« De Gaulle, Mitterrand, Onfray et les idolâtres... | Accueil | Les militaires : la paille et la poutre... »

15 mai 2021

Commentaires

Wilfrid Druais

@ calamity jane
"Et comment devons-nous prononcer BILGER ?! Comme Scannerrr ?"

Vous le faites exprès d'être stupide comme ça ou c'est de naissance ?
OK, vous êtes une calamité mais il y a des limites quand même !

L'intro de l'émission dit "Philippe Bilger" (gère), donc quand on a au moins deux neurones qui se battent en duel dans un cerveau plein de flotte, vu que c'est le Philippe en question qui présente l'émission lui-même, faut pas être Einstein pour imaginer que si la prononciation de son nom n'était pas la bonne, il se serait manifesté pour le dire avant et donner la bonne prononciation, vous croyez pas ? Et donc on aurait eu la bonne prononciation dans l'intro, vous comprenez ou faut vous faire un dessin ?

Pffff... Oh la laaa ! Nom de dieu, il y en a dont on espère pour le futur de l'humanité qu'ils ne se reproduisent pas ! C'est incroyable d'être c*n à ce point-là !

"Mais jusqu'où s'arrêteront-ils ?"

Giuseppe

Le profil hâlé, le cheveu aile de corbeau, le ramage et le plumage adaptés pour une population pour le coup blindée dans les poches autant qu'un soldat de plomb.

On sent qu'il ne se regarde pas dans la glace tous les matins, il n' a pas la "grinta" pour y aller et y "mettre la tête", il faut avoir faim, il est doré sur tranche, un président vient de passer, une ombre de plus, mais il se fait plaisir, la reconnaissance de la soie par rapport au synthétique, il est heureux mais avec l'humilité des cossus, il sait qu'au fond les mauvaises surprises n'arriveront jamais quand on est maire de Cannes. "Le ciel, le soleil et la mer, allongés sur le sable..."

La ville des possibles, mais pour celui qui peut faire chauffer la carte bleue, un havre de paix douce pour qui a le matelas adéquat... de billets of course.
De Saint-Tropez à Saint-Raphaël la beauté des lieux - la douceur angevine -, aucune tour pour défigurer ou égratigner une vue, c'est effectivement très beau, le pass sanitaire est bien le compte en banque.

La réputation est bien à la hauteur de celui qui a gagné au Loto, Cannes a un petit air suranné, mâtiné d'art déco, mais un charme fou, le charme discret de la grande bourgeoisie, les fins de mois de la mairie ne doivent pas être dans ses préoccupations.
Trappes et ses hordes sont bien loin.

J'aime au moins autant mon noisette devant la plus belle carte postale du monde, je ne choisirai pas, BB et ses films sont sur un des plateaux de la balance, j'adore les deux:

https://i.goopics.net/GqJ1p.png

sbriglia

Variant du « ne sutor… » : « Maire pas plus haut que ta Mairie… ».

En d’autres termes cet homme délicat, tout en introspection, aimé de ses administrés, et qui pourrait faire sienne la phrase de Jules Renard : « Sois modeste, c’est le genre d’orgueil qui déplaît le moins », me semble avoir déjà obtenu son bâton de maréchal : il n’a plus faim et cela se sent…

On ne part pas repu à la conquête de l’Elysée.

Et quand on se regarde on ne se désole pas… ou du moins on ne le clame pas.

calamity jane

@ Wilfrid Druais

Et comment devons-nous prononcer BILGER ?! Comme Scannerrr ?

Lucile

@ Robert Marchenoir | 16 mai 2021 à 21:41

Je n'ai pas pu m'empêcher de rire en lisant votre découverte de "Libres !" (que je ne connaissais pas non plus). Et pourtant c'est tout sauf drôle, je suis entièrement d'accord avec vous. La médiocrité nous tue encore bien plus que l'étatisme et le colbertisme.

(Il n'empêche que David Lisnard est un bon maire.)

Robert Marchenoir

@ Lucile | 15 mai 2021 à 23:10

Je veux bien me laisser convaincre par votre doux optimisme, joint aux péans de plusieurs de nos collègues (comme dirait Vladimir Poutine).

Je ne connais pas ce Monsieur Lisnard, que je découvre, ainsi que d'autres, grâce aux séances de torture de Philippe Bilger. Je me suis donc borné à ses propos ici.

En fouillant un peu, je découvre qu'il se dit libéral-conservateur, qu'il cite Bastiat à la moindre provocation... j'admets donc qu'on doive tapisser ses pas de pétales de rose.

Toutefois, toutefois... je vois qu'il appartient à un parti nommé Libres !, dont j'ignore l'existence. Je me rends donc sur le site de ce parti, espérant apprendre quelle est sa politique.

Et là, tout ce que je trouve, c'est qu'il est le parti de Valérie Pécresse, que Valérie Pécresse est une chic fille, et que la politique du parti de Valérie Pécresse consiste essentiellement à soutenir les idées de Valérie Pécresse.

Je suppose qu'elle doit avoir un gros charisme.

J'insiste. Simplet comme je suis, j'imagine qu'un parti politique doit avoir un programme. Hélas ! aucune entrée, sur le site de Libres !, ne porte le nom de "Programme". Je pitonne au hasard, je clique sur "Nos travaux", ce qui ne veut absolument rien dire. S'affiche alors une page avec deux entrées supplémentaires : "Les cahiers de Libres !" et "Les colloques de Libres !" (bonjour l'ergonomie à la noix).

Je clique sur "Les cahiers de Libres !" (ce qui ne veut absolument rien dire non plus), et là... s'affichent une série d'entrées qui ressemblent à un programme : "Patriotes et européens : les 15 propositions de Libres !", et ainsi de suite.

Avec mon conformisme habituel, je cherche les têtes de chapitre "Économie", "Politique étrangère"... c'est peine perdue. Valérie Pécresse est beaucoup plus maligne que ça. Son programme, c'est "Débloquer les universités", "Politique pénale et pénitentiaire : mieux punir pour mieux protéger", etc.

Je relève qu'elle veut "une France forte dans une Europe puissante". Je ne suis pas d'accord. Je pense qu'il faut une France puissante dans une Europe forte.

Toujours pas la queue d'une résolution sur "baisser la dépense publique", "réduire le périmètre de l'État", etc.

Je veux en savoir plus. Je clique sur "en savoir plus". Au hasard, je découvre des propositions aboutissant à socialiser la médecine libérale encore plus qu'elle ne l'est aujourd'hui, à maintenir les subventions agricoles européennes, à fixer les prix agricoles à un niveau artificiellement élevé par le biais de l'État...

Ce n'est qu'en cliquant dans "Les colloques de Libres !" que je trouve, enfin, "Baisser la dépense publique : pourquoi ? comment ?" (en dernière position). Six paragraphes seulement, censés résumer un colloque sur la question... dont, bien sûr, aucun compte rendu n'est fourni.

Je passe sur les fautes d'orthographe, que l'on trouve désormais jusque dans le texte officiel des discours d'Emmanuel Macron sur le site de l'Élysée. Au passage, je n'ai jamais trouvé une seule faute d'orthographe sur le site de la Maison Blanche, ni sur le site de la présidence russe (en anglais, je précise -- donc en langue étrangère pour les fonctionnaires du Kremlin). Mais bien sûr, c'est la Kultur fronçése qui domine le monde, tandis que les Amerloques sont de gros bourrins.

En somme, le site du parti de Valérie Pécresse, par sa forme même, trahit l'horreur fonctionnariale française. Ces gens respirent fonctionnaire, vivent fonctionnaire du matin au soir : boursouflure des mots, complication extrême, insulte constante au bon sens, paresse radicale (tu crois tout de même pas qu'on va se casser le dos à rédiger des comptes rendus de nos colloques ?), la main gauche contredit ce que fait la main droite (baisser la dépense publique, mais faire rémunérer les médecins libéraux par l'État)...

Et puis, cette empreinte de la mentalité fonctionnaro-française : le je-m'en-foutisme. L'absence totale de rigueur. Le travail de cochon fier et tranquille, parce que moi, Monsieur, je suis un rebelle et j'ai des droits : sur les 15 propositions en matière d'agriculture, la 12e est la même que la 7e. Bah oué, le copier-coller c'est pas fait pour les chiens, tu crois tout de même pas qu'on va se relire, en plus ?

Et attention ! c'est la madame qui dirige la région Île-de-France, on ne parle pas d'un groupuscule facho-libéral qui se réunit dans des caves pour commenter Hans-Hermann Hoppe...

Giuseppe

@ Wilfrid Druais | 15 mai 2021 à 23:01
"Tu parles que le gars est un bon maire ! Même moi je serais un bon maire à Cannes avec tous les bourges qui payent des impôts sur leurs résidences secondaires de milliardaires et les autres vioques plus ou moins riches qui s'y finissent, si je puis dire."

Sans compter ceux qui prennent leurs quartiers d'été sur les hauteurs de Roquebrune-sur-Argens, pour la fraîcheur, un peu comme les "Hauts" à la Réunion : "Profondément rurales, les hauteurs de La Réunion vous invitent à une aventure faite de calme, de simplicité et de contemplation".

Maire de Cannes un peu comme ce magistrat qui rêvait de Monaco, comme on peut les comprendre:

https://youtu.be/KeCNftm4dWI

Florestan68

Cher Philippe Bilger,

Vous avez bien raison de soutenir Bruno Retailleau, qui semble être le seul à se revendiquer d'une droite forte et décomplexée.
Malheureusement, tout comme David Lisnard, il est parfaitement inconnu des Français.

Dans la perspective de 2022, son erreur aura été en 2017 de préférer son mandat de sénateur à celui de président de la Région Pays de la Loire, qu'il avait conquise en 2015.

Au vu de son déficit de notoriété, il eût été hautement souhaitable pour lui de participer à la lutte décisive dans les régions entre les ténors de la droite.

Le mieux élu des trois en lice (Bertrand, Pécresse, Wauquiez) sera son candidat naturel pour 2022.

Paul

Bravo Monsieur Bilger pour cet entretien de grande qualité. Les questions sont intelligentes, les réponses le sont tout autant. Nous découvrons un maire qui a parfaitement géré sa ville, diminué la dette, fait des économies sans augmenter les impôts, qui vient du privé, du petit commerce, puis d’entité de grandes tailles. Il a une expérience et un résultat de gestion qui pourraient faire du bien à la France. Il mise sur la culture et le sport comme ascenseur social et base de l’épanouissement individuel. Tout n’est pas dans tout, il faut apprendre les grandes œuvres, connaître les grands auteurs, apprendre à apprendre. Son livre coécrit avec Christophe Tardieu « La Culture nous sauvera » est une vraie espérance pour une politique culturelle qui affirme l’identité de la France. Merci Monsieur Lisnard pour cette voix qui porte et pour la voie que vous ouvrez pour nos enfants.

Ninive

Les Cannois se portent bien, voilà une bonne nouvelle, les émirs vont pouvoir continuer à investir dans l'immobilier de cette région.

Gentleman sportif homme d'affaires dynamique et verbalement prudent, j'ai bien aimé le commentaire de Espoir | 15 mai 2021 à 20:22.

J'ai retenu de l'interview que 120 coups de couteau seraient donnés par jour sur notre pauvre territoire national (120 x 365 = 43 800) ; le jihad est donc commencé.

sylvain

Je pense que M. Lisnard a une bonne tête de mandat d'arrêt pour les cabinets noirs socialistes de Hollande relayés par Macron, les mêmes qui ont abattu Fillon ; ils s'occupent en ce moment de monter un dossier contre Marine Le Pen, c'est un secret de Polichinelle ; ils trouveraient aussi un délit quelconque contre le maire de Cannes s'il devenait gênant, un contenu de garde-robe douteux suffit, Fillon en a fait l'expérience.

Attention, ne portez pas de Rolex sur vous, n’allez jamais au Fouquet’s ou au Martinez, Sarko en a fait l’amère expérience, les vautours charognards socialistes en panne d'arguments solides ont eu sa peau grâce à une campagne de dénigrement ignoble ad nauseam. Il aurait dû aller fêter sa victoire au McDo des Champs-Élysées, ça aurait fait plus popu.

Sarko s'affichait trop avec les flics donc, toujours d'après les socialistes, c'était un facho qui voulait créer un Etat policier, d'où une chasse à courre supplémentaire ad hitlerum ; les jeunes socialistes avaient imprimé des affiches de la tête à Sarko avec la moustache de Hitler.

M. Lisnard, si vous voulez viser plus haut, fréquentez les restos style routiers, ne portez que des montres à trois euros six sous achetées dans les foirfouilles, des costumes de chez Tati, ça fait très faux-cul mais ça plaît aux socialistes experts en hypocrisie de très haut niveau.
Ah oui, j'ai failli oublier : pas de yacht surtout, ce serait une insulte et du mépris pour ce peuple qui souffre à la fin du mois.
Slogans extraits du catalogue de litanies anticapitalistes du catéchisme socialiste has been soixante-huitard.

Hollande n'aime pas les riches, c'est bien connu.

La gauche est experte en inquisition, chasse à l'homme, grands procès ad hominem, héritages de l'ère des goulags socialoviétiques avec ses procureurs experts en éliminations physiques, morales et raccourcissement des têtes qui dépassent.

Restez sur votre Croisette cher M. Lisnard, les hautes sphères du pouvoir sont réservées désormais aux traîtres à la France, islamogauchistes collabos soumis à l'islamisme envahisseur avec pour but de détruire notre nation, sa culture, son histoire, ses valeurs.

Ce pays se balkanise, il va devenir un archipel de communautés dressées les unes contre les autres et ce sera irréversible.

Finie la République, la laïcité, les valeurs morales que nos anciens ont forgé par le sang et la souffrance, la France, tombée sous le joug des minorités gauchistes violentes haineuses fascistes indigénistes racialistes protégées par le pouvoir collabo pro-immigrationniste islamiste, n'est plus qu’une colonie islamique qui devra obéir à la charia, la seule loi de cette religion moyenâgeuse rétrograde sanguinaire.

Macron l’ado mal fini, pyromane pervers tripoteur d'abdos de jeunes Antillais, DJ de la fête de la musique LGBT à l’Elysée, et ses branquignols LREM, ont mis le feu à tout le pays et déclaré la guerre à leur peuple.

M. le maire, vous devrez respecter trois critères essentiels pour satisfaire la nouvelle norme imposée du nouveau genre : être impérativement de gauche, de couleur et homo ; voyez les pubs, les séries, les divertissements, c'est criant, l'intrus c’est le blanc hétéro de droite.

M. Lisnard vous êtes un intrus, désolé !

Même si le mal est fait et que le but de cette mafia macronienne est atteint, ils devront rendre compte de leurs crimes devant les générations futures.

Xavier NEBOUT

L'homme a besoin de spiritualité, nous dit David Lisnard.
Or, il ne peut y avoir de nation sans une spiritualité commune.
Alors si on peut s'en passer pour être maire, on ne devrait pas le pouvoir pour être chef de la nation.
Il l'a probablement si bien compris qu'il se garde bien d'aborder le sujet.

Le peuple des veaux ignorants a cru voir une spiritualité dans le mythe de la libération et le panache de de Gaulle ; ce n'était que du vent, un miroir psychologique.
La dernière spiritualité qui ait animé la France aura été celle de la révolution nationale derrière Philippe Pétain, et dont 999 de français sur 1 000 - et encore à voir - ne veulent rien savoir de peur de voir la vérité sur eux-mêmes.

Mary Preud'homme

@ Vamonos 15 mai 21:24

Plus de 87 % certes, mais un résultat à relativiser compte tenu d'une abstention record (69 %) et par conséquent de la faiblesse de la participation : 31 %.
L'opposition consistant en trois petits candidats de gauche, écolos et citoyens qui ne faisaient pas le poids dans cette ville traditionnellement de droite et même d'extrême droite.

Lucile

@ Robert Marchenoir | 15 mai 2021 à 19:09

Je pense que David Lisnard a bien identifié les problèmes que vous évoquez, sans quoi il n'aurait pas réussi à dégraisser sa mairie comme il l'a fait. Il a raison d'être prudent : on a vu ce qui est arrivé au candidat à la présidentielle qui avait annoncé haut et fort qu'il comptait économiser sur les frais de la fonction publique (François Fillon).

Moi aussi je me suis demandé en quoi Cameron pouvait représenter un modèle, mais ça me paraît un détail. Vous avez raison de tiquer sur le mot "magie" ; à vrai dire je ne l'avais même pas remarqué, car une chose me paraît certaine : les résultats que David Lisnard a obtenus à Cannes ne lui sont pas venus par magie, il doit ces performances à son pragmatisme, à sa volonté et à ses efforts. Ainsi qu'à sa capacité à s'entourer de gens compétents. C'est un sportif, il travaille en équipe. J'ai apprécié son intuition à propos de la marche solitaire d'Emmanuel Macron au Louvre le soir de son élection: mauvais signe, EM se laissait griser, c'était un one man show, et il y avait, pour le compte de l'envoûtement, sinon de la magie dans l'air. C'était une apothéose prématurée. Je me demande s'il se représentera l'année prochaine, son temps de gloire me paraît maintenant derrière lui.

David Lisnard est capable d'attirer à lui une frange assez large de la population, ce n'est pas une plante de serre, c'est un homme d'expérience et de terrain, direct sans être sectaire. Comme Espoir (15 mai 2021 à 20:22), je ne sais pas jusqu'où il ira, mais il est la preuve que la droite est encore bien vivante et en bon état de marche. On se reprend à espérer.

Wilfrid Druais

J'ai arrêté à 20 minutes parce que même en jouant aux jeux vidéo en même temps, l'enfilage de perles démagos ça va un moment mais c'est comme tout, ça lasse.

Déjà, le mec, on voit qu'il est c*n dès le début parce que dans l'intro la voix dit "Philippe Bilger" (gère) et lui, juste après dit Bilger (gé), donc entre les deux moments qui ne sont quand même pas si éloignés que ça, l'information venue des oreilles n'a pas eu le temps d'être traitée par le cerveau et renvoyée à la bouche pour être prononcée de la bonne façon. Édifiant sur la lenteur de réflexion du gars.

Et évidemment, vu qu'il sait la réputation de Cannes, pour ne pas trop passer pour un gamellard politique comme tous les autres, il nous fait le couplet du "pov'" gars qui n'a pas toujours été riche et politicard.
Bonjour Zola !...
Allez, zou !
Quand un politicard se présente comme ça, on sait directement que c'est un escroc.
Et je ne parle même pas de ses "idées" politiques qui sont les mêmes que tous les autres quand on les écoute.

Tu parles que le gars est un bon maire ! Même moi je serais un bon maire à Cannes avec tous les bourges qui payent des impôts sur leurs résidences secondaires de milliardaires et les autres vioques plus ou moins riches qui s'y finissent, si je puis dire.
Bref, aucun intérêt ce Lisnard.

Claude Luçon

Nous avons un, sans doute plusieurs, maire comme celui-ci en France et tout ce que les partis politiques peuvent nous offrir sont des MLP, Mélenchon, Jadot, Hidalgo, Ciotti... ? C'est à désespérer !

Entendre enfin un homme qui place la liberté au-dessus de tout, dire qu'on doit être d'abord soi-même mais sans oublier que nous faisons partie d'un ensemble qu'il est nécessaire de respecter et de servir, voilà qui réconforte !

Un quinquagénaire qui date le début du déclin de ce pays à 1968, ramène les deux Tribunes des militaires à la simple réalité de la France d'aujourd'hui, qui pense que sport et lecture sont les deux mamelles du citoyen, que nous vivons dans l'impuissance théâtralisée, on en redemande !
Il y a un compromis entre Cyrano de Bergerac et les Mousquetaires dans cet homme: du "Pas bien haut peut-être, mais tout seul" et du "Tous pour un, un pour tous"

Comme il le dit, le succès d'un homme est d'abord de se connaître, mesurer ses limites, d'avoir des principes simples et clairs, mentionnant au passage les chrétiens démocrates, de les suivre et de se satisfaire d'avoir su respecter ses propres objectifs en y réussissant, être ambitieux sans être vaniteux et théâtral.

Superbe confrontation, l'interviewé étant clairement sur ses gardes et le mentionnant en rappelant à Philippe que c'était lui qui avait été juge.

Un héritier de François Fillon, qui se méfie des Bourgi et des "combinazione", portant les couleurs de Force Républicaine pour l'instant bien ternes avec Bruno Retailleau et s'alliant avec Valérie Pécresse, voilà un trio qui pourrait tout changer, il faut que cet homme y apporte le muscle que clairement il possède puisque ces trois-là partagent les mêmes idées.

Vamonos

L'impuissance théâtrale est une formule qui prouve que M. Lisnard a bien analysé la situation et atteint son objectif et même qu'il l'a dépassé. Quand un maire est élu avec plus de 80 % des suffrages, il y a un truc qui fait boum.
Entre Retailleau et Pécresse, il n'a pas encore eu l'occasion de choisir. Nous verrons bien le moment venu.

Certes, il a redressé les comptes publics de la ville de Cannes, mais il ne peut pas régler tous les problèmes. Quand un bateau de croisière jette l'ancre à proximité du Palais des Festivals, ce qui arrive assez souvent en temps normal, le maire ne peut malheureusement pas faire grand-chose. La procédure lancée n'a pas eu le temps d'aboutir que le paquebot est reparti et qu'un autre a pris sa place dans le domaine maritime.

Achille

David Lisnard. Incontestablement un bon maire, très apprécié de ses administrés et qui compte le rester.
Il reconnaît qu’il ne se sent pas les épaules pour se lancer dans la course à l’Elysée. Rien de honteux à cela quand on sait la vie infernale d’un président de la République en France, constamment harcelé par une opposition qui ne fait que s’opposer, des médias qui ne font que critiquer et des citoyens qui ne s’intéressent qu’à leurs petits problèmes personnels.

Un bon point pour lui: il soutiendrait Valérie Pécresse si celle-ci venait à poser sa candidature. Ce qui, entre nous, serait le meilleur choix pour la droite.

Espoir

Interview très intéressante, je m’intéresse beaucoup à ce maire qui fait de plus en plus parler de lui car il fait preuve de beaucoup d’efficacité et de pragmatisme dans sa ville. L’édile le mieux élu de France, qui a rédigé des tribunes très intéressantes sur l’islamisme à bas bruit et la folie bureaucratique de l’Etat notamment. J’ai également beaucoup apprécié sa vision et ses idées / ambitions pour la culture dans son livre co-écrit avec Christophe Tardieu.

Je vois qu’une personne pense qu’il doit cette efficacité au fait que Cannes est une ville riche, c’est malheureusement la fausse image de Cannes qui, comme beaucoup de villes, doit faire face à d’importantes pertes de revenus à cause du virus.
Cependant la bonne gestion de Monsieur Lisnard permet aux Cannois de n’avoir aucun impôt nouveau, aucune augmentation des taux d’impôts communaux et pas de modification des abattements fiscaux.

Depuis sa prise de fonction comme premier magistrat de la ville, baisse historique de la dette de -58,5 millions d’€. Une capacité de désendettement en année divisée par 2 pour atteindre 3,9 ans (chiffre assez exceptionnel quand on connaît le seuil critique fixé à 12 ans).

Il ne s’arrête pas là car il arrive également à faire des économies conséquentes de fonctionnement avec une baisse des charges générales de -20 % sans remettre en cause la qualité du service public.
Moins 168 agents, moins 116 véhicules de fonction. Tous ces chiffres sont disponibles sur le site de la mairie et/ou les réseaux sociaux de la mairie de Cannes lors des conseils municipaux.

Ce que j’aime aussi c’est qu’il n’est pas un politicard pantouflé, c’est un homme issu du privé, avec de l’expérience, fils d’un père footballeur et d’une mère danseuse, il s’est fait seul, il a travaillé, il a prouvé, s'il est réélu à 88,2 % ce n’est pas pour rien.

Je ne connais pas ses ambitions, je ne sais pas s'il va vouloir aller plus loin dans sa démarche mais je lui souhaite le meilleur pour sa carrière, nous avons besoin de ses idées et de son expérience. J’espère le voir prendre de plus en plus d’ampleur afin qu’il puisse représenter dignement ceux qui souhaitent de tout cœur une alternative crédible au duo Macron/Le Pen. Pas de résilience, il faut sortir de ce délitement républicain, redonner de la spiritualité à ce pays. Que les Français se sentent fiers.

Très bonne continuation, au plaisir de continuer à vous suivre.

Florestan68

Cher Philippe Bilger,

En interrogeant David Lisnard, vous avez fait le bon choix.

Une personne fort intéressante, aux idées claires et probablement capable d'être président de la République. On lui reprochera néanmoins de trop rester dans les généralités.

Mais il reste strictement inconnu pour l'écrasante majorité des Français.

On ne devient pas Président comme cela. Il faut avoir des atouts à faire valoir. Et à faire savoir. S'il veut avoir une chance d'être le candidat de droite, il faut qu'il sorte du bois, et sans délai.

Xavier Bertrand, qui est bien mieux connu pour avoir été aux affaires nationales, a fait ce (bon) choix. Il risque fort de mettre tout le monde à droite devant le fait accompli de son incontournable candidature.

Louis

Nous avons des pointures en France, autorité d'une belle compétence, des idées claires et la belle humilité du chef... La politique se construit par des actes. Qu'il se présente.

Robert Marchenoir

Un homme intéressant, et puis il se brise sur le trou noir français. Au moment crucial, celui où il s'agit d'expliquer pourquoi ce qui marche à Cannes ne marche pas au sommet de l'État, il dit : mentalités, charisme, magie.

Il prononce ouvertement le mot : "magique". Si la France se "délite", comme disent les factieux galonnés, c'est parce qu'on n'a pas encore trouvé la personnalité dotée de pouvoirs "magiques".

Ce n'est, bien sûr, pas parce que la dépense publique est trop élevée et que les fonctionnaires sont trop nombreux. C'est parce que, mystérieusement, les personnes "saines" qui l'entourent dans sa ville, elles s'évaporent une fois arrivées aux alentours de la présidence de la République.

Il se réclame de Margaret Thatcher, mais il se réclame aussi de David Cameron qui était son exact opposé.

Toujours cette superstition française de l'homme providentiel. Il est parfaitement exclu que ce soient les institutions qui soient en cause. L'idée ne le traverse pas que ce puissent être les incitations qui soient mauvaises. Ces incitations qui sont à la base du système, et qui attirent et engendrent l'exact contraire des personnalités dont nous aurions besoin.

Lorsque vous placez, entre les responsables politiques nationaux et la réalité du terrain, un corps obèse de fonctionnaires tout-puissants, irresponsables et dotés de fonds illimités, évidemment que le président de la République ne peut faire que du "théâtre". Évidemment que les personnalités les plus brillantes et les mieux intentionnées sont empêchées d'agir.

Du coup, David Lisnard, à la suite de millions d'autres, en conclut que c'est un fluide magique qui manque, appelé le "charisme". Lui, bien sûr, le possède ! Enfin, il est tellement modeste et bourré de qualités qu'il s'en défend, mais tout le monde aura compris.

Mais alors, pourquoi toutes ces personnes "saines" qui sont autour de lui, qu'il connaît, qu'il soutient, n'arrivent-elles pas à nous sortir du bourbier ? Mystère.

Pourtant, Sylvain Fort, ancien conseiller en communication d'Emmanuel Macron, l'a expliqué à mots couverts : "L’imbroglio normatif et réglementaire est tel qu’il est devenu presque impossible de mettre en œuvre une réforme aujourd’hui [...]. Les résistances sont colossales [...]. Les promesses de campagne n’influencent plus beaucoup l’action d’un certain nombre de fonctionnaires [...]. La loyauté de ces fonctionnaires va moins au politique qu’à l’État."

En clair : ce sont les hauts fonctionnaires qui ont confisqué le pouvoir, et s'ils l'ont fait, c'est qu'ils s'appuient sur l'ensemble de la fonction publique, son statut et son financement. D'où les politiciens sont issus, en grande majorité. Même les têtes pensantes de l'extrême droite sont largement issues de l'ENA !

Ce que Sylvain Fort appelle l'État profond, et qui est tout simplement le résultat du coup d'État silencieux des communistes en 1945 (statut de la fonction publique, Sécurité sociale, dictature syndicale...).

Ce n'est donc pas de "charisme" que nous avons besoin, ni d'un je ne sais quoi de "magique", ni d'un général sauveur de la nation : c'est d'une destruction de la classe des fonctionnaires.

Il faut leur briser les jambes. Il faut leur couper les fonds. Il faut leur retirer leurs privilèges. Il faut les renvoyer en masse. Il faut procéder à une privatisation massive de l'État.

C'est ce à quoi s'est timidement attelé Emmanuel Macron, en supprimant le corps des préfets, par exemple. Excellente initiative, malheureusement insuffisante et vouée à l'échec, car ni la dépense publique ni les effectifs n'ont baissé durant son mandat.

Et l'opposition, comme on le voit dans cet entretien, n'a pas l'intention d'en faire davantage qu'Emmanuel Macron. Ce qui la condamne à perpétuer le "théâtre" dont elle accuse, à juste titre, le président.

xavier b. masset

L'offre libérale, en politique économique, culturelle et sociale, est, depuis toujours, ce que la France a de mieux à proposer au monde.
Tocqueville, qu'Eric Zemmour aime citer à l'appui des démonstrations propres à son préceptorat médiatique, écrivait qu'au moins les Français de la Révolution, les pieds écartelés au-dessus du gouffre, que se creusait, comme d'un nid, la tyrannie, croyaient en eux-mêmes, ce que rappelle à son tour David Lisnard.

Croire en soi, c'est une autre façon d'être responsable aux yeux des autres, de servir d'exemple - d'immédiatement trancher dans le vif lorsque la tentation du sentiment jupitérien de soi-même semble tout de l'esprit devoir dévorer -, de ne jamais s'épargner.

La gestion des villes est aussi importante que la tant vantée transition écologique, le tout-puissant numérique, la grande connaissance.
L'Homme politique du futur viendra de ce creuset-là, comme un Arabe des marais, oracle chassé par tous les pouvoirs - j'utilise une simple image géographique -, un personnage sorti des eaux limoneuses pétrifiées de la noble bande dessinée qu'il aura inscrit comme frise sur le fronton de sa mairie.

M. Lisnard réinstaure, dans un livre sur la culture française, la primauté de sa reconnaissance, la nécessité de la ressaisir, dans un pays où près de 20 % des jeunes de 16 à 29 ans n'ont aucune formation, dans une France qui consacre moitié moins à l'enseignement scientifique que l'Allemagne, un Kulturkampf littéral émerge, un vrai cette fois-ci, incivile embuscade, qui forme une bosse et reste caché, sous le tapis des chiffres de la délinquance, par exemple.

Le magistrat municipal voit tout de la société, quelque chose ne ment pas ici aussi, depuis la position unique dont il jouit, le bouclier d'Emmanuel Berl est percé de centaines de trous, qu'agrandit le glaive de l'analyse de Marc Bloch, toujours sagace à sa manière aujourd'hui, en effet, c'est bien tout le drôle de drame français recommencé, malgré les sursauts qu'on repère aisément dans l'Histoire de France.

Dans la croyance en un homme ou une femme politique, entre quelque chose du jeu - proche du fameux enjeu de la vie publique cher à de Gaulle -, d'un pari avec soi-même.
Pascal mentalement interrogé, l'animal-votant se sent toujours un peu gêné, sinon ridicule, d'aimer des personnes qui mettent la simplicité et l'efficacité en première ligne, le vernis du notable manque à ses circuits habituels, la gloriole républicaine des marquis réunis en concile dans la salle des Quatre colonnes lui grattouille le membre fantôme que le bras armé d'un parti lui députa.
Même s'il ne se l'avoue pas, la pompe française, avec ses administrations à triples foyers, blindées à l'or, forme un décor mental inexpugnable, qu'il soupçonne l'Europe de lui envier, un sourire en coin.

Ce n'est pas parce qu'on est libéral soi-même, laissons perdre les étiquettes dans les tourbillons de poussière de leur valse, qu'on apprécie entendre David Lisnard louer les efforts de Margaret Thatcher, les réformes Schröder menées par Peter Hartz entre 2000 et 2005, accusés de vouloir, à tort, sacrifier à l'autel du profit le NHS pour l'une, partie du service public allemand, pour l'autre, toutes ces évolutions profitent au peuple au bout du chemin, les Allemands ayant sur les Anglais et les Français la science et la sagesse de ne rien refuser aux forces de l'investissement, du réinvestissement.

Les costards de grande mesure de François Fillon nous coupèrent en mai 2017 de personnes de la qualité de David Lisnard, quelqu'un qui saurait enfin les remplir, d'accord avec Philippe Bilger - toujours impeccable lorsqu'il revêt le lin d'une conversation qu'il a lui-même tissée.

Crataegus

La nouvelle coqueluche de M. Bilger et de la droite !
Soutien de Valérie Pécresse, ami d'Edouard Philippe: un candidat qui appellerait (encore) à voter Macron au second tour !
Je l'ai écouté face à Eric Zemmour: un homme cultivé, respectueux mais qui "ne casse pas la baraque", un physique assez difficile (mais on a déjà eu pire !).

Pas sûr que ce très bon maire d'une ville riche soit capable de sauver la France: d'ailleurs s'il était bien à droite on ne lui permettrait pas cette montée en puissance !

Évidemment ce serait bien mieux que l'actuel Président mais ce n'est pas celui que j'attends !

Quelle déception ! Adieu M. Bilger et bonne route avec votre nouveau poulain ! Je ne vous lirai plus !

F68.10

Je révise l'opinion initiale que j'avais sur David Lisnard. Il semble qu'il ait les idées claires sur l'essentiel.

Racine15

Bravo M. Bilger pour cette interview qui nous fait découvrir l'homme que les Républicains devraient choisir, le seul homme d'action porteur d'un projet politique pour notre pays, le seul qui puisse nous éviter le face-à-face Macron-Le Pen.

Olivier Seutet

Je soupçonnais David Lisnard d'être un de ces candidats potentiels de la droite qui prendrait avantageusement la place des médiocres Baroin ou Bertrand. Il le confirme en vous répondant. Il n'est pas de cette droite molle chantée par Raffarin (plus la droite durcit plus elle rétrécit ?!), il est dans la ligne du programme de Fillon qui représentait une véritable réponse au progressisme malgré les défauts et les fautes de celui qui l'incarnait. Il est dans la ligne de ceux qui prônent la restauration de quelques valeurs de base : liberté d'entreprendre (ce qui sous-entend de contrôler a posteriori et non a priori), restaurer l'autorité au quotidien, assurer la transmission d'un passé qui fera notre avenir, oublier le sociétal au profit de véritables préoccupations sociales (la pauvreté, le grand âge).
Me trompè-je ?

Catherine JACOB

Attentivement suivi (avec quelques pauses, réflexives notamment).
IN.TÉ.RES.SANT !
Bonnes questions. Bonnes réponses.
Maintenant, la transcription simultanée est un tantinet à réviser. Même si on ne la suit que d'un œil, les erreurs, parfois même amusantes, sont malgré tout plutôt gênantes.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS