« Zemmour et Castelnau font de la politique sur la Justice ! | Accueil | Franck Marlin à Etampes : les devoirs du maire »

20 janvier 2021

Commentaires

caroff

@ Achille 17h01
"Et pourquoi pas ? Être un intellectuel ce n'est pas élaborer doctement de grandes théories que l’on a apprises dans des livres, c’est aussi savoir faire de l’esprit."

Allons ne vous tournez pas plus en ridicule !!

hameau dans les nuages

@ duvent | 21 janvier 2021 à 14:07

Vous remarquerez que notre Tomas prend comme référence nos rois mais jamais nos religieux contemporains, enfin ceux qu'il semble apprécier :

https://www.islamweb.net/fr/fatwa/88089/L%E2%80%99Islam-permet-il-le-mariage-pr%C3%A9coce

Serge HIREL

@ Achille

Finalement, il me semble que vos propos de plus en plus obscènes sont suffisamment matraqués par plusieurs commentateurs pour que je m’abstienne cette fois de vous redire la nausée qu’ils m’inspirent. Vous méritez le même réquisitoire que celui que Philippe dresse contre DCB.

Claggart

Aujourd'hui 21 janvier

Sur le blog que du blabla sur ce jean-foutre de DCB, qui entre autres turpitudes a choisi d'être allemand pour ne pas faire en France de service militaire.

Et pas un mot, pas une prière pour Louis XVI !

Achille

@ Marcel | 21 janvier 2021 à 14:06

La loi sur l’âge minimum de consentement sexuel a été revue par le présent gouvernement en 2018 (par Marlène Schiappa). On ne peut pas dire qu’avant cette date elle ait été beaucoup évoquée dans les médias.

« Vous voulez dire qu'il existe des gamines de 5 ans qui aiment plaire et qui donc mériteraient d'avoir le sexe d'un adulte dans la bouche ? Qui plus est de leur éducateur, personne d'autorité à qui elles sont confiées ? »

Quand je parle de Lolita je ne fais évidemment pas référence à des gamines de 5 ans, mais à des petites nymphettes de 13-14, maquillées, pomponnées au point qu’elles ressemblent à s'y méprendre à des filles de 18 ans et qui n’hésitent pas à aguicher des hommes.
Ne me dites pas que vous n'en avez jamais vu !

------------------------------------------------------

@ Mary Preud'homme | 21 janvier 2021 à 14:31
« Vous oubliez qu'à l'époque Cohn-Bendit exerçait le métier d'éducateur ? »

Je ne l’ai pas oublié, je l’ignorais tout simplement. Je dois avouer que je n’ai pas vraiment suivi le parcours professionnel de DCB qui est un personnage qui ne m’a jamais vraiment intéressé.

--------------------------------------------------------

@ Lucile | 21 janvier 2021 à 15:22

En parlant de film, on peut aussi évoquer "Mourir d'aimer" film réalisé en 1970 par André Cayatte avec Annie Girardot dans le rôle principal. Charles Aznavour en a même fait une chanson.
Ce film retraçait la trajectoire de Gabrielle Russier, 31 ans, professeure condamnée pour avoir entamé une liaison avec l'un de ses élèves de 16 ans. Elle a fini par se suicider.

Il peut arriver parfois que des détournements de mineur soient des histoires d’amour.

------------------------------------------------------------------

@ caroff | 21 janvier 2021 à 12:24
« Primo, les gens que vous citez, à part Zemmour, ne sont pas à ranger dans la catégorie "intellectuel" ! »

- Guillaume Bigot est diplômé de Sciences Po Paris, docteur en sciences politiques
- Jean Messiha a fait Sciences Po et l’ENA
- Ivan Rioufol a un DEA en droit et a écrit de nombreux articles et livres. Il a aussi un blog qui connaît un beau succès
- Kevin Bossuet est professeur d’histoire (master)

« Secundo, la vocation des intellectuels n'est pas de nous faire rire »

Et pourquoi pas ? Être un intellectuel ce n'est pas élaborer doctement de grandes théories que l’on a apprises dans des livres, c’est aussi savoir faire de l’esprit.

L'humour ne se limite pas à l'humour de France Inter, que je n'apprécie pas particulièrement.

caroff

@ Lucile 15h22
"Autour de moi, personne ne pratiquait ce genre de mœurs, du moins à ma connaissance, et personne ne les trouvait acceptables dans sa vie personnelle. Il y avait comme une exception morale pour le milieu artistique et culturel, qui questionnait nos mœurs en menant en son sein ses propres expériences"

C'est exactement la réflexion que je me faisais alors que je fais partie de la génération post-68 qui a vécu cette libération des moeurs dérivant vers un immense désordre attentatoire aux libertés humaines.
Tripoter (et plus éventuellement) des mineurs a toujours été inconcevable parmi mes camarades ou relations de cette époque. Et vous avez raison d'insister sur la possibilité d'excuser ces faits inacceptables par essence par les pratiques de ces temps anciens.

Lucile

@ Valéry | 20 janvier 2021 à 20:29

Ceux qui désignent aujourd'hui les coupables d'antan après les avoir mis à l'honneur autrefois, ces faiseurs d'opinion qui se démarquent par leurs mœurs, ne représentent qu'une frange minime de la population et pensent autrement que la plupart d'entre nous. Nous trouvions déjà il y a 50 ans l'inceste tout ce qu'il y a de plus répréhensible, ainsi que les relations sexuelles avec des enfants ; je me souviens encore avoir été sidérée par le film "Le Souffle au cœur", avec la belle Léa Massari. Mais ceux qui protestaient passaient pour des poujadistes. On n'en pensait pas moins. L'avant-garde culturelle qui faisait la promotion de sa morale était obligée de provoquer, de railler et de traiter par le mépris la majorité, ce qui prouve à quel point cette majorité était réticente. Cf l'émission de Pivot avec Denise Bombardier, où l'on voit comme elle se fait injurier, isoler et intimider.

Ce qui complique les choses vient de ce que les causes défendues par cette avant-garde n'étaient pas toutes mauvaises : il ne faut pas oublier par exemple que l'homosexualité était vue comme un vice et que les "filles-mères" subissaient une sorte d'ostracisme, elles et leurs enfants.

Il est plus facile des années après de faire le tri entre les bonnes et les mauvaises causes défendues par cette avant-garde. Toutefois je ne crois pas me tromper en affirmant qu'on a toujours fait déjà la différence entre ce qui relève de l'exploitation sexuelle et de la liberté sexuelle. Là où il existe un rapport de domination, nous avons toujours su qu'il n'y a pas de consentement possible, et qu'il fallait préserver les enfants des fantasmes des adultes.

Autour de moi, personne ne pratiquait ce genre de mœurs, du moins à ma connaissance, et personne ne les trouvait acceptables dans sa vie personnelle. Il y avait comme une exception morale pour le milieu artistique et culturel, qui questionnait nos mœurs en menant en son sein ses propres expériences. Sachant ce milieu marginal, et non miscible, on lui reconnaissait un droit exceptionnel, celui de vivre à sa guise et d'insulter le bourgeois. On fermait les yeux ; c'est d'ailleurs encore le cas puisque "tout le monde savait", pour Victor, et que personne ne disait rien.

Le problème est que de moins en moins de gens acceptent de se définir comme des bourgeois, la mentalité du marginal étant admise comme modèle possible dans une culture démocratique. Dur dur pour cette avant-garde dont les mœurs deviennent d'une banalité cruelle, presque vulgaire, et dont les ébats sont assimilés à ceux d'incultes prolos... On les plaindrait presque.

Mary Preud'homme

@ Achille | 21 janvier 2021 à 06:05

Vous oubliez qu'à l'époque Cohn-Bendit exerçait le métier d'éducateur ?

------------------------------------------------------

@ Valéry 20 janvier 20:29

Suite à mon commentaire précédent du 20 janvier à 21:33

Je voudrais revenir sur un point capital où il me semble que vous faites totalement fausse route :

Vous évoquez les coupables "d'antan" (sous-entendu d'une époque révolue) ; alors qu'il s'agit d'une période d'une dizaine d'années qu'une majorité des commentateurs de ce blog ont bien connue, dont notre hôte. Certains parmi nous ayant même exercé à l'époque des professions dans l'enseignement, l'éducation ou les activités culturelles où ils avaient en charge des enfants de tous âges.

Vous nous parlez aussi de certaines de vos lectures lors de votre arrivée en France dont la revue naturiste "Jeunes et Naturels" laquelle je vous assure était loin d'être vendue dans tous les kiosques de l'Hexagone. Pas plus que "Photokid" ou "Beach Boys". Au point qu'il est impossible de trouver un seul exemplaire des revues précitées dans l'impressionnante collection du Musée de la Photographie de Bièvres.

Vous nous parlez par conséquent d'une mouvance ultraminoritaire qui en fait n'aurait pas dépassé la gauche germanopratine, sans la publicité de Libération et ses petites annonces interlopes pour intellectuels autoproclamés, artistes en manque de notoriété, notables avariés et amateurs fortunés de tourisme sexuel.

Une mode de dégénérés encore une fois restée ultramarginale, qui ne gagna jamais la France profonde et prit fin dès 1981, alors qu'elle tentait justement de se répandre, toujours via Libération et quelques détraqués de la pseudo-intelligentsia post-soixante-huitarde à coups de pétitions sauvages ; elle fit dès lors (à partir de 1981) l'objet d'une condamnation massive de l'opinion. Et je doute que les a-mateurs du « Petit Gredin » aient compté plus d'une poignée de lecteurs assidus des quelques numéros de leur revue décadente pour dépravés et autres libidineux de la quéquette en berne.

duvent

@ Tomas | 21 janvier 2021 à 00:40
« Ben non. À chaque époque ses mœurs. S'offusquer du climat excessivement libertaire qui sévissait dans les années 70 à l'aune de nos critères d'aujourd'hui revient à condamner ces rois de France qui épousaient des fillettes de 12 ans... »

Je ne vois pas bien le but que vous poursuivez...

Est-ce que par hasard, vous voulez nous faire comprendre que nos contemporains des années 1970 ont le même rapport avec nous que les rois de France ?

Est-ce que par hasard votre sens de l'humour est débridé ?

Ou bien voulez-vous simplement nous dire qu'il ne faut pas se retourner sur le passé proche parce que finalement il n'éclaire pas le présent, ou s'il l'éclaire, il ne l'éclaire pas bien, pas très bien, pas assez avantageusement ??

En réalité, il convient de mesurer à l'aune de la vertu qui n'appartient à aucune temporalité, une action immorale ou amorale.

Dès lors, aujourd'hui 21 janvier 2021, la royauté n'a pas de compte à rendre mais les soixante-huitards invertis, divertis, succubes, incubes, sybarites libertins, voluptueux hédonistes, qui dans les champs fleuris de la jeunesse sont venus faucher l'enfance, doivent dire à leurs contemporains la raison de ce saccage.

Car il me semble peu satisfaisant de s'abîmer dans les abysses d'une rhétorique fallacieuse et remplie de lâcheté.

Nostri temporis qualitas grande silentium expetit !

Marcel

@ Robert Marchenoir

Vous écrivez "Charlie Chaplin : c'est un bon exemple. Charlot les prenait à partir de quinze ans. Ce n'était pas un mystère. [...] Concernant Cohn-Bendit, qui n'est pas particulièrement ma tasse de thé, il n'y a aucune preuve que ses vantardises aient reflété la réalité."

En quoi le premier exemple serait-il bon ? Quel rapport y a-t-il entre des jeunes adolescentes de 15 ans et des enfants de 5 ans ? Ou plutôt, où se trouve "l'anachronisme", puisque l'exemple le plus ancien que vous donnez reste parfaitement légal dans notre France actuelle, alors que l'autre ne l'était et ne l'est pas ?

"Il reste que dire et faire, ce n'est pas la même chose."

Encourager à atteindre sexuellement des enfants de 5 ans, c'est déjà faire. Dire, c'est déjà un acte matériel, même s'il est moins grave que le faire. Dire, sous les caméras, lorsqu'on est célèbre, ce n'est pas purement innocent.

----------------------------------------------------------

@ Achille
"Le cas cité par DCB n’est donc pas un viol puisque ce sont les enfants eux-mêmes qui ont entrepris de lui tripoter la braguette. On peut contester sa version, mais là on entre dans un autre débat. L’erreur, la faute, l’attitude inconvenante de DCB, appelez ça comme vous voulez, a été de les laisser faire, rien de plus. À noter qu’à cette époque l’âge minimal du consentement sexuel n’était pas d’actualité."

Puisque vous voulez rentrer dans le bois dur, son propos ne parle pas de tripoter la braguette mais ce qui s'y trouve. Et il est aussi question de tripoter activement. Qu'il y ait viol, c'est à voir sur l'existence d'une pénétration. Mais l'atteinte, elle, ne fait pas débat.
Vous avez l'air d'estimer acceptable qu'un enfant de 5 ans touche le sexe d'un adulte ou se fasse toucher le sexe par un adulte.

Contrairement à ce que vous affirmez, la question de l'âge minimal du consentement sexuel n'est pas récente. Dès l'ancien code pénal, en 1832, elle était posée en déterminant qu'un attentat à la pudeur (recouvrant alors la défloration sans violence d'un enfant en dessous de 11 ans) sur un enfant de 11 ans devait être puni de la réclusion criminelle.

En 1832, c'était déjà gravissime.
En 1863, on passe à 13 ans.
En 1945, on passe à 15 ans.

Que les experts de chronologie qui parlent ici d'anachronisme en tirent les leçons qui s'imposent. Quand DCB est né, ses propositions sexuelles étaient déjà jugées inacceptables.

"N’oublions pas non plus qu’il existe dans la nature des petites Lolita qui sont très conscientes de l’effet qu’elles produisent auprès des hommes d’âge mûr. Certaines célébrités du show-business s’y sont même laissé prendre."

Vous voulez dire qu'il existe des gamines de 5 ans qui aiment plaire et qui donc mériteraient d'avoir le sexe d'un adulte dans la bouche ? Qui plus est de leur éducateur, personne d'autorité à qui elles sont confiées ?
Là, après #MeToo c'est vous l'anachronisme.

"À noter tout de même, qu’à ma connaissance, DCB n’a jamais eu à connaître de plaintes pour viol, même quarante ans après les faits. Vous me direz, ça peut venir. Alors attendons. Il sera toujours temps de s’indigner ensuite."

Non, on peut s'indigner de suite. De vos propos aussi.

Claude Luçon

@ Behenzar de Cunes | 21 janvier 2021 à 10:09

Ce n'est pas le Berbère ou Kabyle que je critique c'est l'homme Zemmour et sa façon de nous raconter des sornettes.
J'ai 13 ans de vie et d'activité en pays musulmans et 18 chez les Nigérians dont la moitié des 160 millions est musulmane et je les connais mieux que Zemmour qui se veut berbère. Zemmour les insulte par son obsession pour le grand remplacement.
Dans le cas de Zemmour, de mon point de vue, je ne radote pas j'essaie plutôt de le raboter comme un noeud malvenu sur la platitude de ses pensées.

Si Alain Finkielkraut est malvenu sur les ondes, Eric Zemmour l'est encore plus !
Vieux ? Non ! Je l'ai écrit ailleurs, je n'ai que 18 ans avec 72 ans d'expérience.
N'est pas gâteux qui veut !
Salut à un compère !

caroff

@ Achille 9h42
"Nous avons aujourd’hui les intellectuels de droite que l’on trouve notamment sur CNews. Certains sont particulièrement gratinés: Rioufol, Messiha, Zemmour, sans oublier deux autres que j’ai découvert récemment Guillaume Bigot et Kevin Bossuet."
"Le problème avec les intellectuels de droite, c’est qu’ils ne sont pas drôles, mais alors pas drôles du tout."

Primo, les gens que vous citez, à part Zemmour, ne sont pas à ranger dans la catégorie "intellectuel" ! Ce sont de bons clients des chaînes d'infos par leur capacité à argumenter ou à provoquer, c'est tout.
Les intellectuels de droite ou plutôt "non de gauche" ne sont que très rarement invités: Chantal Delsol, Philippe Nemo, Pierre Manent, Pierre Vermeren, Anne-Marie Le Pouhriet ça vous dit quelque chose ?

Secundo, la vocation des intellectuels n'est pas de nous faire rire, il y en a qui sont payés pour ça (avec nos sous): vous les trouverez sur France Inter !!

Denis Monod-Broca

@ Robert Marchenoir

Vous vous raccrochez aux branches comme vous pouvez.

Les deux formules, "arrivé au pouvoir par le suffrage universel" et "arrivé au pouvoir, dans les formes légales, dans un régime où régnait le suffrage universel" ne signifient pas tout à fait la même chose. Dans le premier cas, le peuple a décidé, dans le second, il n'a pas été consulté.

Pour nous faire peur, pour bien nous faire comprendre que le peuple est immature et capable du pire, pour bien nous faire entrer dans le crâne que nous ne comprenons rien à rien (en particulier rien aux merveilleux bienfaits de l'Europe supranationale, en attendant ceux du gouvernement mondial), et donc que nous ne méritons qu'à peine d'être consultés, on nous serine qu'Hitler est arrivé au pouvoir par le suffrage universel. Or, c'est faux, même si effectivement il n'est pas arrivé au pouvoir par un coup d'Etat. Il est arrivé au pouvoir par les magouilles d'une classe politique dévoyée. Ce n'est pas tout à fait la même chose que le suffrage universel, même si bien sûr les scores électoraux du parti nazi ont pesé, et pesé lourd, dans la balance.

stephane

@ Achille 21 janvier 2021 à 6h05

Je préfère vous lire ainsi plutôt que limite donner l'impression que vous cautionnez le comportement de DCB.
Toutefois vous avez déjà été plus pertinent.
Imaginez qu'il ne s'agisse pas de Cohn-Bendit mais de Dupont-Aignan, seriez-vous aussi prompt à trouver ces actes "amicaux", cette connivence bon enfant ?

Oui, des témoignages de faits délictueux, réels ou supposés, contre DCB peuvent venir, surtout s'il prend part à la campagne de 2022 pour Macron. Et là je vous rejoindrai si cela arrive, "que les victimes n'ont-elles pas causé avant". Toutefois, contrairement à Duhamel, DCB a reconnu le côté déplacé de son comportement.
Ceci explique peut-être qu'il n'ait pas d'ambition présidentielle en France.

Mais avouez que c'est difficile de faire admettre que le comportement de DCB et celui des enfants puissent être excusés parce que c'était l'époque.
Ainsi pour rejoindre le titre du billet je vous dirais "Les juifs avaient mauvaise presse à l'époque d'Hitler, mais ce dernier en organisant leur déportation à été cohérent avec son époque, on regarde cela avec les yeux d'aujourd'hui, ce n'est pas condamnable puisque l'époque était ainsi faite" !!

F68.10

@ Robert Marchenoir

Merci de mettre noir sur blanc ce que je pense du cas Cohn-Bendit.

GERARD R.

Mais que feraient tous ces bien-pensants, si Hitler n'avait pas existé ? Sur quel personnage de l'Histoire vomiraient-ils si complaisamment et éternellement leur abondante bile, eux qui écrivent Dany le Rouge, avec une majuscule à rouge, alors que c'est déjà lui faire trop d'honneur d'en mettre à son patronyme d'infâme propagandiste pédophile.
Ah, mais j'y suis ! Ostraciser, diaboliser, injurier Hitler, cela ne mange pas de pain et ne risque de conduire personne, devant la 17ème. Pas comme... euh... allez disons, au hasard : critiquer Netanyahu par exemple (le premier qui me vienne à l'esprit) ou encore... ben le Dany himself, pardi, qui lui dispose de « réseaux » si infects et influents soient-ils. Tout comme Mitterrand et Lang, d'ailleurs.

Alors, mieux vaut se souvenir que prudence est mère de sûreté. Hitler on peut y aller ferme. Un des rarissimes exemples où le risque zéro existe bel et bien ! Ne vous en privez donc pas !
À un ex-ami, éjecté de mon entourage depuis longtemps, et farouche critique de feu le Führer, j'avais justifié le fait de me débarrasser de son « amitié » par les contradictions pourtant ostensibles de ses raisonnements vaseux. Car en bon humaniste, dont il s’autoproclamait, il était bien évidemment contre la peine de mort, contre la perpétuité, pour le droit - tarte à la crème - que tous doivent être défendus, pour le droit à la réinsertion sociale et - of course - pour les peines alternatives. Bref, un adepte de tout ce qui peut inciter à la criminalité et à la malfaisance sociétales. Tous ont droit d'être défendus, amnistiés, condamnés a minima. Sauf ceux que la propagande lui désigne comme criminels imprescriptibles. Que voulez-vous envisager, comme relation amicale durable, avec de tels schizophrènes ? Non ! Il faut les laisser dans leur marigot d'opinions à géométrie très variable et les oublier.

Je précise que ceci n'est nullement un plaidoyer pro-Hitler. À l'époque de son règne, de sa gloire si malfaisante fût-elle, j'étais champion de crawl, fort de m'être beaucoup entraîné à nager dans les testicules de Monsieur mon Père, qui, s'il avait été pédophile au lieu d'être un banal hétéro normal, ne m'aurait jamais engendré. Tiens au fait, quelqu'un sait-il si le prestigieux « Dany » s'est reproduit ? On n'est plus à une catastrophe près...
Dieu, à défaut de Macron, nous préserve !

Achille

@ Michel Deluré | 21 janvier 2021 à 09:21
« On peut avoir été victime sans être pour autant dénué d'humanité, de moralité. »

Cela n’est pas si simple. Il n’est pas rare qu’un traumatisme conduise une victime à reproduire le comportement de son bourreau. Cela se retrouve souvent chez les hommes qui battent leur femme ou leurs enfants. Idem pour les violeurs et les pédophiles.
Combien de procès pour des cas de ce genre. Philippe Bilger est bien placé pour le savoir car il a sans doute eu de nombreux cas de ce genre à traiter.

Isabelle

Pendant que nous discutons des problèmes de démence d'un certain Cohn-Bendit et qu'on dissèque la situation déplorable des USA, la France va peut-être subir son troisième confinement.

"Au fait, a-t-on pensé à demander à nos vieux s’ils veulent, pour vivre quelques mois de plus, être enfermés en chambre 24 h/24, s’ils veulent aussi que les jeunes ne sortent plus, n’aillent plus à l’université, eux qui allaient à l’école sous les bombes, mais aussi que leurs petits-enfants soient masqués 8 heures en primaire ?
En clair, leur a-t-on posé la question de savoir s’ils souhaitent voir mourir les jeunes avant eux, par asphyxie, suicide, chômage très longue durée, horizons bouchés, désespoir ?"
Michel Bickel - Bd Voltaire

https://www.bvoltaire.fr/docteur-stop-a-la-lobotomie-svp/

TROISIEME CONFINEMENT qui ne servira à rien, hormis à désespérer encore plus une population qui crève déjà de trouille et se laisse manipuler.

Cette population qui ne se plaint pas d'être maternée et qui finit par être paternée de méchante manière. La dictature, et pas que sanitaire, est en marche.

Nous sommes dans un pays qui favorise les personnes très, très, très âgées d'une part et d'autre part qui se prosterne devant les racailles, les migrants clandestins, les islamistes.

On dit seulement qu'il suffit d'isoler, de confiner, de tester les personnes et de vacciner enfin (mais quand ? Où sont les doses ?) les plus vulnérables.
C'est ce qui fait d'ailleurs déjà en EHPAD. Les personnes âgées y sont déjà cloîtrées depuis des années et on leur interdit à présent tout contact avec leurs proches. Une prison sous haute surveillance moyennant environ 2000 euros par mois (voire plus parfois) !

Quant à l'immense majorité des citoyens qui se tait et ne bronche pas, elle a peut-être que ce qu'elle mérite. SOUMISSION sur toute la ligne.

Tant que les aides tomberont dans leurs escarcelles, ils ne bougeront pas. En Italie, les restaurateurs ne reçoivent plus rien et du fait, ils se révoltent.

Tant que les frigos sont encore à peu près pleins, tout le monde sera soumis.

Robert Marchenoir

@ Valéry | 20 janvier 2021 à 20:29
"À mon sens, l'erreur majeure que font beaucoup ici et ailleurs c'est de désigner les coupables d’antan en les jugeant par le prisme de notre société moderne, avec beaucoup de ses valeurs et interdictions en somme toutes nouvelles."

Votre remarque est très juste, et ô combien nécessaire. Que d'erreurs de jugement se commettent au nom de l'anachronisme, d'une conception rétroactive de l'histoire et de l'oubli du passé !

Vous mentionnez David Hamilton. À son époque, il disait publiquement : "Vous avez eu les calendriers, moi j'ai eu les filles". Il y a quelques années, certains de ses modèles ont dénoncé ses agissements de l'époque. S'il n'y a pas eu scandale, si tout le monde a oublié, c'est simplement parce qu'il s'est suicidé à l'issue de ces déclarations. Et que tout le monde était consentant, à l'époque, du moins pour les photos de nu : les filles, leurs mères, et les acheteurs de livres et de calendriers.

Vous citez Charlie Chaplin : c'est un bon exemple. Charlot les prenait à partir de quinze ans. Ce n'était pas un mystère. En 2014, quelqu'un en a fait un livre, et cela a permis aux médias de faire quelques titres bien scandaleux et bien moralisateurs.

Concernant Cohn-Bendit, qui n'est pas particulièrement ma tasse de thé, il n'y a aucune preuve que ses vantardises aient reflété la réalité. Il serait fort étonnant, dans le climat actuel de puritanisme et de grand déballage, qu'aucun des "petits enfants" qu'il aurait prétendument agressés à l'époque ne se soit déclaré victime depuis.

En l'absence de toute dénonciation personnelle, ses explications, reposant à la fois sur la provocation et les mentalités de l'époque, sont parfaitement vraisemblables.

Ce qui est parfaitement clair également, c'est que ses anciennes déclarations sont systématiquement exploitées pour le calomnier. Il est plus difficile de monter un argumentaire motivé sur ses supposés crimes politiques d'aujourd'hui (que j'ai du mal à discerner), que de l'accuser en boucle de pédophilie.

En dehors du fait qu'il soutient l'Union européenne et l'immigration (à l'instar de millions de responsables et de personnalités), j'ai du mal à voir en quoi il serait, aujourd'hui, le monstre abominable qu'on nous décrit.

Sa justification théorique de la pédophilie était condamnable, même en 1975. Il reste que dire et faire, ce n'est pas la même chose.
______

@ Denis Monod-Broca | 20 janvier 2021 à 15:04

J'ai utilisé l'expression "ce n'est pas faux", qui signifie "il y a du vrai là-dedans". On peut discuter à perte de vue sur les détails, mais vous reconnaissez vous-même que l'accession au pouvoir d'Hitler s'est faite dans les formes légales, dans un régime où régnait le suffrage universel.

C'est bien ce qui est habituellement signifié par ceux qui emploient cet argument, lequel consiste à mettre en garde contre la possibilité qu'un responsable démocratiquement désigné devienne un dictateur. C'est ce que voulait dire Cohn-Bendit.

Behenzar de Cunes

Claude Luçon, vieux kroumir aimé, je veux bien t'apporter une boîte de pavés de la Maison du Chocolat la prochaine fois que j'irai te saluer dans ton auberge du troisième âge mais ne compte pas que je te délivre la parole zemmourienne d'hier au soir… tu la trouveras aisément sur TikTok and Wikiki.
Je te casserais le plaisir !

En revanche j'ai des remarques à te faire sur la notice biographique que tu m'envoyas ce jour à 00h54 sur ma demande expresse, laquelle ne contient que des éléments banals et connus de tous depuis Mathusalem.

En particulier rien sur le voyage du message génétique de la personne désignée entre l'an 70 de notre ère et aujourd'hui.
Autrement dit tu te moques … et tu te défausses … c'est pas bien… moi aussi je suis un vieux… faut pas se moquer des vieux !

Bon ! Alors on recommence. Selon toi notre homme est un berbère… depuis les origines ? Mais alors dans quel sens il serait juif ? Un converti ? On se convertissait au judaïsme entre Blida et Constantine sous les Arabes, sous les Ottomans ?

Ton affectionné camarade va te délivrer sa pensée, plus exactement le fruit de sa rêverie songeuse et imaginative : l’ancêtre du petit homme en question est parti de Palestine avec sa tribu – accompagnée de toutes les autres tribus – pour errer dans tout le bassin méditerranéen, aussi intelligent qu'Ulysse – ce qui n'est pas peu dire – essuyant les crachats des hordes germaniques – déjà… toujours – subsistant comme individu de second choix jusqu'au moment où négligemment un gouvernement français décida qu'ils étaient des « citoyens à part entière » !

C'est curieux le radotage des anciens… j'ai subitement le sentiment que je te raconte un truc que tu sais aussi bien que moi.

Bonne journée vieux

Achille

On a connu les intellectuels de gauche des années 70-80. Une bande de sybarites qui se vautraient dans la luxure et l’insouciance. Inutile de les nommer, vous les connaissez. DCB, Goupil ne sont pas des exceptions.

Nous avons aujourd’hui les intellectuels de droite que l’on trouve notamment sur CNews. Certains sont particulièrement gratinés: Rioufol, Messiha, Zemmour, sans oublier deux autres que j’ai découvert récemment Guillaume Bigot et Kevin Bossuet(*). Ces deux-là feraient passer Zemmour lui-même pour un gauchiste. Enfin presque, faut pas exagérer non plus.
Je mets à part Elisabeth Lévy et Charlotte d’Ornellas, deux femmes radicalement de droite mais qui sont capables d’exposer des arguments sans sombrer dans la harangue haineuse.

Le problème avec les intellectuels de droite, c’est qu’ils ne sont pas drôles, mais alors pas drôles du tout.
C’est Pierre Desproges qui disait « On peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui ».
Le problème aujourd’hui, c’est qu’on ne peut plus rire du tout, car tout de suite cela devient suspect. Un peu tristounette cette époque, d’autant que les mesures sanitaires actuelles ne risquent pas de nous redonner le moral.

(*) J'ai volontairement omis de citer Pascal Praud pour qui l'appellation "intellectuel" serait abusive.

Michel Deluré

@ Achille 20/01 21:11
« Encore que certains pédophiles ont une attirance pour les enfants parce qu'eux-mêmes ont été victimes d'attouchements par un adulte, voire un parent. »

Avoir enduré le pire ne justifie nullement qu'on le reproduise à son tour. Au contraire, connaissant mieux que quiconque les dégâts causés par la commission de ces actes sur leurs victimes, cela devrait même constituer un frein puissant à la tentation de leur accomplissement.
Qui connaît le prix de la souffrance ne saurait à son tour infliger celle-ci, comme si elle faisait partie de la normalité.
On peut avoir été victime sans être pour autant dénué d'humanité, de moralité.

Denis Monod-Broca

Hitler, un monstre ?
Façon commode de se rassurer sur soi-même.
Je crois qu'il n'y a ni saint ni monstre, qu'il y a des hommes, des circonstances et des foules.
Hitler n'aurait rien pu faire sans la foule allemande qui l'a soutenu, sans les foules européennes qui ont collaboré avec lui, sans la foule américaine qui a si longtemps fermé les yeux...
D'où les questions, angoissantes, suivantes : de quelles foules fais-je partie ? À quelles monstruosités se livrent-elles à l'instant présent ?

Achille

Trump n’est pas Hitler. Il est vrai que les Etats-Unis disposent d’un système politique ne permettant pas à un de ses présidents de jouer les docteur Folamour.
Le système a vacillé avec l’invasion du Capitole par les partisans de Trump. Mais il a tenu.
Ceci étant, hier, lors de l’investiture de Joe Biden, magnifique interprétation de l’hymne américain par Lady Gaga. Grandiose !

C’est un peu la Mireille Mathieu des Américains…

Behenzar de Cunes

TRUMP Le départ
TRUMP Le retour

Ellen

L'avocat Michel Laval est une personnalité extraordinaire, homme billant à tous les égards. J'espère que les magistrats vont ouvrir grand leurs oreilles et qu'ils le suivront dans sa plaidoirie.
E. Macron, Eric Dupond-Moretti et Darmanin devraient s'inspirer de sa haute intelligence et de sa perception de vue inégalable.

Achille

@ stephane | 20 janvier 2021 à 22:51
« Pour vous c'est quoi un viol ? Un jeu ? »

Où ai-je laissé entendre qu’il s’agissait d’un jeu ?
Un viol est un acte subi sous la contrainte et donc parfaitement indigne. Et cet acte ne se limite pas aux enfants.
Il ne faudrait pas tout mélanger : pédophilie, inceste et viol.
Le cas cité par DCB n’est donc pas un viol puisque ce sont les enfants eux-mêmes qui ont entrepris de lui tripoter la braguette. On peut contester sa version, mais là on entre dans un autre débat.
L’erreur, la faute, l’attitude inconvenante de DCB, appelez ça comme vous voulez, a été de les laisser faire, rien de plus.
À noter qu’à cette époque l’âge minimal du consentement sexuel n’était pas d’actualité.

N’oublions pas non plus qu’il existe dans la nature des petites Lolita qui sont très conscientes de l’effet qu’elles produisent auprès des hommes d’âge mûr. Certaines célébrités du show-business s’y sont même laissé prendre.
Il eut, certes, été décent que DCB explique à ces enfants que leur comportement était déplacé. C’est d’ailleurs ce que j’explique dans mon post du 20 janvier 2021 à 06:15.
Il ne l’a pas fait et donc, dans le contexte moralisateur, voire puritain d’aujourd’hui, il est voué au bûcher.

À noter tout de même, qu’à ma connaissance, DCB n’a jamais eu à connaître de plaintes pour viol, même quarante ans après les faits.
Vous me direz, ça peut venir. Alors attendons. Il sera toujours temps de s’indigner ensuite.

Véronique Raffeneau

"Il s'agit du propos d'un homme incapable d'ajuster son esprit et son verbe à la réalité qu'il dénonce, la réduction à Hitler étant la manifestation éclatante de la pauvreté de l'analyse." (PB)

Oui.

Ce qui est en cause n'est pas le propos de D. Cohn-Bendit, à mon sens sans aucun intérêt, mais bien en quoi la complaisance de LCI à l'égard de DCB est révélatrice du niveau que la chaîne entend donner à ces "débats" forgés sur le mode du storyboard, genre casting téléréalité, sommaire et grossier.

C'est aussi pour cette raison que je regrette qu'A. Finkelkraut se soit fourvoyé dans ce type de format médiatique qui, en aucun cas, n'est conçu pour le débat au sens haut et le questionnement.

Le renvoi d'A. Finkelkraut est une absurdité: il suffit de considérer les multiples complaisances - et manquements - dont la chaîne a fait preuve à l'égard d'O. Duhamel quand ce dernier était un "débatteur" régulier:

"100% politique
VENDREDI DE 20H À 21H
Le vendredi soir, Marie-Aline Meliyi anime 100% politique, un nouveau magazine politique hebdomadaire avec à ses côtés pour apporter leurs éclairages : Olivier Duhamel, Alexis Brezet et Jérôme Jaffré."

Quant au relativisme par rapport aux années 70, que pèse ce relativisme face à la sidération, la honte et le dégoût d'un adolescent de 14 ans confiant et aimant quand un père, un beau-père, un grand-père, un oncle, un éducateur, un adulte explose son intimité la plus essentielle et sa totale vulnérabilité ?

"Le fait de savoir qu'il y a des êtres auxquels on ne touche pas ne dépend pas de la conjoncture mais d'une intangible et permanente éthique."

Oui.

Ellen

Depuis, je zappe dès que je vois DCB et les têtes à claques.
Honte aux médias complaisants !

Cohn Bendit, le pédophile eurodéputé: à dépiter
https://www.youtube.com/watch?v=4svaYmpC3MQ

Cohn Bendit et les petites filles de 5 ans: la honte
https://www.youtube.com/watch?v=SQfZBV9nsNQ

Le vieux monde de pédophiles dégénérés: la ruine morale et intellectuelle
https://www.youtube.com/watch?v=eUJWhaJ_EuE

Soirée de débats: le monde de Macron - Collard vs Cohn-Bendit
https://www.youtube.com/watch?v=6gZqxbEnUXA

E. Macron ramasse tous les déchets. Pas bon pour les prochaines élections.

Henri Gibaud

Quand les militant(e)s de "super-papa" puis "L'Enfant Et Son Droit", aussi "L'alphabet du respect des enfants", plus tard Allô-Parité-Père-Mère dénonçaient tout cela et pire encore : les médias couchés reçurent l'ordre de nous ostraciser depuis les camarillas roses... nous n'étions que les pires racailles pour le "système pédophilephile" : des pères ordinaires bios mais répudiés par le goulag aux-affaires-femmiliales !... nous menacions le beefsteak de 30 % des avocats !!

Pour la 2e journée des droits de l'enfant le 20 novembre 1997, munis de l'article-bombe du Canard "Anonymat garanti pour magistrats pédophiles" (mercredi 23 juillet 1997, postérieur à la Marche blanche historique des Belges magnifiques en 1996), au Palais de l'Unesco, il y eut au moins deux magistrats qui reçurent en pleine poire le missile du Palmipède :
- le gauchiste juge pour enfants R., qui lui savait fort bien que la CIDE (New York, 20 novembre 1989) était une ultime mine tiers-mondiste léguée par la Pologne tutellitaire de Jaruzelski pour venger l'agonie soviétique
- un jeune blanc-bec idiot qui tenait le stand de la "Place Vendôme", frais émoulu bordelais conditionné à la Secte-M, et qui découvrit en roulant des billes de forcené le petit lot de tranches de Canard que nous avions glissé quand il s'absenta émettre son petit p**i ...

Le futur "héros" Fabrice B. était alors dans les effectifs de l'école au "discret parfum de secte" (*) sur des bords d'eaux ... La "madrassa" bordelaise reçut notre visite inopinée mais licite en décembre 1997, en plein procès Papon, en sorte que tous les jeunes copines-copains à Fabrice puissent profiter de l'enquête ADO-71 regorgeant de magistrats pédophiles, d'après la Gendarmerie Nationale puis Le Canard. D'où le massacre réactionnel d'Outreau pour dédouaner le Grand Corps ...

(*) expression due à l'enquêteur indépendant Jean-François Lacan (^)
Albin Michel éditeur, avril 2003,
"CES MAGISTRATS QUI TUENT LA JUSTICE"

(^) J.-F. Lacan avait auparavant de 1989 à 2001 publié six études dont cinq en collaboration avec Sophie Coignard, Michel Palmer, Denis Ruellan, Jehanne Collard sur des thèmes méritant de bousculer des scléroses : "république bananière", journalistes-stars, scandales en EHPAD, assurés (si vous saviez !), malades (si vous saviez !), insécurité routière.

Claude Luçon

@ Behenzar de Cunes | 20 janvier 2021 à 21:30
"Camarades
Vous avez entendu ce qu'a dit Zemmour ce soir…"

Non ! Pouvez-vous le préciser ?
Ayant d'abord lu ce billet de Philippe dédié à Dany le Rouge et à Trump le Blond j'ai passé la journée sur CNN pensant que Joe Biden et Kamala Harris avaient quelque intérêt pour le reste du monde, France comprise. Ils me semblent plus importants que Zemmour, dont nous parlions hier, même si quelques citoyens égarés, pas alsaciens bien sûr, voudraient qu'EZ se présente à notre prochaine présidentielle :) Pardon ;(

Tomas

"Comme si, dans la vie de chacun, dans le passé comme aujourd'hui, quelles que soient les options philosophiques et politiques, il ne devait pas y avoir une frontière infranchissable préservant le caractère sacré de l'enfant et sa totale dépendance, donc son extrême faiblesse, face aux pulsions indignes d'adultes dévoyés. "

Ben non. À chaque époque ses moeurs. S'offusquer du climat excessivement libertaire qui sévissait dans les années 70 à l'aune de nos critères d'aujourd'hui revient à condamner ces rois de France qui épousaient des fillettes de 12 ans (et encore je suis gentil), ou à faire de Charlemagne qui massacra paraît-il tous les Saxons qui ne voulaient pas se convertir au christianisme un prédécesseur d'Hitler. Quant à l'universalisme des valeurs proclamé urbi et orbi, c'est une chimère absolue, il suffit d'aller en Afghanistan (au hasard) pour s'en convaincre.

C'est pour ça que Trump n'est pas Hitler, il est américain et pas allemand, et il a été au pouvoir de 2016 à 2020, pas de 1933 à 1945.

Il faudra bien un jour que l'Occident admette la réalité du relativisme, les Chinois ont compris ça depuis 2000 ans au moins. Il pourra ainsi mieux affronter les menaces auxquelles il est confronté.

stephane

@ Achille 20 janvier 2021 à 21:21

Là je ne vous suis plus.
Pour vous c'est quoi un viol ? Un jeu ?
Vous devriez défendre les curés pédophiles, c'était la main de Dieu, comme avec Maradona.
Vous vous basez sur le témoignage de DCB pour parler d'absence de contrainte. C'est un peu léger voire choquant.
Je rejoins davantage Serge Hirel sur ce coup-là.

stephane

Je pense qu'on ne peut pas justifier le fait que Cohn-Bendit se laissait baisser la braguette par l'époque. Une déviance sexuelle n'a pas d'époque.
Je me souviens encore de la promotion du livre de Frédéric Mitterrand sur Europe 1 où il annonçait fièrement se taper des petits jeunes en Thaïlande pour calmer ses pulsions mais, dit-il, "je payais".
Ce pédophile fut quand même nommé ministre et à l'époque tout le monde politico-collaborationniste s'est mis à hurler sur Marine Le Pen qui avait relevé ce fait.
Un procès de Nuremberg pour juger les politiques pédophiles, "nous sommes pour" et leur donner la parole permettra aux victimes de s'exprimer si elles en ont le courage.

Mary Preud'homme

@ Valéry | 20 janvier 2021 à 20:29

DCB relate ses souvenirs de pédophile "expérimentateur" alors qu'il exerçait dans les années 1972-1973 comme "éducateur" dans un jardin d'enfants.

Or si vous étiez vraiment renseigné auprès de professionnels de ce métier sur les pratiques de l'époque en matière d'éducation de la petite enfance, vous sauriez que personne parmi les éducateurs et éducatrices solides et équilibrés (premières qualités exigées d'un éducateur) n'aurait pu cautionner il y a cinquante ans le genre de pratique dont il s'est vanté dans un livre, et qui lui aurait valu d'être renvoyé illico et poursuivi par toutes voies de droit s'il en avait fait état.

-----------------------------------------------------------

@ breizmabro | 20 janvier 2021 à 20:33

Vous savez breizmabro la Providence n'est plus ce qu'elle était même à Amiens !
Tout fout le camp !

Behenzar de Cunes

Camarades,

Vous avez entendu ce qu'a dit Zemmour ce soir… vous avez bien entendu ce qu'il a dit.
Vous avez tout entendu de ce qu'il a dit… et sur tous les sujets… sur les sujets… tous… les uns après les autres.
Vous ne vous dédirez pas… vous serez considérés comme des êtres comprenants.
Bon… on partira sur ces bases !

Alors demain… quand vous allez recommencer à écrire… à nous fournir la manne habituelle… à nous alimenter selon votre habitude… alors il ne va pas falloir recommencer la comédie d'aujourd'hui… au sujet du petit homme… parce que ça pourrait atteindre des sommets insoupçonnés… qu'il va falloir arrêter de taper sur le bourricot…

Ou alors il va y avoir des bouffées d'humeur… et que l'on va commencer à parler de quelque chose qui pourrait s'appeler dans des milieux incertains comme un début de commencement d'une amorce de quelque chose qu'on pourrait nommer – avec beaucoup de présomption – comme les prolégomènes d'une poussée d'antisémitisme primaire ou secondaire, voire tertiaire…

Et que forcément il va bien y avoir quelques réactions... à force, forcément !

Comme d'hab ce que j'en dis c'est pour rire.

Camarades bonsoir !

Achille

@ breizmabro | 20 janvier 2021 à 17:44
« Déjà c'est moyen moyen de laisser faire ce genre de choses à des petits enfants, mais ajouter "mais s’ils insistaient, je les caressais quand même", si ça ce n'est pas de la pédophilie qu'est-ce ?? »

Ce n’est déjà plus un viol vu qu’il n’y a pas contrainte. Le contexte de l'époque s'y prêtait. Aujourd'hui ce genre de comportement ferait hurler nombre de personnes sensibles, c'est vrai.
Les temps ont changé et changeront sans doute encore.

Marcel

@ Valéry

Je doute que les viols massifs post-conquête aient vraiment été appréciés, pas considérés comme des atrocités, pas utilisés comme tels.
Certes, il fut un temps où on n'avait pas encore tout à fait déterminé la notion de crime de guerre. Mais ça fait des siècles qu'on nous parle de preux chevalier. Le bien et le mal n'ont pas été découverts hier matin.

Les temps changent, la référence de l'acceptable aussi. Mais certaines saloperies en ont toujours été, même si on tournait la tête.

Achille

@ Michel Deluré | 20 janvier 2021 à 16:19

« Que penser de cette évolution lorsqu'elle se fait au détriment de la morale ? Ne pensez-vous pas que cette évolution que vous invoquez s'est trop souvent traduite au fil des décennies par, disons pudiquement, maints accommodements avec la morale ? »

La morale n’est pas la même selon les civilisations, les époques, les cultures. J’ai longtemps cru que l’homosexualité était une déviance, parce que l’on me l’avait décrit comme cela et je pensais sincèrement que c’était vrai.
Aujourd’hui ma position à ce sujet a changé car il s’est avéré que ce type d’orientation sexuelle fait appel à un dérèglement génétique qui dépasse le cadre de la morale.
La pédophilie, par contre est vraiment une déviance qui est condamnable et doit être sanctionné.
Encore que certains pédophiles ont une attirance envers les enfants parce qu’eux-mêmes ont été victimes d’attouchements par un adultes, voire un parent. D’où la reproduction d’actes qu’ils ont subis dans leur enfance.
La morale dans ce cas est un repères bien illusoire. Ce qu’il leur faut ce sont quelques séances avec un psychothérapeute.

F68.10

@ Xavier NEBOUT (@ Patrice Charoulet)

"Hitler est le pire monstre de toute l'histoire humaine." -- Patrice Charoulet

"Quel courage intellectuel, quelle érudition ! Ce n'est pas vous qui vous ferez berner par les révisionnistes !" -- Xavier NEBOUT

Ce qui serait drôle, ce serait que vous demandiez à Patrice Charoulet de justifier cette assertion. En lui demandant de prendre d'autres célébrités -- au hasard, Pol Pot, mais je peux vous en trouver d'autres -- ainsi que des critères objectifs permettant d'établir une telle hiérarchie. Puis ensuite de passer les chiffres et les faits à la moulinette pour savoir pourquoi Patrice Charoulet croit vraiment ce qu'il croit sur Hitler. Dépasser le règne de l'émotion pour rentrer dans celui de l'analyse factuelle, en somme. Toujours un exercice rigolo, et en fait plus intéressant qu'on ne l'imagine a priori.

Ce qui est quand même dommage quand on parle de la dérive fasciste de Trump, c'est que cela fait loooooooongtemps qu'on savait que Trump se refusait à s'engager à pratiquer une transition pacifique du pouvoir à l'administration qui le suivrait. Très looooooongtemps. Depuis presque le tout début de son mandat. Nul besoin qu'on ait un p*tain de viking en train de déambuler torse poil dans le Capitole pour s'en rendre compte. Sa dérive était annoncée dès le début.

On savait dès le début que ce bonhomme était de ce fait un danger pour la démocratie. On n'a pas vraiment voulu le voir. Bon, ben voilà, on est prévenu: il convient dorénavant de s'opposer dès le départ à un bonhomme qui refuse d'affirmer qu'il rendra pacificiquement le pouvoir.

À moins de souhaiter la fin de la démocratie, bien entendu. Ce qui est bel et bien un choix politique.

De mon côté, je cautionne l'absence de retenue de la police et de l'armée dans ce genre de situations. Il y aurait dû y avoir plus de policiers au Capitole ce jour là. Et plus de morts. Tolérance Zéro et Pitié Zéro.

Robert Marchenoir

@ sbriglia | 20 janvier 2021 à 11:58
"Oui, Savonarole et Marchenoir, Navalny est un héros... pour autant que se jeter, vêtu de probité candide et de lin blanc, dans la gueule de l'ogre soit réellement héroïque et non complètement foutraque…"

Rien de foutraque dans sa démarche. Il suffit de consulter les observateurs russes pour savoir que le retour de Navalny met les autorités dans l'embarras. Soit elles le laissaient en liberté, et alors il était libre d'organiser l'opposition. Soit elles l'arrêtaient, et elles en faisaient un martyr. En fait, l'actualité vient de montrer que pour Poutine, le retour de Navalny est encore pire...

Votre histoire de probité candide vient d'être démentie par les faits. L'avion de Navalny est détourné sur un autre aéroport, pour éviter les manifestants. Il atterrit. Il déclare qu'il est heureux d'être rentré dans son pays. Au contrôle des passeports, il est arrêté, emmené dans un commissariat de police où est affichée une photo de Iagoda, le chef du NKVD, directeur du laboratoire des poisons, créateur du Goulag et responsable de millions de morts sous les ordres de Staline. Navalny est emprisonné.

Le lendemain, YouTube explose à nouveau, avec une nouvelle vidéo de... Navalny, où il fait la visite guidée du palais secret de Poutine, sur les bords de la Mer noire. Délire de satrape oriental qui a coûté 1,35 milliard de dollars, et qui constitue un mini-État extra-territorial, 39 fois plus grand que Monaco.

Face à la caméra, Navalny (qui, à cet instant, se morfond dans une célèbre prison moscovite) visite les archives du KGB à Dresde. Il reconstitue la carrière du tchékiste Vladimir Poutine. Il explique comment un obscur espion bureaucrate, en Allemagne de l'Est, est devenu l'homme le plus riche du monde. En volant les richesses de la Russie, construites sur les ossements des millions de morts du Goulag.

Il montre aux Russes, par drone, le luxe insolent du palais de Poutine à Gelendzhik. Il montre les chambres, les plans fournis par un entrepreneur dégoûté par cette corruption, la modélisation 3D réalisée par son équipe.

Il détaille la patinoire souterraine de hockey sur glace, dont le président russe est un fervent pratiquant ; les vignobles ; le casino ; l'église orthodoxe importée de Grèce ; le distributeur de papier toilette à 1 200 dollars le bout...

Il explique aux Russes les montages financiers complexes qui ont permis à Poutine, par le biais du "plus gros pot-de-vin de l'histoire", de se faire offrir ce Versailles néo-stalinien par ses complices dans le crime qui n'ont rien à lui refuser.

Il montre tout cela, en personne, aux Russes qui n'ont pas le chauffage central, qui ont les toilettes à l'extérieur, qui habitent dans des villages dépourvus de routes, qui sont obligés d'acheter de faux médicaments au marché parce qu'ils n'ont pas les moyens de se payer les vrais.

Et il les appelle à manifester dans la rue samedi, dans toutes les villes du pays.

Une fois de plus, Alexeï Navalny ridiculise intégralement Vladimir Poutine. Il est passé à deux doigts de se faire assassiner par lui au Novichok, dans un crime parfait qui aurait dû empêcher de remonter à son auteur. Non seulement il en réchappe, mais il balance les noms et les photos de ses assassins sur Internet. Non seulement ça, mais il interroge lui-même l'un d'entre eux, au téléphone, et lui fait avouer son crime !

Puis il rentre à Moscou, se fait arrêter, et, dès le lendemain, ridiculise à nouveau Vladimir Poutine avec une vidéo vue par 30 millions de personnes, où il appelle les Russes à descendre dans la rue !

Non seulement c'est un héros, mais c'est un génie politique.

Et pendant que l'extrême droite franchouille, confite dans la naphtaline, se gargarise des "valeurs traditionnelles orthodoxes" promues par son idole botoxée, Navalny, un frêle petit bonhomme de 44 ans dépourvu du moindre charisme, le dézingue avec les armes du XXIe siècle.

breizmabro

@ Savonarole 20 janvier 12:43
"Brigitte Macron, qui nous émeut sur les étudiants, mais rien sur les jeunes ouvriers. La glaise glacée du petit matin sur les chantiers, elle ne connaît pas"

En même temps, comme dit son Manu de mari, quand on est prof au lycée de la Providence à Amiens, on fréquente moins un fils d'ouvrier qu'un fils de médecin français professeur de neurologie en Université (Wiki).

Valéry

À mon sens, l'erreur majeure que font beaucoup ici et ailleurs c'est de désigner les coupables d’antan en les jugeant par le prisme de notre société moderne, avec beaucoup de ses valeurs et interdictions en somme toutes nouvelles.

Vers 1995, lorsque je suis arrivé en France, la revue naturiste "Jeunes et Naturels" était vendue dans tous les kiosques français, au rayon Magazines. On y présentait des photos d'enfants à poil, sur les plages naturistes du monde entier. Les albums de David Hamilton représentant de très jeunes filles fortement dévêtues faisaient un carton à la FNAC, premier rayon. Sur Internet, les sites à contenu érotique mettant en scène des jeunes adolescents pullulaient.

Le simple fait que DCB ait pu évoquer ses frasques pédophiles sans en être inquiété le moins du monde démontre que la mentalité était bien différente. Ça a changé, et tant mieux. Mais si on condamne comme si c’était d'actualité, beaucoup de mythes du passé s’écroulent tout autant, en commençant par Alexandre le Grand, pratiquement tous les empereurs romains, plus récemment Mark Twain, Charlie Chaplin, Michael Jackson, la liste est sans doute très longue. En Russie on a un chef d'orchestre fameux - Mikhail Pletnev, qui s'est fait prendre avec des petits garçons en Thaïlande, l'histoire fit la une de la presse mondiale et a beaucoup choqué les Russes.

Les anciennes cultures mariaient les très jeunes filles à des hommes le plus souvent bien plus âgés. C’était jugé normal et même nécessaire, à l’époque. Tout comme l'esclavage, le pillage, les viols collectifs après une conquête et tant d'autres faits considérés comme des atrocités aujourd'hui. Peut-être faut-il d'abord regarder dans les abîmes pour comprendre ensuite ce qu'il faut préserver et défendre, ce qui a de la valeur, ce qui est essentiel.

Mary Preud'homme

@ breizmabro | 20 janvier 2021 à 17:44

Sur la fiche Wiki du sieur DCB on lit comme professions éducateur et journaliste.
Eh oui, vous avez bien lu "éducateur" !

jack

L'évolution politique de DCB n'a pas eu à souffrir de ses anciens propos intolérables à caractère pédophile.
S'agissant au surplus d'un homme public, il est clair que son attitude a pu constituer une forme de dédouanement pour d'autres, voire un encouragement à agir comme lui.
Cela signifie-t-il qu'il n'y avait aucun moyen juridique pour le conduire devant des juges ?

Sur un autre registre, je pense qu'Alain Finkielkraut a dérapé. Certes, d'un point de vue général et théorique, on ne peut écarter d'emblée l'hypothèse du consentement.
Mais en l'espèce, que signifie le mot consentement d'un ado de 14 ans à qui un adulte prestigieux et impressionnant raconte des bobards pour abuser de lui ?

Au moment où la parole se libère, où une multitude de victimes de l'inceste osent enfin s'exprimer pour tenter de se reconstruire après les traumatismes subis, AF a vraiment mal choisi son moment.
La réaction de LCI est trop brutale, mais AF devrait aller au-delà du cheminement de sa brillante pensée pour manifester un peu d'empathie et s'abstenir de pérorer.
Il ne devait pas oublier que la victime avait essayé de s'en ouvrir à sa mère laquelle a préféré sacrifier l'enfant plutôt que la réputation familiale. Vraiment pas le début d'un soupçon de consentement...
Quel gâchis.

XAVIER NEBOUT

@ Patrice Charoulet
"Hitler est le pire monstre de toute l'histoire humaine."

Quel courage intellectuel, quelle érudition ! Ce n'est pas vous qui vous ferez berner par les révisionnistes !

Par ailleurs, le bon président chinois a dit qu'il allait tuer un tiers des quelque 15 millions de Ouïghours, en enfermer un autre tiers, et recycler le derniers tiers.


Jean le Cauchois

En fin de matinée, j'ai voulu me connecter sur CNN pour voir le temps qu'il faisait là-bas au lever du jour et je suis tombé par inadvertance sur BFM TV, pour y rester, pour une fois : le présentateur Bruce Toussaint recevait Marion Maréchal. Un grand moment de fraîcheur, pour moi qui connaissait peu cette invitée. Le Bruce a tout fait pour orienter les propos de cette jeune et agréable personne. Sa chaîne avait préparé des arrière-plans vidéo, passés pile au moment pour tenter de démentir les propos tenus (prévus ?) de l'invitée (il faut s'interroger sur les manipulations médiatiques).

Pour faire plaisir à Giuseppe, ou à Achille, je dirais que ce Toussaint-là a dû, ce matin, faire son deuil de Louverture qu'il n'a pu associer à son propre patronyme, pour revenir au score.

Dame Marion est tout le contraire du sieur DCB évoqué ce jour. Élégance corporelle, vocabulaire choisi, réactions adaptées, connexion avec le réel actuel... Son deuxième grand-père, ou ses grand-mères, lui ont apporté des compléments de qualité. Une belle personne, que l'on aimerait entendre et voir plus souvent, pour rendre l'actualité moins morose.

Behenzar de Cunes

i-MAGE

Je ne commenterai pas.

breizmabro

@ Achille 20 janvier 06:15
"DCB laisse entendre que c’étaient les enfants eux-mêmes qui ouvraient sa braguette, sans que celui-ci les incite à le faire"

Déjà c'est moyen moyen de laisser faire ce genre de choses à des petits enfants, mais ajouter "mais s’ils insistaient, je les caressais quand même", si ça ce n'est pas de la pédophilie qu'est-ce ??

Achille

@ stephane | 20 janvier 2021 à 16:07
« Reste à savoir si la jurisprudence Barbarin s'appliquera à la clique d'Olivier Duhamel. L'inverse devrait aussi être valable dans une justice juste, sans pour autant qu'il soit indispensable d'écrire un bouquin. »

La hiérarchie de ces prêtres savait et n’a pas pris de sanction envers ces prêtres pervers. Elle aurait dû les dénoncer à la Justice, mais là encore l’omerta a été de rigueur par peur du scandale.
La justice des hommes est faillible, mais ces gens-là n’échapperont pas à la justice divine, si toutefois elle existe…

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS