« J'ai peur des avancées qui sont des reculs ! | Accueil | Même Emmanuel Macron battrait Marine Le Pen en 2022 ! »

06 avril 2021

Commentaires

Robert Marchenoir

@ revnonausujai | 15 avril 2021 à 08:14
"Hameau, inutile de contredire Marchenoir, il a raison, r.a.i.s.o.n."

J'ai raison, en effet. Je l'ai montré, et vous n'avez apporté aucun fait ni argument contraire.

De votre côté, vous vous contentez de pinailler en jouant sur les mots, et en traitant de "bouillie journalistique" l'article d'un journal scientifique publié par la vénérable Society for Science, une association à but non lucratif créée il y a un siècle, aux États-Unis, dans le but de mettre la science à la portée du grand public.

L'impudence du franchouillard qui ne saurait pas faire la différence entre sa main gauche et une poêle à frire, mais qui se permet de traîner dans la boue des gens qui le dominent de cent coudées.

Évidemment que le masque est toujours nécessaire, ainsi que les autres mesures de prophylaxie non médicamenteuse. Seul un imbécile complet ou un malhonnête radical peut soutenir que cela prouve que le vaccin n'empêche pas la contamination. Je vous laisse le soin de nous dire à quelle catégorie vous appartenez.

J'avais donc cité un article de Science News du 12 février qui montre "que j'ai raison", comme vous le dites avec un curieuse tournure qui semble impliquer que l'important est surtout de prouver que j'ai tort, et non pas de trouver des moyens de combattre le Covid.

Voici deux articles encore plus récents du Jerusalem Post, datés du 30 mars et du 6 avril, qui, eux aussi, montrent "que j'ai raison" -- chose qui a l'air de vous ennuyer considérablement, ainsi que quelques autres personnages ici, je ne sais trop pourquoi.

Je suppose que vous préféreriez qu'il y ait 200 000 morts en France plutôt que "seulement" 100 000, et que nous n'ayons aucun moyen de lutter contre l'épidémie, ce qui vous permettrait de dire pis que pendre de "Macron" : c'est bien le plus important, en dehors de vous assurer que "j'aie tort".

Hélas ! Hélas ! L'article du 30 mars confirme que les vaccins de Pfizer et de Moderna réduisent le risque d'infection de 80 % après la première dose et de 90 % après la seconde, selon une étude réalisée aux États-Unis par les Centers for Disease Control and Prevention, basée sur la vaccination en vraie grandeur.

Autrement dit, cela confirme que ces vaccins ne se contentent pas d'empêcher l'hospitalisation et la mort, ainsi que l'avaient prouvé les essais cliniques, réalisés avant l'autorisation de mise sur le marché.

Ils empêchent aussi l'infection sans symptômes. Ils empêchent le patient vacciné d'attraper le virus -- et donc de le transmettre à autrui.

Contrairement à ce que dit hameau dans les nuages, et à ce que vous prétendez.

Évidemment, il s'agit du Jerusalem Post, qui est un journal de youpins, reprenant une dépêche de Reuters, qui est l'émanation de la finance anglo-saxonne cosmopolite. Ce qui prouve bien qu'il s'agit d'un tas de mensonges et d'une "bouillie journalistique".

"Pas assez cher mon fils", comme nous l'a expliqué hameau dans les nuages avec un charmant fumet 1933 qui nous procure des frissons de nostalgie.

Hélas ! Hélas ! L'article du 6 avril va dans le même sens. Il analyse l'une des études signalées par Science News le 12 février. Les auteurs de cette dernière ont des noms du genre Amir Ben-Tov et Ziv Golan, ce qui, j'en suis navré, fait un peu juif. Rien à voir avec la bonne science de chez nous genre Didier Raoult.

L'auteur a donc interrogé l'un des scientifiques à l'origine de l'étude, portant sur la vaccination en vraie grandeur en Israël. Réalisée, comme vous le savez j'en suis sûr, en expert du sujet que vous êtes, au moyen du vaccin de Pfizer.

Eh bien ! Cette étude montre que ceux qui ont été vaccinés et ont été infectés malgré tout (oui, ça arrive, et ça ne prouve pas l'inefficacité du vaccin, c'est normal), présentent une charge virale quatre fois inférieure à ceux qui n'ont pas reçu le vaccin.

Et comme l'explique le savant interrogé, "Il en résulte que les particules virales sont moins nombreuses dans les fluides corporels. Par conséquent, ces personnes sont moins susceptibles de transmettre le virus."

Comme le fait remarquer le journaliste, "la question de savoir si les personnes vaccinées peuvent infecter les autres est l'un des principaux critères, selon les experts de santé et les autorités, qui permettront de décider à quel moment Israël pourra lever les restrictions liées à l'épidémie".

Quant à l'article de Science News que vous avez visiblement parcouru d'un derrière distrait, il signale que les Centers for Disease Control and Prevention américains sont tellement satisfaits des données qui montrent la capacité des vaccins Pfizer et Moderna à empêcher la transmission du virus (et pas seulement la survenue de symptômes chez les vaccinés), qu'ils ont décidé, le 10 février dernier, de supprimer l'exigence de quarantaine pour ceux qui seraient exposés au virus entre deux semaines et trois mois après la vaccination.

Mais bon, c'est moi qui ai tort, naturellement. Ce n'est pas vous ni hameau qui racontez n'importe quoi par dépit politique. Ni qui tentez de diffamer quiconque ne se vautre pas dans l'adoration de l'ignorance qui est la vôtre, et s'avise de faire dérailler votre moulin à prières geignard et obscurantiste.

duvent

@ Robert Marchenoir | 15 avril 2021 à 07:03
« Les scientifiques, contrairement aux blablateurs dans votre genre, n'affirment rien qu'ils ne savent dûment vérifié.
Par conséquent, ils manifestent un excès de prudence, volontaire et justifié, lorsqu'il s'agit de communiquer leurs trouvailles. »

Ça, c'est vrai !
Donc, maintenant que nous avons une vérité sortie du puits, je vous en donne une autre dont il conviendra de se méfier comme de la peste bubonique : les non-scientifiques, sont en général étanches aux fantaisies scientifiques.

Ces fantaisies scientifiques sont, comme nous le dit Marchenoir, de très haut niveau, un niveau tel que les non-scientifiques, en général parfaitement idiots et attachés à leur misérable vie comme un arapède à son rocher, ne peuvent ni comprendre ni admettre.

C'est pourquoi je me propose de poser des questions limpides qui peuvent recueillir des réponses d'une simplicité biblique aux seules fins de rapprocher aimablement les avis définitivement opposés.

Questions idiotes :

Quelle est l'origine de ce virus ?

Est-il mortel ?

Quelle est sa cible ? (Humain, chien, guéridon, poissons panés, sac à main, cartable ??)

Si la cible n'est pas un meuble, quelle est la cible dans la cible vivante ? (Les yeux, le nez, le cerveau, le foie, ou bien tout le bataclan ?)

Admettons que l'homme soit l'hôte préféré de ce virus, qui sont les morceaux favoris ? (Vieux, vieilles, jeunes, enfants ?)

Disons que l'homme a gagné l'amitié de ce virus, comment lui faire savoir que cette affection n'est pas partagée ?

Souscrivons abondamment à la vérité d'un vaccin efficace, comment sélectionner celui dont l'effet est le meilleur ?

Refusons les vaccins de seconde zone mais comment les détecter ?

Admettons qu'il n'est pas faux de dire qu'un vaccin qui protège quelques jours est moins intéressant que celui qui protège quelques semaines, qui est moins réjouissant que celui qui protège durablement (environ 3 mois...), mais celui-ci ne devrait-il pas connaître tous les virus, de façon à ne pas être pris par surprise ??

Ne nions pas que le vaccin qui fait de votre sang une brousse est passablement convaincant, ne faut-il pas s'en défier ??

Pourquoi pas ? Et pourquoi ne pas se défier des scientifiques par la même occasion ?

Quelle abomination ! Se défier des scientifiques ? Mais pour quelle raison ?

Parce qu'ils ont laissé leur conscience sur le porte-manteau, mais, mais, transibunt et augebitur scientia !

revnonausujai

@ hameau dans les nuages (@ Robert Marchenoir)
"Désolé, mais il vous manque un chapitre. À savoir qu'être vacciné n'empêche pas de transmettre le virus."

"C'est faux. Franchement, renseignez-vous un minimum avant de raconter n'importe quoi, surtout lorsque vos divagations sont de nature à provoquer des morts supplémentaires.
Nous savons, maintenant, que les vaccins (comme c'était bien évidemment prévisible) réduisent fortement la transmission du virus." (RM)

—-

Hameau, inutile de contredire Marchenoir, il a raison, r.a.i.s.o.n, et quand il n'a pas raison, catch 22, quitte à se contredire en deux phrases !
Vous affirmez que la vaccination n'empêche pas la contamination. Que n'avez-vous dit ! La bonne réponse, dans l'évangile selon Marchenoir, est: "la vaccination réduit fortement".
Vous devez comprendre que "fortement" est le synonyme de "empêche" et que les éventuels cas de contamination échappant au fortement (et d'ailleurs non chiffrés dans l'article de journal cité, ce qui en fait de la bouillie journalistique) ne comptent pas car contraires aux croyances bobardesques.

Significativement les autorités sanitaires, internationales comme nationales, continuent à préconiser le port du masque pour les personnes vaccinées ; elles doivent être moins persuadées que les zélotes que la vaccination empêche la contamination, dans un sens où l'autre.

P.-S.: je suis vacciné (1ère dose), je ne mène aucun combat antivaccin, j'espère: 1 que ça me protégera "fortement", 2 que, quand les débiles qui nous gouvernent imposeront des restrictions de circulation, ça servira d'ausweis mais cela dit je suis sans illusion sur le niveau de protection, la cuirasse n'est pas invulnérable.

Robert Marchenoir

@ hameau dans les nuages | 11 avril 2021 à 09:50
"Désolé, mais il vous manque un chapitre. À savoir qu'être vacciné n'empêche pas de transmettre le virus."

C'est faux. Franchement, renseignez-vous un minimum avant de raconter n'importe quoi, surtout lorsque vos divagations sont de nature à provoquer des morts supplémentaires.

Nous savons, maintenant, que les vaccins (comme c'était bien évidemment prévisible) réduisent fortement la transmission du virus.

Vous vous référez à un stade antérieur de la science, où l'état des connaissances permettait seulement d'affirmer avec certitude que le vaccin protégeait celui qui l'avait reçu.

Figurez-vous que les choses changent. Les savants travaillent, contrairement aux bavardeurs de blog. Il vous faut travailler un minimum pour vous tenir au courant.

Mais surtout, la propagande antérieure, consistant pour les complotistes dans votre genre à prétendre qu'il ne fallait pas se faire vacciner parce qu'on ne savait pas si cela empêchait la contagion, cette propagande était malhonnête.

Comme tant d'autres assertions, elle provient d'une ignorance de la façon dont fonctionne la science. Les scientifiques, contrairement aux blablateurs dans votre genre, n'affirment rien qu'ils ne savent dûment vérifié.

Par conséquent, ils manifestent un excès de prudence, volontaire et justifié, lorsqu'il s'agit de communiquer leurs trouvailles.

En raison de l'urgence, les essais cliniques des vaccins ont été réalisés avec le critère d'hospitalisation ou de décès ; le critère supplémentaire de contamination pure et simple par le virus n'a pas été utilisé.

Lorsque les résultats de ces essais, obtenus sur des dizaines de milliers de personnes (ce qui est considérable), ont révélé une efficacité spectaculaire de 95 % et au-delà, les savants ont, simultanément, averti qu'ils ne savaient pas, pour le moment, si l'efficacité portait aussi sur la contagiosité.

Mais il y avait toutes les chances pour que ce soit le cas, en raison de la façon dont fonctionnent les vaccins. Et maintenant que des dizaines de millions de personnes ont été vaccinées, l'hypothèse s'est confirmée.

Cependant, je ne doute pas que vous trouverez encore matière à pinailler à perte de vue sur le travail des scientifiques, désignant tel ou tel point montrant que la médecine n'est pas une pratique magique, et qu'au bout du compte, les hommes sont mortels.

Et en profitant, malhonnêtement, pour jeter le discrédit sur la science. En la dénigrant au motif de ce qui constitue, justement, sa vertu : la rigueur, le refus d'affirmer qu'une chose est vraie avant d'en avoir la preuve.

Toutes choses dont vous vous dispensez quotidiennement dans vos commentaires.

Lodi

@ hameau dans les nuages

Mon Dieu, il faut tout expliquer ! On ne sait pas encore, voilà :

https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/coronavirus-covid-19-vaccination-signifie-t-elle-arret-port-masque-84711/

Mais il y a une chance, ce qui est mieux que rien !

https://www.youtube.com/watch?v=LNN3UveqsLg

Et plus la situation sera normale par ailleurs, plus on pourra étudier comment la normaliser davantage pour se débarrasser de l’insupportable masque !

Enfin, vous n'êtes pas le plus drôle, on a essayé de m'expliquer Girard, ici, entre autres aberrations.

hameau dans les nuages

@ Lodi | 10 avril 2021 à 23:27

Désolé, mais il vous manque un chapitre. À savoir qu'être vacciné n'empêche pas de transmettre le virus. Ainsi donc même vacciné vous devez continuer à porter la muselière et respecter la distanciation. D'autant plus avec les nouveaux variants. Dixit Doctor Varian, pardon Véran.

Mieux vaut prévenir que guérir. Vitamine C, D, magnésium, zinc et oxymètre pour détecter d'éventuelles hypoxies heureuses.

J'ai une pensée émue ce matin pour madame Laurence Saillet, madame confinement pour CNews. Non, je blague.

Tout cela va forcément très bien finir... ou pas.

Lodi

La France n'est pas atteinte que du virus mais de méfiance envers le vaccin... Des gens plus raisonnables comprennent que le vaccin sauve non seulement la vie, mais aussi l'économie.
Il y a des signes :

https://www.bfmtv.com/auto/carburants-pourquoi-les-prix-a-la-pompe-flambent_AN-202103030008.html#:~:text=Depuis%20le%20d%C3%A9but%20de%20l'ann%C3%A9e%2C%20le%20prix%20du%20p%C3%A9trole,Union%20fran%C3%A7aise%20des%20industries%20p%C3%A9troli%C3%A8res).

Même si c'est fragile...

Même si on peut vouloir culpabiliser les gens ne mettant pas de masque, ce sont les gens contre les vaccins qui font prendre le plus de risques sanitaires mais aussi économiques donc sociaux à leurs contemporains.

Enfin, pourquoi se gêner ? Allez savoir pourquoi on s'en prend à qui ne met pas sa ceinture de sécurité quand il ne met que lui en danger, mais par contre le vaccin n'est pas obligatoire ?
Si je pouvais, j’inverserais. Et au lieu de sauver les gens malgré eux, je dirais prends tes risques sans risquer les autres !

Isabelle

@ Robert Marchenoir

Toujours aussi charmant, le goujat ! Le "kapo" de ce blog comme le surnommait Breizmabro qui s'en est allée, elle aussi.

Au moins, nous savons pour qui il a voté la dernière fois... Nous n'avons que sa parole !

Lodi

@ Robert Marchenoir
@ Mary Preud'homme

Vous voyez ce que le covid nous fait : on s'accuse mutuellement alors que tout est la faute du gouvernement chinois qui n'a pas alerté le monde, à la base. Il ne faudra jamais l'oublier, et avoir d'autant moins de complaisance pour cette dictature, bassement admirée par trop de gens.

En fait, les individus subissent une contrainte continue et certains craquent, on ne remarquera jamais combien la vaccination est l'issue de ce cauchemar, on n'en fera jamais assez la promotion.

Bref, les témoins se retrouvent dans le cas d'une loyauté divisée : faut-il dénoncer pour le bien commun ou ne pas dénoncer par loyauté envers des gens qu'on connaît ou du moins pour son prochain ?
Comme dans tellement de cas, il n'y a pas de bien et de mal mais du bien et du mal des deux côtés et l'essai de trouver le moindre mal.

Le mal, c'est le gouvernement chinois coupable de rétention d'information, le bien, c'est le dévouement des chercheurs, des soignants et de personnes que j'oublie parce que ne vais pas dresser de liste.

Dans beaucoup de cas, on est dans le moindre mal, avec éventuellement la loyauté divisée et la casuistique qu'elle entraîne. Faire partie d'une institution a tendance à pousser à couvrir ses abus, si graves soient-ils, ne pas l'apprécier à dénoncer de minuscules égarements.

Plus fondamental !
Il faut en vérité considérer la dangerosité de la situation, à savoir pour le présent et pour l'avenir, l'esprit qui semble animer les gens et le sien propre.
Et ses atouts, type vais-je avoir l'autorité, la patience et l'éloquence de convaincre des obscurantistes, et faiblesses, dont il ne faut rien dire pour ne pas donner un bâton pour se faire battre ?

Par définition, si on cherche l'attitude juste, il faut toujours réinitialiser son information, si on cherche l'attitude morale, écarter l'idée de récompense mais non celle de la manière dont l'action ou l'abstention a impacté l'environnement.
Bref, l'attitude juste ne me semble pas en prêt-à-porter mais chez le tailleur, et le pire est qu'il faut retailler son costume à chaque fois. Sauf qu'on est le tailleur, sans personne pour aider, bien au contraire, dans beaucoup de cas de conscience.

Je ne doute pas que vous le sachiez, au fond... Cependant, le désir de promouvoir son inclination morale pour certains cas qui tiennent à coeur peut le faire oublier.

Robert Marchenoir

@ Isabelle | 09 avril 2021 à 14:04
"Celui qui se croit toujours plus futé que les autres. Lui qui a probablement voté Macron. On voit tout de suite le niveau."

Oh, mon Dieu ! J'aurais voté Macron ! Quel crime abominable !

Vous êtes aussi sotte et aussi sectaire que les Gilets jaunes les plus enragés. Votre cuistrerie littéraire à base de Cioran et de romanciers pour dames désœuvrées ne trompe personne : on voit tout de suite, en effet, votre niveau à vous. Pas la moindre tentative d'argumenter sur le Covid, en dehors de m'accuser d'avoir voté Macron.

À part ça, la dernière fois que j'ai voté, j'ai voté pour le Rassemblement national, ce qui devrait être manifeste à quiconque me lit. Mais vous avez raison : je vais peut-être voter Macron la prochaine fois, rien que pour faire enrager les écervelées dans votre genre !
______

@ Mary Preud'homme | 09 avril 2021 à 14:05
"Quant à l'individu qui a joué les Judas à l'église Saint-Eugène [...]. Des balances de cet acabit, même les policiers et les gendarmes les plus blasés et endurcis, submergés par les appels de délateurs, en sont archi saturés et dégoûtés, au point de mettre systématiquement leurs dénonciations puantes à la poubelle !"

Mensonge. Un prêtre et un vicaire de la paroisse ont été entendus en garde à vue. Une enquête a été ouverte pour mise en danger de la vie d’autrui. L'archevêque a ouvert une procédure canonique. Mais ça ne fait rien, vous continuez à parler comme si vous étiez le porte-parole de la police et de l'Église réunies.

Isabelle

Entre Blanchard pour les personnalités de la diversité, Belattar pour la banlieue et Stora pour les crimes en Algérie, Macron a le chic parisien pour choisir des experts neutres.

Mary Preud'homme

« Combien de Français, par ailleurs, se sentent une âme de justiciers au petit pied en photographiant leurs compatriotes qui ne respecteraient pas les règles et honteusement dérogeraient aux précautions sanitaires même les plus extrêmes, que cette inquisition concerne les fidèles d'une église et/ou les adeptes du divertissement et du loisir indifférents aux recommandations des autorités soit par un anarchisme basique soit par négligence ou incompréhension ! »
(PB)

Vous les qualifiez de justiciers. Même au petit pied c'est trop généreux pour des cafards et autres cloportes. Quant à l'individu qui a joué les Judas à l'église Saint-Eugène, lors de la Vigile pascale, on ne nous dit pas combien de deniers il aurait reçu (des media) en échange de ses informations de traître... Sans doute un bon paquet !
Des balances de cet acabit, même les policiers et les gendarmes les plus blasés et endurcis, submergés par les appels de délateurs, en sont archi saturés et dégoûtés, au point de mettre systématiquement leurs dénonciations puantes à la poubelle !

Isabelle

@ Robert Marchenoiir

Celui qui se croit toujours plus futé que les autres. Lui qui a probablement voté Macron. On voit tout de suite le niveau. 😄👎

CLAUDE JONNIAUX

Comme Offenbach j'arrive trop tard sur votre blog que j'avais déserté par manque de temps mais que je retrouve avec plaisir. Une fois de plus la juste analyse, les phrases appropriées... Un réquisitoire sans faille sur les turpitudes de notre époque prompte à jeter l’anathème sur le sens civique.

Robert Marchenoir

@ sylvain | 08 avril 2021 à 07:50
"Alors vos dénigrements envers les Philippines vous pouvez les mettre où je pense, ce pays est très en dessous de la France en terme d’insécurité et de crimes."

Nous dit Sylvain, grand spécialiste de politique étrangère et patriote philippin inattendu. Et dites-moi, la criminalité au Burkina Faso, ça ressemble à quoi ? C'est pour une thèse que je suis en train de rédiger. Comme je vois que vous êtes un connaisseur, j'ose abuser de votre savoir, ça me fera gagner du temps...

Parfois, vous faites vraiment beaucoup d'efforts pour paraître plus stupide que vous ne l'êtes réellement.

Achille

« Combien de Français, par ailleurs, se sentent une âme de justiciers au petit pied en photographiant leurs compatriotes qui ne respecteraient pas les règles et honteusement dérogeraient aux précautions sanitaires même les plus extrêmes, que cette inquisition concerne les fidèles d'une église et/ou les adeptes du divertissement et du loisir indifférents aux recommandations des autorités soit par un anarchisme basique soit par négligence ou incompréhension ! »

Pierre-Jean Chalençon, je n’avais jamais entendu parler de lui avant sa petite fiesta clandestine.
Il paraît que c’est un gars un peu fantasque qui connaît nombre de personnalités du monde des médias et de la politique.

Il a manifestement été dépassé par sa petite farce, un peu provocatrice il est vrai, qui démontre qu’il est plus bébête que méchant. Il n’aurait jamais dû laisser entendre que des ministres avaient assisté à son petit dîner à 220€/tête. Fatale erreur !
La machine infernale de la délation a joué pleinement son rôle destructeur, avec même des vidéos montrant les invités sans masque et qui étaient bien plus que les six personnes réglementaires. Sans oublier le serveur de la soirée qui était invité à TPMP et qui a tout déballé.

Bilan des courses : une perquisition à son domicile ainsi que dans celui du cuistot qui a préparé les repas.
Des cris horrifiés de la part de certains indignés. Il fallait entendre dans l’émission de Morandini, l’invité de LFI qui nous a fait dans le pathos complet avec les étudiants qui mouraient de faim et tout le tintouin.
Bref la "blague" de Chalençon n’avait rien à envier à une farce de Molière en matière de ridicule et de gesticulations.

Ceci étant il faut faire gaffe quand même. Si tout le monde se met à faire n’importe quoi, même dans les quartiers bourgeois, où va-t-on ?
Manifestement ces actes de désobéissance civiques ne se déroulent pas seulement dans les cités sensibles de Seine-Saint-Denis…

F68.10

@ Robert
"Le problème est que ce délitement résulte d'une idéologie qui a pris le pouvoir en 1968, celle qui veut la destruction des nations, à commencer par la française. Cette idéologie était certes antérieure, pensée et diffusée par une certaine intelligentsia : les Gilles Deleuze, Michel Foucault et autres Alain Badiou."

Vous êtes au courant que Badiou et Deleuze ne pouvaient pas se sentir ? Probablement pas...

Cette intelligentsia n'est pas coupable de tout. Badiou est un cinglé dogmatique. Foucault a eu le mérite de mettre le doigt sur des points très importants, mais son marxisme mal réchauffé est insupportable. Ce marxisme mal réchauffé me semble plutôt résulter d'une résonance avec le contexte français. Une fois aux Etats-Unis, il est devenu bien plus libéral-libertaire de gauche que marxiste. La malédiction de Tocqueville, en quelque sorte...

Quant à Deleuze, c'est un élitiste et aristocrate de la pensée comme pas deux. Le truc, c'est qu'il vivait en 68. C'est tout. Quand je lis ses textes, je ne vois rien de soixante-huitard. Juste un hétérodoxe forcené fasciné par les marges sociales, les anomalies, les différences, ce qui est parfaitement son droit. Même ses délires avec Guattari sont lisibles sans un prisme soixante-huitard.

1968, c'était la société française. Les philosophes n'ont fait que vivre dans ce milieu. La date de 1968, cela pourrait tout aussi bien correspondre à Chomsky, n'est-ce pas ? Chomsky, c'est un anti-autoritaire viscéral. Pas un soixante-huitard qui va élever des chèvres dans le Larzac. Tout le contraire même. Et Chomsky n'est pas apprécié par notre gauche... du tout.

Des anti-autoritaires, il y en a toujours eu. Robert Marchenoir a cité l'École de Francfort. Et c'était avant la Seconde Guerre mondiale. Avant 68. Ils font partie de la vie intellectuelle comme les autres philosophes. Il faut discuter, critiquer et réfuter leurs idées. Pas les encenser et les adorer au point d'en faire un culte de la personnalité, tendance que je trouve vive en France dès qu'on médiatise des "philosophes". Au moins, Foucault et Deleuze ont apporté des choses à la pensée. Contrairement à Onfray, par exemple. Quant à Badiou, je peine à le qualifier de philosophe tellement il est dogmatique. Il me fait penser à Slavoj Žižek, qui est beaucoup plus contemporain, à peu près aussi insupportable si ce n'est pire, qui est bien de la cuvée "68", mais pas Français pour autant...

Et franchement, 1968, c'est le délire de ceux qui l'ont vécu. Personnellement, je n'ai jamais eu un quelconque rapport affectif ou intellectuel ou politique avec 68. Trop jeune. C'est un épisode qui reflue déjà dans les brumes du passé. Et honnêtement, j'attends surtout qu'on cesse de rejouer éternellement les querelles idiotes du passé. Le monde avance trop vite désormais pour cela. Olivier Duhamel a giclé. Tournons la page.

Scoop: il y aura toujours des anti-autoritaires. Trouvez-vous des marottes plus contemporaines. De Deleuze, Foucault et Badiou, seul Badiou est encore en vie. Et puis mer*e ! Tous les philosophes gauchistes ou gauchisants ne sont pas tous français. Laissez-moi vous présenter Roberto Mangabeira Unger... C'est quand même d'un autre calibre que Slavoj Žižek ou que d'autres vulgaires agitateurs.

Patrice Charoulet

ALTERNATIVE

Je signale à quelques milliers de journalistes, de politiques, d'intervenants TV-radio cette définition du nom « alternative », puisée dans la dernière édition du dictionnaire de l'Académie française, éd.
Julliard :
« ALTERNATIVE n.f. Choix nécessaire entre deux propositions, deux attitudes dont l'une exclut l'autre. « Il se trouvait devant l'alternative de se cacher ou de s'exiler. » « Cette alternative est embarrassante. »

Le mauvais emploi de ce nom est une des choses qui m'agace le plus, juste après la prolifération de l'adverbe « effectivement » dans tous les débats. Certains « champions » arrivent à en fourguer trente en un quart d'heure.

Robert

"[...] le tableau et l'état de la France ne sont pas brillants. Quelle déliquescence, quel délitement !"

L'essentiel de ce billet, Monsieur Bilger, peut à mon sens se résumer dans ces quelques mots que j'en ai tirés.

Le problème est que ce délitement résulte d'une idéologie qui a pris le pouvoir en 1968, celle qui veut la destruction des nations, à commencer par la française. Cette idéologie était certes antérieure, pensée et diffusée par une certaine intelligentsia : les Gilles Deleuze, Michel Foucault et autres Alain Badiou.

Plutôt que de développer un argumentaire long et fastidieux, je me contenterai de citer un texte de Mathieu Bock-Côté paru un récent numéro hors-série de Valeurs actuelles. Je cite :

« Cette nouvelle gauche organise désormais ses luttes autour de la “politique des identités”. Que recouvre cette dernière ?

Il faut d’un côté neutraliser la majorité et de l’autre valoriser toutes les minorités qui s’inscrivent contre elle, en traduisant leurs revendications dans le langage des droits fondamentaux. Si on constate qu’une communauté particulière ne s’intègre pas à la nation, on en fera toujours porter la responsabilité à la société d’accueil qui ne serait pas assez inclusive et jamais à certaines caractéristiques singulières de cette communauté. La moindre disparité statistique s’expliquerait par un système discriminatoire.
La transformation multiculturelle de la société contemporaine n’est pas seulement l’effet d’un déferlement idéologique mais bien d’une mutation de l’action publique », dites-vous. Quelle est cette action?
Elle est massive. Les idées sont fondamentales mais n’avancent pas toutes seules. On peut penser à la fois à l’enseignement de l’histoire, aux campagnes de sensibilisation à la diversité, à la réforme des programmes scolaires pour rompre la transmission culturelle, à la mise en place des politiques de discrimination positive, à la politique d’immigration massive qui s’est conjuguée avec un refus de plus en plus explicite de l’intégration des immigrés. Il ne faut pas oublier l’incroyable puissance de socialisation de l’État, qui peut conditionner culturellement toute une population à travers ses nombreuses politiques. À terme, l’État multiculturel entend métamorphoser l’identité de la population pour accoucher d’un nouveau peuple, heureux d’évoluer dans la société diversitaire. C’est une immense entreprise de rééducation, de réingénierie sociale, de reprogrammation identitaire.

[…] Politique, anthropologique, sociétal... le problème ne serait-il pas aussi spirituel ?

À l’américaine, on parle de la droite religieuse. Je crois qu’il faudrait aussi parler de la gauche religieuse européenne. Au fond d’elle-même, elle veut abolir l’histoire et la reprendre à neuf : elle est soumise au fantasme de l’auto-engendrement. Cette gauche veut revenir au moment où l’homme était dans la pure indétermination, avant la division du monde en nations, religions, sexes et civilisations. C’est une tentation démiurgique : elle ne veut pas aménager le monde, le conserver, l’améliorer, mais le décréer pour le recréer à nouveau dans une utopie de l’illimité. Elle s’est reprise à rêver à l’homme nouveau, qu’elle s’imagine comme un homme désincarné, à l’identité insaisissable, délivré de l’héritage. Un homme absolument neuf, hors de l’histoire, sans culture et, comme on dira, sans “préjugés”. Un homme fade, livré à toutes les possibilités d’ingénierie sociale et identitaire. Nous rencontrons ici la théorie du genre qui nous plonge au cœur de la question anthropologique. Elle pèsera de plus en plus lourd dans les années à venir. »

Ceci me permet de rejoindre sbriglia | 07 avril 2021 à 16:59 Exilé | 07 avril 2021 à 20:30 dans leur réponse au commentaire d'Achille | 07 avril 2021 à 08:56.

duvent

@ F68.10 | 07 avril 2021 à 20:01
« Merci encore pour Al Green. »

Avec plaisir !

« Malheureusement, je peux pas... ma misanthropie n'implique pas ce niveau de... cynisme ? Ce n'est probablement pas le bon mot pour qualifier votre vision des choses, mais c'est le seul qui me conviendrait si j'adoptais votre éthique existentielle. »

Je n'ai pas d'« éthique existentielle », je suis « der wanderer über dem nebelmeer », mais une promeneuse légèrement frappée de stupeur, presque de stupidité.

https://www.youtube.com/watch?v=BR8_n-B8qu0

Cynique, est-ce que je suis cynique ? C'est possible...

Après avoir été timorée, puis sous l'emprise de Narcisse, il me semble que le cynisme est bienvenu, qui me fait voir en moi la laideur que je regarde horrifiée se dupliquer et s'épanouir chez les autres.

Mais en réalité, je suis une hirondelle parmi d'autres hirondelles qui s'éperdent dans le ciel azur, cette voile de plumes noires tournoie et ondule sur les vagues du vent, mais on distingue celles qui se perdent, s'éloignent et descendent sans déchirer la voile, qui elle, continue à ondoyer, insensible ballet...

Voilà, l'hirondelle s'échappe et descend vers la source jasarde, cette hirondelle est folle, mais elle n'est pas la seule... Est-ce le fait du hasard ou du cynisme ?

hameau dans les nuages

@ Wilfrid Druais | 07 avril 2021 à 23:03
"EP, c'est le candidat parfait des médias parce que c'est Juppé avec un épi de maïs dans le c*l en moins..."

Votre réflexion m'a donné du grain à moudre. Dans les campagnes lors des bals des fêtes de village on mettait l'épi de maïs dans la poche du pantalon pour faire croire qu'on en avait.
Nous sommes leurs michetons.

Isabelle

"La future campagne présidentielle imposera le choix d'un médecin présidentiel de haute volée.
Avant d'agiter et de bouleverser, il faudra recoudre et guérir." (PB)

Ce pays a besoin surtout d'un Président sain d'esprit, rien n'est moins sûr actuellement... E. Macron semble toujours halluciné !

Catherine JACOB

« En poussant au paroxysme des tendances qui existaient déjà dans la tranquillité des temps ordinaires ou en faisant surgir, chez beaucoup, des appétences de dénonciation, des stigmatisations qui il y a longtemps, sur un registre historique, auraient eu de tragiques et d'odieux effets. »

Hélas oui. Pour ne parler que du territoire national, ce dont ici, la mémoire est conservée : https://www.memorial-alsace-moselle.com/ne-pas-manquer/decouvrez-le-memorial-depuis-chez-vous

« ...tentations démagogiques auxquelles on ne résiste plus : l'autre est un ennemi, les politiques sont au-dessus des lois, je suis seul à respecter le règlement, je dois épier mon voisin, les envies sont légitimes puisqu’en haut il n'y a que de la turpitude et de l'injustice et que le bas doit être sanctifié au nom de la République, et ainsi de suite... L'humain se vide, se déverse, juge, condamne, trie, guillotine au figuré. »

Au figuré ou pas, vu que certaines dénonciations calomnieuses reviennent à actionner une sorte de guillotine sociale.

Aliocha

À l'endroit du péril grandit aussi ce qui sauve, et l'apocalypse du désir de domination révèle que la brebis couchée sur le flanc pourrait, ou aurait pu pour les plus pessimistes, choisir un autre chemin que la destruction, car il suffit d'y croire pour se rendre compte que nous avons le choix, ou l'aurions eu, si nous acceptions, à l'inverse de Céline, de refuser le divertissement des jeux du cirque, et accéder à l'ennui du respect d'autrui où, lentement, on s'aperçoit qu'il est possible de ne pas envisager notre mort comme la condamnation d'un dieu violent, mais a contrario comme l'insigne possibilité d'orienter la création humaine vers les conditions de sa survie, s'apercevant que l'être est doté d'une capacité que n'a pas la brebis, qui est de se rendre compte que ce n'est pas parce que la créature a un temps limité à sa disposition, qu'elle est une divinité sacrée, que cette prise de conscience est condition de son affranchissement de cette erreur de réglage, seule perspective qui permette de renoncer aux vaines agitations moutonnières de l'orgueil et de la vanité qui ne savent imaginer autre chose que de verser le sang contre le sang versé.

Là est le réel ennui et l'erreur véritablement claustrophobe qui refuse l'aventure mirifique, quand la créature s'aperçoit qu'elle a été créée pour autre chose que dominer, et qu'elle préfère alors le caprice infantile de jouer la brebis qu'elle n'est pas, et d'aller coucher sa vexation aux prairies des oublis de sa condition, qui pourtant lui donnait les moyens d'en maîtriser les montures.

C'est un choix, genau, que vous décrivez, et non une fatalité, le récit futur reste à écrire, et refuser la possibilité de la page blanche et de l'encre féconde ne signifie pas qu'elles nous sont interdites, mais que nous avons perdu la foi, les joies de l'espérance en la toute-puissance de la charité, nous prenant pour l'agneau alors que nous ne savons imaginer fonctionner sans l'égorger.

"En marche, ceux qui lavent leurs robes ! Ils ont puissance sur l’arbre de la vie ; qu’ils entrent par les portes dans la cité !
Dehors, les chiens, les sorciers, les putains, les tueurs, les idolâtres, tout amateur et faiseur de mensonge."

https://www.levangile.com/Bible-CHU-66-22-1-complet-Contexte-oui.htm

sylvain

@ Robert Marchenoir | 07 avril 2021 à 21:55

Pas la peine de donner des leçons aux Philippines, regardez l’apocalypse insécuritaire qui règne chez nous : agressions records, guets-apens de policiers pompiers caillassés tabassés jusqu’à leurs domiciles, home jacking records, viols tortures crimes, police morte de trouille, justice délinquante complice du crime, immigration record sauvage clandestine importatrice de terrorisme, élus islamogauchistes antirépublicains PS PCF EELV LFI qui participent à la destruction du pays...

Alors vos dénigrements envers les Philippines vous pouvez les mettre où je pense, ce pays est très en dessous de la France en terme d’insécurité et de crimes.

La France est devenue une poubelle déchetterie foutoir de toutes les pires racailles arabo-africaines et les génuflexions philippines ne sont rien à côté de ce qui nous attend tous ici en termes de souffrances physiques et morales, l’enfer sur Terre programmé par ces diaboliques perfides et machiavéliques élus au pouvoir pour terroriser leurs peuples afin de régner en maîtres absolus, notre Président est un modèle de sadisme à ce sujet.

genau

L'idée de domination prévaut chez l'animal homme et dirige son évolution. Du moins le savons-nous pour sapiens, nous.
Le temps passé n'a que le charme de l'illusion et, aujourd'hui, parvenus presque au terme de notre compatibilité avec l'environnement, nous n'avons pas eu l'audace de voir en face que, pour obtenir un sursis, il fallait diminuer radicalement notre peuplement. Nos moeurs, de quelque peuple qu'il s'agisse, nous conduisent à une extinction que personne ne conteste. L'essentiel est donc de vivre le moins mal possible ce qui reste du décompte. Comme toute espèce animale, nous disparaîtrons. Nous descendons des survivants mammifères inférieurs ayant survécu à la grande extinction.

Le confort des années à venir se fera de façon de plus en plus surveillée en ne dépassant pas des seuils de tolérance qui nous ôteront tout plaisir de vivre, si ce n'est sous la domination de la terreur psychologique officielle éventuellement controuvée car aucun sapiens dominant n'acceptera de réduire son cheptel sans lequel il ne serait rien.

L'apocalypse est une révélation, la Covid n'est qu'un détail qui fera sans doute sauter quelques certitudes, mais dans le sens de l'asservissement. Il ne se lèvera personne pour recréer ce qui n'a jamais existé. Aucun animal providentiel ne sera un bon berger. La brebis qui va mourir se couche sur le côté et broute encore (Céline: le Voyage).

L'amélioration du niveau de vie est le nécessaire corollaire de la destruction fondamentale qu'elle engendre, esprit, environnement et excès de survie. Les médecins n'échappent pas plus à cette règle que les politiques.
Personne n'est condamnable: nous sommes une espèce qui vit sa condition sous l'empire de la nécessité: le jour où un homo ergaster ou australopithecus, ou erectus, etc. a constaté l'étincelle que faisaient deux silex en se choquant, la bombe atomique était en gestation.

Wilfrid Druais

"La future campagne présidentielle imposera le choix d'un médecin présidentiel de haute volée.
Avant d'agiter et de bouleverser, il faudra recoudre et guérir." (PB)

On imagine déjà le "médecin de haute volée" choisi par la médiacratie politiquement "correc" et donc Monsieur Bilger qui suit toujours le troupeau médiatique pour continuer à être invité à la TV à donner son avis sur tout et surtout son avis comme on dit.

https://www.youtube.com/watch?v=fSf2w23NYOA

Donc un genre de Juppé quoi, donc Edouard Philippe "le lâcheur", on le voit venir gros comme une maison.
Comme disait Natacha Polony ce soir sur BFM TV face à Duhamel (j'ose même plus donner de prénom, y'en a tellement à la TV des Duhamel, c'est une vraie mafia, que je me dis qu'avec ma chance je vais tomber sur le pédophile), EP, c'est le candidat parfait des médias parce que c'est Juppé avec un épi de maïs dans le c*l en moins... non, elle ne l'a pas dit comme ça évidemment mais c'est ce que ça voulait dire et c'est mon interprétation de la langue "poloniesque".
Heureusement que je ne parle que le français et l'anglais...

Robert Marchenoir

@ Mary Preud'homme | 07 avril 2021 à 01:01

La délation est une excellente chose. Une fois de plus, vous êtes plus royaliste que le roi, plus policière que la police, plus bigote que l'évêque lui-même.

Ses services ont en effet condamné l'exhibition covidique qui semble vous charmer. Elle était illégale aux yeux de la loi, et elle était illégale aux yeux de la hiérarchie catholique. Le scandale durait d'ailleurs depuis longtemps. Il avait déjà été dénoncé, sans le moindre effet. La démonstration est faite que la sainte vidéo est l'arme nucléaire contemporaine. Les gens ne savent plus lire, mais ils savent certainement regarder des films.

On se demande d'ailleurs comment vous pouvez concilier la dénonciation de la "délation", tripotage communiste qui ne devrait plus faire illusion, et vos fantasmes policiers. Quand on défend la loi et l'ordre, on défend la loi, me semble-t-il ? Ou bien êtes-vous une gauchiste de modèle courant, qui condamne l'infraction quand ça l'arrange, et la défend lorsque ce sont ses amis qui la commettent ?

La répugnante manifestation de superstition à laquelle vous faites allusion relègue une partie de l'Église de France au rang des popes russes kaguébistes et malodorants. Eux aussi pensaient, au début de la pandémie, que leurs salamalecs les mettaient, magiquement, à l'abri des virus. Embrasser des icônes ne pouvait transmettre la maladie, puisque les baiseurs faisaient partie du camp du Bien.

Sans surprise, le clergé russe a fourni un lot disproportionné de morts à la pandémie. C'est son affaire, mais son crime consiste à avoir entraîné les fidèles avec lui. C'est aussi le crime des prêtres traditionalistes qui dirigent cette paroisse. Scoop pour vous : le latin ne protège pas des virus.

Mais en effet, je vois de nombreux imbéciles réactionnaires revendiquer l'immunité religieuse. Ils auraient le droit de mépriser la vérité et la santé d'autrui, puisque cela se passe dans une église.

Et d'enquiller les mensonges : jamais la messe n'aurait été empêchée depuis des siècles (faux : qu'a-t-on fait pendant la grippe espagnole, à votre avis ?), toute immixtion de l'État à ce sujet serait scandaleuse (faux : la séparation de l'Église et de l'État a été édictée par un certain Jésus-Christ), la foi chrétienne obligerait à violer les règles d'hygiène (faux encore : s'il y a un principe chrétien, c'est bien que la vie humaine a priorité sur le rite)...

Au demeurant, je trouve les évêques bien mous du genou. Ils autorisent les chants à la messe, alors que cette activité, de notoriété publique, est un puissant vecteur de contamination. L'État, qui ne peut veiller à tout, ne les a pas interdits ; c'était à la hiérarchie catholique de le faire. Elle ne lit pas les journaux ? Elle n'a pas la télévision ? Protéger la vie des fidèles, et des autres, n'a pas priorité sur une routine musicale qui n'a aucune signification théologique centrale dans la cérémonie ?

On a d'ailleurs raté une belle occasion de nous débarrasser de ces mièvres geignardises et de cette enfilade de fausses notes qui passent pour de la musique sacrée, déshonorant la religion qui a donné au monde les œuvres musicales les plus sublimes du génie humain.
______

@ Isabelle | 06 avril 2021 à 16:06
"Les 'gueux' sont verbalisés et ne peuvent plus rien faire."

Tiens, vous êtes encore là ? Je pensais que vous deviez émigrer pour quitter tous ces c...

Puisque, apparemment, vous en êtes encore à choisir une destination, puis-je vous suggérer les Philippines ?

Un homme, qui est sorti après l'heure du couvre-feu pour acheter à boire, y a été contraint, par la police, à faire 100 flexions de jambes (variété de pompes qui se font avec les pieds). Puis, parce qu'il les avait ratées, à en faire 200 de plus. Il est mort le lendemain.

Patrice Charoulet

« VIVRE AVEC NOS MORTS »

Ce mercredi soir, courte émission littéraire à la télé. Anne Fulda reçoit Delphine Horvilleur, rabbin, pour un livre qu'elle vient de publier chez Grasset.
L'émission a permis à l'auteur de répondre aux questions et de donner une idée de ce livre au téléspectateur.
Menu problème, Anne Fulda au début de l'entretien annonce que le livre a pour titre « Vivre avec la mort », or on voit sur l'écran le livre avec son vrai titre « Vivre avec nos morts ». On se dit : « Tiens Anne Fulda a fait un lapsus. » Or, à la fin de l'émission, on revoit le livre avec son vrai titre. Et Anne Fulda redit qu'il faut lire ce livre de Delphine Horvilleur « Vivre avec la mort ».
Ce n'était pas un lapsus. C'est pire !

Exilé

@ Achille
« Je fais partie d’une génération qui a eu la chance de ne pas faire partie des appelés du contingent, qui ont dû risquer leur vie pour une cause qui n’était pas vraiment la défense de son pays. Je connais de ces jeunes de ma famille qui sont morts en Algérie. »

Vous n'avez manifestement pas encore compris que la guerre d'Algérie n'est pas terminée et que l'acte II, qui concernera tout ce qui restera de Français, qu'ils soient militaires ou pas, se déroulera en France.
C'est d'ailleurs déjà commencé sous la forme larvée d'un « conflit de basse intensité ».

Michelle D-LEROY

"Quelle déliquescence, quel délitement !" (PB)

Je crois que les Français sont à bout.
- La police est sur le pont depuis la crise des Gilets jaunes et l'insécurité est constante et même en augmentation.
- la crise sanitaire a mis les soignants à bout de souffle, ils sont épuisés et leur ras-le-bol est immense. Les enseignants aussi.
- la crise a créé des chômeurs supplémentaires, des étudiants isolés et appauvris, des télétravailleurs isolés, des patrons inquiets, des commerçants à l'agonie, des restaurateurs sans horizon.
- la culture est à l'arrêt depuis plusieurs mois et les spectacles affligeants de la soirée des César ou des Victoires de la musique ont mis en exergue la vulgarité, le racialisme et le féminisme dans toute leur bêtise, d'une nouvelle mouture d'artistes dite culturelle.
- les maires écolos ont montré leur sectarisme effrayant.

Bref, cette crise a pointé du doigt et grossi les nombreux problèmes de la société et surtout la démission, l'impuissance de nos politiques tous partis confondus devant une France clivée, séparée, déboussolée. Au lieu d'essayer de les atténuer, ils les ont accrus en acceptant implicitement les délires des uns et des autres.

Un pays tiré à hue et à dia, sans que Premier ministre et Président ne sachent dans quelle direction aller pour redresser la situation, voulant satisfaire chacun et mécontentant tout le monde.

Alors, quand la majorité des Français se plient aux directives parfois difficiles à respecter et ont connaissance d'élites qui se permettent de leur faire un pied de nez en vivant leur vie normalement et au-delà même, on peut comprendre les réactions... même si elles paraissent surdimensionnées.

Alors oui, il va vraiment falloir que "la future campagne présidentielle impose le choix d'un médecin présidentiel de haute volée." (PB)

"Avant d'agiter et de bouleverser, il faudra recoudre et guérir." (PB)

Il va falloir rapidement qu'un homme ou une femme de poigne sorte du rang... Impératif car un enfant-roi c'était juste un moment d'égarement, un essai non concluant quand on voit le résultat...

F68.10

@ duvent

Impressionante performance d'Al Green que vous nous avez servie. Elle me rappelle la réflexion que je me suis faite un jour, qu'il n'y a pas d'instrument plus fin et plus expressif que la voix humaine.

Personnellement, j'ai craqué pour cette reprise par Gregory Porter. Mais j'avoue que, rétrospectivement, je la trouve certes plus harmonieuse mais moins bonne que la performance d'Al Green que je vous remercie de m'avoir fait connaître.

"Moi, avant d'agiter et de bouleverser, je ne recouds ni ne guéris rien, bien au contraire, je jette aux orties, balance par-dessus les moulins, et me tamponne mollement le coquillard de tout et son contraire. C'est une technique qui est SGDG mais que je prône, que je vante et recommande !"

Malheureusement, je peux pas... ma misanthropie n'implique pas ce niveau de... cynisme ? Ce n'est probablement pas le bon mot pour qualifier votre vision des choses, mais c'est le seul qui me conviendrait si j'adoptais votre éthique existentielle.

Merci encore pour Al Green.

Giuseppe

@ Ninive | 07 avril 2021 à 17:28

À mon avis non.
Les réseaux sociaux c'est tout bon quand on a de quoi vendre, vitrine d'entreprise, etc.
Cela pour le bon côté, pour le reste c'est une immense station d'épuration qui utilise tous les effluents qui s'y déversent, alimentant ce qui est le plus grand business de la planète pour leurs créateurs.

Informatique:

Communauté d'internautes reliés en eux par des liens, amicaux ou professionnels, regroupés ou non par secteurs d'activité, qui favorise l'interaction sociale, la création et le partage d'informations (GDT).
"Facebook, Twitter, Linkedin sont des réseaux sociaux."
Fourni par Oxford Dictionaries · Cortana

Achille

@ Exilé | 07 avril 2021 à 13:04
« Donc pour vous les gens qui n'accepteraient pas sans réagir de subir cette descente aux enfers délétère seraient d'affreux « réacs » et ceux qui continueraient avec enthousiasme d'emprunter cette pente glissante seraient de merveilleux progressistes... »

Toute époque a ses tourments. La nôtre n'est certainement pas la pire si on la compare à des périodes bien plus sombres: la guerre de 14-18, l’épidémie de grippe espagnole de 1919 qui a fait plus de morts que la Grande Guerre. Sans oublier la montée du nazisme des années 30 et pour finir Hitler au pouvoir et la Shoah. Puis il y a eu la guerre d’Algérie (1954-1962).

Je fais partie d’une génération qui a eu la chance de ne pas faire partie des appelés du contingent, qui ont dû risquer leur vie pour une cause qui n’était pas vraiment la défense de son pays. Je connais de ces jeunes de ma famille qui sont morts en Algérie.

Aussi je me dis que notre époque, malgré ses maux : le communautarisme sur fond d’islamisme intégriste et d’indigénisme, le féminisme délirant qui conduit certaines femmes à considérer que les hommes sont tous des obsédés sexuels, la pandémie de Covid-19 qui nous frappe depuis plus d’un an, notre époque, disais-je, n’est pas la pire que la France ait connu au cours de ces deux derniers siècles.
C’est mon côté résolument optimiste.

J’espère simplement que lorsque le moment sera venu de rendre mon âme à Dieu, je pourrai disposer des moyens offerts par la médecine et par la loi pour m’en aller paisiblement, sans souffrance.
Mes proches sont au courant car depuis l’affaire Vincent Lambert, je souhaite qu’il n’y ait aucune ambiguïté à ce sujet.

Isabelle

@ Patrice Charoulet

Merci pour l'information concernant le refroidissement climatique.
Quand on peut moucher l'idéologie totalitaire des EELV, il ne faut pas se gêner !
Avec ces énergumènes, nous serons bientôt tous à la bougie sauf les dirigeants du capitalisme vert qui eux, continueront de prendre des avions pour s'envoler dans le vaste monde !

En France, après la chasse aux sapins de Noël, nous avons eu droit à la chasse aux aéro-clubs pour enfants et enfants handicapés.

Ninive

@ Giuseppe | 07 avril 2021 à 13:59
"Les réseaux sociaux adorent les imbéciles, et les prétentieux."

Considérez-vous que "Justice au singulier" soit un réseau social, car il me semble qu'on y trouve les deux spécimens que vous évoquez ; j'accepte d'ailleurs de faire partie des imbéciles.

sbriglia

@ Achille | 07 avril 2021 à 08:56
« Tout le monde ou presque s’est rendu dans des pays étrangers, pour son travail ou plus simplement pendant ses vacances. »

Oui... transporter son néant à l’autre bout de la planète ne fait que rajouter au néant...

« Cette vision passéiste que veulent absolument nous infliger les réacs de tout poil ne mène à rien. Il faut simplement s’adapter au monde qui bouge et évolue en permanence. C'est cela le progressisme. »

Sauf que je ne discerne pas beaucoup de Mozart, de Pascal, de Montaigne, de Chateaubriand dans ce progressisme... et que Pasteur est bien mort, dont les héritiers n’ont même pas su nous protéger par un vaccin...

Être réactionnaire en ces temps de déliquescence est être révolutionnaire... comme disait Debord.

duvent

M. Bilger,

Il ne faut pas écrire ça :
« Avant d'agiter et de bouleverser, il faudra recoudre et guérir. »

Parce que vous me démoralisez, alors que je suis étanche à tout, bouchée à l'émeri, complètement imperméable à ce qui est actuel, parfaitement hermétique à la modernité, un vrai colvert sous la pluie vous venez troubler une quiétude chèrement acquise, et ça, c'est mal !

Moi, avant d'agiter et de bouleverser, je ne recouds ni ne guéris rien, bien au contraire, je jette aux orties, balance par-dessus les moulins, et me tamponne mollement le coquillard de tout et son contraire. C'est une technique qui est SGDG mais que je prône, que je vante et recommande !

Dès lors, braves gens, simples mortels, tristes sires, nobles dames, jeunes damoiseaux, et gais lurons, je vous le dis, et je vous en assure rien n'est perdu, tout est en devenir, demain est un autre jour, et il faut tout agiter, les torchons, les serviettes, les slips et les couches-culottes, oui, il faut tout agiter car le temps presse et quand le temps presse il faut appuyer sur la sonnette !

Dilige et quod vis fac !

Écoutez ceci pour vous donner du cœur à l'ouvrage !

https://www.youtube.com/watch?v=3Nua5klb4Os

Jérôme

Bonjour Philippe,

J'espère que l'graillou était bon.
Quitte à se faire vilipender, autant que ce ne soit pas pour un infâme pâté de foie de canard Hénaff, destiné à ce lumpenprolétariat peu à même de distinguer un Clos-Vougeot d'un kilbus de Villageoise.
Quel tintamarre !
Français délateurs-jaloux pléonasme.
Les ministricules ne servent à rien. Autant qu'ils se servent. Ça fait tourner la baraque.
Et si les pauvres ne sont pas contents, z'avaient qu'à être riches, et pis c'est tout.
Bon allez, un petit verre de Saint-Amour, un petit Oscar Peterson.
Santé.

Denis Monod-Broca

@ Isabelle

Bien tourné, bien vu, et troublant, cet écrit de Cioran.

J'aime bien dire "nous". Aurais-je tort ?
Dire "nous" est ambigu, c'est vrai, car qui est ce "nous" ? Qui sont ces "nous" ?
Pourtant, parfois, comment s'en passer ?
Arrogance, certitude, fanatisme sont à bannir, certes.

Lucile

Personnellement je ne suis pas trop étonnée d'apprendre que des fêtes clandestines sont organisées à Paris. En période de prohibition, il faut s'attendre à ce qu'une proportion de petits malins, riches ou pauvres, cherchent à contourner les lois pour satisfaire leurs plaisirs, dont celui de braver l'autorité. Il faut s'attendre aussi à ce que des journalistes en fassent leurs choux gras, c'est un peu leur métier. Et il faut s'attendre enfin à ce que certaines personnes chargées de faire appliquer ces lois prohibitives manquent de discernement dans l'exercice de la répression.

Ce n'est pas non plus une grande nouvelle pour moi de savoir qu'en période de couvre-feu, des ministres circulent en pleine nuit dans les rues, se réunissent pour dîner qui plus est aux frais de la princesse, se tapent sur l'épaule ou se serrent la main à visage découvert dans leurs réunions. Si c'étaient là leurs seuls passe-droits, ce serait facile à corriger.

Non, ce qui me sidère, c'est l'importance qu'on attache à une émission de télé qui fait semblant de découvrir le pot aux roses, et monte en épingle à cet effet un fait divers aussi incertain que spectaculaire. C'est aussi que cette dénonciation mette tout d'un coup l'establishment pas toujours regardant en ébullition, et la police judiciaire en branle.

La télé donne ainsi le feu vert à un débat biaisé, en ralliant les indignés de tous bords, et en provoquant la peur des élus. Dans tout le pays elle oriente en somme sous l'influence de l'indignation et de la peur la réflexion sur la politique, sur la morale, sur ce qui est tolérable et ce qui ne l'est pas ; cela alors qu'elle génère on le sait bien une image complètement déformée de la réalité, répondant à son besoin de faire de l'audience et de divertir plutôt qu'à celui de penser juste. Et elle ouvre la chasse publique aux sorcières.

La discussion porte sur l'apparence et non sur le fond. Au passage, la liberté des Français n'est pas un cadeau que peuvent leur octroyer ou leur reprendre au compte-gouttes et à la petite semaine le Premier ministre, M6, l'opinion publique ou la police. S'ils y touchent, que ce soit le moins possible, uniquement par nécessité. Qu'ils gardent la mesure, et qu'ils évitent d'éveiller les démons pour des vétilles.

Je ne crois pas que toute la France soit en proie à la fièvre, là encore, il s'agit surtout de l'image qu'en donnent les media.

Giuseppe

AFP, publié le mercredi 07 avril 2021 à 10h18

"Le piratage des données sur Facebook de plus de 530 millions d'utilisateurs, qui ont été en partie publiées sur un forum de hackers le week-end dernier, est le fait d'"acteurs malveillants", a dénoncé Facebook mardi qui enjoint ses membres à mieux protéger leurs comptes."

Pas assez ! Ils sont faits pour cela, voler les renseignements, le voleur volé, et tous ces imbéciles qui n'ont rien à vendre d'étaler leurs sous-vêtements chez tous ces pilleurs d'âmes et de vie.

Le roi est nu, les c*ns sont nus, les rézosociaux pires que la fracturation hydraulique, qui sucent le sang de tous ces utilisateurs qui voudraient tant exister, tant être reconnus.
Tant qu'à faire il faut souhaiter qu'en plus de leurs âmes ils leur fassent les poches, les fonds de tiroir et les comptes en banque.

Rien de meilleur pour lutter contre un virus informatique que d'être touché là où cela fait le plus mal, le pognon, le méchant fric qui guérira de cette maladie virale ces réseaux de sangsues. Pillards de grands chemins, qui vous décharnent et vous dépoulpent jusqu'à l'esprit.

L'ego livré aux égouts de ces réseaux, faits uniquement pour le business, pas pour les millions d'incrédules qui y vendent leur âme pour une poignée de figues et les font passer pour intelligents alors que ceux-ci méprisent tous ceux qui y sont abonnés.

Les plus grands prédateurs de notre siècle, c'est quand même amusant vu du côté de celui qui crache sur ces pilleurs de tombes. Ils sont à vomir.
Cela existe depuis la nuit des temps les pyramides ont toujours attiré les convoitises, bien des galeries découvertes avaient été visitées avant les archéologues.

Non seulement ils sucent tous ces abonnés mais en plus ces derniers fournissent les clés et de pleurnicher que leur serrure est ouverte.
Rien n'est gratuit, ces prédateurs à la soif immense sont les plus grands dépeceurs de la terre, et certains fournissent le couteau pour être découpés en fines lamelles. Les réseaux sociaux adorent les imbéciles, et les prétentieux.

Exilé

@ Patrice Charoulet
"De 5 000 degrés aux températures actuelles, il y a surtout eu un refroidissement climatique, semble-t-il."

Dans les Alpes, il existe un tronçon de voie romaine qui est recouvert par un glacier.
Comme quoi, il faisait plus chaud à l'époque de la conquête romaine, ce qui n'a manifestement entraîné aucune catastrophe d'origine climatique.

---------------------------------------------------------

@ Achille
« L’histoire de l’Humanité est constellée de guerres, de révolutions, de conflits sanglants. »

Donc pour vous les gens qui n'accepteraient pas sans réagir de subir cette descente aux enfers délétère seraient d'affreux « réacs » et ceux qui continueraient avec enthousiasme d'emprunter cette pente glissante seraient de merveilleux progressistes...

Giuseppe

J'adore cette gauche pâtes aux truffes, caviar sur canapé, qui nous la joue écolo pour les autres, ça a le virus bien implanté de la goinfrerie détestable, et là aucun vaccin n'est encore efficace.
Plus personne ne croit à cette gauche infestée jusqu'à la moelle d'un désir irrépressible de s'alimenter jusqu'à l'indigestion d'aubaines très grasses qui ne sont qu'un clientélisme de la part de ceux qui les offrent.
Rien de plus détestable, la gauche est enterrée et les fossoyeurs faisaient partie de l'équipe :

https://www.msn.com/fr-fr/divertissement/celebrites/audrey-pulvar-les-milliers-d-euros-encaiss%C3%A9s-et-d%C3%A9voil%C3%A9s-par-l-ex-journaliste-avant-de-se-lancer-en-politique/ar-BB1fmUXH?ocid=msedgntp

hameau dans les nuages

@ Patrice Charoulet | 07 avril 2021 à 10:08

Sur la côte Atlantique ils viennent, suite à l'effondrement d'une dune, de découvrir d'anciennes mines de sel datant seulement, si j'ose dire, de 2 000 ou 3 000 ans.

https://www.sudouest.fr/gironde/la-teste-de-buch/bassin-d-arcachon-un-vaste-site-prehistorique-de-production-de-sel-decouvert-sur-la-plage-de-la-lagune-1953660.php.

Bourrage de crâne écologique: "c'était mieux avant" ; au village certains s'amusent à défaire les roumas bordant les champs pour redisposer en cercles les cailloux les constituant afin d'y faire des plantations potagères.

Le village étant situé sur l'ancien lit du gave d'Ossau et à côté des anciennes moraines frontales du glacier du même nom disparu il y a seulement 10 000 ans, les anciens au fil des générations et du travail de la terre avaient retiré ces cailloux afin d'avoir de la terre arable et d'en faire les clôtures.

Exilé

@ Tipaza
"Vous avez oublié l'amputation indispensable en cas de gangrène comme ici."

Il faudra surtout changer impérativement de médecins - nous devrions plutôt dire charlatans - comme ceux qui nous ont mis dans le pétrin depuis plusieurs dizaines d'années.

F68.10

@ Achille (@ Patrice Charoulet)
"C’est cela qu’on appelle un sophisme non ? À moins que ce ne soit de l’humour, bien sûr ! :)"

J'opte pour la seconde option.

Achille

@ Patrice Charoulet | 07 avril 2021 à 10:08

C’est cela qu’on appelle un sophisme non ? À moins que ce ne soit de l’humour, bien sûr ! :)

Denis Monod-Broca

@ Aliocha

Ce rêve, ou ce cauchemar, de Raskolnikov, dans Crimes et châtiments, est extraordinaire.
L’allégorie qui s’y déploie est la parfaite illustration du titre du billet de notre hôte, « La France n'est pas atteinte que du virus... » s’est réveillé et sévit en effet un virus pire que le SARS-CoV-2, celui de la violence mimétique. Pas de vaccin contre lui, mais un remède, un seul : faire un pas de côté, prendre du recul, tourner la tête (tendre l’autre joue)...

Patrice Charoulet

Un degré et 5 000 degrés

Sur France Culture, je tombe sur une mission scientifique où devisent des géologues éminents. J'entends ceci : sur notre planète, il y a quatre milliards d'années, on estime que la température était environ de 5 000 degrés !
Les militants d'EELV s'alarment d'une augmentation de la température d'un degré... qui aurait des conséquences effroyables.
L'expression consacrée serait, si j'ai bien compris, le « réchauffement climatique. » De 5 000 degrés aux températures actuelles, il y a surtout eu un refroidissement climatique, semble-t-il.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS