« Cessez le jeu, le feu judiciaires ! | Accueil | Faut-il dénoncer la société du commentaire ? »

11 avril 2021

Commentaires

bernard

Sylvette (défaite et défaitiste) : « Voici dans quel état se trouve la France. Les islamistes et les gauchistes ont le pouvoir ! »
Fripounet (défait et défaitiste) : « Voici dans quel état se trouve la France. Ce sont les lepénistes et les nationalistes qui ont le pouvoir ! »
Marisette (défaite et défaitiste) : « Voici dans quel état se trouve la France. Mais non ce sont les macronistes et les mondialistes qui ont le pouvoir ! »
Syl (vain, le plus défait et le plus défaitiste de la bande) : « Mais je me tue à vous le répéter sans cesse, tout ça c’est évident, prouvé, avéré. Mais on préfère continuer à discourir sur qui de untel ou unetelle pourra…
et patati et patata
et patati et patatras

Courage tous, c’est foutu !

F68.10

@ bob 11/04/21 16:30
"En fait, il n'y a rien à signaler, comme très bien dit ici :"

Tout d'abord, merci de faire vivre le débat en mettant en lien le site de "Descartes" (que je trouve, soit dit en passant, être passablement un étatolâtre forcené). Je le cite:

"Il n'a pas fallu plus pour que l'eurosphère se déchaîne. Certains font de la présidente de la Commission une victime du sexisme, et affirment qu'Erdogan « n'aurait jamais fait cela à un homme ». Ce en quoi ils ont tort : Jean-Claude Juncker a raconté comment, au cours de ses nombreux déplacements du temps où il était président de la Commission, il avait dû céder la préséance à Donald Tusk, alors président du Conseil européen." -- Descartes

Et il cite Juncker:

"Il était clair pour tout le monde, d'un point de vue protocolaire, que le chef du Conseil européen était numéro 1 et le président de la Commission européenne numéro 2. Quand je voyageais avec Donald Tusk ou Herman Van Rompuy, j’ai toujours respecté ce protocole. J'avais normalement une chaise à côté du président du Conseil, mais il arrivait parfois que je sois assis sur un canapé." -- Jean-Claude Juncker cité par "Descartes" et aussi par Libération

En effet. Monsieur avait normalement une chaise. La preuve en images avec Juncker et Tusk en guest stars.

Quoi qu'il en soit, au moment où la Turquie se retire la convention d'Istanbul sur les droits des femmes, c'est quand même, que "Descartes" le nie ou pas, au minimum un énorme faux pas.

"Descartes" n'aime pas l'Europe. Alors il fait feu de tout bois. C'est cela qui rentre davantage dans la case "rien à signaler".

Il omet quand même de "signaler", comme vous le dites si bien, que le rang du ministre turc des Affaires étrangères, alors assis dans le canapé d'en face, est quand même nettement moindre que celui d'Ursula. Petit détail, hein...

"Descartes" ne fait que rationaliser sa détestation de l'Europe. Il serait temps de changer cette manie de pourrir le débat politique en exhibant sa mauvaise foi.

J'attends qu'une bonne âme se dévoue pour m'expliquer qu'en France on peut avorter à 8 mois et demi sur un coup de tête et que la même généreuse âme m'explique qu'on devrait se retirer, comme la Turquie, de la convention d'Istanbul car son article 39, mère de toutes les ignominies, proscrit l'avortement forcé sans consentement. Quelle honte ! Erdogan a bien raison !

Ben oui: récuser la culture du confort et celle de l'individualisme ainsi que cette culture mortifère du "mon corps, mon choix", c'est bien évidemment interdire aux femmes d'avorter quand elles le veulent et simultanément interdire aux femmes qu'elles puissent s'opposer à ce qu'on les avorte en loucedé quand elles ne le veulent pas... L'un ne va pas sans l'autre.

C'est pour leur bien.

Je ne vais pas vous faire l'injure de vous citer davantage "Descartes" pour mettre en évidence noir sur blanc son étatolâtrisme et sa détestation de l'Europe. Qui, je trouve, confine à l'hystérie. Délirant d'ailleurs de A à Z sur la distinction entre administration et politique en comparant Ursula au secrétaire général du gouvernement dans ses commentaires. J'attends ses lumières sur qui fait partie de la sphère politique et qui fait partie de la sphère administrative aux États-Unis pour, comparativement, rigoler un peu. Coupage de cheveux en quatre pusillanime.

Il pense quoi de la "suppression" de l'ENA, "Descartes" ? Je parie qu'il est vent debout contre cela.

Maintenant, je vous confirme bien que l'Europe a des problèmes de fonctionnement clairs et nets, et qu'il est difficile de prétendre construire un État fédéral quand on cafouille ainsi sur les questions de protocole diplomatique. Et je vous concède aussi que l'affaire est montée en épingle. Mais les raisons qui sous-tendent ce montage en épingle demeurent sérieuses. Surtout quand on voit la façon dont Erdogan traite l'armée dans laquelle il aurait déniché un nouveau coup d'État en gestation. Une armée divisée en deux, entre pro-OTAN et pro-Russie, ce qui n'est pas rien devant la hausse de température militaire récente en Ukraine...

Et Erdogan n'a toujours pas redonné son passeport à Tuna Altınel pour qu'il puisse revenir travailler à Lyon. Ah là là là... tous ces mathématiciens terroristes... pas encore une épidémie, mais bon: à surveiller.

hameau dans les nuages

Comparaison n'est pas raison.

Le fait diplomatique est extrêmement grave et j'espère que cela ouvrira les yeux à certains et comme le précise Exilé dans son commentaire cette chaise manquante n'est que l'arbre qui cache la forêt.

Pour ce qui est de Hoshi, j'aime le style de sa musique, au-delà de certains textes qu'un habitué du blog ne renierait pas.

À la tienne !

https://www.youtube.com/watch?v=LSEmekf4Yhg&ab_channel=HoshiVEVO

sylvain

Erdogan nargue et humilie l'UE.
Erdogan nargue et humilie la France.
Erdogan entame sa conquête islamiste de l'UE.
Erdogan essaime des mosquées dans toute l'UE soumise couchée collabo.
Erdogan a confondu Ursula von der Layen avec la femme de ménage.
Erdogan se sert de l'UE comme d’un paillasson.

Si vous demandez à Erdogan où est l'UE, il vous répondra : « au fond du couloir à gauche, en face du placard à balais ».

Florestan68

Cher Philippe Bilger,

Ce que vous rapportez justement s'inscrit pleinement dans le contexte général de l'évolution de ce pays ; elle se résume d'un mot : l'effacement.

Notre civilisation est à bout de souffle, qui n'en finit pas de s'excuser et de se repentir.

Il faut dire que 40 années de progressisme auront détruit tout ce qui la fondait : la religion, l'éducation, la nation, la patrie, la famille, l'autorité, le sens du travail, l'honneur, la civilité, la courtoisie, la galanterie, l'esprit de résistance.

Nous ne sommes plus grand-chose, et chacun, rivé sur le pipicacadodo de son portable et replié sur son quant-à-soi, ne pense qu'à son misérable soi-même.

Une situation qui ne peut qu'engendrer condescendance et mépris.

Nous sommes prêts pour la soumission.

bob

En fait, il n'y a rien à signaler, comme très bien dit ici :
https://descartes-blog.fr/2021/04/10/von-der-leyen-sur-canape/

Exilé

Le voyage du Premier ministre Jean Castex en Algérie a été annulé au dernier moment par les autorités algériennes parce qu'elles considéraient que la délégation française était trop chiche.

Hum...
Ça, c'est pour amuser la galerie, pour passer sous silence le fait que M. El Hachemi Djaâboub, ministre du Travail et de la Sécurité, a déclaré : « La France est un ennemi traditionnel et éternel ».
Il n'y a manifestement que les hommes politiques français qui se succèdent depuis 1962 et ceux qui ont voté pour eux pour ignorer que la guerre d’Algérie n'est pas terminée, les accords d’Evian n'ayant jamais été appliqués par les gens qui se sont fait passer pour les représentants de ce pays.

Ceci dit, puisque l'Algérie continue de voir depuis une soixantaine d'années la France comme un ennemi, tout en continuant de cultiver la haine anti-française parmi sa population (*), comment peut-on qualifier les gouvernants français - dont les plus récents - qui continuent de collaborer comme on disait en 1940 avec ce pays à travers ses représentants tout en comblant de cadeaux et d'avantages indus ses ressortissants qui se sont invités en France chez l'affreux « colonisateur », sans que les Français n'aient jamais été consultés par référendum sur ce sujet capital pour leur avenir ?
Masochisme ou trahison pure et simple ?

(*) « Ô France ! le temps des palabres est révolu
Nous l'avons clos comme on ferme un livre
Ô France ! voici venu le jour où il te faut rendre des comptes »
(Extrait de l'hymne algérien)

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS