« Le président et les médias devraient s'excuser : affaire Zecler | Accueil | Eric Zemmour cet inconnu ? »

02 mars 2021

Commentaires

GDAT13

@ Achille | 04 mars 2021 à 09:44
« En fait je n'exclus personne sur ce blog, mais je fais un tri sélectif. C'est un peu mon côté écolo. »

Et c’est beaucoup votre côté pléonasme…

Grand Distributeur d’Âneries et de Trivialité – Achille®

Giuseppe

@ Lucile | 04 mars 2021 à 01:42
"Autre point : il est certain que la conversation de NS avec son avocat n'est pas exemplaire et ne le révèle pas sous un jour reluisant, mais lui vaut-elle vraiment 3 ans de prison selon la loi ?"

Comme j'aime bien commercer avec vous je vais tenter de vous répondre.
Tout d'abord je ne suis pas juge, je ne sais pas trop ce que cela vaut, qui plus est 3 ans de prison dans notre pays ce n'est vraiment rien du tout pour un personnage comme Paul... enfin, Nicolas, cela ne représente rien du tout.
D'ailleurs on devrait lui supprimer tout le cortège d'avantages le temps de la procédure, ou du moins appliquer un moratoire sur les avantages de son ancienne fonction, il vient se transporter à TF1 avec un peu de sous quand même.

Un repris de justice - condamné à ce jour - et qui devrait continuer à vivre de biens publics ?!

Je cite, là on ne peut pas dire mais le régime n'est pas le même, alors les pleurnichements ici...

« L’administration contrôle totalement les prisonniers. Alexeï y sera complètement isolé, il n’y a aucun moyen de communiquer avec le monde extérieur, à part avec des lettres et des appels téléphoniques qui sont tous sur écoute. »

Konstantin Kotov, activiste d’opposition condamné en septembre 2019 à un an et demi de camp qu’il passa à Pokrov

« Quand j’y suis arrivé, Pokrov était considéré comme la “ zone” la plus dure de Russie, raconte au journal russe Mediazona, spécialisé dans les prisons russes, l’ancien activiste ultranationaliste Dimitri Demouchkine, qui y a séjourné plusieurs années. On y brise les gens. Les conditions sont très dures. Bien sûr, Alexeï ne sera pas battu, tout comme moi je n’ai pas été battu. Mais on y force les détenus à courir, tout le temps, sans arrêt. Une minute pour se lever et faire son lit. Deux minutes pour s’habiller et courir dans la rue. On y passe sa vie à courir, à rester au garde-à-vous, on ne peut pas se gratter le nez sans autorisation ». À sa libération, conclut-il, il ressemblait « à un détenu d’Auschwitz ».

Et puis le plus beau, le pompon, le magnifique, l'antenne de TF1 grande ouverte au petit Nicolas, innocent de tout jusqu'au bout des ongles, condamné, mais tellement innocent, tellement injuste... Je vais pleurer aussi sur son semblable, Carlos Ghosn innocent de tout, il a écrit un livre pour nous expliquer que le diable n'avait pas de queue, que les vilains méchants l'ont persécuté ; innocent aussi le petit Carlos et tous ces médias qui déroulent des tapis rouges sous leurs pieds...

On ne sait jamais, la vie révèle tellement de surprises et puis des innocents inculpés et condamnés pour rien, sans procès par de vils inquisiteurs, c'est tellement bien pour ces "limpiabotas" de service, et pour ces persécutés aussi, faire pleurer dans les chaumières, les exhiber en martyrs, blancs comme neige, et puis c'est tellement merveilleux pour l'audience et en même temps pour leur avancement, pour ces boniches de service.

F68.10

@ Gavot
"Bien entendu c'est leur rôle, et Mediapart vient de le faire."

Bon point à Mediapart. Très bon point. Si Le Figaro avait fait cela de but en blanc, dans la catégorie devoir d'information, je n'aurais pas eu à tresser des lauriers à Mediapart sur ce point.

Mais, petit péché mignon: l'article n'est pas en accès libre.

Référence: Sarkozy condamné: 254 pages de jugement face au vide de la com'. Fabrice Arfi et Michel Deléan. Publié le 4 mars 2021 dans Mediapart.

En attendant que l'information soit bel et bien publiquement disponible, je vous laisse, Gavot, et pars de ce pas à la chasse au dahu dès ce commentaire soumis.

"Je souhaite une excellente lecture aux Semtob ou à Mary Preud'homme à qui je conseille en préliminaire une petite dose de bismuth, souverain contre les aigreurs d'estomac."

Si un texte comme cela était publié en non-payant, nous pourrions vérifier si les interprétations de Semtob et de Mary Preud'homme ne déforment pas le jugement. En l'état, c'est impossible.

Tout au plus pouvons-nous nous permettre de leur demander si ils/elles ont versé leur obole à Mediapart pour prendre connaissance des données factuelles existantes à ce sujet et ainsi appuyer leurs propos sur autre chose que du ressenti. C'est maigre pour débattre.

Profitons-en pour récapituler l'état de la presse écrite en ce moment au sujet de cette affaire. Instantané:

1. Le Monde fait du commentariat politique sur les états d'âme de la droite et de la macronie et France Info sur ceux de Dupond-Moretti en particulier.

2. Gala, Télé Loisirs et Voici nous font part des roucoulements enamourés de Carla et des soutiens de Cécilia Attias.

3. Le Figaro relaie le damage control du président du tribunal de Paris.

4. France Culture, France Info, LCI, le HuffPost et BFMTV nous narre l'Odyssée de Sarkozy, qui coincé entre Charybde et Scylla peine à rejoindre Pénélope. Et Le Parisien nous fait part de son dépit.

5. Voici dissèque les fautes de grammaire de Sarkozy lors de son entretien.

6. Mediapart publie le jugement et, donc, les données factuelles permettant de nous faire une opinion.

7. Ouest France qui relaie les indignations d'internautes qui trouvent que les chaînes du groupe Bouygues donnent un peu trop la parole aux personnalités condamnées.

Je vous invite, ainsi que Mary Preud'homme et Semtob, à décerner les bons et mauvais points en matière d'éthique du journalisme.

Mon classement dans l'ordre de l'éthique du journalisme à partir de cet instantané: 1. Mediapart 2. Ouest France 3. Le Figaro 4. Le Monde 5. ex æquo: France Culture, France Info, LCI, le HuffPost, BFMTV et Le Parisien 6. ex æquo: Gala et Télé Loisir et 7. Voici. Le médiane de ce classement se situe à 5. Ce qui indique un traitement romancé, et non basé prioritairement sur les aspects factuels de cette question dans les médias.

Michel Deluré

@ Achille 04/03 08:23

Allant dans le sens de votre conclusion, j'ajouterai que, s'agissant de la justice, ceux qui ont la lourde et noble charge de la rendre devraient s'imposer de mettre leur moi de côté et hors d'état de gouverner leur jugement, sauf à courir le risque d'être alors injustes.

Lodi

@ Achille
"Mais j’ai la plus grande estime pour Lucile et Catherine JACOB nos deux intellectuelles du blog.
Je ne lis pas toujours l’intégralité des commentaires de cette dernière, souvent hors sujet et plutôt rébarbatifs, agrémentés de moult liens. Mais je ne saurais nier sa grande érudition."

Rébarbatifs ? Très séduisants au contraire, de la science, des hypothèses, de l'esprit et du style.
Mais comme je n'aime pas précisément qu'on m'accuse de toutes sortes de choses, je ne dialogue avec CJ que lorsque je pense avoir une obligation intellectuelle à le faire. J'ai les forces que j'ai, je ne les gaspille pas : entre faire de sa vie une sieste ou me consacrer à l'escrime, je crois tendre au juste milieu.

Ce que vous appelez "des échanges vaporeux et alambiqués de quelques duellistes, qui ont un peu trop tendance à s'égarer dans des considérations métaphysiques qui n’ont généralement aucun rapport avec le billet du jour", ce sont des enjeux qui sont tels que si vous les compreniez, vous ne pourriez pas soutenir une telle position.
C'est comme si on parlait d'architecture en ne comprenant pas que les bâtiments ont des fondations... Ou naviguer au milieu d'icebergs sans avoir conscience de la masse de glace sous l'eau regardée paresseusement par quelques voyageurs... Je veux bien qu'on laisse les superficiels ne considérer que le fil du sol ou de l'eau, mais quand on étudie sérieusement le monde, on doit regarder à travers la peau des apparences.

Personne ne vous oblige à vous y adonner, mais je fais moi aussi le tri entre ceux qui dérobent ce qui leur déplaît du réel, que ce soit en raison de leur partialité ou de leur incapacité, et les autres.
Je lis tout le monde car tout est instructif et un blog est un tout dont chaque partie influe sur les autres. Mais je ne donne évidemment pas la même importance à toutes les interventions.
C'est mon côté comparatiste.

Louis

Hélas, j’observe la France à la 23e place du classement Transparency, les attaques contre l’association Anticor ou l’organe anti-corruption du Conseil de l’Europe (le GRECO) qui demandent plus d’efforts à la France pour prévenir la corruption “au sein de l’exécutif”, et parfois je m’interroge sur notre volonté à lutter contre la corruption.
Alors, au-delà des affaires actuelles qui mettent en cause des puissants, il me semble qu’il faudrait lutter quoi qu’il en coûte pour une opération "Mains propres" et j’ai l’intime conviction que ces affaires de corruption ne concernent pas les sans dents.

sylvain

@ Patrice Charoulet | 04 mars 2021 à 07:30
"...il votera Le Pen. Comme Ornellas, Rioufol, Bercoff et Messiha. Comme Xavier Nebout, sylvain, Exilé, Mitsahne, Philippe Dubois, boureau et Michelle D-LEROY. C'est leur droit. Pour moi, Le Pen, c'est mille fois non. Aux deux tours...."

Ben oui , faute de grives... sauf que je trouve l'extrême droite française trop molle et par moment un peu collabo avec ce pouvoir islamogauchiste.

Moi ce qui m'intéresse c'est de voir enfin dans les zones pourries par les musulmans islamistes racailles dealers etc. des képis, casques et bottes, des armes lourdes, des véhicules blindés etc. des ordres de tirer avec ou sans sommations et puisqu'il n'y a plus de place en prison, les envoyer paître dans des îles loin de chez nous, ce n'est pas ce qui manque et si la gauche, les droits de l'homme, l'ONU, les défenseurs des droits des racailles et criminels protestent, les poursuivre à leur tour pour apologie et soutien du crime : contrôles fiscaux, perquisitions, prisons.

Tout le reste n'est que fantasme béni-oui-oui bisounoursisme, débilités gauchistes : vivrensemblisme, multiculturalisme, repentisme, décolonialisme...

Avec ces idéologies islamogauchistes, la France va devenir un enfer, il l'est déjà mais le chaos total va s'installer sous les applaudissements des racialistes indigénistes arabo-africains musulmans islamistes.

Il suffit d'avoir entendu Attal le ministre de la propagande islamogauchiste macronienne anti-France réciter le discours sur la dissolution des Identitaires GI, c'est à mourir de rire ! Rien sur les identitaires islamogauchistes indigénistes haineux fachos de la LDNA, Macron a choisi ses camarades, ça en dit long sur les desseins de ce malade mental qui déteste les Blancs, la France et sa civilisation.

Aliocha

Attention, Achille, à parler ainsi de victime expiatoire, vous allez accabler sbriglia.
Laïcité, ne pas croire ou ne pas croire, et retour aux Aztèques.

https://journal.lepoint.fr/peter-sloterdijk-la-religion-de-la-poesie-2415947

caroff

@ Claude Luçon
"Tout au long de l'entretien Gilles Bouleau s'est adressé à son interlocuteur en disant "Nicolas Sarkozy".
Réciproquement quand Nicolas Sarkozy s'adressait à son interlocuteur il disait "Monsieur Bouleau ".
Mais pour qui nos journalistes se prennent-ils ?"

Comme vous, j'ai été choqué du ton désinvolte employé par Gille Bouleau et j'ai admiré l'imperturbabilité de NS lui répondant "Monsieur Bouleau".
Bouleau et ses confrères, pas tous cependant, devraient suivre des cours de courtoisie !
Mais l'air du temps est celui-ci: plus on est bas et plus le sentiment de s'adresser vulgairement aux gens d'en haut est une jouissance.

Comme vous l'avez dit, Bourdin et Plenel avaient commencé avec Macron : si Bouleau ne s'en est pas démarqué c'est qu'il avait peur d'apparaître trop aimable avec la peste Sarkozy ?

boureau

@ Patrice Charoulet 04 mars 2021 07:30

Soyez gentil Patrice Charoulet, ne pensez pas à ma place.

J'ai dit ce que je pensais de Marine Le Pen il y a bien longtemps et mes remarques avaient même été publiées dans la presse régionale.
Et j'ai écrit ici, il y a peu, qu'elle ne deviendrait jamais Présidente.

Ma priorité a toujours été de dé-ostraciser l'électeur lambda RN qui ne trouve plus dans les miettes restantes des partis politiques un choix qui puisse correspondre à ses attentes et ses besoins.

Quant à ceux que vous citez, je me trouve bien en leur compagnie.

Pour satisfaire votre constante curiosité, je vous précise que je ne voterai pas Macron (son quinquennat économique et social est un échec terrible), j'attendrai jusqu'à la dernière minute l'offre des candidats.

Cordialement.

Achille

@ Lodi | 04 mars 2021 à 07:29
« Sans vouloir exclure les autres mais parce que je ne pense pourvoir m'avancer que pour eux, je dirais : F68.10, Robert Marchenoir, Elusen parti sous d'autres cieux, Serge HIREL, Lucile et Catherine JACOB. »

Mais j’ai la plus grande estime pour Lucile et Catherine JACOB nos deux intellectuelles du blog.
Je ne lis pas toujours l’intégralité des commentaires de cette dernière, souvent hors sujet et plutôt rébarbatifs, agrémentés de moult liens. Mais je ne saurais nier sa grande érudition.

Concernant Robert Marchenoir et Serge HIREL, je ne partage pas, loin s’en faut, l’intégralité de leurs idées, mais j’avoue que leurs échanges sans concessions sont assez intéressants à lire. Voilà deux grands rhéteurs, je dirais même deux habiles bretteurs qui manient magnifiquement leur plume trempé dans de l’acide.
C’est un duel de haut niveau qui nous change des échanges vaporeux et alambiqués de quelques duellistes, qui ont un peu trop tendance à s'égarer dans des considérations métaphysiques qui n’ont généralement aucun rapport avec le billet du jour.

Quant à F68.10, même si je le trouve un peu trop "tourmenté" et un poil fatigant à mon goût, il a souvent des analyses plutôt intéressantes.
Je ne lis pas intégralement les commentaires de ces intervenants, c’est vrai. Je me limite à les parcourir, m’arrêtant de temps en temps sur les passages les plus savoureux.
En fait je n'exclus personne sur ce blog, mais je fais un tri sélectif. C'est un peu mon côté écolo.

Tipaza

@ Claude Luçon
@ Achille

J'ai été frappé moi aussi par la désinvolture, limite arrogance, avec laquelle Gilles Bouleau interpellait Nicolas Sarkozy.
Je dis, interpellait, car c'est bien ainsi que j'ai perçu l'interview.
Il ne s'agissait pas de questions posées dans une forme de questionnement naturel, mais plutôt avec une certaine discourtoisie inutile.
Il faut dire que Sarkozy était en situation de faiblesse psychologique. Il venait se défendre d'un jugement considéré par lui comme inique, et qu'il a pris l'air d'un Saint Sébastien percé des flèches de la justice, avec son physique aggravant son air.
Je ne lui reproche pas son physique mais plutôt sa façon de se tenir.

J'ajoute qu'il n'est pas très doué pour jouer au ping-pong verbal. On l'avait déjà vu déstabilisé par la fameuse anaphore de Hollande, qui pouvait être réduite à rien, s'il avait simplement éclaté de rire à la fin de celle-ci, en remarquant la vanité des propos.

Le seul qui ait jamais su ramener les journalistes à leur vrai niveau, c'est Georges Marchais, un vrai débatteur celui-là, avec sa formule devenue culte : "vous venez avec vos questions, je viens avec mes réponses !".

JMLP, dit le Menhir, était également un maître de l'interview face à des journalistes voulant le déstabiliser.

Mais le plus fort de tous, c'est Zemmour (si, si Claude) il a l'art de tout ramener à l'immigration et à Napoléon. Comment voulez-vous argumenter quand Napoléon le grand est pris en modèle. ;-)

Catherine JACOB

@[email protected] Monod-Broca | 03 mars 2021 à 13:10
« On a 24 h pour maudire ses juges dit le dicton...
Il est dans le timing... »

Le dicton ? Plutôt le Comte ALMAVIVA, grand d’Espagne, amant inconnu de Rosine, une jeune personne de noble extraction dans « Le Barbier de Séville ou la précaution inutile », sous-titre d’une particulière actualité ne trouvez-vous pas ? dans cette affaire...

[…] LE COMTE.
Ah ! miséricorde !

FIGARO.
(Pendant sa réplique, le comte regarde avec attention du côté de la jalousie.)
En vérité, je ne sais comment je n’eus pas le plus grand succès, car j’avais rempli le parterre des plus excellents travailleurs ; des mains… comme des battoirs ; j’avais interdit les gants, les cannes, tout ce qui ne produit que des applaudissements sourds ; et d’honneur, avant la pièce, le café m’avait paru dans les meilleures dispositions pour moi. Mais les efforts de la cabale…

LE COMTE.
Ah ! la cabale ! monsieur l’auteur tombé.

FIGARO.
Tout comme un autre : pourquoi pas ? Ils m’ont sifflé ; mais si jamais je puis les rassembler…

LE COMTE.
L’ennui te vengera bien d’eux ?

FIGARO.
Ah ! comme je leur en garde, morbleu !

LE COMTE.
Tu jures ! Sais-tu qu’on n’a que vingt-quatre heures au palais pour maudire ses juges ?

FIGARO.
On a vingt-quatre ans au théâtre : la vie est trop courte pour user un pareil ressentiment.

LE COMTE.
Ta joyeuse colère me réjouit. […]

Acte II, scène II de cette pièce représentée aux Tuileries le 23/02/1775 et dont Beaumarchais , l’auteur, fut également à l'origine de la première loi en faveur du droit d'auteur et le fondateur de la Société des auteurs, le chantre de la liberté d’opinion avec Le mariage de Figaro : « Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur, il n'y a que les petits hommes qui redoutent les petits écrits » ainsi que l’éditeur de Voltaire, sans oublier une activité d’agent secret au service de Louis le XVe. Puis, bien que rallié à la Convention incarcéré sous la Terreur à 58 ans, puis ayant échappé de peu à l’échafaud, exilé à Hambourg.
Ah Beaumarchais ! L’insolence faite homme.

Gavot

@ F68.10 | 03 mars 2021 à 12:19
"Le jugement a été rendu publiquement, il n'appartient ni au parquet ni aux juges l'ayant rendu d'en assurer une diffusion au-delà de la salle d'audience..." (Gavot)

Ce n'est pas le rôle des journalistes ? Il me semble."

---

Bien entendu c'est leur rôle, et Mediapart vient de le faire. Je souhaite une excellente lecture aux Semtob ou à Mary Preud'homme à qui je conseille en préliminaire une petite dose de bismuth, souverain contre les aigreurs d'estomac.

Achille

En fait Nicolas Sarkozy n’est que la victime expiatoire d’une époque où la morale a été portée à un niveau de rigueur tel que, à moins d’être un parangon de vertu (l’abbé Pierre ou sœur Emmanuelle), plus personne n’est en mesure de respecter ses principes que ce soit dans sa vie privée ou professionnelle.
Le PNF est un peu ce qu’était le tribunal de l’Inquisition au XIIIe siècle où quiconque sortait de l’ordre établi, qu’il soit un simple gueux ou un seigneur aux grands titres de noblesse, était puni sans la moindre indulgence.
Certes les choses ont évolué depuis, ce n’est plus la mort sous la torture, mais c’est tout de même la mort politique, médiatique et professionnelle
PPDA, Richard Berry, quand bien même parviendraient-ils à faire la preuve de leur innocence, ont leur vie irrémédiablement détruite, car même s’il s’agissait de calomnies, il en restera toujours quelque chose auprès du public.

Pour Nicolas Sarkozy, même s’il ne s’agit pas d’affaires de mœurs, les termes de corruption et trafic d’influence sont terriblement ravageurs pour un homme qui a occupé les plus hautes fonctions.
Mais je crains que les juges qui l’ont condamné à de la prison ferme et qui nous dit-on, n’appartiennent pas au PNF, se soient attaqués à un morceau un peu trop gros pour eux.
Ça me fait penser à la fable de La Fontaine « La Grenouille qui se veut faire aussi grosse que le bœuf ».
Il serait temps que nos juges, qui se sont déjà suffisamment distingués par des errements mettant gravement en cause leur noble corporation (Mur des cons, entre autres) restent à la place qui est la leur. celle qui consiste à rendre la justice en toute indépendance politique.

jlm

Les commentateurs de CNews devraient aller plus loin dans leur démarche de sape : ce n'est pas le PNF qu'il faut démanteler pour complaire aux amis du (encore) puissant président prévenu, c'est le système judiciaire en son entier !
https://www.challenges.fr/top-news/la-justice-francaise-demande-a-ce-que-bollore-soit-juge-pour-corruption-selon-le-monde_753021 ! Un accord à la baisse conclu entre le PNF et Monsieur Bolloré a été refusé par le Tribunal de Paris ! Alors, on n'est pas si méchant au PNF !

sbriglia @Tendance

« Qui est alors le régulateur de l'application de ces lois mal ciblées ? Eh bien, c'est le procureur qui détermine l'opportunité des poursuites. Autrement dit, ce genre de loi donne de fait aux procureurs le pouvoir discrétionnaire de ne poursuivre que les faits les plus graves ou bien de poursuivre dans tous les cas visés par le texte, et c'est un peu comme s'il n'y avait plus de texte de loi. »
Rédigé par : Tendance | 03 mars 2021 à 22:53

CQFD !

Et c’est bien pour ces errements que la justice, en la matière, est d’opportunité politique.

Merci, Tendance, pour cette pertinente analyse.

Achille

@ Claude Luçon | 04 mars 2021 à 01:33
« Je profite de votre commentaire pour mentionner que j'ai aussi bien écouté Nicolas Sarkozy, mais j'ai aussi bien écouté Gilles Bouleau et une chose m'a frappé : tout au long de l'entretien Gilles Bouleau s'est adressé à son interlocuteur en disant "Nicolas Sarkozy".
Réciproquement quand Nicolas Sarkozy s'adressait à son interlocuteur il disait "Monsieur Bouleau ". »

Ce n’est pas pire que l’entretien d'Emmanuel Macron avec Jean-Jacques Bourdin et Edwy Plenel en avril 2018.
Les deux journalistes n’ont jamais utilisé le terme de « président » alors qu’ils s’adressaient au président en exercice.
En fait, ils s’adressaient à lui comme à un pote de comptoir ou plutôt comme un p’tit jeune qui a encore du lait derrière les oreilles.
Là il ne s’agit même plus du respect dû au chef de l’Etat, mais carrément à de la condescendance de journalistes qui se targuent d’un long vécu dans le monde de la politique, envers un jeune président de 40 ans sans expérience.

Ils en ont été pour leurs frais car non seulement EM n’a pas été déstabilisé par leurs provocations, mais il les a remis en place à plusieurs reprises.

sylvain

Que fait la Cour européenne des doigts dans l’homme ?
Sarkozy vit un véritable calvaire et risque une condamnation qui équivaut à un véritable supplice :

Assigné à résidence au cap Nègre, houlà c’est raciste ça, un endroit terrible, cerné par une mer infestée de requins, de la finance je présume, avec vue sur ces horribles îles du Levant, obligation de porter un bracelet électronique de marque Rolex et de pointer à la gendarmerie de Saint-Tropez.

Cet acharnement est insupportable, combien de temps ce faquin va-t-il tenir ce régime de fer ?

Patrice Charoulet

Pascal Praud

Plus j'écoute les débats animés par Pascal Praud, plus j'incline à penser qu'aux deux tours de la prochaine présidentielle, il votera Le Pen. Comme Ornellas, Rioufol, Bercoff et Messiha. Comme Xavier Nebout, sylvain, Exilé, Mitsahne, Philippe Dubois, boureau et Michelle D-LEROY. C'est leur droit. Pour moi, Le Pen, c'est mille fois non. Aux deux tours.

Lodi

@ F68.10

Sur le temps long, vraiment long, bien des choses finissent par se savoir, ainsi Néron, la Bête de l'Apocalypse, est un empereur criminel comme tant d'autres, mais surtout un excentrique.
Et en somme, il constitue curiosité culturelle comme il a été un ferment culturel à son époque.

https://www.intermedes.com/article/683-neron-entre-mythes-et-realite.html

https://eduscol.education.fr/odysseum/neron-lempereur-artiste-et-criminel

Bon, mais pour l'actualité et non l'Histoire, comment les choses peuvent-elle se savoir vu que le monde n'a pas tant de gens courageux et intelligents pour rétablir le vrai, le bon droit et l'espoir pour ceux qui ont besoin de ce dernier ingrédient ?
Je dirais qu'il faut compter sur la démesure et, plus banalement, l'incapacité de bien des transgresseurs de garder des secrets. Vaniteux indignes de l'art de dominer !

C'est moins s'affirmer par des actes que le faire savoir qui anime la masse des minables. Par hasard, pardon donc, je n'ai pas les références et ai même oublié les noms, j'ai vu relativement récemment deux affaires criminelles. Dans l'une, une femme menaçait son époux de le tuer car elle avait participé au meurtre et à l'enterrement d'un autre homme de la famille. Ainsi, l'auteur principal du crime et elle ont été attrapés... Dans le crime, il y a le problème des complices, type l'incapable de tenir le vin et sa langue. Dans l'autre, une femme se vantait pareillement dans les bistrots, cette fois-ci, la police ne faisait rien mais un fils voulant rendre justice à son père qui l'avait pourtant abandonné, a fini par démontrer la vérité à l'aide d'indices de ce genre, d’interrogations de diverses personnes. Fils admirable !

Dans les deux cas, enfin surtout le premier, les criminelles n'étaient pas bêtes. Certes, mais on n'était pas face à des génies du crime non plus : la routine policière était leur meilleure alliée.
Il faut quand même être sans caractère pour se vanter d'un crime... Si on prétend dominer l'environnement, il faut savoir se refréner soi-même. Que les gens sont incapables !
En général.

Les hommes de pouvoir aussi, pour des crimes ou pour rien, provocations qui ne servent à rien, bien au contraire type "gens qui ne sont rien" ou "Gaulois réfractaires".
Et en plus, si un jour quelque gouvernant devait réveiller son peuple avec des propos bien sentis, cela ne marcherait jamais avec de tels précédents. Les insulteurs minent le respect que le peuple doit se porter comme celui dû à leur fonction et hypothèquent l'avenir.
Rien de moins. Après, qu'ils essaient de jouer les rassembleurs tant qu'ils veulent, ils ne rassemblent pas, et pire, ils passent leur méfiance à leurs successeurs et aux scientifiques : si les Français sont contre les vaccins, c'est par méfiance envers la classe politique. Au lieu de reprocher tel ou tel manquement à tel transgresseur, même l'élite tout à fait hors du problème prend pour le plus grand mal de la santé publique.

https://www.courrierinternational.com/article/vu-dallemagne-pourquoi-la-mefiance-des-francais-vis-vis-des-vaccins-est-avant-tout-politique

Macron sauveur : d'abord nul n'est sauveur, ensuite, à mon avis, il y a le contentieux que j'ai dit.
Un gouvernant doit rassembler, qu'il y ai crise ou non... Provoquer sans raison, supposons que face à une invasion, les troupes fuient, c'est là qu'il y aurait lieu d'invectiver, peut-être.
Enfin, à étudier... Mais ce doit être l'exception.... À un moindre degré, il n'est bon pour personne de gaspiller ses ultimes ressources.

Comme un individu qui aurait été injustement traité écartera d'un revers de la main les objections de ses offenseurs. Cela me semble quasiment impensable à l'époque et surtout par les minables prétendants, mais imaginons qu'un des usurpateurs dise à Ulysse que la justice voudrait qu'il abolisse l’esclavage sur son île ?

——————————————————-

@ Achille

Il existe des gens capables de lire de longs textes. Puisque vous parlez de vous, évoquons le blog.
Sans vouloir exclure les autres mais parce que je ne pense pourvoir m'avancer que pour eux, je dirais : F68.10, Robert Marchenoir, Elusen parti sous d'autres cieux, Serge HIREL, Lucile et Catherine JACOB.

Je dirais qu'outre la curiosité finissant par donner envie de lire à certains rebutés a priori de la prose juridique, il y aurait les personnes voulant débattre utilement avec celles faisant des citations.
Internet, en proposant des textes à tous plus longtemps que le journal qu'il ne faut pas avoir manqué et dont on peut copier-coller des extraits voire mettre la totalité en ligne, a un rôle de bibliothèque virtuelle et d'aide au débat à jouer.

Mais c'est comme dans la publicité, "le bonheur si je veux", rien ne vous obligera jamais à faire le moindre effort :

https://www.dailymotion.com/video/xa9t4n

Grâce à vous, j'ai une idée que je cède gratuitement aux publicitaires - enfin, un geste élégant serait de me fournir un peu de Romanée Conti.

https://www.youtube.com/watch?v=81LojRSKkv4

Ou pour plus de facilité d'approvisionnement, dix sauternes le premier du mois le temps que la publicité passe, il est évident qu'elle rapporterait bien davantage.

Vamonos

Monsieur Sarkozy a devant lui un avenir tracé par ses ennemis politiques. Mis en examen dans plusieurs affaires, il va être contraint de faire appel devant plusieurs juridictions.
La séparation des pouvoirs a sombré dans une guerre idéologique. La démocratie ne sort pas grandie de l'acharnement médiatique. Le pouvoir judiciaire est devenu autoritaire. De plus, il s'occupe de marketing électoral. Un vent mauvais souffle sur la France.
2021 a mal commencé, il n'y a pas matière pour l'instant à ajouter cette date à la liste de celles qui ont marqué l'histoire de la France.

Lucile

@ Giuseppe | 03 mars 2021 à 22:31

Concernant les écoutes, bien sûr qu'elles sont utiles. Les perquisitions des domiciles et des bureaux également. Mais pour être autorisées, elles doivent s'appuyer sur des faits précis et graves, et un début de preuve. Le policier qui demande l'autorisation de mettre quelqu'un sur écoute doit, ou devrait, avoir de sacrés arguments pour le faire, parce que quand un fonctionnaire commence à épier la vie privée des gens et leurs conversations privées, et cela pendant des mois, il faut qu'il ait des arguments costauds pour se le permettre. On ne comprend pas non plus comment de simples conversations privées résultant d'écoutes pourraient constituer des délits à elles toutes seules ! De vagues soupçons ne peuvent pas suffire, ni pour mettre sur écoute, ni pour condamner en l'absence de preuve. À moins que l'on préfère vivre dans un Etat policier.

Autre point : il est certain que la conversation de NS avec son avocat n'est pas exemplaire et ne le révèle pas sous un jour reluisant, mais lui vaut-elle vraiment 3 ans de prison selon la loi ?

Comme le fait remarquer Tipaza, il y a une différence entre commettre un méfait et projeter de le faire lors d'une conversation qu'on croyait privée. Un enregistrement de projet n'est en aucun cas une preuve de délit, me semble-t-il.

Ce n'est pas la personne de Sarkozy qui importe dans l'histoire, c'est la crainte que notre justice en fasse trop dans certains cas, pas assez dans d'autres, soit par hasard, soit par idéologie, et quoi qu'il en soit avec toutes les conséquences que cela peut avoir, sur la vie politique d'une part, et sur la confiance des Français dans la justice de l'autre.

Tendance soulève un point important, qui est le manque de précision de la loi, permettant de telles différences de traitement entre les justiciables. Certaines affaires choquantes (je pense au cas Ferrand) ne sont tout simplement pas traitées, et d'autres prennent des proportions auxquelles on ne s'attendait pas, pour des raisons que les conclusions du jugement ne suffisent pas à éclaircir. Qui décide de poursuivre telle ou telle affaire, et selon quels critères ?

Si nous voulons des hommes politiques intègres, nous avons besoin pour cela d'une justice intègre, que l'on ne puisse en aucun cas soupçonner d'être inégale, ou pire, partisane.

Claude Luçon

@ Tipaza | 03 mars 2021 à 23:35
"J'ai bien écouté Sarkozy, ce soir sur TF1..."

Je profite de votre commentaire pour mentionner que j'ai aussi bien écouté Nicolas Sarkozy, mais j'ai aussi bien écouté Gilles Bouleau et une chose m'a frappé : tout au long de l'entretien Gilles Bouleau s'est adressé à son interlocuteur en disant "Nicolas Sarkozy".
Réciproquement quand Nicolas Sarkozy s'adressait à son interlocuteur il disait "Monsieur Bouleau ".
Mais pour qui nos journalistes se prennent-ils ?
Où est la vieille courtoisie à la française ?
Ce ne serait plus une façon de parler qu'on enseigne à l'école de journalisme et à Sciences Po d'où sort Bouleau ?
L'insolence et l'arrogance seraient deux nouveaux cours enseignés dans ces deux organisations qui sont en train de perdre leur statut d'écoles !
À écouter Gilles Bouleau lors cet entretien on aurait tendance à le croire !
Pourquoi s'étonner de l'insolence et du manque de respect des gamins de 14 ans pour toutes formes d'autorité quand nos journalistes les incitent à le faire sur les médias ?
Vont-ils enfin comprendre pourquoi les Français ne les respectent plus ?

alain

Au départ je ne savais pas comment j’allais commenter ce billet. Mais à la lecture de certains commentateurs, moi, issu de la France d’en bas, pouvais aussi faire quelques remarques.

La première concerne la critique de l’instruction qui selon certains aurait été faite essentiellement à charge. Peut-on imaginer que des policiers et des magistrats qui enquêtent sur ces personnes n’aient pas pris toutes les précautions ?Qui que vous soyez, lorsque vous devez enquêter sur un ancien président de la République vous avez réfléchi à deux fois, car à moins d’être frappé d’inconscience vous savez que tous les éléments que vous fournirez seront épluchés par les meilleurs avocats.

Deuxième remarque concernant les « amis » qui viennent sur tous les médias commenter une décision de justice, sur une affaire encore en cours puisque les mis en cause font appel de ce jugement. Ces « amis » qui exigent une justice exemplaire pour les petites crapules, lorsque celle-ci montre les dents pour la voyoucratie en col blanc ce n’est plus la même musique.

Il y a fort à parier que les avocats avaient déjà dans leur sacoche les dossiers pour se pourvoir en appel, ce qui est parfaitement leur droit.

Enfin que dire de l’image détestable qu’a donnée de la France cette affaire, on n’en a pas trop parlé, la honte sûrement, nous qui critiquons les autres, balayons devant notre porte.

Ce matin monsieur Bilger vous avez été pris à partie par « l’excellent » Pascal Praud qui vous a reproché votre corporatisme (je n’ai retenu que ça, ayant pris l’émission en cours), vous ayant privé de la parole pour vous justifier, je lui conseille vivement de lire le paragraphe qui suit, et qui résume parfaitement ce que les choses doivent être.
En effet, le seul vrai, authentique, désastreux malaise est qu'on puisse sans honte, légitimement, sereinement, poursuivre ou condamner un ancien président de la République pour des agissements que la Justice non seulement n'a pas inventés mais qu'elle a le devoir et l'honneur de prendre en charge.

Merci Mr Bilger pour ce billet.

Au fait qui a dirigé la France de 2007 à 2012, M. SARKOZY ou M. BISMUTH ? Mais non c’est de l’humour !!

Tipaza

J'ai bien écouté Sarkozy, ce soir sur TF1, qui s'est déclaré innocent puisqu'il n'y a eu ni enrichissement personnel, ni aucune action de corruption, personne, dans cette affaire, n'ayant bénéficié de quoi que ce soit.
Il répète qu'il a été condamné pour ce qu'il n'a pas fait.
Dont acte.
J'ai repris le billet, pensant l'avoir mal lu.
J'y ai trouvé ceci que je ne comprends toujours pas :

"Les motivations de cette décision (257 pages) mêlent une argumentation technique précise et pointue à des considérations morales et démocratiques quand il s'agit d'expliquer la nature de la sanction. Ce qui est on ne peut plus normal."

Argumentation technique, ça va, je fais confiance au magistrat.
Mais considérations morales alors je ne comprends pas très bien.
Il y a donc une hybridation entre la morale et le droit.
C'est une donnée générale de tout droit dans toute société, puisque le droit doit permettre le bon fonctionnement de la société, et que celle-ci ne peut exister que sur des fondements moraux.
Reste que le droit s'inscrit dans le marbre de la loi.
Son interprétation ne peut sortir du texte que pour l'éclairer, et rendre un texte rigide plus compréhensible.

Si l'interprétation dépend de la morale qui est fluctuante par nature, car elle dépend à la fois de la morale collective et de la morale individuelle, alors le droit dépend du bon vouloir de celui qui l'applique.

Cela porte un nom, pour le béotien que je suis, ça s'appelle l'arbitraire.
C'est d'ailleurs au nom de cette interprétation, fonction de la morale du temps, que les révolutions coupent les têtes "immorales".

Si je comprends bien, la valeur morale, donc le caractère absolument bon, ou absolument mauvais, de l'action réside dans ce qui fonde et précède l'action, et non plus seulement dans la réalité effective de l'action et ses conséquences.

On en vient donc à Kant, qui déclare (je schématise) l'intention vaut l'action.
Nous avons une justice kantienne, c'est bon à savoir.
Enfin kantienne, quand ça l'arrange, faut pas pousser tout de même. En d'autres circonstances, intention et action peuvent être relativisées en fonction de la morale en cours, et même en cour.

Enfin, je ne vois pas bien ce que sont des considérations démocratiques dans cette affaire, sauf à considérer que tout est permis au nom de la démocratie.
C'est un peu et même beaucoup ce que nous constatons, quand l'association "Génération identitaire" vient d'être interdite.

Tomas

@ Michel Deluré

Je ne me souviens pas avoir écrit cela sur la police. Mais vous avez raison, la droite salvadorienne est sans doute plus corrompue que la française, et le Salvador est un pays nettement plus mal loti que le nôtre.
Cela n'enlève rien au fait que selon les critères ouest-européens, la droite française fait fort. Deux présidents condamnés en dix ans, belle performance. LR peut se targuer d'avoir dans ses rang la moitié des chefs d'Etat du pays condamnés par la justice, les deux tiers si on considère, ce que je ferai pas pour ma part, que Pétain était illégitime.

Enfin, j'ai passé un grand moment devant ma télé ce soir, avec un Gilles Bouleau tout en impertinence, comme d'habitude. Presque aussi bien qu'Elkabbach défendant son patron Bolloré devant Eric Piolle sur CNews !

Tendance

Quand Nicolas Sarkozy parle de Cour de cassation et de CEDH, après un jugement de première instance, c'est très surprenant, comme s'il avait déjà entériné sa défaite en appel. Surtout pour quelqu'un qui se veut offensif !

----------------

@ sbriglia

Eh oui, l'article 433 ratisse large, très large, les peines encourues sont lourdes, très lourdes, elles sont les mêmes qu'i y ait eu ou non exécution, et le droit applicable en matière de preuve n'est pas défini de manière limitative.
Ceci est un problème de rédaction des lois: on veut durcir la répression et on vote des textes qui ratissent large, très large, trop large... et un nombre invraisemblable de choses tombent dans la prévention...

Qui est alors le régulateur de l'application de ces lois mal ciblées ? Eh bien, c'est le procureur qui détermine l'opportunité des poursuites. Autrement dit, ce genre de loi donne de fait aux procureurs le pouvoir discrétionnaire de ne poursuivre que les faits les plus graves ou bien de poursuivre dans tous les cas visés par le texte, et c'est un peu comme s'il n'y avait plus de texte de loi.

Que l'on accuse le parquet d'avoir poursuivi dans le cas d'espèce, c'est peut-être de bonne guerre, mais ce sont les politiques qui ont créé cette situation. Une fois la procédure lancée, le tribunal ne peut faire autrement que condamner en raison du contenu large, très large, trop large... du texte de loi qui ne lui laisse pratiquement aucune marge d'interprétation.

Giuseppe

J'avais suivi le côté haletant de ce reportage soigné, lucide, étouffant, sur ce juge italien qui combattait la crapuleuse mafia. Lui au courage immense, un héros magnifiquement humble, il ne vivait plus que sous protection, en fait il vivait dans un cercueil.

J'ai retenu un passage essentiel de ses interventions, 70 % - je crois bien me souvenir - des affaires étaient résolues ou avançaient grâce aux écoutes téléphoniques et il était hautement surpris, à l'époque, que la France soit à ce point réticente. C'était à ses yeux et ses oreilles un élément déterminant.

Paul Bismuth, un pseudo, un téléphone à part, une ligne cachée pour des communications, technique de malfrats bien connue.

J'imagine que tous ceux qui pleurent sur ces écoutes, et qui voudraient les pendre haut et court, doivent utiliser ces lignes et des pseudos simplement pour parler des dernières vacances, ou encore papoter sur la dernière exposition, non ?
Un peu dans le style de ceux qui utilisent des cartes prépayées, juste pour parler de la pluie et du beau temps, rien de plus quoi.

257 pages, admettons, je ne suis pas juriste, ce n'est pas un roman de cape et d'épée, il doit y avoir un peu de droit là-dedans, sinon autant aller au théâtre plutôt que payer autant de magistrats pour énoncer rien, du vide, nada... Cela ferait un peu désordre en même temps.

Paul... Euh... Nicolas a bénéficié de pas mal de non-lieux, et là il est condamné, c'est la loi.

J'y pense en rêvant, le poste à Monaco qui, selon les juges, aurait été la contrepartie offerte par Nicolas Sarkozy à l’ancien magistrat Azibert ne lui a finalement pas été attribué. Il s’agissait en outre d’un poste honorifique rémunéré 5 000 euros l’an. Mais en droit pénal, pour que les délits de corruption et de trafic d’influence soient constitués, il n’est pas nécessaire que le résultat recherché soit obtenu, paraît-il.

Un poste à Monaco... Bien sûr pas dans une HLM, la douceur des flots, la beauté des paysages, on parle de "poste prestigieux", il serait bon d'en détailler les ors et les avantages, ce serait sans doute indécent.

Pas pour le premier venu, j'imagine le ramage à la hauteur du plumage, la douceur de vivre, les vagues, le soleil et la mer étincelants, l'Italie et ses merveilles, la Riviera dei Fiori. Côté historique, vous y trouverez les vestiges d’un théâtre romain du IIe siècle, et la cathédrale de l’Assunta... Euh... Je m'éloigne, on a vu pire pour un placard.
On peut imaginer qu'un tel voyage doit faire rêver, Marina d'Andora, Albenga, Cannes, Grasse, Gênes... Et tout le reste sous le beau ciel d'une côte à couper le souffle, loin des souffreteux de Paris... Au fond pour 5 000€ tu n'as plus rien.

https://youtu.be/o8DTm8Z5k7I

Mulet

En voiture, je viens d'entendre sur Sud Radio à 17h votre intervention, suite aux réactions après la condamnation de Nicolas Sarkozy... Bravo et encore bravo !

Crataegus

Merci M. Bilger pour ce billet très instructif !
Ces cris d'orfraie des politiques et des journalistes sont écoeurants !
Il a encore bien des amis parmi les patrons des media le sieur Sarkozy ! Tout le monde n'a pas cette chance !
Que dire du soutien des candidats de droite à leur "parrain" : Pécresse, Bertrand, Retailleau... et du groupe LR bien sûr ! (mais pas du meilleur d'entre eux qu'ils ont viré !)

On entend déjà dire que NS pourra quand même se représenter: l'éternel retour malgré l'échec de la primaire !
Ce pays est la risée de toutes les démocraties !

sbriglia

Sujet donné en 3e année de licence, unité de valeur "droit pénal des affaires":

Monsieur Dupré, négociant important en champagne, atteint d'un cancer de la prostate, sollicite son ami d'enfance et médecin traitant le Docteur Dubois afin que ce dernier lui obtienne un tour de faveur pour être opéré le plus rapidement possible par le Professeur Dulac, éminent urologue de la place de Paris.

Le Professeur Dulac assure son ancien ami de fac, le Docteur Dubois, qu'il va essayer de faire le maximum ajoutant, en riant, qu'il est un grand amateur de champagne...

En définitive, le cancer dont souffre Monsieur Dupré n'a aucun caractère de gravité et ne nécessite aucune intervention.

Aucune caisse de champagne n'est adressée.

- Vous devez soutenir l'accusation, expliquer qu'il existe un pacte de corruption entre les susnommés et requérir des peines de prison ferme et des interdictions professionnelles.

Vous avez trois heures pour présenter votre réquisitoire.

sylvain

Vous avez tous peur de MLP à ce que je lis partout, y en a même qui la comparent à un épouvantail, c'est dire le niveau de chias*eux qu'il y a dans ce pays ; même les moineaux seraient morts de rire s'ils voyaient ce genre d'épouvantail. 

On a loupé le coche avec JM Le Pen et des vrais généraux spécialistes en répression formés dans les colonies, faut pas venir chialer, tas de gonzesses ! Arrêtez, il n'y a aucun candidat assez courageux pour frapper fort ; ils veulent tous la gamelle sans risques. Or, si on veut remettre de l'ordre dans ce pays pourri par toute cette fange islamogauchiste racailles dealers bandes de mineurs de trente ans d'âge, ces milliers d'envahisseurs islamistes, cette insécurité record, sauvagerie, barbarie, il faut des képis et des bottes, pas ces généraux de pacotille, ces petits poupons sortis des zécoles mais des purs et durs, manque de bol, la France n'en a plus en stock, il faudra des armées étrangères pour venir nous libérer, donc c'est râpé ! 

L'invasion criminelle islamogauchiste a de beaux jours devant elle, la moitié de la populace de ce pays foutoir collabore, Macron, députés LREM, toute la gauche et droite molle comprises.

ZEMMOUR, TAISEZ-VOUS !

PS: L'affaire Sarkozy tombe à pic pour détourner l'attention sur la honteuse et minable dissolution de Génération Identitaire, un groupe pacifique patriote qui fait le boulot que ces lâches collabos LREM refusent de faire.
Par contre les identitaires fascistes islamogauchistes racistes de la LDNA qui propagent haine, menaces, appels aux meurtres des blancs et crachent sur la France n’ont rien à craindre de leurs complices du pouvoir macronien et de ses juges rouges.

Patrice Charoulet

QUELQUES DATES A L'ENVERS

1989 : RMI 
1974 : IVG
1974 : L'âge légal de la majorité civile passe de 21 à 18 ans
1968 : Mai
1954 : Début de la guerre d'Algérie
1954 : TVA
1950 : SMIG
1946 : Début de la guerre d'Indochine
1945 : Sécurité sociale
7 et 8 mai 1945 : Capitulation de l'Allemagne
1944 : Droit de vote pour les femmes
6 juin 1944 : Débarquement allié
10-11 juillet 1940 : Le Parlement vote les pleins pouvoirs à Pétain
18 juin 1940 :  Charles de Gaulle lance un appel aux Français
16 juin 1940 : Capitulation
29-30 : Accords de Munich
Juin 1936 : Semaine de 40 heures, droit syndical en entreprise, congés payés
Avril-mai 1936 ; Front populaire
1932 : Allocations familiales
11 novembre 1918 : Armistice
1914 : Début de la guerre
1905 : Loi sur la séparation de l'Eglise et de l'Etat
1871 : Annexion par l'Allemagne de l'Alsace et d'une partie de la Lorraine
1870 : IIIe République
1870 : Guerre entre la France et la Prusse
1852 : Second Empire (Napoléon III)
1848 : Louis Napoléon Bonaparte est élu président de la République
1848 : Insurrection parisienne
1815 : Seconde abdication de Napoléon Ier
1814 : Première abdication de Napoléon Ier
1804 : Sacre de Napoléon Ier nommé empereur
1799 : Chute du Directoire, remplacé par trois consuls, dont Bonaparte
1795 : Directoire (cinq directeurs)
1794 : Fin de la Terreur
1793 : Début de la Terreur
1793 : Louis XVI est guillotiné
1789 : Constituante. Abolition des privilèges et droits féodaux.
14 juillet 1789 : Prise de la Bastille
1685 : Révocation de l'édit de Nantes
1610 : Henri IV est assassiné
1598 : Edit de Nantes qui accorde aux protestants la liberté de leur culte et met fin aux guerres de religion
1572 : Massacre de la Saint-Barthélémy (3 000 protestants tués)
1431 : Jeanne d'Arc est brûlée vive à Rouen
1348-1349 : La peste décime près de la moitié de la population française
1066 : Conquête de l'Angleterre par le duc de Normandie, Guillaume Ier, qui devient roi d'Angleterre
800 : Charlemagne est couronné empereur d'Occident
732 : Bataille de Poitiers
...

Serge HIREL

Cher Philippe,

J'approuve votre analyse et votre point de vue dans le moindre détail. Mais j’avoue que je ne partage pas votre conclusion : « Aucun malaise dans la démocratie ».
Pour ma part, il me semble plus juste de dire que l’autorité judiciaire, dont le respect de la démocratie avait quelque peu tangué dans l’affaire Fillon, est aujourd’hui dans le droit fil de son rôle. Ce verdict de première instance est même à mes yeux la marque la plus puissante depuis longtemps de la volonté des magistrats de rétablir l’équilibre des pouvoirs entre le judiciaire et le politique. Et il serait heureux que l’exécutif imite la justice et, cessant d’empiéter sur le législatif, permette à la démocratie de retrouver la plénitude de sa force. Mais ceci est un autre débat…

En revanche, ce même verdict officialise en quelque sorte un autre « malaise dans la démocratie ». Il n’est pas nouveau, l’affaire Fillon l’avait beaucoup alimenté, mais il a atteint un point d’orgue dans les minutes qui ont suivi le prononcé : le mépris des politiques et des médias pour la justice. Tout a été bon pour, immédiatement, discréditer le jugement.

En quelques instants, un autre procès, médiatique celui-là, s’est ouvert : celui contre les juges, avec, pour accusé principal, le PNF. À tel point qu’on en oublie presque que la condamnation a été prononcée par le tribunal judiciaire de Paris. Il est probable que des citoyens peu informés de la procédure pensent de bonne foi que les trois prévenus ont été « punis » par ce parquet…

Quelle belle - et honteuse - unanimité entre des personnages qui, habituellement, se détestent ! Julien Aubert et Marine Le Pen réclamant en chœur la suppression du PNF ! Même Le Figaro s’y est mis sous la signature de son directeur adjoint de la rédaction, qui commence bien mal son propos en défiant le Code pénal. Comment oser, pour tenter de justifier l’entorse à la loi qu’il commet, comparer le commentaire d’une décision de justice rédigé sans recul, dans l’émotion de l’instant, et l’analyse élaborée qui en sera faite dans les facultés de droit, après lecture critique des 250 pages de motivation ?!!

Et Zemmour, cette fois, aurait mieux fait de ne pas précipiter son analyse de polémiste. Lorsqu’il s’est exprimé, lui non plus ne connaissait de l’issue du procès que le contenu d’un flash de l’AFP et quelques bribes des propos tenus à l’audience finale par la présidente du tribunal. Dans une affaire aussi complexe, ceux-ci ne pouvaient refléter complètement l’ensemble du travail des magistrats qui a conduit à établir leur décision qu’il y avait bien eu « pacte de corruption » et leur certitude que le « faisceau d’indices graves et concordants », mis à jour par l’instruction, était bel et bien réel et suffisant pour condamner.

Le plus rapide et l’un des plus virulents a été Jean-Claude Dassier, ex-président de l’OM - un club qui sait ce que veut dire « pacte de corruption »… - reconverti en arbitre partisan, tout comme son ex-confrère sportif Pascal Praud. Pour ma part, devant la hargne qu’il a déployée, j’aurais quitté le plateau et j’admire votre choix d’y être resté pour tenter un dialogue impossible.

Bien sûr, si les trois prévenus avaient été des malfrats de la Brise de Mer ayant utilisé eux aussi des noms d’emprunt pour échapper aux écoutes, avec un même dossier, donné pour vide par la défense, la justice n’aurait pas encaissé une telle déflagration de jugements à l’emporte-pièce. Des titres qui participent à la curée l’auraient même félicitée. Mais voilà, les trois condamnés ne sont pas des bandits et l’un d’eux, tous les matins en se rasant, rêve d’un autre séjour à l’Elysée… même s’il se dit « retiré des voitures ».

C’est d’ailleurs sur ce point que le tribunal a honoré la justice en la maintenant à sa juste place, en dehors d’une incursion dans la sphère politique. Il a prononcé un verdict qui évite au corrupteur l’inéligibilité automatique et lui permet - secret de Polichinelle - d’envisager une candidature.

Ce soir, sur TF1, qui fait passer l’audience et ses préférences politiques avant tout souci d’éthique, Sarkozy, la main sur le cœur, ne défendra que son honneur… Il n’aura aucune intention de profiter de la situation pour faire de la politique… Promis, juré !

Giuseppe

J'ai trouvé la couverture de Charlie aujourd'hui excellente. Comme souvent.

S'accommoder de misérables turpitudes, un costard offert, un voyage sur un yacht, un emploi parlementaire, des financements pas très clairs.

Je me souviens d'un reportage sur François Mitterrand qui parlait des porteurs de valises. Quelqu'un avait proposé Roland Dumas pour en assurer le poids et le transport, et Mitterrand de rétorquer qu'il "avait les doigts qui collent".

Sarkozy mérite la taule, ce n'est pas moi qui le dis mais les juges, Fillon mérite la taule ce n'est pas moi qui le dis mais les juges, Cahuzac mérite la taule ce n'est pas moi qui le dis mais les juges, Chirac aussi en son temps et d'autres encore.

Alors que l'on ne se raconte pas d'histoires, s'ils avaient été le pékin du coin ils auraient fait de la taule, bien ferme, à la Balkany qui pourtant était une canaille... Il en a fallu du temps, quand on liste tout ce que racontent les journaux, aux USA ils auraient été condamnés à plusieurs vies comme Madoff qui a été condamné le 29 juin 2009 à 150 ans de prison, le maximum prévu par la loi.

Le jugement de cour en France est bien affable, la morale qui est saupoudrée dans les motivations des juges pour Sarkozy n'est là justement que pour faire comprendre la clémence de la peine prononcée.

Il peut se débattre comme une anguille dans la nasse, les citoyens n'y croient plus, son parti lui a craché à la figure lors des primaires, finissant bien tristement sa vie politique, le reste et l'après ne sont que littérature de journalistes en mal de publication, pour exister.

Il fera appel, les procès vont s'enchaîner, ils vont divertir, les costards de Fillon ont bien fait rire, les sommes colossales encaissées par Penelope ont fait déjà moins sourire, car c'était notre pognon, les costards étaient ceux d'un sponsor, certes pas pour les beaux yeux de la lingère mais pour un avenir de lumière.

Qu'ils aillent en taule, Pépère tout mollasson qu'il fut, et qui a fait aussi bien que Sarko - un seul quinquennat -, n'a pas profité, certes il est un grand bourgeois, mais s'est contenté d'une République bananière qui a choyé grassement ses élites et qui l'a grassement pourvu de belles pensions de retraite:

https://www.liberation.fr/checknews/2019/12/10/non-francois-hollande-ne-touche-pas-36-000-euros-de-retraite-par-mois_1768171/

20 000 € mensuels et ce qui l'entoure, pas mal non ? Il n'est pas goinfre, on lui sait gré de son appétit, mais compte tenu de ses résultats et ceux de son prédécesseur dans une entreprise ils auraient pris la porte avec sans doute une rupture conventionnelle de contrat, mais pas plus pas moins.

Il ne va pas mourir de faim pépère, il est un peu de cet épicier de Tulle, il a divorcé certes, en sous-estimant certains biens paraît-il... Rien de plus que le Français moyen qui évalue à la limite ses biens pour payer au plus juste ses frais de séparation ou de succession.

J'ai bien aimé la couverture de Charlie. Au fond ils ne font que passer et la plus dure des punitions n'est pas celle que l'on croit.

Le jugement de Lantenac envers le canonnier est exemplaire, nous avons supprimé la peine de mort, et même la prison.
257 pages de motivations que peu ont lues pour un an de guignol, ce n'est pas cher payé, d'autant qu'à la fin des recours tout le monde aura oublié, un autre aura pris sa place.

Ninive

Et pendant ce temps-là Macron, le même jour et en même temps, joue une fois de plus les traîtres à la patrie en dénonçant notre armée, c'est tout ce qu'il sait faire car il n'aime pas la France. Comment nos militaires peuvent-ils accepter cela ? Comment peut-il rester au pouvoir après cela ?

Isabelle

Pendant que nous devisons sur les déboires judiciaires de N. Sarkozy, ce qui doit enchanter la macronie d'une certaine manière, E. Macron a choisi mardi de reconnaître la responsabilité de l’armée française dans l’assassinat du militant FLN Ali Boumendjel, en 1957. Notre Président, qui représente notre pays la France, se vautre à nouveau dans la repentance unilatérale.

Cette auto-flagellation ne peut qu’attiser les ressentiments de la jeunesse musulmane. Franchement, ce n'est pas la peine d'en rajouter dans ce domaine. Pas très futé.

La reconnaissance des fautes ne doit pas exonérer l’Algérie d’une démarche identique pour l'expulsion des pieds-noirs, le martyr des harkis, la tuerie de la rue d’Isly, le massacre d’Oran, etc.

Il est urgent d'imposer une assimilation oubliée et d’exiger la réciprocité dans la lecture de l’Histoire entre la France et l’Algérie. De plus en plus de femmes voilées dans les rues de France alors qu'il y a seulement dix ans on en voyait beaucoup moins. Si les femmes veulent être voilées, qu'elles aillent dans d'autres contrées. Bientôt des fillettes voilées et de plus en plus de jeunes musulmans qui contestent les apprentissages de l'école publique.

Nous sommes dirigés depuis trop longtemps par des incompétents qui nous saoulent avec leurs histoires de justice ou de c*l, c'est selon. Pendant ce temps-là, le pays sombre dans l'obscurantisme.

---

E. Macron critique en privé « une sévérité sans égale » à l’égard de N. Sarkozy. Il espère sans doute ainsi récupérer les voix de droite qui se seraient portées vers cet éventuel candidat LR évincé à ce jour. Pendant que ce petit monde fait des plans sur la comète pour 2022, les immigrés continuent d’imposer leur mode de vie aux Français soumis qui subissent sans mot dire.

La France ne perd pas seulement la bataille de l'assimilation mais aussi la bataille de "sa propre identité". Ce n'est pas E. Macron avec sa déclaration : "Il n'y a pas de culture française" qui va protéger notre pays. Il ne connaît que la souveraineté de l'UE et pas celle de la France !

Exemple concret : pourquoi Macron laisse-t-il Erdogan organiser l'implantation de communautés turques de plus en plus intégristes dans nos villes, comme à Flers en Normandie ? Une communauté qui, aujourd'hui, refuse que les filles turques s'acoquinent avec des Français sous peine d'être renvoyées en Turquie pour y être mariées de force. Une idée : demander aux Normands de draguer les Turques qui seront donc renvoyées au pays. On commence ainsi à résoudre le problème de cette immigration de masse non contrôlée.

Isabelle

@ Gavot

Un superbe panier de crabes. C'est à qui bouffera l'autre. Il ne manque plus que les homards de François de Rugy !

Si tout ce joli monde faisait preuve d'éthique et ne se servait pas copieusement, nous n'en serions pas là. La justice pourrait se reposer sur ses deux lauriers. Mais faut pas rêver !

L'homme et a fortiori l'homme au pouvoir adore se servir. Tous ces personnages politiques, et ce quel que soit le parti représenté, oublient tous par contre de SERVIR.

Pas étonnant que de plus en plus de Français s'abstiennent de voter, tellement ils sont écœurés. Malheureusement, ces abstentions font venir à la barre des individus de plus en plus mafieux. Ah, elle est belle la politique française !

Catherine JACOB

@ revnonausujai | 03 mars 2021 à 08:53
« Sarkozy a été un président calamiteux (enfin, presque autant que ses deux successeurs !) mais ce qui lui est reproché là, c'est d'avoir voulu donner un coup de piston à un ami ; à ce compte, il n'existe pas un seul politique ni probablement un seul fonctionnaire d'autorité qui puisse échapper à une condamnation. Dérisoire et arbitraire. »

Ce n’est pas tout à fait ce qui lui a été reproché.
Ce qui lui a été reproché, si j'ai bien compris, c’est de l’avoir fait proposer en échange de la commission d’une infraction à l’alinéa 2 de l’article 11 du code pénal que sanctionne d’un an et non de trois ans de prison, l’ article 226-13 et dont dédouane le cas échéant, l’226-14 du même code. Et donc, ce qui est en jeu c’est le devoir de probité auquel un manquement constitue le délit de concussion .

Ces délits ont-ils été commis ? Il semblerait d’après, non les 250 pages de motivations d’une décision à laquelle nous n’avons pas accès à moins d’en faire la demande écrite au greffe et d’en acquitter les frais, mais d’après l’interview du bâtonnier du barreau de Paris sur BFM TV, que les preuves n’ont pu en être établies et que ladite décision soit basée sur l’erreur de droit ayant consisté à remplacer les preuves ayant failli à être dûment rapportées par l'accusation, par ces « indices graves et concordants » qui servent non à prononcer une culpabilité mais à mettre en examen une possible culpabilité, l’innocence demeurant présumée et, c’est là le point sur lequel la défense envisage peut-être bien de s’appuyer pour faire appel de la décision d’un juge qui, encore vice-présidente du tribunal de grande instance de Marseille en 2018, a fait l’objet d’une promotion remarquable ayant consisté à promouvoir un magistrat ayant également jugé des faits reprochés à Bernard Tapie, habituée à voir défiler dans ses audiences le grand banditisme marseillais, au poste prestigieux de présidente de chambre au tribunal correctionnel à Paris, et qui se voit donc appelée en 2020 à apprécier les faits reprochés à, entre autres, un demi-Corse

Bon. Finalement, en dehors du fait que l’appel ne sera peut-être pas audiencé avant 2022, il n’est pas si mal ce jugement de Normand rendu par un juge qui a de la bouteille, en ce qu’il ouvre une possibilité de reformation en appel qui paraît à première vue sérieuse, la condamnation ayant été prononcée sans preuves flagrantes, il est en effet inacceptable que dans l'état de droit on remplace les preuves par un sentiment quand bien même ce sentiment s'exposerait en 250 pages format A4, car la décision eût été tout autant critiquée en cas de relaxe pure et simple. Évidemment pas par les mêmes.

Bref, de quelque point de vue que l’on se place, du grand art…

sbriglia@X.Nebout

@ Xavier NEBOUT | 03 mars 2021 à 11:28N

Ah ! s’il avait fait partie de la Maçonnerie où de telles pratiques sont monnaie courante il ne se retrouverait pas dans le triangle... des Bermudes...

sbriglia@Denis Monod-Broca

@ Denis Monod-Broca | 03 mars 2021 à 12:04
« Je trouve choquant que N. Sarkozy se répande dans les médias, dénigrant la justice en général et tel et tel juge en particulier. »

On a 24 h pour maudire ses juges dit le dicton...
Il est dans le timing...

Alex paulista

Question de néophyte aux experts du système judiciaire: quelqu'un pourrait m'expliquer pourquoi c'est le PNF qui intervient dans cette affaire ? Je croyais que le PNF avait été créé pour les affaires de grande technicité financière requérant des experts en lavage d'argent et sociétés écrans implantées dans des pays exotiques. Ce n'est pas le cas ici. Faut-il comprendre que le PNF serait en fait le parquet politique ?

Sur Sarkozy :
Je suis peu suspect de complaisance car je vous alertais sur sa malhonnêteté dès 2006 quand, alors ministre de l'Intérieur, il multipliait les appels du pied au FN et inventait chaque année un nouveau concept pour diminuer le nombre de visas délivrés: suspicion de principe de tout mariage international, concept des mariages "gris", ajout de modalités comme passage de la police chez vous, ou des cérémonies de naturalisation. Le tout sans évidemment mettre les ressources en face : les policiers avaient d'autres priorités que passer chez les gens, les préfectures organisaient les cérémonies à la saint-Glinglin et vous receviez votre passeport sans cérémonie au bout de 6 mois de harcèlement physique et téléphonique de tous les services.
Je suis passé par toutes ces étapes avec ma première épouse, en suis sorti dégoûté et ai décidé de partir vivre au Brésil.
À l'époque tous ces appels du pied au FN vous comblaient et Sarkozy était votre homme providentiel.

Pourtant aujourd'hui cette condamnation me laisse un goût amer. Qu'un homme - que pourtant je méprise profondément - soit obligé d'utiliser Paul Bismuth pour converser avec son avocat par peur d'être écouté, c'est un problème.
Qu'un ancien avocat général ne trouve pas plus que ça à redire à l'usage de "filets dérivants" pour écouter un homme, c'est préoccupant.
Que l'on condamne un homme à trois ans de prison sur des éléments aussi infimes que la promesse d'un "coup de pouce" informel qui n'aura jamais lieu, on pourrait voir ça comme l'assurance, si son nom est évoqué, de l'approbation de la compétence avérée du vieux magistrat.

Sarkozy, comme tout ancien président, ne vit tristement que de conférences où il prostitue le prestige de sa fonction passée, ou de faire l'intermédiaire en recyclant ou seulement faisant croire à son influence ou son carnet d'adresses.
La vie d'un ex-président médiocre (tout le monde n'est pas FH Cardoso) n'est que trafic d'influence.
Alors qu'au bout de plusieurs années à l'écouter sans relâche sur de nombreux prétextes, on n'ait trouvé que ça...
Cette condamnation est plus que préoccupante.

Racine15

"Les motivations de cette décision (250 pages) mêlent une argumentation technique précise et pointue à des considérations morales et démocratiques..."

Je ne suis pas spécialisé en matière judiciaire, mais tout de même, 250 pages, un vrai roman, pour rechercher et finir par trouver une trace de culpabilité, m'interpellent. Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement. Il est vrai que s'y rajoutent des considérations morales ; depuis quand juge-t-on selon la morale ? À moins que l'explication ne vienne ici:
"...des échanges entre un avocat et son client, usant l'un et l'autre d'une fausse identité, dont la plupart se rapportaient à la préparation d'infractions susceptibles d'incriminer le trio plus tard condamné".

L'intention doit être sévèrement punie, vous avez raison M. Bilger. Comme vous l'expliquez, le trio peut aller en appel, donc quelle importance que le jugement soit aberrant: la démocratie pour les nuls.

sylvain

@ Denis Monod-Broca | 03 mars 2021 à 12:04
"Je trouve choquant que N. Sarkozy se répande dans les médias, dénigrant la justice en général et tel et tel juge en particulier."

J'aime bien remettre les choses dans l'ordre : je trouve shocking que les juges gauchistes anti-Sarko se répandent dans les merdias acquis à leur cause en dénigrant Sarko sans preuves sauf le fameux "faisceau d'indices", expression très socialoviétique islamogauchiste qui permet d'embastiller très démocratiquement tout gêneur de droite.

Ne me remerciez pas, j'aime appeler un chat un chat.

Achille

@ Tipaza | 03 mars 2021 à 10:15
« Dans l'ambiance actuelle d'une société bisounours, être un martyr de n'importe quelle cause, y compris la sienne à usage personnel, est un gage de prospérité médiatique et peut-être que cela lui favorisera une éventuelle candidature, ce que je ne souhaite pas du tout. »

Il est vrai que les Français, d’une façon générale, ont tendance à prendre fait et cause pour les victimes (je n’ose pas utiliser le terme d’opprimé concernant Sarkozy, ce qui serait abusif).
En fait ce sont surtout les gens de gauche qui ont cette tendance humaniste.
Mais là curieusement ce serait plutôt les gens de droite qui défendent le "condamné".
Je ne suis pas certain que MLP soit bien inspirée en souhaitant que Sarkozy puisse se représenter en 2022 car, dans ce cas, il pourrait bien lui piquer tous les électeurs de LR qui, en désespoir de cause, sont résignés à voter pour elle.
Mais qu’elle se rassure Sarkozy a affirmé qu’il ne se présentera pas à la prochaine élection présidentielle. Mais alors qui comme candidat de LR ?

--------------------------------------------------------------

@ Lodi | 03 mars 2021 à 07:20
« Qu'on ne me dise pas que personne ne lirait le jugement. D'abord ce n'est pas vrai »

Entre nous, je ne vois pas trop bien qui est partant pour lire les 257 pages du jugement, mis à part des juristes chevronnés impliqués dans la défense de Sarkozy.
Mais certainement pas le quidam moyen et moi en particulier qui évite les commentaires de plus de 30 lignes.


F68.10

@ Gavot
"Le jugement a été rendu publiquement, il n'appartient ni au parquet ni aux juges l'ayant rendu d'en assurer une diffusion au-delà de la salle d'audience..."

Ce n'est pas le rôle des journalistes ? Il me semble.

En tout cas, à titre de comparaison, qui vaut ce qu'elle vaut, je n'ai eu aucun mal à mettre la main sur les détails de la procédure d'impeachment de Trump. C'est pas exactement le même cas, mais ce qui est important de mon point de vue, c'est que cela ne m'a pas pris plus de cinq minutes à trouver... J'ai juste à faire un tour sur un média du nom de NPR pour avoir le lien m'y menant. Bravo NPR !

"En revanche les autres parties, notamment les condamnés, peuvent parfaitement le rendre accessible à tous afin que chacun se fasse son idée sur la rigueur factuelle et juridique de celui-ci. Curieusement je gage que NS préfère se répandre en indignation dans les médias qui lui sont complaisamment ouverts plutôt que rendre facilement accessibles au public les 250 pages aboutissant à sa condamnation."

S'il est nécessaire que ce jugement soit rendu public, ce n'est pas sur la bonne volonté de condamnés qu'il faut compter. J'ai vraiment l'impression qu'on traite ce type d'affaires comme si c'était une histoire de pension alimentaire.

------------------------------------------------------

@ Lodi
"Le fait qu'on ne trouve pas de rendu de jugement prouve encore une fois qu'en France on mélange le fait et l'interprétation. On donne du vague sur le premier et on masque qu'on prend position sur le second."

Exact.

"Qu'on ne me dise pas que personne ne lirait le jugement. D'abord ce n'est pas vrai..."

Évidemment que ce serait faux.

"Qu'on ne me dise pas que les journaux n'ont pas tant de place : à supposer qu'ils le croient vraiment, sur Internet, un texte du journal avec un lien proposant le jugement ferait l'affaire."

Exact. Ou même un code QR sur une version papier.

"En France donc, on mélange faits et interprétation, c'est dramatique... Je suppose que cela vient des journaux mais diffuse dans la société."

Je pense effectivement qu'il y a une culture journalistique à corriger.

"Bref, de toute façon, la vérité finit souvent par se savoir, il faut juste ne pas être pressé."

Malheureusement pas toujours. Les manœuvres dilatoires permettent de créer des marges de manœuvre qui profitent au déni.

----------------------------------------------------

@ DAUMONT
"Je viens de lire l'arrêt de la Cour d'Appel de Moscou condamnant M. Navalny sur des bases juridiques impeccables."

Auriez-vous l'obligeance de vous fendre d'un petit lien qui nous économiserait des efforts inutiles ?

Gavot

@ Isabelle | 03 mars 2021 à 12:01
"Quid des affaires R. Ferrand, F. Bayrou, Alexis Kohler qui, elles, n'avancent pas d'un iota. Comme c'est étrange, mon cher Watson !"

Quelle clairvoyance, Sherlock, quelle vivacité d'esprit ! Effectivement si ces affaires-là avancent au même rythme que les dossiers Sarkozy on en a encore pour quelques années avant un éventuel procès.
Ce n'est pas ce que vous vouliez démontrer peut-être ?

Denis Monod-Broca

Je trouve choquant que N. Sarkozy se répande dans les médias, dénigrant la justice en général et tel et tel juge en particulier.

Isabelle

Quid des affaires R. Ferrand, F. Bayrou, Alexis Kohler qui, elles, n'avancent pas d'un iota. Comme c'est étrange, mon cher Watson !

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS