« Je suis clivé, ai-je tort ? | Accueil | Emmanuel Macron drague-t-il la droite ? »

25 février 2021

Commentaires

boureau

"Responsabilité des magistrats"

"Bonheur de mettre enfin une pierre positive dans la politique judiciaire d'Emmanuel Macron" dites-vous cher P. Bilger.

Alléluia ! Alléluia !

Comme s'il y avait la moindre crédibilité dans cette démarche du chef de l'Etat !
Ce rapport, s'il existe un jour, sera remis comme tous les autres dans un tiroir bien poussiéreux.

Réponse expliquée d'Eric Zemmour dans l'émission Face à l'info ce soir sur cette initiative : "un gag" !

Vous parlez de "chantier capital"... rêvons...

Cordialement.

Ninive

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a déploré lundi 22 février que l'épidémie de Covid-19 soit utilisée par certains pays, qu'il n'a pas cités, pour faire taire les «voix dissonantes» et les médias.

https://www.lefigaro.fr/flash-actu/la-pandemie-un-pretexte-pour-certains-etats-en-vue-de-reprimer-s-inquiete-l-onu-20210222

Antonio est d’accord avec moi et j’en profite pour dire que Macron, notre dictateur, utilise le Covid-19 pour museler le pays.

Catherine JACOB

@ Achille | 25 février 2021 à 07:52
« En fait son cheval de bataille est un vieux canasson que lui a cédé son père, lors de la passation de pouvoir, après l’avoir longtemps chevauché.
Bref, Rossinante, le cheval de Don Quichotte qui va guerroyer les moulins à vent. Pathétique ! :) »

Ne mêlez donc pas à ces guerres picrocholines, El ingenioso hidalgo don Quixote de la Mancha ce roman traduit dans plus de 140 langues, que l’on considère comme l'un des romans les plus importants de la littérature mondiale et comme le premier roman moderne, texte et personnage éponyme, anti-héros que j’adore et à propos duquel Joseph Ratzinger (soit Benoît XVI) a écrit :

« Quelle noble folie est-ce donc que celle que Don Quichotte s'est choisie comme vocation : être chaste en ses pensées, honnête en ses paroles, vrai dans ses actions, patient dans l'adversité, miséricordieux à l'égard de ceux qui sont dans la nécessité, et enfin, combattant de la vérité, même si sa défense devait coûter la vie . […]On perçoit, par-delà les traits de folie, un cœur pur. […]une mélancolie sur ce qui était désormais perdu, qui n’est pas un retour au monde des romans de chevalerie, mais un éveil à ce qui doit absolument demeurer, et la prise de conscience du danger qui menace l'homme quand, dans l'incendie qui détruit le passé, il perd la totalité de lui-même. » In Les Principes de la théologie catholique, 1982

revnonausujai

Res non verba !

Encore une "réforme" en papier mâché. Elle ne s'appelle pourtant pas Catherine, la muse du Potemkine du Touquet !

Patrice Charoulet

Le Parisien, etc.

Je croyais jusqu'à ce jour que "Le Parisien" changeait de titre en province. Cela vaut mieux pour les ventes en particulier... à Marseille. Je disais ici même parfois : "J'ai lu dans "Le Parisien"..."
J'avais tort. Le post de Robert Marchenoir, ce 25 février, vient de me le prouver. Il y évoque un fait divers et la sanction pénale insuffisante d'arracheurs de sac au détriment de dames âgées.

J'ai cherché l'article auquel son lien nous renvoyait dans "Aujourd'hui en France". En vain. J'ai téléphoné à la rédaction du "Parisien". Je viens d'apprendre que dans la version provinciale du "Parisien", tout n'est pas reproduit. J'ai cru comprendre qu'il y avait même une version Internet.
Le mystère est levé.

Frederic

L’expérimentation de remplacer les neuf jurés populaires de cour d’assises, des Madames et Messieurs tout le monde, par cinq juges professionnels des nouvelles cours criminelles départementales, sous prétexte de rapidité de justice rendue, me semble éloignée de votre souci de « restaurer un lien fort entre la société et la justice ».

Sans être un fin gourmet, je vous conseille humblement du bœuf-carottes aux petits pois en guise de souper, accompagné d’un Saumur rouge du domaine de Saint-Just, avec ou sans modération.

Claggart

Le magistrat masturbateur d’Angoulême en 2003 est-il toujours en fonction ?

Achille

@ Tipaza | 25 février 2021 à 10:37

Excellente répartie. Mais le vent est une énergie renouvelable qui ne pollue pas et est donc promis à un bel avenir.
L’important pour un politique étant d’avoir le vent en poupe.

-----------------------------------------------

@ Serge HIREL | 25 février 2021 à 11:28
« Qui vous dit qu’en France, aujourd’hui, un autre illuminé, animé de sentiments « républicains », n’a pas entendu et « compris » le « message » ?
Vous vous rendez compte de ce que vous écrivez ?!! »

Il est clair que certains éléments d’extrême droite sont capables de reproduire ce genre de fait, poussés par des sentiments « républicains ».
Cela a été le cas le 14 juillet 2002. Un militant d’extrême droite (encore un) avait ourdi un attentat contre Jacques Chirac . Heureusement ce dernier en a réchappé.
De ce fait, Jacques Chirac ne sera jamais l'égal de Jean Jaurès…

Pierre-Antoine

Une des grandes mesures serait d'interdire le droit syndical dans la magistrature... L'Armée fonctionne très bien sans !

Une deuxième, à défaut d'élire les procureurs, serait la durée de leur fonction, comme à l'Armée où la durée du commandement est de 2 à 3 ans.

Serge HIREL

@ Achille 25 février 2021 à 07:52
« …que dénonçait déjà Jaurès, ce qui lui a été fatal. »

« Ennemie de la République » est donc bien un appel au meurtre… Raoul Villain était un illuminé nationaliste. Il a déclaré avoir agi pour « supprimer un ennemi de son pays ». Qui vous dit qu’en France, aujourd’hui, un autre illuminé, animé de sentiments « républicains », n’a pas entendu et « compris » le « message » ?
Vous vous rendez compte de ce que vous écrivez ?!!

Michel Deluré

Une chose est d'ouvrir des chantiers, une autre en est de les mener à terme, avec un résultat des travaux conforme à celui espéré !
Ouvrir ce dossier de la responsabilité des magistrats est certes déjà une nécessaire et bonne chose mais cela ne préjuge en rien de la pertinence et de l'efficacité des décisions qui seront arrêtées lorsqu'il sera refermé.
Tant de chantiers ouverts, qui ont fait naître beaucoup d'espoirs à leur lancement se transformant en désillusions à leur terme, nous incitent aujourd'hui à modérer notre enthousiasme !

Tipaza

@ Achille | 25 février 2021 à 07:52
"Rossinante, le cheval de Don Quichotte qui va guerroyer les moulins à vent."

J'avais traité Macron de ventilateur dans mon commentaire à 08:18, voilà que vous le traitez de moulin à vent.
Différence de taille, pas de statut !
Pour une fois nous sommes d'accord sur le brassage de vent de votre mentor.
Mentor ou menteur ?
La langue française a de ces subtilités ;-)

Exilé

Le président de la République lance le chantier de la responsabilité des magistrats"

Que l'on nous permette de citer la DDDH de 1789 :

« Art. 15. La Société a le droit de demander compte à tout Agent public de son administration. »

Alors, pour une fois, appliquons les textes, cela nous changera un peu...

Christophe J

Bonjour,

Deux points me dérangent dans votre billet.

Le premier est la création par l'exécutif d'un organe de contrôle ou sanction des magistrats. J'y vois là un risque d'intrusion de l’exécutif dans le pouvoir judiciaire avec, si l'envie lui en prenait, des risques sur l'ensemble des magistrats traitant des affaires dites sensibles.
Que la justice contrôle les juges, au même titre que la police contrôle la police, me semble plus prudent.

Le deuxième point se trouve dans les exemples, plus particulièrement celui concernant le JLD (juge des libertés et de la détention). Une sanction dans le cas que vous évoquez conduira tôt ou tard à la transformation du JLD en JD pur et simple. Aucun juge ne peut être certain du comportement d'un prévenu, fût-il non récidiviste. Si le comportement ultérieur du prévenu peut être reproché au juge, la seule solution pour ce dernier sera de maintenir, quoi qu'il en coûte, le prévenu en prison. Il évitera ainsi tout reproche. Ce raisonnement pourra être aussi tenu pour toute libération anticipée.

Sur le fond, et comme dans toutes les professions, attention à la chasse aux sorcières. Travaillant moi aussi pour l'une de nos administrations, j'ai vu le système de contrôle et de sanction me concernant basculer en quelques années en un régime "coupable jusqu'à preuve du contraire", avec ses conséquences pour certains confrères.

Évolution nécessaire sans doute mais à créer et à manier avec prudence.

Cordialement

sylvain

J’en suis encore tout groggy ; dites-moi que c’est de l’humour second degré :

"Le président de la République lance le chantier de la responsabilité des magistrats. Il a raison de le faire. Même tardive, c'est enfin une avancée importante." (PB)

Enième chantier, énième avancée importante.

Responsablité des magistrats ? ah bon parce qu'ils n'étaient pas responsables jusqu'à ce jour ? Ni coupables bien sûr.

Empilement de chantiers, de commissions, de moratoires, de lois jamais appliquées, jusqu'à la faillite finale : insécurité record, immigration sauvage criminelle sans fin, police humiliée, juges SM mur des cons gauchistes complices de la barbarie qui règne dans ce pays foutoir.

L'insécurité planifiée par ce monstre macronien n’est qu'une manoeuvre politique pour affronter le RN au deuxième tour et gagner l’élection.

La France n’existe plus, elle est devenue une mosaïque de communautés antirépublicaines, plus faciles à gouverner par ce genre d'individu qui squatte l’Elysée avec ses pathologies machiavéliques dangereuses pour la société.

Robert Marchenoir

S'il s'agit de sanctionner des magistrats, on pourrait commencer par celui qui vient de prononcer une condamnation dont s'est félicité l'avocat d'une des parties civiles... bien qu'elle soit scandaleusement laxiste, en réalité.

Deux lycéens parisiens avaient l'habitude de s'attaquer aux vieilles dames pour leur voler leur sac. Ils ont été arrêtés en flagrant délit, en compagnie d'un complice mineur. L'un d'entre eux a plaqué au sol une femme de plus de 70 ans, l'a traînée sur plusieurs mètres, puis a cassé une côte et luxé une épaule à l'un des policiers qui ont procédé à son arrestation.

Il a été condamné "à 14 mois de prison, dont 4 mois fermes aménagés sous bracelet électronique et 10 mois en sursis probatoire".

Donc, si je comprends bien : 4 mois de prison ferme pour rire. Il reste libre, puisqu'il a un "bracelet". Plus 10 mois de sursis, c'est à dire un truc marqué sur du papier.

Donc le type, il se livre, de façon habituelle, à des vols avec violence ignobles sur des personnes âgées, il manque tuer l'une d'entre elles, il attaque un policier si violemment qu'il lui casse une côte, et il reste libre de se promener dans la rue ? On se moque de qui, là ?

Dans un pays normal, mettons les États-Unis, c'est 5 ans de prison ferme facile. Enfin, je veux dire : si l'aimable "lycéen" n'avait pas été abattu sur place auparavant, par le policier en état de légitime défense. En France, l'avocat des policiers se félicite que le malfaiteur ait eu de la "prison ferme" !

Faut-il rappeler le nombre de terroristes qui ont commis des attentats alors qu'ils étaient "sous bracelet électronique" ?

Quant aux sources qui ont renseigné les journalistes, elles ont présenté les coupables comme "des lycéens sans problèmes, bien notés par leurs professeurs". S'ils avaient eu 2 sur 20 en maths, ils auraient eu droit à de la vraie prison ?

Comme l'aurait fait remarquer Coluche, si ceux-là sont sans problèmes, je te dis pas la gueule du lycéen mal noté et avec des problèmes...

Tipaza

"En tout cas le président, avec cette responsabilité à amplifier, a ouvert un chantier capital." (PB)

Un chantier ouvert parmi d'autres.
Après le cirque du Grand débat post Gilets jaunes,
Après la conférence citoyenne sur le climat,
Après la commission citoyenne des tirés au sort pour suivre la gestion de la pandémie,
Après les multiples et innombrables (pléonasme volontaire) commissions de l'Assemblée et du Sénat, dont la dernière porte le nom qui pourrait être prémonitoire de ce billet, si au lieu de s'intituler, "Égalité et citoyenneté", elle s'intitulait "Égalité entre tous les citoyens".

Toutes ces portes ouvertes sur des chantiers en décors de théâtres intermittents de rue, provoquent des courants d'air, qui glacent le citoyen lambda.

Nous avons un Président qui est un superbe ventilateur, capable à lui tout seul d'actionner les éoliennes qu'il prise tant. Et on le comprend, elles brassent presque autant d'air que lui.

Et si vous mettez "une pierre positive dans sa politique", j'aurais plutôt tendance à lui jeter la pierre, ou mieux le pavé des révolutions citoyennes.

Lodi

Incroyable, une bonne nouvelle !
Et pas en science, normalement, les bonnes nouvelles sont en science, ce qui me plaît, bien sûr, mais il n'y a pas que la compréhension du monde, la liberté et la responsabilité qui va avec existent, elles aussi.

Que les magistrats soient responsables, un jour ? Jusqu'à présent, le justiciable leur devait le respect par le biais de l'outrage à magistrat, mais le respect ne s'hérite pas d'un statut ou de ses ancêtres, il se mérite.
De plus, est-on porté à respecter les irresponsables ?

Il faut redoubler de rectitude et de respect ostensible d'autrui quand on est dans une position qui crie "vous n'avez qu'à venir me chercher " et réformer si on ne veut pas attirer le mépris.
Il est plus facile de le comprendre pour les autres que pour soi.

Achille

« En tout cas le président, avec cette responsabilité à amplifier, a ouvert un chantier capital. Bonheur de pouvoir mettre enfin une pierre positive dans la politique judiciaire d'Emmanuel Macron ! »

Ben vous voyez que tout n’est pas mauvais chez Emmanuel Macron. En cherchant bien je suis sûr que vous pourrez mettre d'autres "pierres positives". Mais je me demande ce que vont en penser vos amis de CNews et Sud Radio...

Je reconnais qu’il a tort de diaboliser la pauvre MLP dont la médiocrité suffit largement à la discréditer.
Il suffit de la voir, lors des débats, s’emmêler dans ses fiches, montrer sa totale incompétence pour tout ce qui touche à l’économie, annoncer une chose puis quelques jours plus tard dire le contraire, se lancer dans un démagogisme béat.
Son seul sujet de prédilection est un nationalisme désuet qui existait déjà au début du XXe siècle et que dénonçait déjà Jaurès, ce qui lui a été fatal.
En fait son cheval de bataille est un vieux canasson que lui a cédé son père, lors de la passation de pouvoir, après l’avoir longtemps chevauché.
Bref, Rossinante, le cheval de Don Quichotte qui va guerroyer les moulins à vent. Pathétique ! :)

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS