« Zemmour et Castelnau font de la politique sur la Justice ! | Accueil | Franck Marlin à Etampes : les devoirs du maire »

20 janvier 2021

Commentaires

Claude Luçon

Cherchez l'erreur !

Erreur ou source ?
Quand un ordurier de ce genre, qui Dieu merci représente plus l'Allemagne que la France à qui il doit pourtant son existence, on est en droit de se demander ce qui ou quoi se cache derrière Daniel Cohn-Bendit.
Son arrogance, sa présentation débraillée, son inanité sert qui ?
Le parti teutonique AfD serait-il actionnaire de TF1 ? Ou serait-ce Poutine ?
Il se passe des choses et des intérêts étranges dans ce monde.
On a aussi de droit de spéculer !

S'il y a une quelconque similitude entre deux individus, une simple analyse de leurs passés conduit à comparer Hitler plutôt à DCB qu'à Trump !
Grandes gueules et m'as-tu-vu tous les trois mais DCB a réduit la France au chaos en 68 comme Hitler a conduit son pays à la ruine en 1939, Trump n'a que sous-estimé le danger d'un simple virus né en Chine tout en laissant son pays intact et une économie saine.

En outre on aime bien les Français pas de souche à LCI, à commencer par Pujadas !

Michel Deluré

@ Achille 20/01 06:15
« Notre société évolue en permanence. Ce qui était admissible à une certaine époque ne l'est plus quelques décennies plus tard ».

Que la société évolue est une évidence. Cela vaut aussi pour l'individu. Mais il n'est pas possible de se retrancher derrière cet argument pour justifier certaines dérives de cette même société.
Que penser de cette évolution lorsqu'elle se fait au détriment de la morale ? Ne pensez-vous pas que cette évolution que vous invoquez s'est trop souvent traduite au fil des décennies par, disons pudiquement, maints accommodements avec la morale ?

Car la morale est contraignante et l'homme n'aime guère ce qui contraint d'où sa volonté de s'en affranchir autant que faire se peut.
Lorsque l'évolution de la société conduit à s'exonérer progressivement des règles que nous dicte la morale, à considérer comme normal ce qui relève de la perversité, à être incapable de s'interdire le pire, nous sommes en droit de nous interroger sur l'avenir même de cette société.

De ce point de vue, il me paraît que DCB est l'illustration parfaite de ce gauchiste libertaire (pléonasme !) mais au comportement hélas à terme liberticide.

hameau dans les nuages

@ Achille | 20 janvier 2021 à 12:01
"Dans ce cas on devrait commencer par les prêtres pédophiles qui dispensent la "morale absolue" dans les églises et se gardent bien de mettre en pratique leurs sermons…"

Ou commencer par les représentants des autres religions qui ne sont pas en reste au point de prôner la pédophilie dans leurs textes sacrés.

Sans doute un réflexe de votre part, bien compréhensible dans la mesure où c'est le lot commun de ne parler que des travers de certains représentants de l'Eglise catholique.

Pour ma part ce sont les autorités de l'église Saint-Germain-des-Prés qui ont viré le laïc qui "officiait" au sein du foyer de l'église.

stephane

@ Achille | 20 janvier 2021 à 12:01

Cela s'appelle se sentir et même être pénétré par quelque chose qui nous dépasse qui est au-delà de l'humain.
Reste à savoir si la jurisprudence Barbarin s'appliquera à la clique d'Olivier Duhamel. L'inverse devrait aussi être valable dans une justice juste, sans pour autant qu'il soit indispensable d'écrire un bouquin.

Patrice Charoulet

Cher Philippe,

Avec grand intérêt, j'ai lu vos réflexions sur Trump, Hitler, Finkielkraut et Cohn-Bendit.
Hitler est le pire monstre de toute l'histoire humaine.
Trump est simplement le plus grotesque, le plus inculte, le plus désolant, le plus dingue président de l'histoire des Etats-Unis.
Finkielkraut est un des penseurs français les plus estimables, qui vient d'avoir une petite erreur de jugement sur Olivier Duhamel.
Cohn-Bendit est un ancien soixante-huitard, devenu député allemand, puis grand macroniste (comme son pote Romain Goupil). Je le méprise depuis 1968. Ses déclarations sur la sexualité enfantine et ses activités avec certains enfants ne doivent pas être oubliées.

GERARD R.

Je ne comprends toujours pas comment ce satané Dany le Rouge n'a pas fini au ministère de l'Enfance. Cela dit j'en serais fort peu surpris, si d'aventure on venait à l'y caser...

Denis Monod-Broca

@ Robert Marchenoir
"Il recyclait simplement le vieux clicheton selon lequel "Hitler est arrivé au pouvoir par le suffrage universel", ce qui n'est pas faux."

Si, c'est faux.
Les élections de 1932 avaient été favorables au parti nazi mais, un an plus tard, il était en perte de vitesse.
Depuis des années le gouvernement gouvernait par décrets présidentiels, procédure certes prévue par la Constitution mais dans des conditions strictes qui n'étaient plus respectées depuis longtemps.
Von Papen, qui n'était plus à un expédient près, demanda à Hindenburg d'appeler Hitler à la chancellerie, car il espérait, lui, en étant vice-chancelier, garder la maîtrise de la situation.
Hitler est arrivé au pouvoir de façon régulière, au moins dans la forme, mais dans des conditions juridiques et politiques très dégradées et pas par le suffrage universel.

Isabelle

L’apologiste de la pédophilie Cohn-Bendit a son rond de serviette chez LCI tandis que Finkielkraut qui s'est noyé dans "l'intellectualisme" est renvoyé. Ce même Cohn-Bendit qui pique des crises de démence en direct en comparant Trump à Hitler. Indécence à tous les niveaux. Heureusement, grâce à Camille Kouchner, O. Duhamel ne nous toise plus de son arrogance et de sa condescendance.

C'est pourtant simple, il faut boycotter LCI. Quand on voit les invités, il y a de quoi fuir à toutes jambes : R. Goupil, J-M Aphatie, R. Diallo, Luc Ferry qui essaie de rire des pétages de plomb de Cohn-Bendit, P. Pujadas avec son sourire faussement niais etc. Sauve qui peut !


Giuseppe

@ Wilfrid Druais | 20 janvier 2021 à 01:23
"Tous ces "trucs" de débatteur je les maîtrise et j'ai l'avantage de connaître la réalité de la vie des gens, ce qu'il n'a jamais connu en enfant de bourgeois qu'il est et donc bourgeois qu'il est d'autant plus depuis."

De cela je suis persuadé, votre 357 Magnum dans la plume ou la langue devrait les ramener à ce qu'ils sont, ces sacs à déchets.

Savonarole

Grande solitude ce matin pour Pascal Praud.
Il a voulu nous monter un soufflé sur les balivernes de Brigitte Macron, qui nous émeut sur les étudiants, mais rien sur les jeunes ouvriers. La glaise glacée du petit matin sur les chantiers, elle ne connaît pas.
Heureusement Philippe Bilger et l’avocat Jakubowicz lui ont dégonflé le zeppelin qu’il s’apprêtait à nous faire sur la marquise Brigitte. Du coup la pub l’a sauvé du ridicule.


Achille

@ XAVIER NEBOUT | 20 janvier 2021 à 10:20
« La pédosexualité est une faute dont on ne peut se repentir et donc impardonnable car on ne peut l'effacer de la mémoire des victimes. Elle devrait donc être sanctionnée par la peine de mort de manière imprescriptible. »

Dans ce cas on devrait commencer par les prêtres pédophiles qui dispensent la "morale absolue" dans les églises et se gardent bien de mettre en pratique leurs sermons…

Robert

De ce billet, je retiens, Monsieur Bilger ce seul passage :

"D'une part nous avons le droit aujourd'hui de nous ériger en juges parce que ces pulsions scandaleusement libertaires, sans considération de l'enfance, sont heureusement étrangères à une majorité d'humains, de tout temps et nous serions prêts par ailleurs à valider contritions et repentances si ces graves pécheurs ne continuaient pas à tenir le haut du pavé.
D'autre part, quand Jack Lang questionné avec pugnacité par Sonia Mabrouk - au point qu'il fait plus que s'énerver - se contente d'invoquer une "connerie" pour le communiqué de 1977, il montre bien le tour de passe-passe qui consiste à déguiser une défaillance morale en erreur intellectuelle.
Cette référence paresseuse à l'esprit soixante-huitard constitue en fait un réquisitoire impitoyable contre cette période."

Pour beaucoup, Mai 1968 a été une libération de l'univers corseté précédent, d'abord sociétale, ensuite morale, enfin sexuelle.
Faire tomber les tabous a été l'objectif principal, notamment au plan sexuel. La plupart des beaux esprits de l’intelligentsia de l'époque ont adopté cet état d'esprit et les dérives qu'il a engendrées.

Vous rappelez à juste titre les écrits et paroles de Daniel Cohn-Bendit à l’époque. Lorsque, au cours d'un débat qui l'opposait à François Bayrou, ce dernier les lui avait resservis, que n'a-t-on vilipendé François Bayrou, notamment dans les médias bien-pensants.

Ce qui semblait à la pointe de la modernité au début des années 1970, soixante ans après est rejeté pour les raisons morales alors ridiculisées comme faisant partie de l'ancien monde. En quelque sorte un retour du balancier auquel peu des flamboyants comme Jack Lang lui-même ne peuvent à présent échapper malgré toutes les circonlocutions oiseuses utilisées pour minimiser leur portée.
Il convient aussi de ne pas oublier que ce sont les mêmes qui soutenaient la candidature de Dominique Strauss-Kahn à une certaine présidentielle.

Reste une question : ce fameux "progressisme" n'est-il pas celui au fond qui sous-tend la vision et la politique sociétales de notre actuel président de la République ?

sbriglia

Hors sujet… mais pas tant que ça…

Suite à la montée au bûcher de la directrice de la rédaction du Monde en raison de l'"émoi" causé par la caricature des pingouins de Gorce, je résilie mon abonnement.

Les happy few me comprendront…

P.-S. : oui, Savonarole et Marchenoir, Navalny est un héros... pour autant que se jeter, vêtu de probité candide et de lin blanc, dans la gueule de l'ogre soit réellement héroïque et non complètement foutraque…

Louis

Depuis que j’ai entendu sur les ondes un journaleux comparer un vainqueur d’une transat à un Tabarly ou un Vasco de Gama, plus rien ne m’étonne..

Tipaza

@ Mary Preud'homme | 20 janvier 2021 à 01:30
"ce traître (DCB)...finit même par obtenir la nationalité française sous la présidence de Hollande."

Ah tiens je l'ignorais. Faut dire que le personnage ne m'intéresse pas.
Mais c'est Claude Luçon qui ne va pas être content, coincé entre un DCB, juif allemand et un Zemmour, juif berbère.

Bon entre les deux mon coeur ne balance pas, je choisis le Berbère.
Tipaza n'est pas loin de la Kabylie, le coeur de l'ex-Berbérie ;-)

XAVIER NEBOUT

Si Trump est comparable à Hitler, alors on doit comparer Hitler à Trump et donc réviser pour ne pas dire réécrire l'histoire du nazisme et de la Seconde Guerre mondiale.
La quasi-totalité de la population est intellectuellement droguée par une histoire constamment falsifiée, sur le plan factuel et plus encore sur le spirituel, et nous en sommes arrivés aux soixante-huitards, intello-sartriens divers et avariés, néomaoïstes, gauchistes, féministes, antiracistes, antidroite, et anti tout ce qui dénoncerait leur abrutissement de débiles.

caroff

On a trouvé le vaccin salvateur contre la Covid, mais pas celui contre le DCB !
Lui et son collègue Goupil ont micros ouverts sur LCI peut-être par leur capacité à proférer des énormités qui iront nourrir les réseaux sociaux, qui, à leur tour attireront le chaland vers cette chaîne d'infos...
J'attends avec impatience le jour où Lang, DCB et d'autres encore subiront le même sort qu'Olivier Duhamel et, dès lors cesseront de parader dans les médias !

Il faudrait que les langues se délient et que les stylos se remplissent d'encre. Camille Kouchner a donné un exemple salutaire pour tous ceux qui ne supportent plus l'hypocrisie actuelle !

P.-S.: autant on peut louer la pugnacité et l'intelligence de Sonia Mabrouk, autant Amélie Carrouër (dont j'ignorais le nom) ne brille pas beaucoup par son savoir-faire et son à-propos: que n'a-t-elle bouclé le clapet de Cohn-Bendit ?

XAVIER NEBOUT

@ Achille

Combien l'anonymat est protecteur...
Votre relativisme est infâme pour la simple raison qu'il est contraire à la nature humaine tant l'homosexualité, la pédophilie, se marier avec une femme de 25 ans de plus que soi, et la théorie du genre sont contraires à la reproduction.

Votre théorie des cycles est risible tant elle date de quelques heures au regard de l'histoire de l'humanité.

La pédosexualité est une faute dont on ne peut se repentir et donc impardonnable car on ne peut l'effacer de la mémoire des victimes. Elle devrait donc être sanctionnée par la peine de mort de manière imprescriptible.

calamity jane

C'était sûrement sur le contrat que Monsieur Finkielkraut aura signé avec LCI pour son engagement hebdomadaire dans "causons ensemble" de sujets que nous ne connaissons pas.
Bref ! l'un est dans l'exagération du vocabulaire ordurier
et l'autre dans l'exagération d'arguments orientés...

Exilé

Cherchez l'erreur !

Mais est-ce vraiment une erreur ?

Il suffit de comprendre que dans notre pays il existe deux catégories d'hommes : d'un côté les Vaches sacrées qui peuvent tout se permettre et de l'autre ceux qui peuvent être critiquables à merci voire plus, quoi qu'ils disent ou quoi qu'ils fassent, même de plus sensé.

M. Cohn-Bendit qui, si la France avait été bien gouvernée, aurait dû en être expulsé depuis le début de ses tristes exploits, fait manifestement partie de ces vaches sacrées qui abusent de notre bêtise voire de notre lâcheté.

Tipaza

Que dire sur ce personnage odieux à force de cynisme et d'immoralité.
Tout le mépris du monde serait trop faible pour lui dire qui il est. Et d'ailleurs pourquoi lui parler ou en parler.

La photo, un instantané de jeunesse, le valorise, elle contredit presque le billet.
Ce n'est pas lui. Enfin, lui qui a atteint l'âge où :
"Nous finissons toujours par avoir le visage de nos vérités." (A. Camus - Le mythe de Sisyphe)

Cette photo le traduit bien mieux :

https://www.gettyimages.fr/detail/photo-d'actualit%C3%A9/the-verts-in-summer-days-in-toulouse-france-on-photo-dactualit%C3%A9/110840779?adppopup=true

Il apparaît là, tel qu'en lui-même, vieux beau désabusé.
Vieux, on peut lui pardonner, encore que ce soit un état qui pour certains, comme lui, dure trop longtemps,

Il se veut un hussard de la contestation, rappelons-lui que :
« Tout hussard qui n’est pas mort à trente ans est un jean-foutre. » (Antoine Charles Louis, comte de Lasalle, général d'Empire)

Mais vieux beau ? Même pas, il est surfait dans ce domaine comme dans tous les autres.
Et désabusé de lui-même. Sur ce point il a raison.

Robert Marchenoir

Je me suis appuyé l'émission de LCI, histoire de mesurer l'offense hitlérienne de Cohn-Bendit. La première chose qui frappe, c'est la légèreté du brouet. Trois vieux poivrots pérorent à perte de vue, avec un manque de densité sidérant et sans avoir préparé leurs dossiers. De temps à autre, ils font mine de se mettre sur la figure, et le patron du Bar des amis (qui est une patronne) est obligé de séparer les protagonistes.

Sur le fond, Cohn-Bendit a brièvement fait son roquet face à Luc Ferry, en jappant "Hitler-Hitler-Hitler", dans l'unique but de l'interrompre. Par là, il n'entendait pas grand'chose, mais il ne voulait certainement pas tracer une équivalence morale entre Hitler et Trump. Il recyclait simplement le vieux clicheton selon lequel "Hitler est arrivé au pouvoir par le suffrage universel", ce qui n'est pas faux.

Il serait évidemment grotesque de comparer Trump à Hitler, ne serait-ce que parce que ce dernier avait une politique étrangère cohérente, même si elle était, en définitive, vouée à l'échec par son horreur même.

Concernant le bilan de Trump, quelques points de vue intéressants en provenance des États-Unis : dans la National Review (conservateur, traditionnel), un article assez filandreux et mal écrit, mais original et pertinent sur le fond ; on notera que l'auteur ne dit pas un mot de l'immigration, ni au chapitre des réussites ni à celui des échecs. Sur V-Dare (extrême droite, réaliste racial) un article soutenant que Trump a, en fait, victorieusement lutté contre l'immigration, même s'il n'a pas achevé le mur. Dans le New York Times (gauche, immigrationniste), un article important de Timothy Snyder, le grand historien de l'Holocauste : il qualifie le président sortant de "pré-fasciste", et met l'accent sur l'importance du mensonge dans son idéologie. Et pour finir, le bilan de Trump selon Trump, issu du site de la Maison">https://www.whitehouse.gov/trump-administration-accomplishments/">Maison Blanche.

Vamonos

Trump n'est pas Hitler et Finkielkraut n'est pas Cohn-Bendit. Si je simplifie ces deux équations logiques, j'arrive rapidement à la conclusion qu'Hitler équivaut à DCB. C'est ma logique de ce matin et elle me plaît bien.

Sauf que des amis hauts placés ont permis à DCB d'éviter la case prison pour des faits criminels de pédophilie relatés dans une autobiographie. Alors qu'Hitler est allé écrire son manifeste socialiste dans une prison aux frais de la République allemande.

Achille

« La tragédie d'alors, qui a des racines encore dans aujourd'hui malheureusement, est d'avoir laissé sombrer le caractère absolu de la morale dans le relativisme des moeurs. »

Mais la morale n’est pas absolue, Philippe Bilger, elle évolue en fonction des mœurs d’une époque.
Il suffit de prendre l’exemple de l’homosexualité qui, jusqu’aux années 60 était fermement condamnée, non seulement par les chrétiens pratiquants, mais par la morale de l’époque. Elle est désormais admise et même protégée par la loi.

Le racisme aussi faisait partie des principes que la morale approuvait au siècle dernier. Ernest Renan, par exemple, a exposé de grandes théories sur les races inférieures, dont certains individus continuent à soutenir la véracité, y compris sur ce blog, par exemple en évoquant les capacités intellectuelles des Noirs.

Quant aux propos que vous citez de Daniel Cohn-Bendit dans son livre "Le Grand Bazar" écrit en 1975, donc en pleine époque post-soixante-huitarde, DCB laisse entendre que c’étaient les enfants eux-mêmes qui ouvraient sa braguette, sans que celui-ci les incite à le faire. Peut-on alors dire qu’il s’agit de pédophilie ?
Certes, la morale aurait voulu que DCB leur explique que ce comportement est indécent de la part d’enfants et qu’ils feraient bien de s’adonner à des jeux de leur âge. Mais ces enfants étaient sans doute emportés, eux aussi, par le vent de libéralisme sexuel de l’époque « Peace and love ».

Aujourd’hui nous vivons une époque dans laquelle certains comportements, principalement masculins, sont fermement dénoncés par des mouvements féministes dont les motifs peuvent être justifiés :
Les femmes battues par leurs conjoints, le harcèlement sexuel sur le lieu de travail, l’accès aux hautes responsabilités trop souvent réservées aux hommes, etc.
Revendications amplement justifiés. Ce qui l’est moins, par contre, c’est cette haine des hommes comme celle dispensée par Caroline De Haas, Alice Coffin et quelques autres féministes hystériques. Là nous sommes en plein dans un renversement des valeurs morales.

La pédophilie est un crime, certes, mais dans ce cas il faut la dénoncer dès qu’elle se manifeste et utiliser les moyens légaux, certainement pas se manifester trente ans plus tard, quand les faits sont prescrits, en faisant écrire un livre par sa sœur en prenant soin de garder l’anonymat.

Il existe pour ce faire la Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE).

Tout ce qui est excessif est malsain car les effets sont pernicieux et même destructeurs.
Notre société évolue en permanence. Ce qui était admissible à une certaine époque ne l’est plus quelques décennies plus tard. La liberté des mœurs peut du jour au lendemain être remplacée par une morale puritaine qui, elle-même, sera renversée par un comportement plus libertin.

Mais il se trouvera toujours de grands inquisiteurs, y compris sur ce blog, pour pointer un doigt tremblant d’indignation sur les gens qui osent s’opposer à leur propre vision de la morale dans tout ce qu'elle a d'absolue.
Torquemada n’est pas mort. Il semble même avoir fait des émules.

Mary Preud'homme

"Le 21 mai 1968, "Dany le Rouge", de nationalité allemande, avait fait l’objet d’un arrêté d’expulsion du territoire français du ministre de l’Intérieur pour "trouble à l’ordre public" durant la contestation étudiante dont il était l’un des leaders emblématiques."

Il est revenu dix ans plus tard sous la présidence Giscard, non pas assagi mais plus arrogant et déterminé que jamais à mettre le boxon. C'est là qu'il aurait fallu virer définitivement cet anarchiste dégénéré et sadique. Alors qu'au contraire à gauche et même à droite, on l'écoutait comme un oracle et ses propos incendiaires faisaient même le bonheur des médias qui ne répugnaient pas, bien au contraire, à l'inviter et le mettre en scène pour faire grimper l'audimat, y compris lorsqu'il se vantait de ses cochonneries afin de vendre ses souvenirs de pervers narcissique et de pédophile.

Ultime scandale, ce traître qui fut avec quelques autres à l'origine de la décadence sociétale de notre pays, s'acharnant près de cinquante ans à en saper les plus sûrs fondements, finit même par obtenir la nationalité française sous la présidence de Hollande.

Wilfrid Druais

Cohn-Bendit est non seulement emblématique de l'hypocrisie médiatique française des cinquante dernières années et de tous ces pseudo-journalistes qui se prennent pour les détenteurs du bien, de la morale, de la vérité, du bon goût... et donc de la parole "BHLienne" et donc divine, mais il est également emblématique de la lâcheté de tous ceux qui combattent ses "idées", pour peu qu'il en ait jamais eu d'autres que son propre intérêt (pas étonnant qu'il soit passé en cinquante ans du gauchisme au macronisme en passant par l'Allemagne...), parce que à part Bayrou une fois, personne, mais vraiment personne, même pas ses pires ennemis politiques du RN, n'ose, quand il débattent avec ce guignol médiatique, lui rappeler son passé de pédophile revendiqué. PERSONNE !
Même pas cet "espèce de Collard" comme dit le vieux Le Pen.

Cohn-Bendit ne ferait pas cinq minutes avec moi dans un débat, il se ferait déchiqueter et pas seulement sur sa pédophilie passée.
Tous ces "trucs" de débatteur je les maîtrise et j'ai l'avantage de connaître la réalité de la vie des gens, ce qu'il n'a jamais connu en enfant de bourgeois qu'il est et donc bourgeois qu'il est d'autant plus depuis.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS