« Emmanuel Macron drague-t-il la droite ? | Accueil | Nicolas Sarkozy : quel malaise dans la démocratie ? »

01 mars 2021

Commentaires

Michelle D-LEROY

Merci Monsieur Bilger d'avoir parlé de cette vidéo policière, diffusée à vitesse normale par un syndicat de policiers, pour remettre les choses d'aplomb.

"J'avoue que moi-même, mais dans la nuance, je me suis laissé aller jusqu'à admettre cette possible dérive policière." (PB)

Le montage était tellement bien fait que n'importe qui, dont moi-même, s'y laissait prendre. Toutefois, voyant la tête ensanglantée de Michel Zecler à l'issue de cette "bavure policière" pendant laquelle il aurait reçu des coups au visage pendant vingt minutes, et son visage frais, sans ecchymoses ni balafres, deux jours plus tard chez Cyril Hanouna, j'avoue déjà m'être posé beaucoup de questions sachant que les ecchymoses ne disparaissent pas aussi vite.

Ces policiers accusés de lynchage sur un producteur de couleur ont subi l'opprobre de leur hiérarchie, de leur ministre, du Président jamais en reste pour sa communication personnelle, ont été suspendus et se sont trouvés sans ressources financières alors qu'ils ont des familles.
Ce genre de trucage est parfaitement ignoble de la part d'un journaliste et d'un média anti-flic par principe. Sa carte de journaliste devrait lui être retirée, car il salit sa profession.

Hier c'est un photographe de la presse régionale qui a été lynché à Reims, ce sont des nuits d'émeutes tantôt dans l'Essonne, tantôt à Fréjus, et ce malgré le couvre-feu, et pourtant notre Président ne dit rien qui puisse avec fermeté recadrer cette jeunesse brutale et inadaptée à une société moderne. Cela redonnerait pourtant toute sa place au travail des FDO. Ce silence est en lui-même clairement une prise de position pour les petites racailles, alors bien sûr qu'il ne s'excusera pas d'avoir pris fait et cause pour M. Zecler même si ce coup monté pour discréditer la police est démontré.

Certes, il ne peut être sur tous les fronts, ces jours-ci, il se préoccupe du passeport vaccinal, ne craignant même pas le ridicule vu la pénurie des vaccins. D'autant qu'un passeport vaccinal pour des Européens vaccinés un coup avec Pzifer, un coup avec AstraZeneca et autres provenances, et personne pour l'instant capable de dire la durée de l'immunité, alors le passeport quel qu'en soit la forme ne peut être que ponctuel.
Donc encore un cinéma médiatique pour occuper le gogo.

Enfin aujourd'hui, nous avons la condamnation de Nicolas Sarkozy, à un an de la présidentielle, cela ressemble, qu'on aime ou pas cet ex-Président, à un verdict politique. Pas de concurrent gênant pour Jupiter. Après Fillon en 2017, Sarkozy en 2022.
On peut se moquer de la politique poutinienne. Il n'y a vraiment plus rien de normal dans ce pays où les gêneurs politiques sont écartés et où la police est accusée de violences alors que la vraie violence augmente de jour en jour partout en France sans que le sommet de l'Etat et la gauche ne s'en émeuvent.

"Douce France, cher pays de mon enfance"... qu'es-tu devenue ?

Mary Preud'homme

@ Xavier NEBOUT | 01 mars 2021 à 12:19 qui en est resté à la maréchaussée glorieuse des années 1930.

"Pour rappel, la police nationale traite à elle seule (chiffres officiels du ministère de l'Intérieur) 70 % de la délinquance générale, 83 % de la grande criminalité et 87 % des trafics de stupéfiants. Avec 149 000 personnels de tous corps et grades, elle est présente dans toutes les agglomérations et villes. Ce sont ainsi 10 millions d'appels au 17 par an, soit 22 000 appels jour, 8 500 interventions jour et 2 800 toutes les nuits avec 470 points d'accueil ouverts 24 heures sur 24."

En conclusion, la police nationale présente sur un territoire cinq fois moindre en superficie que la gendarmerie mais qui traite néanmoins plus des trois quarts de la délinquance, je me demande comment ce bon Nebout pourrait nous démontrer la supériorité gendarmesque au niveau des résultats.

Quant au niveau costume et apparence, quelqu'un pourrait-il expliquer à ce bon Nebout que pour réussir à coincer et courser des racailles, ce qui est le quotidien des policiers, il convient de laisser de côté la tenue numéro 1, se chausser de baskets ou de Converse, voire porter un bonnet ou une casquette à la retourne !

Yves

Le président de la République qui fait l'actualité aujourd'hui se nomme Nicolas Sarkozy.

La justice se grandit en condamnant à de la prison un homme qui a joué de ses relations pour obtenir une information qui lui était dissimulée. C'est peut-être un peu lourd, au regard des faits et des preuves, mais la prison ferme sera probablement transformée en travaux d'intérêt général et les habitants de Neuilly-sur-Seine sont impatients de voir le condamné balayer les caniveaux de la ville.

Je ne suis pas un délateur mais je me fais un devoir de signaler un délit commis par NS, autrement plus grave et dûment prouvé, cette fois-ci, que la Justice néglige de poursuivre.
J'accuse l'ancien président d'avoir créé une organisation de malfaiteurs qui a sévi plusieurs décennies.
Il s'agit de l'UMP.

La rumeur a couru à l'époque que cette organisation avait été créée par Alain Juppé. Il n'en est rien.
La CIA en personne a enquêté et désigné notre "héros" du jour.
Les méga-ordinateurs ont apporté les preuves.

Who has built UMP ?

Par discrétion, la réponse devait se faire par anagramme.

...HAS BUILT UMP... c'est bien sûr PAUL BISMUTH.

Isabelle

Plus qu'assez de toutes ces affaires médiatisées, surmédiatisées. Après l'histoire indigeste du gang Traoré, voici la petite histoire du sieur Zecler.

Pendant ce temps-là, on perd une énergie précieuse avec des excités notoires et on n'aborde pas les vrais sujets à savoir l'avenir de ce fichu pays qui devient, à chaque jour qui passe, la risée du monde.

C'est pourtant simple. Quand on n'a rien à se reprocher, pourquoi autant se débattre et prendre la poudre d'escampette ?
Quand on n'a rien à se reprocher, on répond poliment aux forces de l'ordre et il n'y a pas de lézard.

Mais non, ce pays déborde de victimes permanentes et il faut bien leur trouver des coupables permanents à savoir les policiers dans ce cas précis, ou les Blancs soi-disant racistes.

Plus qu'assez de ces pleureuses et de ces pleureurs. A propos de pleureuses, connaissez-vous Camille Paglia qui, non sans humour, se moque des néo-féministes spécialistes des jérémiades en tout genre ?

"Camille Paglia, qui a pour modèle les déesses romaines et les prostituées, n’en peut plus que dès qu’une fille se fait arracher son soutien-gorge on fasse appel à la Shoah et clame haut et fort que le temps est venu de mettre fin à ce féminisme d’infirmerie, qui accueille comme dans un hôpital psychiatrique des cohortes entières de larmoyantes, de victimes de viols et de survivantes à l’inceste. Cette libertaire a pris en horreur toutes celles – et tous ceux, bien sûr – qui se réfugient dans le statut de victime pour mieux dissimuler leurs propres échecs en les attribuant au patriarcat plutôt qu’à elles-mêmes." Roland Jaccard

Tellement de jérémiades que ce pays ne donne plus l'envie d'y vivre.

Claude Luçon

"La moindre des choses, si la seconde branche était validée, serait, pour le président de la République et les médias, de s'excuser parce qu'ils ont été trompés et qu'ils ont réagi et informé sans savoir." (PB)

C'est le drame de nos médias d'aujourd'hui : le scoop.
Publier la nouvelle, l'incident, le plus vite possible, être le premier.
Pour ce faire ils ne creusent pas, ils ne recherchent pas, ils ne doutent pas, ils ne respectent pas la présomption d'innocence !
Ils appliquent ce que nos amis anglophones regrettent : "They don't see the forrest for the trees".

Eux aussi d'ailleurs ont cette même habitude.
À partir des articles du New York Times et du Washington Post, toujours eux, Joe Biden vient d'accuser le prince héritier d'Arabie Saoudite Mohammed ben Salmane du meurtre du journaliste Jamal Khashoggi.

Ce qui est remarquable dans cette histoire, c'est qu'elle est la réplique exacte des mêmes deux sources dans les années 70 qui ont amené la chute du Shah d'Iran.

À vouloir exporter leur conception de la démocratie, TNYT et TWP n'hésitent pas à démolir le gouvernement d'un autre pays en ignorant totalement l'histoire de ce pays et son importance géopolitique, en se parant d'une sainteté démocratique pourtant pour le moins douteuse chez eux.

On désigne SON coupable et on le démolit sans complexe comme cela a été fait contre nos policiers dans les cas, plus modestes chez nous, de Traoré et Zecler.
Nous vivons sous une dictature universelle : celle des médias !
Universelle comme l'a démontré la diffusion du drame de Charlie Hebdo dans le monde et les manifestations pour ou contre suivant les pays et leurs médias !
Trump dans son discours d'hier en Floride, n'avait peut-être pas tort ? Le problème est qu'il propose sa dictature pour éliminer celle des médias.

sylvain

Aujourd'hui la justice est définitivement tombée dans la boue. Après Fillon, Sarkozy !
Quand donc cessera cette mascarade grotesque hallucinante d'élimination par le PNF de concurrents dangereux pour le pouvoir depuis la création par Hollande et la poursuite par Macron de ces ignobles cabinets noirs ?

Zecler devrait profiter des orientations politiques de ces juges gauchistes corrompus téléguidés, pour attaquer en justice tous ceux qui osent mettre en doute sa parole, il serait sûr d'être entendu, étant donné que les flics sont d'affreux racistes violents et les milliers de racailles qui écument le pays de malheureuses victimes de la barbarie policière.

Denis Monod-Broca

J’avais écrit ça, le 29 novembre dernier :
https://www.lemonde.fr/blog-mediateur/article/2020/12/08/paroles-de-lecteurs-affaire-zecler-lynchage-contre-lynchage_6062638_5334984.html

F68.10

@ Kevin
"Ce billet ne vous honore pas M. Bilger. Passé l’émotion, vous n’avez pas pu résister à l’envie de dignifier ce type d’interprétation abjecte."

Si vous souhaitez débattre de l'interprétation de ce policier, "Bruno", débattez de ses propos.

Quant à moi je félicite Monsieur Bilger de relayer cette vidéo et donc de promouvoir un débat dans la société sur ces questions. L'initiative de ces policiers, en se libérant du carcan que constitue l'interprétation à mon sens abusive du devoir de réserve pour enfin participer au débat de société et ne pas le laisser entre les mains de politiques intéressés et partisans, d'idéologues de tous bords, de technocrates, de syndicats et d'ignorants, est parfaitement louable. Tout comme l'est initiative de Monsieur Bilger de la relayer.

Il n'est nul besoin d'aimer la police pour se féliciter que le débat se libère de carcans qui ne font que trop peser dessus à l'heure d'Internet.

Que cette interprétation soit abjecte ou pas, il est salutaire d'entendre la voix de policiers qui, rappelons-le, sont aussi des gens qui ne devraient pas voir leurs points de vue cornaquées par tous les groupes de pression imaginables. État compris. S'exprimer sur une telle affaire devenue publique n'est en effet en aucun cas violer un quelconque secret nécessaire à ce que la police fasse bien son boulot.

Jérôme

Bonjour Philippe,
Bonjour hameau dans les nuages,

Merci de la cordialité de votre réponse compte tenu de mon agacement. Je déroge à mon habitude de ne pas trop échanger.
Pour notre hôte je suis certainement sévère mais j'attends autre chose de lui que de répéter ce que disent l'une ou l'autre des parties.
En l'espèce, ses affirmations sont beaucoup plus hâtives que ce que j'ai vu. Une vidéo ou l'on voit un type, que rien ne montre avant comme s'étant débattu dans la rue ou avoir frappé un policier, qui se fait tabasser CHEZ LUI !! Les flics sont entrés, contre le règlement, ont affirmé par la suite avoir senti du cannabis dans la rue, ce qui est possible, donc infirme les propos de Philippe sur la probable "autre substance", ont brutalisé un type, passage à tabac, chez lui, 40 coups c'est déjà bien assez, ont commis des faux en écriture pour se protéger, pourquoi des faux si on est sûr de son fait…

Si notre hôte estime que comme il n'y avait que 40 coups c'est bien moins grave, je lui suggère de se mettre en boule et de les encaisser pour voir. Je préfèrerais qu'il ne le fasse pas n'ayant pas un gabarit d'athlète. D'ailleurs même avec un solide gabarit, M. Zecler en a un, il suffit de voir sa tête après pour comprendre que ça n'a pas dû être une partie de plaisir.

Ce qui m'agace fondamentalement, ce n'est pas de discuter des faits, c'est de s'accrocher sur ce qui est considéré impropre, encore faut-il aussi le prouver, pour balayer d'un revers de main, l'air de ne pas y toucher, l'ensemble des infractions patentes commises par ces nervis.

Il en va ainsi de tous les sujets.
Comme pour le féminisme. Il y a certainement des abus, alors le féminisme a tort, comme si, historiquement et majoritairement ce seraient les femmes qui mettent des mains aux fesses, violent, traitent les hommes de p....
Les Black Lives Matter. Comme il y a des abus alors tout est à mettre à bas. Ce seraient les noirs qui pendaient jusque dans les années 60 les blancs aux arbres. Qui les auraient esclavagisés, qui auraient pratiqué la ségrégation...

Comme il y a des contrôles plus fréquents envers les populations des cités, majoritairement noires et arabes, alors ce ne serait que du contrôle au faciès et il n'y a parmi les contrôlés que de petits anges ...
Il en va ainsi de tout.
Une inexactitude, une exagération, rend l'ensemble faux, voire contraire à ce qui est dit ...
Ce n'est pas de l'esprit critique, c'est de l'idéologie.
Il en va ainsi pour tout. Il n'y a aucun respect minimal des faits.

Et là, notre hôte qui manie si bien le verbe, mais souvent dans un équilibre tronqué, je le pense, dérape totalement par idéologie.

Kevin

Ce billet ne vous honore pas M. Bilger. Passé l’émotion, vous n’avez pas pu résister à l’envie de dignifier ce type d’interprétation abjecte. L’IGPN détient l’intégralité des éléments de ce dossier. Croyez-vous réellement qu’ils auraient abandonné toute poursuite à l’endroit de monsieur Zecler s’ils pouvaient être probants devant un tribunal ? Votre qualité d’ancien magistrat renseigne sur le niveau de cynisme qui vous habite dans un cas comme celui-là.

caroff

Dans les médias, beaucoup trop de débats dignes de cafés du commerce - il faut bien compenser leur fermeture - au lieu d'enquêtes rigoureuses menées par des journalistes professionnels (par opposition à un guignol du genre Taha Bouhafs qui a, honte à la profession, obtenu une carte de presse !).

Le résultat pointé par Philippe Bilger est bien celui d'un emballement grotesque comme si l'affaire Traoré n'avait pas suffi à alerter sur la fragilité des témoignages de racailles...

Xavier NEBOUT

Si les forces de l'ordre en général n'avaient pas pour habitude de se comporter en mercenaires du pouvoir, avec récolte de dépassements de vitesse pour faire du fric, du "laisser casser" pour manipuler l'opinion publique, et l'infamie de la répression de la manif pour tous, le bon peuple aurait plus d'estime pour elles et ne se laisserait pas prendre aux « "saloperies" gauchos-merdiatiques.

Si les policiers avaient une tenue correcte et ne s'habillaient pas comme des loubards, ça irait mieux aussi. La gendarmerie, elle, ne prend des tenues civiles que pour les besoins de l'opération.

Quant à Macron, il est toujours égal à lui même, c'est à dire à rien.

Mary Preud'homme

On ne peut que s'interroger sur les circonstances "réelles" d'une interpellation qui a tourné au vinaigre, sachant que les trois policiers mis en cause pour violences, racisme etc. étaient jusque-là bien notés et considérés par leur hiérarchie comme d'excellents éléments.
Et pourquoi un chef de groupe au "sens policier avéré" avec 20 ans de boutique et d'expérience aurait-il brusquement laissé dégénérer une banale intervention comme il a dû en avoir des milliers à son actif ?

Extrait des états de service des policiers mis en cause dans l'affaire Zecler :

"Placé en détention provisoire, l'homme qui dirige l'équipe en intervention est un brigadier de 44 ans qui n'a obtenu que d'excellentes appréciations lors de son dernier entretien, en 2019. Dans la police depuis 19 ans, il est décrit comme ayant de "solides acquis professionnels", une "bonne expérience du terrain" et un "sens policier avéré". D'après le rapport, il produit "une bonne activité d’ensemble avec les effectifs placés sous son autorité".

Le deuxième homme mis en examen est âgé de 31 ans. Dans la police depuis 2014, ses bonnes notes reflètent sa "fiabilité", sa "motivation" et ses qualités de "disponibilité" et "d'aptitude au travail d'équipe". Il apporte, selon son évaluation, toute satisfaction dans les missions qui lui sont confiées et a su acquérir "les compétences d’un professionnel du maintien de l’ordre".

Le troisième est un gardien de la paix de 23 ans "discret" et "motivé".
Lui aussi placé en détention provisoire, le plus jeune du groupe n'est âgé que de 23 ans. Il est entré dans la police en 2017 et est décrit comme "discret", de "bonne tenue" et "motivé". Dans de son évaluation en 2020, il est inscrit qu'il "accomplit les missions qui lui sont confiées avec sérieux"."

Achille

@ Michel Deluré | 01 mars 2021 à 11:26

Les images étaient terriblement choquantes et donc il a agi plus en tant que citoyen que président.
On peut lui en faire grief mais il est peu trop facile de condamner son indignation spontanée qui relève de l’erreur humaine.
Qu’auraient dit ses détracteurs s’il n’était pas intervenu dans l’instant ?
L’important est que la vérité soit rétablie.

Michel Deluré

Artifice aussi commode que malhonnête que d'extraire judicieusement quelques propos d'un commentaire ou quelques images d'un événement pour en donner une vision tronquée, partiale et orientée, abusant ainsi de la crédulité d'une opinion plus prompte à céder au choc émotionnel qu'à prendre le recul nécessaire à la réflexion.

Et le plus triste dans tout cela est que les médias, uniquement animés par leur désir d'offrir à leur auditoire le scoop, de lui apporter en exclusivité du sensationnel, s'engouffrent dans cette brèche et, faisant fi de toute déontologie, contribuent à apporter une certaine crédibilité à des informations dont la relation peut ne pas refléter la réalité et à forger ainsi dans l'opinion un jugement erroné.

—————————-

@ Achille 01/03 07:11

Ne pensez-vous pas que le président de la République, même en admettant qu'il puisse être abusé par la présentation de certains événements, se doit cependant dans sa fonction, lui plus que tout autre, de prendre un certain recul pour s'informer du contexte précis dans lequel se sont déroulés ces événements et s'assurer que la relation qui lui en est présentée est bien conforme à la réalité avant que de s'exprimer ?

Valéry

Ceux qui crachent sur les policiers devraient faire preuve de bon sens et revenir sur terre : lorsque tu t'opposes violemment à une interpellation, ils n'ont pas d'autres choix que a) abandonner, b) utiliser la force.

Immobiliser sans violenter un individu adulte et fort lorsqu'il se débat farouchement est factuellement impossible, il n'abandonnera que s’il a mal. On n'est pas au cinéma.

C'est seulement si la violence a lieu alors que le suspect est parfaitement docile qu'on peut parler de violences policières, situation contredite par tous les cas souvent cités, Traoré, Théo, Zecler.

Après, la proportionnalité de cet usage de la force peut être discutée, mais même là c'est peine perdue, un coup de poing bien (ou mal) placé peut tuer. Dans une bagarre tout peut tourner au drame.

Morale de l'histoire : quand la police t’arrête, fais pas l’idiot et fais ce qu'ils te disent de faire. Si tu estimes qu'ils outrepassent leur droits, dépose plainte par la suite.

Tipaza

"Par exemple celle ayant conduit à la mort d'Adama Traoré. Le système est redoutable (...) de sorte que le citoyen chauffé à blanc par des politiques et des médias manipulés et irresponsables..." (PB)

J'adore les billets de Philippe Bilger, il y a toujours des perles qui font mon miel.
Parler de citoyens chauffés à blanc, quand il s'agit de l'affaire Traoré qui a mis en branle le monde indigéniste, est digne de Marcel Proust ou d'un autre Marcel, plus ludique, Pagnol.
Enfin de la plus haute littérature, celle qui réveille au petit matin.

Pour le reste que dire, sinon que ce genre de manipulations discréditant les forces de l'ordre sont décrites dans le manuel du trotskisme pour les nuls, et font partie d'un plan d'ensemble d'affaiblissement de la société.

L'important n'est pas là, il est dans la démagogie d'un président qui participe de cet affaiblissement pour des motivations qui restent à comprendre.
La démagogie la plus vile est évidente, mais à ce point d'aveuglement, il y a autre chose, de plus fondamental.
Je me demande si ça ne relève pas de la psychanalyse.

hameau dans les nuages

@ Jérôme | 01 mars 2021 à 00:25

Vous avez la main lourde.
Je ne suis pas un amoureux des forces de l'ordre, surtout de leurs excès exercés pendant ce confinement ou du flicage des bords de route ressemblant à une sorte de ball-trap. Bref quand les forces de l'ordre obéissant à des ordres stupides ne jouent pas la carte de la conciliation... D'où d'ailleurs le turn-over pratiqué en zone rurale afin de pratiquer la répression bête et méchante.

Mais là, franchement, quand on en est à accélérer les images et rajouter une musique anxiogène on peut facilement supposer, sauf pour les êtres faibles et manipulables, qu'il y a une cou**** dans le potage. Il y a déjà assez de choses à leur reprocher. Ma voisine de 76 ans en sait quelque chose.

Ninive

Comment vouliez-vous qu'avec un tel Président les complots contre la France n'existent pas ?
C'est un fou et nous le savons tous... il n'y avait qu'une solution : l'interner !
Mais c'est lui qui nous a muselés et confinés !
Quant à la presse elle est aux ordres et participe au désordre, nous le savons également.

GERARD R.

Comment reprocher aux Français ordinaires de s'être précipités dans cette curée anti-flics, dès lors que leur... « Guide suprême » cette lumière étincelante que le monde entier nous envie, commit la même erreur, avec la même précipitation ? Qu'attendre d'autre d'un chef d'État, s'en allant bombarder complaisamment un pays souverain pour le punir d'exactions présumées, sur base de simples rumeurs et sans la moindre preuve ? Et en dehors de tout mandat légitime ? Quand osera-t-on enfin écrire la vérité sur le psychisme alambiqué, voire malade, de ce bardé de diplômes, autant que de pompeuses références, mais qui visiblement ignore que l'instruction la plus pointue n'a jamais exclu l'imbécillité la plus crasse ??

Arnaud

Je pense qu’il serait bon d’attendre le procès avant de s’emballer, Jérôme, un débat contradictoire permet souvent de démêler le vrai du faux.
M. Bilger, dans toutes ses interventions, essaye justement de mettre de la perspective au lieu de suivre la meute.
S’ils sont coupables, ces hommes seront condamnés par la justice mais ils ont le droit de se défendre et d’apporter des éléments dont on n'a pas connaissance...

Aubert BERNARD

Et s'il y avait une part de vérité ?

sylvain

Il n'y a plus aucun doute sur cette affaire, elle a été montée médiatiquement à charge contre les policiers : un bon clip propagande gauchiste, rien sur ce qui précède cette intervention, rien sur le rôle de Zeclerc pisté et surveillé par la police qui a fait son travail de contrôle sur un individu louche et soupçonné de trafic ; si Zeclerc avait obéi aux injonctions des policiers, tout se serait passé normalement mais voilà, pris la main dans le sac, le forcené a choisi la violence afin d’échapper à un flagrant délit, réaction bestiale quand on est cerné par les chasseurs.

Mais il a des alliés puissants : les gauches, les merdias complices, les politiques islamogauchistes, les associations droits de l'hommistes et toutes les racailles indigénistes racialistes racistes anti-blancs anti-police...
Les policiers ont le monde entier contre eux, même les brouteurs de pelouse footeux et surtout leur hiérarchie arriviste carriériste.

Bravo à M. Bilger de remettre les réalités de cette affaire au grand jour ; merci vous êtes bien seul à le faire, il faut du courage, vous en avez !

Achille

« On choisit, on sélectionne une séquence dans tout le réel, on s'indigne et on stimule la meute qui n'est que trop heureuse de stigmatiser par principe les fonctionnaires de police et de sanctifier en tout la victime. »

Pourquoi voudriez-vous que « la meute » soit trop heureuse de stigmatiser par principe les fonctionnaires de police et de sanctifier la victime, Philippe Bilger ?
Certes il y en a qui le font, mais il s’agit d’une minorité d’individus dont il est facile de deviner les motivations.
Et surtout pourquoi le président ferait-il partie de ladite meute ?
Tout ce qui peut constituer une bavure ne saurait le laisser indifférent car c’est lui qui, au premier chef, est désigné comme responsable par ses adversaires.
Le président a tout simplement été abusé par les images qui ont été diffusées sur toutes les chaînes TV et réseaux sociaux. Ainsi que vous-même reconnaissez avoir été choqué.
Il faut un certain temps pour vérifier si les images reflètent la réalité des faits et, à une époque où la communication se fait en temps réel, il a réagi spontanément ainsi que l’aurait fait tout autre président à sa place.

Si les images diffusées ont été tronquées afin de créer une polémique qui n’a pas lieu d’être, il appartient à la Justice de faire son travail et de sanctionner comme il se doit ceux qui ont procédé à cette manipulation.
Il faut arrêter la parano qui consiste à demander des excuses, des démissions pour tout et n’importe quoi, ainsi que s’emploient à le faire certains excités de l’opposition, de gauche comme de droite, à l’indignation à fleur de peau.
Attitude puérile quand on sait que ces gens-là sont loin d’être irréprochables, ce qui ne les empêche pas de donner des leçons de morale au monde entier.
On n'ose les imaginer "aux responsabilités".

BUCK

Excellent, vous démontrez l'incroyable manipulation que nous subissons journellement dans le domaine de l'ordre public comme dans les autres. Et les politiques en rajoutent juste pour exister dans les médias.Mais aussi parce que le pouvoir cherche à se maintenir par la répression et ce genre de manipulation lui permet de dire : vous voyez, nous sanctionnons la mise en œuvre de la force disproportionnée, donc circulez braves gens...

Je suis conscient de la brièveté de ma démonstration mais ma conclusion est que cette affaire sert le pouvoir en place. La police en fait les frais mais elle est méprisée tant par les politiques que par une partie de la population.

Michel Jérôme

Ce commentaire de Jérôme démontre à l'envi la haine de la police qui sue et dégouline de tout son être. Je sais pas si ça sert à quelque chose mais qu'il se rapproche du Perrotin et qu'ils fassent une vraie démonstration contradictoire plutôt que d'invectiver et insulter pour noyer le poisson. Avec des gus comme vous, MLP se voit dérouler le tapis rouge.

Albert XILEF

Encore une fois, je suis sidéré par vos propos. Si on applique objectivement le principe du recul que vous évoquez, il doit convenir au montage réalisé par les policiers.
Je suis choqué qu'un ancien magistrat accorde si peu d'importance aux différentes infractions commises.
Dans tout corps de métier il y a des brebis galeuses qu'il faut éradiquer, dans la police aussi. Cela permet de mieux respecter ceux qui font correctement leur travail.
Quand allez-vous arrêter de stigmatiser "certaines catégories" de la "population française" ?

Billy

Ah mais c'est Jérôme !

Jérôme

Philippe vous êtes pitoyable.
Vos billets sont souvent le reflet de la frustration française.
Fort aux faibles, faible aux forts.
Là c'est merveilleux.
La vidéo montre de sales petits flicards qui tabassent un homme. Point. Et qui n'ont pas à le faire. Et qui n'ont pas le droit de pénétrer chez lui.
En quoi jeter quelque chose par terre signifierait que ce soit autre chose que du cannabis ?
Ce sont les petits flics digne des ratonnades des années 60 qui l'affirment. Et vous aquiescez bêtement.
Les écrans de fumée sont gros, la justice patiente, vous oubliez de parler des faux en écriture commis par ces petits flicards.
C'est bien de montrer votre visage plus clairement de temps en temps. Le "brasillachisme" des temps modernes.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS