » étant entendu qu’il y a autant de politiques étrangères que de présidents qui se succèdent.
De de Gaulle à Macron en passant par le retour à l’OTAN de Sarkozy, je ne vois pas tellement de ligne directrice d’UNE politique étrangère.

Mais là n’était pas le sujet de mon commentaire, le sujet c’était l’art et la manière de faire de la politique étrangère.
Je n’ai pas reproché à Macron d’aider le Liban, je lui ai reproché d‘avoir l’intention de le faire, et de commencer par lui reprocher ses défauts qui sont constitutifs de sa nature multiculturelle.

Pour paraphraser de Gaulle, je dirai que « vers l'Orient compliqué, Macron volait avec des idées simples ».
L’équilibre entre des communautés non miscibles conduit à des arrangements qui sont d’un autre niveau que les petits arrangements de LREM.
Que ces arrangements conduisent à des impasses, c’est hélas ce qui s’est passé dès lors que la faction islamiste est devenue puissante et soutenue par l’étranger alors que la bien-pensance occidentale a abandonné la faction chrétienne...
Souvenez-vous entre autres de l’invasion du Liban par la Syrie du temps d’Hafez el-Assad.
Quant à Michel Aoun le président actuel, sa politique d’alliance au gré des vents est plutôt celle d’un homme soucieux de ses intérêts que d’un homme de conviction.

Si vous voulez parler de l’histoire du Liban, pourquoi pas. Ceci dit parce que vous me reprochez de ne pas lire un journal libanais.

Mais là n’est pas le sujet, le sujet c‘est l’art et la manière de Macron de faire de la politique étrangère, je me répète puisque vous n’avez pas compris.

On ne fait pas de morale à ceux qui sont en détresse et qui sont prêts à tout pour être secourus, quitte à changer d’avis une fois le secours obtenu.
Le comportement de Macron est, toutes proportions gardées, celui des chaisières d’autrefois qui ne voulaient aider que des pauvres bien-pensants.
C’est mesquin et ignoble.

Ensuite, en ce qui concerne l’aide, avec quel argent va-t-il aider le Liban, celui que l’UE nous donnera pour remonter notre économie ?
Macron joue les grands seigneurs sans le sou, c’est souvent le propre des nobliaux qui voulaient paraître sans avoir les moyens d’être.

Sur le fond, le Liban ne pourra pas redevenir la Suisse du Moyen-Orient qu’il a été, parce que le Hezbollah, bras armé d’un islam conquérant, ne le lui permettra pas.
Si on veut vraiment aider le Liban, et évidemment qu’il faut l’aider, la première question à se poser est celle de comment faire revenir la force de la communauté islamique à son niveau antérieur, antérieur aux faiblesses et autres lâchages de l’Occident vis-à-vis des chrétiens.
Ou bien redonner aux chrétiens d’Orient la force économique et l’influence qu’ils avaient.

Et je reviens à mon sujet principal de préoccupation, que je n’avais pas abordé.
Quid de l’islam en France ?
La France se communautarise et devient le Liban de l’Europe avec des conséquences prévisibles hélas.
Les mêmes causes produisent les mêmes effets dans les mêmes circonstances, c’est la dure loi de causalité.

Et j’en resterai là, parce que j’ai déjà été trop bavard.
Un dernier point tout de même, parce que vous avez une fâcheuse tendance à faire des contresens.
« My country, right or wrong »... of course my dear.
Mais pas « My president, right or wrong ».
Si le président a tout faux, il faut le dire.
Il ne s’est pas gêné pour dire à l’étranger que le peuple français avait tout faux, et pas qu’une fois.

Exilé

@ semtob
« Les vilaines maisons sont menacées et même les maisons neuves car seules les tours sont au goût du jour de la macronie écologique bidon qui écrase l'âme des villes, sans remords ni regrets. »

Attention, pour une fois ce n'est pas la macronie qui est la seule responsable de cet état de fait mais le Législateur - encore lui - travaillé au corps par un socialisme destructeur et qui a produit du temps de madame Duflot l'aberrante loi SRU.

Il faut savoir que la loi impose aux maires, du moins pour les villes d'une certaine importance, de construire un quota de logements « sociaux », c'est-à-dire en pratique et en français des logements destinés à abriter le plus souvent des populations allogènes.

Cela entraîne souvent deux conséquences :
- Des villes présentant un visage humain, de type pavillonnaire arboré, se voient greffer d'office des tours horribles déparant le paysage urbain.
- La nouvelle population, rassemblée dans des quartiers qui seront de futurs ghettos volontaires, modifie du tout au tout les conditions de vie des primo-habitants qui finissent par ne plus reconnaître leur ville.

Il faut savoir que certains maires - je pense par exemple à celui d'une ville résidentielle de la banlieue parisienne il y a quelques années - refusent de construire des tours, surtout quand l'espace vient à manquer, et préfèrent payer les amendes correspondantes.

----------------------------------------------------------

@ Aliocha
"Bravo et merci pour ce vrai discours européen, hormis la référence néo-coloniale"

Que vient faire ici le « néo-colonialisme » avec le Liban, qui n'a jamais été une colonie de la France mais plutôt un protectorat, englobé dans celui protégeant les Chrétiens d'Orient, depuis Saint Louis ?

« Pour nous, déclare-t-il dans la charte du 24 mai 1250, et nos successeurs sur le trône de France, nous promettons de vous donner à vous et à tout votre peuple notre protection spéciale comme nous la donnons aux Français eux-mêmes.»

https://www.lefigaro.fr/vox/histoire/2014/08/06/31005-20140806ARTFIG00009-de-saint-louis-a-la-guerre-du-liban-la-france-protectrice-des-chretiens-d-orient.php

Aliocha

@ Robert Marchenoir

Bravo et merci pour ce vrai discours européen, hormis la référence néo-coloniale qui n'est plus d'actualité et risquerait, si les peuples du vieux continent cèdent à cette tentation, d'ensevelir l'exemple salutaire de la réconciliation indispensable au futur de l'humanité.

Exilé

En même temps, j'ai songé à tous les recalés de la macronie auxquels on avait offert de beaux postes, en soi mais aussi par rapport à l'échec cinglant de ces candidats aux élections municipales.

Voir par exemple :

https://www.lefigaro.fr/flash-actu/benjamin-griveaux-charge-d-une-mission-sur-l-alimentation-des-jeunes-20200804

Mais en quoi ce personnage présente-t-il une compétence quelconque sur une question qui de plus n'est pas de celles qui présentent un caractère de priorité absolue et qui donnera lieu à un rapport immédiatement classé de façon verticale ?

Quand ce microcosme de copains et de coquins cessera-t-il de se moquer des Français ?

Robert Marchenoir

@ Tipaza | 07 août 2020 à 17:07
"Et j’en viens au comportement de Macron au Liban qui m’a profondément choqué."

Il fallait, hélas, que quelqu'un s'y colle. Ce fut vous, mais ç'aurait pu être un autre.

Je vous avoue que ce qui me choque, moi, ce sont ces millions de Français qui se prétendent plus patriotes que les autres, et qui passent leur temps à salir l'action de leur président à l'étranger, c'est-à-dire la politique étrangère de leur propre pays.

N'importe quel président -- ce n'est pas Macron qui est en cause. Les précédents y ont eu droit aussi, et les suivants n'y échapperont pas.

N'importe quelle politique étrangère. Jamais aucun de ces indignés professionnels ne rentre plus que cela dans les détails, ne fait montre d'une réelle curiosité vis-à-vis des pays concernés, d'une connaissance minimum des enjeux diplomatiques.

Non, le refrain est toujours le même : X (ici le nom du président en fonction) nous fait honte à l'étranger, tout le monde se moque de lui, c'est bien la preuve qu'il est un c..., et que la pauvre France, râlâlâ...

Inutile de dire que jamais personne n'apporte de faits concrets, de propos effectivement tenus, de prises de positions officielles des puissances étrangères censées trouver X ridicule. L'assertion péremptoire suffit largement.

Ces braves gens, qui sont en réalité des anti-français, des idiots utiles qui servent les intérêts des puissances étrangères qui nous veulent du mal, n'ont même pas le réflexe patriotique de base, consistant à dire : "Right or wrong, my country".

Oui, il n'y a pas de traduction française, et pour cause. Quelle que soit l'opinion que l'on puisse avoir sur la politique étrangère de son pays -- et il convient bien entendu qu'elle soit vigoureusement débattue --, il est une règle qui va de soi : on lave son linge sale en famille.

En sorte que se réjouir ouvertement, et systématiquement, d'une déculottée subie par le président français à l'étranger, consiste tout simplement à être traître à sa patrie. Le président de la République, quand il est à l'étranger, c'est la France. Celui qui se réjouit que le président soit moqué par les étrangers se réjouit de l'abaissement de la France.

Bien entendu, dans la plupart des cas, ces moqueries, ce ridicule, sont purement imaginaires. Ils ne sont que la projection des fantasmes du rédacteur.

Au lieu d'avoir une réflexion diplomatique, ce dernier fait immanquablement un portrait psychologique du présumé coupable, quand il ne l'allonge pas de force sur le divan d'un psychanalyste imaginaire.

Manque de bol, Tipaza, sur ce coup-là, vous avez tout faux :

"Sans qu’on lui ait rien demandé... arrogance immature et surtout inutile... comment appeler autrement celui qui parle structures politiques le lendemain de morts accidentelles... attendre un temps de deuil minimum pour lancer de grandes réformes... froideur récurrente dans la relation humaine... anormalité de l’affect..."

Et votre grand'mère, elle a une anormalité de l'affect ? Tout ce que vous venez d'écrire, ici, est radicalement faux. C'est l'opposé exact qui est vrai. Vous êtes-vous seulement donné la peine de vérifier l'opinion des Libanais, avant de nous lâcher votre commentaire ? Avez-vous, par exemple (mais vous aviez mille autres moyens de vous renseigner) lu ce qu'en disait L'Orient-Le Jour, le quotidien beyrouthin qui se trouve être l'un des meilleurs journaux du monde francophone ?

Emmanuel Macron a été accueilli à bras ouverts par les Libanais, figurez-vous. Il a connu un accueil triomphal. Il a été reçu comme un sauveur, par le peuple lui-même, qui s'est bousculé pour célébrer sa venue. Une femme s'est jetée dans ses bras au milieu des gravats. C'est ça que vous appelez une froideur récurrente dans la relation humaine ?

Il a été le premier chef d'État à aller à la rencontre de la population sinistrée, sous les balcons qui menaçaient de s'effondrer. Je n'ai pas dit le premier chef d'État étranger. J'ai dit le premier chef d'État tout court. Le président libanais, pas plus que les membres de son gouvernement, n'en ont encore fait autant. Ils ont trop peur de se faire agonir d'insultes, telle est forte la rage populaire à leur encontre.

Pour l'incurie. Pour la corruption. Pour tout ce qui a conduit, non seulement à cette explosion, non seulement à la dramatique crise économique qui l'a précédée, mais au dépeçage du pays par une coterie de partis, sans parler des terroristes islamiques du Hezbollah qui contrôlent le Liban de fait.

Emmanuel Macron, dans les ruelles dévastées de Beyrouth, a été accueilli par des pancartes "Merci la France". La population lui a fait la fête en lui criant : "Aidez-nous à évincer la classe au pouvoir !". D’autres ont même dit : "Monsieur le Président, ramenez-nous la guillotine !". Et tenez-vous bien, une pétition a été lancée pour réclamer que le Liban retourne sous protectorat français pendant dix ans. Elle a été signée par 40 000 personnes en 48 heures (sur 5 millions d’habitants).

Cela intervient dans un contexte où la diplomatie française, avant l'accident, redoublait d'efforts pour tenter de tirer le Liban de la crise, au nom de l'amitié séculaire qui nous lie à ce pays. Depuis le mandat français en 1920, cette alliance toute particulière s'est maintenue. L'état désastreux de la gouvernance libanaise est à l'origine de la fameuse déclaration de Jean-Yves Le Drian : "Aidez-nous à vous aider". (Ce qui veut dire : faites le ménage dans vos fichues institutions.)

Macron a rencontré toute la classe politique libanaise (en plus de représentants de la société civile), et, en sus des proclamations d'amitié indéfectible de rigueur, en sus de toute les promesses d'aide auxquelles se joignent de nombreux pays étrangers, il a tenu aux dirigeants du pays exactement le discours que les Libanais voulaient lui voir tenir : en gros, pour le dire vite, un discours néo-colonial débarrassé de fioritures diplomatiques (tout en soulignant que c'était aux Libanais, bien sûr, de choisir leurs dirigeants).

Il faut une enquête internationale sur l'accident, parce que personne n'a confiance dans les autorités locales ; l'aide internationale que la France se propose de coordonner sera fournie directement aux intervenants de terrain, afin de court-circuiter le gouvernement qui n'aurait que trop tendance à se la mettre dans la poche.

Et Macron reviendra en septembre pour relever les compteurs.

Quelle fut la réponse des dirigeants du pays ? Ils ont rampé sous le tapis. Ils ont dit, oui Monsieur le président, oui chef, oui Madame la France. Les dirigeants des partis sont sortis "livides" d'une réunion avec Macron, rapporte un journaliste français. Livides, mais ils n'ont pas moufté. Ils savent trop bien qu'après l'explosion et la famine, les Libanais sont prêts à les pendre aux réverbères.

Cette catastrophe est peut-être ce qui permettra au Liban de redevenir le pays prospère et pacifique qu'il fut jadis. Grâce au concours de la communauté internationale qu'il ne peut refuser. La France a pris l'initiative dans cette démarche, et c'est une excellente décision de politique étrangère. Stabiliser un pays aussi stratégiquement placé que le Liban ne peut que contribuer à pacifier le Moyen-Orient. Profiter de cette réorganisation de fond en comble, voulue par les Libanais, pour diminuer l'influence des terroristes du Hezbollah qui dirigent le pays en sous-main, ne peut qu'être favorable à nos intérêts. Et à ceux de l'Occident en général.

C'est aussi propre à renforcer le puissônce de la Frônce dans le mônde, bande de branquignols ! Vous passez votre temps à déplorer le recul de notre influence sur la scène internationale, vous bavez d'admiration devant Poutine parce que "lui, au moins...", et quand Macron en fait autant... alors là, fopa, c'est mal, les affects sont mal alignés, et puis y'a un psychanalyste italien qui m'a dit que Macron était un peu de la jaquette, alors finalement on fera rien.

Arrêtez de sucer la bibine empoisonnée des sites de désinformation russo-pilotés. Vous faites le boulot du Kremlin (et de Pékin) à leur place. Ce sont eux qui s'emploient à démoraliser les peuples occidentaux en les conduisant à se dénigrer eux-mêmes, à se démoraliser, à se diviser et à s'opposer les uns aux autres.

F68.10

@ breizmabro
"Vous n'avez pas compris ce que veut dire autoproclamé ?"

Un diplôme, ou un concours, ou tout autre chose du même style, c'est autrui qui reconnaît vos compétences. Il ne s'agit donc pas d'une "auto"-proclamation.

Quoi qu'il en soit, je ne pratique pas l'appel à l'autorité sur ce blog. Je pratique des arguments, qui ont une valeur intrinsèque ; c'est-à-dire qu'ils ne dépendent pas d'une quelconque proclamation de mes compétences, qu'il s'agisse d'une autoproclamation ou de documents ou faits attestant que des tiers reconnaissent mes compétences.

Les arguments tiennent par eux-mêmes. Je pourrais être un débile profond, les arguments que je vous servirais auraient de la même façon une valeur intrinsèque, qui ne dépendrait en aucune manière de l'hypothèse que je sois un débile profond.

En puis, en fait, personne ne le sait, mais je suis un chien. Ne le répétez à personne...

Giuseppe

@ caroff | 07 août 2020 à 14:58

Euh... Euh... L'antépénultième:

https://www.lecese.fr/membre/vivier

Il vient sans doute sur un nombre incalculable de plateaux TV juste pour les beaux yeux de la princesse.

"On peut trouver cela injuste, mais c'est une sorte de session de rattrapage dont le bas de gamme est le CESE (2500€/mois) pour des personnes qui se sont investies dans l'action publique en abandonnant souvent un métier rémunérateur."
https://www.lecese.fr/decouvrir-cese/conseillers

Que des miséreux, je n'ai pas épluché la liste dans le détail, mais un simple regard en lecture rapide me fait douter du "abandonner un métier rémunérateur"... Bon, bon, 2500€ et sans doute quelques gâteries en plus, c'est quand même beaucoup plus que l'infirmière qui était au fer tous les jours, risques compris au début, et sans masque, sans rien en fait.
Et au CESE on soigne quoi en fait ?

Il paraît que le chômage existe et ceux qui ont choisi la politique n'avaient pas le pistolet sur la tempe, la nature ayant une sainte horreur du vide, j'espère pour les recalés qu'ils ne pensaient pas avoir la même rente de situation que Gégé au Sénat, et donc ils seraient de grands naïfs ?

Tipaza

Eh oui, le nouveau monde ressemble à l’ancien comme deux gouttes d’eau.
Nous n’en sommes pas encore à la distribution de la Légion d’honneur à l’encan et par enchères, mais n’en sommes pas loin.
Serviteurs premiers servis. Un clientélisme qui assure la fidélité des serviles et la prudence des opposants quand ils n’ont plus le viatique d’opposants officiels.
C’est une vieille tradition de tous les pouvoirs, à la différence toutefois que celui-ci promettait de laver plus blanc que blanc, et qu’il y a là une certaine forme de corruption douce, comme il y a des drogues douces qui finissent par être aussi nocives que les dures.
Il y a du mépris pour la démocratie en ses principes et du mépris pour les électeurs ayant rejeté les bénéficiaires des prébendes, ce qui est beaucoup plus grave à mon avis.

Et j’en viens au comportement de Macron au Liban qui m’a profondément choqué.
Venir chez des gens qui sont écrasés par un malheur inattendu, vouloir prendre en charge une éventuelle aide internationale, sans qu’on lui ait rien demandé et surtout, surtout faire à ces malheureux en pleine détresse une belle, splendide et inopportune leçon de morale sur la corruption et une leçon parfaitement déplacée de politique sur des réformes qui devront être faites.
Cette vanité, cette arrogance immature et surtout inutile, m’ont stupéfait.

Le lien entre ces deux exemples est l’absence d’empathie pour les personnes, électeurs au vote bafoué, malheureux au chagrin ignoré, au nom d’une efficacité (?) dans la mise en œuvre du projet d’un mégalomane.
Comment appeler autrement celui qui parle structures politiques le lendemain de morts accidentelles. S’il est vrai qu’un chef ne doit pas pleurer, il n’en reste pas moins qu’il doit comprendre les larmes des autres, et attendre un temps de deuil minimum pour lancer de grandes réformes.

Il y a chez Macron une froideur récurrente dans la relation humaine qui met mal à l’aise. Une certaine forme d’anormalité de l’affect, le genre d’individu se précipitant chez le notaire avant l’inhumation du mort pour savoir où en est son héritage ; comportement d’un androïde des premiers temps de la robotique, les auteurs de SF ayant donné depuis longtemps des sentiments et des émotions, dont semble dépourvu Macron, à leurs robots.

Si la façon de donner vaut mieux que ce qu’on donne, comme dit l’adage, alors le don et l’aide de Macron ne valent pas grand-chose et ne lui vaudront aucune gratitude de la part de ceux qu’il aura offensés en les aidant.

Claude Luçon

@ boureau | 07 août 2020 à 11:52
"On peut aussi juger une société à la façon dont elle traite ses vieux. Là encore la France se classera, sans aucun doute dans la queue de liste !"

Cher boureau, vous ne saviez pas ?
En France il n'y a pas de "Vieux", il n'y a que des "Zainés" Macron nous le répète pourtant souvent !

Notre Maire DVG, qui vient d'être battu platement par un groupe de jeunes, n'avait trouvé rien de mieux que d'accorder trois permis de construire pour un total de cinq bâtiments sous les fenêtres de la résidence de bonne tenue pour seniors de 70 à 95 ans où je vis.

Il nous a permis de vivre depuis près de trois ans dans la joie de voir des flèches de grues voler au-dessus de nos têtes, nous réveiller le matin au son claironnant des marteaux-piqueurs, nous permettre de rester chez nous avant le confinement en bloquant la rue avec de superbes camions en tous genres...

Les résidents du flanc ouest de la résidence, dont moi, on dû déménager pour rester des zainés en bonne santé et non des résidents du cimetière local pour cause de crise cardiaque (conséquence probable d'une crise de rage pour moi).
Pire quand on pense que Vaux-le-Vicomte à été construit en 13 mois, nous en sommes à 30 mois pour des immeubles de cinq étages construits simultanément par trois entreprises de génie civil. Entreprises qui hélas n'ont plus d'artisans français mais des manoeuvres dont aucun ne comprenait le français quand j'ai voulu leur parler de leur travail et de confinement, les travaux ayant continué pendant le confinement.

Ayant déjà protesté auprès de notre députés LR en suggérant que si des hurluberlus pouvaient stopper la construction d'un barrage à Sivens ou celle d'un aéroport à Notre-Dame-des-Landes tout en tabassant quelques CRS, quelques zanciens pro-CRS dont un seul hurluberlu, moi, avec l'aide de leur députée LR pourraient peut-être arrêter la construction de cinq immeubles transformant le quartier en un véritable ghetto semi-bourgeois !

C'était un quartier tout-bourgeois jusque-là, même surnommé le Carré d'Or, une sorte de XVIe en Beauce !
Mais non la France a besoin de loger ses citoyens et quelques migrants, même là où ce n'est pas nécessaire, notre commune, où il ne fait pas bon vivre, se meurt faute de résidents au point que la taxe d'habitation a été augmentée pas réduite suivant la promesse de Macron, et qu'il y a des "À vendre" et "À louer" un peu partout.

Notre ex-maire devait être un fan d'Anne Roumanoff qui suggérait dans un des ses sketches de supprimer tous les vieux de plus de 75 ans lors du débat sur les retraites ! Et sans doute avoir quelques copains généreux dans le génie civil, il a aussi fait repaver toutes les rues de sa ville et construire quelques autres bâtiments ici et là.

La France ne serait pas sur votre liste, nous sommes le pays des droits de l'homme : à condition qu'il ait moins de 60 ans et ne soit pas encore à la retraite !
Le Covid-19 des Chinois est venu aider la France dans ce sens mais il reste quelques obstinés qui veulent célébrer leur centenaire comme moi.
J'ai fait le test lundi dernier par curiosité et sécurité n'ayant aucun symptôme, d'où je suis ressorti avec des douleurs aux narines : négatif !
Le Professeur Raoult a raison, mes 50 ans de chloroquine pour cause de malaria tiennent le virus à l'écart.

Cordialement

breizmabro

@ Claude Luçon 07 août 202 14:42

Vous rigolez, pas besoin de Sanofi pour déguster des homards bleus.

Vous avez dû confondre, je ne nage pas avec des piranhas :D

-----------------------------------------------------------------
@ F68.10 07 août à 15:24
"J'ai quand même un diplôme ou deux..."

Vous n'avez pas compris ce que veut dire autoproclamé ?


F68.10

@ breizmabro
"un de ses membres m'a reproché de ne pas lui avoir fourni les rushes qu'il a finalement réussi à trouver tout seul comme un grand (félicitations !)"

Tout à fait. C'était à vous de le faire, pour de multiples raisons, la principale en étant la précision et la fluidité de nos échanges.

"je lui donne à entendre et regarder notre nouveau ministre de la Justice devant une Assemblée nationale réduite à sa plus simple expression, se déclarer favorable à l'adoption de la loi bioéthique."

Et ? Quel est le problème ?

"Peut-être y a-t-il un match engagé entre Véran et Dupond-Moretti en absurdie médicale française qui sait, ou alors Dupond-Moretti était en surdose de... Doliprane"

Si vous avez des reproches spécifiques à faire à la loi de bioéthique, veuillez les préciser. Pour des motifs de... précision et fluidité de nos échanges. Comme pour les "rushs".

Je ne suis pas télépathe.

F68.10

@ breizmabro
"À L'INTENTION DU CSAA (Club des scientifiques autoproclamés anonymes)"

J'ai quand même un diplôme ou deux...

"SANOFI vient d'annoncer un bénéfice record de 9,5 milliards de bénéfices."

Perso, je roule pour Roche. J'aime bien le bled où ils ont une de leurs implantations majeures: Rotkreuz.

Plus sérieusement: l'adhésion à la rationalité scientifique est une thématique qui va bien au-delà de la simple thématique du pognon et de la Bourse, car elle conditionne nombre de choses, politiques publiques comprises. Il se trouve simplement que ceux qui veulent se faire du pognon ont intérêt à intégrer la rationalité scientifique dans leur mode de fonctionnement. Ce qui ne signifie nullement qu'ils soient blancs comme neige. Au contraire... Pour faire simple, la recherche à l'intérieur des labos pharmaceutiques est généralement de qualité. La communication de la recherche vers le monde extérieur, que ce soit en terme de publication scientifique, de lobbying, de communication promotionnelle, tout cela est autrement problématique. Tout le monde le sait...

Exilé

@ boureau
"Macron avait promis d'en faire un programme national. Où en est-il de ce programme ?"

Promesse tenue.
Injections de Rivotril®.

caroff

@ Xavier NEBOUT 8h52
"Autre vivier à recasés, les inspections générales. Il en existe pour à peu près tout."

Chaque ministère dispose d'une "inspection générale" qui, comme son nom l'indique, réalise des missions d'expertise pour le ministre et les inspections des services qui en dépendent.
Ainsi que vous l'indiquez il y a dans ces services des gens nommés au "tour extérieur" qui permet de recaser à des traitements confortables des recalés du suffrage universel ou des conseiller(e)s de cabinet qui n'ont pas eu de point de chute.
On peut trouver cela injuste, mais c'est une sorte de session de rattrapage dont le bas de gamme est le CESE (2500€/mois) pour des personnes qui se sont investies dans l'action publique en abandonnant souvent un métier rémunérateur.

La question de l'emploi fictif peut se poser lorsque les nominations servent uniquement à récompenser des collaborateurs certes méritants, mais incapables d'écrire une ligne alors qu'ils sont "inspecteurs généraux". À noter que "l'inspection générale de l'administration", placée au sein du ministère de l'intérieur, a été créée par Necker en 1781 ; c'est un corps d'inspection prestigieux qui accueille des énarques du genre de Florian Philippot.

Vous faites allusion aux rémunérations: sachez que Chantal Jouanno ex-ministre de l'Ecologie, émarge à 176 000€/an, par conséquent plus que vous l'indiquez. Ces montants sont fixés par décret pour chaque Autorité indépendante. Son prédécesseur fonctionnaire touchait la même somme sans que personne ne s'en émeuve....
Tous les chefs d'Inspection générale s'efforcent de mettre au travail les recasés pour ne pas être suspectés de favoriser les emplois fictifs. il suffit de les affecter à une ou des missions qu'ils effectueront avec plus ou moins de zèle et de compétence....

Giuseppe

Nous sommes le seul pays où les "pimpoyos" sont récompensés pour nullité.

On trouve toujours un emploi, une institution pour recaser les plus désastreux.
J'ai honte, un biberon pour ceux qui ne le méritent pas, quand allons-nous faire exploser ce régime des prébendes d'une autre histoire, d'un autre monde ?

J'ai honte, nous prenions les plus volontaires, recrutions les plus motivés, pas forcément des premiers fusils (les énarques élevés au tout-aliment nous les fuyions), ceux qui nous auraient aidés à traverser le désert, ceux qui savaient mettre un joint très haute pression dans une station d'épuration digne de la plus belle des Ferrari et qui fonctionne à merveille quelques années après.

Le monde a changé, les chambres à air on détestait, la moindre épine sur la route et c'était la catastrophe, on veut des poseurs de bordures, des qui savent régler un dérailleur à 12 pignons, des qui pilotent une centrale à béton pour réaliser le pont de l'île de Ré ou régler les courants faibles ou forts d'un centre de coronarographie ou d'un hôpital, ceux-là n'ont jamais le temps de faire de la politique, il faut leur faciliter l'accès et le conseil, sinon nous sommes fichus.

Morts par manque d'ingéniosité et commotion cérébrale de cumul de mandats, il suffit de voir un Président du Sénat postuler pour un... quatrième mandat !
Obèse sous toutes ses coutures, peut-on l'imaginer aller au charbon, faire des charrettes pour avancer, lutter nuit et jour (comme notre Président qui dort très peu), se sacrifier, courir des marathons pour le bien du pays et des citoyens... Risible, et pourtant il postule.

À ce rythme on va finir par lui construire dans l'enceinte, le mausolée identique à celui de Lénine... Pourtant il nous faudrait du leste, de l'affûté, du puncheur, de l'escaladeur de cols, quand on voit les résultats d'une telle assemblée, des résultats qu'elle apporte, c'est à mourir d'inanition... 348 personnes ! pour pondre... Imaginez 348 scientifiques à construire la France... Elle serait toute neuve du sol au plafond, des lévriers de la course à notre bonheur.

Assez, assez, assez ! Certains doivent ronger leur frein, et après on s' étonne que les partis sont morts, touchés, coulés. Emmanuel Macron l'avait bien compris et son coup d'essai fut un coup de maître, tellement il avait vu et senti cette mort cérébrale des dirigeants confits de graisse dans des bocaux sur étagères.

Ce fut un jeu d'enfant de les éparpiller ces repus, et l'histoire n' a fait que le conforter et l'avenir sera de la même veine. En face des sclérosés qui gravitent sur les mêmes routes, les mêmes pentes depuis des décennies, à bout de souffle, à bout d'idées, le combat est inégal et il aura en face le même combattant pour une victoire sans danger.

Nous avons affaire à des pélicans du discours et de la politique, une poche dans le bec mais rien dans le citron. Des littéraires sans culture scientifique, aujourd'hui indispensable pour gouverner, sinon c'est atermoiements et désastre garantis.

L'épisode des masques fut un révélateur, la leçon ne sera pas retenue, le poindre pékin en charge d'appros ne se serait jamais fait surprendre il aurait pris la porte avec pertes et fracas, tout juste si on ne lui aurait pas demandé de rembourser.

Il fallait bien être énarque pour se planter avec une telle ingénuité, une telle nullité, nous sommes sous perfusion, et personne ne s'en inquiète, il a fallu convaincre des nordiques pour mettre la main à la poche, ce n'est pas des oursins qu'ils avaient à l'intérieur, seulement une confiance inexistante en des hâbleurs qui ne savent bâtir que sur du sable avec du carton pâte.
Désespérant.

Claude Luçon

@ breizmabro | 07 août 2020 à 14:31

Achetez des actions de Sanofi ! Pensez à tous ces homards que vous pourrez acheter et déguster avec vos dividendes !

Racine15

Très beau texte, M. Bilger, qui purge. Une belle émotion dans un monde de fausse raison.

breizmabro

À L'INTENTION DU CSAA (Club des scientifiques autoproclamés anonymes ;)) :

SANOFI vient d'annoncer un bénéfice record de 9,5 milliards de bénéfices.

Perso, comme vous vous en doutez, je crois que c'est dû au Doliprane.

Non j'rigole, ya aussi de la chloroquine dans le CAC 40... "on n'sait jamais" :D

Adéo le CSAA ;)

boureau

"La même France"

Certainement pas !

Le coeur se serre à la lecture du fait divers que vous évoquez cher P. Bilger : on pose son journal quelques instants et on essaie de comprendre, de compatir...

Je laisse de côté pour aujourd'hui le sort doré des proches du (ou des) pouvoirs qui se goinfrent sur notre dos. Pour penser aux centaines de milliers de "vieux", casernés, lobotomisés dans leurs mouroirs ou pire ostracisés dans la solitude de leurs petites maisons ou leurs appartements étriqués loin de tout et de tous. Combien sont-ils ? Des centaines de milliers sans doute.

On peut aussi juger une société à la façon dont elle traite ses vieux. Là encore la France se classera, sans aucun doute dans la queue de liste !

Macron avait promis d'en faire un programme national. Où en est-il de ce programme ?
Pendant ce temps, une partie de nos vieux meurent de tristesse, de solitude et d'abêtissement dans un univers dantesque.

La chaleur et le dévouement d'un personnel dépassé, sur-stressé ne suffisent pas. Ils meurent misérablement en silence nos vieux, la tête tournée contre le mur, abandonnés aux derniers instants d'une vie consacrée à la France.

Cordialement

breizmabro

Certains ont été reclassés, d'autres promus. L'amitié n'a pas de prix.

Comme ce blog est devenu le club des scientifiques autoproclamés et qu'un de ses membres m'a reproché de ne pas lui avoir fourni les rushes qu'il a finalement réussi à trouver tout seul comme un grand (félicitations !), je lui donne à entendre et regarder notre nouveau ministre de la Justice devant une Assemblée nationale réduite à sa plus simple expression, se déclarer favorable à l'adoption de la loi bioéthique.

Peut-être y a-t-il un match engagé entre Véran et Dupond-Moretti en absurdie médicale française qui sait, ou alors Dupond-Moretti était en surdose de... Doliprane :D

https://www.youtube.com/watch?v=Vd2JgEp4yKw

Lucile

Magnifique billet.

Exilé

...la peine de mort. Elle a été abolie...

Non.
Elle est appliquée de plus en plus fréquemment à l'encontre des Français principalement par des étrangers qui les haïssent et qui les considèrent coupables en bloc de crimes imaginaires à l'encontre de leur pays d'origine, étrangers que des irresponsables, par mépris de leurs compatriotes, laissent pénétrer chez nous par centaines de milliers, au risque de faire couler encore plus de sang et de larmes.

Xavier NEBOUT

Pourquoi parler de soupçon alors qu'elle a spontanément avoué l'avoir tué avec un revolver ? Et pourquoi ne pas dire qu'elle a ensuite tenté de mettre fin aussi à ses jours ?
Ils auront probablement voulu se retrouver dans l'au-delà, mais la justice de la république athée bien incapable de juger de l'attente d'une vie après la mort (vie ne signifie pas existence), en est réduite aux simulacres.

Mais ou est le prêtre ?
Où est la famille ?
C'est cela aussi, et même surtout cela, que l'on doit à l’infâme pègre maçonnique qui a accaparé le pouvoir depuis 1789 avec quelques interruptions.
Macron, au Liban, passé quelques hypocrisies compassionnelles, s'est-il agenouillé pour prier afin d'aider les âmes des morts de la catastrophe à s'élever ?
Il est assurément incapable d'y comprendre quoi que ce soit !

Par contre, P. Bilger ne nous inviterait il pas, à la manière du Sioux, à prier pour la paix de l'âme de ces malheureux ?

philabeille

Je crains que ce soit un mal "administratif" profondément ancré dans nos traditions... J'ai connu cela dans ma vie professionnelle au cours de laquelle j'ai eu parfois l'impression que l'on récompensait la médiocrité plutôt que le mérite.

Xavier NEBOUT

Merci pour la France, M. Bilger.

Il est dommage que nous ne soyons pas bien nombreux ici à parler de bande de gangsters sur fond de maçonnerie, d'une manière ou d'une autre.
Sous un autre angle, le chef de bande doit recaser les premières et secondes gâchettes pour qu'ils ne parlent pas...

Je reviens sur ce que je disais récemment, à la réflexion, moi, je referais bien marcher la guillotine...

Un extrait d'Agoravox: longue liste des recasés.

"Chantal Jouanno, par exemple, ancienne député centriste de Paris et proche de la mouvance LR des «  constructifs  », s’est vue propulsée à la tête de la Commission nationale du débat public. Le salaire, confortable, est de 6 000 euros par mois. Arnaud Leroy, un ancien proche de Montebourg ayant rejoint Macron, a été propulsé à la tête de l’agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (ADEME). Salaire : 164 000 euros annuels. Bien payé pour avoir flairé le bon coup «  En Marche  ! ». Passons à Sylvie Goulard. Venue du MoDem, brièvement ministre des Armées après sa démission dans le cadre de l’affaire des assistants parlementaires du parti, Sylvie Goulard a été nommée second sous-gouverneur de la Banque de France. Rémunération : plus de 300 000 euros annuels. Juliette Méadel, ancienne socialiste devenue secrétaire d’État chargée de l’Aide aux Victimes, un ministère créé ad hoc après les attentats du Bataclan, a été nommée conseillère référendaire à la Cour des comptes.

Autre vivier à recasés, les inspections générales. Il en existe pour à peu près tout. Les armées, la police, l’Éducation, les bibliothèques, les affaires sociales. Il existe même une Inspection générale de l’administration. Dans le monde orwellien dans lequel nous vivons, une inspection générale des inspections ne serait même plus une surprise. Thierry Lepaon, ancien secrétaire général de la CGT, a choisi l’Inspection générale de la Jeunesse et des Sports, grâce à Emmanuel Macron et Édouard Philippe. Mieux que Valls, qui l’avait recasé à la tête de l’Agence Nationale de lutte contre l’Illettrisme (ANCIL), dont l’auteur de ces lignes ignorait parfaitement l’existence jusqu’à maintenant. Une belle récompense après le scandale des frais de fonction gracieusement « piqués » dans la caisse des adhérents du syndicat qui, sans doute, ont dû être surpris de la destinée de leurs cotisations mensuelles".

Achille

« Je devine que certains vont juger ce contraste incongru en se demandant quel peut bien être le lien entre cette tragédie conjugale et cette rente couronnant l'insuccès. Entre les difficultés et le drame des uns et les facilités imméritées des autres. Entre une France douloureuse - et il y a mille exemples de ce type - et un pouvoir désinvolte. Le lien est précisément dans le caractère choquant de cet antagonisme qui réserve le risque aux uns et en dispense les autres. »

Des antagonismes de cet ordre il y en a partout dans notre société et ceci depuis tout temps. C’est la loi de la vie dans toute son amoralité.

Des vieux, seuls, malades, sans ressources, abandonnés par leurs proches qui n’attendent plus rien de la vie et qui, dans un dernier geste d’amour, abrègent les souffrances de celui ou celle qui l’a accompagné(e) tout au long de sa vie.

Des petits Rastignac qui compensent leur médiocrité par leur servilité. Ils ont misé leur destin sur un leader dont ils attendent tout. Celui-ci les utilise et ensuite récompense, comme il se doit, leur fidélité à défaut de leur talent.
En politique la loyauté est une valeur bien plus appréciée que le talent.
Le leader politique a toujours eu tendance à se méfier d’un conseiller trop brillant car tôt ou tard ce dernier finit souvent par briguer sa place. Les exemples ne manquent pas dans ce domaine.
Avec un collaborateur pas très fufute, le chef n’a pas à se méfier. Il décide et le zélateur exécute. C’est quand même plus sûr !

semtob

Cher Philippe,

"Tous ces recasés de la macronie sont certainement en train de se réjouir, heureux de leur fiasco initial."

Entièrement d'accord avec votre analyse.

Comment pouvez-vous comprendre que les promoteurs aient un délai d'un mois supplémentaire pour faire un recours contre une décision d'urbanisme en raison du Coronavirus alors que les riverains n'ont pas de délais supplémentaires ?
C'est injuste.

Un exemple d'Île-de-France.
Une maire à la fibre écocitoyenne se permet de signer un document d'urbanisme de 500 pages en une semaine pendant les vacances et de planter des tours de 15 mètres de haut en catimini.

Des promoteurs tournent comme des vautours autour des villes.

C'est ainsi que des personnes âgées tremblent devant des appels incessants de promoteurs qui font pression pour s'accaparer des parcelles foncières entières de la ville.

Ils souffrent dans le silence le plus complet. Ils disent résister. Ce sont ces héros qui gardent l'image de votre ville et cherchent des porte-parole pour faire entendre leur détresse au niveau local ou national.

Un affichage en retrait de rue, laissant penser à des travaux de ravalement cache bien un projet immobilier d'envergure de construction de tours de 15 mètres de haut par le conseil au logement d'Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle de 2017.

Aucun habitant n'est au courant pas même les associations, ni les riverains, ni les élus, ni les conseillers municipaux qui n'ont à aucun moment été informés de ce projet et découvrent médusés, choqués, sidérés que les arbres qui enchantaient leurs matins vont disparaître à jamais pour laisser place à des tours de 5 étages les plongeant dans un désarroi et dans l'obscurité.

La reine des tours a signé sans détour une semaine après sa prise de fonction dite écocitoyenne.

C'est la mort d'un projet d'une balade de l'Orge-Yvette qui promettait de grandes randonnées entre les berges de l'Orge et celles de l'Yvette !

Or, la loi déconseille de bétonner les coteaux et les fonds de vallée parce que la disparition des terres perméables excessive engendre des crues qui sont déjà connues et présentent des risques majeurs pour les populations d'Île-de-France.

Des lois sont détournées de leur fonction première en jouant avec les coefficients de biodiversité transformant de la terre perméable en toiture végétale pour pouvoir bétonner les sols au maximum 1,5 m2 de terre par personne, c'est la fibre végétale nouvelle.

L'Essonne est le département le plus à risque avec le Val de Marne avec plus de 36 000 personnes pour chaque département à évacuer lors de crues. L'Yvette se jette dans l'Orge et lorsque les terres et la végétation ne peuvent plus absorber une partie des eaux pluviales cela entraîne des inondations dans toutes les communes en aval, laissant des populations sans communication, sans électricité. Des écoles, des résidences de personnes âgées, des habitants. Cela leur passe par-dessus la tête, mais où se trouve le bon sens des responsabilités ?

Les secteurs gares sont déjà bien bitumés avec leurs centres commerciaux, leurs gigantesques parkings construits en zone inondable, les habitats collectifs et les parkings nombreux, le parking de la gare et les tours déjà en construction.

Il est très dangereux de mener ces projets qui ont des conséquences morbides sur toute l'Ile-de-France et pourraient entraîner un désastre social et économique en paralysant l'économie encore plus gravement que par l'épidémie actuelle.

Les infiltrations se voient au niveau de la Seine bloquant des lignes de train, de métro. Les maires se doivent de protéger les personnes de ces risques connus. Personne n'a oublié les inondations de 2019, de 2016, de 1999...

Voir l'article de Bernard Mérigot très précis et documenté sur les inondations des Rossays. http://www.savigny-avenir.fr/2016/06/01/savigny-sur-orge-inondations-de-lorge-lecole-kennedy-fermee/

C'est aussi un devoir citoyen d'alerter les autorités lorsque ce qui ne doit pas se faire, se fait en catimini, pendant les vacances.

Mais quand c'est un compagnon de campagne du Président qui est l'élu pour encourager les maires à bétonner les vallées déjà inondables et s'y impliquer activement, cela interroge et est très préoccupant pour protéger les habitants des villes mais très éclairant sur la volonté présidentielle de passer au-delà de la tragédie des uns pour le confort des autres.

Les vilaines maisons sont menacées et même les maisons neuves car seules les tours sont au goût du jour de la macronie écologique bidon qui écrase l'âme des villes, sans remords ni regrets.

Les maisons et les arbres entrent en résistance dans les villes pour ne pas vendre leur âme aux promoteurs bétonneurs, même si ce sont des proches d'Emmanuel Macron.
françoise et karell Semtob

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS