« Eric Piolle : non-assistance à Français en danger ? | Accueil | Cet étrange Monsieur Philippe... »

01 avril 2021

Commentaires

Wilfrid Druais

@ F68.10
"Donc oui, c'est bien cela qu'on appelle le complotisme. Sans aucun doute. Parce que c'est un système de pensée où toute tentative d'explication de chiffres brandis par lesdits complotistes, ce que j'ai fait plus haut, se retrouve retournée en une accusation de faire partie dudit complot."

SOPHISME !
Vous n'avez rien expliqué du tout.
Vous avez juste tenté vainement de défendre la parole officielle et son action de façon fallacieuse juste parce que vous êtes macroniste et que donc il faut sauver le soldat Macron par tous les moyens.
Tout ce que vous dites dans votre commentaire et que vous appelez "argument" peut être retourné pour dire l'inverse.
C'est la preuve du sophisme qui n'est ni plus ni moins que de la malhonnêteté intellectuelle.

Wilfrid Druais

Dans la série "C'est pas parce qu'on n'a rien à dire qu'il faut fermer sa gueule", Monsieur Bilger nous fait une cinquantaine de lignes pour dire qu'il ne donne pas son avis sur l'action du gouvernement au sujet du Covid parce qu'il n'y connaît rien en médecine et que la politique "c'est po facile heiiin !"
Mister B, je vous assure que rien du tout aurait donné le même résultat, si, si.

Achille

@ Vercors | 01 avril 2021 à 18:26
« Ce matin à l'Assemblée, Mélenchon a recadré Macron-Castex et leurs sbires. Il a eu le mérite de rappeler que sous la dictature de Macron le Parlement ne sert à rien. »

Que Dieu dans sa sainte bonté nous garde de connaître un jour la dictature de Mélenchon qui n’aurait rien à envier à celle du Venezuela qui est l’objet de toutes ses louanges.
Il s’est encore une fois ridiculisé à l’Assemblée par ses vociférations de grand caractériel.

À noter que Pascal Praud lui-même a dit ce matin qu’Emmanuel Macron avait été « plutôt bon », ce que confirme d’ailleurs un sondage effectué auprès des Français (66 % sont convaincus que les mesures prises pour les mois à venir sont bonnes).

Mais bien sûr, comme à chacune de ses allocutions, les leaders de l’opposition n’ont rien trouvé de mieux que de dénigrer ses propos, allant même jusqu’à boycotter le vote. Après ils iront se plaindre de ne pas être consultés.
Bref, encore un caprice de gosses mal élevés qui ne les honore pas.

GERARD R.

@ F68.10 | 01 avril 2021 à 17:43

Merci pour votre réponse. Au bout du compte rien n'est réglé. Vous prétendez que le jeune Croate est de mauvaise foi, tandis qu'il réclame d'autres chiffres que ceux qu'il croit, à tort ou à raison, erronés. On n'en sortira pas. Dans toute enquête, c'est à force de poser des questions sur des éléments qui semblent curieux, que l'on parvient à avancer. À condition d'obtenir des réponses satisfaisantes pour éclaircir les zones d'ombre. En jargon policier, on appelle cela « fermer des portes ».

Qualifier de complot le fait de poser ces questions est un signe manifeste que les questions dérangent. Reste à savoir pourquoi...

Dans mon précédent questionnaire, j’aurais pu exhiber davantage de complotisme, en osant demander pourquoi les Français sont cantonnés, pour leurs déplacements, dans un rayon de dix kilomètres, tandis que nos frontières nationales restent mordicus « open bar ». Insinuant ainsi que le risque de contaminations est moins élevé, malgré l’invasion incontrôlée et permanente d'étrangers - nous l'avons vu : pathogènes - venus de tous horizons, que par les voyages intra-muros des bons Français de souche.

Mais je n'insiste pas. Je ne voudrais pas que de surcroît, vous me colliez l'étiquette de raciste ;)

Michelle D-LEROY

"Toutes les polémiques sur les masques et les tests, sur le manque de lits de réanimation et l'immobilisme face à cette pénurie, sur l'infinie lenteur de notre appareil bureaucratique et sanitaire, sur notre manque de réactivité, sur le fiasco initial de la vaccination difficilement redressé..." (PB)

C'est bien tous ces retards et manquements qui provoquent les critiques... À juste titre car sans être médecin, cela s'impose comme une évidence.

Entre médecins il y a aussi des polémiques et des désaccords auxquels s'ajoutent la basse politique en période préélectorale et la désagréable impression de grands labos qui veulent vendre à tout prix leur vaccins et de ce fait, leurs relais médicaux qui, visiblement, discriminent tout traitement capable de réduire la charge virale chez les malades... comme s'il fallait prouver que sans vaccins point de salut. L'un n'empêcherait pas l'autre.

Après l'intervention du Président, hier soir sur LCI, Gérald Kierzek s'en est pris à un médecin lillois qui donnait des chiffres de réa saturée sur son lieu de travail, il paraissait épuisé, à bout et pourtant, le jeune médecin plus présent sur les plateaux TV qu'à l'hôpital lui donnait son sentiment du tout possible.
Bien sûr que cela interpelle les Français ; qui croire ?
Idem le matin lorsque le Dr Pelloux pour lequel j'ai beaucoup de sympathie expliquait la guéguerre entre médecins, ou plutôt entre mandarins dans les grands hôpitaux parisiens.

Reste que, assistant à cette situation de loin, il est quand même tout à fait visible que le manque de lits et de places en réa, de personnels non formés pour ces services est criant.
Malgré un "Ségur de la Santé" retentissant.

On nous en met plein la vue avec des réformes extraordinaires qui vont tout changer et tout améliorer et on assiste tous domaines confondus à des rustinages sans éclat. Changer pour que rien ne change.

Les Français sont paraît-il plus indisciplinés, plus râleurs, changeants et rouspéteurs que tout autre peuple. Et pourquoi ne s'interroge-t-on pas d'abord sur nos dirigeants qui veulent ménager la chèvre et le chou, dépenser pour des inutilités tape-à-l'oeil et pas pour des choses essentielles ?
Des dirigeants qui se reposent sur Bruxelles. Cet énorme machin qui préfère en matière de vaccination, par exemple, préparer un QR code passeport vaccinal plutôt que de fournir des doses de vaccins. La com et l'inertie. Les Français ne sont pas aveugles, ils savent bien que tout cela n'est que mascarade et cache-misère.

Alors oui, les Français ouvrent les yeux et ne se privent pas de le faire savoir. D'autant que ces dernières semaines, Emmanuel Macron a voulu s'enfermer dans le "non, je ne reconfinerai pas", une méthode largement éprouvée lors de la crise des Gilets jaunes, comme si tout allait rentrer dans l'ordre sans rien faire. Monsieur le Président n'aime pas être contrarié, ni par les Gaulois réfractaires ni par un virus. Président ou pas, la vie est ainsi faite, pleine d'aléas.

Moi je ne choisis pas mon camp, je regarde, je lis, j'écoute et essaye (difficilement) de me faire une opinion.

PAUL

Il y a une chose qui a très bien marché et qui continue à très bien marcher c'est la diffusion de la peur dans la société. Les Français se demandent pourquoi ils ne sont pas soignés avec des médicaments ?? pas de réponse ! Pourquoi cette année personne ne meurt de la grippe saisonnière ?? Pourquoi on met un pays en panne alors que les décès supplémentaires ne représenteraient que 1 % des décès ?? Pourquoi les Français sont méfiants pour se faire vacciner ?? Pourquoi l’Etat continue à diminuer le nombre de lits dans les hôpitaux publics ?? Pourquoi autour du ministère de la Santé gravitent des agences et des hautes autorités qui apparemment ne servent pas à grand-chose ?? La seule réponse est la peur (et un peu de répression).

semtob

Cher Philippe,

L'homme est une étonnante créature qui continue de sourire ou de rire alors que le moment tend à la tragédie. Et pour apporter quelques instants plus apaisants, un message de l'au-delà, celui de Raymond Devos, "Un ange passe", pour tenter d'adoucir les pensées.

https://www.youtube.com/watch?v=nypvpx2uYU8
françoise et karell Semtob

Vercors

Ce matin à l'Assemblée, Mélenchon a recadré Macron-Castex et leurs sbires.
Il a eu le mérite de rappeler que sous la dictature de Macron le Parlement ne sert à rien.

https://videos.assemblee-nationale.fr/video.10597969_60656db2ac829
(Cliquez sur la droite de l'écran au niveau de Mélenchon)

Achille

« Sur le plan de la gestion de l'épidémie, avant même l'allocution du président de la République le 31 mars, la France était partagée en plusieurs familles : les "enfermistes", les "rassuristes" et les béats.
J'oublie une dernière catégorie : les ignorants qui se subdivisent en optimistes ou pessimistes, en silencieux (les moins nombreux) et en personnes sommées de donner un avis par jour et traitées d'incertaines ou de frileuses si elles y répugnent »

En ce qui me concerne je me situerais dans la catégorie Ignorant qui veut encore y croire (ceci pour mon côté béat). D’abord parce que l’Humanité dans son histoire a toujours réussi à survivre après avoir connu de nombreux fléaux : épidémies, guerre et cataclysmes. Bien que cela se soit traduit pas de lourdes pertes humaines, la vie a toujours fini par reprendre ses droits.

Ensuite parce que lorsqu’un fléau, comme celui qui nous frappe aujourd’hui, survient, il n’y a pas de solution miracle. Toutes celles que l’on peut proposer sont mauvaises car elles ont fatalement des conséquences tragiques sur notre vie quotidienne, sur notre économie et aussi sur notre équilibre psychique.

Les considérations scientifiques ont désormais fait place aux débats purement politiques. Y compris et surtout de la part des éminents professeurs de médecine qui ne sauraient tolérer que des personnalités politiques et autres béotiens du même genre qui n’y connaissent strictement rien en matière de virologie et d’épidémiologie, se mettent à donner des conseils qu’ils sont seuls autorisés à donner puisque eux, "ils savent".

À noter que ces experts bardés de titres et de distinctions ne cessent de se contredire sur les plateaux télé, et même parfois vont jusqu’à dire le contraire de ce qu’ils affirmaient quelques semaines auparavant, laissant les citoyens ordinaires que nous sommes dans l’expectative la plus totale.

Alors, pour ma part, j’attends que tout ce beau monde se calme. Le printemps arrive, je vais pouvoir m’adonner aux joies du jardinage. Il est temps de revenir aux plaisirs simples : les gazouillis des oiseaux qui s'accouplent, les primevères qui sortent de terre, les jeunes filles qui mettent leurs petites robes à fleurs. La vie est belle !

F68.10

@ GERARD R.
"Je ne pense pas que le « poudré élyséen » accepterait de débattre avec ce jeune. C'est tellement plus commode d'asséner ses propres certitudes à un troupeau partiellement acquis par avance..."

C'est marrant: c'est exactement la critique que je fais à Ivan Vilibor Sinčić. J'ai regardé la moitié de la vidéo. C'est toujours le même type de propos que je me résous, bien malgré moi, à qualifier de "complotistes". Il veut des vrais chiffres, Ivan ? Des vrais vrais chiffres non trafiqués ? Il peste sur les autopsies ?

Je ne connais pas chacun des points qu'il a soulevés, mais, en général, ce type de propos, on les retrouve chez les gens qui refusent d'accepter certains chiffres et qui jouent sur le fait qu'il est parfaitement normal que les chiffres sur les autopsies soient réajustés par du malaxage statistique parfaitement légitime. D'un côté ils disent "on veut des vrais chiffres non trafiqués" (i.e. non réajustés statistiquement) par lesquels on entend qu'on veut que les données brutes des autopsies soient divulguées parce qu'on remet en doute sans fondement la légitimité du malaxage statistique, et de l'autre, on veut en même temps que les gens qui font des autopsies cessent de marquer "grippette"/"coronavirus" et mettent "grippe" à la place...

Les autopsies, cela ne fonctionne pas comme cela. On ne fait pas des autopsies avec la rigueur d'une thèse de doctorat en sciences exactes sur plusieurs années à chaque autopsie individuelle: Dana Scully est un personnage fictif... Les autopsies, on les fait pas mal à la chaîne parce qu'il y a de la masse à gérer. On a des protocoles assez schématiques qui diffèrent de pays en pays (ce qui permet aux complotistes de prétendre qu'on nous ment et qu'on nous cache tout puisque les chiffres sont différents alors que ce n'est absolument pas du mensonge 99 % du temps) et, effectivement, on réajuste les chiffres parce qu'on sait, justement, qu'on se plante avec les chiffres bruts, et que, donc, on doit réajuster ces chiffres. Un concept encore différent de celui de "mensonge"...

Mais tous ces petits détails, Ivan Vilibor Sinčić s'en tape. Ce qu'il veut, c'est critiquer pour le principe de critiquer. Il s'en moque que sa critique soit juste tant qu'elle est rhétoriquement efficace.

Manifestement, il ne s'est jamais intéressé aux chiffres de la mort subite du nourrisson s'il part en vrille au sujet des classifications entre coronavirus et grippe dans les autopsies... Vous ne vous êtes jamais posé la question de comment on en arrive à mettre "mort subite du nourrisson" comme cause de décès ? La fiabilité de ce chiffre ? Quels sont les vrais chiffres de la mort subite du nourrisson ? Votre manque de curiosité vous perdra ; et, a contrario, un zeste de curiosité et une pincée d'esprit critique vous fera prendre des megaparsecs de recul sur ces sujets...

En somme, encore un résistant en peau de lapin. En tout cas sur ce sujet. Pour autant que j'en juge en trois minutes. N'hésitez pas à m'expliquer en quoi je me trompe dans mon analyse expresse des propos d'Ivan Vilibor Sinčić.

"Est-il complotiste de s'infliger toutes ces interrogations ?"

Alors oui. Et je vais vous expliquer pourquoi: ce n'est pas mal d'avoir des interrogations. Des interrogations sincères. Maintenant, quand on fournit des réponses à des gens qui ont des interrogations sincères, on s'attend, non pas à ce qu'ils les acceptent, mais au moins à ce qu'ils les discutent en ne remettant pas tout en cause jusqu'à la loi de la gravitation qui ne serait qu'un complot anti-catholique de matérialistes enragés. Quand on creuse ce type de propos, en règle générale, on finit toujours sur le constat suivant: ces gens agitent des chiffres non pas parce qu'ils veulent comprendre mais parce qu'ils sont persuadés qu'on leur ment sur tout, systématiquement. Et à partir de ce principe, on peut effectivement remettre tout en cause.

La méthode non-complotiste, ce n'est pas de croire qu'on vous dit toujours la vérité. C'est de partir du principe qu'on ne vous ment pas tout le temps, faire l'effort d'isoler des contradictions, les expliquer sans recourir à l'explication du mensonge (et donc du complot) a priori, et de ne lever l'accusation de mensonge et de complot que lorsque les contradictions ne s'expliquent plus par des erreurs de mesure ou des corrections théoriques à mettre en place. On peut hurler au mensonge et au complot. À condition d'avoir des données sérieuses. Mais le cirque d'Ivan Vilibor Sinčić, c'est quand même un numéro un peu usé. Entre nous, ce n'est pas à un vieux singe qu'on apprend à faire la grimace...

Donc oui, c'est bien cela qu'on appelle le complotisme. Sans aucun doute. Parce que c'est un système de pensée où toute tentative d'explication de chiffres brandis par lesdits complotistes, ce que j'ai fait plus haut, se retrouve retournée en une accusation de faire partie dudit complot.

Ce que vous avez d'ailleurs fait dès vos premières lignes. Je vous cite: "C'est tellement plus commode d'asséner ses propres certitudes à un troupeau partiellement acquis par avance..." Voilà, je fais partie du troupeau des ignorants. Vous m'avez démasqué ! Vous, au contraire, êtes un être éclairé et un puits de sapience. (Ce que vous ne savez pas, c'est que je suis un reptilien et que c'est moi qui manipule les chiffres...)

boureau

"Rien n'a trouvé grâce aux yeux de l'opinion" (PB)

Si vous avez trouvé, depuis un an, quelques mesures d'importance qui se sont révélées être des succès, même d'estime, je suis preneur.
À part bien sûr creuser le gouffre du déficit.

Faisons confiance aux autres pour les vaccins, car ce pays n'est plus capable de faire émerger des talents.

Cordialement.

GERARD R.

Ce que l'auteur du billet ignorait probablement, au moment de sa rédaction, c'est l'intervention de ce jeune Croate au Parlement européen. L'article ne précise pas en qualité de quoi s'exprimait l'intervenant, mais sa langue n'a pas fourché. Et on peut regretter de n'avoir pas la suite de la vidéo, notamment des réponses éventuellement apportées à ses remarques.

https://planetes360.fr/ivan-vilibor-sincic-un-membre-croate-secoue-le-parlement-europeen/

(Cliquer sur la vidéo)

Je ne pense pas que le « poudré élyséen » accepterait de débattre avec ce jeune. C'est tellement plus commode d'asséner ses propres certitudes à un troupeau partiellement acquis par avance...

Par ailleurs, je vous informe que le très célèbre urgentiste Patrick Pelloux, qu'on ne peut raisonnablement qualifier de subversif, semble démentir l'allégation selon laquelle les lits de réanimation en Île-de-France seraient proches de la saturation...

À notre niveau de simple mortels, il reste, afin de nous protéger de la désinformation organisée, la bonne vieille méthode de l'observation, de l'analyse personnelle.

Où sont les cohortes de cortèges funèbres, censés encombrer nos routes pour évacuer tous ces morts, parmi lesquels - et combien ? - d'injustement taxés de... covidiens ?
Où sont les files de corbillards aux portes des morgues des hôpitaux, pour faire la place dans les frigos ?
Où sont les caravanes de corbillards attendant devant les grilles des cimetières de pouvoir livrer leur client à la terre ?
Les funérariums qui refuseraient les morts, comme ils refusent les accompagnants ?
Les incessantes sirènes des ambulances, ne sachant plus où donner de la tête ?
Pourquoi les unités de soins intensifs « covid » sont-elles hermétiquement soustraites au regard des autres patients, comme des visiteurs, alors que de l'aveu des établissements, le personnel soignant est quant à lui amené à travailler indifféremment dans tous les services ?

Enfin - je parle d'expérience personnelle - pourquoi ce sentiment d'embarrasser certains soignants, quand on leur demande sans ambages : « Mais vos lits de réa, ils sont vraiment saturés ?? Hein ? C'est sérieux ?? »
Pourquoi voit-on du personnel médical affecté aux entrées de certains hôpitaux, juste pour veiller à ce que les visiteurs se désinfectent bien les mains, alors que par ailleurs, on déplore un peu partout les sous-effectifs de ce même personnel, en raison précisément de la "gravité" de la pandémie ?

Est-il complotiste de s'infliger toutes ces interrogations ? En cas de réponse affirmative, il convient de rappeler qu'il n'y a de complotistes que là où il y a complot. Et c'est encore heureux !

Denis Monod-Broca

Je nous...
« C’est cela que je nous demande collectivement ce soir » : cette phrase est extraite du discours de M. Macron d'hier soir.
« Je nous demande », curieuse formule, qui contient un peu de « je vous demande » et un peu de « nous nous demandons » (qui aurait d'ailleurs un autre sens).
J'y vois une hésitation, une ambiguïté : M. Macron est-il, se sent-il, le chef commandant à sa troupe ou est-il, se sent-il, l'un des membres de cette troupe ?
Redescendrait-il de l'Olympe ?
Revient-il parmi nous ?

Il ne semble pas bien avoir compris, mais nous non plus collectivement qui attendons religieusement ses oracles, une différence fondamentale : d'un côté sa personne, qui est celle d'un citoyen parmi nous autres, de l'autre côté, le Président qui, de par sa fonction, décide en notre nom. Les fameux "deux corps du roi".

Cette confusion le conduit à penser que, non seulement il doit décider mais que, en outre, il doit tout savoir sur tout et déterminer seul ou presque seul, la conduite à tenir, oubliant le gouvernement, l'administration, les règles de bon fonctionnement de la République...

Reste une grande question : face à ce fléau, quels critères doivent guider notre conduite ?
Il fut un temps où, devant la peste, on désignait des coupables (Œdipe, les sorcières, les Juifs...), on les éliminait et on pensait l'âme en paix avoir ainsi fait le nécessaire pour écarter le mal. De nos jours, on soigne des innocents, très notable progrès !, mais ce serait une erreur, une erreur semblable à celle de jadis, de croire qu'on a ainsi écarté le mal. Surtout si un tel choix conduit à sacrifier la santé, mentale, physique, sociale... de tant d'autres personnes. Et nous voici retombés dans le sacrifice.

Équilibre difficile à trouver. Entre sauver et sacrifier.
Mettons au crédit de Macron qu'il le cherche, cet équilibre, mais nous l'y aidons pas beaucoup, les critères n'étant toujours pas mis clairement en évidence.

Giuseppe

Ce gouvernement est nul et l'Europe avec.

Comme on le voit les Anglais ont fui cette communauté d'impuissants, Israël donne des leçons à la planète entière, Trump le banni avait les vaccins avant tout le monde.

Vaccins anti-Covid : la Hongrie fait cavalier seul et rompt l'unité en Europe en validant le sérum chinois Sinopharm, quelques jours après le russe Spoutnik V, la Hongrie tient surtout à critiquer la stratégie vaccinale de l'UE.

Et nous là-dedans !? Toujours dans les mots, à mourir de rire, 2 000 000 de vaccins qui roupillent dans les frigos, et nos joueurs de fléchettes qui gouvernent en sont toujours à nous raconter des sornettes, quand on voit le coût des mesures prises en France on peut imaginer le rire contenu d'Israël qui aurait payé les vaccins plus chers - ce dont je doute totalement.

Être rompu aux négociations, avoir la brutalité exigeante de milliards sur la table, et la possibilité d'ouvrir ou de faciliter les fabrications et la consommation de pharmacologie à l'échelle d'un pays qui va mettre du pognon crédible sur la table...

J'arrête là, allons chercher les commerciaux du BTP et leurs cousins, ceux des marques qui nous vendent leurs baskets au poids de l'or, et on se rendra compte que nos gazelles de l'Europe sont des enfants de choeur des momies de la productivité.

J'espère qu'il n'existe personne pour penser qu'Israël a mis un kopeck de plus que nous dans leurs vaccins. La façon dont ils ont procédé et mené tambour battant leurs assauts devrait être montrée dans toutes nos écoles, de l'art de commercer quand on a envie de payer le juste prix mais surtout d'être les meilleurs.

Leur PIB 2020 ne s'est même pas enroué, ils ont tout repris, tout ouvert, chez nous on parle encore de mise sous cloche, bien à l'image des cloches qui gouvernent.

De l'art de la guerre économique, comment les Anglais sont à l'image de Winston et comment notre beau pays retrouve ses sales habitudes des Gamelin et de la ligne Maginot.

Nous sommes nuls, et j'en ai honte, dans quelques jours les images des pays qui ont réussi leur guerre de la vaccination vont s'afficher en maillot de bain et verre de malt à la main en guise de seringue, et maudire ce qui nous sert de soupe aujourd'hui pour se faire vacciner, semblable à celles des rationnements de la Débâcle, demain nous aurons encore besoin de nos alliés et d'attendre qu'on nous fasse une place à la table de Yalta.

Indécrottables, minus d'une Europe où Merkel n'attend plus qu'une chose, avoir les vaccins russes pour rattraper tout ce qu'elle a loupé à cause de ces gonfle-figues qui nous représentent, l'Europe est un mythe elle n'existe pas, quand on ne sait pas vacciner, on ne sait pas sauver un pays, et là Israël l'a bien compris, ils ont retenu pour la vie les leçons de l'Histoire, ils n'oublieront jamais plus.

Marc Ghinsberg

« Mon ignorance n'a pas à choisir un camp, mon devoir est d'être modeste et responsable. Si, sur ce plan, je pouvais être contagieux, je serais comblé. »

Sage précepte qui, appliqué à tous les domaines de la vie publique, engendrerait un silence assourdissant.

Isabelle

Spéciale dédicace pour les fervents macroniens de ce blog.

Pourquoi quasiment tous les autres pays ont fait mieux que la France dans la gestion de cette épidémie COVID ?

Des chiffres, des pourcentages, des graphiques à profusion pour les macroniens inconditionnels de ce blog. Mais cela risque de leur refiler de l’urticaire, ces chiffres ne vont pas vraiment dans le sens de la macronie auto-satisfaite de ses ratés successifs !

Exilé

le savoir des professeurs et du Conseil scientifique

J'ai l'impression que Philippe Bilger se laisse impressionner outre mesure à la fois par le titre de professeur et par une Science quasi déifiée et supposée infaillible.

Certes, il est évident que dans divers domaines, dont la médecine, d'innombrables progrès ont été accomplis en quelques siècles, mais comment ne pas admettre que vaste est encore le champ des maladies contre lesquelles les meilleurs praticiens et professeurs du monde ne peuvent rien quand ils ne sont pas les premiers à tout en ignorer ou presque, le coronavirus n'étant qu'un exemple parmi d'autres ?

Il en va de même pour la Science - trop souvent confondue de nos jours avec un scientisme de bas étage - qui, au fur et à mesure qu'elle progresse, ne devrait qu'obliger ceux qui prétendent être de vrais scientifiques à reconnaître humblement l'étendue insondable de leur ignorance.

Et eux aussi devraient parfois aussi battre leur coulpe et reconnaître chacun comme Philippe Bilger :
Mon ignorance n'a pas à choisir un camp, mon devoir est d'être modeste et responsable.

Ils pourraient chacun ajouter : « Et aussi, dans la mesure du possible, de travailler du mieux que je le pourrai pour contribuer à combler l'étendue infinie de notre ignorance avec la petite pierre que j'aurai apportée, afin de repousser la frontière entre la Science et l'Ignorance. »

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS