« Eric Zemmour, ne dites pas oui ! | Accueil | Le Maire du Palais... »

26 janvier 2021

Commentaires

Tomas

@ Wil

Tomas le gauchiste il a aussi eu des embrouilles dans sa jeunesse, il s'est pris quelques coups et en a donné aussi, sauf que lui il s'est pas fait dépouiller ni massacrer, non plus qu'il n'a estropié personne. Qu'est-ce que vous voulez, les têtes de victimes, ça attire !
C'est la seule explication que je peux donner à vos déboires, honnêtement.

————————————

@ Claude Luçon

Ou de Sarkozy allant voir le petit Emir violé par un satyre, en tout début de son mandat. La tendance est là, malheureusement, on n'a pas trop progressé depuis les rois de France guérissant les écrouelles, c'est désolant.

Tomas

D'accord avec vous, le président doit gouverner, pas traiter des dossiers individuels, sinon on n'en finit pas.
Je la sens pas trop cette histoire, il a l'air mignon tout plein le petit Yuriy mais j'en ai connu des gueules d'ange au coeur de démon à cet âge. Et puis je trouve sa mère très présente dans les médias, et peu éplorée. Et peu sévère avec son fils au passage, que faisait-il dehors en ces temps de covid ? Bon c'est vrai que les mères russes, ça passe tout à leurs garçons, en général.

Je connais bien Beaugrenelle, c'est très laid mais assez coté, je vois mal en effet des voyous de banlieue descendre jusque-là, mais n'anticipons pas, cela peut tout être, c'est vrai qu'il y a quelques petites cités dans le XVe aussi. L'extrême droite? Il y a bien la bande à Serge "Batskin" Ayoub qui a plus ou moins ses quartiers dans le coin mais il est un peu rangé des bécanes le Batskin maintenant.

caroff

@ Wilfrid Druais 23h34
"Parce que je ne crois pas une seconde que des vraies "cailleras" de banlieue aient le temps ni l'intérêt entre deux deals de shit ou de coke aux bourges parigos justement de prendre le train, le métro et de débarquer à Beaugrenelle pour tabasser un gamin."

Fausse piste.
Dans le quinzième il y a des logements sociaux, y compris non loin de Beaugrenelle qui abritent des populations d'origine étrangère. Pas besoin pour eux de prendre un quelconque moyen de transport: ils sont sur place !

Wilfrid Druais

"Récemment, à la suite du lynchage dont Yuriy a été victime de la part de de dix voyous dans le quartier de Beaugrenelle le 15 janvier, le président s'est à nouveau manifesté en prenant langue avec la mère de ce jeune homme âgé de 15 ans." (PB)

J'imagine la frustration quotidienne des "terreurs de l'ouest" parisiennes, fils de bourges du 15ème frôlant de leur duvet tout neuf la puberté, qui voyant les vraies "cailleras" de banlieue à la TV se dire grâce à... euh, non, à cause de leur cerveau tout neuf également et donc tout vide d'ado débile (pléonasme) : "Ouo p*tain ! oim oci chu un vrai ceum de la ru fréro ! tu va voireu !" et que je te tabasse un gars à dix tellement ils sont courageux.

Parce que je ne crois pas une seconde que des vraies "cailleras" de banlieue aient le temps ni l'intérêt entre deux deals de shit ou de coke aux bourges parigos justement de prendre le train, le métro et de débarquer à Beaugrenelle pour tabasser un gamin. Quand ils ont ce genre de choses à faire ils le font entre eux.

Donc, c'est une petite histoire minable de fils de bourges parisiens qui veulent se la jouer les caïds et coup de chance, si je puis dire, sauf pour le Yuriy, mais il n'est qu'un parmi des centaines d'autres, ça se passe dans le 15ème là où toute la médiacratie télévisuelle se trouve, comme ça elle n'a pas besoin d'envoyer un reporter de guerre à l'autre bout du monde qui risquera sa peau pour remplir leur antenne d'images dont toute la France se fout.
Ça coûte beaucoup moins cher, ça permet de remplir l'antenne pendant des heures pour ne rien dire comme d'hab et ça risque rien donc c'est tout bénef.
Ça c'est du journalisme !

P.-S.: "le président s'est à nouveau manifesté en prenant langue avec la mère de ce jeune homme âgé de 15 ans." (PB)
Monsieur Bilger, moi, ce genre d'expression de mauvais goût si je puis dire : "prenant langue avec la mère", à la rigueur, ça passerait, mais vous, allons, vous vous laissez aller. Ça va plus du tout !
Ça doit être d'avoir vu Marion de près, on ne le tient plus le Mister B. ! D'un autre côté,c'est Madame Bilger qui est contente. C'est déjà ça.

Mary Preud'homme

@ HX3945 | 26 janvier 2021 à 16:03
"La police recrute des auxiliaires de tous ordres pour lui prêter main-forte."

Qu'est-ce que c'est que cette histoire de dingue ?

Giuseppe

Dans tout ce fatras et fracas médiatique obscur, je trouve au moins deux personnages exceptionnels, Christian Bréchot et l'impeccable Dimitri Pavlenko.
Les deux n'ont rien à voir l'un avec l'autre, mais les plus belles équipes de rugby du monde se les arracheraient: intelligence, modestie et abnégation lucide du métier pratiqué.

Tous les autres ne font que touiller leur ignorance crasse dans une baratte bien de chez nous, en se faisant passer pour des demi-dieux.

Michelle D-LEROY

"Il est trop facile de se donner bonne conscience en téléphonant à une mère, comme si cet épisode affreux ne résultait pas, d'une certaine manière, de la carence d'une politique globale de sécurité dont deux de ses ministres et lui-même sont responsables devant les Français. Je téléphone donc je n'y suis pour rien !" (PB)

Emmanuel Macron, comme le rappelle très bien Robert (commentaires de 11 h 23), est le roi de la communication. Il est bien obligé de choisir ce qui apparaîtra le plus médiatique puisque des histoires semblables et quotidiennes sont récurrentes dans les quartiers, entre règlements de comptes de dealers avec des morts à la clé et règlements de comptes entre ethnies qui se détestent par racisme, traditions religieuses ou territoires réservés. Car qui croit à l'empathie d'Emmanuel Macron envers les Français ?

L'affaire de Yuriy a été dévoilée une semaine après, anonymement et je pense que les boeuf-carottes seront plus occupés à rechercher le policier qui a mis ces images en ligne que de faire arrêter les agresseurs de ces bandes brutales et sauvages dont les copains pourraient causer des violences et soubresauts ensuite difficilement maîtrisables.

Et pour revenir sur la communication du chef de l'Etat, ses grands débats permanents lancés pour chaque problème lui permettent de ne pas prendre de décision personnelle, et donc "c'est pas moi, c'est lui ou ce sont eux" qui ont décidé.
Le Beauvau de la sécurité sera encore un énième truc à la gomme pour occuper les esprits, mettant les forces de l'ordre dos à dos avec les racailles qui profitent au final d'un gouvernement aussi faible.

Tous les Français réalistes comprennent bien qu'il faut éviter de parler d'une immigration pléthorique et coûteuse en plus d'être un problème pour l'équilibre culturel et le calme du pays et que pour ménager la chèvre et le chou, le Président et ses ministres naviguent en même temps avec de beaux discours lorsqu'un malheur arrive, genre la décapitation de Samuel Paty, tantôt avec une émotion surfaite lorsque des policiers dépassent leurs prérogatives.

Hier, Gérald Darmanin voulait dissoudre le groupe "Génération Identitaire" qui avait barré la route des migrants à la frontière espagnole. Ces militants faisaient juste ce que la police des frontières avait ordre de ne pas faire : bloquer l'arrivée de clandestins toujours plus nombreux et particulièrement en pleine crise de Covid, alors qu'on confine les dociles français par ailleurs.

Aucune cohérence sauf celle de discréditer l'extrême droite, mais les Français ne sont pas dupes.

Robert Marchenoir

@ Lucile | 26 janvier 2021 à 14:29
"N'y aurait-il pas là un tantinet de whataboutisme ?"

Pas du tout. Le whataboutisme, c'est changer de sujet. Les Russes le font, oui mais les Américains le font aussi : ça n'a aucun rapport, et de plus, en général, c'est faux.

Là, Emmanuel Macron fait quelque chose qui lui est réclamé par ses électeurs. C'est un truc, ça s'appelle la démocratie.

Les électeurs ne peuvent pas réclamer un truc, puis se plaindre quand Macron le fait. D'autant qu'ils le font tous. Macron n'a pas inventé la chose.

Tous les électeurs ne le réclament pas n'est pas un argument. Un nombre massif d'électeurs le réclament, depuis des décennies. Il suffit de lire les journaux. Il suffit de lire ce blog, tiens !

J'insiste là-dessus, parce que c'est précisément ce qui bloque le pays : les Français passent leur temps à réclamer des trucs... qu'on leur donne... puis ils hurlent contre le gouvernement parce qu'il a fait ce qu'ils ont réclamé.

Voyez les Gilets jaunes, voyez un peu tout.

Louis

Pour toutes les évolutions, qu'elles soient politiques ou techniques, il est indispensable de passer plus de temps sur les effets pervers attendus que sur les bénéfices espérés, ensuite le Chef décide. Hélas, toujours la petite musique de Michelet: "Lorsque l'Etat est faible, les sorcières apparaissent". En l'espèce, nos forces de sécurité semblent dépassées et les chefs sont absents.

Exilé

@ Lucile
« Il ne faut pas oublier le rôle des chaînes d'info en continu... »

Ah, ces chaînes d'info en continu, quelle plaie !

Comment ne pas comprendre que le même message, souvent biaisé, diffusé en boucle plusieurs fois par heure, finira par marquer volens nolens les esprits les plus critiques à partir de notions qu'ils sont pourtant les premiers à rejeter ?

Alors, nous pouvons entrevoir les dégâts causés sur les autres.

Michel Deluré

Une élection fait d'un Président celui de tous les Français. Ce statut lui impose donc des devoirs et notamment celui de ne faire aucune distinction, aucune discrimination, entre victimes qui doivent toutes être l'objet d'une égalité de traitement. Il ne saurait, sur la base de critères purement subjectifs, par calcul politique, considérer certaines avec égards alors qu'il en ignorerait volontairement d'autres.

Quant à la parole, si elle est certes toujours bienvenue, ne serait-ce qu'en raison de son pouvoir réconfortant lors de moments difficiles, elle ne saurait cependant en aucun cas dispenser de l'action qui seule permet de prendre à bras-le-corps un problème et d'y apporter les solutions qui s'imposent pour le régler.

Pour nécessaire qu'elle soit, la compassion envers les victimes ne suffit pas. Ce qu'il faut, c'est agir pour qu'il n'y ait plus de telles victimes. Et cela, c'est un autre devoir du Président.

HX3945

La police recrute des auxiliaires de tous ordres pour lui prêter main-forte. Dans n'importe quel discours intelligible… c'est la marque du début de la guerre civile.

GERARD R.

Le simple fait qu'un tel billet doive être écrit à son destinataire démontre combien ce dernier usurpe sa fonction de chef d'État. Sinon en légitimité - et encore, il s'en fallut de peu - du moins en incompétence(s) et en bassesses. Là, on peut affirmer sans risque qu'il n'y a pas photo.

Et puis, exprimer de temps en temps aux proches d'une victime une petite compassion, fût-elle sélective, ça ne mange pas de pain. Pas beaucoup, en tout cas...
Ah, si en lieu et place de ce président de pacotille, maladroit en tout, si méprisant envers son peuple, la « magie des urnes » aidée en cela par quelques grenouillages médiatico-maçonniques, nous avait intronisé le Darmanin en personne, les choses eussent été différentes. On n'aurait plus compté les mosquées interdites, en tout cas fermées. Fermées quoique très provisoirement. Mais il faut bien donner le change. On aurait entendu souvent, tout comme sous Sarkozy d'ailleurs, qu'on allait voir ce qu'on allait voir en matière d'insécurité galopante. Il aurait juste suffi de bien s'armer. S'armer de patience, s'entend. Ce grand Darmanin dont toute l'attention actuelle est retenue par un groupuscule identitaire, plus perturbateur de l'ordre imposé que dangereux dans les faits. Mais qui titille assez sensiblement les velléités... « dissolvantes » du ministre.

En cas de dissolution dudit groupuscule identitaire, on imagine bien qu'il ne jouirait pas de la même mansuétude que les mosquées, aussi salafistes soient-elles. Et que pour les Identitaires, la désagrégation ne pourrait être que définitive et irrévocable. Le tout, complaisamment validé par le Prince élyséen.

On se prend à rêver du courage ou de la vision lucide d'une prochaine victime, qui mielleusement contactée par le chef d'État, afin de lui apporter son soutien, lui rétorquerait : « Si vous avez une once de dignité, M. le président, démissionnez et disparaissez à jamais » Comme ça ! Juste avant de raccrocher...

Patrice Charoulet

« CE VIRUS EST INTELLIGENT »

Qui vient de dire cela ? Un charcutier, une aide-soignante, un candidat à une émission de téléréalité, Cyril Hanouna, Jean-Marie Bigard, Laurent Ruquier...? Vous n'y êtes pas. C'est le Pr Jean-François Delfraissy, président du Comité national d'éthique, puis président du Conseil scientifique Covid-19, chargé d'éclairer le gouvernement français.

Le philosophe Vladimir Jankélévitch disait dans les années 70 : « On peut être prix Nobel et raisonner très mal. » En 2021, on peut être une sommité médicale et président d'un comité tout-puissant et dire... une belle ânerie.

P.-S.: sur Facebook, un de mes amis commente cela en ces termes :
"Mais si, un test QI a été effectué sur le Covid, et son QI est supérieur à celui:
- des électeurs d'En Marche
- du public de Cyril Hanouna
- des candidats des émissions de téléréalité."

Lucile

@ Robert Marchenoir | 26 janvier 2021 à 09:53
"Il serait injuste de le déplorer sans ajouter aussitôt que s'ils ne le faisaient pas, les hommes politiques se feraient agonir d'insultes par leurs électeurs".

Trois remarques :

- Certainement pas par tous leurs électeurs. Il y en a beaucoup qui préféreraient.

- N'y aurait-il pas là un tantinet de whataboutisme ? Le président de la République est, j'espère sans trop y croire, au-dessus de ça. Or, les hommes politiques sont souvent les premiers à entretenir les c**s d'électeurs dans leurs mauvaises habitudes. Les mauvaises habitudes de certains ne justifient pas celles des autres, surtout quand il s'agit du pouvoir.

- Il ne faut pas oublier le rôle des chaînes d'info en continu pour donner de l'écho à la propagande électorale, et aux critiques des électeurs. Tout est amplifié et monté en épingle. Et les hommes politiques sont souvent "accro" à ces chaînes.

F68.10

@ Isabelle
"Entièrement d'accord. C'est bizarre, on dirait du Zemmour. La solution est simple mais qui aura suffisamment de cran pour l'appliquer ?"

Un peu raide. Mais, a minima, la fin de la chape de plomb sur le débat sur l'immigration serait bienvenue. Il n'y a rien de rationnel à traiter ce débat uniquement sur le mode de l'excommunication et du takfir. Et tant que la loi Pleven sera en place, il me sera impossible de traiter les arguments excessivement nationalistes et xénophobes, car il faut pouvoir aller sur le terrain de ses adversaires. La loi Pleven empêche largement de faire cela sans polariser outrageusement le débat avec des menaces judiciaires.

Vivement un premier amendement.

Exilé

Alors que des bandes généralement allogènes agressent impunément depuis des années des personnes isolées à 10 contre un - c'est leur signature - avec blessés graves ou morts à l'appui, M. Darmanin n'a rien trouvé de plus urgent à faire que d'examiner la dissolution de Génération Identitaire qui avait monté une opération de communication non-violente ayant visé à dénoncer à la frontière franco-espagnole le laxisme gouvernemental face à l'immigration illégale.

Que dire de plus sur la détermination réelle du personnage ?


Giuseppe

"Récemment, à la suite du lynchage dont Yuriy a été victime de la part de de dix voyous... " (PB)

Lynchage ? Un peu fade au vu des images.
Massacre d'un corps, de l'âme et mort d'une vie, et la vie des parents aussi.
Quel supplice à la hauteur pour ces agresseurs ? Ils ne méritent même pas la corde pour les pendre... "Il faut en tuer un pour faire peur aux autres !"

On discute, on discute, on discute, du vent donc, pour peu l'autre ordure a failli être libérée au bout de quatre années... Une misère quand on a la vie perdue.
Demain on passera à autre chose, la cueillette de l'Aragnon, tout effacé, tout oublié, jusqu'à la prochaine.

Il doit falloir du courage pour se venger, un médecin l'a fait - cela a fait l'actualité -, il n'a vécu que pour cela... Ce n'est pas bien dans les sociétés de droit, le droit n'a plus cours là-dedans.

"La victoire, pour moi, n'est rien sans la vengeance."
Louis-Grégoire Le Hoc

Je ne doute pas un instant que la police va tous les prendre, à mon humble avis ils soignent comme jamais leur coup de filet, ils les veulent tous en une seule opération. Oui mais à quoi bon ?

Isabelle

@ Robert Marchenoir
"La solution est simple, et ne relève pas du poupougnage présidentiel : arrêt immédiat de l'immigration de masse, fin du droit d'asile et déportation collective des immigrés illégaux."

Entièrement d'accord. C'est bizarre, on dirait du Zemmour. La solution est simple mais qui aura suffisamment de cran pour l'appliquer ?

Nous avons donc certains Noirs, certains Maghrébins qui tabassent, saccagent, lynchent ou pire encore. Nous avons découvert des Tchétchènes qui règlent leurs comptes avec d'autres bandes à Dijon devant des forces de l'ordre qui ont fait de la figuration.

Et nous avons des petits nouveaux : à Paris, ce sont les Tamouls qui déboulent avec le florilège de règlements de comptes à coups de mains tranchées.

« On ne sait pas combien de membres il y a dans chaque gang. Beaucoup de ces groupes ne sont pas connus car ils sont en situation irrégulière. »

Il n'y a pas à tortiller, l'immigration de masse totalement incontrôlée est une chance pour la France.

jack

Si un président de la République devait téléphoner à chaque agression, il y passerait ses journées. Il ne ferait rien d'autre. Ce n'est pas le but recherché.
Reste donc la question: comment s'opèrent ses choix ?
On observe qu'il a été 'gentil' et empathique à l'égard de Zemmour en lui téléphonant après qu'un imbécile lui avait craché dessus en pleine rue. Qui a protesté à ce moment-là contre la sollicitude de Macron ?

Il est sûr que la sélection ainsi réalisée crée un malaise chez ceux qui n'ont pas reçu d'appel du Président ou de son cabinet.
À noter cependant que Macron n'est pas seul pour faire le job. Il y a les ministres, les préfets, les députés, les maires, etc.

Je ne regrette pas que l'Elysée soit intervenu pour Yuriy.
Ce garçon me semble être victime de la violence gratuite fort bien décrite par le psychiatre Maurice Berger. De jeunes violents ne se contentent plus de tabasser, ils veulent 'ramollir' c'est à dire frapper, frapper encore, y compris la tête, jusqu'à ce que le corps devienne mou.
Sa souffrance, la sauvagerie, méritent bien l'attention. Son cas est symbolique d'un profond malaise.
Attendons la réponse pénale. Pourvu qu'elle ne soit pas ramollie.

Savonarole

Le billet de Philippe Bilger rejoint le constat de Michel Onfray, "on a l’impression que Macron n’aime pas la France et méprise les Français".
En somme cet ovni surgi du néant est un sans-papiers à la tête de la France. Un étranger qui voulut être roi, la nouvelle de Kipling s’applique à Macron, un merveilleux film retrace cette histoire, avec Sean Connery et Michael Caine.
Les Espagnols ont connu ce genre d’aberration, Amédée 1er, roi d’Espagne, né à Turin en Italie et mort à Turin...

C’était le siècle des imposteurs, et comme dans une valse ça revient et revient, tourne et tourne le carrousel mortifère.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Amédée_Ier_(roi_d%27Espagne)

https://www.cnews.fr/emission/2021-01-22/linterview-de-michel-onfray-1038393

boureau

Tout le monde ou personne Monsieur le Président !

Tout en accord avec vous cher P. Bilger.

Quel démago ce Macron !

De plus, nous constatons, de notre province où régulièrement ces événements tragiques se passent, que les "de souche" attaqués semblent totalement ignorés de la sollicitude présidentielle.

À propos du dernier sondage Harris sur la présidentielle : le sondeur annonçait 23 à 24 % pour Macron et 26 à 27 % pour Le Pen. Alors que la presse a repris à l'unanimité 24 % pour Macron et 26 % pour Le Pen. Nuance d'importance.

Robert

Parfait billet, Monsieur Bilger, qui montre en réalité ce qu'est monsieur Macron : un homme uniquement pétri de communication. C'est l'alpha et l'oméga de son action. Dire c'est faire et même avoir fait... Un homme plus de paroles que de parole, sans doute ! Car, dans ce dernier cas, sa parole devrait selon Pilhan se faire rare pour être audible.

Actuellement le ministre de l'Intérieur lance le fameux "Beauvau de la sécurité intérieure". Les premiers éléments de langage portent sur la création d'une réserve de la police nationale sur le modèle de celui de l'organisation militaire qu'est la gendarmerie nationale.
En 1995, monsieur Pasqua avec sa loi sur la sécurité avait attribué aux policiers des grades et appellations typiquement militaires, donc toujours avec comme modèle l'institution concurrente que certains dirigeants ou syndicalistes de la police nationale rêveraient d'absorber intégralement en la "civilianisant" sur le modèle belge.

Compte tenu de ce que nombre de problèmes de la police nationale sont d'abord structurels, dans la mesure où l'on rechercherait une plus grande efficacité typiquement militaire, ce serait peut-être l'inverse qu'il faudrait envisager pour mettre un terme à la "phagocytose" syndicale qui paralyse en partie cette institution.

Mais je galéje bien sûr... Compte tenu du fameux Livre blanc de la sécurité intérieure, je ne suis pas certain que le Beauvau débouche sur des vraies mesures structurelles propres à améliorer le police nationale dans son fonctionnement. D'autant que le ministre de l’Intérieur a déjà indiqué qu'il voulait confier à cette dernière la responsabilité de l’intégralité des territoires des métropoles. Ce qui, à Toulouse notamment, a entraîné une levée de boucliers des quelques maires concernés qui tiennent à leurs gendarmeries et craignent de perdre en sécurité du quotidien en cas de passage de leurs commune en zone dite de police nationale.

Exilé

...la carence d'une politique globale de sécurité dont deux de ses ministres et lui-même sont responsables devant les Français.

De quels ministres peut-il donc s'agir ?
Des noms, des noms !
Ou mieux encore : des révocations.

Robert Marchenoir

Une fois de plus, c'est la fin du monde. Philippe Bilger, homme d'une grande culture, maniant l'écrit avec une maîtrise qui le range désormais parmi les diplodocus, conseille au président de la République, pour bien comprendre ses responsabilités, de... regarder une série américaine. Donc un truc avec des images qui bougent sur un écran de télévision, et une œuvre de fiction.

Une fois noté ce désolant symptôme des mœurs contemporaines, on fera, bien sûr, chorus pour déplorer que le rôle des hommes politiques, désormais, se borne bien souvent à jouer les bénévoles de SOS Amitié, avec livraison personnalisée à domicile : j'appelle "la maman de Yuriy" (pour sacrifier au verbiage contemporain), je console Éric Zemmour quand il se fait menacer dans la rue, je visite Théo-la-matraque sur son lit d'hôpital...

Il serait injuste de le déplorer sans ajouter aussitôt que s'ils ne le faisaient pas, les hommes politiques se feraient agonir d'insultes par leurs électeurs. D'ailleurs, c'est le cas. Chaque jour qui passe, une prétendue victime se plaint que le président de la République (le Premier ministre, le ministre des dépendeurs d'andouilles...) ne soit pas venu en personne lui passer la main dans le dos (parce qu'il va être licencié, parce qu'il a glissé sur une peau de banane, parce qu'un méchant homme lui a dit des choses pas gentilles sur Internet...).

Il faut savoir ce qu'on veut : soit on se comporte comme des bébés vagissants réclamant l'État-maman à la moindre contrariété, soit on se conduit comme des hommes libres.

Concernant le léger incident qui nous occupe, il faut noter que Yuriy est ukrainien, autant dire l'über-facho pour les Noirs ou les Arabes qui composent, avec une certitude de 99,99 %, l'équipe de ses agresseurs.

C'est pourquoi je ne comprends pas vos réserves à l'égard des "considérations sur les immigrés" (peut-être un mot a-t-il sauté ?).

De même, l'éventuelle appartenance de la victime à une bande peut certes être incriminante sur le plan juridique, mais pas social. Ce que cet incident révèle, c'est qu'un garçon blanc de 15 ans, aujourd'hui, risque de plus en plus sa peau s'il ne fait pas partie d'une bande.

Pour mieux comprendre cette évolution, il faut observer les États-Unis, où de bonnes âmes gauchistes se plaisent à fustiger les "gangs de suprématistes blancs" qui se forment dans les prisons. La raison en est simple : si vous êtes un Blanc en prison (donc par définition entouré de Noirs et d'Hispaniques, sur-représentés parmi les délinquants), vous risquez votre vie si vous ne faites pas partie d'un gang blanc, qui soit à même de vous défendre face aux gangs noirs et hispaniques.

Une Amérique où le président Joe Biden, le jour même de sa prise de fonctions, signe un décret légitimant le séjour de 11 millions d'immigrants illégaux sur le territoire (ou 20, ou 30 -- le chiffre officiel de 11 millions, déjà terrifiant, est largement sous-estimé).

On fera aisément le rapprochement avec la situation française. On n'aurait, d'ailleurs, jamais parlé de cette histoire si elle s'était déroulée en banlieue, où de telles choses sont courantes. L'occupant de l'Élysée n'a soulevé son téléphone que parce que l'épisode, cette fois-ci, s'est passé "en plein Paris".

La solution est simple, et ne relève pas du poupougnage présidentiel : arrêt immédiat de l'immigration de masse, fin du droit d'asile et déportation collective des immigrés illégaux.

Denis Monod-Broca

Les victimes les plus à plaindre sont celles dont nul n'entend la plainte.
Cette façon de surfer sur l'émotion suscitée par un malheur en particulier n'a aucun sens. Qui croit encore que la parole du président ait l'effet magique de guérir les plaies ?

jovien

Ce que je ne comprends pas, dans cette agression, c'est pourquoi on ne dit rien sur l'origine ethnique des agresseurs.
Est-elle connue ou bien inconnue ?
Ça a l'air typiquement d'un crime de Noirs. Mais enfin, ça pourrait être des Arabes. Ou des gitans. Ou même, des Français "normaux". Ou ça pourrait être une bande ethniquement mixte ou indifférenciée.
Parce que si c'est une bande de Noirs, ce n'est pas le laxisme judiciaire qu'il faut dénoncer comme responsable de l'événement, comme le font Philippe Bilger et Marine Le Pen, c'est - comme dans le cas de la décapitation de Samuel Paty par un Tchétchène - l'immigration.

Achille

« Récemment, à la suite du lynchage dont Yuriy a été victime de la part de de dix voyous dans le quartier de Beaugrenelle le 15 janvier, le président s'est à nouveau manifesté en prenant langue avec la mère de ce jeune homme âgé de 15 ans. »

Ben oui, quand un drame survient, il est de coutume que le Président fasse part de son émotion, de son indignation et adresse des paroles de réconfort aux proches des victimes. Sarkozy, le faisait, Hollande également. En fait cela s’est toujours fait et il serait inconvenant que ce genre de déclaration présidentielle cesse parce que des gens estiment que ces paroles sont purement démagogiques. Il est temps d'arrêter la paranoïa !

Les mêmes qui critiquent Emmanuel Macron pour avoir adressé un message de soutien à la mère de Yuriy se seraient indignés qu’il ne le fasse pas. On en est là aujourd'hui, c'est dire l'ambiance !

Ceci étant un Président ne peut pas s’attarder sur toutes les incivilités, agressions qui sont quotidiennes de nos jours sinon il passerait son temps à cela. Il doit aussi s’occuper des affaires de l’Etat dont certaines n’attendent pas.

XAVIER NEBOUT

Une gérante de superette de village est victime d'une agression à main armée - et pas d'un cure-dents mais d'un pistolet, se fait rouer de coup et traîner au sol pour lui voler les deux cents euros de sa caisse.
Les faits ont été filmés, la gendarmerie retrouve le voyou, un multirécidiviste local de 19 ans.
Condamnation: 1 an ferme. Comme il ne les fera probablement pas, la gérante n'a plus qu'à mettre sa supérette en vente. Aux USA, le quidam se serait pris au moins 10 ans très ferme.

Mais il faut voir plus grand: en France, seulement quelque 5 % des plaintes sont suivies, contre 100 % en Allemagne par exemple.

Mais qui est le vrai coupable sinon le juge ? Et en fait tous les magistrats qui sont complices de cette mansuétude, ne serait-ce que par leur confortable silence...

Notre pays est un pays de voyous du plus bas au plus haut de l'échelle sociale, et notamment de la fonction publique où ça va de l'employé municipal de village invirable compte tenu de son poids électoral, au sommet de l'Etat qui donne l'exemple.
Il n'y a qu'une règle: on se dém*erde...

Corruption au moins intellectuelle à tous les étages, qui se traduit par une pression fiscale à faire fuir l'esprit d'entreprise, infamie morale de la soumission à la Chine du fait de ce qu'on lui doit, l'invasion africaine, délinquance à tous les coins de rue, la ruine économique qui se profile.

On s'achemine à terme vers une révolution fasciste, car en tous points, tout y concourt.

Henri Gibaud

"Si vous aviez le temps, au risque de vous offenser, je vous suggérerais..."

Cuir-majesté ! votre Cire je m'en vas vous la brosser à reluire !
Qu'on en jette encor en Cour, ô manants-de-blogue, elle n'est point pleine !

Claude Luçon

"Alors, de grâce, monsieur le président, tout le monde ou personne !" (PB)

Son mentor était François Hollande, il suit l'exemple de Hollande recevant Leonarda !

Wilfrid Druais

Ça me fait toujours rigoler quand les politicards s'émeuvent pour des agressions "sauvages", "inouïes" et tous les adjectifs les plus larmoyants possibles que peuvent trouver leurs assistants dans le dico pour leur écrire leurs tweets.

C'est bizarre, j'ai eu un pote il y a vingt ans à Trappes qui un soir au détour d'un immeuble d'une cité s'est fait défoncer par un bande de noirs juste parce qu'il était blanc. Résultat: poignet cassé.

Je me souviens, à la même époque, donc début des années 90, quand je suis allé avec des amis à la fête de l'Huma et que pour changer je me suis saoulé avec un pote et que l'on s'est fait dépouiller (coups de lattes, portefeuille et tout) par une bande noire de la cité des 4 000 d'à côté qui n'était là que pour ça et qui après s'est attaquée à l'auditoire de la scène principale et a fait une razzia.
Il paraît que tous les ans c'était comme ça à l'époque et "bizarrement", aucun média français ne faisait jamais mention que la fête de l'Huma était un coupe-gorge à la nuit tombée.
Va savoir pourquoi.
Tomas le gauchiste aura sûrement une réponse toute dictée par le parti.
Il vaut mieux lui demander pour qu'on rigole.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS