« MeToo, MeTooIncest : seulement des coupables ? | Accueil | Le foot : si je pouvais être un dictateur en chambre ! »

08 février 2021

Commentaires

F68.10

@ Achille
"Match de fond de court entre F68.10 et Aliocha. Ça me rappelle les échanges interminables entre Ivan Lendl et Björn Borg à Roland-Garros dans les années 70… :)"

Oui. C'est extrêmement pénible. J'attends qu'on passe à un sport plus extrême. Comme du base-jumping.

Mais quand Aliocha nous écrit cela...

"Relisez-moi, vous comprendrez que non seulement j'ai répondu à vos interrogations obsédées..." -- Aliocha

Il faut lui répondre: non, c'est faux.

Et comme il se sent très vite persécuté, on doit prendre de multiples précautions: on lifte en doigté ; on slice; on amortit... bref. Quand on est en fond de court, la seule façon d'affronter Aliocha, c'est de toujours lui mettre la balle dans les pieds.

Girard, Girard, encore et toujours Girard. Même quand on lui donne des références où Girard se niche à pas plus de liens hypertextuels de distance, il sort son bréviaire en citant James Alison (qui n'est pas le moins religieux des girardiens, soit dit en passant...).

Aliocha

Dormez, Achille, on pense pour vous.
Bise à F68.

Achille

Match de fond de court entre F68.10 et Aliocha.
Ça me rappelle les échanges interminables entre Ivan Lendl et Björn Borg à Roland-Garros dans les années 70… :)

Aliocha

@ F68.10

Il faudrait encore pouvoir s'en lever, de la chaise, pour pouvoir la décrire, et non en tomber, s'abîmant aux vases des références multiples et complexes qui permettent sans fin de justifier ce qui n'est plus justifiable, l'ordre clérical cruel et mensonger qui emprisonne ceux qui n'accèdent pas au changement de référentiel radical qui ouvre la réalité.
Relisez-moi, vous comprendrez que non seulement j'ai répondu à vos interrogations obsédées, mais que je partage ce qui permet une description simple de la réalité, à laquelle vous êtes l'invité bienvenu :

"Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez! 24 En effet, je vous le dis, beaucoup de prophètes et de rois ont désiré voir ce que vous voyez et ne l'ont pas vu, entendre ce que vous entendez et ne l'ont pas entendu."

Tant que vous ne vous serez pas habitué à voir cela, vous continuerez à parler en grammaire violente, faisant de votre remarquable treillis l'étoffe qui vous étouffe :

"J’espère que nous voyons avec quelle richesse Girard nous prépare à cette période de vigilance de l’avent. Car l’ascétisme réel qui est suggéré est un ascétisme du sens. En tant qu’êtres humains, nous tendons désespérément vers le sens. Nous voterons contre nos intérêts, donnerons un statut divin aux charlatans, sacrifierons le bien-être des autres, dépenserons de folles sommes d’argent, n’importe quoi pour trouver un sens, ou pour nous agripper à un sens, ne pas subir la perte de toute signe suggérant que nous sommes « spéciaux », que nous valons quelque chose, pas comme eux, qui que ces « eux » puissent être. Quiconque conteste ou menace nos mythes de fondation nationale, d’appartenance raciale ou de signification sexospécifique sera considéré comme un ennemi. Et c’est un processus très frustrant d’assister à la perte de nos mythes nationaux – notre identité et notre appartenance – à la perte de notre différence raciale, de nos rôles liés au genre. Ou plutôt que de perte, c’est de lâcher prise qu’il s’agit. Car c’est ce que le mot grec que nous traduisons habituellement comme « pardon » signifie, littéralement : lâcher prise. Alors, qu’est-ce que c’est, maintenant, que de ne pas se laisser distraire en combattant pour ou contre de telles choses ? Se soumettre, dans un monde où la cacophonie du cataclysme est plus forte que jamais et où le sens est combattu avec une violence de plus en plus visible, à un genre d’apprentissage qui nous prépare à accueillir en tant qu’invité bienvenu celui contre lequel nous pourrions sinon nous protéger comme si c’était un voleur dans la nuit ? C’est l’ascétisme d’apprendre à ne pas prendre trop au sérieux quelque identité que ce soit agrippée contre une autre, et à subir le silence, la perte de sens, la chute jusqu’à nous retrouver porté par un nom écrit dans le ciel."

http://jamesalison.com/fr/girard-livre-de-lapocalypse/

Vous êtes évidemment libre de refuser l'invitation, comme je le suis aussi de remarquer qu'alors vous n'êtes que le mime de ce que vous dénoncez, je vous remercie de nous le démontrer.

F68.10

@ Aliocha
"Chaque fois que je parle de pardon, F68 tombe de sa chaise, la logique des équations qui ne savent répondre à la violence que par la violence, je présume."

Aucune équation ne vous a cogné, Aliocha...

"Voilà tant de temps que je réponds à ses interrogatoires, il n'écoute jamais la réponse, et conclut: je vous l'avais bien dit, Aliocha est catholique ! Ah la la, les curés, tous les mêmes..."

Vous avez tout à fait le droit d'être catholique. Là n'est pas le problème. Mon problème est que si je veux discuter de vos thèses, je dois les identifier. Et donc comprendre en quoi vous récusez le postulat sexualité = procréation ou pas. Pour l'instant, le caractère ampoulé et flou de votre discours empêche l'identification précise de vos thèses de fond sur l'homosexualité et le transsexualisme.

Le jour où vous m'expliquerez en quoi vous vous distanciez ou pas du postulat sexualité = procréation, nous aurons probablement une discussion plus constructive. En attendant, il faut se résoudre à constater que vous avez un discours à peine plus construit que n'en aurait une chaise.

Aliocha

Chaque fois que je parle de pardon, F68 tombe de sa chaise, la logique des équations qui ne savent répondre à la violence que par la violence, je présume. Voilà tant de temps que je réponds à ses interrogatoires, il n'écoute jamais la réponse, et conclut: je vous l'avais bien dit, Aliocha est catholique !
Ah la la, les curés, tous les mêmes...

F68.10

@ Aliocha
"Mais continuez à tenter de m'humilier, je vous remercie d'alors démontrer à chaque soubresaut tout ce que je défends, et qui n'est que notre commune humanité."

Votre invitation au débat argumenté est difficilement refusable. Ce ne sont que vos propres arguments qui vous humilient intellectuellement, Aliocha. Pas moi.

"Mais les gens se comportent sexuellement exactement comme ils le désirent entre adultes consentants, je n'ai pas vos a priori sur le sujet..."

Je ne vois pas de quels a priori vous voulez parler.

"...je dénonce le fait de faire de l'enfant un objet plutôt qu'un sujet, ce que partagent homos et hétéros, qui se rejoignent ainsi dans leur incapacité à savoir éduquer les petits à devenir libres et responsables, [badaboum... badaboum... badaboum...]"

Heureusement que la question initiale était celle des transitions de sexe des transsexuels, et que vous ramenez toujours le sujet, non pas sur les transitions de sexe, mais encore et toujours sur le mariage homo et ses succédanés... Nulle politisation militante catholique dans ce débat argumenté de haut vol, n'est-ce pas, Aliocha...

"Continuez donc à exciser les textes comme les virtuoses du bistouri mutilent les martyrs..."

Tiens ! C'est marrant ! Maintenant pour débattre et argumenter avec autrui, il est interdit de citer les propos d'autrui ! Vous êtes un inénarrable sketch, Aliocha: on "excise les textes" simplement parce qu'on prend les arguments d'autrui - si on peut appeler cela des arguments - au sérieux. C'est une marque de respect. Que vous n'avez pas.

"...vous ne savez que reproduire ce que vous dénoncez..."

Badaboum... badaboum... badaboum...

Aliocha

@ F68.10

Mais les gens se comportent sexuellement exactement comme ils le désirent entre adultes consentants, je n'ai pas vos a priori sur le sujet, je dénonce le fait de faire de l'enfant un objet plutôt qu'un sujet, ce que partagent homos et hétéros, qui se rejoignent ainsi dans leur incapacité à savoir éduquer les petits à devenir libres et responsables, ne sachant leur proposer que le désir comme fondement du droit, leur dissimulant quel ressort est le fondement de la cohésion de tout groupe humain, pour mieux exercer sur eux un pouvoir de clerc mensonger, qui n'organise son discours que pour mieux justifier sa tendance dominatrice, fermant œil et oreille pour continuer à vénérer cette fausse transcendance, appliquer les violences de ses rituels d'expiation, reproduire les humiliations dictées par les jalousies d'un ressentiment irrésolu.

Continuez donc à exciser les textes comme les virtuoses du bistouri mutilent les martyrs, vous ne savez que reproduire ce que vous dénoncez à défaut de savoir apaiser votre cœur, maîtriser la monture de vos émotions pour l'offrir alors comme véhicule des idées qui, sinon, vont se perdre au fossé de la violence que vous revendiquez, démontrant que, ne reconnaissant pas vos croyances, vous en êtes la première victime à défaut de pardonner.
Mais continuez à tenter de m'humilier, je vous remercie d'alors démontrer à chaque soubresaut tout ce que je défends, et qui n'est que notre commune humanité.

F68.10

@ Aliocha
"Nous ne parlons pas du sexe des anges, la fécondation est la rencontre de deux gamètes de sexes opposés, elle est donc hétérosexuelle..."

Ouaip. On ne parle pas du sexe des anges, mais manifestement de celui des gamètes. Quand vous serez confortable pour parler de la sexualité des personnes plutôt que celle des gamètes - ce qui est un concept différent... - vous me faites signe, hein ?

"...j'ai déjà répondu plusieurs fois, mais tant que je ne m'alignerai pas sur une Eglise, athée ou pas, F68.10 ne sera pas satisfait."

Ah non ! Je souhaite simplement que vous m'expliquiez si vous vous alignez sur une Eglise, théiste ou pas, et, dans le cas où vous ne vous y alignez pas, que vous m'expliquiez pourquoi.

"Depuis la contraception, la sexualité est séparée de la procréation, mais cette question n'est dans le sujet que pour satisfaire le désir de fatwa à mon endroit de notre préopinant."

Parce que les homosexuels n'existaient pas avant la pilule ?

"Il nous démontre, ce que j'avais perçu dès l'origine de la buse, son cléricalisme exacerbé..."

Je ne comprends toujours pas ce que vous avez pour ou contre les clercs. Le « Clergé » est ce qui désigne les différentes institutions d'une religion. Je n'ai rien contre la liberté d'association, encore moins quand elle a pour but de réfléchir à la science, et encore moins quand elle a pour but de réfléchir à la morale (partie intégrante, pour moi, du domaine scientifique). Je n'ai donc rien contre des structures intellectuelles athées ou "humanistes" montantes comme la Giordano Bruno Stiftung, avec 10 000 membres associés:

"Le but de la fondation est de développer des alternatives aux religions traditionnelles sur des bases viables, humanistes, rationnelles et basées sur des données probantes et leur permettre de prendre racine dans la société. Cet objectif se fonde sur le constat que nous ne pouvons pas faire face aux défis complexes du 21ème siècle en nous basant sur les paradigmes religieux du passé." -- Giordano Bruno Stiftung.

Si vous appelez cela un clergé, je n'ai absolument rien contre.

"...revendiquant l'établissement d'un clergé athée."

Quel est le problème avec la liberté d'association, d'expression et de réflexion des athées ??

"Il m'accorde donc cette victoire qui n'est pas mince, en avouant, ce que je m'échine à démontrer depuis trop longtemps, son fonctionnement religieux."

Je n'ai jamais nié que les questions morales faisaient l'objet d'un conflit intellectuel entre athées et religieux et qu'il importait de l'assumer. Je le dis même depuis le tout début de nos interactions en mentionnant Sam Harris. C'est vous qui n'écoutez pas.

"Je suis assez content de la démonstration."

Vous n'avez pas encore démontré que la Giordano Bruno Stiftung veut brûler les religieux ou même simplement nier leur liberté de conscience... Quant aux religieux... un peu quand même.

Aliocha

Nous ne parlons pas du sexe des anges, la fécondation est la rencontre de deux gamètes de sexes opposés, elle est donc hétérosexuelle, j'ai déjà répondu plusieurs fois, mais tant que je ne m'alignerai pas sur une Eglise, athée ou pas, F68.10 ne sera pas satisfait.

Depuis la contraception, la sexualité est séparée de la procréation, mais cette question n'est dans le sujet que pour satisfaire le désir de fatwa à mon endroit de notre préopinant.
Il nous démontre, ce que j'avais perçu dès l'origine de la buse, son cléricalisme exacerbé, revendiquant l'établissement d'un clergé athée.
Il m'accorde donc cette victoire qui n'est pas mince, en avouant, ce que je m'échine à démontrer depuis trop longtemps, son fonctionnement religieux.
Je suis assez content de la démonstration.

F68.10

@ Aliocha
"F68.10 veut tellement me faire passer pour un intégriste catho qu'il va jusqu'à prétendre que l'union de deux gamètes de sexe identique pourrait être féconde."

Ah bon ? Et où ai-je écrit cela, je vous prie ? Quel commentaire aurais-je écrit qui contiendrait de si subtiles propos de ma part contraires à toutes les données scientifiques à ce sujet ? (Au détail près qu'on arrive quand même à obtenir des embryons sans utiliser d'ovules ni de spermatozoïdes...)

Mais non, je n'ai jamais écrit cela. C'est le seul fait que je précise que votre position soit procréation = sexualité, soit précisément celle du Vatican (duquel vous cherchez perpétuellement à vous distancer tout en vous y collant à qui mieux mieux) qui vous pousse à m'accuser de nier les données scientifiques, ce que je ne fais pas.

C'est marrant, cette question de la science, hein... marrant de voir comment vous l'instrumentalisez. Vous n'êtes pas le seul, rassurez-vous: il y a une épidémie, de nos jours, de gens qui l'instrumentalisent.

Alors, Aliocha: acceptez-vous que votre position soit procréation = sexualité ? Soit exactement celle du Vatican ? Ou vous en distanciez-vous-en ? Oui ou non ?

Ce serait sympathique que vous nous fournissiez une réponse claire: cela nous permettrait d'avancer sur un tel sujet de bioéthique.

Sinon, vous ne nous faites que de l'enfumage...

Aliocha

F68.10 veut tellement me faire passer pour un intégriste catho qu'il va jusqu'à prétendre que l'union de deux gamètes de sexe identique pourrait être féconde.
Jusqu'où s'arrêtera-t-il pour justifier sa violence ?
Non seulement prélat, mais sépulcre blanchi.

F68.10

@ Aliocha
"Beurk n'est pas un argument..."

Effectivement. Ce n'est pas un argument: c'est une conclusion.

"...comme ne l'est pas plus de vouloir à tout prix m'associer à je ne sais trop quelle sommité catho, ce que vous faites depuis un an et demi, pour nous démontrer que, comme tout le monde, vous fonctionnez religieusement."

Le problème de fond est celui-là:

"La toile de fond est connue: l’opposition séculaire du Vatican à toutes les formes, mécaniques et thérapeutiques, ayant pour but (ou pour conséquence) une dissociation de la sexualité et de la procréation humaines." -- Jean-Yves Nau, Revue Médicale Suisse.

Et voici maintenant vos propos:

"...le désir d'enfant est un désir qui se réalise hétérosexuellement, il serait bien de ne pas faire du désir le fondement d'un Droit qui nierait la physiologie..." -- Aliocha, 13 février.

"...leur condition d'inverti, qui a sa place dans la société, comme le faux bourdon dans la nature a une fonction de pollinisation." -- Aliocha, 12 février.

"...vous ne pouvez justifier l'injustifiable à séparer ainsi la sexualité de la reproduction..." -- Aliocha, 11 février.

"La fécondation physiologique est la rencontre d'un gamète mâle et d'un gamète femelle, il semblerait que cela soit le cas aussi pour les lesbiennes, le désir d'enfant est donc en ce sens un désir hétérosexuel." -- Aliocha, 11 février

"...d'engrosser les lesbiennes plutôt que de leur apprendre à reconnaître leur désir hétéro..." -- Aliocha, 10 février

Voilà donc chacune des citations où vous établissez explicitement ou implicitement un lien moral entre procréation et sexualité et où vous récusez que la bioéthique diverge du postulat procréation = sexualité.

C'est exactement la position du Vatican. Vous aurez beau l'amadouer et vous faire passer pour un doux, il est limpide que, dans votre tête, procréation = sexualité.

"Vous aurez beau vous agiter dans tous les sens, vous n'arrivez qu'à vous associer à ceux que vous dénoncez pour tenter de démontrer que j'ai tort, usant de l'homosexuel à vos fins douteuses, qui sont de justifier votre propre violence."

J'utilise l'homosexualité à la fin suivante: vous faire réfléchir sur les fondamentaux de la bioéthique. Pour l'instant, vous en êtes à la position catholique "procréation = sexualité" et vous n'en déviez pas. Je vais donc continuer à vous cuisiner sur les fondamentaux de la bioéthique.

"Restez donc en votre cour d'école infantilisante, fût-elle normale et supérieure, vous permettrez que je ne baise pas l'anneau de votre papauté symétrique qui ne sait plus que traiter les homos de malade pour asseoir un pouvoir depuis deux mille ans abattu. Bon exorcisme, prélat de mauvaise foi."

Je n'ai pas affirmé que l'homosexualité était une maladie. J'ai exposé des failles méthodologiques dans ce débat et montré noir sur blanc que le catholicisme n'a pas renoncé à faire de l'homosexualité une maladie mentale.

Et j'ai utilisé ce thème pour tenter de vous inculquer quelques bases de bioéthique. C'est un devoir moral de tout un chacun que de comprendre comment réfléchir sur la bioéthique. Et sur ce point, il importe donc de poser la question aux Français: "vous alignez-vous avec l'Eglise catholique en matière de bioéthique ?"

Question qui concerne l'euthanasie, la fin de vie, l'acharnement thérapeutique, le refus de thérapeutiques géniques, toute la psychiatrie sur absolument tous les domaines, toutes les questions de droit des minorités en matière médicale et pas seulement les homosexuels, et la question du paternalisme et du misérabilisme en médecine.

Sans parler du délire anti-victimaire de l'Église, puisque constater qu'on est une victime - ce qui a un impact en psychiatrie... - c'est se prendre pour le Christ et donc pour Dieu... Vous n'êtes pas le premier qui me l'ait sortie, cette idiotie qui relève de la déjection mentale. Mais vous êtes le premier à avoir le culot de l'écrire noir sur blanc toute honte bue.

Et constatons que ces questions vous touchent tellement les fils que vous êtes incapable de rentrer dans ce débat en débattant point à point et pied à pied.

Aliocha

@ F68.10

Beurk n'est pas un argument, comme ne l'est pas plus de vouloir à tout prix m'associer à je ne sais trop quelle sommité catho, ce que vous faites depuis un an et demi, pour nous démontrer que, comme tout le monde, vous fonctionnez religieusement.
Vous aurez beau vous agiter dans tous les sens, vous n'arrivez qu'à vous associer à ceux que vous dénoncez pour tenter de démontrer que j'ai tort, usant de l'homosexuel à vos fins douteuses, qui sont de justifier votre propre violence.
Restez donc en votre cour d'école infantilisante, fût-elle normale et supérieure, vous permettrez que je ne baise pas l'anneau de votre papauté symétrique qui ne sait plus que traiter les homos de malade pour asseoir un pouvoir depuis deux mille ans abattu.
Bon exorcisme, prélat de mauvaise foi.

https://www.youtube.com/watch?v=NJtYOs31lyQ

F68.10

@ Aliocha
"Quant à votre tentative supplémentaire de justification embrouillée, je vous répondrai que les homosexuels ne sont pas malades, ils sont discriminés..."

Assez cocasse de me qualifier d'embrouillé quand on se farcit la lecture intégrale de votre prose...
Il n'y a rien d'embrouillé. Il y a une question à laquelle vous ne répondez pas: Qu'est-ce que la maladie ? L'homosexualité en est elle une ? Si oui, pourquoi, et quelles thérapeutiques sont justifiées ou ne le sont pas ?

Vous répondez que l'homosexualité n'en est pas une. Le problème, que je sois d'accord avec vous sur ce point ou pas, est que vous ne proposez aucune justification à votre assertion. D'autres le font:

"Il fut un temps, l'homosexualité était considérée comme un trouble mental. Depuis les années 1970, toutefois, des associations médicales importantes aux États-Unis ont déclaré l'homosexualité comme une contrepartie normale de l'hétérosexualité. Ces associations médicales ont sous-tendu leur affirmation de normalité de l'homosexualité par des "données scientifiques probantes". Le présent article passe en revue de manière critique ces "données scientifiques probantes" et en conclut qu'une large partie de leur littérature ne permet pas de conclure à la normalité de l'homosexualité. Le présent article suggère qu'au lieu de soutenir cette affirmation par des données scientifiques, la catégorisation de l'homosexualité au sein de la normalité fut arbitraire." -- Robert L. Kinney, III.

Bizarrement, ce Robert a l'air d'être plutôt catholique... ce qui expliquerait peut-être deux ou trois choses. Comme le fait qu'il publie dans le Linacre Quarterly, journal académique et organe de l'association médicale catholique américaine en matière de bioéthique.

Quoi qu'il en soit, les questions de bioéthique de ce style ont un impact majeur sur les libertés publiques, et il n'est pas possible de prétendre, sur la seule base du fait que M. Kinney soit catholique, que cet article ne fait pas partie de la littérature scientifique. Surtout si on prétend que l'autorité que la psychiatrie doit avoir sur les déviants et les homosexuels en particulier dérive du fait qu'elle se base sur la science.

Si vous prétendez que l'homosexualité n'est pas une maladie, vous avez un devoir moral de disséquer son argumentaire, et de déterminer là où il a raison et là où il a tort. Ou alors de donner raison aux postmodernistes quand ils affirment que la science est instrumentalisée par des majorités agissantes telles que les catholiques, ce qui légitime une guerre ouverte contre la science qu'ils mènent tambour battant. Attitude que nombre de gens raillent en parlant de minorités agissantes... victimaires et je sais pas quoi encore...

"C'est en ce sens, et j'espère que vous saurez ainsi résister à ce qui n'est pas une injonction provocatrice mais une invitation à l’affranchissement de la violence totalitaire..."

Vous pensez donc que ce type d'article, c'est encore ma faute, que je suis méchant et pas catholique, manifestement. C'est toujours le même sketch avec les fondamentalistes de votre acabit. D'un côté vos copains pondent des horreurs, et dès qu'on les critique sur le plan scientifique, toujours cette injonction à la conversion. Et entre-temps on tape toujours et encore sur les homosexuels. Jusqu'à ce qu'ils se convertissent et rentrent dans la grande cage aux folles qu'est le Vatican...

Les gens comme vous nous jouent la carte de la science quand cela les arrange. Du genre de vos foutaises perpétuelles sur l'anthropologie "religieuse" qui devrait écraser le reste de la science, et quand on demande de bosser sur un thème précis, l'homosexualité en l'occurrence, et spécifiquement les articles scientifiques en provenance du monde catholique, subitement, rien... Ou alors nous faire le coup de "je ne suis pas un clergé perverti, moi !". Toujours pareil. Une bande de faux-culs pas fichus de récuser la persécution psychiatrique ses homosexuels en argumentant pied à pied sur les données scientifiques. Et qualifiant de minorités agissantes et victimaires ceux qui font le boulot. Beurk.

Et après on s'étonne qu'un Geoffroy de Lagasnerie monte des attaques perpétuelles sur la droite, la science, la vérité, la liberté d'expression et la notion même de débat... Rien d'étonnant, malheureusement.

Aliocha

Je cautionne votre citation, F68.10.
Quant à votre tentative supplémentaire de justification embrouillée, je vous répondrai que les homosexuels ne sont pas malades, ils sont discriminés, victimes de ce vice originel de toutes les cultures que vous refusez d'admettre, schizophrénie partagée par une large majorité occidentale qui, et je sens comme une évolution chez vous, si elle ne veut pas reproduire l'inévitabilité de la violence à ne pas confondre avec l'exercice d'une force légitime absolument nécessaire pour l'établissement d'une justice assainie, devra intégrer que le réel se décrit plus religieusement que rationnellement, à l'aide de l'étude rationnelle des textes qui témoignent de cet effort depuis le fond des âges.

Tant que nous n'accèderons pas à ce choix rationnel de nous reconnaitre irrationnels en nos comportements, nous ferons sempiternellement l'erreur de reproduire à votre image la geste nietzschéenne:
"Dieu est mort, c'est nous qui l'avons tué."
Parole évangélique s'il en est, si, à l'inverse de Nietzsche, on accède au renversement narratif, où, par et dans le pardon, on a alors la capacité raisonnable de mettre à distance d'observation le phénomène qui fonde nos cultures, permettant de pouvoir imaginer s'en désaccoutumer, évitant de reproduire schizophréniquement un fonctionnement de clergé face au débordement d'un clergé abusif qu'il est nécessaire de dénoncer, reproduisant alors inconsciemment ce qu'on dénonce.

C'est exactement ce choix que n'a pas opéré Nietzsche, car c'est un choix et non une injonction à je ne sais trop quelle conversion religieuse, choix dont l'absence le voua à la démence, entraînant le monde moderne à la folie meurtrière du XXe siècle, qu'il serait temps de reconnaître que nous fonctionnons, athée ou non, religieusement, qu'il est possible de décrire alors ce phénomène rationnellement si nous ne voulons pas suivre le génial philosophe sur les chemins de la destruction de notre esprit, pouvant alors imaginer que l'homosexuel a sa place pleine et entière en notre société, comme tout individu qui a été, et je sais à qui je m'adresse en vous disant cela, torturé par les violences discriminatoires, dans la mesure où il admet cette mise à distance qui permet de ne pas répondre à la violence par la violence, devenue alors évitable.

C'est en ce sens, et j'espère que vous saurez ainsi résister à ce qui n'est pas une injonction provocatrice mais une invitation à l’affranchissement de la violence totalitaire, que personnellement j'entends cette phrase de l'esprit extraordinaire qu'incarne Benoît XVI, si on sait l'extraire du contexte clérical d'institutions perverties que, soyez-en certain, je dénonce avec vous :
"La foi est un choix raisonnable".

F68.10

@ Aliocha
"Eh oui, tant d'embrouillaminis contradictoires pour finir par un credo en la violence. Amen."

Ce qui est contradictoire, c'est la réalité actuelle. Si vous avez une définition claire de la notion de maladie qui permette de classifier l'homosexualité en maladie ou non-maladie, faites-moi signe. Je vous rappelle qu'il faut que cela fonctionne correctement à la fois pour l'homosexualité et les schizophrénies. (i.e. les mettre dans les bonnes cases...)

Reconnaître l'inévitabilité de la violence n'est pas si résigner.

"Nos dieux sont morts. Des guerriers klingons les ont découpés en morceaux il y a un millénaire de cela. Ils étaient plus gênants qu'ils n'en valaient la peine." -- Worf, Star Trek.

Amen.

Aliocha

Eh oui, tant d'embrouillaminis contradictoires pour finir par un credo en la violence.
Amen.

F68.10

@ Aliocha
"Donc, si j'ai bien compris, le clergé athée déclare que l'homosexualité est une pathologie."

Non. Vous n'avez rien compris.

Primo: le clergé athée n'existe toujours pas à l'heure actuelle. La chose qui s'en rapproche le plus, à mon sens, dans le monde francophone, c'est l'association belge des athées, qui est un des rares lieux où se déploie publiquement un athéisme argumenté sur des bases philosophiques. En France, soyons clair: il n'y a rien. Ou si peu.

Secundo: mon argument sur l'homosexualité et la maladie n'a pas vocation à être une fatwa, mais bien un argument. Ce qui est différent. Cet argument n'est pas un décret, mais illustre en fait les problèmes de fond que soulève la notion de maladie. Sur le versant scientifique: le concept de maladie est associé à la souffrance, comme en témoignent les taux de suicide des homosexuels. Sur le versant sociétal: le concept de maladie, surtout mentale, justifie la contrainte, l'arbitraire, la détention et la violence au nom d'un bien supérieur: la santé. De manière parfaitement hypocrite comme le montrent les désastres des thérapies de conversion.

En bref: cela illustre des limitations de la pensée médicale - surtout en terme d'éthique et de morale - et non pas scientifique. En l'occurrence l'arbitraire (relatif selon les spécialités) des catégorisations médicales, et le simplisme des thérapeutiques employées, au mépris des notions de consentement et de résultats, tout en se permettant de croire que les taux de suicide supérieurs d'homosexuels justifient l'idée que la solution serait de les rendre hétérosexuels sous la contrainte. Une croyance à abattre. Sans pitié. Comme celle de Dieu.

Ces limitations de la pensée médicale existent toujours bel et bien. Et sous-tendent l'émergence du postmodernisme tant honni lorsque des homosexuels furent contraints de faire des opérations coup de poing dans des réunions de psychiatres, attaquant leur liberté d'association et d'expression au motif qu'ils attaquaient leur liberté de conscience et leur liberté de mouvement parmi tant d'autres. Voilà pourquoi le postmodernisme tant honni, si défaillant et si délirant soit-il, ne peut pas être balayé d'un revers de main... même si j'aimerais bien.

"Tous les clergés se ressemblent..."

Non. Rien de commun entre l'Église catholique et l'association belge des athées. L'une nie la liberté de conscience et déclare le pape infaillible. L'autre affirme la liberté de conscience et défend la science et la rationalité qui ont à leur cœur la reconnaissance de la faillibilité de tout savoir empirique, philosophique ou moral. Absolument rien de commun entre l'absolutisme moral catholique et le réalisme moral empreint de faillibilité d'un athéisme bien structuré mentalement. (Nous n'y sommes pas encore.)

"...et l'athéisme en sa chasse aux croyances..."

La chasse aux croyances de l'athéisme et de la science n'est que la mise en évidence des incohérences des croyances. Par la liberté d'expression. La chasse aux hérésies des religieux est un peu plus brutale et enfreint nettement plus de règles morales... Cela étant, par les temps qui courent, le complotisme fait courir un danger politique de plus en plus affirmé, et il est probable qu'on voie fleurir de la violence à l'encontre des croyances. C'est pourquoi j'affirme la nécessité de les résoudre par le débat, même avec les complotistes ou les salafistes quiétistes. Ceux qui prétendent qu'"on ne parle pas avec les fous" ne sont pas de mon bord. C'est en effet une œuvre de salubrité publique que de démonter les croyances: cela démonte les prétextes des croyants à tuer les mécréants ; et cela démonte aussi les prétextes des autorités à tuer les déviants et dissidents que sont les complotistes. Parce qu'il y a quand même un truc dans ce goût qui monte dans l'air en ce moment, je trouve...

"...est donc bien une croyance, qui appuierait son pouvoir sur la dissimulation de ce qui le fonde comme est fondé tout système culturel, le sacrifice et la production de victimes."

Badaboum... badaboum... badaboum... votre fondamentalisme girardien revient au galop. Encore et encore... Lodi appréciera que vous déformiez sa théorie ainsi.

"Personnellement je suis incroyant, en la violence."

Commencez par admettre que la violence est inévitable. Qu'on ne s'en débarrasse pas par une prière, une génuflexion, une manipulation de chapelet, un Ave Maria ou une messe tridentine. Que c'est plus compliqué, et que les simplismes préparent le terreau de la violence. La persécution psychiatrique des homosexuels en est justement un exemple parlant. Et qui n'est toujours pas résolu.

Aliocha

Donc, si j'ai bien compris, le clergé athée déclare que l'homosexualité est une pathologie.
Tous les clergés se ressemblent, et l'athéisme en sa chasse aux croyances, est donc bien une croyance, qui appuierait son pouvoir sur la dissimulation de ce qui le fonde comme est fondé tout système culturel, le sacrifice et la production de victimes.
Personnellement je suis incroyant, en la violence.

Robert Marchenoir

@ Serge HIREL | 13 février 2021 à 11:11
"En découvrant votre nouvelle prose, mes deux neurones remarquent que vous êtes capable d’écrire un texte court à lire au seul niveau des injures et vous remercient de votre engagement de ne plus les fatiguer."

Ah, mais pas du tout. Je m'engage, bien au contraire, à continuer d'être extrêmement fatigant. Je n'écris pas pour les handicapés.

Et puis quelqu'un qui écrase le tube de dentifrice avec ses rangers quand il a besoin de se laver les dents devrait éviter de parler de longueur.

Serge HIREL

@ feu JM0001 13 février 2021 à 08 :09

« Nouvelles plaques »… Je vous suggère J6M… Dommage, déjà pris : Jean-Marie Messier Moi-Même Maître du Monde ! Cela vous serait allé comme un gant…

Mary Preud'homme

@ Catherine JACOB | 13 février 2021 à 10:28

Christine Lagarde est une valeur sûre.
À la présidentielle de 2022, elle aurait été une adversaire de poids pour Macron dont elle n'aurait fait qu'une bouchée !
Dommage qu'elle se dise trop âgée et absolument pas motivée pour tenter l'expérience.

F68.10

@ Aliocha
"Badaboum ! C'est bien, on avance..."

Oui. On avance: on objective que vous êtes incapable d'avoir une discussion construite sur les homosexuels, la procréation ou la maltraitance sans systématiquement imposer un prisme chrétien sur ces questions relatives à la bioéthique au sens large. Je me permets de vous rappeler que les homosexuels ne sont pas tous chrétiens. Que les gens qui procréent ne sont pas tous chrétiens. Que les gens maltraités ne sont pas tous chrétiens. Le message précédent posait effectivement la question centrale suivante: les intersexués ont-ils le droit d'avoir un discours sur les chirurgies qu'ils subissent qui prenne en compte leurs points de vue sans se voir imposer les cadres moraux dérivant de ceux du corps médical ou du christianisme ?

Votre réponse est sans appel: non.

"...et le silence accueille l'écoulement des écroulements quand l'argument se perd et ne sait plus répondre..."

Je viens de vous répondre. Ne faites pas passer votre fondamentalisme pour de l'ouverture à l'argumentation. Hypocrite, va...

"...alors que la solution est à sa main, tentant de glisser de l'homosexualité, qui n'est pas une pathologie, vers l'intersexualité et le SMPP, qui sont des problématiques divergentes."

Bwahahahahah ! Ce sont toutes trois des problématiques médicales. Et puisque vous mentionnez l'homosexualité, laissez-moi vous présenter un argument très simple permettant de la classer en maladie: les homosexuels ont un taux de suicide supérieur au reste de la population. C'est bien cet argument essentiel qui permet de classer la schizophrénie (simple) en maladie si on ne souhaite pas avoir recours à des arguments niant la liberté de conscience des schizophrènes. Et là, bizarrement, ce qui serait valable pour la schizophrénie ne le serait plus pour l'homosexualité ?? Quel argument avez-vous pour déclassifier l'homosexualité de maladie en non-maladie ? Des arguments scientifiques et objectifs dont on devrait s'assurer la cohérence avec le reste de la nosographie ? Ou seulement des arguments politiques ?

L'homosexualité a été déclassifiée de maladie mentale à non-maladie non pas sur des arguments scientifiques mais essentiellement politiques. C'est au fond un grand échec de la science dans le domaine de la médecine que de ne pas avoir su imposer un discours construit s'opposant aux dérives inhumaines du corps médical, en cela encouragé par la société. Ce qu'on appelle une discrimination avec implications médicales ayant abouti à de la torture. La question qui devrait se poser, c'est: cette question de dérives se pose-t-elle pour d'autres entités ? D'où mon insistance à vous voir argumenter sur ces thématiques car un argument que vous nous serviriez au sujet de la procréation, de l'intersexualité, de l'homosexualité, du transsexualisme, de la maladie mentale ou du SMpP doit être transposable à chacun de ces cas dès qu'il s'applique. Cela s'appelle la rigueur intellectuelle.

"Restons donc concentré sur le sujet du billet, à savoir le droit à l'existence de minorités qui ont droit à l'existence sans faire de la discrimination dont elles doivent être protégées, la base d'une volonté de domination de la particularité sur la majorité..."

Arrêtez votre délire. Vous nous avez suscité un vaste détour que vous laissez maintenant tomber. Le cas Assa Traoré est critiqué abondamment même par les thuriféraires de la gauche universaliste. Par contre, vous, vous avez tendance à voir des dominations des minorités là où elles n'existent pas. J'insiste donc pour vous le notifier explicitement: sur le transsexualisme en particulier, tant que vous ne traitez pas les points que les transsexuels soulèvent. Et vos propos sur l'homosexualité sont pour le moins critiquables.

"...sans avoir besoin, pour ne pas entendre, de toujours associer la vérité des textes à ceux qui en font un instrument d'oppression, en niant ce qu'ils révèlent."

Arrêtez votre char... vous nous faites systématiquement le coup du "je ne suis pas un clergé perverti, moi ! Je suis un individu pur !" Mais je vais vous le répéter jusqu'à ce que vous le compreniez: je ne suis pas un athée trotskiste qui lit tout en terme de domination. Je suis un rationaliste qui a un problème avec le règne de la croyance. Et vous faites parti de ce problème, que vous fassiez partie d'un clergé "perverti" ou pas. Je n'ai même aucun problème, sur le principe, avec l'idée d'un "clergé athée", c'est vous dire... Je suis même pape du clergé discordien.

"Je n'ai donc rien à ajouter à mon précédent commentaire, le désir d'enfant est un désir qui se réalise hétérosexuellement..."

Vous avez affirmé des choses sur les homosexuels assez différentes, avec une formulation qui prête largement à équivoque. Nous n'en avons pas fini...

"...il serait bien de ne pas faire du désir le fondement d'un Droit qui nierait la physiologie..."

Je ne fais ni du désir ni de la physiologie ni de la religion et encore moins de la croyance un fondement du droit. Je ne suis ni un psychanalyste, ni un médecin, ni un religieux. Je suis un anti-fondationaliste.

"...on fait alors des enfants des objets de satisfaction, plutôt que des sujets libres d'oppression."

Ce n'est pas par vos simagrées juridiques sur les questions homosexuelles que vous réglerez ce qu'on trouve sur r/raisedbynarcissists. Qui est bourré d'histoires avec "un papa et une maman"...

Aliocha

Ça aurait de la gueule, Lagarde présidente, on enverrait alors Zemmour à la maison s'occuper des enfants, lui rappelant que plus de la moitié de l'humanité n'est pas une minorité, bien que depuis le fond des âges opprimées au foyer, et que le genre du nom France est féminin.

Serge HIREL

@ Robert Marchenoir 13 février 2021 à 00:12

En découvrant votre nouvelle prose, mes deux neurones remarquent que vous êtes capable d’écrire un texte court à lire au seul niveau des injures et vous remercient de votre engagement de ne plus les fatiguer.
Ouf !
Ce n’est pas du verlan. Simple marque de soulagement…

----------------------------------------------------------

@ Catherine JACOB 13 février 2021 à 10:08

Bref, une « pointure »… Mens sana in corpore sano… Ne serait-ce pas ce qu’il nous faut ?

Aliocha

Je vote pour le retour de Zonzon, sortant du chiffre pour retourner à l'esprit du nombre, retrouvant l'espérance qui revivifie la foi !

Catherine JACOB

@ Serge HIREL | 11 février 2021 à 16:17
« Quant à Christine Lagarde, elle a fait carrière chez McKenzie, cabinet d’avocats d’affaires mondialement réputé, a été ministre du Commerce extérieur et présidente du FMI avant de présider la BCE. De toute évidence, elle n’a aucune compétence économique… Comment se fait-il que vous, groupie de Wikipédia, vous ayez omis de consulter sa fiche avant d’écrire cette ânerie ? »

Sur vos pertinents conseils, j’ai consulté la fiche de Mme Lagarde.
J’en ai conclu
• qu’avoir fait partie d’une équipe de cette natation synchronisée désormais nommée « natation artistique », étant montée sur la 3ème marche du podium lors d’un championnat de France junior l’a conditionnée à la jouer collectif jusqu’au moment de pouvoir prétendre au rôle de capitaine et l’a dotée d’un bon mental ainsi que d’une bonne condition physique. Ayant moi-même pratiqué la natation jusqu’à six heures par semaine étant lycéenne, je sais par expérience que c’est très fatigant et je suis donc très admirative sur ce plan, de Christine Lagarde.

• qu’être entrée à Sciences Po Aix lui a permis de comprendre l’intérêt de disposer d’un bon carnet d’adresses mais il ne semble pas que son cursus à Sciences Po lui ait permis d’en valider le Master.

• que le système des équivalences lui a permis ensuite de valider ensuite deux maîtrises, une en anglais et une en droit des affaires.

• Que grâce à l’AFS, avoir bénéficié d’un séjour linguistique et culturel d’un an dans un établissement secondaire aux USA, lui a donné de bonnes bases en anglais mises à profit par la suite au cours de ses études. Certains de mes élèves de japonais ont également participé à ces programmes AFS sachant que, contrairement aux USA, il n’y a pas pour le Japon de cursus diplômant pour les élèves étrangers. Soit dit pour l’anecdote, la grand-mère de l’une d’entre elles avait été la directrice de l’école primaire que je fréquentais enfant et sa mère la présidente du bureau régional de l’AFS. Et donc, le monde est petit…

• Que grâce au fait que les Américains apprécient les sportifs de haut niveau, elle a pu bénéficier d’un « stage au Capitole en tant qu'assistante parlementaire de William S. Cohen, représentant du Parti républicain du Maine, devenu ensuite secrétaire à la Défense de Bill Clinton. » On va dire que c’est là une meilleure carte de visite pour faire carrière dans un cabinet international d’avocats fondé par des Américains que celle de Carlos Ghosn pour faire carrière au Japon…

• Si vous consultez le site de Baker McKenzie vous observerez que sa spécialité n’est pas d’engager des « Acquittator » mais le renouvellement des pratiques de, je cite, « l’industrie juridique » ! Mme Lagarde, titulaire d'un DESS en droit social y est d'abord entrée en tant qu'avocat du barreau de Paris, dans cette spécialité.

• Que ce n’est pas par le biais de l’économie ni de la bancassurance qu’elle est entrée au gouvernement mais en tant que ministre de l’Agriculture et de la Pêche… « Lors du conseil des ministres de l'Agriculture des 27 États membres de l'UE, elle autorise d'accorder un label européen aux produits biologiques contenant des traces d'OGM à hauteur de 0,9 % » et de ce fait les associations écologistes se sont levées vent debout le temps qu’on la change de ministère.

• Bref, la petite Française sportive, intelligente et déterminée a appris à faire tourner la boutique, ce qui est le premier sens du mot « économie », ce à la sauce américaine dont les méthodes appliquées à notre pays ont produit quelques couacs (OGM, Tapie etc.).

• Son rôle fut fort appréciable dans la gestion de la crise monétaire et financière de 2008, mais ce n’est ni une analyste, ni un(e) chercheur(e) en économie.
En revanche c’est quelqu’un qui semble savoir mettre à profit les opportunités quand il s’en présente (DSK), ce qui est aussi un talent non négligeable mis tout d’abord au service de notre pays et maintenant au service de la BCE, la Banque centrale européenne , principale institution monétaire de l'Union européenne dont les intérêts du directoire ne sont pas nécessairement ceux de la moyenne de la population de notre pays à plus ou moins long terme.

Aliocha

Badaboum !
C'est bien, on avance, et le silence accueille l'écoulement des écroulements quand l'argument se perd et ne sait plus répondre, alors que la solution est à sa main, tentant de glisser de l'homosexualité, qui n'est pas une pathologie, vers l'intersexualité et le SMPP, qui sont des problématiques divergentes.

Restons donc concentré sur le sujet du billet, à savoir le droit à l'existence de minorités qui ont droit à l'existence sans faire de la discrimination dont elles doivent être protégées, la base d'une volonté de domination de la particularité sur la majorité, sans avoir besoin, pour ne pas entendre, de toujours associer la vérité des textes à ceux qui en font un instrument d'oppression, en niant ce qu'ils révèlent.
Je n'ai donc rien à ajouter à mon précédent commentaire, le désir d'enfant est un désir qui se réalise hétérosexuellement, il serait bien de ne pas faire du désir le fondement d'un Droit qui nierait la physiologie, on fait alors des enfants des objets de satisfaction, plutôt que des sujets libres d'oppression.

JM0001

Les altérations ironiques mais inamicales récemment subies par mon pseudonyme m'obligent à changer mes plaques.

Ce sera fait dès lundi.

Robert Marchenoir

@ Herman Kerhost | 12 février 2021 à 21:09
"Vous illustrez à merveille l'image du type qui ne sait rien sur rien, et qui fait le malin en pointant la supposée ignorance des autres."

Un profil typique de notre époque. C'est pour ça que des gens comme Raoult rentrent comme dans du beurre.
______

@ Serge HIREL | 12 février 2021 à 19:55

Vous êtes en effet très fort pour le bavardage interminable, le sarcasme sans objet et la mauvaise foi à la tonne.

En revanche, pour ce qui est de comprendre l'humour, la suggestion, la provocation rhétorique ou la cohérence d'une analyse, là, vous avez manifesté votre nullité à de nombreuses reprises, et vous venez de le faire à nouveau ici même.

N'attendez plus aucun argument de ma part : on ne discute pas avec une bûche.

Le Rotary, oui, ça vous va très bien. C'est de votre niveau. Continuez.

F68.10

@ Lodi (@ Ninive)
"Je ne me rappelle guère des intervenants mais prends note de ne plus vous parler, et d'autant que je n'y tiens pas plus que ça.
Que ce soit sur n'importe quel sujet, pas seulement la Bible, il va de soi que vous devez en faire autant de votre côté. Que cette chose ne s'embrouille pas dans votre esprit et que tous en soient témoins pour nous le rappeler, si possible pas de manière désagréable, si nous venions à l'oublier."

À moins que Ninive ne fournisse une opposition argumentée à vos desiderata, que je me devrais alors de prendre en compte, je serai témoin de cela pour le rappeler.

Lodi

@ Ninive

Je ne me rappelle guère des intervenants mais prends note de ne plus vous parler, et d'autant que je n'y tiens pas plus que ça.
Que ce soit sur n'importe quel sujet, pas seulement la Bible, il va de soi que vous devez en faire autant de votre côté. Que cette chose ne s'embrouille pas dans votre esprit et que tous en soient témoins pour nous le rappeler, si possible pas de manière désagréable, si nous venions à l'oublier.

Merci à tous.

Herman Kerhost

@ Jérôme | 12 février 2021 à 16:36

Si vous ne vous ennuyez pas en fréquentant ce blog, on ne peut pas en dire autant de notre côté. Je parle pour moi, mais je suis convaincu que le pluriel s'impose. Vos commentaires sont d'une nullité incroyable. Vous illustrez à merveille l'image du type qui ne sait rien sur rien, et qui fait le malin en pointant la supposée ignorance des autres. Avec en prime une lâcheté qui couvrirait de honte n'importe quel individu ayant un minimum de lucidité. Même caché derrière un pseudo, le type il a peur de se prendre une volée verbale à travers la figure. Mais quel vaurien !

Serge HIREL

@ Ninive 12 février 2021 à 07:00

Autrefois, s’abstenir était l’attitude de celui qui se refusait à toute réflexion politique, entraînant nécessairement un choix… Mais qui, le lendemain, était au premier des râleurs…
Depuis plusieurs scrutins présidentiels et législatifs - depuis le second tour de 2002 et le quinquennat ? -, s’abstenir est une attitude active, adoptée après, sinon une réflexion élaborée, du moins le constat que nul candidat ne présente suffisamment d’atomes crochus avec l’opinion personnelle pour mériter l’effort de mettre un bulletin dans l’urne.
Ces abstentionnistes-là sont autrement plus difficiles à convaincre d’« accomplir leur devoir électoral » - selon la formule consacrée - que les précédents. Et, vu l’offre qui s’annonce, il y a de fortes chances que leurs rangs grossissent en 2022, même pour virer un sortant accusé de fautes professionnelles multiples…
La solution belge - le vote obligatoire - serait désastreuse. Les urnes contiendraient plus de bulletins « contre » que de suffrages « pour »… et le mécontentement s’aggraverait encore plus…
Un détail : les abstentionnistes d’aujourd’hui râlent tout autant que leurs prédécesseurs. On est en France…

-----------------------

@ Robert Marchenoir 11 février à 22:29

Suis-je stupide, assurément ! Mes deux neurones n’avaient pas encore pris conscience qu’un texte de l’Académicien du blog suppose une lecture à plusieurs niveaux… Au moins deux :
- Celui qui, réunissant injures, sarcasmes et mensonges, grimpe dans les tours d’autant plus haut que ledit Immortel éprouve de mécontentement à l’égard de son contradicteur et n’a pas d’arguments pour lui répondre…
- Et celui qui, agglomérant savoirs, jugements et oracles de l’auguste personnage, exige de creuser jusqu’aux tréfonds de sa rarissime pensée pour commencer à y percevoir, au milieu des ténèbres, l’ombre d’un début de cohérence.

J’avoue humblement que mes deux neurones ne suffisent pas pour envisager la réussite d’une telle descente dans le Puits des Connaissances et que rien, jamais, ne me permettra le bonheur perpétuel d’atteindre le nirvana qu’est l’Intelligence - avec un grand L - à la mode Marchenoir.

------------------------

@ breizmabro 11 février 2021 à 18:04
« Faux. La plupart n'organisent qu'un repas par AN »

Il ne s’agit donc pas de persiflage, mais d’une vision très ancienne des Rotary-Clubs et des clubs-service en général. Ce dîner annuel des Rotariens existe encore et il se doit d’être prestigieux. C’est le « dîner du Gouverneur » au cours duquel le club reçoit le chef du District auquel il est rattaché. Et je ne dis pas qu’on n’y voit pas quelques bijoux… Mais les dîners mensuels, plus simples, ont bien lieu, ouverts aux conjoints, et dans tous les clubs.
Il est vrai qu’autrefois, l’altruisme, tout en étant réel, n’était pas la seule préoccupation des Rotariens. Les affaires entre eux étaient aussi au centre de leurs préoccupations.

Aujourd’hui, les choses ont bien changé. Les lieux de rencontres entre dirigeants se sont multipliés - déjeuners d’affaires, clubs inter-entreprises…- et, faute de temps, les jeunes générations ne se précipitent plus dans les clubs… L’âge moyen des Rotariens s’est considérablement élevé à tel point que même les actions caritatives se réduisent. D’autant plus que sont apparus d’autres mouvements, tels les Restos du Cœur.

Quant aux InnerWheel… Il faut de tout pour faire un monde, même s’il est « bourgeois ». Bien sûr, il y a des manteaux de vison, mais certaines - beaucoup - l’oublient pour aller servir des repas aux familles démunies dans les locaux du Secours catholique par exemple…

Ah ! J’oubliais. Si vous voulez vraiment fâcher un Rotarien d’aujourd’hui, vous lui dites que le Rotary, c’est un peu comme la franc-maçonnerie… Certains sont « frères » probablement, mais connaissent parfaitement les différences énormes entre les deux règles… Peut-être est-ce un peu moins vrai pour ce qui est du Siècle…

--------------------

@ Ninive 11 février 2021 à 14:58
« Il est vrai que vous êtes partie prenante »

Je ne comprends pas le sens de votre commentaire, en particulier cette phrase…

F68.10

@ JM0001

"« ...vous ne pouvez justifier l'injustifiable... »" -- Aliocha

"Mais si, mais si il peut... dans l'établissement où on l'a placé c'est le passe-temps préféré." -- JM0001

---

C'est plutôt dans les ministères que cet art est pratiqué. Vous avez entendu parler de Cédric Fusina ?

C'est toujours un régal de lire comment les ministères justifient l'injustifiable. Pour autant qu'on en croie Madame Florence Fusina, qui, manifestement, en contredisant la version étatique, n'a donc plus toute sa tête...

"Rappel des faits. C’est Florence Fusina qui lance l'alerte le 19 février 2019 dans nos colonnes afin d’éviter que son mari, soumis au droit de réserve, soit, en plus du harcèlement subi, radié des cadres de l'armée. Lui est contrôleur aérien dans l'aviation légère, chef d'escadrille avec vingt ans de bons et loyaux services à son actif. Et ce, jusqu'à ce qu’il refuse de signer un document au cours d’une nouvelle affectation. Rien de terrible mais l'état du stock qu’on lui demande d’attester ne correspond pas à la réalité, estime-t-il. Sa hiérarchie ne lui pardonnera pas d'avoir refusé de marcher au pas. Un militaire, ça ne discute pas les ordres, mêmes s'ils sont contraires au bon sens ou à la rigueur exigée pour assumer ses responsabilités. Au final, il sera mis en arrêt maladie d'office, avec retrait de son commandement et de son accréditation de contrôleur aérien. Et il y aura même deux tentatives d'internement." -- Thierry Turpin, La Marseillaise, octobre 2020.

En fait, même pas besoin de franchir les murs de ce genre d'institutions pour voir fleurir en France le marché si délectable de l'analyse psychanalytique sauvage des personnalités dans les médias. Belle performance, par exemple, de Michel Schneider en la matière.

Disons que ce type d'attitude n'est pas vraiment à l'honneur des Français. C'est un comportement injustifiable que justifient tous ceux qui s'adonnent à cette pratique. J'ai du mal à comprendre que la loi ne pénalise pas ce type de propos. Sévèrement et proactivement.

"On sent le type format « Lacombe Lucien »."

Le format présent vous sied-il mieux ? Ou êtes-vous un perpétuel insatisfait ?

Jérôme

Bonjour Philippe,

La doublette paranoïaque est de retour.
Un pur régal de lire des imbécillités de fats invétérés.
Quel blog, je m'ennuierais s'il n'existait pas.

Catherine JACOB

@ JM0001 | 12 février 2021 à 08:[email protected] F68.10 11 février 0h12
« Des godes ceintures et des boules de geisha »
« Voilà un sujet qui concerne notre chère Catherine JACOB ! »

Vous vous trompez. C’est mon mari qui avait été invité, sans moi, par une entreprise japonaise à un dîner agrémenté d’un divertissement (danse et musique) offert par des Geïshas, ces personnes (Sha /者) pratiquant les arts (Geï /芸) comme dans l’Antiquité grecque les hétaïres . Style celui-ci (Cliché de l’époque Taishō qui couvre la période allant de 1912 à 1926).

Étant donné les tarifs pratiqués par les prestataires de haut niveau, ça a dû vraiment coûter bonbon à l’entreprise. quelques infos sur cet « art du divertissement » .

Étant donné également que je n’ai eu aucune information précise sur le déroulement de ce dîner, vous comprendrez donc que je ne saurais disposer d’informations sur les objets que vous citez sinon via ce vilain Wikipédia que vous vouez aux gémonies et que vous pouvez aussi bien consulter par vous-même au besoin.

Ce qui en revanche, reste dans mes cordes, c’est de vous présenter quelques-uns des éléments d’une première étude comparative du sino-gramme / Kanji japonais pour Geï / 芸 : l’art, les arts (1ère étude : ‎27 ‎juin ‎2015, ‏‎19:41:57) ainsi qu’une infographie complémentaire susceptible de pouvoir être développée du point de vue de la maïeutique (le lien est sur Wikipédia donc, vous pouvez vous dispenser de le consulter, d’autant plus que, j’imagine, rien de cet art qu’est la maïeutique ne vous demeure sans doute inconnu.)

JM0001

@ Aliocha 11 février 15h18
« …F68.10, je vous pensais plus intelligent…»

Allons petit père, reprenez-vous, vous allez perdre notre confiance… heureusement qu'on vous aime.

« …vous ne pouvez justifier l'injustifiable… »
Mais si, mais si il peut… dans l'établissement où on l'a placé c'est le passe-temps préféré.

« …séparer la sexualité de la reproduction… »
Il est à parier que sa maman ne lui en a jamais parlé. Ç'aurait été dangereux pour elle. Quand même une psychiatre sait ces choses-là.

---------------------------------

@ sylvain 11 février 16h36
« Moi je suis satisfait d'être blanc de droite hétéro catho chrétien en résistance à leur dictature. »

Vous ne devriez pas dire des choses pareilles dans un blog où fréquentent des internés psychiatriques autorisés à intervenir sur le net.
Sûr que vous leur provoquez des crises.

---------------------------------

@ Serge HIREL 11 février 16h17
« …absolument rien ne permet de ne pas mettre le Parlement dans la boucle des décisions. Et c'est lui qui doit avoir le dernier mot, Jupiter ou pas au Château. »

C'est la raison pour laquelle une réforme constitutionnelle drastique est indispensable avant 2022.

---------------------------------

@ F68.10 11 février 14h43
« Ravi de vous indisposer. »

On sent le type format « Lacombe Lucien ».
À preuve il utilise Tiktokandwikiki pour nous faire admirer son idole dans son grand bureau de la Chancellerie.

---------------------------------

@ Aliocha 11 février 8h06
« …La fécondation physiologique est la rencontre d'un gamète mâle et d'un gamète femelle, il semblerait que cela soit le cas aussi pour les lesbiennes, le désir d'enfant est donc en ce sens un désir hétérosexuel… »

Certes, mais vous ne vous placez pas du côté de l'enfant, le seul à considérer en cette affaire. Les deux « dames » sont responsables, l'enfant est victime innocente qui supportera ou pas.
Parce que, quand même, deux momans c'est beaucoup … parlez-en avec F machin !

----------------------------------

@ Catherine JACOB 11 février 14h24

Un merveilleux reportage... digne des grands journaleux d'antan… L'Illustration… le Crapouillot...

Dites-moi petite, je suis un bon rabatteur… il va falloir qu'on parle de mes honoraires !

F68.10

@ Aliocha
"L'acte de torture est le protocole d'opérations multiples qui mutile les trans..."

Cela peut l'être. Comme cela peut ne pas l'être. C'est pour déterminer cela qu'il importe de faire différentes formes d'études sur la question. Il y en a. Mais, ce qui n'est pas niable, c'est que nombre en sont satisfaits ; et que même s'il y a des risques, il y a des gens dont on ne peut pas nier la parole seulement parce que cela nous chante. Ensuite, il convient d'établir des règles déontologiques et médicales couvrant tous les cas et les sous-cas.

Je remarque par contre que vous restez coi sur le thème des intersexués. Difficile de ne prendre position que sur le transsexualisme sans prendre position sur les intersexués, je trouve...

"...plutôt que d'aider les personnes à assumer leur condition d'inverti... [...] il n'y a chez moi aucun désir d'aucune forme de thérapie de conversion."

"Inverti" ? Qu’es aquò ? Pourquoi pas "uraniste" ? Bref... Vous avez explicitement affirmé que l'aide consistait à "leur apprendre à reconnaître leur désir hétérosexuel". C'est bien dans ce genre de propos que se niche le concept de la thérapie de conversion. Vous niez que c'est là votre intention. Mais alors quelle est-elle ?? C'est bien dans ce genre de non-dits que se nichent les incitations et doubles discours qui cautionnent les thérapies de conversion. Il n'est pas possible de savoir plus précisément quelle est votre réelle position. Tant que vous ne l'explicitez pas, nous ne pouvons que l'imaginer...

"...qui a sa place dans la société, comme le faux bourdon dans la nature a une fonction de pollinisation."

On s'en moque de cela. Ce n'est pas en raison d'une raison reproductive alambiquée que les homosexuels auraient droit de cité. Si cette "justification" est prouvée fausse, on fait quoi des tantouzes ? Même question que pour les femmes: elles ont bien un cerveau plus petit en volume ; qu'est-ce que de telles observations factuelles justifient ou ne justifient pas en termes moraux ? Cela ne justifie que très peu de choses. Peut-être des bacs plastiques un peu plus petits pour les autopsies...

"À l'habitude, vous m'associez à un clergé perverti, il n'y a chez moi aucun désir d'aucune forme de thérapie de conversion."

Nul besoin de vous associer à un clergé, perverti ou pas, pour constater là où mènent le type de discours que vous tenez. Je me base essentiellement sur cela...

"Quant à votre contradiction, elle est dans le fait que vous agonissez la médecine à propos de vos problèmes irrésolus mais que tout à coup..."

Il n'y a aucune contradiction: on ne nie pas le besoin de pratiquer la médecine sous prétexte qu'on a vécu un SMpP. Tout comme on ne nie pas que les pères peuvent être géniaux parce que l'inceste existe. Tout comme on ne nie pas la nécessité d'un minimum de discipline dans la société parce que des gosses se font battre. Tout comme on ne nie pas que les parents ont légitimement droit au repos avec un enfant en bas âge sous prétexte que des nourrissons se font défoncer les cervicales en se faisant secouer. Tout comme on ne nie pas que les machines à laver sont utiles au prétexte que, parfois, on y trouve un gosse qui y a subi le programme à 90°.

"Si les lesbiennes veulent de l'aide médicale en relation avec leur condition, alors leurs souhaits et désirs importent."

Exact. Les souhaits des patients importent. Tout comme le souhait d'un patient de - enfin... - sortir d'un SMpP sans avoir à retapisser les murs d'un hôpital psychiatrique avec les tripes d'un chef de service pour se faire enfin entendre. Rien de plus logique, en somme, dans une société évoluée: le consentement des patients importe, dans un sens comme dans l'autre. Et la France n'est pas une société évoluée en la matière. Comme en témoigne la situation des chirurgies sur les intersexués. Consentement ? Zéro.

"Non pas que les lesbiennes n'aient pas droit à se faire soigner, mais simplement que d'être homosexuel n'ouvre pas des droits particuliers autre qu'à la protection contre les discriminations odieuses..."

Je trouve plutôt que c'est un devoir moral plus qu'un "droit" que de ne pas se comporter de manière parfaitement odieuse avec les homosexuels. Il ne s'agit pas de les aimer. Simplement de savoir être un minimum correct.

"...notamment cette revendication absurde de pouvoir mimer les hétéros dans leur tendance à faire de l'enfant un élément de la panoplie consumériste qui servirait à la satisfaction personnelle..."

B*r*e* de m*r*e ! On ne parle pas là de cela ! On parle d'une tout autre question: doit-on, oui, ou non, prendre en compte les aspirations d'un transsexuel dans la réflexion médicale et éthique visant à déterminer si oui ou non de telles transitions de sexe sont morales ? Même question que pour les intersexués: doit-on, oui ou non, prendre en compte les aspirations et récriminations des intersexués qui ont subi des chirurgies à la naissance quand il s'agit de réfléchir à la question de poursuivre ou d'interrompre ces pratiques ? Je vous passe les cas de conscience analogues sur le SMpP ou même ceux relatifs à l'obligation de se soigner que des tiers peuvent encore imposer aux homosexuels de nos jours ; mais je vais reformuler: dans quelle mesure a-t-on le droit de se moquer ouvertement de la gue*le du monde qu'on prétend traiter ?

"...le divinisant pour mieux le sacrifier à ses contradictions, si cela ne vous rappelle pas certaine mère psychiatre abusive, je me fais curé."

Badaboum... badaboum... badaboum... Inutile de continuer.

Aliocha

@ F68.10

Bien.

L'acte de torture est le protocole d'opérations multiples qui mutile les trans, plutôt que d'aider les personnes à assumer leur condition d'inverti, qui a sa place dans la société, comme le faux bourdon dans la nature a une fonction de pollinisation.
À l'habitude, vous m'associez à un clergé perverti, il n'y a chez moi aucun désir d'aucune forme de thérapie de conversion.
Voilà pour la pulsion tortionnaire.

Quant à votre contradiction, elle est dans le fait que vous agonissez la médecine à propos de vos problèmes irrésolus mais que tout à coup :

"Si les lesbiennes veulent de l'aide médicale en relation avec leur condition, alors leurs souhaits et désirs importent."

Non pas que les lesbiennes n'aient pas droit à se faire soigner, mais simplement que d'être homosexuel n'ouvre pas des droits particuliers autre qu'à la protection contre les discriminations odieuses, notamment cette revendication absurde de pouvoir mimer les hétéros dans leur tendance à faire de l'enfant un élément de la panoplie consumériste qui servirait à la satisfaction personnelle, le divinisant pour mieux le sacrifier à ses contradictions, si cela ne vous rappelle pas certaine mère psychiatre abusive, je me fais curé.

Nous sommes donc en plein sujet Assa Traoré, les minorités ont droit à la protection, mais ne sauraient au nom des discriminations passées, imposer à la majorité leur particularité, souhait et désir ne sont pas interdits, mais ne sont pas le fondement du Droit.

Autrement dit, on ne résoudra pas l'homophobie par la domination homosexuelle, comme, hélas, le sionisme n'a jamais résolu l'antisémitisme.
Il est donc temps, si nous voulons résoudre la violence des comportements sociaux humains, d'accéder au renversement narratif que permet le pardon, de renoncer radicalement aux mensonges du sacrifice qui fonde nos cultures pour, ensemble et dans le respect des différences, devenir réellement des incroyants, en la violence.

JM0001

@ F68.10 11 février 0h12
« Des godes ceintures et des boules de geisha »

Voilà un sujet qui concerne notre chère Catherine JACOB !

Ninive

@ Lodi | 11 février 2021 à 19:29

Evitez de vous intéresser à mes commentaires car les "choses" s'embrouillent trop dans votre esprit. Les propos bibliques vous conviennent mieux, continuez à philosopher avec eux et oubliez-moi.

Merci d'avance.

------------------------------------------------------

@ Serge HIREL | 11 février 2021 à 16:17

Je ne vous empêche pas de continuer à vouloir convertir ceux qui ne croient plus en l'étoile de Marine Le Pen, ils iront où bon leur semblera mais vous devriez tenter de séduire les abstentionnistes qui sont traditionnellement plus nombreux.

Nous revoilà au début d'une nouvelle campagne électorale sans conviction, sans programme sinon celui de désigner une fois de plus le RN comme bouc émissaire d'une France moribonde, squattée et en faillite.

Robert Marchenoir

@ Serge HIREL | 11 février 2021 à 16:17
"Mentir dès les premiers mots."

Toujours aussi stupide, Serge Hirel. Apparemment, vous êtes incapable de comprendre les différents niveaux de langage d'un texte. Ce n'est pas la première fois que vous en faites la preuve. A moins que vous ne le fassiez exprès, bien sûr... ce vice se porte à merveille, de nos jours.

Surtout, n'hésitez pas à nous faire connaître vos recettes pour lutter contre le Covid sans la moindre contrainte... iaka fokon.

F68.10

@ sylvain
"Et encore une fois: nombre de transsexuels sont satisfaits de leur transition de sexe. On peut ne pas être d'accord avec ces évolutions médicales, mais il convient de ne pas nier ce qui n'est pas niable." -- F68.10

"Et alors ? Tous les détraqués sexuels n'ont pas attendu F68.10 pour être satisfaits de leur condition de détraqués sexuels, la preuve ils défilent dans les rues en Gay Pride marche des fiertés..." -- sylvain

---

La Gay Pride est hors propos. On parle chirurgies de changement de sexe. Il s'agit donc d'une opération médicale. Et si on veut critiquer une opération médicale, la moindre des choses, c'est de s'assurer du fait qu'elle fasse du bien ou du mal aux premiers concernés. Après, que vous les considériez comme détraqués, que vous souhaitiez interdire la Gay Pride ou interdire les chirurgies de changement de sexe, c'est un autre problème. Si on traite de la médecine, on évalue les thérapies. Point. Donc on s'assure que les transsexuels en sont un minimum satisfaits et qu'ils n'aient pas envie de se loger une balle dans la tête à la suite de l'opération.

Si vous voulez interdire les transitions de sexe, c'est encore un autre sujet. Mais bizarrement, je doute que vous souhaitiez simultanément interdire les chirurgies sur les intersexués.

J'attends votre position sur ce point.

"...que personnellement j'appelle marche de la honte, ils infiltrent tous les pans de la cul-ture : showbiz, littérature, merdias dans lesquels ils imposent une dictature LGBT terrible, raciste envers les blancs hétéros."

M'en tape. Je regarde pas la télévision. Rien à voir, de plus, avec la question scientifique des bénéfices ou dommages induits par les transitions de sexe sur les premiers concernés.

"Ils vont même nous obliger par progressisme avant-gardisme à détester ces blancs hétéros qu'ils considèrent comme des sous-hommes anormaux"

L'écrasante majorité des LGBT ne sont pas dans la logique militante que vous décrivez à ce sujet. Ils le deviennent par contre quand ils voient que la conn*rie bat son plein. La Caroline Fourest, que vous n'aimez probablement pas, n'aurait probablement pas grand-chose contre les cathos si elle n'avait pas vu les ravages qu'ils induisent sur la question LGBT. Et je doute qu'elle conchie les "blancs hétéros": Caroline Fourest n'est pas Alice Coffin ou Valerie Solanas. Tous n'ont pas envie de vous bouffer tout cru.

Si déjà on arrêtait d'enfermer les homosexuels en hôpital psychiatrique, ils auraient peut-être moins de raison d'en vouloir à ceux qui les enferment, que vous appelez les "blancs hétéros". Bizarrement, je suis bien un "blanc hétéro", mais je comprends bien que le discours d'Alice Coffin et celui de Caroline Fourrest vis-à-vis de ma personne ne sont pas les mêmes... Pas vous ? C'est trop compliqué ? Il vous faut une greffe de neurones pour que vous y arriviez ?

"...d'ailleurs la grande prêtresse du service public de l'odieux visuel pratique une épuration ethnique contre les mâles blancs pour le remplacement prévu par des noirs de gauche homos, les nouveaux surhommes."

Je ne suis pas au courant de cela. Référence requise. Quoi qu'il en soit, cela n'a rien à voir avec l'analyse scientifique des bénéfices ou dommages induits par les transitions de sexe pour les premiers concernés. Ce qui était la question soulevée par mon message. Question qui ne semble pas susciter d'étincelles entre vos deux hémisphères cérébraux.

"Le goulag culturel de gauche."

Par contre, coller les homosexuels en hôpital psychiatrique et pratiquer des thérapies de conversion, c'est probablement de l'humanisme, n'est-ce pas ?

"Êtes-vous satisfait de ma réponse ? Moi je suis satisfait d'être blanc de droite hétéro catho chrétien en résistance à leur dictature."

Votre réponse ? Je m'en tape un peu. Vous n'en avez rien à cirer de savoir quand les transitions de sexe importent aux premiers concernés. Vous n'avez encore rien affirmé au sujet de l'interdiction des chirurgies sur les intersexués. Vous n'avez rien affirmé non plus sur le recours à la psychiatrie pour dresser les homos pendant que vous affirmez être au goulag. Il y en a quand même qui ont plus de raisons de se sentir en dictature que vous.

Je me moque que vous soyez blanc. Je me moque que vous soyez de droite. Je me moque que vous soyez hétéro. Je me moque que vous soyez chrétien. Je constate simplement que vous n'avez pas la fibre intellectuelle nécessaire pour arriver à aligner deux pensées construites d'affilée à ce sujet. Sauf pour nous expliquer que la Gay Pride c'est moche. Ce avec quoi je suis d'accord. Mais cela n'a guère d'importance.

-----------------------------------------------------------

@ Aliocha
"Vous vous enfoncez en vos contradictions, F68.10, je vous pensais plus intelligent, vous ne pouvez justifier l'injustifiable à séparer ainsi la sexualité de la reproduction..."

Si on parle des transitions de sexe, on commence déjà par se poser la question: les premiers intéressés en bénéficient-ils ? Vous n'avez rien apporté à la table pour étoffer votre position à ce sujet. Vous brassez de l'air, en somme.

"Jusqu'où n'ira-t-on pas pour justifier le commerce barbare des médecins qui, je le répète, feraient mieux d'aider ces personnes à s'assumer telles qu'elles sont..."

Vous vous enfoncez, Aliocha. Votre propos était à deux doigts de légitimer les thérapies de conversion. Vous étiez à deux doigts de légitimer la torture. Et, bien qu'on vous l'ait expliqué, on ne voit pas le début d'une autocritique de votre part sur ces pulsions tortionnaires.

"...vous cesseriez d'être complice de ces aberrations invraisemblables où les gens produisent des enfants pour leur satisfaction personnelle..."

Sur quels propos de ma part vous basez-vous pour soutenir que je serais "complice" d'aberrations invraisemblables où les gens produisent des enfants pour leur satisfaction personnelle ? Une citation. Une seule. Si vous n'y arrivez pas, comme on dit en anglais, vous êtes "full of shit".

"Il aurait fallu pour cela, et c'est odieux et criminel de l'avoir fait, ne pas exacerber les a priori homophobes déjà si virulents, pour ne servir qu'une petite caste vengeresse qui, comme les médecins déjà cités, n'ont d'intérêt qu'au retour des barbares."

Si ne pas exacerber les a priori homophobes c'est se coucher devant les hospitalisations psychiatriques sous contrainte d'homosexuels et se coucher devant la recrudescence des thérapies de conversion par les milieux chrétiens... non, non, non: on ne cautionne pas des pratiques de tortionnaires dans le but d'être conciliant et d'entendre sylvain enfin prendre conscience que personne ne l'a collé en hôpital psychiatrique parce qu'il était blanc chrétien hétéro et que nulle thérapie de conversion n'a été pratiquée par le Centre National de la Cinématographie pour le rendre homo. Faut quand même pas tout confondre...

Lodi

@ Ninive | 11 février 2021 à 11:55

Vous me faites rire : on peut penser que des gouvernants pensent à prendre l'argent des épargnants puisque que ça c'est déjà fait !

https://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20130330trib000756871/ponction-massive-a-chypre-sur-les-comptes-de-plus-de-100.000-euros.html

Dans quel pays, à partir de quelle somme et quels types de comptes, après, ce sont des questions qu'on peut se poser.

Vous savez, sur ce blog, on peut user de son énergie pour ne pas être pris en défaut et chercher ceux des autres... En somme, l'affrontement quand personne ne vous provoque, c'est votre cas.
Ou on peut préférer la quête, d'information, de progrès personnel, de dialogue ou de diffusion de l'information.

Robert Marchenoir

@ hameau dans les nuages | 11 février 2021 à 10:05

Bla... bla.. bla... Comme tous les provocateurs et les trolls, vous lâchez votre bombe en espérant la réaction prévisible. Celle-ci se produit, vous hurlez au scandale, vous vous proclamez pauvre victime injustement persécutée, et... plus aucun mot sur l'amiante (inoffensif, selon vous, à moins d'être combiné au tabac).

Ou la vitamine D (que vous avez essayé de fourguer récemment en lieu et place des masques anti-Covid -- mais là, j'ai laissé passer).

"Je n'ai jamais eu la prétention d'être un intellectuel, titre dont vous vous affublez sans vergogne."

Mensonge. Je n'ai jamais affirmé être un intellectuel. J'ai dit, précisément, ceci :

"Un blog est voué au débat intellectuel. Si vous n'avez pas les épaules pour ça, restez à l'écart."

Cela étant, je me demande bien où serait le problème si j'avais revendiqué la qualité d'intellectuel. Vous revendiquez bien celle d'agriculteur -- frauduleusement, semble-t-il, puisqu'à lire vos propres déclarations, il semble surtout que vous soyez un agriculteur raté.

"Vous êtes un fat et un malotru."

Pas du tout. C'est vous qui insultez continuellement la décence et la vérité, ici. C'est vous qui faites preuve d'une prétention continuelle en vous présentant comme le dieu de l'agriculture et de l'écologie que vous n'êtes pas.

Et occasionnellement, vous répandez des rumeurs fallacieuses propres à tuer des gens. Comptez sur moi pour m'occuper de votre "petite personne", comme vous dites, à chaque fois que ce sera le cas.

breizmabro

@ Serge HIREL 11 février 13:58
"Les Rotary clubs qui refuseraient d’accueillir des femmes perdraient immédiatement leur charte les rattachant au Rotary International. La plupart des clubs organisent un repas mensuel où il est de bon ton d’être accompagné par son épouse, mari, compagne ou compagnon"

"La plupart des clubs organisent un repas mensuel..."

Faux. la plupart n'organisent qu'un repas par AN pour présenter leur femmes bijoutées à leurs amis.

"Vous semblez faire un rapprochement entre les francs-maçons, les membres du Siècle et les Rotariens"

En même temps c'est un peu le même monde, j'en sais quelque chose.

Quant aux InnerWheel, excusez-moi, mais nous ne devons pas connaître les mêmes, celles que je connais donneraient volontiers leur manteau de vison à de pauvres gens heureux (comme le chantait Jacques Brel) mais elles sont très fortes pour recruter des jeunes filles au pair, logées, nourries.

Mon mari (décédé) a fait partie de ce monde pour des raisons professionnelles, comme tous les membres de c(es) club(s), pas par altruisme. Dire le contraire serait mentir.

JM0001

Ce soir sur Arte 20 h 55 « En thérapie », série télé.

De la téléréalité pour certains d'ici.

sylvain

@ F68.10 | 11 février 2021 à 10:35
"Et encore une fois: nombre de transsexuels sont satisfaits de leur transition de sexe.
On peut ne pas être d'accord avec ces évolutions médicales, mais il convient de ne pas nier ce qui n'est pas niable."

Et alors ? Tous les détraqués sexuels n'ont pas attendu F68.10 pour être satisfaits de leur condition de détraqués sexuels, la preuve ils défilent dans les rues en Gay Pride marche des fiertés, que personnellement j'appelle marche de la honte, ils infiltrent tous les pans de la cul-ture : showbiz, littérature, merdias dans lesquels ils imposent une dictature LGBT terrible, raciste envers les blancs hétéros .

Ils vont même nous obliger par progressisme avant-gardisme à détester ces blancs hétéros qu'ils considèrent comme des sous-hommes anormaux, d'ailleurs la grande prêtresse du service public de l'odieux visuel pratique une épuration ethnique contre les mâles blancs pour le remplacement prévu par des noirs de gauche homos, les nouveaux surhommes.

Le goulag culturel de gauche.

Êtes-vous satisfait de ma réponse ? Moi je suis satisfait d'être blanc de droite hétéro catho chrétien en résistance à leur dictature.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS