« Entretien avec Thomas Morales | Accueil | Trump n'est pas Hitler et Finkielkraut n'est pas Cohn-Bendit ! »

18 janvier 2021

Commentaires

F68.10

@ Aliocha
"C'est vrai que Marchenoir est un peu punk sur les bords"

Le terme s'appliquait à Henry de Lesquen, qui de toute évidence est le genre de personnage à n'avoir aucune réelle limite... Le surnom du punk lui a été donné en référence à son côté hautain, cassant, fou-fou dans le racisme à en mourir de rire. Tenez, pour rigoler, voici un autre sketch du punk: "Henry de Lesquen : le candidat qui veut "bannir la musique nègre".

Alio, lapin ? - Non, chat !

C'est vrai que Marchenoir est un peu punk sur les bords, on l'imagine bien, la crête sur la tête collée au savon, défendant Cohn-Bendit et ses propos dont le soixante-huitard se passerait bien qu'on les lui rappelle sans cesse alors qu'ils n'étaient que provocation moralement inacceptable, à l'image de ceux de notre raciste impénitent.

Je suis néanmoins heureux de l'avoir diverti cinq minutes et d'être son "lapin fou" (grand fou, va !). Cela m'aura permis, tel Hamlet glissant le poison de la vérité dans l'oreille du roi pour lequel il se prend, de dissoudre les sophismes délétères qui défigurent son talent au contact duquel j'apprends, ce dont je le remercie, ne m'empêchant sûrement pas de remarquer qu'à l'image de beaucoup, ils voudraient de ses plaies infectées faire moralité, ce dont le crazy rabbit que je suis effectivement, profite pour danser sur le fil acéré jeté au-dessus des enfers, noirs ou blancs.

Aussi, et pour ne pas oublier le cher Denis qui m'accompagne ainsi en ces aventures rocambolesques, j'en profite pour rajouter une goutte de poison bienfaisant, en ces temps de morales inversées, dans le tuyau bientôt débouché qui mènerait au tympan de notre "Bobby la crête savonnée", en lui citant Christian Bobin, rappelant que la morale, au-delà des idées, concerne au premier chef ce qui fait office de monture à leur intelligence, le corps des émotions dont il témoigne souvent qu'elles l'entraînent au fossé des infections :

"Gardons bien propre les lèvres d'or de nos blessures."

F68.10

@ Robert Marchenoir
"Cela étant, je suis presque à 100 % sur la ligne d'Henry de Lesquen. National et libéral, anti-immigrationniste et pour un État maigre, réaliste racial et néanmoins fraternel, ça tombe sous le sens, effectivement."

Personnellement, je ne me considère pas "national". Ni anti-nationaliste, mais plutôt syncrétiste en matière de géopolitique, donc attaché à la construction européenne, malgré tout.

Libéral (sur le plan philosophique et politique, et néolibéral un peu de gauche sur le plan économique par rapport à la ligne dominante du néolibéralisme).

Pour un État maigre, mais légitimant la dépense publique quand sa gestion est soumise à concurrence (sans système de protection sociale, le risque des prébendes népotiques à l'africaine peut revenir comme un substitut à la protection sociale), mais pour une libéralisation raide de l'enseignement, du primaire au supérieur.

Pas réaliste racial à votre sens mais hostile à l'antiracisme naïf trop universaliste. Ce qui à l'heure actuelle constitue tout un positionnement politique en soi.

Par contre, la fraternité, ce n'est plus vraiment une de mes valeurs: je ne suis pas certain que la fraternité est un concept qui serait un dû au Français moyen: je ne suis pas certain qu'il le mérite.

"On ne peut pas (sauf si on est journaliste, ce qu'il n'est pas) se déplacer pour écouter Faurisson, à moins d'être négationniste."

Cela ne me dérangerait pas, sur le principe, de me déplacer pour l'écouter. Même si, bon... je pense que je me ferais virer à coup de pieds aux fesses. Je culpabilise plus de rentrer dans un lieu de culte, où je ne me sens vraiment pas le bienvenu et sur le coup véritablement un imposteur. Mais il n'y a rien de sacré au sens religieux du terme dans la position de Faurisson ou de n'importe qui qui raconte des foutaises ! Je ne vois donc pas pourquoi je ne m'y rendrais pas: dès qu'une activité est politique, il faut pouvoir s'en informer. Qu'il s'agisse de Faurisson ou de Hani Ramadan (qui lui non plus n'est pas piqué des hannetons).

"Et puis cet homme a saboté la cause libérale-conservatrice par la façon extraordinairement cassante avec laquelle il traitait ses invités et ses collaborateurs à Radio Courtoisie."

Personnellement, j'aimerais surtout que ressuscite en France un courant libéral qui s'assume libéral et qui agrège du conservatisme modéré à du progressisme modéré. J'aimerais voir l'équivalent de Douglas Murray, en somme. Même si son positionnement est plutôt néoconservateur. Je me sens légèrement à sa gauche. Un peu à droite de Macron. Quelque part par là.

Mais oui: merci pour le document du Carnegie Council sur les réseaux russes. Je suis un peu surpris (mais pas trop) des accointances de ces réseaux avec l'ancienne noblesse européenne. Je me demande un peu toujours à quoi jouent les résidus de cette noblesse, qui ne sont pas exactement partout pauvres.

Quand je vois que Hans-Adam II du Liechtenstein a écrit L'État dans le troisième millénaire, dans lequel il fait un coming out quasi démocrate assez paradoxal pour le monarque absolu d'un confetti avec une religion d'État, je me demande toujours un peu ce qui se passe dans leurs têtes. Toujours facile de donner des leçons de philosophie politique au monde depuis son balcon au Liechtenstein, mais je les trouve très sensées, et presque les miennes.

Robert Marchenoir

@ F68.10 | 22 janvier 2021 à 13:08 + 22 janvier 2021 à 00:29
"Merci pour le lien du Carnegie Council sur les réseaux russes en France. Très instructif."

Je vois qu'il y en a qui suivent. Il faut dire qu'il y en a 18 pages, ça sépare les bonshommes des petits garçons.

"Laissez-moi vous présenter un des sketchs les plus hilarants du punk: 'Mon stage au mémorial de la Shoah'."

Je connaissais cette vidéo, elle est en effet sublime. En la revoyant, un nouveau détail me saute aux yeux : de Lesquen a choisi un costume du meilleur chic, qui rappelle discrètement les pyjamas rayés de Buchenwald. Ce garçon est très, très fort.

Revoir ce tutorial pour saboter un stage de récupération du permis de conduire, par exemple (mais se blinder sur le plan du droit auparavant).

Cela étant, je suis presque à 100 % sur la ligne d'Henry de Lesquen. National et libéral, anti-immigrationniste et pour un État maigre, réaliste racial et néanmoins fraternel, ça tombe sous le sens, effectivement.

Il n'y a que son antisémitisme qui dépasse les bornes, pour ne pas parler de négationnisme : il a, en effet, assisté au discours de Robert Faurisson au banquet de Rivarol, sans doute son dernier discours, d'ailleurs. On ne peut pas (sauf si on est journaliste, ce qu'il n'est pas) se déplacer pour écouter Faurisson, à moins d'être négationniste.

Et puis cet homme a saboté la cause libérale-conservatrice par la façon extraordinairement cassante avec laquelle il traitait ses invités et ses collaborateurs à Radio Courtoisie. La marque inéluctable d'un haut fonctionnaire ayant fait l'ENA et Polytechnique, avant de devenir chef de bureau au ministère des Finances.

Sans parler du site Internet de la radio, qui était tellement nul qu'un auditeur a dû le doublonner par le sien. Depuis que de Lesquen a été viré, Radio Courtoisie a enfin un site digne de ce nom.
______

@ Denis Monod-Broca | 22 janvier 2021 à 19:21
"Je dirais même plus, arrêtez de donner des leçons de morale à tout le monde, aussi définitives que barbantes."

Ah, pas du tout. Les miennes sont exquises, passionnantes et très différentes des vôtres.

Vous, vous êtes le centriste mou péteux, qui se croit au-dessus de tout le monde parce qu'il n'est nulle part. Votre mantra à vous, c'est ni blanc ni noir, bien au contraire. Comme Aliocha, en fait. Mais lui est fou comme un lapin, ça distrait cinq minutes (révolues depuis bien longtemps, pour ma part).

Vous, vous êtes tellement nul que vous prenez la peine de faire un commentaire en vous contentant de recopier le mien. Je ne sais pas comment on pourrait descendre plus bas. Au siècle dernier, on aurait dit en recopiant l'annuaire. Pour vous, je dirais : en recopiant le Minitel.

thierry bruno

Désolé mais votre long réquisitoire, M. Bilger, ne m'a nullement convaincu. Oui, nous avons affaire de plus en plus en France à une justice politique et à une justice idéologique. Quand on lit ou entend les propos de personnes telles Lilian Thuram ou Houria Bouteldja sans qu'un seul procureur de lui-même ne saisisse le parquet pour engager des poursuites pour "incitation à la haine raciale", alors qu'Eric Zemmour a été condamné pour des propos qu'il n'avait même pas tenus, on ne peut qu'être convaincu de cette mauvaise justice, et vouloir lui interdire tout pouvoir. Car la Justice n'est pas un pouvoir mais une autorité.

Quand on voit avec quelle célérité le PNF est tombé sur F. Fillon pendant la présidentielle de 2017 alors que le parquet a finalement caché sous le tapis les pratiques de Macron pendant la même campagne, on peut encore parler de justice politique et idéologique. Il est vrai que le procureur en charge du dossier s'est vu décerner la Légion d'honneur quelques jours avant de classer le dossier.
Si le pouvoir des juges est fragile, le fait qu'il existe est déjà anormal. Le juge ne doit pas avoir de pouvoir, il doit avoir uniquement l'autorité de faire respecter le Droit.

F68.10

@ Behenzar de Cunes (@ Robert Marchenoir)
"Matricule 6810 parle de Henry de Lesquen avec Robert Marchenoir. Nous le leur abandonnons bien volontiers."

Rhôôôôô ! Que c'est dommage ! Laissez-moi vous présenter un des sketchs les plus hilarants du punk: "Mon stage au mémorial de la Shoah".

Behenzar de Cunes

Matricule 6810 parle de Henry de Lesquen avec Robert Marchenoir.
Nous le leur abandonnons bien volontiers.

Behenzar de Cunes

Sous Macron, prince Covidien, le débat sur la Culture se limite aux horaires d'ouverture des commerces de librairie.

F68.10

@ Robert Marchenoir
"Et puis créer un parti "national-libéral" en se réclamant de Hayek, mais afficher un logo qui rappelle irrésistiblement la croix gammée, franchement..."

Ouaip.

J'ai entendu dire qu'à l'époque où il se faisait dégager de Radio Courtoisie, les "nazis néopaïens et anti-chrétiens de TV Libertés" (les mots de Lesquen) l'appelaient "le punk" tellement il était extrême. Bon, je ne jure pas de la vérité de cette anecdote qui m'a été rapportée et peut-être déformée, mais chaque fois que j'écoute Henry de Lesquen, que je considère comme un immense comique au talent si peu reconnu (je crois que Dieudonné lui fait de l'ombre), le sobriquet "le punk" me revient en tête...

Je trouve ce sobriquet juste parfait... Le punk...

P.S.: Merci pour le lien du Carnegie Council sur les réseaux russes en France. Très instructif.

Robert Marchenoir

@ Ellen | 21 janvier 2021 à 06:06

Lutte contre les vieux cosmopolites ? Qu'est-ce que vous avez contre les Juifs âgés ?

Henry de Lesquen, dont vous nous mettez une vidéo en lien, est quand même un bonhomme sacrément tordu, qui ne saurait en aucun cas servir de référence.

C'est un antisémite enragé, même s'il le cache en mettant, dans la devise de son parti (à membre unique, je suppose), le slogan "fraternité raciale". Henry de Lesquen étant, de surcroît et à juste titre, un réaliste racial, il est franchement culotté de se part, pour ne pas dire répulsif à l'égard de ses partisans, de se réclamer de la fraternité raciale !

Et puis créer un parti "national-libéral" en se réclamant de Hayek, mais afficher un logo qui rappelle irrésistiblement la croix gammée, franchement...

Lucile

@ Claude Luçon

Je ne sais pas quelle représentation vous vous faites de Zemmour. Il a ses travers idéologiques, mais ce qui le rend attachant et ce qui explique son succès, c'est que c'est un grand sentimental dans une époque nihiliste qui ne croit plus à grand-chose. Il est d'origine berbère, oui, pourquoi pas, il faut bien avoir une origine, chacun la sienne, il n'y en a pas de supérieure ; Zemmour est français et fier de l'être.

F68.10

@ Ellen
"Ni le procureur, ni la protection de l'enfance, ni les féministes ne se sont insurgés pour dénoncer les crimes sexuels commis sur des enfants entre 8 et 14 ans."

Je ne peux pas vous laisser dire cela sur les féministes. En toute franchise, les féministes ont tendance à me gonfler sérieusement. Maintenant, il est parfaitement faux que l'inceste ne figure pas en bonne et due place dans la littérature féministe.

C'est simplement que ce sujet, étant un tabou, figure en toile de fond médiatique du thème des "violences faites aux femmes". Ce dernier est un terme fourre-tout, et il est médiatiquement plus confortable de se la jouer Alice Coffin que de débouler sur un plateau télé et de se la jouer insurgé sur la pédocriminalité comme Karl Zéro, ce qui est encore, quand même, plus confortable que de débouler sur un plateau télé et de parler inceste.

L'inceste et la pédocriminalité sont bien des thèmes centraux du féminisme, mais pas ceux que les féministes peuvent ramener confortablement dans le débat médiatique grand public. Ce thème sous-tend largement leur ire, d'ailleurs...

N'importe quelle féministe sérieuse se devrait, par ailleurs, d'adopter des positions sur le mariage des enfants. Ce n'est pas exactement de la pédocriminalité au sens usuel du terme, mais c'est quand même proche de la thématique, et, surtout, c'est une question cruciale de sortie du sous-développement.

Le problème du féminisme, c'est que, malheureusement, on ne peut pas raconter n'importe quoi à longueur de temps simplement parce qu'un koloßal tabou traîne en toile de fond.

Ellen

La justice le savait, elle n'a rien fait, elle a préféré se taire.
À quoi ou à qui sert-elle ?
Ni le procureur, ni la protection de l'enfance, ni les féministes ne se sont insurgés pour dénoncer les crimes sexuels commis sur des enfants entre 8 et 14 ans.
Honte à la France !
Lutte contre les vieux cosmopolites, les pervers et les malades du sexe.

https://www.youtube.com/watch?v=iF_c2Ys3G8k

Claude Luçon

@ Behenzar de Cunes | 20 janvier 2021 à 16:24

Voilà !

"Eric ZEMMOUR :
"BIOGRAPHIE (Extraite de Wikipédia via Google)
Enfance et formation :
Né à Montreuil (aujourd'hui en Seine-Saint-Denis) le 31 août 1958, Éric Justin Léon Zemmour est issu d'une famille d'origine juive algérienne (Blida et Constantine) de nationalité française, arrivée en métropole durant la guerre d'Algérie. Il se définit lui-même comme un Français d'origine berbère, et son nom de famille signifie « olivier » dans les langues berbères".

Ce qu'il répète fréquemment à la TV quant il en a l'occasion !

sylvain

Zemmour est encore le seul à avoir le courage de dénoncer haut et fort une nouvelle filière d’immigration, nouvelle forme de trafic esclavagiste moderne légalisé par l'UE/mafia corrompue, qui sème une pagaille énorme injustifiée : nouveau trafic d’êtres humains, trafic des mineurs isolés.
Comment peut-on comprendre et accepter cette manœuvre migratoire qui déstabilise, insécurise et détruit le tissu social de notre pays ?

Pourquoi des parents n’assumant pas leurs responsabilités font-ils partir des mineurs vers les pays européens avec des risques énormes pour le pays d’accueil ?

Les réponses sont multiples :

Ils connaissent la candeur des peuples européens, surtout la France, la plus vaste poubelle du monde.

Ils savent qu’on va leur distribuer moult aides allocs les plus généreuses au monde.

Ils savent que les lois européennes empêchent de les refouler, même s'ils sont multirécidivistes du crime.

Ils savent qu’ils auront priorité pour la nationalisation et les avantages qui s’y attachent.

Ces "enfants enfultes" de trente ans d'âge auront la possibilité de faire venir leurs parents et leur fratrie tous mineurs eux aussi.
 
Une nouvelle filière contre laquelle le pouvoir collabo islamogauchiste soumis ne veut rien faire, et qui est ingérable, incontrôlable, d’un coût faramineux et d’un danger mortifère pour notre pays.

Les crimes et délits ont augmenté dans des proportions terribles "grâce" à nos remplaçants intouchables protégés par le pouvoir, les droits de l'homme, l'état de droit, le défenseur des droits, le droit du sol, le droit du sang, le tribunal européen et sa justice gauchiste ; y en a du beau monde dans ces institutions racailles.

Compassion totale tout de même pour ces malheureux juges débordés avec tout ce temps perdu en procès contre les crèches de Noël, symboles fascistes chrétiens racistes islamophobes, il faut les comprendre !

Zemmour a raison, il faut empêcher la venue de ces "mi-jeurs" et organiser le renvoi automatique immédiat vers leurs parents de ceux qui sont là, mais rien ne sera fait comme d’habitude, à cause de cette gauche infecte et de son idéologie criminelle islamo-immigrationniste.
 
Seuls coups de menton du pouvoir : "Zemmour taisez-vous !"  

Robert

Pour compléter mon commentaire du 19 janvier 2021 à 12:05, il me semble nécessaire de considérer la manière dont l'enseignement supérieur conditionne nos futures élites. Dans le cas cité, il s'agit de l'ENS-Lyon. Mais cela se retrouve dans bien d'autres universités, comme à Bordeaux par exemple.
On assiste progressivement à la mise en place un peu partout en France d'une forme de censure qui vise à dire qui aurait le droit de s'exprimer pour rester conforme aux idées à la mode 2020 et donc qui serait ostracisé et interdit de parole.

On voit mal comment l’École nationale de la magistrature échapperait à ce type d'influence et comment les futurs magistrats n'en intégreraient pas ce type d'idéologie...

https://www.mezetulle.fr/francois-rastier-a-lens-lyon-la-meute-et-le-conferencier-par-js/

F68.10

@ Aliocha
"Encore une fatwa, encore des menaces, le Goulag bientôt..."

Eh bien non, pauv' chou persécuté: j'ai déjà garanti votre droit à raconter n'importe quoi. Il n'y a donc aucune menace. Et le Goulag n'est pas pour bientôt compte tenu de mon attachement à la liberté de conscience et ma condamnation des pratiques actuelles de mise à l'isolement des malades mentaux. Vous êtes entre de bonnes mains.

Mais, ouais: vous êtes un immoral fondamentaliste qui harcèle les gens qui ont été maltraités, ce qui signe une dérive sectaire. À 100 %. Le constat est clair.

"...ou Guantanamo, ou que sais-je..."

où simplement dans votre maison ? Vous en pensez quoi ? Vous avez l'eau courante ? L'électricité ? Faites-vous couler un bain moussant dans votre simulacre d'Abou Ghraib. Ne vous noyez pas ! Vous viendriez m'en accuser !

"..le nouveau monde des réseaux et sa dérive sectaire du haro..."

Le nouveau monde des réseaux sociaux n'est pas un monde dans lequel la morale disparaîtrait simplement parce qu'un abruti se fait plaisir à y jouer l'Inquisition en sommant les gens maltraités de se convertir. Vous avez un comportement immoral. Il est temps qu'on vous le dise.

Pauv' choupinet.

------------------------------------------------------

@ Behenzar de Cunes
"- Et ça se rase !"

Ou pas. Vous faites référence à ce commentaire ?

Behenzar de Cunes

@ Claude Luçon au sujet de multiples interventions survoltées

Zemmour serait berbère selon vous. D'où tenez-vous cela ?
Le brassage des populations maghrébines a été tonique depuis 2 000 ans.

En tout cas le FLN a été bien avisé de ne pas le garder au pays !

Aliocha

Encore une fatwa, encore des menaces, le Goulag bientôt, ou Guantanamo, ou que sais-je, le nouveau monde des réseaux et sa dérive sectaire du haro, le baudet a bon dos, la vieille institution de l'avenir, au sacrifice, les badauds !

Behenzar de Cunes

- Un homme ça s'empêche.

- Et ça se rase !

F68.10

@ Aliocha
"Merci de parfaire ainsi ma démonstration"

Dès qu'il vous est donné l'occasion de venir me faire le coup du "convertis-toi pauvre pécheur", vous ne la ratez jamais. Et maintenant vous prétendez être harcelé ? Vous êtes sérieux ?

Quand je vous réponds, je ne passe pas mon temps à écrire des saloperies sur votre psychologie personnelle et à instrumentaliser votre vie personnelle. Et vous osez écrire "sachant plus que retourner les arguments qu'on vous sert avec célérité et gentillesse" ? Il n'y a aucune gentillesse dans vos propos. Il n'y a qu'un prosélyte qui s'illusionne être gentil en rappelant à chaque fois à son interlocuteur que sans Jésus, il est un moins que rien.

Je pense que je vais être beaucoup moins agréable à l'avenir à votre endroit. Je vous suggère donc fermement d'éviter de me gonfler encore et encore et encore avec Jésus: je ne confonds pas la tolérance avec la complaisance. Y compris en matière religieuse, et particulièrement dans votre cas, qui a atteint des sommets d'hypocrisie depuis "un an et demi".

Si le blasphème existe, c'est bien pour pouvoir gérer rhétoriquement des gens comme vous. Il n'est en effet pas acceptable de laisser passer des gens qui cautionnent le harcèlement permanent sous prétexte de prosélytisme de bon aloi. Votre religion, je n'en veux pas, j'ai le droit de ne pas en vouloir, et j'ai le droit de prétendre que c'est parfaitement immoral que vous tentiez de récupérer des sujets graves tels que la maltraitance pour pratiquer votre prosélytisme.

Henri Gibaud

@ sylvain | 20 janvier 2021 à 07:31

Hélas Zemmour n'a qu'une culture bien superficielle en matière de géo-socio-démographie. Ce n'est pas étonnant car il est un "produit d'appel" d'une industrie "audimatique".

Zemmour méconnaît tout ce que la France de 1936 à 1966 (en gros pour la 2e date) devait à l'immense Alfred Sauvy en matière de politique de stimulation nataliste et de justice familiale. Homme de centre-gauche, Sauvy a petit à petit été suivi de plus en plus par :
- le Front populaire (malgré l'hostilité de Blum au mariage)
- le cabinet Daladier qui confirma et amplifia
- les vichyssois qui poussèrent jusqu'au symbole "T, Famille, P" et en effet firent du social-familial d'ampleur
- enfin apothéose en 1944-45 avec le GPRF sous Gaulle 1er : la grande politique qui accompagna et optimisa le dit baby-boom
- puis la IVe et le début de la Ve suivit fidèlement la voie indiquée par le polytechnicien Sauvy.

Dans les années 70, Emmanuel Todd contribua à maintenir l'analyse démographique comme indice pertinent de la bonne santé d'une population, en dépit du tsunami gauchiste et notamment érotomaniaque : Zemmour ayant trop peur que Todd lui fasse de l'ombre, il ne l'évoque jamais.

Ensuite il y a eu la belle résistance de l'association "Population & Avenir" à laquelle contribuèrent le regretté polytechnicien Gérard Calot et l'immense Evelyne née Hammel, co-fondatrice du planning-familial (devenu depuis une honte androphobe). La controverse avec quelques manipulateurs d'un institut officiel alla jusqu'au procès et ce fut le pantin idéologue-médiatique de l'institut officiel qui fut condamné... Là encore Eric Zemmour ne cite que deux contemporains qui peuvent servir son ambition (dont Pierre Vermeren, espérons qu'il sache rester libre).

Citons encore une belle petite association, l'Union des Familles en Europe, uniondesfamilles.org, co-fondée par une magistrate qui fut vice-présidente de Familles de France à l'époque du Pr Jacques Bichot et aussi proche de notre chère Evelyne. Zemmour n'en a cure.

Alors Monsieur "sylvain", si vous croyez Zemmour "immense" comme vous l'avez tapoté : votre étalon n'est pas de belle taille et cela vous rabaisse. Je vous souhaite de considérer de meilleures sources et repères.

boureau

@ Claude Luçon 20 janvier 2011 21:36

Vos diatribes anti-zemmouriennes ne commencent-elles pas à vous grignoter le cerveau ?
Ne vous obligez pas, pour votre santé, à vous infliger ce martyre journalier.

Cordialement.

calamity jane

"L'auteur est doué pour la limpidité pédagogique et dans ses meilleures pages il expose l'évolution législative avec un savoir et une clarté qui pourraient être utiles même au profane." (PB)

C'est le mot "profane" qui m'interpelle ! Voulez-vous dire la réalité ordinaire se définissant par rapport au "sacré" ou le justiciable lamda ?

Behenzar de Cunes

@ Claude Luçon 18 janvier 21h26

Ô Homme de l'Art, superbe et chenu, laisse un de tes collègues t'apporter la contradiction.

Pour ton serviteur la Création est une hypothèse scientifique.

Behenzar de Cunes

Quand Claudio Abbado nous a quittés, toute la nuit dans Bologne les églises ouvertes et illuminées se remplirent de gens venus pour l'honorer.

La Musique.
Pour Mutti c'est une Nation.
Avec Abbado c'était un jardin enchanté.

Nous penserons à lui aujourd'hui.

Aliocha

@ F68.10

Merci de parfaire ainsi ma démonstration, avouant jusqu'au bout du bout que vous n'êtes qu'un ayatollah du rien qui ne sait mettre qu'un moins à la croyance, démontrant le totalitarisme de vos hypocrisies.
Personne ne vous force à me pourrir la vie depuis un an et demi, enfant tyran qui n'a toujours pas résolu ses problèmes, pour venir nous jouer la tète de Turc, ne sachant plus que retourner les arguments qu'on vous sert avec célérité et gentillesse, reconnaissant vos qualités, mais vous suggérant qu'il serait nécessaire de sortir des emprises dont apparemment vous ne savez vous libérer qu'en vous déchaînant sur l'un ou l'autre avec votre science, pourtant à de multiples reprises reconnue par moi comme belle et intéressante, mais qui ne sert à rien, tant que vous ferez de vos traumatismes le fonds de commerce de vos impérities.

Et vous pensez me faire taire, tyranneau domestique, alors que vous êtes la preuve éclatante que sans amour, aucune science, aucun progrès n'est autre chose que le son creux de la timbale qui ne sait que sempiternellement répéter ses appels à l'hallali, car elle ne sait trouver l'harmonie de son affranchissement.
Allons, allons, négateur, ne faites pas porter aux autres les conséquences de vos choix, retournez donc à votre paganisme éculé en pensant que vous êtes le parangon de la modernité, jamais je ne cesserai de le souligner.

----------------------------------------------------------------

@ Claude Luçon

Merci de votre réponse.
C'est votre référence à Teilhard qui m'a fait vous citer Benoît XVI, pape magnifique qui a permis enfin l'élection d'un pape non européen, évolution bienvenue, bien qu'elle excite les intégristes de tous bords nationalistes.
Cet éminent intellectuel a su mettre en lumière qu'il est possible d'apaiser la relation entre la foi et la raison, démontrant que la foi est un choix raisonnable, rejoignant votre argument social, la religion est ce qui nous relie, dans la mesure où nous admettons comme principe transcendant l'amour du prochain, qui fait de nous des sujets plutôt que des objets, échappant alors aux idéologies de la violence du pouvoir et de l'avoir.
Il n'y a là aucune contradiction avec la science, notamment psychologique, car ce principe en révèle le fondement de son fonctionnement, la libérant en permettant son affranchissement de toute emprise totalitaire.
Vive la liberté, mon cher Claude, croyez à mon affection.

sylvain

Un immense Zemmour hier soir sur le sujet de la natalité ; chiffres à l'appui il décrit avec justesse une des principales causes des conflits entre les peuples européens qui destinaient leurs citoyens aux simples rôles de chair à canon et d'esclaves industriels.

Ce pan de l'histoire non politiquement correct a longtemps été volontairement caché par nos négationnistes révisionnistes de gauche qui, aujourd’hui paradoxalement, pratiquent une nouvelle politique du genre, du racialisme, de la préférence ethnique, des quotas raciaux et sexuels, du remplacement de notre peuple par d'autres peuplades plus prolifiques en natalité. Mais ils se gardent bien de dire qu'ils pratiquent un racisme pire que celui du nazisme avec leur race supérieure ; la gauche a seulement changé les couleurs, les genres et les sexualités de leurs nouveaux Aryens.

Je comprends que Zemmour gêne, tout ce qu'il dit est prouvé, chiffré et incontestable.

caroff

@ Claude Luçon 21h36
"Dans la foulée, il semblait indigné par le fait, selon lui, que la France avait fait la guerre à l'Allemagne en 1914 pour récupérer un peu plus d'un million d'Alsaciens tout en sacrifiant un million et demi de citoyens français pour le faire !"

En 1914, le retour de l'Alsace-Lorraine est un but de guerre indiscutable et R. Poincaré est même favorable au retour aux frontières de 1790, incluant la Sarre. Je m'étonne que Zemmour ait évoqué l'argument démographique très rarement signalé...

"Le Kabyle qu'il est ignore-t-il que les Alsaciens étaient français, plus français que ses parents, et que nombre d'entre eux ont fui en Algérie après 1871 précisément pour rester français ? Que ces Alsaciens sont restés en Algérie après 1962 alors que ses parents en ont fui avant même l'indépendance ?"

Il est d'origine berbère certes, mais d'abord et avant tout français, sans doute bien davantage que nombre de "souchiens" ! Je ne comprends pas votre hargne contre lui, basée sur ses origines ethniques, ce qui ne me semble pas du tout opportun.

"Pas étonnant qu'il ait échoué à l'ENA il ne connaît même pas l'histoire de notre pays, qui, ça devient de plus en plus clair, n'est pas le sien !"

On peut être reçu à l'ENA sans connaître aussi bien l'histoire de France que Zemmour, je vous le garantis !!

"Je m'appuie sur des faits, des observations stupéfiantes, sur une longue expérience pratique pas, comme Zemmour, sur des suppositions issues de son cerveau où la nature, la physique de l'homme n'ont pas place.
Il spécule, je rapporte ce que j'ai vu et vécu."

Chacun son rôle: vous êtes ingénieur et vous avez creusé pour trouver des minerais, Zemmour est un intellectuel qui creuse les idées et casse les concepts. Il les casse avec parfois de la vigueur mais aussi beaucoup de clairvoyance.

Claude Luçon

@ Serge HIREL

À propos de Zemmour je me force à l'écouter sur l'émission Face à l'Info, plus par respect pour Philippe que par enthousiasme, seulement quelques instants considérant qu'il n'y a que lui qui parle et qu'il sait tout.
Mais il a franchi, pour moi, une ligne rouge ce soir. Celle de l'insanité !

Traitant du sujet de la démographie ce soir il théorisait, (accrochez-vous à vos chaises) sur le fait que la politique démographique des gouvernements français passés étaient conditionnée par la menace que présentait l'Allemagne !
Donc si je l'ai bien compris l'important était de procréer un maximum de soldats pour se battre contre notre voisin d'outre-Rhin !
Pas de faire la chose la plus naturelle qui soit, le désir d'être parents.
Mais pire !
Dans la foulée, il semblait indigné par le fait, selon lui, que la France avait fait la guerre à l'Allemagne en 1914 pour récupérer un peu plus d'un million d'Alsaciens tout en sacrifiant un million et demi de citoyens français pour le faire !

Zemmour écoute-t-il ce qu'il dit ?
Le Kabyle qu'il est ignore-t-il que les Alsaciens étaient français, plus français que ses parents, et que nombre d'entre eux ont fui en Algérie après 1871 précisément pour rester français ? Que ces Alsaciens sont restés en Algérie après 1962 alors que ses parents en ont fui avant même l'indépendance ? De 1971 à 1976 j'ai loué un appartement à une famille d'Alsaciens qui, toujours sur place, étaient mes aimables voisins en plus d'être propriétaire.

EZ a-t-il compris que la France se bat pour ses citoyens, en Kabylie entre autre de 1954 à 1962, comme ses citoyens se battent pour elle et son territoire que nos voisins d'outre-Rhin ont toujours voulu dans le cadre de leur politique d'acquisition d'espace vital ?

Pas étonnant qu'il ait échoué à l'ENA il ne connaît même pas l'histoire de notre pays, qui, ça devient de plus en plus clair, n'est pas le sien !

LCI a vidé Alain Finkielkraut pour infiniment moins que cela !

——————————————-

@ Aliocha | 19 janvier 2021 à 10:19

J'ai écrit ce qui guide ma pensée et accepte totalement que ma conception de notre monde n'engage que moi.
J'ai mentionné que je traitais là un vaste sujet sachant que lorsqu'on le confronte à celui de la Foi le débat devient pratiquement inconciliable.
J'ai déjà mentionné sur ce site Arcivescovo Agostino Marchetto, herméneute du Pape François, vous le trouverez sur Internet, c'est depuis près de 50 ans mon meilleur ami. Dix ans plus jeune que moi, c'est un des rares très proches amis qui me reste, les autres ont, hélas, âge aidant, quitté ce monde, dont deux dans la semaine passée : un cousin germain, plus frère que cousin dans notre relation d'ailleurs, et un camarade de promotion.
Agostino et moi nous sommes confrontés sur le sujet création/évolution, sereinement, amicalement, mais chacun est resté sur sa position, lui clôturant le débat me disant que Dieu m'avait donné beaucoup de qualités, mais dans sa bonté avait toutefois oublié de me donner la Foi, moyennant quoi il a décidé de prendre mon âme en charge.
Il a toujours refusé de débattre sur le cas Teilhard de Chardin pourtant jésuite comme lui.

Je respecte votre Foi croyez-le.
Ambitieux je suis mais pas au point d'être détenteur de la Vérité sur qui et quoi nous sommes.
J'ai une conception personnelle des religions que je considère plus comme une nécessité sociale qu'une réalité factuelle. Je les perçois comme une nécessité bienvenue à un moment de l'évolution, comme des guides (Moïse, Jésus, Mahomet entre autres) comprenant le besoin de mettre de l'ordre dans un monde d'Homo sapiens pour le moins cruel et chaotique et trouver un moyen de lui faire respecter quelques principes civiques simples tout en lui donnant un rien de sécurité intellectuelle, une aide psychologique à des époques où la psychologie, comme science, n'existait pas.

Pour en revenir au sujet initial, Zemmour, je ne suis pas, comme lui, sûr de ce que je prêche. Je vis avec le problème de la Foi depuis l'âge de 16 ans doté, peut-être hélas, d'un cerveau trop scientifique, durant les trois quarts de siècle qui ont suivi j'ai peu à peu penché vers l'évolution !

F68.10

@ Aliocha
"Le salut est de sortir de toute emprise humaine pour accéder à la liberté..."

Et j'ai le droit de refuser cette notion de salut ? J'ai le droit de refuser que vous vous en fassiez l'intercesseur ? Pourquoi devrai-je avoir les mêmes aspirations que vous ? Dites-moi...

"...vous permettrez qu'aucune fatwa d'aucune sorte, athée y comprise, ne m'empêchera d'exprimer ce que je ressens."

Je ne vous empêche pas de me les gonfler. Pas plus que je ne me prive de vous expliquer que vous me les gonflez. Et j'aimerais bien, aussi, que vous acceptiez qu'il y ait des gens à qui il n'est pas moral de farcir le chou. En particulier ceux à qui l'État et la médecine ont farci le chou de manière intensive depuis des années.

Personne ne vous empêche de me farcir le chou. Il se trouve simplement que, à un moment, cela cesse d'être moral: il n'est pas moral de tenter d'imposer ses idées ainsi à des gens qui ont été fragilisés par un déni régulier et systématique de leur liberté de conscience.

L'État ne vous empêche pas d'être immoral de cette manière, à ma connaissance. C'est plutôt votre manque de décence qui est manifeste.

Ce serait sympa si vous vous trouviez une autre tête de turc. Nos échanges gonflent tout le monde, et je ne laisserai pas passer votre prosélytisme malsain sans m'y opposer et faire remarquer votre immoralité. Avec constance.

Ce qui est aussi parfaitement mon droit. Symétrique.

breizmabro

Je suis plutôt d'accord avec monsieur Bilger, 95 % des juges sont a-politique, notamment dans les tribunaux de province.

Reste que 5 % sont politisés tel le Syndicat de la magistrature qui a flingué, pour longtemps, sa profession, en créant le mur des cons.

Et les derniers 5 % sont attribués à ? au PNF créé sur les conseils avisés de l'ancien président de la République monsieur Hollande.

Si quelqu'un me démontre que le PNF n'est pas politisé je mange mon chapeau rond ;)

Serge HIREL

@ Claude Luçon 18 janvier 2021 à 02:22

Le constat d’une différence naturelle entre humains n’est pas du racisme - « Je suis noir, il est blanc. Point ». Celui-ci prend sa source lorsqu’à cette démarche d’ordre scientifique, on ajoute un constat d’ordre intellectuel qui les classifie à partir de critères subjectifs et crée par conséquent des groupes supérieurs et des groupes inférieurs. Le péché originel d’un tel outil de comparaison est que chacun de ces groupes construit et emploie le sien et que, bien sûr, il est dimensionné pour conclure à la supériorité du groupe qui l’utilise… quand cette supériorité n’est pas d’avance affirmée par un dogme, comme ce fut le cas du nazisme.

En renvoyant Zemmour à son groupe d’origine - les Berbères - et en proclamant qu’admis au sein d’un groupe supérieur - les « souchiens » -, il doit s’y comporter sans exercer tous les droits de ceux dont les ancêtres ont construit la France, vous mettez vos pas dans ce sillon qui aboutit à considérer l’autre comme inférieur. Le tout est de ne pas aller au-delà, comme le font les suprémacistes blancs et les Black Lives Matter.

--------------------------------------------------------------

@ Exilé 19 janvier 2021 à 09:13

Il faut effectivement prendre en compte cette dimension « lutte des classes » et ajouter ces « juges rouges » à ceux qui harcèlent les ténors politiques. L’exemple historique est l’affaire de Bruay-en-Artois et du « petit juge » Pascal qui s’est payé un notaire à travers une instruction menée honteusement à charge contre lui. Le Syndicat de la Magistrature venait tout juste d’être créé. Il en était au moins sympathisant…

Le cas du journaliste que vous citez n’est malheureusement pas exceptionnel. Dans certains tribunaux où les juges sont adhérents au SM, les jugements d’appel des décisions du conseil des prudhommes tiennent du jeu de massacre pour les patrons… Mais cela ne fait jamais la « une » des médias…

Robert Marchenoir

Vous vous demandez d'où provient l'indignation qui conduit Régis de Castelnau à se faire le défenseur systématique de Nicolas Sarkozy, dans ses démêlés avec la justice. Bonne question : on ne peut guère accuser les communistes, dont Castelnau fait partie, de complaisance habituelle envers l'intéressé.

J'ai, pour ma part, ma petite idée. En dehors du fait que tout fait ventre pour taper sur le gouvernement du moment, Régis de Castelnau, Éric Zemmour et Nicolas Sarkozy appartiennent tous trois aux réseaux d'influence russes.

C'est flagrant pour Castelnau. Comme le montre une simple recherche sur son nom, il a son rond de serviette sur les deux médias de désinformation et de subversion implantés par l'État russe sur notre territoire, Sputnik France et RT France.

Chez l'un comme chez l'autre, il figure sur la liste des sources privilégiées : il est régulièrement interrogé pour donner son avis sur tel ou tel aspect de l'actualité. Soit sous forme d'entretien entièrement à lui consacré, soit sous forme de propos recueillis, au fil d'un article, par l'un des "journalistes" de ces organes de guerre hybride, soit encore sous la forme de citations extraites d'autres médias.

Il suffit de consulter ces pages Internet pour constater que l'auteur du livre "Une justice politique" jouit, sur ces deux haut-parleurs de l'État russe, d'une présence hors de proportion avec sa renommée réelle. Le marché est clair : Régis de Castelnau passe son temps à dénigrer l'État français sur Sputnik et sur RT, en échange de quoi ces derniers promeuvent sa notoriété.

On ne peut, naturellement, exclure d'autres contreparties plus matérielles. Elle ne sont pas indispensables : il ne manque pas, en France, d'ego surgonflés qui sont prêts à se vendre au régime criminel de Poutine en échange de satisfactions d'amour-propre.

Il est facile de constater que Castelnau respecte sa part du marché : chez RT, il accuse l'État français de ne rien faire face à l'insécurité ; chez Sputnik, il accuse la justice d'être politisée... et de persécuter Nicolas Sarkozy. Ce ne sont là, bien sûr, que quelques exemples.

C'est avec enthousiasme que Régis de Castelnau se sert également de son blog, pour confirmer sa nature de membre éminent du réseau de désinformation poutiniste.

Il prend ouvertement parti pour la Russie contre l'Ukraine, dans un article bourré de mensonges factuels.

Il répercute la falsification de l'histoire répandue par le Kremlin au sujet de la Seconde Guerre mondiale, qui participe à la réhabilitation du stalinisme par Vladimir Poutine.

Il profite du référendum sur l'indépendance de la Catalogne pour repasser une couche de propagande poutiniste.

Il sert les intérêts russes en se livrant au numéro de diffamation de l'Allemagne habituel chez les rouges-bruns (et il se moque ouvertement du monde, en prétendant qu'il préférerait une domination américaine à une domination allemande ; l'amour des États-Unis dégouline positivement, en effet, de tous ses écrits !)

Il se livre au "whataboutisme" pour critiquer une demande judiciaire d'expertise psychiatrique de Marine Le Pen, prétendant que "les médias" s'indigneraient si la Russie en faisait autant (ce qui est doublement faux : elle fait bien pire, en remettant au goût du jour l'internement psychiatrique pour raisons politiques, réhabilitant ainsi les méthodes soviétiques ; tandis que les médias français... font à peu près silence sur le sujet).

Il trouve même le moyen d'exprimer sa nostalgie du hockey soviétique : jusqu'où n'irait-on pas, pour faire reluire l'image de la Russie !

A côté de Régis de Castelnau, Éric Zemmour est un modèle de dignité et d'indépendance : certes, ses déclarations sont amplement exploitées par Sputnik comme par RT. Sur ce dernier, il jouit même du douteux privilège d'une rubrique consacrée exclusivement à son "actualité".

Mais, en consultant ces pages, j'ai été incapable de retrouver un article où il aurait accordé un entretien à Sputnik ou RT, ou même aurait accepté de répondre à quelques-unes de leur questions.

Ce n'est, vraisemblablement, pas faute d'avoir été sollicité. On doit lui faire crédit de ce refus. Car il ne fait pas mystère, de son côté, de sa poutinophilie. Il déclare ouvertement son "tropisme pro-russe" et sa défense d'une "alliance russe".

Il se fait même le relais des fausses nouvelles les plus grotesques et les plus odieuses de la désinformation du Kremlin : c'est la CIA qui aurait tenté d'assassiner l'opposant Alexeï Navalny ! Alors qu'on sait, par le menu, quels officiers du FSB ont organisé son empoisonnement au Novichok et celui de sa femme : on a les noms, les dates, les lieux, les photos, les billets d'avion, la géolocalisation des téléphones des assassins... on a même les aveux enregistrés de l'un d'entre eux !

Quant à Nicolas Sarkozy, il est plus discret, mais son parcours est éloquent. En 2007, au G8 de Heiligendamm, il tient à Vladimir Poutine, en tête-à-tête, un discours musclé : "Je ne suis pas Jacques Chirac. Avec moi, on va parler d'Anna Politkovskaïa [la journaliste assassinée pour son opposition à Poutine], on va parler des droits de l'homme, on va parler des morts en Tchétchénie..."

Après quelques minutes, Poutine lui fait : "C'est bon ? Tu as fini ? Alors, je vais t'expliquer. Ton pays est petit comme ça [il rapproche ses mains] et le mien est grand comme ça [il écarte grand les bras]. Maintenant, tu as deux solutions. Ou bien tu continues à parler sur ce ton, et je t'écrase. Ou alors, tu changes de registre, et je peux te faire roi d'Europe."

Ces propos, rapportés par le journaliste Nicolas Hénin dans son livre La France Russe, ont fait l'objet d'un démenti ; mais il est tardif et peu convaincant. En revanche, la suite est tout à fait cohérente avec le récit de Nicolas Hénin...

Un an plus tard, en 2008, Nicolas Sarkozy pose au grand négociateur international : il se vante d'avoir convaincu Poutine de mettre fin à sa guerre d'agression contre la Géorgie. Mais l'accord de paix qu'il a piloté est un marché de dupes : il consacre l'invasion russe et l'amputation du territoire géorgien.

En 2019, même la façade de neutralité a sauté : Sarkozy répercute fidèlement la propagande russe, désormais, en faisant du Zemmour jusque dans son vocabulaire : "C'est insensé, l'attitude d'une partie de nos élites à l'égard de la Russie. L'Occident est absolument devenu minoritaire, et on veut pousser la Russie dans les bras de la Chine !".

Comme s'il ne faisait pas partie, lui, des élites...

Finalement, en 2021, le Parquet national financier ouvre une enquête contre lui pour le chef de trafic d'influence et de blanchiment de crime ou délit, pour avoir conclu un contrat de conseil de 3 millions d'euros avec un assureur russe de premier plan.

Sachant que les grandes entreprises russes sont inextricablement liées avec le pouvoir, les services secrets et la mafia. C'est ainsi que le régime russe exporte sa corruption et achète les politiciens et les hommes d'affaires occidentaux.

Au fil des années précédentes, de multiples éminences du parti des Républicains et du centre s'étaient illustrées de façon ouverte dans la compromission avec la Russie.

Les traces de leurs intérêts financiers sont partout.

Ceux qui veulent approfondir les méandres des réseaux russes en France liront avec profit ce rapport du Carnegie Council (version française).

On se rappellera que pendant sa présidence, Sarkozy avait, lors d'un déjeuner avec des journalistes, affirmé qu'il ne briguerait pas un second mandat, préférant se consacrer à "gagner beaucoup d'argent".

Sur le second point, tout tend à prouver qu'il a tenu parole. De même que Poutine a respecté sa part du marché, en le faisant "roi d'Europe". Ou ce qui passe pour tel, chez certains personnages dont l'honneur ne vaut pas bien cher. Et ne parlons pas de leur patriotisme...

Michelle D-LEROY

@ PAUL

Vous m'avez devancé. Ces deux affaires anciennes différemment traitées me semblent prouver (vu de ma lorgnette loin de la justice) une justice aux traitements bien différents que l'on soit de gauche ou bien de droite (les choses ont évolué depuis La Fontaine).

On le voit aussi avec les affaires Sarkozy, alors que d'autres sont ignorées ou sans suite.
À force cela devient criant.

Aliocha

@ F68.10

Le salut est de sortir de toute emprise humaine pour accéder à la liberté, il est donc tout à fait compréhensible que, n'y ayant pas accès, vous preniez cela pour de la foutaise, mais vous permettrez qu'aucune fatwa d'aucune sorte, athée y comprise, ne m'empêchera d'exprimer ce que je ressens.
Que vous ayez cycliquement besoin de me tomber dessus est une forme de démonstration de tout ce que je prétends, je vous en remercie.

sylvain

Vous défendez cette pourriture de justice, cher M. Bilger ?

Beaucaire :

"L’Etat a attaqué en justice peu avant Noël la Mairie de Beaucaire pour avoir installé une exposition culturelle et festive de crèche provençale de Noël.

Le juge des référés Laurent Marcovici de la Cour administrative d’appel de Marseille a rendu sa décision hier, condamnant la ville à 5 000 euros par jour à compter de cette semaine et jusqu’au démontage de la crèche.

Le maire de Beaucaire annonce saisir le Conseil d’Etat et attaquer parallèlement l’Etat pour discrimination."

https://www.info-flash.com/info-flash/actualites/france/languedoc-roussillon/gard/11196-beaucaire/7559274-information

Comment peut-on supporter ces salopards ? Ce sont ces ignobles cours de justice qu'il faut démonter et d’urgence !

Behenzar de Cunes

i-MAGES

Une image presque juvénile, quasiment un jeune homme, une élégante vêture dorée qui s'accorde avec la teinte des yeux, l'expression subtilement ironique… que nous imaginons être celle du fennec de Saint-Ex – dans le désert tous les êtres sont beaux –, un regard qui voit Dieu depuis trois mille ans… une pérégrination ignorée de tous – sauf pour ceux qui l'imaginent berbère de souche – comme s'il n'avait jamais été pourchassé le long des siècles par toute l'arriération parsemée dans l'Histoire, l'acuité d'une intelligence indispensable à sa survie… un large front, pas encore dégarni, derrière lequel s'élaborent toutes les stratégies indispensables à la survie de ce bel exemplaire d'humain dont le combat permanent plaît au Créateur.

Un sombre personnage, obscur, épais et massif, sans grâce aucune, qui respire les arrière-salles de connivence, enfumées de sombres intrigues tortueuses et cachées… un visage du terroir profond, boueux, englué… un regard assuré où se lit un tréfonds d'inquiétude, un cheveu fier mais arrogant… un système pileux à la limite de l'indécence, une provocation à la glabritude honorable, propre et nette.
Un portrait officiel… offense aux simples… au fond lie de vin.
Un judicien… un Etat adoré par les justiciables… une provocation de premier degré qui dissimule la personne… l'humble s'incline.
Une personne méritante… sous son jabot un rectangle rouge… il ignore que la LH ne se demande pas, ne se refuse pas, ne se porte pas.
Le geste de la main interroge… comme l'homme est noble on pourrait songer à une peinture de la Renaissance italienne… ce serait excessif.

genau

Que de feu et de cendres, celles des condamnés. La lecture des commentaires, un peu en bizingoin témoigne de l'intérêt du billet et de la démarche de notre hôte. Mais il est trop gentil, car on peut conclure ce que tout lecteur un peu attentif des romans du XIXe siècle a pu constater: tout est affaire de caste. Certains magistrats aiment les réceptions mondaines, les souliers vernis et le champagne sur un yacht, mes dames les juges en maillot, chez un armateur italien. Rien de choquant, ça n'engage pas mais ça fait douter.

D'autres se terrent dans une solitude ombrageuse et studieuse, peut-être de "grands travailleurs" et, piqués par l'aspic de la justice, la leur ou celle de leurs convictions, ou encore par le lyrisme pénal, flairent le gros coup, la belle affaire, et en découvrent un pan, sans claironner, obscurs mais célèbres.

Enfin, on égrènerait sans utilité toutes les catégories, parce que les magistrats, procureur et juges, sont des gens comme les autres, munis seulement d'armes à répétition.
Aucun n'est à l'abri de la grosse bêtise, du loupé magnifique, du looping qui finit en tonneau de cafouillage, comme tout le monde.
Greffer de la politique là-dessus revient à se dévaloriser, à rabaisser l'administration de la justice au rang d'instrument.

Nous sommes écrasés sous les volumes jugeant les juges, les peignant a fresca ou les gravant dans le bronze. Qui se souvient des livres de M. Giresse ? C'était une époque, révolue, pas pire que la nôtre, où folâtrait encore le merveilleux juge Batigne.

Bon, ne nous égarons pas, M. Bilger a raison de douter, les commentateurs d'essaimer aussi dans tous les sens (très jolie anecdote de notre ami Charoulet, j'en ai des comme ça). La Justice est comme les plumeaux, de loin, on pense que c'est un oiseau de paradis.

Louis

Le peuple en a assez de cette bouillie: vous cramez un stop sans dangerosité et bing 4 points et 90 euros, 135 euros pour l’absence de masque ; par contre vous êtes une haute personnalité alors là, 25 ans pour juger un Balladur et un abonnement pour Sarko. Incroyable, quand une haute autorité est condamnée pour des traces de confitures (une épidémie), il se refait une virginité à l’étranger puis se fait élire dans une belle ville bourgeoise et maintenant il dit le droit, pas belle la vie et il n’est pas, hélas, le seul... et ça ne date pas d’hier il suffit de parcourir le dernier chapitre du bouquin de Robert O. Paxton "la France de Vichy"... à de rares exceptions près, ce sont les mêmes magistrats qui ont appliqué la loi des régimes qui se sont succédé... ».

Guzet

Pourquoi le silence sur la méfiance française des révolutionnaires de 1789 pour le pouvoir judiciaire, que l'on trouvait encore enseignée dans les Facultés de Droit il y a une trentaine d'années à propos du contrôle de la constitutionnalité des lois - quand les magistrats venaient des Facultés de Droit et pas des IEP ?

Pourquoi le silence sur la raison de cette méfiance - que l'on trouvait encore chez Mitterrand (formé dans les Facultés de Droit des années 30 et pas par l'ENA) - qui était due au souvenir de la fin de l'Ancien Régime et au rôle destructeur que les Parlements ont joué dans la ruine de la monarchie, en bloquant tous les processus de réforme et donc en allant au-delà de leur rôle judiciaire.?

Comment ne pas voir l'imprégnation droit de l'hommiste du corps judiciaire - dont on peut noter qu'il est à une écrasante majorité féminin (puisqu'il est de bon ton aujourd'hui de s'intéresser aux déterminismes, non plus sociologiques, mais raciaux ou sexuels des individus) - qui, à l'unisson de la doxa médiatique ne connaît plus que des droits individuels et ignore ou déteste toute référence à un intérêt collectif de la société, qu'il est pourtant aussi censé représenter.

Quant à la harangue de Baudot, ne pas oublier que ceux qui l'ont entendue dans leur jeunesse ont pris de l'âge et sont arrivés depuis au sommet de la hiérarchie judiciaire !

Enfin, il ne faudrait pas que le cas particulier de Sarkozy fasse oublier les questions de fond que pose l'intrusion croissante du judiciaire dans le politique, comme l'ont montré de manière éclatante les perquisitions dans les bureaux et le domicile du ministre de la Santé en exercice en pleine crise du Covid !

Henri Gibaud

@ Tipaza | 19 janvier 2021 à 09:09
"dès lors que la magistrature est organisée en syndicats, c'est à dire en groupes de pression.
C'est tout le dilemme d'une foule versus chaque individu qui la compose.
L'adhésion à une structure corporative entraîne des comportements collectifs qui, volontairement ou involontairement, donnent une couleur à l'action individuelle"

J'adhère fortement à cette analyse, l'autorisation de syndicats d'ultra-puissants (responsables de jure mais irresponsables de facto, cf décret-statut et L781-1 code org. jud.) est une monstruosité en tous points comparables à l'existence d'un syndicat de généraux-Tapioca... France bananière !
Je modère toutefois un peu l'enthousiasme que je ressens pour votre texte sur cette nuance : il peut exister chez certains post-néo-subversifs en recherche de "nouveau" une inclination massive pour une extase dans "le foutoir permanent", ceci étant selon moi bien illustré par lesdits "Verts". Alors la chance que peut avoir le service public de la Justice serait que la camarilla permano-putschiste SM/USM et Force-OUVRIERE-magistrats (litanie de !) s'auto-dilapide en suicides réplicatifs un peu comme feu le Virus H1N1 face aux Forces Immuno-Humanistes... d'une certaine manière M. Bilger serait à ses collègues un signe avant-coureur d'un retour à l'Honneur Républicain dans la Vraie Indépendance de Conscience ?

--------------------------------------------------------

@ Robert Marchenoir | 19 janvier 2021 à 09:03
"ce qui obscurcit la vision de Zemmour : cette complaisance envers le communisme, à tel point qu'il trouve encore chic de se réclamer du marxisme, bien qu'il soit accusé d'être d'extrême droite"

Il me semble que vous auriez pu ne pas prendre pour shekels comptants ou dinars comptants ou roubles comptantes ou francs-napoléons-or-comptants cette mention, rapportée par l'habile M. Bilger, sur l'auto-performatif du jeune Eric Z. quant à son marxisme déclaratif : belle astuce de com' à mon avis !

Si vous voulez sonder un exemple de marxisme authentique, de fond économique et social au sens de lutte des classes, et quoique découplé du PCF (en l'espèce depuis son grand-père l'écrivain Paul Nizan qui démissionna à cause de ce que vous dénoncez notamment) : voyez du côté d'Emmanuel Todd, né en 1951 donc d'une bonne demi-génération antérieur au jeune Eric Zemmour. Emmanuel Todd annonça lumineusement en 1976 le collapse inéluctable de l'URSS, sur des bases socio-sanitaires, ce qui en 2019 ne l'empêchera pas de s'enthousiasmer pour les Gilets jaunes comme fait social assimilable à la survivance de phénomènes "classe contre classe" en France et publia-t-il "au début du XXIe siècle"(*).

Eric Z. arrive à peine à hauteur de mi-jambe du fils d'Olivier Todd. Zemmour est un malin, un "grand travailleur" (**), il a, par flair de positionnement dans la jungle des idées, réussi à se venger d'avoir été sorti aux oraux (trop petit ? trop pro-France ? trop Juif ? trop Berbère ?). J'éprouve du respect pour son courage face à l'hydre magistratesque qui le persécute, mais je le trouve à la fois moins sincère et aussi moins naïf que vous le dites. Une preuve : le papetier de OCB qui polluait jadis le joli fleuve-torrent Odet l'a engagé pour faire de la monnaie...

Toutefois j'admets devoir auto-corriger la direction générale des alinéas ci-dessus au travers de la nuance qui suit. Dans le grand trio initial marxien, Zemmour, un peu comme le Blum d'avant 1940, voit d'abord Engels pour les analyses anthropologiques mais comprend peu l'écono-métrique marxiste et rejette la dictature léniniste (avant NEP). Ensuite comme les néo-gauchistes pré- puis post-68 il est fasciné par les préconisations de guérilla idéologique de l'italien Gramsci, au programme : SUBVERTIR le capitalisme en sabotant ses relais d'autorités classiques dans le péri-économique (mais pas directement dans le monde du travail). Une preuve indirecte : le parcours du tova-riche Mélenchon qui commence par faire saper le patriotisme des CGT et PCF au travers de la manipulation lepénisto-SOS-Dray-Mélenchon, et qui à présent tente de manipuler le lumpen-prolétariat de la connexion canna/kala/isla (***).
Zemmour ne parle presque jamais de Dray et Mélenchon car il admire secrètement les réussites de SOS Racisme au point de cette solarisation-retournement dit "racialisme"... un peu comme la politique pro-islamiste de la CIA en Afghanistan (Pologne du Sud contre l'URSS) aura ensuite enfanté de tous les Ben Laden... Zemmour voudrait réutiliser le gramscisme méthodologique au service d'un néo-nationalisme et... de son ego.

(*) Emmanuel Todd avait annoncé au début de juillet 2018 travailler sur cette sorte de "Matriarchy" en Occident actuel, puis les Gilets jaunes l'ont détourné de cela, et finalement le SRAS-cov-2 lui aura saboté son changement de priorité : retour aux lectures de sociométrie sanitaire comme dans les années 70 à propos de la décadence soviétique !

(**) "grand travailleur" était un faux éloge codé employé par les professeurs (dans les années où ils n'étaient pas empêchés) pour situer un collégien, lycéen ou étudiant modestement doué mais qui par acharnement de bachotage permanent réussira quand même "à l'usure". Zemmour ne serait-il pas de ceux-là, lui qui s'enflamme pour ces années 50 et 60 qu'il n'aura vécu au mieux qu'en culottes courtes ?

(***) canna-BIS / kala-SHNIKOV / isla-NIQUE (^)
(^) bien lire Nique et non pas Mique

Isabelle

Vous posez la question de la politique et de la justice. Mais avons-nous encore le droit de faire de la politique dans cette démocrature ?

Avons-nous le droit d'émettre d'autres idées que celles de la bien-pensance ?

Vivre à nouveau en toute liberté !

Question : les couvre-feux et les confinements sont-ils utiles à la non propagation du virus ? Réponse : non. Puisque, malgré toutes ces mesures liberticides, nous en sommes à la troisième vague en France.

La dictature sanitaire poursuit sa lancée. Plus le temps passe, plus Jean Castex ou Olivier Véran s'énervent devant les caméras de télévision. L'ambiance est de plus en plus hystérique. Avec le fiasco des vaccinations, nous atteignons de nouveaux sommets de déliquescence.

Pourquoi confiner et punir tout le monde et ne pas demander que les personnes à risques s'autoconfinent en toute responsabilité ? Quitte à éviter les courses et se faire livrer chez elles, si nécessaire. Les Français doivent être responsables de leur propre carcasse.

Ces personnes d'un certain âge et même d'un âge certain sont assez matures pour savoir ce qu'elles peuvent faire ou ne pas faire.

Moralité : tous les Français sont punis pour préserver quelques personnes qui, bien souvent, sont à la retraite. Alors qu'il suffit de conseiller à ces personnes vulnérables de s'autoprotéger. Elles savent le faire. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'elles ont atteint un âge canonique.

On peut leur faire confiance mais elles ont peur de vivre pleinement aujourd'hui. Le gouvernement leur a fourni de nombreux motifs anxiogènes au lieu de leur demander d'être responsables de leur vie comme elles l'ont toujours fait auparavant.

Pas besoin d'une dictature sanitaire et d'un gouvernement de bras cassés pour affronter ce virus qui ressemble, dans la majorité des cas, à une grosse grippe.
Quand les personnes tombent malades, elles savent très bien ce qu'il convient de faire. De toute manière, elles sont tellement fatiguées qu'elles restent tranquillement chez elles.

Il faut arrêter de prendre les Français pour des imbéciles qu'on musèle et qu'on empêche de vivre.

Il faut vivre à nouveau, rouvrir les restaurants, les bars, les lieux de culture. Depuis plus d'un an, nous ne vivons plus, nous avons l'impression de survivre seulement et d'hiberner comme des taupes.
Nous ne sommes pas des taupes et encore moins des chiens auxquels certaines entreprises voudraient mettre des colliers !

Robert

Que dire, Monsieur Bilger, après tant de commentaires.

Je n'achèterai pas le livre de Régis de Castelnau, mais je reste lecteur de ses billets. Au-delà de ses thèses et de son marxisme originel, tout ce qu'il écrit n'est pas nécessairement frappé au coin de son idéologie.

Quant à Eric Zemmour, il me semble avoir compris qu'il a dit utiliser une grille d'analyse marxiste, ce qui n'en fait aucunement un adepte du communisme. De fait, il faut replacer les écrits de Marx dans le contexte du laisser-faire de son époque au XIXe siècle et, si ses conclusions sont éminemment contestables, son analyse est souvent difficilement réfutable.

Quant au sujet de ce billet, au fond les relations entre Justice et politique, je pense que la distance aux institutions liée à l'honorariat, fait que l'on n'est plus en mesure de sentir l'esprit actuel qui les anime comme du temps où l'on en faisait intimement partie.
De fait, il faut constater le noyautage d'écoles prestigieuses comme Sciences Po Paris par les idéologies actuellement à la mode pour comprendre que la mentalité des nouvelles recrues dans les écoles comme celle de la magistrature n'est plus celle qui prévalait il y a trente ou quarante ans.
Une sorte de relativisme généralisé a gagné nombre d'esprits qui les rend plus perméables aux thèses du Syndicat de la magistrature et donc à agir judiciairement en faisant, consciemment ou non, de la politique, ne serait-ce que dans le choix et les modalités des poursuites comme des personnes poursuivies ou bénéficiant de classements sans suite, tout en proclamant une neutralité politique de façade, s'en tenir au texte de la loi et en reprochant aux critiques une approche partisane.

Donc nos magistrats actuels ne sont plus dans un sanctuaire judiciaire mais, comme cela s'est passé dans les écoles, de plus en plus la société civile a pénétré cette vénérable institution avec des effets à la fois positifs et pervers. Toujours l'entrisme cher aux trotskistes !

Aussi, certains constats de Régis de Castelnau ne sauraient être rejetés d'un revers de main, même si beaucoup sont tout à fait contestables sur le fond.

Patrice Charoulet

LA POSTE (suite et fin)

J'ai dit ici comment La Poste a refusé de me remettre un colis destiné à ma femme, hospitalisée à 60 km de son domicile, faute de procuration. Je suis allé la voir en voiture et suis revenu avec une procuration.
Je retourne à la poste principale de ma ville avec mon masque sur le nez, la procuration de ma femme, ma carte d'identité, et, on ne sait jamais, mon livret de famille pour prouver que ma femme est bien ma femme. Je fais la queue. Mon tour arrive. Je me présente, confiant. Las !Il manque la carte d'identité de ma femme, qui, bien entendu, se trouve dans la chambre d'hôpital dans le sac de ma femme. Je n'avais pas songé à la lui prendre.

Je retourne chez moi. Je fouille dans les tiroirs et je trouve un passeport. Je retourne à La Poste. Je refais la queue. Je donne tout et le passeport. En même temps, je dis : "La factrice a menti : j'étais chez moi, elle n'a pas sonné, en écrivant sur son avis de passage qu'elle avait sonné trois fois." Le guichetier me dit : "Cela ne m'étonne pas". Il me remet enfin le colis. Puis il me dit qu'il lui faut une signature. J'avais prévu un stylo à bille, que je sors.
Non, non ! Pas la peine : avec mon doigt je dois gribouiller je ne sais quoi (je ne peux pas mieux) sur son portable.
Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. La réglementation a été respectée.

F68.10

@ Aliocha
"Et pourtant, notre si cher doyen, les recettes du chiffre ne remplaceront jamais le salut que propose le Verbe à notre entendement..."

Vous êtes au courant qu'il y a quand même pas mal de gens qui trouvent que cette position est de la foutaise ? Que votre salut 1. on ne sait pas ce que c'est 2. on n'est même pas sûr qu'on en veuille 3. il n'est même pas certain que vous consentiez à ce qu'on n'y consente pas. Et p'têt bien qu'on a même des positions éthiques et morales qu'on considère plus solides que ces illusions que vous ne jetez sans cesse à la face. Qui sait ?...

À force de lire ce militantisme catholico-solipsiste, il n'est pas impossible que je me fasse hindou, à force.

--------------------------------------------------------------

@ Robert Marchenoir
"Un noble communiste et militariste tressant des couronnes à Johnny Hallyday, et passant pour une autorité morale auprès de l'extrême droite : voilà l'immonde n'importe quoi intellectuel dans lequel notre époque a sombré."

Voui. Voilà pourquoi je ne prends mes références intellectuelles, philosophiques et politiques plus que chez les Anglo-Saxons libéraux et rationalistes. La vie intellectuelle française me semble être devenue un sketch.

PAUL

Ce n'est pas le meilleur billet que j'ai pu lire car j'y ressens un certain dépit pouvant aller jusqu'à mettre en échec votre impartialité, au profit d'une défense assez corporatiste. Au moment où vous écrivez ces lignes, le procureur de la République de Paris peine à justifier qu'une affaire criminelle (Duhamel) mettant en cause une personnalité politique ait été classée sans suite... Au même moment s'ouvre le procès de Balladur, VINGT-SIX ANS après la commission des faits (détournement de rétrocommissions pour financer sa campagne de 1995). C'est pour ceux qui s'imaginent que la justice n'est pas à la botte des politiques. Selon que vous serez puissant ou misérable nous a enseigné La Fontaine. Ça c'est ce qui est visible mais parlons aussi des procédures d’ordonnance pénale rendues par des procureurs adjoints pour éviter les procédures d'appel ou d'opposition. Quelle confiance dans la justice ?

Michel Deluré

« Zemmour et Castelnau font de la politique sur la justice ! »

Mais tout, Philippe Bilger, n'est-il pas finalement politique ?
Tout ce qui conditionne le quotidien de l'être humain, qu'il s'agisse de l'économique, du social, de la sécurité, etc., etc. et sans oublier bien évidemment la justice ne relève-t-il pas de la politique ?
Est-il un de ces domaines dans lequel les relations humaines soient préservées de tout rapport de force, de toute tentation de pouvoir et donc de toute détermination par notre environnement politique ?

Si la justice montre effectivement en certaines circonstances un peu trop de zèle, pour ne pas dire d'acharnement, dans ce que l'on pourrait appeler sa chasse aux politiques, ne serait-il pas particulièrement mal vu qu'elle se montre à l'inverse trop bienveillante à l'égard de ces mêmes politiques qui seraient très rapidement enclins à considérer que leur situation spécifique leur confère à elle seule l'impunité ?

Les politiques ne doivent pas être considérés par la justice comme des justiciables à part, auxquels il serait réservé, selon les circonstances, les humeurs, un traitement spécifique par rapport à celui appliqué au commun des mortels. La loi est la même pour tous.

Aliocha

@ Claude Luçon

Et pourtant, notre si cher doyen, les recettes du chiffre ne remplaceront jamais le salut que propose le Verbe à notre entendement, comme la revendication d'une différence ne saurait dissimuler nos similitudes, l'éminente parole de notre hôte l'affirme souverainement, qu'il en soit loué, le fantasme populiste stigmatise plus qu'il ne défend le rétablissement d'un pouvoir dont il observe à raison les fragilités.

Cela ne signifie nullement qu'il faille expulser la science, mais qu'elle s'inscrit dans un flux que seul le Verbe est à même de nous en déchiffrer le sens, permettant à l'humain de comprendre ce saut décisif dans l'histoire de la vie qu'il incarne :
http://www.vatican.va/content/benedict-xvi/fr/homilies/2006/documents/hf_ben-xvi_hom_20060415_veglia-pasquale.html

Il n'y a à mon sens aucun autre sens déchiffrable, même par le chiffre, c'est moi et ce n'est plus moi, disait saint Paul, merci, cher vieil ami, de me donner l'occasion ainsi de vous témoigner, en cette année qui a enlevé au couple que je forme avec celle qui partage ma vie père et beau-père, l'expression du respect et de la tendresse qu'ils m'inspiraient et dont j'espère vous permettrez le transfert, en communiant à cette espérance vivante de la résurrection :

"La résurrection n’est pas passée, la résurrection nous a rejoints et saisis. Nous nous accrochons à elle, c’est-à-dire au Christ ressuscité, et nous savons que Lui nous tient solidement, même quand nos mains faiblissent. Nous nous accrochons à sa main, et ainsi nous nous tenons la main les uns des autres, nous devenons un unique sujet, et pas seulement une seule chose. C’est moi, mais ce n’est plus moi: voilà la formule de l’existence chrétienne fondée sur le Baptême, la formule de la résurrection à l’intérieur du temps. C’est moi, mais ce n’est plus moi: si nous vivons de cette manière, nous transformons le monde. C’est la formule qui contredit toutes les idéologies de la violence, et c’est le programme qui s’oppose à la corruption et à l’aspiration au pouvoir et à l’avoir." (Ibid)

XAVIER NEBOUT

@ Claude Luçon

Le problème de l'astrologie est de savoir quand on situe la naissance. A la constitution des premières liaisons neuronales sur lesquelles des rayonnement cosmiques terrestres ou humains seraient déterminants, ou à la naissance civile ?

Le mot radiesthésie manque à votre exposé. Ce qui permet de trouver l'eau et donc aussi du pétrole sur une carte sans sortir de chez soi.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : philippe.bilg[email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS