« Christian Estrosi : avant-garde ou coup de Nice ? | Accueil | Pourtant le garde des Sceaux n'avait pas si mal commencé... »

05 septembre 2020

Commentaires

caroff

@ Achille 17h15
"Cet ensauvagement n’est donc pas le fait de la venue de migrants sur notre territoire, mais de gens qui ont la nationalité française, comme vous et moi."

Totalement faux.
Il y a eu environ 30 actes de violence graves à Bordeaux depuis le début de l'année: coups de couteau, coups de machette et viols. La totalité de ces actes provient de migrants: des "mineurs non accompagnés", et demandeurs d'asile déboutés.
Que vous dire de plus ?

Exilé

@ Serge HIREL
« Il n’est pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir »

Je vous remercie d'avoir eu la gentillesse de répondre à Achille mieux que je n'aurais su le faire moi-même sans m'être montré désagréable à son encontre.
Achille n'est certainement pas un mauvais cheval dans le fond, mais comme bien des gens s'affichant à gauche, il semble enfermé dans le déni des réalités.

Cette attitude assez commune - nous la retrouvons chez M. Dupond-Moretti - explique en grande partie le hiatus existant en France entre ceux qui rêvent d'une société idéale et ceux qui la subissent telle qu'elle est.

Mary Preud'homme

@ Michel Deluré | 07 septembre 2020 à 11:26

Oui !
L'ensauvagement prend naissance là où l'autorité et le respect ont capitulé. Cela commence très tôt si l'on n'y prend garde et peut devenir rapidement incontrôlable en impactant toutes les strates de la société...

Pour mémoire cette citation de Platon, hélas de plus en plus d'actualité après plus de cinquante ans de laxisme à tous les niveaux :
"Lorsque les pères s'habituent à laisser faire les enfants, lorsque les fils ne tiennent plus compte de leur parole, lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter, lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu'ils ne reconnaissent plus au-dessus d'eux l'autorité de rien ni de personne, alors c'est là en toute beauté et toute jeunesse le début de la tyrannie."

Achille

@ Serge HIREL | 08 septembre 2020 à 10:18
« Je vous laisse le soin de choisir vous-même celui qui convient le mieux à la gravité de votre cas. Après lecture de votre réponse à Exilé, le doute n’est plus possible : il est désespéré... »

Moi aussi il m’arrive de désespérer quand je lis les réponses de certains commentateurs qui m’assènent leurs certitudes avec la suffisance de ceux qui croient détenir la vérité alors qu’ils sont complètement à côté de la plaque.
Mais rassurez-vous, je me garde bien de les contrarier vu que généralement ils ne supportent pas la contradiction et finissent pas devenir déplaisants.

Je ne fais pas partie de ceux qui se complaisent à encombrer le blog par des échanges polémiques interminables qui n’intéressent personne. Alors je vous laisse avec vos a priori, étant, de toute façon, convaincu que je ne vous ferai pas bouger de vos positions.
Je préfère échanger avec des interlocuteurs un peu plus ouverts aux idées des autres.

Serge HIREL

@ Achille 7 septembre 2020 à 17:15
« Mais bien sûr quand on veut noyer son chien on l'accuse de la rage »

Autres proverbes:
« Il n’est pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir »
« Il n’est pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre »
« A force de mentir, on se ment à soi-même »

Je vous laisse le soin de choisir vous-même celui qui convient le mieux à la gravité de votre cas. Après lecture de votre réponse à Exilé (07 septembre 21:24), le doute n’est plus possible : il est désespéré...

------------------------------------------

@ Clovis
@ Wil

La télévision est un média de qualité dans un seul cas : lorsqu’elle ne propose pas de programmes conçus pour elle. Donc lorsqu’elle diffuse des directs politiques (discours présidentiels, séances au Parlement), des directs sportifs et culturels qu’elle doit se contenter de capter, des documentaires patrimoniaux et des films - pas tous, loin de là - qu’elle est tenue par leurs ayants droit de ne pas caviarder. Arte est la chaîne qui répond le mieux et le plus souvent à ces critères.

Certains jeux culturels seraient à ajouter à cette courte liste si leurs animateurs ne les massacraient pas. Pour le reste (émissions d’information, débats en plateau, soirées dites de divertissement, téléfilms aux scénarios bâclés et séries bêtifiantes), elle est excellente... à une seule condition : le téléviseur doit être impérativement éteint. Face au petit écran, ne vous séparez jamais de votre télécommande : elle peut, en une fraction de seconde, vous éviter une agression sournoise contre votre intelligence.

Wil

@ Clovis
"Comment faites-vous pour regarder encore la télé. Nous l’allumons seulement pour le Tour de France, les Jeux olympiques et cela depuis près de vingt ans et aussi parfois pour suivre des événements mondiaux exceptionnels."

Plus hypocrite, tu meurs.
Ces gens viennent te parler du monde, de philo, de politique et de je ne sais quoi et donner des leçons sur tout et n'importe quoi et ne regardent même le média le plus simple et celui qui donne une relative bonne culture générale pour peu que celui qui la regarde ait un cerveau à peu près en état de marche.
Et le plus comique,c'est qu'ils te disent que la télé rend c*n mais qu'ils la regardent pour le Tour de France et les J.O. HAHAHA ! De vrais phénomènes de foire !
Il faut l'exposer le Clovis et je ne sais qui d'autre vu qu'il parle de lui avec le nous de majesté.
Encore un schizo. Ça manquait.


Patrice Charoulet

BADINTER SUR LCI

Quel que soit votre bord politique, écoutez, en replay, l'entretien qu'a accordé Robert Badinter à Darius Rochebin ce lundi soir sur LCI. Grand moment.

En attendant, je retiens au moins ceci :
« Le communautarisme est la mort de la République française. »
« La vie de l'homme est sacrée. »
« Le propre du fascisme est d'aimer la mort. »
« Un garde des Sceaux n'est pas un animal de compagnie. »
Il était allé voir une exposition de propagande antisémite avec son frère et ils avaient beaucoup ri de lire ces mots ahurissants: « Les Juifs sont les rats de l'humanité. »
À la fin de l'entretien, Darius Rochebin qui a vu beaucoup de souvenirs, de photos, dans le bureau de Badinter, lui demande quelle chose est la plus précieuse pour lui. Badinter réfléchit longtemps et répond : « L'acte de naturalisation de mon père, en 1928. »

Je saisis l'occasion pour signaler un remarquable texte de sa femme, Élisabeth Badinter, dans le « JDD » d'hier, critiquant à juste titre les outrances du nouveau féminisme.
https://www.lejdd.fr/Societe/tribune-elisabeth-badinter-les-outrances-du-neofeminisme-guerrier-3989840

Achille

@ Serge HIREL | 07 septembre 2020 à 15:29
« Julien Dray... Le problème est qu’il traîne un passé - un passif... - à la fois trop clinquant et peu brillant. Je ne parviens pas à ne pas m’en souvenir dès qu’il est à l’image... »

J’avais un peu cet a priori moi aussi. Mais je trouve qu’il s’est considérablement bonifié avec l’âge.
Il tient un langage pondéré, emploie des exemples très pédagogiques,
C’est un rescapé du massacre des éléphants du PS.
J’ai écouté Lionel Jospin dernièrement. Il est complètement largué le pauvre. Le mieux serait qu’il se taise et profite de sa retraite dorée dans l’île de Ré.


Giuseppe

@ Clovis | 07 septembre 2020 à 16:06

Détrompez-vous ! La TV c'est essentiellement pour le sport et le cinéma.
Les GG, entre autres, je les capte sur ma radio pourrie à laquelle je suis attaché sentimentalement, et parfois elle bascule d'une station à une autre quand je pédale, sans prévenir. Elle est un tantinet capricieuse, mais comme parfois je suis dans l'effort j'ai du mal à tendre le bras pour remettre la station d'origine, alors je prends ce qu'elle propose.

Achille

@ Clovis | 07 septembre 2020 à 18:56

Je constate que manifestement vous n’avez rien compris à mes propos. Mais rassurez-vous, je n’ai rien compris aux vôtres.
C’est Bernard Werber qui a dit un jour :
« Entre ce que je pense, ce que je veux dire, ce que je crois dire, ce que je dis, ce que vous voulez entendre, ce que vous entendez, ce que vous croyez en comprendre, ce que vous voulez comprendre, et ce que vous comprenez, il y a au moins neuf possibilités de ne pas se comprendre. »

Je crains que nous ne soyons dans cette configuration. Mais rassurez-vous ce n’est pas grave. À lire les échanges houleux, c’est même très courant sur ce blog.

--------------------------------------------------------

@ Exilé | 07 septembre 2020 à 18:51
« Dites donc, Achille, et si vous arrêtiez de vous moquer du monde pour changer un peu, hum ? »

Je reconnais volontiers qu’il m’arrive parfois d’être un peu facétieux et je ne dédaigne pas pratiquer l’humour second degré à l’occasion.
Mais en l’occurrence, là, je suis très sérieux !

Ellen

@ Walson | 07 septembre 2020 à 09:43

Merci pour les liens.

Exilé

Pour fêter les 150 ans de la proclamation de la République.

Encore un truc idiot à-la-Macron.

Ces 150 ans ne correspondent en fait qu'à la proclamation de la IIIe République, pas très ragoûtante dans le genre, mais précédée d'autres qui ne l'étaient pas non plus.
Certes, elle n'a pas été officiellement proclamée le 22 septembre 1792, cependant les actes produits alors ont été datés à partir de là.

Mais cet accouchement s'est fait dans la sauvagerie sanguinaire, aussi il est possible qu'il soit délicat de la part du monde politique contemporain de se réclamer d'un tel parrainage.

https://www.lepoint.fr/culture/petits-temoins-de-la-grande-histoire-les-massacres-de-septembre-1792--02-09-2019-2332971_3.php

Michel Deluré

@ Serge HIREL 07/20 15:29

Lorsque la violence sauvage en vient hélas à faire partie de notre quotidien, lorsqu'elle quitte le domaine de l'exceptionnel pour entrer dans celui de l'ordinaire, lorsque malgré la crainte qu'elle suscite en nous du fait que ceux qui ont pour mission de nous protéger sont impuissants à la combattre et que nous devons nous résigner à la subir, n'est-ce pas cela la banalisation de l'ensauvagement ?

Clovis

@ Achille | 07 septembre 2020 à 17:15

Je ne savais pas que pour vous, et en vertu de vos convictions politiques ou religieuses, les Français de souche blancs de peau, catholiques, protestants ou athées sont des canailles, des sauvageons, des casseurs qui troublent la paix sociale, qui brisent les devantures de magasins, qui brûlent les voitures, qui donnent gratuitement des coups de couteau, qui revendent le haschisch qu'ils vont chercher au Maroc, j'en passe car la liste est longue. Je ne doute pas que si les Français de souche votaient Macron ou Hollande ou LFI ils ne vous serviraient plus de vomitorium.

Peu importe nous sommes maintenant habitués à ces propos qui nous diabolisent et sachez que je ne suis pas membre du RN, mais que j'ai horreur de l'injustice, des condamnations sans preuves, des vaniteux, des traîtres à leur patrie, des francs-maçons et des nigauds, dont vous êtes un magnifique exemple.

Toutefois je n'arrive pas à comprendre pourquoi vous et vos semblables avez tant de haine pour ce peuple de France qui s'est fait le refuge de toute la misère du monde.

Ecoutez Wafa Sultan que nous propose Walson | 07 septembre 2020 à 09:43.

Exilé

@ Achille
« Cet ensauvagement n’est donc pas le fait de la venue de migrants sur notre territoire, mais de gens qui ont la nationalité française, comme vous et moi. »

C'est cela même...

C'est bien connu, les Gilets jaunes, des avatars des manifestants de Mai 68 en quelque sorte, avaient l'habitude de donner des coups de couteau à qui avait le tort de croiser leur chemin « pour un regard » ou bien « pour une cigarette » ou bien après avoir hurlé comme plusieurs migrants - eh oui - la formule rituelle « Allahou akbar » comme par exemple à Romans-sur-Isère ou ailleurs...

Dites donc, Achille, et si vous arrêtiez de vous moquer du monde pour changer un peu, hum ?

Robert

J'interviens avec un peu de retard pour commenter un encore excellent billet, Monsieur Bilger.

J'ai, avant d'intervenir, souhaité avoir le texte présidentiel sous les yeux. Je me suis donc rendu sur le site de l’Élysée https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2020/09/04/150-ans-en-republique

Comme toujours, je reste surpris de cette expression systématique qui accompagne les discours présidentiels : "Seul le prononcé fait foi" ! J'en étais resté à la règle latine : "les paroles s'envolent, les écrits restent". Je comprends donc mal pourquoi l’Élysée met en ligne un texte n'intégrant pas les modifications du fameux "prononcé". Faut-il systématiquement "se peler" la vidéo pour procéder à une comparaison mot à mot ?

Pour en revenir à monsieur Macron, ce matin sur Radio Classique, dans l'émission Esprits libres animée par Guillaume Durand, participait Philippe Tesson. Évoquant le discours présidentiel, Philippe Tesson a dit de monsieur Macron : "Il n’a pas d’idée, c’est une bouillie". Et Guillaume Durand de rappeler les qualificatifs donnés par Philippe Tesson sur cette antenne depuis quelques années : « Sarkozy est un type formidable, mais c’est un psychopathe ; François Hollande, il est totalement sympathique, mais il est complètement nul ; Emmanuel Macron est un garçon extrêmement intelligent, mais qui n’a aucune idée, c’est une bouillie »
(https://www.radioclassique.fr/radio/emissions/matinale-de-radio-classique/esprits-libres/#livePlayer, à partir de 6mn29).

La presse nous a effectivement bassinés avec l'annonce de ce discours sur la République que devait prononcer monsieur Macron au Panthéon.
En réalité, il ne s'agit que d'une adresse à de nouveaux naturalisés français, faite dans ce cadre prestigieux de notre République.
Quand on lit ce discours, on ne peut que constater que le président de la République enfile les poncifs et les approximations.
Par exemple : "Péguy, Jaurès, Blum, Mendès France, ont porté haut la République sociale, cette idée simple au fond : chaque citoyen, quel que soit le lieu où il vit, le milieu d'où il vient, doit pouvoir construire sa vie par son travail, par son mérite. Nous sommes encore loin, trop loin de cet idéal."
Si l'idéal du citoyen français se limite à cet horizon indépassable...

Ou encore : "La fraternité. Être Français, c'est voir en son compatriote plus qu'un semblable, un défi. Notre nation a ceci de singulier qu'elle a développé un État-providence, un modèle de protection sociale qui ne laisse personne au bord du chemin. Or, ce système unique au monde ne tient que par les liens toujours fragiles qui unissent nos concitoyens, liens du respect et de la civilité qu'à tout moment, la violence et la haine peuvent briser."
Comme symbolique de la fraternité, on repassera !

Ou enfin, l'élévation suprême de la pensée macronienne : "Alors à chaque fois que le drapeau tombera, il faudra le rehisser. À chaque fois que certains la menaceront, il faudra la défendre. Car d'autres avant vous l'ont défendu. Soyons donc tous rassemblés, vous qui venez de rejoindre la communauté nationale, vous qui y êtes nés et qui y grandissez, et tous les enfants de la République."

Pour terminer, je ne puis m'empêcher de citer ces passages sur la Liberté :
"La liberté d'abord. « Liberté, liberté, chérie » entonne La Marseillaise. Être français, c'est d'abord aimer passionnément la liberté. De Gaulle a évoqué le pacte vingt fois séculaire entre la France et la liberté du monde. À partir d'aujourd'hui, vous êtes liés par ce pacte. [...] Être français, c'est défendre le droit de faire rire, la liberté de railler, de moquer, de caricaturer, dont Voltaire soutenait qu'elle était la source de toutes les autres. Être français, c'est être toujours du côté des combattants de la liberté. Et plus encore quand les renoncements prospèrent, quand la censure progresse."

Je ne puis que m'incliner devant une telle puissance de la pensée et je laisse à "chacune et chacun" le soin de la décortiquer !

Solon

Il n'y a pas de place en France pour le ou les séparatismes. Un groupe ne peut imposer sa loi contre les lois de la République. Voire...

En pays nantais, les opposants de Notre-Dame-des-Landes ont imposé leur loi malgré cent quatre-vingts décisions de justice. Et ils occupent toujours le terrain. Et on recommence avec "Le Carnet", une nouvelle "zone à défendre."

C'est un peu fort. Trois ans après, la loi n'est toujours pas appliquée. N'est-ce pas du séparatisme ? La dégonfle, dans tous les cas !

Aliocha

Cadeau pour vous, Clovis, jouissez donc avant que de mourir :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Corbeille_de_fruits#/media/Fichier:Canestra_di_frutta_(Caravaggio).jpg

Achille

@ Michel Deluré | 07 septembre 2020 à 11:26
« Il est manifeste qu'à la banalisation de la violence, donnant à cette dernière un caractère déplorablement ordinaire, l'ensauvagement ajoute en revanche à celle-ci un caractère brutal, s'affranchissant de toute humanité. »

Il est clair que 2019 a connu une recrudescence des actes de délinquance. La cause est principalement les manifs du samedi des Gilets jaunes qui ont eu pour effet la déferlante des casseurs de toute nature : anars de l’ultra-gauche mais aussi les racailles de banlieue qui profitent systématiquement des manifs, quel que soit le motif, pour brûler des poubelles, les voitures, mais aussi, et surtout, pour aller piller des magasins de préférence de matériels high-tech (téléviseurs, ordinateurs, mobiles, chaîne HI-FI).

Cet ensauvagement n’est donc pas le fait de la venue de migrants sur notre territoire, mais de gens qui ont la nationalité française, comme vous et moi.

Concernant l’année 2020, une autre forme de violence est apparue avec le confinement, à savoir les violences dans les foyers.
La promiscuité, l’enferment à domicile deviennent très vite insupportables, surtout pour les enfants qui ne supportent pas ces conditions d'isolement. Bien sûr ce sont ces derniers ainsi que les femmes qui ont été les premières victimes.

Là encore les migrants, clandestins ou non, ne sont pas responsables de cet état de fait.

Mais bien sûr quand on veut noyer son chien on l'accuse de la rage... Et certains partis (de droite) n'hésitent pas à faire l'amalgame.

breizmabro

@ jack 07 septembre 11:25
"Apothéose à Fréjus. Elle a aiguisé ses couteaux"

Ne pas oublier que Marine Le Pen a été une très bonne avocate avant de devenir une femme politique.

Du coup elle sait comment titiller ses anciens confrères aux ego surdimensionnés pour les faire, comme dans un prétoire, révéler leur catéchisme.

Dupond en répondant à madame Le Pen comme dans un prétoire, alors qu'il est garde des Sceaux, est tombé dans le piège qu'elle lui a tendu.

Bravo Marine Le Pen pour le gain de ce premier round !

Clovis

@ Giuseppe | 07 septembre 2020 à 12:50
@ Achille | 07 septembre 2020 à 13:33

Comment faites-vous pour regarder encore la télé. Nous l’allumons seulement pour le Tour de France, les Jeux olympiques et cela depuis près de vingt ans et aussi parfois pour suivre des événements mondiaux exceptionnels.

La télévision française est un lieu d'appauvrissement de l'esprit et pour les âmes simples une incitation à la violence, à la haine, elle sert pour diffuser la propagande politique de nos gouvernants, sans parler d'une secte qui dirige le droit d'accès à la présentation et au déroulement d'émissions débiles mais très bien rémunérées.

Nos soirées sont consacrées habituellement à la lecture.

Mary Preud'homme

@ Clovis | 07 septembre 2020 à 14:17

Merci d'avoir cité Rabindranath Tagore, poète inspiré et visionnaire dont l'art transcende toutes les cultures...
L'écouter est une musique qui régénère tous les sens et invite à la danse rythmique avec l'univers...

À la recherche de l'étoile perdue ?
"Cependant, dans le profond silence de la nuit, les étoiles sourient et murmurent entre elles : [Vaine est cette recherche ! Une perfection ininterrompue est partout]" (R. Tagore in l'Offrande lyrique traduit par André Gide)

Serge HIREL

@ Achille 7 septembre 2020 à 11:19

Julien Dray... Le problème est qu’il traîne un passé - un passif... - à la fois trop clinquant et peu brillant. Je ne parviens pas à ne pas m’en souvenir dès qu’il est à l’image...
Quant à L’Heure des pros, Pascal Praud a-t-il bien compris qu’il n’est pas éditorialiste, mais animateur d’une émission qui reçoit des éditorialistes et des personnalités qui sont là pour débattre et non pour s’invectiver à sa demande ? A-t-il bien compris qu’il n’était même pas arbitre ? Il est peut-être temps qu’il regagne un service des sports et soit chargé de commenter la boxe... Son attitude fait que cette émission, dans la quasi-totalité des cas, n’apporte rien. Sauf certains mercredis...

-----------------------------------------------------------

@ Michel Deluré 7 septembre 2020 à 11:26
« La banalisation de cet ensauvagement »

Selon moi, cette formulation ne reflète pas plus la réalité que « banalisation de la violence ». Le terme « banalisation » sous-entend à la fois habitude et acceptation d’une situation ou, au moins, indifférence à son égard de ceux qui y sont confrontés. Le mot « ensauvagement » se suffit à lui-même pour la décrire.
Le nombre d’agressions sauvages augmentant au fil des jours, on peut dire « progression de l’ensauvagement » - constat quantitatif - ou « aggravation de l’ensauvagement » - constat « qualitatif ». Mais sûrement pas « banalisation ».

Giuseppe

@ Achille | 07 septembre 2020 à 13:33

Nous sommes au moins deux.

Clovis

@ Aliocha | 07 septembre 2020 à 12:09

Comme l'a dit quelqu'un, "Heureux les simples d'esprit le royaume du ciel est à eux". Je suis certain que vous êtes une personne heureuse et merci pour toutes les belles phrases que vous nous offrez comme une corbeille de fruits jaillissant d'une âme parfaite et vagabonde comme celle de Rabindranath Tagore, dont l'esprit danse et plane sur les vagues de la vie parmi les voix des marées et des vents.

Continuez à chanter votre bonheur, mais... non, rien !

Exilé

...Jordan Bardella pour qui toute la magistrature serait gangrenée par l'extrême gauche...

J'ignore ce que M. Bardella a exprimé sur la question, mais n'oublions pas que même si une minorité de la magistrature est encartée auprès de syndicats nauséabonds, il n'en demeure pas moins qu'une grande partie de la société française - magistrature comprise - est travaillée de façon plus ou moins consciente par le gauchisme insidieux diffusé par les médias dominants, comme nous pouvons parfois hélas le constater sur ce blog d'après les réactions de commentateurs qui affichent des sympathies pour des partis dits de « droite » mais qui reprennent souvent les calembredaines forgées par les milieux gauchistes comme s'il s'agissait de vérités premières.

Achille

@ Giuseppe | 07 septembre 2020 à 12:50

Exact et encore, les responsables des GG ont viré Anasse Kazib, syndicaliste Sud Rail qui attirait certes un certain public (genre Gilets jaunes issus des classes de transition et supporters du PSG tribune Boulogne) mais sortait régulièrement des énormités hallucinantes. Même Jérôme Rodrigues paraissait intelligent à côté de lui, c'est tout dire !

Ceci étant les GG et les émissions de Hanouna, c’est je ne supporte pas.

Giuseppe

@ Achille | 07 septembre 2020 à 11:19

Sans compter les Grandes Gueules qui sont une horreur, ça gueule, ça crie, ça toutologue dans les grandes largeurs, insupportable. J'ai tenté lors de ma partie de home-trainer de m'y intéresser sans succès, j'y ai renoncé.
Et cette Barbara Lefebvre SUV des plateaux, qui se dit enseignante ?
INSUPPORTABLE !

Aliocha

Reste à savoir si la tradition ira jusqu'à dissimuler la vérité scientifique qui permet la description rationnelle de la persécution, permettant d'envisager un futur viable pour l'humanité en renonçant aux représailles, à la France en Europe de savoir montrer l'exemple de sa rationalité, croire ou ne pas croire est une égalité, athées comme croyants ont droit à s'exprimer, s'ils respectent cette laïcité de la fraternité sans laquelle il ne pourra jamais y avoir de liberté.
Vive la démocratie, citoyens.

Michel Deluré

@ Achille 06/09 18:11

Objectivement, on ne peut affirmer « qu'ensauvagement » et « banalisation de la violence » soient exactement la même chose.
Il est manifeste qu'à la banalisation de la violence, donnant à cette dernière un caractère déplorablement ordinaire, l'ensauvagement ajoute en revanche à celle-ci un caractère brutal, s'affranchissant de toute humanité.
Sur l'échelle de la violence, l'ensauvagement nous situe à un niveau beaucoup plus élevé que celui de la simple banalisation.
Nous en arrivons là au stade où la règle pour ceux qui s'adonnent à cette violence, c'est justement et dramatiquement l'absence de règle.
Et c'est l'impuissance ou le manque de courage des exécutifs successifs, mais aussi de notre société tout entière, à apporter des solutions aux multiples causes de cette violence qui participe finalement à la banalisation de cet ensauvagement.

jack

Intéressant.
Toute la classe politique se remue à présent, elle est hantée par les violences et le séparatisme.
Apothéose à Fréjus. Elle a aiguisé ses couteaux.
Mais en réalité, le discours vise principalement les politiques (hors RN).
En fait, on voudrait nous dire, virez-moi tout ça, laissez-moi gouverner et je vais régler tous les problèmes.
La grande illusion.

Achille

@ Serge HIREL | 07 septembre 2020 à 00:03
« Si elle n’est pas dure, la droite n’est pas la droite. Quant à la gauche... vous voyez ce que je veux dire... Mais cela n’a pas été toujours le cas »

Exact. Il fut une époque où la gauche ne se laissait pas emporter par des considérations populistes et s’adressait plus à l’intelligence des citoyens qu’à leur instinct.
Depuis la formation de LFI et EELV nouvelle mouture (l'ancienne n'était pas terrible non plus) cette gauche racoleuse utilise les mêmes clichés que le RN, avec les mêmes scénarios catastrophes, mais avec des arguments opposés.

Mais il reste quelques anciens de la gauche mitterrandienne qui ont refusé de rentrer dans ce mode de communication primitif.
Je pense notamment à Julien Dray qui sur CNews a des échanges très pertinents avec Gilles-William Goldnadel,

Ces deux personnalités que tout oppose sur le plan des idées parviennent à confronter leurs idées sans s’invectiver en permanence. En clair ils sont capables de se respecter l’un l’autre, ce qui constitue un apport non négligeable en termes de crédibilité.
Par contre l’Heure des pros, où tout le monde parle en même temps, c’est tout simplement la cata. Je ne regarde plus que le mercredi quand Philippe Bilger est invité, enfin quand je ne suis pas empêché par d'autres activités.

Walson

@ Ellen | 06 septembre 2020 à 23:44

Si Dieu existait et s'il avait voulu envoyer une messagère pour parler du fléau qui s'implante dans notre terre occidentale actuellement, ce serait sans doute Wafa Sultan.

Elle est mondialement connue et il suffit de taper Wafa Sultan sur votre clavier... certains de ses entretiens les plus beaux ont déjà été effacés de YouTube !

Et pendant ce temps des mécréants politiques de notre pays veulent faciliter l'introduction du mal pour en tirer sa substance.

Écoutons Wafa Sultan.

https://www.youtube.com/watch?v=AxfP42ajz5U

https://www.youtube.com/watch?v=MFgZz1eKJUc

https://www.youtube.com/watch?v=w3tt6LIW6Wk

Xavier NEBOUT

"...l'absurdité de Jordan Bardella pour qui toute la magistrature serait gangrenée par l'extrême gauche" (PB)

"Oui" et "non", parce que nous sommes toujours dans l'attente de voir des magistrats protester contre le poids du Grand-Orient et de l'idéologie gauchiste dans la magistrature, ainsi que le manque de places de prison.

Nous n'allons plus pouvoir prononcer de mise en détention préventive depuis le revirement de cet été, suite à la condamnation de la France par la CEDH sur les conditions indignes de détention, et à juste titre, car personne ne mérite d'être enfermé à plusieurs dans une cellule infecte, et à plus forte raison de manière préventive.

Si on veut faire de la place, réactivons la peine de mort, mais n'abaissons pas l'homme.

Exilé

La République, sujet noble s'il en est

Celle de Platon, peut-être.

En ce qui en concerne une certaine autre fondée sur le crime, le mensonge, les pratiques mafieuses et l'auto-tyrannie, qu'il nous soit permis de nous montrer plus réservés...

Vamonos

La terre a fait 150 fois le tour du soleil depuis la proclamation de la République française ! M. Macron était là pour commémorer cet instant unique, il a brassé un peu de vent avec son pipeau.

Des rotomontades oubliées sitôt proférées restent dans la lignée de la révolution permanente et de la réécriture de l'histoire dans le sens politiquement à gauche.

Claude Luçon

@ Ellen | 06 septembre 2020 à 23:44

Remarquable et courageuse interview, surtout datant de 2004.
D'une extraordinaire beauté (persane) pour une femme de 50 ans !
Il serait intéressant de savoir ce qu'elle pense aujourd'hui.
Elle mentionne l'utilisation que font les islamistes de nos moyens scientifiques et technologiques pour leurs communications et attentats en se référant au 11-Septembre.

Ayant vécu et travaillé chez ces gens, dans leur environnement, j'ai toujours pensé, et le pense toujours, que là est leur faiblesse : cette dépendance dont ils sont toujours incapables de se passer sans être capables de se donner les moyens scientifiques et technologiques de les acquérir professionnellement et les maîtriser.

Ils ont perdu le talent de leurs ancêtres dans ce domaine, rattraper ce retard leur est indispensable, pire, la chose est incompatible avec la religion des islamistes.
La majorité (51 %) de leurs étudiants en sciences et ingénieries sont des jeunes filles ce qui est aussi incompatible avec l’islamisme.
Le pétrole ne durera pas éternellement, le noir seul restera mais pas l'or dans leurs revenus !

Nos féministes, au passage, feraient bien de penser que seulement 17 % de jeunes filles en France étudient sciences et technologies sous le faux prétexte qu'elles ne comprendraient pas les mathématiques !
Pourtant les mathématiques sont un élément essentiel aux Galeries Lafayette et autres laboratoires du même genre en particulier les notions de débit et crédit.
Il y a là un sérieux problème si elles veulent réellement voir un jour une égalité homme/femme en France.
Les salaires et responsabilités se nivèleront le jour où les hommes dépendront de leurs compagnes pour 50 % dans l'évolution des sciences et technologies, dans la conception et la fabrication des engins du futur.

————

Sur un tout autre sujet. RMC Canal 23 reprend les émissions "Faites entrer l'accusé !". Nous avons eu droit ce soir à un replay du cas Mamadou Traoré où figure, en bonne place, notre hôte en sa qualité d'Avocat général.
Peut-être serait il bon de le présenter régulièrement aux magistrats laxistes pour qu'ils voient et entendent dire que leur rôle est d'abord de protéger la société et moins de s'apitoyer sur la psychologie d'un criminel même si celui-ci est supposé possédé par un mauvais sort vaudou !

Mary Preud'homme

@ Ellen | 06 septembre 2020 à 23:44

Merci pour le lien.

Serge HIREL

@ Achille 6 septembre 2020 à 18:11
« « Ensauvagement » et « banalisation de la violence », ça veut dire le même chose. »

Non, non et non !
L’ensauvagement signifie l’irruption et la présence de sauvages dans un monde civilisé... Ce qui, pour le moins, est peu banal...
La banalisation signifie la transformation d’un phénomène rare en fait habituel. La violence, jusqu’alors peu ordinaire, serait donc devenue une simple habitude dans la société française... Parlez-en à ceux qui la subissent...

En français, les mots ont un sens précis. Et Jupiter et les macronistes n’y peuvent rien !
De même, transformer « l’insécurité » en « sentiment s’insécurité » relève au mieux du contresens, en réalité d’une volonté de manipulation parfaitement indécente.

« La droite dure », « La gauche neuneu ». Pourquoi ajouter ces qualificatifs qui forment pléonasme ? Si elle n’est pas dure, la droite n’est pas la droite. Quant à la gauche... vous voyez ce que je veux dire... Mais cela n’a pas été toujours le cas.

Ellen

Ecoutez cet époustouflant témoignage direct à visage découvert.

Elle nous met en garde ! Que Emmanuel Macron et tous ces traîtres qui veulent continuer de détruire la France soient prévenus.

Elle ajoute vers la fin :

"Ne pas utiliser notre indulgence, française et européenne, pour imposer l'intolérance de l'Arabie Saoudite".

Tout est dit. On est en plein dedans !

Cette dame, très intelligente, cultivée et instruite, témoigne à visage découvert d'un grand danger pour nous.

Important - Ouvrez vite ce lien avant qu'il ne soit trop tard !

https://www.youtube.com/watch?v=fc5NR8MJkmY&ab_channel=InaTalkShows

Chemin de traverse

@ Denis Monod-Broca

Merci pour le lien. Je ne suis pas abonnée et donc ne peux le lire jusques au bout. En 2015, je n'étais pas plus abonnée.
Vingt ans de stricte observance religieuse et réflexion sur les textes permettent certaines considérations. Ne vous y trompez pas, ce sont les nonnes qui m'ont formée et un juriste qui a fignolé.
Bien à vous.

Exilé

Thèmes en or pour un président cultivé...

Mais alors, s'il est si cultivé que cela, pourquoi raconte-t-il autant de billevesées, par exemple quand il évoque « les crimes de la colonisation » ?
Peut-être le fait-il alors exprès, par pure provocation ?

Denis Monod-Broca

@ Chemin de traverse

À propos du blasphème :

https://www.lemonde.fr/le-monde-des-religions/article/2020/09/06/pourquoi-le-blaspheme-continue-a-faire-scandale_6051162_6038514.html#xtor=AL-32280270

Michelle D-LEROY

Le Président est doué pour les discours. Il aime marquer les anniversaires et rendre des hommages, démontrant sa bonne volonté envers la France et les Français, sauf que cela sonne creux.
C'est un peu comme la chanson d'Annie Cordy (*) "j'voudrais ben, mais j'peux point".

Non seulement, après trois ans de Présidence on constate qu'il est impossible pour le Président de parler ferme et sans ambiguïté, mais en plus il demande indirectement aux élus locaux et aux magistrats de régler le problème de ce qu'il prend pour de simples incivilités. Quel courage !
C'est bien à lui de donner l'impulsion et de défendre son pays, sa culture et ses compatriotes. Il doit montrer le chemin avec conviction, tandis qu'il ne peut se départir du "en même temps". Les nominations d'un Darmanin et d'un Dupond-Moretti en sont la démonstration.

Deux de nos soldats ont été tués au Mali hier, on suppose qu'il viendra encore une fois répéter les mêmes mots dans la cour des Invalides pour honorer leur courage. Que faire à la longue de mots non suivis d'effets, laissant ainsi à ceux qui se moquent de notre République toute latitude pour continuer à faire des pieds de nez aux Français ?

Walson a bien raison lorsqu'il dit que la Ve République avait été taillée à la mesure du Général de Gaulle et qu'elle n'est plus d'aucune efficacité actuellement, surtout depuis la mise en place du quinquennat et donc d'un parlement élu dans la dynamique de l'élection présidentielle qui ne permet plus au peuple de s'exprimer entre-temps.

(*) Le décès d'Annie Cordy, qu'on l'ait aimée ou pas, nous rappelle un peu plus les changements profonds de notre société des dernières années. Cette joyeuse chanteuse nous rappelle une époque de gaîté et d'insouciance, qui a disparu au profit d'une gravité imposée par une bien-pensance qui décide pour nous de ce qui est bien ou non.

Achille

« Parce que, par ailleurs, je le trouve subtilement mais clairement en contradiction avec l'euphémisation récente qu'il a souhaitée en préférant au terme d'"ensauvagement" celui de "banalisation de la violence que rien ne légitime »

Il serait peut-être temps d’arrêter de chipoter sur les mots.

« Ensauvagement » et « banalisation de la violence », ça veut dire le même chose.
Ce qui importe c’est de découvrir l’origine de ce malaise qui ronge notre jeunesse depuis trop longtemps et d’y mettre un terme.
Alors bien sûr tout le monde voit ce mal à l’aune de ses convictions politiques.

Pour le RN et la droite dure (Ciotti et cie), ce sont bien sûr les migrants qui sont envoyés sur notre territoire par des puissances étrangères qui d’ailleurs financent généreusement nos principaux clubs de football.

Pour LFI et la gauche neuneu, c’est la stigmatisation que subissent les gens qui ne sont pas vraiment blancs, pas du tout catholiques et qui ne s’habillent pas et ne mangent pas comme nous.
Les deux cas peuvent se présenter parmi les actes de violence que montrent à loisir les chaînes d’info continue.
Mais de là à en tirer une loi générique il y a un pas qu’il serait malsain de franchir.

Hier j’étais au mariage d’une de mes nièces. Elle s’est mariée avec un gars d’origine maghrébine. Ce gars-là est gérant de société, il parle trois ou quatre langues (dont l’arabe) et est parfaitement intégré dans notre société occidentale.
Elle c’est une bonne française, blanche, catho. Elle est même agrégée de lettres (ben oui, même dans ma famille, il y a des agrégés…).
Ils vivent ensemble depuis déjà une dizaine d’années. Ils ont un enfant et s’entendent merveilleusement bien.
Que l’on se rassure. Il y a aussi des mariages mixtes heureux !

Serge HIREL

@ Tipaza 6 septembre 2020 à 09:44

J’ai suivi et je vous approuve. Qu’au son creux des tambours, Sa Seigneurie soit remerciée... au plus vite.

----------------------------------------


@ Denis Monod-Broca / 06 septembre 2020 à 10:42

Le droit au blasphème... Bien d’accord avec vous. Il est aberrant de dire « en même temps » que la France est un Etat laïc et que les Français jouissent d’un droit au blasphème. Le blasphème étant une notion strictement religieuse, l’Etat laïc n’a pas à en reconnaître l’existence, encore moins à s’en préoccuper. Seuls blasphèment leur Dieu les fidèles d’une religion qui le vénère et eux seuls sont, en tant que tels, punissables par celle-ci... et encore à condition que la sanction soit compatible avec le droit français. La moindre menace contre un « infidèle » ayant « blasphémé » un Dieu auquel il ne croit pas devrait faire l’objet de poursuites pénales pour atteinte au principe de la laïcité. Dans l’affaire « Charlie », le fait que les tueurs aient revendiqué avoir agi pour punir le « blasphème » des journalistes doit être considéré comme une circonstance aggravante.
La République renouvelée par l’Europe... Tout juste une autre aberration. Elle est au contraire affaiblie par elle, l’Etat laissant filer des pans entiers de sa souveraineté et réduisant ainsi à la fois le rôle de nos institutions républicaines dans l’exercice de celle-ci et les prérogatives des Français dans la conduite de leurs intérêts nationaux. Prochaine étape : l’arrivée d’un parquet européen qui devrait être opérationnel dès le 20 novembre. Il « déchargera » les parquets nationaux de la poursuite, de l’instruction et de la mise en accusation des personnes ayant porté atteinte aux intérêts financiers de l’Union, quelle que soit leur nationalité. Cette institution est prévue par l’article 86 du Traité de Lisbonne de 2009 et la France a donné son feu vert à sa création en octobre 2017. A terme, le parquet européen sera aussi chargé de la criminalité grave ayant une dimension transfrontières. En clair, notre justice prend en catimini le chemin de l’intégration européenne.

Exilé

@ Serge HIREL
« Mais pas un mot sur les multiples viols qu’il subit à chaque instant : charabia franglais des présentateurs TV, slogans publicitaires en anglais... »

Sans oublier le sabir du genre « fake news », « start-up nation » ou « choose France » des gens qui tentent laborieusement de se faire passer pour des chefs d’État...

https://www.youtube.com/watch?v=obGfbpfZzJQ

boureau

"Séparatisme"

Des mots, encore des mots !

À quand les actes cher P. Bilger ?

Jusqu'au dernier jour du quinquennat, Macron nous gratifiera de mots que religieusement, vous commenterez avec des mots.

C'est ainsi que l'Histoire avance.

Cordialement.

Chemin de traverse

@ Ellen

L'un des dix commandements dit : "Tu ne prononceras pas le nom de Dieu en vain".
Devenu selon les sites : "Tu prononceras le nom de Dieu avec respect".
La France est de tradition catholique.
Le blasphème dans les textes s'entend avec le verbe "prononcer" c'est-à-dire si j'extrapole, nommer Dieu publiquement et de travers. Jusque-là vous suivez.

Si donc Dieu est aussi Allah, ce sont les tueurs qui blasphèment en assassinant au nom de Dieu (donc Allah).
En clair, tu ne rendras pas Dieu responsable des exactions que tu prétends commettre en son nom.

Les blasphémateurs sont donc bien les imprécateurs-tueurs.
Le prophète n'étant pas Dieu mais son messager, le blasphème ne le concerne pas.

Nous sommes de tradition catholique et cela doit donc être argument contre argument... Je plains les athées auxquels on saborde la liberté d'expression ! et qui doivent subir.

Serge HIREL

« Thèmes en or pour un président cultivé - la République, sujet noble s'il en est - et doué pour les constats qui ont ce grand avantage et l'extrême faiblesse, grâce à la magie du verbe, de n'être pas obligatoirement validés par la puissance de l'action » (PB)

Qu’en termes galants ces choses-là sont mises (Molière, « Le Misanthrope », Acte I scène 2 vers 314).
Cher Philippe, vous avez l’art et la manière d’exprimer vos reproches dans l’écrin d’un compliment.
Je serai plus direct. Elève de l’ENA, Macron aurait obtenu une bonne note pour ce discours tout en citations et en références qui illustre à merveille les bienfaits de la République et appelle à sa défense en termes choisis. Académicien - bon, ce n’est pas pour demain -, il aurait obtenu quelques maigres applaudissements polis, tant son hymne n’a rien d’une éloquence nouvelle. Il ressemble à d’autres qui, depuis 150 ans, ponctuent ces grands-messes qui célèbrent nos Républiques. Une ovation plus nourrie aurait peut-être salué son propos glorifiant la langue française...

Président de la République, il a, une fois de plus, évité l’obstacle, repoussé l’échéance. Qu’il commémore la République, soit ! Mais, constatant qu’elle est en danger, son premier devoir est de la protéger. Et les mots, même s’ils sont forts et dits sur le ton de la fermeté, n’y suffiront pas.
Choisir de prononcer ce discours au Panthéon pouvait laisser supposer que, cette fois, appelant aux mannes des plus illustres Français et Françaises reposant là, dont il a d’ailleurs rappelé l’engagement indéfectible et les combats pour la France, il allait passer aux actes, définir clairement sa politique contre le communautarisme, le séparatisme, la violence aveugle, l’ensauvagement.

Choisir de prononcer ce discours au cœur du Quartier latin pouvait laisser supposer que, sur le terrain de jeu des anarchistes qui, en 1968, ont fait trembler la République avant de l’affaiblir par la diffusion de leurs dogmes libertaires dans l’appareil de l’Etat et la société, il allait définir les moyens de refaire nation, de rendre aux Français la fierté de l’être, de reforger ces liens entre nous qui faisaient notre force.

Pschitt !... Rien de tout cela. Une belle dissertation. Une adresse solennelle à cinq nouveaux Français... Quelques flèches aux fauteurs de troubles... Un instant de théâtre. De mauvais théâtre. Même Mitterrand, la rose au poing, avait su, lui, en ce même lieu, en mai 1981, apporter de la chaleur humaine, susciter l’adhésion nationale, en un mot, parler aux Français.

Un seul passage de son discours, juste avant une péroraison d’un classicisme sans relief, a retenu mon attention, mais aussi provoqué ma déception. Affirmer que le français est « le ciment » de notre nation, rappeler qu’il a « engendré la France », en « faire le berceau de la République », voilà qui ne peut que réjouir le francophone viscéral. Mais pas un mot sur les multiples viols qu’il subit à chaque instant : charabia franglais des présentateurs TV, slogans publicitaires en anglais, vocabulaire des jeunes de plus en plus pauvre... Et pas la moindre allusion à sa défense.

Qu’on ne vienne pas me dire qu’il est difficile, complexe, coûteux de la mettre en place. Un simple exemple : en s’inspirant de la loi du Québec n° 101 qui établit la prédominance du français en matière de publicité, pourquoi ne pas obliger agences et annonceurs à utiliser dans leurs slogans - « baselines » en jargon - les termes français quand ils ont exactement la même signification que les mots anglais utilisés ? « SFR enjoy » deviendrait « SFR profiter » ou « SFR savourer » ou « SFR prendre plaisir » ou « SFR jouir »... Cela ne sonne-t-il pas mieux à votre oreille ?

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS