« Pour la libération de toutes les paroles : capitaine Hervé Moreau | Accueil | Nadine Morano et moi : une amicale incompréhension »

08 mars 2021

Commentaires

Achille

@ Lodi

Le seul suicide que je vois dans la cérémonie des César est celui de Corinne Masiero qui a clairement flingué sa carrière.
Quand on est parti de rien pour arriver à son niveau de popularité, la moindre des décences est de ne pas cracher dans la soupe.
Qu’elle retourne dans son caniveau.
Mais qui sait, Hanouna peut la prendre à son service comme animateur de son émission TPMP, il adore ce genre de personnage complètement déjanté. C’est bon pour le taux d’audience.

Lodi

@ Achille

Vous profitez du sujet pour rabaisser les comédiens. En prétendant les restaurateurs plus dignes qu'eux.
En fait, le restaurateur laisse le serveur le représenter. Non ! Représenter son plat. Et le serveur ne fait que donner un plat qui n'est pas le sien. Ils sont toujours en retrait !
Un comédien se met toujours en avant, sur scène.

Forcément, face à une crise, chacun fait ce qu'il fait d'habitude.
Les uns doivent exprimer leur émotion, les autres la réprimer.
Il n'y a rien de digne ou d'indigne là-dedans.
Franchement...

Les humains sont des êtres d'habitude.
Mais une crise arrive.
Alors quoi ? Tout est remis en cause, les gens font des compromis.
Ou des compromissions.
Et c'est LÀ qu'ils perdent leur dignité.

SAUF
Sauf ceux qui voient qu'ils risquent de perdre leur dignité et se tuent avant. Comme...

Comme le Résistant se tue pour ne pas parler, le vaincu se tue pour ne pas être esclave
...

Vous rabaissez les comédiens. Des gens comme les autres.
Je les défends.
Après quoi je défends la dignité de tous en montrant la légitimité du suicide.
Logique.

Wilfrid Druais

Puisqu'on est dans les brèves de comptoir avec ce billet avec Hollande en illustration.
Au hasard de mon zapping télévisuel, je tombe sur un couple très fier d'exhiber comme une bête de foire, c'est l'expression qui convient, à toute la médiacratie, ce qui fait qu'il devient une fierté pour ses parents qui visiblement ne recherchent que le vedettariat et ainsi de suite pour le gamin qui veut être aimé par ses parents, une gamin donc de 7 ou 8 ans qui veut changer de prénom parce qu'évidemment à son âge il sait déjà qu'il n'est pas un garçon mais une fille !

"Adieu Mozart, t'es ringard !". La mode n'est plus aux petits génies (quelle surprise...) mais aux gamins totalement à l'ouest qui à force de se faire bourrer le mou se savent plus s'ils sont des garçons ou des filles.

L'humanité progresse à pas de géant, c'est flagrant et effectivement elle ne donne pas envie d'être exterminée parce qu'elle n'est qu'un cancer.
En fait, l'humanité est pire qu'un cancer parce qu'un cancer vient généralement d'un corps étranger alors que l'humanité n'a besoin de rien d'autre qu'elle-même pour s'autodétruire.

https://www.youtube.com/watch?v=tH2w6Oxx0kQ

Achille

@ Lodi | 13 mars 2021 à 19:23
« La dignité au sens d'absence de concession plus ou moins glorieuse, n'est possible que par un suicide réussi. »

Je dois avouer que je ne suis pas sûr d’avoir bien saisi votre raisonnement. Je me demande bien ce que vient faire le suicide dans cette pathétique cérémonie des César.
Je n’ai pas votre construction mentale très alambiquée. On sent que vous êtes un gros tourmenté vous.
Moi je suis resté un esprit simple jusque dans l'écriture de mes phrases : sujet, verbe, complément.

Lodi

@ Serge HIREL
"Peut-on aussi juger que « la décadence » que regrette Philippe, outré par le message peu respectueux de l’égérie scandinave, est tout autant démontrée par celui-ci que par celui du pape François, qui s’immisce dans un débat purement scientifique et médiatique. La mission du chef de l’Eglise de Rome n’est-elle pas d’abord spirituelle ? Ne devrait-il pas avant tout appeler ses ouailles à la prière pour que le Créateur sauve la planète ?... Ne s’agit-il pas là d’une intrusion dans le champ politique ?… Attitude que l’on reproche à l’islam…"

Vous savez bien que les religions ont tendance à se mêler de tout. Surtout les monothéistes : Dieu Créateur tout-puissant fait que les prêtres et le commun des croyants jouent à Jacques a dit : le soleil tourne autour de la Terre, mange pas ci, bai*e pas comme ça. L'Occident a fait le gros effort de se séculariser mais...

Autre chose, l'Islam est un exemple déplorable... Les autres abrahamistes se disent et disent, si la religion du croissant exige, pourquoi pas nous ? J'espère donc que l'Islam est en train de disparaître, comme le dit Claude Luçon.

Mais il faut arrêter de toujours attendre que le mal tombe sans rien faire, comme des gnous paralysés de terreur face aux prédateurs ou des gens rendus passifs à force d'espoir. Donc il serait temps d'interdire toute immigration musulmane, première immigration qui nous rend pour le bien d'être ici le mal de l’ingratitude. Elle est mauvaise en soi et l'Islam ravive la mauvaiseté des autres croyants.
Et je pense qu'avec le mauvais exemple d'immigrés ingrats non châtiés pour leur comportement, d'autres immigrés pourraient en venir à nous nuire comme de vulgaires musulmans.

Bref, on somme les gens d'intégrer des gens qui nous désintègrent, on fait de la France et autres pays du même genre une variable d'ajustement de l'immigration quand c'est l'immigration qui doit être la variable d'ajustement d'un pays.
Il n'y a pas de droit à s'implanter chez le voisin. Que ce soit par conquêtes par un Etat ou infiltration individuelle. L'exemple du pape prouve encore une fois que les musulmans sont une influence désastreuse. Les écologistes sont aussi de sales monothéistes, mais leur divinité est féminine, Gaïa, en son nom, on chasse des millions d'Hommes de chez eux, surtout en Afrique. Et certains écolos voudraient détruire toute l'Humanité pour "sauver la planète". Les sots ! Les humains sont ce qu'il y a de mieux pour elle dans la mesure où ils peuvent, entre autre, détourner les météorites. Sots ou méchants, trop d'écologistes ne sont qu'animés par le ressentiment contre, au mieux, le capitalisme, au pire, contre l'Humanité.

Bref ! Si nous étions polythéistes, nous saurions concilier les choses, en comprenant qu'elles sont diverses, il y a la Terre, Gaïa, il y a le commerce, Hermès, le ciel, Ouranos, et que sais-je encore ?
Et nous voudrions les concilier. Avec le monothéisme, impossible ! Et même pour des gens sortis de la religion, il y a l'idéologie, et même pour des polythéistes infectés par cette façon de voir, témoin, l'hindouisme... Enfin, c'est une catastrophe.

Vous savez, si des dieux tout ramollos venaient sur Terre, se planquant dans un coin, je parie que quelque sage ferait ses délices de les fréquenter. Mais le fou les prierait de s'occuper des humains.
Pour quoi faire ? Diraient les dieux, c'est pas qu'on ne le veut pas, mais on est trop faible pour rendre les humains intelligents, immortels, ou quoi que ce soit, d’ailleurs... Autrefois, déjà, mais maintenant, je ne vous dis pas. L’idolâtrie nous donnait des forces, les problèmes des humains, du stress, finalement, on préfère le rocking-chair... Vous deux, on vous aime bien, le sage et le fol, mais plus de deux humains nous donnent des mots de têtes rien que d'y penser.

Et d'ailleurs, que ferait-on ? Pas tellement plus que des superhéros. Quel clinquant ! J'en ai mal aux yeux. En plus, on en peut pas faire grand-chose et on n'est pas des monstres, vous voudriez, vous, susciter de faux espoirs ?

Silence.

Le fou sage : mais vous oubliez que plusieurs dieux détruiraient le monothéisme et sans doute sa manière d'être catastrophique. On ne demande pas à la reine d'Angleterre de gouverner mais de régner. Vous, c'est pareil, vous empêchez le pire de survenir.
Le sage fou : et puis, si nous vous gardions pour nous, nous serions coupables de détournement de divinités.

Un dieu défendrait les siens.
Ça n'irait pas, comme chez les humains, les plus irresponsables font des enfants qu'ils n'assument pas, et après, il y a des gens pour les adopter. Ensuite, les adoptés disent "qui sont mes vrais parents ?".
Je parie que les humains voudront le dieu du chaos qui les a vomis un jour de biture et qu'il détruirait s'il les croisait comme un déchet dont on a honte. Le pire des dieux du panthéon... Ou alors, ils demanderaient à voir dieu transcendant qui n'existe pas.

Les humains acceptent de souffrir, de mourir, d'être esclaves et à peine plus futés que des corbeaux, mais il leur faut un sens caché... C'est vrai qu'il doit être bien caché, les dieux eux-mêmes ne l'ont pas trouvé !

Lodi

@ Achille
"Même si celles-ci manifestent leur mécontentement sur les médias, elles le font avec beaucoup plus de dignité."

C'est une façon de voir.

En même temps, un comédien, un écrivain... doit exposer son corps et ses émotions pour l'un, ses émotions et ses pensées pour l'autre.
Difficile de demander aux gens de se sortir les tripes pour la création et d'être impassible en dehors.

D'autant qu'on dit toujours que les artistes doivent se vendre... S'il faut s'exposer en se vendant, pourquoi pas en revendiquant ? C'est toujours s'exposer, seule la manière change.

La dignité au sens d'absence de concession plus ou moins glorieuse, n'est possible que par un suicide réussi.
De même que le suicide était le seul moyen pour éviter de tomber dans l'esclavage donc la totale indignité pour le vaincu.

Sinon, je ne comprends pas comment on peut dire que certains manquent plus de dignité que leurs contemporains quand ils ne font que vouloir poursuivre comme leurs présumés supérieurs dans leur être.
Et ce avec leur comportement traditionnel.

Je défends donc la compréhension pour des gens pas plus indignes que d'autres.

Et pour tous les puristes de la dignité, je défends la fin de la censure sur les moyens de se tuer sans se rater et l’accessibilité des moyens d'en finir.

En somme, il faut faire l'inverse de ce qu'on fait. Il ne faut pas :

1 - Accuser les commerçants, un coup les artistes, et quelle catégorie qui n'opprime personne, la prochaine fois ?

2 - Interdire le seul moyen d’accéder aux moyens de conserver sa dignité. La seule issue des gens qui n'en ont pas est le suicide. Dérober aux gens l'information sur le suicide ainsi que les moyens naturels d'en finir comme de sécuriser certains endroits bien au-delà des besoins des enfants, des distraits et des handicapés, est injuste. C'est liberticide, et de plus, digneticible, si j'ose dire : ôtant la seule possibilité aux gens de se dérober aux outrages ou au besoin qui pousse à se ravaler soi-même.

Les gens adorent les chiffres de suicide : ça fait peur. Mais il n'y en a pas pour la perte de dignité. Il arrive aux gens de n'être pas ingrats, ainsi, j'ai vu un mot de remerciement pour des gens ayant empêché un jeune de se tuer à un endroit (à mon avis plutôt propice au handicap) mais on ne verra jamais de mot pour dire, "ici, j'aurais dû me tuer, et alors, je n'aurais jamais perdu ma dignité".
Ce que l'on voit du monde est biaisé.

Achille

@ Serge HIREL | 13 mars 2021 à 14:56

Roselyne Bachelot a choisi le poste le plus pourri dans le gouvernement, celui de ministre de la Culture.
Déjà en 2015 un comédien s’était illustré en se présentant nu à la cérémonie des Molières devant la ministre de la Culture de l’époque, Fleur Pellerin. Pourtant il n'y avait pas le coronavirus.

Le monde du spectacle se complaît dans ce genre de turpitudes. Pensez donc, la vulgarité ça indigne les bons bourgeois, ça émoustille le "petit peuple".
Certes, en ce moment la situation est dramatique pour les gérants de salles de cinéma, les théâtres, les opéras, les musées et donc pour l’ensemble du monde du spectacle et plus généralement de la culture, mais d’autres professions sont logées à la même enseigne : restauration, hôtellerie, tourisme.
Même si celles-ci manifestent leur mécontentement sur les médias, elles le font avec beaucoup plus de dignité.

F68.10

@ Lucile
"Je vois que F68.10 se méfie lui aussi de la science mise au service d'un esprit de concurrence entre les hommes et les femmes."

Tout à fait. Je prends pour cela en exemple l'article de Meredith Chivers, que je vous ai mis en référence.

La lecture de cet article de la part d'un gros bourrin mâle pourrait être: "Les femmes ? Les bonobos ? Rhôôôôô !" Et cette réaction d'un gros bourrin mâle à la lecture de cet article est... légitime.

Le problème, c'est que cet article donne aussi des éclairages intéressants sur les différences de comportement entre hommes et femmes en matière de sexualité. Et que si on dépasse la réaction instinctive de gros bourrin, il peut informer et ouvrir l'esprit sur la réalité de ce type de différences.

C'est en large partie un choix de faire des lectures idiotes ou intelligentes d'un même article. Et c'est pour cela qu'il convient de se méfier des gens qui agitent un article sous le nez en matière de différences entre hommes et femmes en faisant passer pour de la science ce qui n'est qu'une lecture orientée d'un article pourtant parfaitement légitime. Et pas a priori contestable.

On retrouve ce type de problème sur une large gamme de questions, qui dépassent de loin la question des différences entre hommes et femmes: à peu près tout le monde de nos jours s'est mis à utiliser la science pour prêcher pour sa paroisse. Et cela en devient lassant. Et dangereux.

Paradoxalement, les pouvoirs publics ne sont pas exactement en reste sur ce type d'instrumentalisation. Ce qui suscite une large défiance dans la société: dès qu'un bonhomme débarque et sort le mot "science", le vulgum pecus a le sentiment pas complètement illégitime qu'il va se faire enfler.

Donc: oui: toujours se méfier de ce à quoi on met le savoir scientifique au service. Le débat n'est pas neuf: la question des femmes fait de facto partie de ce domaine où un peu de réflexion éthique supplée favorablement à l'énumération de faits bruts parfois instrumentalisés ou même fallacieux.

Ce qui est neuf, par contre, c'est l'ampleur que prend le mouvement anti-science dans le monde développé, et ce sous toutes ses formes. Ces gens-là se font passer pour ceux qui critiquent les dérives de la science, alors qu'ils ne font que prôner de graves dérives pro-ignorance et pro-irresponsabilité.

-----------------------------------------------------

@ Catherine JACOB
"C'était dit en manière de clin d'œil humoristique."

Je n'en doute pas. Mais de manière plus sérieuse, cet exemple de l'histoire scientifique des théories sur l'utérus montre l'effort massif qu'il est nécessaire de consacrer pour sortir de l'ignorance et de préjugés auto-justificateurs. Cela prend du temps...

Serge HIREL

@ Achille 13 mars 2021 à 07:34

Je trouve particulièrement judicieux que le principal trophée des César ait été décerné à un film intitulé « Adieu les cons ». C’est très exactement la seule interjection que méritent tous ceux qui, présents ou non, ont applaudi Maseiro, Foïs et autres pignoufs que se prétendent artistes et ont enterré hier soir le cinéma français.

Quant à Roselyne Bachelot, elle a fait le plus mauvais choix : être présente sans l’être… Ou elle avait le courage de monter sur scène et de supporter les sifflets et les injures… Ou elle rentrait dare-dare chez elle et, face caméra, préparait des pâtes au gorgonzola. La vidéo aurait été immédiatement virale et aurait mis les rieurs de son côté… reléguant les piailleurs de l’Olympia au seul rôle qu’ils jouent tous parfaitement : le c*n.

Serge HIREL

L’actualité se construit à chaque instant en s’alimentant d’événements, graves ou minuscules, que diverses sources, proches ou pas, rapportent différemment avant qu’ils ne soient livrés sans plus de prudence aux fourches caudines des commentateurs, toujours en appétit dès qu’une information, par sa présentation, est susceptible de conforter le bien-fondé de la cohérence de leurs propos. Leur règle est simple : il faut que chaque battement d’aile d’un papillon soit le maillon d’une chaîne qui engendrera la catastrophe qu’ils expliquent ou annoncent…

Au premier abord, la succession décousue de faits énumérés par notre hôte permet de l’applaudir. Le voici, passant du coq à l’âne, libéré de ce piège commun qui emprisonne le lecteur ou le téléspectateur dans une logique ressemblant bien souvent à celle, chaotique, des meilleures discussions au Café du commerce. Bref, la petite phrase polémique de Gabriel Attal n’est pour rien dans le péché d’orgueil de Greta Thunberg…

Las… Patatras ! Voici qu’en conclusion de son billet, en quatre mots, Philippe dévoile la plus subtile des cohérences que l’on puisse imaginer. Tous ces événements qu’il a choisi de décrire et de commenter, qui, sous sa plume, paraissent indépendants les uns des autres, ont en réalité un point commun ; ils font de notre ami un « citoyen étonné, inquiet, indigné… ».
Le charme est rompu. Nous revoici à nouveau projetés au cœur de la machine qui broie le temps… La roue infernale de l’actualité, qui se soucie comme d’une guigne des applaudissements ou des cris que ses soubresauts provoquent.

Ne sommes-nous que ses victimes, sans la moindre possibilité de fuir le même destin que celui de notre hôte ? Pouvons-nous pu nous montrer rebelles et contester les versions de ces événements telles que décrites par lui ? Il fait peu de doute qu’elles sont authentiques… Peut-être pouvons-nous nous forger nos propres opinions sur eux, nous démarquer de celles de Philippe. La voie, cette fois, paraît praticable. Prenons trois exemples…

On peut bien sûr s’offusquer du silence des chroniqueurs face à la haine du rappeur convoqué par Hanouna pour injurier « le facho » et de là, s’interroger sur le choix de celui-ci d’être présent dans cette infâme pétaudière… Mais on peut aussi y voir un geste astucieux. L’émission étant regardée par des citoyens peu enclins à fréquenter les débats politiques, Messiha a réussi à leur montrer l’intolérance de ses adversaires et s’est positionné en victime, ce qui, dans le monde d’aujourd’hui fait recette…

De plus, se servir pour cela des castagnes organisées par un « idiot utile » est un plaisir de roi.
Dans la relation ambiguë entre le Prince et l’ex, on peut bien sûr estimer que le paon est habile et que le vaniteux est le dindon. Mais n’est-il pas permis de penser que, dans ce duo improbable, la manœuvre de Sarkozy est la plus rusée : il conseille, donc existe ; il fait pencher à droite le « en même temps » ; et il pouvait espérer que le justice serait plus clémente s’il était « visiteur du soir » ?… Pari perdu sur ce point, mais pas sur les deux autres…

Peut-on aussi juger que « la décadence » que regrette Philippe, outré par le message peu respectueux de l’égérie scandinave, est tout autant démontrée par celui-ci que par celui du pape François, qui s’immisce dans un débat purement scientifique et médiatique. La mission du chef de l’Eglise de Rome n’est-elle pas d’abord spirituelle ? Ne devrait-il pas avant tout appeler ses ouailles à la prière pour que le Créateur sauve la planète ?... Ne s’agit-il pas là d’une intrusion dans le champ politique ?… Attitude que l’on reproche à l’islam…

Trois événements n’ayant aucun point commun… Trois autres commentaires que ceux de notre hôte… mais qui, finalement, débouchent sur le même constat que le sien : bien que mon approche soit différente, je suis tout aussi étonné, inquiet et indigné que lui…

Faut-il en conclure que, quel que soit l’angle sous lequel on le regarde, le monde ne tourne plus rond ? Peut-être pas. Il a connu des périodes encore plus sombres, plus angoissantes. Une seule certitude en fait : nous sommes condamnés à subir l’actualité… et notre seule liberté est de la commenter.

Achille

@ Tipaza | 13 mars 2021 à 09:51

Heureusement je me suis contenté de quelques extraits sur Twitter.
Une nouvelle version à la française du film « Affreux, sales et méchants », sans doute…
Sans parler de la faute d’orthographe « Rend-moi l’art Jean » qu’elle s’était fait tatouer dans le dos.
Certes ce n’est pas elle qui a pu l’écrire, mais quand on veut défendre la culture française autant montrer qu’on en possède les rudiments...

Tipaza

@ Achille | 13 mars 2021 à 07:34
"Corinne Masiero qui se met « à poil » devant le public."

Les meilleures pubs sont celles qui suggèrent, parce que là vraiment... j'achète pas, même pour un essai avec garantie de reprise !

Achille

Une petite brève d’un citoyen étonné, inquiet et indigné. En l'occurrence moi.
Le thème : la cérémonie des César.
La cérémonie de 2020 était déjà pitoyable. Mais avec celle de 2021 on a atteint le fond.

* Jean-Pascal Zadi qui rend hommage à Adama Traoré, délinquant notoire et violeur.
* Corinne Masiero qui se met « à poil » devant le public. La capitaine Marleau est déshonorée
* La bobo Marina Foïs qui nous fait son petit numéro d’indignée. Rien de pire que ces acteurs qui veulent jouer les intellos inspirés, se voulant près du peuple alors qu’ils séjournent dans des palaces dorés lors de leurs tournées et font ripaille dans les restos étoilés.
* Albert Dupontel primé pour son film « Adieu les cons ». Je crains hélas que les cons soient toujours là, plus nombreux que jamais.

Mauvais goût, vulgarité, nombrilisme, militantisme ultra-gauche le tout sur fond d’argent public. Et ces gens-là nous parlent de culture avec des trémolos dans la voix. Le cinéma français appartient-il encore à la culture ?
Je commence à en douter!

Achille

@ Catherine JACOB | 12 mars 2021 à 16:22
« Cela étant, dans l’iconographie archaïque celte et grecque, on peut dire que l’odorat définit quelque part pour ces Anciens, l'identité féminine. »

À moins que ce ne soit leur tendance à toujours vouloir fourrer leur nez dans les affaires des autres. Bon je rigole, encore que…

Catherine JACOB

@ Lucile | 12 mars 2021 à 12:07

Merci mais je crois qu’il y a eu un petit souci d’encodage des deux liens du premier paragraphe, les revoici correctement réencodés :

« La représentation de l’utérus sur un ex-voto étrusco-romain (Musée archéologique, Florence) qui illustre l’article L’utérus vu par les médecins de l’Antiquité (Valérie Bonet Université d’Aix-Marseille - CNRS-TDMAM) m’a fait penser à une molaire de mammouth primigenius cet animal attesté dès 250 000 ans et, bien que l’espèce réputée la mieux adaptée au froid, disparu lors de la dernière glaciation il y a 12 000 ans, ce qui n’est pas si vieux finalement à l’échelle des artefacts produits par l’Homme ».

--------------------------------------------------------

@ F68.10 | 12 mars 2021 à 11:04

C’était dit en manière de clin d’œil humoristique. Cela étant, dans l’iconographie archaïque celte et grecque, on peut dire que l’odorat définit quelque part pour ces Anciens, l'identité féminine.

Lucile

@ Catherine JACOB | 12 mars 2021 à 09:42

Chère Catherine, merci d'avoir retrouvé ces citations. Je me suis régalée ! Elles m'ont conduite à faire des recherches du côté de Montaigne et de ce qu'il a écrit sur le corps et la pensée (si étroitement cousus ensemble, il ne les dissocie pas). Je n'ai pas trouvé ce que je cherchais, mais j'ai retrouvé des passages savoureux illustrant le scepticisme de Montaigne à l'égard de la médecine, et du pouvoir des médecins.

Je vois que F68.10 se méfie lui aussi de la science mise au service d'un esprit de concurrence entre les hommes et les femmes.

Je ne pense pourtant pas que ces représentations soient simplement au service d'un esprit de compétition, même si elles renforcent la domination des uns sur les autres. Elles sont comme vous le dites pertinentes dans la mesure où elles révèlent assez naïvement selon moi les questions qui tracassent leurs auteurs, et leurs interprétations inconscientes de réalités qui les dépassent: "Que veut la femme ?" demande Freud à Marie Bonaparte. Question que je trouve mal posée, sinon biaisée. Il ajoute un peu plus tard : "Si vous voulez en apprendre davantage sur la féminité, interrogez votre propre expérience, adressez-vous aux poètes… ».

F68.10

@ Catherine JACOB
"Notamment, le « nez » de l’utérus qui fait furieusement penser au fait que selon cet article : les femmes ont plus de nez, c’est la science qui le dit."

Je pense qu'il convient de se méfier d'utiliser ce que la science dit sur les différences entre hommes et femmes à des fins de concurrence entre les sexes. Exemple ci-dessous.

Référence: Gender and Sexual Orientation Differences in Sexual Response to Sexual Activites Versus Gender of Actors in Sexual Films. Meredith L. Chivers, Michael S. Seto et Ray Blanchard, publié en 2007 dans le Journal of Personality and Social Psychology (tome 93, numéro 6, pages 1108-1121).

Catherine JACOB

@ Lucile | 10 mars 2021 à 11:44
« Si l'utérus est l'organe au centre du raisonnement développé par Platon, ce n'est pas par hasard. »

La représentation de l’utérus sur un ex-voto étrusco-romain (Musée archéologique, Florence) qui illustre l’article L’utérus vu par les médecins de l’Antiquité (Valérie Bonet Université d’Aix-Marseille - CNRS-TDMAM) m’a fait penser à une molaire de mammouth primigenius cet animal attesté dès 250 000 ans et, bien que l’espèce réputée la mieux adaptée au froid, disparu lors de la dernière glaciation il y a 12 000 ans, ce qui n’est pas si vieux finalement à l’échelle des artefacts produits par l’Homme.

D’après l’article précité, l’utérus à connotation anthropomorphique, semblait conçu comme vivant sa vie indépendamment du corps de la femme qui l’abrite et dont il sort de temps à autre.

Il a donc notamment un ‘nez’ « ou du moins un sens olfactif à importance de l’odeur dans la thérapeutique gynécologique à remède pour un utérus malade : « on ouvre la bouche de la malade et on y verse un vin très parfumé ; on fait une fumigation fétide pour le nez, aromatique pour la matrice. » (Hippocrate, De la nature de la femme, Littré VII, 314). Il existe chez la femme une correspondance entre le « nez d’en haut » et le « nez d’en bas » → test de fertilité proposé par Hippocrate (Aphorisme V, 59, Littré IV, 554) : « si une femme ne conçoit pas et si vous voulez savoir si elle peut concevoir, enveloppez-la de couvertures, et brûlez sous elle des parfums ; si l’odeur semble arriver à travers le corps jusqu’aux narines et à la bouche, sachez qu’elle n’est pas stérile de son fait ».

Vivant sa vie donc, « l’utérus se meut et peut errer à travers tout le corps de la femme ; c’est ce qu’on appelle les « errances de l’utérus » ou les « voyages de l’utérus » →Platon, Timée (91 c) : « il erre par tout le corps, bloque les conduits de l’haleine, empêche la respiration, cause une gêne extrême et occasionne des maladies de toutes sortes, jusqu’à ce que, le désir et l’amour unissant les deux sexes, ils puissent cueillir un fruit, comme à un arbre et semer dans la matrice, comme dans un sillon (magnifique image de la Terre-mère), des animaux invisibles par leur petitesse et encore informes ».→Aristote, De la Génération des animaux, (I, 11, 719a) : « l’utérus voyage beaucoup » →Selon Hippocrate, l’utérus dans sa « course errante », πλάνη (planê, racine de ‘planète’), peut aller vers les jambes, le gros orteil, les lombes, la vessie, le cœur, la tête, le foie et il peut même s’élancer à l’extérieur du corps à la recherche de fraîcheur (Maladies des femmes, Littré, VIII, 320). »

Wouah, un homme aurait-il été jamais été attaqué par un utérus en chaleur en quête de fraîcheur nocturne qu’il aurait pris pour une dent ?

« La conception de l’utérus comme être vivant et mobile n’a pas disparu avec
l’Antiquité et le Moyen Âge →Rabelais, Tiers Livre, XXII : « à bon droit Platon le nomme animal, reconnaissant en lui mouvements propres de suffocation » et « ont eu la vertu de ranger cestuy effréné animal à l’obéissance de raison »

Vu que l’espèce humaine serait dotée de deux cerveaux, le cerveau d’en bas ou le microbiote intestinal, et le cerveau d’en haut, tri-unique, lui-même subcatégorisé donc en strates dont la plus archaïque serait le cerveau reptilien bien connu de l’industrie de la publicité qui le manipule, states tendant vers toujours plus de rationalité, le cerveau limbique et le néocortex (le nouveau cerveau), tout ne serait-il pas une question de mots et donc de représentations plus ou moins pertinentes plus, ou moins représentatives et parlantes, du réel ?

Notamment, le « nez » de l’utérus qui fait furieusement penser au fait que selon cet article : les femmes ont plus de nez, c’est la science qui le dit.

Wilfrid Druais

@ duvent
"Pendant ce temps, l'homme supérieur a passé son temps à explorer son robinet qui fuira comme le baquet maudit..."

Euuh, j'espère pour vous duvent que votre robinet féminin a fui autant sinon plus que celui de la plupart des hommes, même si c'est d'une autre façon, sinon ça voudrait dire que vous n'avez jamais eu d'orgasme ce qui est vraiment le signe d'une vie totalement gâchée vu qu'il suffit d'une main pour en avoir un.

C'est dingue le nombre de femmes généralement mariées et totalement frustrées que j'ai rencontrées ne sachant même pas qu'elles pouvaient se donner du plaisir toutes seules.
D'ailleurs, je suis très c*n parce que si je ne leur avais pas appris qu'elles pouvaient le faire, elles auraient eu peut-être encore besoin de moi.
Ouais mais une gonzesse, ça coûte trop cher à entretenir, donc j'ai bien fait finalement.
OUF !

duvent

"Quant à duvent avec qui vous voulez prier, pourquoi pas. Personne, même pas vous, ne s'est aperçu qu'elle ne consacre pas un seul instant aux enfants, les siens, ou ceux de sa voisine." (Tipaza | 11 mars 2021 à 10:01)

« Bien vu. Quant au temps minime qu'elle consacre à son mari (réel ou supposé), au fil de ses commentaires, il est exclusivement voué à en dire du mal. » (Robert Marchenoir | 11 mars 2021 à 16:22)

---------

Je dirais même mieux, c'est « bien vu » !!

My husband and I, nous réjouissons de voir enfin des hommes, des durs, des vrais, des tatoués, venir à la rescousse de son martyre silencieux et jusqu'ici ignoré par la terre entière.

Ne pourriez-vous pas organiser une milice, pour la sauvegarde des hommes sauvagement traités par telle infâme épouse ?

De mon côté, et avec la logistique de mon seigneur et maître, je prépare ma citadelle au siège !

Il me dit que c'est tout à fait inutile, puisque vous êtes deux fifres que le vent fait chanter comme bon lui semble !

Aliocha

Les soumis au grand mufti ne savent pas, mais pas du tout ce qu'ils font.
Allez, Marchenoir, Tipaza, en piste :

A nous, anou allé, soukous çé ça ké bon

Rien à gauche rien à droite

https://www.youtube.com/watch?v=sjztU76-HoI

Et que la joie demeure !

Robert Marchenoir

@ Tipaza | 11 mars 2021 à 10:01
"Quant à duvent avec qui vous voulez prier, pourquoi pas. Personne, même pas vous, ne s'est aperçu qu'elle ne consacre pas un seul instant aux enfants, les siens, ou ceux de sa voisine."

Bien vu. Quant au temps minime qu'elle consacre à son mari (réel ou supposé), au fil de ses commentaires, il est exclusivement voué à en dire du mal.

duvent

@Tipaza | 11 mars 2021 à 10:01
« Et à chercher le bon côté vous tournez en rond, depuis toujours.
Quant à duvent avec qui vous voulez prier, pourquoi pas.
Personne, même pas vous, ne s'est aperçu qu'elle ne consacre pas un seul instant aux enfants, les siens, ou ceux de sa voisine.
Pas mère, pas même mère indigne d'enfants qu'elle n'a pas eus et qu'elle aurait pu avoir, encore moins maternante.
Mais féministe évidemment ! »

Je ris et me gondole, c'est un plaisir délicieux et sans mélange  !
C'est magnifiquement tourné, et d'une drôlerie inégalable !

Il demeure que je n'ai pas saisi toute la beauté de votre pensée si originale...
Il me semble, mais il est possible que je me trompe, que la colère vous égare.

Dès lors par charité, je vous dis, et il faudra bien en convenir, que le rapport qui existe entre les enfants et la pensée est globalement nul.

Qu'il s'agisse d'une femme ou d'un homme, d'un père ou d'une mère, le raisonnement est ce qu'il y a de plus libre, de définitivement invincible, c'est une forteresse inexpugnable que vous et votre prêchi-prêcha éculé ne peuvent atteindre.

Mais, bon, admettons que je sois ce que vous dites, et afin de remédier à cette ignoble traîtrise, auriez-vous l'obligeance de me faire connaître mes obligations en matière d'enfants, des miens supposés, de ceux pondus par ma voisine, et des enfants en général ?

Et puisque nous y sommes, dites-moi, pour m'encourager à cette tâche colossale et glorieuse, comment vous vous acquittez, vous, de ce devoir ??

PS1 : Si vous cherchez une femme « maternante », voyez avec votre mère, les autres femmes se tamponnent mollement le coquillard de votre rêve proustien... Maman est trop bonne avec sa larve !

PS 2 : Voulez-vous savoir si j'ai des enfants ? Et si d'aventure j'en avais, serais-je plus conforme à votre délire ?

PS 3 : Ne pensez-vous pas qu'une marque, tel le Lys devrait être apposée sur les garces sans enfants ?

Tipaza

@ Aliocha | 11 mars 2021 à 08:07
"La femme est de l'homme l'autre côté, et inversement"

Et à chercher le bon côté vous tournez en rond, depuis toujours.

Quant à duvent avec qui vous voulez prier, pourquoi pas.
Personne, même pas vous, ne s'est aperçu qu'elle ne consacre pas un seul instant aux enfants, les siens, ou ceux de sa voisine.

Pas mère, pas même mère indigne d'enfants qu'elle n'a pas eus et qu'elle aurait pu avoir, encore moins maternante.
Mais féministe évidemment !

Aliocha

Heureusement que la fraîcheur du soir sait amener le souffle salvateur sur les poncifs intégristes des bretteurs d'Ancien Régime, ceux qui ne savent utiliser la parole sainte que pour justifier l'exercice de leur art d'oppresseur.
La femme est de l'homme l'autre côté, et inversement, il n'y a de réel que la liberté.
Vous me permettrez, duvent, en ce nouveau contexte, de prier avec vous mais sans pleurer car oui, je vous aiderai aux basses œuvres si vous admettez de ne pas, tout le temps, griffer qui vous aime, réparer le baquet et profiter de ma haute taille pour desceller ce clou tentateur qui nie que la mort est vaincue, et que la joie ainsi demeure.

Lucile

@ Robert Marchenoir | 10 mars 2021 à 16:20

Concernant la psychanalyse j'essayais simplement de définir un terme psy qui est employé à tort et à travers et qui n'éclaire pas le débat, au contraire. Le mot "psychose" est lui aussi parfois employé par des politiciens dès que les gens s'alarment, même si c'est pour de bonnes raisons. Ces classifications psycho-pathologiques me paraissent approximatives et trompeuses, parce qu'elles classifient de manière hasardeuse sans remonter aux causes ni tenir compte de toutes les données

Il en va de même à mon avis pour "féminisation" de la société. Je suppose que "féminisation" s'oppose à "masculinisation", et je devine que les auteurs de cette théorie déplorent la féminisation d'une société qui en deviendrait hystérique et sous l'empire de l'émotion. Ce que je reproche à cette grille d'analyse, c'est d'être incongrue par rapport au sujet qu'elle étudie. Elle est difficile à prouver et difficile à réfuter. Et elle ne mène pas très loin.

En fait, les valeurs des hommes et des femmes ne diffèrent pas tant que cela, c'est plutôt dans l'ordre des priorités qu'il y a des divergences. Mais un pays bien géré et en bon état de marche devrait permettre à ses habitants de satisfaire leurs objectifs professionnels, familiaux, culturels, et leur offrir en même temps qu'une certaine sécurité, la possibilité de se soigner, et un enseignement de qualité. Quand les niveaux commencent à baisser, c'est mauvais signe. C'est peut-être ça le problème.

Giuseppe

Renée Doria mérite une belle attention, au moins autant que tous ces carabins qui nous racontent tout et n'importe quoi.
Alors autant se faire plaisir. Elle a lancé la carrière de celui que je considère avec Luciano Pavarotti comme des voix éternelles. L'héroïque par la vaillance de ses notes et le second qui tutoie les anges aussi.
Tous les deux ont eu des débuts difficiles, mais quand on est au-dessus de tous, seul les dieux peuvent vous entendre:

https://youtu.be/zF3W-hffRMg

"François Hollande, contre toute attente, a apporté de la mesure et de la lucidité dans le débat. Malgré sa petite phrase contre les..." (PB)

Faites-le taire, il gâche tout ce qu'il touche et dire qu'il est encensé pour des blagues pourries qui ne font rire que lui et des valets de cour.
Le son de sa voix et le rythme des phrases qu'il prononce traduisent bien ce qu'il est, une loche qui a baissé les armes sans défendre ses chances.
La diction hésitante, le timbre faible et mal ajusté, comment a-t-il pu gouverner ? Il est une hernie de l'Histoire, Guillaume Tell n'en voudrait pas pour lacer ses chaussures.

https://youtu.be/_smJwSK4dRk

Mary Preud'homme

"J'avoue que ce revirement, s'il se produisait, me réjouirait car il mettrait à nu la bêtise d'une droite acharnée à cracher sur les meilleurs et à idolâtrer une personnalité deux fois battue qui, de surcroît, ne voudrait plus d'elle.
Citoyen étonné, inquiet, indigné...
Et ses brèves." (PB)

Suis-je bête parmi les "bêtes" moi qui faisant partie à vous en croire de cette droite stupide et acharnée (à cracher sur les meilleurs en s'obstinant à idolâtrer un double loser), n'ai pas fini par comprendre que mon salut résiderait in fine en ma capacité à reconnaître l'excellence et la suprématie de votre champion élu par défaut (à la suite d'un holp-up électoral scandaleux) et rejoint sans vergogne par une cohorte de ralliés démissionnaires et transfuges de droite, venus en fait de tous horizons en vue de leurs seuls intérêts (et non de ceux de la France), ne pensant qu'à récolter un maroquin et déterminés à se vendre au plus offrant ?

Isabelle

@ duvent

Merci duvent pour le texte très drôle que vous avez écrit. Un vrai plaisir de lecture, avec l'humour en prime.

En fin de journée, l'Homme demande souvent à Madame : "Mais qu'as-tu fait de ta journée ?" La dame, les yeux au ciel, préfère ne pas répondre.

Bien à vous. Régalez-nous encore de ce genre de péripéties.

duvent

@ Achille | 10 mars 2021 à 13:18
« Et même pas le temps de faire un petit câlin à votre homme ? :) »

Cette activité étant facultative, nous avons décidé pour la bonne tenue de la jouer aux dés...
Si je gagne, il a le droit à un câlin avec notre vieille voisine, et si je perds, notre vieille voisine à le droit à un câlin avec qui vous savez...

------------------------------------------------------

@ hameau dans les nuages | 10 mars 2021 à 15:21

Non, je n'ai pas oublié la traite du soir !
Est-ce que vous croyez que c'est encore à moi de m'en occuper ??
Vous ne manquez pas d'air !
Par ailleurs, vous auriez aussi dû noter qu'après la traite, je me moque comme d'une guigne du lait...

---------------------------------------------------------

@ sbriglia (@duvent)
« Ah ! lui aussi est plus urinaire que génital ?
Comme vous devez, enfin, avoir la paix !
Heureuse femme qui administre plus de clystères qu'elle ne reçoit d'injections ! »

Ah, mais ici aussi nous avons de l'humour, un peu gras certes, mais je ne suis pas bégueule...
Il va de soi que je pensais à vos fuites, et donc je vous suis redevable pour m'avoir inspiré ce passage. Merci, donc !
Pour ce qui est de la paix, si vis pacem, para bellum…

Je comprends que vous faites une allusion subtile et presque obscure à cet adage, avec vos mots, ceux que vous aimez, et qui sont : « clystères et injections ».
Pourquoi pas ?
Personnellement, peut-être à cause de la pandémie qui nous occupe, le champ lexical très médical me répugne...

-----------------------------------------------------------

@ Patrice Charoulet | 10 mars 2021 à 16:13
« Madame duvent, grande latiniste (retraitée ?), m'en voudra-t-elle si je mets sur Facebook et sur le blog littéraire de Pierre Assouline l'essentiel de sa journée-type ? Mes frivolités et inutilités, ci-dessus, font pâle figure à côté de ce grand texte. »

Quelle drôle d'idée !
Tout d'abord, j'ai déjà dit et répète : je ne suis pas latiniste.
Je ne suis pas retraitée non plus, hélas, hélas, hélas...

Faites, je vous en prie !

PS 1 : Il me semble que vous devriez interroger M. Bilger avant moi...
PS 2 : Il ne faut pas flatter les autres en se diminuant c'est embarrassant.

Tipaza

Et pendant que Lucile (11:44) nous exposait doctement ce qu'était l'hystérie, depuis la vision platonicienne jusqu'à celles plus récentes, duvent (11:22) dans un bel élan pédagogique se proposait en exemple et mieux, en prestataire de services.

Achille comprenait enfin ce qu'il en était. Il avait trouvé sa seconde muse.

Xavier NEBOUT

Abondant dans le propos de Robert Marchenoir, il convient de rappeler que l'imagerie médicale a depuis longtemps mis en évidence un fonctionnement du cerveau différent chez l'homme et la femme. Les deux côtés sont plus en interaction chez la femme que chez l'homme, si bien que l'un étant le siège des instincts et l'autre de la raison, la femme est plus intuitive mais a du mal à se détacher de ses instincts, et l'homme de sa raison.
Telle est la nature, n'en déplaise à la République qui enfouit cette connaissance, pour ne pas dire l'interdit.

Hommes et femmes ne sont donc pas égaux mais équivalents. Il s'ensuit que leurs fonctions ne doivent pas être les mêmes.
L'homme le chef spirituel de la famille, la femme maîtresse des réalités.

Les femmes ne devraient donc pas exercer de fonctions politiques ou judiciaires.

Ce qui n'empêche pas qu'elle peuvent être à l'occasion Jeanne d'Arc sauveuse héroïque de sa nation comme une chatte protège ses petits, étant entendu qu'elle n'a jamais prétendu gouverner.

sylvain

UNEF : Union Nationale des Etudiants Fachislamistes.
Groupes néonazis islamistes qui règnent en maître dans les universités par la force, la menace, le chantage, la haine et le ciblage criminel.

À sa tête, une étudiante voilée haineuse anti-France anti-catho indigéniste racialiste fasciste terroriste de la pensée unique islamique.

Tous les profs sont terrorisés par ces criminels islamogauchistes qui ciblent ceux qui, comme Samuel Paty, devront se laisser égorger pour désobéissance à la charia islamiste qui interdit la laïcité, les lois de la République et la liberté d’expression.

Pas de discours du lâche Attal comme contre les GI ; silence total complice, omerta criminelle de ce gouvernement allié collabo à ces fous furieux.

Très peu d’élus morts de trouille essaient de se dresser contre ces fascistes islamistes, mais ils sont vite invités à rejoindre les rangs des vaincus et se taire sinon... les élections approchent et le réservoir électoral islamiste est impressionnant.

Robert Marchenoir

@ Lucile | 09 mars 2021 à 16:47

Cette réaction m'étonne beaucoup, venant de vous. Il me paraît évident que les caractères masculin et féminin sont différents, qu'il y a en conséquence des valeurs masculines et des valeurs féminines, et qu'une société saine est une société où ces valeurs sont équilibrées.

Il y a d'innombrables signes montrant que les valeurs féminines ont pris le dessus de façon excessive, en Occident. Les résultats en sont visibles partout. Des montagnes de livres ont été écrits sur le sujet.

La religion chrétienne, que vous mentionnez, est précisément l'un des systèmes ayant le mieux réussi à équilibrer ces pôles opposés. Certes pas dans le chemin qu'a pris l'Église actuelle, mais celle-ci est contingente.

Quant à la psychanalyse, qui a un peu trop vos faveurs, à mon avis, c'est l'un des systèmes de pensée les moins aptes à réaliser cet équilibre, si essentiel à l'aventure humaine.

Patrice Charoulet

Prénoms

« C'est déjà trop d'avoir avec le peuple une même religion et un même Dieu ; quel moyen encore de s'appeler Pierre, Jean, Jacques, comme le marchand ou le laboureur ? Évitons d'avoir rien de commun avec la multitude ; affectons au contraire toutes les distinctions qui nous en séparent. Qu'elle s'approprie les douze apôtres, leurs disciples, les premiers martyrs (telles gens, tels patrons) ; qu'elle voie avec plaisir revenir, toutes les années, ce jour particulier que chacun célèbre comme sa fête. Pour nous autres grands, ayons recours aux noms profanes ; faisons-nous baptiser sous ceux d'Annibal, de César et de Pompée : c'étaient de grands hommes ; sous celui de Lucrèce : c'était une illustre Romaine ; sous ceux de Renaud, de Roger, d'Olivier et de Tancrède : c'étaient des paladins, et le roman n'a point de héros plus merveilleux ; sous ceux d'Hector, d'Achille, d'Hercule, tous demi-dieux ; sous ceux même de Phœbus et de Diane ; et qui nous empêchera de nous faire nommer Jupiter ou Mercure, ou Vénus, ou Adonis ? »

La Bruyère, Les Caractères, IX, 23.

Robert Garapon, dans son édition des classiques Garnier, précise en note : « La mode des prénoms mythologiques, historiques ou romanesques étaient alors générale, et les grands s'appelaient César de Vendôme, Annibal d'Estrées, Hercule de Rohan ou Achille de Harlay. »

En 2021, dans le domaine des prénoms, nous avons d'autres modes.
J'avoue que, si j'avais eu une fille, j'aurais été tenté de l'appeler « Diane », comme à l'époque de La Bruyère. Quel plus beau prénom féminin ? Reste que si « Diane de Montmorency » ou « Diane de La Rochefoucauld », cela sonne bien, « Diane Grougnard » ou « Diane Le Gorju », ce n'est pas terrible.

P.-S.: Madame duvent, grande latiniste (retraitée ?), m'en voudra-t-elle si je mets sur Facebook et sur le blog littéraire de Pierre Assouline l'essentiel de sa journée-type ? Mes frivolités et inutilités, ci-dessus, font pâle figure à côté de ce grand texte.

sbriglia@duvent

"Pendant ce temps, l'homme supérieur a passé son temps à explorer son robinet qui fuira comme le baquet maudit..."
Rédigé par : duvent | 10 mars 2021 à 11:22

Ah ! lui aussi est plus urinaire que génital ?
Comme vous devez, enfin, avoir la paix !
Heureuse femme qui administre plus de clystères qu'elle ne reçoit d'injections !

PS : ce matin Wil en tête de gondole…
Me suis donc frictionné à la vodka, plus revigorante que l'eau tiède…
Merci Wil !

Isabelle

Qui va oser soutenir les enseignants qui ont une cible sur le dos à cause de l'UNEF de Grenoble ? Attendons en vain tous ceux qui devraient se lever pour dénoncer le fascisme islamique qui se renforce chaque jour un peu plus.

Un sondage IFOP qui vient de sortir montre que des lycéens sont favorables au port du voile à l’école, au port du burkini dans les piscines, aux horaires séparés garçons / filles et à l’élimination de tout discours contestant la religion. Dans le pays des Lumières, nous n’avons plus le droit de contester une religion phallocrate, misogyne et souvent barbare.

Des jeunes aujourd’hui favorisent la répression du blasphème. Ces jeunes ayatollahs de la pensée ont refusé de faire une minute de silence en 2015 pour honorer les morts de Charlie. Certains sont partis pour la Syrie et se vautrent dans les médias à présent pour revenir en France, d’autres sont prêts au jihad intérieur.

Des enseignants courageux qui méritent tout notre soutien se battent, bien seuls, contre cet état d’esprit plus que nauséabond. Le fascisme islamique n’a jamais été aussi virulent.
Mais la macronie laisse faire et les sanctions contre l’Unef Grenoble peuvent attendre.

« Il y a plus de 600 versets dans le Coran consacrés à la guerre contre les non-musulmans et les apostats de l’islam. Il y a bien plusieurs dizaines de versets coraniques consacrés à la paix – mais UNIQUEMENT la paix entre musulmans.
Il y a au moins 365 répétitions du mot « châtiment » (et de ses nombreuses variantes, comme « menaces », ou « intimidation »). 396 versets coraniques haineux, belliqueux, esclavagistes, antichrétiens, anti-juifs, appellent à tuer les apostats et les infidèles. Le Tchétchène qui a décapité Samuel Paty est un bon musulman – littéraliste ! Le gros problème est que les seuls musulmans tolérables sur notre sol chrétien sont de mauvais musulmans, non-littéralistes. »

hameau dans les nuages

@ duvent | 10 mars 2021 à 11:22

Je ne voudrais pas m'immiscer dans votre emploi du temps déjà très chargé mais vous avez oublié la traite du soir. :)

Xavier NEBOUT

@ sylvain

Lutter contre l'invasion des musulmans est une chose.
Insulter leur religion en est une autre.
Via leurs enfants, c'est ignoble.
Que diriez-vous si on diffusait dans la classe de vos enfants ou petits-enfants, un dessin de votre père en train de se faire sodomiser au prétexte de documentaire sur l'humour ?
Or, insulter son père ou sa religion, c'est de même essence. Le malheur est que les Français sont tellement abrutis par l'athéisme de raison d'Etat "républicain", qu'ils sont incapables de comprendre cela.

Ceux qui ont encouragé Samuel Paty à commettre cette faute grave sont aussi responsables de sa mort que ceux qui l'ont tué.

caroff

@ duvent 11h22
"Ainsi, il est utile à mon humble avis, de savoir qu'en tant que femme et donc inférieure, à bien des égards, aux Hommes, j'occupe mes journées à des tâches super-inférieures, je vous invite à suivre ma journée type"

À transmettre à Meghan Markle qui est au bord du suicide !!

Paul Duret

Le pire en 2022 ne serait pas de retrouver au second tour Emmanuel Macron contre Marine Le Pen mais François Hollande contre Nicolas Sarkozy. Quel mauvais rêve !! Ils en rêvent pourtant tous les deux. Il n'y a malheureusement pas de vaccin contre cet appétit de pouvoir, pas même le fait d'avoir déjà été sanctionnés par les électeurs pour mauvais résultats.

Mary Preud'homme  ("Je vous prie, ne m'inventez pas Vous l'avez tant fait déjà !

"Je vous ai porté vivant
Je vous ai porté enfant
Dieu comme vous étiez lourd
Pesant votre poids d'amour
Je vous ai porté encore
À l'heure de votre mort
Je vous ai porté des fleurs
Vous ai morcelé mon coeur
Quand vous jouiez à la guerre moi je gardais la maison
J'ai usé de mes prières les barreaux de vos prisons
Quand vous mouriez sous les bombes je vous cherchais en hurlant
Me voilà comme une tombe et tout le malheur dedans
« Ce n'est que moi
C'est elle ou moi
Celle qui parle ou qui se tait
Celle qui pleure ou qui est gaie
C'est Jeanne d'Arc ou bien Margot
Fille de vague ou de ruisseau
C'est mon cœur ou bien le leur
Et c'est la sœur ou l'inconnue
Celle qui n'est jamais venue
Celle qui est venue trop tard
Fille de rêve ou de hasard
Et c'est ma mère ou la vôtre
Une sorcière comme les autres
« Il vous faut
Être comme le ruisseau
Comme l'eau claire de l'étang
Qui reflète et qui attend
S'il vous plaît
Regardez-moi je suis vraie
Je vous prie, ne m'inventez pas
Vous l'avez tant fait déjà
« Vous m'avez aimée servante
M'avez voulue ignorante
Forte vous me combattiez
Faible vous me méprisiez
Vous m'avez aimée putain
Et couverte de satin
Vous m'avez faite statue
Et toujours je me suis tue
Quand j'étais vieille et trop laide, vous me jetiez au rebut
Vous me refusiez votre aide quand je ne vous servais plus
Quand j'étais belle et soumise vous m'adoriez à genoux
Me voilà comme une église toute la honte dessous
« Ce n'est que moi
C'est elle ou moi
Celle qui aime ou n'aime pas
Celle qui règne ou se débat
C'est Joséphine ou la Dupont
Fille de nacre ou de coton
C'est mon cœur
Ou bien le leur
Celle qui attend sur le port
Celle des monuments aux morts
Celle qui danse et qui en meurt
Fille bitume ou fille fleur
Et c'est ma mère ou la vôtre
Une sorcière comme les autres
« S'il vous plaît, soyez comme je vous ai
Vous ai rêvé depuis longtemps
Libre et fort comme le vent
Libre aussi, regardez je suis ainsi
Apprenez-moi n'ayez pas peur
Pour moi je vous sais par cœur
J'étais celle qui attend
Mais je peux marcher devant
J'étais la bûche et le feu
L'incendie aussi je peux
J'étais la déesse mère
Mais je n'étais que poussière
J'étais le sol sous vos pas
Et je ne le savais pas
« Mais un jour la terre s'ouvre
Et le volcan n'en peut plus
Le sol se rompt, on découvre des richesses inconnues
La mer à son tour divague de violence inemployée
Me voilà comme une vague vous ne serez pas noyé
Ce n'est que moi
C'est elle ou moi
Et c'est l'ancêtre ou c'est l'enfant
Celle qui cède ou se défend
C'est Gabrielle ou bien Eva
Fille d'amour ou de combat
Et' c'est mon cœur
Ou bien le leur
Celle qui est dans son printemps
Celle que personne n'attend
Et c'est la moche ou c'est la belle
Fille de brume ou de plein ciel
Et c'est ma mère ou la vôtre
Une sorcière comme les autres
S'il vous plaît, s'il vous plaît faites-vous léger
Moi je ne peux plus bouger."

(Texte et musique d'Anne Sylvestre)

https://youtu.be/_f6F5XjDW6M

(Interprété de façon magistrale par Laetitia Isambert et Nathalie Doummar accompagnées au piano par Yves Morin)

Achille

@ duvent | 10 mars 2021 à 11:22

Journée fort occupée en effet. Et même pas le temps de faire un petit câlin à votre homme ? :)


Alex paulista

"Un Etat tracassier avec les citoyens paisibles et faible avec les délinquants, dur avec les modestes, empli de mansuétude ou impuissant à l'égard des forts : c'est le péché originel du macronisme si peu régalien !"

La France a toujours été comme ça.
Si vous glissez un stop, trois policiers sortent de nulle part pour vous verbaliser, mais si vous êtes racketté à Vaux-en-Velin mieux vaut trouver vous-même la solution.
Cela fait vingt ans que les policiers ne se donnent plus la peine de repérer sur les routes dangereuses qui conduit bizarrement, mais ils vous pistent à la sortie des bars de nuit ou au premier rond-point à la sortie d'un mariage.

Le comportement de la Macronie est bien dans la continuité, certes: on a vu ça pour les masques, le premier réflexe a été de verbaliser. Verbaliser ceux qui portaient des masques, puis ceux qui n'en portaient pas, ceux qui marchaient sur la plage à 200m de quiconque, ceux qui sortaient sans chien, ceux qui joggaient à une autre heure que celle prévue pour maximiser la densité des joggeurs... Aucune logique, autre que d'asseoir l’autorité de l'Etat auprès des braves gens à coups de PV quand dans les banlieues les rixes et les guerres de gangs se normalisent.

Mais absolument rien de nouveau là-dedans.
Juste une conséquence du jacobinisme maladif qui gangrène la France depuis plus de deux cents ans.

Lucile

@ Tipaza

Eh bien, nous voici d'accord, et c'est tant mieux.

J'ai un souci, celui d'avoir fait une présentation très incomplète de l'hystérie, en passant sous silence sa composante sexuelle, telle qu'expliquée par la psychanalyse. Bien que je ne cherche pas à convaincre quiconque de cette analyse, je rectifie quand même, par souci d'exactitude. Allons-y.

Si l'utérus est l'organe au centre du raisonnement développé par Platon, ce n'est pas par hasard. Les conflits les plus forts entre instincts et comportements licites se jouent à propos de la sexualité (et de l'agression envers autrui). Dans la tradition, on attendait impérativement d'une femme fréquentable qu'elle soit attirante mais chaste. Pas seulement dans la chrétienté où la Vierge Marie était le modèle féminin par excellence, mais dans toutes les civilisations où le père accepte de nourrir et de protéger une famille à condition d'être sûr que les enfants sont de lui, et où la mère elle-même enseigne à ses filles, ne serait-ce que pour leur sécurité, un strict contrôle de leurs manifestations instinctuelles.

Ces conflits entre nature et culture provoquent de l'angoisse lorsque les pulsions ne réussissent pas à se satisfaire d'une manière ou d'une autre. Dans l'hystérie, le corps se donne à voir (tremblements, rougeurs, évanouissements, sensations d'étouffement), mais de façon décente. Le conflit n'est pas vraiment résolu, il est déguisé, et l'angoisse est remplacée par une souffrance physique ; c'est pourquoi l'hystérique donne une impression d'inauthenticité, malgré sa sincérité. En simplifiant, inconsciemment l'hystérique femme érotise tout, sauf l'acte sexuel. On la voit comme une allumeuse et une frigide, mais la réalité est moins amusante.

La pulsion sexuelle est mieux admise chez les garçons que chez les filles, elle paraît être dans l'ordre des choses ; le poids de la faute a longtemps été porté par la femme, vue comme la tentatrice. Sa pulsion sexuelle la met en faute. D'où l'attribution courante de la réaction hystérique au sexe féminin, alors qu'en fait elle existe aussi chez l'homme, sous une forme différente. Il ne faut pas confondre hystérie et narcissisme. À notre époque, l'éducation semblerait fabriquer davantage de gens guettés par la dépression que par la crise d'hystérie.

sylvain

"Gabriel Attal qui n'est pas un médiocre porte-parole du gouvernement..." (PB)

Ce porte-parole est un fou dangereux : son discours rempli de haine contre les GI témoigne d'une obsession maladive paranoïaque bien ciblée contre ces jeunes qui alertent des dangers de cette immigration criminelle organisée par la mafia UE, dont Macron est le parrain principal.

Ce malade digne d'un Goebbels ou d'un Beria en pleines crises de rage et de haine, a débité les pires insanités et calomnies sur ces identitaires pacifiques pas plus dangereux qu'un groupe folklorique de kermesse.

Rien sur les identitaires racialistes indigénistes arabo-africains qui propagent menaces, haine, appel au meurtre sur les blancs et la police ; aucune dissolution envisagée par trouille et électoralisme, Attal compte sur les voix de ces horribles sectes islamistes pour 2022.

Cette secte identitaire islamogauchiste traître collabo LREM au pouvoir détruit le pays, l'appauvrit, l'insécurise, crée un climat de guerre civile entre les communautés immigrées et les citoyens français blancs que Macron en soumission et repentance permanente, déteste.

Sous le mandat de ces fous dangereux, l'insécurité et les crimes ont battu tous les records.

Ces identitaires LREM devraient être dissous en urgence pour arrêter ce chaos organisé par ces psychopathes, mais les citoyens moutons soumis masos le veulent-ils ?

La communauté éducative par lâcheté et soumission à leurs bourreaux se sont tous désolidarisés de Samuel Paty et dernièrement des deux profs à Grenoble, la honte absolue !

Les élus, tous à genoux, cultivent encore la culture de l'excuse, le en même temps, le padevaguisme padamalgamiste, l'électoralisme et bien sûr, ils sont trop occupés à faire barrage au RN, le pire danger de toute l'histoire de l'humanité.

Et surtout, il y a plus urgent : l'ayatollah vert de Lyon a une lutte plus importante à mener : dégenrer la société, éducation, institution, etc. un budget très conséquent a été voté en ce sens. Allez l'OL !

duvent

@ Achille | 10 mars 2021 à 08:16 5 (@ Tipaza)
« Lucile a été la plus rapide sur ce coup-là. Mais je pense que Mary Preud’homme ou duvent, si elles n’avaient pas été occupées à leurs tâches ménagères, auraient pu répondre sur le même ton. »

Voilà de l'humour de haute voltige, il est très percutant, que dis-je percutant, il est assommant !!
D'ailleurs je suis assommée, mais pas assez pour ne pas corriger votre information tronquée, selon laquelle j'étais « occupée à mes tâches ménagères », en conséquence de quoi, je vous amène les précisions qui permettront de comprendre l'absence de réponse aux imbécillités de Tipaza.

Ainsi, il est utile à mon humble avis, de savoir qu'en tant que femme et donc inférieure, à bien des égards, aux Hommes, j'occupe mes journées à des tâches super-inférieures, je vous invite à suivre ma journée type :

- Levée à 4h30 pour la traite des bêtes
- Allumage du feu
- Préparation du gruau pour les membres qui composent ma famille
- Lustrage des bottes des ogres
- Astiquage de l'humble chaumière
- Mise en route de la langue de bœuf sauce piquante
- Enfournage de la miche de pain noir (et rien d'autre...)
- Lavage au lavoir des haillons et autres ordure-ries
- Étendage évidemment
- Cueillette de simples
- Arrosage des champs à la main avec un baquet en bois qui fuit
- Retour à la chaumière pour constater que la langue de bœuf est quelque peu brûlée
- Prière rapide et sincère pour ne pas prendre la saucée du Seigneur Homme de la demeure
- Prière infructueuse suivie de nombreux pleurs
- Re-lavage et re-nettoyage après le passage des ogres
- Re-pleurage et re-prières inutiles
- Reprisage des haillons et autre ordure-ries
- Nettoyage et graissage de la chaîne de la tronçonneuse
- Ramassage du bois et ravitaillement des feux
- Mise en route de la soupe aux choux
- Mise en route de la platine sur laquelle tourne le Miserere d'Allegri
- Re-pleurage et re-cherchage de corde solide pour pendre un corps pas tellement lourd
- Trouvage de corde accrochée à un clou très haut, trop haut...
- Cherchage de l'échelle chez la voisine qui l'avait empruntée
- Coupage des ongles de pieds de ma voisine qui est trop vieille pour le faire elle-même
- Pendage de ma personne reporté sine die
- Retournage à la chaumière où la lumière divine luit !!

Pendant ce temps, l'homme supérieur a passé son temps à explorer son robinet qui fuira comme le baquet maudit...

Enfin, la journée se termine et avec plaisir je sirote quantité de piquette maison, parce qu'il faut boire tant qu'on n'est pas ivre !

Voilà pourquoi je n'ai pas considéré utile de répondre aux niaiseries mâtinées de savoir de cet âne bâté de Tipaza !

Je vous laisse, il faut que je surveille la daube !

Xavier NEBOUT

Il serait temps de l'être, raciste.

À l'instar de l'immense majorité, il ne m'est jamais venu à l'idée de dire que les noirs étaient méprisables ou inférieurs aux blancs. Tout au plus avoir des dispositions intellectuelles différentes du fait d'une culture ancestrale se perpétuant dans le subconscient.

Par contre, tant qu'à faire un périple de trois mois en bateau, je me sentirais plus à l'aise de le faire avec des blancs qu'avec des noirs, et là aussi, à l'instar de l'immense majorité.

Alors, il y en plus que marre de l'hypocrisie antiraciste. Personne ne l'est, et tout le monde l'est conformément à l'impérieuse loi la nature selon laquelle qui se ressemble s'assemble - sauf les détraqués.

P.-S.: pourquoi Jean Messiha est-il allé se mêler à la pègre intellectuelle dont Hanouna est un parfait représentant ?

Xavier NEBOUT

Notre pays est en péril de deux invasions distinctes même si elles se recoupent. L'africaine et l'islamiste.
L'accélération de la délinquance n'est qu'un des premiers effets.
Au regard de cela, tout le reste n'a presque aucune importance.

Alors soyons clairs, comme le seul candidat en 2022 qui manifeste sa volonté d'y faire face est MLP, tous ceux qui ne voteront pas MLP seront comme je le disais à l'un de nous, des traîtres à leur nation et à leurs ancêtres, et ils seront maudits par leur descendance.

Exilé

Pourquoi est-il impossible de convaincre quiconque en matière de justice ? Parce que chaque citoyen se veut docteur, entraîneur de foot et spécialiste de la chose judiciaire.

C'est plus complexe que cela.
Je possède très peu d'expérience en matière de foot et de justice, mais n'étant plus un perdreau de l'année, je pense être capable de distinguer - pour en avoir connu - les bons médecins des mauvais, ou disons plutôt des apparatchiks asservis à la Sécurité sociale, se livrant à des consultations sans soigner les gens qui souffrent et sans aucune compassion à leur égard.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]rimont.com
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS