« Trop de prophètes de malheur démocratique... | Accueil | On a le droit de rêver sur 2022 ! »

29 novembre 2020

Commentaires

Savonarole

Et blabla, et blabla, et que je te décortique chaque phrase pour mieux te pendre, la jouissance suprême du pervers narcissique.

stephane

@ Robert Marchenoir

Vous faites un amalgame.
En ce qui me concerne je montre ma satisfaction du soutien que Mary Preud'homme apporte à la police.
J'aurais aimé voir la même ardeur du côté des dirigeants.

Achille

@ caroff | 30 novembre 2020 à 16:47
« Ces informations sont disponibles sur le site de l'AN: faut-il les retirer ? »

Non car les manifestants n’iront jamais les chercher sur le site de l’AN. Ce sont des gens clairement manipulés par les mouvements d’extrême gauche qui leur ont monté le bourrichon. Le simple nom de la manifestation "La Marche des Libertés" suffit pour deviner l'imposture.
En fait ils sont contre la loi Sécurité globale sans même en connaître vraiment le contenu. Il suffit d’entendre les propos ineptes qu’ils tiennent sur cette loi devant les journalistes qui leur tendent complaisamment leur micro. C’est consternant !
On en est toujours au niveau Gilets jaunes, normal puisque ce sont les mêmes...

----------------------------------------------------------

@ Tomas | 30 novembre 2020 à 19:54
« Comme le dit justement caroff, il suffit d'aller sur le site de l'Assemblée nationale pour savoir, et c'est heureux encore. Vous voulez revenir sur le droit de manifester aussi ? »

J'ai répondu ci-dessus à caroff sur ce point.
Je ne suis certainement pas contre le droit de manifester dans la mesure où les manifestations ne se traduisent pas systématiquement par des destructions d’équipements publics, vitrines des commerçants brisées, voitures incendiées et policiers blessés par des émeutiers hystériques.
Je vous rappelle qu’il y a eu 98 policiers blessés dans la manif du 28 novembre dont l’un d’eux a été lynché. Il n’a eu la vie sauve que par l’intervention de ses camarades venus lui porter secours.
Ce genre d’agression est totalement inacceptable et ne saurait être en accord avec le droit de manifester.

Robert Marchenoir

@ Denis Monod-Broca | 30 novembre 2020 à 16:33
@ sylvain | 30 novembre 2020 à 14:59
@ Isabelle | 30 novembre 2020 à 13:34
@ Xavier NEBOUT | 30 novembre 2020 à 12:54
@ stephane | 30 novembre 2020 à 12:40
@ genau | 30 novembre 2020 à 12:40
"Chapeau à Mary Preud'homme qui a établi la vérité dans cette affaire."

Mary Preud'homme n'a rien établi du tout, et vous tous, vous tombez dans le panneau du sectarisme hurlant sans même vous donner la peine de vérifier ses allégations. Le dernier qui cause a raison, pourvu que sa petite musique soit en harmonie avec vos humeurs politiques.

@ Mary Preud'homme | 30 novembre 2020 à 11:18
"Le PV de la déposition des policiers publié par France Bleu rétablit quelque peu la balance de la vérité dans cette histoire."

Il ne rétablit rien du tout. L'article de France Bleu auquel vous faites allusion, sans vous donner la peine de fournir un lien, date du jeudi 26 novembre. La conférence de presse du procureur de la République de Paris dont j'ai fourni le lien, sur un autre fil, par un commentaire auquel vous répondez ici, date du dimanche 29 novembre.

Tous ceux qui ont suivi cette affaire connaissent déjà le contenu de ce procès-verbal, et c'est justement lui qui pose problème : il est mensonger. Nous le savons déjà, et cela a été confirmé par la mise en examen, intervenue depuis, de quatre policiers, dont trois pour faux en écritures publiques et violences volontaires par personnes dépositaires de l’autorité publique ; et par la mise en détention préventive de deux d'entre eux, afin d'éviter la collusion des inculpés et la subornation des témoins (mesure absolument exceptionnelle) ; le tout ayant été décidé par le juge d'instruction, sur réquisition du procureur de Paris.

Le caractère mensonger de ce PV a aussi été confirmé par les déclarations ultérieures des policiers, qui ont reconnu que leurs coups n'étaient pas justifiés.

Votre méthode est celle de tous les complotistes et de tous les propagandistes : répéter un mensonge dans l'espoir qu'il devienne une vérité.

"D'un côté un gaillard qui a un passé de délinquant, producteur rappeur et accessoirement adepte du close combat..."

Rien de cela ne constitue une infraction à la loi. Rien de cela ne justifie un tabassage par la police. Si l'on vous suit, votre idéal en matière d'organisation politique, c'est l'URSS, où effectivement votre profession, votre classe sociale, votre identité, votre passé -- par opposition à vos actes -- motivaient la persécution policière, les coups, la torture et bien pire.

La police communiste persécutait les "bourgeois" et les "koulaks". Vous (et quelques autres commentateurs de ce blog), vous voudriez que la police française persécute les "gaillards" (?), les délinquants ayant purgé leur peine, les "producteurs rappeurs" et les "adeptes du close combat".

Il n'y a aucune différence de nature entre vous, seulement une différence de cible.

Au demeurant, si je vous suis bien, les policiers tabasseurs de producteurs de rap devraient également tabasser Jean-Michel Fauvergue, ancien patron du RAID et libérateur des otages de l'Hyper Casher, qui vient de traiter, fort justement, ces policiers dévoyés "d'ignobles barbares en uniforme".

Ce dernier, en effet, vu l'entraînement auquel il a été soumis, est certainement un "adepte du close combat"...

"...qui refuse d'être contrôlé..."

Le refus de contrôle pour port du masque n'autorise ni les coups, ni la violation de domicile.

"...fait de la rébellion au point de blesser trois policiers avec l'aide d'une dizaine de comparses appelés à la rescousse et proférant des menaces de mort..."

Allégations totalement gratuites, basées sur rien et non confirmées.

A l'exception des menaces de mort, qui sont vraisemblables et tout à fait anodines. Pour un jeune issu de l'immigration, proférer des menaces de mort à l'égard de n'importe qui, c'est un peu comme dire "bonjour Madame" pour les gens normaux.

Si les flics devaient tabasser le citoyen A à chaque fois que le citoyen B leur adresse des menaces de mort, ils n'auraient plus le temps de faire autre chose.

"En face un brigadier de police et deux gardiens de la paix (ayant tous trois de bons états de service et bien notés d'après leur hiérarchie)..."

On s'en moque. Être bien noté n'autorise pas à violer la loi.

"...qui se trouvent confrontés à une situation qu'ils ne peuvent gérer sans employer la force..."

Mensonge. Ils auraient aussi pu renoncer au contrôle. Ils auraient aussi pu s'arrêter à la porte de l'immeuble. En fait, ils auraient dû. C'est la loi.

Vous mentez par amalgame. La "force", c'est une expression qui peut recouvrir tout et n'importe quoi. Porter des coups répétés au visage d'un citoyen est interdit par la loi. Les modalités d'usage de la force, par les policiers, sont rigoureusement réglementées. Ce que les intéressés ont fait ne rentre en aucun cas dans le cadre de ce qui est autorisé. C'est bien pourquoi ils ont été mis en examen, et même incarcérés, pour deux d'entre eux.

"...compte tenu d'un environnement très hostile et d'une situation qui risque de dégénérer et se transformer en drame..."

Bla-bla de flicard pris la main dans le sac. Le drame, il a été provoqué par les racailles en uniforme que vous défendez. Il aurait pu aller plus loin, puisque l'incurie de ces Ran-tan-plan fascistoïdes est allée, pour l'un d'entre eux au moins, jusqu'à dégainer son pistolet. On aurait pu avoir un mort pour cause de non-port du masque en temps de Covid.

"J'ai oublié de dire (suis-je distraite) que le producteur rappeur était noir, ce qui l'a bien aidé pour se faire passer pour un martyr victime de put**** d'en**** de cond** racistes et fascistes."

Même les Noirs ont droit à ne pas se faire démolir la figure pour non-port du masque. Il faut admirer votre conversion "raciste", après tant d'années passées à me reprocher mon prétendu "racisme". Dommage que votre changement d'humeur vous conduise à justifier des comportements scandaleux et illégaux, au lieu de vous conduire à reconnaître les faits. Qu'ils concernent les disparités raciales, ou le comportement des policiers.

"Au final ce Michel Z qui vient de se faire une pub d'enfer pour sa zizique décadente s'en tire avec les applaudissement des médias, de la caillera en délire et au grand soulagement des pétochards et dégonflés de tout poil qui ne veulent surtout pas se poser les vraies questions."

Les vraies questions, qui sont...?

Donc si je comprends bien, Jean-Michel Fauvergue, ancien patron du RAID, c'est un "pétochard", lui aussi ? Jean-Michel Fauvergue, qui dit : "Je crois que la population aime sa police, mais je vais le dire très crûment : on perd des parts de marché quand on voit ce qu'on a vu hier. J'ai des copains qui ne sont pas anti-policiers et qui m'ont dit : mais on a peur, ils nous font peur, ces policiers-là."

"Tandis que les trois policiers (pères de famille) jusqu'à présent dévoués et sans reproche..."

Hahaha... le clicheton gauchiste éculé qu'on nous sort à chaque fois qu'un délinquant issu de l'immigration commet quelque exaction odieuse : ils sont pères de famille... Forcément, absolument personne n'est père de famille. Faire des enfants, c'est un exploit extraordinaire qui vaut absolution de tous les crimes et délits que l'on pourrait commettre par la suite.

Mais vous n'avez pas honte, de nous accabler de telles sottises ?

"...honteusement lâchés par la plus haute hiérarchie sont d'ores et déjà jetés à la vindicte avec une révocation qui leur pend au nez."

Pauvres choux. Un fonctionnaire, c'est un gars, il a un emploi à vie. Il peut démonter la figure d'un homme sous les yeux des caméras, il jouit d'une immunité totale, et tout le corps doit faire bloc avec lui.

En fait, vous avez une mentalité de voyou, Mary Preud'homme. Ce que vous venez d'appeler de vos vœux, ce sont les mœurs en vigueur dans les cercles criminels. Pas (en principe) dans les institutions de la République de la Frônce.

"Ce qui signifierait pour eux la mort sociale..."

Absolument pas. Je vois mal d'où vous tirez une allégation pareille.

"...et l'impossibilité d'être réintégré dans la fonction publique, quel que soit le métier."

Mais j'espère bien. C'est la moindre des choses. Voudriez-vous que la fonction publique ouvre ses portes à des délinquants ? Vos amis "pères de famille" et "bien notés" pourront toujours trouver à se réemployer dans des métiers utiles. Dans le secteur privé.

Nous manquons de livreurs Amazon, d'employés de magasin, d'ouvriers d'usine...

En revanche, nous ne manquons pas de blogueurs hurleurs, sectaires, menteurs, réclamant un régime politique autoritaire, arbitraire et violent.

Au lieu de défendre des individus indéfendables qui n'ont rien à faire au sein de la police, on pourrait peut-être écouter ceux qui ont eu, en son sein, un parcours exemplaire ? Je pense à nouveau à Jean-Michel Fauvergue, ancien patron du RAID devenu député LREM, qui explique comment il a été honteusement éjecté de son poste, sous le prétexte futile de publication d'un livre :

"Déconsidérer un chef du RAID, c'est déconsidérer la police toute entière. Et quelle image renvoie-t-on à la population ? La gendarmerie nationale est commandée par un général de gendarmerie, les pompiers par les généraux et des colonels, l'armée par des généraux. Mais la police est dirigée par de hauts fonctionnaires qui ne connaissant pas le travail de policier. Ce sont des politiques, pas des techniciens."

Et voilà. On en revient toujours à la vérole fonctionnariale, ce système qui pervertit tout ce qu'il touche, en France. Et rien n'échappe à l'État, chez nous. Impossible d'éviter ses sales pattes qui s'insinuent partout.

Arrêtez cinq minutes de hurler comme des bébés qui ne réagissent qu'à la dernière stimulation, et qui défendent des malfaiteurs parce qu'ils sont "de notre camp".

Essayez de réfléchir un peu plus loin, et de vous demander pourquoi de tels individus peuvent se retrouver dans la police. Et être bien notés, en plus ! C'est cela, qu'il convient de corriger.

Michelle D-LEROY

Personnellement, je ne reviendrai pas sur cette histoire dont j'ai dit ce que j'en pensais sur le fil précédent.

Mon soutien va aux policiers en général, dont le travail depuis des mois est éreintant. Je n'entends pas E. Macron et son ancien ministre de l'Intérieur les plaindre lorsqu'ils sont pris à partie, caillassés, agressés jusque dans leurs commissariats. Ils ne sont que des hommes. Qui, pour de faibles salaires et sans reconnaissance de leur hiérarchie se laisserait insulter sans jamais s'énerver ?
Avec souvent une vie de famille bousculée par des horaires tordus et des heures supplémentaires non rémunérées.

Samedi plusieurs dizaines d'entre eux ont été blessés et frappés, molestés par des extrême gauchistes dont les fameux Black Blocs (une mouvance curieusement insaisissable). Qui au milieu de ce bazar plaint les policiers ? personne puisqu'on les désigne à la vindicte populaire grâce ou à cause d'un dérapage.

Les Français ont voulu renvoyer les vieux politiques pensant que les jeunes, du Président aux députés, allaient redresser la France, changer le monde et on voit l'état du pays.
Aujourd'hui c'est la chienlit :

- ordre sanitaire qui verbalise le pauvre péquin sans attestation et laisse les manifestants les uns contre les autres.
- économie : un Etat qui distribue comme s'il avait trouvé un trésor et qui par ailleurs nous remet une couche de la réforme des retraites pour compenser. Une réforme comme d'ailleurs ce fameux article 24 de la discorde mal préparé et présenté dans la précipitation.
- un pouvoir qui laisse l'extrême gauche toute-puissante.

Et j'en oublie.

Personnellement je suis prise d'un vrai malaise devant cette situation où la fracture entre les Français n'a jamais été aussi visible... et un Président d'une maladresse patente.

Tomas

@ Achille

Comme le dit justement caroff, il suffit d'aller sur le site de l'Assemblée nationale pour savoir, et c'est heureux encore. Vous voulez revenir sur le droit de manifester aussi ?

Tomas

@ Michel Deluré

Vous déformez mes propos. Elle est à ma connaissance la pire d'Europe occidentale, nuance. Mais effectivement, la russe ou la polonaise ne sont pas mieux.
On a les critères de comparaison qu'on mérite.

Ninive

«Sécurité globale» : Macron exprime sa colère, la majorité annonce une réécriture de l'article 24 - source Le Figaro

Comédie politique macronienne, tragédie pour un pays dirigé par des antinationaux.

Finalement les Maghrébins sont mieux protégés des envahisseurs par leurs dirigeants que les Français par Pinocchio, voilà pourquoi il nous faut un président africain à la tête du pays. Toutefois un général patriote serait le bienvenu d'autant qu'il n'aura pas besoin de décréter la loi martiale puisque Macron l'a fait en se servant du Covid-19.

Eh bien oui nous avons honte de Macron.

sylvain

Bordeaux, ça sent le sapin chez Hurmic, MDR, LOL !

Une compassionante pensée pour ce malheureux Hurmic l'escrolo khmer vert déjanté maire de Bordeaux, qui a soutenu sa manif contre les violences policières et qui, en remerciements, a assisté en direct aux violences, casses, destructions, incendies, dans sa ville de la part de ses copains extrêmes gauchistes ; j'étais mort de rire et j'ai vidé la bouteille de pastaga pour arroser ça.

EELV, les François Pignon de la politique.

sylvain

L'interpellation du producteur (de quoi déjà ?, cannabis coke ?) était parfaitement légitime, les Blackos à l'intérieur du studio attendaient la répartition de la dope pour en assurer le dispatching, raison pour laquelle le gorille black à l'entrée refusait le passage aux policiers et aux renforts demandés par ces derniers !!

On sait très bien que le rap ne s'adresse qu'à la racaille majoritairement black et bronzée musulmane, qui hait la France et les flics, et ne se prive pas de le clamer en toute illégalité, impunité de la justice rouge complice et de toute la gauche !!

Achille

@ Michel Deluré | 30 novembre 2020 à 11:36
« Je crains que vous ayez beaucoup de mal à convaincre Tomas sur ce thème. »

En fait je ne me fais aucune illusion sur ma capacité de persuasion sur ce blog. Que ce soit concernant Tomas mais bien d’autres également. :)

Jérôme

Bonsoir Philippe,

Que ne faut-il pas entendre comme âneries à la télévision !
De ce commissaire qui, dialoguant avec Olivier Besancenot, assène que l'IGPN a fait son boulot… Non, elle a réagi plusieurs jours après, suite à la publication de vidéos, à ceux qui nous affirment main sur le cœur que ce ne sont que quelques brebis égarées...

Quid de l'enquête suite aux brutalités ayant poussé un jeune homme à se noyer, Steve Maia Caniço ?

Quid des cow-boys de la BAC qui ont tiré sur de jeunes étudiants partis se faire éponger le mohican au bois de monte-à-ma-gaule ?

Quid des enquêtes sur les éborgnages de Gilets jaunes, les mains arrachées, les morts ?

Les policiers sont tellement minables dans cette dernière affaire de tabassage qu'ils ressortent des faits datant de 2000.

Padamalgame, la célèbre formule ressassée par les crétins quand il s'agit de critiquer l'antienne de gôche concernant les racailles et autres trouve par contre là toute sa justification.

Un producteur de rap, et noir, quel toupet !

Il n'aurait pas pu faire de l'André Rieu et être blanc ce malveillant ?

Le premier qui ne sait pas chanter Maréchâââââââl nous voilà dans son intégralité sera copieusement tartiné par l'alcool… euh le brigadier chef du commissariat le plus proche.

J'ai lu que le commandant de Toulon qui a frappé un jeune homme inoffensif qui avait le tort d'être noir a été… mis à la retraite anticipée. Efficace l'IGPN. Instruction Générale de Protection des Neuneus.

Comme le disait Coluche, "les gardiens de la paix, au lieu de la garder, ils feraient bien de nous la foutre".

On entend geindre de tout côté, gna gna gna on les applaudissait après le Bataclan, gna gna gna quelle ingratitude…

T'as choisi, c'est ton boulot de protéger le citoyen pas de l'emmerd*r, ni de le tabasser gratuitement, ni de te croire au-dessus de lui.

Le policier sert.

Un loufiat de la rue en quelque sorte.

En moins sympa, le seul rouge qu'il sert c'est le raisiné de ses victimes.

P.-S.: il n'y a pas que le 24 à retirer, le 22 aussi qui autorise les drones à aller mater dans votre jardin pendant que vous vous "faisez" dorer l'joufflu.

Mary Preud'homme

@ lefort | 30 novembre 2020 à 15:33
"Pour un gringalet blanc amateur de tango argentin… c’est à vous de voir..."

Trop fort lefort
J'adore
Et je fais passer
A la maréchaussée !

caroff

@ Achille 12h51
"Certains des manifestants qui ont vu ces affiches avec le nom des députés écrits en dessous, peuvent très bien réagir violemment s’ils venaient à en rencontrer un dans la rue. Cela s’est déjà vu par le passé à une époque peu glorieuse."

Ces informations sont disponibles sur le site de l'AN: faut-il les retirer ?

Denis Monod-Broca

@ Mary Preud'homme
"Le PV de la déposition des policiers publié par France Bleu rétablit quelque peu la balance de la vérité dans cette histoire"

Rétablir la balance d'accord, l'acharnement collectif contre ces policiers est à peu près aussi critiquable que leur acharnement à eux contre MZ (voir mon post précédent), mais ce n'est pas une raison pour faire pencher le plateau trop exagérément de l'autre côté.

Xavier NEBOUT

@ Tomas
"Je maintiens absolument mon commentaire, on ne peut pas rendre 300 000 personnes complices des agissements d'une ultraminorité de fauteurs de troubles."

Si, justement, car l'essence de leur manifestation résidait dans la défiance à l'égard de la police. Dès lors, il y avait les braillards et ceux qui joignent le geste à la parole, et les seconds n'existent que par le soutien moral des premiers.

lefort

Viens poupoule viens poupoule viens...
Tenter d'appréhender, même à trois, un individu bien charpenté, qui se rebelle, n’est pas chose facile mais lui asséner des coups violents n’a guère le résultat recherché, est répréhensible et mérite d’être sanctionné (la prison ??).

Alors je donnerai un conseil à nos "braves agents" : si vous croisez dans la rue un colosse de près de 2 mètres et de 100 kg, noir, sans masque et en possession de drogue, tournez la tête, passez votre chemin, cela vous évitera bien des « énervements »... Pour un gringalet blanc amateur de tango argentin… c’est à vous de voir.

sylvain

Y a du lourd sur le blog, des relents nauséeux de fachos gauchistes.

Je vais vous mettre d'accord :

Comptage des manifestateurs et tateuses en faveur des organisations islamogauchistes nazifientes.

Blessés :

10 policiers selon les racailles islamogauchistes.

10 000 000 000 racailles torturées éventrées déchiquetées empalées démembrées écartelées selon le peu de racailles qui restaient en vie ce soir-là.

En tenant compte qu'un simple regard de travers d'un policier est passible de tribunaux, d'IGPN, pour traumatisme visuel, psychique et pathologique irréversible.

Finalement, les quatre policiers qui ont "effrayé" la chronique sa mèèère commencent à m'apparaître très sympathiques, le tabassé beaucoup moins.

Mais c'est très popolitiquement incorrect ce que je dis là, c'est même très zemmourien, facho réac essetrèèème drouâââte, zeures zombres, j'en conviens.

---

Omerta islamo gauchiste

J’espère qu'on n'apprendra pas dans quelques semaines que le gentil producteur est en réalité un trafiquant bien connu et escroc officiel dans le milieu.

Cet homme était bien connu des forces de police et de justice : vol à main armée, association de malfaiteurs, a déjà fait de la prison et des antécédents judiciaires très lourds.

Si la justice de gauche ne protégeait pas ces délinquants perpétuels et faisait le travail pour lequel les juges sont payés en appliquant la loi, monsieur Zecler serait en prison. La police en a ras le bol de les voir parader dans les rues en les dénigrant, les narguant, les provoquant.

Henri Gibaud

@ caroff | 30 novembre 2020 à 10:44

Allant à la page 166, vous lirez la suite de (j'ouvre les guillemets de Pierre Vermeren) "Fin 2018 [...] le journal espagnol El Mundo a révélé que le roi...".
Puis tout le chapitre de la question 52 "La succession du roi est-elle assurée ?" dont la chute en bas de page 171 est "Imminente ou pas, la succession dynastique est d'ores et déjà préparée".

L'événement peut arriver très vite avant ou peu après les 18 ans du petit-fils unique de Hassan Tnine le 8 mai 2021. Cela risque de générer de graves troubles internes et vous avez vu que récemment le Polisario s'est réveillé... pourvu que le système du Makhzen tienne bon ! Notre armée devrait alléger son dispositif au Mali et aller se tapir là où les FAR en ont besoin, sous uniforme chérifien et djellaba si faut-y.

Manifestement les mass media français observent une consigne de discrétion sur l'événement attendu, pour ne pas exciter à l'avance du côté de chez les djeunz', dont beaucoup vivent des plantations du Rif... et des deals en France qui abondent l'économie locale en retour... Vous n'ignorez pas l'étymologie, d'abord en italien, du terme "assassin" : ça illustre depuis l'époque des Croisades (là c'était du côté du Mont Liban) une satanée connexion, qualifiable aujourd'hui de canna/kala.

bernard

300 000 personnes sur la place de la République ?

500 000 (selon le gauchiste 1) ça fait 25 personnes au m²
300 000 (selon le gauchiste 2) ça fait 15 personnes au m²
133 000 (selon la police) ça fait 6 personnes au m²
Bonjour la distance social...iste recommandée.

Ninive

@ Tomas | 30 novembre 2020 à 12:03

Vous écrivez "La place de la République était noire de monde, ai-je vu sur les photos".

Attention Tomas pour un rien on est traité de raciste.

Allons-y, 500 000 si vous le souhaitez, mais 500 000 voyous, casseurs et sans-papiers tous adeptes des organisations gauchistes et ils n'étaient pas tous là.

Le citoyen décapité se demande pourquoi l'armée n'intervient pas au point où nous en sommes. Vous me direz que Macron ne voudrait pas que l'on touche à ses potes... Bref, il faut changer de président. Un militaire ferait l'affaire.

Marcel

Ce serait presque drôle, que l'indépendance de la Justice en France soit garantie par un président qui rend des jugements sur Facebook. Plus besoin de magistrat instructeur.

Et l'avocat Dupond-Moretti, grand pourfendeur de la détention provisoire, ne trouve-t-il rien à redire ?

Finalement, en France, on sait être ultra-répressif, pro-incarcération, pour une justice tellement expéditive qu'elle soit rendue avant que les magistrats soient saisis.

Il suffit que cela concerne des policiers en cause.

En même temps, cela s'entend : la situation de la criminalité en France nous ferait presque passer pour un pays du tiers-monde. On explique le crime par la supposée pauvreté, alors que d'autres pays européens notoirement plus pauvres comme la Pologne ou la Hongrie ne connaissaient pas ces phénomènes criminels qui nous rapprochent de l'Afrique du Sud ou du Brésil.

Du coup, puisqu'on est incapable de donner la sécurité aux Français, autant attaquer la police.
Sans doute que s'il y a plusieurs milliers de vol à la portière par an en Seine-Saint-Denis, ou encore une vingtaine de vols à l'arraché à Saint-Denis par jour, c'est parce que les policiers de Seine-Saint-Denis sont trop brutaux. Sans doute. Trop racistes aussi, c'est sans doute pour ça que les Asiatiques se font tabasser tous les jours à Aubervilliers - et pas pour 5 jours d'incapacité totale de travail.

Pauvre pays lamentable. Et on ose invoquer de Gaulle, résistant par la haute idée qu'il se faisait de la France ?

Savonarole

Toutes ces histoires sembleront peanuts dans moins de cinq ans lors du procès, faut bien cinq ans à notre Justice pour ouvrir les yeux, n’est-ce pas ?
Ce qui choque dans ce bordel c’est l’omniprésence de la franc-maçonnerie.
Les syndicats de police, francs-maçons jusqu’au trognon,
Mélenchon, franc-maçon jusqu’au trognon,
Le gouvernement, franc-maçon jusqu’au trognon.
En fait, on assiste à un schisme franc-maçon.
Il n’y en a pas un d’accord avec l’autre.
On ne sait plus à quelle chapelle se vouer, si je puis dire, ils ont beau s’habiller de tabliers et fil à plomb, triangles et fanfreluches, l’ineptie de ces gens est patente.
La franc-maçonnerie c’est une plaie en France.

Isabelle

"Ai-je eu tort sur #MichelZekler? Je ne crois pas. Même avec du cannabis et un passé judiciaire chargé, cela n’enlève rien à la violence des coups qui lui ont été portés mais autorise qu’on doute de sa version exclusivement à la charge des policiers! La folie va baisser?" P. Bilger (Twitter)

Les sons de cloche commencent à tinter moins fort.

Pourquoi voulez-vous que la folie se mette à baisser ? La boîte de Pandore est grande ouverte. La macronie se fait déborder et dépasser par les mouvements d'extrême gauche et les black blocs qu'elle ne cesse de gratter dans le sens du poil en "même temps".

Il n'y a plus rien à écrire sur ce gouvernement qui joue avec le feu. Ce week-end, saccages à Strasbourg, Bordeaux, Dax, Cahors. De nombreux policiers blessés, des commissariats ou hôtels de police attaqués aux cocktails Molotov.

La chienlit dans tout le pays. La nausée !

À propos de l'audiovisuel de service public financé par nos impôts : à Bordeaux, ces abrutis de journaleux sont vent debout contre le floutage des visages des policiers mais ils floutent le visage des casseurs d’extrême gauche pour les ménager et éviter qu'ils passent ENFIN devant la justice. À condition que la justice mettent ces casseurs toujours impunis en détention provisoire (on peut rêver).

Ce pays touche le fond et on nous intime presque l'ordre de sourire bêtement, de ne pas tirer sur l'ambulance. Il n'est plus nécessaire de ménager l'ambulance, ce pays s'affaisse à chaque jour qui passe.

Ce gouvernement ne gouverne plus rien.

---

Le maire de Saint-Denis demande une loi pour “l'accueil inconditionnel” des migrants. Ce maire socialo a décidé qu'en France, c'est open-bar pour tout le monde.

Venez vous servir, nous distribuons des allocations à profusion et si vous n'êtes pas satisfaits, libre à vous de manifester, quand ça vous chante, dans les rues de nos villes (sans masque et en période Covid y compris).

Vous pouvez aussi saccager et taper des policiers si bon vous semble. N'ayez aucune crainte, vos visages seront floutés.

Ecœurant, écœurée !

Xavier NEBOUT

@ Mary Preud'homme

Merci pour ces infos.

Le problème est que la victimisation du gentil producteur de musique sentait le pourri rien qu'à l'énoncé de sa profession - pourquoi en effet la citer ?

Il est difficile de trouver la trace d'une telle infamie dans l'histoire, celle du pouvoir désavouant trois policiers et les jetant à la vindicte populaire.

Quelle honte !

Achille

@ Tomas | 30 novembre 2020 à 12:03
« Pas moi. Cela s'appelle de l'information, et c'est très utile pour éclairer l'électeur au moment du vote. Ces portraits ne sont il me semble assortis d'aucune menace. Vous êtes un peu totalitaire dans votre genre... »

Ce que vous appelez information, moi je l’appelle délation. Vous saisissez la nuance ?
Pas besoin qu’un portrait, fût-il sous forme de dessin comme dans le cas présent, soit agrémenté de propos accusatoires pour devenir une menace. Certains des manifestants qui ont vu ces affiches avec le nom des députés écrits en dessous, peuvent très bien réagir violemment s’ils venaient à en rencontrer un dans la rue. Cela s’est déjà vu par le passé à une époque peu glorieuse.

Giuseppe

Le feuilleton des philosophes que compte notre beau pays, pour cracher sur les gardiens du troupeau démocratique.

Celui de starlettes en mal de festivals, celui des champions du ballon rond. Sans compter celui qui devait s'exiler au bout du monde, si la droite revenait au pouvoir, et dont sa seule victoire fut Roland-Garros, au bout d'un palmarès épais comme du papier Job: le penseur d'une raquette trouée depuis bien longtemps.

Cela vaut son pesant de pistaches, ces grands penseurs de crampons vissés sur leur cerveau en guise de lumière, quant aux de profundis de tout ce qui touche au cinéma ou plus généralement à l'audiovisuel, que du bonheur !

Une compilation de toutes ces âneries devrait faire le bonheur des fêtes de fin d'année confinées.

Les crampons qui ont du mal à faire passer l'intelligence par induction au travers de la semelle... Alors arriver à leur cerveau ce serait un exploit !

Vamonos

@ Mary Preud'homme | 30 novembre 2020 à 11:18

Merci pour ce témoignage, vous avez mon soutien total.

stephane

@ Mary Preud'homme

Cela ne sert à rien de ferrailler. La matraque n'est légitime que quand elle est dans la main de Benalla.
Pour le reste il faut décrédibiliser la police jusqu'au jour où il faudra à nouveau l'applaudir et la remercier de toutes ses heures supplémentaires en bénévolat pour avoir assuré la sécurité des personnes.
Le plus navrant dans l'histoire est que Darmanin ou plutôt Darmanain n'est pas à la hauteur.
Que n'aurait-on pas dit si ce fut Collomb.
Le seul conseil à donner à un policier "tu prends ta paye et tu attends la retraite".
La vérité se fera jour et les vestes se retourneront une énième fois. Mais les politiques ont des vestes solides, elles viennent de chez Arnys et certaines sont même offertes par Bourgi.

genau

Chapeau à Mary Preud'homme qui a établi la vérité dans cette affaire. Piteusement, je retire ânerie. Mas on se doutait un peu de la malhonnêteté des médias, et par là même, la félonie de notre ministre, enfin, du ministre de cet organisme nommé gouvernement.

Achille

Une bavure chasse l’autre. Le tabassage de Michel Zecler c’est déjà du passé. D’ailleurs pour ceux qui s’inquièteraient de son état de santé, il a été invité dans TPMP par Hanouna cinq jours après les faits, alors qu’il avait six jours d’ITT. Son visage ne comportait plus aucune trace des coups qui lui avaient été portés.

Maintenant c’est le tabassage d’un reporter syrien qui fait la une de toutes les chaînes d’info continue et des réseaux sociaux.
Là encore, comme pour le producteur de musique de rap, les photos du visage de la victime laissaient à penser qu’il en aurait pour au moins trois semaines d’hôpital. Mais deux jours après les faits, il donne déjà des interviews sur toutes les chaînes TV avec juste un petit pansement sur le nez.

Certes cela ne saurait en aucun cas justifier le tabassage de ces deux personnes, mais au vu de leurs blessures, je pense qu’il convient de pondérer l’indignation soigneusement entretenue par une certaine presse et surtout par les partis populistes, à commencer bien sûr par LFI et le NPA.

Tomas

@ Achille
"Moi ma honte je la délivre sans réserve à ceux qui ont confectionné ces affiches montrant les députés qui ont voté la loi sécurité globale, ainsi qu’à ce journaliste qui a mis cette vidéo sur Twitter."

Pas moi. Cela s'appelle de l'information, et c'est très utile pour éclairer l'électeur au moment du vote. Ces portraits ne sont il me semble assortis d'aucune menace. Vous êtes un peu totalitaire dans votre genre...

"Soyez sûr qu’elle disposera des photos et vidéos non floutées pour déterminer les sanctions à prendre contre le contrevenant."

C'est sûr que si personne ne peut prendre de photos, la justice en disposera. Mythique comme remarque. Vous devriez regarder ça:

https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/police/violences-policieres/toulouse-un-policier-condamne-sur-la-base-d-une-video-pour-avoir-gaze-un-gilet-jaune-en-fauteuil_4199159.html

L'Etat de droit n'est jamais acquis pour toujours. C'est bien pour cela que l'insurrection est un droit garanti par la déclaration des Droits de l'Homme de 1789.

————————————————————

@ Trekker

133 000 d'après la police, 500 000 d'après les "organisations gauchistes" (cette manie des gens de droite de manier l'insulte, au demeurant, c'est fatigant), donc oui 300 000 c'est au milieu. La place de la République était noire de monde, ai-je vu sur les photos.

Je maintiens absolument mon commentaire, on ne peut pas rendre 300 000 personnes complices des agissements d'une ultraminorité de fauteurs de troubles. Je sais qu'il y a eu 60 policiers blessés, après on connaît les critères de la police pour juger qu'un policier est blessé lors d'une manifestation (une égratignure suffit) et lorsqu'un manifestant l'est (le traumatisme crânien ou la fracture sont un minimum).

Lome

Avec cette affaire, cette bavure il faut le dire, la pensée unique médiatique s'en donne à coeur joie: j'entends ce main sur France Info (en me rasant) "le Monde d'Elodie" où Elodie Suigo a jugé particulièrement approprié de donner la parole à un spécialiste de la "police bashing" (encore un sociologue, bien sûr) dénommé Didier Fassin, qui déclame, sans nuance, que la police (plus particulièrement la BAC, qui "faute d'avoir des cas véritablement de délinquance"... en provoque, presque en invente !) n'est pas au service de la population, n'est pas démocratique, mais agressive et stigmatisante !

C'est grave qu'un type au parcours aussi fourni fasse ainsi une BD et des déclarations autant à charge contre toute notre police, comme le ferait Mélenchon ; car il ose dire qu'il a vécu tout petit en banlieue et que la police était plutôt bienveillante... sauf que depuis longtemps tout le monde sait (sauf lui) que ces quartiers sont devenus des zones de non-droit... Et que ce serait donc la police, la BAC, qui vienne y provoquer les jeunes ! Ahurissant.

https://fr-fr.radioline.co/podcast-le-monde-d-elodie

Henri Gibaud

Veuillez pardonner ce "collectivisme" :
@ Achille | 30 novembre 2020 à 07:05
@ Lodi | 30 novembre 2020 à 08:33

"hors sujet", une brève recherche étymologique comparée sur le terme "honte" alors qu'il figure dans le titre de l'envoi ? Et que c'est bien l'introduction de ce terme (*) dans le "Têtenote" (**) du Présid'Enfant à propos du film privé d'un matraqué-chez-soi qui a fait réagir M. Bilger ? D'autant que cet ancien lycéen féru de théâtre scolaire vit avec sa professeure d'expressions écrite, orale, théâtrale (liste non exhaustive) ?

Alors l'introduction fracassante de ce substantif "honte" est tellement centrale, cruciale, originelle pour ce billet et les commentaires subséquents, que je proteste qu'on qualifiât de hors-sujet une démarche ayant consisté à ré-interroger ou rafraîchir la conscience de l'origine et des connotations de sens de ce mot.

(*) n'en déplaise aux littérateurs fâchés avec l'esprit de géométrie : quand on parle pour un mot de 'terme', aussi de sa 'définition', c'est l'image d'un espace délimité, borné qui est employé... le dieu Terminus était le patron tutélaire des géomètres, arpenteurs et jalonneurs qui concouraient à la paix civile en conservant les contenus des possessions de territoires.

(**) "Têtenote" ou mot-à-mot "Visagelivre" traductions depuis l'anglo-saxuel... puisque on est près de l'Institut de la Parole (The Talk Institute)

Michel Deluré

EM n'est pas économe de sa parole. Le problème est qu'il n’en use pas toujours à bon escient et que ses mots sont plus durs pour fustiger les dérives commises par certains que les délits tout aussi condamnables perpétrés par d'autres, faisant preuve par ailleurs de plus de diligence et d'efficacité pour sanctionner les premiers que les seconds.

L'exécutif en place et ceux qui l'ont précédé ne peuvent s'exonérer de leur responsabilité dans le climat de violence qui s'est peu à peu installé dans notre pays.
Depuis trop longtemps, nos forces de l'ordre, avec les moyens qui sont les leurs, subissent la pression de multiples missions (Gilets jaunes, terrorisme, délinquance, Covid...).
Il n'est pas une manifestation qui ne soit confisquée par des casseurs venus assouvir leur besoin de détruire et de casser du flic, d'autant que cette violence-spectacle fera la Une de la grand-messe des JT du soir.

Alors certes, les violences des uns ne sauraient justifier ou minimiser celles des autres mais elle permet aussi de comprendre le ras-le-bol de ceux qui sont quotidiennement sur le pont et régulièrement exposés à cette violence.

La France détient le niveau de dépenses publiques par rapport à son PIB le plus élevé au monde. Certains s'en réjouiront, d'autres moins. Mais ne doit-on pas être interpellé lorsque l'on connaît le poids des dépenses sociales dans ces dépenses publiques alors que l'on constate que les services publics, et entre autres la police, manquent de moyens ?

Il ne suffit pas de se gargariser de mots, faut-il encore agir !

—————————————————-

@ Achille 29/11 21:44

Je crains que vous ayez beaucoup de mal à convaincre Tomas sur ce thème. Il a une conviction, la police française est « la plus bête d'Europe ». Au niveau mondial, il n'a pas encore probablement terminé ses analyses.

Dominique

@ Ex abrupto | 29 novembre 2020 à 14:52

Arrêtez avec ce racisme anti-sourds ! D'ailleurs, maintenant on dit "malentendants"... les malentendants ne sont pas plus violents que les bien-entendants... non mais !! :)

Mary Preud'homme

Le PV de la déposition des policiers publié par France Bleu rétablit quelque peu la balance de la vérité dans cette histoire.

Je vous invite à le lire...

D'un côté un gaillard qui a un passé de délinquant, producteur rappeur et accessoirement adepte du close combat qui refuse d'être contrôlé, fait de la rébellion au point de blesser trois policiers avec l'aide d'une dizaine de comparses appelés à la rescousse et proférant des menaces de mort.

En face un brigadier de police et deux gardiens de la paix (ayant tous trois de bons états de service et bien notés d'après leur hiérarchie) qui se trouvent confrontés à une situation qu'ils ne peuvent gérer sans employer la force, compte tenu d'un environnement très hostile et d'une situation qui risque de dégénérer et se transformer en drame.

J'ai oublié de dire (suis-je distraite) que le producteur rappeur était noir, ce qui l'a bien aidé pour se faire passer pour un martyr victime de put**** d'en**** de cond** racistes et fascistes.

Au final ce Michel Z qui vient de se faire une pub d'enfer pour sa zizique décadente s'en tire avec les applaudissement des médias, de la caillera en délire et au grand soulagement des pétochards et dégonflés de tout poil qui ne veulent surtout pas se poser les vraies questions.

Tandis que les trois policiers (pères de famille) jusqu'à présent dévoués et sans reproche, honteusement lâchés par la plus haute hiérarchie sont d'ores et déjà jetés à la vindicte avec une révocation qui leur pend au nez. Ce qui signifierait pour eux la mort sociale et l'impossibilité d'être réintégré dans la fonction publique, quel que soit le métier.

Eh bien moi je trouve cela profondément injuste et j'ai honte pour ce pouvoir.

caroff

@ Henri Gibaud
"Très intéressant, cela relativise à juste titre l'expérience purement orale. Vous avez peut-être lu le récent "Le Maroc en 100 questions" de Pierre Vermeren ?"

Merci !
Oui je vais me le procurer car les analyses de Vermeren sont particulièrement éclairantes !
Notre hors-sujet, ce sont des petits grains de poivre parmi des posts parfois très convenus...

Serge HIREL

L’Elysée a-t-il téléphoné dimanche à chacun des 37 policiers et gendarmes qui avaient été blessés la veille au cours des manifestations contre le projet de loi pour la sécurité globale afin de prendre de leurs nouvelles et leur dire que le Président les soutenait ? L’Elysée s’est-il inquiété de l’état de santé de celui qui a été lynché à Paris ? Le Président s’est-il fendu d’un message pour dire toute sa compassion au septuagénaire de Béthonvilliers torturé au presse-légumes ?

L’Elysée, qui n’est jamais en retard pour communiquer sur les faits et gestes du locataire, a indiqué que le Président s’était inquiété du sort du producteur de rap victime d’une « agression » de la police, qui lui fait « honte », mais n’a rien dit quant à d’éventuels rapports entre lui ou l’un de ses collaborateurs et les autres victimes d’agression...

M’est-il permis d’utiliser un peu de ma dose personnelle de honte pour déplorer ce deux poids deux mesures ? La victime de quatre flics qui ont pété les plombs est-elle plus importante, plus à plaindre, que celles qui sont agressées de manière réfléchie par des voyous ? Qu’un policier qui fait son travail, obéit aux ordres, au risque d’y laisser sa vie ? Qu’un grand-père qui défend ses maigres économies ?

Deux petits détails : au cours d’un point presse, le Procureur de la République a indiqué que l’un des policiers impliqués dans l’affaire Zecler a été suffisamment blessé pour obtenir une ITT de cinq jours et que, dans le sac à dos du producteur, il a été trouvé 0,5 gramme de cannabis. M. Zecler a déclaré ne pas avoir porté de coups aux policiers et ceux-ci ont dit être intervenus parce qu’il ne portait pas de masque et sentait le cannabis... Le producteur est-il une victime blanche comme neige ? Le Président, comme son prédécesseur, n’est-il pas atteint du syndrome de la précipitation ? Samedi, déjà, il avait oublié la pourtant sacro-sainte présomption d’innocence...

Ninive

Pour sauver sa peau Macron tue Marianne.

Aliocha

Il fut un temps où un personnage, de fiction apparemment, prenait la place de l'opprobre en refusant le pouvoir politique qu'on lui proposait dans un contexte d'occupation, subissait jusqu'au supplice le déshonneur et la honte, avant de réapparaître en l'esprit de ses amis qui l'avaient lâché et, sans reproche, décrivait sa réinterprétation des écritures qui fondait une des civilisations les plus durables qui ait jamais existé.

Comment se fait-il donc alors que ses héritiers reproduisent le mouvement amnésique qui les désolidariseraijt de ce qui permit leur survie, décrivant à sa suite le mouvement qui précipite aux feux de la lumière par déni de l'ombre qu'elle projette, non, moi, je suis du camp du bien et tous ces autres, qui sont du mal car ils sont autres, coupable de ne pas être moi, méritent châtiment ?

Il est néanmoins encore possible, suivant l'un ou l'autre de ces artistes qui surent décrire ce qui les avait fourvoyé, donnant à comprendre pourquoi on passe si près du réel de la victoire de la vie, préférant l'aveuglement, les yeux brûlés par le réel qui illumine et qui ne voient pas le donneur d'ordre en l'ombre générée, attiré comme le papillon par la lumière qui aveugle, fuyant alors toute possibilité de rédemption ?

Il est pourtant possible de voir et de nommer ce qu'on voit, toute honte bue et sans économie, derrière l'épaule qui protège appartenir à la nuit jamais quittée, traversée par ces rayons dont les artistes, jouant avec les ombres à en être aveuglés, savent en dessiner la seule ligne réelle, le tableau de l'amour.

Les accablés, assoiffés de justice, pourront ainsi sortir du tableau comme du caveau des terreurs pour le prix d'un billet de musée, laissant le tombeau vide aux anges du passé peindre comme à quel point ils passèrent à côté, mais si près qu'ils surent néanmoins avouer en ce sacrifice inutilement réitéré, le chemin de résurrection qui échappe à la mort implacable et permet de supporter, à l'ombre du Réel et en sa protection, de tout voir et de tout nommer :
Lazare, sors de là !

https://fr.wikipedia.org/wiki/La_R%C3%A9surrection_de_Lazare_(Le_Caravage)#/media

stephane

Beaucoup économisent leur honte. D'ailleurs connaissent-ils ce que c'est ?
Je suis surpris que les mêmes qui trouvaient que l'enseignant Paty avait très bien fait son travail, au point d'avoir les palmes académiques, s'en prennent à l'ensemble du corps de la police nationale.
Seulement voilà, dans la classe à Paty il n'y avait pas de caméras. Mais la vérité apparaîtra. Pas de fumée sans feu. Des procédures non respectées.
Il y a des brebis galeuses dans la police, mais je trouve très bien que certaines personnes continuent à défendre les policiers (Mary Preud'homme). Quand on parle respectueusement aux policiers, ils nous respectent.
Par contre le management Darmanin laisse à désirer, mais ce Darmanin roule-t-il vraiment pour Macron ?
Peut-être Darmanin joue-t-il la partition Macron du précédent quinquennat ?

Denis Monod-Broca

@ Claude Luçon

Oui, bien sûr, la parole peut aussi être l'alliée de la violence, quand elle s'affaiblit justement, quand elle est prise pour arme, que son sens n'est plus entendu, qu'elle est mensonges et non plus chemin vers la vérité.
Ne sommes-nous pas dans cette dramatique situation-là ?

duvent

@ Marc GHINSBERG | 29 novembre 2020 à 13:31 (@ duvent)
« Le raisonnement de Philippe Bilger est simple. Il faut économiser sa honte parce que, comme dit l’autre, il y a beaucoup de nécessiteux. »

Les hommes d'aujourd'hui sont comme des enfants, qui rient et pleurent dans leur sommeil, ils croient aux chimères, sont des héros imaginaires, courent plus vite, volent dans les airs, massacrent avec bonheur, survivent à leurs mortelles blessures et le goût du sang qui les enivre est seulement le lait qui sort lorsqu'on leur presse le nez.
Ils ne veulent pas se réveiller, c'est pourtant l'heure...
Il faut ouvrir les yeux, puisque le temps qui engloutit indifféremment, les a déjà presque complètement ensevelis. Ils désirent ce que d'autres avant eux, refusaient, ceux-ci ne pouvaient survivre à leur honte, ceux-là la portent à la boutonnière... Ô tempora...

Jérôme

Bonjour Philippe,

Il faut dire, pour être honnête, que les ahuris qui ont donné le pouvoir à un post ado n'y comprenant rien sont pour beaucoup dans cette dérive violente et autoritaire.
Ils sont pleutres et sont prêts à tout abandonner pour un plaid, une télé et une tartine de chocolat.
La France dérive à cause de ce type d'électeurs qui ne sont modérés que pour eux et leur protection.
On peut appliquer à EM le même diagnostic qu'aux socialistes : un électeur du RN c'est un type d'EM qui s'est fait cambrioler deux fois.

P.-S.: pour rester au niveau de vos blogueurs, je fais des efforts, je dirais, c'est çuikidikiyai.

Lodi

@ Henri Gibaud
""En plus, vous êtes intéressant..." : mais non c'est une réflexion exprimée par moi et signée tel, vulgus pecum, qui vous a intéressé, "faire l'intéressant" serait une étiquette qui me ferait - tiens ! - honte."

Vous savez bien qu'on dit souvent à quelqu'un qu'il est intéressant pour avoir dit quelque chose d’intéressant. En plus, vous dites toujours des choses qui m’intéressent sur le moment.
Ne me demandez pas lesquelles car j'oublie beaucoup, je n'ai pas l'incroyable mémoire de certains. D'un autre côté, cela présélectionne beaucoup selon ce qui fait sens donc peut être la base de réflexion pour moi.
Je n'aurais pas voulu dire quelque chose de désagréable, mais si on cherche la petite bête, on la trouve, et chez moi, c'est le serpent qui mord, le sens critique, désolé.

J'essaie pourtant d'éviter les frictions... Pour en revenir à vous, il me fallait bien dire que vous étiez intéressant car si j'avais écris que vous aviez dit quelque chose d’intéressant, la formule n'étant pas la plus spontanée, vous auriez pu penser voire carrément me dire que je voulais dire par là que je pensais que vous ne l'étiez pas de façon habituelle.
Et qu'en somme, sous couvert d'applaudir, je fais le contraire.

Je ne veux pas dire que vous soyez paranoïaque, mais enfin, il m'est arrivé qu'on me rende le mal pour le bien.
Prudence avec tout le monde, sortir l'épée du fourreau vous agresse.

"Lisant et relisant votre aimable adresse à mon nom, j'en sors "manque d’intérêt envers les billets de notre hôte" pour réagir ainsi : il me semble que c'est là une inquiétude d'infidélité ou de déloyauté qui ne tient pas eu égard à l'ouverture magnifique du premier terme au fronton de la république : Liberté. M. Bilger protège cela très bien."

Ecoutez, il y a deux écoles ici : ceux qui disent que faire du hors-sujet est être infidèle à notre hôte.
Et la mienne. L’infidélité, c'est de ne pas être fidèle à notre hôte, ou d'ailleurs à Apollon et aux muses, en ne se laissant pas inspirer, ce qui implique répondre dans et hors du sujet du moment que le texte a éveillé quelque chose en soi. L'infidélité à notre hôte et aux autres commentateurs, c'est de ne pas voir que leurs contributions peuvent inspirer, et que ce qui vient du fleuve retourne au fleuve... Je veux dire que les commentaires sur le texte de notre hôte inspirent de nouvelles lectures du texte de notre hôte.

Et il y a des gens comme vous : d'aucune école.
C'est parce qu'on ne vous a pas trop visé avec cette histoire de hors-sujet, je présume. Eh bien tant mieux.

"Mais pouvons-nous SVP être d'accord ensemble sur la réalité qu'il peut y avoir une faillite (échec, chute c'est l'étymologie) principalement pas imputable à une action coupable de qui se retrouve "en défaut" ?"

Evidemment, mais c'est comme pour l'histoire de vous êtes intéressant. Dans le CONTEXTE dont notre hôte traite, les policiers devraient avoir honte d'eux si je doute qu'ils se suicident pour si peu. Ils présenteront peut-être des excuses, mais laissez-moi dire un mot des excuses.

Trop souvent les gens ne présentent pas d'excuse parce qu'ils ne comprennent pas qu'ils peuvent être en tort. Ou alors, tort ou pas, moi d'abord, j'ai raison d'exister et les autres tort, en quelque sorte. Ou allez savoir pourquoi, ils méprisent quelqu'un qui n'est pas méprisable et pas en tort envers eux et peuvent donc tout se permettre, ce dont ils ne se privent pas, bien évidemment.

Ou à l'inverse, des gens ne sont pas en tort, le savent ou l'ignorent mais présentent des excuses parce qu'ils se soumettent à la force. Variante sur ce point, ils pardonnent parce qu'il le faut pour le paradis, ou se faire bien voir du voisin ou parce qu'ils n'ont pas la force de se venger, enfin bref, ils font litière de leur dignité.

Oui, on peut échouer sans être en défaut.
N'empêche que si on voulait passionnément quelque chose, si elle était comme ses os, son sang, son âme si une telle chose existe, il est normal d'avoir honte puisqu'on est déchu de son identité et de ses rêves.

Qui dit mieux ? Moi-même : il faut arrêter qu'on retrouve tout cela si facilement que le donnent à penser bien des gens, c'est très ardu, rare, et toujours imparfait. Pardon, les happy end sont des consolations du réel et non le réel lui-même.

Bref, face au péril, il faut peut-être prendre des mesures... L'Antiquité ! On voit les choses telles qu'elles sont leur lumière crue. Mettons que vous soyez un guerrier qui s'est bien battu et n'a pas eu le temps de se tuer avant d'être capturé, et que vous soyez réduit en esclavage.

Eh bien, il est normal d'avoir honte d'être un esclave, et décent de s'évader ou de se tuer aussitôt... Les malins diront en attendant la bonne occasion parce que sinon on risque de ne pas réussir, les plus malins diront de ne pas trop attendre car chaque seconde vous arrache un peu plus votre dignité, laquelle ne sera jamais plus parfaitement pure d'avoir été ainsi souillée.

Et de plus, vous deviendrez vite de plus en plus incapable même d'avoir quelque pensée digne que ce soit : un esclave est un esclave soit quelqu'un en route pour devenir quelque chose étant donné que le dressage est fort efficace, ne croyez pas les gens qui croient en l'Homme sans le connaître, ce qui doit, évidemment, faciliter la croyance.

La honte est ce qui vous alerte sur le fait que vous êtes sur le chemin de la dégradation, aussi il me semble prudent de ne pas attendre de rédemption, ce conte de fées qui promeut dans les faits la servitude, mais de s'anéantir dans le premier précipice se trouvant sur sa route.
Et tant pis pour qui n'a pas de moyen de transport ou le vertige !

Les gens ont de vrais problèmes, et au lieu de les aider en aval pour qu'ils n'y soient pas engloutis, on cache les instruments et informations sur le suicide et envoie les gens se faire soigner pour le crime d'avoir essayé d'être dignes, libres, et enfin, des luxes inconcevables, je le conçois bien. Bref, vive les problèmes, on ne fait rien contre, et à bas la solution de ceux qui n'en ont pas.

Comique, si on avait encore des esclaves, on ne lutterait pas contre cette institution, ça non, on leur enverrait des psy pour qu'ils s'adaptent au réel de leur époque.
Pareil pour celui qui perd son Eurydice ou toute autre chose : que le monde soit maintenu à sa place car il faut croire que le moindre trou dans la figuration est intolérable aux maniaques de l'ordre.

Chacun sa manie, l'ordre ou la perfection, mais les gens voulant la dignité, l'amour, ou parvenir à quelque but sont meilleurs en ceci qu'ils ne passent généralement pas leur temps à contraindre les autres, tandis que les maniaques d'ordre sont loin de toujours se limiter à vivre dans la magie du rangement chez eux.
Le jour où l'un des casses-pieds demandera pardon d'avoir pris les gens pour des bibelots à épousseter, j'envisagerai un grand ménage chez moi.

Achille

« Il faut économiser sa honte ! »

Moi ma honte je la délivre sans réserve à ceux qui ont confectionné ces affiches montrant les députés qui ont voté la loi sécurité globale, ainsi qu’à ce journaliste qui a mis cette vidéo sur Twitter.
La liberté de la presse peut-elle se permettre d’aller jusqu’à menacer les représentants du peuple qui ont voté cette loi en toute légalité ? Loi qui par ailleurs ne menace en rien la liberté de la presse ?

Cette manifestation intitulée "la Marche des libertés" a surtout montré une marche vers une régime intolérant qui va totalement à l’encontre des valeurs républicaines de notre pays.
Quand la liberté de la presse devient une menace à la loi individuelle, cela signifie que le mot liberté a perdu toute signification.

Achille

@ Lodi | 29 novembre 2020 à 12:39
« Vous n'avez pas à être comparé avec quelqu'un d'autre sur le mode du manque mais à essayer d'éclairer les autres commentateurs, et c'est ce que vous faites et ce dont je vous remercie. »

Et voilà ce bon Lodi qui nous rejoue sa partition du bon samaritain. Prenant fait et cause pour un intervenant qui s’était égaré dans un hors sujet.
Je rappelle, à toutes fins utiles, que notre hôte n’apprécie pas ce genre de commentaire qui n’a rien à voir avec le thème du billet ; il nous l’a rappelé plusieurs fois.
Ici c’est un blog et non pas une auberge espagnole ou chacun vient avec ses provisions et nous les étale devant le nez.

Ceci étant notre Dr Gibaud est assez grand pour se défendre lui-même, ce qu’il a fait avec bien plus de subtilité que vous, même si son style est quelque peu amphigourique, un peu comme le vôtre finalement.

Vamonos

Qui va encore sur Facebook de nos jours ? Des haineux tiennent compagnie à des honteux.

Un président avec de tels sentiments ne peut pas incarner dignement la fonction suprême, même en économisant sa honte, sa haine et sa dépression chronique.

Claude Luçon

@ Wil | 29 novembre 2020 à 00:38

Courage !
Nous avons 5 000 soldats déployés au Sahel qui contrôlent un territoire grand comme l'Europe et 7 000, sans compter les gendarmes militaires eux aussi, dans notre petite France, une situation un tantinet ironique !
Il ne nous manque qu'un général audacieux !

Ou c'est peut-être pourquoi Macron nous rappelle constamment qu'il est le chef des armées !
Après un premier énarque puis un deuxième énarque dirigeant un gouvernement civil pourquoi pas un général, ou plutôt un amiral, plus adapté pour remettre le bateau France à flot, comme troisième Premier ministre dirigeant un gouvernement militaire ?

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS