« Entretien avec Thomas Morales | Accueil | Trump n'est pas Hitler et Finkielkraut n'est pas Cohn-Bendit ! »

18 janvier 2021

Commentaires

sylvain

Haro sur Zemmour, ce pelé, ce gâleux !

Zemmour est le seul qui dénonce avec justesse, courage, je dirais même héroïsme tous ces SOS Racisme gauchistes, toutes ces organisations islamogauchistes sponsorisées par les deniers de ceux-là même auxquels elles crachent à la figure et protégées par le pouvoir collabo macronien.

Organismes qui n’ont d’autres fonctions que de pourvoir en postes grassement rémunérés les pros de l’anti-France et anti sous-chiens ; bref ils niquent la France mais lui prennent quand même la thune, ils nous doivent bien ça ces salauds de françouis colonisateurs.

Personnellement je suis toujours interloqué par le nombre d’étrangers venant vivre parfois au péril de leur vie dans cet enfer raciste qu’est la France.

Je n’ose croire que les prébendes distribuées généreusement et quasi sans contrôle par cette géhenne raciste française de souche blanche catho y soit pour quelques chose.

Décidément ce Zemmour voit le mal partout.

Exilé

@ Serge HIREL
« Or, l’immense majorité d’entre eux n’a à connaître le moindre dossier « politique » - les plus susceptibles de provoquer des écarts intempestifs - et, du juge aux affaires familiales à l’avocat général, ils exercent leur charge dans l’impartialité, l’indépendance, la rigueur et l’humanisme qui siéent. »

Attention, ne limitons pas le problème du biais politique de certains magistrats à leur seule aversion envers tel ou tel homme politique.
En effet, ce serait oublier la mentalité de plusieurs d'entre eux cataloguant leurs « clients » potentiels selon des critères idéologiques standardisés et leur attribuant d'office des idées qui ne sont pas obligatoirement les leurs, ou en leur collant sur le dos des étiquettes parfois d'ailleurs reprises du discours journalistique (« d'extrême droite », « intégriste », etc.), pour ensuite se prononcer en conséquence non pas sur ce que les gens ont fait ou ont dit mais sur ce qu'ils sont supposés être.

J'ai entendu il y a plusieurs années un ancien journaliste ayant assuré des chroniques judiciaires et religieuses sur une radio d’État et ayant dû comparaître en justice au sujet du contenu d'un ouvrage, expliquer que juste avant l'ouverture du procès son avocat lui avait confié que l'affaire était perdue d'avance au vu de l'appartenance syndicale plutôt gauchiste - euphémisme - du magistrat.

Tipaza

Je me suis toujours demandé si pour faire une bonne plaidoirie, un bon avocat ne devrait pas être extérieur au problème.
La lecture du billet confirme cette intuition. Voici une plaidoirie dont chaque mot est juste, mais dont la phrase formée est erronée;
Le sens de la phrase contredit celui de chacun des mots qu'elle contient.

Par exemple, et sans faire d'analyse kabbalistique, je citerai le paragraphe qui me paraît le plus déterminant de la plaidoirie, et le plus contestable :

"Mettant de la globalité là où il n'y en a pas et du partisan systématique quand il n'est pas le ressort fondamental des pratiques judiciaires. Eric Zemmour ne cesse de rappeler au soutien de sa thèse fustigeant la "politisation de la justice", la harangue en effet scandaleuse d'Oswald Baudot, mais qui date de 1974... La Justice a avancé mais EZ demeure concentré sur ce passé lointain et ne cesse de fustiger le présent au nom de ce qui n'existe plus" (PB)

Il y a nécessairement de la globalité, fût-elle involontaire, dès lors que la magistrature est organisée en syndicats, c'est à dire en groupes de pression.
C'est tout le dilemme d'une foule versus chaque individu qui la compose.
L'adhésion à une structure corporative entraîne des comportements collectifs qui, volontairement ou involontairement, donnent une couleur à l'action individuelle de chacun des membres de l'organisation.
La globalité dont parle Zemmour n'est pas celle des manoeuvres militaires organisées, elle est celle plus diffuse et plus insidieuse de comportements inconscients mais prédéterminés par des adhésions idéologiques ou corporatistes.

Quant à la harangue d'Oswald Baudot (quel prénom comme dirait Zemmour !) de 1974, la date ne fait rien à l'affaire.
Il s'agit en l'occurrence d'un texte fondateur du Syndicat de la Magistrature, et dont l'idéologie s'est diffusée et a pollué le système.
Les textes fondateurs de idéologies ou des institutions sont intemporels, par nature même.
Ils projettent un principe d'action dans l'avenir, et par là ils échappent au temps court pour rentrer dans le temps long des sociétés.
Les textes et déclarations de Marx ou Lénine sont encore plus anciens, ceux de Blum et Jaurès également et les partisans de ces idéologies les revendiquent toujours. Et je n'ose parler de la Bible, des Évangiles ou du Coran on me dirait que je charrie, et pourtant ...
Il ne s'agit pas de rester dans un passé lointain, mais de constater ce qu'un texte fondateur d'un principe d'action de la magistrature peut avoir d'actualité.
Et sur ce plan, Zemmour a raison, ce texte est toujours présent dans l'inconscient ou le conscient de beaucoup de magistrats.

Lorsque Chantal Arens commence son discours de rentrée solennelle de la Cour de cassation du 10 janvier 2020 par ces mots : "La justice est à la fois une vertu et une institution" et poursuit en disant: "La Cour européenne des droits de l’homme est, en effet, un parfait exemple de cette œuvre de justice pacificatrice que j’évoquais en introduction de mon propos", on voit bien que la vertu déteint largement sur l'institution et lui donne une couleur nécessairement politique. Osant même affronter la volonté populaire qui n’est pas très souvent (euphémisme) en adéquation avec la CEDH.

Et j'en resterai là, ne voulant pas faire trop long.
Vous avez compris que le juré que je suis adopte les réquisitions de l'accusation représentée par Zemmour et condamne la magistrature à être réformée de fond en comble.

Robert Marchenoir

Il est consternant qu'Éric Zemmour ait admis, face à vous, qu'il appliquait une grille à tonalité marxiste ; mais ce n'est guère surprenant. Lui comme Régis de Castelnau appartiennent incontestablement à cette galaxie qu'on appellera des rouges-bruns, faute d'étiquette plus pertinente.

(Je précise que le brun de l'expression n'est pas, à mes yeux, celui du nazisme, mais celui du fascisme historique, c'est à dire mussolinien.)

C'est bien ce qui obscurcit la vision de Zemmour : cette complaisance envers le communisme, à tel point qu'il trouve encore chic de se réclamer du marxisme, bien qu'il soit accusé d'être d'extrême droite (et sans doute pour s'en dédouaner) ; cette glorification de l'État, qui est le propre du fascisme ; cet autoritarisme, ce culte de l'homme fort (de préférence un militaire), cette nostalgie imbécile du général de Gaulle ; cet anti-américanisme viscéral doublé d'une anglophobie symétrique ; cette haine de l'argent, du commerce et de l'entreprise ; et plus généralement, cette haine du libéralisme, qui est pourtant le fondement de nos institutions politiques.

Mais Zemmour n'est qu'un naïf ; il est sincère. Régis de Castelnau, lui, est un pervers. C'est un communiste pur et dur, qui endosse la défroque du souverainisme pour mieux maquiller ses inclinations profondes. En d'autres termes, c'est, comment disais-je, déjà ?... une racaille intellectuelle, catégorie dont nous sommes, hélas, environnés en France.

Il accomplit le même tour de passe-passe qu'ont accompli les communistes, quand le Komintern leur a donné l'ordre, en 1935, d'appliquer la stratégie du front populaire. Ou que le PCF a prétendu représenter la Résistance toute entière, avec l'aide d'un de Gaulle proposant, dès 1941, un pacte secret à Staline pour s'opposer aux "Anglo-Saxons" une fois la paix revenue.

Régis de Castelnau ne fut pas seulement l'avocat de la CGT ; il fut celui du PCF -- en tant que militant actif, bien entendu. Lui-même se vante d'avoir été surnommé le Baron rouge par ses confrères.

Il date son éveil politique de sa répulsion pour le gauchisme, en mai 68, contrebalancée par sa "sympathie pour l'esprit de responsabilité du PCF et de la CGT". Esprit de responsabilité : voilà exactement ce qui me vient à l'esprit lorsque je tente de résumer le communisme (et non : esprit de trahison et de rapine, goût pour la tyrannie et pour le meurtre, etc.).

Castelnau ne fut pas seulement un militant notable du PCF : il en fut l'un des cadres, membre du Bureau de politique extérieure. Comme il le dit pudiquement, "cela le conduira à développer une importante activité internationale, et à assurer des responsabilités de direction dans plusieurs ONG".

Traduction : le PCF lui faisait suffisamment confiance pour l'envoyer semer la subversion communiste à l'étranger, au travers de différentes associations paravents du KGB.

De nombreux intellectuels français firent un bout de chemin avec le PCF ? Certes, mais Castelnau est né en 1950. Il n'a pas les excuses des contemporains de 1917. Il n'a jamais, non plus, renié le communisme. Aujourd'hui encore, il se vante, sur son blog, de son action subversive en Amérique latine dans les années 70.

Il vomit sa haine des "petits-bourgeois", qu'il couvre d'insultes. Et il évoque avec nostalgie l'époque où la France "avait la chance d'avoir un parti communiste puissant". Cela, curieusement, dans le but de faire l'éloge funèbre de Johnny Hallyday... qu'il qualifie de "héros selon la définition de Charles Péguy".

Ailleurs, il regrette que le Parti communiste d'aujourd'hui ne soit pas assez communiste (notez les guillemets à communiste...).

Bien sûr, Régis de Castelnau n'est pas un petit-bourgeois, lui. C'est un grand bourgeois, voire un noble, comme il le souligne sans trop de subtilité dans sa propre biographie : "Il est l’arrière-petit-fils du général Édouard de Curières de Castelnau, qui fut chef d’état-major de l’armée française en 1915 et en 1916. Son père était lui-même militaire de carrière. [...] Ensuite, il recevra une éducation marquée par un rapport particulier à la France, celui d’un patriotisme exigeant."

Tout à fait. Un rapport particulier à la France et un patriotisme exigeant, c'est la première chose qui me vient à l'esprit quand je pense à la trahison du PCF en temps de guerre (1939-1941). Ainsi qu'à quelques autres menus détails.

Éric Zemmour devrait se méfier : faire des ronds de jambe à des communistes, ça ne paye jamais. Il ne trouve guère que la ponctuation à reprocher au livre de Régis de Castelnau, mais celui-ci ne se gêne pas pour l'écraser de son mépris ("spécialiste de beaucoup de choses, mais, semble-t-il, pas de droit pénal") et pour inviter, sur son blog, un auteur qui le traite "d'épave" publiant des "torcheculs".

Un noble communiste et militariste tressant des couronnes à Johnny Hallyday, et passant pour une autorité morale auprès de l'extrême droite : voilà l'immonde n'importe quoi intellectuel dans lequel notre époque a sombré.

Véronique Raffeneau

"Leur pouvoir, s'il existe, est infiniment fragile et donc à défendre plus qu'à stigmatiser." (PB)

Fragile ?
Pas tant que ça.
Quand dans une information judiciaire des moyens extravagants sont mobilisés pour, par exemple, confondre Nicolas Sarkozy comme un potentiel trafiquant de drogue, la fragilité du pouvoir de ces juges ne saute pas aux yeux.

"D'abord pourquoi réduire l'univers pénal à sa part "politique" comme si l'ordinaire estimable et majoritaire des pratiques ne pesait pas face à cette dernière ?"

Il me semble que lorsque des moyens extravagants sont mobilisés et/ou des vitesses supersoniques (affaire Fillon) sont à l'œuvre, c'est précisément au détriment de l'administration de l'univers pénal ordinaire, lequel, dans cette configuration démente, ne pèse rien ou pas grand-chose.

Que pèse l'ordinaire pénal face à l'ivresse d'un pouvoir-ressentiment fou de lui-même, que pèse l'ordinaire pénal face au couple diabolique Justice/Médias ?

Wilfrid Druais

Madame B. se dit "il vaut mieux que j'arrête à minuit pétante parce que si je publie n'importe quel commentaire, Wil va encore me faire une crise, m'insulter et si jamais je cède à ses caprices d'ado attardé bourré il va m'en mettre des tartines toute la nuit parce que ce sont ses heures de "créativité", on dira ça comme ça pour être gentille, et je ne dormirai jamais".

C'est vrai qu'il est infernal ce petit c*n mais qu'est-ce qu'il attachant ! N'est-ce pas ? Beaucoup trop ;)

Lodi

@ Claude Luçon et à ceux qui veulent se déconfiner l'esprit

Et voilà comment on peut lier action et réflexion, pragmatisme et rêve, comme quoi, ce n'est pas réservé aux Américains.
Voir mes épîtres sur l'Amérique et nous à "Il nous a volé un peu de notre rêve américain !"

Il se peut que marier rêve et pragmatisme soit l’apanage de ceux qui passent les frontières, par exemple en sortant du pétrole hors de l'Hexagone et en implantant de la science dans ce blog : bon courage.
Justement, pour encourager, la science a continué à avancer, l'année dernière, qu'on en juge plutôt :

https://www.sciencesetavenir.fr/decouvrir/10-bonnes-nouvelles-et-belles-decouvertes-scientifiques-d-octobre-2020_148861

Et comme presque tout le monde aime les chats, mêmes "méchants", en voilà un :

https://www.youtube.com/watch?v=WtzsfVmg25E

Si avec tout ça, je ne fais pas de beaux rêves !

Lodi

"Mais je préfère arrêter là avec cette conclusion : l'un et l'autre font de la politique sur la Justice." (PB)

Parce que la Justice est celui des trois Pouvoirs qui n'existe pas en France : on peut donc faire ce qu'on veut avec ce tiers absent.
Notre règle du jeu et le match font que la Justice n'est rien en France. Constitution la Justice n'est qu'une autorité, donc inférieure au pouvoir législatif inférieur à l'Exécutif dont le Président subsume le reste.

La Justice n'est donc rien comme institution. Budget ? Rien non plus... A présent, voyons, est-ce qu'elle est quelque chose du point de vue symbolique... Alors là, elle est moins que rien, c'est bien simple.
D'abord, en France, la loi n'est rien puisque l'Exécutif est tout et que la Constitution n'est rien, je veux dire qu'elle n'organise pas l'équilibre de pouvoirs aussi déséquilibrés que la démarche d'un ivrogne tentant de rentrer chez lui et aussi peu enraciné que l'idée de la liberté dans notre pays.

La liberté est en France maltraitée par l'égalité et le ressentiment et surveillée par la sagesse de chez nous qui dit que la liberté, c'est très relatif. En un mot, la liberté est une Cendrillon qui ne trouvera jamais son prince charmant, je veux dire l'amour des citoyens.

Dans ces conditions, comment la Justice qui doit garantir la liberté serait-elle comprise ? D'un autre côté, pour les rares voulant la liberté et l'égalité, la Justice est par exception rendue par les jurys, et cette exception devient de plus en plus exceptionnelle... Or infériorité institutionnelle et faible légitimité démocratique puisqu'il y a peu de jury ne font pas bon ménage avec respect et confiance.

Au lieu de considérer cette globalité, on peut toujours se faire la guerre entre magistrats et avocats, juges et justiciables.
Quand on dérive sur le radeau de la Méduse, il ne faut pas faire les difficiles : cessons de réinventer la roue et dotons-nous d'une vraie Constitution, d'un budget conséquent et de jury, le reste n'est jamais que poussière sous le vent.

Wilfrid Druais

Oh, un billet corporatiste de Monsieur Bilger sur la justice ! Quelle surprise ! Ça faisait longtemps. Au moins depuis le dernier, logiquement.

Il est vrai que les juges ne font jamais, au grand jamais, de politique, c'est bien connu. C'est comme les syndicats.

Par exemple, si Fillon s'est retrouvé accusé en 48 heures de tous les maux de la terre en pleine campagne présidentielle parce qu'il allait être élu président face à MLP, c'est un hasard mais alors TO-TAL !
Mais voui, c'est "le calendrier judiciaire" qui tombe toujours mal. Ça alors ! C'est ballot quand même !... Ben ouais, pas de bol.

C'est comme quand des affaires aussi insignifiantes que passées concernant le RN ressortent avant chaque élection, ce n'est pas du tout parce que les magistrats font de la politique comme pourraient le penser les complotistes fascistes, c'est parce que c'est "le hasard du calendrier judiciaire".
Mais c'est évident !
Je ne comprends même po que qui que ce soit ayant un cerveau en état de marche puisse en douter.

Après la lecture de ce billet, j'ai deux réactions intérieures : D'abord, "Tout ça pour ça !", et ensuite et fin "De l'art de se moquer du monde".
Mais bon, je sais bien que quand Mister B. parle de Justice c'est comme quand je parle des femmes, il n'y a pas de place pour le clairvoyance.

Claude Luçon

@ letarsier | 18 janvier 2021 à 11:06
@ Serge HIREL | 18 janvier 2021 à 13:33

Adepte du Père Pierre Teilhard de Chardin et de Julian Huxley, je suis un convaincu de l'évolution, pas de la création, et ne crois pas à "l'intelligent design" !

Evolution dont je suis toujours aujourd'hui l'analyse des scientifiques, évolution dont on déchiffre de plus en plus le mécanisme à travers la microbiologie et la spéculation qu'il y a continuité entre la physique newtonienne et la physique quantique ce qui semblait impossible jusqu'ici.

En dehors des débats littéraires, sociaux et philosophiques dont nous saturent les médias, il y a un débat scientifique mondial qui s'enfonce de plus en plus dans le merveilleux au point que certains scientifiques contestent le big bang et des mathématiciens théorisent qu'il y a plus de quatre dimensions dans le cosmos. Dimensions que nous sommes incapables de comprendre comme nos ancêtres n'en concevaient que deux en décidant que la terre était plate, puis ont dû en rajouter une troisième pour comprendre le passage du temps et une quatrième pour admettre que la Terre était sphérique !

En dépit du fait qu'Homo sapiens a éprouvé le besoin de se substituer à la nature pour évoluer, nature qui jusque-là était la seule maîtresse de l'évolution, elle continue son processus, indifférente à nos cogitations comme le Covid-19 nous le prouve aujourd'hui.

Je pense aussi que nous sommes soumis à des radiations cosmiques encore inconnues en plus de celles que nous avons découvertes jusqu'ici : ondes radio, rayons gamma, rayons X, neutrino... lesquels bombardent notre cerveau qui fonctionne à la façon d'un disque dur d'ordinateur dont la nature met le logiciel à jour régulièrement.
Genre Microsoft passant de Windows 7 à Vista puis à Windows 10... et ses mises à jour régulières !

Je crois donc que chacun d'entre nous est conditionné par son passé, son ADN et les chromosomes qui vont avec, et l'environnement cosmique au moment de notre naissance.

C'est un vaste sujet, nous pourrions pousser l'argument plus loin en nous posant la question de savoir si l'astrologie qui a longtemps fait fureur n'est pas une science qu'on ignore ou qu'on a oublié. Que les 12 signes dont on nous affuble à la naissance n'expriment pas le fait qu'après nous être développés dans un liquide dans le ventre de notre mère, liquide qui a protégé notre cerveau de certaines radiations, au moment de la naissance ayant perdu sa protection liquide, notre cerveau est soudainement conditionné par un bouquet de radiations, lui-même formé dans un endroit et un moment particulier du cosmos et de sa structure tels que l'alignement des corps célestes qui nous entourent et conditionnent la nature et le volume de ces mêmes rayonnements.

Nous sommes une machine électrique chers letarsier et Serge HIREL, un ordinateur organique, c'est ce qu'on oublie en France où les scientifiques n'ont pas droit à la parole.

Partant de là oui je pense que nous sommes tous différents mais pouvons être regroupés en ethnies, (puisque le mot race est devenu une insulte en France), ethnies issues des conditions environnementales et conditionnées par le passé de chaque espèce.
Chacun d'entre nous n'est ni Adam, ni Eve, nous sommes, peut-être, leurs lointains descendants modifiés au fil des millénaires par ceux qui nous ont procréés, génération après génération.

Mieux, pour certain mathématiciens d'aujourd'hui, outre le fait qu'ils professent qu'il y a plus de quatre dimensions dans le Cosmos, pour eux, au début, il y a le Chiffre, pas le Verbe.
Pour les microbiologistes au début il y a une molécule organique pas une boule d'argile minérale.

Tout cela, et plus, n'implique pas une supériorité ou du racisme mais une différence, seulement une différence !
C'est Zemmour qui se situe en être supérieur en nous sermonnant, c'est lui qui fait du racisme intellectuel en nous prenant pour des retardés mentaux ! J'exerce seulement ma différence ici en le critiquant.
Vous ne me verrez jamais sur aucun programme TV. J'utilise ce qui est cher aux résidents de ce pays: le droit à la parole, seulement ici où j'ai trouvé le droit de m'exprimer sans censure ou devoir respecter le politiquement correct, pardon le zemmourement correct !

Comme j'ai un passé de bosseur vagabond qui m'a baladé pendant 44 ans sur la moitié de la surface du globe et jusqu'à 6 000 mètres de profondeur dans sa lithosphère, en passant du génie mécanique à la géologie, du magnétisme à la radioactivité, de l'acoustique à l'hydraulique, de la migration des fluides dans nos sous-sols à une crise de fou rire lors de la comédie des avions renifleurs de Giscard, je conçois le monde d'un point de vue entièrement différent d'EZ.
Une sorte de voyeur qui a cherché à déshabiller notre belle et attrayante planète en lui enfonçant des sondes au bout d'un faisceau de câbles électriques dans ses entrailles minérales et organiques pour comprendre son intimité

Je m'appuie sur des faits, des observations stupéfiantes, sur une longue expérience pratique pas, comme Zemmour, sur des suppositions issues de son cerveau où la nature, la physique de l'homme n'ont pas place.
Il spécule, je rapporte ce que j'ai vu et vécu.

Serge HIREL

Les magistrats, comme d’autres professionnels dont les activités sont exposées aux pratiques du pouvoir médiatique, sont victimes d’un amalgame récurrent : ils sont jugés sur l’image détestable de quelques-uns d’entre eux, ceux, par exemple, qui ont conçu et alimenté le Mur des cons.
Or, l’immense majorité d’entre eux n’a à connaître le moindre dossier « politique » - les plus susceptibles de provoquer des écarts intempestifs - et, du juge aux affaires familiales à l’avocat général, ils exercent leur charge dans l’impartialité, l’indépendance, la rigueur et l’humanisme qui siéent. Si, aujourd’hui, on peut reprocher à certains une mansuétude irritante envers de jeunes délinquants, il ne faut pas y voir qu’un effet de leurs convictions personnelles qu’ils oublient de laisser à la porte de leur cabinet. La loi qu’ils ont à appliquer, fabriquée par les élus du peuple, n’est pas particulièrement répressive.

Un autre phénomène récurrent est la « guerre » - le terme me paraît exact - qui sévit depuis des lustres entre magistrats et avocats. Qu’un ancien conseil de la CGT, pour « allumer » des magistrats qui lui déplaisent, vole au secours de Sarkozy est tout de même fort de café !
C’est un peu comme si, demain, Trump, inquiété par la justice, recevait l’aide de l’ex-avocat Obama… Et, pour ne rien arranger, Jupiter jette de l’huile sur le feu en nommant à la Chancellerie un avocat particulièrement désagréable à l’égard de la magistrature…

A contrario, le silence corporatiste des magistrats sur les dérives de quelques-uns de leurs pairs n’est pas beaucoup plus acceptable pour les défenseurs de ceux qu’ils malmènent en instruisant quasi exclusivement à charge.
Ce bouquin n’est qu’une pierre de plus dans le jardin d’en face et il n’est pas écrit pour redorer le blason de la justice. Bien au contraire. Une thèse que soutient son auteur me paraît même délirante : en 2017, les magistrats du PNF souhaitaient l’élection de Macron. Ce qui expliquerait leur précipitation dans « l’affaire Fillon ».
C’est peut-être aller un peu vite en besogne que prétendre cela. D’abord parce que ces magistrats ne sont pas à l’origine des révélations qui ont entraîné la chute du « futur Président ». Ensuite parce que, si celui-ci ne s’était pas entêté à maintenir sa candidature, l’élection de l’inconnu Macron n’était pas acquise pour autant. Une autre personnalité de droite aurait pu l’emporter…

À mes yeux, comme l’article du Volatile, il s’agit plus d’un violent coup de pied dans « le système », avec l’espoir de le déséquilibrer, de la part de magistrats politisés à outrance, que d’un plan élaboré pour porter au pouvoir un candidat tel que Macron, qui, soutenu par « les puissants », ne pouvait pas correspondre à leurs attentes. Quoi qu’il en soit, une telle manœuvre dans la sphère politique est inadmissible de la part de représentants du pouvoir judiciaire.

Bref, Régis de Castelnau n’apporte rien de bien nouveau et ses propositions de réforme, dont certaines, au demeurant, vont dans le bon sens, tiennent plus d’un catalogue pour mettre la magistrature au pas que d’un plan de bataille pour rétablir l’autorité de la justice. Laquelle n’est bien sûr pas l’objectif de la corporation des avocats

Quant à Eric Zemmour, les combats judiciaires qu’il a eu à mener, la plupart injustifiés, ne le conduisent pas à prendre suffisamment de recul sur ce dossier. Et il faut reconnaître que son plaidoyer au secours du ministre de la Justice laisse pantois. Le temps de la réflexion viendra peut-être et, avec lui, un jugement plus nuancé. Pour l’heure, Z semble pris dans ce tourbillon qui conduit à jeter l’opprobre sur l’ensemble du monde judiciaire. On ne peut que lui conseiller d’ouvrir les yeux. Il s’apercevra que les magistrats ne sont pas « tous pourris ».

sylvain

Zemmour combat bec et ongles l'islamogauchisme, ce néonazisme religieux qui a mis la France à genoux avec la collaboration du régime soumis macronien, des juges de gauche, des associations antiracistes à sens unique et de beaucoup d'intellos bobos fayots de la culture et du spectacle en panne de succès ; voir la dernière sortie ignoble d'Elie Semoun, le pitre raté qui veut se refaire une santé sur le dos de Zemmour, un fiasco flop total.

L’islamogauchisme, c’est l’ensemble de cette gauche purulente progressiste immigrationniste (LFI, parti socialiste, parti communiste, EELV...) qui milite pour le métissage, le vivre-ensemble, le multiculturalisme, grâce à laquelle les islamistes s’introduisent pour faire propager leurs idées politiques : transformer la France en un califat islamique sous la charia.

Il y a un an, contre « l’islamophobie », parmi les participants à la manifestation islamiste "étoile jaune Benbassa" du dimanche 10 novembre 2019, on trouvait autour des islamogauchistes Mélenchon, Plenel, Autain, Manon Aubry, Nathalie Arthaud, Corbière, Jérôme Rodrigues et Besancenot :
- Nader Abou Anas, imam de la mosquée du Bourget et professeur à l’école coranique de Bobigny, qui interdit aux femmes de sortir de la maison sans la permission de leur mari.
- Rachid Eljay (Rachid Abou Houdeyfa), imam de la mosquée de Brest, qui interdit la musique aux enfants dans les cours de son école coranique et qui explique devant ses fidèles qu’une femme qui sort sans son voile islamique n’a pas d’honneur.
- Saïd Bouamama, qui fait de l’incitation à la haine de la France et des Français dans son livre « Nique la France ».
- Nabil Ennasri qui prépare les musulmans à la guerre civile contre la France et les Français.
- Samy Debah et Marwan Muhammad, responsables islamistes du CCIF, la branche française de l’organisation politique misogyne, antichrétienne et antisémite des Frères musulmans, qui rejette l’identité et la culture européenne.
- Elias D’Imzalène, prédicateur du réseau « Islam et Info », qui veut construire un Etat islamique avec ses propres écoles coraniques et une nouvelle monnaie, le « Torcy-dinar ».
- Chakil Omarjee qui fait la promotion du voile islamique, une obligation dans l’Islam.
- les islamistes du réseau UAM93.
- le maire de Stains Azzédine Taïbi qui appelle au boycott d’Israël.
- Yassine Belattar, conseiller sur les banlieues de ce pitoyable lèche-babouches Macron, qui explique que les djihadistes font « des galipettes en Syrie » et compare le terrorisme islamique à « des enfants qui foutent le bordel à un anniversaire »... avant de demander le retour des djihadistes en France.

Il nous faudrait toujours plus de grands résistants à cette pourriture islamiste et gauchiste qui détruit le pays, derrière Zemmour, mais il est plus aisé et moins risqué de rejoindre les rangs de tous ces inquisiteurs fascistes de la pensée antiraciste : Diallo, Sy, Jordana, Obono... le gratin du showbiz gauchiste loser, les tribus indigénistes racialistes haineuses anti-France anti-blancs, ça peut rebooster une carrière poussive que d'être dans l'autoproclamé camp du bien officiel ; courage fuyons !

Ce qui est rageant et désespérant pour tous ces procureurs islamogauchistes, c'est le succès incroyable de Zemmour qui squatte les écrans télés tous les soirs à 19 heures, dans une immense majorité de foyers de téléspectateurs de classes sociales différentes, des villas cossues aux humbles HLM de cités, ce superman de la liberté d'expression dandine sa tête, son tic préféré, en propageant la bonne seule et vraie parole contre la propagande honteuse du pouvoir.

Pôv' Dupond-Moretti, il voudrait bien écouter Zemmour mais il n'a pas le temps ; ce n'est pas pour rendre la justice, ça ne l'intéresse pas, les délinquants courent toujours et de plus belle, ils l'ont même applaudi lors d'une visite de prison, c'est qu'il a trouvé un nouveau hobby pour se faire bien voir des racailles toutes catégories : il va réfléchir à un projet destiné à introduire la culture dans les prisons, sans rire, ça prend du temps ce machin truc chose, ministre de la culture pénitentiaire, c'est pas rien !

Paul Duret

@ Patrice Charoulet

Votre aventure me rappelle le 22 à Asnières par Fernand Raynaud !
https://www.ina.fr/video/I06268515/

Michelle D-LEROY

"Zemmour et Castelnau font de la politique sur la Justice !"

Il faut quand même dire que la conduite de la justice est parfois si incompréhensible pour le grand public, qu'il y a de quoi se poser des questions.

Et comme Zemmour est un homme à abattre par principe, parce que ses idées seraient, comme le veut la bienséance socialiste, "dangereuses", tout questionnement de sa part devient sujet à caution.

Dès mercredi, beaucoup de nos beaux esprits, du moins en France, n'auront plus de tête de Turc, en la personne de l'affreux Donald Trump, sur qui taper quotidiennement. Eric Zemmour me semble le favori suivant. L'empêcher de sévir par des idées malsaines. Et, dans le cas présent, se questionner sur la justice, en voilà une idée !

"Eric Zemmour dont j'apprécie la vivacité, le courage intellectuel, la culture et son acceptation de tous les débats m'a permis de constater, à deux reprises sur CNews, à quel point il tenait à une interprétation dépassée de la Justice." (PB)

Eric Zemmour est comme une majorité de Français, il constate les résultats sans connaître tous les rouages de la justice et ce sont quand même ces résultats qui mettent mal à l'aise le grand public. D'autant que l'affaire du "Mur des cons" aujourd'hui définitivement jugée n'a rien arrangé, c'est une erreur indélébile.

Achille

Vous avez bien du mérite Philippe Bilger de défendre votre corporation en ces temps troublés où elle n’a jamais été autant critiquée.

Même votre ami Pascal Praud, mercredi dernier, vous a un peu titillé sur le sujet. J’ai bien cru que vous alliez vous fâcher.
Quand on entend Eric Zemmour prendre la défense d’Eric Dupond-Moretti contre le quarteron de juges qui poursuivent le garde des Sceaux de leur assiduité, il y a de quoi se poser des questions.
Mais je me suis laissé dire que parmi les juges qui veulent "la peau" de D-M il en est un qui espérait bien avoir le poste et n’a pas été retenu. Ceci peut expliquer cela…

Concernant Nicolas Sarkozy qui depuis dix ans collectionne les procès pour des affaires dont certaines ont déjà abouti à des non-lieux, d'autres à des renvois, je trouve que cela commence à ressembler à du harcèlement. À tel point que j’aurais tendance à me mettre du côté de ceux qui prennent sa défense, ce que je n’aurais pas cru possible voici encore quelques années.
Trop c’est trop ! Des juges oui, mais des justiciers non !

stephane

@ Patrice Charoulet

Je vous propose d'envoyer un munster bien mûr à votre épouse.
Croyez-moi que la poste ne prendra pas la peine de vous demander une procuration.

Quelque chose m'échappe dans votre récit, en un quart d'heure la poste a servi toute la file ?

Nous sommes en dictature. Peu de place à l'humain.
Courage à vous et à votre épouse.

Isabelle

Tout est politique. Alors, pourquoi Eric Zemmour ou d'autres ne pourraient-ils pas en faire ?

Quant à la justice, dans tous les corps de métier, il y a des gens respectables et des brebis galeuses.

Cela dit, encore un billet à propos de personnalités alors que le navire continue à prendre l'eau.

Le fiasco de la vaccination bat son plein. Par contre, criant manque de doses de vaccins. Il y aura bientôt plus de centres de vaccination que de seringues à distribuer. Il y a environ 7 millions de personnes vulnérables dans ce pays et la macronie n'a prévu qu'un million de doses à distribuer (prévoir en plus 2 doses par personne).

Quant aux mutants, le britannique et le sud-africain, ils n'attendent personne pour progresser. Les vaccins n'arrivent pas à temps et en plus, ils seront peut-être rapidement obsolètes.

Quid d'un traitement efficace (autre que le Remdesivir, un autre fiasco onéreux), faute d'avoir une campagne de vaccination digne de ce nom ?!

Il faut plusieurs heures d'infinie patience pour obtenir un rendez-vous de vaccination et certaines personnes apprennent quelques jours plus tard que leur sésame a été annulé faute de munitions acheminées en temps voulu.

Les 17 comités Théodule de la santé et l'organisme McKinsey ont encore du chemin à parcourir. C'est le parcours du combattant mais notre président nous avait déclaré fort pompeusement : "nous sommes en guerre" !

"Opération de com : le Gouvernement a fixé l’objectif de 1 M de vaccinations en janvier, pour être sûr de l’atteindre et de pouvoir s’autocongratuler.
Car 1 M c’est ridicule.
Outre que Italie et Allemagne y sont déjà, on fait chaque année 12 M de vaccinations contre la grippe !" Philippe Juvin

Sur un autre front, l'international cette fois, notre cher Président Macron vient d'envoyer une lettre très amicale au tyran Erdogan. Ce même Erdogan qui l'avait insulté et traité de fou.
Il ne sert à rien de se prosterner ainsi, le dictateur ottoman, comme tous les dictateurs et tous les radicaux musulmans, ne comprend qu’un seul mot : Force.

J'ai de plus en plus honte de mon pays. La justice va-t-elle pouvoir résoudre tous ces problèmes ? Quid de la non assistance à personne en danger par manque de compétence ?

Serge HIREL

@ Claude Luçon 18 janvier 2021 à 02:22

En lisant le billet de Philippe, je m’interrogeais sur le nom de celui qui, le premier, en profiterait pour fusiller Zemmour. Le vôtre m’était venu à l’esprit. Je ne me suis pas trompé. Mais je n’avais pas imaginé que vous le saisiriez par le col en faisant preuve d’un réel racisme à son égard.

Descendant de Berbères… Et alors ? Français, il a les mêmes droits que vous, qu’il exerce. Si vous n’êtes pas d’accord avec son point de vue, vous pouvez l’exprimer en argumentant, pas en rappelant que ses ancêtres mangeaient un pauvre couscous quand les vôtres dégustaient la poule au pot chère à Henri IV.

Vous devriez aussi soigner votre médiaphobie, qui submerge votre sens critique, et la diplômite qui vous fait croire qu’un parchemin obtenu dans sa jeunesse est un brevet éternel de sagesse et de savoir. C’est une maladie très française.

boureau

Zemmour et Castelnau font de la politique sur la justice !

Et pourquoi n'en feraient-ils pas cher P. Bilger ?

Que signifie cet ostracisme donnant à croire que seuls les "issus" de cette corporation seraient à même d'en discuter ?

Je ne trouve pas vos arguments déterminants, pas plus qu'ils ne m'avaient semblé l'être lors de votre débat avec Eric Zemmour.

Cordialement.

Patrice Charoulet

LA POSTE

J'habite à Dieppe. Ma femme est hospitalisée à Rouen (à 60 km). Voulant lui faire plaisir, sa sœur lui envoie un colis en recommandé pour être sûre que le colis arrivera bien à destination. Avant le week-end, dans ma boîte à lettres, je reçois un avis de passage m'indiquant qu'un matin où j'étais chez moi, la factrice a sonné trois fois et que personne n'a répondu. C'est un mensonge : je n'avais pas bougé de chez moi et j'ai une très bonne oreille.

On m'invitait en conséquence à venir à la poste principale ce lundi matin à partir de dix heures prendre ce colis muni d'une pièce d'identité. Je marche deux kilomètres à pied, je vois une énorme queue (en raison du Covid), j'attends un quart d'heure. Mon tour arrive. On me fait entrer. J'ai ma convocation, mon masque, ma carte d'identité.

L'employée constate que le colis est adressé à ma femme, que je suis un homme et que je n'ai pas de procuration. Je dis que ma femme est hospitalisée et que je devais aller en voiture à Rouen cet après-midi lui remettre ce colis. On ne veut rien savoir. Le ton monte. J'appelle ma femme sur mon portable. Je lui explique. Je veux même faire entendre ce qu'elle dit à l'employée qui refuse de l'écouter et l'employée me prie de remettre mon masque sur le nez. Le ton monte à nouveau. On fait venir une supérieure hiérarchique. J'explique à nouveau. Refus catégorique. « Il faut une procuration ! ».

Après bien des paroles de part et d'autre, je dois capituler et rentrer chez moi sans colis.

Denis Monod-Broca

La Justice va mal.
Ce n'est ni la faute aux juges, ni la faute aux avocats.
C'est la faute à nous tous qui attendons d'elle ce qu'elle ne peut pas donner, la fin des injustices.

letarsier

@ Claude Luçon

J'ignorais jusqu'à ce jour qu'avoir des ancêtres prestigieux ou pas, mais Français avant tout, donnait droit à un brevet de supériorité morale, en même temps qu'un droit au chapitre. Je rappellerai simplement ce que Marc Bloch écrivait à propos de sa qualité de Français, qu'on lui déniait à une certaine époque:

"...que la France, enfin, dont certains conspireraient volontiers à m’expulser aujourd’hui et peut-être (qui sait ?) y réussiront, demeurera, quoi qu’il arrive, la patrie dont je ne saurais déraciner mon cœur. J’y suis né, j’ai bu aux sources de sa culture, j’ai fait mien son passé, je ne respire bien que sous son ciel, et je me suis efforcé, à mon tour, de la défendre de mon mieux."

XAVIER NEBOUT

Parlons concret.

En 1970 et 1972, a été créée la règlementation de la profession d'agent immobilier. Ecrite par de mauvais juristes ne s'étant pas donné la peine de mettre les pieds dans une agence immobilière, mais c'est la loi.
Une loi qui prévoit, entre autre dispositions, que le mandat d'agent immobilier doit être numéroté, mais aucunement que l'absence de numérotation entraîne la nullité du mandat.

Pendant plus de quarante ans, tout a été bon pour le juge de gauche anti-agent immobilier et l'est encore, pour lui dénier son droit à commission, dont souvent au prétexte de nullité absolue du mandat du fait d'absence de numérotation qui devrait exister avant que le mandat soit signé de toutes les parties alors qu'elle serait illégale ... Bref.

Et puis, on a vu apparaître un revirement de jurisprudence. Voilà que la prétendue nullité serait relative, et la Cour de cassation de se fendre d'un long exposé sur le sujet en nous disant qu'elle pouvait être plus souple depuis que la DGCCRF faisait la police - enfin est censée la faire.

Voilà donc la magistrature suprême qui avoue sans vergogne et en fanfare, suppléer aux prétendues carences du législateur en manipulant la loi à sa façon pour suivre l'idéologie anti-agent immobilier gauchisante à la mode (et qui pourrait être très justement fondée autrement).

Et puis nous avons les condamnations de Jean-Marie le Pen pour ses blagounettes certes de mauvais goût mais en rien condamnables, et celle de Reynouard pour son film sur Oradour etc.
Là, la magistrature gauchisante est si unanime pour aller au-delà même de la loi Gayssot que P. Bilger veille à censurer dans son blog ce qui dépasse les rangs d'une oreille.

Et puis la mansuétude aussi constante que gauchisante à l'égard de la délinquance.
Sauf sur la fausse monnaie, car faire des faux billets serait bien pire que cambrioler. Le sacrilège sur la tête du roi sur les monnaies se perpétue.

Et puis le tabou, l'imprononçable, l'interdit, l'impensable: la fraternité maçonnique.
Si vous voulez faire rire un avocat, dites lui que ça n'existe pas, et donnez-lui un cachet avant de lui dire qu'elle n'a aucune influence sur les décisions ni les avancements de carrière.

La France, cher M. Bilger, ce n'est pas que les grosses affaires, c'est surtout les petites. Et heureusement qu'avec Internet et la jurisprudence à la portée de tous, nous nous acheminons vers la common law...

Marcel

Effectivement, Castelnau fait des suggestions intéressantes, par aspect met le doigt sur ce qui peut être perçu comme de véritables anomalies (lenteur de procédures visant ceux au pouvoir, ardeur à abattre les outsiders, ce par un nombre limité d'entité, donc de même gouvernance) mais s'emporte dans ses conclusions.

revnonausujai

La justice n'est ni plus ni moins l'affaire des magistrats que celle des allumeurs de réverbères ; c'est d'abord et avant tout celle du peuple français.
Comme ce qui est l'affaire du peuple français est politique (polis = cité), rien d'étonnant à ce que Zemmour, Castelnau, ma concierge ou même, pourquoi pas, des penseurs aussi éminents que Castaner ou Guerini, traitent du sujet.

Claude Luçon

Ah ! Enfin ! La statue de Saint Zemmour commence à se fissurer !

Là est tout le danger de Zemmour.
Il attaque, juge, mais avec des arguments totalement biaisés, piochés ici et là suivant les besoins de ses harangues quel qu'en soit le sujet.
Il traite de sujets dont il ne connaît pas le fondement, le passé, l'histoire..
Il le fait avec la Justice dans ce cas.
Mais il le fait avec la France, la politique, l'Islam, la société, au moins, sans doute bien plus.

La question est donc : mais qui est Zemmour, qui est ce sage ?
Cet homme qui se permet de nous enseigner ce qu'est être Français !
Pour commencer n'oublions pas, nous Français d'Anjou, de Normandie, de Bourgogne, du Pays basque, d'Alsace, de Bretagne... que "tout ce qui brille (langage compris) n'est pas or".
Qui sont ses ancêtres berbères, qu'ont-ils fait pour la démocratie, la République, la France ?
Comme nous tous il est le produit de l'évolution, de génération après génération d'Homo sapiens dont il a hérité le logiciel organique, issu de l'environnement et de l'histoire de leur passé.
Il se veut français juif d'origine berbère ! Bon, curieux et plutôt court !
Peut-il nous citer ceux de ses ancêtres qui ont contribué à la construction de ce pays même sans remonter aux Ligures et aux Celtes ? Pas même aux grognards de Napoléon !
Combien de ses ancêtres sont morts pour construire et défendre ce pays ?
Les troupes coloniales nord-africaines des deux dernières guerres étaient arabes et kabyles, vrai, mais musulmans !
On ne s'improvise pas Français, on le devient avec le passage du temps et les actes, pas avec les mots.
Que peut-il mettre à son actif ?
Service militaire ? Non !
Bénévolat aux Restos du coeur de Coluche ? On peut en douter !
Quoi ?
Il est diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris, d'après Wikipédia, et a échoué deux fois au concours de l'ENA.
C'est tout ?
À le lire on aurait pu, au moins, espérer un doctorat, une agrégation !
Encore une fois c'est un peu court pour se présenter comme le sage, l'augure, le juge, de l'époque et de 67 millions de citoyens.

Sous une autre forme il ressemble à Trump, il voit la fracture sociale et y jette un rien de dynamite verbale pour l'élargir, c'est ce qu'il vient de faire sur la Justice, utilisant le livre de Régis de Castelnau.
Au moins ce dernier, né à Rabat, ne se veut pas berbère et est très français.
Zemmour dessert la France, il ne sert que Zemmour !
Il devrait se méfier !
Les choses se gâtent pour Trump à force de provoquer et raconter tout et n'importe quoi !

Avec la Justice, comme avec le reste, il prend un cas parmi des milliers pour en faire la règle universelle. Une technique très utilisée par tous les médias qui, eux aussi, viennent d'en subir les conséquences brutales au pays de Trump.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS