« Entretien avec Éric Neuhoff | Accueil | BHL n'a-t-il jamais été confiné ? Et nous ? »

26 avril 2021

Commentaires

Ellen

Le témoignage poignant de William Attal, frère de Sarah Halimi, qui connaît le dossier de l'assassin Traoré, nous ouvre les yeux. J'ai beaucoup appris grâce à lui et découvert ce que le psychiatre Paul Bensussan et la juge d'instruction nous ont caché.

https://www.youtube.com/watch?v=JPHBiZUIDwY

Une fois la loi votée, il serait juste qu'elle soit rétroactive pour organiser la reconstitution des faits et qu'un procès s'ouvre.
Seule condition pour que notre justice devienne honorable.

Louis

J'avoue ne pas comprendre ces errements judiciaires, il serait sage de les expliquer avec des mots simples. Pour moi il existe une victime et un assassin ; l'une fut sauvagement assassinée et l'autre semble avoir besoin de soins, ce n'est pas de sa faute, il pourrait aussi faire valoir des dommages et intérêts ! C'est l'abomination absolue, une famille pleure et l'autre se soigne à nos frais.

Lorsque la gendarmerie nous arrête pour un petit excès de vitesse, la présence de l'alcool en quantité est un facteur aggravant eh bien je comprends, sans doute mal mais c'est ainsi, que lorsqu'on massacre une personne sous l'emprise de la drogue, la responsabilité est atténuée...
Comprenne qui pourra, sympathie pour cette famille endeuillée.

Xavier NEBOUT

"Le président de la République, jamais à court d'une démagogie rentable"

Autrement dit une crapule ; mais alors, lorsqu'il faudra voter ?

Tipaza

Vu de ma planète, je constate que le droit tel qu'il est appliqué est de plus en plus légaliste et de moins en moins légitime.

Qu'est-ce que le droit et la loi, toujours vus de ma planète ?
Un ensemble de règles et d'interdits qui ont pour fonction de maintenir la cohérence de la société et de la faire vivre en bonne harmonie.

À l'évidence la décision de justice concernant cette affaire ne respecte aucun de ces objectifs, et se contente paresseusement de respecter chacun des articles du Code sans le moindre effort de cohérence globale pour le bien-être commun.
Pire même, sans se préoccuper des conséquences qu'elle entraînera.

Décision légale, certes, je ne discuterai pas de ce point.
Je ne connais rien en droit, mais décision illégitime. Il est inutile d'être docteur en droit pour constater que l'harmonie de la société n'a pas été améliorée par la sentence.

Le conflit entre légalité et légitimité semble être la règle de ce quinquennat marqué par une telle abstention à toutes les élections, qu'aucun des élus ne peut prétendre à une vraie représentativité.

Alors que des magistrats persuadés de leur importance et grisés par leur invulnérabilité légale se laissent à jouer aux exégètes des lois et suivent par une sorte de jeu intellectuel les méandres d'experts en psychiatrie, ne m'étonne pas.

Au-delà des textes abscons qui forment le droit, il y a la vie quotidienne, qui se contente prosaïquement de supporter les âneries savantes des docteurs de la loi.

L'absence de contre-pouvoir légal contre ces savants de la loi, façon médecins de Molière, peut conduire à un contre-pouvoir de la rue.

Ceci n'excuse en rien les insultes stupides que vous avez subies. Elles sont à des années-lumière de votre analyse de l'affaire.

Mais voilà, chacun parle de sa planète et pour le moment, le président qui devrait être capable d'expliquer, de convaincre, et surtout de répondre à la demande de sécurité, se contente de réciter comme un mantra ubuesque : "Je me bats pour le droit à la vie paisible", et "en même temps" prétend déconstruire une histoire, un passé, dont on se dit qu'ils furent plus paisibles au quotidien.

Un président hors sol, littéralement.

Exilé

@ Isabelle
« Une autruche parmi tant d’autres : Laurent Nunez.
Attentat de Rambouillet : « Depuis 2015, les quatre cinquièmes des auteurs d’attentats terroristes » en France « sont des ressortissants français », rappelle-t-il. »

Les gens qui nous rabâchent ce genre de constatation statistique mais déconnectée du réel se moquent du monde.
Être détenteur de « papiers » français est une chose, réagir en Français en toute circonstance selon toutes ses fibres en est une autre.
Il a fallu plus d'un millénaire pour élaborer avec patience une civilisation française.
Les parents soucieux de donner une bonne éducation à leurs enfants y consacrent une grande partie de leur temps, sans compter éventuellement les sacrifices consentis pour les placer dans les meilleures écoles.
Et la remise par des irresponsables d'un bout de papier administratif permettrait de se substituer sans aucun effort à tout cela ?

---------------------------------------------------------

@ Achille
« ce comportement de militaires félons »

J'ai l'impression que vous inversez les rôles.
Ces militaires sont manifestement ce que de nos jours on appelle des lanceurs d'alerte.
Et les félons seraient plutôt les hommes politiques et leurs séides administratifs qui depuis plusieurs dizaines d'années favorisent l'invasion de la France par des gens qui la haïssent.

Isabelle

« Le terroriste Jamel Gorchene était très proche des partis fréristes tunisiens Ennahda et al-Karama et a été influencé par le frère musulman Ali al-Qarradaghi que protège le Qatar. Hakim El Karoui couvrira-t-il encore les Frères musulmans comme ici au Sénat »
https://twitter.com/MohamedLOUIZI/status/1386754167713239045

Hakim El Karoui est un proche de Macron… Il faudrait creuser ce problème !
Macron qui avait pris comme garde du corps un certain Benalla ! J'ai aussi le blues quand je constate les comportements de ce président.

Ellen

Il est super ce haut magistrat François Molins. Il juge que ce n'est pas à la justice de faire des lois, elle ne fait qu'appliquer les règles, mais que c'est au législateur de les corriger quand elles sont mauvaises.

D'accord avec F. Molins, mais alors une question se pose, pourquoi les hauts magistrats et le Conseil supérieur de la magistrature ne tirent-ils pas la sonnette d'alarme et n'interviennent-ils pas avant ou pendant le vote à l'Assemblée pour corriger les politiques irréfléchis qui les votent sans penser aux conséquences graves pour les victimes ? Souvent les votes se font à minuit passé et à moitié endormis, sans le contre-pouvoir des professionnels de la magistrature. Deux yeux valent mieux qu'un.

https://www.youtube.com/watch?v=HyB6ayUsIHI

Isabelle

Vous n'êtes pas le seul à avoir le blues. De nombreux Français ont le blues mais ils sont amorphes. Déprimant !

Eric Zemmour hier soir a utilisé les bons termes. Nous assistons à une guérilla dans les quartiers hors contrôle. Quant aux actes barbares, il ne s’agit plus de terrorisme mais de djihadisme. La macronie ne réagit pas.

Florence Parly, au lieu de soutenir les militaires qui tirent la sonnette d’alarme, les sabre. Ce gouvernement est traître à son pays. Ses futurs électeurs seront les islamistes, les racailles, l’extrême gauche. Honte à eux.

La France a le blues !

Il y a de sérieuses raisons d'avoir le blues quand on entend les commentaires des macroniens au pouvoir qui nient la réalité des faits. Rien que les faits !

Une autruche parmi tant d’autres : Laurent Nunez.
Attentat de Rambouillet : « Depuis 2015, les quatre cinquièmes des auteurs d’attentats terroristes » en France « sont des ressortissants français », rappelle-t-il.

« Et alors ? Quel est le sens de cette remarque ? Vanter le succès de l’intégration sans doute. » G-W Goldnadel

Ce qui prouve bien que l’intégration et a fortiori l’assimilation ne fonctionnent pas, du moins pour certains qui préfèrent le fanatisme de leur religion et de leur culture.

Tous ces individus qui ne sont Français que pour toucher les allocations diverses et variées mais qui sont anti-Français de fait.

Xavier NEBOUT

Mais alors, comment peut-on condamner celui qui a fait trois morts sur la route en étant bourré avant de prendre le volant ?

sylvain

Bonjour Philippe,

Il m'est facile et non risqué de vous dire de continuer à vous battre contre toutes ces injustices programmées favorables aux criminels, aux racailles, aux islamistes et à une certaine communauté dont je n'ose même plus prononcer le nom tant elle me dégoûte, ce n'est même plus du racisme, c'est du vomi.

C'est un peu comme si je me cachais par lâcheté et vous envoyais au charbon en première ligne prendre tous les coups.

Votre blog surpasse tous les autres par votre liberté de pensée et vos billets qui reflètent la réalité que beaucoup refusent de voir par conformisme et soumission.

La bien-pensance officielle n'a aucun effet sur vous et dans peu de temps vous risquerez de courir un danger certain par votre résistance et votre refus de vous soumettre.
On vous taxera de populiste, d’extrême droite, de faire le jeu du RN, slogans has been gauchistes qui pour des gens comme vous sont des médailles, des titres de gloire.

Tout comme Zemmour qui est quotidiennement menacé de mort mais qui continue inlassablement de dénoncer cette destruction programmée de la France par Macron et ses alliés islamogauchistes, tenez bon, vous êtes un espace de liberté salutaire et vivifiant dans ce goulag de la pensée macronienne qui étouffe toutes les libertés différentes non autorisées par la propagande.

À ce sujet, hier soir dans Face à l'info on a vu un très grand Zemmour mais c'est raciste et populiste que de dire ça, nos malheureux gauchistes en ont pris plein leurs calbuts.

revnonausujai

@ sylvain | 26 avril 2021 à 18:18

Non seulement la marionnette Parly est ignoble, mais elle est nulle et ne connaît même pas les statuts des personnels de son ministère !
Elle parle de militaires en retraite et en "même temps" de devoir de réserve ; or la retraite n'est pas une position statutaire des militaires (loi 2005-70 du 24/03/2005) et par conséquent les retraités militaires sont dégagés de tout lien juridique avec les armées ; d'autre part le "devoir de réserve" ne s'applique que sur des dires ou écrits ayant lien au service.

Comme tout citoyen, le militaire retraité est libre de son expression, dans la limite du droit applicable à tout citoyen ou de la compromission d'information nuisant au secret de la défense nationale ; il se trouve que le caractère nuisible de LREM n'a vraiment rien d'un secret d'Etat !

Achille

« Lundi blues... »

Il y a bien d’autres raisons d’avoir le lundi blues.
Par exemple ce quarteron de vieux généraux en retraite qui se mettent à vouloir nous refaire le coup d’Etat d’Alger avec la bénédiction de Marine Le Pen qui soudain montre son vrai visage. On revient aux bonnes vieilles méthodes de l'extrême droite, même si elles n'ont pas vraiment fonctionné.
Et Eric Zemmour de balayer d’un revers de main ce comportement de militaires félons comme s'il s'agissait d'un "détail", hier soir dans son édito de Face à l’info.

On peut aussi avoir le blues quand on voit la campagne des écolos pilotée par le pathétique Julien Bayou, qui a pris pour cible les "boomers", autrement dit ces "vieux" nés sous la IVe République et qui, selon lui, se fichent comme d’une guigne du climat et de l’avenir de la planète puisque bientôt ils ne seront plus concernés.
Il a même poussé la veulerie jusqu’au bout, il s’est finalement excusé en disant qu’il n’avait pas validé ce projet de campagne.

Oui, il y a vraiment de quoi avoir le blues face à une opposition aussi pitoyable.

Ellen

Je suis d'accord à 100 % qu'il faut très vite changer la loi.

https://www.youtube.com/watch?v=i_zFEAgbllA

Pour l'assassin Traoré pas de procès pour lui au motif d'une abolition de discernement après une consommation chronique de cannabis aggravée par l'assassinat atroce de Madame Halimi est incompréhensible et inadmissible.

Donc que ces experts-psychiatres nous expliquent pourquoi il n'y a pas aussi l'abolition de discernement lorsque par exemple la police interpelle un conducteur au volant et constate qu'il est sous l'effet de la drogue et d'alcool ayant causé ou pas un accident. Il y a automatiquement sanctions: le retrait du permis de conduire immédiat et convocation au tribunal de police avec une amende et condamnation possible.

Notre justice est incompréhensible aux yeux des Français et même du monde entier.

Tomas

Je comprends parfaitement votre désarroi face à la curée médiatique du moment, mais vous y êtes un peu pour quelque chose, pardon de vous le dire. Il vous arrive souvent à vous aussi (à chaque attentat islamiste, chaque fois que l'"honneur de la police est mis en cause") d'y participer par vos prises de position caricaturales et populistes, j'ose le gros mot.
Mais la nuance à géométrie variable, c'est mieux que pas de nuance du tout, pour conclure sur une note positive !

Aliocha

OK Wil, on y retourne, a one, two, three, four :
Serves Me Right To Suffer !

https://www.youtube.com/watch?v=kdLz-Rr3Eho

Jovien

Excellente, l’interview du psychiatre expert Paul Bensussan à laquelle votre billet renvoie. Je tique un peu cependant : « […] Ce que nul ne sait, hormis peut-être les psychiatres traitants qui en ont la charge depuis quatre ans. Rien ne permet d’exclure l’hypothèse que Monsieur Traoré souffre aujourd’hui d’un trouble psychiatrique chronique, dont la bouffée délirante aiguë aurait été la manifestation inaugurale. Si tel n’était pas le cas, il aurait pu être renvoyé en prison dans l’attente de son procès, et non maintenu dans une structure de soins où les places sont comptées. »

Autrement dit, ce psychiatre a rencontré deux fois l’assassin (en mai et juin 2018), et ne sait rien de son état actuel, il ne fait que supposer qu’il n’est pas mentalement en bonne santé puisque il n’a pas été envoyé en prison. Il me semble pourtant que pour estimer l’état mental de l’assassin au moment des faits, la connaissance de son état mental actuel ne serait pas inutile.

boureau

"Lundi blues" (PB)

Laissez passer un sanglot cher P. Bilger. Ça soulage !

Vous en avez vu et entendu d'autres ! Et sans doute que cela ne fait que commencer.

Vous savez qu'il est vain, même du côté du droit, d'avoir raison contre certaines communautés.

Souvenez-vous de La Fontaine : sans rien lâcher, à la fin, le roseau gagne contre le chêne.

Cordialement.

Giuseppe

Dans la foulée et juste pour le plaisir, j'en ai profité pour le parcourir à nouveau, dans un coin oublié mais que je venais de ranger récemment, avant-propos de B.B. King:

https://i.goopics.net/4opmZ.png

"Ainsi, dans notre monde et dans le climat actuel, on serait islamophobe ou, pire, nazi seulement en exerçant sa liberté critique (...) Il y aurait donc des sujets sur lesquels il faudrait impérativement se taire. Sauf à jouir d'être criblé de flèches aussi ineptes et insultantes les unes que les autres." (PB)

Entre la fosse d'aisance des réseaux sociaux qui n'apporte rien au fond, par association d'idées avec les premières pages des Ritals de Cavanna, le travail "d'égoutier" de son père, il n'y a qu'un pas.
La seule différence - et pas des moindres - est que ce dernier en avait juste besoin pour manger, vivre.
Alors que les réseaux sociaux si vous n'avez rien à vendre, le principe dans la majorité des cas est de ch*er sur la gu*ule des autres, une sorte de jeu, le plaisir sans contrainte bon pour les repus.

semtob

Cher Philippe,

Nous nous sommes déjà exprimées sur ce sujet très douloureux il y a plusieurs mois.
Les expertises, vous le savez très bien, ne sont jamais fiables.
Un épisode de bouffée délirante n'a rien à voir avec la schizophrénie. Et généralement, la personne qui traverse un épisode de bouffée délirante a plutôt tendance à s'insulter, à se mettre en danger. C'est un décalage entre l'état de veille et l'état de sommeil qui produit des phénomènes hallucinatoires et ceux-ci se confondent avec des projections d'angoisse ou de désir.

Nous ne comprenons pas pourquoi cette projection hallucinatoire peut être confondue avec la production hallucinatoire liée à des prises de drogues légères, prises volontaires ou liées à une dépendance, celles-ci ressemblant plus à des délires paranoïdes.

Le vide juridique évoqué veut distinguer l'état pathologique sans prise de drogue de celui qui survient suite à une désynchronisation veille/sommeil suite à une réaction émotionnelle grave de type psychose de guerre ou psychose post-traumatique.

Il est nécessaire à notre avis de distinguer ces deux états pour déterminer la nécessité d'un procès ou non.
Convoquer un individu non responsable devant un tribunal serait une régression judiciaire. Par contre, préciser la procédure judiciaire en cas de prise volontaire de drogue serait une avancée. De plus en plus de terroristes font usage de drogues pour accomplir leur passage à l'acte et si leur irresponsabilité devait être facilitée par cet usage, cela présenterait un réel danger pour la société.

Ce sont des distinctions très difficiles à comprendre par les spécialistes eux-mêmes et la volonté d'apporter des précisions juridiques s'avère une nécessité.
Cette proposition de loi doit être étudiée très précisément pour répondre à des conduites nouvelles et ne pas aliéner les protections des personnes irresponsables pénalement. Ce travail a été exploré il y a plusieurs décennies en criminologie pour distinguer les actes commis sous hypnose des actes commis en toute conscience.

Certains terroristes souhaitent un procès pour diffuser leurs idéologies et utilisent déjà depuis quinze, vingt ans les médias pour montrer leur agissements criminels à des fins de propagande et de créer un climat de terreur. L'idée d'Eric Dupond-Moretti de filmer les procès peut contribuer à faciliter la diffusion d'idéologies meurtrières et nécessite une réflexion globale.

Que faut-il partager, le deuil, la colère, l'effroi, le déni de réalité devant ces actes barbares ?
Le déni de réalité qui est un mécanisme de défense utile pour différer la prise de conscience d'un problème, ne peut perdurer et s'ouvrent devant nous soit un horizon macabre, funeste, qui ne peut qu'empirer, soit des décisions factuelles pour enrayer l'évolution.

Si l'Etat considère qu'il n'existe qu'un sentiment d'insécurité en France et refuse d'observer la réalité, c'est que l'Etat est suicidaire.
Il semble que l'inacceptable ait déjà atteint ses limites et que des actions doivent être mises en œuvre avant que cela parte de tous les côtés, à l'initiative de milices, d'intégristes, de justiciers en herbe et autres bêtises que l'on ne peut imaginer.

La disparition des débats détruit la nécessité d'argumenter et laisse place aux injures, aux incivilités, aux insultes. La provocation triomphe et l'espace judiciaire deviendra une arène, un lieu de combat physique sans réaction digne de ce nom.
françoise et karell Semtob

Lodi

On aura toujours des islamistes puisque le venin musulman s'est diffusé à une partie des citoyens français.
Mais on peut en diminuer l'augmentation en interdisant toute nouvelle immigration musulmane.

Il ne sert à rien de s'exciter contre la Justice et monsieur Bilger parce que telle ou telle peine ne semblerait pas assez forte.
Autant fouetter la mer.

Par contre, les polders et autres barrages existent.
Il faut interdire toute immigration musulmane.

Pas d'immigration légale de musulman.
Pas de régularisation de musulman.

Si on ne parvient pas à distinguer le musulman du normal, il faut interdire toute immigration.
Eh oui, il n'y a pas de fatalité à ouvrir la porte aux arriérés-arriérants. Il y a eu mutation : des immigrés ont rendu pour le bien d'être ici le mal de l'ingratitude.

Et il s'agit de bouddhistes ? De chrétiens ? D'athées ? Bien sûr que non, les ingrats sont toujours des musulmans.
Les croyants disent de juger un arbre à ses fruits ? Dans ce cas, définissons l'Islam comme la religion de l'ingratitude et traitons-là en conséquence.

Bien sûr, au niveau de la Justice, il ne faudrait pas condamner un musulman comme musulman.
Mais si tout le monde a droit à la justice, il n'existe pas un droit à l'immigration.
Par contre, tout peuple a le droit de trier l'immigration ou de la refuser si on ne peut la trier. Si tout peuple a le droit de choisir ses immigrés, il est évident qu'il faut refuser les musulmans, seuls immigrés à rendre le mal pour le bien, et dont les enfants sont encore pires. Ce qui en dit long sur la religion de l'ingratitude comme sur l'aveuglement français, nous croyons que nous arrivons à éduquer les arriérés, ce qui n'est manifestement pas le cas.

À présent, pour la peine.
Il est bien évident qu'on peut être fou et antisémite, déséquilibré et pire si on prend des drogues.

Je voudrais un changement dans la loi.
Ne plus persécuter le drogué parce que drogué : je n'ennuie personne et on vient m'importuner.
Par contre, je prends volontairement de la drogue, et que fort de ma défonce je viens tuer le voisin, que le risque que j'ai volontairement pris ne me dédouane pas.
Il serait temps de se rappeler que le corps de chacun lui appartient : sauf si on conduit, opère un malade et autres choses du même genre, on n'a pas à atteindre des sommets de lucidité. Il faut seulement l'être assez pour ne pas prendre ce qui est soit trop fort pour soi soit dans des circonstances où le moindre écart est grave.

Parallèle avec la religion.
Toutes les religions sont dangereuses, surtout les monothéistes et surtout l'Islam.
Plus dangereuses que les drogues, et de loin. Pourtant, ou parce que, on ne les interdit pas.
Par contre, il est opportun, si on est atteint par une religion, de se surveiller plus qu'un incroyant vu les abus auxquels elle pousse. Surtout si on est un musulman, vu le niveau de cette religion.

Un pays n'a pas à interdire une religion.
Mais comme nous le voyons, l'Islam est une religion arriérante donc inopportune, aussi tout pays doit refuser l'immigration musulmane de même qu'on ne laisse pas approcher un drogué d'une personne à opérer.
Chaque pays a le devoir de se préserver et de progresser, certainement pas à ouvrir sa porte aux arriérants.
Notre pays n'a pas le devoir de régresser pour se mettre au niveau des indésirables, il n'a même pas le devoir d'essayer de les mettre à niveau... La France n'est pas un hôtel international ouvert à la lie de la terre, elle est un territoire qui vit pour lui-même, comme toute nation qui se respecte, et ne doit s'ouvrir qu'aux meilleurs.
Donc aux compétences. Et se fermer aux pires, donc aux musulmans. Si un je ne sais quoi n'a pas de compétence, il n'apportera pas grand-chose, si un musulman a des compétences, il peut les mettre à rendre le mal pour le bien, et ses enfants ont encore plus de probabilités pour le faire... Donc on peut tolérer des incompétents mais pas des musulmans, graine d'ennemis de l'intérieur.

Il faut arrêter de croire que la loi, l'éducation vont tout résoudre : on ne fait pas boire un âne qui n'a pas soif.
Et de plus, toutes ces lois ont des effets collatéraux liberticides sur des non musulmans, par exemple pour l'éducation à domicile qu'il est très raisonnable de donner à ses enfants si on en a les moyens, tant pour éviter les musulmans que pour donner une éducation bien plus poussée que ce qui est possible dans des classes nombreuses avec le désordre et le conformisme poussant vers le bas quand le bon élève est le bouffon.

On fait n'importe quoi : s'ouvrir aux pires et s'étonner que les pires fassent le pire.
Au lieu de tordre la loi en prétendant les irresponsables responsables il faut :

- Être responsable : plus d'immigration musulmane.

- Drogué, tu es libre mais si tu tues, on ne t'excusera pas... Tu n'es pas coupable parce que tu te drogues comme le buveur au temps de la Prohibition mais coupable si tu canardes ton prochain... Qui ne supporte pas l'alcool ou autre chose est coupable de ne pas s'en tenir au thé ! Cela ne fait pas de tous les non amateurs de tisane des coupables. Bref, ton corps t'appartient, pas celui du voisin... Et qui se met en danger de perdre la raison n'a pas le droit d'en faire une excuse !

- Citoyen, tu as le droit de récupérer ta souveraineté, tes frontières, et de maintenir dehors les indésirables sans parler de ceux qui se sont infiltrés chez toi... C'est sans doute même un devoir.

Par contre, il est immoral que parce que tu n'as pas su le faire et que les conséquences inévitables de la présence musulmane se font sentir, de diaboliser les juges pour le crime de ne pas faire une crise, violer les lois, faire de l'agitation pour masquer ta complicité avec la situation que tu as laissé s'installer par ta complicité...

Il n'y a pas de nazi, dans l'affaire qui nous occupe, mais des gens qui en laissant des musulmans s'infiltrer chez nous, provoquent l'aggravation de l'antisémitisme, de la violence et en somme des milles maux que la religion de l'ingratitude dissémine sur son sillage.

Ellen

Monsieur Bilger, mettez-vous à la place des familles des victimes. Que ressentiriez-vous dans votre coeur, votre chair, en tant que père, grand-père si c'était un de vos enfants, petits-enfants ou un de vos proches que vous aimez par-dessus tout à qui un assassin islamo-terroriste enlève la vie en vous laissant dans la plus grande douleur pour la vie ? Allez-vous encore parler d'un état de droit parce que les psychiatres ont décrété ce type pénalement irresponsable de l'assassinat parce qu'il se droguait et, pris d'une bouffée délirante, est passé à tuer ?

Méditez quelques minutes et tachez de vous mettre à la place de la victime et de sa famille ! Je vous souhaite de ne jamais connaître, vous ou vos proches, le même sort que ce que peuvent vivre les victimes. Leurs vies sont brisées à jamais. Aujourd'hui, l'assassin est soigné en psychiatrie aux frais des contribuables, son ou ses avocats lui ont été attribués d'office gratuitement pendant que les victimes sont obligées de payer leurs propres avocats et s'entendre dire que pour cet assassin il n'y aura pas de procès. Vous comprenez pourquoi la colère monte ?!

Fichus sont l'Etat de droit et la justice. Les lois doivent être changées sinon c'est vous qui payerez l'addition.

Vous voyez, quand je suis en colère, je vais droit au but.

sbriglia

Bobard d’or décerné à Laurent Nunez : les quatre cinquièmes des attentats islamistes sont commis par des nationaux et non par des étrangers en situation irrégulière...

C’est beau comme l’antique !

Ben oui, braves gens, les Ahmed, Omar et autres Kechiche sont de purs Français !
Vous voulez le vivre-ensemble, vous l’avez.

C’est mon « lundi blues » à moi, mais je crains bien qu’il ne dure jusqu’à dimanche et au-delà...

P.-S.: et pourtant, ce matin, pose de la fibre chez moi par un sous-traitant de mon FAI.
Un Algérien et un Tunisien.
D’une éducation, d’une gentillesse, d’une efficacité remarquables. Ramadan oblige, ils n’ont même pas voulu que je leur offre à boire.
Et c’est ainsi qu’Allah est grand !

Philippe

Tout mon soutien à vous. Ce hashtag est odieux
Soyez assuré que ceux qui participent à votre blog vous respectent et surtout vous apprécient

Néanmoins, je comprends votre blues mais je me permets de vous exprimer mon désaccord avec vous concernant les dernières décisions de justice.
Je crains que les juges aient perdu le sens commun qui fait la différence entre l’application des lois et l’esprit des lois. Ils se sont depuis longtemps complètement déconsidérés avec l’affaire du « mur des cons », avec leur célérité suspecte concernant l’affaire Fillon, avec l’acharnement sur cinq ans pour trouver une taupe au sein du PNF en surveillant des avocats, en innocentant des passeurs, en faisant preuve d’un laxisme évident dans la décision d’incarcération de multirécidivistes, enfin en multipliant les expertises pour trouver, contre toute évidence, une solution pour permettre une mise en examen afin de se mettre en phase avec le tribunal médiatique...

Robert

"J'ai appris que, pour moi qui ne sors pas de mon compte Twitter, certains avaient eu l'ignominie de créer un hashtag bilgernazi et d'oser accomplir cette odieuse banalisation historique. J'ai fait un signalement à Twitter mais je crains de devoir me contenter de mon indignation."

Comment ne pas vous rejoindre et vous assurer de mon entier soutien, Monsieur Bilger, quand vous êtes l'objet d'une telle ignominie.
Mais ce n'est pas la première fois que l'on vous inflige cette insulte qui ne peut que vous atteindre dans votre plus profonde intimité.

Ceci étant, vous évoquez à nouveau le cas de Kobili Traoré tel que l'a traité la Cour de cassation :
"Cette dernière ne s'est pas expliquée par l'usage de drogue. L'analyse des experts a constitué la drogue un co-facteur ayant engendré une bouffée délirante schizophrène, qui a conduit l'assassin à assimiler démon et juif. Cette élucidation qui soutenait - et comme l'âme humaine est complexe, même la pire ! - que l'on pouvait être à la fois un fou et un criminel antisémite était trop sophistiquée pour être aisément appréhendée et ne résistait pas, dans l'opinion publique, au point de vue minoritaire du docteur Zagury affirmant que l'usage volontaire de drogue avait seulement "altéré" la responsabilité pénale de Kobili Traoré et que donc une cour d'assises pouvait le juger."

J'ai écouté ce matin Luc Ferry sur Radio Classique. Il exprime un point de vue qui va dans le sens de l'analyse du docteur Zagury quant à une altération et non une abolition de son discernement. De fait, l'arrêt de la Cour de cassation trouble profondément le public. Mais elle dit le Droit et forme la jurisprudence. Le problème est bien lié à la notion spécifique de "bouffée délirante".

La question est bien de savoir si la folie alléguée est un état permanent et si une bouffée délirante abolit totalement ou partiellement le discernement.

Si l'on veut avoir une appréciation juridique particulièrement détaillée et fondée, sans doute n'est-il pas inutile de lire l'analyse qui en est faite
sur le site Liberté, Libertés chéries qu'on lira ici :
http://libertescheries.blogspot.com/2021/04/affaire-halimi-labolition-du.html
et qui conclut : "Mais la décision de la Cour de cassation s'analyse surtout comme un appel au législateur. En visite en Israël, le président Macron avait affirmé qu'il convenait d'attendre la décision de la Cour pour apprécier s'il y avait lieu de modifier la loi. La Cour lui répond clairement qu'il faut modifier la loi, et elle a le courage de le faire, même si elle n'ignore pas que sa décision risque d'être incomprise."

Guzet

Tous les exemples cités peuvent être discutés à l'infini, mais il est au moins un cas où le pouvoir judiciaire est indéfendable, quelles que soient les solidarités corporatistes, ce sont les perquisitions dans le bureau et au domicile du ministre de la Santé en peine pandémie... Qui ose les justifier ?

hameau dans les nuages

Nous sommes sur un volcan et crèvent à la surface de la lave incandescente des bulles de gaz soufré. Ce n'est pas grave. Ce n'est que le début.

.

sylvain

Ignoble Florence Parly qui a le culot de donner des leçons aux généraux ; cette lèche-babouches collabo islamiste macronienne qui participe avec son gouvernement à la destruction de la France et à son invasion criminelle arabo-africaine.
Parly et ses complices de La Racaille En Marche est une faute politique à elle seule, responsable et coupable de tous ces crimes d'innocents dus à leur empathie avec les islamistes.
À cette heure à Rambouillet, le rassemblement de la honte du gouvernement pour la policière assassinée, aucun remords, aucun scrupule, quelle horreur !

Florence Parly, taisez-vous par pudeur pour la famille de Stéphanie.

Michelle D-LEROY

En ce qui concerne Twitter, on constate que les GAFAM sont plus prompts à intervenir pour supprimer ou suspendre les comptes lorsque c'est Trump ou chez nous, Eric Zemmour, qui dérangent avec des propos abrupts que les twittos malveillants ou odieux et qui diffusent la haine.

J'avais d'ailleurs fait une même constatation après avoir lu Gilles Kepel qui décrivait la page Facebook du tueur de Rambouillet. Les GAFAM semblent bel et bien utiliser le deux poids deux mesures, car il y a longtemps que ce genre de compte Facebook aurait dû être coupé.

Ceux qui vous traitent de "bilgernazi" ne sont que des sots au mieux, des imbéciles qui en veulent au monde entier, au pire. Tous ceux qui vous connaissent voient bien que ce venin est une injure inacceptable. C'est d'ailleurs ce terme "nazi" qu'emploient tous ceux qui voudraient faire taire ceux qui pensent différemment d'eux et particulièrement dans l'affaire sensible de Sarah Halimi qui rappelle de difficiles souvenirs, même si l'antisémitisme a changé de camp.
C'est trop facile.

Quant à l'idée de Mme Hidalgo de nommer une rue de Paris du nom de SH, cela me paraît totalement démago... surfer sur une actualité qui peut rapporter des voix.

Car il est bien normal qu'après avoir mené une brillante carrière dans la justice, vous nous expliquiez votre sentiment concernant l'exonération de responsabilité de Kobili Traoré et que vous ayez à coeur de défendre une profession intègre parce que vous l'étiez lorsque vous l'exerciez.

Malheureusement, il reste l'opinion qui interprète les choses autrement.
Moi-même, je le répète, totalement profane dans le domaine, je doute quand même de ce verdict même si M. Molins, que je respecte beaucoup, a expliqué les motifs de cette décision. Ainsi, si ce KT sort soigné de son addiction, il restera libre après un crime pareil ? C'est difficile à entendre.

D'abord, je voudrais rappeler que depuis le "mur des cons", la justice a été sacrément mise en doute dans l'opinion publique. Une tache indélébile. Ensuite, l'affaire Fillon menée à grande vitesse alors que de nombreuses affaires traînent en longueur.

Enfin, il règne actuellement un climat bien spécifique avec une politique qui vise constamment à minimiser les méfaits d'une immigration qui déborde, dont une frange est antisémite, on le sait, et qui s'en prend aux FDO dès qu'elle le peut. L'insécurité qui domine sans que rien ne soit fait pour sanctionner sévèrement les responsables, exaspère les Français.

C'est donc un ensemble de faits, de renoncements, de remises en liberté, de peines non effectuées, de récidives graves qui mènent à ce constat et forcément la justice est dans le viseur d'une opinion qui n'en peut plus de cette ambiance délétère d'insécurité permanente.
Le pire étant que le Président et son entourage adaptent leurs discours et leurs actes selon les circonstances et c'est en effet pire que tout, pour l'opinion à cran.

Même si on reste persuadé (et moi-même en particulier) qu'une majorité de juges fait très bien son travail en toute impartialité, on doute quand même de certains verdicts, de certaines remises en liberté pour des multirécidivistes. Les juges ont sans doute un souci d'apaisement, or ils apparaissent laxistes ou mous. C'est la perception qui domine.

Lorsqu'au procès de Viry-Châtillon, un juge dit aux jeunes inculpés qu'ils sont des chances pour la France, tandis que tous les jours on nous parle d'émeutes, de tirs de mortiers contre les FDO, de caillassages, et que ceux-ci ont voulu incendier des policiers pour les tuer, il est permis de douter de ces juges-là.

Ce sont les paroles même de la gauche et de la gauche immigrationniste et islamo-gauchiste, qui défendra toujours plus un jeune de cité et demandera une justice exemplaire contre des jeunes de type GI.
C'est un ressenti dans une situation qui devient irrespirable, les Français ont aussi le blues et les deux procès se sont cumulés dans l'esprit des non initiés.

Comment donc ne pas douter ?

Isabelle

Twitter et les réseaux sociaux.

Les mesures de Darmanin sur la haine en ligne sont aussi débiles que celles de Laetitia Avia.

Pendant que le terroriste islamique de Rambouillet s’abreuvait de vidéos djihadistes sur YouTube, YouTube était occupé à suspendre les comptes de Sud Radio, CNews et Pascal Praud.

Quant à tous ces barbares, celui qui a torturé et défenestré Sarah Halimi, celui qui vient de tuer à coups de couteau une policière à Rambouillet, on se moque éperdument de leurs frustrations et de leur passé de pauvres victimes permanentes, ils ont tué des innocents. Trop facile d'implorer la clémence.
Toutes les victimes d'un passé difficile et elles sont nombreuses, ne tuent pas les autres de manière barbare.

On en a marre des pleureurs ou pleureuses à la Germinal de Zola !

Mitsahne

Soutien complet à Philippe Bilger que je trouve encore bien trop gentil.
Depuis quelques semaines, je ne décolère pas devant les ignominies de la justice française et les déclarations imbéciles de quelques-uns de ses représentants.
Tellement énorme et révoltant.

sbriglia

Et ce fut l’honneur des musulmans que la présence de l’Imam Chalghoumi lors de la manifestation en faveur de Sarah Halimi ainsi que ses mots très forts pour Stéphanie et sa condamnation sans appel de son assassin.

M’est avis que cet homme devrait regarder derrière lui car il va déchaîner la foudre des illuminés.

Courageux, forcément courageux l’Imam !

Achille

« Il y aurait donc des sujets sur lesquels il faudrait impérativement se taire. Sauf à jouir d'être criblé de flèches aussi ineptes et insultantes les unes que les autres. » (PB)

Nous vivons dans un monde d’intolérance et de violence. Les réseaux sociaux n’ont fait qu’amplifier cette ambiance délétère.
Vous livrez là un combat bien difficile car ces actes terroristes commis par des fous d’Allah sont de plus en plus insupportables aux yeux des citoyens et le fait que la Justice déclare ces déments irresponsables est inacceptable pour beaucoup de gens, à commencer par les familles des victimes.
Tout mon soutien pour les attaques ignobles dont vous êtes l’objet.

Denis Monod-Broca

On comprend que ayez le blues, Monsieur Bilger.
Que toute cette violence, même si elle surtout « virtuelle », est inquiétante !
Pire encore : que l’aveuglement de nos élites devant le rôle de la loi, leur ignorance du rôle de la justice, sont inquiétants !

sbriglia

Cher hôte,

Il n’est pas interdit, dans un État de droit, de critiquer une décision de justice sans qu’aussitôt ne viennent gémir magistrats et Conseil supérieur de la magistrature...

Il n’est pas interdit, dans un État de droit, d’écrire que la dernière sortie médiatique de François Molins fut indigne d’un capacitaire en droit...

Il n’est pas interdit, dans un État de droit, de relever que la Cour de cassation avait statué en sens contraire en 2018 et écarté comme cause d’aliénation passagère la prise de drogues...

Il n’est pas interdit, dans un État de droit, de savoir que la Cour de cassation dit son droit, que celui-ci devient alors le droit jusqu’au revirement à venir, et que l’interprétation de la Loi fait les beaux jours de la Cour...

S’il n’est pas convenable, dans un État de droit, de condamner les fous, il est encore moins convenable de déléguer à des experts, aussi talentueux soient-ils, le soin de dire le droit et de ranger le peuple juré au rayon des accessoires...

Enfin il n’est pas interdit, dans un État de droit, de considérer que justice n’a pas été rendue et que la Cour de cassation, fût-elle au sommet de la pyramide judiciaire, est faillible comme toute institution humaine.

Pas de quoi avoir le blues donc, si ce n’est par corporatisme aveugle...

Quant aux tweets nauséabonds essayez de vous blinder enfin contre l’imbécillité ou vous finirez comme Zweig.

Claude Luçon

"L'analyse des experts a constitué la drogue un co-facteur ayant engendré une bouffée délirante schizophrène, qui a conduit l'assassin à assimiler démon et juif" (PB)

Pas porté sur le lundi blues, pas plus que les autres jours de la semaine, je penche plutôt vers la lundi indignation.

Nous avons la Justice que nous méritons et, tout compte fait, elle fonctionne plutôt bien.
Elle applique les lois que nos élus lui imposent de respecter !
La faute est chez les élus, pas chez les magistrats ! Les lois sont la drogue du député et du sénateur !
Les magistrats ont cependant un handicap, un tort peut-être, sur lequel il serait bon de se pencher : les experts !

Ces experts se basent sur la psychiatrie, or la psychiatrie n'est pas une science exacte, loin s'en faut, tout le monde le sait, y compris le monde médical !
Nous sommes dans le domaine de la spéculation, de la divination, pas de la logique scientifique.
Au point que nous avons maintenant des neuropsychiatres dont la science est basée sur la chimie et la physique du cerveau, là on rentre dans la science, pas dans les cogitations plus ou moins tortueuses d'un "expert" !

Le résultat est le défilé d'experts se contredisant dans nos tribunaux et que, finalement, ce sont les magistrats, les juges et les jurés qui doivent décider de l'état mental d'un assassin en jonglant avec les lois et leur myriades d'articles !

Car, dans le prolongement des deux lignes de Philippe citées ci-dessus, à quoi le tribunal est-il confronté ?
Un individu ayant commis un crime abominable dans un moment dit ou supposé d'inconscience.
Sa conscience ayant été occultée par un agent chimique d'un type ou de l'autre !

Creusons cela !
Il était conscient avant, dans son état normal ses cogitations intimes étaient clairement antisémites et de fanatisme islamique, pensant, croyant interpréter le Coran, qu'il fallait se débarrasser des juifs, même s'il était, lui aussi, un voisin si gentil et si serviable, ces qualités communes à nos terroristes meurtriers si l'on en croit leur entourage.
À croire qu'il n'y a que les gentils qui tuent au nom d'Allah en France !

Qu'on l'accepte ou non dans son état normal il y avait une pensée de préméditation, une pensée criminelle. Pas de démon, sa propre pensée et compréhension de sa religion
L'agent chimique coupable dans cet immonde individu n'a pas eu à chercher bien longtemps dans son cerveau et son coeur : le motif du crime était là à sa disposition il n'avait qu'à l'appliquer !
Il n'a pas cherché ! Pas d'idée de se jeter lui-même par la fenêtre, d'aller violer une chrétienne, de déposer une bombe dans une église, de partir en Irak rejoindre Daech...
Non ! Son cerveau a utilisé le moyen évident omniprésent dans ses neurones.

Il semble donc qu'on puisse interpeller cet individu dans le cadre de la préméditation, son cerveau était l'imam sous forme de drogue qui a conduit ses bras au crime. La simplicité même !
Culpabilité donc dans le cadre de l'incitation à la haine, l'incitation au crime était sienne ! Elle était bien implantée en lui avant l'acte ! Qu'on sache ce qu'il a fait supposément inconsciemment ou non n'est pas la cause du crime, sa pensée et sa conscience le sont, elles étaient siennes, en lui !

Or ce qu'il faut éradiquer, qu'on nous rabâche quotidiennement, où des gens manifestent contre, c'est précisément ce genre de pensée, que ce soit antisémitisme, antiracisme...

Un jugement s'imposait donc, car dans ce cadre il était plus qu'un assassin !
Qu'on élimine les experts des procès !
Nos magistrats et avocats sont tout aussi intelligents, mieux préparés et plus capables qu'eux ! (Ceci n'est pas du fayotage.)

En plus de l'acte, c'est ce qu'il y a derrière l'acte, caché derrière la fumée d'un joint ou les divagations d'une drogue qu'il faut juger ! Dans son cas : usage de stupéfiants plus fanatisme islamiste avec le meurtre !

Cette attitude constante de tolérance au nom d'une dérive mentale des temps modernes n'est pas une preuve d'humanisme, c'est une preuve de pusillanimité ! Un manque de courage, une pitoyable trouille individuelle de nos élus en nous pondant loi après loi sans jamais attaquer franchement les problèmes !

MLP a beau jeu de le répéter et récolter les votes des citoyens !
Comme l'a été la suppression de la peine de mort : on se donne une bonne conscience, on s'auto-sanctifie, tout en laissant s'entre-massacrer hommes, femmes et enfants en tous points du globe ou les atomiser à coups de bombes intelligentes.
Être magistrat doit imposer d'être voyant et joueur d'échec-poker en écoutant les experts distribuer les pions ?

Les Français sont perdus nous répètent nos commentateurs sociaux et politiques, ces autres experts en tout et en rien, pas étonnant !
Aucun de ces experts n'a vécu au milieu d'hommes et de femmes, au sein d'une entreprise, d'une organisation humanitaire ! Non !
La plupart ont acquis leurs expertises dans des bouquins écrits par d'autres experts, lesquels avaient ...
Je propose que nous commencions à expertiser les experts, c'est urgent quand on en arrive au cas Sarah Halimi !

Marc Ghinsberg

Il m’arrive d’être souvent critique par rapport à vos prises de position. Cela ne m’empêchera pas de vous apporter mon soutien dans cette circonstance.

Même si je suis troublé par l’attitude de la magistrate qui a instruit le dossier : réticence à qualifier le crime d’antisémite, refus d’effectuer une reconstitution, j’ai compris votre argumentation et celle de François Molins. Elles sont évidemment tout à fait recevables. Je suis choqué par le hashtag ignoble qui vous vise, et le fait de ne pas être le premier ni le dernier à subir de telles abjections ne constitue pas une consolation.
On aurait le blues à moins.

C’est le moment de se souvenir du mot de Cyrano : « On n’abdique pas l’honneur d’être une cible ».

duvent

Mais non, il ne faut pas ! Tout passe et disparaît y compris le blues...

https://www.youtube.com/watch?v=1eNSWZ4x2ZU

F68.10

"...j'ai appris que, pour moi qui ne sors pas de mon compte Twitter, certains avaient eu l'ignominie de créer un hashtag bilgernazi et d'oser accomplir cette odieuse banalisation historique. J'ai fait un signalement à Twitter mais je crains de devoir me contenter de mon indignation." (PB)

Effectivement, cela n'est pas acceptable. Je serais curieux de connaître les suites que Twitter accordera à cela.

Il convient de rendre ce genre d'accusation de nazisme infamante pour leur auteur. Je m'en suis collé une, d'accusation-comparaison de nazisme, dernièrement... en défendant l'idée que l'État avait le droit de mettre en place des obligations vaccinales. Il convient d'humilier impitoyablement ce type d'abrutis.

Je ne comprends pas pourquoi on prend des gants avec ces gens-là. Ou qu'on considère que faire le dos rond relève de la décence.

Exilé

J'ai appris que, pour moi qui ne sors pas de mon compte Twitter, certains avaient eu l'ignominie de créer un hashtag bilgernazi et d'oser accomplir cette odieuse banalisation historique.

Bien entendu, avant même d'émettre le moindre commentaire sur le billet du jour, nous ne pouvons que trouver ignoble ce genre d'amalgame et assurer Philippe Bilger de notre soutien devant cette agression totalement injustifiée.

Giuseppe

Allez donc savoir pourquoi, pas un personnage ne m'inspire la vacuité plus que lui, il a tout essayé, rêvé d'être un élu important, il m'a toujours fait penser à un ventilateur, brumisateur de nos vies:

"Gaspard Gantzer est un haut fonctionnaire, homme politique et chef d'entreprise français. Élève de l'ENA, il occupe d'abord différents postes à la mairie de Paris. De 2014 à 2017, il est conseiller chargé des relations avec la presse, chef du pôle communication à la présidence de la République française, auprès de…"

Tu parles d'un entrepreneur ! À l'image du coup de griffe final du portrait de Najat Vallaud-Belkacem et la couette bien dodue pour laquelle elle travaille.

Ils nous sont inutiles, ils n'apportent strictement rien à notre pays, du vent à brasser toute la journée, des prébendes à ramasser tout au long de leur parcours.

J'espère que le premier, le gonfleur d'hélices de Pépère, a eu lui au moins le courage de démissionner de son poste attribué à vie.
Je n'ai jamais connu une seule de mes relations qui se soit mise en disponibilité et qui ait réussi sa reconversion.
Il faut être en danger et avoir faim pour sauter le pas avec bonheur et du courage.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS