« Faut-il une contre-programmation régalienne ? | Accueil | Trop c'est trop ! »

19 avril 2021

Commentaires

Patricia

De Gaulle ne jouait pas à être Président, il était un chef, il portait en lui la France, le peuple, ce qui n'est le cas d'aucun de nos hommes ou femmes politiques actuels.
Le sommet est devenu une course à l'arrivisme, à l'opportunisme et certains usent du mot République sans être eux-mêmes respectables.

Tout le monde et n'importe qui s'inscrit à la plus grande course au pouvoir mais ont-ils les capacités à diriger une politique étrangère, une politique intérieure et tous les autres domaines ? Non ! Ils pensent qu'ils vont s'entourer de conseillers et que cela suffira à combler leurs lacunes. Ça ne fonctionne pas comme ça, on n’a qu'à voir le résultat depuis quelques décennies.

Un pays ça se porte en soi, c'est inné. Pas besoin de leçons, pas besoin de faire le yoyo entre les communautés, les clans. On a des convictions, des idées claires. On ne sert pas un coup l'un et un coup l'autre. On sert le peuple.
Nous avons un pouvoir qui s'est affaibli au fur et à mesure des changements de gouvernement et rien ne présage que cela va s'améliorer.

F68.10

@ Robert Marchenoir
"En effet : I Accuse de Gaulle est l'édition en anglais de De Gaulle dictateur. Publié pour la première fois en français à New York et à Montréal, en 1945, il a été traduit en anglais aux États-Unis l'année suivante."

J'ai en effet lu ce texte il fut un temps. Il est extrêmement éclairant. Même si je ne bois pas chacune de ses paroles, je trouve que Henri de Kérillis fut simultanément lucide et courageux. Un combinaison assez souvent fatale.

(Et je ne peux m'empêcher de remarquer que si on peste contre l'invasion culturelle de l'anglais, il serait temps de peupler des sites comme archive.org de ce genre de textes en français. Si on ne le fait, ce sont les bibliothèques indiennes et les bibliothèques américaines qui le feront. Il ne faudra pas venir se plaindre qu'il faille connaître l'anglais pour trouver des citations sur notre histoire qu'on trouverait autrement en français. Inertie, quand tu nous tiens...)

Je ne suis pas du genre à morigéner de Gaulle à chaque occasion: il a quand même réussi à tenir un pays alors en piteux état. Ce n'est pas négligeable. Mais je ne peux que vous soutenir quand vous écrivez ce qui suit sur un autre fil de discussion:

"Même si l'on soutient l'action du général de Gaulle, il convient de le réduire à ce qu'il fut : un personnage historique, mort maintenant, et non un dieu vivant dont il faudrait chercher la réincarnation je ne sais où."

Robert Marchenoir

@ F68.10 | 23 avril 2021 à 23:38

En effet : I Accuse de Gaulle est l'édition en anglais de De Gaulle dictateur. Publié pour la première fois en français à New York et à Montréal, en 1945, il a été traduit en anglais aux États-Unis l'année suivante.

Henri de Kerillis a offert ses services à de Gaulle à Londres, en 1940. Le général l'a jugé pas suffisamment servile. Il est alors parti rejoindre les gaullistes de New York, avant de rompre avec eux. Resté aux États-Unis après la guerre, il est devenu un vrai "paysan" (pas un fonctionnaire agricole franchouille subventionné), exploitant une ferme où il élevait des vaches et cultivait des pommes de terre. Citation amusante :

"Les Français introduisent dans tous les problèmes des opinions arrêtées, butées, hostiles, exaspérantes parce que primaires, fondées sur un manque complet de connaissances pratiques, politiques et historiques."

Le verdict est toujours valable aujourd'hui.

F68.10

@ Robert Marchenoir

"Le gaulliste Henri de Kérillis..."

Voilà... Exactement. L'auteur de I accuse de Gaulle, disponible sur archive.org. Je crois que c'est le même texte que "De Gaulle dictateur" que vous citez.

Il est disponible gratuitement sur le net en anglais. Pas réussi à le trouver en français...

Aliocha

Aux plaisantins qui comparent de Gaulle à un dictateur, la réponse du général :
"Alors parlons des libertés publiques. Où sont les libertés publiques que j'ai détruites ? C'est moi qui les aie rendues, je les ai rendues quand je suis rentré en France en 44, je les ai rendues, toutes, il n'y en avait plus. Pourquoi il n'y en avait plus ? Parce que les partis avaient capitulé dans les mains de Pétain et des Allemands à l'époque où il ne fallait pas. Enfin, moi, j'ai rendu la liberté publique. Je ne l'ai pas détruite pendant le temps que j'étais là. Et depuis sept ans que je suis là, je n'ai pas détruit les libertés publiques. La liberté de la presse, est-ce qu'elle n'existe pas ? Presque toute la presse m'est hostile. Je ne l'en empêche pas. Et la liberté syndicale, est-ce que je l'empêche ? Pas le moins du monde, bien au contraire. Je fais tout pour essayer d'associer les syndicats au développement commun de la France. Et quelles autres libertés ai-je détruites ? La liberté de vote ? Eh bien vous voyez bien ce qu'il se passe. Le 1er juin 1958, j'étais revenu. La veille, c'est la veille que j'avais reçu l'investiture, que j'étais devenu le Président du Conseil avant d'être le président de la République. J'ai rétabli la liberté de la presse que le régime des partis, les jours d'avant, parce qu'ils mouraient de peur, avait supprimée. J'ai supprimé la censure, je ne l'ai jamais rétablie. Voilà la réalité. Alors, il faudrait que les plaisanteries soient plus courtes parce que ce sont les meilleures qui sont les plus courtes, mais quand elles sont très longues, elles sont très mauvaises, les plaisanteries."

https://fresques.ina.fr/de-gaulle/liste/recherche/Michel%20Droit/s#sort/-pertinence-/direction/DESC/page/1/size/10

Robert Marchenoir

@ Denis Monod-Broca | 22 avril 2021 à 21:01
"Pourquoi ai-je pensé une seule seconde qu'il était possible de discuter avec vous ?"

Parce que vous n'avez jamais essayé de discuter avec moi. Pas plus qu'avec d'autres, d'ailleurs. Vous vous contentez d'appuyer sur le pschitt-pschitt à slogans.

Et lorsqu'on ne manifeste pas immédiatement son accord avec vous, vous nous sortez cette perversité habituelle des gauchistes : "On ne peut pas discuter avec vous".

Je crois que vous ne comprenez pas le sens du mot discuter.

Je vous ai pourtant gentiment indiqué comment vous y prendre. Dans le cas qui nous occupe, il vous suffirait de répondre à la question : quelle devrait être l'attitude de la France vis-à-vis de la République tchèque ? Ou bien : qu'est-ce que le gaullisme ?

Vous voyez, ce n'est pas bien compliqué. À la place, vous nous fournissez un discours de bébé geignard. Ouin, le monsieur, il est pas gentil, il devrait être plus nuancé. Ouin, le monsieur, il veut pas discuter avec moi.

Alors que c'est vous qui refusez le débat.

Incidemment, voilà où nous ont conduits 70 années de "gaullisme". Le gaullisme, et vous venez de nous le montrer ici, cela consiste à s'enivrer de mots et à refuser de considérer la réalité. Cela consiste à dire une chose (l'indépendance de la Frônce, gna-gna) et à faire le contraire (ramper devant Poutine, après avoir rampé devant Staline et Thorez).

Cela consiste, pour le Maître lui-même, à prétendre être le chef de la Résistance, tout en incitant à la désertion les marins français arrivés à New York, en 1943, pour mettre le cuirassé Richelieu au service de l'effort de guerre américain contre les nazis.

Moi j'appelle ça de la trahison en temps de guerre. Vous avez un autre qualificatif pour cela, Monsieur le débatteur ?

Le gaulliste Henri de Kérillis, officier ayant mené l'une des dernières charges de cavalerie de l'armée française (charge victorieuse, contre... l'aviation allemande, pendant la Première Guerre mondiale), seul député de droite à avoir voté contre les accords de Munich, journaliste, inlassable dénonciateur du danger hitlérien au milieu d'une France des années 30 conforme à vos vœux, "nuancée", "non extrémiste" et "ne voulant pas la guerre", devenu anti-gaulliste après avoir constaté par lui-même que le général faisait passer ses intérêts personnels avant ceux de la nation :

"A quel sentiment exact le général de Gaulle obéissait-il en donnant l'ordre de provoquer ces scandaleux incidents et ces désertions à bord du Richelieu ? On ne peut répondre à ces questions sans se reporter aux incidents et aux désertions analogues qu'il suscita dans l'armée d'Afrique pendant qu'elle combattait les Allemands [...]."

"Dans le réquisitoire accablant que l'histoire dressera sans aucun doute contre lui, l'ensemble de ces faits formera le chef d'accusation le plus grave et le plus tragique. On ne peut les expliquer si l'on persiste dans l'illusion que le général de Gaulle a été l'animateur de la guerre à outrance contre les Allemands et qu'il poursuivait seulement le noble but de la libération de la France."

"Ils deviennent, au contraire, clairs et logiques si l'on reconnaît que le général de Gaulle pensait d'abord, et sans doute exclusivement, à édifier sa fortune politique."

Écrits par un témoin et acteur direct des événements, en 1945 (De Gaulle dictateur, éditions Perrin), ces mots ont été, hélas, démentis par l'histoire : le général de Gaulle a réussi a faire prévaloir sa légende personnelle sur la réalité des faits.

Et c'est pour cela que le gaullisme est un crime politique. Au-delà même de la personne du général, de son action et de sa doctrine, les Français ont pris l'habitude de se livrer à des hommes qui disent une chose et font le contraire. Eux-mêmes, ils disent une chose et font le contraire.

Ils prétendent faire la révolution pour faire baisser les impôts (les Gilets jaunes), et c'est pour finir par réclamer une augmentation des impôts (faire payer les riches, taxer le kérosène).

Et tout est à l'avenant.

Le communisme, aussi, disait une chose et faisait le contraire. Il continue, d'ailleurs.

Raoult, aussi, dit une chose et fait le contraire. Poutine. Et bien d'autres blablateurs magnifiques qui ont les faveurs des Français...

Denis Monod-Broca

@ Robert Marchenoir
"Arrêtez de répercuter la propagande russe comme un magnétophone."

Pourquoi ai-je pensé une seule seconde qu'il était possible de discuter avec vous ?
Rassurez-vous, je coupe le magnétophone.

Robert Marchenoir

@ Denis Monod-Broca | 22 avril 2021 à 16:06
"Vous ne trouvez pas que vous généralisez un peu trop à propos des 'gaullistes' ?"

Non. Un synonyme de généraliser, c'est penser. Maintenant, si vous nous dites que vous êtes gaulliste et que vous ne vous reconnaissez pas dans ma description, vous êtes le bienvenu pour nous dire en quoi. Cela pourrait être une contribution constructive au débat.

En revanche, pulvériser des clichés tels que "il ne faut pas généraliser", ça ne mène nulle part. Vous n'améliorez pas l'intelligence collective en disant cela.

"N'y a-t-il pas trop de complaisance dans votre réduction de la Russie à Poutine ?..."

Cela fait des années que j'explique par le menu, ici, en quoi ce sont les poutinistes qui réduisent la Russie à Poutine, et que je suis au contraire, face à eux, celui qui fait la distinction. Vous n'avez pas débarqué sur ce blog hier matin. Vous ne pouvez donc l'ignorer.

Cela étant, je vous rappelle que Vladimir Poutine vient de se faire nommer président à vie de la Russie, et que concernant des affaires de politique étrangère telles que celles que je viens d'aborder, c'est lui qui décide. Ce n'est pas la babouchka qui vit sans eau courante au fin fond de la province, et qui perce les lacs gelés pour se laver.

"...et dans votre hostilité sans nuance à Poutine ?"

Question idiote. Excusez-moi, mais on ne peut guère en dire autre chose. Dites-nous ici quelles "nuances" il conviendrait d'apporter à l'hostilité envers Poutine, pourquoi il faudrait le poupougner de partout avec de la nuance, et alors on pourra commencer à discuter.

Pour ma part, je viens de vous démontrer pourquoi il fallait lui en mettre plein la g..., et se torcher avec la "nuance". Ne faites pas semblant de ne pas avoir entendu. Apportez vos propres raisons -- si vous en avez.

Enfin, complaisance envers qui ? Envers quoi ? Il me semble que ce dont je fais preuve ici, c'est au contraire une absence de complaisance. Et c'est justement ce que me reprochent les poutinolâtres dont vous prenez le parti. Il faudrait savoir.

"Si chacun se complaît dans une position extrême, la seule issue est la guerre. Est-ce cela que vous voulez ?"

Ta-ta-tam... Oui ! Je veux la guerre ! Je veux que l'on vitrifie la Russie sous un tapis de bombes nucléaires ! Content ?

Arrêtez de répercuter la propagande russe comme un magnétophone. La gigantesque sottise que vous venez de sortir, c'est tout simplement ce que répètent du matin au soir les faux comptes Twitter de la Russie.

Les États-voyous ne peuvent être contenus que par la force. Dites-nous à quel moment la faiblesse a payé, face à la Russie. Ou, plus généralement, en politique étrangère.

Et puis tiens ! tant qu'à faire... dites-nous à quel moment la Russie a fait preuve de "nuance", dans sa politique étrangère. Les 100 000 soldats qu'elle a amassés ces derniers jours, à la frontière avec l'Ukraine, c'est "nuancé" ? Le blocage illégal de la mer d'Azov, c'est "modéré" ? Faire sauter des dépôts de munitions dans un pays étranger, c'est de la diplomatie en gants beurre frais ?

Avez-vous lu le discours annuel de Poutine à la nation, prononcé hier ? Allez voir à la fin, quand il s'adresse à l'Occident... vous m'indiquerez où se trouvent la "nuance" et le "non-extrémisme"...

Enfin, je constate que vous avez réussi à détourner la conversation. Que devrait faire la France, selon vous, face au conflit diplomatique entre la République tchèque et la Russie ? Lorsqu'il s'agit de vaporiser des mots cotonneux dans l'atmosphère, vous êtes partant. Quand il s'agit de prises de position concrètes, il n'y a plus personne.

Denis Monod-Broca

@ Robert Marchenoir
"Curieusement, ils [les gaullistes] s'emploient surtout à étaler leur complaisance envers le régime mafieux de Vladimir Poutine, dans la droite ligne de la coupable complicité entretenue par de Gaulle avec l'URSS et les communistes."

Vous ne trouvez pas que vous généralisez un peu trop à propos des "gaullistes" ? Et n'y a-t-il pas trop de complaisance dans votre réduction de la Russie à Poutine et dans votre hostilité sans nuance à Poutine ?
Si chacun se complaît dans une position extrême, la seule issue est la guerre. Est-ce cela que vous voulez ?

F68.10

@ Ninive
"Quant à la présence chinoise en Afrique, elle est discrète mais très efficace sur le plan des grandes réalisations, leur philosophie est donnant-donnant gagnant-gagnant... sympathique, non ?"

Non. Absolument pas. Très inquiétante. Bien sûr, sur le terrain, les Chinois en question sont aimables, gentils et tout. Ce n'est pas le problème. Le problème, c'est qu'ils rétablissent une logique coloniale quand même dure, et qu'ils corrompent à tout-va.

Regardez ce qu'il se passe sur le barrage de la Renaissance sur le Nil financé par... la Chine. La politique de la dette chinoise fait fi du droit des avaliers en matière de gestion des cours d'eau. Et comme il faut rembourser la Chine, l'Ethiopie veut remplir le barrage. Et ainsi assoiffer l'Egypte. Qui menace donc militairement l'Ethiopie à mots plus ou moins couverts en leur expliquant que c'est une mauvaise idée que d'assécher le Nil.

Cela, c'est bien la politique de la dette chinoise. C'est suicidaire que de les laisser procéder ainsi. Le Pakistan est devenu un Etat fantoche (il l'était déjà) où les militaires pakistanais disent garantir aux Chinois le paiement de la dette si le gouvernement civil ne paye pas. La politique de la dette chinoise n'est pas un jeu.

Les Africains les ont eus à la bonne un temps, quelque part contents que les jaunes ne soient pas des blancs. Ils vont déchanter. Et ce ne sont pas les classes politiques africaines qu'il faut croire sur l'idylle de leur pays avec la Chine. Ils aiment la Chine parce que la Chine corrompt. Les Européens aussi corrompent. Je ne dis pas le contraire. Mais la Chine, c'est quand même un cran au-dessus. Et ils menacent la souveraineté de ces pays de manière assez directe.

Ce n'est absolument pas du gagnant-gagnant. Mais je vous concède que la surveillance de leur population par les méthodes chinoises d'intelligence artificielle et le contrôle d'Internet, c'est "gagnant-gagnant" pour les dirigeants africains. Pas pour la population.

Robert Marchenoir

Soyons concrets. Que devraient faire les gaullistes, aujourd'hui, s'ils étaient fidèles au discours du général de Gaulle, par opposition à ses actions, qui allaient en général en sens inverse ? Soutenir la petite République tchèque, dans son bras de fer avec l'immense Russie.

Curieusement, ils s'emploient surtout à étaler leur complaisance envers le régime mafieux de Vladimir Poutine, dans la droite ligne de la coupable complicité entretenue par de Gaulle avec l'URSS et les communistes.

En effet, les gaullistes se recrutent essentiellement parmi la droite classique, le Rassemblement national, et cette partie de la gauche que l'on peut qualifier de populiste. Tous ces gens ne ratent pas une occasion de manifester leur soutien, quasi viscéral, au régime poutiniste.

Rappelons le conflit crucial qui se joue à Prague en ce moment. Le gouvernement vient de révéler que la Russie a commis un acte de guerre envers la République tchèque, en 2014, en y faisant exploser deux dépôts de munitions. Le contre-espionnage tchèque possède la preuve qu'il ne s'agit pas d'un accident, comme on l'avait imaginé à l'époque, mais d'un acte de terrorisme d'État, commis par les mêmes espions du GRU qui ont tenté d'assassiner les Skripal au Novichok, en 2018, en Angleterre. C'est à dire des soldats, des agents de l'espionnage militaire russe.

Il s'agissait d'empêcher un marchand d'armes bulgare de livrer ces munitions à l'Ukraine, en butte à l'invasion de l'armée russe. Marchand d'armes qui a, par la suite, été victime d'une tentative d'assassinat au Novichok par le même GRU.

Le gouvernement tchèque a donc pris une décision spectaculaire : expulser 18 diplomates russes, soit la totalité des agents identifiés du GRU et du SVR (espionnage classique), agissant sous couvert de l'ambassade russe à Prague.

Comme toujours en pareil cas, Moscou a répliqué avec une mesure similaire. Mais en expulsant 20 diplomates tchèques, et non 18.

Cette décision risque de paralyser le travail de l'ambassade tchèque. En effet, il y a beaucoup plus de diplomates russes à Prague, que de diplomates tchèques à Moscou. L'ambassade russe est dotée d'un sureffectif grotesque : 136 agents accrédités, avant les récents événements.

Pourquoi ? Tout simplement parce que les prétendus diplomates n'en sont pas. Selon les sources, 30 % à 50 % d'entre eux sont en réalité des espions, une proportion largement supérieure à celle pratiquée par les autres nations.

La France est concernée au premier chef. Non seulement parce qu'il s'agit là de l'un de nos alliés de l'Union européenne et de l'OTAN, mais parce que les espions russes basés à Prague se promènent dans toute l'Europe pour se livrer à leurs activités. Afin de mener ses missions (assassinats, attentats, tentatives de coup d'État, menées subversives diverses...) le GRU a même utilisé une base située en Haute-Savoie.

La réaction du gouvernement tchèque est extraordinaire : il a répondu aux contre-mesures russes en annonçant un nouveau train d'expulsions. Si les 20 diplomates tchèques ne sont pas autorisés à rester à leur poste, ce sont 60 membres supplémentaires de l'ambassade russe qui seront expulsés.

Normalement, c'est Poutine qui procède ainsi à des mesures asymétriques. Aujourd'hui, c'est la petite Tchéquie qui a décidé de prendre Poutine à son propre jeu.

Le but est clair : rétablir la parité diplomatique. Le think-tank tchèque European Values avait déjà émis cette préconisation en juillet dernier. Ce qu'il faut faire, disait-il, c'est expulser tous les diplomates russes, sauf l'ambassadeur et son chauffeur. Après quoi, les Russes réduiraient la représentation tchèque à zéro.

C'est la Russie qui a tout à perdre dans cette affaire, à savoir son énorme réseau d'espionnage. Les exportations tchèques en Russie ne comptent que pour 2 % du total. Une fois la parité obtenue de force par la nullité, alors on discute, et on revient à une représentation équilibrée.

Et le ministre des Affaires étrangères tchèque vient de le confirmer : c'est en effet le but.

Bien entendu, la République tchèque a sollicité l'appui de l'OTAN dans cette affaire. Un autre monde est possible. La France peut, et doit, s'opposer aux menées impérialistes russes et au terrorisme d'État russe. Il suffit de le vouloir.

Que vont faire les gaullistes français ? Soutenir à fond nos alliés tchèques, comme ce serait le cas s'ils étaient fidèles à leurs convictions proclamées de patriotisme et de défense de l'indépendance de la France ? Ou revenir à leur position par défaut, selon laquelle "il faut discuter avec Poutine", car la France est "asservie" par l'OTAN et devrait en sortir ?

Denis Monod-Broca

Pour info :

https://frontpopulaire.fr/p/home

Ninive

@ F68.10 | 21 avril 2021 à 18:47

J'ai eu l'occasion de visiter le Japon, Hong Kong, Taïwan, les pays baltes, la Birmanie que voulez-vous que je vous dise, j'ai été enchanté de ces séjours. Je suis allé également à Ürümqi et dans ses environs lors d'un voyage passionnant sur l'une des routes de la soie.

Quant à la présence chinoise en Afrique, elle est discrète mais très efficace sur le plan des grandes réalisations, leur philosophie est donnant-donnant gagnant-gagnant... sympathique, non ?

F68.10

@ Mary Preud'homme
"Une fois de plus vous aviez visé juste..."

Ouais, ouais... Savonarole, c'est l'archer aveugle.

-------------------------------------------

@ Ninive
"Le sujet est tellement vaste qu'il ne peut pas être débattu ici, je ne répondrai pas à vos éventuelles remarques. Cordialement."

Vous faites ce que bon vous semble. Et moi de même.

"C'est votre vision du monde et ce n'est pas la mienne. J'ai une profonde sympathie pour les Russes et les Chinois et cela pour de multiples raisons."

Et aucune sympathie pour le Japon, Hong Kong, Taïwan, les Philippines, l'Australie, la Birmanie, le Tibet, l'Inde, les Ouïghours, la Mongolie, l'Ukraine, les pays baltes et la Pologne ? Aucun scrupule non plus à voir des pays comme le Pakistan, le Sri Lanka et divers pays africains tomber dans l'orbite chinoise au moyen de leur politique de la dette ?

"En ce qui concerne la Chine, le Français de base l'imagine toujours à l'époque de Mao avec une tresse de cheveux dans le dos ; ce n'est plus le cas, ils sont presque les premiers dans tous les domaines..."

J'ai bien précisé qu'ils étaient en passe de devenir numéro un. Parfois, c'est plus quantitatif que qualitatif, mais cela ne change rien à la réalité. Que je n'ai jamais niée. Ce qui ne change rien non plus au fait que la Chine exporte toute honte bue les technologies de surveillance de masse à base d'intelligence artificielle, et qu'il faut être vrillé de la tête pour imaginer que ce soit une bonne chose. Il faut avoir ce profond désir chevillé au corps et au fond de l'âme d'être un esclave pour encenser cela.

Je vous confirme qu'ils sont bien en passe de devenir les numéro un. Y compris militairement. Taïwan en sait quelque chose. Mais peut-être que, pour vous, Taïwan, c'est la Chine ?

Honnêtement, vous avez quand même quelques réajustement moraux à faire. Vous avez beau admirer les fiers-à-bras agressifs, le reste du monde existe. Vous le négligez.

Quant à moi, je retourne étudier mes mathématiques chinoises. Parce que je n'ai jamais prétendu que les Chinois étaient une bande de demeurés. Et non, je ne pense pas que la Chine soit restée scotchée au temps de Mao. Je regrette simplement que l'ère de Deng Xiaoping soit révolue, et qu'on ait maintenant un grand barge à la tête de la Chine: Xi Jinping.

Qu'on ne vienne pas me dire que je représente "le parti de l'étranger", dans ce contexte, hein...

Juste une question pour vous: la Chine exécute-t-elle plus par tête d'habitant que l'Arabie Saoudite ne décapite par tête d'habitant ? (Et, après, on chouine sur l'euthanasie... le monde à l'envers...)

Savonarole

@ Mary Preud'homme | 21 avril 2021 à 12:47
"Une fois de plus vous aviez visé juste et il était probable que la clique des mauvaises langues, le confondu Robert Marchenoir en tête, n'allait pas s'en remettre et vous chercher noise ! Bingo !"

Bonsoir Mary,

Ce n’est pas tant le grand pervers narcissique de ce blog que je visais, celui qui fait la joie des Bilger. Sa prose est une tombe. Je visais plutôt la smala de ces « tiedi », les tièdes qu’évoquait Jérôme Savonarole, comme par exemple Exilé (20 avril 2021 à 16:50), gentil garçon, extrême droite, qui ne ferait pas de mal à une mouche mais qui sursaute soudain à l’évocation du nom de de Gaulle, un décervelé qui sur son faux Louis XV se rappelle aujourd’hui de ses 22 mois passés à Tamanrasset, dont il est revenu sain et sauf, contrairement au frère de Breizmabro qui lui y est resté.
Galerie de faux-culs, carrousel d’hypocrites.

Mary Preud'homme

@ Savonarole, 20 avril 22:25

Une fois de plus vous aviez visé juste et il était probable que la clique des mauvaises langues, le confondu Robert Marchenoir en tête, n'allait pas s'en remettre et vous chercher noise !
Bingo !

"Hazlo bien, tendrás envidia; hazlo mejor, los confundirás."
(Fais bien tu auras des envieux, fais mieux tu les confondras)

Ninive

@ F68.10 | 21 avril 2021 à 04:43
"Des ennemis, il y en a. De différents types: Chine, Russie"

C'est votre vision du monde et ce n'est pas la mienne. J'ai une profonde sympathie pour les Russes et les Chinois et cela pour de multiples raisons.

En ce qui concerne la Chine, le Français de base l'imagine toujours à l'époque de Mao avec une tresse de cheveux dans le dos ; ce n'est plus le cas, ils sont presque les premiers dans tous les domaines et la Chine est belle, il faut la visiter pour comprendre que nos préjugés sont faux.

Les Russes et les Chinois ne sont absolument pas des ennemis pour notre pays, c'est l'inverse !

Le sujet est tellement vaste qu'il ne peut pas être débattu ici, je ne répondrai pas à vos éventuelles remarques. Cordialement.

Ninive

Présence continue aux USA.

1- La carte de résident permanent aux États-Unis, plus connue sous le nom de green card, est un document d'identification émis par le service de citoyenneté et d'immigration américain. Il permet aux citoyens non américains de s'installer et de travailler légalement aux États-Unis sans avoir besoin de visa.

2- Obtention par naturalisation

Une personne étrangère résidant légalement aux États-Unis peut obtenir la nationalité américaine. Elle doit pour cela satisfaire à plusieurs conditions :
⦁ Détention de la Carte de résident permanent aux États-Unis (dite Green Card ou « carte verte »).
⦁ Possession du statut de résident depuis au moins cinq ans (délai réduit à trois ans si le résident est l'époux ou épouse d'un citoyen américain).
⦁ Résidence permanente aux États-Unis durant au moins la moitié du temps depuis que le requérant a obtenu le statut de résident, c’est-à-dire deux ans et demi au minimum (temps réduit à 18 mois pour les époux et épouses de citoyens américains).
⦁ Résidence permanente depuis au moins trois mois dans l'État américain où la demande de naturalisation a été effectuée.
⦁ Maîtrise totale de la langue anglaise (lue, écrite et parlée). Un test est organisé durant l'entretien de naturalisation.
⦁ Connaissance de base requise en ce qui concerne l’histoire et le gouvernement américain. Un test consiste à répondre positivement à au moins six questions sur les dix qui sont posées aux candidats. Ces dix questions sont prises au hasard sur une liste de 100 questions préétablies.
⦁ Possession d'une bonne moralité, acceptation des principes de la Constitution américaine, et bonne disposition envers l’ordre et le bien-être aux États-Unis. Cela implique que le candidat n'a pas été arrêté ou jugé coupable d’un crime grave, et qu'il doit apporter son soutien au système de gouvernement américain.
⦁ Le requérant doit avoir au moins 18 ans au moment de la soumission de sa demande. Pour les mineurs, la demande doit alors être soumise par les parents.
En outre, pour certains cas exceptionnels, le Congrès et le Président peuvent accorder par décret la nationalité américaine dans des cas individuels (Private bill). A noter qu'un citoyen américain naturalisé ne peut prétendre à la présidence ou à la vice-présidence des États-Unis, ces prérogatives n'étant échues qu'à un citoyen de naissance (droit du sol ou droit du sang (Article II de la Constitution des États-Unis).

---

Conclusion: la nationalité américaine n'est pas offerte, elle doit être sollicitée si l'on remplit les conditions exigées.

Tipaza

@ Claude Luçon | 21 avril 2021 à 00:39
"Vous avez été marié combien d'années avec une citoyenne américaine ? Moi 55 ans !"

Ah ! Si j'ai bonne mémoire, et je crois que j'ai bonne mémoire, je me souviens que vous nous aviez dit avoir épousé une Italienne enlevée de haute lutte contre un Américain. Le charme du french-lover ayant fait la différence.
Remarquez, votre épouse avait sans doute la double nationalité, ceci expliquant cela.
Ou alors vous avez été bigame.
Sur le principe je ne suis pas contre, mais deux femmes dans un même foyer peuvent se liguer contre l'époux commun. Il vaut mieux un chiffre impair, trois me paraît le bon chiffre. Trois femmes s'entendront rarement, d'où la relative tranquillité de l'homme.

Mais bon, c'est un peu tard pour changer le passé.
Ou alors il faut faire comme Macron qui se dépêche d'inventer une politique sécuritaire qu'il avait oubliée.
Mais se dépêcher à nos âges de réaliser une nouvelle politique familiale, communautaire, qui plus est, c'est vraiment risqué !

Robert Marchenoir

@ Savonarole | 20 avril 2021 à 22:25

La misère intellectuelle est de votre côté, le bras cassé c'est vous, et la ratatouille franchouille, c'est vous qui la touillez. Vous seriez plus crédible si vous nous expliquiez ce que de Gaulle "nous a apporté".

Curieusement, vous vous arrêtez juste avant. Comme tant d'autres, vous n'êtes qu'un adorateur d'une baderne galonnée. Ça vous fait jouir de vous avilir devant le premier aventurier venu, le premier escroc venu.

Grand bien vous fasse, mais gardez pour vous vos goûts pervers. Ne prétendez pas les imposer à la France, et, surtout, n'excipez pas d'une supériorité morale parfaitement imaginaire à ce prétexte.

Ça fait cinquante ans que ce traître à la nation est mort, nous ne sommes toujours pas capables de supprimer l'odieuse Sécurité sociale qu'il a créée, et il y a encore des fiers-à-bras de blog qui jouent les policiers politiques face à ceux qui rappellent que le roi est nu, que la Chine a racheté le Pirée, que la Russie fait exploser des dépôts de munitions en République tchèque, que les Français célèbrent le culte de la paresse grâce au statut de la fonction publique créé par le général de Gaulle, qu'ils délivrent des chèques-psychiatre à des étudiants incapables de calculer un pourcentage...

Les autres, ceux qui ne se payent pas de mots, pourront toujours lire De Gaulle dictateur et De Gaulle et les communistes, pour comprendre la différence entre la légende et la réalité.

Achille

@ Claude Luçon | 21 avril 2021 à 00:39

Même s’il m’est arrivé de travailler avec des Américains dans le cadre de mes activités professionnelles (participation à des groupes de travail sur les normes internationales en CEM), il est clair que je ne saurais m’aligner derrière votre vécu aux Etats-Unis.
Votre réaction un peu irritée me fait penser à ces éminents immunologistes, épidémiologistes et autre virologues que l’on entend sur tous les plateaux télé et qui estiment que leurs titres et hautes distinctions suffisent à écarter toute critique à leurs affirmations péremptoires.

Cela pourrait encore se concevoir s’ils étaient capables de donner des informations sur la Codiv-19 et ses variants qui ne soient pas contredites quelques semaines plus tard… parfois par eux-mêmes.

Si l'on prend maintenant l'exemple de ceux qui vivent parmi les Français depuis toujours. Qui peut affirmer vraiment les connaître ? Nous ne les connaissons qu'au travers de notre niveau social, de nos relations professionnelles et privées, ce qui écarte beaucoup de monde.

sylvain

@ Achille
« C’est aussi oublier que le Times en a fait une héroïne du combat contre les violences policières dans son édition... »

Quelle importance ? C’est l’effet papillon : une flatulence du Times aux States et nous avons des Traoré en France.
Leurs merdias sont la fosse septique de la culture américaine.

Lodi

@ Claude Luçon
"Ce qui me conduit à croire que je les connais plutôt bien ces Américains !
J'ai refusé la nationalité américaine qui m'était offerte parce que, pour moi, un officier de réserve de la Royale ne pouvait pas servir sous deux drapeaux ! J'ai une idée très chauvine de la France !
Faute de mieux ils m'ont donné une "Alien Permanent Resident Card" !"

Formidable. À comparer avec des gens qui bavent sur les Etats-Unis et feraient tout pour y aller !

Sinon, je pense qu'on peut admettre les forces et les faiblesses des Américains et du Général.
Si ce dernier n'a pas été le sauveur qu'on a dit, ce qui est plutôt le cas des Alliés, il a su fédérer et symboliser la France, ce qui est très bien. Sans rediviser tout le monde, je me contenterai de dire que maintenant que nous sommes délivrés et que l'eau a coulé sous les ponts, il faudrait être adulte donc rejeter le culte de l'homme providentiel, notre Constitution avec faux équilibre des pouvoirs et notre faible liberté d'expression.

F68.10

@ Claude Luçon
"Vous avez vécu combien d'années aux USA ?"

J'y ai mis les pieds une fois. Pour du travail à New York. Brookfield Place. Entre nous, j'ai pas trop aimé. La note d'hôtel (nondidjû !!), ainsi que son portier (noir) qui me trouvait trop sympathique et qui m'expliquait qu'à New York, c'est quand même mal vu d'être généreux avec les semi-clodos, cela m'a un peu refroidi.

Entre choisir New York ou la campagne zougoise ou l'île Maurice, mon choix est vite fait. Et puis je n'ai rien à y faire, là-bas...

Je ne suis pas habitué à l'ambiance. Pas accoutumé. Et j'ai aussi été refroidi par le look costard-baskets à Brookfield Place.

Ce qui ne change rien au fait que ce pays est irremplaçable. Même la guerre en Irak où ils nous ont passablement enflés au conseil de sécurité des Nations unies, quand on y réfléchit, il y avait quand même des motifs sérieux. Mais aucune excuse pour avoir cru pouvoir gérer l'ingérable. Ce qui est fait est toutefois fait.

————————-

@ Achille
"Les méchants ce sont les pays qui ne font rien qu'embêter les Américains. Cela a été longtemps les Russes, maintenant il semble que ce soient les Chinois les nouveaux méchants. [...] Souvenez-vous comment la presse américaine a agoni d’injures Jacques Chirac quand il a refusé d’envoyer des troupes en Irak en 2003."

Oui, je persiste: la Chine. Ce n'est pas (encore) un ennemi. Cela peut (très vite) le devenir. C'est simplement le pays qui deviendra numéro un, et personne ne peut y rien y faire. Sauf Jack D. Ripper dans Docteur Folamour. La seule chose qu'on peut faire, c'est conditionner son ascension à des règles de bon voisinage. Et quand on voit ce qu'en pense ledit voisinage... il y a bien un problème.

Nous ne sommes plus en 1990. Des ennemis, il y en a. De différents types: Chine, Russie, Turquie, Pakistan pour n'en nommer que quelques-uns. Il convient d'accepter que les rapports de force sont devenus nécessaires, et que ce n'est pas aux États-Unis de faire tout le boulot. Les Français auront de toutes façons suffisamment de boulot avec le pourtour de l'Union européenne qu'il convient de se partager le boulot avec les États-Unis, qui jouent sur l'aile dame qu'est l'océan Pacifique pendant que nous vérifions que la structure de notre roque qu'est l'Union européenne n'est pas trop bancale. (Bon, on a aussi un zone économique exclusive qui fait qu'on n'est pas complètement négligeable sur l'aile dame, mais bon... ça fait pas tout.)

"C'est leur droit d’être irresponsables sur le sujet ? J'ignorais qu’être irresponsable pouvait être un droit. De toute façon même si les Américains n’avaient pas ce droit ils le prendraient quand même."

Bien sûr qu'être irresponsable est un droit ! C'est juste qu'on a à en assumer les conséquences. Cela s'appelle la prise de risque. Nous avons eu Capitaine Chaos aux commandes dernièrement, qui n'avait pas que du mauvais. On retourne maintenant à des notions des responsabilité US plus conventionnelles mais néanmoins fermes. Mais c'est un choix, la responsabilité. Pas un devoir, et encore moins quelque chose qui nous serait dû.

Cela étant, je fonds dès que Jen Psaki ouvre la bouche. La reine du passif agressif...

Claude Luçon

@ F68.10 | 20 avril 2021 à 22:35
@ Achille | 20 avril 2021 à 21:22 et 22.35, plus particulièrement

Vous avez vécu combien d'années aux USA ?
Moi, retraité, 15 ans entre Westport et New Canaan CT, Malibu puis Santa Monica CA de 1995 à 2010 !
Vous avez travaillé combien d'années avec des Américains ?
Moi 35 ans dans 12 pays différents !
Vous avez été marié combien d'années avec une citoyenne américaine ?
Moi 55 ans ! J'aimais les jolies femmes à 27 ans !
Vous appartenez à combien d'associations d'ingénieurs aux USA ?
Moi deux : SPE et SPWLA !
(Holande m'avait impressionné avec son "Moi Président !", pardon de le plagier)
J'ai conduit sur la fameuse route 66 des tas de fois !
Pétrolier, j'ai même été nommé Ambassadeur d'honneur du Texas en Ethiopie !
Même les Texans ont le sens de l'humour qui manque tant en France !

Ce qui me conduit à croire que je les connais plutôt bien ces Américains !
J'ai refusé la nationalité américaine qui m'était offerte parce que, pour moi, un officier de réserve de la Royale ne pouvait pas servir sous deux drapeaux ! J'ai une idée très chauvine de la France !
Faute de mieux ils m'ont donné une "Alien Permanent Resident Card" !

Dès que j'aurai vos réponses nous pourrons débattre des Etats-Unis, entre-temps je continuerai, à tort peut-être mais continuerai quand même, à me prendre pour un expert sur le sujet et n'avoir aucune illusion sur eux tout en les aimant bien :)

Achille

@ F68.10 | 20 avril 2021 à 22:35
« Les Américains s'occupent de leurs problèmes raciaux internes. Ils ont tout à fait le droit de s'occuper des problèmes raciaux partout dans le monde. Parfois, ils sont irresponsables sur ce sujet, mais c'est leur droit. »

C’est leur droit d’être irresponsables sur le sujet ? J’ignorais qu’être irresponsable pouvait être un droit. De toute façon même si les Américains n’avaient pas ce droit ils le prendraient quand même.
Car la morale de ce pays est relativement simple voire simpliste pour ne pas dire simplette: dans le monde il y a deux types de gens, les gentils et les méchants.

Les Américains, vous l’avez devinez, ce sont les gentils ainsi que tous les pays qui se placent sous leur protection et donc cautionnent leur politique expansionniste, protectionniste et monopolistique.

Les méchants ce sont les pays qui ne font rien qu’embêter les Américains. Cela a été longtemps les Russes, maintenant il semble que ce soient les Chinois les nouveaux méchants. Mais les Russes ne sont pas pour autant des gentils.

Nous les Français nous ne sommes pas vraiment des méchants, sans être pour autant des gentils.
Souvenez-vous comment la presse américaine a agoni d’injures Jacques Chirac quand il a refusé d’envoyer des troupes en Irak en 2003.

En fait pour les Américains nous sommes des emm*rdeurs et ceci depuis le Général. Vous voyez, ce n’est pas nouveau...

F68.10

@ Achille (@ Claude Luçon)
"Votre vision de l’Amérique où "tout le monde il est beau tout le monde il est gentil" a failli me tirer des larmes."

Moi, quand j'entends le mot "bipartisan", effectivement, j'ai les larmes aux yeux. Comparativement à ce qu'on voit en France avec ce culte de la castagne.

Sur vos autres points:

1. La question des rapports raciaux et/ou du racisme ne se traite pas en mettant le couvercle sur la cocotte-minute. C'est justement la liberté d'expression qui permet de poser les problèmes sur la table, et la liberté d'expression qui permet d'expliquer aux idiots qu'ils sont des idiots. Et c'est la culture du débat qui a pour vocation de faire émerger des voix noires aux États-Unis qui soient à la fois respectables et raisonnables. Ces voix existent. Ce qui fait qu'au-delà des outrances, le débat existe, et que les problèmes ne sont pas excessivement mis sous le tapis. Comparativement, en France, on se paye de mots pour ne pas voir la réalité. On ne règle rien ainsi.

2. Le fait que le New York Times prenne fait et cause pour l'UNEF signifie deux choses. Primo: qu'on est vraiment des bandes de glands quand on envoie le message au reste du monde, en interdisant les réunions non-mixtes, que "en France, les noirs n'ont pas le droit de parler entre eux". C'est quand même gonflé. Certes, le rôle de l'UNEF doit être sévèrement critiqué, d'autant plus que les syndicats en France sont des associations imbriquées à nos institutions, ce qu'elles ne devraient pas être (auquel cas nous n'aurions pas notre mot à dire sur les réunions non-mixtes). Deuxio: que la liberté religieuse importe. Cette liberté est d'ailleurs une des conditions nécessaires pour que l'athéisme ou tout autre mouvement philosophico-religieux puisse exister. L'État, par contre, doit être neutre sur ses présupposés dogmatico-philosophico-religieux, ce qui ne signifie pas qu'il ait à rester coi face aux dérives ; notions à ne pas confondre.

3. Steve Bannon intervient en France pour soutenir Le Pen ? C'est tout à fait son droit. Monsieur Bannon est un individu privé. Il a le droit de s'exprimer, et le droit d'influencer la politique dans des pays étrangers par ses propos. C'est justement ce que la liberté d'expression permet. Elle permet aussi de s'opposer à Monsieur Bannon. La liberté d'expression est un échiquier qui permet d'éviter l'autre échiquier pour la résolution des problèmes: la violence. Si nous sommes de mauvais joueurs d'échecs, c'est notre faute.

4. Les États-Unis ont effectivement des actions sur le reste du monde. Certaines légales. D'autres illégales. Certaines responsables. D'autres irresponsables. Ce n'est pas parce que certaines activités sont illégales ou irresponsables qu'il convient de cracher sur celles qui sont responsables et légales. Et leur liberté d'expression est légale. Sur tous les sujets. Chine compris. Démocratie compris. Liberté religieuse comprise. Droits de l'homme compris. Parfois ils prêchent et sont insupportables. Mais, le jour où la France s'investira comme eux pour défendre la liberté religieuse en Algérie, là, nous aurons des leçons à leur donner. Pas avant.

5. Les Américains s'occupent de leurs problèmes raciaux internes. Ils ont tout à fait le droit de s'occuper des problèmes raciaux partout dans le monde. Parfois, ils sont irresponsables sur ce sujet, mais c'est leur droit. Le New York Times, en particulier, participe à la critique de la situation française. C'est leur droit. Ce n'est pas en faisant disparaître le New York Times que les Américains auront un autre point de vue sur la situation française. Cela fait d'ailleurs longtemps que leurs rapports épinglent (gentiment, je trouve) la France sur les questions de liberté religieuse et de liberté d'expression. À raison. Et même s'ils ont un bien plus gros problème avec la Chine.

6. Cela étant, je vous concède que les réseaux sociaux chamboulent la donne. Et que la question de la liberté d'expression est actuellement mouvante. Nous ne sommes malheureusement pas protégés par un premier amendement.

Savonarole

À lire certains commentaires et les charges haineuses contre de Gaulle, on découvre soudain le fond du chaudron où mijote la ratatouille recuite dans laquelle baigne ce blog.
Ce que j’ai appelé un jour « les héros de la 7e compagnie ».
Pauvres types qui ressassent leur bile. Bras cassés ineptes, qui jouissent aujourd’hui de tout ce que de Gaulle leur a apporté.
Les soixante-huitards de juin 40.
Une misère intellectuelle.

Robert Marchenoir

@ Tipaza | 20 avril 2021 à 16:50
"Ce qui vous donnera l'occasion de faire un commentaire de 6666 (plus que l'Apocalypse) mots pour répondre éventuellement."

Dans ces conditions, je ne vois pas pourquoi je me donnerais la peine de vous répondre, sinon pour vous dire que vous n'avez rien compris à mon propos. Il est de la dernière grossièreté de dicter aux gens la façon dont ils devraient vous répondre.

Votre intervention n'est pas particulièrement courte.

Achille

@ Claude Luçon | 20 avril 2021 à 16:15
« Là-bas une élection présidentielle est une élection citoyenne pas une sélection entre énarques ! »

Votre vision de l’Amérique où "tout le monde il est beau tout le monde il est gentil" a failli me tirer des larmes.
C’est toutefois oublier quelques petites affaires qui sont beaucoup moins angéliques, comme par exemple l’affaire George Floyd dont Assa Traoré et sa tribu se sont emparés pour accuser nos propres policiers d’avoir tué son frère Adama.
C’est aussi oublier que le Times en a fait une héroïne du combat contre les violences policières dans son édition de décembre dernier.

Que dire aussi du New York Times qui prend fait et cause pour le syndicat étudiant UNEF dont la présidente Mélanie Luce se présente voilée lors des interviews des médias, ne laissant planer aucun doute sur ses orientations religieuses.

Que dire encore de Steve Bannon, cet ex-conseiller de Donald Trump qui est venu ouvertement soutenir Marine Le Pen lors de l’élection présidentielle de 2017 ?

Il serait fastidieux de citer les pays, notamment en Amérique du Sud, où des renversements de régime ont été "aidés" par les agents de la CIA.

Alors les bons Américains, qu’ils s’occupent d’abord de leurs problèmes raciaux internes avant de vouloir s’immiscer dans la vie politique des autres pays et notamment ceux de la France !

Xavier NEBOUT

@ Denis Monod-Broca

Lisez au moins Henri Amouroux, il n'est pas taxé de parti pris, et arrêtez de déverser vos lieux communs et âneries.


Denis Monod-Broca

@ Exilé
"Il y a en effet de quoi pavoiser..."

Qui parle de pavoiser ?
Rétrospectivement, on se dit à la fois "quel dommage que la France et l'Algérie ne fassent pas un seul et magnifique pays !" et "au point où les choses en étaient en 58 l'Algérie française n'était plus qu'un rêve". Il fallait en sortir. Sans pavoiser le moins du monde assurément.

Ninive

@ Denis Monod-Broca | 20 avril 2021 à 19:23
"Interroger l'histoire, oui, la déformer à plaisir, non !"

Vous avez raison, mais c'est pourtant ce que fait Macron en reniant notre histoire et notre culture à seule fin de se faire élire par ceux qui n'aiment pas la France.

Monsieur Philippe Bilger nous dit "Emmanuel Macron ne cherche même pas à imiter de Gaulle !"

De Gaulle, lui, portait la France dans son cœur et nous communiquait sa foi.

Macron réélu, ce sera l'enterrement officiel du pays !

vamonos

@ Robert
"Le pied-noir que je suis n'oubliera ni ne pardonnera jamais au Général la manière dont il a largué l'Algérie sur l'autel de ses projets pour la France"

Je sais par un membre de sa famille que de Gaulle non plus n'a jamais oublié et que toute sa vie il a eu des remords. Mais il n'avait pas le choix, il fallait quitter l'Algérie. S'il avait démissionné, alors un autre homme politique aurait pris sa place et aurait été contraint de finir de démanteler l'Empire au trois couleurs.

Denis Monod-Broca

@ Mitsahne

Oui, ce fut une pathétique raclée, une humiliante défaite.
Non, Pétain n'a rien sauvé du tout, rien empêché du tout. Il a épargné à l'Allemagne d'avoir à mettre en place le personnel nécessaire à l'administration de la France occupée puisqu'il a mis à sa disposition l'administration française et qu'il est allé au-devant de ses demandes.

La "part du feu" ? comme vous y allez !
Les millions de prisonniers, la part du feu ? Les millions de travailleurs envoyés en Allemagne dans le cadre du STO, la part du feu ? La rafle du Vél d'Hiv, la part du feu ? La police parisienne au service de la Gestapo, la part du feu ? Les trains de déportés de la SNCF, la part du feu ? Etc.

Nous n'y étions pas, c'est trop facile de juger après-coup, d'accord, ça n'interdit pas de dire ce qui s'est passé, de voir les choses telles qu'elles ont été.
La République s'était sabordée le 10 juillet, Vichy n'était pas la France, il n'en reste pas moins que l'administration française a été complice de l'occupant nazi sur ordre d'un ersatz d'Etat qui se prenait pour la France.

Ce que révèle en négatif d'ailleurs la condamnation de Papon : n'a-t-il pas été condamné pour complicité de crime contre l'humanité ? Or il n'était qu'un jeune fonctionnaire en bas de l'échelle, ses n+1, n+2, n+3, etc., dont certains étaient encore vivants à l'époque, n'ont pas été inquiétés le moins du monde. Cette condamnation, c'est l'administration et c'est le "gouvernement" de Vichy qui la méritaient. Il a payé pour elle tout entière et pour lui.

Interroger l'histoire, oui, la déformer à plaisir, non !

caroff

De Gaulle dictateur entend-on parfois…

Le 6 novembre 1945, au lendemain du référendum et de l’élection du 21 octobre, le général remet les pouvoirs entre les mains de l’Assemblée nationale constituante. Les limites d’un pouvoir sans contrôle avaient été fixées dans le "Manifeste de Brazzaville" du 27 octobre 1940 dans lequel il prend "l'engagement solennel de rendre compte de ses actes aux représentants du peuple français dès qu'il lui aura été possible d'en désigner librement".

Ensuite il faut insister sur la coloration guerre d’Algérie du régime constitutionnel de 1958 qui va en être altéré.
Tous les partis, à l'exception du parti communiste, votent la loi d'habilitation du 4 février 1960 qui laisse le général de Gaulle affronter les derniers épisodes de la décolonisation. Le président de la République détermine alors la politique de la Nation car l'affaire algérienne met en cause la diplomatie, l'armée et la police. Lorsque, le 31 décembre 1960, le général de Gaulle utilise un nouveau terme pour qualifier sa situation juridique, celui de "guide", il ne fait que constater une évolution rendue inévitable par les événements.

L’évolution constitutionnelle de 1962 introduit le suffrage universel direct pour l’élection du président.
Le général de Gaulle, élu du peuple tout entier, estime être responsable devant celui qui détient la source de la légitimité démocratique. L'appel aux citoyens lors des référendums, l'appel aux électeurs lors des élections présidentielles et législatives, sont autant de procédés permettant au responsable de poser la question de confiance au titulaire de la souveraineté. Le désaveu entraîne la démission, tel a été le sens du départ le 28 avril 1969.

Enfin, l’affaire algérienne montre sa probable duplicité pour gérer une situation devenue incontrôlable. Mais il était conscient depuis longtemps que l’indépendance était inéluctable, à la fois pour des raisons économiques, l’Algérie était un boulet notoire pour les finances publiques, et également pour des raisons diplomatiques : même les Américains ne soutenaient pas (euphémisme) la politique française dans cette colonie.

Dans les mémoires de Robert Buron "Carnets politiques de la guerre d’Algérie", celui-ci parle des pressions gigantesques que les négociateurs d’Evian subissent de la part de l’Elysée qui les pressent de signer un accord fût-il insatisfaisant et se réfère au contexte des violences urbaines à Oran et à Alger avec, un certain jour de mars 1962, pas moins de 104 explosions de bombes !

Reste en 1945, la question de la délégation aux communistes de l’Education nationale et du Travail, mais de Gaulle leur refuse les ministères régaliens que sont les Affaires étrangères, l’Armée et l’Intérieur. Deux mois plus tard, en janvier 1946, il démissionne.

https://www.culture-tops.fr/critique-evenement/livresbdmangas/de-gaulle-et-les-communistes

F68.10

@ Mary Preud'homme
"Sans oublier qu'il fut aussi l'ordonnateur du droit de vote octroyé aux femmes en avril 1944, alors qu'il était chef du gouvernement provisoire."

Il y a une légère confusion sur la notion de démocratie. On peut être démocrate et avoir des conceptualisations problématiques sur ces sujets. Et non-démocrate et avoir des conceptualisations très progressistes sur ces sujets. Ce ne sont donc pas les mêmes sujets.

À titre d'exemple, je me permets de vous faire prendre connaissance des pratiques en la matière du canton d'Appenzell Rhodes-Intérieures.

Plus démocratique, tu meurs: dans quel pays les gens votent-ils la loi à main levée en démocratie directe en place publique ? Vous voulez que vos sous financent un piscine avec ou sans sauna ? Il suffit de poser la question...

Par contre, pour le droit de vote des femmes, c'était un peu plus compliqué...

"Dans le canton d'Appenzell Rhodes-Intérieures, les électeurs refusent le suffrage féminin à une forte majorité lors des scrutins fédéraux de 1959 et 1971, à 95 % (105 oui et 2050 non) et 71 % (574 oui et 1411 non) respectivement, soit les taux de refus les plus élevés parmi tous les cantons suisses. Au niveau cantonal, la Landsgemeinde exclusivement masculine refuse ce droit en 1973, 1982 et le 28 avril 1990. Dans un arrêt du 27 novembre 1990 dans la cause Theresia Rohner et consorts contre Appenzell Rhodes-Intérieures, le Tribunal fédéral juge anticonstitutionnel le suffrage exclusivement masculin pratiqué dans le demi-canton d'Appenzell Rhodes-Intérieures ; le principe de l'égalité entre femmes et hommes garanti par la Constitution fédérale commande en effet d'interpréter la Constitution appenzelloise de telle sorte que le suffrage féminin soit également possible." -- Wikipedia

Cela ne change rien au fait qu'il n'y a probablement nulle part au monde un coin qui soit plus démocratique qu'Appenzell Rhodes-Intérieures.

Robert

Vous faites, Monsieur Bilger un simple constat en conclusion de votre billet:
"Emmanuel Macron ne cherche même pas à imiter de Gaulle".
De fait, malgré son infatuation, il n'a pas chevillé au corps l'amour de la France et de son Histoire qu'il s'efforce de détricoter.

Pour ce qui est du général de Gaulle comme de monsieur Pompidou, ils avaient en commun cette fameuse "certaine idée de la France" qui manque si cruellement à leur dernier avatar...
Le pied-noir que je suis n'oubliera ni ne pardonnera jamais au Général la manière dont il a largué l'Algérie sur l'autel de ses projets pour la France. Si je puis comprendre son choix politique, encore qu'ils se soit opposé à la volonté de Roosevelt et ait défendu l'Empire français comme Churchill l'Empire britannique, son absence de sensibilité au sort des Français d'Algérie comme des Français musulmans fidèles à la France fait largement ombre à sa gloire.

Cependant il reste la vision gaullienne de la France, au-delà de sa politique de grandeur trop souvent tournée en ridicule alors qu'il voulait pousser les Français à s'aimer en tant que tels et à se surpasser dans la compétition mondiale, car il était pénétré de son Histoire.

C'est dans ce domaine que je le rejoins : anti-gaulliste, certes, mais gaullien quant à la volonté de faire perdurer cette anomalie qu'est la France que ses élites (y compris monsieur Chirac pourtant auteur du fameux appel de Cochin ultra-gaullien et oublié dès 1986 mais surtout en 1995 quand il a nommé Premier ministre Alain Juppé en lieu et place de Philippe Séguin cheville ouvrière de sa victoire) depuis plus de quarante ans ont décidé de faire disparaître en tant que telle.

Avant 1940, nos dirigeants et nos élites se sont alignés sur la Grande-Bretagne de Chamberlain. Pendant la guerre 1940-44, ils se sont soumis à l'Allemagne avec la politique de collaboration de Pierre Laval et, depuis la présidence de monsieur Giscard d'Estaing, à la prééminence allemande qui contrôle l'Union européenne tant dans ses choix politiques que dans les rouages de son administration bruxelloise.

Monsieur Macron n'est qu'une girouette qui, pour tenter de se faire réélire en 2022, tout à sa gloire de présider l'Union européenne lors de la prochaine élection présidentielle (ce qui ne manquera pas de piper les dés pour ses concurrents purement nationaux), est favorable à tout et son contraire. Il n'est qu'un homme de communication, un acteur de théâtre qui adapte son discours à la situation et à son public du moment. Le sort de la France (éternelle comme l'aurait dit de Gaulle) n'est aucunement sa préoccupation, lui qui est en réalité l'homme de la "tabula rasa" !

Pour ne pas allonger mon commentaire, je conclurai en disant que je partage l'avis de Tipaza | 19 avril 2021 à 17:03.

Metsys

"Alors que (de Gaulle), dans sa vision de l'avenir, a toujours mis en évidence qu'il s'agissait d'une démarche initiale fondamentale pour qui désirait échapper à la loi des partis." (PB)

Vous sous-estimez le pessimisme du Général sur l'avenir du régime. N'oubliez pas la dernière promenade à Colombey avec Malraux en 1970. Arrivé devant une clairière, il grogne : "Vous verrez, ils y mettront une grande croix de Lorraine pour inciter les lapins à la Résistance". Et de fait…

Dans le même genre, sous la Ve : "Il n'y a que Capitant qui est gaulliste, mais il est fou".

Et s'il a tellement voulu l'élection du Président au suffrage universel, c'est qu'il voulait donner un surcroît de légitimité à des gens, qui, forcément, ne seraient pas à la hauteur, voire à des "arsouilles" comme Mitterrand...

Quant à Pompidou, il y voyait ce que Louis XIV voyait en Colbert. Un grand commis, mais un commis...

Exilé

@ Denis Monod-Broca
« Mais il est tout de même curieux qu’on ne puisse pas s’entendre sur l’essentiel : en 40 la poursuite du combat contre l’Allemagne nazie, en 58 la reconstruction de la République et la fin de la guerre d’Algérie. »

Parlons-en de la fin de la guerre d'Algérie :
- Parjure : « Moi vivant, jamais le drapeau FLN flottera sur Alger ».
- Transformation de la victoire militaire sur le terrain en défaite.
- Livraison de l'Algérie au FLN.
- Non dénonciation des accords d’Evan immédiatement violés par le FLN.
- Trahison des Harkis et de ceux qui ont fait confiance à la France.
- Bradage du Sahara (qui n'a rien d'algérien) et de son pétrole.
- Coopération avec des éléments terroristes FLN contre ce qui restait d'Européens présents en Algérie après la proclamation de l'indépendance.
- Mitraillage par l'aviation de la population pied-noir de Bab El Oued.
- Mise en place d'une justice d'exception contre les militaires français fidèles à leur parole.
- Accueil lamentable des rapatriés qui avaient tout perdu, traités comme des parias dès leur arrivée à Marseille.

Il y a en effet de quoi pavoiser...

-------------------------------------------------------------

@ Mitsahne | 20 avril 2021 à 12:50

Bon rappel synthétique de la situation en juin 1940.
Je crois savoir que du fait de votre âge vous avez été témoin d'une partie de ces événements et probablement surtout de l'ambiance qui régnait alors, ce qui fait que votre avis est précieux.

Concernant l'attitude à adopter alors face aux Allemands, il existe une école de pensée qui considère qu'une contre-offensive aurait été possible.
Sans jouer aux grands stratèges, nous pouvons toutefois en douter au vu de la désorganisation générale qui régnait alors, sur des axes routiers encombrés interdisant toute manœuvre et avec par exemple des unités qui recevaient des dotations de munitions incompatibles avec les armes dont elles disposaient...

Tipaza

@ Robert Marchenoir | 20 avril 2021 à 12:14

Vous avez été le premier à sonner la charge contre de Gaulle, et vous sonnez l'hallali sur ce second commentaire.

Je vais vous faire doublement plaisir:
D'abord en disant que vous avez raison, ce qui vous plaira quoi que vous en disiez.
Ensuite en disant que vous avez tort, ce qui vous donnera l'occasion de faire un commentaire de 6666 (plus que l'Apocalypse) mots pour répondre éventuellement.

Vous avez raison:
De Gaulle n'était pas un saint homme, c'était même le contraire. Mais quel est l'homme politique, et de Gaulle en fut un, avant d'être un militaire, qui pour arriver au pouvoir n'a pas joué et surjoué de trahisons plus ou moins ouvertes à l'égard de ceux qui avaient confiance en lui, et autres coups tordus. C'est le grand jeu de la politique, nul n'y échappe qui y participe.
Pour toutes ces raisons j'ai été un farouche anti-gaulliste.

Vous avez tort:
Car le sujet du billet n'est pas l'homme politique, mais le symbole de Gaulle qu'il est devenu et la lecture du comportement de Macron à la lumière de ce symbole.
Par nature tout symbole est ambivalent, et chacun en tire ce qui lui convient.
Il se fait qu'à notre époque c'est le côté lumineux du symbole de Gaulle qui est en vigueur.
Ce symbole est le signe de la souveraineté sourcilleuse, d'où le départ de l'OTAN entre autres, et la volonté d'une grandeur rejoignant les plus belles époques de notre histoire, d'où le nucléaire, le développement de la haute technologie, Concorde et le plan calcul entre autres également.
Que ces développements aient en partie échoué pour des raisons qui sont complexes, est un autre sujet, Seul compte en ce moment le symbole lumineux.

Voilà pourquoi je suis devenu beaucoup moins anti-gaulliste.

Et lorsqu'on compare le symbole avec le comportement de Macron, on est atterré de la descente aux enfers qui est la nôtre.

Dans sa dernière interview, cet individu parle comme un vulgaire philosophe irresponsable et déclare vouloir "déconstruire notre histoire", rien que ça.
De même qu'il avait dit lors de la campagne de 2017 qu'il n'y avait pas de culture française.

Vous comprendrez que pour certains, dont je suis, la comparaison des deux hommes n'est pas flatteuse pour le second, atteint d'un hubris dévastateur, voulant non seulement déconstruire la France dans son essence mais construire un Europe fédérale dont il serait le chef, du moins l'espère-t-il.

Un psy italien avait fait un diagnostic sévère sur son état mental, qui m'avait bien amusé. Je l'avais repris à mon compte par opposition politique sans y accorder crédit, mais je me demande de plus en plus si ce psy n'avait pas raison.

Bon, voilà les propos d'un anti-gaulliste passionné devenu un presque gaulliste raisonné, à défaut de raisonnable.

Achille

@ Lucile | 20 avril 2021 à 13:30
« suppression des partis, c'est la suppression de l'opposition et du débat, et l'avènement à la longue d'un parti unique. Vous parlez d'une démocratie ! »

Qui a parlé de la suppression des partis ?
Les partis existent en France et remplissent leur rôle tant dans la majorité que dans l’opposition.
Le seul problème en France c’est qu’il y a trop de partis avec au bout du compte un émiettement des propositions citoyennes qui empêche toute décision constructive.
Il suffit de regarder ce qui se passe en ce moment avec la gauche où LFI, EELV, le PS et maintenant le PCF (qui a enfin compris qu’il ne fallait surtout pas laisser la main à J-L Mélenchon) se disputent le leadership d’une gauche unie. C’est le vrai foutoir !

Idem avec la droite avec Xavier Bertrand qui fait cavalier seul et où LR est incapable de savoir s’il va présenter Bruno Retailleau, Valérie Pécresse (de loin la meilleure candidate), Laurent Wauquiez, François Baroin, voire Rachida Dati qui trépigne d’impatience.

La France est devenue le village gaulois d’Astérix. Il ne manque plus que les batailles de poissons. Mais avec les Gilets jaunes on a en déjà eu un aperçu. Ce mouvement qui a été incapable de désigner un leader crédible.

Comment voulez-vous diriger un pays dans ces conditions ?
Pour qu’une opposition soit crédible, il faut une unité stable avec pas plus de deux ou trois partis solidement constitués : une droite qui soit une vraie droite, une gauche unie, et éventuellement un centre qui serve de variable d’ajustement lors des élections, ainsi que cela était le cas il y a encore une vingtaine d’années

Le problème qui se pose aujourd’hui c’est que le pays est éparpillé en une multitude de courants politiques qui sont incapables de se fédérer afin de permettre à la France de faire front aux ingérences des puissances étrangères qui n’attendent que l’occasion pour imposer leurs propres idéologies.
Et c'est mortel pour notre démocratie.

------------------------------------------------------------

@ Mary Preud'homme | 20 avril 2021 à 14:29

Exact !!

Savonarole

Qu’il est long le chemin pour arriver à Canossa...
Entendre ou lire aujourd’hui Philippe Bilger louer de Gaulle et Pompidou, on imagine que le père de notre hôte doit se retourner dans sa tombe.
« Il n’y a rien de pire qu’un passé » (Jean Anouilh, le Voyageur sans bagage)
On ne s’en remet jamais.


Envoyé de mon iPad

Claude Luçon

@ Achille | 20 avril 2021 à 08:42 @ Lodi

Achille ! Ne sombrez pas dans l'anti-américanisme primaire, pas vous !

1968, comme politique est née en France, aux USA ils protestaient contre la guerre du Vietnam et leur excessive chasteté !
Nos babyboomers souffraient eux d'être trop choyés !
Aux USA, jusque-là, quand un garçon rencontrait une fille et qu'il avait les mains baladeuses il était limité au "petting" ! En clair la partie inférieure de la jeune fille en dessous du niveau de la taille était "off limits", seule la partie supérieure était accessible auxdites mains baladeuses.

Allez aux USA, l'immigration sauvage sud-américaine y est un tsunami humain ! Les Afro-Américains sont intégrés depuis un demi-siècle ! Allez y compter le nombre de députés, de gouverneurs, de maires, de shérifs, d'avocats, de policiers, d'agents de la FED... tous noirs. Et c'est sans compter les millionnaires du basket, football, boxe, chanteurs, acteurs et autres.

Le problème chez eux n'est pas plus périlleux que le nôtre ! Il est américain tout simplement ! Chez eux la violence fait partie de l'histoire du pays !
Chez nous c'est le bisounourcisme qui en fait partie.

Ne tombez pas dans le piège de leur propagande médiatique se voulant gauchiste, la même que celle qui célèbre une Assa Traoré ou une Danièle Obono chez nous.

Au moins là-bas les magistrats protègent les policiers alors qu'on libère chez nous ceux qui ont brûlé une jeune mère de famille qui hurlait à l'aide. S'ils ne l'ont pas fait eux-mêmes, ils y ont assisté et cela s'appelle "non assistance à personne en danger" et est répressible.
Les trois juges ont dû oublier de le dire aux neuf jurés !

Lodi a raison, ils sont bien plus libres que nous !

Là-bas quand on donne un chèque à une caissière de supermarché elle ne se transforme pas en brigadier de gendarmerie faisant un contrôle d'identité !
Ils ont depuis des lustres mis en place un système électronique qui vérifie automatiquement si le chèque est couvert. La caissière vous demande même si vous avez besoin de cash ou de timbres, avec le sourire en plus.

Là-bas un pékin quelconque ne vous dit pas : Vous ne pouvez pas faire ça ! Ou "c'est interdit !" Ou "c'est illégal" ! Ou "c'est impossible" !... en se mêlant de ce qui ne le regarde pas.
En clair là-bas tout pékin qui se respecte n'est pas un flic qui s'ignore !

Là-bas quand vous emménagez quelque part les voisins vous accueillent aimablement, vous aident, vous apportent de quoi manger pour vous éviter de cuisiner.
Ici on vous ferme la porte au nez, on proteste contre le dérangement ou le bruit !
Les vieilles courtoisie et galanterie masculine françaises ont émigré avec les GI's quand ils sont retournés chez eux !
L'insolence et l'agressivité ont pris la place !

Là-bas une élection présidentielle est une élection citoyenne pas une sélection entre énarques !

duvent

M. Bilger,

Je suis très désolée de ne pas avoir à dire quelque chose d'éblouissant, j'ai pourtant réfléchi intensément, et tout ce qui m'est venu, c'est que le Général a de grandes oreilles, M. Pompidou a de grands sourcils, M. Macron a de beaux yeux, voilà !

C'est peu, je sais, mais j'ai une excuse que je trouve excellente et qui est d'avoir passé ces derniers temps en compagnie exclusivement de femmes...
Vous n'imaginez pas ce que j'ai enduré, c'était simplement atroce et détestable.
Je suis, à l'heure qu'il est, proche du « nervous breakdown », je cherche partout un moyen de mettre fin à autant de souffrance.

J'ai attrapé une conjonctive due au spectacle de ce trust de poules complètement décérébrées, j'ai aussi un acouphène dû au grincement de dents, conséquence directe d'une exposition à des sons aigus provenant de leurs gorges déployées, j'ai par-dessus le marché une poussée d'urticaire réaction à une exposition trop longue à des mouvements inopinés des bras au bout desquels une quantité considérable de prothèses d'ongles répugnants s'agitent sans fin...

Oui, Monsieur, j'ai passé contre ma volonté plusieurs heures à écouter des conn*sses m'asséner des « effectivement », « pour autant », « au demeurant » et de la vacuité à tous les étages...

J'ai dû contenir ma colère à tel point que j'en tremble encore.

Il a fallu entendre des propos vide de sens :

Vous avez raison, mais...
Ah, mais je croyais que…
Pourtant, Mme Trucmuche dit que...
Vous êtes sûre que…
La dernière fois, avec Mme Trucmuche...
Non, je n'ai pas vérifié...
C'est grave ?
Est-ce qu'il faut recommencer ?
Je pense comme vous...
Oui, mais, si on le faisait plutôt la semaine prochaine...
Oui, la semaine prochaine, Géraldine ne sera plus en arrêt...
Non, Clémentine, n'est pas à son poste...
Oui, Mme Patate est experte !
Non, Mme Patate n'est pas l'épouse de M. Pattate, ça ne s'écrit pas pareil...
Bien sûr que je sais où sont les documents...
Je ne les trouve pas, Géraldine à dû les ranger ailleurs...
Qui veut du thé ???

Et, donc, comme je n'ai pas le droit de mettre de claques, ni de dire à une c*nne qu'elle est super c*nne, et pas plus, que mon rêve est d'être Monsieur le Général, je serais de la jaquette, et jamais ô grand jamais, je ne m'aventurerai en compagnie de cette engeance diaboliquement sotte !
Où sont les HOMMES ??? Je veux des hommes PARTOUT !!

Mary Preud'homme

@ Achille 8:10

Bien d'accord avec vous, de Gaulle n'avait vraiment rien d'un dictateur. Pas plus en réalité qu'en intention, ainsi qu'il l'avait lui-même rappelé lors d'une conférence de presse en 1958 dans une réplique cinglante à la question d'un journaliste soupçonneux :
- "Est-ce que j'ai jamais attenté aux libertés publiques fondamentales ? Je les ai rétablies. Et y ai-je une seconde attenté jamais ? Pourquoi voulez-vous qu'à 67 ans, je commence une carrière de dictateur ?"

Sans oublier qu'il fut aussi l'ordonnateur du droit de vote octroyé aux femmes en avril 1944, alors qu'il était chef du gouvernement provisoire.

Denis Monod-Broca

Beaucoup de choses ont été dites et écrites sur de Gaulle, énormément de choses même, par des partisans comme par des adversaires. Il suscite toujours les mêmes passions, de la part de ceux qui l’admirent comme de la part de ceux que le honnissent. Tout est connu de sa vie même si chacune de ses paroles, chacun de ses actes donnent lieu à interprétation et ré-interprétation, à jugement et contre-jugement. Pourquoi pas ? Mais il est tout de même curieux qu’on ne puisse pas s’entendre sur l’essentiel : en 40 la poursuite du combat contre l’Allemagne nazie, en 58 la reconstruction de la République et la fin de la guerre d’Algérie.

Giuseppe

Retailleau... tu parles d'un illustre inconnu !
Qui a vécu bien au chaud douillet de la vie de sénateur, le calme et les prébendes qui étaient déposés sur l'édredon cossu de ses mandats.
Dans le Sud-Ouest on pense qu'il est un coutelier ou un éleveur de foie gras.
Au fait, que chacun me cite au moins le nom de douze sénateurs, comme les apôtres, les copies sont relevées dans deux heures.
Ceux de sa propre région ne comptent pas.

Il faut avoir la "gnare" pour gagner, avoir faim.
L'Obèse du Sénat ne reflète en rien notre société.

Il faut un chef dans toute démocratie, et la décision finale et brutale doit lui appartenir, sinon c'est de la mayonnaise que l'on touille pour toujours accoucher de souris.

Isabelle

De Gaulle, Pompidou, quelques figurants et... Macron. Désolation. 😢

Lucile

@ Achille | 20 avril 2021 à 08:10

La suppression des partis, c'est la suppression de l'opposition et du débat, et l'avènement à la longue d'un parti unique. Vous parlez d'une démocratie !

D'autre part l'élection du président au suffrage universel n'est pas spécialement un signe de démocratie, encore moins si elle est suivie de 5 ans de pouvoir sans contrôle. Le Parlement est constitué d'élus au suffrage universel, il nous représente (ce serait mieux avec un peu plus de proportionnelle), et il a un rôle essentiel à jouer en démocratie.

Je pense qu'il faut examiner la Constitution et l'équilibre des pouvoirs pour discuter de l'état de démocratie d'un pays, plutôt que sur la personnalité plus ou moins dictatoriale de l'élu en chef. Faire voter la Constitution par referendum est un leurre, car elle est affaire de spécialistes, et cela surtout si pour faire voter oui, on donne aux électeurs un os à ronger du genre "fin des partis politiques" ou "diminution du nombre des parlementaires", ou 'suppression du Sénat". Les électeurs se rendent-ils compte que ce qu'on retire aux contre-pouvoirs élargit le pouvoir d'un seul ? Rien n'est moins sûr. Ensuite il ne reste plus qu'à créer de temps à autre des petits comités de gens tirés au sort pour avoir l'air de donner la parole au peuple.

En France, me direz-vous, le président de la République ne fait pas ce qu'il veut, et vous aurez raison, car il a un contre-pouvoir puissant, mais qui n'a rien de démocratique et qui paralyse à sa guise les réformes voulues par les élus, bravant ainsi la volonté du peuple pour défendre ses propres intérêts. Ce contre-pouvoir nous coûte incomparablement plus cher que nos députés : c'est la machine administrative. Pour ne pas compliquer la question, on évitera d'évoquer les problèmes dits de "millefeuilles", des organismes et des structures dont les attributions confuses se chevauchent et s'entremêlent, sans parler des milliers de gens qui s'y trouvent bien parce qu'ils y font leur nid.

En fait il y a deux manières opposées de regarder les choses : 1) les règles de fonctionnement ne sont pas à établir à la loupe, c'est la personnalité de l'élu et ce qu'il en fait qui compte. Il les ajuste à ses besoins. 2) Ou à l'opposé, elles sont primordiales, elles conditionnent la gestion de l'État par les élus, de sorte que même médiocres - ce qui n'est pas toujours le cas - ils ne peuvent pas faire trop de ravages. C'est cette deuxième option qui est la mienne, mais je crains qu'elle soit minoritaire chez les électeurs dont peu semblent à mes yeux comprendre l'importance des conditions de bon fonctionnement de l'État et de sa gouvernance. Si on élit l'homme vraiment providentiel attendu comme le Messie, il saura s'accommoder d'une Constitution bien ficelée. Et s'il la réforme, ce ne sera pas de fond en comble au gré de ses besoins.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS