« Le président et les médias devraient s'excuser : affaire Zecler | Accueil | Eric Zemmour cet inconnu ? »

02 mars 2021

Commentaires

Gavot

@ Isabelle | 03 mars 2021 à 12:01
"Quid des affaires R. Ferrand, F. Bayrou, Alexis Kohler qui, elles, n'avancent pas d'un iota. Comme c'est étrange, mon cher Watson !"

Quelle clairvoyance, Sherlock, quelle vivacité d'esprit ! Effectivement si ces affaires-là avancent au même rythme que les dossiers Sarkozy on en a encore pour quelques années avant un éventuel procès.
Ce n'est pas ce que vous vouliez démontrer peut-être ?

Denis Monod-Broca

Je trouve choquant que N. Sarkozy se répande dans les médias, dénigrant la justice en général et tel et tel juge en particulier.

Isabelle

Quid des affaires R. Ferrand, F. Bayrou, Alexis Kohler qui, elles, n'avancent pas d'un iota. Comme c'est étrange, mon cher Watson !

sylvain

La palme de l'ignoble revient au SM mur des cons et son égérie odieuse dont je ne prononcerai pas le nom tant il me fait penser à du vomi. Cette extrême gauchiasse qui ose donner des leçons de morale, la lie de la fange des magistrats qui ont propagé la haine avec leurs horribles affiches anti-police et leur mur honteusement célèbre, du même niveau que le juif Süss du temps des nazis.

Il est clair que ces fachos n'ont plus rien à faire dans cette institution politisée islamogauchiste et qu'un grand nettoyage est urgent pour se débarrasser de ces malfrats.

Tendance

S'il semble bien difficile d'accéder au texte du jugement, les textes applicables à la date des faits sont eux faciles d'accès et ils montrent que ce qui est punissable est le fait de "proposer sans droit", qu'il y ait eu ou non exécution:

Code pénal

Version en vigueur au 08 décembre 2013

Article 433-1

Modifié par LOI n°2013-1117 du 6 décembre 2013 - art. 6

Est puni de dix ans d'emprisonnement et d'une amende de 1 000 000 €, dont le montant peut être porté au double du produit tiré de l'infraction, le fait, par quiconque, de proposer sans droit, à tout moment, directement ou indirectement, des offres, des promesses, des dons, des présents ou des avantages quelconques à une personne dépositaire de l'autorité publique, chargée d'une mission de service public ou investie d'un mandat électif public, pour elle-même ou pour autrui :

1° Soit pour qu'elle accomplisse ou s'abstienne d'accomplir, ou parce qu'elle a accompli ou s'est abstenue d'accomplir, un acte de sa fonction, de sa mission ou de son mandat, ou facilité par sa fonction, sa mission ou son mandat ;

2° Soit pour qu'elle abuse, ou parce qu'elle a abusé, de son influence réelle ou supposée en vue de faire obtenir d'une autorité ou d'une administration publique des distinctions, des emplois, des marchés ou toute autre décision favorable.

Est puni des mêmes peines le fait de céder à une personne dépositaire de l'autorité publique, chargée d'une mission de service public ou investie d'un mandat électif public qui sollicite sans droit, à tout moment, directement ou indirectement, des offres, des promesses, des dons, des présents ou des avantages quelconques, pour elle-même ou pour autrui, pour accomplir ou avoir accompli, pour s'abstenir ou s'être abstenue d'accomplir un acte mentionné au 1° ou pour abuser ou avoir abusé de son influence dans les conditions mentionnées au 2°.

Article 433-2

Modifié par Loi n°2013-1117 du 6 décembre 2013 - art. 6

Est puni de cinq ans d'emprisonnement et d'une amende de 500 000 €, dont le montant peut être porté au double du produit tiré de l'infraction, le fait, par quiconque, de solliciter ou d'agréer, à tout moment, directement ou indirectement, des offres, des promesses, des dons, des présents ou des avantages quelconques, pour lui-même ou pour autrui, pour abuser ou avoir abusé de son influence réelle ou supposée en vue de faire obtenir d'une autorité ou d'une administration publique des distinctions, des emplois, des marchés ou toute autre décision favorable.

Est puni des mêmes peines le fait de céder aux sollicitations prévues au premier alinéa ou de proposer, sans droit, à tout moment, directement ou indirectement, des offres, des promesses, des dons, des présents ou des avantages quelconques à une personne, pour elle-même ou pour autrui, pour qu'elle abuse ou parce qu'elle a abusé de son influence réelle ou supposée en vue de faire obtenir d'une autorité ou d'une administration publique des distinctions, des emplois, des marchés ou toute autre décision favorable.

Article 433-2-1

Création Loi n°2013-1117 du 6 décembre 2013 - art. 5

La peine privative de liberté encourue par l'auteur ou le complice d'une des infractions prévues à la présente section est réduite de moitié si, ayant averti l'autorité administrative ou judiciaire, il a permis de faire cesser l'infraction ou d'identifier, le cas échéant, les autres auteurs ou complices.

Une fois les écoutes validées par la Cour de cassation, on voit que défendre ce dossier est une tâche plutôt épineuse et pour le moment les grands juristes chargés de la défense n'ont tout simplement pas trouvé la solution.

Lambda

M. Bilger

Corporatisme qui vous empêche de raisonner sans a priori.
Dommage pour vous et pour nous.

Xavier NEBOUT

Le tribunal devait-il être compétent ?

Dès lors qu'il n'y a pas d'enrichissement personnel, il s'agit de la manière de gouverner qui certes doit être sanctionnée lorsqu'elle n'est pas scrupuleuse, et on peut alors sortir le général de Gaule de sa tombe et vider la moitié du Panthéon.
Il ne peut dès lors s'agir que d'un procès politique, et ce d'une manière particulièrement évidente si le juge se réfère à la fonction du condamné pour justifier la peine.

Le procès devrait donc être mené par une juridiction particulière. Une cour de la République qui ne soit pas la farce qu'elle est actuellement.

Enfin et somme toute, le moins qu'on puisse dire est qu'il n'y a pas eu mort d'homme, et que les faits sont bien mineurs au regard des moeurs de notre ripoublique. Il s'agit d'une peccadille. Si on doit mettre en prison tous ceux qui ont dit un jour dans le cadre de leurs fonctions, "tu m'arranges le coup et je te fais monter", on peut ouvrir un sacré camp de concentration.

Il y a là une immense hypocrisie. Avant de prôner l'usage du nouvel OMO qui lave plus blanc que blanc et affaiblir grandement le prestige de notre pays, la justice a un sacré ménage à faire devant sa porte.

Le bon peuple se fiche bien de Sarkozy, mais la magistrature commence à les lui briser menu.

Michel Deluré

Je pensais la justice comme s'entendant d'une part conforme au droit et s'attachant d'autre part à respecter l'égalité de traitement entre chaque justiciable, égalité tant en regard de son statut et de sa notoriété qu'égalité en terme de peine infligée en proportion de la faute jugée.

Mon sentiment est que sur ces deux points la justice, dans ce dossier, a failli et je ne peux que rejoindre le commentaire de Lucile (02/03 16:04).
Ce procès, initié sur la base d'informations obtenues dans des circonstances litigieuses, pour ne pas dire illégales, est contestable et d'ailleurs contesté par nombre de spécialistes de tous horizons.
Les sanctions prononcées et qui se sont voulues sans nul doute exemplaires sont disproportionnées en regard des fautes incriminées.

NS n'est peut-être pas un modèle de vertu mais il n'est pas non plus à l'opposé un malfrat notoire. Est-il d'ailleurs si différent de nombre de nos autres hommes politiques, passés ou présents, de quelque bord qu'ils soient ?

----------------------------------------------------

@ Tomas 02/03 17:01

Après la « police la plus bête du monde », voilà que vous nous servez maintenant « la droite la plus malhonnête du monde ».
Vous avez apparemment un goût très prononcé pour le superlatif. Et dans votre catalogue, vous en avez encore beaucoup à nous offrir dans ce style ? Sans aucun doute celui qui affirme que nous, Français, avons la malchance de vivre dans le pays « le plus mal loti du monde » !

Choubidou75

Certains commentaires prétendent que les écoutes seraient illégales. Ce n'est pas l'avis de la CEDH. Un avocat, s'il est soupçonné d'infraction, peut être mis sur écoute, selon elle:

https://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/06/16/01016-20160616ARTFIG00213-un-avocat-s-il-est-soupconne-d-infraction-peut-etre-mis-sur-ecoute-selon-la-cedh.php

Idem pour la Cour de cassation:

https://www.lemonde.fr/police-justice/article/2016/03/22/la-cour-de-cassation-valide-les-ecoutes-telephoniques-de-nicolas-sarkozy_4887922_1653578.html

Tipaza

@ Achille | 03 mars 2021 à 07:12
"Mais dans le cas présent, eu égard à leur amitié de longue date, peut-être se limitera-t-il au terme affectueux de "doux rêveur", ce qui n'est pas totalement faux... "

Prendre ses rêves pour la réalité, il n'y a rien de plus agréable.
C'est juste au réveil que ça fait mal !

On peut tirer deux conclusions de cette affaire :

Tout d'abord le PNF ne pourra pas rester en l'état avec un pouvoir discrétionnaire comme il en a usé et surtout abusé. Il faudra bien contrôler le travail du contrôleur.

La seconde conclusion est que cette condamnation permet à Sarkozy de louer les victimes, et je me demande même si ce soir sur TF1 il ne jouera pas les martyrs.
Dans l'ambiance actuelle d'une société bisounours, être un martyr de n'importe quelle cause, y compris la sienne à usage personnel, est un gage de prospérité médiatique et peut-être que cela lui favorisera une éventuelle candidature, ce que je ne souhaite pas du tout.
Le vieil adage "à quelque chose, malheur est bon" risque de se produire, quelle catastrophe en perspective :-)

guzet

Pourquoi, par aveuglement corporatif, ne pas vouloir voir la réalité ? Les juges ne jugent plus en droit mais selon l'opinion ou leurs opinions. Exemple non politique : après la condamnation en première instance - non confirmée en appel - du cardinal Barbarin, un MAGISTRAT reconnaissait que la condamnation n'avait pas de base juridique mais se référait à "la réaction commune"... Pourquoi vouloir ignorer cette réalité et ne pas prêcher pour un retour des magistrats au droit, en renonçant à des professions de foi générales comme celle par laquelle a débuté l'arrêt aujourd'hui en question... Mais il faudrait pour cela que la formation juridique reste la référence pour le recrutement et la formation des magistrats ; au lieu d'être remplacée par une culture générale style Sciences Po.

Gavot

@ F68.10 | 02 mars 2021 à 23:01
"Un tel jugement devrait être publié et relayé dans les média. Sinon, il y a quelqu'un qui ne fait pas son boulot."

Le jugement a été rendu publiquement, il n'appartient ni au parquet ni aux juges l'ayant rendu d'en assurer une diffusion au-delà de la salle d'audience (sauf éventuellement, pour le parquet seulement, à publier un communiqué).

En revanche les autres parties, notamment les condamnés, peuvent parfaitement le rendre accessible à tous afin que chacun se fasse son idée sur la rigueur factuelle et juridique de celui-ci. Curieusement je gage que NS préfère se répandre en indignation dans les médias qui lui sont complaisamment ouverts plutôt que rendre facilement accessibles au public les 250 pages aboutissant à sa condamnation.

Aliocha

Pas simple de trouver l'ordure introuvable, il ne manque pourtant pas de candidats !
Tout affleure et tout apparaît, quand donc entendrons-nous que c'est le meurtre qui fonde nos cultures, genau a raison, la balle dans la nuque comme seul garant de l'injustice déguisée en équité.
Certains jettent l'enfant avec l'eau du bain quand d'autres n'en gardent que le liquide fétide pour mieux y barboter et faire le lit des démagogues qui détruiront la démocratie.
Que peut dire Sarko, ce soir, qu'il a consenti au sacrifice et qu'il est alors divinité sacrée et intouchable ?

On en vient à entendre en cette logique archaïque que celui qui dit la vérité, tel notre hôte, parle au nom de sa corporation, rejetant toujours le voile pudique de la jurisprudence Tapie, il n'est pas interdit de transgresser, mais de se faire prendre, allons, allons !

Ce n'est sûrement pas ainsi qu'on maintiendra la foule qui n'en peut plus au lit légal de la République, déguisant la justice en expiation, offrant ses victimes au sacrifice d'institutions inéquitables qui ne sont pas à la hauteur des textes qu'elles sont censé représenter.

Jusqu'à quand assisterons-nous au spectacle lamentable d'une justice où ses représentants n'ont pas assez de probité, comme le soulignait notre hôte par ailleurs, pour devoir sans cesse rendre monnaie à ceux qui les ont nommés, ravalant la parole sévère mais juste à roupie de sansonnet ?

Macron a l'occasion d'affirmer haut et fort que ce qui nous manque sont les incorruptibles, qu'ils doivent être nommés par et pour leur probité et leur sens de l’État, qui alors et seulement alors pourra maintenir au lit légal de la juste transcendance l'application des lois qui nous manque tant, évitant de se soumettre aux combats politiques qui ne savent qu'attiser la division qui sinon, en détruira la garantie d'équité, faisant de la République ce triste combats de chefs gaulois façon Bayrou-Sarkozy, incapables de se pardonner les coups bas qu'ils ne cessent de se donner, offrant l'exemple inepte à un peuple qui n'aura d'autre solution que d'aller s'offrir au retour des barbares du mensonge sacrificiel.

Fillon avait bien raison et espérons qu'il restera en ce pays assez de citoyens qui savent suffisamment maîtriser leur émotion pour ne pas renverser la table de la démocratie et entendre ce qu'il disait, nous n'avons pas d'autre solution que de soutenir notre président inexpérimenté, celui que la Constitution, avec laquelle en ces temps infiniment dangereux il convient de ne pas se torcher, a sélectionné, elle est le dernier rempart au monde, oui, je dis bien au monde car les Anglo-Saxons sur ces sujets faillissent et se sont déjà offerts au mensonge qui entraîne à la guerre civile, qui pourra sauver le libéralisme, au sens éminent de défense de la liberté et de résistance à ce qui voudrait mondialement l'éliminer.

Il suffirait pour cela de comprendre enfin ce qui fit de l'Europe le lieu de la prospérité, du développement des arts et des sciences, d'entendre le Te Deum que de Gaulle et Adenauer firent jouer au lieu du baptême de Clovis, instituant le pardon comme fondement de ce qui permit de ne plus se perdre aux affres de la division, qui sans cesse veut en détruire l'exigence pragmatique de réconciliation.
Non, ne les sifflez pas !

Puisqu'un audacieux a eu le front d'offrir ce répit à la République qui sinon ne sait plus que proposer l'ire de ses mafias corrompues, il serait temps que le peuple de France se rende compte qu'il a le choix en l'heure qui sonne d'accepter ce destin de ne plus décapiter son roi, qu'il a l'occasion ainsi de savoir entendre au travers des âges de toutes les défaites ce qu'un général avait su prononcer, donnant l'exemple éminent mais si fragile de probe résistance que notre hôte ici sait incarner, à défaut de quoi nous raterions le destin éminent du génie français :

"Nous, nous sommes ce pays-là. C'est conforme au génie de la France. Nous n'en sommes plus à la domination et à vouloir l'établir. Mais nous sommes le peuple fait pour rétablir, aider la coopération internationale. C'est ça notre ambition nationale aujourd'hui. Et faute de cela nous n'en aurions aucune. Mais il nous en faut une. Et celle-là nous l'avons. Elle est pour le bien de l'Homme. Elle est pour l'avenir de l'humanité. Et il n'y a que la France qui puisse jouer ce jeu-là. Il n'y a que la France qui le joue."

https://fresques.ina.fr/de-gaulle/liste/recherche/Michel%20Droit/s#sort/-pertinence-/direction/DESC/page/1/size/10

On peut évidemment a contrario se torcher avec la Constitution, et s'offrir aux mensonges des rituels d'expiation, érigeant guillotine à voter Le Pen ou Mélenchon, ou pire s'abstenir en s'en lavant les mains comme le consul romain d’Évangile, c'est le meilleur moyen de trahir la Nation.

Jérôme

Bonjour Philippe,

Vu sur le Net et très drôle, Sarkozy qui dit à Balkany : "Si à 65 ans t'as pas ton bracelet électronique, t'as raté ta vie".
J'espère que ce voyou finira devant la Cour internationale de La Haye, avec Botul-Henri Lévy, afin d'être jugé pour crime contre l'humanité.
Cette condamnation n'est qu'un hors-d'oeuvre.

Question : de mémoire, les écoutes sont liées à l'affaire mamie zinzin, donc bien à un délit d'ordre financier.
Merci au PNF de traquer les voyous de la République.
Il faut nettoyer les palais de la République au Kärcher.

revnonausujai

""Nicolas Sarkozy utilise une sorte de théorie du complot, c'est quelque chose qui mine la démocratie", a réagi Évelyne Sire-Marin, ancienne présidente du Syndicat de la magistrature."
On vit une époque formidable, la pègre gauchiste du SM donne des leçons de démocratie, un peu comme le "tribunal" de la mafia justifiant l'assassinat de Falcone par des considérations corporatistes !

Sarkozy a été un président calamiteux (enfin, presque autant que ses deux successeurs !) mais ce qui lui est reproché là, c'est d'avoir voulu donner un coup de piston à un ami ; à ce compte, il n'existe pas un seul politique ni probablement un seul fonctionnaire d'autorité qui puisse échapper à une condamnation. Dérisoire et arbitraire.

Gerald bachasson

250 pages de motivations... Quel aveu de faiblesse pour cette décision...! Et l'on voudrait soutenir que le jugement est impartial et consistant !

jlm

Les grands patrons propriétaires des grands médias craignent-ils à ce point le PNF pour que leurs porte-voix s'acharnent ainsi ? Mais il y a autant de virologues que de pénalistes à la télévision ! Ce serait franchement risible si ces chiens de garde n'avaient pas le mot démocratie à la bouche toutes les 5 minutes pour attaquer systématiquement le pouvoir judiciaire, quand celui-ci dérange leur petites affaires ; à l'évidence il est plus facile de lire les tweets du prévenu Sarko que les 245 pages du jugement rendu par le Tribunal correctionnel ! Même pour des spécialistes qui passent leur temps à étaler leurs certitudes et leurs à-peu-près !

sylvain

Hier j'ai assisté au débat sur CNews dans la Belle équipe ; pour une fois je donne raison à mille pour cent à Jean-Claude Dassier face à M. Bilger sur cette affaire téléguidée par l'Elysée. Personne n'est dupe, le PNF a abandonné sa fonction première pour devenir un sélectionneur de présidents selon la volonté des cabinets noirs de Hollande et Macron.
Que M. Bilger défende ses camarades c'est normal mais il ramait avec difficulté face au bon sens de Dassier.

Mais tout cela va rapidement faire pschitt avec les nouvelles bien plus importantes et beaucoup plus graves pour la France, salie encore une fois par ce traître de président qui se met à genoux devant l'Algérie en accablant et accusant l'armée française de torture et crime contre un militant islamiste en 1957. Il adore rallumer les feux dans les banlieues notre Néron pyromane, les avocats des racailles auront encore des prétextes pour dédouaner leurs clients.

Rajoutons une bonne pincée de sondages en faveur des djeuns des teucies favorables au port du voile dans les écoles et contre la laïcité, avec l'approbation des chroniqueurs merdiatiques soumis et nous avons au total une bonne repentance aplaventriste générale de nos maîtres islamogauchistes.

Le Pen avait mille fois raison quand il nous annonçait que les musulmans mettraient la France à genoux et aujourd’hui Zemmour confirme ses dires avec justesse et preuves à l'appui, ce qui lui vaut d’être sans cesse condamné par notre dictature de pensée macronienne islamogauchiste.

Lodi

@ F68.10

Le fait qu'on ne trouve pas de rendu de jugement prouve encore une fois qu'en France on mélange le fait et l'interprétation. On donne du vague sur le premier et on masque qu'on prend position sur le second. Il faudrait au contraire exposer les deux le plus loyalement possible.

Qu'on ne me dise pas que personne ne lirait le jugement. D'abord ce n'est pas vrai, ensuite, à force d'en voir, les plus intimidés commenceraient à en parcourir quelque chose puis de plus en plus.
Qu'on ne me dise pas que les journaux n'ont pas tant de place : à supposer qu'ils le croient vraiment, sur Internet, un texte du journal avec un lien proposant le jugement ferait l'affaire.

En France donc, on mélange faits et interprétation, c'est dramatique... Je suppose que cela vient des journaux mais diffuse dans la société.
Et beaucoup n'osent pas dire "je pense" ou "et moi je vous dis" ou "il m'est tombé telle tuile", non, il leur faut faire passer leur moi en fraude.
Sournoisement, ils prennent en otage des auteurs, des faits... Difficile d'exfiltrer les victimes ou de décoloniser la série de faits aussi mixés de toutes sortes de choses après eux !
Plus arrangé que du rhum du même nom.

Ou bien les gens finissent par voir la manœuvre par eux-mêmes. Je ne sais : une hypothèse encourage la vanité, l'autre la paresse, ces parasites dans la compréhension du monde sans compter que les deux causes se mélangent probablement car je ne crois pas aux explications mono-causales... Même le monstre du loch Ness serait plus probable !

Bref, de toute façon, la vérité finit souvent par se savoir, il faut juste ne pas être pressé.
Ce qui n'est pas mon tempérament... Quoi qu'il en soit, je félicite toute personne s'étant finalement un jour rendu compte que tel ou tel était affublé d'une réputation sans rapport avec les faits ou ayant accompli n'importe quelle rectification d'ailleurs.
Comme d'oser poser des questions, comme de ne pas craindre que des affreux essaient d'arracher face ou masque pour le crime de penser. En fait, il y a un certain nombre de gens à féliciter, que je connaisse ou non, alors pourquoi en vous parlant ?

D'abord, comme on l'a vu, les problèmes viennent du mélange entre faits et interprétation, le reste se déroule logiquement.
Deux parce que je n'ai pas la patience de réécrire et parce que l'effort n'est pas toujours récompensé et la muflerie mériterait d'être punie si les muses sont gentilles, elles m'ont inspiré un commentaire sur Internet, pas un traité ou un communiqué de presse, alors répondre à un commentateur convient parfaitement.

Achille

Je ne sais pas comment ça va se passer ce matin dans l’émission L’heure des pros, mais hier, notre hôte a eu bien du mal à convaincre les invités du plateau, en tentant de défendre, avec une belle conviction, teintée d’un peu de mauvaise foi, l’honneur de la corporation des magistrats.
Cela lui a valu les taquineries de son ami Pascal Praud qui visiblement ne partageait pas du tout sa vision angélique de la Justice.
En fait il n’y avait guère que Laurent Joffrin, ancien directeur de Libération, donc résolument de gauche, pour prendre sa défense.

Philippe Bilger va-t-il se faire accuser par Eric Zemmour de « bras armé » de Mediapart ? Le polémiste n’est jamais à court de comparaisons foireuses.
Mais dans le cas présent, eu égard à leur amitié de longue date, peut-être se limitera-t-il au terme affectueux de "doux rêveur", ce qui n'est pas totalement faux... :)

stephane

Ferrand, Benalla... c'en est où ?
Cette affaire Azibert rappelle l'affaire VA/OM.
Que Sarkozy soit innocent ou coupable importe peu au regard des moyens utilisés pour le faire condamner.
Je crois qu'il a bien d'autres casseroles et que c'est l'arbre qui cache la forêt ou la goutte d'eau d'un vase qui déborde depuis bien longtemps.

Enfin, il aura accès à TF1 pour répondre aux questions par une autre question. La méthode Rabbi Jacob. "Monsieur Sarkozy, avez-vous voulu favoriser monsieur Azibert pour un poste à Monaco dans l'espoir de ?" "Gilles Bouleau, vous m'avez bien regardé, à l'époque j'étais président de la République, je pense que ça ne vous a pas échappé ? Vous m'imaginez dans la crise grave que traverse le pays, tenter de faire pression pour influencer..." et Gilles Bouleau de se taire au lieu de dire "vous ne répondez pas à la question, et si je vous la pose c'est parce que certains téléspectateurs l'imaginent et qu'ils se posent également la question" et... on noie le poisson comme d'habitude.

La justice française ne s'est pas grandie mais comme si bien dit, si Sarkozy est relaxé, que ne va-t-il pas dire sur cette dernière...
Et pendant ce temps-là, Richard Ferrand est au perchoir, et sa SCI continue à percevoir les loyers versés par les Mutuelles de Bretagne. Le local a déjà été payé deux fois et il y en a encore pour un moment. Qu'en pensent les "sans dents" bretons ?

Ruth

Il est d'ailleurs tragi-comique de voir les soutiens de N. Sarkozy réclamer généralement une juste fermeté pour les délinquants. Que ne diraient-ils pas si d'aucuns reprenaient leurs éléments de langage pour tel chauffard, tel mari violent, tel dealer ou cambrioleur d'habitude et autres délinquants du quotidien ?

DAUMONT

Je viens de lire l'arrêt de la Cour d'Appel de Moscou condamnant M. Navalny sur des bases juridiques impeccables.
Je n'ai pas encore lu le jugement Sarkozy et la Présidente Madame Mée est une femme estimable.
Mais l'écoute à filet dérivant de conversations entre un client et son avocat alors qu'il n'y a pas d'infraction préalablement aurait dû entraîner la nullité de la procédure.
Par ailleurs je croyais que des propos non suivis d'un commencement d'exécution n'étaient pas punissables.

Je constate enfin la mollesse sinon l'absence de réaction des instances représentatives des avocats dans ces violations des droits fondamentaux. Ce n'est pas pour m'étonner quand Me Lantourne a été placé 5 jours en garde à vue pour une défense de M. Tapie reconnue ensuite exemplaire par la même Madame Mée. Les meilleurs peuvent aussi se tromper lorsque leurs sensations les font justiciers plus que juges.

Tipaza

Il m'arrive quelquefois, et même souvent, de ne pas être d'accord avec le billet. Mais au moins j'y trouve une verve, une sincérité et une intelligence qui m'amènent à réfléchir, d'accord ou pas d'accord.
Cette fois, j'ai trouvé un billet décevant, sur le fond et sur la forme. On devine la volonté et l'embarras de défendre l'indéfendable, à savoir l'acharnement de magistrats de gauche à "se payer" Sarkozy. Il en résulte une argumentation besogneuse, un style pesant et un raisonnement limite sophiste.
Rien qui n'ait la vivacité et le brio habituels.

Je ne connais rien au droit, mais je peux quand même dire que pour le citoyen lambda, ce qui compte en justice, en météo, comme en amour c'est le ressenti.
La logique froidement argumentée n'a rien à faire dans certaines situations de la vie.

Il est clair que le ressenti devant cette justice, qui depuis le Mur des cons, jusqu'à Fillon et maintenant Sarkozy, en passant par Zemmour, est celui d'un acharnement totalitaire contre tous ceux qui ne partagent pas l'idéologie bien-pensante.
Le droit s'efface devant le conformisme d'une soi-disant morale orientée qui tend à devenir égale dans ses attendus aux pires excès des procès staliniens ou de la révolution culturelle maoïste.
Certes nous n'avons pas encore (?) atteint ces excès, mais avec une hypocrisie bien rodée, une certaine magistrature y tend.

Et qu'on ne me dise pas que j'exagère, parce qu'enfin écouter la conversation d'un prévenu avec son avocat, c'est quoi, sinon pénétrer dans l'intime et le rendre public.
Les procès staliniens et ceux des gardes rouges de Mao demandaient au conjoint de témoigner contre l'autre et aux enfants de dénoncer leurs parents.
On n'en est pas là, mais presque.

Je n'en dirai pas plus, partageant le commentaire de Mary Preud'homme | 02 mars 2021 à 14:24

Je précise que je ne suis pas sarkozyste, et pour cause.
Je ne pardonnerai jamais à Sarkozy de s'être assis sur la volonté populaire, en adoptant le Traité de Lisbonne.
Mais au moins qu'il soit condamné pour cette trahison du peuple français et pas pour une présomption de culpabilité dans une affaire où le sort de la France n'était pas en jeu.

GERARD R.

Dans le secteur privé, même sans condamnation, avoir aux fesses le quart des casseroles qu'a Sarkozy, vous vaut facilement de pas trouver un emploi de sitôt. Vous y seriez immédiatement catalogué de pas sérieux, ni fiable. Pour Sarkozy, ancien président de la France, qui s'affuble de pseudonymes, il n'est évidemment pas question de remettre en cause le sérieux. Et on ne parle même pas d'inéligibilité. Pire, certains ne désapprouveraient pas de revoir un tel loustic, aux affaires. Il y a décidément des mondes bien différents et incompatibles. Il ne reste plus qu'à commuer sa très hypothétique année de taule, en travaux d'intérêt général. Comme d'entretenir les pelouses de Madame Bettencourt, par exemple. Et justice sera rendue !

Claude Luçon

"Il ne me semble pas que l'ire brillante d'Élisabeth Lévy soit pertinente sur ce plan pas davantage que la globalité approximative d'Éric Zemmour évoquant une décision sous la dictée de Mediapart et faisant passer pour des certitudes ce qui relève de sa constante détestation des juges."

Ah ! Zemmour ne serait pas saint ?
Ce soir RMC, Canal 23, a consacré une longue émission à Eric Zemmour, mettant en évidence sa haine de l'Islam et, sous couvert de conservatisme, des femmes.
Le diable à la TV d'après les nombreux commentateurs, dont Enthoven, BHL, Moix... mais charmant dans l'intimité !
Tout le monde s'accordait pour dire qu'il était un danger pour la France.
Enfin !
Tout le monde pourtant s'interrogeait pour savoir s'il allait se présenter à la présidentielle de 2022 !
Un duel Zemmour/Hidalgo au lieu de Macron/MLP ?
Espérons que les magistrats du PNF, le Canard et Mediapart s'y préparent.

L'ironie est que l’émission était présentée par Rachid M'Barki !
Quelqu'un a le sens de l'humour à RMC.
Ce que je ne comprends pas de Zemmour qui prétend, à tort, être français, tout en chantant son origine kabyle, est pourquoi il n'a pas francisé son patronyme en Lamour, considérant qu'il est si gentil en privé, car d'où sort ce patronyme, Zemmour, si peu français ?

Retour à Sarkozy !
Il est déjà à l'attaque, il sera sur TF1 demain, et penserait à porter ses juges devant la Cour des Droits de l'Homme.
Pourquoi pas aussi Claire Hédon ?
JaS et nous avons de beaux jours devant nous car là nous sommes sur le terrain de Philippe qui n'aura pas le droit de ne pas nous fournir de quoi cogiter sur NS et les magistrats !
De quoi nous changer du Covid-19 qui a infecté tous nos médias, sans les trucider, ils sont même plus bavards qu'avant, le souffle ne leur manque pas.

F68.10

@ Christophe
"La plupart des personnes n'ont pas les moyens de lire le jugement, qui cependant en intéresse un très grand nombre."

Le seul souci, c'est que j'ai beau chercher, je ne vois pas où se trouve ce jugement sur le net. Alors cliquons sur tous les liens: France Info ? J'ai cliqué sur tous les liens... et je n'ai pas trouvé le jugement. Le Monde ? Itou... La Dépêche ? Itou... 20 minutes ? Itou... mais bon... il n'était pas encore condamné quand l'article a été écrit... BFM TV ? Itou... LCI ? Itou... Le Progrès ? Itou...

Bref: nous ne sommes pas informés. Il n'y a donc plus qu'à prendre son gourou préféré et le suivre à la trace...

Mais on va avoir du mal à m'enlever de la tête que ce n'est pas du travail sérieux que de ne pas publier le jugement de Nicolas Sarkozy. La justice, c'est fait pour trancher et que les gens puissent s'assurer que la façon dont c'est tranché est, soyons généreux, au moins 20 % honnête. Là, cela radicalise chaque camp.

Un tel jugement devrait être publié et relayé dans les média. Sinon, il y a quelqu'un qui ne fait pas son boulot.

Wilfrid Druais

"En effet, si on avait l'honnêteté de s'arrêter au seul plan judiciaire, que pourrait-on dire ?" (PB)

D'abord, que toute cette histoire n'a rien à voir avec de la finance et par conséquent que le PNF n'a rien à faire dans cette histoire d'écoutes téléphoniques sous fausse identité et téléphones alternatifs.

Ensuite, que si j'ai bien compris, la soi-disant "corruption" était que Sarko demandait à Azibert s'il pouvait faire accélérer le retour de carnets personnels confisqués pour une autre affaire dans laquelle il a été innocenté et qu'Azibert lui demandait de parler à Monaco en échange pour une place honorifique qu'il n'a finalement pas voulue et dont Sarko n'a jamais parlé à Monaco.

WOAOW ! AL CAPONE n'est pas loin en effet !... On croit rêver.
Et qu'enfin, un an "ferme" (même si pas effectué) pour ce genre de guignolade est totalement délirant.

Au passage, Monsieur Bilger dans son honnêteté intellectuelle habituelle et quasiment proverbiale en ce qui concerne Sarko, passe vite sur le "filet dérivant" évidemment parce que ce n'est pas très glorieux ni très légal au fond, c'est le moins qu'on puisse dire.
Pour expliquer aux ignorants et autres amnésiques chroniques habituels comment se passe le "filet dérivant": le PNF ou je ne sais quel service de l'Etat dans sa chasse au Sarko, pour le coincer sur l'affaire du financement libyen de sa campagne, ne trouve rien (CARAMBA ! encore raté !) mais remarque qu'il utilise un autre téléphone et décide contre tous les principes de justice d'un Etat soi-disant "libre" d'écouter Sarko parlant avec son avocat et donc de l'attaquer sur ce qu'il lui dit vu que comme je viens de le dire il est totalement dégoûté de ne pas avoir trouvé ce qu'il cherchait à l'origine pour le coincer.

Et hop ! Pour pas avoir (trop) l'air d'une bande de guignols, on monte une accusation sur des peccadilles, on en fait des tonnes dans les "merdias" de gauche (quasi-pléonasme) trop contents de cracher sur Sarko, on mélange la recette d'un peu de Syndicat de la magistrature et de corporatisme et voilà, emballé, c'est pesé :"Sarko au gnouf !" (ON L'A EU ! ON l'A EU ! ON l'A EU CET ENC*LÉ !... Hey Marcel remets-moi du champ s'te plaît !) !

C'est beau la "justice" française.
Et Monsieur Bilger qui évidement cautionne tout ça vu que c'est Sarko et donc qui se vautre dans la pire hypocrisie en disant que si c'était n'importe qui d'autre il dirait la même chose (HAHAHA ! c'est sûr que ça fait toujours bien à la TV de dire ce genre de c*nneries).

De deux choses l'une, soit Mister B. est honnête en le disant et il fait du corporatisme ou il a une vision de la justice totalement fasciste voire les deux, soit il ne l'est pas.

Mais au fond peu importe Mister B. et ses états d'âmes.
Comme je l'ai déjà dit, je ne suis ni ne serai jamais sarkozyste que je considérais comme le pire président de la République française avant d'avoir vu Hollande, mais si la justice de ce pays se comporte de cette façon je ne donne pas cher de cette République et donc de ce pays.
C'est très grave.

Christophe

Cher M. Bilger,

La plupart des personnes n'ont pas les moyens de lire le jugement, qui cependant en intéresse un très grand nombre. J'attendais ici une explication simple. Votre paragraphe le plus incriminant est celui-ci:
"Des écoutes recueillies dans le cadre d'une autre procédure - grâce à un filet dérivant, je l'admets bien volontiers - ont révélé des échanges entre un avocat et son client, usant l'un et l'autre d'une fausse identité, dont la plupart se rapportaient à la préparation d'infractions susceptibles d'incriminer le trio plus tard condamné."

Pour moi, comme pour la plupart, cela ne suffit pas. Il y a, au plus, intention. L'information disponible sur les actions semble être qu'il n'y en a pas eues. Et c'est ce que retiendront la plupart. Si on était tous jugés pour cela...

De plus, vous semblez insinuer que le processus des écoutes était à la limite de la légalité...

Bien à vous.

Achille

« Corruption, trafic d'influence, violation du secret professionnel et recel pouvaient qualifier ces agissements programmés. Le fait que le pacte conclu dans les conversations n'ait pas eu de traduction effective n'a rigoureusement aucune importance en droit sur la nature des délits principaux. » (PB)

Tout à fait entre nous, Philippe Bilger, Nicolas Sarkozy ne dépare pas vraiment du paysage politique. Cela fait des lustres que nos élus, que ce soit au niveau local ou national, prennent quelques libertés avec l’argent public, usent et abusent de leur influence avec les milieux financiers et font leurs petites magouilles électorales en toute discrétion.

Je reconnais volontiers que je n’y connais strictement rien en procédures judiciaires, mais utiliser les conversations passées par les avocats avec leurs clients n’est certainement pas légal.
L’actuel garde des Sceaux qui en a été victime l’a bien fait remarquer. Tout comme le juge Van Ruymbeke qui a dit que jamais il n’aurait utilisé ce genre de méthode.

Je veux bien croire en l’indépendance de la Justice, mais ce jugement me laisse quand même dubitatif. Et pourtant je ne suis pas sarkoziste.

Jovien

Excellent, utile. Comme souvent, je regrette un peu que que le billet ne soit pas plus technique, pédagogique.

Le 17 mars, Sarkozy sera jugé pour le dépassement des frais de campagne de 2012, affaire dans laquelle sa culpabilité ne fait aucun doute me semble-t-il.
Espérons que pour cette fraude à l'élection capitale il sera condamné à une peine d'inéligibilité qui débarrassera définitivement LR de la tentation de nous infliger ce délinquant récidiviste à une présidentielle.
Une petite peine de prison ferme exécutée, ne serait-ce que quelques jours, serait salubre.
Ça donnera l'occasion à Darmanin et à Carla de lui apporter des oranges en prison. Je vois d'ici le numéro de Paris Match. Pleure, Margot, pleure.

Quant est-ce que LR deviendra adulte, bon sang ?

MENIER

Billet remarquable sur le fond et la forme. Bravo et merci.
Dassier était pitoyable face à vous sur CNews.

jack

Je suis assez satisfait que ce billet recadre un peu Zemmour.
Il est devenu une icône et parfois ce n'est pas justifié.
Sa formidable audace ne devrait pas faire obstacle à ce qu'il soit contredit et critiqué quand c'est nécessaire.
Quant à TF1, que voulez vous ? l'appétit de recettes publicitaires justifie bien des choses.

genau

Après cette mise au point un brin corporatiste, et c'est naturel, il n'y a pas grand-chose à dire sauf que la commission de faits qualifiables de répréhensibles par les politiques est chose discrète mais constante. Fillon n'était peut-être pas un monstre mais il vit depuis toujours dans un milieu où on "profite". Mitterrand, paraît-il, n'a jamais rien payé de sa poche et a fondé sa notoriété sur une horrible machination d'attentat vrai-faux. Il a profité, sa fille et sa maîtresse aussi.

Ces gens-là ont des avions où nous avons des patins à roulettes et exigent des origines illustres pour le moindre saumon. Ils profitent.
Donc, si l'un d'eux, se tenant en dehors des clous communément admis, prend une claque, ce n'est pas bien grave. Les magistrats ont un radical dans leur fonction plus élevé que les ministres (magis- mini) qui ne sont que des serviteurs, comme dans les cultes. Mais ils sont souvent servis avant les maîtres, le peuple.

L'U.R.S.S. a donné l'exemple du vide sidéral entre le peuple et les apparatchiki qui, fut un temps, risquaient la balle dans la nuque ; on pourrait instaurer ce système, à charge de trouver chez nous une ordure comme Staline. Pas simple.

Le luxe indécent, l'incompétence récompensée, le scrupule dédaigné, incitent de grands esprits aventureux à aller plus loin. Les magistrats ont cet avantage de ne pas aller bien loin, mais d'endosser leurs conclusions.
La féminisation n'a pas amélioré ni détérioré l'image de la magistrature, mêmes taux de part et d'autre des genres. Cela doit nous rassurer, la démocratie est bien implantée. "Bon appétit, messieurs, ô ministres intègres."

semtob

Cher Philippe,

Si ce n'est pas l'expression d'un malaise que de ne plus avoir confiance en la justice, c'est qu'il faut se moquer de tout, ne plus écouter ni suivre les jugements, ne plus souhaiter l'amélioration de la justice.

Que Hollande viole le secret défense, c'est anecdotique ou cela relève de la cour martiale ? Qu'Aubry se vante d'un bourrage d'urne, c'est de la pacotille ?

Cette décision rend normale l'écoute des avocats, ce qui est illégal. Tremper son sucre dans l'intimité d'un homme, c'est de la perversion pure et simple. C'est le signe de la bassesse d'une partie de notre justice.

Ouvrez grand les yeux, cher Philippe et vous comprendrez que l'on attend de la justice le respect des principes et pas une besogne de vicelards, de main dans la main avec "tu ne le reverras plus".

Être écœuré par sa justice et c'est ce que vivent plusieurs millions de personnes, oui c'est un malaise. Emmanuel Macron se fait conseiller par Nicolas Sarkozy. Si l'on suit les intentions malveillantes de ces prétendus juges créés dans leur fonction par Hollande, Macron ne se verra-t-il pas clouer au pilori par les mêmes ?

Pourquoi a-t-on inventé le droit de vote puisque ce sont 3 ou 4 gauchistes qui pourraient éliminer les candidats gênants ? Et l'on devrait trouver cela normal ?

De plus, cela donne l'impression de radoter, parce que c'est toujours les mêmes inventions paranoïdes que l'on ressert, comme le Président a dépouillé une dame âgée avec un t ou 2 t. Ah non, les rendez-vous étaient pour libérer un otage. Ah l'expert était de la famille ! Tous les coups de rats sont permis pour calomnier, parce qu'il en reste toujours quelque chose. C'est minable.

Enfin, l'accusateur a dit ce que le juge lui a demandé de dire. Ah, mais c'était faux.
Si cela peut faire plaisir à quelques gauchistes, c'est bien. La justice vengeresse, c'est un nœud de vipères à caillasser ou à mettre dans le formol, pour illustrer la bêtise humaine ou sa méchanceté et enfin ouvrir une réflexion pour que des pourris ne puissent plus tirer les fils des élections impunément.

Nicolas Sarkozy est un auteur sincère. Les juges rouges sont les complices de Hollande et de Plenel et s'ils souhaitaient partager le lit conjugal de Carla et de Nicolas pendant des mois, ils pouvaient grimper aux arbres et s'équiper de jumelles. La plupart des couples lors de déplacements font l'amour au téléphone. C'était peut-être le feuilleton de Hollande et de ses maîtresses, puisque l'on peut supposer n'importe quoi.
C'est pathologique de regarder par le trou de la serrure, sauf pour les voyeurs. Mitterrand avait cette habitude de mettre sur écoute son entourage, les artistes, les journalistes...
françoise et karell Semtob

Patrice Charoulet

Boîte mail piratée

Un de mes amis me dit que sa boîte mail a été piratée. Je dis ceci à qui ne sait pas ce que cela veut dire : le pirate envoie à tous les correspondants du piraté des messages qui se terminent par une demande d'argent. Certains tombent dans le piège.
Cet ami, grâce à un ami informaticien, a découvert d'où venait la tentative d'arnaque.
L'opération venait d'Abidjan. Je crois savoir que d'autres opérations du même genre viennent d'autres pays.
Le ministère de l'Intérieur doit avoir plus d'informations que moi en ce domaine. Il sait, lui, de quels pays viennent ces attaques. Et, à partir des informations dont il dispose, il devrait, à mon humble avis, contacter les autorités des pays concernés, les prier instamment d'enquêter et d'empêcher ces agissements, même si les victimes se trouvent loin de leurs frontières... notamment en France.

Alain Balbo

En fait, qu’on le veuille ou pas, ils ont construit leur jugement sur des soupçons. Et agglomérer un ensemble de soupçons construit un gros soupçon mais ne construit jamais une preuve.
Ils ont donc condamné un homme à de la prison sur un gros soupçon. C’est ce qu’ils appellent l’intime conviction. La preuve, c’est le chef du PNF qui a dû venir justifier cette sanction démesurée à la télé tellement elle fait froid dans le dos de bon nombre de Français.

Ninive

Le billet de monsieur Philippe Bilger est à méditer sans modération avant de se lancer dans un exposé désordonné.

Olivier Seutet

Sarkozy et son avocat ont été condamnés pour présomption de corruption sur la base d’écoutes entre un client et son avocat.
Que le chef du PNF se justifie, ce matin, en déclarant que tout cela est conforme sinon à la loi, du moins à la jurisprudence, montre soit que ce magistrat est un menteur soit que la loi doit être revue d’urgence.

Le problème dépasse largement les errements d'un parquet qui a passé trop de temps, et utilisé des moyens illégaux pour porter son accusation. Il touche le coeur même de la légitimité de la justice.

La loi n’a de justification que si elle se soumet à quelques grands principes :
- Une intention ne relève pas des tribunaux (où l’on sombre dans les lois des suspects) ;
- Une condamnation doit être prouvée (l’intime conviction ne peut être invoquée que par le peuple souverain) ;
- L’ensemble des magistrats n’a pas à être indépendant, ils ne sont que les serviteurs de la loi mise en place par le pouvoir législatif et le bras du peuple souverain (tout le problème, depuis la naissance de l’Etat, a toujours été de trouver le moyen raisonnable d’exprimer la sujétion de la justice à la nation).

Le Parlement s’honorera en votant une loi d’amnistie pour effacer l’ignominie de ce jugement.

stephane

Je n'apprécie pas Sarkozy, mais je trouve totalement inadmissible qu'il soit condamné, alors que les conversations avec son avocat doivent demeurer secrètes et confidentielles.
C'est une énorme atteinte aux libertés de base.
Si ce n'est pas un régime dictatorial, ça y ressemble.
Staline, Pinochet, Ceaușescu et d'autres n'auraient pas fait mieux.
Sarkozy n'a pas trahi le pays et ne prévoyait pas de le faire.
Et si Sarkozy et Herzog sont condamnés, le citoyen français peut commencer à compter ses abattis.
La profession d'avocat est-elle encore exerçable ?

sylvain

C'est cadeau ! :

Pour arroser leur victoire, j'ai créé un Hymne à la joie destiné à la chorale du PNF :

« Figaro ci... Figaro ça... la... la... la... !!
Sarko par ci... Sarko... par là... la... la... la... !!
Il est petit... il est méchant... !!
Sarko ci... Sarko ça... la... la... la... !!
Il mange les p’tits enfants et même les grands...!!
Figaro ci Figaro là !!
Sarko ci... Sarko ça... !!
C’est un despote et un tyran... !!
Sarko ci... Sarko ça... la... la... la... !! »
Figaro ci Figaro là...
Il est passé par ici, il repassera par là !
etceteri etcetera...
et patati et patata...

Pour leur future victime MLP, j'en cogite un autre qui va plaire aux islamogauchistes.

Vous pouvez ne pas me remercier d'avance, c'est de bon coeur !

caroff

"C'est la fonction dévoyée qui justifie la gravité de la peine, pas les infractions" (PB)

Je ne savais pas que les magistrats étaient préposés à la délivrance de cours de morale ?
Il me semblait que la justice c'était l'application d'une règle de droit après que les preuves apportées à l'appui de l'accusation étaient de suffisante portée. Tel n'est pas le cas dans l'affaire Sarkozy...
Dieu sait que je n'ai aucune attirance politique pour l'ancien Président, mais je trouve qu'il paie très cher ses considérations sur les "petits pois".

Moralité, si je puis dire: tout faire pour ne jamais avoir affaire à la magistrature... J'en ai deux dans ma proche famille: je sais donc de quoi je parle.

Gérard

Il vous semble donc normal d’être condamné sans preuves pour un délit qui n’a pas eu lieu, qui n’a procuré aucun avantage ou bénéfice à ceux qui en sont accusés, et sur la base d’indices recueillis par des méthodes illégales (écoutes de conversations entre un avocat et son client) ! On connaît les sentiments peu amènes que vous inspire Nicolas Sarkozy, mais de là à approuver et justifier les procédés du Parquet national financier...

Solon

"En effet, que la prévention pénale ait été infime, voire dérisoire aux yeux de certains ne me paraît pas un argument décisif. Rien n'est négligeable de ce qui est imputé à l'homme qui a ou a eu le pouvoir suprême. Il a des devoirs, des obligations, une exigence d'éthique et de rectitude. Il se doit d'être irréprochable.
C'est la fonction dévoyée qui justifie la gravité de la peine, pas les infractions." (PB)

On hésite à comprendre car le raisonnement est contraire à tous les principes dont on fait bon marché par ailleurs dans cette affaire. S'il fallait le qualifier, on irait qu'on est en présence d'une "pétition de principe" qui consiste à tenir pour vrai ce qui doit être démontré, à savoir la culpabilité
de l'homme qui a été au pouvoir suprême. Qu'il y ait infraction ou pas d'infraction serait sans importance. Il doit être sanctionné. L'infime suffit.

Cela semble dur à avaler, d'autant plus que cela heurte une autre règle fondamentale, opportunément clamée chez les bien-pensants. Monsieur Sarkozy doit être traité comme un justiciable ordinaire, ce qui n'est pas contestable mais comment prétendre qu'il l'est alors que sur une "présomption pénale infime" on prononce une peine aussi lourde ?

La clé se trouve plus haut dans le commentaire de Monsieur Bilger, c'est "la honteuse insulte sur les petits pois". Et pour faire bonne mesure, on assaisonne un avocat.

Tomas

Les gouvernements Fillon auront donné du travail au tribunaux en tout cas: Juppé, Fillon, Pécresse, Morin, Bachelot, et maintenant la tête de gondole.

Sans compter tous les mis en examen (Alliot-Marie, Hortefeux, Woerth, celui-ci sauvé par miracle).

La droite pourra se consoler avec les relaxés: Bertrand et Darcos.

Y'a pas, soit notre justice est noyautée par les islamogauchistes (qui sont partout, même chez Castex, dont on apprend que la responsable communication a travaillé à redorer l'image de l'Arabie saoudite après la lamentable affaire Kashoggi), soit on a vraiment la droite la plus malhonnête du monde...

Et j'imagine qu'on aura dès demain sur TF1 les journalistes télé les plus complaisants de l'univers: rappelleront-ils à l'ancien président cette phrase de 2015, plus que jamais d'actualité: "Je souhaite qu'il n'y ait pas de mesures d'aménagement de peine pour les peines supérieures à six mois".

Michelle D-LEROY

Sur le fond, je n'ai rien à ajouter au commentaire de Mary Preud'homme (14 h 24) avec lequel je suis entièrement en accord tant il résume parfaitement ce que je pense.

Il est visible que certains hommes politiques sont poursuivis avec hargne, et c'est le cas de Nicolas Sarkozy, pendant des années même si le dossier s'amenuise au fil de ces années. Ce qu'on lui reproche ressemble à s'y méprendre à ce que font ou ont fait beaucoup d'autres hommes politiques mais pour lesquels "on" n'a pas cherché parce qu'ils sont de gauche et que tout le monde le sait, la gauche est parfaite et honnête et d'une moralité sans faille.

Les méthodes employées par les magistrats à savoir les écoutes illégales ne semblent pas déranger notre justice à sens unique et irréprochable. Quand jugera-t-on les juges, enfin ?

C'est un procès politique, contre un homme, pour détruire définitivement un gêneur même s'il n'a aucune chance de revenir en politique. Pas d'ombre à Jupiter.

Et, comme beaucoup de Français, journalistes ou M. Toulemonde, ont conscience de cet acharnement par une justice de gauche à charge contre tout ce qui n'est pas dans sa ligne de pensée, ce verdict me laisse un vrai sentiment de malaise. Un malaise qui s'ajoute à bien d'autres tripatouillages visibles à l'oeil nu mais sans suite.
Couramment, nous voyons des magistrats archi-cléments avec des voyous ou même des assassins. C'est bien ce sentiment du deux poids deux mesures d'une justice visiblement politique qui fait réagir les Français et pas forcément des sarkozystes au sens politique du terme.

Tout cela contribue à un climat de plus en plus délétère et clivant.

boureau

"Nicolas Sarkozy : quel malaise dans la démocratie ?"

Le malaise, cher P. Bilger me semble plutôt être dans la teneur de votre billet.
La détestation de Sarkozy et votre évident corporatisme (qui n'est pas une découverte) vous transforment immédiatement en procureur partial.

Quand je vous ai entendu dans une de vos interviews dire ou laisser croire que le fait d'avoir été, pour Sarkozy, relaxé dans dix affaires ne signifiait pas un acharnement du système judiciaire à son encontre et que le fait d'avoir été président de la République imposait pratiquement au système judiciaire d'avoir moins d'égards ou plus de rudesse à son encontre, j'ai compris que nous ne parlions pas de la même justice.

J'ai trouvé les remarques de Zemmour pertinentes et je ne trouve pas juste votre raccourci ironique sur ce qu'il a développé de façon plus globale, se gardant bien de donner un avis sur le jugement lui-même.

Plus généralement, il y a bien un malaise, entre autres malaises français, dans ce système judiciaire. D'autres le disent bien mieux que moi.

Cordialement

Lucile

Doctrine du "fruit de l'arbre vénéneux".

C'est une doctrine de droit américain, généralement en usage dans les démocraties dignes de ce nom. Elle est en rapport avec le 4e amendement.

"Le terme "fruit de l'arbre vénéneux", dit Wikipédia, est une métaphore se rapportant aux preuves obtenues illégalement. La logique de cette terminologie veut que si une source est avariée, tout ce qui provient de cette source est avarié, dont les preuves ainsi obtenues.
En général, dans une démocratie, de telles preuves ne sont pas admissibles dans un procès, sauf exceptions bien précises.
L'admissibilité de preuves obtenues par des moyens illégaux fait l'objet de désaccords dans le monde entier. Exemple : documents volés, conversations téléphoniques sous écoutes".

https://en.wikipedia.org/wiki/Fruit_of_the_poisonous_tree

La justice me paraît glisser sur une pente savonneuse sur ce point. D'autre part je ne mettrais vraiment pas dans la même catégorie "les petits pois" (NS était interrogé par Michel Drucker sur France 2, conversation certes un peu irrespectueuse) et le mur des cons.

Cactus

Du mâle être au mal aise en passant par le mâle prend ses aises, c’est vrai qu’on rame là encore ! Que penser de tout cela ? Quel cirque quand même avec Sarko !! La politique est bien morte !!! Vive le roi !!!! Et si tout ceci n'avait aucun sens : du bon sens au non-sens il n’y aurait plus qu’un sens unique ! Un roi ou une reine ? En anglais « nonsense » signifie absurdité, non ? Sissi !

Aliocha

Sévère mais juste.
Merci, notre hôte.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS