« Indignations ? la France a l'embarras du choix ! | Accueil | Faut-il une contre-programmation régalienne ? »

16 avril 2021

Commentaires

Catherine JACOB

« Je récuse absolument l'idée que les procès filmés pourraient servir de pédagogie, informer le citoyen et lui montrer qu'il est difficile de juger. Pour le faire sortir des propos péremptoires et des extrémismes trop habituels. Une telle intention est vouée à l'échec.
La seule manière pour les Français d'apprivoiser leur Justice est par exemple d'être tirés au sort comme jurés d'assises et au cœur de cet univers, de vivre intelligemment, parfois douloureusement, la grandeur d'être juges, la responsabilité qui pèse, la complexité digne et torturante d'une recherche de la vérité, assortie s'il y a lieu de la sanction la plus équitable possible. » (PB)

Est-il vraiment si inconcevable d’inviter le peuple ainsi de façon virtuelle, vu que l’espace d’une salle d’audience PUBLIQUE (autrement dit, n’importe qui peut y assister) même très grande, est plus limité que ne l’était l'Héliée qui siégeait en plein air, dans un lieu éclairé par le soleil sur l’Agora.

Comment le peuple représenté par l’ Héliée , jugeait-il donc en Grèce antique à Athènes, une cité réputée à l'époque pour son très grand nombre de procès ?

Ce ne sont pas 40 jurés titulaires parmi lesquels seront tirés au sort douze d’entre eux qui, s'ils ne sont récusés, siègeront, mais six mille Athéniens, de sexe masculin et âgé de 30 ans, devant ne pas être frappés d’ atimie , et avoir manifesté de l’intérêt pour ces fonctions en se portant volontaires. L’Héliée divisée en dix sections avec à la tête de chacune d’elle un président, ne juge pas les jours néfastes, ni les jours de fête.

L’héliaste dont le manque à gagner sera compensé par une indemnité, vient avant le jour pour être tiré au sort ; on ignore dans quelle section on sera envoyé, jusqu’à l’ultime tirage au sort : ce sont les Dieux qui désignent les juges et le justiciable ignore donc jusqu’à la dernière seconde devant qui il va être déféré.

Le procès est instruit par des magistrats spécialisés. Il y avait déjà des consignations lorsque la plainte était jugée recevable. Il n’y a pas d’accusateur public. L'audience débute par un sacrifice et des prières. Puis le greffier donne lecture des pièces et les deux adversaires prennent la parole l'un après l'autre. Chacun se défend lui-même mais peut être au besoin assisté par un logographe (rédacteur professionnel, ancêtre de l’avocat contemporain). Le temps de parole est limité par une clepsydre et aucun procès ne peut excéder 2 h 30. Le vote porte d'abord sur la culpabilité de l'accusé. S'il est déclaré coupable, le tribunal fixe alors la peine, après proposition de l'accusation et contreproposition de la défense ; s’il y a acquittement, et que l’accusateur n’a pas obtenu au moins 1/5e des voix, il sera mis à l’amende. Enfin, tout jugement peut faire l’objet d’un appel devant l’ecclésia, autrement dit l’« Assemblée du peuple citoyen » ouverte à partir de Solon, à tout citoyen.

Pendant la période classique, les esclaves sont protégés et on supprime la peine de mort pour les enfants des coupables.

Tous les magistrats sont soumis à la reddition de compte à l’issue de leur mandat. Autrement dit, il existait une responsabilité des magistrats.

Je retiens pour ma part cette notion de jour faste et de jour néfaste que sous-tend l’idée que l’erreur est toujours possible et que pour s’en garder dans la mesure du possible, il convient d’accorder le calendrier judiciaire à une « division fondamentale du temps entre jours pour lesquels il existe une base mystique permettant les actions humaines (jours fastes, fasti, à rapprocher sans doute du mot fas : « permis » et de la racine indo-européenne dha : « poser ») et jours pour lesquels cette base n'existe pas (nefasti), donc réservés aux dieux. » - citation Encyclopedia Universalis.

Exemple contemporain: la centrale de Fukushima a été édifiée sur une plage anciennement réservée aux dieux…

Jean-Claude Dumont, pour Universalis, explique encore que certains jours peuvent être néfastes à un moment de la journée seulement.
Par exemple le 15 juin devient également faste après la cérémonie où, à Rome, l'on ôte le fumier du temple de Vesta.

La notion de jours néfastes (où les fêtes peuvent cependant pour leur part, être gaies) ne se confond pas avec celles de « jours religieux » et de « jours noirs » :
- jours où la porte des enfers (mundus) ouverte, les morts et les dieux souterrains se promènent,
- jours anniversaires de défaites et autres calamités (cette notion de jour anniversaire a notamment analysée dans Aïe, mes aïeux ! ) ; on doit éviter alors de livrer combat, de lever une armée, de partir en guerre, de lever l'ancre, de se marier.

Nonobstant, juger un jour néfaste devait peut-être bien s’inscrire également dans une forme de répétition dommageable.

Robert

Sans doute, Monsieur Bilger, quelques jours d'attente et vous auriez pu citer ce cas plutôt que celui qui vous a trompé :
https://www.causeur.fr/christophe-fauquenoy-martyr-neglige-196239

Mais nos médias qui savent faire leurs unes sur une moquée taguée oublient tranquillement ce "simple fait divers". Et ensuite, le mot ensauvagement de la société française devrait être rejeté de notre vocabulaire...

Robert

Ce que souligne Florestan68 | 18 avril 2021 à 12:26 est bien que dans cette délinquance, l'appartenance au groupe est le fondement de l'action. Or, la Justice s'entête à vouloir individualiser les peines, ce qui conduit au naufrage du procès en assises qui, en appel, réduit les peines prononcées au premier procès.

Cela mécontente d'abord les victimes, mais aussi certains auteurs semble-t-il, puisqu'il y aurait eu bagarre dans le box des accusés entre protagonistes de ce crime.

C'est, comme vous le précisiez d'ailleurs Monsieur Bilger, qu'il faut un nécessaire retour aux dispositions de la loi anticasseurs de 1970. Ce ne sont pas les dispositions de la dernière loi votée au Parlement en 2019 qui combattront efficacement ce type de délinquance.

sylvain

Rédigé par : Achille | 18 avril 2021 à 11:05

EDM sors de ce corps !

Florestan68

Cher Philippe Bilger,

Vous avez parfaitement raison de dire que nous manquons d'une législation condamnant un groupe violent et criminel. Dès lors qu'il s'agit de violences en réunion, chacun doit pouvoir s'en extraire à tout moment. S'il ne le fait pas, il doit pleinement assumer les actes du groupe. Et la sanction - maximale et réellement dissuasive - doit être la même pour tous.

La Justice, qu'un certain EDM veut réconcilier avec les Français, s'en éloigne à des années-lumière, avec ce nouveau naufrage judiciaire après la sauvagerie anti-policière de Viry-Châtillon. On verra comment cette même justice laxiste réagira quand elle verra les photos des familles des juges affichées dans les halls d'immeubles, tout comme celles des policiers.

Achille

@ sylvain | 17 avril 2021 à 20:52

L’avantage d’avoir la tête dans le sable c’est de ne plus entendre ces chaînes d’info continue (CNews en particulier) qui du matin au soir entretiennent l’idée zemmourienne qui veut que les délinquants soient tous des mineurs de 12 à 35 ans issus de l’immigration africaine.
Même si quelque part c’est un peu vrai, il ne faut pas que ça tourne à l’obsession. On peut aussi regarder les bons côtés de la vie, c’est bien meilleur pour le moral.et surtout pour le mental !

sylvain

@ Achille
"À noter que l’identification des trois voyous, à l’origine un maghrébin et deux noirs a disparu...
Sage décision !"

Sage décision en effet, il est vrai que quand on met la tête dans le sable, il est difficile d'identifier les couleurs, origines et religions des voyous.

La gauche et son syndrome de l'autruche.

sylvain

CNews 18 h 30 ce jour :

Zéribi le chantre de l'islamogauchisme défend les racailles et interdit aux autres invités de stigmatiser les délinquants étrangers.

C'est hallucinant de voir ce chroniqueur prendre toujours fait et cause pour ces hordes et meutes araboafricaines musulmanes islamistes criminelles.

En somme il aurait pu faire un bon juge gauchiste du SM mur des cons.

À vomir !

Robert Marchenoir

"...De vivre intelligemment, parfois douloureusement, la grandeur d'être juges."

Voilà un exemple pertinent de démocratie directe. Au lieu de bloquer la circulation pour réclamer la révocation des élus par le peuple, les Gilets jaunes auraient mieux fait de réclamer le maintien des jurys.

Mais je n'ai jamais entendu la répression de la délinquance faire partie de leurs revendications. Une preuve de plus que ce ne sont pas les gauchistes qui ont détourné le mouvement : ils étaient là dès le début, puisqu'ils l'ont créé.

Achille

@ Tipaza | 17 avril 2021 à 10:30
« Dans l'ambiance actuelle, les faits ont vraiment pu se passer ainsi. Peut-être même qu'ils ont été plus brutaux que décrits précédemment. »

Les faits ont bien pu se passer tout autrement que ne l'indique la victime.
Il vaut mieux vérifier les informations de ce type, toujours sujettes à caution, surtout sur les réseaux sociaux, ou sur Valeurs actuelles en l'occurrence, avant de les mettre sur un blog qui est réputé de qualité.
À noter que l’identification des trois voyous, à l’origine un maghrébin et deux noirs a disparu...
Sage décision !

Tipaza

"P.-S.: billet à lire avec précaution pour les faits du 10 avril. Le 17 avril à 9 heures : rien de plus pour confirmer ou infirmer." (PB)

Dans l'ambiance actuelle, les faits ont vraiment pu se passer ainsi. Peut-être même qu'ils ont été plus brutaux que décrits précédemment.
"Surtout ne pas se méfier du premier mouvement : c'est le bon" ;-) Pcc : Talleyrand

Lodi

@ Marc Ghinsberg

Si monsieur Bilger change son texte quand il y a lieu, c'est bien. Cela élève sa démarche au niveau de chercheur prenant les avancées de la science en compte lors de la réédition de ses livres.

Les gens ne sont jamais contents ! Quand un commentateur, bille en tête, oublie quelque faute d'orthographe ou commet tout autre crime capital face à la perfection littéraire que j'ignorais devoir chercher dans les commentaires, on lui tombe dessus.
Quand notre hermine perfectionne un texte qui était sans scorie mais pas en adéquation totale avec le réel, on la critique aussi.

Tout cela est bien injuste pour monsieur Bilger... À se demander si être juré aide tant à comprendre le fonctionnement de la justice.
Parce que les commentateurs écrivent, après tout, mais cela ne les rend pas forcément plus compréhensifs envers l'auteur de ce blog. Alors participer à une chose amène-t-il forcément à la comprendre ?
Il est bien démontré que non.

Xavier NEBOUT

Ellen nous révèle le mot clef: aux yeux des délinquants, les juges sont des bouffons.
Une peine de 7 mois n'étant quasiment jamais exécutée, le multirécidiviste a eu en effet bien raison de traiter le juge qui l'y condamne de bouffon.

----------------------------

L'affaire Mia, drôle d'enlèvement !
La fillette aurait été abusivement arrachée à sa mère, et lui aurait été restituée par des "survivalistes".
Et les survivalistes, par extraordinaire, ne se préparent pas à l'invasion africaine, mais à celle des extraterrestres.
À suivre.

Marc Ghinsberg

Combien de lecteurs de la version initiale auront remarqué que celle-ci diffère de la première par l’ajout d’une parenthèse et d’un post scriptum.
C’est ce qu’on appelle le service minimum.

Achille

@ Claude Luçon | 16 avril 2021 à 19:41

Attention à la lune rousse qui correspond à la lunaison qui suit Pâques. Il s'agit donc des 28 jours qui s'écoulent après la date de Pâques, comprise entre le 22 mars et le 25 avril. Durant cette période, les risques de gelée sont redoutables.
Les viticulteurs et producteurs de fruits en savent quelque chose. Cette année ça été la cata !

Ellen

@ sylvain | 16 avril 2021 à 15:50

C'est excellent !!

Un jour j'ai assisté en correctionnelle à une "comparution immédiate" au TGI de Paris.

La juge demande au prévenu ce qu'il a à dire pour sa défense. Le Maghrébin sans se lever dit à la juge: "mon honneur" je ne recommencerai plus j'te jure.

La juge: "Pour commencer, veuillez vous lever Monsieur et vous dites Madame la Présidente, vous n'êtes pas ici dans une série TV américaine". Et "Il m'est difficile de vous croire vu que c'est la neuvième fois que vous apparaissez ici en quatre ans avec des mises à l'épreuve que vous n'avez jamais respectées, on dirait que vous avez pris un abonnement", lui dit-elle.

Une petite heure se passe entre le délibéré et les condamnations à prononcer pour six prévenus dans le box.

Vient donc le verdict pour le Maghrébin: 6 mois de prison ferme.

"Mon honneur" s'est vite transformé en l'insulte "bouffon va". Le type a eu droit à un mois de prison en plus des 6 mois ferme à purger, pour outrage à magistrat. C'était en 2004.

Julien WEINZAEPFLEN

@ GERARD R. 16 avril 2021 à 20:40

À l'exception d'un point sur lequel je ne suis pas d'accord avec vous (la justice manque de moyens humains et donc de moyens financiers), je me retrouve dans trois de vos idées:

1. La justice n'est certes pas une vengeance des victimes qui veulent que le préjudice qu'elles ont subi connaisse une réparation ou soit dédommagé, volonté dans laquelle Nietzsche identifiait l'origine (généalogique, pour parler en son langage) de l'institution judiciaire. Mais la justice doit beaucoup plus être rendue au nom des victimes qu'au nom de la société. La société s'imagine pouvoir faire preuve de neutralité. Or être neutre en cas de dommage, c'est n'être pas loin de confondre le bien et le mal. La société peut faire preuve de clémence dans ses jugements, elle ne doit pas rester neutre.

Je me souviens d'avoir été terriblement choqué à la parution de l'ouvrage "Le Temps des victimes" de Me Daniel Soulez-Larivière et de Caroline Eliacheff, dont l'argument était de déplorer que la justice fut rendue au nom des victimes.

https://www.cairn.info/revue-che-vuoi-1-2007-1-page-251.htm

Là où pourtant les deux auteurs avaient quinze ans d'avance comme la recension citée en lien et qui date de l'époque de la parution du livre le montre bien mieux que moi, c'est que nous ne nous sentons désormais jamais autant exister que quand nous sommes reconnus victimes. L'ambition n'est plus d'être un héros, elle est de "conquérir" un statut de victime. "Si j'existe", ce n'est pas "d'être fan", comme le chantait Pascal Obispo, c'est d'être victime, comme on le hashtague sur #MeToo.

2. Que penser d'associations comme le MRAP ou la LICRA dont la raison sociale semble être d'ester en justice en exerçant leur vigilance au nom de la société contre ses nouveaux délits d'opinion, mais surtout en se constituant, au fil des procès forcément gagnés, une cagnotte dont on n'entend jamais dire qu'elles la reversent pour lutter contre les maux qu'elles sont institutionnellement chargées de dénoncer. Henry de Lesquen n'avait pas tort de les qualifier d'"officines de délation". Elles faussent le cours de la justice, car elles l'encombrent d'actions judiciaires qui devraient à peine être menées et qu'on tolère sous le double effet de l'idéologie et du devenir procédurier à l'américaine de notre justice française.

3. Selon que vous serez puissant ou misérable, le scandale n'est pas tellement que les jugements de cour vous rendront blanc ou noir, mais que vous pourrez intenter une action judiciaire ou non. Rien que choisir un avocat est un parcours du combattant alors que la profession en compte beaucoup trop qui ne trouvent pas de client solvable et ne gagnent pas leur vie. À l'égalité devant la loi qui n'est pas une réalité dans notre République, s'ajoute l'inégalité devant la justice qui est la pire des injustices...

GERARD R.

« Cette familiarité concrète avec le monde judiciaire est clairement le chemin le plus efficace pour transformer l'opinion publique sur l'institution judiciaire. Devenir soi-même juge pour mieux la juger. » (PB)

Pour transformer l'opinion publique sur l'institution judiciaire, la condition sine qua non est d'abord que cette dernière prête une oreille attentive aux légitimes récriminations de ladite opinion. Et qu'elle n'aille pas se fourvoyer dans des réformes aussi successives qu'alambiquées, voire totalement loufoques, qui au final ne retiennent rien de ce que demandent les justiciables.

L'institution doit également veiller au nécessaire rééquilibrage des droits entre les victimes et les accusés. Lorsque l'auteur d'un forfait grave est incontestablement coupable des faits qui lui sont reprochés, soit parce qu'il est pris en flagrant délit, soit parce que les témoignages à sa charge sont aussi incontestables qu'accablants, le faire comparaître est déjà un affront pour les victimes.

Ce sont les victimes qui doivent avoir prioritairement l'oreille de la justice. Pas les coupables ! Et si quelque avocat pénaliste, par trop « talentueux », venait à faire s'évanouir les droits et demandes des victimes, il devrait immédiatement être rappelé à l'ordre. Et par les juges et surtout par son bâtonnier ! Pensez donc, une corporation aussi bourrée de règles « éthiques » que les avocats. Qui loin de viser la réduction des peines encourues par leur délinquant de client, ce qui serait encore admissible, cherchent souvent à obtenir l'impunité totale. C'est ça, la justice ??

Sans compter que dans ses innombrables et stériles réformes, la justice, à ma connaissance, n'a jamais tenu compte du potentiel financier, parfois disproportionné, de la victime et du délinquant. Allez revendiquer, après cela, un minimum de considération pour la justice.

Les parties directement à la cause et c'est tout ! Pourquoi la vénérable institution permet-elle sa saisine à des parties qui ne sont pas directement liées à la cause ? Se laissant stipendier par toutes sortes d'associations liberticides dont l'influence grandissante, au travers des jurisprudences, a mené à la situation de terrorisme idéologique, que nous subissons tous aujourd'hui ? Il fut le temps d'une justice qui abhorrait se faire suppléer ! Aujourd'hui, c'est open bar ! Un mot, un geste, une phrase, un livre et ça attaque de partout. À croire que l'irrecevabilité des plaintes ou des dossiers n'existe plus...
Même lorsque les plaignants, qui sont de véritables indignés professionnels, cherchant avant tout réparations  numéraires - ou rien - et ne sont nullement visés par les propos qu'ils dénoncent. La justice marche sur la tête. Et ce n'est pas d'hier !

Et les moyens ? Moyens financiers, s'entend ! La Justice n'est pas la seule institution à devoir faire avec ce dont elle dispose. Ce n'est pourtant qu'elle que l'on entend geindre à longueur d'année, justifiant ses dysfonctionnements, son laxisme, par le manque de fric. Un peu de dignité, voyons !

Ou alors... un peu d'abnégation peut-être ? Pensez à tous les secteurs professionnels du privé notamment, qui sont dans la même galère financière que la justice. Mais qui, eux, croyez-moi, Messieurs et Mesdames les magistrats, sont obligés de se débrouiller. Avec, de surcroît, pour ce qui les concerne... l'obligation (au sens coercitif du terme) de résultat. Ce dont votre corporation s'exonère avec une facilité dé-con-cer-tan-te ! Et qui ne l'honore forcément pas. Voilà où il faut chercher à regagner les indulgences du cher justiciable. Si tant est que ce soit réellement la volonté évidemment...

Claude Luçon

@ Achille | 16 avril 2021 à 12:38
@ duvent

Au lit tout dépend que quelle lune on parle ?

Ninive

Bonsoir monsieur Philippe Bilger,

Elle n'est pas très belle la France et vous avez raison de vous "indigner", souhaitons que vous puissiez devenir ministre de la Justice en 2022 avec un nouveau président évidemment.

Patrice Charoulet

Ce petit livre n'est pas un texte militant. Ce n'est pas un éloge, une satire, une diatribe, mais une analyse originale du macronisme conquérant, puis du macronisme au pouvoir. Le jeune auteur est communicant, doctorant en philosophie du langage. Lumineux, clair et brillant. Un régal !
"La Marque Macron", de Raphaël Llorca (éd. de l'Aube)

https://www.amazon.fr/marque-Macron-D%C3%A9sillusions-Neutre/dp/2815942119/ref=sr_1_1?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&dchild=1&keywords=LA+MARQUE+MACRON.+DESILLUSIONS+DU+NEUTRE&qid=1618599981&s=books&sr=1-1

Michelle D-LEROY

En ce qui concerne les procès filmés, je ne pense pas que ce sera une modernisation de la justice pour la rendre plus transparente, mais de mon point de vue, cela engendrera un voyeurisme malsain avec immanquablement des abonnés aux réseaux sociaux qui éplucheront la moindre faille, la moindre attitude des témoins ou du prévenu.
Comme s'il n'y avait pas suffisamment de critiques et de doutes sans y ajouter du spectacle, avec en plus les victimes et leurs familles qui ne pourront plus garder toute la pudeur nécessaire à leur peine pendant le procès, un moment déjà très éprouvant pour elles.

Quant à ce terrible fait divers au métro Miromesnil (un quartier normalement bien fréquenté), il prouve à lui tout seul que notre société est bien malade.
Surtout, malade d'une immigration sans cesse en augmentation, transformant notre pays en une société multiculturelle avec des valeurs opposées et avec des jeunes gens oisifs qui cherchent à gagner beaucoup d'argent vite et sans effort et méprisant la femme en général. Nous savons que l'oisiveté est mère de tous les vices.

Malheureusement, entre nos politiques qui essaient de cacher et de minimiser ces faits, des faits parfois gravissimes qui empoisonnent la vie de tous les jours des citoyens et une justice qui baisse les bras soit par idéologie gauchisante, soit par manque de place dans les prisons, soit parce qu'elle est débordée, il y a lieu de s'inquiéter en voyant une insécurité grandissante et même galopante dans tout l'Hexagone.

Hier des policiers ont découvert leurs photos personnelles affichées dans un hall d'immeuble ...ainsi chaque jour qui passe démontre que ce n'est pas seulement un sentiment d'insécurité qui inquiète les Français mais bien une réalité. Le ministre EDM choisit ses mots, ceux d'un avocat pour minimiser et défendre les crapules, parce que d'après lui elles seraient victimes de la société, espérons qu'il finisse par prendre conscience qu'il faut aussi protéger les vraies victimes. Mais peut-on espérer changer les idées d'une gauche aveugle et hors sol ?

duvent

@ Achille | 16 avril 2021 à 12:38

Je me demandais qui allait relever ce détail !
Il n'est pas impossible que j'ai confondu le réverbère avec l'astre céleste...

---------------------------------------------

@ Tipaza | 16 avril 2021 à 14:42

J'ai pastiché l'ensemble de l’œuvre de Proust, et n'ai pas cru bon de déposer mon pastiche tout entier ici... J'ai bien fait, non ?

------------------------------------------------

@ Isabelle | 16 avril 2021 à 15:24

Le sommeil une fois démoli, il ne reste qu'à écarquiller les lucarnes jusqu'à ce que mort s'ensuive...
Merci, tout de même !

-------------------------------------------------

@ sbriglia | 16 avril 2021 à 15:27
« Un quart de Lexomyl vous coûtera toujours moins cher que le plus modeste des baveux et évitera de vous imaginer être Léda venant se faire tamponner le coquillard par Zeus déguisé en rayon de lune... »

Je n'utilise en matière de remède que l'électuaire...
Pourquoi vous inquiéter pour la dépense ? Les frais ne seront pas à ma charge, que ce soit pour un modeste baveux ou Corax...
Pour ce qui est du rayon de lune, je vous renvoie à la remarque remplie de finesse d'Achille, que je n'ai pas berné...

Achille

« La seule manière pour les Français d'apprivoiser leur Justice est par exemple d'être tirés au sort comme jurés d'assises… »

J’avoue que cela m’aurait intéressé de faire partie d’un jury d’assises.

J'ai pourtant toutes les qualités requises pour faire un bon juré.
Je paie scrupuleusement mes impôts. Je vote régulièrement à toutes les élections. J’ai toujours vécu dans le strict respect des valeurs républicaines. Je réponds aux demandes de dons de nombre d’associations caritatives : lutte contre le cancer, Croix-Rouge, SPA, Restos du cœur et quelques autres.
Certes j’ai commis quelques infractions au code de la route, comme tout le monde. Mais mon casier judiciaire est vierge. Pas une seule garde à vue ni un rappel à l’ordre.
Malheureusement; en plus d’un demi-siècle de vie de citoyen exemplaire, rien !
Je crains d’avoir dépassé l’âge pour être retenu pour cette noble participation à la Justice de mon pays. Dommage !

sylvain

Les procès vont être filmés ? LOL !

Les racailles ayant appris cette bonne nouvelle pour leur popularité dans les teucies se pressent déjà aux inscriptions des castings pour avoir les premiers rôles dans les scénarios qui vont les mettre en vedette.

"Hé Momo, ji tabassé des keufs, ji cramé leur bagnole et ji va passé Allah télé, la tête de ma mère !"

Interpellations, gardes à vue, prison, ces décorations ne leur suffisaient plus pour monter en grade chez les caïds, cette fois c'est le titre suprême : Bobolywood, racaillolywood, islamolywood...

De petites frappes admirées adulées enviées mais pas assez mis en lumière, ils vont passer au titre sublime de star charismatique dans tout le Racaillistan.

"Hé momo, ta pas vu que ji fé un doi doneur au jouge, cé passé à la télé, la vérité si j'mens !

J'y niké les keufs, ta pa entendu ?

li juje a grondé, ji é di N... ta race ! ta pa enrejistré ?

Il ma dit rappel a la loi, ji di N... ta loi !

A demin mssiou juje, ji encore queques keufs à tabasser, laissez les caméras en place, ji tir de mortiers ci souar.

Sacré Aziz qui se voit déjà monter les marches à Cannes sous les applaudissements de toutes les racailles et des islamogauchistes du CaliFrance et navarrin d'agneau.

Achille

@ Tipaza | 16 avril 2021 à 14:42
« Les deux billets successifs que nous offre Philippe Bilger n'incitent pas à l'indignation mais plutôt, comme le dit Philippe de Villiers en couverture de "Valeurs actuelles", à l'insurrection ! »

Pour ne rien vous cacher je trouve désolant que le vicomte nous la joue dans le registre de Francis Lalanne. Il vaut mieux que ça.
Pourtant il n’y a pas si longtemps il était en très bons termes avec le président. Je ne comprends pas bien son virement d'attitude.

Mais il est vrai que pour bien vendre son livre "Le jour d’après", il vaut mieux faire dans le brûlot plutôt que dans l’hagiographie… :)

sbriglia

@ duvent | 16 avril 2021 à 11:24

Un quart de Lexomyl vous coûtera toujours moins cher que le plus modeste des baveux et évitera de vous imaginer être Léda venant se faire tamponner le coquillard par Zeus déguisé en rayon de lune...

Isabelle

@ duvent

On vous souhaite rapidement un sommeil réparateur. Tout ce qui se trame aujourd'hui n'est que l'habituelle marche des hommes sur la toute petite planète Terre (qui ne représente même pas un grain de sable dans le vaste univers) depuis qu'ils ont décidé de se mettre sur leurs pattes arrière. Avant, quand ils marchaient encore un peu à quatre pattes, ils se tapaient certainement sur la tête à coups de gourdin pour avoir le meilleur morceau du mammouth.

Rien de nouveau sous le soleil. Seuls les acteurs changent plus ou moins. Mais les co*s sont toujours aussi virulents, cela se précise chaque jour.

Exilé

@ letarsier
« Par ailleurs, il est tout de même consternant de remarquer, encore une fois, l'aveuglement des médias mainstream sur ces dérives, vu que VA, encore une fois aussi, porte l'affaire à la connaissance du plus grand nombre. »

Ce n'est plus seulement de l'aveuglement, c'est aussi et surtout une véritable omerta volontaire afin de cacher la vérité aux Français par tous les moyens à commencer par la manipulation des dépêches d'agences de presse ainsi que celle des statistiques.
Ces Français seraient autrement tentés de se jeter dans la rue avec des fourches ou à défaut de voter RN s'ils savaient vraiment tout ce qui se passe réellement dans ce qui est en principe leur pays, à cause de ce qu'il faut bien appeler des traîtres et avec la caution des fausses élites.

Xavier NEBOUT

Accuser les auteurs d'un crime même odieux avant de savoir s'ils n'étaient pas en état d'irresponsabilité de leurs actes, est une faute.
Il s'agit peut-être de victimes d'un herboriste sans scrupules qui vend de la marie-jeanne non conforme.

Le faire en précisant qu'ils sont d'origine africaine, c'est de l'incitation à la haine raciale.

Il va falloir réapprendre le droit, cher M. Bilger.

Tipaza

@ Achille | 16 avril 2021 à 12:38 (@ duvent)
"Le rayon de la lune ne devait pas être bien fort, vu qu’elle vient juste d’entamer son premier quartier."

Voyons Achille, vous savez bien que duvent (dans les branches de sassafras) est bien plus rouée que ça.

Lorsqu'elle écrit "Hier, je me suis couchée tard", elle pastiche, sans humour, l'incipit de "La Recherche" de notre Proust national qui commence par : "Longtemps je me suis couché de bonne heure..."

Si encore elle avait eu la finesse de poursuivre par la phrase qui suit quelques lignes plus loin :
"J'appuyais tendrement mes joues contre les belles joues de l'oreiller (ou de qui elle veut) qui, pleines et fraîches, sont comme les joues de notre enfance"...

Sinon je vous trouve bien modéré avec Emmanuel Macron et EDM ; vous avez tort évidemment.

Et si la disparition progressive des jurys populaires n'avait pour but que de rendre la justice encore plus laxiste à l'égard de tous ceux qui "viennent jusque dans nos bras égorger nos fils et nos compagnes" ?
On sait bien que les jurys populaires sont bien plus sévères que les professionnels de la justice que sont les juges.

Les deux billets successifs que nous offre Philippe Bilger n'incitent pas à l'indignation mais plutôt, comme le dit Philippe de Villiers en couverture de "Valeurs actuelles", à l'insurrection !

Isabelle

C'était à Vincennes, il y a quelques jours.
Face à l’océan de bêtise, comment encore trouver l’énergie de croire que nous pourrons changer de cap rapidement ?
Face à tous ces frappadingues qui viennent de s’arroger des mandats électoraux (par opportunisme, regardez les macroniens qui se sont rués sur cette soudaine opportunité et à présent les Khmers Verts) et qui s’amusent à sortir le plus de bêtises au kilomètre, il ne nous reste plus que l’humour. Mais combien de temps allons-nous encore tenir ? C’est une espèce de guerre d’usure !

https://twitter.com/GWGoldnadel/status/1382835430463266817

Denis Monod-Broca

@ Aliocha

Comment sortir de la synchronisation, pardon : de la pensée unique ?
Par la liberté, c’est-à-dire par la croyance et la conscience de sa propre croyance...
Merci pour le commentaire et les vidéos.

Achille

@ duvent | 16 avril 2021 à 11:24
« Hier, je me suis couchée tard... À peine la lumière éteinte, je remarquais le rayon que la lune poudrait sur mon lit... »

Le rayon de la lune ne devait pas être bien fort, vu qu’elle vient juste d’entamer son premier quartier. 😊

sylvain

Paroles d'après attentats.

Quelques formules du catéchisme souhmis islamogauchiste imposé de force par les merdias aux ordres, les élus de tous bords, tous couchés, la mairie pourrie de Paris, les mairies hallucinogènes EELV de Bordeaux, Grenoble, Lyon etc. les assoçs et ONG mafieuses gauchistes générations migrantitaires indissolvables, sous-traitantes LREM et défendues par toute la gauche PS PCF EELV LFI...

Tenez-vous bien, c'est du lourd :

"Je vais continuer à sortir et m'amuser, les terroristes ne vaincront pas"

"J' ai perdu un proche dans l'attentat mais ils n'auront pas ma haine"

"Ils veulent nous diviser mais ils n'y arriveront pas"

"Nous ne devons surtout pas faire d'amalgames et rester tous unis"

Chez les islamogauchistes macronistes éricdupondmorettistes et leurs potes terroristes : "Victoire" !

Robert

"Quoi que je pense des procès filmés, vont-ils avoir la moindre incidence sur cette fureur collective, sur ce sentiment d'impunité qui incite un trio de malfaiteurs à s'en prendre à une femme, à la violer et à la frapper ? Va-t-on enfin nous débarrasser de cet humanisme abstrait, superfétatoire, de dérivation, pour qu'à l'angoisse des Français, à l'insécurité de notre pays on réponde enfin par un humanisme de combat, une autre hiérarchie des responsabilités ?" (PB)

Tout est dit ici.
Le procès filmé donnera l'occasion aux délinquants assis sur les bancs des accusés de se donner en spectacle et de jouer les acteurs d'une "comédie judiciaire" en se servant du tribunal comme d'une scène. Comme ils la jouent impunément dans la rue en s'attaquant aux institutions symboliques de l'ordre public : police et gendarmerie nationales.

En fait, la société du spectacle qu'on veut créer ainsi aura beaucoup de difficulté pour remplir son rôle pédagogique allégué par monsieur Dupond-Moretti qui pense ainsi faire entrer dans les esprits (souvent les plus frustes et les moins instruits) les règles de la procédure pénale française quand les séries américaines ont formaté ces mêmes esprits depuis tant de décennies. La même société du spectacle qui montre les tirs de mortiers d’artifice contre les mêmes policiers ou gendarmes que nos médias montrent systématiquement, confortant les délinquants dans l'assurance que c'est bien eux qui tiennent la rue !

Quant au fond, on voit ici vers quelles dérives mène le progressisme fondé sur une assimilation des fondements de la société communautariste américaine qui sert de référence jusque et surtout dans l'université française qui se plie aux oukases des minoritaires.

En réalité, cette idéologie qui se croit de progrès n'est qu'un "régressisme" permanent et généralisé pour détruire ce qui a fait jusqu'à aujourd'hui la société française.
De fait, la société française a été subvertie par nos trotskistes et autres maoïstes des années 1960-70. Ils ont pris tout leur temps, quatre décennies, mais ont atteint leur objectif de destruction de la société dite "bourgeoise" avec la complicité de cette dernière et surtout la trahison de la droite comme de la gauche républicaines.

Plus de passé, plus d'Histoire, celle-ci étant elle aussi subvertie par une moraline qui sert de boussole aux pseudo-historiens qui se prétendent "scientifiques" et qui ne font que de l'idéologie de bas étage pour asséner "leurs vérités" ! Au fond, une défaite sociale et sociétale de la même ampleur que celle de la défaite de 1940 liée aux abandons des années 30...

duvent

C'était dans les Alpilles, le 15 avril, vers 2 heures.

Hier, je me suis couchée tard... À peine la lumière éteinte, je remarquais le rayon que la lune poudrait sur mon lit, et dans cette obscurité relative mes paupières refusaient de rester closes.

Je me rendais compte de ce que je n'avais pas vu jusque-là, partout autour de moi des ombres s'agitaient et couraient sur les murs, grimpaient sur les rideaux, et sans crainte se posaient sur moi.

D'où venait ce sentiment étrange et pénétrant ? Pourquoi cette angoisse pesait-elle sur ma couette de duvet d'oie, (oui, il fait encore froid !) ?

Serait-ce une crise d'asthme ? Mais, aux dernières nouvelles, je ne suis pas asthmatique...

D'où sort cette oppression nocturne ?

Horreur et damnation, ne serait-ce pas l'inquiétude, la peur, l'affolement, la terreur, l'effroi froid, que doucement mais sûrement les informations venant de toute part, de tout le monde, tout le temps, infiltrent, et ainsi endommagent la machinerie complexe et admirable de mon sommeil privé et précieux ?

Oui, une sorte de terreur nocturne du nourrisson, bien que je sois passablement fanée, il semble que les vieux nourrissons, en temps de pandémie, se laissent facilement terroriser.

Je me tâte et interroge ici, devant cette assemblée d'honnêtes experts, le plus compétent, à savoir Maître sbriglia : existe-il un moyen de saisir la Justice pour violation du sommeil de la juste et innocente dormeuse privée, par intrusion, par violence et acharnement via les mass media, de son sommeil régénérateur ?

Si une solution est possible, je vous engage et vous missionne, pour vos honoraires je vous le dis tout net, ils seront pris en charge par l'Assemblée des experts de céans, qui par l'intermédiaire du brave collecteur bénévole Achille, versera son obole.

Cette participation se fera de bon cœur, car sauver mon sommeil équivaut à sauver celui de la France et pourquoi ne pas le dire, du monde insomniaque maniaque et dépressif !

Je trouve que cette bonne action vaut autant que sucrer les fraises et plus que la vaccination aléatoire, car nous savons tous que "alea jacta est"...

Nota bene : Cette saisine pourrait sans aucun doute laisser des traces dans les annales et éclairer sur la qualité des hommes illustres de notre temps !

Claude Luçon

"Je récuse absolument l'idée que les procès filmés pourraient servir de pédagogie, informer le citoyen et lui montrer qu'il est difficile de juger" (PB)

D'autant plus que ce serait plus du voyeurisme que de la pédagogie.
Il y a assez de séries TV sur le sujet pour que la confusion soit totale.

"On ne maîtrise cette étrange et fabuleuse mission d'avoir à juger son prochain que par la prise directe avec cette réalité"

C'est un postulat universel qui devrait aussi être la devise des médias !
D'autant plus que ce sont eux qui créent le problème avec la Justice par leur façon trop agressive d'interviewer magistrats et avocats tout en affectant un rien de supériorité intellectuelle !

Il faudrait expliquer à ces voleurs-violeurs le sort qui leur serait réservé en Afrique, courant au Nigeria : la foule se jette sur le ou les délinquants, leur met un vieux pneu sur le torse, bras compris, puis l'asperge d'essence et y met le feu sans le moindre respect pour la pollution de l'atmosphère. Evidemment nos écolos objecteraient ! Pour la pollution seulement ?

Exilé

Va-t-on enfin nous débarrasser de cet humanisme abstrait, superfétatoire

Il faut comprendre que cette caricature d'humanisme n'est qu'une conséquence de l'application dévoyée de l'application froide de l'idéologie des « droits de l'homme » vue comme une nouvelle religion, mais autour d'un homme abstrait qui ne sera incarné et de façon sélective que dans certaines circonstances selon l'air du temps et l'idéologie à la mode.

Ainsi, nous en arrivons en pratique à ce que le statut d'être humain soit reconnu uniquement aux voleurs, aux violeurs, aux tueurs etc. surtout s'ils peuvent exciper de leur origine étrangère, auquel cas ils se verront garantir une liste impressionnante de droits souvent indus selon la logique, alors que leur victimes - du moins celles qui seront encore en vie ou bien leurs proches - seront priées de se taire et de subir sans faire de scandale les conséquences des dols qui leurs ont été infligés sans que personne ne se penche avec commisération et en urgence sur leur sort pour leur permettre de reprendre une vie à peu près normale.

Un exemple caricatural parmi d'autres est celui de ces locataires ou propriétaires chassés de leur domicile par des squatteurs, quasiment intouchables et couverts de « droits » délirants, alors qu'au contraire leurs victimes seront en pratique dépouillées de leurs droits à commencer par celui de pouvoir bénéficier d'une décision de justice rapide et de leurs droits fondamentaux et constitutionnels dont celui de pouvoir disposer d'un logement voire du respect du droit de propriété « inviolable et sacré », d'après une certaine déclaration remontant à 1789 tendant de nos jours à être réduite à un chiffon de papier.

En résumé, l'humanisme actuel n'est qu'un affrontement de « droits de l'homme », avec un avantage aux droits artificiels sur les droits naturels, selon ce qu'un ancien président a appelé la force injuste de la loi.

letarsier

On jugera du pedigree des agresseurs une fois ceux-ci arrêtés, mais au vu de la sauvagerie de l'attaque, ils ne doivent pas en être à leur première infraction, ni à leur seconde, ni même à leur troisième.

Ce qui pose à nouveau la question de l'application des peines.

Par ailleurs, il est tout de même consternant de remarquer, encore une fois, l'aveuglement des médias mainstream sur ces dérives, vu que VA, encore une fois aussi, porte l'affaire à la connaissance du plus grand nombre.

S'il est bon de jeter un coup de projecteur sur les réussites de l'intégration, il n'est pas inutile de faire de même sur les ratés de celle-ci.

Robert Marchenoir

Parmi les pays du monde où il y a le plus de viols par rapport à la population, il faut citer les suivants (pas nécessairement dans l'ordre) :

L'Afrique du Sud, qui détient probablement le record en la matière, bien que les chiffres que j'ai pu trouver ne lui attribuent pas cet honneur. On notera que l'Afrique du Sud est essentiellement peuplée de Noirs, et que les Noirs (de gauche) y sont au pouvoir. Elle ne se distinguait pas par une incidence particulière du viol lorsque les Blancs y étaient au pouvoir (en langage courant : "apartheid").

Depuis que la situation s'est inversée, l'Afrique du Sud est le seul pays du monde, à ma connaissance a) où l'on a réalisé un sondage demandant aux hommes : "Avez vous déjà commis un viol dans votre vie ?", b) où 27 % ont répondu oui.

Dans les pays normaux, bien entendu, le résultat d'un tel sondage serait zéro, indépendamment du nombre de viols réellement commis.

Parmi le quart de la population masculine qui a, ainsi, répondu : "Ben oui, pourquoi ?", 23 % ont déclaré avoir déjà violé entre deux et trois femmes, et 8 % ont déclaré qu'ils en avaient violé plus de dix (*).

Interrogés sur l'âge qu'ils avaient lorsqu'ils ont commis un viol pour la première fois, 16 % ont répondu entre 10 et 14 ans, et 10 %... moins de 10 ans.

Suivez mon regard vers les "mineurs non accompagnés", et autres "enfants vulnérables".

Parmi les autres pays ayant un taux de viol record, se trouve la Suède. Inutile de dire que ces viols ne sont pas commis par les Suédois, mais par les "Suédois". Je doute que des données statistiques soient disponibles à cet effet, mais l'étude de ce pays montre à l'évidence que la cause est à rechercher dans l'explosion de l'immigration extra-européenne, associée à un "anti-racisme" exacerbé qui empêche de lutter contre ces méfaits.

Un autre pays dont on parle assez peu à cet égard est la Grande-Bretagne, les mêmes causes produisant les mêmes effets. On se rappelle le proxénétisme quasi-industriel pratiqué par des gangs pakistanais à l'encontre d'adolescentes blanches en détresse, proxénétisme contre lequel la police a, pendant de longues années, délibérément renoncé à intervenir, dans le but explicitement avoué de ne pas paraître "raciste".

Et un dernier pays, enfin, est la France, laquelle ne se trouve pas dans le haut du tableau d'après les données que j'ai pu recueillir, mais qui affiche des "résultats" fort honorables, et, surtout, en explosion sur les dernières années. On se demande bien pourquoi.

Je ne cite pas de rangs ni de taux précis, car les données statistiques que j'ai pu trouver sont peu cohérentes et difficiles à exploiter. Voici l'un des points de départ les plus sérieux pour quiconque voudrait aller plus loin : il s'agit de l'étude des Nations Unies sur le taux d'agressions sexuelles par rapport à la population à travers le monde. C'est probablement un bon indicateur du viol à proprement parler.

C'est dans cette base de données que j'ai puisé les indications concernant la France et la Grande-Bretagne. Curieusement, elle ne semble pas couvrir les États-Unis. Les outils de manipulation des données fournis sur le site, je le signale, fonctionnent de façon abominable.

Différents sites de statistiques sur le Web fournissent des classements sur le sujet, souvent différents. Il faut les examiner attentivement, et prendre garde aux méthodes de compilation des données.
______

(*) Pour être précis, ce sondage a été réalisé dans deux régions du pays seulement. Mais la substance générale de ses résultats ne fait pas de doute : elle correspond à l'expérience vécue des populations sur place.

sylvain

Chers tous !

Vous les avez voulus vos Macron, vos EDM, vos Hidalgo, vos juges rouges, vos syndicats de policiers qui viennent bavasser comme des poules mouillées chez Ferrari, vos chroniqueurs de gauche collabos soumis du Boobaland Joffrin qui nous ressassent en boucle que "ce n'est pas si simple, c'est plus compliqué que ça", vos lois antiracistes à sens unique, vos Zéribi qui passe son temps sur CNews à soutenir ses protégés musulmans islamistes racailles arabo-africaines : "ils sont francéééé.ééé !" foutez-leur la péééé.éé !"

Vous osez être choqués mais consentants par ces faits divers horribles et cette criminalité légalisée par ce pouvoir infect LREM qui a instauré une dictature racialiste raciste antiblancs et qui frappe très fort les blancs de souche à la moindre incartade considérée raciste envers les futurs tueurs qui envahissent le pays. Génération Identitaire en a fait les frais, ces jeunes pacifistes avaient le tort d'être blancs patriotes et de s'opposer à cette submersion migratoire programmée par Macron ; mais aucune dissolution des ligues fachos racistes africaines LDNA qui appellent au crime contre les policiers et les blancs.

Vous allez encore voter pour ce fou dangereux qui détruit son pays avec un sadisme machiavélique qui semble vous complaire du moment que ce sont les autres qui sont touchés ; ça remplace un feuilleton américain.

Des 10 avril, il y en déjà beaucoup trop mais vous allez en avoir de plus en plus et vous continuerez, tout comme le pape de l'islamo gauchisme Zéribi, à absoudre cette race dangereuse maghrébine africaine en leur cherchant des excuses ; leurs moeurs, leur culture et les bouffées de chaleur dues à surconsommation de drogue seront leurs circonstances atténuantes ; l'affaire atroce Sarah Halimi - justice criminelle padevagues padamalgame est déjà enterrée par les médias, faut vite passer à autre chose de plus vendeur entre les pubs.

Hidalgo qui a voulu défier et narguer la fachosphère en encourageant l'invasion de Paris est la première coupable de tous ces crimes meurtres viols dégradations de sa ville poubelle coupe-gorge sanglant.

Mais tout ce bon petit peuple a été bien conditionné :

"Il faut faire barrage au RN" formule choc contre ce parti insignifiant accusé de tous les chaos du monde et surtout de celui qui règne chez nous en ce moment avec les tueurs islamogauchistes macroniens.

Isabelle

Résumons : nous sommes en France, en plein Paris.
Une femme est agressée puis violée par plusieurs individus de type africain.

Au fait, nous sommes en 2021, au XXIe siècle (2 croix, bâton) !
Que fait le gouvernement actuel ? RIEN, si ce n’est brasser de l’air et du vent.

Ce gouvernement est trop occupé à verbaliser le citoyen moyen pour non port du masque dans les rues quasi désertes des villes, vu que tous les magasins sont fermés ou sur les plages balayées par les vents marins !

Quant aux néo-féministes si virulentes habituellement, elles sont aux abonnées absentes. Les agresseurs et violeurs ne sont pas assez blancs !

Elles n'ont pas assez de courage et de bravoure pour s'attaquer à ceux qui cognent et violent. Au contraire, elles flattent leurs futurs tortionnaires.
Les idiots utiles abondent.

Un autre spécimen du genre :

« Eric Naulleau a qualifié Gilles Verdez d’idiot utile de l’islamisme”.

Pub Evian : l’idiot utile Verdez s’est illico presto jeté à plat ventre pour faire allégeance à l’Islam, clamant que la pub d’Evian était islamophobe.
Il s’est ridiculisé inutilement, des musulmans ayant fait savoir que cette pub ne les dérangeait nullement.

La "team Evian" (encore une trouvaille de la novlangue) s'est empressée de s'excuser. Evian, les nouveaux vichystes !

Nous sommes abreuvés d'idiots utiles de la racaillosphère et de l'islamosphère.

Aliocha

L'humilité de croire, dit Denis, il lui sera répondu avec l'orgueil de l'incroyant, c'est inévitable et légitime et entraînera le débat à une synchronisation des pros et des antis qui ne saura éviter la longue palabre du choc des croyances, la non-croyance étant une croyance égale et inverse à la croyance, où la réalité physique des relations humaines ne saura dégager son principe qu'en étudiant la relation de la partie avec le tout, l'individu avec le groupe pour les sciences sociales, tentant de comprendre quel rôle le support commun, la relation entre les parties, ce qui s'appliquera au judiciaire, pourrait offrir autre chose qu'un spectacle totalitaire :

https://www.youtube.com/watch?v=5v5eBf2KwF8

Une analyse de ce phénomène :

https://www.youtube.com/watch?v=t-_VPRCtiUg

Denis Monod-Broca

« Prendre en charge le réel », ne pas fuir le réel, oui, bien sûr, c’est-à-dire prendre les hommes tels qu’ils sont, capables des pires violences, tous les hommes, à commencer par vous et moi.
Tout ce qui est « inhumain » est pleinement et exclusivement humain.
La culture humaine s’est développée dans un permanent compromis avec la violence humaine. D’abord par les mythes, les interdits et les rituels. Désormais par la loi, la justice, la recherche de la vérité, la raison.
Nous ne croyons plus en rien, nous ne croyons plus ni à la loi, ni à la justice, ni à la recherche de la vérité, ni à la raison, alors la violence revient et a libre cours.
Ayons l’humilité à nouveau de croire.
Tous et chacun.
Ou nous en serons réduits à subir.

vamonos

Ce 10 avril, rive droite à Paris, la parité n'était pas respectée. De plus, des cinq continents, seule l'Afrique était représentée.

Que va dire Anne Hidalgo ? Comme d'habitude, elle va dénoncer ce qu'elle nomme la fachosphère, coupable selon elle de relayer les faits divers.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS