« Olivier Duhamel : ils savaient tous ? Et alors ? | Accueil | Alain Finkielkraut débat-il trop ? »

12 janvier 2021

Commentaires

boureau

À propos d'Olivier Duhamel.

"Ah, comme tu vas souffrir mon frère, de découvrir combien nos semblables sont souvent haïssables, même nos amis, même nos propres parents, je te dis. Et tu sais pourquoi ? Parce qu'ils sont lâches. Et un jour nous le paierons, car nous n'aurons pas eu le courage de nous élever, de crier contre les actes les plus abjects. Personne ne veut crier, personne ; ça emmerde les gens. En fait j'ignore si ça les emmerde ou ça les fatigue. Mais les seuls qui crient sont ceux que l'on bat...."

"Les Derniers Jours de nos pères" de Joël Dicker

Au hasard de la lecture du jour qui semble s'adapter à bien des situations de notre époque et pas uniquement la pédophilie.

Cordialement.

Savonarole

@ caroff 12:40 (@ ALFRED LELEU)
"Magnifique ! Albert Simonin est ressuscité !"

Dès que Montesquieu me tombe des mains, je m’engouffre dans Simonin.
ALFRED LELEU ressuscite le coin canaille des Français. Toute une génération comprend ce curieux sabir, dans dix ans on sera tous morts, et Tomas, seul survivant, trouvera cela absolument dégénéré.

Behenzar de Cunes

@ Serge HIREL 13 janvier 14h24
« …tous les Français prêts à se faire vacciner accepteraient que, pour en disposer dans les mêmes quantités qu’Israël, le gouvernement les paie 30 % plus cher… »

Sauf, peut-être, ceux qui estimeraient - en cas de pénurie - que les citoyens d'Israël peuvent être plus utiles pour la défense de l'Espace Civilisationnel Européen que nos compatriotes !

genau

Attention ! terrain miné. Répondre en citant tel ou tel nommément, c'est déjà opérer une classification, un rangement ménager, vite hétéroclite.
Quand meurt un bonhomme qui a fait de la musique de spectacle, génériquement, il devient une légende morte du jazz ou du rock, car avant ce regrettable événement, c'était une légende vivante, mais pas toujours, sans qu'on sache quels sont les critères d'éligibilité, d'ailleurs, le volume ou les paroles, strictement incompréhensibles sans une étude digne de Champollion. Il faut faire une émission-souvenir, tout de suite, mais je ne suis pas sûr qu'on passe ses oeuvres: entre les hurlements, les lumières tourbillonnantes, le vacarme de la batterie, à tous égards pareils à des centaines d'autres légendes vivantes ou à mourir, il n'est pas forcément utile de faire un choix programmatique.

Bon, vous l''avez compris, je n'aime pas la musique populaire actuelle, mais affronter le clan des fausses gloires, c'est aussi multiplier les recherches du Pr Nimbus.
D'emblée, on peut écarter tous les sportifs, choix potestatif comme moi pour la musique actuelle, ou les politiques ; c'est plus sérieux, ne garder que les médecins, avec les doutes d'aujourd'hui dans le combat pour l'autorité qui les oppose aux précédents. Auctoritas versus potestas. Ce n'est pas nouveau.

On peut aussi verser dans le mystique ou l'humanitaire, voire dans le crime, j'ai un grand respect pour Marie Besnard, bien meilleure qu'Isabelle Huppert.

Mahomet n'a jamais rien donné à personne, pas même sa vie, le Christ n'a jamais rien possédé, a donné sa vie. Ils ont la même gloire, l'une puisée dans la conquête et le sang, l'autre ternie par le sang versé par ses fidèles.

Mais quel substantif/adjectif faut-il adopter ? Gloire ou célèbre ? Fausse gloire suggère qu'on célèbre à tort une personne, à un titre quelconque, célèbre infère qu'une personne a acquis, par sa popularité, favorable ou non, un renom, une représentation constante dans l'imaginaire du public. Y a-t-il de fausses célébrités ? L'étymologie même ne s'y prête guère.

Plus le sujet dans lequel évolue l'impétrant est frivole, plus les critères deviennent volatils. Ainsi en est-il des médias où la diffusion importante engendre plus facilement une adhésion du public peu renseigné, mais Hitler, personnage avant tout volontaire et par ailleurs stupide, a validé ce créneau.

Non, Cher M. Bilger, vous vous êtes engagé dans un labyrinthe, dont vous n'avez heureusement emprunté que la route tracée par Ariane, balisée, suivi de près par un esclave répétant "Memento hominem esse".

Grâces vous en soient rendues.

Henri Gibaud

@ Serge HIREL | 13 janvier 2021 à 12:56

Merci, mais mmmmmmmhhhhh ?
Si ce n'est trop :
1- vous avez été avocat et ne l'êtes plus V/F
2- vous êtes retraité ou honoraire V/F
3- vous avez exercé une autre profession juridico-judiciaire V/F (option : laquelle ?)
4- vous avez exercé en média (4e pouvoir selon Zemmour) V/F
5- vous avez exercé dans la Police V/F

duvent

@ Serge HIREL | 13 janvier 2021 à 14:24 @ Achille 13 janvier 2021

« Même un QI à deux neurones - il n’y en a pas sur ce blog - s’apercevrait de votre tour de passe-passe entre masse et taux. C’est de la mauvaise foi caractérisée. »

Et si on le faisait plutôt entre masse et vitesse ??

Vous, comme Ben de Medeuzes, nous les brisez menu, menu !

Sinon, avez-vous quelque chose à nous annoncer ? Comme par exemple que tout le monde se tamponne mollement le coquillard du vaccin pour la bonne et simple raison qu'il vaut mieux mourir d'une grippe que de vivre de peu...
Il va de soi que les hommes de peu vivent heureux avec les hommes de rien !

Achille

@ Giuseppe | 13 janvier 2021 à 14:00

Mon cher Giuseppe. Il y a un dicton paysan qui dit : « C’est à la fin de la foire que l’on compte les bouses ».
Pour l’instant, l’Angleterre, malgré ses millions de vaccins avoue que la situation est hors de contrôle et elle en est déjà à son troisième confinement, pas nous.
En Allemagne Angela Merkel a dit que « le pire est à venir » et ce malgré la campagne de tests et de vaccination.

En France le gouvernement emm*rde certes tous le monde avec son couvre-feu à 18 heures (c'est le cas en Moselle) mais la situation sanitaire n’est pas plus dramatique que dans les autres pays qui vaccinent à tout berzingue.

Donc mon temps de banquette étant terminé j’y retourne !

--------------------------------------------

@ Serge HIREL | 13 janvier 2021 à 14:24

Je ne vois pas en quoi ce serait de la mauvaise foi que de dire qu’il est plus facile de maîtriser une pandémie dans un pays de 7 millions d’habitants que dans un pays de 70 millions.

Il suffit de prendre l’exemple des États-Unis (328 millions d’hab.) qui a le triste record du nombre de morts de la Covid-19 (375 000 à ce jour), ainsi que celui du nombre de contaminations journalières. Ceci malgré la campagne de vaccination intensive qui a été mis en place.

Plus un pays est grand avec une population importante, plus la situation pose problème.
Concernant la Chine et d’autre pays du S-E asiatique, il est difficile de se prononcer vu que les chiffres en provenance de ces pays sont fortement sujets à caution.

ALFRED LELEU

@ breizmabro 11:43

Ah, Fredo Bertosa ? en lien bleu ? Comme ça ?
:)) J'espère qu'il vous intéressera. Je n'en suis que le très modeste co-auteur :))

Serge HIREL

@ Achille 13 janvier 2021 à
« Il faut comparer ce qui est comparable »

Et si Paris était plus petit, on le mettrait en bouteille… À trop vouloir fortifier le rempart autour du temple de Jupiter, on prend le risque qu’il s’écroule… Même un QI à deux neurones - il n’y en a pas sur ce blog - s’apercevrait de votre tour de passe-passe entre masse et taux. C’est de la mauvaise foi caractérisée.
Quant au prix payé pour les vaccins, inutile de vous dire que tous les Français prêts à se faire vacciner accepteraient que, pour en disposer dans les mêmes quantités qu’Israël, le gouvernement les paie 30 % plus cher que le prix négocié avec les labos par l’Union européenne. Utiliser le terme « prix normal » est abusif.

Enfin, pour votre info sur le fiasco de la vaccination contre la grippe H1N1, voici le lien qui vous permettra de lire le rapport de la Cour des comptes à ce sujet. Contentez-vous du sommaire et de la synthèse. Dans le vocabulaire très diplomatique des sages de la rue Cambon, Roselyne y est étrillée… comme elle le sera pour sa gestion catastrophique des conséquences mortifères de la pandémie sur le monde de la culture.

https://www.ccomptes.fr/sites/default/files/EzPublish/59342_grippe_A_H1N1.pdf

700 millions d’euros pour 5 millions de vaccinés (8,5 % de la population, et non 20 %), 18 millions de doses de vaccin perdus… Véran battra-t-il le record de Bachelot ?

Giuseppe

@ Achille | 13 janvier 2021 à 10:10

Je ne peux pas vous suivre dans l'argumentation, mais pas du tout, carton jaune de l'arbitre que je ne suis pas, mais qui côtoie encore celui qui a été recruté par Monsieur Rugby, il hoche la tête d'un signe d'assentiment :

"Israël a une population de 7 millions d’habitants
La France en a dix fois plus.
À population égale, Israël en serait donc à 2,1 % de personnes vaccinées. Certes c’est dix fois plus que la France mais n’oublions pas qu’Israël pour obtenir ses vaccins les a payés 30 % au-dessus du prix normal. "

A fortiori, nous sommes les plus nombreux, les plus puissants, 5e ou 6e puissance du monde, et nous ne serions pas capables de réaliser ce que l'Allemagne, l'Italie, l'Angleterre ont mis en place ? Sans compter tous ceux qui sont devant en Europe et pas des mieux classés en PIB, d'autres devant nous et pourtant inexistants en termes de PIB !

Allons, allons... 30 %... Que sont 30 % quand on a l'honneur perdu (Fleur d'épine, fleur de rose...), quand on se targue d'être les plus beaux, les plus forts, les meilleurs et toutes les salades qui vont avec, tous les gaspillages incommensurables de partout, une stratégie de pays en voie de développement, lesquels au passage font mieux que nous.

"Par ailleurs les Israéliens n'ont jamais manifesté la moindre réticence à la vaccination, ce qui n'est pas le cas des Français, ainsi qu'on a pu le voir en 2009 avec le vaccin contre la grippe H1N1 où 20% de gens seulement se sont fait vacciner et où des millions de doses..."

Ne pas tout confondre ; H1N1 et ce qui va avec n'avait pas le caractère de propagation et de létalité identique.
Les Français sont à 40 % volontaires, eh bien que l'on envoie la sauce ! Le problème c'est que rien n'est prêt pour occuper le terrain, rien de rien, pas un centre digne de vaccination de masse, pas de facilité d'accès pour ces 40 % qui représentent quelques millions.

On ne peut pas justifier l'injustifiable, la Débâcle.

H1N1 avait été donc mal évalué, il n'y a jamais eu cette mobilisation mondiale à une telle intensité.
Je rappelle ici quelques souvenirs, nous avions été prévenus discrètement et nous étions équipés de masques FFP1, à ma connaissance aucun cas sur l'ensemble des zones de construction ni parmi mes collègues.
Aujourd'hui cinq d'entre eux ont été contaminés parmi les plus jeunes.
Les masques restants m'ont permis de tondre mon terrain, étant sensible aux graminés.
H1N1 était bien une grippe mal évaluée.

Les chiffres sont féroces contre nos élites :

https://i.goopics.net/4JmKb.png

La demande de vaccination ne cesse d'augmenter, elle dépasserait les 50 %, le fait est que nous ne sommes toujours pas prêts et que nous sommes à des années-lumière d'avoir avalé les 1 046 000 doses, alors que nous sommes dans la phase la plus simple et ce n'est pas le vaccin qui arrive, plus abordable d'application, qui va changer la donne, nous ne sommes toujours pas prêts.

Achille, pour gagner il suffit simplement d'y croire, une volonté de fer, aucun obstacle et mauvaises excuses n'entravent nos voisins, ils se sont organisés, ont mis le paquet :

https://i.goopics.net/5r4Pb.png

Bon, votre temps de banquette carton jaune vient de se terminer, et mon voisin qui a vaincu la grande équipe de Raoul Barrière, approuve :

https://i.goopics.net/bDAEg.png

Qu'on se mette au boulot et de se retrousser les manches... L'arbitre nous fait signe que vous pouvez renter sur le terrain à nouveau, le coach nous surveille.

Serge HIREL

@ Henri Gibaud 13 janvier 2021 à 10:04

J’ai commis une ellipse peut-être un peu trop large… Je voulais expliquer en quelques mots que, pour donner un exemple de l’influence des médias sur la fabrication des célébrités, n’étant pas avocat, je préférais choisir de citer le cas de Dupond-Moretti, ceci afin d’éviter un manque de confraternité envers des membres « célèbres » de la profession que j’ai exercée.

Exilé

@ vamonos
« Les Anges de la téléréalité ont encore frappé. Dans un restaurant de Saint-Denis de La Réunion... »

https://www.lefigaro.fr/faits-divers/la-reunion-les-anges-de-la-telerealite-interpelles-apres-une-altercation-ont-ete-remis-en-liberte-20210111

« «À La Réunion, il n'y a pas au quotidien d'hostilité envers les métropolitains - appelés les 'zoreilles' - comme cela peut être le cas dans d'autres territoires ultramarins», continue le procureur de Saint-Denis. »

Quels sont donc ces autres territoires ultramarins dans lesquels le racisme n'est pas poursuivi, M. le Procureur ?
Comment se fait-il que personne n'ait encore soulevé la question ?

Patrice Charoulet

@ Achille 13 janv. 13h10

Monsieur,

J'ai comparé une lanterne rouge à un champion du monde. Libre à vous de plaider pour la lanterne rouge.

caroff

@ breizmabro 11h43
"Bref, sans liens bleu ciel prouvant que ce que vous dites est vrai, votre commentaire est disqualifié. :D"

Un peu d'humour ici c'est tellement rare.

-------------------------------------------

@ ALFRED LELEU 19h01

Magnifique ! Albert Simonin est ressuscité !

F68.10

@ breizmabro (@ ALFRED LELEU)
"Je regrette qu'il n'y ait aucun petit lien bleu ciel pour justifier vos accusations."

C'est ça... ben voyons. Moquez-vous du monde.

breizmabro

@ ALFRED LELEU 12 janvier 19:01

Je regrette qu'il n'y ait aucun petit lien bleu ciel pour justifier vos accusations.

Ainsi vous soutenez que Fredo Bertosa avait comme pseudo Saphi, sans en apporter la preuve.
De même pour Louarsab Gamsakhourdia‎ qui "serait" un vrai sournois traitant les nuisibles au razif.
Ou que Fredo était grêlé...

Bref, sans liens bleu ciel prouvant que ce que vous dites est vrai, votre commentaire est disqualifié. :D

Giuseppe

Petite digression sur les anciennes gloires qui ont gouverné, Sarko pas plus beau que les autres et "Quand Cécilia Sarkozy jouait à la petite Penelope Fillon" (Le Canard enchaîné, 13/01/2020), que du minable, que du minuscule, que du rat qui ronge un bout de fromage.
Dieu que nous sommes minables - pas tous - de vouloir encore défendre pour certains ces voraces, comme s'ils avaient besoin de ce pécule pour vivre.
Racler, aspirer, sucer les os jusqu'à la moelle, est-ce bien honorable, ancien Président et ancienne représentante affichée de la Nation.

Quelle honte ! Il paraît que ce n'est pas grand-chose, alors qu'on verse le même montant à tous les Français, qu'elle soit poursuivie, même si c'était légal à l'époque, juste pour l'éthique, l'égalité pour tous.

Rémunérée pour rien, mais pas de rien, j'imagine tous les abus, les excès de cette caste qui nous crache sans arrêt à la figure, qui se permettait toutes les prédations et qui subsistent encore chez certains.
Honte à eux, au regard de la loi Sarko sera sans doute condamné, mais je trouve cent fois plus grave ces turpitudes empreintes d'une mesquinerie qui ne les honore pas, je pense aussi qu'il a reçu la Légion d'honneur, comme Pierre Curie avait raison !

Tous pourris... Que ça fait du bien de le dire, pour une misère à plus de 30 000 €, et de nous donner sans cesse des leçons de vertu.
Je comprends que les plus lumineux refusent aujourd'hui "une cordelette", sans doute ne veulent-ils pas avoir à côtoyer dans une liste, d'improbables mesquins.

Achille

@ Patrice Charoulet | 12 janvier 2021 à 20:29
« À ce jour, 21 % de la population ont été vaccinés en Israël.
À ce jour, 0,2 % de la population ont été vaccinés en France. »

Il faut comparer ce qui est comparable.
Israël a une population de 7 millions d’habitants
La France en a dix fois plus.
À population égale, Israël en serait donc à 2,1 % de personnes vaccinées. Certes c’est dix fois plus que la France mais n’oublions pas qu’Israël pour obtenir ses vaccins les a payés 30 % au-dessus du prix normal.

Par ailleurs les Israéliens n'ont jamais manifesté la moindre réticence à la vaccination, ce qui n'est pas le cas des Français, ainsi qu'on a pu le voir en 2009 avec le vaccin contre la grippe H1N1 où 20% de gens seulement se sont fait vacciner et où des millions de doses de vaccins ont donc fini à la poubelle.

En France il y a un gros problème de pédagogie à mettre en place, pas seulement des centres de vaccination.

--------------------------------------------------------

@ Michel Deluré | 13 janvier 2021 à 08:59
« D'accord avec vous mais le problème c'est que ce ne sont pas toujours les vraies gloires, célébrités ou renommées qui sont reconnues mais plutôt celles qui sont préfabriquées. Nous sommes dans une société où malheureusement le mérite, le vrai, d'un naturel souvent discret, n'est pas forcément cette vertu cardinale que l'on offre en exemple et que l'on met en valeur. »

Les gloires et célébrités "préfabriquées" ne durent jamais bien longtemps. Ce sont généralement des étoiles filantes dans le monde du showbiz, du cinéma, des arts et surtout de la politique.
Qui se souvient encore de Paul-Loup Sulitzer dont les livres se vendaient comme des petits pains dans les années 80 ? (Je les ai tous lus.)
Combien de chanteurs ont disparu des hit-parades après le succès fugitif d’une seule chanson ?
Et je ne parle même pas des personnalités politiques. Les cas les plus révélateurs se trouvent à n’en pas douter chez les Verts : Eva Joly, J-V Placé, Cécile Duflot et les quelques autres. Pftt, disparus du paysage politique.

En fait les vraies gloires sont souvent post mortem. C'est notamment le cas des peintres dont beaucoup sont morts dans la misère.

Henri Gibaud

@ Serge HIREL | 12 janvier 2021 à 14:42
"...tous irrités par la gloire de certains confrères qui ne méritent pas le pavois, et frustrés de rester muets par confraternité. Pour éviter d’en manquer, n’étant pas avocat… Dupond-Moretti : il ne serait pas ministre si sa façon d’être dans les prétoires n’avait pas entraîné l’engouement des médias"

S'il vous plaît qui visez-vous par "n'étant pas avocat" ? Dupond-Moretti par dérision sous anti-phrase ? Vous-même de façon tarabiscotée et en contradiction avec l'impression laissée par la phrase précédente ? Il me semble que "en manquer" est relatif à la "confraternité", mais mon intelligence étant fort limitée, je sollicite votre condescendance pour me reformuler, encore s'il vous plaît et merci.

Je répondrai ensuite à votre "Serge HIREL | 12 janvier 2021 à 10:52" dans le déroulé précédent.

Michel Deluré

@ Achille 12/01 06:49
« La gloire, la célébrité, la renommée, ça se mérite. »

D'accord avec vous mais le problème c'est que ce ne sont pas toujours les vraies gloires, célébrités ou renommées qui sont reconnues mais plutôt celles qui sont préfabriquées.

Nous sommes dans une société où malheureusement le mérite, le vrai, d'un naturel souvent discret, n'est pas forcément cette vertu cardinale que l'on offre en exemple et que l'on met en valeur.

XAVIER NEBOUT

La vraie gloire est celle qui brille à l'intérieur, et la fausse, seulement à l'extérieur.

Robert Marchenoir

@ ALFRED LELEU | 12 janvier 2021 à 19:01

Hahaha, le tricheur... il nous fait un seul paragraphe, en ne passant jamais à la ligne...

A part ça, votre numéro de virtuosité, toujours aussi plaisant, aurait été plus facile à lire si vous aviez retrouvé la touche Entrée de votre clavier...

breizmabro

@ ALFRED LELEU 12 janvier 19:01

Moi qui ai bien fréquenté la table de Pépin Vidal, je confirme qu'yavait des fausses gloires aux tables d'à côté :D

Patrice Charoulet

CORONAVIRUS – VACCIN

À ce jour, 21 % de la population ont été vaccinés en Israël.

À ce jour, 0,2 % de la population ont été vaccinés en France.

vamonos

Les Anges de la téléréalité ont encore frappé. Dans un restaurant de Saint-Denis de La Réunion, à peine débarqués de l'aéroport, ils ont réussi à faire parler d'eux. Ils ont frappé un convive et sa femme, les enfants ont été traumatisés. Ivres de fureur mal placée, ils ont créé l'événement. Sauf que la victime était le maire de Saint-André. Un notable respecté, le patriarche d'une famille aimée de ses concitoyens. La Justice a été saisie, une pétition a été diligentée, les Anges de la téléréalité ont préféré repartir en métropole sans avoir pu tourner une suite à leur célèbre série de l'année dernière intitulée : "Les Marseillais contre le reste du monde".

La gloire éphémère, l'argent poisseux, vite gagné, encore plus vite dépensé, les décors ensoleillés, sont autant de marqueurs d'une conduite héroïque vite oubliée.

Lodi

@ Claude Luçon

La vraie gloire est celle qui traverse les siècles. Plus c'est ancien, plus c'est garanti !
Et il y a des gloires anonymes, si je peux me permettre l'expression : personne n'a surpassé et peu ont égalé les peintres de la Préhistoire. Ce qui rééquilibrerait un peu la parité dans l'Histoire de l'art :

https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/homme-peintures-prehistoriques-ont-elles-ete-realisees-femmes-19784/

Bien sûr, tout créateur est affamé de gloire, espérant qu'elle commence si possible de son vivant.
D'autant plus, j'imagine, quand il refuse la mort ! Mais je ne sais pas ce qu'en pensait Canetti dont je suis en train de lire "Le livre contre la mort".

http://www.lacauselitteraire.fr/le-livre-contre-la-mort-elias-canetti

Je lis à petites doses, je déguste... Généreux homme de lettres ! Il disait que si ses successeurs reprenaient les idées de son carnet, il n'aurait pas vécu pour rien... J'ai l'impression que personne n'a enchâssé ses trésors dans son inspiration.
Je n'en reviens pas, personne n'a semble-t-il puisé dans ce miracle littéraire... Incroyable, car ses idées sont excellentes. Et quelle concentration ! Dans une page ou une phrase de lui, il y a plus que dans un livre d'un autre et c'est autrement vif que la plupart des mots de ceux qui croient avoir de l'esprit.
Comme quelques vins, du nectar qui danse.

ALFRED LELEU

@ Philippe Bilger

Moi je dis que vous n'avez pas connu les bonnes personnes, la faute sans doute à un mauvais parcours de vie. Parce que des lames, des vraies gloires acquises au mérite, je pourrais vous en trouver des bottes : Galoust Basmidjian l’Arménouche et ses faux talbins qu'on aurait cru fraîchement extraits des coffiots de la Banque de France ; Fredo Bertosa le spahi, qui drivait comme pas deux une célèbre équipe de gagneuses - 3 moulins qu'il faisait tourner rue Saint-Denis et deux petits lots placés chez Armande trois langues dans un bouzbir de la rue Quincampoix ; Pépin Vidal qui recrutait dans les après-midis gourmands chez Rumpelmayer où les dames du meilleur monde se pressaient à sa table, rapport à son anatomie avantageuse et à son ardeur au travail à la défonceuse ; Louarsab Gamsakhourdia‎, un vrai sournois celui-là mais qui savait si bien traiter les nuisibles au razif - le petit Mozart du Solingen qu'on l'appelait, travail millimétré et toujours à vif, il te rendait ton client pelé et tout prêt à aller rejoindre à Maisons-Alfort la collection des écorchés de Fragonard ; Fredo le grêlé, Dieu himself installé dans un sulky, qui drivait "au nez" comme il disait, comprendre à l'odeur que lui envoyait son gail par l'oignon. Senteur d'aubépine c'était du Boussac et il pouvait s'autoriser toutes les excentricités comme attaquer dès l'entame de la montée du plateau de Gravelle ! Et avec ça, vous donnant sa réduction kilométrique au dixième de seconde près, sitôt franchie la ligne d'arrivée ! Non, vrai, je l'ai vu faire ! Mais j'arrête là puisque j'ai cru comprendre que vous nous demandiez de prendre exemple sur Savonarole et de faire court.

Michelle D-LEROY

"Les médias sont coupables, la plupart du temps, de cet exaspérant décalage entre les gloires qu'ils sélectionnent, parfois fausses, rarement justifiées, et la vérité des coulisses, l'objectivité des pratiques et des comportements." (PB)

Bien évidemment les médias fabriquent les célébrités et les maintiennent à coups de unes parce que c'est vendeur.

Mais les vraies célébrités, célèbres par leurs oeuvres, sont celles qui resteront pour la postérité grâce à leur talent. C'est vrai pour les artistes et les gens de télé, les écrivains, c'est vrai également pour les politiques.
Nous traversons une période où l'éphémère a remplacé le durable, et le toc à travers la pub et les belles paroles, la qualité.

Seul le temps éliminera les mauvais et gardera les talentueux de façon pérenne.

Savonarole

Un journaliste écervelé (pléonasme) demandait dans une interminable question à Clint Eastwood quel était le secret de sa réussite, « The less I talk, the best I am ». Moins je parle, meilleur je suis.

Une leçon à suivre pour les journalistes de nos lucarnes.
C’est une caractéristique du journaliste français, on a l’impression que c’est lui l’invité.

De Léa Salamé à Ruth Elkrief, en passant par Apolline de Malherbe ou Claire Chartier (récemment virée par Pascal Praud), ce ne sont que des tunnels pour poser une question. N’y voyez aucune discrimination antiféministe, mais l’accoutrement, les œillades, la gestuelle, yeux au ciel pour Apolline (elle vit frénétiquement sa question, on croirait voir Jeanne au bûcher), écarquillement de ses yeux bleus pour Claire Chartier, tout concourt à une danse du ventre ou aux vitrines des quartiers chauds d’Amsterdam.

Le drame absolu, c’est Claire Chazal, qui dernièrement s’est proposée comme ministre de la Culture. Comme de bien entendu elle est de gauche-caviar, pull cachemire et Louboutin aux panards, l’Île-sur-Sorgue les week-ends.
Pendant ce temps-là, Gilles Bouleau fait 7 millions d’auditeurs tous les soirs.

GERARD R.

La gloire telle qu'on la conçoit de nos jours, particulièrement dans le monde des médias, c'est ni plus ni moins que de la notoriété, parfois abusivement préfabriquée. Pas besoin d'avoir réalisé quelque chose d'extraordinaire. Une belle gueule, une élocution correcte et derrière tous les gourous manipulateurs, pour propulser la... « vedette », terme dont Jacques Brel assurait que ça ne veut rien dire. Avec en commun, pour toutes ces gloires de pacotille, de savoir rester dans le rang idéologique de la bien-pensance, sous peine d'excommunication immédiate. La précieuse oreillette aidant à prévenir tout égarement ou pire... tout « dérapage ».

Je me souviens de la toute première présentation de J-J Goldman par Michel Drucker, à une époque où je n'avais pas encore benné mon téléviseur. Le présentateur a mis le paquet sur, non pas les qualités vocales de l'artiste mais... sur son physique. Et on a compris tout de suite pourquoi, dans l'irritant play-back miauleur qui s'en est suivi. Mon Dieu, mon Dieu !

La technique du star system dont on moquait les États-Unis, venait d'être validée en France et en Europe. Ce qui a permis au public de connaître tant de gloires éphémères, aussitôt disparues et dont on nous a rappelé la... « formidable carrière » des décennies plus tard, à l'occasion de leur inopiné trépas. Quelle couillonnade, la téloche ! Je me souviens d'une sortie du célèbre présentateur Jean-Christophe Averty, qui après avoir bien vécu de la télévision, finit par la qualifier de (je cite) « boîte à merdes ». Déjà !!

Une étude déterminera-t-elle un jour les ravages spirituels que toutes ces fausses gloires ont produits sur les cerveaux faiblards d'un grand nombre de nos concitoyens, avides de paillettes et de mirages, plutôt que de méditation ? Pauvres d'eux !

Quant à Isabelle Huppert, j'ignore s'il s'agit de la plus mauvaise actrice. Si elle se considérait comme telle, je l'invite à se consoler en se comparant à une foule d'autres « gloires cinématographiques ». Je lui suggère notamment ce grand Noir au sourire Pepsodent, qui vit à Los Angeles pour mieux critiquer la France, dont il tente pourtant d'interpréter les plus prestigieux personnages. Attendant sans doute son heure de gloire, en campant - pourquoi pas ? - le rôle de... Blanche-Neige...

F68.10

@ Jérôme
"Tenez, Kouchner, vous croyez vraiment qu'on s'en souviendra dans 20 ans ? Comme père indigne peut-être. Pour le reste…"

Compte tenu qu'il a poussé la loi Kouchner de 2002 permettant d'avoir aux patients l'accès à leurs dossiers médicaux, je vous garantis que certains se souviendront de lui. En bien.

Serge HIREL

Dans le monde d’aujourd’hui, l’hyperbole est devenue la règle et l’on a tôt fait de qualifier de glorieux celui qui n’est que célèbre et même tel ou tel qui bénéficie d’une plus ou moins grande notoriété. Le héros est glorieux, pas la vedette, pas le « vu à la télé ». La gloire suppose courage, bravoure, abnégation, talent et la reconnaissance de sa stature, non seulement par ses pairs, mais aussi par la foule anonyme de ceux qui l’admirent.

Restons-en donc aux célébrités, qui sont autant de fausses gloires. La célébrité est rarement dû au hasard. C’est une conquête, programmée, planifiée, chèrement acquise, qu’il faut ensuite défendre. La célébrité a quelque chose d’une compétition. Certains l’obtiennent en respectant leurs concurrents, d’autres en jouant des coudes, en organisant l’imprévu, en se démarquant sans vergogne, le plus souvent en se créant un réseau de fausses amitiés dans les médias. Ceux-ci sont de plus en plus le seul chemin conduisant au Graal.

Le talent ? Bien sûr, le talent peut aider à gravir la pente. Mais, aujourd’hui, ce n’est plus l’élément qui fait la différence. Depuis des dizaines d’années, et encore plus depuis l’explosion des médias numériques, celui qui recherche la célébrité n’a une chance de l’obtenir qu’après avoir satisfait aux rites de la société de communication. Il faut passer chez Drucker ou Hanouna, obtenir quelques dizaines de secondes au 20h, plaire aux influenceurs, raconter ses nuits, donner via Twitter des nouvelles de sa santé… Bref, se vendre.

De telles conditions ne permettent pas le meilleur tri, d’autant que le bon peuple est lui-même soumis aux matraquages simultanés de la société de consommation, du « politiquement correct » et de la « pensée unique ». Réfléchir, faire preuve de sens critique devient un délit. Oser dire en public que Pernaut-le-célébrissime imposait aux téléspectateurs un 13h franchouillard est aussi grave que piétiner un drapeau français… Expliquer qu’il doit sa longévité à son entregent auprès de Martin Bouygues relève du crime de lèse-majesté.

L’un des pires exemples de cette décadence est le palmarès annuel des « personnalités préférées des Français », même si Jean-Jacques Goldman, admiré par notre hôte, en détient la tête. Ce sondage du JDD est totalement biaisé puisqu’il n’est pas ouvert. L’Ifop qui le réalise présente aux sondés une liste de 80 noms. 40 ont été « choisis automatiquement », explique le journal, les 40 autres par les internautes parmi un panel de 120 noms établi par la rédaction… Voilà qui s’appelle pouvoir exercer son libre arbitre…

Comme Philippe, nous sommes tous irrités par la gloire de certains confrères qui ne méritent pas le pavois, et frustrés de rester muets par confraternité. Pour éviter d’en manquer, n’étant pas avocat… Dupond-Moretti : il ne serait pas ministre si sa façon d’être dans les prétoires n’avait pas entraîné l’engouement des médias qui lui ont accordé le label « Célébrité » sur des critères qui ne sont pas ceux qui, au sein de la profession, distinguent les meilleurs.

Mais que faire, que dire pour enrayer cette machine infernale qui produit des gloires sans talent, des adulés sans raison de l’être ? La dénoncer ? C’est risquer le ridicule. S’y soumettre ? C’est se renier. Mieux vaut finalement poursuivre son chemin et, à sa vraie place, continuer à œuvrer sans lorgner sur un quelconque podium. Ne pas céder au factice, qui, de plus, peut être éphémère. La sagesse est d’éviter la célébrité et de ne placer dans la gloire que les personnes qui ont fait la preuve irréfutable qu’elles la méritent. Elles sont peu nombreuses aujourd’hui, voire inexistantes. La dernière en date : le colonel Arnaud Beltrame.

Jérôme

Bonjour Philippe,

Ne devrait-on pas dire gloriole ?
Vous savez que, je ne blague pas, il y a un peu plus d'une dizaine d'années, je suis tombé sur un collègue, jeune, mais tout de même, qui ne savait pas vraiment qui était Hitler. Pas un gars sorti du trou du c*l du monde. Un petit blanc. Propre sur lui. Ingénieur.
Alors Claire Chazal…
Tenez, Kouchner, vous croyez vraiment qu'on s'en souviendra dans 20 ans ? Comme père indigne peut-être. Pour le reste…
Je ne blâme pas celui qui cherche la lumière s'il ne l'a pas en lui. C'est beau ça dis donc, on dirait du Guy des Cars. Faut juste pas trop s'illusionner.

Un de mes bons mots favoris est d'Alphonse Allais : "Ne nous prenons au sérieux il n'y aura aucun survivant".
Ça ne veut pas dire qu'il ne faut rien faire, juste ne pas trop se pousser du coude, ou dit plus vulgairement, péter plus haut que son c*l, d'autant que pour certains, ça aurait tendance à sacrément se rapprocher des narines.
Profitons-en pour dire bon vent à ce modeste présentateur qui nous a tant fait voyager, Georges Pernoud, sympathique s'il en était.

sylvain

Gloire à Trump: pas la fausse, la vraie.

C'est le seul au monde à s'être fait bannir de tous les réseaux sociaux en une fois ! Chapeau l'artiste !

Je suis jaloux, être censuré par les fosses à purin de la propagande islamo gaucho racialiste indigéniste des GAFAM, c'est comme pour les insultes gauchistes: facho réac raciste... c'est un menu de fin gourmet.

Arriver à la cheville de Trump, autant escalader l’Everest en pantoufles.

Giuseppe

"Ainsi quand Eric Neuhoff, avec esprit, écrit que "Isabelle Huppert est la plus mauvaise actrice du monde", on devine qu'il force le trait et se plaît à jeter le trouble, un peu moins de complaisance et d'adoration dans un monde tout entier dans le ravissement !" (PB)

Il ne force pas du tout le trait, il est cinéphile ; d'autres comme moi, à l'oreille musicale, considèrent qu'elle joue faux, et elle est bien pour nous aussi "la plus mauvaise actrice du monde". Elle sonne faux comme un instrument mal accordé.

Des tas de comédiens artistes sont largement au-dessus, elle a été fabriquée, faisant passer sa rareté pour de la classe et de l'emblématique.
Elle sonne faux, dernièrement encore je me suis essayé à revoir un de ses films, insupportable ! attitudes artificielles qui sentent le parfum que l'on va chercher à la frontière italienne, l'ersatz de composition.

Je l'ai déjà écrit ici, notre hôte lui courait après pour un entretien, elle n'est rien, est à des milliers de lieues des Monica Vitti, Hanna Schygulla et tant d'autres, je suis toujours surpris de cette fabrication d'icônes qui n'en sont pas, en période de disette, un manche de pelle pourrait passer pour un katana.

boureau

"Qu'est-ce qu'une fausse gloire ?"

La notoriété médiatique simplement cher P. Bilger.

Comme la Légion d'honneur, il faut absolument détenir ce hochet sinon c'est la honte !

Quant à l'intelligence, dont vous faites souvent l'alpha et l'oméga de toutes choses, il me semble avoir lu récemment, de la part d'une gloire dont je ne me souviens pas du nom: "L'intelligence n'est rien, ce qui compte c'est l'imagination".

À chaque génération ses totems.

Cordialement.

caroff

"Les médias sont coupables, la plupart du temps, de cet exaspérant décalage entre les gloires qu'ils sélectionnent, parfois fausses, rarement justifiées, et la vérité des coulisses, l'objectivité des pratiques et des comportements" (PB)

L'étonnement est souvent grand de voir parader des personnes qui ne se sont guère singularisées dans le domaine professionnel qui nous est familier. J'imagine que notre hôte doit sursauter en découvrant magistrats et avocats qui ont leur rond de serviette dans les médias. Tous n'ont pas sa qualité de rigueur et de probité et tous n'ont pas la clairvoyance et la compétence permettant de vulgariser des concepts parfois ardus...

Dans mon secteur d'activités, j'ai des tressaillements de désespoir en entendant pérorer des gens que j'ai croisés ou lus...
À chaque fois je m'interroge sur les raisons qui ont présidé à leur invitation sur un plateau de télé. Souvent il y a une connivence entre le ou le journaliste qui sait que son "client" saura toujours répondre à ses questions, sans se démonter, même s'il ne connaît pas bien les réponses. Facilité donc pour l'interviewer !

Dans d'autres cas, l'invité est du même bord politique que l'animateur: il sera donc son porte-voix. C'est flagrant dans certaines émissions du service public de l'audiovisuel (C à vous, C Politique sur France 5) et ça l'est aussi sur des chaînes privées.
CNews qui est de plus en plus citée comme la chaîne conservatrice par opposition à BFM TV plus macronienne, n'évite pas l'écueil du micro tendu à de fausses gloires: Karim Zéribi, Jean-Claude Dassier par exemple, n'ont rien de spécial à dire, mais ils le disent...

Et que dire du domaine médical: la Covid aura apporté la démonstration qu'il y a autant de médecins que d'avis et autant de comportements bafouant le serment d'Hippocrate ("Je ne tromperai jamais leur (les patients) confiance et n’exploiterai pas le pouvoir hérité des circonstances pour forcer les consciences". "J'apporterai mon aide à mes confrères ainsi qu'à leurs familles dans l'adversité.") que d'attitudes compassionnelles estimables...

Enfin, est-il raisonnable de convier Cohn-Bendit, Ségolène Royal, Luc Ferry, Finkielkraut (petit échantillon...), qui sont les "extraits secs" de l'arrogance, de la suffisance et du n'importe quoi: de vraies fausses gloires quoi !

Claude Luçon

Le drame avec la gloire est qu'on l'accorde et la célèbre souvent après la mort de celui ou celle qui la mérite.
Le Panthéon en est la seule vraie expression !

Robert

Si je n'ai pas de commentaire détaillé à formuler, je rejoins celui de Tipaza | 12 janvier 2021 à 08:49, en appréciant particulièrement son incise sur la paraphrase.

La gloire reste toujours évanescente, même lorsqu'elle est justifiée. Le temps passe en érodant les plus hautes montagnes. Quelques fortes et rares personnalités marquent l'Histoire et leur souvenir, même contesté, traverse les décennies et les siècles.

Quant à la "gloire médiatique", en réalité la gloriole, elle n'apporte rien sauf à gonfler inutilement l'ego de ceux qui sont propulsés à l'écran. Elle est éphémère par définition et donc sans intérêt. Mais c'est pourtant elle qui sature nos médias et les réseaux sociaux où la notoriété se juge au nombre d'amis ou de suiveurs...

Les meilleurs esprits ne bénéficient que rarement des meilleurs tirages de l'édition. Mais c'est bien eux qu'il faut lire et dont il convient d'assimiler les idées.
S'en tenir aux principes, avoir le sentiment d'avoir servi sa Nation dans le sens de l'intérêt général puis disparaître en ayant laissé à quelques-uns un peu de son esprit et établi quelques profondes relations humaines : cela reste la seule satisfaction du citoyen éclairé. Le reste n'est qu'écume de la vie.

Exilé

Un Jean-Jacques Goldman durablement au faîte en est le meilleur exemple.

Hum...
Ce monsieur, qui n'est probablement pas le pire, figure si je ne m'abuse sur une liste des prétendues « personnalités préférées des Français » établie par on ne sait trop qui et sur des critères aussi arbitraires qu'inconnus...

Michel Deluré

À bien y réfléchir, il en va ainsi de la gloire comme d'un prétendu grand cru, la première pouvant être aussi fausse que le second peut être trompeur à partir du moment où notre vigilance, notre libre arbitre, sont habilement conditionnés pour que nous fassions nôtre une vérité qui n'en est pas une.

Une fausse gloire n'est autre qu'une parfaite illusion à laquelle nous céderons d'autant plus facilement que l'illusionniste sera habile.

jack

Je m'interroge toujours.
Alors qu'il y a profusion de talents à mettre en valeur, pourquoi s'obstine-t-on à recycler ou à remettre en selle des Chazal, Poivre, Elkabbach par exemple ?
Des droits à retraite insuffisants ou l'attrait irrésistible des sunlights ?
En tout cas, je plains ceux qui piétinent devant l'entrée en attendant que les vieux potentats soient suffisamment repus.

sbriglia

Si j’ai bien compté, il y a près de 77 (!...) Entretiens de PB sur sa chaîne YouTube...

Chacun peut s’employer à y chercher sinon trouver une ou plusieurs "fausses gloires".

Je m’abstiendrai : la sélection est assez éloignée du bruit médiatique.

Cn

Merci pour ce billet que je trouve très exact en ce qu’il correspond certainement à ma propre subjectivité et à la définition que je me fais de l’intelligence. Merci pour cet art de la parole claire dont vous êtes un représentant talentueux. Vous offrez au lecteur la possibilité d’éclaircir sa pensée sur une réalité médiatique souvent agaçante (et qui se décline aussi dans la vie non médiatique). Il est important de savoir discerner et tant mieux si ne parvenons pas toujours aux mêmes conclusions.

Le cheminement du discernement reste fondamental car il fournit des occasions de partages, de discussions très stimulantes pour la pensée. On en manque souvent à entendre des paroles et des avis qui ne font pas sens ou à lire des propos qui ne nous font pas avancer d’un centimètre. Ceux, et il en existe, qui n’en sont pas particulièrement gênés se servent de cette vacuité pour centrer l’intérêt sur leur propre personne ce qui fait perdre tout intérêt à ce qui se dit. Parfois il s’agira pour ces personnes d’être seulement flattées de côtoyer telle personnalité qui attire la lumière médiatique. C’est vrai quel que soit le lieu ! Il se trouve partout des personnes qui ne suscitent pas d’adhésion particulière pour ce qu’elles disent et font mais sont protégées... et que dire des attaques fréquentes contre des personnes qui font preuve de beaucoup de talent et d’intelligence mais ne sont pas entendues. Comme s’il fallait étouffer l’intelligence, ne pas la mettre au premier plan des exigences !! C’est triste car des forces vives, il en existe !
Longue vie donc à ces forces vives ( il y en a tout de même !!) qui nous accompagnent sur le terrain de l’intelligence ! Essentiel, vous avez dit essentiel ?!! :)

Tipaza

"Qu'est-ce qu'une fausse gloire ?"

Puisque vous posez la question, je vais essayer de répondre.
Une fausse gloire, c'est confondre la notoriété avec les qualités supposées supérieures de celui qui est mis en avant, qui est montré, qui est vu.
C'est confondre la visibilité de l'exposition médiatique - et avec le développement hypertrophié des médias cette visibilité est extravagante - avec la valeur intrinsèque de la personne.
J'ai juste ?

Et malheureusement cette fausse gloire, confondue avec la notoriété, fait le lit où se vautrent des politiciens incompétents, et donc malhonnêtes, puisqu'on leur prête des qualités, qu'ils ne nous rendent pas, en service.

C'est ainsi que Macron a bénéficié d'une notoriété due à sa jeunesse, son physique qui a fait pâmer les retraitées nymphomanes, et au traitement médiatique qui l'a surexposé.
Au bilan, on s'aperçoit qu'il ne fut pas extraordinaire comme ministre de l'Économie, sinon pour défaire un peu plus ce qui restait d'industrialisation de la France.
Et comme président, il a surtout brillé par ses capacités dans un premier temps à attirer les foules dans la rue, depuis les grèves contre la réforme des retraites aux Gilets jaunes, pour ensuite les enfermer chez eux, manu militari, (si je peux me permettre ce jeu de mots) pour compenser le déficit de masques, inutiles puis devenus indispensables.

Ai-je été suffisamment imprévisible, inventif, non pensé (ça c'est le plus facile, mais j'essaie de ne pas abuser de cette facilité), comme souhaité ?
J'ai parlé de Macron qui n'était pas le sujet.
Par contre Jean-Jacques Goldman c'est qui ?

Une remarque cependant.
Vous récusez à juste raison la paraphrase qui alourdit les commentaires de ceux qui n'ont rien à dire, pour conclure par :
"L'intelligence (véritable) est ce qui éclaire autrement un chemin déjà beaucoup battu."

Il me semble que vous paraphrasez l'adage célèbre de Confucius qui a dit:
"L'expérience est une lanterne que l'on porte sur le dos et qui n'éclaire jamais que le chemin parcouru."

Pas grave, je paraphrase suffisamment souvent pour que je ne vous le reproche pas !

Achille

« Les fausses gloires sont celles dont on s'émerveille et qui jouissent d'être traitées pour ce qu'elles ne sont pas. »

On ne parvient pas à la gloire par hasard. C’est finalement le peuple qui vous l’offre, certes par l’intermédiaire des médias, sans qui rien ne seraient possible. Mais il n’y a pas de gloire sans un fond de talent, voire de génie.

Ensuite que l’on ne comprenne pas les raisons de cette gloire, ramenée à notre propre référentiel éducatif, culturel, intellectuel, rien de plus normal.

Il y a des personnages clivants comme Bernard Tapie, J-L Mélenchon, Eric Zemmour, sans oublier, bien sûr, Emmanuel Macron. On les adore ou on les déteste, mais s’ils ont réussi à faire la une de tous les médias pendant des années et à être parvenus à la gloire, ou tout au moins au succès, dans leur domaine de compétence, c’est parce que des gens de toutes conditions, qu’ils soient érudits ou parfaitement incultes, se reconnaissent en eux.
Que d’autres gens ne parviennent pas à comprendre cette admiration tant ces personnages leur paraissent détestables ne fait rien à l’affaire.

La gloire, la célébrité, la renommée, ça se mérite. Mais il suffit d'un rien pour retourner dans l’oubli.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS