« J'aime le café du commerce... | Accueil | MeToo, MeTooIncest : seulement des coupables ? »

04 février 2021

Commentaires

Achille

@ Serge HIREL | 11 février 2021 à 17:08
« Deux mois plus tard, l’immeuble était rasé : je l’avais vendu au voisin garagiste qui cherchait depuis longtemps à agrandir son parking… »

Il y a aussi cette solution, un peu radicale il est vrai... a>. 😊

Serge HIREL

@ sbriglia
@ Giuseppe

Le constat n’est pas nouveau ; mieux vaut ne pas louer. J’ai eu le même problème, voici longtemps, en région parisienne. Un héritage m’avait fait propriétaire d’un immeuble loué à un « épicier arabe »… Non, plutôt « occupé », le mot est plus exact : il ne payait pas ses loyers. J’ai obtenu une ordonnance d’expulsion du tribunal de Nanterre. Le sieur n’a rien voulu savoir. Il me fallait donc l’aide de la force publique pour qu’il déguerpisse, laquelle ne pouvait intervenir qu’après accord du maire… Il était « coco » !…

Un beau jour, deux de mes copains, un peu lourds et balourds, sont allés acheter je ne sais quoi à l’épicerie… Ils se sont pris les pieds dans les tapis… arabes, ont tenté de se rattraper aux étagères… Ils se sont excusés du capharnaüm qu’ils avaient provoqué, ont même promis de rembourser les dégâts… Huit jours plus tard, deux autres, tout aussi lourds et balourds, ont rencontré le même problème avec ces maudits tapis… La troisième équipe a trouvé porte close… et un fouillis indescriptible et nauséabond…
Deux mois plus tard, l’immeuble était rasé : je l’avais vendu au voisin garagiste qui cherchait depuis longtemps à agrandir son parking…

Giuseppe

@ sbriglia | 09 février 2021 à 15:59

J'ai été confronté à l'occupation de logements loués, il y a quelques années, là ce n'était pas du squatté, mais des indélicats, des malfaisants, mauvais payeurs, inextricable position.
Il est vrai qu'il m'est arrivé de hausser le ton et en colère j'étais plutôt teigneux, j'avais le muscle saillant, j'arrivais à me faire payer, mais fermant les yeux et priant le bon Dieu qu'ils s'en aillent.

Ceci dit, j'ai jeté l'éponge et vendu dès que la possibilité me fut offerte, trop d'énergie, trop de frustrations, des locaux rendus dans un état de dégradation lamentable, et en plus de m'asseoir sur la caution en la restituant comme monnaie d'échange, pour qu'ils débarrassent enfin le plancher.

Un très grand trois quarts centre (juste pour le plaisir) très proche, a été confronté aussi, c'est sans solution, même musclée (la pire des solutions), un appartement à Rangueil post-études loué, pensant rentabiliser.

Tous comptes faits, après un départ des locataires, au bout de trois ans, c'est 30 000 € de sa poche.
Pourtant il avait des ressources, ils avaient écrabouillé, malmené un Stade toulousain en phases finales, Novès a planté un essai plein d'opportunisme... On peut avoir tout pour soi et parfois payer l'addition.

Louer aujourd'hui encore pour un particulier est un chemin de croix.

Achille

@ sbriglia | 09 février 2021 à 15:59

Je pense que l’équipe de rugby de Toulouse pourrait faire gagner du temps à la procédure d'expulsion en cours en allant virer eux-mêmes les squatters de la propriété de l'octogénaire.
Pas besoin qu’ils viennent à quinze, cinq ou six devraient suffire…

Bon ce n'est pas très légal mais avec un bon avocat ils pourraient bénéficier de l'indulgence du tribunal...

sbriglia

Des squatteurs envahissent la maison d'un vieillard à Toulouse qui souhaitait la vendre afin de se rapprocher de son épouse en EHPAD.

https://www.lefigaro.fr/faits-divers/maison-d-un-octogenaire-squattee-groupes-de-soutien-et-tensions-a-toulouse-20210209

Ils ont changé le verrou.
Référé : l’octogénaire débouté…
Motifs : il a de l'argent, donc il peut se reloger, la vente n'est pas encore actée, pas de compromis signé, il n'y a donc pas urgence...
Le pauvre papy est désespéré, on le comprend… la trêve hivernale risque de durer jusqu'à fin juin en raison du Covid.
Bel exemple d'humanisme du juge des référés...
Une cagnotte est ouverte, à l'initiative d'anciens joueurs de rugby du Stade toulousain.
Ça fera au moins plaisir à Giuseppe.

JM0001

LA VIE UNIVERSITAIRE

Il y a trente ans, les professeurs et autres qui détenaient par les notations les clés des diplômes et autres certifications se faisaient déjà du souci pour leur intégrité physique.

JM0001

Les révélations du professeur de philo de Trappes ne surprennent que les imbéciles.

JM0001

@ Ninive 7 février 18h17
« …ses deux prédécesseurs sans lesquels il téterait encore sa mère. »

Sa mère… laquelle ?

Lodi

@ Lucile

En fait, je pense que nous avons perdu beaucoup de notre amour de la liberté et de notre style en deux temps.
Avec la Terreur, certes, mais aussi avec l'érection de la royauté absolue. Certaines victoires sont des défaites ! Toutes celles qui renforcent trop le pouvoir.
À mon avis, voici le premier acte de la royauté absolue par la domination sur les barons :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Bouvines#Apr%C3%A8s_la_bataille,_un_bilan_tr%C3%A8s_positif_pour_le_roi_de_France

Tandis que de l'autre côté de la Manche, la liberté était en marche grâce à la défaite :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Magna_Carta

En marche ne veut pas dire rapide ni qu'il n'y ait eu absolument aucun effort vers la liberté chez nous, comme c'est écrit, mais tout de même, il y a eu le désastre de Bouvine, et qui sait avant ?
C'est souvent le problème des origines, origine à l'origine, vous avez vu, comme la Terreur, oui, c'est l'origine d'un tas de désastre, mais la royauté absolue avait déjà bien concentré le pouvoir.

Les gens déplorant les excès de la Révolution sans critiquer ce qui l'a rendue possible m'obligent à sortir mon Bossuet, en passant, mais je répète que je ne ferai pas de corvée : je ne suis pas un serf.

Nous avons eu la chance d'être délivrés par les Alliés dans la dernière guerre, les Anglais d'avancer vers la liberté après Bouvine.
Mais attention, je ne préconise pas la défaite : en principe, un peuple vaincu devient la proie du vainqueur... J'aime bien les Anglais mais je ne déteste pas les Irlandais, et qu'est-ce qu'ils ont pris, pour ne pas chercher bien loin ! Prudence donc.

Cependant, je pense que l'influence anglo-saxonne est très bonne pour nous, elle nous ouvre aux meilleurs autres - rien à voir avec les arriérés qu'on nous vend ! - et nous rend à nous-mêmes.
Bien sûr, la Grande-Bretagne le fait plus en douceur, mais l'air du grand large ne nous nuit pas non plus !
Je reconnais aussi qu'en France, il y a, même sans cela, une constante résistance aux liberticides, féconde au niveau, si ce n'est des institutions et des discours ordinaires, pour quelques individus et au niveau intellectuel. Avant les Lumières et après la Fronde, il y a eu le Baroque, refoulé même des mémoires, mais qui revient à la conscience des historiens :

https://www.leslibraires.fr/livre/823083-la-folle-liberte-des-baroques-1600-1661-jean-marie-constant-perrin

Le baroque revient aussi dans les sensibilités, et quelle meilleure porte que "la Perle et le croissant", d'un auteur français, Dominique Fernandez ?

https://www.lisez.com/ebook/la-perle-et-le-croissant/9782259216876

Il existe et un retour au Baroque en musique, et une sensibilité croissante à la musique savante, en France. À mon avis, c'est lié... Le classique a souvent été si empesé qu'il était d'un ennui rare, mais il a retrouvé quelque nerf, quelque fantaisie en même temps que la vérité des instruments avec le Baroque !

Qu'on soit d'accord ou non avec moi, on ne partira pas sans rien en me lisant, mais avec une oeuvre où il est dit quelque part que "c'est la liberté qu'il faut que l'on aime", et où il est visible que c'est Apollon lui-même qui a servi de muse, les Boréales :

https://www.youtube.com/watch?v=JlVsEnOpCao

Lucile

@ Lodi
"Alors que l'anglophilie c'est quoi ? Un désir d'ailleurs autant que de tradition et de lendemain, une inspiration pour guérir notre propre pays par bouturage de ce que nous avons perdu"

Très joli, et juste.
Je suis abonnée à la lettre quotidienne du Merriam-Webster, qui retrace l'origine des mots anglais et américains. J'y apprends en même temps l'origine de nombreux mots français : la quantité - et la qualité - de mots d'origine française ("anglo-french") conservés par l'anglais et abandonnés par le français moderne est étonnante.

Burke explique dans ses réflexions sur la Révolution française que jusqu'alors, pour les bonnes manières, la France donnait le ton à toute l'Europe. Les Français étaient un peuple gracieux. Ils le sont encore quand on les connaît, mais en cachette, car la mode est au cynisme. Il nous faut surtout redevenir nous-mêmes.

Achille

@ Serge HIREL | 07 février 2021 à 16:55
« Néanmoins, dormons tranquilles. Le cauchemar de la « VIe » n’est pas pour demain… »

Rassurez-vous je n’ai aucun souci de ce côté-là. Et la fameuse Constituante que Mélenchon appelle de ses vœux n’est pas près d’être présentée au vote des députés, n’en déplaise à notre révolutionnaire d’opérette.

Demeure le problème de la proportionnelle, plus juste sur le plan démocratique, mais qui se traduira par des arrangements à l’amiable entre partis comme au bon vieux temps de la IVe République.
Pas sûr que l’on gagne au change...

Lodi

@ Henri Gibaud
"Dans la suite : je ne cherche à "fâcher ensuite la belle écriture précise selon méthodologie de Lasswell ce n'est pas "rien""

Pardon, mais la belle écriture ne requiert pas qu'on nomme les gens. Pour moi, fâcher pour rien veut dire

1- que dénoncer tel ou tel n'est pas une question de fond, et par là, souvent, secondaire voire triviale.
2- que cela n'est pas nécessaire au style.
Rien n'est interdit, ni baroque, ni épure. Il y a évidement toutes les nuances entre les deux...
Mais rien n'est aussi souple et dur, cristallin et ductile que Racine.

J'espère ne pas avoir laissé entendre que vous, vous vouliez fâcher les gens : je dis qu'ils ont tendance à l'être.
Je prétends décrire une situation mais non percer vos intentions.

"et enfin des masques sous pseudonymes donc en pré-pandémie permanente sous prétexte de terreur dans leur cervelle : je refuse de les considérer comme "des gens" (comme vous dites), ce sont au mieux des chimères au pire des ectoplasmes."

Si vous le dites... Tout est pourtant révélateur, chez l'humain, et regarder ce que nous avons sous les yeux, comme les commentaires, apprend beaucoup de choses qu'il faudrait des circonstances spéciales ou beaucoup de temps pour décanter, autrement.

Figurez-vous que là, je n'ai pas d'inspiration pour défendre le masque, évidemment, il me protège, m'encourage à une sincérité absolue et m'inspire, mais depuis le temps que je le répète en vain, la muse me dit qu'elle ne va pas m'inspirer pour que je reçoive des fruits pourris. Tendre muse ! Elle est comme la mère, la sœur, l'enseignant et le rêve qu'on ne voudrait jamais quitter... Alors le masque ? Si je suis une chimère, en tant que jouant un rôle de défenseur de tout ce qui doit l'être en soi et au moment opportun, je fais, c'est évident, partie de la brigade chimérique !

https://www.planetebd.com/comics/l-atalante/la-brigade-chimerique/-/18103.html

Je ne suis pas dans le culte du chef, de blog ou pas de blog. Quand il y a eu les nouvelles règles, je les ai discutées, loin de gens qui disent amen et font autrement quand ils le peuvent, et sur bien des questions de fond, je ne suis pas d'accord et le dis, au risque de déplaire.
Mais je suis un critique complet : je dis et le bien, et le mal, sans pose de courtisan ou de révolutionnaire. Le masque rend la sincérité la plus absolue possible, voyez-vous, c'est le contre-masque de celui qu'on porte dans la société. Voyez-vous, j'ai bien conscience que défendre les faibles fait qu'on vous assimile aux faibles, et donc mépriser comme eux, défendre les forts vous fait prendre pour courtisan, et donc dédaigner comme tel... Mais parfois, moindre mal, il vaut mieux être traîné dans la boue que de ne pas défendre la justice. Cela ne veut pas dire que j'adore qu'on me salisse.
Alors quoi, face à la boue, les bottes et tout l'attirail, dans un blog où on expose ce qui ne vous fera pas applaudir, le masque !

boureau

@ Mary Preud'homme 07 février 2021

"Ils" de P. Bilger

En lisant le billet de notre hôte, le mot employé ci-dessus ne donnait pas, compte tenu de la longue liste, à interprétation de personnalités mais globalisait, il me semble, bien des architectures de notre société.

Je l'ai compris dans ce sens.

Cordialement.

Ninive

@ Ninive | 06 février 2021 à 11:08

Les Ils étant démasqués puisqu'ils concoctent et votent toutes les lois scélérates qui transforment notre société en un terrain vague, nous devons maintenant désigner leur chef actuel c'est-à-dire celui qui détient tous les pouvoirs, le il des Ils progressistes, sans oublier ses deux prédécesseurs sans lesquels il téterait encore sa mère.

Eh bien oui, ils ont osé sans complexe ! Eh bien oui, ils ont mis à mort l'humanisme.

Savonarole

""Mal nommer les choses, c'est ajouter au malheur du monde" Albert Camus"
Rédigé par : boureau | 07 février 2021 à 10:3

Encore et à nouveau un sujet du bac « sport et loisirs » de Blanquer.
Camus ça ne marche plus, c’est comme citer de Gaulle ou Napoléon à tout propos.
Zemmour en abuse, ma grand-mère aussi.
Le petit jardin de Camus est désormais obsolète.
« Prenez donc une mappemonde ! » disait de Gaulle à son état-major de Carlton Gardens qui s’échinait à planter des petits drapeaux français sur les côtes de Normandie...
Quand un philosophe meurt à 130 à l’heure dans une Facel Vega à Rambouillet, il n’est pas crédible.
Ne plus me déranger.

Serge HIREL

@ Achille 07 février 2021 à 11:50
« …quand J-L Mélenchon sera vraiment "La République" »

Sûr, il désignera les coupables… Mais il est sûr aussi que ce ne seront pas ceux auxquels Philippe, vous et moi pensons… Néanmoins, dormons tranquilles. Le cauchemar de la « VIe » n’est pas pour demain…

Mary Preud'homme

@ boureau | 07 février 2021 à 10:35

Nommer les choses, à ne pas confondre avec nommer les gens.
Dans le premier cas on fait oeuvre utile, alors que dans le second, c'est plus délicat.

Henri Gibaud

@ caroff (10h28)

En effet vous étiez antérieur selon chrono tenu des électrons, mais ce n'est pas mézig qui ai voulu introduire une course rétrospective ! Sur le fond vous aviez introduit la question à ceci près formellement que vous n'aviez pas collimaté l'emploi gênant de ce "ILS" qui "fait parano"...

------------------------------------------------

@ Lodi (07h01)

Je me retrouve bien dans la teneur de vos 4 premiers alinéas surtout le début à ceci près que je maintiens que l'auteur Bilger pouvait à l'occasion de ses tirades en anaphore faire l'économie de décrire les cibles agissantes, utiliser alors le "ON" clairement indéfini et se cantonner aux "dérives" comme vous dites.

Dans la suite : je ne cherche à "fâcher", ensuite la belle écriture précise selon méthodologie de Lasswell ce n'est pas "rien", et enfin des masques sous pseudonymes donc en pré-pandémie permanente sous prétexte de terreur dans leur cervelle : je refuse de les considérer comme "des gens" (comme vous dites), ce sont au mieux des chimères au pire des ectoplasmes.

Ensuite je relève votre goût pour le rôle d'avocat improvisé de M. Bilger, mais en l'espèce j'avais commencé mon commentaire "princeps" par :
"Fort bien envoyé, rédaction réussie", alors des réclames en "Bloguéchaaal... nous voilà !" : à d'autres ...
Je n'agirai qu'en dernière extrémité (*) physiquement pour une police politique qui traquerait le goût pour l'inconditionnalité fervente au Chef-Tuteur, mais laissez-moi vous dire toute la vigilance que cela nécessite pour cause d'HUMANISME...

(*) ne pas être naïf : il y a des marginaux haineux qui rêvent de "papisme politique" voire de "maréchalisme politique", de "boulangisme politique" (c'est un peu le nanomacronisme), tout émoustillés (en contre-posture) par l'opportunité "islamisme politique" issue d'autres haineux professionnels.

Achille

@ Tomas | 06 février 2021 à 17:59
« "Ils", c'est qui ? On peut avoir les noms ? »

Ah tout de suite les noms et pourquoi pas les adresses et le numéro d'étage ?
Cela viendra peut-être un jour, quand J-L Mélenchon sera vraiment "La République". Encore que je n'y crois guère ! :)

boureau

"Mal nommer les choses, c'est ajouter au malheur du monde" Albert Camus

Cordialement.

caroff

@ Wilfrid Druais | 05 février 2021 à 23:21 (@boureau)
"Enfin un qui pose la seule et bonne question après plus de 70 commentaires !"

"Je vous propose de vérifier que le 04 février 2021 à 16:12, votre sous-signé a clairement critiqué le "ILS" et pour reprocher à l'auteur de n'avoir pas employé le "ON" exactement indéfini, puisqu’à l'évidence (pour moi) l'auteur s'était bien gardé de donner le moindre commencement de définition à son "ILS"." (Henri Gibaud 03h15 06 février)

En fait l'antériorité me revient: 04 février à 12h30 !!
"Mais il manque avant toute chose la désignation du ou des coupables dans le box des accusés.
Je crains que finalement, dans ce box, nous y soyons tous, nous citoyens français qui avons voté depuis tant d'années pour ceux qui ont conduit notre pays là où il se trouve...
Note d'espoir: notre responsabilité d'homme libre pour ne point se laisser faire..."

Lodi

@ Henri Gibaud

Je pense qu'il ne faut pas dire les "ils" pour plus fondamental qu'une question de style* : il s'agit de focaliser l'attention sur des dérives et non sur leurs auteurs, de laisser les gens réfléchir à ce qui est profond et non à l'anecdote, et bonus, à ne pas surveiller certaines personnes en croyant tous les autres parfaits.

Je signale par exemple que l'idée de table rase et de refus du réel sont aussi présents sur ce blog qu'ailleurs.

Parce que par exemple, l'antiaméricanisme et l'anglophobie sont des négations du fait que les deux pays ont sauvé le nôtre, et ont moins sali l'humanisme - et se sont moins détournés de la religion, pour ceux que ça intéresse - ont plus de respect de la vérité et de la liberté dans leur culture, et sont plus scientifiques.

Et en prurit de ces réactions, l'aussi sensible qu'équilibrée Lucile a été attaquée pour crime d'anglophilie. Alors que l'anglophilie, c'est quoi ? Un désir d'ailleurs autant que de tradition et de lendemain, une inspiration pour guérir notre propre pays par bouturage de ce que nous avons perdu.
Pour ceux qui n'aiment pas les jardins, comme dans l'histoire que j'ai lue sur un enfant qui dans un monde gris, rêvait de couleurs et en rapportait à chaque réveil !

Bref, ceux qui ne sont pas infectés par ce que dénonce notre hôte sont l'exception et non la règle, à mon avis.
Donc se focaliser sur les personnes serait extraire des grains d'une mer de sable.

Enfin pourquoi se fâcher avec des gens pour... rien ?
Comme je l'ai dit plus haut.
Même ou surtout pour qui ne répugne pas au combat, la stratégie est très importante, et elle implique de ne pas se gaspiller, entre autres.
Monsieur Bilger n'a pas de chance : quand il cite une star, on dit ou rigole qu'il fait Paris Match, quand il s'en abstient, on pleurniche qu'il dérobe des noms à son public.

Quand il s'entiche d'un politicien, on le traite de naïf. Mais hélas, dès qu'on veut construire, on peut devoir se confronter à des incapables ou à des escrocs ! Celui qui réédite des actes ou des admirations est dénigré pour optimisme, qui s'y refuserait pour pessimisme. Qui n'en veut pas au trompeur, qui ne veut pas, pour les cas où on est victime, s'en venger, passe pour faible, qui le désire, pour méchant.

En somme, chacun a sa façon d'être et dénigre celle de l'autre sans rien vouloir savoir de ses contraintes parce que chacun prend les siennes pour le seul réel, du moins le réel légitime. La tentation de table rase commence dès ce stade mais est légitimée par toutes sortes d'idéologies, et pardon, ça n'a rien de nouveau : combien de livres immolés aux "vérités" religieuses ?
Il fallait peut-être en passer par l'aggravation totalitaire et la recrudescence moderne pour dénoncer l'idée de toute table rase.

C'est ce qui compte.
C'est ce à quoi participe notre hôte.
Merci.

*Même si ça a forcément compté : à un certain niveau, le fond et la forme ne font qu'un. À l'image de l'eau !

Henri Gibaud

@ Wilfrid Druais | 05 février 2021 à 23:21
"Enfin un qui pose la seule et bonne question après plus de 70 commentaires!"

Je vous propose de vérifier que le 04 février 2021 à 16:12, votre sous-signé a clairement critiqué le "ILS" et pour reprocher à l'auteur de n'avoir pas employé le "ON" exactement indéfini, puisqu’à l'évidence (pour moi) l'auteur s'était bien gardé de donner le moindre commencement de définition à son "ILS".

Laissez-moi donc vous calculer que votre héros du "05 février 2021 à 11:18" a eu environ 19h de retard sur moi pour commencer à s'inquiéter du "ILS" ! Observez bien que par exquise cour-tisanerie de ma part je n'avais même pas incendié ce procédé par implicite et insinuation vague de l'auteur, je l'avais simplement coté en "pas recommandable".

Qu'après presque 20h, votre héros masqué "boureau" réagisse sur ILS à son tour est une bonne chose, mais votre engouement juvénile paraît mériter la présente correction. A cette occasion laissez-moi vous recommander de mûrir un peu en travaillant la fameuse question méthodologique de Lasswell : qui communique ? à qui ? quoi ? par quel canal ? avec quelle efficacité ? (etc.). L'auteur Bilger Philippe probablement (?) n'ignore pas cela, autrement dit c'est délibérément qu'il avait usé de ce procédé de l'accusation allusive. Dans mon commentaire du 4 à 16h12 où globalement je félicitais l'auteur pour avoir visé bien des malhonnêtetés mentales, pour autant je ne lui donnais pas quitus d'avoir biaisé en omettant de délivrer MANDEMENT DE CITATION à des accusés précisés catégoriquement... pour un procureur "exemplaire", pas très "réglo" !!

Je souhaitais épargner ce camouflet à l'auteur Bilger Philippe, mais vous voyez : votre injustice à l'encontre de mon humble offrande, alors, me condamne à défendre ma dignité une fois de plus piétinée par les zéro-élites, et alors éclairer tranquillement ma force face aux médiocres.

Référence du 4 à 16h12 (le style s'adresse à l'auteur Bilger Philippe) :
"Votre style c'est vous (l'homme). Donc on n'est pas surpris que vous ayez préféré "JE leur en veux" à un signal de ralliement moins auto-centré comme "Les humanistes doivent résister". De même pointer "ILS" peut être caricaturé, à quoi il eût été peut-être adéquat de préférer "On nous a sali l'humanisme". "
Je souligne : "pointer ILS peut être caricaturé... préférer ON...". Le risque de caricature sur l'auteur Bilger : avec son "ILS" un futur classement en "parano" et interné de force sous dictature Mélenchon ...

Commencez donc par lire l'Autre et assimiler Autrui avant de tapoter/tripoter compulsivement votre clavier/appendice... et d'en postillonner les éj*****tions dans les salons des bien-élevés...

F68.10

@ Wil
"Tous les crétins du blog qui essaient de me faire la leçon de "comprendage" de texte peuvent se la tailler en pointe."

Les oreilles ou la... euh... langue ?

Wilfrid Druais

Je suis comme "Saint Tomas", le gauchiste du blog, juste en dessous, je ne crois que ce que je vois. Je voudrais des noms mais faut pas rêver non plus, donc au minimum quelque chose de plus précis que "ils".
Tous les crétins du blog qui essaient de me faire la leçon de "comprendage" de texte peuvent se la tailler en pointe.
Quand on dit "ils" et qu'on le répète encore et encore, autant ne rien dire.
Il y a une sorte de proverbe qui dit "on est un con" quand on emploie le pronom personnel indéfini "on".
Ce genre de pronom indéfini montre en tout cas un certain manque de courage de la part de l'auteur qui sait très bien de qui il parle.

Tomas

"Ils", c'est qui ? On peut avoir les noms ?

F68.10

@ Patrice Charoulet
"Dans cette épouvantable épreuve, grand merci de tous vos messages de soutien."

Mais de rien. C'est bien la moindre des choses. Et il est surtout difficile de faire plus sans être indûment intrusif. J'espère simplement que ce type d'épreuve ne vous engloutisse pas et que l'amour que vous portiez à votre épouse vous soit un moteur qui vous encourage à percevoir autre chose que le sombre. Se sentir petit dans ces circonstances est normal, mais rester seul n'est pas propice à la cicatrisation, si tant est qu'elle soit possible. N'hésitez pas à sortir et à parler (même à travers un masque, et malgré le semi-confinement). Et je vous prie d'excuser ce qui peut être perçu comme des conseils malvenus.

Je vous souhaite tout le courage dont vous avez besoin.

---------------------------------------------------

@ Mary Preud'homme

Votre commentaire à Wil me semble juste.

Ninive

Résumons :

- La différenciation des populations entre Progressistes et Populistes a été introduite pour changer l’habitude de dire « la gauche et la droite » en apportant une touche plus subtile dans la définition des ralliements ou des choix politiques.

- Qui aura inventé ces deux dénominations, fatalement ceux qui se classent parmi les plus évolués, c’est-à-dire ceux qui progressent, par rapport à ceux qui stagnent.

- Nous avons donc d’un côté des intelligences et de l’autre des imbéciles.

- Monsieur Philippe Bilger nous explique que les Populistes ne veulent que la paix et que l’on assure leur sécurité qui est menacée.

- Alors que les Progressistes souhaitent que l’on abatte les frontières, les barrières raciales, que les nations se fondent toutes dans un même creuset engendrant une espèce nouvelle qui sera dirigée par une gouvernance mondiale.

Monsieur Philippe Bilger, est-ce bien le fond de votre pensée ?

Aliocha

"Ils" sont l'objet d'un ressentiment, affirmant que nous ne sommes pas comme eux, ces "Ils", quels qu'ils puissent être, n'ayant d'autre solution que l'accusation pour se définir une identité, étant bien entendu que nous sommes du côté du bien, axiome ainsi révélé comme faux, hélas, ne sachant définir le mal que chez ces "ils" qui ne sont pas nous, nous retrouvant aux côtés de Eve, nous voyant alors nu en ayant croqué au fruit défendu de l'arbre unique, vu en notre vice tels que nous sommes, n'ayant d'autre réflexe alors que la persécution pour défendre cette identité bancale et incomplète, fondée sur le mensonge de ne pas nous croire "ils", qui eux se réclament de ne pas être nous, appartenant alors à la réelle définition du mal qui nous confond avec eux en cette mutuelle dénégation qui nous aveugle.

Quel modèle alors est donc à même de nous sortir de cette illusoire machination qui ne sait définir une identité que sur ce mensonge organisant son rituel de fausse justice qui ne sait qu'accuser pour se préserver, s'empêchant d'accéder à un être, une identité de sujet, fondé non plus sur le mensonge mais sur la vérité, non plus sur la monstrueuse bouffonnerie d’un lynchage humain, cela même dont notre monde symbolique est né, mais sur sa subversion, en en faisant la meilleure balise analogique sur le chemin d’une compréhension de la création à notre portée, où le Créateur de toute chose est vu comme un homme assassiné faussement accusé ?

La réponse est formulée depuis deux mille ans, nous laissant libre de savoir incarner ou pas cette nouvelle narration que seraient nos vies, si nous savions en entendre l'analogie poétique de ces "ils", qui ne sont que nous, indiquant le chemin de ne plus être des objets, mais accéder au statut de sujet :

"La dernière analogie que l’on nous donne pour l’acte de création est celle d’un être humain qui se livre à la mort par amour et exhale son dernier souffle dans un acte de confiance que sa vie, ainsi donnée, fera naître quelque chose d’aimant mais qu’il ne contrôle pas, suivant son propre amour au milieu d’un processus de victimisation.

Quand Paul se réfère au « Christ crucifié… la puissance de Dieu et la sagesse de Dieu[20] », c’est le langage de la Création qu’il utilise. L’amenée à l’être de tout à partir de rien ressemble plus à un homme aimant mourant qu’à quelque chose de plus apparemment puissant. Et la sagesse qui amène toute chose à l’être, l’ordonnant et le structurant, ressemble plus à un blasphémateur séditieux pardonnant à ceux qui le détruisent qu’à toute autre chose. En d’autres termes, et s’il vous plaît allez lentement avec ce que je suis sur le point de dire : le désir humain aimant et compréhensif de pardonner à ceux qui le tuent est une analogie plus juste de la puissance de la création que tout établissement d’un ordre. Ce que nous appelons le « pardon » est avant la création, et en effet le modèle de notre être créé est tel que nous ne l’atteignons que par le pardon."

http://jamesalison.com/fr/girard-livre-de-lapocalypse/

Dont acte !
Je vous ressers quelque chose ?

JM0001

@ Denis Monod-Broca 4 février 16h23

Dieu, c'est une question d'intelligence. C'est pour cela qu'il y a tant d'incroyants !

« Cette phrase est trop subtile pour moi. »

Parce que vous la prenez au premier degré. C'est une moquerie type sandwich : il n'y a pas assez de Dieu et trop d'imbéciles !

« Les incroyants pour vous sont-ils du côté de l'intelligence ou du côté de l'absence d'intelligence ? »

Là, pour le coup, c'est vous qui raillez, ça m'apprendra à être circonspect !
Dieu a doté l'homme de l'intelligence c'est probablement pour qu'elle soit utilisée. Et au premier chef pour que la « créature » reconnaisse son « créateur ».

Quoi d'autre ?

Patrice Charoulet

Dans cette épouvantable épreuve, grand merci de tous vos messages de soutien.

Achille

@ Wilfrid Druais | 05 février 2021 à 23:21
"Qui se cache derrière "ils" ?"

Vous et boureau, vous me faites penser à ces gens qui cherchent leurs lunettes alors qu’ils les ont sur le nez.

J’ai pris la peine de citer certains de ces « ils » en globalisant bien sûr, car je préfère faire appel au bon sens des gens plutôt que de leur faire de grands développements interminables comme certains intervenants de ce blog.
Mais il suffit de regarder autour de vous et même simplement de lire certains commentaires de ce blog. « Ils » sont tous là à nous pourrir la vie, ces « ykafautkon » qui se plaignent du matin au soir, trouvant toujours à redire sur tout et n’importe quoi, ne proposant rien de pertinent, sortant des chiffres tirés de nulle part.
Ils défilent tous les samedis comme des zombies ne sachant même plus pourquoi ils revendiquent. Les pires dans ce concert de jérémiades sont les « intellectuels » comme hier BHL sur CNews qui ne peut s’empêcher de donner des leçons d’intelligence au monde entier.

Tous ces gens-là oublient simplement que la France est un des pays où il fait le plus bon vivre, pour peu, bien sûr, que l’on prenne le temps de regarder ce qui se passe ailleurs.

fugace

@ Patrice Charoulet le 04 février 2021 à 17:54

À la lecture de votre message, je prends part à votre douleur, mesurant par ce deuil les épreuves que vous allez devoir affronter.
Toutes mes condoléances, ainsi qu’a votre famille.

Je veux ici relire pour vous Paul Éluard :

«La nuit n’est jamais complète. Il y a toujours au bout du chagrin une fenêtre ouverte, une fenêtre éclairée. Il y a toujours un rêve qui veille, un désir à combler, une faim à satisfaire, un cœur généreux, une main tendue, une main ouverte, des yeux attentifs.
Une vie, la vie à se partager,
Et un sourire…»

Mary Preud'homme

@ Wilfrid Druais 5 février 23:21

Les "ils" que vous n'avez pas vus apparaissaient pourtant ici en filigrane dans le billet de notre hôte. Comme quoi il ne faut jamais négliger l'arrière-plan qui peut être tout aussi instructif, voire plus que ce qui crève les yeux au premier abord :

"Il serait faux de résumer ces multiples antagonismes au combat classique entre la droite et la gauche et leurs extrêmes. Peut-être davantage entre ceux que le réel n'indispose pas et ceux qui prétendent faire table rase de tout." (PB)

Claude Luçon

"Ils" me semblent être ces nouveaux théoriciens à la mode dans les universités américaines qui se veulent philosophes et penseurs.
Il s'agit là de gens sans passé, sans Histoire, étrangers sur la terre d'autrui, oubliant qu'ils sont là après avoir commis quelques génocides, des gens qui ignorent même sans doute le nom de leurs ancêtres, des gens creux en somme.
Des cerveaux vides, sans vraie culture, qui veulent créer un monde nouveau mais qui est, hélas, à leur image, creux.
Ils veulent changer la Terre mais n'ont que du vent à y planter, sans comprendre que le vent érode et ne crée que des déserts !
Ils nous refont 1968, en pire !
La révolte des pékins, comme nos Gilets jaunes, est beaucoup plus vive aux USA que chez nous, qu'ils se méfient, ils s'autodétruisent, le 6 janvier vient de leur envoyer une brutale mise en garde.

Wilfrid Druais

@ boureau
"Qui se cache derrière "ils" ?"

Enfin un qui pose la seule et bonne question après plus de 70 commentaires !
C'est pas trop tôt.
Et ben dis donc, on a affaire à un vraie bande de cadors là ! Einstein n'est pas loin !
Entre deux condoléances à Monsieur Charoulet ils sont tous en train de se palucher depuis deux jours du genre "Oh la la, Monsieur Bilger, quel merveilleux texte, c'est si vrai ce que vous dites ! C'est sûr que vous avez votre place à l'Académie ! On se demande comment ça se fait que vous n'y êtes pas déjà !", etc., donc tout ce cinoche devant un texte qu'ils ne comprennent même pas mais vu qu'en le lisant n'importe quel crétin peut y trouver son compte, c'est pas grave, ils adorent tous sans qu'aucun avant boureau visiblement ne se soit posé la bonne question !
C'est pitoyable.

Sans me vanter (meuh noooon, cépodutoumongenreu !...hmmm, bref), c'est pour ça que je lui ai dit à Mister B., qu'il était une fois de plus en pleine amnésie plus ou moins volontaire.
Mais c'est pas grave, ce qui compte au fond c'est que Mister B. a apporté un peu de bonheur dans leur vie de m*rde à tous ces "disques durs vivants".
C'est déjà ça et pour certains c'est même beaucoup.

Moi aussi, j'ai envie ce soir d'apporter un peu de bonheur à Madame Bilger pour la remercier d'avoir été très gentille avec moi la nuit dernière en lui offrant du sublime. (Comment ça il y a des sous-entendus bizarres ? Je ne vois pas du tout de quoi vous parlez ! Quel esprit mal placé, c'est honteux !...)

https://www.youtube.com/watch?v=OdeOyrLHdSg

Donc merci pour la nuit dernière Madame Bilger, je m'en souviendrai longtemps.

vamonos

Le féminisme guerrier et totalitaire a de multiples facettes. Quand une femme prend les enfants, la maison et la pension alimentaire, le mari n'a que peu de recours. Même s'il a de l'argent et donc un bon avocat, la bataille est mal engagée. La féminisation du pouvoir juridique est telle que les enfants restent avec la mère dans l'immense majorité des cas. Le père ne peut pas élever ses enfants qui en pâtissent et pour toujours.

Moi aussi je leur en veux (à elles) et j'ai de bonne raisons pour cela.

stephane

@ Patrice Charoulet

Cher Patrice, je vous envoie à mon tour mes sincères condoléances. Ce qui nous sépare est de loin bien plus petit que ce qui nous rapproche.
Recevez mes voeux de courage pour l'épreuve qui est la vôtre. J'espère que votre épouse a pu partir en paix, avec vous à ses côtés pour l'accompagner dans la paix et fidèle à l'amour qui vous unit et que vous laissiez transparaître quand vous l'évoquiez dans l'un ou l'autre de vos commentaires.
Ainsi que vous l'aurez constaté sur ce blog, vous n'êtes pas seul et je rajoute que j'ai toujours une pensée pour vous quand ça parle de Dieppe.
Continuez à nous faire profiter de votre français.
Bon courage Patrice

Exilé

Ils nous ont sali l'humanisme...

L'humanisme et aussi le sens de l'humanité.
Et si nous évoquions jusqu'où sont allés les hommes du Régime, qu'ils soient politiques, fonctionnaires ou indépendants en ce domaine ?

Il faut lire par exemple le témoignage de Stéphanie Bataille dans le FigaroVox du 25/01/2021 pour en avoir une petite idée, autour d'un cas qui est très loin d'être unique.

« La comédienne témoigne de sa souffrance, à la suite du décès de son père, Étienne Draber, décédé du Covid-19 début janvier. Privée du droit de se rendre à son chevet et même d’assister à sa mise en bière, elle appelle le chef de l’État à autoriser tous les malades hospitalisés à recevoir des visites de leurs proches. »

Serge HIREL

« Ils nous ont sali l'humanisme : je leur en veux. » (PB)

La liste des méfaits des « ils » qui argumente votre courroux, cher Philippe, est d’une cruelle vérité… Permettez-moi néanmoins d’éprouver quelque réticence, non à propos de votre réquisitoire, mais sur le choix des termes de votre titre.
Il me laisse le goût du « c’est foutu. ‘Ils’ ont gagné »… Pour ma part, je préfère encore croire que la bataille est en cours. « Ils » ont remporté quelques combats, mais leur victoire n’est pas écrite. Leur en vouloir, c’est un peu reconnaître la défaite, alors qu’il est encore temps de combattre et de les terrasser.

Rien n’est perdu, même si rien ne sera plus comme avant. Nos parents, nos grands-parents et nos ancêtres plus lointains n’aspiraient pas au même « humanisme » que nous, qui, déjà, le percevons différemment selon les générations. Il en est de même de la morale. Autrefois, on vouait aux gémonies les filles-mères. Aujourd’hui, les familles monoparentales sont l’objet de toutes les attentions. C’est un progrès de l’humanisme.
De notre humanisme. « Notre » parce que d’autres cultures que la nôtre, judéo-chrétienne, blanche et longtemps persuadée d’être sans équivalent - certains le croient encore… - le conçoivent autrement que nous, y compris sur ses principes aussi importants que la liberté et l’égalité.

Dans ces différences, plus que l’idéologie politique, le fait religieux a joué et joue un rôle majeur. Ne serait-ce que par respect du nôtre, nous devons admettre ces autres humanismes et les valeurs qu’ils forgent. Nous avons les nôtres, qui ont évolué au fil de notre histoire, et nous en sommes fiers. Avec juste raison. Les « ils » tentent d’en modifier certaines, d’en faire disparaître d’autres. Les « nous » sont en droit de les défendre. Mais ni les « ils », ni les « nous » n’ont à juger péremptoirement celles des autres cultures, encore moins à tenter de leur imposer les nôtres.

Une telle attitude, adoptée dans le passé, n’est plus acceptable par un humanisme qui place la paix parmi ses valeurs les plus hautes. Plus acceptable que nous y succombions encore, mais pas plus acceptable si elle est le fait d’une autre culture, mue par un prosélytisme politico-religieux. Pas plus que nous devons nous gausser du puissant patriotisme américain, du goût de la discipline des peuples d’Asie ou même du sentiment « impérial » des Britanniques, nous ne devons supporter que, sur notre espace culturel, certains immigrés, qui ont choisi de quitter le leur, se comportent en conquérants, ne respectent ni nos valeurs, ni nos lois. Alliés aux « ils », ils ont un réel potentiel de nuisance, qui doit être combattu avec fermeté.

Finissons-en avec les « ils ». Qui sont-ils ? Les nommer n’est pas simple et notre hôte ne s’y est pas risqué, d’autant que, si certains relèvent clairement de la cour d’assises, pour d’autres, un simple rappel à la loi devrait suffire à les remettre dans le droit chemin. Bien sûr, on est tenté de trier le bon grain de l’ivraie en employant la bonne vieille balance politique… Conservateurs d’un côté, figés sur un corpus de règles immuables, progressistes de l’autre, partisans d’un « grand remplacement » de celles-ci.

C’est en partie exact, mais cette ligne de partage est insuffisante, parce que le progrès, la marche en avant, la modernité ne sont pas gages certains d’avancée de l’humanisme - la radioactivité, c’est à la fois la médecine nucléaire et Hiroshima…- et la tradition n’est pas obligatoirement synonyme de recul, à preuve l’engouement actuel pour le patrimoine.

En fait, la frontière se situe ailleurs, entre ceux qui veulent, non pas « progresser », mais abattre l’existant, et ceux qui veulent le consolider en acceptant son évolution. Les premiers sont les « ils », les seconds, les « nous ». Et l’on trouve des « ils » et des « nous », des démolisseurs et des constructeurs, sur toute l’étendue de l’éventail politique… Certains même étant « en même temps » des « ils » et des « nous ».

Tout ceci pour finalement suggérer un titre alternatif : « ils ont altéré notre humanisme. Je veux leur résister ! ». Mais, naturellement, notre humanisme me conduit à respecter le choix de Philippe…

jp Gautier

"ils...", c'est la faute des autres, moi je n'ai rien fait, ni dit...

Mitsahne

@ Patrice Charoulet

En ce moment très difficile, je vous assure de toute ma sympathie.

J.A

Toutes mes sincères condoléances à notre ami Patrice Charoulet.

Isabelle

@ genau
"Hurler sa rage, c'est hurler à la vie, faite de froid et de sottise, sortir de chez soi, accepter les miasmes, faire comme tout le monde, subir, étaler ses connaissances, sèchement, cliniquement et un jour, volens nolens accepter qu'il ne pouvait pas en être autrement."

Comme c'est joliment écrit, genau.

Sainte Colère. La chanteuse Barbara disait : "Quand vous avez perdu la colère et le désir, c'est que tout est fini".

Cela étant dit, peut-être faut-il envisager aussi une certaine forme de fatalisme et privilégier l'autodérision pour pouvoir encore bricoler dans l'incurable. Nous bricolons tous dans l'incurable.

Quant aux humains, s'ils se contentaient d'avoir de quoi vivre décemment mais non, ils doivent prouver qu'ils peuvent avoir plus que l'autre et prouver également que leur "vérité" a plus de valeur que celle de l'autre.

Comme l'écrivait Cioran : "N'a de convictions que celui qui n'a rien approfondi".

F68.10

@ Robert
"En matière de progressisme, tout dépend de ce que l'on décrit. Vous nous présentez la version idéalisée, telle qu'elle peut se trouver sur Wikipédia par exemple."

Eh bien je ne pense pas que cette notion de progressisme que vous qualifiez d'idéalisée ne soit que de la foutaise. L'idée de réfléchir à organiser la société en tentant de régler les problèmes un à un, sur la base d'une relative rationalité, en tentant des expériences sociales pour vérifier qu'elles marchent, et si elles marchent de les généraliser, me paraît toujours une bonne idée.

Le problème est que face à cette approche, nous avons deux grosses tendances qui semblent souhaiter systématiquement des solutions en forme de tout-ou-rien. Les conservateurs obtus et ceux que vous qualifiez de progressistes, que je qualifie pour ma part d'inconscients.

Prenez par exemple la question LGBT. D'un côté nous avons des gens qui regrettent plus ou moins qu'on ait cessé d'enfermer les homosexuels en hôpital psychiatrique. Un exemple de tout-ou-rien. De l'autre, nous avons les mouvements LGBT qui ne semblent pas tolérer que la société n'aille pas à leur rythme sur la question de la GPA. Encore du tout-ou-rien.

Ou prenez la question des salles de shoot. Voici un exemple où nous sommes face aussi à du tout-ou-rien. D'un côté des conservateurs qui maquillent leur refus de toute évolution ou toute tentative de solution en refusant systématiquement l'expérimentation locale. De l'autre des illuminés qui sont persuadés que c'est une solution magique.

Le progressisme, pour moi, c'est de tenter des solutions, qui, oui, peuvent heurter les sensibilités des conservateurs. Ce n'est pas se réfugier dans un mode de pensée où des solutions magiques existent, et où il suffit de pendre les patrons pour que les travailleurs soient libres. Le monde réel ne marche pas comme cela.

Je vais prendre la situation de l'athéisme comme exemple. Nous avons en France une large proportion d'athées. En fait, ce sont très peu des athées, mais bien des anti-cléricaux avec peu de substance concrète sur leur athéisme. Les mouvement athées vocaux en France sont essentiellement des mouvements comme la Libre Pensée, qui manifestent bien plus un trotskisme larvé derrière leur athéisme. Mais des athées raisonnables comme Bertrand Russell ? Ou Sam Harris ? Ou Douglas Murray ? Il n'y en pas d'audibles ! Et c'est même à se demander si de tels oiseaux existent en France !

L'athéisme est à mon sens une forme de réalisme et une forme de progressisme, qui s'oppose à la mentalité tout-ou-rien des conservateurs religieux. Si en France, il dérive vers du trotskisme bête et méchant, c'est une dérive encore du type tout-ou-rien.

Là où le progressisme fait à mon avis sens, ce n'est pas dans une logique tout-ou-rien qui ne mène qu'à de stériles confrontations en plus d'être une position idiote qui fait basculer le progressisme dans l'idéologie pure. Le progressisme fait sens au contact du conservatisme, pour pousser les conservateurs qui ont quand même tendance à vouloir faire tenir une société ensemble à remettre en cause certaines de leurs idées reçues et réflexes moraux.

Si vous prenez par exemple la question de l'insécurité, un idéologue "progressiste" fermera les yeux sur la dégradation du climat d'insécurité. Un progressiste qui refuse l'idéologie a dans ce contexte, à mon sens, le devoir de récuser les délires du type ACAB (i.e. "All Cops Are Bastards") et de prendre fait et cause avec les conservateurs face aux négationnistes qui se prétendent progressistes. Tout en récusant les réflexes les plus odieux des conservateurs.

C'est pour cela que Macron relève à mon sens de ce type de progressisme. Et que les syndicats français ont, au fil du temps, usurpé le rôle de représentation des salariés pour verser dans une forme revendicative de tout-ou-rien qui se pare de progressisme. Alors qu'il n'en est rien.

Maintenant, les articles que vous me montrez m'indiquent que vous êtes vous-même tenté par des réflexes tout-ou-rien, désignant le progressisme comme "l'idéologie dominante". Il y a des idéologies, certes, certaines dominantes, certes aussi. Mais les qualifier de progressisme ? C'est une mirage de l'esprit commun chez les conservateurs. Ça les arrange de croire que si on applaudit le progrès technique d'un Elon Musk, on approuve forcément l'idée des transitions de sexe à la demande des parents chez des enfants qui n'ont rien demandé. Ce n'est pas le cas: torturer des gosses n'est pas du "progrès"...

Pendant longtemps, l'Union Rationaliste fut communiste ou apparentée. Le contexte de conflit avec la religion en France explique ce positionnement. Maintenant, voyez-vous, Elon Musk, qui nous incarne une forme de progrès sous son versant technologique, eh bien... je doute qu'il soit communiste. Il est temps de sortir le progressisme des logiques délétères de tout-ou-rien.

Myta

Magnifique billet monsieur Bilger, merci !

boureau

"Ils nous ont sali l'humanisme..."

Belle tirade que je ne peux qu'approuver sur les maux définis, mais après les affirmations, la question fondamentale est :
Qui se cache derrière "ils" ?

Cordialement

Serge HIREL

@ Patrice Charoulet

Je vous présente mes sincères condoléances et me joins au soutien que vous apportent, unanimes, vos amis et « ennemis » du blog de Philippe. Courage et tristesse vont de pair dans ces instants qui nous attendent tous à la mort d’un être cher. Courage donc, Patrice.

Catherine JACOB

@ Achille | 04 février 2021 à 17:[email protected] Catherine JACOB | 04 février 2021 à 13:52
« Franchement, je ne pensais pas qu’Achille avait tué autant de femmes. Mais il ne faudrait pas quand même le faire passer pour Emile Louis ! »

Très exactement la moitié des Amazones ce qui n’est pas indifférent, mais loin de moi cette pensée. Le fils de Thétis, plongé bébé par sa mère dans le Styx, avait donc été rendu invulnérable à l’exception de son talon (d’Achille) par lequel elle une légende dit qu’elle le tenait lors de cette opération… magique, ne pouvait périr de la main des Amazones lors des combats, à mort, de la guerre de Troie. Cela dit, il semblerait que l’histoire du « talon » ou plutôt de la cheville qui est un endroit du corps naturellement vulnérable sans qu’on l’ait particulièrement visée, sinon quelque divinité en mal de mauvais augure, et également une assise, soit postérieure à la guerre de Troie.

Nonobstant, cela interpelle quand même quelque part que les Grecs fassent mourir sans exception dans l’Iliade lors de la guerre de Troie à l’origine de laquelle il y a le mauvais choix d’une femme par un beau gosse, toutes leurs consœurs.

Ce qui semble pouvoir être dit des Amazones en tout cas, c’est que des femmes guerrières ont bel et bien existé. Je cite : « ...leurs traces archéologiques n'ont été découvertes que tardivement. Pendant longtemps, les chercheurs ont associé les tombes féminines à la présence de bijoux. Dès lors, quand ils trouvaient des squelettes enterrés avec des armes, ils partaient du principe qu'il s'agissait d'hommes vu que la bio-archéologie ou les études d'ADN relèvent de sciences récentes. Cependant une fois que tout cela fut mis à leur disposition, les gens ont commencé à réviser cette conception primitive.

Pour autant, certains archéologues auraient du mal à changer d'avis et continuent de penser que les squelettes inhumés avec leurs armes sont nécessairement masculins. Mais nous savons aujourd'hui que ce n'est pas toujours le cas. Je crois qu'il y a au moins 300 tombes de femmes retrouvées avec des armes et des blessures de guerre » explique sur France Culture l’historienne Adrienne Mayor.

Ce que, sans doute, on peut s’autoriser à penser à partir de là avec Violaine Sebillotte Cuchet in L'Histoire, no 374,‎ avril 2012, p. 70., ce sur la base d’autres versions de leur légende qui les mentionnent sous le terme d’Antianeirai, ou encore comme fondatrices ou protectrices de ces cités qui leur rendent des cultes funéraires, c’est qu’elles sont les traces d’un antique système matriarcal, et que en lien avec un culte chtonien elles ne pouvaient, qu’Ombres retourner parmi les Ombres et par conséquence être vaincues par le héros avant que celui-ci ne les rejoigne.
On peut aussi penser au modèle Brunehilde.

Michel Deluré

@ Patrice Charoulet

Pour autant que cela puisse être d'une aide précieuse en une aussi douloureuse circonstance, je vous témoigne ma plus profonde sympathie.
Courage à vous.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS