« Une tenue républicaine et la Cour suprême : un choc ? | Accueil | Pourquoi le "magistrature bashing" demeure-t-il un sport national ? »

26 septembre 2020

Commentaires

Jean-Marie Thiers

Alors, où se réfugier ? Peut-on encor expliquer ? Argumenter, quand la proximité théorique n'est pas au rendez-vous ? Quand la différence n'explique plus le progrès ? Pauvre maire de Bordeaux, vilipendé, traité de c*n avec son arbre mort, quand il a expliqué qu'aller couper un sapin au diable vauvert et le ramener en camion avait coûté 60 000 € à la commune, qu'il avait raison, bien qu'écologiste agressif et mal inspiré...

Expliquer, s'expliquer, ce que la polémique ne permet qu'à reculons, mais que notre bridage de la pensée pour les besoins invoqués/prétendus de la masse empêchent et répriment, est devenu un exercice périlleux. Polémiquer inspire la foudre que l'élégance tempère.
Les hurlements du coeur éloignent des autres et fait rechercher leur compagnie, dans la paternité du groupe.

Tillinac, par sa clarté, désorientait ceux que la brume favorise ou qui avancent masqués.
Un sujet plutôt classique à cet égard me revient à l'esprit: "Faut-il haïr la raison ?" Qui s'y colle ?

Robert

Belle oraison funèbre que Denis Tillinac méritait bien de votre part car, comme vous et moi, il célébrait son choix d'être "réac" !
Oui, il sentait bon la province par son esprit qui n'ignorait rien de Paris bien entendu. Un Français complet et non pas hémiplégique.
La France perd ainsi un bel esprit français.

sbriglia

Émouvant hommage.
Je le rencontrais souvent l’été, dans cette Xaintrie qu’il aimait charnellement.
Fin août il me dédicaçait son "Dictionnaire amoureux du Général".
Il fumait comme un pompier, il fulminait contre la sottise, il illuminait de sa présence nos soirées cantaliennes.
La Xaintrie et la France sont un peu orphelines aujourd’hui.
Denis, tu nous fais un dernier clin d’oeil en partant le jour anniversaire de la disparition de celui que tu aimais tant, Jacques Chirac.

Alpi

Bien vu et surtout bien écrit cher Philippe.

Je l'aimais bien ce bougre. Homme s'affichant de droite (comme quoi, tous les écrivains et journalistes ne sont pas de gauche !), mais d'une droite tolérante, non sectaire, ouverte, terrienne, c'est-à-dire pleine de bon sens paysan.
Je ne le connaissais pas personnellement, mais j'aurais aimé être son pote.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS