« Mon général, il faudrait savoir ! | Accueil | L'effroi encore. L'impuissance toujours ? »

15 octobre 2020

Commentaires

Tomas

@ Polonais de passage

Je dois faire d'urgence un rectificatif: je ne voulais pas écrire "émigrés polonais", mais "émigrés ukrainiens", c'est sorti tout seul, lapsus pas révélateur. Je comprends mieux votre étonnement, d'autant qu'il y a assez peu d'émigrés polonais en Europe centrale, effectivement.

Je devrais me relire, des fois.

Tomas

@ Polonais de passage

Effectivement, il y a de quoi s'y perdre, je reprends donc: je disais à la base (il y a longtemps, mais comme on me le rappelle, il faut bien que je rectifie) qu'il y a autant de différence entre un Moscovite et un Kiévien qu'entre un Toulousain et un Parisien, car les Kiéviens parlent russe dans leur grande majorité, même si je suppose que petit à petit ça change avec la politique d'ukrainisation du pays.

Sinon les nombreux Ukrainiens de votre pays parlent soit ukrainien quand il viennent de la région de Lvov, soit russe quand ils viennent de l'Est, et ils sont assez nombreux à en venir. Certains parlent aussi le sourjik, le sabir parlé dans la région centrale, qui est un mélange de russe et d'ukrainien.

Voilà, c'est tout !

Les Polonais ou les autres, évidemment, ne parlent pas russe, pourquoi le feraient-ils ? Et évidemment, ce n'est pas en cette langue qu'un Polonais et un Tchèque, ou un Hongrois et un Slovaque, communiqueront.

Lodi

@ Jean sans Terre | 20 octobre 2020 à 12:34

D'accord avec vous pour dire que la conscience est l'instance suprême.

Mais si on me parle de soumettre la science à contrôler, et seulement elle, avec mon mauvais esprit, je pense qu'on veut peut-être la soumettre à la religion ou à l'Etat, ou au marché, ou à je ne sais quoi, tandis que pour moi, tout pouvoir et tout individu étant un nuisible potentiel, il doit voir son pouvoir équilibré par un contre-pouvoir.

F68.10

@ Wil
"Bien essayé F68.10 mais ne prenez pas papy pour un débile."

Ben un peu quand même... Quand vous insistez de cette manière !

"J'ai dit que vous aviez affirmé que le masque était utile en extérieur et vous avez répondu que c'était faux et que vous alliez ressortir ce commentaire pour le prouver."

Eh bien voilà, je ne me souviens pas avoir affirmé que le masque était utile en extérieur, et effectivement je vous ai bien reproché de mettre cela dans ma bouche puis de m'intimer l'injonction de prouver quelque chose que je n'avais pas affirmé.

Vous avez donc souhaité imposer un faux débat à vos termes, qui n'avait pas lieu d'être. Et vous êtes coutumier de la chose, comme le montre le petit côté crâneur que vous avez à vous sentir redevable d'un lien prouvant que c'est bien là ce qui s'est passé.

Je n'ai aucune raison d'être tolérant avec ce genre de comportement. Vous connaissez le Kansas City Shuffle?

"Peu importe que Marchenoir dise les mêmes c*nneries que vous vu que vous êtes généralement aussi bêtes l'un que l'autre."

Robert Marchenoir vous a expliqué pourquoi vous racontiez n'importe quoi. Vous n'avez pas daigné lui opposer un argument. Pourquoi voudriez-vous que je fasse plus que ce qu'il a lui-même fait ? Son commentaire et très bien et vous n'avez rien à lui opposer.

"D'ailleurs, F68, si vous aviez été intelligent vous auriez dû prévoir que ce n'est pas en sortant la c*nnerie d'un autre que ça vous dédouanerait de la vôtre."

Premièrement, ce n'est pas une c*nnerie. Et si, je reprends effectivement cette c*nnerie à mon compte. Deuxièmement, ce n'est pas à vous de décider quels sont mes arguments. C'est à moi de le faire.

"Ça ne fait que prouver que vous n'êtes pas capable de penser par vous-même. Bravo Einstein !..."

Vous croyez qu'Einstein ne s'est pas basé sur les réflexions d'autrui ? Son mérite essentiel est d'avoir vu un phénomène réellement physique là où d'autres tels que Poincaré n'y voyaient qu'un artifice mathématique. On s'appuie toujours sur les propos et les réflexions de ceux qui sont venus avant nous ! Seuls les idiots pensent qu'avoir une idée seule en négligeant tous ce qui a été fait avant est une preuve d'originalité. Ce n'est qu'une garantie de retenter une chose très probablement faite par d'autres auparavant.

"Continuez comme ça, bientôt vous serez riche parce que vous allez trouver du pétrole à force de vous enfoncer. C'est déjà ça. Pfff, mais quelle bande de crétins !"

Si j'en étais là dans ma vie... Mais effectivement, vous semblez croire que traiter les autres de crétins suffit à défendre votre point de vue. Je ne sais pas s'ils sont tous comme cela au RN, mais j'espère que non.

Polonais de passage

@Tomas
"Il suffit d'ailleurs d'écouter dans la rue les nombreux émigrés polonais qu'il y a dans tous les pays d'Europe centrale, c'est souvent en russe qu'ils parlent, avec un accent, comme les gens de Toulouse."

Pourriez-vous justifier cette affirmation ?

Vous vous baladez dans les pays d'Europe centrale et, çà et là, vous entendez parler russe dans la rue et vous êtes capable d'affirmer : tiens, un Polonais qui parle russe avec un accent. Chapeau bas, si c'est le cas. Mais j'ai quand même un doute, là.

Et ces émigrés polonais dans les rues d'Europe centrale, ils parlent russe entre eux ou avec les indigènes hongrois, moldaves ou slovaques ? J'y suis allé, moi, dans les pays d'Europe centrale, et c'est en anglais que je communiquais avec les locaux.

Au demeurant, mes compatriotes ont plutôt tendance a émigrer vers l'Europe occidentale (Allemagne, Angleterre, Scandinavie) ou les USA, alors d'où sortez-vous ces nombreux émigrés polonais en Europe centrale qui parlent russe dans la rue avec un accent (toulousain) ?

Jean sans Terre

@ Lodi

L'instance suprême, Lodi, est la conscience, celle qui juge du bien et du mal, du beau et du laid, etc. après qu'elle-même s'est soumise à la plus sévère critique.

Wil

Bien essayé F68.10 mais ne prenez pas papy pour un débile.
J'ai dit que vous aviez affirmé que le masque était utile en extérieur et vous avez répondu que c'était faux et que vous alliez ressortir ce commentaire pour le prouver.
J'attends toujours le commentaire.
Peu importe que Marchenoir dise les mêmes c*nneries que vous vu que vous êtes généralement aussi bêtes l'un que l'autre.
D'ailleurs, F68, si vous aviez été intelligent vous auriez dû prévoir que ce n'est pas en sortant la c*nnerie d'un autre que ça vous dédouanerait de la vôtre. Ça ne fait que prouver que vous n'êtes pas capable de penser par vous-même. Bravo Einstein !...
Continuez comme ça, bientôt vous serez riche parce que vous allez trouver du pétrole à force de vous enfoncer. C'est déjà ça.
Pfff, mais quelle bande de crétins !

F68.10

@ Wil

"- Wil, vous êtes un menteur et si vous continuez je vais le prouver."

Euh non... Wil, vous êtes un menteur, un fourbe et un négationniste, et si vous continuez, je vais effectivement vous martyriser. À mon rythme...

"- Allez-y"

À mon rythme...

""- Euuuh... non, je ne peux pas le prouver mais vous êtes un menteur quand même et si vous continuez je vais le prouver."

Exact. Ou plutôt inexact: je peux tout à fait le prouver, et je l'ai d'ailleurs déjà fait. Mais peut-être vais-je choisir de m'y prendre autrement.

"On a droit à de sacrées lumières sur ce blog parfois. Allez zou !"

Cela étant, Robert Marchenoir vous a effectivement bien ridiculisé et bien cerné. Je fais, dans l'ensemble, mien son argumentaire à votre encontre. Il a d'ailleurs très bien résumé le contenu de la passe d'armes que nous avons eue:

"Quant au masque en extérieur, la réalité est plus subtile. Elle n'autorise pas, en tous cas, l'assertion péremptoire selon laquelle il ne servirait à rien." -- Robert Marchenoir

Tomas

@ Lucile

Parlons d'Ukraine donc: je maintiens qu'à Kiev, où je suis allé plusieurs fois, on parle essentiellement russe dans la rue, pas ukrainien. D'où le "même langue", car le russe de Moscou et celui de Kiev sont similaires. Loin de moi l'idée de nier l'existence de la langue ukrainienne, juste de rappeler que les différences entre Ukrainiens et Russes sont assez ténues, à l'exception de l'Ukraine occidentale qui avait été polonaise jusqu'en 1945 et ne connut pas la russification de plusieurs siècles, comme le reste du pays. Il suffit d'ailleurs d'écouter dans la rue les nombreux émigrés polonais qu'il y a dans tous les pays d'Europe centrale, c'est souvent en russe qu'ils parlent, avec un accent, comme les gens de Toulouse.

Ce n'est d'ailleurs pas le moindre des paradoxes de constater qu'à Kiev, toutes les inscriptions dans la rue sont en ukrainien, le jeune Etat éponyme s'efforçant de faire en sorte que sa langue soit parlée et surtout employée au quotidien par tous. Comme la Catalogne l'a fait à Barcelone, ville peuplée d'immigrés de l'intérieur andalous. L'histoire dira si ça marchera, je ne porte pas de jugement là-dessus. En revanche j'estime que les Ukrainiens ont raison de se battre contre les Russes pour préserver leur liberté et leur démocratie fragile et naissante (et affublée de tous les maux de ces jeunes démocraties postsoviétiques que sont la corruption, la prévalence du crime organisé dans l'économie et les dérives nationalistes, souvent dirigées contre les Polonais d'ailleurs, meilleurs ennemis des Ukrainiens après les Russes), à long terme ils en seront gagnants.

Terminons sur le point le plus intéressant que vous soulevez, qui est la différence entre l'individualisme comme culture de la responsabilité, de l'esprit d'entreprise et du libre arbitre (si la définition vous convient) et cette culture de la rébellion, qui ne peut effectivement mener qu'à l'insécurité. J'en conviens, mais maintiens qu'une société individualiste est plus susceptible d'engendrer cette culture de la rébellion ou de l'égoïsme qu'une société basée sur l'appartenance à la communauté. D'où la différence avec le Japon, là encore, que j'expliquerais plus par nos spécificités culturelles (il en va de celles-ci comme de notre taille, c'est difficile d'avoir prise là-dessus) que par les dérives de notre individualisme, qu'il faut savoir prendre avec philosophie, avec ses qualités et ses défauts.

Désolé d'avoir été un peu long, mais je souhaitais ajouter ces précisions.

Vous connaissez mieux le sujet du coronavirus en France que moi, je l'admets bien volontiers. Effectivement, on ne mesure pas la température à l'entrée des magasins (je suppose qu'on le fait à l'entrée des hôpitaux et des centres de soin, je n'ai pas eu l'occasion de vérifier), mais il me semble que le port du masque dans les lieux clos est obligatoire depuis cet été, et que les personnes contacts sont à l'isolement 14 jours. Qu'il n'y ait pas de lieux ad hoc est heureux, où les mettrait-on donc ? Et il y a, depuis la fin de la pénurie des débuts, du produit désinfectant partout, comme des masques. C'est faute de stocks qu'on a dit au début que ce n'était pas nécessaire, s'il y a scandale il est là.

Quant à fermer les frontières, peu de pays européens l'ont fait, sauf au début (provoquant des files d'attentes gigantesques aux frontières, d'ailleurs), et si on ne prévoyait pas d'exceptions l'économie s'arrêterait de tourner complètement, au détriment des plus pauvres, ceux qui n'ont pas comme les autres fait des économies grâce à la crise.

Après oui, on pourrait dire à la population de parler moins fort. Je doute que dans notre pays individualiste (bis repetita) ça ait une grande portée. Observez tout ce qui se passe ailleurs, partout on trouve des antimasques ou antirestrictions qui protestent, comme les supporters de foot qui se sont battus ce dimanche avec la police à Prague, ce n'est pas une exception française. Nous autres Européens ne sommes pas Japonais, donc pas disciplinés et obéissants de nature, tant pis pour nous.

----------------------------------------------------

@ Robert Marchenoir

Prenez donc votre mitrailleuse, le problème est que vous n'avez aucune balle dans votre chargeur. On comprend que vous esquiviez...

Robert Marchenoir

@ Lucile | 19 octobre 2020 à 12:45

Vous avez démasqué la méthode de Tomas. Ces gens-là n'ont aucun scrupule. Ils mentent comme des arracheurs de dents, mais ils savent le masquer sous un déluge de pseudo-faits tirés d'une pseudo-culture.

Dès qu'on soulève le tapis et qu'on commence à regarder de près, ça grouille.

En fait, la tactique ressemble beaucoup à celle des complotistes. N'importe quel article "réfutant la thèse officielle" du 11-Septembre est bourré de détails, interminable, lardé de notes de bas de page et de prétendues références. Quand vous vous donnez la peine de le désosser, tout est du pipeau : les faits, les liens...

Tomas, c'est pareil. C'est la version universitaire et Degauche de la chose. C'est plus soyeux, mais tout aussi vicieux.

C'est pourquoi il ne faut pas essayer de se battre à la loyale avec ces gens-là. Vous ne pouvez pas venir avec un cure-dents lorsqu'on vous propose un duel à la mitrailleuse.

Lodi

@ Jean sans Terre
"Vous ne voulez pas comprendre, Lodi. Je loue la science et les techniques. Mais je les veux à leur juste place, subordonnées et contrôlées."

Je vois les choses ainsi : la science, la religion, l'Etat, le commerce, tout ne doit pas être "à sa juste place, subordonné et contrôlé", ce qui voudrait dire qu'il existe une instance suprême.
Il faut...
Tadam ! Je l'ai assez dit... un équilibre des pouvoirs pour qu'aucun n'abuse des autres.

------------------------------------------------------------------

@ Lucile

Les Noirs refusant l'objectivité ont tort. À leur décharge, ils ont subi tant de mépris de la part des Blancs qu'ils se méfient de tout ce qui vient d'eux.

Je pense que si les Blancs avaient eu plus d'empathie, plus d'égards, on n'en serait pas là...

Mais il est toujours temps de ne pas traiter les autres comme on refuserait de l'être, par justice, et par empathie, cette dernière pouvant être renforcée avec plaisir par la lecture :

https://www.huffingtonpost.fr/2016/08/26/bienfaits-lecture-science_n_11722368.html

Wil

Dans la série "Le running gag pour les nuls": F68.10.

- Wil, vous êtes un menteur et si vous continuez je vais le prouver.
- Allez-y
- Euuuh... non, je ne peux pas le prouver mais vous êtes un menteur quand même et si vous continuez je vais le prouver.
Etc.
On a droit à de sacrées lumières sur ce blog parfois.
Allez zou !

Achille

@ Denis Monod-Broca | 18 octobre 2020 à 18:11
« Science sans conscience n’est que ruine de l’âme » est de Rabelais, pas de Montaigne.
Montaigne a dit, lui, de la science qu’elle était « une ignorance qui se sait ».

Vous êtes sûr que ce n’est pas de Savonarole ?
En tout cas il aurait pu le dire !

Jean sans Terre

@ Lodi

Vous ne voulez pas comprendre, Lodi. Je loue la science et les techniques. Mais je les veux à leur juste place, subordonnées et contrôlées.

Lucile

@ Tomas
"...des prescriptions qui sont exactement les mêmes que les nôtres".

Non, pas "exactement". N'oubliez pas que le diable se niche dans les détails, et quand je dis "détails", je suis généreuse.

Une fois déjà vous m'avez eue en glissant une inexactitude dans votre réponse. Vous aviez écrit le 24 septembre (sous le billet CNews):

"Pour votre gouverne, il y a autant de différence entre un Ukrainien et un Russe qu'entre un Parisien et un Toulousain, on va dire. Même langue, même histoire, même religion".

Je vous réponds, sûre de moi et preuves à l'appui, que l'ukrainien n'est pas du russe et est même au moins aussi proche du polonais que du russe. Le lendemain vous protestez :

"Où ai-je dit que l'ukrainien et le russe étaient des langues identiques ou similaires ?"

Je n'ai pas réfuté cette contre-vérité pour ne pas faire traîner en longueur une discussion éloignée du thème du billet. Vous avez peut-être cru que je n'avais rien remarqué, ou peut-être êtes-vous tellement habitué à marquer des points en manquant de rigueur que vous l'avez fait sans même vous en apercevoir.

Et là, vous recommencez à insérer une approximation en espérant que ni vu ni connu ça va passer comme une lettre à la poste, et que vous aurez le dernier mot.

Contrairement à ce que vous pensez, les Français "individualistes", ou du moins certains d'entre eux, une majorité, ont d'eux-mêmes pris des mesures efficaces pour se protéger avant l'instauration du confinement, idem en Grande-Bretagne. Les courbes ont démontré un abaissement notable des contaminations avant que les effets du confinement imposé par les autorités ne se produisent. C'est une erreur de généraliser.

D'autre part où voyez-vous chez nous des quarantaines de 14 jours systématiques dans des endroits réservés à cela ? Où voyez-vous des médecins et infirmiers empêchés d'aller travailler dans des hôpitaux s'ils sont positifs ? Où voyez-vous expliqué aux gens que plus on parle fort en public, plus on contamine si l'on est porteur du virus ? Où voyez-vous par exemple qu'on ait systématiquement dès le début pris la température des gens à leur arrivée dans les aéroports, à l'entrée des autobus, du métro, des magasins, universités et bureaux ? Où voyez-vous que depuis le début de la maladie on ait dit aux gens qu'il faut porter un masque en public, que c'est une priorité en cas d'épidémie virale, que c'est le b.a.-ba de la lutte contre l'épidémie ? Où voyez-vous qu'il n'y ait jamais eu aucune exception en France pour personne ? Où voyez-vous que les services de police aient empêché certaines manifestations et certains défilés de se produire en pleine pandémie ? Où voyez-vous qu'on ait contrôlé de près et dès le départ les voyages vers l'étranger et depuis l'étranger ?

Je ne dis pas que c'est ce qu'il fallait faire, je n'en suis pas certaine du tout. Mais ne dites pas que les préconisations sont exactement les mêmes.

L'individualisme est une bonne chose, il s'oppose au collectivisme ; la défense des droits de l'individu n'empêche en rien sa survie, au contraire. C'est la culture de la rébellion, c'est le romantisme de la rébellion, qui mine une société et qui la fait exploser. Là encore, ce n'est pas "exactement la même chose" que l'individualisme. C'est même très différent. Et quand une société est plus favorable aux rebelles qu'aux paisibles, aux paresseux qu'aux travailleurs, aux petits malins qu'aux intègres, aux tricheurs qu'aux honnêtes, elle n'est pas sûre.

Les Français ne sont pas tous des bourrins, loin de là, mais dès qu'on cultive béatement l'idiotie de trop de bourrins, peu importe qu'ils soient une minorité, on n'entend plus qu'eux, et il n'y a plus rien à faire. Il est simpliste de professer que les désastres engendrés par les nuisibles sont proportionnels à leur nombre. Rien n'est plus faux.

---------------------------------------------------------

@ Lodi
"je dis que la science a augmenté et le volume de vérité, et la soif de vérité. (...) Pour moi, c'est énorme".

Cent fois d'accord avec cette assertion et toute l'argumentation qui suit. Dans les universités américaines, certains mouvements anti-racistes refusent maintenant - au sein des universités ce qui est un comble - l'objectivité au motif qu'elle serait un instrument au service de la suprématie des blancs ! Pour avoir droit à des crédits de recherche, il faut remplir au préalable un formulaire vous demandant ce que vous avez déjà fait et ce que vous comptez faire contre la discrimination. La science, en particulier la biologie, est devenue suspecte.

Lodi

@ Jean sans Terre
"Il est dommage que vous n'ayez pas poursuivi ma citation – "Or l'on voit partout que ce que l'on dit scientifique, et qui n'est le plus souvent que la vérité provisoire du moment, prévaut sur tout. J'y vois une naïveté et une erreur du jugement. Ce que devient la société humaine me le confirme" – car cette suite justifie ma réserve et mes précautions à l'endroit des sciences et des techniques. Or de cela vous ne dites rien."

Je ne dis pas RIEN, je dis que la science a augmenté et le volume de vérité, et la soif de vérité.
Rien ? Pour moi, c'est énorme.

Mais passons, j'ai aussi dit que la science contribue à développer la règle d'or, le ne pas faire aux autres ce qu'on ne veut pas qu'on vous fasse.
Toutes les traditions le disaient, certes, mais avec l'idée de châtiment et de récompense, parfois en en exemptant les mécréants, les hors-castes, enfin, vous voyez l'idée.
Donc en ouvrant la chasse sur certaines catégories : on a vu les résultats.

En science, les humains sont tous des humains, avec des droits humains donc - sauf dérives racistes, sexistes et autres, certes, mais si vous le remarquez, faites pour valider des dérives existant avant l'émergence d'une pensée scientifique.
Cela désamorce le fait de créer des Juifs déicides, des cagots et je ne sais quoi encore.

La science apporte une plus grande objectivité.
L'art une subjectivité sublimée.
Donc la justice par l'écart, la justice par l'empathie... Quoi de mieux ? Je ne vois pas en quoi notre société est pire que ce qui la précède : plus de colonies, plus d'esclavage, plus de femmes mineures et autres joyeusetés.

Les violences que ces gens subissaient n'étaient pas comptées, mais que de coups, chaînes et mortifications !
En comparaison, notre société présente la suavité d'un sauternes ou d'un côteaux-du-Layon, soyons jardin de la France.

Mais... Il s'est présenté les régressions totalitaires et nous reviennent à la figure les islamistes.
Certains renoncent à renoncer à faire des victimes, renoncent à la rationalité : ils nous faut les combattre comme l'éternel retour des ténèbres au milieu de la lumière.

Lodi

@ Denis Monod-Broca

"Science sans conscience n'est que ruine de l'âme" (Rabelais)
L'important n'est pas de qui est cette citation ni même ce qu'elle dit exactement, pour moi.

Ce qu'elle m'inspire, je vous le redis : si on la cite autant, c'est pour masquer l'indigence des moralistes incapables de faire autant de progrès que les progrès scientifiques, sans parler du fait que lesdits progrès sont si peu pérennes, tellement réversibles...
Après avoir renvoyé la morale habituelle à l'insignifiance dont elle fait toujours preuve, je rends à la science et à l'art en passant les honneurs que ces deux sommets de l'activité intellectuelle méritent.

Giuseppe

Il a eu des côtés fascinants, et une lucidité qui a tourné à la folie, un regard sur lui :

« La force n'a ni droit ni raison, mais il peut être impossible de s'en passer pour faire respecter le droit et la raison. » (Saint-Just).

Il fallait du courage il n'en manquait pas, il n'était que cela, il aurait dû être porté par la lumière des dieux de Gauvain, il aurait été parfait, mais il ne croyait pas en eux.

Deviro

@ Robert Marchenoir | 18 octobre 2020 à 08:27 (@caroff)
"Vous pinaillez sans la moindre pertinence. Rien de ce que vous dites ne réfute mes propos. Je ne m'étonne plus de vos réactions irrationnelles face à l'épidémie..."

Illustration très drôle de l'adage chinois: "Vous avez montré la Lune, on a regardé votre doigt..."

Denis Monod-Broca

@ Lodi

« Science sans conscience n’est que ruine de l’âme » est de Rabelais, pas de Montaigne.
Montaigne a dit, lui, de la science qu’elle était « une ignorance qui se sait ».

Tomas

@ Alpi
@ Lucile
@ Lodi

Les "bourrins de Français" (Alpi, je vous cite) ont un gros défaut face aux Japonais: ils sont Occidentaux, donc fondamentalement individualistes, au moins depuis la révolution libérale du XVIIIe siècle. Le Japonais ne se conçoit qu'à l'intérieur d'un groupe, que ce soit sa communauté villageoise avant ou son entreprise aujourd'hui. En clair, ils respectent beaucoup plus l'autorité que nous. Par exemple, depuis qu'il est officiellement devenu une démocratie, le Japon a été dirigé par un seul et même parti, le parti libéral démocrate, qui a passé, depuis sa création en 1955, quatre ans dans l'opposition.

Autre exemple, le salarié japonais ne prend généralement que la moitié de ses jours de congés (dans les 15 jours par an environ), soumis qu'il est à son entreprise. Ne parlons pas des femmes, moins bien payées que les hommes et souvent contraintes de choisir entre faire des enfants et avoir une carrière professionnelle. Voilà ce qu'est le Japon, sans jugement de valeur, ce sont eux qui se sont faits eux-mêmes et c'est leur droit le plus strict de ne pas vouloir changer les choses.

Il n'est pas surprenant qu'une population aussi cadrée, et acceptant naturellement cet état de fait, se soumette sans regimber à des prescriptions qui sont exactement les mêmes que les nôtres. Il n'est pas moins surprenant que ces restrictions passent moins bien en Europe, où l'individualisme est valorisé.

Jean sans Terre

@ Lodi | 18 octobre 2020 à 12:11

Ce que j'ai dit de la science, et que vous rapportez, s'applique aussi aux religions. J'ai eu le tort de ne pas le préciser.

Il est dommage que vous n'ayez pas poursuivi ma citation – "Or l'on voit partout que ce que l'on dit scientifique, et qui n'est le plus souvent que la vérité provisoire du moment, prévaut sur tout. J'y vois une naïveté et une erreur du jugement. Ce que devient la société humaine me le confirme" – car cette suite justifie ma réserve et mes précautions à l'endroit des sciences et des techniques. Or de cela vous ne dites rien.

Ainsi, je reprends ce que vous n'avez pas dépassé: "science sans conscience n'est que ruine de l'âme". Ce que devient la société humaine me le confirme.

Je renvoie à un propos tenu naguère sur ce blog. La très grande majorité du temps, le zélateur des sciences est dans la même posture de croyance envers l'autorité scientifique que le croyant l'était envers l'autorité théologique jadis.

La science et les techniques, encore longtemps, seront incapables d'expliquer la nature du bien et du mal, du beau et du laid, de ce qui est aimable ou haïssable, etc. Or ces choses sont la matière principale de nos vies. D'où la subordination anthropologique où l'on doit toujours maintenir sciences et techniques pour éviter cette naïveté et erreur de jugement qui causent les méfaits auxquels on cherche à se soustraire.

caroff

@ Robert Marchenoir
"Vous pinaillez sans la moindre pertinence. Rien de ce que vous dites ne réfute mes propos. Je ne m'étonne plus de vos réactions irrationnelles face à l'épidémie..."

Je me suis permis de corriger vos imprécisions. Rien de bien méchant.
"Va je ne te hais point" !

Lucile

@ Alpi | 17 octobre 2020 à 15:09
"Essayez donc de demander aux bourrins de Français de se conduire en Japonais".

D'accord pour critiquer l'incohérence, l'inconséquence et les justifications oiseuses à la mode de chez nous, mais sans en exclure nos politiciens qui me paraissent concernés autant que la population !

Lodi

@ Lucile

Inspirons-nous des gens les meilleurs, en soi ou dans un domaine particulier.
Il s'agit d'en prendre l'esprit, ou les gestes, ou les deux, ou seulement ce qu'il faut de tout cela selon les cas. C'est à étudier plus sérieusement que la carte du restaurant !
Bref, humilité, discernement et capacité à repousser des modèles finalement mauvais, en soi ou parce que non susceptibles de greffe pour ce qui vous concerne.

Quand on ne peut compter que sur soi, la situation s'avère toutefois autrement ardue. Une intelligence supérieure et un courage indomptable seraient, dans ce cas, encore plus désirables que pour le seul et inestimable plaisir de les posséder.
Mais qu'on les ait ou pas, chaque personne engagée dans quelque recherche que ce soit doit continuer quoi qu'il en soit.

Comme ça :

https://fr.adforum.com/creative-work/ad/player/6697242/johnnie-walker-3/johnnie-walker

----------------------------------------------------

@ Jean sans terre
@ Claude Luçon
@ Lucile
et à qui le désire

"Quant aux sciences et aux techniques, certes on en peut espérer beaucoup. Mais il faut plus que jamais les subordonner et les contrôler. La phrase de Rabelais – "science sans conscience n'est que ruine de l'âme" – n'a jamais aussi pertinente qu'aujourd'hui." (CL)

La religion sans conscience n'est aussi que ruine de l'âme, et en fait, tout : curieux qu'on n'en parle qu'en science.
Enfin non, j'y vois l'éternelle revanche des moralistes, lesquels, faute d'inspirer beaucoup de progrès moraux, jalousent les progrès scientifiques, autrement décisifs.
Décisifs ? Oui, on régresse moins en science qu'en morale : notre époque a vu la réapparition de l'esclavage en Europe dans les camps après qu'on l'a, en principe, aboli dans le monde entier par décision de l'Occident... Certes, on l'a re-aboli, cependant...

...cependant, bien des gens le justifient pour le passé, ne parlent pas de le maintenir aboli pour le futur, défendent les colonies ou les idéologies totalitaires, et tant de régressions morales qu'il faudrait en dresser une liste, travail trop fastidieux pour moi, merci.

Autre chose : au mieux, la religion a parlé de la vérité, du respect qu'on lui devait, mais enfin, il y a eu tant de fraudes pieuses que nul ne pourrait en faire le compte.
Et il fallait croire que la Terre est le centre du monde. Ce n'est pas pour rien que... Il fallait être un Russe pour vendre la mèche ! On a pu sortir :

« Si on me prouvait que la vérité est en dehors du Christ, je préférerais rester dans l'erreur avec le Christ que dans la vérité en dehors de Lui »
Dostoïevski
Bien des chrétiens trouveraient cela très beau, mais si un Juif, un musulman, un hindouiste ou autre sortait cela, je doute qu'il applaudisse des deux mains.
Moi, franchement...

Bref, TOUT doit être éclairé par la conscience, pas spécialement la science.
Mais la science porte déjà le flambeau dans deux domaines... La science montre les lois de la nature, la démarche scientifique exemplifie ce que peut être une quête de vérité, sans laquelle, à mon sens, rien de ce qui a quelque valeur n'existe.

N'oublions pas l'art : l'art est une recherche de vérité - mais aussi de beauté.

La recherche de vérité irrigue tout dans notre société : on demande à connaître les sciences, bien des gens s'en informant d'une manière ou d'une autre, on exige de connaître l'envers du décor, ce qui explique le succès des lanceurs d'alerte.
Elucidé aussi par autre chose : le désir de justice... À présent, on essaie d'appliquer la règle d'or de ne pas faire à autrui ce qu'on ne voudrait pas qu'il nous fasse, inspiration des droits de l'Homme, de l'appliquer sans peur de l'enfer, désir de paradis, céleste ou terrestre promis par quelque parousie.

C'est parce que notre exigence est si grande et si pure que nous supportons si mal les fake news et les violations des droits de l'homme, qui n'ont rien de nouveau.

Que dire ?
Il faut continuer à aimer la vérité, parler un peu plus de science ici, peut-être, et persévérer à tendre vers la justice.

Laurent Dingli

J'ajoute à mon commentaire d'hier au regard des dernières informations :
L'assassinat barbare de Samuel Paty illustre le naufrage de nos institutions et la complaisance, voire la complicité de certains de nos concitoyens à l'égard de l'islamo-fascisme.
Hier, comme si de rien n'était, une représentante du syndicat SNES-FSU est venue une fois encore nous expliquer que, à l'origine de ce drame, il y a un problème d'inégalités. La France est allée (sottement) jusqu'à accorder le statut de réfugié à un étranger poursuivi pour des délits de droit commun et non condamné, mais nous devons encore battre notre coulpe et dénier la réalité politique de l'islamisme en ramenant tout à une lecture exclusivement sociale

Nous apprenons encore dans Le Point que Samuel Paty, qui faisait honneur à notre République, avait été rappelé à l'ordre, sa hiérarchie l'invitant à faire preuve de "neutralité". On n'avait pas bien compris : le criminel, le déviant, ce ne sont pas les barbares islamistes qui lapident des femmes, défenestrent des homosexuels, égorgent des civils et des enfants, non, le fautif c'était cet enseignant qui ne faisait que son travail conformément à nos valeurs républicaines. Le coeur du problème est là, il réside dans nos propres lâchetés.

stephane

On trouve que le prof d'histoire a défendu la liberté d'expression et il aurait un hommage national.
Et s'il avait diffusé un sketch de Dieudonné (avec ou sans Robert Faurisson !) ?
J'ai toujours un peu de mal avec ceux qui ont une vision à géométrie variable de la défense de la liberté d'expression.
Quelles que puissent être les divergences, sur ce blog on peut s'exprimer.

Robert Marchenoir

@ Deviro | 17 octobre 2020 à 23:28

Merci. Je peux vous le refaire avec un peu de Poutine dedans, si vous voulez.
______

@ caroff | 17 octobre 2020 à 14:21

Vous pinaillez sans la moindre pertinence. Rien de ce que vous dites ne réfute mes propos. Je ne m'étonne plus de vos réactions irrationnelles face à l'épidémie...

Wil

Je suis tombé sur Alice "cercueil" Coffin interviewée par Ruquier sur la 2 ce soir... déjà rien que ça, c'est mal barré, mais il n'y a maintenant plus aucun doute, cette "meuf est teubé" ! Elle est complètement abrutie !
Elle enfile les bêtises à une allure, pfff, c'est dur à suivre.
Et s'il n'y avait que le fait qu'elle soit idiote, bon, c'est loin d'être la seule donc elle serait insignifiante, mais le pire c'est que c'est une vraie facho !
Avec elle, c'est plus la dictature du prolétariat mais la dictature du "vaginariat".
C'est le génocide masculin.
Pour la reproduction de nouvelles "bonnes" lesbiennes, grâce à la science, on les fécondera avec du sperme de cochons ou de chevaux pour avoir des sex-toys vivants avec des grosses b*tes qui seront ensuite réduits en esclavage pour travailler dans les mines ou un truc du genre. Elle est complètement tarée.

Je ne savais pas que le titre de son bouquin était "Le génie lesbien".
D'abord, en l'écoutant la Coffin on est sûr qu'elle ne sait rien du génie parce que si elle en avait elle saurait qu'il n'a rien à voir avec l'orientation sexuelle et même tout simplement le sexe.

F68.10

@ Wil
"Allez-y ça m'évitera de le faire."

Hummm. Non. Devant votre petit côté crâneur, je vais m'abstenir et me contenter de vous qualifier de menteur. Ce que vous êtes bien sur le coup.

Bien sûr, si vous continuez à la ramener de cette manière, je risque de réagir de manière un peu plus raide.

Deviro

@ Robert Marchenoir | 17 octobre 2020 à 07:22

Épatante réflexion respirant le bon sens.
Ne s'adresse à personne en particulier mais à tout le monde, comme un billet de Philippe Bilger.
Je dirai donc que c'est un billet de Robert Marchenoir.

Pas de Poutine (clin d'oeil sans méchanceté ni vinaigre, vous avez souri, bien sûr...)
Quelques petites inexactitudes vénielles pour donner du grain à moudre à vos détracteurs.
Réflexion de mes thésards "merde alors, ce mec a raison".
Excellent résumé.

En ce qui concerne le bref codicille sur Raoult, méfiez-vous de la Breizmabro qui, après les 150 000 euros donnés par le labo Gilead au professeur Machin, les 300 000 au toubib Trucmuche et les 500 000 au labo de Cahuzac pour ses perruques anti-virus, tous critiques de la chloroquine (la chloro, pardon, la coquine est sacrément bien informée...) va nous révéler le scoop sur Marchenoir, "qui a reçu 32 euros et 27 centimes de Gilead sur son Livret d'épargne en Andorre". Elle ajoutera "J'ai même son RIB, à Martchi, Adeo"

Encore bravo pour vos réflexions et constats, on les a lus avec gourmandise !

Lucile

"Imitons les Japonais !" (Lodi)
Ce genre de rêve n'est plus de mon âge ! (Alpi)

---

Au moins, nous pourrions nous en inspirer.

Wil

@ F68.10
"Vous seriez bien avisé de retirer ce propos avant que j'aille dégoter le commentaire en question"

Allez-y ça m'évitera de le faire.

Achille

@ Chemin de traverse | 17 octobre 2020 à 10:22
« Vers la fin du face-à-face, il me semble avoir entendu un mot comme "fusiller en d'autres temps" et un rattrapage médiocre "fusiller du regard". »

Je n’ai pas retrouvé ce passage.

Jean sans Terre

@ Claude Luçon | 17 octobre 2020 à 01:49

Monsieur, je comprends votre réprobation des idées et des valeurs soixante-huitardes. Toutefois, j'ai bien peur que votre vœu ne soit que pieux. Ces idées, ces valeurs, ont imprégné toute la société jusqu'à la moelle. Interrogez vos petits ou arrière-petits-enfants. Vous y reconnaîtrez son œuvre sournoise, diffusée dans tous les esprits.

Quant aux sciences et aux techniques, certes on en peut espérer beaucoup. Mais il faut plus que jamais les subordonner et les contrôler. La phrase de Montaigne – "science sans conscience n'est que ruine de l'âme" – n'a jamais aussi pertinente qu'aujourd'hui. Or l'on voit partout que ce que l'on dit scientifique, et qui n'est le plus souvent que la vérité provisoire du moment, prévaut sur tout. J'y vois une naïveté et une erreur du jugement. Ce que devient la société humaine me le confirme.

Le problème est d'un autre ordre. Le mal français est spirituel. Il prend son origine dans les conséquences retentissantes de la mort de Dieu, que rien n'a remplacé depuis. Dès lors, toutes les valeurs qui prenaient en Lui son fondement se dénaturent, se désincarnent et meurent. Il ne reste plus que l'individu déraciné et isolé, et les valeurs et les idées de 68 qui le consacrent. Ce qu'on dit les valeurs de la République n'a pas plus de consistance. Elles ne sont rien d'autres que des abstractions désincarnées dont les racines sont mortes. Le malheur est qu'une nation ne se compose pas de la seule addition de ses individualités.

La France traverse aujourd'hui une crise spirituelle profonde. Il est bien possible qu'elle en meure.

---------------------------------------------------------------

@ Robert Marchenoir | 17 octobre 2020 à 07:22

Si je vous ai bien compris, vous semblez dire qu'Emmanuel Macron est homosexuel ! ;-)

Avant que vous ne vous énerviez, je précise: je rigole.

Alpi

@ Lucile
"Aucune contravention, tout est volontaire"

Eh oui ! Mais c'est le Japon. Essayez donc de demander aux bourrins de Français de se conduire en Japonais. Souvenez-vous des fourmis de l’ineffable Edith Cresson...

----------------------------------------------------------------------

@ Lodi
"Imitons les Japonais !"

Ce genre de rêve n'est plus de mon âge !

caroff

@ Robert Marchenoir 00h22
« Il leur échappait qu'auraient-ils eu raison, la pénurie de masques était mondiale, que donc cela ne servait à rien de hurler en pure perte, et qu'effectivement il était de bonne politique de réserver les masques aux médecins. »

Inexact : la Chine, Taïwan, la Corée par exemple avaient distribué des masques "larga manu" à leurs populations depuis au moins la fin janvier.
A noter que Taïwan a, dès février 2020 installé 60 chaînes de production de masques

https://www.institutmontaigne.org/blog/coronavirus-lasie-orientale-face-la-pandemie-la-reponse-rapide-minutieuse-et-numerique-de-taiwan

« D'où, par exemple, les revirements de la populace, qui fonctionne exactement à rebours du bon sens : lorsque les autorités sanitaires du monde entier niaient l'utilité des masques pour le grand public »

Non, beaucoup des membres de la populace, dont moi, ont essayé de se procurer des masques début mars au motif que si les chirurgiens en portaient c’était pour une bonne et simple raison : éviter de disséminer les microbes !!

Inexact encore puisque comme je vous l’indique plus haut, les pays asiatiques mais aussi, par exemple, le Maroc ont obligé leurs populations à porter un masque très tôt.

« Partout, les gouvernements se sont retrouvés devant le dilemme consistant à laisser mourir la population ou à laisser mourir l'économie. Dilemme évidemment insoluble, qui ne peut se résoudre qu'à coups de compromis forcément insatisfaisants »

Non, les Etats-Unis, la Suède et les Pays-Bas (au tout début de la pandémie) pour ne citer que ces pays, ont décidé qu’il fallait parier sur l’immunité collective pour épargner l’économie…

« Oui, la Grèce a eu une mortalité remarquablement faible, mais ce n'est pas grâce à la chloroquine, contrairement aux mensonges répandus par les sites complotistes. C'est parce qu'elle a réagi très tôt, et que les citoyens, connaissant l'état déplorable de leurs hôpitaux, ont accepté de bonne grâce des mesures contraignantes. »

Exact, les Grecs sont réalistes, ils veulent éviter de fréquenter leurs établissements de soins qui les conduisent au cimetière
Et puis l’épidémie ayant démarré avant la saison touristique, nos amis hellènes n’ont pas été confrontés au Covid venant de l’extérieur !

Florence

C'est bien gentil tout ça mais le virus n'est pas vraiment méchant. Moins de 0.5 % de létalité, il n'y a pas de quoi trembler comme une vieille femme. Le seul problème, c'est qu'il y a un petit pourcentage de cas graves que nos hôpitaux, réduits à l'os par ce gouvernement et les précédents, ne sont pas en mesure de prendre en charge. Avec quelques milliers de lits de réa de plus et quelques milliers de soignants, cela passait tranquillement.

De toutes manières, les gens trouveront la parade.
Les jeunes feront la fête jusqu'à 6 h du mat et les vieux organiseront des apéros jusqu'à 21 h.
Il faudra bien apprendre à vivre avec ce virus et le plus tôt sera le mieux. L'intelligence, c'est l'adaptation.
Cela passe par la remise en marche de notre système de santé, public comme privé. En Allemagne, c'est privé et ça fonctionne beaucoup mieux que chez nous. Il faut d'urgence dégraisser les administrations. Mais nos technocrates au pouvoir en sont incapables. Tout ce qu'ils vont réussir à faire, c'est mettre la France à genoux.

Lodi

@ Lucile | 17 octobre 2020 à 00:36

Excellent commentaire.
Imitons les Japonais !

F68.10

@ Wil
"Je me suis déjà pris la tête il y a quelques semaines avec F68.10 sur le sujet de l'inutilité du masque en extérieur qu'il affirme être efficace"

Vous seriez bien avisé de retirer ce propos avant que j'aille dégoter le commentaire en question, où je vous ai traité de négationniste pour une raison bien précise que vous ne semblez toujours pas avoir comprise. Et je n'ai pas beaucoup apprécié votre comportement lors de ces quelques échanges, à me demander de prendre position sur un sujet qui ne m'intéressait pas tout en prétendant me dicter ce que ma position est censée être.

Vous faites souvent cela ? Si oui, c'est grave.

Chemin de traverse

@ Denis Monod-Broca, 15 Octobre 18:02

Bravo !

-----------------------------------------------------------

@ Achille

Vers la fin du face-à-face, il me semble avoir entendu un mot comme "fusiller en d'autres temps" et un rattrapage médiocre "fusiller du regard"...
Comme je ne peux revisionner le débat même en replay pour l'instant, avez-vous entendu la même chose ?

caroff

@ Savonarole 20h57
"Toutefois, on ne remerciera jamais assez Charlie Hebdo (une bande de c**nards) de nous faire égorger au nom de la liberté d’expression.
Charlie Hebdo ça suffit."

Pour les pétochards comme vous, il y a la solution des couches "Confiance".

Aliocha

Merci, Savonarole, ça se maintient, mais j'ai peu de temps en ce moment pour faire plus que lire notre hôte et la sélection naturelle des commentaires de ceux qui arrêtent d'être en boucle, en meute qui finira dans l'émeute de l'égorgement généralisé, vous citiez Céline, c'est d'une brûlante actualité.

Aussi, et pour éviter de trop céder aux contaminations du nombre infini de vagues violentes qui ne savent que s'inventer des grèves fondamentalistes pour justifier leur sauvagerie, s'impose à moi un silence bienfaisant en ce contexte pandémique, m'occupant à l'habitude des petits qui autour de moi tentent de maintenir narine hors de ces eaux désastreuses, j'en reste à mon dernier commentaire, l'antienne qui seule maintient vivant et ne sait s'incarner qu'au territoire qui peu à peu se rétrécit, la seule réalité formulable d'un sens délaissé mais qui règne néanmoins sur les ténèbres d'une humanité qui n'aura su que le refuser:

"C'est la miséricorde que je veux, non le sacrifice."

https://www.youtube.com/watch?v=erIgelUhqoc

Denis Monod-Broca

@ Wil

Si vous voulez vraiment que le pire advienne, persévérez dans vos remarques stupides.

Robert Marchenoir

Plus largement, ce qui manque à toutes ces considérations, c'est la prise de conscience que le monde extérieur existe. Une fois de plus, les Français s'imaginent que le monde habité s'arrête aux frontières de leur pays, que tout est forcément la faute de Macron, que si de Gaulle était ressuscité alors les Parisiens auraient le droit d'aller en boîte à 10 heures du soir, etc.

Il est quand même hallucinant que lorsqu'on parle d'une pandémie, ce qui signifie épidémie touchant le monde entier, on ne fasse pas un effort pour sortir le nez de l'éternelle politique politicienne hexagonale, et de voir ce qui se passe ailleurs. Faut-il rappeler qu'un virus ignore ce que sont les frontières ?

Il suffit de se livrer à cet exercice cinq minutes, pour constater deux choses : premièrement, les maux dont nous nous plaisons à croire qu'ils sont franco-français se retrouvent à l'identique dans de nombreux pays similaires.

Certes, cela pourrait vouloir dire, en théorie, que de nombreux gouvernements font preuve d'une incurie identique. Mais en pratique, il convient de faire preuve d'un peu d'humilité, et de constater les points suivants :

La science est largement impuissante devant ce virus. On ne sait pas le guérir. Beaucoup de choses nous sont encore inconnues dans son mode d'action.

Malgré cela, les savants ont fait des progrès fulgurants depuis le début de l'épidémie. Il n'est pas sûr qu'une rapidité pareille ait son équivalent. Qui dit progrès, dit aussi modifications dans la connaissance. Ce que l'on croyait savoir hier se révèle faux aujourd'hui.

D'où, par exemple, les revirements de la populace, qui fonctionne exactement à rebours du bon sens : lorsque les autorités sanitaires du monde entier niaient l'utilité des masques pour le grand public, Madame et Monsieur Michu se croyaient très malins en donnant des leçons au gouvernement : il fallait évidemment des masques, et naturellement leur manque prouvait l'homosexualité d'Emmanuel Macron (au hasard).

Il leur échappait qu'auraient-ils eu raison, la pénurie de masques était mondiale, que donc cela ne servait à rien de hurler en pure perte, et qu'effectivement il était de bonne politique de réserver les masques aux médecins.

Maintenant qu'au contraire, les autorités sanitaires mondiales recommandent le masque pour tout le monde, et qu'ils sont disponibles à gogo pour trois fois rien, la guignolade recommence à l'envers : le gouvernement les rend obligatoires, donc c'est bien la preuve que Macron, en plus d'être un inverti, est le nouvel Hitler. Si le masque est obligatoire, c'est qu'on veut museler les Français (masque = muselière, ho ho ho, que c'est drôle...).

Si je comprends bien, les protestataires veulent mordre leur prochain, et le port du masque les en empêche ? C'est bien ça ?

Tandis que l'interdiction des rassemblements a pour but d'empêcher les Français de manifester, parce que, bien sûr, manifester est l'expression suprême de la vertu dans notre pays. Le héros social n'est pas celui qui invente le vaccin contre le coronavirus (celui-là est plutôt une ordure à la solde des "laboratoires"), c'est celui qui défile de République à Bastille en hurlant des insanités (ou, mieux, qui bloque la circulation, vide les camions de vin espagnol, etc.)

On entend même, sur Radio Courtoisie, des animateurs assurer, sur le ton le plus sérieux du monde, que leur engagement de ne pas porter le masque en public fait d'eux des Résistants, avec une référence explicite à l'Occupation.

Il était déjà grotesque, il y a belle lurette, d'entendre des politiciens authentiquement issus de la Résistance nous assurer que leur actes étaient aussi légitimes qu'incontestables en temps de paix, puisqu'ils avaient transporté quelques enveloppes en temps de guerre.

Le ridicule a redoublé, lorsqu'une fois cette génération disparue, leurs enfants n'ont eu de cesse de nous rappeler que leurs parents avaient fait la Résistance (quand ce n'était pas leurs grands-parents), et que donc, la vertu étant héréditaire, toute remise en cause de leurs opinions était scélérate.

Y compris s'agissant d'anonymes s'exprimant sur Internet, dont les vertus nobiliaires résistancialistes étaient évidemment invérifiables.

Maintenant, c'est encore mieux : des gens qui ont passé leur temps à réhabiliter Pétain se vantent d'un héroïsme identique à celui de gens qui risquaient la torture et la mort aux mains des nazis, sous prétexte qu'ils encourent une amende de 135 euros en refusant de se mettre sur le nez un bout de tissu, qui pourrait empêcher leurs compatriotes d'attraper une maladie mortelle, voire invalidante.

Tout cela avec d'exquises tournures de phrases et des trémolos dans la voix, naturellement.

Et ce sont les mêmes qui grimpent aux rideaux (à juste titre, cette fois), lorsque la gauche les accuse d'être des nazis parce qu'ils refusent l'immigration !

Ce sont les mêmes qui nous cassent les oreilles avec leur prétendu "bien commun", dont évidemment ils seraient les seuls à édicter la définition ; mais curieusement, lorsqu'ils sont au pied du mur, et ont l'occasion de montrer leur dévouement à leur compatriotes, au prix d'une contrainte absolument minime et dépourvue de tout risque (un petit rectangle de tissu sur la figure), alors là, le bien commun peut aller se faire voir, et c'est tout pour ma g...

Mais n'ayez crainte : ils continueront à vous assurer que ce sont eux, les généreux, les altruistes, les "défenseurs des valeurs traditionnelles" (version de droite), ou les "gardiens de l'humanisme et de la justice sociale" (version de gauche).

Ce cirque permanent est véritablement écœurant.

Dans de nombreux pays, comparables au nôtre (Angleterre, États-Unis, Espagne, Italie, Suède...), on a constaté les mêmes problèmes : hôpitaux débordés, cardiaques ou cancéreux condamnés à mort parce que les malades du Covid avaient priorité, hécatombe parmi les pensionnaires des maisons de retraite délibérément sacrifiés, incapacité à fournir des masques, puis des tests, puis délais excessifs pour se faire tester et obtenir les résultats...

Partout, on a constaté la fameuse deuxième vague, dont d'innombrables militants négationnistes nous assurent toujours qu'elle n'existe pas.

Partout, les gouvernements se sont retrouvés devant le dilemme consistant à laisser mourir la population ou à laisser mourir l'économie. Dilemme évidemment insoluble, qui ne peut se résoudre qu'à coups de compromis forcément insatisfaisants.

Et bien entendu, tout le monde pousse sous le tapis les faits dérangeants : oui, la Suède a connu une mortalité plus faible que certains pays occidentaux (quoique elle fut plus forte que celle de ses voisins scandinaves), mais c'est au prix d'une auto-discipline des Suédois, qui se sont infligés à eux-mêmes des restrictions auxquelles ils n'étaient pas tenus.

Pense-t-on une seule seconde qu'un comportement similaire aurait pu avoir lieu en France ? Laissez-moi rire... Sans compter que la contrepartie de la liberté laissée à la population fut la décision d'accepter une mortalité très élevée dans les maisons de retraite.

Oui, la Grèce a eu une mortalité remarquablement faible, mais ce n'est pas grâce à la chloroquine, contrairement aux mensonges répandus par les sites complotistes. C'est parce qu'elle a réagi très tôt, et que les citoyens, connaissant l'état déplorable de leurs hôpitaux, ont accepté de bonne grâce des mesures contraignantes. Tandis que le monde politique a réalisé l'union nationale, face à ce péril qui transcende les divisions partisanes.

Même l'Église orthodoxe, pourtant encline à la superstition et à la bigoterie comme son homologue russe, a accepté de considérer que la communion et la messe ne protégeaient pas magiquement du virus.

Incidemment, le gouvernement grec actuel est libéral-conservateur, pro-américain, anti-turc... enfin, il coche toutes les bonnes cases.

Là encore, on mesure le contraste avec les Français indisciplinés, et leurs élus prompts à exploiter la pandémie à des fins politiciennes.

Les pays dont on ne parle plus du tout, bien évidemment, après les avoir brièvement loués au début de l'année, ce sont les confettis asiatiques qui ont le mieux résisté : Taïwan, Corée du Sud, Singapour et Hong Kong.

Pourquoi ce silence ? C'est tout simple : en dehors de leur politique évidemment nazie qui fait bicher l'extrême droite (contrôles et restrictions impitoyables aux frontières), ils ont gagné par un "ultra-libéralisme" impossible en France (emploi massif des technologies numériques pour le dépistage et le traçage, sans les lourdeurs du mammouth administratif français), et, surtout, "dictature sanitaire" dont les contraintes n'auraient jamais été acceptées en France.

Non seulement le port du masque est spontanément considéré de rigueur par les habitants eux-mêmes (qui n'ont pas la curieuse prétention de s'affirmer bâillonnés en conséquence), mais les tests ne sont pas considérés comme des rites magiques administrés par la Sécurité sociale : ils sont massifs bien évidemment, les résultats sont rapides naturellement, mais, surtout, le contrôle et le traçage de la population contaminée, ou susceptible de l'être, s'assortit de mesures privatives de liberté très rigoureuses, contrôlées par la police et faisant l'objet de sanctions impitoyables.

Ce que les ânes raoultistes (et le gourou lui-même) maquillent honteusement en vantant le triptyque test, isolement et soin pratiqué à Marseille, ce qui est un énorme mensonge par omission : le soin est inexistant, puisque la chloroquine est inefficace, les tests sont exclusivement volontaires (ce qui leur ôte toute efficacité), et surtout, surtout, il n'y a pas d'isolement, bien sûr, car Didier Raoult n'a pas de pouvoirs de police sur Marseille, malgré ses fantasmes de toute-puissance.

Oui, Raoult s'est, semble-t-il, assuré un approvisionnement en tests grâce à ses liens avec l'industrie (autant pour le mythe du rebelle anti-capitaliste luttant contre le système avec ses petits poings rageurs), mais il n'a évidemment pas assigné à résidence, avec contrôle policier, les cas contacts ni même les contaminés.

Ce qu'ont fait les nains asiatiques, dont Raoult fait l'éloge quand ça l'arrange.

Et Raoult n'a pas, non plus, préconisé une telle politique de quarantaine, agressive, intrusive et nationale -- ce n'est pas faute, pourtant, d'avoir eu micro ouvert dans les médias.

Parce qu'il sait que cela aurait fait dégringoler sa cote de popularité chez ses sectateurs, lesquels veulent le beurre et l'argent du beurre, comme d'habitude dans notre pays (Gilets jaunes, etc.).

Il leur a donc passé la main dans le dos en assurant que lui, il rasait gratis -- ce qui les a fait ronronner de plaisir.

Quand je dis ronronner, c'est plutôt cracher et montrer les dents, puisque, comme on l'a constaté ici même, lorsque vous dissipez leurs illusions, vous vous faites traiter de "mal baisé" par des dames qui par ailleurs, nous donnent des leçons de maintien, tandis que des ivrognes oisifs se vantant de frauder la Sécurité sociale vous conseillent de vous mettre votre masque en suppositoire.

Lodi

"Il est inutile d'évoquer les quelques familles qui avaient protesté auprès de l'enseignant parce qu'il avait pris pour exemple de la laïcité et de la liberté de penser les caricatures de Mahomet et que pourtant il avait eu l'élégance de ne pas contraindre qui était choqué à assister au cours. Le début de la fin."

On prétend pouvoir enseigner à ces arriérés de musulmans mais ce sera difficile comme cet exemple le prouve, chaque dispensateur du savoir étant sommé de se révéler héroïque.
Evidemment, le professeur aurait pu biaiser, tirer des exemples d'intolérance de l'Eglise, entre autres.

Cependant n'est-ce pas les pires et non les gens en train de s'améliorer qu'il faut viser ? Ce n'est pas que j'aime beaucoup les religions et le monothéisme en général, mais l'Eglise est beaucoup plus tolérante qu'autrefois.
Depuis Benoît XVI il y a aussi un effort de lutte contre la pédophilie et François essaie de réformer les finances de l'institution : entre les corrompus et les Italiens dédaigneux de l'Argentin, on ne peut pas dire qu'il soit très suivi...
Il se peut même qu'un jour l'Eglise permette l'accès au sacerdoce des hommes mariés et des femmes mais n'anticipons pas.

On ne peut pas dire, d'un côté, chaque fois qu'un créateur se moque de l'Eglise, qu'il n'a pas le courage de s'en prendre à pire, et quand quelque autre mortifie de ses observations une religion du croissant trop semblable à la faux de la mort, de se taire... Il y a dans cette tension critique toute l'incohérence de la lâcheté.

Et puis, l'exemple pris par l'enseignant parlait plus aux élèves : il ne faut pas oublier l'inculture de bien des gens. L'Eglise et l'Inquisition, mon Dieu mon Dieu, d'ailleurs tout est sa faute, mais pourquoi ne pas évoquer les Cathares tant qu'on y est ?
Remarquez, on aurait pu chercher des exemples antiques ou même dans le bouddhisme, quoi que ce soit encore plus ardu : noyons le poisson jusqu'aux abysses.

Cette débauche d'érudition serait aussi plus agréable : l'Islam n'est pas un sujet intéressant, cela pue le monothéisme dans ce qu'il a de pire. Je ne dirais pas le vin transformé en vinaigre, vu que le vinaigre, c'est bon ou alors n'en utilisez pas en cuisine, mais la lie de la lie.
Alors s'il existe un devoir de suivre son inspiration y compris quand elle est dangereuse, il n'y en a pas à la forcer.

L'Islam est à renvoyer loin de soi de toutes les manières possibles sauf l'expulsion de citoyens musulmans : il faut empêcher l'implantation de nouveaux immigrés mahométans, ces innovateurs en bassesse, les premiers à nous rendre d'être ici par leurs diverses ingratitudes, là, de s'ériger en censeur et saboteur de l'éducation.
À grand bruit... Mais je ne doute pas que la plupart des professeurs se censurent. Qu'ils aimeraient bien avoir le courage du martyr de l'enseignement mais rentrent dans le silence des trembleurs pour beaucoup moins que ça.
Simple raisonnement à plus forte raison, sans parler du fait que j'ai déjà balancé un lien où un bon nombre de profs avouaient s'autocensurer mais que je n'ai pas envie de chercher, là, ni ça ni autre chose... Les courageux, donc, car la plupart des lâches le sont trop pour assumer leur couardise.

Il y a une rétorsion à faire à propos de l'Islam : bien des gens prétendent en extraire du passé et des textes quelque chose de bien. Cependant, sans liberté de critiquer, comme dit l'autre, il n'est point d'éloge sincère.
Ce mot serait-il tombé en désuétude ? Il me semblerait donc plus décent de ne pas dire un bien arraché à une stupéfiante indulgence quand surgit parmi nous un mal inédit : je veux dire les premiers immigrés rendant pour le bien d'être ici toute leur ingratitude.
Au lieu de permettre qu'on les élève à notre niveau, les arriérés visent à nous descendre au leur.

Ici, il serait peut-être bon d'éviter de nous envoyer des poèmes d'une époque dont ils sont évidemment déchus.
Ou alors, en précisant bien que cela montre l'étendue de leur involution... Quand on s'est servi de Beethoven, lors de la dernière guerre, on a certes envoyé sa musique, mais on a bien insisté, bom, bom, bom, bom, si j'ose dire, sur la perversion nazie.

Ne couvrons pas les fautes de l'héritier des gloires passées de ses ancêtres comme trop de nobles drapent leur insignifiance de l'illustration des leurs. Le tard venu indigne, loin d'égaler sa source, l'empoisonne et tue la liberté du monde par ses menaces et par ses meurtres.
La noblesse au sens spirituel et non de quelque armoirie, ou pire, momerie religieuse, a été manifestée par un professeur prenant au sérieux l'éveil de ses élèves à la pensée critique. Ce professeur a fait son devoir, et ce, sans en attendre un cheptel de vierges ou quelque autre privilège divin, et pas accompagné par les applaudissements de parents d'élèves lui disant de la fermer : l'action altruiste et désintéressée dans toute sa splendeur.

Cependant, je pense que les parents d'élèves... Non, bien des gens ne voient pas aussi loin que moi, ne sont pas aussi durs que moi. Comme dit l'autre, on peut juger de la force de quelqu'un aux vérités qu'il peut supporter.
Et donc, je pense que les parents d'élèves ont pensé au prof... Mais moi, je dis que les arriérés pourraient tuer les enfants par rétorsion. Quand je pense que c'est dans ce contexte qu'on attaque l'enseignement à domicile, mais oui... Judicieux. Personne ne doit être à l'abri ni recevoir un enseignement de qualité premium à cause de l'ambition de sortir les arriérés des sables mouvants où ils entraînent ceux qui essaient de les en extraire.

F68.10

@ Savonarole
"Charlie Hebdo ça suffit."

Non. Cela ne suffit pas. Un enseignant s'est fait décapiter. Cela ne suffit donc toujours pas. Il faut qu'on aille au bout de cette histoire et qu'on fasse bien comprendre que certaines choses ne sont pas négociables.

Claude Luçon

@ Isabelle | 16 octobre 2020 à 09:26

Merci pour cette fort gentille réponse, elle est appréciée.
Votre père comme moi et toute notre génération vous a reconstruit une France qui nous avait été laissée dans un pitoyable état en tout, nous pouvions dire : France ton nom est Chaos !

Celle que nous vous avons laissée est en paix depuis 70 ans, malheureusement elle a pris un mauvais tournant en 1968...
1968 éliminait un élément essentiel à toute société : l'autorité et son respect.
Je comprends que vous désiriez faire de même, c'est votre honneur, mais il vous faut changer de méthode, ne pas écouter les mauvais guides de Cohn-Bendit à Zemmour, ou les benêts comme Onfray !

Pour qui suit les sciences, ma passion, il se passe des choses merveilleuses dans ce monde, vous ne pouvez pas laisser des salopards empêcher vos enfants d'en profiter.
Ils ont un superbe défi devant eux : redonner à cette Planète sa beauté naturelle, c'est possible mais pas aux mains d'une bande de gauchistes ignares. Pas en paroles, en action avec les sciences et technologies.
La Terre est le Paradis perdu ! Quand on l'a parcourue comme je l'ai fait, on apprend l'humilité devant tant de magnificence, homo sapiens l'a transformée en poubelle. Il est possible de lui redonner son lustre.
Il faut d'abord éliminer les parasites à deux pattes, avec ou sans couteau.
Puis mobiliser scientifiques et ingénieurs et faire taire les bavards.

Le dernier billet de Philippe soulève le problème avec son talent habituel.
Le temps des bisounours n'est plus, c'est de nouveau celui des barbouzes !
Il faut avoir le courage d'appliquer la méthode forte, ne pas la laisser à la famille Le Pen qui rêve d'empire, le leur.

Les Français savent se battre, il vous faut trouver un chef, un vrai, un guerrier !
Les soixante-huitards s'y opposeront, expliquez-leur que le temps de leurs élucubrations est devenu un accident de l'Histoire, que c'était une forme de maladie : Alzheimer identifiée en 1906 mais qui s'est vraiment révélée sur les barricades de 1968, portée en France par un virus teuton nommé Cohn-Bendit !

Achille

Débat Chevènement/Zemmour

J'ai du mal à le croire. Eric Zemmour a voté Chevènement en 2002… comme moi !

Beau débat entre deux personnalités qui ont une certaine idée de la France qui est commune, mais qui ont choisi des chemins différents.

À noter toutefois que le débat sur l’école était un dialogue de sourds.
Ainsi que l’a fait remarquer avec une pointe d'humour J-P Chevènement, Zemmour démobiliserait une armée. Il répète en boucle ses convictions tel un vieux disque rayé.
Et surtout il parle trop fort, comme tous ceux qui croient qu’en criant, on parvient à mieux convaincre son auditoire, ce qui, bien sûr, est faux.

Je préfère de beaucoup le calme olympien de J-P Chevènement à l'agitation frénétique d'Eric Zemmour.

Lucile

Je suis quand même un peu sidérée qu'on en soit encore à la méthode des essais et des erreurs, en octobre, alors que l'épidémie a commencé en février en France, et qu'on pourrait s'inspirer de ce que font les pays qui s'en sortent.

Au Japon, ils ont compté en tout et pour tout entre 1 000 et 2 000 morts depuis le début de l'épidémie pour une population de 127 millions d'habitants, dont environ 37 millions à Tokyo. Certains chiffres laissent à penser que presque 50 % des habitants de Tokyo ont été en contact avec le virus et sont plus ou moins immunisés. Grâce à leurs méthodes, ils sont en contact avec des quantités très faibles de virus, suffisamment pour s'immuniser, mais pas assez pour être très malades.

Solutions adoptées :
(Aucune contravention, tout est volontaire)
- Les Japonais portent le masque dehors, et dans les lieux clos comme magasins, bureaux.
- Ils aèrent beaucoup les bureaux, appartements, écoles, magasins, etc.
- Il y a du gel désinfectant à l'entrée des magasins, dans les endroits fréquentés, dans les ascenseurs.
- Ils ne se serrent pas la main, ne se font pas la bise, ne se rapprochent pas trop des autres quand ils leur parlent, ne se donnent pas de tapes dans le dos (se saluent en faisant une courbette).
- Quelqu'un prend la température des clients à l'entrée des magasins, bureaux, à l'arrivée dans les aéroports (par thermomètre infra-rouge).
- Les quarantaines, obligatoires en cas de contamination, durent 14 jours, elles se passent à l'hôtel ou dans des endroits réservés à cela.
-Les gens ne parlent pas fort, ils sont calmes et dans les transports en commun ils restent silencieux.
- Les voyages à l'étranger sont limités au maximum.
(on peut voyager comme on veut à l'intérieur du pays).
- Ils mangent beaucoup de poisson et des algues.

(Pandemic Learning from Japan Youtube Oct 13, 2020. Dr Campbell). J'ai un problème pour retranscrire l'adresse des vidéos de YouTube depuis leur nouvelle présentation.

En France, on peut se faire une idée du banc d'essai auquel le pays est soumis. Lu il y a 3 jours :
"Une dizaine de soignants ont été testés positifs au coronavirus ces derniers jours, au sein du CHU de Nantes (Loire-Atlantique). Pourtant, "ils continuent à travailler au service réanimation ou bien au SAMU", précise le journaliste de France 2 Antoine Delcourt, en direct de Nantes. Ce nombre a été communiqué par les syndicats, mais n’a pas été confirmé par la direction.
Une situation légale
"D’après les syndicats, cela constitue une mise en danger de la vie d’autrui, celle des autres soignants qui peuvent être à leur tour contaminés, mais aussi celles des patients qui viennent à l’hôpital pour une autre raison, une autre maladie que le coronavirus", rapporte le journaliste. "La situation est exceptionnelle et légale, un soignant malade peut en effet décider de revenir sur son lieu de travail, s’il le souhaite et s’il ne peut pas être remplacé", ajoute-t-il. C''est le Haut conseil de la santé publique qui l'a rappelé.
La direction du CHU rappelle le protocole sanitaire : "Le plus important, ce sont les gestes barrière, le port du masque et le lavage des mains. Non, il n'y a aucune mise en danger de la vie d'autrui. En cas de circonstance exceptionnelle, et c'était une circonstance exceptionnelle, et sur la base du volontariat, bien entendu que le personnel peut venir travailler en ayant un PCR positif, dès lors qu'il est asymptomatique."
VIDEO. Covid-19 : des soignants contaminés continuent de travailler au CHU de Nantes

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : philippe.bilger[email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS