« A-t-on encore le droit de les juger ridicules ? | Accueil | Nafissatou Diallo : et si elle avait été en France ? »

13 décembre 2020

Commentaires

Robert Marchenoir

@ Claggart | 19 décembre 2020 à 14:02

On n'en a rien à faire, de vos petits plaisirs personnels. Ils n'ont aucune pertinence au regard d'une évaluation globale des arts russes. Moi aussi, j'ai du plaisir à écouter Tchaïkovksi à l'occasion.

Cela ne change rien à l'infériorité relative de la fameuse "culture russe", qui est essentiellement un slogan de propagande du Kremlin destiné à faire approuver, par des populations occidentales crédules ou complices, la politique étrangère de Moscou qui est contraire aux intérêts fondamentaux de l'Occident.

Puisqu'il faut vous rappeler l'origine de cette conversation. Laquelle démontre, une fois de plus, à quel point il est facile d'embobiner les gens en diffusant des slogans que personne ne songe à remettre en cause. "Tout le monde sait bien que"... la culture russe blabla... puisque tout le monde le dit. Et que c'est marqué dans les journaux.

Et sinon, sur l'appartenance ou non du monde russe à l'Occident ? Sur la pertinence des positions de Soljenitsyne ?

Claggart

@ Robert Marchenoir 17 décembre 20 h 48

Tchaïkovski "triste sire" ? Je regarde en ce moment sur Arte une représentation du Lac des cygnes par l'Opéra national d'Ukraine et j’y prends plus de plaisir qu’à survoler (car lire m’épuiserait) les logodiarrhées quotidiennes de Marchenoir.

Comme quoi le triste sire n’est pas celui auquel on pense.

Al Iocha

L'art échappe aux évaluations, pour ceux qui n'ont pas l'oreille calcifiée par les poncifs enfermés de leur monomanie, vous en voulez du sublime, de la marche noire universelle à même de libérer tous les esclaves de la terre et du ciel, alléluia, mes frères, le génie est intemporel :

https://www.youtube.com/watch?v=-488UORrfJ0

Mary Preud'homme

Qui a osé écrire sans rire sur ce blog en réponse à caroff :
"Je maîtrise parfaitement la musique ?"

Robert Marchenoir

@ caroff | 18 décembre 2020 à 14:08
"Déchaînez-vous sur Poutine si vous voulez mais, de grâce, ne vous tournez pas en ridicule sur des sujets que vous ne maîtrisez pas !"

Je maîtrise parfaitement la musique, rassurez-vous. Vous aurez beau enquiller tous les adjectifs que vous voulez concernant Chostakovitch, nous donner de l'atonal et du contrapuntique (encore une petite couche de name-dropping, peut-être ?), il n'en reste pas moins qu'il est un compositeur de second, et même de troisième rang, tout à fait typique de la fameuse "culture russe" dans son ensemble.

Mettre ce gazier au même niveau que ce que la musique européenne a produit de plus sublime, c'est manifester un manque de goût total. Il suffit, pour s'en convaincre, de tâter du lien obligeamment fourni par Tipaza : cette bouse immonde, vous appelez cela de la musique ? C'est exactement ce que j'avais en tête en parlant de "crin-crin".

Vous parlez de jazz, croyant flatter le bonhomme. Pourquoi pas du rap, aussi ? Le jazz, du coup, c'est encore plus bas dans l'échelle de la création artistique.

caroff

@ Robert Marchenoir 12h18
"Merci à Tipaza, par ailleurs, d'ajouter à la liste des compositeurs russes de second rang le consternant Chostakovitch. Un preuve de plus, en effet, de la supériorité indiscutable de la musique européenne. Excusez-moi, mais si vous mettez Chostakovitch au niveau de Mozart, vous avez de la purée dans les oreilles."

Déchaînez-vous sur Poutine si vous voulez mais, de grâce, ne vous tournez pas en ridicule sur des sujets que vous ne maîtrisez pas !
Faire une analogie entre Mozart et Chostakovitch c'est vouloir comparer, disons au hasard, Voltaire à Camus !

Le langage musical de Chostakovitch est tonal et contrapuntique c'est la seule similitude avec Mozart, mais comme il utilise beaucoup les chromatismes c'est un climat atonal qui demeure prégnant...

Il est notable que l'orchestration de ses oeuvres symphoniques ne peut dissimuler sa formation et ses influences occidentales. On peut même ajouter qu'il a su intégrer les fondements du jazz qui apparaissaient en Russie à l'époque, et de l'avant-garde expressionniste allemande (Berg, Schoenberg) dans son langage musical.

Robert Marchenoir

@ Herman Kerhost | 17 décembre 2020 à 23:58

La dernière sortie de Poutine est effectivement un petit bijou, typique du cynisme qui fait tout son charme auprès de ses admirateurs : ce n'est pas nous qui avons empoisonné Navalny, ce sont les Américains, mais croyez-moi, si nous l'avions empoisonné, nous aurions fini le travail.

Poutine revendique ainsi l'opération à l'instant même où il dément toute responsabilité : il vient de reconnaître qu'effectivement, les services secrets russes ont l'habitude d'empoisonner les opposants politiques.

Il faut aussi voir de quelle façon il l'annonce : il rigole littéralement en disant cela.

Parmi les autres pépites de sa conférence de presse annuelle, qui a duré cinq heures cette fois-ci, il faut relever les citations suivantes.

S'adressant à un journaliste occidental : "Comparés à vous, nous sommes des bisounours". (Dans la traduction anglaise : "We are warm and cuddly".)

Répondant à un faux journaliste islandais, qui a simplement pris la parole pour lui souhaiter un joyeux Noël, et lui dire à quel point il était aimé en Occident : "Le secret d'une famille heureuse, c'est l'amour. Ce doit aussi être la base des relations internationales, des liens entre les nations."

Vladimir Poutine qui nous explique que l'amour est le principe cardinal de la politique étrangère.

Effectivement, c'est ce qui saute tout de suite aux yeux à l'examen des relations entre Moscou et le reste du monde.

Dans la même conférence de presse, il nous explique "qu'il n'y a pas de bons et de mauvais chefs d'État, il n'y a que des intérêts nationaux. Je défends les intérêts de la Russie."

Plus ça va, et plus il se f... ouvertement de notre g...

Et c'est précisément ce qui fait jouir une certaine catégorie de personnes, de plus en plus nombreuses en Occident.

Ce mode de combat politique a désormais infecté le monde entier (à commencer par Donald Trump), et il suffirait, à lui seul, à expliquer pourquoi la Russie ne fait pas partie de l'Occident, et pourquoi elle est notre ennemie.

Merci à Tipaza, par ailleurs, d'ajouter à la liste des compositeurs russes de second rang le consternant Chostakovitch. Un preuve de plus, en effet, de la supériorité indiscutable de la musique européenne.

Excusez-moi, mais si vous mettez Chostakovitch au niveau de Mozart, vous avez de la purée dans les oreilles.

On rappellera qu'Alexandre Soljenitsyne, à la fin de sa vie, s'est rallié à Vladimir Poutine. Je ne suis pas sûr que ce soit une marque de courage.

En revanche, il faut lui reconnaître une certaine cohérence : après avoir, à Harvard, traîné dans la boue l'Occident qui l'a pourtant sauvé et porté au pinacle, il revient au bercail pour choisir l'obscurantisme et l'autocratie russe de toujours.

Deux mondes différents, en effet.

Valéry

@ Mary Preud'homme
"Marchenoir s'improvisant critique musical et brocardant les plus illustres compositeurs russes"

Il n'est pas le seul, il existe une réticence "française" a apprécier les compositeurs russes, considérés trop directs, trop émotifs, pompeux et sucrés, à l'opposé du raffinement exquis d'un Debussy ou de l’expressivité subtile et secrète d'un Ravel.

Mais le jour où votre cœur et âme se retrouvent déchirés par les aléas de la vie, je vous souhaite bien de la chance à essayer d’apaiser de telles blessures en écoutant du Debussy. Alors que Tchaïkovski ira comme un gant.

Avez-vous laissé derrière votre foyer, pays et amis ? Rachmaninov vous aidera à cicatriser.

Notre condition humaine connaît bien des besoins, et les cultures avec des racines proches se complètent tout naturellement, peu importe les médisants et les crottes qu'ils essayent de répandre sur les pages sacrées de l'histoire.

Lodi

Rendre à chacun ce qui lui appartient : la culture russe, malgré ses impasses en politique et en économie, n'est pas valable qu'en littérature et en musique... Je sais qu'on n'est pas sur un site scientifique, ici, mais tout de même....

J'attendais que quelqu'un s'y colle. Personne ? Eh bien tant pis, ça va être moi, mais évidemment, chacun peut compléter. Malgré des problèmes que je ne vais pas nier, la science russe peut encore... briller :

https://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/plantes-et-vegetaux/des-champignons-qui-font-briller-des-plantes_143841

Et... prendre une planète en option, heureusement pas Mars, Vénus... Si chacun pouvait avoir la sienne, aucun conflit et moins de risque que notre espèce en laisse une de côté, ce serait dommage :

https://www.journaldugeek.com/2020/09/21/russie-venus-planete-russe/

On oublie toujours l'espace dans notre pays, c'est fou, pourtant, pour comprendre le monde, ressources et extension pour l'espèce, il se pose un peu là avec ces cieux délicieux, clair de lune, ou classieux, constellations semblant jetées comme le vol immobile de lumières lointaines.

Le passé est aussi une mine à découvrir, aidé, il est vrai, par le réchauffement climatique :

https://www.huffingtonpost.fr/entry/en-siberie-un-ours-des-cavernes-possiblement-vieux-de-39000-ans-decouvert_fr_5f5e1a52c5b67602f6067a41

De nos jours, l'innovation vient souvent des start-up. Eh bien, justement, elles se développent :

https://startupbrics.com/leweb-russian-panel-innovation-startups/

Va-et-vient Russie-Etats-Unis :

La Darpa récupère une idée russe pour les avions furtifs, la Russie veut avoir sa Darpa à elle :

https://open-organization.com/fr/2018/09/06/francais-la-darpa-le-f-35-et-le-retour-de-la-russie-le-leadership-technologique-dans-un-monde-conflictuel-passe-par-louverture/

Bref, affaire à suivre.

Mary Preud'homme

Pauvre Herman Kerhorst il commence à ne plus savoir où donner de la tête pour soutenir son patron en grande difficulté et ayant perdu toute crédibilité à force d'injures, mensonges, mauvaise foi et diffamations inter(minables) à défaut de commentaires constructifs ou d'arguments valables pour contrer un adversaire.

Herman Kerhost

@ Robert Marchenoir | 17 décembre 2020 à 08:17

Merci d'avoir donné le lien vers la vidéo d'Alexeï Navalny. Un vrai régal ! Dommage qu'il faille lire le sous-titrage, mais ça reste un plaisir. Quelle bande de pieds-nickelés !

La réaction de Poutine, suite à la diffusion de cette vidéo:
"If [they] wanted to, they would've probably finished it" CNN:

https://www.cnn.com/2020/12/17/europe/putin-annual-press-conference-intl/index.html

caroff

@ Tipaza 23h16
"Comment osez-vous oublier Chostakovitch, un des plus grands génies de la musique du XXe siècle ?"

J'ai mis des points de suspension pour signifier que la liste n'était pas close et en effet Chostakovitch est un immense compositeur (et pianiste). Il se fit reprocher par Staline d'avoir commis un "galimatias musical" à propos de son opéra "Lady Macbeth" qui triompha partout où il fut présenté !

Tipaza

@ caroff | 17 décembre 2020 à 10:28
"Tchaïkovski, Rimski-Korsakov, Prokofiev, Rachmaninov, Stravinsky, Scriabine, Moussorgski..."

Comment osez-vous oublier Chostakovitch, un des plus grands génies de la musique du XXe siècle ?
Ses quatuors à cordes sont des chefs-d'oeuvre largement à la hauteur des derniers quatuors de Beethoven ou de Brahms.

Un extrait, un des plus représentatifs, pour animer vos débats avec Marchenoir, qui manquent un peu d'animation :

https://www.youtube.com/watch?v=wokx576v5Y0

Mary Preud'homme

Quelle rigolade sur ce blog !
Marchenoir s'improvisant critique musical et brocardant les plus illustres compositeurs russes ! Aussi désopilant et cocasse qu'un cul-de-jatte qui prétendrait en remontrer à d'authentiques champions et se mesurer aux meilleurs coureurs de marathon !

Robert Marchenoir

@ caroff | 17 décembre 2020 à 10:28
"Tchaïkovski, Rimski-Korsakov, Prokofiev, Rachmaninov, Stravinsky, Scriabine, Moussorgski..."

Exactement. C'est précisément à ces tristes sires que je faisais allusion.

"Tout ce qui peut mettre la Russie au fond du trou est applaudi avec force par ceux qui sont nostalgiques de la guerre froide. Les punitions commerciales des Occidentaux en sont bien une des preuves."

Hop, hop, hop ! Ces punitions ont une cause. Vous parlez comme la diplomatie russe. Vous faites comme si la Russie était une blanche colombe qui n'avait rien fait pour mériter ça.

Vous préféreriez que nous lancions une bombe atomique sur le Kremlin ? Que nous empoisonnions le résident du GRU à Paris ? Ce n'est pas le genre de la maison.

Au demeurant, les sanctions sont faites pour nuire aux dirigeants. Ce n'est pas Madame Zakouski dont les avoirs en France sont gelés. En fait, les sanctions sont insuffisantes : il faudrait les accentuer. Il faudrait vraiment couper le robinet financier qui permet aux oligarques russes de mettre leurs fonds à l'abri chez nous. Malheureusement, il y a beaucoup de gens qui profitent de cette manne...

Ce ne sont pas les sanctions qui empêchent la modernisation de la Russie. C'est le système de gouvernement mis en place par Poutine, qui vient encore d'être accentué et pérennisé par la récente réforme constitutionnelle. Maintenant, Poutine est officiellement tsar à vie.

Une hypothétique levée des sanctions occidentales ne changerait rien à cela. Bien au contraire.

"Quant à la corruption, hélas oui, mais c’est une denrée largement partagée… jusqu’à chez nous !"

Toujours la rhétorique absurde des poutinistes. Whataboutisme. Chez nous c'est pareil, alors...

Tout d'abord ce n'est pas pareil. Cela n'a strictement rien à voir. C'est un peu comme si vous compariez Hitler avec un voleur de bonbons.

Ensuite ce n'est pas le sujet. Nous parlons de la Russie, pas de la France. Si Momo a tué Monique, il aura la tête coupée. Le fait que Jojo ait tué Simone ne sauvera pas Momo de l'échafaud. Vous comprenez ?

Serait-il possible que vous vous astreigniez à cette politesse rationnelle élémentaire ? Est-ce trop vous demander que d'abandonner pour toujours ce genre d'argument scélérat ?

Et c'est vous qui me reprochez des arguments banals ! Vous ne manquez pas d'air ! Si je touchais un euro à chaque fois que cette objection malhonnête est vaporisée dans l'atmosphère, je serais milliardaire !

caroff

@ Robert Marchenoir 8h17
"La musique ? Du crin-crin moderniste et prétentieux de basse qualité, pour l'essentiel.
Le ballet, si vous voulez... Il n'y a que chez les interprètes que l'on touche à la qualité de niveau mondial."

Inouï, vous dégagez des immenses génies comme Tchaïkovski, Rimski-Korsakov, Prokofiev, Rachmaninov, Stravinsky, Scriabine, Moussorgski… ?
Restez vraisemblable !!

« Pendant que Vladimir Poutine, personnellement, et l'oligarchie qui le maintient au pouvoir, s'enrichissent de façon insolente sur le dos de leur peuple »

C'est vrai mais c’est une « transition » vers un autre style de gouvernement qui va durer encore bien des années. Gorbatchev avait donné le coup d’envoi après l’accident de Tchernobyl (la « perestroïka ») pour rebâtir sur les ruines du communisme. Poutine le fait à sa façon et celui qui lui succèdera le fera à la sienne. Quant à la corruption, hélas oui, mais c’est une denrée largement partagée… jusqu’à chez nous !

« Et maintenant, vous nous dites que ce sont ses opposants qui ont tort : il essaierait de moderniser son pays, et ce sont les Occidentaux qui l'en empêcheraient ! (par quel moyen, grands dieux ?) Vous ne seriez pas en train de nous moquer de nous, par hasard ? »

Je ne dis pas exactement ça, je dis que tout ce qui peut mettre la Russie au fond du trou est applaudi avec force par ceux qui sont nostalgiques de la guerre froide.
Les punitions commerciales des Occidentaux en sont bien une des preuves

« Vous me rappelez furieusement Tomas »

Tout mais pas cette insulte !

« Et au fait, je viens seulement de m'en apercevoir : avec un pseudonyme pareil, vous ne seriez pas d'origine russe ? »

Pas du tout et quand bien même, je n’aurais pas été vexé de vos remarques qui sont à cataloguer dans le « prêt-à-penser » sur la Russie.

En fait vos propos sont banals et décevants car je me réjouis souvent de la teneur de vos posts frappés au coin du bon sens.

Robert Marchenoir

@ caroff | 16 décembre 2020 à 15:52
"D'où la réussite russe dans tous les arts (musique, danse, cinéma, littérature et même architecture)."

Euh... vous auriez des noms ? Parce que ça aussi, on peut en discuter, si vous voulez. En réalité, si l'on se penche sur la fameuse "culture russe" (c'est à dire, comme je l'ai mentionné, la littérature, la musique classique et les beaux-arts), ce qui frappe, en dehors de la quantité vraiment faible, surtout si on la rapporte à la population, c'est la qualité médiocre de l'ensemble, comparé à l'équivalent européen.

Seule la littérature se distingue, et encore.

La musique ? Du crin-crin moderniste et prétentieux de basse qualité, pour l'essentiel.
Le ballet, si vous voulez... Il n'y a que chez les interprètes que l'on touche à la qualité de niveau mondial.

La peinture ? La sculpture ? Des artistes de troisième rang.

L'architecture ? C'est une plaisanterie ? Pour l'ancien, c'est du pastiche. Et pour le moderne... vous pensez à ça ?

Quant au cinéma, rien qui se compare à la production française, italienne ou américaine.

Voyons la religion, maintenant. Un culte rendu à la beauté ? Je vous concède la beauté des chants, comparés à la liturgie catholique actuelle. Je dis bien actuelle. Parce que sinon, un seul nom, hein : Jean-Sébastien Bach. Et c'est sans compter avec tout le reste de la musique religieuse créée par les compositeurs européens.

Je serais curieux que vous nous expliquiez quelle beauté se trouve chez ces hiérarques de l'Église orthodoxe russe qui roulent en limousine de luxe, s'affichent avec des montres de footballeurs, font du trafic de cigarettes, se livrent au proxénétisme ou déclarent en public qu'il faut bien, de temps à autre, tuer quelques opposants politiques.

En fait, si vous pouviez nous expliquer ce qu'il y a de simplement chrétien dans l'Église russe actuelle, ce ne serait pas superflu.

Quelle beauté se trouve dans la monstrueuse église des forces armées qui a été inaugurée cette année à Moscou ? C'est obscène, aussi bien sur le plan de l'esthétique que sur le plan de la foi.

"Les 'Occidentaux' s'intéressent au contenu, les Russes au contenant parce que la jouissance du beau n'est pas pour eux un péché, ce en quoi ils rejoignent les Grecs classiques."

Mais qu'est-ce que c'est que ces sottises ? La jouissance du beau est un péché pour les Occidentaux ? D'où sortez-vous d'aussi pompeuses absurdités ?

"Quant à Poutine, comment ne pas voir qu'il veut résolument moderniser et donc occidentaliser son pays (comme Pierre le Grand)..."

Mais comment pouvez-vous sortir un mensonge aussi énorme ? Pouvez-vous nous présenter un seul fait à l'appui de cette assertion ridicule ? C'est exactement le contraire qui se passe en Russie.

Pendant que Vladimir Poutine, personnellement, et l'oligarchie qui le maintient au pouvoir, s'enrichissent de façon insolente sur le dos de leur peuple, les Russes ont les toilettes à l'extérieur, les tuyaux du chauffage public explosent tous les ans, les gens ne peuvent plus aller voir le médecin parce que les lignes de train ont été supprimées et qu'il n'y a pas de routes, les cancéreux se suicident à l'explosif parce que les hôpitaux ne délivrent pas d'anti-douleur, les respirateurs anti-Covid prennent feu et tuent les malades...

Et tenez, tout récemment : le seul truc qui marche à peu près en Russie, l'armée et la police -- enfin, qui est censé marcher...

Le FSB, le glorieux héritier du KGB, la police politique que Poutine a dirigée, et dont il vante la filiation avec l'une des plus grandes organisations criminelles de tous les temps, la Tchéka...

On vient d'apprendre que c'est le FSB qui a organisé la tentative d'assassinat d'Alexeï Navalny au Novichok... Et comment le sait-on ? Parce que les journalistes occidentaux ont été capables d'identifier la liste complète des espions et des généraux du FSB impliqués dans l'affaire... leurs noms, leurs adresses... ils ont retracé leurs itinéraires sur des années, à l'heure près... leurs billets d'avion, leurs numéros de téléphone, les coups de fil qu'ils échangeaient à la poursuite de Navalny, la localisation de leurs téléphones mobiles...

Ces gens-là sont les espions du redoutable KGB, c'est la même taule, seul le nom a changé... et ce sont eux qui se font espionner par de vulgaires journalistes du Spiegel, de CNN et de l'Insider... aidés par d'encore plus vulgaires... blogueurs... en fait, des amateurs uniquement dotés d'un ordinateur, d'une connexion Internet et d'un cerveau en état de marche : le collectif de journalistes citoyens Bellingcat...

Et ce sont ces civils occidentaux qui ont mis complètement à poil l'un des services d'espionnage les plus puissants du monde... dévoilant les moindres détails d'une opération ultra-secrète... ordonnée par Vladimir Poutine lui-même... et non seulement spectaculairement ratée, mais ratée dans l'humiliation la plus complète de Poutine... avec lequel Navalny nettoie le plancher dans sa dernière vidéo...

Comment est-ce possible ? Comment de simples civils étrangers ont-il pu faire sauter toutes les couvertures d'une équipe d'espions en principe aguerris ? Simplement en fouillant sur Internet et en dépensant quelques centaines d'euros ?

Parce que Vladimir Poutine, loin de "moderniser et d'occidentaliser" son pays, l'a plongé dans un état de délabrement et de corruption tel, que les données les plus confidentielles de tout un chacun sont à vendre sur le marché noir, y compris celles des espions du FSB...

Et que ces derniers sont de tels branquignols, qu'ils allument leur téléphone portable à l'instant le plus critique d'une mission hautement sensible d'assassinat d'État, permettant ainsi leur localisation...

Quelques années après que deux autres branquignols du GRU, l'espionnage militaire, se sont fait mettre à poil d'une façon similaire par d'autres journalistes occidentaux et le même Bellingcat... après avoir tenté (sans succès !) d'assassiner au Novichok les Skripal en Angleterre... à tel point qu'ils ont dû se plier à une interview bidon à la patronne de RT... où ils ont prétendu être allés faire du tourisme à Salisbury... ils sont venus de Moscou pour admirer la flèche de la cathédrale de Salisbury... prends-nous pour des imbéciles...

Ils ont même dû, humiliation suprême, suggérer qu'ils étaient un couple homosexuel en vacances (à 8 mn 27 s, sur la vidéo, puis à 16 mn 10 s à nouveau)... pour des gros poilus du GRU... des assassins professionnels... en Russie, où le "LGBT-bashing" est un sport d'État... regardez-moi la tronche de ces pieds nickelés... on dirait qu'ils se sont assis sur leur baïonnette...

"Quant à Poutine, comment ne pas voir qu'il veut résolument moderniser et donc occidentaliser son pays (comme Pierre le Grand) mais ça ne plaît pas à tout le monde en Occident, loin de là."

Donc tout à l'heure, vous suggériez que vous étiez opposé à Poutine :

"Et Poutine joue dans ce concert un jeu qui peut vous déplaire - il ne me plaît pas plus que ça [...]"

Et maintenant, vous nous dites que ce sont ses opposants qui ont tort : il essaierait de moderniser son pays, et ce sont les Occidentaux qui l'en empêcheraient ! (par quel moyen, grands dieux ?) Vous ne seriez pas en train de nous moquer de nous, par hasard ?

Vous me rappelez furieusement Tomas, qui un coup n'est ni pour ni contre l'immigration, un coup est contre, et l'autre coup est pour. En tous cas, ce qui est sûr, c'est qu'il tombe sur le râble de ceux qui sont contre ! Mais c'est un hasard ! il n'en a rien à faire, en fait ! c'est juste pour causer et donner du boulot à Pascale Bilger !

Et au fait, je viens seulement de m'en apercevoir : avec un pseudonyme pareil, vous ne seriez pas d'origine russe ?

Si c'est le cas, j'aime mieux vous prévenir tout de suite : je ne tiens aucun compte des susceptibilités personnelles. Pas plus que le mari noir de Mary Preud'homme, ou l'épouse noire de Patrice Charoulet, ne rentrent en ligne de compte lorsque je discute des questions raciales.

Maintenant qu'on en parle, votre discours totalement irrationnel sur le sujet russe ne s'explique guère autrement...

"En réalité, les Russes sont largement responsables de l'incompréhension qu'ils génèrent à l' 'Ouest': ils n'ont jamais cherché à plaire à qui que ce soit, et dès lors ils laissent dire en persévérant dans l'être..."

Toutafé. Ils cultivent leur beauté intérieure. Un peu comme Nafissatou Diallo...

Wilfrid Druais

@ caroff
"Les "Occidentaux" s'intéressent au contenu, les Russes au contenant"

C'est pas faux.
"ZAZDOROVIA !"... Hips !... ou "Cé 300 zouros si toi vouloir moi tout faire toi" et souvent les deux, tout dépend des circonstances et de qui est occidental et qui est russe dans la "discussion".

Tomas

@ caroff
"L'actrice Macha Méril (princesse Gagarine) dans une émission récente sur la Cinq consacrée aux "Russes blancs" donnait, assise sur la tombe familiale à Sainte-Geneviève-des-Bois, une définition du christianisme russe qui m'a paru très juste: la liturgie n'est pas un culte rendu à Dieu, mais un culte rendu à la beauté (Dieu en étant l'auteur)."

Fichtre, je suis impressionné. Macha Méril parlant de religion orthodoxe, vous vous documentez aux meilleures sources...

caroff

@ Robert Marchenoir 7h44
"La religion orthodoxe est une religion orientale, surtout telle qu'elle est pratiquée en Russie, où sa nature temporelle est exacerbée."

L'actrice Macha Méril (princesse Gagarine) dans une émission récente sur la Cinq consacrée aux "Russes blancs" donnait, assise sur la tombe familiale à Sainte-Geneviève-des-Bois, une définition du christianisme russe qui m'a paru très juste: la liturgie n'est pas un culte rendu à Dieu, mais un culte rendu à la beauté (Dieu en étant l'auteur).
D'où la réussite russe dans tous les arts ( musique, danse, cinéma, littérature et même architecture).

Les "Occidentaux" s'intéressent au contenu, les Russes au contenant parce que la jouissance du beau n'est pas pour eux un péché, ce en quoi ils rejoignent les Grecs classiques.

Quant à Poutine, comment ne pas voir qu'il veut résolument moderniser et donc occidentaliser son pays (comme Pierre le Grand) mais ça ne plaît pas à tout le monde en Occident, loin de là.
En réalité, les Russes sont largement responsables de l'incompréhension qu'ils génèrent à l'"Ouest": ils n'ont jamais cherché à plaire à qui que ce soit, et dès lors ils laissent dire en persévérant dans l'être...

Herman Kerhost

@ Savonarole | 14 décembre 2020 à 14:38
"Imaginez-vous Herman de Quimper ou Ninive balbutier deux mots sur le Ruskoff de Bernard Pivot ?"

Ha ha ! Mais qu'il est bête... N'importe qui pourrait balbutier deux mots sur le "Ruskoff de Bernard Pivot" (??), et ce, sans avoir jamais lu une ligne de "L'Archipel...". Il est même fort possible que ceux qui en parlent le plus n'aient jamais lu une ligne de quoi que ce soit publiée par Soljenitsyne (rien qu'en écrivant ce nom Savonarole doit se sentir supérieur...). Vous savez, la confiture qu'on étale, etc.

Robert Marchenoir

@ caroff | 15 décembre 2020 à 09:27
"Il me semble que vous confondez civilisation et géopolitique."

Pas du tout. C'est vous qui confondez. C'est vous qui établissez un lien causal erroné entre "les Russes sont de civilisation occidentale" (c'est faux), donc il est regrettable que les élites occidentales "détestent" la Russie (ce qui est faux encore, et qui relève de la géopolitique).

"Dans les relations internationales il n'y a pas d'amis mais juste des intérêts."

Justement. Notre intérêt n'est pas de considérer le régime russe comme un ami.

C'est vous qui disiez que les élites occidentales "détestaient" la Russie. Détester est un terme affectif. Il sépare les amis des ennemis. Celles des élites occidentales qui "détestent" la Russie (et qui sont loin d'être les seules, comme je viens de le montrer) ont d'excellentes raisons pour ce faire. Ce sont des raisons géopolitiques.

Et ce sont ces raisons qui ne sont jamais discutées par l'idéologie poutino-complaisante, en vigueur au sein d'une certaine droite occidentale.

"Poutine joue dans ce concert un jeu qui peut vous déplaire - il ne me plaît pas plus que ça - mais qui correspond à l'idée qu'il se fait de la place de son pays dans le monde."

Je me demande bien ce que veut dire cette phrase, en dehors de "l'eau ça mouille", "quand c'est bleu c'est pas jaune", et ainsi de suite. Qu'essayez-vous de démontrer ?

"Pour le reste, les Russes sont culturellement des Occidentaux (religion, littérature, arts...)."

Cela, c'est le mensonge civilisationnel sur lequel s'appuie la propagande russe pour nous convaincre de nous aligner sur ses intérêts géopolitiques à elle, au lieu de défendre les nôtres.

S'il y a une chose sur laquelle la totalité des Russes sont d'accord (pour ne pas parler de la totalité des historiens dans le monde), c'est, au contraire, que l'identité russe est caractérisée par sa double nature, européenne et asiatique.

Au-delà de ce point incontestable, chacun peut discuter à perte de vue sur le détail de cette identité hybride, et les conséquences à en tirer en matière diplomatique, pour la Russie comme pour le reste du monde.

Mais il n'est pas sérieux de la nier. Vous avez vu la tronche de l'inamovible ministre de la Défense, Serguei Shoigou ?

La religion orthodoxe est une religion orientale, surtout telle qu'elle est pratiquée en Russie, où sa nature temporelle est exacerbée.

Quant à ce que la propagande russe appelle la "culture", cela recouvre exclusivement ce que les Européens appellent l'art : les tableaux qu'ils vont voir dans les musées, les œuvres qu'ils vont entendre à l'opéra et les livres qu'ils peuvent consulter dans les bibliothèques.

Et effectivement, ces artistes sont d'inspiration largement (mais pas uniquement) occidentale.

Ce qu'oublie de dire la propagande russe, c'est que ces artistes sont en très petit nombre, que leur production a été très limitée, et qu'elle est marquée par un tropisme anti-russe peut-être unique dans l'histoire des relations entre les artistes et leur peuple.

Prétendre, comme le fait la diplomatie russe, que nous devrions reconnaître l'annexion de la Crimée en raison de l'existence de Pouchkine, c'est se moquer du monde.

Si l'on va par là, nous devons nous opposer avec la dernière énergie à l'annexion de la Crimée, en raison de l'existence d'Homère et de Platon. Lesquels ont eu autrement de poids, sur la civilisation occidentale, que Pouchkine.

Je rappelle à tout hasard que la Crimée a toujours été grecque, pour singer un slogan poutiniste qui fut répété jusqu'à l'écœurement.

La vraie culture d'un peuple embrasse beaucoup plus que le royaume d'un ministère de la Culture en France, et celle des Russes est, dans une large mesure, contradictoire avec celle de l'Occident.

Isabelle

@ jacques peres

De l'ironie en effet. Si cela peut vous rassurer. Je m'en voudrais de vous causer des insomnies.
Comment voulez-vous aborder ce monde comme il va, sans ironie !

Tomas

@ caroff

Il y a une différence entre décider d'adopter un modèle de gouvernement et adopter celui-ci dans les faits. La différence de développement économique, social et politique persistante, si ce n'est croissante, entre la Russie et l'Allemagne depuis le XVIIIe siècle le prouve. Un modèle de gouvernement n'a de sens que dans le pays qui l'a vu naître, partout ailleurs il faut l'adapter aux circonstances locales. La Russie n'est pas, et n'a jamais été la Prusse, un monarque n'a jamais fait un peuple ni même un Etat. C'est plutôt le contraire qui se produit, en général.

Mais allez expliquer ça à quelqu'un pour qui Eric Zemmour écrit des livres d'histoire...

—————————————————-

@ sbriglia
"Entre celui qui emploie le nous de majesté et nous fait des zonzonneries à longueur de commentaires, les névrosés de l’ego, la précieuse ridicule, les pères fouettards de pacotille, l’alcoolique obsédé sexuel et l’adolescent prépubère qui ne sait que haïr et salir, je crois que Savonarole n’a pas tort : on s’embarque sur la nef des fous en venant ici commenter..."

Heureusement que vous êtes là pour apporter un peu de médiocrité dans le lot.

---------------------------------------------------------

@ Michelle D-LEROY

Sereine et organisée, c'est peut-être beaucoup dire, mais on ne vit pas mal en France, comparé à la majorité du reste de l'humanité souffrante. Je veux bien que la période soit lourde d'angoisse et d'incertitudes, marquée par des querelles ethnico-religieuses et une polarisation politique délétère, mais la Russie des années 1900 c'était autre chose: on assassinait des ministres tous les mois ou presque, les grèves ouvrières violentes (= avec des morts) étaient permanentes, des pogroms faisaient des dizaines de morts. La France d'aujourd'hui c'est les Bisounours à Disneyland en comparaison, franchement, même si notre époque a d'autres critères.

Je comparerais plus la France d'aujourd'hui avec celle des années 30: essoufflement d'un modèle politique et fatigue de la démocratie, crise économique lancinante entretenant le mécontentement du peuple, immigrés boucs émissaires. Avec le terrorisme islamiste et les réseaux sociaux en bonus.

------------------------------------------------------

@ caroff

Poutine n'est ni occidentaliste, ni eurasien, il oscille entre les deux au gré des circonstances. Il a commencé son mandat en flirtant avec les Anglais, a continué avec les Allemands, puis quand il a vu que le filon s'épuisait il a promu l'eurasisme comme nouvelle doctrine tout en jouant une carte chinoise dont il sait qu'il ne doit pas abuser.

La Russie n'est pas un pays occidental. Les pays occidentaux, ce sont les pays de tradition religieuse catholique et protestante (définition maximaliste) qui ont connu au XIXe siècle la révolution industrielle, l'avènement du libéralisme politique et l'alphabétisation massive (définition minimaliste). Les pays orientaux, ce sont ceux de religion orthodoxes, dont le développement économique, politique et social a été nettement plus tardif. La Russie est une grande Serbie avec du gaz ou du pétrole, si vous voulez. Si tout le monde y sait lire aujourd'hui, la tradition libérale y est balbutiante, et son développement industriel a été mal conduit.

En revanche, c'est largement un pays européen. Mais occidental et européen, ça n'est pas pareil.

philabeille

Bonjour,

"Je laisse évidemment de côté l'admirable courage de nos militaires qui risquent leur vie sur des terrains d'opérations où leur présence est nécessaire et, par décence républicaine, indiscutée." (PB)

Vraiment "par décence républicaine", ou comme vous le dénoncez me semble-t-il, par un trop-plein de "politiquement correct" ? Mais aussi par ignorance largement imputable à la com officielle. Aujourd'hui, comment peut-on encore justifier notre présence au Mali après plus de 7 ans de présence dans la partie nord de ce pays ? Le Mali n'est-il pas un Etat souverain ? Ne nous reproche-t-on pas suffisamment, en ces temps difficiles, notre histoire coloniale, notre présence "néfaste" en Afrique noire ?
Cordialement.

duvent@sbriglia

@ sbriglia | 15 décembre 2020 à 06:56
« Entre celui qui emploie le nous de majesté et nous fait des zonzonneries à longueur de commentaires, les névrosés de l’ego, la précieuse ridicule, les pères fouettards de pacotille, l’alcoolique obsédé sexuel et l’adolescent prépubère qui ne sait que haïr et salir, je crois que Savonarole n’a pas tort : on s’embarque sur la nef des fous en venant ici commenter...  »

Vous n'auriez pas fait un bon huissier, dans votre PV de constat, il manque votre portrait, à moins que vous tenant en haute estime, la sagacité m'ait manqué, en ne vous reconnaissant pas, le plus fou n'est pas celui qu'on croit... Encomium Moriae !

Il est possible aussi, que sur cette nef des fous, votre présence arachnéenne attende l'aube pour délivrer ses promesses.
Il ne faut pas désespérer des fous, quelquefois ils sont les seuls à regarder la réalité en face...
Entrez dans la danse, vous accueillent les folles et fous, notes blanches, notes noires, soupirs et silences, et c'est ainsi que les hommes vivent !

caroff

@ Tomas 22h14
"Pour s'imaginer que la Russie était dirigée à la prussienne, il faut être inculte ou idiot, pour reprendre vos mots aimables."

Vous ne répondez pas à mon analyse qui est celle de tous les historiens de la Russie: "Pierre le Grand décida de prendre pour modèle de gouvernement la Prusse ; bien que sa formulation ne soit apparue que dans la seconde moitié du XIXe siècle".

Quant à "Bref, vous m'avez l'air de connaître la Russie aussi bien que l'Algérie française...", elle indique bien le délabrement de votre cerveau !

jacques peres

@ Isabelle
"mais la jeune fille est très bavarde"

Je pensais à une ironie fine, si ironie il y a, car elle ne porterait pas directement sur le comportement de Mila
mais sur l'expression elle-même.
Comme le discours indirect libre chez Flaubert qui est comme l'écho d'une réflexion du personnage, de sa bêtise.

caroff

@ Robert Marchenoir
"C'est une blague ? Poutine traîne l'Occident dans la boue à chaque fois qu'il ouvre la bouche, et toute sa machine diplomatique en fait autant."

Il me semble que vous confondez civilisation et géopolitique.
Dans les relations internationales il n'y a pas d'amis mais juste des intérêts. Et Poutine joue dans ce concert un jeu qui peut vous déplaire - il ne me plaît pas plus que ça - mais qui correspond à l'idée qu'il se fait de la place de son pays dans le monde.
Pour le reste, les Russes sont culturellement des Occidentaux (religion, littérature, arts...).

sbriglia

« Nous avons ainsi répliqué de façon catégorique à un Anommable qui débagoulait sur le Nom-de-nos-Pères :

@ Anommable | 13 décembre 2020 à 20:14
"Anommable" ! .......
Rédigé par : Henri Gibaud au MASQUE "Anommable" | 14 décembre 2020 à 00:10

Rédigé par : Henri Gibaud | 15 décembre 2020 à 01:03 »

---

Entre celui qui emploie le nous de majesté et nous fait des zonzonneries à longueur de commentaires, les névrosés de l’ego, la précieuse ridicule, les pères fouettards de pacotille, l’alcoolique obsédé sexuel et l’adolescent prépubère qui ne sait que haïr et salir, je crois que Savonarole n’a pas tort : on s’embarque sur la nef des fous en venant ici commenter...

Herman Kerhost

@ Mary Preud'homme | 15 décembre 2020 à 01:30

Ah, non, Madame Preud'homme ! Vous répondre que vous êtes stupide et folle n'est pas du tout insultant. Ça le serait si ce n'était pas vrai...

Je pourrais vous en faire la démonstration si vous le vouliez, mais permettez-moi de penser que ce serait pure perte de temps. Vous l'êtes bien trop pour pouvoir accéder à ce niveau de compréhension.

Robert Marchenoir

@ caroff | 14 décembre 2020 à 14:10
"Soit dit en passant, Poutine quant à lui est manifestement un partisan-continuateur de Pierre le Grand... c'est-à-dire un 'occidentaliste', le problème étant que si les occidentalistes russes aiment bien l'Occident, l'Occident ou tout au moins ses élites détestent la Russie..."

C'est une blague ? Poutine traîne l'Occident dans la boue à chaque fois qu'il ouvre la bouche, et toute sa machine diplomatique en fait autant. Quant à la politique intérieure russe, elle est basée sur la diabolisation de l'Occident -- quoique le truc marche de moins en moins : casser de l'Ukrainien, ça soulage un temps, mais ça ne remplit pas le frigo.

Et vous, vous gobez l'hameçon sans moufter, en répercutant cette litanie russe qui n'est guère différente de la névrose musulmane : nous sommes de pauvres victimes ; si nous vivons dans la misère, que nous avons les toilettes à l'extérieur et que nos respirateurs anti-Covid prennent feu et tuent nos malades, c'est parce que l'Occident nous en veut.

Vous demanderez aux hommes politiques de Grande-Bretagne, à ses avocats et à ses banquiers qui se gavent d'argent russe, à quel point ils détestent la Russie...

Vous en ferez autant auprès des politiciens et des hommes d'affaires en Allemagne...

Et je ne vous parle pas des Français...

C'est juste un échantillon, hein... on peut allonger la sauce avec d'innombrables pays occidentaux, et bien d'autres représentants de leurs élites...

Wilfrid Druais

"Je souligne que le manque de courage, singulier et/ou collectif, est la plaie fondamentale de notre pays, de ses pouvoirs et de sa démocratie." (PB)

C'est sûr que Mister B. en votant à chaque élection pour le favori des médias depuis au moins... ouh la la !... allez, soyons généreux et limitons-nous à Sarko, c'est déjà pas mal, ça fait quand même trois présidents, donc trois incapables, a lui par contre toujours fait preuve d'un courage qui force l'admiration... Un vrai héros de cinéma !
Sacré Monsieur Bilger.

Mary Preud'homme

@ Herman Kerhost
"Vous êtes complètement folle, Mary Preud'homme. Stupide et folle."

Vous avez donc la mémoire aussi courte que les idées. Il est vrai que vous vous contentez de recopier une infime partie des injures habituelles de votre maître Marchenoir...
Remarquez que vos attaques groupées, diffamations et autres insultes ne m'étonnent pas et ne me font ni chaud ni froid :
Oncques vilain n'aima Preud'homme !

Henri Gibaud

Sur le phénomène du "MASQUEFACE" et non du "pseudo", précisément après :
Marc GHINSBERG | 13 décembre 2020 à 00:46
et ensuite ayant constaté :
Mary Preud'homme | 13 décembre 2020 à 21:38
F68.10 | 13 décembre 2020 à 22:20
Anommable | 14 décembre 2020 à 01:58
Xavier NEBOUT | 14 décembre 2020 à 10:05
Exilé | 14 décembre 2020 à 10:37
Herman Kerhost | 14 décembre 2020 à 13:41

Nous avons ainsi répliqué de façon catégorique à un Anommable qui débagoulait sur le Nom-de-nos-Pères :

@ Anommable | 13 décembre 2020 à 20:14
"Anommable" ! vos papiers : nom, prénom, date et lieu de vagissance, domiciliation factice, confession judiciaire, ascendants, antécédents judiciaires et speakiatriques et interrogatoires en règles ... sans oublier les précédents pièges-à-c** que vous avez honorés en suffisance béate ...
Rédigé par : Henri Gibaud au MASQUE "Anommable" | 14 décembre 2020 à 00:10

in : https://www.philippebilger.com/blog/2020/12/trois-relaxes-sinon-rien-.html#comments

Ahurissant que sur ce "carrefour-de-paroles" se voulant politique, juridique, philosophique, et immodestement maître-à-penser : que le rapprochement épistémologique entre la masquitude sanitaire en somme de la "culotte-de-tête" et
la masquitude immorale en somme de "société-d'-élec-trons" n'avait pas déjà été opérée.
Nous avons l'habitude cuirassée : une fois de plus nous nous préparons à vitrioler les insultes vermineuses à venir.

Michelle D-LEROY

@ Tomas

Chacun est libre de trouver que la France d'aujourd'hui est sereine et organisée. Et sans même parler de la crise sanitaire, personnellement j'y vois une vaste pétaudière tirée à hue et à dia (pardonnez mes racines paysannes).

Et dans la Russie impériale, après 1905, il y régnait une gabegie récurrente avec des troubles sociaux et politiques. Manifestations, mutineries, attentats, agitations permanentes, etc. sans que ce pauvre Nicolas II puisse rétablir l'ordre, toujours dans une indécision latente, comme une sorte de "en même temps".
Je n'y peux rien c'est leur Histoire et je peux y voir des similitudes préfigurant des grands bouleversements faute de prises de décisions cohérentes.

Herman Kerhost

@ Mary Preud'homme | 14 décembre 2020 à 15:45
"Sachant que les insultes ne salissent que ceux qui les profèrent !"

Quelqu'un peut-il faire couler un bain pour Madame Preud'homme ?

Lodi

@ Exilé
"Sauf que cet « Occidental » qui joue à l'être supérieur en se contentant de mettre les pieds sous la table en crachant dans la soupe a tout de même bénéficié de l’énorme héritage des sociétés qui l'ont précédé et qu'il se permet de dilapider par orgueil, par haine et par bêtise..."

L'Occidental est bien le seul à ne rien dilapider de ce qui l'a précédé : l'énorme travail d'antiquaire et d'historien qui est le sien montre qu'au contraire, il a conscience d'un acquis dont il ne veut rien perdre.

Certes, il y a des maniaques de la table rase mais ils sont minoritaires... Et cela n'est pas propre à l'Occident, un empereur de Chine avait brûlé presque tous les livres avant Mao et nos propres inquisiteurs et totalitaires. Je ne vais pas faire un panorama, trop fastidieux...

Le côté je crache dans la soupe ? Pardon, mais outre le Chinois et quelques autres dont on pourrait parler ailleurs, c'était plutôt au début de l'Occident chrétien, et que je diabolise les Juifs, peuple déicide, d'un côté, païens, ce n'est pas non plus un compliment, de l'autre.
Tandis qu'à présent, pardon, l'Occidental ne veut plus diaboliser personne, il a trop vu ce que cela donnait... Par contre, il veut être capable de ne plus faire dans l'unanimité et dans le préjugé à quoi lui semble souvent se réduire les religions.

La religions, pardon, mais c'est, quand même,TRÈS SOUVENT l'unanimité et le préjugé.
Et comme pour le confirmer, il y a encore des gens pour dire qu'il faut y revenir. Même si vous ne l'aviez pas vu ailleurs, il y a des interventions en ce sens ici, l'idée d'une religion nationale, de l'homme maître spirituel de sa femme qu'il doit battre. Si j'écrivais ça, on me dirait que je caricature, mais je vous assure que je n'use que de mon pseudonyme, que ce n'est pas moi qui défends ces théories.

Pour respirer un air plus pur, dans la mesure où le véridique peut se sentir supérieur à celui qui n'est pas capable de supporter la vérité, l'Occidental peut céder à la tentation de se croire supérieur à ceux qui l'ont précédé.
Tentation vite surmontée parce qu'il y a une chose qu'on apprend à ne pas faire, enfin, on essaie, c'est l’anachronisme.
A une époque, il peut être méritoire d'écrire la Vulgate, à une autre L'origine des espèce, et l'un a amené l'autre dans la mesure où il faut apprendre à lire les textes pour lire le monde.
Mais de même qu'on corrige un texte, on corrige sa conduite, ou du moins, on essaie, et comme je vous le dis, apprendre à faire sans un certain nombre de choses est mieux que de faire avec.

Et il n'y a pas que le temps, il y a les personnes... Bon, pour un scientifique, il est méritoire de chercher de nouvelles vérités, pour un responsable religieux, il est déjà bien extraordinaire d'assimiler les anciennes vérités scientifiques, si étrangères à ses dogmes.
D'autre part, les dogmes en question, il faut savoir les émonder un peu : Aristote était défendu par l'Inquisition, il n'y a plus d'aristotélisme obligatoire ni d'Inquisition, et c'est très bien.

Si l'Eglise, croyant tellement à une vérité de foi perd la vérité des faits, elle est faite.
Mais si la science devient un dogme, aussi, ainsi certains rejettent les théories de René Girard car trop empreintes de Bible et faites par un chercheur finalement converti au catholicisme.
Je dénonce évidement ces deux hérésies jumelles, si vous me permettez l'expression.

Est-ce que je me crois au-dessus des autres pour juger ? Eh bien, tout le monde juge : c'est celui qui n'évaluerait rien qui se jugerait inférieur, tout au plus, il ne faut pas juger au sens de condamner.
J'estime condamner le péché et non le pécheur. Et pas pour que le paroissien m'invite à dîner : c'est gratuit.

Deux possibilités pour les religions : continuer à tendre à s'imposer aux dépens de la liberté, le péché mignon monothéiste ou bien aller dans le sens des Eglises anglo-saxonnes, je veux dire dans le sens de la liberté.
Ce qui n'exclut pas la ferveur... Et qui va dans le sens de l'amour de la vérité.

La vérité est vue différemment par chacun : vérité et individualisation, sortie du consensus vont forcément ensemble.
Cela n'est pas négociable.

Par contre, savoir si la religion respectueuse de la liberté peut exister durablement ?
Me basant sur le passé, je pense que non. Et je préfère nettement la liberté et la vérité à la religion.

Mais les croyants peuvent toujours respecter la liberté et la vérité : personne ne leur interdit, et surtout pas leur dogme.
Les Juifs sont supposés débattre de leurs textes depuis toujours, Jésus, un Juif, a dit cherchez et vous trouverez... Qu'ils soient donc fidèles à leurs traditions, et qu'ils cherchent, des gens sans croyance le font bien pour le pur amour de la vérité.

Comme je l'ai dit, il faut faire sans beaucoup de choses.
Et donc, faire sans se croire supérieur à nos prédécesseurs, évidemment... Il faut être en charge de leur passé, comme de l'avenir de nos enfants. Comme Énée.
Un héros que l'Occident va redécouvrir, c'est sûr, toujours plus dans ses divers passés, historiques et mémoriels, et toujours plus dans l'avenir, écologique et scientifique, terrestre et galactique.
Si du moins nous avons un avenir... En espérant que oui, l'image de la responsabilité de l'Occidental :

http://www.nv-de-voyages.com/index.php/2017/04/26/rome-centre-historique-villa-borghese/enee-fuyant-troie-bernin/

Tomas

@ caroff

Quel est le sens de votre post, hormis de tenter d'étaler votre culture ? Moi aussi je peux m'y mettre: dans la Russie tsariste du XIXe siècle, avant que n'arrive le socialisme pour mettre tout le monde d'accord, le débat politique se résumait entre des occidentalistes, libéraux ou partisans d'un empire réformé, et des slavophiles, qui étaient les conservateurs de l'époque. Bien sûr que la slavophilie n'était pas l'idéologie de l'empire russe, laquelle était l'idéologie impériale héritée en droite ligne de l'empire romain d'Orient. L'appareil du tsar penchait plus ou moins vers l'un ou l'autre en fonction des circonstances, exactement comme Poutine le fait aujourd'hui entre les "eurasistes" et les "réformateurs", lointains avatars des slavophiles et des occidentalistes.

Pour s'imaginer que la Russie était dirigée à la prussienne, il faut être inculte ou idiot, pour reprendre vos mots aimables. Et pour votre gouverne, aucun des chefs de file du mouvement slavophile n'a été inquiété sérieusement par le tsar et envoyé en Sibérie, leur amour des traditions s'accommodant parfaitement de l'idée impériale.

Je n'ai pas dit "Soljenitsyne est un slavophile", j'ai dit "sa pensée conservatrice n'a rien d'original et se rattache au courant slavophile". Ça n'est pas tout à fait pareil. Et ça ne diminue pas la valeur de ses écrits, car depuis l'Antiquité, de toutes façons, les vrais novateurs de la pensée sont assez rares.

Quant à la Russie, elle peut parfaitement entrer dans un cadre d'analyse rationnel. "Умом Россию не понять", "On ne peut comprendre la Russie", a écrit un poète célèbre (Fiodor Tiouttchev), mais on pourrait tout aussi bien dire cela de n'importe quel pays, à commencer le nôtre. Les Russes ont deux bras, deux jambes et un cerveau et se prêtent tout autant à l'étude rationnelle que les autres peuples de la terre. Que ce soit un peu le souk dans leur pays (c'est vrai que dans le nôtre règne un ordre parfait et harmonieux), c'est la règle de ce monde, pas l'exception. Vous raisonnez là en Occidental victime de ses phantasmes.

Bref, vous m'avez l'air de connaître la Russie aussi bien que l'Algérie française...

-------------------------------------------------

@ Michelle D-LEROY
"En tout état de cause, si Alexandre Soljenitsyne voyait aujourd'hui les fractures de la société française, la chienlit permanente et l'autorité de l'Etat absente, je pense qu'il comparerait cette situation à celle des années 1905-1917 en Russie"

Celle-là elle est sublime. Vous devriez vous documenter un peu plus sur l'époque...

-------------------------------------------------

@ Claude Luçon

J'admets, je suis bavard aussi. Bosseur j'en sais rien, pas à moi de le dire. Je ne me flatte pas de l'être et ça n'est pas à mes yeux une qualité forcément (ni un défaut, je vous rassure !), mais je déteste mettre les autres dans la difficulté, je suppose que c'est ça qui me sauve !

ALFRED LELEU

Un hors-sujet, dicté par l'actualité...

Zoomission.

Je ne voudrais pas plomber l’ambiance, mais 2021 pourrait bien être une année aussi claquée que 2020. Autant dire que vous n’en n’avez pas fini avec les réunions Zoom, et pas seulement avec votre vieille tante qui tient tant à vous donner les dernières nouvelles de Sultan, le Corgi que vous rêvez d’envoyer rôtir en enfer.

Chacun de nous essaye, tant bien que mal, de faire en sorte que la chose se passe le mieux possible, à savoir : soigner la connexion (surtout en émission, et si vous n’êtes pas trop confiant dans votre Wifi, optez pour le câble Ethernet), l’éclairage (de jour, placez-vous face à une fenêtre bien éclairée), le cadrage (à éviter : le PC/MAC en équilibre instable sur les genoux), le son (si vous n’êtes pas trop court en osier, mouillez-vous d’un ou deux lacsés de cent pour un micro externe USB), l’image (puisque vous voilà dans les frais, ajoutez-y donc deux ou trois raides pour une caméra externe USB qui remplacera avantageusement la Webcam arthritique de votre vieux PC).

Mais je sais bien que l’époque serait plutôt à la parcimonie, et j’en sais quelque chose : on a beau, comme mézigue, faire tourner trois moulins rue Saint-Denis et loger deux petits lots chez Pépin, une volière de la rue Blondel, ça fait des mois que je ne vois pas la couleur d’un talbin, faute de clilles à monter. Quand j’y pense ! un mec avec ma cote…

Tant que nous y sommes, n’oubliez pas de soulager votre vessie avant de commencer la réunion, ça vous évitera bien des tristesses, notamment le coïtus interruptus pour aller lancecailler aux tartisses. Et gaffe à la graille avant l'attaque : du cuisiné maison par maman et rien d’autre, une assiettée de tripoux au saindoux - kilbus de cacheté. Y’a pas plus sain. Ça vous évitera la fausse note du refile en plein milieu de la séance !

Puisqu’il est question de Zoom, nous connaissons tous la fonctionnalité permettant d’incruster un arrière-plan virtuel, histoire de masquer le chanstique dans votre chambre après votre coup de guiseau expert qui a amené madame au régal. Mais il vous est tout à fait possible de réaliser vous-même et très simplement vos propres arrière-plans virtuels. Il vous suffit pour cela de produire une image dont les dimensions sont de 1920 x 1080 pt (HD), de préférence à la résolution de 144 dpi.

Je joins à ce post trois de mes fonds qui fonctionnent plutôt bien, que je vous propose chacun sous deux formes différentes, l’une servant d’exemple avec une silhouette en place, et la second prête à être embarquée dans Zoom. Vous pouvez, si la chose vous intéresse, les télécharger ici : https://tinyurl.com/y7hpk2wh

Gi !

Michelle D-LEROY

On a eu récemment des exemples de courage avec des personnes qui l'ont payé de leur vie et là je pense à Arnaud Beltrame ou à Samuel Paty et même à la directrice de son collège qui l'a soutenu, mais on peut compter sur les doigts de la main ces gens-là. Parfois, et c'est rassurant, dans les catastrophes, comme celle de la vallée de la Vésubie, on voit encore des anonymes, des pompiers, faire l'impossible, ou des médecins, des infirmières se surpasser pour secourir, aider, guérir par altruisme et courage.

Par temps de guerre on a eu les résistants, les justes et beaucoup de personnes ordinaires qui ont oeuvré à se rebeller ou à aider les autres mais c'était avant, un temps où les hommes ne pensaient pas qu'à l'argent.

L'ambiance actuelle étant de se ranger derrière la pensée maîtresse des modernistes pour ne pas dénoter ou pour ne pas avoir d'ennuis, ne pas aller hors des sentiers battus. Or Zemmour et Onfray ont effectivement ce courage d'être régulièrement insultés pour ce qu'ils disent.
Gare à celui qui ose transgresser la pensée uniformisée. On le voit dans beaucoup de domaines.

Par exemple, tout récemment François Baroin qui ne m'apparaît pas comme un grand rebelle ni un grand courageux, a dit qu'il ne se ferait pas vacciner par manque de recul sur le vaccin. Le retour a été immédiat contre ce politique qui ne montrerait pas l'exemple.
Pourtant combien d'hommes politiques le pensent sans le dire ?

Dans le contexte de pensée unique, ce genre d'exemple étonne toujours.

Dans le milieu médical on l'a vu avec le Pr Raoult, et maintenant le Pr Caumes et autres vaccino-sceptiques.

Dans le milieu artistique on commence à voir des artistes qui sortent de la pensée convenue... et c'est tant mieux.

Le courage de penser et de donner son avis divergent.

Quant à Alexandre Soljenitsyne, quel courage il lui aura fallu pour écrire en cachette sous la dictature stalinienne, faire publier à l'étranger ses livres et garder toujours son esprit critique sur le régime communisme.
On peut même se demander pourquoi il n'a effectué que 8 ans de Goulag, quand d'autres y étaient condamnés à vie et mouraient à la tâche, dans le froid et la sous-alimentation.
Staline avait envoyé dans les Goulags de la Kolyma les prisonniers de guerre, les considérant traîtres à la patrie parce qu'ils s'étaient laisser capturer par l'ennemi plutôt que de mourir. D'autres supposés conspirateurs comme AS ont été envoyés creuser le réservoir de Rybinsk et n'en sont jamais revenus.
Heureusement que des hommes comme AS ont pu dénoncer ce qu'ils avaient vu et vécu car ce ne sont pas avec nos Sartre and Co, si admiratifs du communisme soviétique, que le rideau de fer serait tombé.

Par ailleurs, je lis qu'AS critiquait la société de consommation occidentale et cela m'a rappelé une histoire que j'ai entendue à Saint-Pétersbourg.
Un Russe m'a en effet expliqué qu'en 1970/1971, une exposition avait été organisée par le gouvernement soviétique à Moscou pour montrer la démesure et donc la folie des sociétés occidentales : photos d'appareils ménagers, des voitures modernes et des bouchons (déjà) dans Paris ou Londres, le clinquant des appartements, etc. Et les Russes avaient été encouragés à venir regarder cela pour se moquer.
Or si les Russes d'âge moyen comme AS apparemment, jugeaient ce superflu avec un certain mépris et un certain rejet de ce modèle occidental, les jeunes, eux, regardaient cela avec envie et se demandaient bien pourquoi on leur interdisait pareil confort, pareille liberté.

En tout état de cause, si AS voyait aujourd'hui les fractures de la société française, la chienlit permanente et l'autorité de l'Etat absente, je pense qu'il comparerait cette situation à celle des années 1905-1917 en Russie.

Exilé

@ Lodi
"Cependant, l'Occidental apprend à faire sans, à se passer de l'unanimisme des sociétés qui l'ont précédé."

Sauf que cet « Occidental » qui joue à l'être supérieur en se contentant de mettre les pieds sous la table en crachant dans la soupe a tout de même bénéficié de l’énorme héritage des sociétés qui l'ont précédé et qu'il se permet de dilapider par orgueil, par haine et par bêtise...

Et puis, la « laïcité » n'est-elle pas la plus fanatique des religions, à supposer qu'elles ne puissent toutes, vraies comme fausses, que porter au fanatisme ?

stephane

Gérard Houllier est mort.
Mais Gérard Houllier n'est pas Giscard.
Que d'hommages et d'éloges pour cet entraîneur.
Gérard Houllier dont l'équipe n'avait plus qu'à obtenir 1 point en 2 matchs à domicile et qui a perdu les 2 matchs.
Gérard Houllier qui a mis toute la faute sur Ginola, alors qu'il a fait un mauvais coaching, et quand on revoit le but de Kostadinov, Deschamps est très en retrait de l'action, sans compter les autres joueurs qui sont devenus champions du monde par la suite.
Une mésentente entre Marseillais et Parisiens de l'équipe et Houllier qui avait peur.
Donc hommage à Ginola qui a payé la note et qui a permis à Gérard Houllier de s'en tirer.
Houllier n'est pas un grand monsieur. Un grand monsieur ne rend pas les autres responsables de ses mauvais choix.
Mais sa fourberie aura eu du bon, elle aura été créatrice pour le football français, En ce sens, Houllier a fait beaucoup.

Paul Duret

On ne peut pas être courageux tout seul car sauf exception, cela ne sert pas à grand-chose.
Je cherche plutôt une formation politique qui serait courageuse dans ses choix et qui essayerait de s'y tenir.
Si vous en connaissez une, merci de me le faire savoir !!

Isabelle

Les Arméniens ont du courage à revendre mais personne à l'horizon pour les aider. Les lâches les ont lâchés.

L’athée Michel Onfray sentinelle de la chrétienté : sauver l’Arménie du génocide, sauver l’Europe du djihad.

https://www.bvoltaire.fr/lathee-michel-onfray-sentinelle-de-la-chretiente-sauver-larmenie-du-genocide-sauver-leurope-du-djihad/

Il est difficile de rencontrer des personnes courageuses en France mais il est très facile de trouver chaque jour des collabos de l'islamisme. Ils osent tout, y compris encager les filles dès leur plus jeune âge.

Honte au chef des collabos islamo-gauchistes, écolo à ses heures perdues, Yannick Jadot. Ce triste sire s'oppose à l'interdiction du voile pour les fillettes.

https://www.valeursactuelles.com/politique/yannick-jadot-soppose-linterdiction-du-voile-pour-les-fillettes-126614

« Le voilement des fillettes est une maltraitance qui les sexualise, leur impose une exigence et les rend inégales, indignes par rapport aux garçons » Valérie Boyer. Entièrement d'accord avec elle.

Si des personnes veulent voiler leurs fillettes, qu'elles quittent la France. Nous en avons plus que marre de ces mentalités d'un autre âge.

GERARD R.

À ceux qui dissertent sur le "courage", je répondrai que c'est un élément aussi abstrait que l'intelligence. Qu'est-ce que le courage ? Sert-il à quelque chose d'objectif ? Nos anciens combattants, qui eux doivent en connaître un rayon, à propos du courage, eux qui ont libéré l'Europe de l'envahisseur allemand. Qui, entre deux commémorations de ce courage, aurait celui de leur demander d'exprimer ce qu'ils pensent intimement, d'avoir offert leur vie, pour nos libertés ? Pour in fine, voir aujourd'hui cette foutue Europe envahie de nouveau (sans armes) par tous ces rastaquouères revendicatifs et intolérants, aidés par ceux qui se prosternent pourtant aux premiers rangs, pour honorer ces héros du passé ?

Et à ceux qui déplorent l'anonymat, qu'ils associent un peu lestement à un manque de courage, serait-ce leur faire affront de leur rappeler que l'anonymat ne déshonore que les États totalitaires, qui nous contraignent à y recourir ? Et la France en est devenu un !

Tomas

@ Xavier NEBOUT

Je suis le type même du gaucho qui a lu tout ce qui lui tombait sous la main sur l'histoire de l'Occupation, écrit par des historiens sérieux. Vous ne m'aurez pas avec cet argument absolument accessoire. Le grand-rabbin n'a dû qu'à son passage dans la clandestinité de ne pas finir à Auschwitz, comme le président du Consistoire central. Pétain était antisémite, et antisémite était Vichy. Le fait que des cadres de la Résistance l'aient été aussi ne change rien à cela. Rappelons que 85 % des Juifs de France déportés ont été arrêtés par la police française (tiens tiens, comme on les retrouve ceux-là...).

Exilé

Il n'est pas de se sentir tenu par l'obligation impérieuse et lâche, pour justifier l'absence de crachat sur le RN, de révéler qu'on ne votera jamais pour lui ou, pour avoir le droit de parler librement de Vichy, de Pétain et de l'Histoire de cette période - comme Eric Zemmour récemment - de montrer patte blanche en précisant, ce qui va de soi pour lui, qu'on n'est ni négationniste ni révisionniste. Le courage est d'oser exister sans filet de sécurité.

Félicitons sur ce point Philippe Bilger, parfois trop modeste, qui a fermement défendu sur Sud Radio la liberté d'expression d'Eric Zemmour - liberté qui est aussi la nôtre - en ayant affirmé que les accusations lancées contre lui traduisaient en réalité une manœuvre de ses adversaires « en voulant à sa peau ».

Alors que depuis plusieurs semaines on nous rebat les oreilles avec une liberté d'expression ciblée sur certaines caricatures, est-il normal qu'il ne soit plus possible d'aborder sereinement certaines questions historiques sans tomber dans la diabolisation et la chasse aux sorcières sur de mauvais prétextes, en oubliant en plus que l'histoire, en général, n'est pas une science figée et que les éléments éclairant certains points sont susceptibles d'être découverts n'importe quand ?

Mary Preud'homme

En dépit des insultes, des goujateries et des railleries de certains sur ce blog, on ne m'ôtera pas de l'esprit que ceux qui s'exposent (moins pour se montrer que pour défendre leurs idées parfois à contre-courant) sont manifestement plus courageux que ceux qui se dissimulant, n'hésitent pas à attaquer lâchement les premiers jusqu'au moindre détail.

À noter que mes remarques ne s'adressaient (et ne s'adressent) nullement aux intervenants honnêtes de ce blog, qu'ils publient d'ailleurs sous un pseudonyme ou un patronyme réel, dès lors qu'ils jouent franc jeu à armes égales et ne profitent pas lâchement du relatif anonymat d'Internet pour déverser toute leur fange complotiste, sexiste, machiste, diffamatoire, raciste et fasciste, ou démolir sournoisement, voire agonir au-delà de toute imagination, un adversaire d'idées.
Sachant que les insultes ne salissent que ceux qui les profèrent !

Savonarole

Ah ben dites donc, je me suis bien amusé !
Rien qu’avec une allumette j’ai mis le feu à la Manufacture des Armes de Saint-Étienne...
Et tout ça sans dire un mot sur Soljenitsyne. Les autres non plus d’ailleurs...
Imaginez-vous Herman de Quimper ou Ninive balbutier deux mots sur le Ruskoff de Bernard Pivot ?
Pourtant, on pourrait rappeler que six ans après Pivot, en 1975, François Mitterrand embauchait quatre ministres communistes en 1981.

Toute cette tchache sur le Goulag pour rien. Il ne faut pas oublier Jean Daniel fustigeant Soljenitsyne chez Pivot et bien d’autres séides de gauche.
Ce fut la gauche française qui fut la plus cruelle vis-à-vis du bagnard des Goulags.
Que de fois ne nous a-t-on pas vanté ici l’exquise culture d’un François Mitterrand qui était un fervent lecteur de Jacques Chardonne, collabo distingué...

https://www.ojim.fr/quand-le-monde-caviarde-le-deshonneur-du-journaliste-de-gauche/

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS