« Ai-je mauvais esprit ? | Accueil | ENM : un vrai corporatisme va remplacer l'autre ! »

20 septembre 2020

Commentaires

F68.10

@ Serge HIREL
"Vous me paraissez un peu sévère avec les médias français..."

Oui, je suis sévère. Parce qu'ils me gonflent à être ronflants et pompeux. Vous râlez contre les formulations hagiographiques dans Wikipédia ? Vous avez parfaitement raison. Et j'en fait de même au sujet des journaux français.

Vous avez raison sur le fait que le journalisme US n'est absolument pas sans reproche. Mais quand je regarde Fox News, je trouve que même dans l'engueulade, il y a un respect du cadre argumentatif que je ne trouve pas en France. J'apprécie voir un gaucho se défendre bec et ongle, en lui laissant la parole, sur Fox News. En France, mis à part Taddéï à une époque, où on avait des gens qui débattaient -- malgré tous les défauts qu'on pouvait lui trouver -- je trouve que le paysage est vraiment pauvre. Quand je vivais à Paris, je lisais essentiellement Courrier international...

"Je crois que les contenus des médias et la manière dont ils les traitent sont le reflet des comportements et des attentes des populations auxquelles ils s’adressent."

Exact. Et c'est probablement parce que j'ai été élevé dans une culture très anglo-saxonne que je ne supporte pas la presse française. Je vous le concède. Volontiers.

"Au-delà d’une apparente posture de fronde permanente, les Français ne sont-ils pas depuis toujours mus par le sentiment profond de la nécessité d’un guide ? Pourquoi s’étonner dès lors que leurs médias soient « faiseurs d’opinion » ?"

Eh bien, je m'inscris personnellement en faux contre cette attente, et j'espère justement que de plus en plus de Français refuseront ce "sentiment profond de la nécessité d'un guide" pour enfin comprendre que c'est à eux et non pas à Jupiter, Marine ou Mélenchon de décider de leurs vies. Une association, c'est fait pour diriger, par exemple, un école. Pas pour quémander des subventions à la tête du client.

"Il est rare que, pour un seul et même fait, il n’y ait qu’une vérité."

En pratique, c'est complexe. Mais la pratique ne doit pas être un prétexte à nier l'existence ou la possibilité d'une théorie quant à la façon de hiérarchiser l'information. Quand j'entends Aphatie affirmer qu'il hiérarchise ses informations "au pif" (sic), je m'interroge.

"Finalement, le mot le plus exact pour définir le devoir des journalistes et donc des médias, ne serait-il pas « honnêteté » ?"

Je pense que ce que vous appelez l'honnêteté est insuffisante, et n'est pas une excuse au manque de méthode et encore moins au refus de la notion de méthode. Maintenant, il ne s'agit pas de mettre la tête de journalistes au bout d'une pique -- nous ne sommes pas à Raqqa... -- mais de refuser qu'il s'exonèrent rhétoriquement de cette perspective d'exigence.

Serge HIREL

@ F68.10 23 septembre 2020 à 19:59

Vous me paraissez un peu sévère avec les médias français... Ils ne sont pas parfaits, mais leurs confrères anglophones le sont-ils plus ? Fox News n’est pas un modèle d’un contenu sans reproche et les tabloïds londoniens ont le sens du titre racoleur, mais souvent éloigné de la vérité... Et, en ce moment, les grands quotidiens US profitent à fond de l’Amendement n°1 pour influencer l’opinion publique en faveur de Trump ou de Biden...

Je crois que les contenus des médias et la manière dont ils les traitent sont le reflet des comportements et des attentes des populations auxquelles ils s’adressent. Au-delà d’une apparente posture de fronde permanente, les Français ne sont-ils pas depuis toujours mus par le sentiment profond de la nécessité d’un guide ? Pourquoi s’étonner dès lors que leurs médias soient « faiseurs d’opinion » ?

« Neutralité », « objectivité »... Nous sommes entièrement d’accord sur l’impérieux devoir des médias de rechercher et de présenter « la » vérité. Notre désaccord sur le mot à employer n’est que sémantique. Pour ma part, si « objectivité » est bien l’exact contraire de « subjectivité », sa racine le rapproche trop d’« objectif », qui, lui, est un terme ambigu, synonyme à la fois d’impartialité et de cible. Cibler, c’est choisir... choisir entre deux vérités...

Il est rare que, pour un seul et même fait, il n’y ait qu’une vérité. Chacun, témoin d’un événement, le vit et le rapporte en fonction de son angle de vue et, surtout, de son ressenti et de ses convictions. Le devoir du journaliste, qui ne peut accéder à « la » vérité, n’est-il pas alors de rester neutre en présentant à égalité les différentes versions, en tout cas, en n’occultant pas celles qui ne conviennent pas à son opinion personnelle ?

Finalement, le mot le plus exact pour définir le devoir des journalistes et donc des médias, ne serait-il pas « honnêteté » ?

F68.10

@ Serge HIREL
"Je suis parano ?"

Non, vous n'êtes pas parano. Je fais souvent un comparatif entre Wikipedia en anglais et Wikipédia en français. Et effectivement, on voit passer plein de jolies petites choses comme cela.

Mais, à l'heure actuelle, il n'y a pas d'opération Guerrilla Skepticism on Wikipedia sur Wikipédia en français. La culture, non pas de la "neutralité", mais de l'objectivité et de la mise en place de conventions solides dans la hiérarchisation de l'information n'a pas encore pris racine en France.

Le hic, c'est que le jour où cette culture prend pied, le journalisme français devra évoluer vers un modèle moins "faiseur d'opinion" et "pompeux commentariat". Pour l'instant, il semble effectivement que ce soit plus confortable pour tout le monde que l'idéologie triomphe sur la culture du fait et la culture de la preuve.

Serge HIREL

D’évidence, si l’on ne tient compte que des mesures d’audience de Médiamétrie, les chaînes d’info en continu, dont les émissions les plus regardées drainent au mieux quelques centaines de milliers de téléspectateurs, ne peuvent agir que bien peu sur l’opinion publique. De même, si, dans la petite sous-préfecture proche de mon domicile, on demandait aux passants qui sont Michel Onfray, Elisabeth Lévy ou Alain Finkelkraut, le résultat serait décevant. Pas même Eric Zemmour ne s’en tirerait avec les honneurs...

Cette inquiétude sur la présence continuelle de tel ou tel dans les programmes de ces chaînes, sur l’orientation de leur ligne éditoriale, que l’on perçoit dans certains des commentaires de ce blog, serait-elle sans fondement ? La gauche perdrait-elle son temps à rabâcher ses antiennes dans les « débats » et les « duels » ?
Non, sûrement non ! Parce que ces téléspectateurs, qui goûtent ces discours enflammés, abscons pour beaucoup d’autres, ne restent pas passifs pour la plupart, sans même s’en apercevoir. Ils sont des relais d’opinion. Avec leurs mots, ils transmettent le message à leurs proches, autour de la machine à café, chez le coiffeur ou ailleurs. Une mimique, un petit commentaire de quelques secondes... Voilà qui est fait. L’idée chemine...
Elle chemine aussi, intensément, sur les réseaux sociaux. Certes, le « LFI » grand teint ne fréquente pas l’espace de discussion d’un « RN », mais la lecture des posts de ceux qui partagent ses opinions conforte la sienne. L’opposition se fait plus marquée, le sectarisme, le refus de dialoguer approchent...

D’autres inquiétudes ne doivent pas non plus en rester à ce seul stade du constat. Leurs causes ne sont pas nouvelles. Les grands médias sont aujourd’hui gangrénés par une approche systématiquement défavorable aux idées conservatrices. Y compris dans la presse écrite.
« Le Monde », « Libé », « L’Obs »... affichent peu ou prou leurs convictions... Mais beaucoup d’autres, en jouant la neutralité sous le prétexte qu’économiquement ils doivent plaire à tous, déséquilibrent leur ligne en faveur du pouvoir en place. D’un territoire de diffusion à l’autre, un grand titre de la PQR change de manchette en fonction de la couleur politique qui détient la mairie...

Et combien de fois ai-je entendu un journaliste d’une agence locale dire que le compte rendu du conseil municipal n’intéresse pas le lecteur... qui, aussi contribuable, passe pourtant son temps à pester contre l’augmentation des impôts... Ne pas traiter un sujet, c’est vouloir l’enterrer, c’est vouloir faire de ses lecteurs des moutons de Panurge, tout juste bons à glisser dans l’urne le bulletin qu’on leur conseille.

Quant à l’audiovisuel public, inutile de revenir sur son cas. La seule inconnue est de savoir qui, cette année, de France Inter, de France 2 ou de France Info, détiendra le pompon du meilleur courtisan masqué. Ces courbettes prêteraient à rire si ces médias, manipulés par des rédactions soumises à la multitude des gauches, ne s’adressaient pas chaque jour à des millions de Français, plus ou moins à même de déceler les couleuvres qu’on leur fait avaler.

J’en viens, comme d’autres, à me demander si, en finançant ces tricheurs, l’Etat n’oublie pas le mot « Egalité » qui pare les frontons de nos institutions. La solution est simple : la privatisation de l’ensemble de l’audiovisuel public.

La situation n’est donc guère brillante dans le domaine de l’information... et il faut avouer que les choix de CNews et de LCI doivent être perçus comme une première éclaircie dans un ciel sombre. La gauche l’a d’ailleurs bien compris et essayé aussitôt de les diaboliser.

Enfin, pour ma part, il me semble avoir identifié un autre nid de vipères, fréquenté par la quasi-totalité des internautes : les fiches du site Wikipédia, en particulier les bios. Beaucoup n’affichent pas la rigueur et la neutralité qui siéent à une encyclopédie... Prenons deux d’entre elles, consultées au hasard, celles de Michel Droit et de Julien Dray.

Pour l’ancien journaliste préféré du Général, le résumé de la bio - huit lignes - indique : « Le 27 février 1989, il tue accidentellement par balle l'industriel Jacques Chibret lors d'un safari au Cameroun ». Le fait est exact, mais a-t-il la moindre incidence sur sa carrière ? Et l’auteur en remet une couche dans une rubrique intitulé « Le chasseur », où ne figure que cette même information...

L’ex-président de SOS Racisme, lui, bénéficie d’un résumé de quatre lignes... Non, non... pour « les montres » - une affaire dont nul ne peut nier qu’elle a eu une influence importante sur sa carrière -, il faut descendre quelques pages et atteindre la rubrique « Investigations sur le train de vie de Julien Dray ». « JD est mis en cause... », écrit l’auteur, qui ensuite se planque derrière des citations...

Je suis parano ? Deux autre fiches : Max Clos, Prix Albert Londres 1962, directeur de la rédaction du « Figaro » de 1975 à 1988 : dix lignes au total, sans le moindre mot sur le fait qu’il a été aussi l’un des héros de Diên Biên Phu... Franz-Olivier Giesbert, son successeur, qui a navigué de « L’Obs » au « Fig’Mag », copain, puis pourfendeur de Mitterrand : une bonne dizaine de pages et des titres de rubriques élogieux : « Une vocation au journalisme précoce », « Des postes à responsabilité »...
Bon, d’accord, je suis parano.

F68.10

@ Mary Preud'homme
"Bravo ! Voilà un homme qui comprend les femmes."

Sexisme. Un homme a parfaitement le droit d'être estimé indépendamment du fait qu'il souhaite ou ne souhaite pas "comprendre" les femmes. Il n'y a pas d'obligation morale à "comprendre" les femmes.

Mary Preud'homme

@ Alpi | 22 septembre 2020 à 23:38
"Du coup, ma femme ne m'obéit pas... Parfois, il m'arrive de lui obéir... surtout quand elle a le Diable au corps !"

Bravo ! Voilà un homme qui comprend les femmes.

Lodi

@ Vamonos
"Sur ce blog nous avons des pseudos masculins derrière lesquels se cachent des femmes qui vivent sans homme."

Sur ce blog, se cachent des harceleurs comme Patrice Charoulet, planqués derrière leur ordinateur pour nuire à des masques qui ne leur ont rien fait.

Ou vous êtes comme ça chez vos hôtes ? Invité, on le reçoit en pleine tronche, mais d'un autre côté, on connaît possiblement des convives plus sympathiques et sinon, il reste toujours le vin.
Si on tombe mal, bonjour la réputation d'alcoolo ! Pas d'ivrogne si on maîtrise, heureusement... Mais en somme, face au vent coupant dehors ou des gens qui vous les brisent sans qu'on puisse leur casser la figure, le vin, le vin est une vraie planche de salut.
Merci, divin breuvage, divin mais pas invincible : dans ces conditions, il arrive qu'on sente moins le goût du vin, dommage... Quand même, merci au vin, je trouverai bien un lien sur le vin sauveur de désastre.

https://www.troisfoisvin.com/blog/10-bonnes-raisons-de-penser-que-le-vin-peut-parfois-sauver-vos-soirees/

Vous êtes la onzième raison : le harceleur d'identité de la soirée.

Les femmes qui se cachent ont leurs raisons, vous êtes un militant gay favorable à l'outing des siens reconverti dans la dénonciation des femmes ? C'est à croire, d'abord on commence en disant "qu'il y en a" et on les dénonce... Encore quelqu'un qui sacrifie les autres, possiblement pour leur bien. Crétins de militants, ils dénoncent des homos défavorables aux droits des homos, comprennent que ça ne donne pas une bonne image des invertis et jettent aussi les noms des preux chevaliers : après se venger des "méchants", faire payer les "bons", en tout cas, pas contre les autres, et qui se sont illustrés. Perversion !
Si les femmes ou les hommes favorables à leurs droits imitent ça, je ne dis pas bravo. L'injustice, d'où qu'elle vienne et pour quelque objet, les atteintes aux libertés, je dis non.

Le masque, c'est la liberté, et contrairement à ce qu'on dit, souvent celle de s'élever, oui, hors de la cage que les gens attendent de vous, sexe, opinion, style, que sais-je encore ?
Et vous croyez que ce nouveau et noble rôle n'oblige pas ? Quelle erreur : en fait, seul le libre a des devoirs, plus on est libre, plus on en a.

Vous savez qu'on a dénoncé maître Eloas ? Un avocat n'a pas en principe à parler comme il le fait, mais sous un masque, cela allait très bien. Que les gens sont mauvais ! Ils sont un obstacle à des gens qui ne nuisent à personne voire qui les assiste. Et que je t’instrumentalise...
En gros ou en détail, c'est selon, mais enfin, on en revient toujours là : se servir des autres, surtout les faibles. Les masques, et parmi eux, les femmes. Lesquelles doivent apprécier... Et que peut dire un homme ? Je ne suis pas une femme ? Comment le croire dans ces circonstances ? Et puis, ce ne serait pas spécialement solidaire avec ces dames.

Alors on présume qu'on va avoir l'impunité, j'imagine, on se flatte avoir bien agi ou que les gens sont échec et mat ?
C'est sans compter ma sainte horreur des démasqueurs de gens qui n'ont commis aucun crime. Quelle vie ! Porter un masque dehors, recevoir des crachats sur son masque dedans ! Le masque, dehors et dedans, c'est la sécurité, et sur le Net, la liberté.
Malgré les Charoulet et leurs disciples.

Vous ne méritez pas les confidences que des gens vous ont peut-être faites. En cas de bluff, votre manière de vous en prendre aux anonymes les plus vulnérables est encore pire que la méthode de Charoulet, contre les masques mais distribuant des indulgences à ses favoris.
Aider les femmes, diminuer la violence sur Internet, il y a toujours un bon motif pour commettre des abus !
Incroyablement naïf ou inconscient ou malveillant : j'hésite sur votre cas.

En plus pour une question oiseuse : dans un monde patriarcal type romain ancestral, la femme dépend du père, du frère, du mari : la chienne a toujours un maître pour la tenir en laisse.
Si vous commencez à entrer dans la logique de la tradition, vous en reviendrez là, j'imagine peut-être avec aménagement monothéiste : les gens choisissent quelque peu leur tradition, païenne, chrétienne, quel paganisme, quel christianisme... Il faut que les hommes et les femmes refusent tout net le retour de ce triste monde sans se dire qu'on peut bien sacrifier telle ou telle catégorie du moment qu'on ménage des exceptions, je signale qu'il me semble qu'il y a des exceptions à tout, et le nombre a peu d'importance face au principe.

Ou alors, je propose de rétablir l'esclavage, après tout, tous les maîtres n'étaient pas atroces, il y avait des affranchissements, tout, on peut toujours justifier et aménager. Tellement que lors d'un débat sur le racisme dérivant sur l'esclavage, j'avais dit que quoi qu'on pense de diverses catégories de gens, on pouvait du moins refuser l’esclavage.
Or personne ne m'a suivi quand tout le monde s'excite sur la nomination de tel ou tel dans le débat droite-gauche.

D'accord, je ne suis pas charismatique, je sais, on m'applaudit bien fort. Mais il n'y a pas que ça : les principes, les principes on s'en moque, on veut gagner contre l'autre camp, et c'est tout.
On n'imagine pas le retour de l'esclavage ou de l'infériorité juridique des femmes, par conséquent, on ne tient pas cette position, ce qui fait qu'elle pourrait être prise. En plus, même en cas de menace visible, on penserait plus prioritaire de défendre son camp, je dis donc que la probabilité s'élève d'autant... Et enfin, on entre dans la logique de l'adversaire, je vous signale que qui le fait perd toujours à la fin.

La vérité c'est que tout le monde devrait suivre cette conduite conseillée à d'Artagnan :

"Pour vous et pour les vôtres — par les vôtres, j’entends vos parents et vos amis — ne supportez jamais rien que de M. le cardinal et du roi. C’est par son courage, entendez-vous bien, par son courage seul, qu’un gentilhomme fait son chemin aujourd’hui. Quiconque tremble une seconde laisse peut-être échapper l’appât que, pendant cette seconde justement, la fortune lui tendait. Vous êtes jeune, vous devez être brave par deux raisons : la première, c’est que vous êtes Gascon, et la seconde, c’est que vous êtes mon fils. Ne craignez pas les occasions et cherchez les aventures. Je vous ai fait apprendre à manier l’épée ; vous avez un jarret de fer, un poignet d’acier, battez-vous à tout propos ; battez-vous, d’autant plus que les duels sont défendus, et que, par conséquent, il y a deux fois du courage à se battre."

Valéry

@ Herman Kerhost
"Dieudonné ne fait plus rire que dans les banlieues, chez les pro-Palestiniens, et les antisémites l'aiment beaucoup aussi. Ce qui montre que ce n'est plus l'humour que ces messieurs vont chercher, mais du rire antisémite."

Tout comme les racistes et les islamophobes préfèrent Zemmour à Romain Goupil.

Le problème avec les classes artificiellement et manu militari protégées, dans ce cas les juifs, c'est que les résultats ne peuvent se montrer que décevants : au lieu de l'homogénéité et de la paix recherchées, on glisse vers encore plus de divisions car bien d'autres classes minoritaires - musulmans, LGBT, rouquins... - vont se dire "pourquoi pas moi". Tout le monde peut s'estimer victime de l'Histoire, à un moment précis. Ou l'inventer.

Y aurait-il en France, le pays tant réputé des "Lumières", des opinions qu'on ne saurait pas déconstruire lors d'un débat ? Au point que la seule solution restante serait d'exiger l'annihilation sociale de celui qui les tient ? Ou carrément la prison, telle qu'on l'applique en ce moment même ?

Je me permets d'annexer la lettre inspirée (à mon sens) de Noam Chomsky sur la loi Gayssot :

J’apprends que Vincent Reynouard a été condamné et mis en prison au nom de la loi Gayssot et qu’une pétition circule pour protester contre ces mesures. Je ne connais rien à propos de Monsieur Reynouard, mais je considère la loi Gayssot comme complètement illégitime et en contradiction avec les principes d’une société libre, tels qu’ils ont été compris depuis les Lumières.

Cette loi a pour effet d’accorder à l’Etat le droit de déterminer la vérité historique et de punir ceux qui s’écartent de ses décrets, ce qui est un principe qui nous rappelle les jours les plus sombres du stalinisme et du nazisme.

Si la justification de la loi Gayssot est d’interdire les « opinions abominables » ou de faire respecter le droit « de ne pas craindre de vivre dans un climat » de préjugés et de racisme, alors il devrait être évident que, si de telles lois étaient appliquées de façon impartiale, elles rendraient illégales une grande partie des propos exprimés publiquement qui, même si on peut les considérer comme ignobles, devraient certainement être autorisés dans une société libre et qui, en fait, le sont, sans même que cela ne soulève la moindre question.

Par conséquent, je souhaite exprimer mon soutien à la pétition contre l’application de cette loi dans le cas de Monsieur Reynouard (ou dans tout autre cas).

Herman Kerhost

@ DAUMONT | 21 septembre 2020 à 18:52
"Allez sur Quenel + et écoutez Dieudonné"

Et bien, on en tient un bon, là !

Dieudonné ne fait plus rire que dans les banlieues, chez les pro-Palestiniens, et les antisémites l'aiment beaucoup aussi. Ce qui montre que ce n'est plus l'humour que ces messieurs vont chercher, mais du rire antisémite. Du vulgaire rire antisémite. Votre allusion au sketch de l'émission de Fogiel signe doublement l'origine de votre passion.

Vamonos

@ Xavier NEBOUT | 22 septembre 2020

Vous écrivez qu'il faut revenir aux fondamentaux de la civilisation patriarcale. Mais que faites-vous de l'existence des femmes émancipées actuellement ?
Sur ce blog nous avons des pseudos masculins derrière lesquels se cachent des femmes qui vivent sans homme. Qu'elles s'en portent mieux ou moins bien n'est pas le sujet. Que décidez-vous pour leur avenir ?

Lodi

@ F68.10

Je ne vous soupçonne pas de ne pas écouter les victimes de la Shoah et leurs descendants.

Quand je parlais du génocide vendéen provoquant l'arménien provoquant le juif, j'aurais aussi dû parler de l'Afrique, dans l'absolu. D'un côté, il y a la généalogie européenne, de l'autre l'entraînement colonial... Mais cela aurait posé certains problèmes d'angles de vue du problème, alors j'ai préféré m’abstenir, la prudence et la paresse se donnant la main.
Et pourquoi pas ? Je n'ai jamais prétendu, moi, contrairement à d'autres, être une sorte de tribun de tel ou telle catégorie de victimes... J'en défends du passé, je préviens des victimes du futur, comme les esclaves d'un gouvernement mondial tyrannique : en somme, l'esprit souffle où il veut.

C'est dire que je n'assigne rien à personne. Mais si quelqu'un la ramène en tribun, il me semble que le minimum soit qu'il assume.
Voir quelqu'un couler sa cause ou parasiter un penseur m'atterre ou me fait bouillir le sang.

Pour la Shoah et la concurrence des victimes : il y a des gens en voulant aux Juifs d'avoir le génocide le plus reconnu, d'autres en voulant aux autres personnes œuvrant à faire reconnaître d'autres génocides.
Pour moi, ce sont des hérésies jumelles, des dérives qui me dégoûtent au plus haut point, c'est se servir des victimes et non point les servir.

Mais certaines personnes, y compris juives, s'inspirent des victimes pour défendre des victimes.

https://www.cclj.be/actu/politique-societe/juifs-et-tutsi-unis-dans-memoire-0

Vous n'êtes pas trop africain, vous défendez les Africains, montrant leurs maux passés et promouvant leur développement.
Et c'est très bien.

Moi, je casse à l'occasion de l'écolo sévissant surtout en Afrique. J'ai mes raisons... Je pense qu'il y a là quelque chose de très spécifique : les humains ont progressé en passant du sacrifice humain au sacrifice animal mais nous régressons en sacrifiant des humains aux animaux.
Et puis, d'autres que moi parlent des malheurs de l'Afrique, causés par la colonisation, les satrapes locaux, les transnationales et les Eglises. Mais qui évoque les abus des écolos, on envisage d'en faire le procès, d'en peupler les prisons ?
Rarement de redonner la terre au peuple, et encore sous condition de ne pas polluer... Alors qu'il le faudrait, ne fût-ce que pour marquer son territoire, et le dégrader assez pour qu'il ne puisse plus jamais devenir une réserve naturelle dont les descendants des anciens dépossédés puissent à nouveau être chassés...

Tomber à régisseur de sa propre terre : quelle dégradation ! Et on trouve ça normal... Si on polluait le territoire des gens, ils pourraient avoir le réflexe de la sanctuariser, mais la bonne réaction après le sanctuaire fait sur le dos des propriétaires serait de la profaner : ma terre ne sera pas un lieu dont je sois une variable d'ajustement ou un domestique.
Hélas ! Les faibles doivent se plier à la dégradation suprême de consentir à leur avilissement, à être complice de leurs bourreaux impunis ! Je veux bien défendre les victimes mais pas leur ressembler, j'espère ne jamais plier devant personne. Si je ne puis briser tel ou tel nuisible personnel, du moins ne jamais m'en faire complice, et ici, je rends coup pour coup aux agresseurs, préférant l'impopularité à l'indignité.

Pour nos bons écolos, c'est l'impunité totale... Les écolos, nouveaux héros de notre temps. Tu parles ! Même pas au pouvoir d'Etat, déjà nuisibles, oui, responsables du déplacement forcé de millions d'Hommes, sectateurs d'un nouveau monothéisme, la sainte Terre, la déesse Gaïa, qui part sur les chapeaux de roue pour nuire comme l'a fait le dieu unique masculin puis les totalitarismes issus de lui.

Il y a toujours de nouveaux démons : la perceptive d'un gouvernement mondial est un danger. Un jour, un gouvernement d'une telle sorte peut survenir, après le dieu unique, le gouvernement unique, l'unique a été et sera toujours opposé à la liberté, matrice de règles n'ayant rien à voir avec l'amour qu'il prêche, matrice d'inquisition... On dirait des images et des paroles de deux films mélangés en un : résultat stupéfiant.
Oui, on pourrait faire un film de ce genre pour montrer la dissonance entre le message et la structure.

Et sans diaboliser tel ou tel dignitaire religieux ou les cardinaux : à mon avis, c'est l'idée d'unique qui est la cause principale du problème. Pas les personnes. L'unique, c'est comme l'anneau unique chez Tolkien : cela fait ressortir le pire chez les gens.
Sans diaboliser, c'est entendu, mais mieux vaut éviter les prêtres et assimilés, agressifs et sournois, souvent, ne comprenant que quand on leur répond sur le même ton, fouet contre fouet, pourrait-on dire. L'intérêt ? Aucun, par contre, il y aurait un intérêt à éviter qu'ils ne nuisent trop aux autres, sans parler de remettre à leur place d'autres nuisibles comme les écolos et d'éviter un gouvernement mondial soit une matrice à indéracinable tyrannie.

Je n'aurais pas trop de Dieu, en fait non, il inspire le pire, de plusieurs dieux pour m'aider, je présume Apollon, Artémis et Hermès, demande indirecte en passant, contre les démons.
Enfin, de qui veut, ne soyons pas difficile... Bon, et de toute façon, il n'y a pas que des démons,il y a aussi les merveilles !

J'ai dit que Jules Verne avait ouvert la conquête spatiale, ensemençant le monde de rêve que les chercheurs réaliseraient quand il parla d'aller sur la lune, cet astre inspirateur de songes et de science ?
Évoquons les merveilles d'aujourd'hui, les faisant briller au milieu des ténèbres comme les étoiles dans la nuit.

Alpi

@ Xavier NEBOUT
"Quant aux femmes, qu'elles obéissent à leur époux chef de la famille dans la mesure où il obéit à Dieu et ne s'occupe pas de politique."

Je n'obéis certainement pas à Dieu. À la rigueur au Diable qui propose des choses nettement plus rigolotes.
Du coup, ma femme ne m'obéit pas... Parfois, il m'arrive de lui obéir... surtout quand elle a le Diable au corps !

—————————————-

@ Isabelle
"Les médias de gauche comme ce gouvernement ne brassent que du vent."

Certes. Mais les plus grands ventilateurs que je connaisse tournent sur ce blog !

Lodi

@ Exilé

Oui, je sais que certains veulent un gouvernement mondial. Attali par exemple... Et qu'ils ne sont pas regardants : arriver à cela sur le dos d'une crise ne les gênerait pas.

Je dois confesser avoir lu quelques livres d'Attali, mais pas sur ce sujet, avant de me dire que mieux valait lire les historiens et d'autres gens qu'il reprend à sa sauce. Mais les comptes rendus prévoyaient des crises amenant à cette insanité. Ecoutez, je ne sais s'ils veulent faire le mal ou le bien, sont pour la liberté ou non, et peut-être devrais-je me documenter encore que... J'ai tant à voir, alors cela dépendra de bien des choses...

...Mais je voudrais surtout faire comprendre qu'il ne faut pas s'attarder à cela mais penser en personne de pouvoir : il est bien évident que sans contre-pouvoir, les abus sont possibles, et que ce qui est possible finit bien par arriver.
Tandis qu'il est impossible que le gouvernement mondial soit renversé par ses sujets, et qu'il n'y a pas d'extérieur pour débarquer, faire une course aux armements ou quoi que ce soit d'autre.

S'il y a quelque scandale, pourquoi ne pas le dénoncer ?

Mais à mon avis, il faut surtout discréditer cette idée à jamais, que quelque Montesquieu, Orwell ou avatar de ces grands hommes sachent créer des œuvres immortelles anticipant l'enfer pour l'empêcher d'advenir.

En attendant, je fais ce que je peux, sur le blog Attali, j'ai parlé contre cette idée. Ici, j'ai demandé à quelqu'un dont je pensais qu'elle avait accès à sa suffisante personne et une position assez brillante pour plaider cette cause, mais bien évidemment, en vain.

Il est beaucoup plus drôle et plus productif de se moquer de moi, qui vois l'irrémédiable, la dignité se perd et ne se retrouve pas parce que demain est un autre jour, il faut la défendre, et fi du pardon interdisant le droit de suite... À plus forte raison encore, il faut comprendre que si des gens peuvent pardonner donc abolir leur dignité, on les a insultés impunément et ils se font complices, ils n'ont pas le droit de mettre les autres en danger, et surtout pas avec un gouvernement que rien ne pourrait renverser.

Je crois qu'il est urgent de discréditer cette idée mais les gens sont simplistes, il y a des problèmes mondiaux, il veulent et voudront de plus en plus un gouvernement mondial.

Ils disent, ils disent, pourquoi voulez-vous qu'il soit tyrannique... Je ne veux rien : c'est possible, et dès lors, irrémédiable. Ils disent, on verra quand on y sera, on dirait des voyageurs imprudents se retrouvant esclaves, dans l'Antiquité, sauf que la fuite, une révolte victorieuse ou l’affranchissement était possible.
Ce sera impossible... Il faudrait un poème comme celui du Corbeau, de Poe, jamais plus, il n'y aura jamais, jamais plus de liberté !

On improvise :

J'ai entendu un froissement d'ailes,
jamais plus !
Jamais plus il n'y aura de presse.
J'ai entendu un coup de bec,
jamais plus il n'y aura d'esprit.
Le corbeau est moins noir que mon cœur,
nul avec moi ne sera sincère,
jamais plus.
La tyrannie que nous avons établie,
mondiale, sera triomphale,
jamais plus.
Jamais plus il n'y aura de liberté,
d'amour il ne saurait subsister,
jamais plus.
Ma fiancée, je l'ai tuée, pour donner un gage,
aux autres mages,
Nul n'ira vers la lumière,
jamais plus, de générations en générations,
mes successeurs creuseront toujours plus profond,
des nouveaux cercles de l'enfer,
nul ne se rappellera même la lumière,
jamais plus.

F68.10

@ Lodi
"Je ne veux pas dire de ne pas écouter les survivants ou enfants de survivants de la Shoah et d'autres malheurs historiques."

Ah ! Moi non plus ! Ce n'est pas du tout mon intention !

Mais quand au détour d'une conversation, je mentionne qu'il a existé un génocide mené par les allemands en Namibie, je vous avoue que je ne m'attendais à pas me faire traiter de tous les noms car j'osais amener sur le tapis un génocide teuton autre que celui de la Seconde Guerre mondiale...

C'est comme cela que j'ai découvert, assez jeune, ce qu'on appelle maintenant la "concurrence des mémoires".

Et je n'ai pas du tout apprécié ces comportements de sauvages.

Mais bon, peut-être que, finalement, je suis un peu trop "Africain"...

DAUMONT

M. Charoulet,

Vous écoutez sans doute BFM dirigée par M. Fogiel. Je vous rappelle que ce Monsieur fut condamné pour ses inserts racistes lors du fameux sketch du colon. Dieudonné fut relaxé.
Tout a commencé là. La suite ne fut pas conforme aux vœux des extrémistes pro-israéliens qui dominent le PAF car Dieudonné est un fameux résistant.
Et rappelez-vous, il a toujours été et reste un grand antiraciste mais un vrai et sans exception.

Exilé

@ Lodi
« ...je veux dire que cette organisation pourrait à terme se muer en gouvernement mondial tyrannique. »

C'est ce qu'ont entrepris de faire depuis plusieurs années divers groupes ou individus, parfois plus riches et puissants que bien des États, en agissant sur divers leviers dont les médias ou bien certaines organisations « philanthropiques », parfois même en infiltrant certaines organisations internationales comme la CEDH, pour ne prendre qu'un exemple parmi d'autres.
Bien entendu, aucun n'avouera que la tyrannie risquerait d'être au programme, par la force des choses.

« Nous arrivons vers l'émergence d'une transformation globale. Tout ce dont nous avons besoin, c'est de la crise majeure et le peuple acceptera le nouvel ordre mondial »
(David Rockefeller)

Isabelle

Les médias de gauche qui encensent un président de la République qui est la risée des chancelleries et des diplomates du monde quand il se répand en discours déclamatoires théâtreux au Liban par exemple.

Heureusement que les Sunnites et les Chiites se détestent copieusement. Imaginez, s'ils finissaient par s'entendre et se mettre d'accord contre les Occidentaux verbeux et pétochards que nous sommes. Nous, les pleutres bavards, que ferions-nous avec ce gouvernement de "mignons" de 25 à 30 ans sortis de nulle part face à des gaillards machistes et virils qui ne connaissent souvent que la guerre. Quand les Tchétchènes se sont déplacés à Dijon, ce gouvernement est resté à l'arrière. Quelle témérité !

Que ferions-nous face aux Tchétchènes, Kurdes, Arméniens, Turcs, Libyens, Syriens, Maliens etc. rompus aux arts de la guerre ?

Les médias de gauche comme ce gouvernement ne brassent que du vent.

Aliocha

Bouh, les médias !
Ensuite, bouh, la justice !
Et évidemment, bouh, le concurrent !
20 % de l'électorat a suffi pour élire notre roi démocratique, car il avait su dire: non, ne les sifflez pas !
Las !
Le deuxième corps sacré du souverain ne dura que le temps de l'instant illusoire jupitérien, laissant au trou de l'eau par la pierre jetée le mouvement de l'onde réelle se perdre au clapotis vite éteint, comme le cadavre ressuscité rejeté aux plages des désastres, mais déchiqueté par la meute et ses chiens.

L'instant du véritable, pourtant, suffit à voir, Céline est là, Ferdine revient, droite et gauche continuent au golf de leur festin à nier le sacrifice dépassé, l'Olympe n'est plus ce qu'elle était, les dieux sont déserteurs aujourd'hui, et vont aux creux des vagues tenter le dernier geste des provocations inutiles désormais, affirmer la toute-puissance dérisoire du peuple délaissé qui ne sait plus s'unir que pour vilipender son leader émissaire, chaque infusoire du corps de la nation métastasée n'ayant plus que sa pauvre voix pour proclamer sa fausse divinité, le roi, c'est moi, et finira par voter pour le moins capable, mais qui sait plaire, qu'il se nomme Zuckerberg ou oncle Xi, Hanouna ou Dieudonné, signant alors de son plein gré l'acte de la fin démocratique et du suicide collectif.
Bouh le roi !
Bouh moi !

Xavier NEBOUT

La gauche, c'est l'éternelle crise de l'adolescent qui veut tuer son père.

Pour Platon, on ne devait parler politique que passé 50 ans.

Les révolutions, 1789, 1944, 1968, c'est "le pouvoir aux jeunes".

Il faudrait en revenir aux choses simples: un "jeune", ca ferme sa g... jusqu'à ce qu'il soit père de famille.
Et il la ramène sur la répartition des richesses lorsqu'il en a à partager.

Quant aux femmes, qu'elles obéissent à leur époux chef de la famille dans la mesure où il obéit à Dieu et ne s'occupe pas de politique.

En somme, il s'agit d'en revenir à la civilisation sans les révolutions qui ont de tout temps et partout, été catastrophiques.

Lodi

@ F68.10 21 septembre 2020 à 21:59

Il faut sortir de la concurrence des mémoires pour entrer dans l'Histoire. Je ne veux pas dire de ne pas écouter les survivants ou enfants de survivants de la Shoah et d'autres malheurs historiques. Il le faut tant par compassion que pour édifier l'Histoire.
Mais je dis que les mémoires, les victimes, sont comme tout : elles se concurrencent fatalement. Cela fausse les perceptives et est mauvais pour l'harmonie sociale.

Loin d'appuyer la censure, je suis pour la liberté par principe et pour que les gens se purgent de leur ressentiment.
Autre chose : le fait qu'on interdise de nier le génocide subi par les Juifs fait croire à certains qu'ils dominent le reste de la population... Trop sont insuffisamment évolués pour comprendre qu'on veuille protéger les victimes mais qu'on le fasse très mal.
Très mal ? Oui, c'est contre-productif, et on ignore certaines victimes comme celles du génocide vendéen, c'est ballot d'un point de vue historique : il a provoqué l'Arménien qui a provoqué le Juif. Mais le jour où la France reconnaîtra que la Révolution n'est pas sa fondation sacrée qu'il ne faut pas critiquer, les fondations sacrées n'étant jamais pures et devant toujours être interrogées, elle sera moins arrogante, donneuse de leçons au monde entier :

https://www.editionsducerf.fr/librairie/livre/2859/vendee-du-genocide-au-memoricide

Aujourd'hui, je vois la personne à qui j'ai prêté le bouquin, j'espère qu'elle me le rendra, elle m'en a bien rendu un autre, après tout, patience, patience...

Je pense qu'il faut des recherches historiques ne laissant rien dans l'ombre et liant tous les domaines pour comprendre, ce qui veut dire passer du ressenti à la compréhension et à une possibilité de compréhension donc d'évitement d'autres malheurs.
D'un autre côté, les gens ont le droit d'exprimer leurs chagrins, et même, dans le cas des négationnistes, leurs mensonges. Incidemment, certains ne croient pas au génocide subi par les Juifs car ce serait trop méchant, comment cela serait-il possible ? Eh bien, c'est très possible, au contraire, des génocides, il y en a eu avant, il y en a eu après, ce sont des tremblements de terres quand des plaques historiques se rencontrent. Des trous noirs autour desquels le reste se réorganise. Facile à voir, franchement... Bon, le tout est d'étudier ces phénomènes de sorte de pouvoir les prévenir, ou dans le pire des cas, les arrêter aussitôt.

Tout pays assez puissant pour le faire ne devrait pas devoir demander l'autorisation de l'accomplir... Il serait bon qu'un pays au moins se sente le devoir d'intervenir à chaque fois.
Et l'ONU ? Inefficace mais son efficacité serait pire : je veux dire que cette organisation pourrait à terme se muer en gouvernement mondial tyrannique.

Trop horrible ! Ce serait un despotisme impossible à renverser car tout-puissant dedans et non susceptible de mise à pied par une force extérieure vu qu'il n'y en aurait pas.
Ainsi, pour effacer des enfers locaux, on risquerait d'en établir un universel aussi pérenne que l'espèce humaine.

Donc, il faut purger les gens de ce qui les mine par l'expression, le contraire de la censure, la purge, il n'y a que ça de vrai, vive nos ancêtres les Grecs ! Il faut l'Histoire, et, et, quelqu'un va deviner ?

Non ?

Des projets fédérateurs car on ne cesse de regarder derrière soi que parce qu'on ne voit rien devant soi.

Je dirais bien la protection de la planète, mais pas trop au sens écolo, de délocalisateur de peuples, disons faire de l'écologie sans écolos, ces incapables, ces criminels... Protection de la planète contre les dangers de l'espace genre astéroïdes, bien plus destructeurs.
Conquêtes spatiales, NBIC et lutte contre la pauvreté si on n'en profite pas pour retomber dans le communisme qui n'a jamais rien donné de bon mais dont on dit toujours que le nouveau prototype marchera enfin.

Bref, le monde n'attend que notre imagination et l'imagination est en attente de la réalisation de nos rêves.

Claude Luçon

@ Patrice Charoulet | 21 septembre 2020 à 20:58

Bien d'accord avec vous, mais qui suit vraiment Dieudonné ?
Par contre il y a une chose que personne ne semble remarquer, un fait qui choque pourtant une partie silencieuse de la société, un monopole discret qui apparaît même sur ce blog sous la forme :
"On pourrait m'objecter l'audience croissante de quelques grandes voix - Eric Zemmour, Elisabeth Lévy, Michel Onfray ou Alain Finkielkraut "
Philippe lui-même ne semble pas se rendre compte que trois de ses références, trois grandes voix, sont des gens de source israélite ! Trois voix qu'il qualifie "d'audience croissante".
Comme ils sont loin d'être les seuls sur nos médias ne nous étonnons pas d'avoir des Dieudonné.

Quant on fustige l'Islam à tout-va, transforme le Vatican en un club de pédophiles, il faut aussi regarder ailleurs, surtout quand cet ailleurs produit des DSK, Weinstein, Epstein... aux moeurs pour le moins libertaires.

Je ne suis pas antisémite, loin s'en faut, mes parents, membres de Combat, faisaient partie d'un réseau d'extraction de personnes fuyant les nazis dont des citoyens français juifs, mais j'ai aussi des amis musulmans que ce monopole intellectuel et philosophique sur nos médias choquent, car ils ne voient guère quelques-uns des leurs sur nos canaux de TV.
On génère parfois des problèmes sans s'en rendre compte avec des mots !

Achille

@ Savonarole | 21 septembre 2020 à 21:31
« Un gosse de 25 ans, Pierre Person, vient de démissionner de LREM avec fracas, tout en précisant qu’il restait député LREM, bref encore un hermaphrodite de Macron. »

Bonsoir Savonarole,

Le problème de LREM est que c’est un parti qui a été monté à la hâte pour l’élection présidentielle de 2017 et qui n’a pas eu le temps de se structurer.
Macron tient ce parti à bout de bras mais il n’a personne pour le seconder. Le brave Le Gendre avec sa tête de préposé des PTT a vite été débarqué.
Le fait qu’il ait été remplacé par Christophe Castaner ne va pas vraiment améliorer les choses car ce parti contient de nombreux courants de pensée contradictoires.

Quant au "mignon" de 25 ans qui démissionne, il est totalement inconnu du grand public.
Je ne l’ai jamais vu être interrogé par les médias, ces derniers étant plus intéressés par les délires de Jean-Luc Mélenchon ou de Jérôme Rodrigues qui sont de bien meilleurs clients.

Bref, LREM est un parti totalement inconsistant, ce qui risque d’affaiblir la candidature d’Emmanuel Macron pour l’élection de 2017.
Les chances pour le RN d’atteindre le pouvoir n’ont jamais été aussi fortes, surtout avec les "incivilités" qui se multiplient.

F68.10

@ Patrice Charoulet
"Personne ici n'a envie d'aller voir un site où les Juifs sont la cible perpétuelle d'un délinquant."

En tout cas, regarder Dieudonné ne m'a jamais poussé à vouloir brûler ni ma cousine, ni sa fille, juive et black.

S'il y a un problème d'antisémitisme en France, il importe de le régler. Et effectivement, force est de constater qu'il y en a un. Maintenant, comment faire ? Cela n'a rien d'évident. Mais l'effet Streisand sur Dieudonné ne résout rien. Et la fameuse "concurrence des mémoires" est condamnée à revenir comme un boomerang.

J'ai du mal à voir une issue à cela.

Exilé

Les avatars de la gauche :

« En France, il existe deux partis de gauche, dont l’un, par convention, s’appelle la droite. »
(Maurice Druon)

Savonarole

@ Achille | 21 septembre 2020 à 21:04

Bonsoir Achille.
Bien que nous ne soyons pas du même bord politiquement, je dois avouer que ceux que vous citez avaient belle allure comparée à la classe politique d’aujourd’hui. Un gosse de 25 ans, Pierre Person, vient de démissionner de LREM avec fracas, tout en précisant qu’il restait député LREM, bref encore un hermaphrodite de Macron. Á voile et à vapeur...
C’est la navigation préférée de Macron.

Valéry

@ Serge HIREL
"Dans la liste des valeurs que vous suggérez à « VA » de défendre, vous avez oublié le travail et la patrie."

Non, je ne les ai pas ajoutés car je ne vois pas en quoi ces valeurs sont spécifiques à la droite, la gauche aussi les défend. Je n'ai rajouté que les "valeurs" que la gauche s'efforce de diluer (famille, responsabilité individuelle, préférence nationale, traditions), alors que pour la droite ces valeurs se définissent comme des piliers de la réussite française.

Achille

@ Tipaza | 21 septembre 2020 à 18:14
« Bref, l'homme de droite, la vraie, que je suis en vient presque à regretter la gauche, la vraie ; enfin presque, n'exagérons rien quand même. ;-) »

Mais moi aussi je regrette la gauche, la vraie et je ne plaisante pas.
La gauche actuelle, ce n’est pas la mienne. Certainement pas celle de Mélenchon, le Robespierre au petit pied, pas plus celle des écolos qui veulent qu’on revienne à la lampe à huile, ni même celle du PS d’Olivier Faure qui a perdu toute crédibilité depuis la défaite en rase campagne de leur champion, Benoît Hamon (6 %) qui depuis a quitté le parti.

Ma gauche c’était Rocard, puis Valls. Le premier s’est fait piéger par François Mitterrand, alors qu’en 1988 il avait toutes ses chances d'être élu, le second s’est fait débarquer par les "frondeurs" à la primaire du PS de 2016.
Alors qui est-ce qui reste ? Ben Emmanuel Macron qui finalement pratique point par point la même politique que celle de Manuel Valls s'il avait été élu.

Patrice Charoulet

Un commentateur peu connu ici et à pseudo nous incite à aller voir le site Dieudonné. C'est un comble !
Non, Monsieur.
Personne ici n'a envie d'aller voir un site où les Juifs sont la cible perpétuelle d'un délinquant.

Michelle D-LEROY

@ Valery

La droite et la gauche, Emmanuel Macron nous a dit qu'elles n'existaient plus, en réalité il a en partie raison car depuis la fin du communisme, les curseurs se sont déplacés.

La gauche traditionnelle ne se préoccupe plus des mêmes sujets, la défense du petit peuple, des ouvriers, avec en ligne de mire l'argent forcément sale. C'est sur la ligne des idées et des sujets de société qu'elle surfe, la défense des minorités LGBT, féministes, racialistes et autres billevesées sont devenus son nouveau fonds de commerce. C'est donc une macronie ambiguë qui est aux commandes du pays, à droite côté économique mais à gauche côté idées, ces idées défendues par la presse, la télé et de nombreux artistes.

"La droite a bien d'autres valeurs à faire entendre : la famille, la responsabilité individuelle, l'amour et la préférence nationale sans rougir, la liberté d'expression totale comme marqueur du véritable progrès, la sécurité et le respect des traditions qui sont à la base d'une civilisation"

Effectivement mais la base d'une civilisation c'est quand même son homogénéité et la limitation d'une immigration dont la culture est trop différente est aussi un sujet qu'elle devrait aborder sans honte. L'exemple du Liban si vanté auparavant a fait long feu.

À chacun ses sujets, sauf que dès que la droite hors RN essaie d'aborder les sujets tabous, elle est assimilée au RN. La frontière est donc mince. LR ne pourra éviter, s'il veut se maintenir et exister, d'aborder ces sujets essentiels pour l'avenir de notre civilisation. D'autant qu'une partie de la droite est demandeuse.

Serge HIREL

@ Valéry 21 septembre 2020 à 11:07

Bref, si j’ai bien compris, pour différencier la droite de la gauche, vous placez le curseur immédiatement à la gauche du RN... Mais, comme vous soutenez que « personne ne dit ce qu’il pense véritablement », il est possible qu’il soit situé immédiatement à la droite de LFI, puisque, selon vous, « droite molle » et « gauche » sont « obsédées par le fait d’être accusées de pactiser avec le diable [le RN] »... Qui des écolos ? Il vous est décidément bien difficile de ranger les diverses opinions dans la bonne case.

Dans la liste des valeurs que vous suggérez à « VA » de défendre, vous avez oublié le travail et la patrie. Si vous voyez ce que je veux dire... Mais ne me faites pas dire que ces valeurs ne sont pas miennes...

Claude Luçon

@ Vamonos | 21 septembre 2020 à 17:10
@ Valéry | 21 septembre 2020 à 11:07

"Tous les immigrants ne sont pas comme ça, heureusement." (Vamonos)

C'est même une toute petite minorité dans laquelle on compte surtout JL Mélenchon, Danièle Obono, Camélia Jordana, Daniel Cohn-Bendit, etc., tous immigrés, ou descendants de, devenus célébrités par la grâce de nos médias, médias qui n'arrêtent pas de cracher eux-mêmes sur la République en insultant son président élu.

Sans compter les syndicats comme vient de le faire l'UNEF insultant délibérément la République en envoyant une jeune fille voilée pour le représenter.
C'est une insulte délibérée et voulue, pas nouvelle d'ailleurs !

Ou alors il n'y a plus que des musulmans à l'UNEF devenue une autre secte en plus des sunnites et chiites ?
Déjà en 1948, étudiants, nous nous coltinions l'UNEF soucieuse de transformer la France en République soviétique plutôt que nous aider à nous préparer à reconstruire la France détruite dont nous héritions.
L'UNEF, pour mon plus grand chagrin, justifie même Eric Zemmour, sauf que le danger de Grand remplacement n'est pas l'islamisme, dans ce cas, c'est l'UNEF qui transforme le parlement en mosquée en lui envoyant une imam !

La dame aux courts cheveux à la Jeanne d'Arc, Clémentine Autain, semble toujours aussi confuse qu'une pucelle, même pas orléanaise, en confondant syndicat et religion.

Ils sont bêtes et méchants, ils le savent, mais savent aussi que c'est la condition indispensable pour pouvoir se pavaner sur nos médias.
Plus on crache sur la France et sa Ve République, plus on est invité sur LCI et BFM TV et, on peut supposer, plus les horaires sont longs et les honoraires abondants !

Exilé

Mais au fond, en quoi consiste la gauche - en général - sinon à la base un esprit de révolte ne pouvant que déboucher inéluctablement sur l'envie, le mensonge, la violence, la haine et enfin trop souvent sur le crime, à travers la folie destructrice révolutionnaire ?

Metsys

Il y eut un temps où le Figaro était de gauche. On voyait alors des monarchistes noirs, des jacobins blancs, Thiers était révolutionnaire, Victor Hugo monarchiste... et Chateaubriand ministre. Que du bonheur !

F68.10

@ Olivier Seutet
"...extase devant une culture dite « gay » (comme si la notion pouvait exister)..."

Bien sûr qu'elle existe. Allez faire un tour au Vatican...

"J'aurai de l'amitié pour ceux qui proposeront de privatiser ces écuries de gauchos : ce seront certainement des gens qui auront réfléchi à ce que devrait être un « service public »."

Ah... ben je suis alors votre ami. L'Etat n'a rien à faire dans l'audiovisuel.

-----------------------------------------------------------------

@ Lucile
"Et l'opinion publique, eh bien certains s'en occupent..."

Mettez en place des votations, et "le peuple" créera lui-même son propre agenda médiatique.

DAUMONT

Vous vous plaignez sur ce blog de la disparition de l’humour ?
Allez sur Quenel + et écoutez Dieudonné.
C’est un régal et ça vous changera de l’extrémisme colonial et de la doxa "Bibi" déversée par la quasi-totalité des intervenants télé et radio !

Robert

Encore une fois, Monsieur Bilger, un billet intellectuellement honnête mais certainement dérangeant voire déplaisant pour ceux qui sont dans le moule de la pensée actuelle. J'en retiens ce passage qui me paraît fondamental :
"La droitisation qu'on leur reproche à tort, une liberté qui n'exclut pas - comme si c'était un péché mortel - ne sont, le plus souvent, au moins pour partie, que la riposte à une atmosphère insinuante de progressisme mou et jamais questionné qui, répandu à peu près partout, peut laisser croire aux citoyens que la seule manière honorable de s'exprimer médiatiquement est de se parer d'une apparence de gauche. En gros, la récusation de tout ce qui soutient, renforce, protège une société au bénéfice de tout ce qui subvertit, moque et fragilise."

C'est cette dernière phrase qui me paraît essentielle.

Pour ce qui est du fond de ma pensée, caroff | 20 septembre 2020 à 17:55 a exprimé l'essentiel de ce que je ressens et donc je fais mien son commentaire et ne souhaite pas le paraphraser.

Tipaza

@ Achille | 20 septembre 2020 à 17:06
"Philippe Bilger fait (encore) du mauvais esprit…"

Vous ne croyez pas si bien dire !
Au-delà du caractère banal que peut avoir cette formule, il ne faut pas creuser beaucoup pour s'apercevoir qu'elle signifie, en fait, que PB n'est pas dans l'esprit du temps, ou si l'on veut n'est pas dans l'"air du temps".

Et c'est là que se pose le problème, qui dépasse largement celui des simples médias.
Nous vivons dans un air du temps qui sent la social-démocratie dégénérée, l'affaiblissement de toutes les valeurs, comme on dit, républicaines, qu'on appelle ainsi pour leur faire dire le contraire de ce qu'elles devraient désigner.

Pour faire dans la "nuance", je dirais qu'on est à proximité d'une usine d'équarrissage et qu'on n'échappe pas à l'odeur pestilentielle qui s'en dégage.

Pourquoi ce terme d'équarrissage ?
C'est que tout a été, et est, pourri par la nouvelle langue orwellienne que les journalistes utilisent, les uns par engagement politique, les autres par conformisme inconscient.

C'est presque un grand honneur que de dire que les journalistes sont de gauche. Il n'y a plus de gauche, au sens traditionnel. Elle se voulait porteuse de progrès scientifique, social et même historique, souvenez-vous comment les marxistes utilisaient le sens de l'Histoire pour imposer leur vision du monde.

Que voit-on ?
Une gauche nihiliste, pas même anarchiste. Au moins les anarchistes avaient le sens de la dignité de l'Homme, les nouveaux gauchos sont islamo-compatibles ou partagent la volonté destructrice des indigénistes.
Je suis effaré par l'inconscience des militants de LFI, ou même du PS, et je ne parle pas des écolos qui se disent de gauche eux aussi.
Le progrès dont la gauche était porteuse, d'après elle, est devenu la décroissance.
L'État-providence social-démocrate disperse les moyens d'un État effacé dans une poussière de moyens dispensés aux nouveaux prolétaires que sont les immigrés, qui se moquent des idéaux de la gauche.

Quant à la démocratie, elle disparaît lentement mais sûrement. Les manifestations de ceux qui se plaignent des misères réelles ou fantasmées faites à leurs ancêtres, oubliant que s'ils sont vivants c'est peut-être grâce aux hôpitaux construits par la colonisation, montrent que nous sombrons dans une période classique de désordre, celle des périodes prérévolutionnaires.

Et si je parle de nihilisme, c'est que je ne vois pas d'idéologie de structuration, sinon la volonté de destruction de tout ce qui a fait la grandeur et la force de l'Occident.
L'"air du temps" ou l'esprit du temps, est celui de l'émotion, abandonnant la raison.

Vous rendez-vous compte que ceux qui prétendent relever de Robespierre, l'homme du culte de la déesse Raison, comme Mélenchon sombrent dans l'émotion la plus hystérique, et Mélenchon n'est pas le seul.

Bref, l'homme de droite, la vraie, que je suis en vient presque à regretter la gauche, la vraie ; enfin presque, n'exagérons rien quand même. ;-)

Isabelle

Les médias de gauche ne donnent pas de leçons d'histoire à Gérald Darmanin et à la macronie dans son ensemble. Ils ont dû sécher les cours d'histoire dans ce gouvernement !
Petit cours d'histoire d'un média de droite, cadeau !

https://www.bvoltaire.fr/darmanin-lislam-nest-donc-pas-un-probleme-pour-la-republique/

Exilé

@ Isabelle
"Médias de gauche : qui va défendre Charles Prats qui reçoit des menaces de mort ?"

Quand des gens reçoivent des menaces de mort, c'est plutôt bon signe et la preuve qu'ils ont visé juste.

Ceci dit, quand les gouvernants, quels qu'ils soient, commenceront-ils à s'attaquer sérieusement aux dizaines de milliards captés par la fraude pour les récupérer avant de mettre en place des taxes aussi idiotes les unes que les autres pour pressurer davantage les Français, qui sont désormais les plus imposés au monde pour que l'argent qui leur est extorqué soit jeté par les fenêtres ?

Isabelle

Médias de gauche, un sujet qu'ils n'aborderont jamais :
Civilisation et décivilisation

Pourquoi notre époque ressemble-t-elle, de méchante façon, à celle des années 30 avant l'arrivée du nazisme hitlérien ? Quid du nazisme islamiste aujourd'hui ?

https://www.bvoltaire.fr/civilisation-et-decivilisation/

Vamonos

@ Valéry | 21 septembre 2020 à 11:07
"Pour ensuite la critiquer et lui cracher dessus"

Tous les immigrants ne sont pas comme ça, heureusement.

Olivier Seutet

Il faudrait parler du gauchisme des médias. Et pour les premiers d’entre eux, France Inter, France 2, France 5, il est patent qu’il utilisent tous les poncifs extrémistes : féminisme militant et obscène, antichristianisme mâtiné d’islamophilie, extase devant une culture dite « gay » (comme si la notion pouvait exister), passion pour les sciences molles qui s’accrochent péniblement aux corrélations faute de démontrer quoi que ce soit, admiration béate de la dictature de la majorité sous prétexte qu’il s’agirait de démocratie, enterrement des libertés au profit de la recherche d’un bonheur niais (la société du « care »), négation de toute culture qui ne soit pas d’origine hors sol.

J'aurai de l'amitié pour ceux qui proposeront de privatiser ces écuries de gauchos : ce seront certainement des gens qui auront réfléchi à ce que devrait être un « service public ».

Denis Monod-Broca

Ils ne sont pas "de gauche", ils sont fidèles à la doxa libérale-libertaire (européiste, mondialiste, sociétal-progressiste...) qui nous gouverne. Ce n'est pas pareil.

Isabelle

@ caroff
@ Patrice Charoulet

Excellente analyse, en effet, de l'état lamentable de nos médias français, France Inter, Arte, France 5 avec toutes les émissions en C..., France Culture aussi malheureusement. Même les télévisions régionales s'y mettent. Elles nous abreuvent, elles aussi, des discours et du prêchi-prêcha officiels.

Le plus affligeant est de constater que des Français écoutent et regardent encore ces médias. Cela laisse songeur.

Lucile

La gauche se prend pour la norme, naïvement parfois, elle ne manque pas d'idiots utiles ; il faut dire qu'elle a réussi à devenir peu à peu la norme. Elle l'a fait et continue de le faire en prétendant représenter la normalité citoyenne ; elle évite de se présenter explicitement comme la gauche, mais plutôt comme l'ennemie du "néo-libéralisme", concept valise instable, aussi chargé de réprobation que le loup-garou, le père fouettard, Trump et Hitler réunis. Partant de là, tout ce qui s'écarte de la norme est d'abord anormal, bien sûr, mais surtout lourd de menaces et fautif.

Il y a des journalistes qui ne sont pas de gauche, mais ils partent avec un lourd handicap, et ils passent la moitié de leur temps à devoir se justifier, quand ils ne font pas ici et là des concessions par nécessité ou par contamination. Quant aux journalistes de gauche, leur plus grande force est leur goût immodéré du militantisme.

Quoique ce n'est pas tant le militantisme des journalistes qui pose problème, que la manière déguisée dont ils s'avancent, en faisant passer pour neutres des choix politiques hors normes jusqu'à encore très récemment (Etat-providence, endettement, discrimination dite positive, baisse de niveau scolaire, indifférence face à l'immigration illégale, etc.). Leur domination en nombre fait artificiellement passer une pensée minoritaire dans le pays pour un état d'esprit général. À la longue, personne n'est dupe, et la défiance vis-à-vis des media en est la preuve. Toutefois, la parole d'une minorité continue de façonner l'opinion, sans qu'elle développe des théories de gauche, mais toujours en se proclamant sans preuves l'apôtre de la paix civile et de la liberté.

Un des mérites de Trump est d'avoir attaqué de front la presse américaine, et dévoilé certaines de ses supercheries ; il fallait être un peu dingue pour s'y coller, et avoir le cuir très épais, mais de ce point de vue-là, il répond au profil, et s'il est réélu, ce sera peut-être une des raisons de sa victoire ; pour l'instant, la bataille continue de se jouer dans les media, mais le Net trouble le jeu paisible du New York Times. Emmanuel Macron, le progressiste, semblait aussi à ses débuts vouloir se tenir à distance de la presse, et s'affranchir lui aussi des diktats de l'administration, mais ça n'a pas duré. À sa décharge, ce n'est pas une mince affaire, et tant qu'il n'aura pas l'opinion publique avec lui, il n'y parviendra pas. Et l'opinion publique, eh bien certains s'en occupent…

Isabelle

Médias de gauche : qui va défendre Charles Prats qui reçoit des menaces de mort ?
Charles Prats qui fait la chasse aux bandits qui fraudent.

"Dans son enquête "Le cartel des fraudes", le magistrat Charles Prats fait un état des lieux de l'ampleur de la fraude sociale en France. Fraude documentaire, des dizaines de milliers de centenaires réputés encore en vie, un tiers des dossiers étrangers irréguliers, des terroriste bénéficiaires d'allocations, une fraude organisée en réseaux. La perte s'élèverait à plus de 50 milliards d'euros. Révélations."

https://www.valeursactuelles.com/societe/fraude-sociale-une-pension-de-retraite-sur-deux-est-versee-une-personne-nee-letranger-selon-charles-prats-123832

"Les menaces de mort continuent sur les réseaux sociaux, avec ici une claire connotation islamiste confinant à l’apologie du terrorisme (sur YouTube tout à l’heure ). Décidément certains n’aiment pas du tout que les gens puissent aller lire le #CartelDesFraudes" Charles Prats

https://twitter.com/GWGoldnadel/status/1307806693439483905

Exilé

Médias de gauche : un pléonasme ?

Il faut comprendre que nous vivons sous un maccarthysme d'autant plus insidieux qu'il ne dit pas son nom et qui impose la dictature d'un politiquement correct évoluant et empirant au gré des modes, affectant divers milieux à commencer par les universités - se reporter aux délires indigénistes, racialistes et inclusifs - et finissant par polluer le reste de la société, le plus souvent à rebours de toute rationalité.

Que risquent les déviants (ceux qui ne se comportent pas en moutons de Panurge) ?

Certes, ils ne seront pas fusillés comme en 1944 par des résistants de la vingt-cinquième heure, mais ils seront ignorés, mis au placard, exclus, diabolisés, victimes de procès staliniens conduits par leurs pairs et dans les cas graves ils seront ponctionnés financièrement par une cascade de procès pour les réduire au silence et éventuellement condamnés à la mort sociale après avoir été empêchés de publier ou de s'exprimer, le plus souvent pour avoir appelé un chat un chat comme il était encore possible de le faire jadis, quand les heures étaient moins sombres.

Cela se passe comme cela en France, terre de liberté d'après la réclame, où nous pouvons tout dire pourvu que ce soit conforme au Dogme et aux non-dits, c'est-à-dire plus grand-chose...

Isabelle

Médias de gauche : ARTE

Stop à l'invasion migratoire. La macronie laisse faire, elle ne bouge pas un cil. Il faut diviser pour mieux régner mais à force de jouer les pompiers pyromanes, la maison France brûle.

"#Migrants, #racailles, toxicomanes : l'enfer des riverains du 19e arrondissement de Paris" Eimear O' Shea

"Reportage sur Arte ce soir qui vante le principe de solidarité obligatoire concocté par Bruxelles pour obliger les Etats à accueillir les migrants. Et les peuples, qui leur demande leur avis sur une invasion qui menace leur sécurité et leur identité ? Référendum obligatoire !" G-W Goldnadel

https://twitter.com/GWGoldnadel?ref_src=twsrc%5Egoogle%7Ctwcamp%5Eserp%7Ctwgr%5Eauthor

Patrice Charoulet

@ caroff 20 sept. 17h55

Juste et belle analyse politique de la télé et de la radio.

Valéry

@ Marc GHINSBERG
"Si on admet que LR est à droite, il n’y a rien d’illogique à classer le RN à l’extrême droite, comme symétriquement on classe LFI à l’extrême gauche."

L’extrême droite est associée au nazisme, voilà pourquoi il ne faut pas utiliser cette étiquette pour tout ce qui ne vous plaît pas. Que je sache, Mélenchon étant classé à l’extrême gauche, je n'ai jamais lu ou entendu des références à son encontre évoquant des mouvements politiques qui ont massacré des millions de gens, alors que pour le RN il suffit d'allumer sa radio et attendre que ça vienne. Où est alors la symétrie dont vous parlez ?

Le trublion dans la terraformation du spectre politique en France fut le Front National. En prédisant des choses qui se sont inévitablement produites, il a obligé à la fois la droite molle et la gauche à se détacher de la (cruelle) réalité et à se concentrer sur les débats sémantiques stériles.

Obsédées par le fait d’être accusées de pactiser avec le diable, les deux formations ont pris le chemin du déni constant quant aux enjeux majeurs, et c'est pourquoi aujourd'hui on a du mal à classifier quoi que ce soit, puisque personne ne dit ce qu'il pense véritablement, mais ce qu'il pense devoir dire. Il suffit de regarder l'UMP des années 90, qui prônait une immigration zéro, les bourdes de Chirac quant à certaines odeurs, pour réaliser le chemin de croix que la droite a préféré prendre, ce qui lui a coûté sa place, aujourd'hui bien remplie par le RN.

Aussi, tous les journaux que vous avez évoqués sont à gauche, bien entendu. Valeurs actuelles est à droite, malheureusement ils ont fait de l'immigration et de la criminalité en découlant leur fonds de commerce, alors que la droite a bien d'autres valeurs à faire entendre : la famille, la responsabilité individuelle, l'amour et la préférence nationale sans rougir, la liberté d'expression totale comme marqueur du véritable progrès, la sécurité et le respect des traditions qui sont à la base d'une civilisation que tous les autres envient et essayent de rejoindre en prenant tous les risques.

Pour ensuite la critiquer et lui cracher dessus.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS