« La lutte des places : sous Emmanuel Macron et avant... | Accueil | Entre le pouvoir ou les militaires, où est le courage ? »

10 mai 2021

Commentaires

Tomas

@ Michelle D-LEROY

Si vous saviez... Orléans est une grande ville, or aujourd'hui dans des petites villes de 25 000 habitants, pas de souci pour en trouver dans la rue.
Que le cannabis soit en vente libre ne rendra pas les gens plus accros, sa disponibilité est déjà quasi totale et permanente.
En revanche ça permettra de l'interdire aux moins de 18 ans (car ce qui est grave, c'est qu'il y ait des fumeurs de joints de 14 ans...) et de contrôler les produits, qui sont paraît-il plus chargés en THC, la substance active.

La bataille est perdue et il faut être idiot comme Darmanin et myope sur la société comme Macron pour s'y accrocher. Le shit est partout, au FN, dans la marine (eh oui, l'alcool est interdit, alors on s'occupe comme on peut), dans la police bien sûr, à droite, à gauche, ça fait bien longtemps que ce n'est plus une drogue de babas cool ou de hippies...

-------------------------------------------------

@ sbriglia

Evidemment que j'ai osé, l'occasion était trop belle. Mais maintenant, j'attends de vous de l'intelligence et que vous m'expliquiez en quoi notre société est devenue plus violente et en quoi la délinquance augmente.

Vous pouvez en outre lire le résumé de cette intéressante étude sur la délinquance et la criminalité en France en 2018 publiée par l'Observatoire national de la délinquance du ministère de l'Intérieur.

https://www.ihemi.fr/sites/default/files/publications/files/2019-12/RA_ONDRP_2019.pdf

Ne me remerciez pas c'est gratuit, j'aime dissiper l'ignorance, c'est plus fort que moi.

--------------------------------------------

@ Achille

Vous avez raison, les drogues rendent fou. Je propose une interdiction immédiate de l'alcool, car c'est vraiment trop dangereux comme substance. Non seulement il est présent dans un féminicide sur trois mais je me suis même laissé dire que des femmes prises de boisson tuaient leurs conjoints sous son emprise.

------------------------------------------------

@ Giuseppe

Vous avez raison, la manière forte s'impose. Comme aux Philippines ou au Brésil, comme le suggère un syndicat de policiers. Regardez à Rio, 29 morts dans une favela hier, c'est comme ça qu'on rétablit l'ordre, moi je vous le dis.

Giuseppe

@ Mary Preud'homme | 10 mai 2021 à 19:22

Relisez bien à qui je faisais allusion, à quel corps de terrain je pensais, fait plus pour gérer les contraventions (j'aime bien ce mot, il fait très rond-de-cuir) que courir derrière les crapules d'aujourd'hui.

Ce n'est pas de gardes-champêtres qu'il faut... Bon... Je vous avais déjà répondu, je ne vais pas recommencer, vous avez un côté vindicatif mal ordonné qui vous rend acariâtre et condescendante : "Allez donc faire un stage en situation réelle ne serait-ce qu'une semaine à la BAC..." Diantre !

Appelé du contingent, Verdun (les corbeaux, le ciel gris toute l'année, les routes givrées), brigadier pouvant parcourir une marche commando de 8 km en moins d'une heure avec tout le barda, une fosse de fin de parcours pour mériter une permission bien boueuse, être en binôme pour en sortir... Je ne vais pas vous la faire non plus vieux combattant... Mais relisez-moi, vous êtes d'une grande cécité des yeux et des oreilles.

Pourquoi pensez-vous que pour gérer Notre-Dame, Jean-Louis Georgelin est à la tête d'un tel ouvrage ?
Je suis un petit Georgelin à ma manière - toujours ma modestie -, alors vos invitations à deux balles pour comparaison... Qui n'est pas raison d'ailleurs, vous imaginez bien que je m'en... Mon noisette est prêt il ne peut pas attendre, cela vous laisse le temps de chausser vos lunettes et d'enlever vos oeillères. Une verveine pour vous devrait faire l'affaire.

sbriglia

« La regrettable mort du brigadier Masson est sans doute le résultat de la stupide offensive de Darmanin sur les points de deal... » (Tomas)

À la démence du réel il fallait rajouter la niaiserie d’une explication.
Tomas l’a osé.

Michelle D-LEROY

Récemment, j'ai pu assister à une vente de drogue dans mon centre-ville d'Orléans, en plein jour, il était 17 heures, alors que je me hâtais de faire une dernière course avant le couvre-feu, j'ai emprunté un passage pour raccourcir mon chemin. Un jeune Maghrébin vendait ses petits sachets et au moins trois personnes faisaient la queue. J'avoue avoir été surprise de voir cela dans ma ville (encore assez calme pour l'instant), en plein jour à la vue possible de tout le monde.

Tout cela pour dire que ces trafics progressent et deviennent banals.

Je pense que tous les discours sont faits pour nous amener à penser qu'il faut dépénaliser le cannabis pour un apaisement généralisé.

De mon point de vue cela ne solutionnera pas les problèmes de détestation des policiers car ces trafiquants changeront de trafics en vendant des drogues plus dures ou en se livrant à d'autres trafics illicites. Comment voudrait-on que ces jeunes qui gagnent le SMIC en un jour aillent travailler pour gagner la même somme en un mois ?
Et puis surtout il faut craindre que nos jeunes qui essaieront le cannabis en vente libre, ne deviennent accro. Et ça c'est un danger redoutable.

Le gouvernement actuel voudrait choisir la voie de la facilité pour régler un problème, sauf que ce problème est d'abord un problème de société, beaucoup plus profond qu'il n'y paraît.

sylvain

Un immense Zemmour ce soir sur CNews concernant la deuxième tribune des militaires actifs encore plus féroce que la première et tellement vraie.

Les islamogauchistes en ont pris plein leur calbute, que du bonheur !

Bravo Zemmour pour votre soutien envers ces patriotes qui dénoncent avec force ce gouvernement de traîtres collabos islamistes criminels.

CNews, Zemmour à 19 h, une fenêtre ouverte sur la liberté et la vérité contre la propagande honteuse minable de ces pourritures LREM.

Exilé

@ Robert
« Et il ont insufflé leur idéologie en premier lieu dans les hautes sphères du ministère de l’Éducation nationale, idéologie qui s'est diffusée par l'école, le collège, le lycée et l’université. Même le ministère de la Justice a été pénétré via le Syndicat de la Magistrature. »

N'oubliez surtout pas non plus la presse.
Car telle a été la stratégie d'entrisme préconisée par le trotskiste Lambert après avoir constaté l'échec de la révolution violente de Mai 1968.

Mary Preud'homme

@ Giuseppe 10 mai 18:21
"Il faut arrêter de se voiler la face, recruter des motivés, des lions pour défendre nos valeurs, pas besoin de la quantité, la volonté abat des montagnes.
Des croupes de percherons essoufflées au bout de quelques mètres de course, alors qu'il faut des corps d'élite entraînés, comme en Israël, qui ne voudra jamais mourir ni subir."
"Le nombre ne fait pas la performance, la qualification est un critère, la volonté est une puissance.
Gégé Collomb l'avait exprimé, ses paroles sous-tendaient une police formée, d'élite, entraînée, pas des gros c*ls bons pour faire la circulation"

Un peu d'honnêteté et de fair-play vous siéraient...
Voilà ce que vous avez écrit ce jour même à 14:06.
Alors à défaut de savoir de quoi vous parlez concernant les policiers de la Sécurité publique, ayez au moins le courage d'assumer vos erreurs et ne pas les imputer à une personne mieux informée que vous et qui tente de vous ouvrir les yeux.

Robert Marchenoir

Il est juste de souligner que nous dépassons ici la criminalité ordinaire. Il semble bien que le tireur ait agi de façon parfaitement irrationnelle. Il est clair qu'il ne pouvait manquer d'être rapidement arrêté, de même qu'il risque infiniment plus, à présent, qu'il n'aurait risqué en se tenant à carreau face à la police.

Nous sommes donc face à une haine des autorités qui va jusqu'au meurtre imbécile, si j'ose ce qualificatif.

Mais ce n'est pas pour autant que nous sommes face à un risque de guerre civile, comme le prétend la deuxième pétition de Valeurs Actuelles, tout aussi idiote que la première.

Les mots ont de l'importance, car il s'agit de déterminer des actions aptes à combattre la situation que l'on décrit.

Il n'y aura aucune guerre civile. Les instigateurs de la pétition de Valeurs Actuelles voudraient bien qu'ils y en aient une, car cela satisferait leur jouissance çavapétiste. Qui dit guerre, dit victoire d'un des deux camps, et bien sûr ceux qui fantasment sur "l'insurrection qui vient" s'imaginent en vainqueurs.

Raison pour laquelle la pétition se revendique de la Résistance... tandis que ses auteurs... je vous le donne en mille... se revendiquent comme résistants. Tu m'étonnes. Déjà que 100 % des Français étaient résistants en 1945... en 2021, ce taux doit bien atteindre les 250 %.

Personnellement, j'ai massacré 5 000 Arabes à Roncevaux de mes mains (ou un truc comme ça, il faudrait que je vérifie).

Pour savoir ce qui se passera si la dégénérescence actuelle continue, il suffit d'observer la situation dans les quartiers noirs les plus dévastés aux États-Unis, ou dans les nations sud-américaines gangrenées par le gangstérisme et la drogue (Brésil, Colombie, Mexique...).

Il n'y a pas de guerre civile dans ces endroits, ce qui supposerait qu'une partie de la population se dresse contre une autre, toutes les deux en armes.

Il y a abandon total d'un certain nombre de territoires à l'anarchie et au gangstérisme. La guerre, si guerre il y a, est menée d'une part par la police contre les criminels, dans les États de droit, voire par l'armée dans les cas graves ; et par des escadrons de la mort, dans des États moins soucieux de la légalité.

Et d'autre part, elle est menée par les criminels contre une population terrorisée et impuissante (loi du silence, enlèvements, rançons, tortures, assassinats, etc.)

Tandis que l'État lui-même est infiltré et corrompu par les éléments criminels. Point très important, car il obère de façon durable toute solution du problème.

Cette étape peut intervenir très tôt. Elle est déjà franchie dans certaines villes à municipalité noire aux États-Unis. Elle est déjà franchie chez nous, où le terme pudique de "clientélisme" couvre le noyautage de différentes municipalités par l'immigration délinquante musulmane.

On voit donc que cette obsession de "la guerre civile qui vient" est une distraction romantique et inopérante.

C'est bien pire que ça. Il faut lire la pétition de Valeurs Actuelles, pour bien comprendre à quel point ses auteurs se payent de mots. Ces derniers se réconfortent en imaginant une répétition de la Résistance : les bons d'un côté, les méchants de l'autre, et à la fin c'est moi qui gagne.

Petit détail, il n'y aura ni Britanniques ni Américains pour sauver notre peau cette fois-ci. Déjà, pendant l'Occupation, il y eut fort peu de résistants, et il est probable (on ne le dit jamais) que l'issue aurait été la même sans Résistance du tout.

Mais dans une éventuelle guerre ethnique menée par les gangs de la drogue, il n'y aura pas un seul résistant. Il aura des populations terrorisées, et les plus chanceux émigreront à l'étranger.

Le style déplorable et prétentieux de la pétition de Valeurs Actuelles montre bien qu'elle a été écrite par des intellectuels médiocres, et non par de vrais soldats. Ce qui, vu la fonctionnarisation de notre pays, n'exclut pas que certains soient, sur le papier, des militaires.

Lorsqu'on commence par se rebeller contre la discipline des armées, laquelle permet, et même oblige, les officiers à prendre les sanctions annoncées, je vois mal comment l'on pourrait combattre des hordes criminelles méprisant à ce point leur propre vie, qu'elles sont susceptibles de tirer à froid sur un policier pour le tuer.

Tout cela au nom du "respect" qui serait dû à ces messieurs, lesquels s'expriment exactement comme les chochottes gauchistes et leur petits protégés issus de l'immigration.

Dans une armée ayant la moindre chance d'arriver à ses fins, le respect, ce sont les subordonnés qui commencent par le manifester à leurs chefs.

Non, vous n'êtes pas des résistants, il n'y aura pas de résistance, et aucun nouveau de Gaulle ne viendra faire des moulinets avec les bras pendant que de vrais soldats étrangers viendront faire le boulot en mourant pour vous.

Il s'agit là d'une médiocre opération journalistico-électorale en préparation de la présidentielle.

Certainement pas d'une pétition. Une pétition "signée" par des anonymes, c'est un peu comme de l'eau sèche, ou une prostituée ayant fait vœu de chasteté.

Même le nombre des soi-disant militaires d'active signataires est gardé secret. Aucune information n'est donnée sur un éventuel processus permettant à des tiers de confiance de vérifier de quels militaires émane cette pétition, et de s'en porter garants.

Et pour que le moquage de figure soit total... la pétition est ouverte à la signature par tous (nul besoin d'être militaire), et c'est ce nombre-là qui est annoncé.

Ces grands résistants, si courageux, ne sont même pas capables de réclamer, en toutes lettres et à l'abri de l'anonymat, l'arrêt de l'immigration.

En fait, il n'y a pas une seule mesure concrète préconisée dans ce texte, sinon... les éternels "moyens". La fin des "restrictions budgétaires".

Mais ses auteurs sont certainement capables de vaporiser des concepts ronflants et des insultes à volonté : "honneur", "vérité", "gloire", "lâcheté", "fourberie", "perversion"... on se croirait sur un blog.

Le tout aboutit à faire croire, à des millions de Français, que c'est ainsi que l'on remédiera à la situation, et qu'une armée magique est prête à surgir de sa boîte pour les sauver. Cette illusion est criminelle.

Tomas

La regrettable mort du brigadier Masson est sans doute le résultat de la stupide offensive lancée par Darmanin sur les points de deal. Qui n'aura aucun résultat dans un pays qui compte plusieurs millions de fumeurs réguliers de cannabis.

En revanche, sur cette phrase, je vous prends en flagrant délit de démagogie populiste:

"J'ai le sentiment que nous ne sommes plus confrontés à une violence ordinaire, à une criminalité usuelle. Mais au déchaînement d'êtres qui s'ébattent dans l'espace national en méprisant les forces, police et Justice, qui devraient les intimider."

Si je comprends bien, vous "avez le sentiment" que la violence des criminels envers les policiers ne connaît de nos jours plus de limites et se déchaîne sans freins.

Regardons les chiffres: entre 2015 et 2020, d'après l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales cité par France Inter, entre 6 et 1 policiers ont été tués chaque année par des criminels.

https://www.franceinter.fr/justice/policiers-et-gendarmes-morts-en-service-des-causes-tres-diverses

Et comparons-les avec ceux d'un passé récent: deux chercheurs, Sébastian Roché et Laurent Mucchielli, nous apprennent que le risque pour un policier d'être tué par un criminel durant son service est deux fois inférieur à ce qu'il était il y a trente ans: en 1985, 31 policiers avaient été tués en service, et 20 en 1994.

https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/police/hommage-au-policier-tue-a-avignon-le-risque-pour-un-policier-d-etre-tue-est-deux-fois-inferieur-a-ce-qu-il-etait-il-y-a-trente-ans-explique-un-chercheur-du-cnrs_4617195.html

https://www.laurent-mucchielli.org/public/Des_metiers_a_risque.pdf

La même tendance s'observe pour le nombre d'homicides, puisque le taux d’homicides a baissé de 3 à 1,3 pour 100 000 habitants entre 1993 et 2017. Depuis 2008, le nombre d’assassinats (hors impact du terrorisme) est resté stable autour de 800 par an. Il faudrait le faire diminuer, certes, mais en temps de crise, visiblement, c'est un peu compliqué.

http://www.observationsociete.fr/modes-de-vie/de-moins-en-moins-dhomicides-en-france.html

C'est donc bien joli de hurler avec ses tripes, mais vous devriez laisser cela aux agitateurs de CNews ou de Sud Radio et faire preuve du recul qui en théorie sied à votre profession et votre qualité. Vous faites par votre diffusion d'une idée reçue fausse (la criminalité progresse) le lit des séditieux de l'armée et de la police, dont un syndicat ("Touche pas à mon flic, policiers en colère") invite le gouvernement à s'inspirer des méthodes d'Israël, des Philippines et du Brésil pour rétablir l'ordre dans les banlieues.

On a les références qu'on peut...

Vamonos

Gérald Darmanin annonce d'ores et déjà que l'assassinat du brigadier Masson est lié à la drogue. Je le vois venir de très loin. Quand le procès aura lieu, on va nous faire le coup de la bouffée délirante provoquée par la prise de drogue douce. La jurisprudence Traoré-Halimi pourra être appliquée et un criminel retournera dans la rue pour faire son commerce fructueux.

Giuseppe

@ Mary Preud'homme | 10 mai 2021 à 16:21

Vous dégainez sans lire ! Ne me faites pas dire ce que je n'écris pas.

Je parlais des municipaux (en grande partie), nous avons déjà eu ce débat, vous êtes impayable quand vous dégainez n'importe comment et rétorquez n'importe quoi, comme souvent d'ailleurs !

Regardez les reportages, formés pour la circulation et le PV pour le reste c'est se tromper. Bref, vous parlez comme très souvent sans réfléchir, je ne parlais pas des autres corps, et du problème politique qui va avec.

--------------------------------------------------------

@ Ninive | 10 mai 2021 à 16:16

Nous avons sans aucun doute les troupes qu'il faut, mais pas les chefs adaptés.
Construire du dense, pas du nombre, pas de "grands frères", la police de proximité est un leurre, elle n'aura de sens que lorsque la place sera reprise, quand l'église sera remise au centre du village.
Tout le reste est littérature.

Claude Luçon

Voilà le genre de billet dont nous avons besoin, le cri d'alarme d'un professionnel de la Justice en plus de celui des militaires.
Car cet épouvantable crime est le signe avant-coureur de la guerre civile crainte par les militaires.
Il ne peut y avoir d'autre explication, d'autre issue.
La disparition du sens civique et le règne du "il est interdit d'interdire" dans toute leur horreur !

Philippe, s'il vous plaît, lorsque vous êtes sur CNews, poussez de magistraux coups de gueule ! Vous poussez la courtoisie trop loin, elle n'est plus à la mode en ces temps où la grossièreté et la vulgarité sont la règle !
Ne laissez pas le terrain à un Zemmour, l'homme qui ne sait rien, n'a aucune expérience humaine ou pratique, mais explique tout sur tout. Hier soir il nous a débité une série d'imbécillités sur l'économie mondiale, dans un micmac épouvantable, ceci immédiatement après un dialogue Dessertine/Lenglet sur le même sujet qui était d'un niveau qu'on voudrait entendre souvent par des pros comme l'étaient ces deux-là.
Ce qui se passe côté Police/Justice est votre domaine, occupez le terrain, c'est le vôtre, clamez-le, d'autres vous suivront !

Permettez-moi une initiative, un plagiat : suivant votre exemple, je pense à créer un "Institut du coup de gueule" pour apprendre aux gens (oui, ça s'apprend) comment et quand le faire, ça aussi est un art, un genre de professionnalisme !
Pas à l'EDM bien sûr !
Pour l'apprendre aux gens trop courtois comme vous, quand les circonstances le demandent.
Le coup de gueule n'est pas seulement une réaction nerveuse incontrôlée, c'est aussi un outil de travail très contrôlé !
Venant soudainement, de temps à autre, d'un homme posé, calme, raisonnable et courtois dont ce n'est pas le caractère apparent, c'est d'une efficacité redoutable.
J'ai pratiqué cette technique lors de discussions avec des syndicalistes dans mon domaine professionnel, j'ai appris cela chez les Britanniques et leur flegme légendaire. Thatcher en était une experte, une "faible femme" se transformant en dame de fer !

Retour à Eric Masson. La façon dont les médias nous rapportent l'assassinat de ce policier est curieuse : on nous dit encore et encore que les suspects sont, je cite "des Français nés en France" !
Curieux !
En contradiction avec ceux nés ailleurs ?
Ces derniers seraient-ils moins français ?
Vexant à juste titre pour un Alain Finkielkraut !
Jusqu'ici quand un criminel était français, on nous fournissait le nom immédiatement. Nous avons eu le nom de Lelandais pratiquement dans l'heure suivant son crime ! On nous rabâche celui de Fourniret. Une série TV, indécente, a été faite sur celui de Xavier de Ligonnès, oubliant que sa femme et ses quatre enfants le portaient aussi !
Il faut s'appeler Dubois, Poirier ou Billard quand on commet un crime pour avoir les honneurs et la célébrité immédiats de la part de nos médias ?
Il est vrai que là il n'est pas besoin de préciser qu'ils sont français.
Mais pourquoi toujours occulter le nom des Français, d'origine étrangère, même lointaine, surtout maghrébine et africaine ?
Pas de célébrité immédiate pour eux, une forme de racisme en somme, dont, curieusement, ne parle pas Miss Traoré.
Cette fois-ci nous n'avons même pas eu droit à l'initiale du prénom comme lorsqu'un M, un A et un K ont massacré un chauffeur de bus !
Mary Preud'homme, Patrice Charoulet, Marc Ghinsberg... et moi sommes prévenus ! Ne commettons pas de crime sinon tous nos compères sur ce blog seront informés immédiatement !

Ce qui est troublant dans cette différence de traitement des citoyens est que dans ce cas les médias suivent la politique du gouvernement, une politique du silence ignorant la fameuse transparence tant vantée, qu'il est pourtant de leur devoir de critiquer tout comme il y a quelques jours ils nous rabâchaient la supposée brutalité de nos policiers.

Isabelle

HONTE ABSOLUE

Après la mort d'Eric Masson, voici ce qu'on trouve à Lyon, mairie de Grégory Doucet, EELV.

Un tag menaçant de mort les policiers et faisant référence au meurtre d’Éric Masson, le brigadier de policier abattu lors d’un contrôle anti-stups à Avignon le 5 mai dernier, a été découvert sur un mur à Lyon, le lundi 10 mai. Une enquête a été ouverte.

« Balle dans le front pour Éric Masson, prochaine cible => BST du 8e »

EDM se balade dans les Hauts-de-France et Darmanin précise que les assassins d'Eric Masson sont français. Nous venons d'avoir leurs noms, des Français de papier, d'origine maghrébine. Comme c'est étonnant !

https://www.bvoltaire.fr/lyon-un-tag-ciblant-eric-masson-et-menacant-la-police-du-8e-arrondissement/

D'autres du même tonneau viennent de mettre fièrement et sans aucun complexe le drapeau algérien sur une voiture de police.

https://twitter.com/david_rachline/status/1391683369579294722?s=19

Ils continuent de nous narguer puisqu'ils sont toujours impunis et excusés.
À part cela, les militaires ont tort de tirer la sonnette d'alarme...

revnonausujai

https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/05/10/homicide-du-policier-a-avignon-le-profil-des-suspects-intrigue-les-enqueteurs_6079759_3224.ht

Ilias et Ayoub, Français nés en France (sic) !

Ne rien voir, ne rien entendre, dire des sornettes ; à se demander si Darmanin ne souhaite pas le chaos et ne tente pas de le provoquer !

Exilé

@ Achille
« Qu’on le veuille on non, c’est bien le trafic de drogue qui a tué Eric Masson. C’est la drogue qui provoque des bouffées délirantes chez ceux qui la consomment, c’est la drogue qui permet aux dealers de s’armer et de tuer.
Ces derniers tuent sans état d’âme autant les policiers que les membres des réseaux concurrents. »

Pourtant, il faut, il faut que l'on vous dise,
On déplore un tout petit rien :
Un incident, une bêtise (chanson connue)

Ce petit rien, c'est tout simplement le fait que la généralisation du trafic de drogue et la violence allant de pair ont une certaine immigration pour vecteur et cette violence n’atteignait pas les mêmes proportions du temps des caïds popularisés par les films noirs des années 60-70.

Et quand d'autres types de crimes odieux et souvent impensables il y a une quarantaine d'années (dont les crimes « gratuits » et les attentats) sont commis, ont retrouve toujours cette même immigration derrière.
C'est comme cela, ce n'est qu'une constatation.

sylvain

10 MAI 1981 : date à jamais marquée du sceau de l'infamie socialiste.

Début de la longue descente aux enfers de la France :

Destruction de l'économie.
Chômage en augmentation.
Perte des valeurs morales, civiques et républicaines.
Culture de l'excuse inaugurée par Badinter avec le succès foudroyant de la délinquance, des crimes et de l'impunité.
Magistrature gauchiste antipolice : SM mur des cons complice des criminels.
Délitement de toutes les institutions chargées de veiller au bien commun.
Taubira la haineuse ex-indépendantiste délinquante anti-France nommée ministre par les socialistes, un comble !

L'espoir est apparu furtivement de retrouver une France fière, morale, républicaine, lors du mandat de Sarkozy finalement abattu par les tirs de barrage de toute la gauche ennemie de la France.

Hollande a continué à dépecer le pays et a transmis le relais au pire président criminel destructeur de la France que notre histoire aura connu :
Macron, l'anti-France trafiquant esclavagiste de migrants tueurs islamistes destinés à achever définitivement notre peuple, son histoire, sa culture, sa race, sa religion.

Mary Preud'homme

@ Giuseppe | 10 mai 2021 à 14:06

Que de vantardises, c'est exaspérant eu égard au sujet ! Atterrissez, nous ne sommes plus en 1960, époque où l'on avait encore le respect (et souvent la crainte) de l'autorité sous toutes ses formes, mais en 2021.

Et que viennent faire les policiers municipaux obèses de votre bled ici ? Une police au rabais, fruit de l'imagination socialiste, recrutée par le maire et n'ayant vraiment rien à voir avec les hommes et femmes de la police nationale, tant en matière de niveau, recrutement, formation en écoles de police, compétences et habilitations. Tout juste des gardes-champêtres ! Idem pour les ADS voulus par Jospin et ses acolytes, une sous-police de contractuels censée être à l'image des quartiers. À de rares exceptions près, autant de boulets pour les vrais policiers qui doivent se les respirer, leur servir de référents et combler leurs lacunes. On voit le résultat !

Ce qui cloche dans ce pays c'est, outre un pouvoir incompétent, défaitiste, lâche et destructeur à tous les étages, les gens comme vous qui parlent et critiquent sans connaître la réalité et le vécu des policiers, voulant une police à leur botte, tout en ironisant, contestant ou conspuant l'autorité quand ça les arrange ou les dérange !

Allez donc faire un stage en situation réelle ne serait-ce qu'une semaine à la BAC d'Argenteuil ou d'Evry, suivre un petit entraînement à la CRS de Bièvres ou avec les hommes d'une BRI. Et vous ferez moins le matamore !

Quant aux gardiens de la paix, officiers et commissaires de la Sécurité publique, chapeau, toujours en première ligne, ce sont eux les premières victimes de la racaille et qui paient le plus lourd tribut.

Alors un peu de respect Monsieur pour ceux ou celles qui y laissent leur peau ! Et de la compassion pour leurs familles dans la peine ou l'angoisse jour et nuit ! À commencer par les enfants... L'un d'eux me disait un jour "je suis fière de mon papa, mais je n'ai pas le droit de dire son métier"... Un autre : "j'ai peur des terroristes et quand papa n'est pas rentré à 10 heures du soir, ce qui arrive souvent, je n'arrive pas à dormir".
Sans compter les nuits d'insomnie d'une épouse ou d'une mère à guetter un pas dans l'entrée ou l'escalier. Etc.

À méditer devant votre noisette !

Ninive

@ Pierre-Antoine | 10 mai 2021 à 12:44

La France, grâce à Macron, est en train de constituer une base islamique d'invasion de l'Europe...

----------------------------------------------------

@ Giuseppe | 10 mai 2021 à 14:06

Vous avez raison c'est une histoire d'hommes... Je recommande de voir la fiche Wikipédia qui donne un exemple avec le général Yussuf (Vantini), mais il y en a tellement d'autres qui meublent notre histoire et puis il y a aussi les perverses comme notre chef actuel avec son ami adepte de l'évêque Pierre Cauchon.

-----------------------------------------------

@ Marc Ghinsberg | 10 mai 2021 à 07:48
"Combattre des gens qui ont des comportements de kamikazes sera forcément coûteux en vies humaines."

Conclusion : il faut les laisser faire !

Benyamin Netanyahou n'a pas le même avis que vous quand il s'agit de combattre l'islamisme et puis sur un autre chapitre aurait-il fallu ne pas s'interposer devant les Nazis et les Japonais dans leur conquête guerrière du monde ?

Xavier NEBOUT

@ Marc Ghinsberg
"Combattre des gens qui ont des comportements de kamikazes sera forcément coûteux en vies humaines."

Je suis bien votre raisonnement.

C'est pourquoi, et je ne cesse de le dire ici depuis longtemps, la bataille doit d'abord être entreprise sur le plan spirituel.

Mais comme la France a abandonné ce terrain et même nié qu'il existe depuis 1789, nous sommes condamnés à être dominés par l'islam. Nous rejoignons ainsi la célèbre et inéluctable prédiction de Chateaubriand : "Chassez le christianisme, et vous aurez l'Islam."

Reste la question de savoir s'il ne vaut pas mieux l'Islam que l'athéisme ; n'a-t-il pas eu pour vocation d'imposer un christianisme pour abrutis à coup de pied dans le c*l à des peuples d'abrutis ?

Ninive

L'appel de mai 2021

"Pour la survie de notre pays" : des militaires en activité publient une nouvelle tribune

https://actu.orange.fr/france/pour-la-survie-de-notre-pays-des-militaires-en-activite-publient-une-nouvelle-tribune-magic-CNT000001APvkL.html

Isabelle

Le triptyque intimidation, matraquage et formatage des esprits bat son plein.

EDM avec ses gros sabots pratique la même technique que les islamistes : l'intimidation. Son terrain de chasse comme il le claironne se situe dans le nord de la France.

Qui se ressemble, s’assemble !
Si EDM passe dans les Hauts-de-France, nous verrons fleurir moult mosquées.

Si Eric Masson est mort, c'est sans doute la faute du RN selon les neurones macronistes ankylosés et même enkystés.

Cet EDM, poussah grotesque, appelle en quelque sorte les Français d’origine immigrée à pourchasser les Blancs. L’heure devient de plus en plus grave ! Qui répand la haine finalement ?

Les gens du Nord (je les connais parfaitement) n’étaient en aucun cas racistes. Bien au contraire. Mais la macronie incite les minorités à les stigmatiser à présent. Honte absolue !

Ivan Rioufol le décrit ainsi : un personnage fruste aux mots gras.

Giuseppe

Quand on voit la police municipale de notre pays, des éléments en surpoids, des queues de cheval et des croupes de percherons, je ne peux croire à la capacité offensive efficace de ces corps.

Et les 10 000 îlotiers réclamés qui ne serviront à rien. Gras, bedonnants, une escouade pour maîtriser un "chiringlet", mon grand-oncle de l'escorte royale n'en aurait fait qu'une bouchée, ils étaient tous du même calibre paraît-il.

Il m'arrive de regarder sa photo en tenue d'escorte, un athlète me racontait ma maman, que du solide, il a traversé notre pays voisin pour échapper à ceux qui étaient à ses trousses, il était rompu, endurant, entraîné.

Il faut arrêter de se voiler la face, recruter des motivés, des lions pour défendre nos valeurs, pas besoin de la quantité, la volonté abat des montagnes.
Des croupes de percherons essoufflées au bout de quelques mètres de course, alors qu'il faut des corps d'élite entraînés, comme en Israël, qui ne voudra jamais mourir ni subir.

Le nombre ne fait pas la performance, la qualification est un critère, la volonté est une puissance.
Gégé Collomb l'avait exprimé, ses paroles sous-tendaient une police formée, d'élite, entraînée, pas des gros c*ls bons pour faire la circulation.

Notre beau pays a ce qu'il faut, il suffit d'une volonté politique sans défaillance, elle a des troupes, simplement leur faire confiance.
Le chef des armées est le Président dans la constitution, l'armée et la police française sont loyalistes, ils savent bien que nous sommes dans un beau pays.

Nous devons avoir honte de la Débâcle, d'une nouvelle débâcle pousser des charrettes et des poussettes pour fuir. "L'étrange Défaite" de Marc Bloch et pourtant défaite. Pour vaincre il faut de l'élite et du visionnaire, arrêter avec cette ineptie du manque de moyens, le confort de l'autruche mènera au désastre.

Des troupes d'élite formées, soutenues, les queues de cheval obèses au sens médical, vues dans les images ne sont que cautères sur une jambe de bois.
Il faut les imaginer courir derrière des racailles.

Des guerriers il n'en manque pas, le politique ne doit plus avoir peur, peur de son ombre, pour gratter un ballon dans un regroupement il faut y mettre toute sa foi, sa "grinta" et le soutien sans complaisance de son entraîneur : le ruck offensif et le crampon affûté et des bras pour aller chercher la gagne, le ballon qui vous mène à la victoire.

sbriglia

"Ils sont français, nés en France", a ajouté Gérald Darmanin, en précisant qu'ils étaient connus pour trafic de stupéfiants. L'homme soupçonné d'être l'auteur des tirs, et celui qui serait son complice, sont âgés d'une vingtaine d'années. La quatrième personne est une femme, sœur d'un des hommes interpellés." 

On est rassurés...

On aurait pu croire que c’étaient des Asiatiques...

Pierre-Antoine

Eric Masson est mort à cause du fantasme de Monsieur le Ministre de la Justice, garde des Sceaux.
Il a affirmé que le sentiment d'insécurité était un fantasme et que le terme d'ensauvagement n'était pas approprié. Il doit certainement avoir les mêmes informations que moi et même beaucoup plus complètes et précises :
"Nous sommes le troisième pays le plus mal classé des 27 de l'Union européenne en matière de vol, le deuxième le plus mal classé en matière d'agressions" (Gérard Larcher Président du Sénat 02/09/20).

Est-ce que le sentiment d'impunité fait partie du fantasme qui a tué ce brigadier de police ?
Le sentiment que l'Etat manque d'action sécuritaire relève-t-il du même fantasme ?
Dire que Macron "n'a pas réussi à protéger les Français" complète-il ce fantasme ?
L'Etat doit "répondre à la réalité de l'insécurité" et "revoir sa doctrine du maintien de l'ordre" et surtout la rigueur de la justice à rendre.
Pour cela il doit sortir du fantasme que la République est une et indivisible... Car tous les jours dans les cités, certains lieux de culte et même sur les bancs de la sacro-sainte Education nationale, la réalité dépasse le fantasme.
Demandez aux familles des "sauvagement assassinés" si cela relève du fantasme.

GERARD R.

Ce triste fait divers (car il est en voie de banalisation) m'interroge sur une déclaration que Zemmour avait faite et qui avait fait naître une espoir (à ce jour déçu, un de plus) sur une éventuelle "opération Ronce" qui selon le polémiste allait mettre les choses à plat. M'est avis que ladite opération a été reportée sine die. Allô, Éric ??

Robert

Parfaite analyse, Monsieur Bilger, qui pourrait se résumer dans ces deux courts passages :

"Je comprends bien pourquoi Gérald Darmanin cherche à relier absolument l'assassinat du brigadier Masson à la drogue: cette explication entoure d'une horrible rationalité le fait criminel. Mais l'ignoble dépasse ce cadre, il est qu'un dealer, sans autre motivation que le désir de fuir, dans le rapport entre sa délinquance et le pire qu'il va commettre, choisisse ce dernier. Parce que la police n'est plus rien et que cet Etat ne fait plus peur.
[...]J'ai le sentiment que nous ne sommes plus confrontés à une violence ordinaire, à une criminalité usuelle. Mais au déchaînement d'êtres qui s'ébattent dans l'espace national en méprisant les forces, police et Justice, qui devraient les intimider."

Le seul bémol que je prononcerais se rapporte à votre expression "cet Etat qui ne fait plus peur". En effet, le rôle de l’État n'est pas de faire peur mais avant tout de protéger le peuple français. Les forces de l'ordre sont organisées pour surveiller le territoire, pour faire respecter l'exécution des lois et réprimer les infractions qu’elles constatent, au besoin par la force dont elles sont les seules légitimes dépositaires. Ce n'est qu'ici que le sentiment de peur doit (ou devrait) être inspiré aux délinquants qui ne s'y soumettent pas.

En réalité nous avons un Etat qui a abandonné le "principe d'autorité", à commencer par celle des maîtres d'écoles qui sont maintenant soumis quasiment aux seuls désirs des parents... Et maintenant on arrive à relativiser le meurtre d'un policier en service ordinaire par un personnel politique uniquement capable de faire des phrases et qui soutient ses forces de l'ordre comme la corde soutient un pendu !

En réalité, l’État a perdu la bataille de l'idéologie républicaine avec ses exigences absolues par l'acceptation d'un relativisme toujours plus grand. Plus aucun absolu, que du relatif. C'est même l'antienne culturelle de monsieur Jack Lang qui a conduit monsieur Macron, aboutissement de cette idéologie, à considérer qu'il n'y avait pas de culture française !

J'ai regardé hier soir sur France 5 le documentaire "La case du siècle : Henri Weber, le rouge et la rose". L'on trace supposément l'itinéraire d'un ancien trotskiste assagi et devenu européiste convaincu au sein du PS. Mais si l'on se permet de faire une analyse idéologique, l'on comprend qu'après Mai 68 et l'échec de la prise du pouvoir par la violence prônée par Trotski, il est redevenu un pur marxiste-léniniste qui a opté, comme la plupart de ses pairs, pour la méthode de la subversion du système par l'entrisme au plus haut niveau de l’État. Et il ont insufflé leur idéologie en premier lieu dans les hautes sphères du ministère de l’Éducation nationale, idéologie qui s'est diffusée par l'école, le collège, le lycée et l’université. Même le ministère de la Justice a été pénétré via le Syndicat de la Magistrature.

Cette idéologie, intégrée par la gauche américaine, nous revient aussi en boomerang par le biais de toutes les modes actuelles du racialisme, de l'indigénisme, de la repentance et même maintenant par la voix du philosophe Michael Sandel qui pourfend le mérite, fondement même de nos principes républicains : ici, https://www.letemps.ch/culture/michael-sandel-pourfend-tyrannie-merite ; où là : https://www.lefigaro.fr/vox/societe/michael-sandel-l-elite-diplomee-croit-meriter-son-succes-et-ne-se-sent-desormais-aucun-devoir-20210510

Et, au fond, on peut constater que c'est sans doute aussi le moule de la pensée présidentielle qui maintenant, selon son perroquet de Premier ministre, veut supprimer l"élitisme du choix des préfets pourtant, depuis Napoléon 1er, représentants de l’État dans leurs départements...
Monsieur Macron avait écrit son livre "Révolution" pour sa première campagne présidentielle. A la lueur de son expression "France, nation-palimpseste", on comprend bien qu'il ne se place pas dans une continuité historique dans laquelle se sont pourtant inscrits nos Révolutionnaires, mais bien dans le principe de la table rase, de l'effacement du passé, principe fondamentalement trotskiste ! Le nouveau monde nous dit-on...

Florestan68

Cher Philippe Bilger,

Bravo à vous pour ce cri de colère.

Il est bien évident que ce meurtre est la conséquence directe de la mise en cause systématique des forces de l'ordre par certains associations et partis politiques, par certains journalistes (Libé est la lie de cette profession), et par le président de la République soi-même.

Trois mesures s'imposent dans l'urgence :

1) permettre aux policiers de tirer dès qu'ils sont menacés. Celui qui se met hors-la-loi de façon grave ne doit plus pouvoir s'en prévaloir. Et en subir toutes les conséquences.

2) mettre en place des peines réellement dissuasives pour tous ceux qui menacent les forces de l'ordre, avec une détention systématique et immédiate.

3) suivre le conseil du modéré Barnier en instaurant un moratoire immédiat sur l'immigration, responsable de la quasi-totalité des délits, crimes et meurtres dans ce pays.

Sur ce dernier point, on sourit de la vitesse avec laquelle il a été rappelé que les suspects arrêtés à Rémoulins étaient français. Oui ...mais de papier, et détestant la France !

GARCIA

"…une police républicaine aurait le devoir d'accomplir sa mission sur tout le territoire national mais encore faudrait-il qu'elle ne soit pas présumée coupable face aux voyous qui l'agressent - et trop mollement défendue par des autorités politiques qui préfèrent lui rendre hommage par le verbe plutôt que par une soutien constant et effectif (...)
La terrifiante nouveauté est d'abord dans l'arrogance d'un trafic en plein centre-ville mais surtout dans le constat que les malfaiteurs d'aujourd'hui, à cause de la faiblesse de plus en plus délétère de ce pouvoir, n'hésitent pas à tirer sur un fonctionnaire de police, à le tuer (...)
(..)déchaînement d'êtres qui s'ébattent dans l'espace national en méprisant les forces, police et Justice, qui devraient les intimider.
(...)à force de ne plus être crainte, la force a changé de camp et est devenue impunité et arrogance chez les malfaiteurs…"

Heureusement face à la faiblesse des réactions de nos gouvernants actuels (bien sûr), avant c'était mieux n'est-ce-pas !! La Justice est là pour nous protéger en condamnant sévèrement ces assassins, fini le rappel à la loi, la Justice est ferme partout sur le territoire, n'est-ce pas...
On peut toujours rêver.


Marc Ghinsberg

@ Xavier NEBOUT

Qu’on me permette un hors sujet, mais peut-être pas tant que ça, pour répondre à une interpellation qui n’est pas médiocre de Xavier Nebout.
Vous me demandez ce que je pense de votre thèse selon laquelle « il ne peut pas y avoir de nation sans règles sociales communément acceptées, qu'elle ne peuvent être acceptées sans philosophie du droit et donc de transcendance commune, et donc enfin de religion commune. »

Je pense comprendre ce que vous exprimez. La conclusion de votre raisonnement c’est la dictature. L’histoire enseigne que l’on ne peut se mettre vraiment d’accord sur une religion commune, par conséquent si vous pensez qu’elle est nécessaire, il faudra d’une manière ou d’une autre l’imposer.
L’autre option est de faire un pari audacieux sur la raison qui permettra de dégager des valeurs communes. Ainsi je suis prêt à parier qu’un jour vous finirez par admettre que les femmes sont les égales des hommes (je ne dis pas qu’elles sont identiques).
On n’a pas besoin d’être d’accord sur tout pour vivre ensemble. La preuve, malgré nos désaccords « irréductibles » nous pouvons échanger.
C’est déjà un énorme progrès que de se mettre d’accord sur les points de désaccord.

letarsier

Il y a quand même - aussi - les trafics qui prospèrent et ce n'est pas un hasard si nos suspects étaient en route vers l'Espagne, probable étape vers des cieux plus ensoleillés encore.

À quand une tribune, puisque c'est à la mode, de la magistrature pour réclamer davantage de moyens et de places de prison ? Car ce n'est pas se montrer cynique que de dire qu'une partie de son travail se résume à gérer un nombre de places assez limité.

Ninive

Merci monsieur le Magistrat honoraire pour ce plaidoyer.

Dans ma ville, envahie de plus en plus par une population bantoue qui s'additionne à celle des Maghrébins à tel point que certains quartiers leurs sont totalement dévolus, nous simples citoyens blancs savons reconnaître les lieux de distribution de la drogue en pleine ville... ce n'est pas sorcier, il suffit d'observer les va et vient qui se font dans les petits commerces africains... connus évidemment de la police...
Mais quand un préfet sur ordre du pouvoir central laisse faire que voulez qu'il se passe ? rien !

Nous avons laissé l'invasion sauvage s'épanouir sur notre sol sur ordre de nos présidents successifs ; nos policiers ne peuvent plus rétablir l'état de droit surtout lorsque les parlementaires, les ministres, le président, les trahissent...

Pour les Gilets jaunes on crevait des yeux et l'on arrachait des mains, qu'attend Macron pour en faire autant avec les dealers, les voleurs, les violeurs, les incendiaires, les meurtriers ? Il fait des phrases et supprime les préfets pour mettre à leur place des copains-coquins qui lui feront de la pub !

Macron n'aime pas la France et il le prouve tous les jours.

Achille

Au-delà de l’indignation suscitée par la mort de ce policier tué lors d’un simple contrôle d’un point de vente de cannabis, c’est l’effet dévastateur qui rejaillit sur l’opinion publique. Le trop c’est trop qui peut conduire à une montée de la colère, certes justifiée, mais qui a toujours été mauvaise conseillère.

Qu’on le veuille on non, c’est bien le trafic de drogue qui a tué Eric Masson. C’est la drogue qui provoque des bouffées délirantes chez ceux qui la consomment, c’est la drogue qui permet aux dealers de s’armer et de tuer.
Ces derniers tuent sans état d’âme autant les policiers que les membres des réseaux concurrents.

D’où l’intérêt pour les FDO d’intervenir munies d’un gilet pare-balles, y compris pour des opérations aussi banales que celle d’un point de vente de cannabis.
Avec un gilet pare-balles, Eric Masson serait encore en vie.
Toute ma compassion pour l’épouse et les deux enfants de ce policier victime de son devoir.

Le tueur présumé et son complice ont été arrêtés aujourd'hui. Espérons que la Justice fasse enfin son devoir sans faillir !

sbriglia@Marc Ghinsberg

"Celui qui agit ainsi fait preuve, me semble-t-il, d’un total mépris de la vie. De celle des autres puisqu’il n’hésite pas à tuer gratuitement, mais de la sienne propre puisqu’il prend des risques inconsidérés pour lui-même "
Rédigé par : Marc Ghinsberg | 10 mai 2021 à 07:48

Un homme qui face à un énième rappel à la loi ou un sursis probatoire préfère risquer trente ans de réclusion criminelle ne me semble pas faire preuve d'un "total mépris de sa vie" mais plutôt d'une pathologie psychiatrique lourde.

"Prendre des risques inconsidérés pour lui-même" est la plus étrange (j'avais commencé à écrire "déplacée" mais j'ai trop de respect pour votre intelligence) litote que l'on puisse entendre en l'espèce…

Exilé

Eric Masson n'est pas mort à cause de la drogue !

Évidemment, pas plus que d'autres de ses collègues, ou les chauffeurs de bus battus à mort, ou Sarah Halimi défenestrée ou Samuel Paty décapité, ou bien les Français lambda poignardés pour « un mauvais regard » ou pour avoir croisé un « déséquilibré » ou, ou...
Se reporter à la rubrique des faits divers qui masquent en réalité de nouveaux phénomènes de société, inconnus il y a seulement une cinquantaine d'années.
La liste est longue de ces victimes mortes de façon différente de la même cause principale, que Philippe Bilger ne nomme pas ici même quand il écrit :

J'ai le sentiment que nous ne sommes plus confrontés à une violence ordinaire, à une criminalité usuelle. Mais au déchaînement d'êtres qui s'ébattent dans l'espace national en méprisant les forces, police et Justice, qui devraient les intimider.

Cette cause est tout simplement, ce que chacun est forcé de reconnaître à condition d'être doté d'un minimum de bonne foi c'est-à-dire de ne pas être contaminé par le gauchisme, une certaine immigration incompatible avec nos mœurs, nos lois, notre pays et nous-mêmes si nous nous considérons comme étant des Français historiques issus de la même civilisation.

Ignorer cette réalité en s'abritant derrière des prétextes spécieux pour s'en tenir à des généralités désincarnées et décalées sur la question de la violence est non seulement une perte de temps mais encore un comportement criminel dans son refus de s'attaquer à la racine du mal, en lui laissant encore davantage d'occasions de se manifester.

Xavier NEBOUT

Parfait.
Mais alors, on vote pour qui ? Français, ou pour le petit commissionnaire de l'internationale .... - .... ( autocensure) ?

https://www.valeursactuelles.com/societe/exclusif-signez-la-nouvelle-tribune-des-militaires/

Dommage pour les quelques lignes de trop concernant 1940, mais nous ferons avec.

sylvain

Eric Masson a « peu » de soutiens parmi la gauche :

Dès ce matin, Stéphane Peu, le communiste délétère haineux, attaque fort et pas qu’un peu la deuxième tribune des généraux qu’il accuse d’être d'extrême droite et bien entendu le chaos de la France doit être imputé au RN.

Donc Eric Masson est victime de l'extrême droite, c'est évident quand c’est dit par un islamogauchiste fanatique collabo. On savait qu'ils avaient « Peu » de neurones, mais dans ce cas ça devient pathologique voire psychiatrique.

Les émeutes quotidiennes dans tout le pays, c'est le RN.
 
Stéphane Peu est élu dans le Racaillistan de la Selle-saint-Vomi, il est donc du côté de son électorat arabo-africain quels que soient les faits divers de cette communauté et il ne faut pas les fâcher, les élections arrivent.  

Et puis alors le régal avec l'inénarrable et indécrottable Gérard Leclerc égal à lui-même : « C'est difficile à dire, c'est pas si simple, c'est plus compliqué que ça » ; on est bien avancé avec des carpettes pareilles.
 
EDM : « Le RN c´est le chaos », un crachat de plus sur Eric Masson et toutes les victimes de sa politique criminelle islamomacronienne.
 
Autres arguments chez les islamogauchistes : Sarko a supprimé le Renseignement.

Quand on sait que la gauche omerta padevaguiste couchée soumise ne tenait aucun compte des renseignements trop gênants politiquement et donc qu'ils étaient priés de se taire, Sarko a eu raison de les supprimer. 
Les RG étaient réduits à compter les statistiques dans la rubrique des chiens écrasés, c'est moins gênant.

Sarko a supprimé 10 000 îlotiers :

Quand on sait aussi que ces malheureux agents de la paix (socialiste) étaient priés par les caïds appelés très démagochistement « les grands frères » de tourner la tête et jouer au ballon avec les racailles pendant les trafics, Sarko a eu raison de les supprimer. 

En somme, tous ces de gauche ne changeront jamais, même si un de leurs proches était assassiné par leur protégés, ils accuseraient toujours le RN et Sarko. 

En passant je plussoie à donf Mme Le Pen pour sa sublime réplique du bracelet antirapprochement envers le bibendum harceleur EDM, ministre des criminels, qui s'est ramassé une belle baffe.

Isabelle

"Eric Masson n'est pas mort à cause de la drogue. Mais parce qu'à force de ne plus être crainte, la force a changé de camp et est devenue impunité et arrogance chez les malfaiteurs.
On attend avec impatience les leçons des humanistes professionnels. Ils déplorent. Mais le brigadier Masson est mort." (PB)

Un journaliste a même dit que les dealers sont "désarçonnés, désemparés". Nouvelle excuse pour expliquer la mort d'un policier en pleine ville et en plein jour.

Pour tous nos soldats :

https://www.valeursactuelles.com/societe/exclusif-signez-la-nouvelle-tribune-des-militaires/

Tipaza

Superbe billet qui pointe le vrai problème de la déliquescence de la France.
À la peur du gendarme qui maintenait la société en ordre a succédé l’anarchie violente qui gouverne la rue, en attendant de gouverner le pays.

Ne nous trompons d’analyse, cette anarchie n’est pas une fin en soi.
Elle est l’avant-garde d’un ordre qui veut remplacer celui existant et veut nous effacer.
La violence n’est que le symptôme d’une maladie mortelle provoquant la dissolution de tout ce qui fait notre raison de vivre, plus même, notre vie.

L’aveuglement des « élites », de ceux qui n’ont d’autre ambition que leur personne est impressionnant !
Ils n’ont rien compris, ne veulent rien comprendre, ne cherchent pas à comprendre .
On en vient à se demander si la langue de bois qu’ils pratiquent est calculée ou naturelle, si leur surdité associée à leur aveuglement n’est pas la marque d’une incompréhension totale de la situation ou alors, et c’est plus grave, une forme de complicité qui leur assurerait la paix des palais pendant que la nation vivrait sa lente mais brutale disparition .

Une nouvelle tribune des militaires vient d’être publiée dans Valeurs actuelles :

https://www.valeursactuelles.com/societe/exclusif-signez-la-nouvelle-tribune-des-militaires/

À la précédente, Michel Barnier qui s’est lancé lui aussi dans la course à l’échalote, a évoqué « un besoin de considération » de la part des militaires (sic) (Le Figaro aujourd'hui).
C’est dire son niveau d’incompréhension de la réalité ou sa capacité de dissimulation dans une langue orwellienne.
Ni mieux, ni pire que Darmanin ou Macron, en niant le problème, ils évitent de chercher une solution, qu’ils ne veulent pas trouver, car elle les mettrait en contradiction avec leurs mensonges .

Lodi

Les dealers agressifs sont tout ce qu'on veut mais avant tout de mauvais commerçants.

D'abord, ils font du hors-sujet s'ils sont antifrançais et ont la volupté de la violence.
Au lieu d'être des entrepreneurs normaux : je gagne ma vie en étant mon propre maître.

Ensuite, contrairement à de plus fins, ils n'ont pas le niveau informatique ni l'idée de payer des pros pour installer un système informatique afin que les clients se fournissent par le courrier, comme s'ils commandaient quelque chose à manger plutôt que de faire des courses, de la cuisine...
Enfin, bref, pour couper court.

Je comprends la fracture numérique côté client mais côté vendeur ? Un commerçant doit penser en commerçant donc en fournisseur, pas en chef de bande.
Non seulement le trafic est plus sûr vis-à-vis de la police, mais les clients notent les commerçants, ce qui augmente le niveau de la drogue, ce n'est pas Cinquante millions de consommateurs mais pas si mal.
C'est l'intérêt du dealer loyal envers le client d'en passer par là, l'intérêt de celui qui veut rester sur le marché de le devenir... sauf si on préfère un marché illisible pour tromper !
Et se confronter à la police : dans l'urgence et la violence, le consommateur aura du mal à avoir la liberté de choisir et la qualité stagnera.
Est-ce un but recherché ?
On pourrait le penser mais les chefs de bande dont on parle semblent hors-sujet et pas forcément très intelligents.

Bref, si on est rationnel, on ne dispute pas le territoire à l'Etat, on en change constamment, un peu comme les multinationales qui sont partout et nulle part, selon l'offre et la demande.

Qui se confronte à l'Etat sombre dans la démesure, qui est toujours punie... Et tout cela parce qu'on pense en fait mesquinement, comme un chef de bande, sans envisager l'espace dans sa globalité et avoir une démarche comparable au plus grand.
Mais accessible si on est assez bon en informatique ou assez bon recruteur pour avoir quelqu'un s'occupant de ce travail.

Il y a une façon civilisée et non mesquine de faire du commerce, même illégal... Il y a aussi une façon civilisée de consommer les drogues, et les deux logiques doivent se soutenir mutuellement. Ces logiques sont les mêmes, et de l'intérêt de tous et de chacun.

Marc Ghinsberg

« Eric Masson n'est pas mort à cause de la drogue. Mais parce qu'à force de ne plus être crainte, la force a changé de camp et est devenue impunité et arrogance chez les malfaiteurs. » (PB)

Je ne suis pas sûr que cette explication soit suffisante.
Je ne suis pas sûr que quelqu’un qui tire en plein centre-ville sur un policier puisse imaginer qu’il le fasse en toute impunité. Celui qui commet cet acte, qui par son mode opératoire rappelle les actes terroristes, ne peut ignorer qu’il s’expose à un tir de riposte qui peut lui être fatal. S’il réussit à prendre la fuite, il sait qu’il a peu de chances de ne pas être retrouvé avec les équipements de vidéo-surveillance qui équipent désormais les centres urbains, et quoi qu’on dise de la justice il sait qu’il ne s’en tirera pas avec un simple rappel à la loi.

Celui qui agit ainsi fait preuve, me semble-t-il, d’un total mépris de la vie. De celle des autres puisqu’il n’hésite pas à tuer gratuitement, mais de la sienne propre puisqu’il prend des risques inconsidérés pour lui-même à l’image des terroristes. Ce n’est après tout pas étonnant de la part d’individus qui règlent leurs différends à coup de kalachnikovs.

Si cette analyse a un fondement, elle est encore plus inquiétante que l’explication de Philippe Bilger. Combattre des gens qui ont des comportements de kamikazes sera forcément coûteux en vies humaines.

Patrice Charoulet

Cher Philippe,

Je souscris entièrement à vos réflexions de ce jour sur la mort d'un brigadier de police.

paul

Au fond le combat contre le trafic de cannabis est perdu. La lutte contre les trafics coûte "un pognon de dingue". On sait qu'il vient du Maroc, mais le roi du Maroc est un ami. Le ministre s’enferre dans l'interdiction, ce faisant il fait le jeu des trafiquants de tout poil qui en fonction du risque font monter les prix. Il a peur que la légalisation entraîne vers d'autres trafics, peut-être vers des braquages. Eh oui ces messieurs sont habitués à l'argent facile issu du trafic et aux allocations en tout genre.

Une vraie lutte devrait s’articuler sur trois points: une mise en garde des pays producteurs à travers la suppression des aides multiples et variées pas toujours utiles, une légalisation surveillée comme en Californie, une vraie répression de ce qui est interdit, mais là il faudrait que la justice "évolue"...

F68.10

Félicitations pour ce billet.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS