« Il faut économiser sa honte ! | Accueil | La police entre écume médiatique et vrai soutien... »

01 décembre 2020

Commentaires

Xavier NEBOUT

@ Achille

Ça, c'est la tarte à la crème habituelle, mais il n'y a d'antisémitisme que celui qui veut l'y voir. C'était tout au plus ni de bon goût ni très intelligent.

Le négationnisme lui-même ou le révisionnisme concernent l'Histoire et n'ont rien à voir avec l'antisémitisme même si les antisémites en sont souvent des adeptes.

Vos amalgames relèvent d'une évidente malhonnêteté intellectuelle.

Caserte

@ Lucile 2 décembre à 1h32
« …je ne vois pas la politique sous l'angle sexuel… »

Quand même, peut-être un peu !

« La figure de la fiancée collante et névrotique a pour contrepartie celle du petit mec, flemmard, et obsessionnel, le tyranneau qui gonfle ses pectoraux et attend qu'on l'admire toutes affaires cessantes pendant qu'il joue au mâle alpha et s'enivre de discours pompeux, le nez sur le guidon. »

Ou alors, votre tirade se veut délibérément réductrice.

Vous oubliez allègrement que les « messieurs qui ont vidé les caisses, et mis le pays dans l'état où il est » ont été élus par une majorité de la gent féminine… forcément !

La gent féminine : ça existe encore ce truc ?

Tipaza

@ Michel Deluré | 02 décembre 2020 à 10:41
"Il est en effet parfaitement possible d'être pris d'une sorte d'ivresse en respirant l'air matinal, vif et parfumé, de la campagne au cours d'une randonnée effectuée à un rythme de sénateur."

Ah oui, j'ai bien connu ces états d'ivresse autrefois.
J'ai beaucoup pratiqué le vélo sur les sentiers de montagne à vaches, avec mon épouse. C'était avec des vélos de facteur, comme nous disions, un plateau et trois pignons, les VTT n'existaient pas à l'époque.

Il est vrai que les sensations olfactives sont amplifiées en vélo, et quel bonheur quand, grâce au silence du vélo on lève des animaux qui ne nous ont pas entendu arriver.
C'est ainsi qu'il nous est arrivé de tomber nez à nez avec une laie conduisant ses marcassins, nous avons freiné sec, elle nous a regardés d'un air surpris puis elle a continué son chemin, et puis des chevreuils assez fréquemment, et même une fois une martre, ce qui est rarissime, surprise elle aussi et qui nous a regardé passer.

Enfin, c'était le bon temps de la mobilité autonome et libre.
Tandis qu'aujourd'hui, des Marcheurs nous mènent en bateau dans une République en marche qui nous oblige à l'immobilité du confinement !
Vous suivez ??
Parce que moi, je déraille parfois dans cette situation !

Giuseppe

"On a le droit de rêver sur 2022 !" (PB)

Un des plus grands capitaines d'industrie que j'ai connus était un visionnaire : "À la justice, mettons des justiciers (magistrats), aux études (bureaux d'études) mettons des étudiants, à la production mettons des productifs et à l'économie des économistes..."

Le monde a changé, les philosophes tels que Macron ne sont plus dans le réel, l'intellectuel est là pour "l'hygiène" mentale.

Et puis la réflexion d'un autre, capitaine d'industrie aussi discret qu'immense: "Il neige toujours en hiver... Vous méditerez".

Le problème est que l'industrieux n'a pas le temps de faire de la politique et est donc absent des assemblées, pourvues en professions libérales à gogo, très peu de scientifiques, alors que tout devient numérique ou constructif et créatif.

stephane

@ Achille | 02 décembre 2020 à 11:23 @Xavier Nebout

Ce débat me passionne, et j'ai pu évoluer en fonction des différents sujets sur ce blog.
Objectivement le jeu de mot avec Durafour, ça volait bas, même très bas. Ce n'est vraiment pas intellectuel et c'était décevant de la part de JMLP, au-delà de son caractère provocateur.
Quant au point de détail, voici la définition du Larousse : Petit élément constitutif d'un ensemble, et qui peut être jugé comme secondaire.

De mon point de vue, l'équipement utilisé, s'il porte à débat, ne peut être considéré comme secondaire. Et si on rapproche la déclaration de JMLP de la définition du Larousse, ce type de déclaration est difficilement admissible.

Donc on en revient au comportement récent de Samuel Paty.
La liberté d'expression doit s'appliquer à tout le monde, et d'un côté on fait de Paty un demi-dieu parce qu'il a montré des caricatures en classe, alors que rien ne l'y obligeait ; et de l'autre, des propos que chacun est autorisé à interpréter sont condamnés de la manière la plus vigoureuse possible.
Paty, comme JMLP ont fait preuve d'imbécillité dans leur bon droit, mais si on place la défense de la liberté d'expression au-dessus de tout, cette dernière doit être également valable pour Jean-Marie Le Pen.

Concernant le FN de l'époque, ce sont les témoignages d'anciens qui sont intéressants, notamment celui du docteur François Bachelot (l'ex-beau frère de l'autre) à l'origine de l'idée des sidatoriums, qui expliquait son départ et ce qui se disait en réunion et ayant motivé son départ du parti. Ceci est davantage parlant sur les points de vue de JMLP, que les jugements de journaleux ou de tribunaux, dont on n'a pas tous les éléments de motivation.

Quant à la dédiabolisation du parti, Marine Le Pen joue la blanche colombe et Jean-Marie ramène au bercail les plus virulents. Du moment que ça reste chez les Le Pen.
Aussi pour en revenir à 2022, Marine Le Pen n'est pas crédible en femme de gauche.

jack

Pour le moment, Marine Le Pen et Macron sont sur le boulevard qui conduit au deuxième tour.
On ne voit pas encore de ralliement clair pour un leadership de droite ou de gauche.
Comme d'habitude, Mélenchon fanfaronne alors qu'objectivement, son rôle se limite à diviser la gauche. Il n'ira jamais à l'Elysée.
Les écolos avaient le vent en poupe mais on commence sérieusement à déchanter depuis que trônent sur des grandes villes des ayatollahs énonçant des fatwas sectaires et ridicules.

Lucile

@ Tipaza

J'ai déjà fait du vélo.

Ce n'est pas moi qui ai rallumé la guerre, je ne vois pas la politique sous l'angle sexuel, sauf quand les frasques de ces messieurs s'entremêlent avec leur travail, ce qui arrive, reconnaissez-le. Et je ne fais pas du féminisme, je ne fais que répondre à la provocation. Avec Xavier Nebout, c'est fini, je n'essaye même plus, mais avec Robert Marchenoir, on ne sait jamais, le cas d'un admirateur sincère de Margaret Thatcher ne peut pas être irrémédiable.

Achille

@ Xavier NEBOUT | 02 décembre 2020 à 09:29
« Je vous mets au défi de produire une parole de JMLP à l'appui de votre mensonge. »

Pas de problème. J’en ai deux qui me viennent à l’esprit :

1- Durafour crématoire .
Certes il s’agissait d’humour venant de la part de JMLP qui ne pouvait que faire rire ses partisans.
2- L’affaire du « détail » selon laquelle les chambres à gaz sont un point de détail de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale.
Il est des détails qui ont leur importance qui ne semblent pas affecter JMLP.

Autre chose ?

GERARD R.

À l'heure où nos églises semblent ramener à elles de nombreux fidèles déboussolés, voire désespérés, j'engage mes frères de religion catholique à prier Dieu avec ferveur afin qu'Il nous débarrasse d'au moins une des deux calamités qui affectent gravement la France. Deux désastres respectivement nommés: Macron et Covid.

Je laisse à l'infinie sagesse de Notre Seigneur, le soin de choisir de quel fléau Il consentirait charitablement à nous soustraire en premier lieu, me contentant humblement de Lui suggérer que la seconde calamité semble néanmoins plus contrôlable, plus gérable que... l'autre. Notre Père qui êtes aux cieux... etc.

Xavier NEBOUT

M. Bilger, vous avez mieux à faire.

Il se confirme que nous avons en prison trois policiers n'ayant probablement rien à se reprocher, du seul fait de la pègre merdiatique et des escrocs au pouvoir.
Cette pègre a même ajouté du son à l'extrait de vidéo qu'elle passe en boucle.

Nous avons une seconde affaire Traoré, avec Macron qui s'inquiète de la santé d'un délinquant multirécidiviste dont la place est en prison, mais sous Hollande, on n'avait pas été jusqu'à mettre les policiers en prison.
C'est la honte absolue.

M. Bilger, ces policiers ont besoin de vous !

Michel Deluré

@ Tipaza 02/12 09:14
« On voit bien que vous n'avez jamais fait de vélo, sinon vous sauriez qu'en vélo on ne s'enivre pas, on transpire »

Tout dépend Tipaza de la manière dont chacun pratique le vélo.
Il est en effet parfaitement possible d'être pris d'une sorte d'ivresse en respirant l'air matinal, vif et parfumé, de la campagne au cours d'une randonnée effectuée à un rythme de sénateur.
Et il tout aussi possible d'être pris d'une autre sorte d'ivresse en absorbant pour se désaltérer le contenu de son bidon, selon la nature du contenu de ce dernier !
Les deux peuvent même se cumuler, ce qui n'empêche pas en prime de transpirer.

Giuseppe

@ Tomas | 01 décembre 2020 à 23:24

Le "génie" d'un pays qui laisse les malades mourir dans des couloirs sordides d'hôpitaux parce que les lits manquent; et les respirateurs... Je pense que l'on peut faire beaucoup plus et bien mieux encore.
Le "génie" d'un pays dont un manque de logements stratosphérique fait encore voter des lois d'un autre siècle du type DAL.

"L'obsession industrialiste", rassurez-vous l'intelligence humaine est là pour se substituer à toutes les extractions dites fossiles, on utilise le bois labellisé écolo, ce n'est qu'un tout petit exemple :

https://www.pyrenees-charpentes.fr/realisations

La surface de nos forêts est au niveau de ce qu'elles étaient au Moyen Âge, les isolants sont de plus en plus naturels, chanvre, paille, laine de mouton, cellulose, etc.

La déconstruction est en marche depuis belle lurette, déjà dans les années 2000 le recyclage était en route, les fondations des routes étaient réalisées avec des matériaux de concassage... Bref je pourrais écrire un livre et Greta Thunberg retarde simplement de quelques décennies.

L'Espagne à une époque lointaine était le champion du recyclage du fer pour les armatures de construction... Ce n'est pas du consumérisme, c'est de l'écologie.

Bien sûr il existera toujours le contre-exemple, surtout dans des pays encore peu sensibles.

Alors vous verrez, les ressources humaines sont incroyables d'intelligence, et d'une adaptation très véloce, faisons-leur confiance. Et que Greta Thunberg commence à aller à l'école, cela tombe bien, chez nous notre Président bien-aimé la rend obligatoire pour tous, sans doute aussi pour sortir des rues les Greta en herbe dont la "mouquire" coule encore au coin de la narine.

Le consumérisme intelligent et organisé est presque aussi vieux que moi (j'exagère un peu).

Exilé

@ Claude Luçon
"Le riche en ce moment c'est précisément Bruno Le Maire et les citoyens français crient toujours misère, plus que les Nigérians d'ailleurs !"

Cher Claude, ne me dites pas que vous ignorez que ces Français « riches » sont en fait, avec une dette personnelle de 40 000 € par tête, des pauvres qui s'ignorent.
Et cela par la faute de ces divers gouvernements compétents qui depuis une quarantaine d'années ne savent que jeter l'argent par la fenêtre par clientélisme et creuser la dette à qui mieux mieux.

Les pays du Nord, fournis économes, regardent avec mépris cette France-cigale qui rejoint les pires pays du Sud et qui terminera au mieux comme la Grèce, placée sous le contrôle du FMI...

Xavier NEBOUT

@ Achille
"Certes le caractère ouvertement raciste et antisémite de l’époque JMLP"

Ça, c'est de la diffamation pure et simple, et c'est généralement tout ce que les gauchistes savent faire en guise d'argumentation.
Je vous mets au défi de produire une parole de JMLP à l'appui de votre mensonge.

Aliocha

La tête chercheuse de boucs, malgré qu'elle en ait, après la race désignée, erreur corrigée, oriente son flux sur le genre, erreur réitérée.

Heureusement, trois grâces féminines président aux destins européens, seule échelle efficiente, revendiquant qu'elles ont plus tendance à gouverner par la bienveillance plutôt que par la lutte des ego du ressentiment.
Sauront-elles donner à Macron un autre outil que ce clou pour percer le béton des illusions françaises ?
C'est en chemin, et la reine Christine pourrait d'où elle est faire prendre conscience à tous le zélateurs de Brizitte que Jours de France n'est plus publié, qu'il serait temps pour le peuple d'accéder à la conscience, plutôt que de se jeter du haut de la grande roue de Lille dont il a renversé la grille qui lui en interdisait l'accès, pensant ce faisant renouveler sa révolution romantique menée par des moustachus d'une autre ère, qui ne savent imaginer leurs compagnes qu'à l'image des tyrans qu'ils sont.

Tipaza

@ Lucile | 02 décembre 2020 à 01:32
"il joue au mâle alpha et s'enivre de discours pompeux, le nez sur le guidon."

On voit bien que vous n'avez jamais fait de vélo, sinon vous sauriez qu'en vélo on ne s'enivre pas, on transpire.
À moins que vous ne vouliez écrire "guéridon" et qu'un clavier malencontreux vous ait fait défaut ! ;-)

J'aime bien vos indignations féministes, ça me met en joie au petit matin. Une panne d'oreiller aujourd'hui je viens à peine de me réveiller, et pourtant hier ni guidon, ni guéridon.

Achille

@ Eric-Nico | 01 décembre 2020 à 16:53
« Je prends comme exemple le fait qu'un grand nombre de Français pensent que le RN est d'extrême droite. »

Le RN défend des thèses nationalistes, souverainistes et identitaires. En cela il s’aligne sur les partis d’extrême droite de Hongrie, de Pologne, d’Allemagne, d’Autriche et d’Italie avec qui il a d’excellentes relations.

Certes le caractère ouvertement raciste et antisémite de l’époque JMLP est moins apparent depuis que MLP a entamé une campagne de dédiabolisation (initialisée par Florian Philippot qui depuis a quitté le RN), en désavouant certains propos de son père, qu’elle a d’ailleurs viré du parti afin de lever toute ambiguïté sur ses intentions. Manifestement elle préfère faire dans le populisme racoleur beaucoup plus porteur puisque cela lui a permis de récupérer une bonne partie des électeurs de LFI. Mais même si le flacon a changé d’apparence, le produit qui est à l’intérieur est le même.

Lucile

@ Robert Marchenoir | 01 décembre 2020 à 20:46

Je ne trouve pas cette citation brillante du tout. Elle me donne envie de vous voler dans les plumes pour me l'avoir mise sous le nez et m'avoir invitée à trouver ça bien. C'est une affirmation complètement gratuite, du n'importe quoi.

Dans les faits, la politique est conduite par des hommes à au moins 95 %. Sauf en Allemagne, mais ces pauvres Allemands n'ont pas l'air conscients de leur malheur. Ils devraient un peu goûter à des chefs d'Etat de la trempe de Hollande et de Macron pour comprendre que le gynécée, franchement, ce n'est pas ça.

En France ce sont pourtant bien des messieurs qui ont vidé les caisses, et mis le pays dans l'état où il est. Prenons les deux derniers socialistes au pouvoir que je viens de citer plus haut, je ne vois pas pourquoi on voudrait ajouter en surimpression à leur image bureaucratique et impuissante une figure "gynéco-fascisante". Tels qu'ils sont ils se suffisent à eux-mêmes. La figure de la fiancée collante et névrotique a pour contrepartie celle du petit mec, flemmard, et obsessionnel, le tyranneau qui gonfle ses pectoraux et attend qu'on l'admire toutes affaires cessantes pendant qu'il joue au mâle alpha et s'enivre de discours pompeux, le nez sur le guidon.

Tomas

@ Giuseppe
"Désespérant ! On est en train de crever la bouche ouverte de paroles, à cause d'une énarchie qui ne comprendra jamais rien à l'acte de produire, à la mise en route d'une machine, à la mise en branle d'une mécanique telle que l'a décrite le général Motor, à la mise en mouvement d'unités de travailleurs motivés, en ordre de marche, en ordre de bataille."

Je serai toujours fasciné par l'obsession industrialiste des "boomers", comme disent les jeunes. Chaque automne, une ville méditerranéenne est ravagée par une inondation, on extraira dans les 15 ans à venir autant de cuivre que depuis l'aube de l'humanité, d'après certaines projections la Garonne pourrait être à sec plusieurs mois par an à l'horizon 2070, la fonte du permafrost fait s'enfoncer les villes sibériennes et fera tomber nos montagnes mais c'est pas grave, il faut continuer à développer l'industrie, à construire, à bétonner, à extraire, à raffiner.

Greta Thunberg a dû tomber sur vos commentaires en traînant sur ce blog un soir de désoeuvrement, je ne vois pas d'autre explication.

Giuseppe

"On a le droit de rêver sur 2022 !" (PB)

Là on ne rêve plus, que du brutal.
Chez eux moins de blabla, ils se sont fait surprendre, une fois mais pas deux.

Quand on voit le dédale inextricable de paperasserie qu'il faut pour indemniser dans notre beau millefeuille de pays, ou prendre une décision, "los pintadores de pisos" se posent moins de questions, ils envoient... Aussi forts que les Chinois...
Et pendant ce temps-là pour monter 30 lits de campagne il a fallu pratiquement le même temps.

Désespérant ! On est en train de crever la bouche ouverte de paroles, à cause d'une énarchie qui ne comprendra jamais rien à l'acte de produire, à la mise en route d'une machine, à la mise en branle d'une mécanique telle que l'a décrite le général Motor, à la mise en mouvement d'unités de travailleurs motivés, en ordre de marche, en ordre de bataille.

Ils ne nous servent à rien nos énarques, il faut les virer, on veut du laboureur, du Compagnon, de lutteur lucide formé dans nos belles écoles techniques, nous sommes les meilleurs, nous savons aussi bien compter qu'eux, nous avons le savoir-faire inégalable aussi en plus celui de créateurs de vie et du concret.
Ils nous amusent ces énarques, aucune consistance, ils amusent la galerie, à nous ils ne nous amusent plus.

Fuera ! Cette école où l'on ne trouve que des poulets élevés au tout-aliment, je l'ai déjà dit quand un maçon a décidé de faire de l'audiovisuel - Francis Bouygues -, il a montré avec TF1 de quel bois il pouvait se chauffer.

Angela Merkel scientifique est bien la femme la plus puissante du monde, et notre pays là-dedans ? Eh bien toujours des mâcheurs de papier, des manches à air, des ventilateurs, il suffit de voir comment est gérée la pandémie.

Nos poulets élevés au tout-aliment sont en train de décourager les derniers bouteurs de notre pays, ceux qui ont "la grinta", l'abnégation et la foi pour soulever des montagnes.
Désespérant.

On n'ouvre pas les stations de ski de notre côté, tout simplement parce qu'on n'a pas la capacité d'absorber quelques jambes cassées, des opérations à rattraper aussi... Un désastre total d'organisation et une puissance publique qui me fait penser à une toupie folle.

AFP, publié le mardi 01 décembre 2020 à 18h27
"Gigantesque, hors de prix et construit en un temps record : surnommé "l'hôpital des pandémies", l'hôpital public Isabel Zendal a été inauguré mardi à Madrid dans un tourbillon de superlatifs et au milieu d'une vive polémique.
L'établissement n'est rien moins qu'"un miracle", selon les termes employés par le maire conservateur de la capitale espagnole, José Luis Martínez Almeida, au cours de la cérémonie d'inauguration du rutilant ensemble de bâtiments sortis de terre en à peine trois mois."

On dépense des milliards aussi dans notre beau pays mais on ne voit jamais rien sortir de terre, que des paroles ou du rêve pour se gargariser de notre nullité crasse. Il suffit de se pencher sur l'organigramme de l'ARS du Grand Est, et d'écouter les paroles assassines de Jean-Paul Hamon :

https://www.msn.com/fr-fr/divertissement/celebrites/la-grosse-col%c3%a8re-du-docteur-jean-paul-hamon-contre-letat-et-son-%e2%80%9cimpr%c3%a9paration%e2%80%9d-face-%c3%a0-la-crise-sanitaire-video/ar-BB11DHIh

On n'en sort pas, c'est terrifiant.

Robert Marchenoir

J'aimerais proposer une antiphrase à cette façon d'aborder l'échéance électorale de 2022. Étant ignorant de ces jeux politiciens, je n'arrive pas à m'y intéresser. En revanche, cet article de l'inégalable Taki's Magazine (un homme qui a soutenu les colonels grecs, on fait difficilement plus politiquement incorrect) propose une analyse des mutations actuelles de la démocratie qui me paraît très juste.

L'auteur, un certain Z-Man (Patrice Charoulet ne va pas aimer) croit discerner l'émergence du gynéco-fascisme. Cette nouvelle incarnation de la gauche, au pouvoir un peu partout en Occident, ressemble à "une fiancée un peu collante, affligée d'un trouble de la personnalité, qui exige que nous laissions tout tomber afin qu'elle nous raconte sa journée".

L'antique patriarcat a été remplacé par son homologue féminin, "dont le seul but est de nous tourmenter éternellement en essayant d'attirer l'attention".

Moi je dis : vous pouvez toujours vous brosser pour trouver des trucs aussi brillants dans Valeurs Actuelles ou dans Boulevard Voltaire.

semtob

Cher Philippe,

Il n'y a plus d'élections depuis la sinistre élection de Hollande.
françoise et karell Semtob

Tomas

"La politique, quand on la rêve, a d'indicibles charmes."

Franchement on finit par se lasser. Comment peut-on rêver de Retailleau ou d'Hidalgo ?

genau

Dernier avatar: les mesures dissuasives pour empêcher les Français d'aller skier là où c'est possible. On sent l'affolement de gens incapables de se décider, d'avoir un accueil hospitalier suffisant, d'assumer leurs politiques et qui se vengent en faisant de l'autoritarisme benêt. Les stations auraient tout intérêt à décider de la fermeture totale, méprisante, et envoyer aux pelotes les fonctionnaires.
Il n'est pas sûr que la mesure soit dénuée de tout sens: plus on ferme, moins il y a de passage. C'est la méthode qui est imbécile et la méthode c'est la haute fonction publique.

Ninive

Nous avons tous nos alliés et nos ennemis jurés, nos fidélités et nos haines. Nous avons notre passé à liquider et notre avenir à protéger. ("Laura", de Vera Caspary)

Le présent serait plein de tous les avenirs, si le passé n'y projetait déjà une histoire. (André Gide)

L'avenir avec Macron, c'est comme un présent sans avenir. (Ninive)

Paul Duret

Quels que soient les candidats, ils devraient avoir comme première ambition celle de rassembler et ce dès le premier tour. Car tous les regroupements au second tour sont viciés par l'absence d'un programme commun, négocié et travaillé avec sérieux.
Si ce rassemblement n'a pas lieu on risque d'avoir cinq candidats entre 15 et 25 % et donc un président élu avec environ 20 % de voix au premier tour. On est alors en pleine loterie. Et comme souvent, le second tour se résume à choisir le moindre mal.
Mais pour rassembler, il faut avoir l'esprit de compromis, ce qui n'est pas le cas de la majorité des hommes politiques français, qui, même quand ils ont échoué (Hollande, Sarkozy) pensent pouvoir être utiles. Pour moi ce sont des nuisibles.

genau

"Muse des héros, quel mortel, quel demi-dieu, vont célébrer les accords de ta lyre ou les fiers accents de ta trompette ? quel nom sacré vont répéter les échos du Pinde, de l'Hélicon ou de l'Hémus ? l'Hémus, d'où les forêts émues se précipitaient pour suivre les chants d'Orphée, qui, fidèle aux doctes leçons de sa mère, arrêtait, par la puissance magique de ses accords, les fleuves dans leur course, le vent dans son vol rapide, et prêtait aux chênes même une oreille pour l'écouter ? Payons d'abord le tribut accoutumé de nos hommages au Père de la nature, à l'arbitre souverain des hommes et des dieux, à celui qui règne sur la terre et sur les mers, et qui règle le cours des astres et des saisons. Rien de plus grand que lui, rien de pareil, rien qui en approche ! Toutefois, la guerrière Pallas a mérité, après lui, les honneurs du second rang. Vous ne serez point oubliés dans mes chants, Bacchus, chaste Diane, la terreur des forêts ; et toi, Apollon, dont la flèche redoutable n'a jamais manqué son but."

Patience, ce n'est que la traduction de Crouzet ou de Deltour, je ne sais plus, trouvée opportunément sur internet. Le brave Horace, toujours en retard d'un progrès n'est jamais à court d'un amphigouri. Voilà 2022. Bien malin qui saura s'y retrouver, sauf l'abstentionniste qui contemplera les "'peuples, là-bas se casser la tête" en buvant son verre sur les coteaux de l'Elbe, comme le chantait Goethe, en non pas sur les rives de la Seine.
Car, soyons honnête, le peuple va encore reporter ses frustrations sur ce qu'un homme peut figurer, et Macron n'est pas le dernier sur la liste en tant que despote éclairé, alors qu'il faudrait s'interroger sur ce que la collectivité nationale souhaite faire de son existence.

Déjà, un grand nombre de sujets sont à exclure (gérondif qui ne veut pas dire son nom), comme l'écrasante administration, la morgue énarchique, l'oligarchie conjointe administration/grande finance qui demanderait une révolution sans 1789 mais seulement 1793 et surtout septembre: comme aussi la renonciation à bien des choix nationaux, sociaux, confortables et propres à assécher tout l'or du Pactole.

Les habitants de France se sont rendu compte qu'ils sont mortels et cela les effraie. Comment voulez-vous qu'ils mènent une lutte efficace contre ce monstre froid et mou qu'est la haute administration, pensez, il faudrait se priver. Lisons "Crépuscule" de Branco, issu de la cuisse de Jupiter pourtant.

Le candidat de 2022 est un cache-sexe, rien de plus.
Quand une administration arrive à autoriser le montage de la grande roue de Lille mais interdit que le public la fréquente, il serait souhaitable qu'on y installât les décideurs dans la nacelle qui est tout en haut et qu'on jetât les clés du manège.

Eric-Nico

@ Achille

Amalgamer le Frexit et l'extrême droite provoque chez moi deux réflexions:

1) Il n'y a plus grand monde en France (et même en Occident de façon générale) qui sait ce qu'est réellement l'extrême droite. Je prends comme exemple le fait qu'un grand nombre de Français pensent que le RN est d'extrême droite.

2) La propagande de l'Union européenne depuis des dizaines d'années est une réussite totale, et je le déplore.

Cordialement

Michel Deluré

@ Exilé 01/12 14:07

Je ne suis pas convaincu qu'il y ait forcément incompatibilité à être « européiste » tout en étant attaché à son pays, à ses racines, à la défense de ses intérêts nationaux.
Tout dépend évidemment de la conception que l'on a de l'Europe, de son périmètre d'intervention, de sa gouvernance, de son fonctionnement.

L'Europe peut parfaitement être ce plus qui apporte à ses Etats membres ce qui leur manque pour peser dans le monde, pour acquérir cette dimension dont chacun tirera profit dans les domaines tant politique, qu'économique ou sociétal.

L'Europe, j'en conviens, est loin d'être parfaite. Mais ne trouvez-vous pas qu'il est trop souvent de bon ton de la critiquer systématiquement, ne serait-ce que pour trouver des excuses trop faciles pour justifier les maux dont nous sommes parfois les seuls responsables ?

Mais puisque notre hôte, à l'approche de cette période de fêtes, nous a ouvert par ce billet la porte au rêve, pourquoi ne pas imaginer une France épanouie dans une Europe rayonnante ?

boureau

"On a le droit de rêver sur 2022 ?"

Bien sûr cher P. Bilger ! On peut aussi cauchemarder !

En l'état actuel de notre société, le gagnant à la présidentielle 2022 est connu : c'est Macron.

Pourquoi vous enfermez-vous dans une illusion ? mystère !

Votre définition supposée de la droite repose justement sur cette illusion d'une droite qui irait de Bertrand à Pécresse ! Elargissez votre champ de vision, la droite française n'est pas cette vue étriquée, heureusement !

Vous allez au-devant de déceptions, mais vous le savez sans vouloir l'admettre.
Comme il est des sourds qui ne veulent pas entendre, il est des aveugles qui ne veulent pas voir.

Bon rêve en attendant Macron. Qui aura, le jour venu, toutes les qualités en devenir !

Cordialement.

Michelle D-LEROY

Vu comme ça, la situation ne donne pas envie de rêver et je crains que nous n'ayons encore le choix qu'entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen au final... et ça ce n'est plus un rêve mais un cauchemar.

Encore un an de "en même temps à droite et à gauche" pour ce Président. Même en le laissant patauger ce sera lui qui sera réélu.

Et si je pense que pour être flic en ce moment il faut être un peu maso, pour être candidat à la Présidence aujourd'hui, il faut l'être aussi même si l'ambition et l'ego sont les plus forts.

Isabelle

Paris, une ville qui nous faisait (imparfait) rêver !

Les "petits protégés" d'A. Hidalgo et A. Pulvar à l'œuvre :

"Phalanges coupées, plaies béantes : violente rixe à la machette et au sabre en plein Paris.

Dans la nuit du samedi 28 au dimanche 29 novembre, la capitale a été le théâtre d’une véritable scène de guerre. La routine !

Il faut excuser les pauvres petits, ils n'ont pas nos codes.

Jérôme

Bonjour Philippe,

Madame Pécresse est-elle en accord avec sa moitié qui a participé du "bradage" d'Alstom ?

François Baroin, c'est un peu réducteur, mais je ne le vois qu'à travers ses saillies de prépubère muant dans les Guignols de l'info.

Rachida Dati, la monnaie risque de subir une "fellation" importante, ce qui d'ailleurs soit dit en passant ne serait pas une mauvaise idée pour éponger une partie des dettes.

Bruno Retailleau. Pourquoi pas le cardinal machin truc.

Le Maire. Avec Nono c'est plus beau.

Xavier Bertrand, Xavier Bertrand. Ça n'inspire rien, si ce n'est, ça peut pas êt'e pire que les autres.

Le général de Villiers. Philippe arrêtez le gibolin. Déjà qu'avec Macron c'est pas brillant, vous ne voulez pas nous faire revenir 70 ans en arrière tout de même ?

Y'en a un qu'a dit Barnier. Celui-là vous l'attrapez et vous lui lavez la bouche avec du savon. On parle de la France môssieu, pas des apatrides même pas levantins.

Vous aviez quoi d'autre en magasin ? Ménard, ménaaaaaaard, ta mère et moi t'avons élevé, ta mère surtout, évidemment imbécile je travaille huit heures par jour (Coluche).

Ah oui, notre ami qui piaffe, Montebourg… moi l'c... C'est quand même le plus Français de tous. Le plus amoureux de son pays. C'est pas mal tout d'même. Ça a de la gueule. Et puis ça tringle. J'aime bien les gars qu'ont un peu de talent du côté d'la cuisse. C'est rassurant. Je ne dis pas non plus qu'il nous faille Rocco Siffredi, j'en suis pas là, mais Montebourg quand même…

Vous avez dit Patrick Sébastien ? Non ? Pourquoi ?

Vous vous rendez compte, y'en a pas un qui ait suffisamment de tenue pour nous faire croire qu'il pourrait enfiler le costard.

Ah si, vous avez parlé de Sarkozy. Alors lui, s'il ne finit pas ses jours en prison c'est à n'y plus rien comprendre. Un type qui déclenche une guerre pour masquer ses turpitudes sous de faux prétextes, tout en laissant croire à un intellectuel bourgeois" gentillomesque", Botul Henri Lévy, qu'il est le maître du jeu, permettant ainsi d'essayer de masquer sa responsabilité directe. Un type responsable d'un tel drame humain, normalement c'est la Cour pénale internationale de La Haye, et pas Brigitte, la ville, la vraie, celle qui punit les salauds qui provoquent des guerres inutiles, pléonasme, et sont responsables de tortures, actes de barbarie...

Bref, je sens que sur ce blog, d'ici 2022 on va faire péter le déconomètre.

Claude Luçon

Et Bruno Le Maire dans tout ça ?
Il a probablement encore ses envies présidentielles !
En plus c'est lui qui trouve et distribue des tas de sous à tout le monde, une bonne façon de se faire des amis électeurs !

Il y a bien longtemps un ami nigérian à qui je demandais pourquoi le Nigeria n'avait jamais fait l'expérience communiste de se ranger côté URSS, comme le Ghana, le Bénin, la Guinée, et était resté fidèle copain des Britanniques et des Américains au point d'avoir offert à Thatcher de lui envoyer ses destroyers et commandos pour l'aider lors de la reconquête des Falklands, il m'a répondu :
Nous avons un vieux proverbe nigerian qui dit : il vaut mieux avoir des amis riches que des amis pauvres !

Le riche en ce moment c'est précisément Bruno Le Maire et les citoyens français crient toujours misère, plus que les Nigérians d'ailleurs !

lefort

Sachant le référendum perdu, de Gaulle avait dit: "Après moi ce seront parfois des hommes habiles, peut-être même honnêtes mais qui ne soutiendront pas la grandeur de la France".
Je serai plus sévère: nous n'avons eu droit qu'à des médiocres, parfois un peu crétins et malhonnêtes.
Avant de débattre de qui sera le prochain imbécile, soucions-nous de la nécessité de revenir un jour à un régime un peu plus parlementaire.
Les péroraisons autoritaires, contradictoires, continuelles et intempestives de Macron sont une belle démonstration de la dérive du pouvoir.
Verrait-on un de Gaulle se mêler de la date de réouverture des bistrots ?!
Quelle vision d'avenir !

Serge HIREL

En lisant ce billet, une image m’est venue rapidement à l’esprit, celle de ces stands de foire appelés « casse-gueules », devant lesquels des bandes joyeuses choisissent leurs cibles en leur lançant des quolibets rarement élégants et les massacrent avec plus ou moins de réussite. L’analogie avec la course à l’Elysée d’ores et déjà lancée tient sur ces deux derniers points, mais s’écroule sur deux autres, majeures : Philippe exprime ses désaccords avec finesse et mesure -même Mélenchon s’en sort sans être éborgné - et, bien qu’il s’agisse aussi d’une foire, une foire d’empoigne plus exactement, les badauds que nous sommes sont plus enclins à pleurer qu’à rire.
La situation actuelle du pays incite plus à l’angoisse du lendemain qu’à l’euphorie de la fête...

Pandémie non maîtrisée, mesures sanitaires incohérentes, forte méfiance des vaccins, économie sous perfusion, nouvelle explosion du chômage, relations sociales distendues, haine de la police, bavures inadmissibles, immigration contestée, attentats islamistes imprévisibles, jeunesse déboussolée, manipulée... La France, depuis la Libération, n’a jamais connu une telle accumulation de mauvais signaux et cherche, sans avoir une chance de le trouver, un nouveau Général.

En 2022, il faudra qu’elle se contente d’un chef sans képi, sans étoile et sans recette miracle. Mais prêt néanmoins à prendre le taureau par les cornes en oubliant sa carrière et son bien-être personnels.

Il me semble qu’il est bien trop tôt pour tenter le moindre pronostic sur le résultat du scrutin présidentiel, pas même sur les noms des deux candidats présents au second tour. Trop d’inconnues empêchent de résoudre l’équation, qui n’est même pas encore posée. Parmi les peurs, laquelle déterminera l’adhésion du plus grand nombre ? Le danger sanitaire ? Le danger terroriste ? Le danger du chômage ? Le danger de la pauvreté ? Le danger d’une moindre liberté ?... Tout dépend de ce qui va se passer au cours des six ou huit prochains mois, chez nous et à l’étranger.

Les Français sauront-ils cette fois ne plus se contenter de promesses ? Jauger le sortant sur ses actes plus que sur ses gesticulations télévisées ? Pour ses adversaires, prendre en compte leurs réussites et leurs échecs passés ? Comparer les choix politiques proposés avec ceux adoptés par leurs voisins qui paraissent efficaces ? Tout cela est souhaitable, mais loin d’être sûr...

Deux événements pourraient bien avoir quelques similitudes avec ce qui nous attend et donc préfigurer notre choix : allons-nous conforter la voie macronienne vers la start-up nation ou reprendre le chemin tortueux qu’il a obstrué ? L’ennui est que la chute de Trump et la réélection du Président burkinabé aboutissent à poser deux hypothèses précisément à l’inverse l’une de l’autre.

Qu’on ait apprécié ou non sa ligne politique, on doit convenir que Donald a mis un sacré coup de pied dans la fourmilière, nationale et internationale. Les Américains lui ont fait savoir que le monde d’avant leur plaisait plus et qu’ils préféraient un retour aux politicailleries de naguère à une gestion tourbillonnante à coups de tweets et de provocations. Voilà qui devrait inquiéter Macron, qui lui aussi, a joué la carte de la rupture et du dialogue éruptif. Aux yeux d’un bon nombre, il a même fait pire que son adversaire de bras de fer en appelant à la « souveraineté européenne ». « Make America great again », « Make Europe great now »...

Au Burkina Faso, en cinq ans de présidence Kaboré - un ex-banquier lui aussi -, l’autorité de l’Etat s’est délitée, les djihadistes ont occupé le nord du pays, la pauvreté s’est aggravée, l’économie, déjà exsangue, s’est dégradée, des milices privées sont apparues, les heurts entre tribus se sont multipliés, 1 600 personnes ont été tués dans des attentats et le pays deviendrait un califat si la force Barkhane se retirait... 57 % des Burkinabés qui ont voté l’autre dimanche lui ont pourtant fait confiance, ont écouté ses promesses de fermeté...

Voilà qui devrait réjouir Macron, dont le bilan, toutes proportions gardées, sera à peine plus enviable. Et lui permettre d’espérer, d’autant plus qu’il bénéficiera au premier tour de la même dispersion des voix de l’opposition. À Ouagadougou, douze candidats se présentaient contre le sortant...

Deux hypothèses qui me font craindre que le charme du rêve de Philippe ne débouche sur une réalité cauchemardesque... Quels que soient l’élu et la voie choisie pour affronter l’avenir qui s’annonce plus sombre que radieux.

Alpi

Comme vous dites, cher Philippe : "un engagement sans enthousiasme."
Qui, quoi pourrait nous enthousiasmer en ce moment ? Je n'ai pas l'habitude de pleurnicher sur mes baskets, mais franchement, la période que nous vivons n'est pas paillarde...

Quant aux canassons que vous nous alignez sur la ligne de départ, je suis comme Figaro, je me presse d'en rire pour mieux éviter d'en pleurer...

L'élection présidentielle, c'est le Grand National de Liverpool : 7 km à un train d'enfer, 30 obstacles hauts comme des montagnes.
Pas pour les vieux chevaux de retour, ni pour les poulains et pouliches à peine débourrés. Sauf un jeune bourrin plus malin et manœuvrier que les autres... comme en 2017 !

Exilé

@ Michel Deluré
« Il est cependant un politique qui ne figure pas dans votre énumération, qui ne postule pas et qui répondrait pourtant bien selon moi aux critères requis pour la circonstance, je veux parler de Michel Barnier. »

Cher Michel, au cas où vous n'auriez pas bien suivi le feuilleton, pouvons-nous vous rappeler que sont éligibles à ce choix, des Français (convaincus et aimant leur pays de préférence) et non pas des européistes n'ayant que faire de la France et de ce qu'il en reste ?

Mary Preud'homme

@ Savonarole | 01 décembre 2020 à 10:24
"Des rêves, ce serait inutile, c’est surtout des cierges qu’il faudrait."

On reconnaît bien là votre côté mystique !

stephane

Un candidat compétent de droite pour 2022 ?
S'il est compétent, il sait qu'il n'a aucune chance. Et s'il y a un candidat, on peut douter de sa jugeote pour la même raison.
C'est à la gauche qu'il faudrait un candidat. La droite a déjà le président en place.
À gauche Cazeneuve sort du lot, il est compétent et sait qu'il serait armé d'un équipe de bras cassés. Donc il ne sera pas candidat.

Un rêve. BernardCazeneuve/Edouard Philippe, ou l'inverse. Avec Castex au perchoir. Le style Castex, perso j'adhère.

Tipaza

Comme d'habitude j'ai regardé l'illustration avant de lire le billet, et comme d'habitude je me suis amusé à deviner le sujet.
C'était évident pour moi qu'il s'agissait de la métaphore d'un bateau ivre, dont on nous présentait l'équipage.

Ben non, c'était un cauchemar où les protagonistes apparaissaient à peu près dans l'ordre où ils étaient apparus dans le rêve. Une femme émergeait du lot, Valérie Pécresse qui avait l'air un peu moins sotte que d'habitude, mais c'est normal, dans un rêve les personnages sont toujours différents de la réalité.

Et voilà que ce rêve expliquait les non motivations des personnages.
Ils étaient conscients d'avoir de grandes ambitions et malheureux d'avoir de petites convictions.
Tous rêvaient d'être candidats, et étaient en panne de programme, car il aurait fallu pour cela admettre que la loi et l'ordre souhaités par les Français ne pouvaient s'obtenir que par l'illibéralisme d'un Viktor Orban. Pire encore il aurait fallu reconnaître que le RN avait eu raison sur beaucoup de points.

L'un d'entre eux paraissait particulièrement sympathique, c'était François Baroin qui avait eu le courage de renoncer.
Quand je dis le courage c'est par antiphrase, car j'ai trouvé dans la presse que selon ses proches, l'imprévisibilité du paysage politique l'aurait notamment découragé.
Je trouve ça superbe comme argument, il aurait pu dire également que l'imprévisibilité de la vie fait qu'elle ne mérite pas d'être vécue.
Mais enfin, comme Hollande il reconnaissait la défaite avant la bataille, ce qui semble être le cas de beaucoup de nos politiques.

"Là où il y a une volonté, il y a un chemin", et le moins qu'on puisse dire c'est qu'il n'y a pas de volonté.
Cette volonté farouche qui rend possible ce que l'on croyait impossible.

On voit par là que le chemin vers la victoire d'une droite réconciliée avec elle-même, ses principes et son passé, le vrai, celui d'avant l'abandon de la souveraineté, ce chemin-là est impraticable à tous ces prétendants plus soucieux de gaspiller le maigre héritage qui reste encore, que de créer un nouvelle nation et un nouvel avenir.

Il manque à l'illustration le personnage qui a traversé le rêve sans laisser de traces et pour cause.
Un certain général de Villiers, l'irrésolution faite général. C'est le général Gamelin qui aurait été content de savoir qu'il pouvait y avoir pire que lui.

Isabelle

En attendant un hypothétique candidat LR (en attendant Godot), nous sommes obligés de cohabiter avec les députés LREM et certains, parfois, se lâchent et perdent les pédales (en amateurs qu'ils sont). Ah, tous ces opportunistes qui se sont précipités dans ce "nouveau" parti du "nouveau" monde !

Sur CNews, un député LREM se lâche !
Le confinement, la jauge pour les lieux de culte, etc. sont des mesures permettant d’étouffer les risques menaçant la macronie : colère sociale, terrorisme.

Tout est dit, le confinement sert à confiner la colère contre la macronie !

https://twitter.com/JeanMessiha/status/1333695191300132865

Pendant ce temps-là, les bars, les restaurants, les stations de ski vont compter les faillites, les licenciements et le nombre croissant de chômeurs.

Jérôme

Bonjour Philippe,

Je me suis fait devancer.
Je voulais souligner vos options cauchemardesques mais votre banquier favori m'en a privé.
Bon ben je vais vous raconter une blague.

Une blonde rentre dans un bar.
Assis sur un tabouret un homme regarde les informations à la télé.
À l'écran, un homme prêt à se jeter du toit d'un immeuble.
La blonde :
- il va pas sauter quand même
Le type :
- beeeennnn si
La blonde :
- ben non il va se faire mal
Le type
- ben il va sauter quand même
Après une salve d'échanges identiques le type dit à la blonde :
- allez on parie 100 euros
La blonde acquiesce, parie, et pof, le type saute.
La blonde déçue sort son billet de 100
- pffffffff
Là le type sympa lui dit :
- allez, je vous laisse votre billet, j'ai triché, c'est une chaîne d'infos en continu, je l'avais déjà vu.
Et la blonde de rétorquer :
- ben, moi aussi, mais je pensais pas qu'il allait recommencer.

Conclusion : en 2022 on a de bonnes chances d'avoir un nombre certain d'électeurs blondes chez le macroneuneu-trognoniste.

Michel Deluré

Il est effectivement bon de s'évader parfois dans le rêve, sachant que la réalité saura nous ramener rapidement les pieds sur terre !
Et cette réalité, ce sera entre autres l'héritage de cette séquence Covid avec les énormes défis qu'il conviendra de relever.
Il faudra alors à la barre un homme solide, ayant fait ses preuves, avec un équipage compétent et endurant pour sortir le bateau France de la tempête et lui faire retrouver des eaux plus calmes.
Mais à vous lire Philippe, cela ne semble pas rebuter les candidats potentiels. Mais est-ce là finalement rassurant ou à l'opposé inquiétant ?

Il est cependant un politique qui ne figure pas dans votre énumération, qui ne postule pas et qui répondrait pourtant bien selon moi aux critères requis pour la circonstance, je veux parler de Michel Barnier.

Marc GHINSBERG

Quand Philippe Bilger rêve sur 2022, il nous donne des cauchemars.

Isabelle

Essayons de rester debout (faute de pouvoir rêver) et d'y croire encore mais, vu les événements de ces derniers jours, il devient de plus en plus difficile de faire semblant d'être optimiste.

Macron et son équipe, à force de ménager l'ultra-gauche, vont finir par se faire déborder et le pays sera définitivement dans le gouffre. Ce n'est pas un "ressenti" face aux "incivilités" !

Quant aux personnages de droite, sur la photo de votre billet, nous avons surtout l'impression qu'ils font semblant d'être présents et qu'ils ne veulent pas du tout reprendre la barre d'un bateau qui coule de toutes parts.

La gauche et l'ultra-gauche ont trouvé un os à ronger pour nous faire oublier la décapitation de Samuel Paty et tous les médias ont accouru, tels les moutons de Panurge, pour relayer l'information providentielle, sauf que le producteur noir n'est pas blanc comme neige en matière judiciaire.

Comme ironisait E. Zemmour, va falloir trouver une victime plus lisse la prochaine fois. Quant à la police, on lui conseille fortement de tabasser uniquement du Blanc, elle aura moins de risques d'être poursuivie à tort ou à raison.

Concernant la police, la sélection laisse à désirer mais qui voudra encore devenir policier dans les mois et les années à venir ? Il semble également que les chefs ne soient pas suffisamment auprès de leurs hommes pour les encadrer. On a eu le même genre de problèmes chez les Pompiers de Paris, il y a quelques années, d'où certains débordements malsains.

Toujours la même histoire, l'exemplarité des chefs et des hommes !

Aliocha

@ Henri Gibaud

En quarante-huit secondes :
Le désir n'est pas le Droit.

Louis

Hélas, depuis des dizaines d'années une holding parasite les élections et comme d'habitude nous devrons nous prononcer avec une pince sur le nez entre une holding qui nous mènerait au chaos économique et entre des partis libéraux qui nous mènent aussi à ce chaos. Voter blanc éternellement ce n'est pas une solution et quand le peuple se prononce comme en 2005, on le refait voter. Pendant ce temps, ces princes qui nous gouvernent eux, sont désignés.

Exilé

On a le droit de rêver sur 2022 !

Cela fait quelques années que je suis Philippe Bilger sur son blog, mais ce que j'ai remarqué - est-ce dû à son tropisme pour le football ? - c'est qu'à peine un match présidentiel a-t-il été remporté qu'il tire déjà des plans sur la comète sur le suivant, comme si la vie politique ne consistait qu'en une suite d'élections-spectacles séparées par cinq années de crises et de troubles graves non traités par les gens qui ont en principe été élus pour les résoudre...

Savonarole

Des rêves, ce serait inutile, c’est surtout des cierges qu’il faudrait.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS