« Les indignations sélectives : un scandale... | Accueil | Fait-elle LENFANT ? »

04 mai 2021

Commentaires

Claude Luçon

@ Marc Ghinsberg | 04 mai 2021 à 11:45

Un des rares vieux copains qui me restent, Italien, jésuite, archevêque, herméneute du Pape François, à qui j'ai adressé en copié/collé une partie du texte de Philippe et du vôtre, vient de me répondre :

"La Congregation qui a la responsabilité du longue chemin pour arriver a une béatification et à une canonisation (proclamer la sainteté) s'appelle "Congregation des Causes des Saints". Donc le relatif procés paraitrà, le moment venu, une fois approuvé la publication des "Actes".
L'adresse de la Congregation est "Piazza Pio XII, 10, Rome 00193, Italie; tel 06.69.88.42.44 , fax 06.69.88.19.35.
Dans le livre n'apparait pas une adresse mail. Desolé de ne pas pouvoir aider davantage.
Peut-etre qu'on purrait mieux s'adresser pour informations au Procureur Général des Petits Fr. de Jésus, Fr. Lorenzo Chavelet,
C. P. 13021 (tel 06.45.04.232) 00195 Roma 4 Terme, Italia; e-mail: [email protected]"

À vous de creuser !

Exilé

@ Isabelle
« Quant à la notion de "miracles", tout ce qui existe est voué au temps, au hasard et à la mort. Ne cherchons pas d'explications éthérées et compliquées. Tout est tellement plus simple. »

Mais alors, comment expliquer par exemple les vols planés de St. Joseph Cupertino, à de multiples reprises devant témoins ?
Le plus simple n'est-il pas de se faire humble devant les faits ?

-----------------------------------------------------

@ Patrice Charoulet | 04 mai 2021 à 09:49

Belle recension à propos des miracles émanant de la part de gens qui sont considérés (parfois à tort) comme des esprits supérieurs mais que cela n'empêche pas nécessairement de raconter des bêtises.

Toujours à propos du surnaturel, ajoutons cette citation due à Michel Audiard :

« La justice, c'est comme la Sainte Vierge, si elle n'apparaît pas de temps en temps, le doute s'installe. »

Yves

Il faut croire aux miracles. Ils aident l'espérance et ils sont un bienfait pour les bénéficiaires. Bien sûr, en termes statistiques, leur productivité est médiocre.
Mais quelle joie entière pour un individu, même de grand âge, d'entendre: "Vous avez survécu ; c'est un miracle". Ce sont les propos de mon médecin, l'an dernier, après que cinq hospitalisations sont venues à bout des attaques du virus de Wuhan et ont atténué deux de mes comorbidités.

Philippe Bilger passe bien vite sur les tribulations de la région PACA. Voilà des personnes de bonne volonté qui s'apprêtaient à porter les couleurs de la majorité présidentielle dans une honorable assemblée et qui ne seront plus candidats ; ou alors "coiffés" par Muselier.
Mais c'est pire qu'une muselière:
Littré 7 vol. "muselière: Lien qu'on met au museau de quelques animaux pour les empêcher de mordre, de paître".
"Si on laisse aller le furet sans muselière, on court risque de le perdre, parce qu'après avoir sucé le sang du lapin, il s'endort." Buffon.

Charlotte

Samuel Paty et Stéphanie Monfermé auraient préféré la terre.
La macronie nous prend vraiment pour les perdreaux de l’année.

Après la décapitation de Samuel Paty, nous avons eu droit à la séquence surjouée concernant l’arrestation du fameux Zecler. Avec en prime, la haine attisée contre les policiers.

Après le meurtre de Stéphanie Monfermé à Rambouillet, nous avons eu droit à la séquence à nouveau surjouée de la tribune des militaires.

« Fausse indignation après la tribune des généraux : un contre-feu après l’attentat de Rambouillet »
https://www.valeursactuelles.com/societe/fausse-indignation-apres-la-tribune-des-generaux-un-contre-feu-apres-lattentat-de-rambouillet/

La macronie fonctionne comme les islamistes. Après un attentat, un égorgement, les islamistes envoient leurs femmes voilées se faire remarquer face à des caméras pour crier au scandale et à l’islamophobie.

Qui se ressemble s’assemble !

« Taqqiya, un procédé connu qui n’opère efficacement que lorsqu’il est soutenu par un deuxième procédé redoutable : al-Madhlomiyyah, la victimisation. Après chaque attentat islamiste, une affaire de voile éclate ! L’art de gagner sur tous les tableaux par l’inversion accusatoire. »

Assez des larmes de crocodile !

Savonarole

@ Achille | 04 mai 2021 à 11:49

Welcome back Achille.
Ce blog c’est comme l’addiction au tabac, j’ai essayé cent fois d’arrêter.
Sbriglia avait raison, vous êtes revenu. Confusément il souhaitait votre retour car il faut toujours le son du triangle dans un orchestre.

sbriglia@Achille

...Ce dernier va devoir, à nouveau, supporter mes petits bols d’eau tiède…
Rédigé par : Achille | 04 mai 2021 à 11:49

Quelle joie de savoir que votre talon peut faire un 360 en si peu de temps !

Mary Preud'homme

"Dieu ne peut être présent dans la création que sous la forme d'absence."
(Simone Weil, La Pesanteur et la Grâce)

Marc Ghinsberg

@ Exilé

Merci sincèrement pour cette documentation. Elle est édifiante, de mon point de vue.

Denis Monod-Broca

@ F68.10

Je ne connaissais pas cette étape de la pensée mathématique que Leibnitz nomma "Analysis Situs". Merci pour l’info.
Ça n’explique pas pourquoi, sinon par goût de la contestation, vous avez cru bon d’apporter une soi-disant réponse à sa question sans réponse, « pourquoi quelque chose plutôt que rien ? »

Tipaza

@ Achille | 04 mai 2021 à 11:49

"Heureux qui, comme Achille, a fait un beau voyage,
Ou comme cestuy-là qui conquit la toison,
Et puis est retourné, plein d'usage et raison (??)
Vivre dans ce blog, le reste de son âge !"
Pcc : Du Bellay

Et puisque Achille promet "je vais tâcher de ne pas être trop envahissant, à l'avenir", rappelons-lui que:
"Chaque atome de silence
Et la chance d'un fruit mûr".

Pour la présidentielle de 2022, je crois qu'il n'y a que Sainte Rita, la sainte des cas impossibles et des causes désespérées, qu'on puisse invoquer pour nous épargner Macron.

F68.10

@ Denis Monod-Broca
"Vous êtes né trop tard, c'est dommage. Leibnitz aurait sûrement été enchanté d'avoir votre réponse, simple et argumentée, sinon même définitive, à sa fameuse question."

C'est Leibniz qui est né trop tôt:

"C'est Leibniz qui proposa l'appellation "Analysis Situs" pour une science à venir. Bien peu de savants essayèrent de s'avancer dans cette direction au XVIIIe siècle. Il y eut bien sûr Euler, mais aussi Vandermonde. Voici un extrait de l'introduction de l'article : « Quelles que soient les circonvolutions d'un ou de plusieurs fils dans l'espace, on peut toujours en avoir une expression par le calcul des grandeurs ; mais cette expression ne seroit d'aucun usage dans les Arts. L'ouvrier qui fait une tresse, un réseau, des nœuds, ne les conçoit pas par les rapports de grandeur, mais par ceux de situation : ce qu'il y voit, c'est l'ordre dans lequel sont entrelacés les fils. Il seroit donc utile d'avoir un système de calcul plus conforme à la marche de l'esprit de l'ouvrier, une notation qui ne représentât que l'idée qu'il se forme de son ouvrage, et qui pût suffire pour en refaire un semblable dans tous les temps. Mon objet ici n'est que de faire entrevoir la possibilité d'une pareille notation, et son usage dans les questions sur des tissus de fils. [...] Leibnitz promit un calcul des Situations, et mourut sans rien publier. C'est un sujet où tout reste à faire, et qui mériteroit bien qu'on s'en occupât. »" -- Association Henri Paul de Saint-Gervais issue du CNRS.

Ce fut alors plus tard Henri Poincaré qui pondit un petit chef-d'œuvre d'article dans les presses de l'École Polytechnique dans lequel il esquissa un programme de recherche sur l'Analysis Situs. Qu'on appelle maintenant la topologie algébrique. Depuis, René Thom nous a pondu un programme d'étude des "catastrophes" en topologie qui a progressivement fusionné avec l'étude des singularités. Lesdites singularités semblent apparaître comme phénomènes dissimulant des unifications dans les cadres conceptuels tels que la théorie des supercordes. Cette classification des singularités est liée à des choses connues sous le nom de diagrammes de Dynkin. C'est cela qu'il convient de développer pour avoir le plus de données théoriques pour tenter de répondre avec précision à votre question: le "Pourquoi ?". Ça, c'est pour le versant théorique.

Leibniz étudiait les mathématiques et la physique sous Huyghens. À l'époque, Huyghens peaufinait les travaux de Galilée sur l'oscillation du pendule pour nous amener dans l'ère de la mesure du temps avec la création des horloges. Depuis, Einstein a unifié le temps et l'espace. Feynman a unifié (en partie) la physique quantique et la relativité. La mesure du moment magnétique de l'électron permise par Feynman constitue la donnée physique manifestant la plus précise coïncidence entre prédiction théorique et mesure expérimentale parmi toute donnée physique fondamentale comparable. Et, depuis, les gens semblent avoir trouvé une incohérence entre prédiction théorique et mesure expérimentale au sujet du moment magnétique du muon. C'est dans l'actualité. Une physique nouvelle semble apparaître. Ça, c'est pour le versant expérimental.

Cela relève donc de l'évidence qu'il y a nombre de choses que nous ne savons pas encore. Leibniz est donc né trop tôt. Ou plutôt: il est né juste au bon moment, le temps de communiquer ses idées au sujet de l'Analysis Situs et de passer le relais à Poincaré, qui a été très doué dans l'art de récupérer le bâton. Nous n'en serions pas là où nous en sommes sans eux.

Exilé

@ Marc Ghinsberg
« Pour satisfaire ma curiosité d’athée, quelqu’un pourrait-il m’indiquer comment accéder à la « longue enquête » menée par l’Eglise qui a permis d’attribuer le « miracle » intervenu en 2016 à « l’intercession » de Charles de Foucauld mort en 1916 ? »

Oui, mort au siècle en 1916 mais entré dans l'éternité en même temps.

Vous pouvez consulter un résumé ici :

https://www.vaticannews.va/fr/eglise/news/2020-06/charles-de-foucauld-miracle-canonisation.html

Isabelle

Miracle, ce n'est pas pour aujourd'hui. Achille devait quitter ce blog, le voilà revenu !

Quant à la notion de "miracles", tout ce qui existe est voué au temps, au hasard et à la mort. Ne cherchons pas d'explications éthérées et compliquées. Tout est tellement plus simple.

Les "miracles", l’optimisme ? C'est une attitude réservée aux bluffeurs, à tous ceux qui font semblant de ne pas savoir que l’existence est tragique. Je préfère la lucidité, qui n’exclut ni l’humour ni les plaisirs.

Peut-on être à la fois pessimiste et heureux ?

"Oui, mais cela ne se décrète pas… Se réjouir de la tragédie de vivre n’est pas une affaire de raison ni de volonté – de sagesse –, mais de complexion personnelle. Je crois que tout le monde est pessimiste, au sens où tous les hommes font l’expérience de l’inconsistance et de l’absurdité de leur existence. Nous sentons intimement qu’il n’y a pas de monde, ni ordre ni architecture universels, que nous sommes des monades acosmiques livrées au non-sens et à la dissolution de toutes choses. Mais il y a deux manières de vivre avec ce sentiment. D’une part il y a le grand nombre des pessimistes malheureux, que l’inexistence du monde terrorise tant qu’ils se convertissent à l’optimisme du salut et gobent le bluff éthique – tous ces discours qui font miroiter une vie bonne, réussie, authentique, réconciliée avec la mort, la vieillesse, la souffrance et l’échec. D’autre part il y a le petit nombre des pessimistes heureux, qui, eux, s’accommodent du pire et prennent parfois le parti d’en rire – car ils ont ce sens de l’insignifiance que l’on appelle l’humour. Bien sûr, quand ils philosophent, les pessimistes heureux s’avèrent décevants aux yeux de la foule, car ils ne délivrent aucun message de consolation. Assurés, comme Wittgenstein, qu’ils doivent se taire quand ils ne pourront rien dire de significatif sur la meilleure façon de vivre, ils aggravent leur cas quand ils évoquent ce dont personne ne veut entendre parler, à savoir le néant de tout."

"Je n’ai jamais rencontré de philosophe épanoui." F. Schiffter

Optimisme, bonheur, miracle : ceci relève du "bluff éthique".

Robert

"À vrai dire je n'ai jamais apprécié les esprits forts et péremptoires, la laïcité pure et dure se vantant de sa sécheresse sans horizon ni transcendance, les inaptes au songe et à la transcendance (quelle que soit sa nature et d'où qu'elle vienne). À la rigueur je supporterais qu'on nie l'existence des miracles à condition qu'on ne crache pas sur leur infinie liberté d'advenir."

Que vient ici faire la laïcité, Monsieur Bilger ?
Il suffit de se reporter au texte de la loi du 9 décembre 1901 :
Article 1er : « La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l'intérêt de l'ordre public. »
Article 2 : « La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte. (...). »

La canonisation du Père Charles de Foucauld par le pape François est une affaire intérieure à l’Église catholique qui reconnaît un miracle dans le fait que le charpentier ait survécu à une chute de 16 mètres. C'est son affaire : l’État n'a pas à en juger ; le citoyen est libre d'adhérer ou pas. Point !

Mais sans doute n'est-il pas inutile de rappeler les circonstances de sa mort qui lui avaient valu sa béatification en 2005 :

https://www.herodote.net/1er_decembre_1916-evenement-19161201.php#:~:text=Le%201er%20d%C3%A9cembre%201916%2C%20le%20p%C3%A8re%20Charles%20de,Grande%20Guerre%20que%20par%20la%20mort%20d%27un%20missionnaire.

Achille

Tel le fils prodigue de la Bible, je reviens parmi vous. Inutile de tuer le veau gras pour autant.

J’ai cherché sur Internet des blogs parlant de l’actualité de tous les jours. Mais c’est la foire d’empoigne comme ici.
Il y a beaucoup de blogs thématiques : cuisine, jardinage, littérature, cinéma, droit, etc. Mais pas vraiment passionnants.
Je confirme donc que « Justice au singulier » est, vraiment, le meilleur blog français sur le net actuellement. Avec des qualités que l’on ne retrouve nulle part ailleurs : liberté d’expression, possibilité de corriger ses posts en cas d’erreurs (ce qui m’arrive souvent), correction des fautes d’orthographe, sans oublier la patience et la gentillesse de Pascale Bilger.

Ainsi que le proclamait une vieille réclame des années 50 qui disait « Félix Potin on y revient », pour Justice au singulier c’est pareil. Désolé pour mon petit « nervous breakdown » comme dirait sbriglia.

Et puis il y a sur ce blog des intervenants que j’apprécie : les insolences de Savonarole, les anecdotes sur le ballon ovale de Giuseppe, celles aussi du doyen du blog Claude Luçon, les commentaires jamais agressifs de Michel Deluré avec qui je partage bien des idées même si l’on n’est pas du même bord, et également les petites perfides de Tipaza et de sbriglia. Ce dernier va devoir, à nouveau, supporter mes petits bols d’eau tiède…

Ainsi que certains commentateurs me l’ont recommandé, je vais tâcher de ne pas être trop envahissant, à l'avenir. Mais je ne garantis rien…

Je constate que notre hôte croit aux miracles. Il en aura besoin pour la prochaine élection présidentielle de 2022 car Bruno Retailleau président, il faudra vraiment une intervention divine ! :)

Marc Ghinsberg

Pour satisfaire ma curiosité d’athée, quelqu’un pourrait-il m’indiquer comment accéder à la « longue enquête » menée par l’Eglise qui a permis d’attribuer le « miracle » intervenu en 2016 à « l’intercession » de Charles de Foucauld mort en 1916 ?

Exilé

on se moquera de l'Eglise si naïve

Si en matière de manifestations du surnaturel il existe une chose qui ne puisse être imputée à l’Église, c'est bien sa naïveté, et ce pour diverses raisons.

Une de ces raisons est le risque de se trouver face à des supercheries.
Une autre est de prendre pour un miracle d'origine divine, un prodige qui pourrait être d'origine diabolique.
Une troisième, humainement compréhensible, est que les ecclésiastiques ayant à gérer ce genre de situations sont souvent les premiers ennuyés.

Ainsi, quand un père-abbé apprend que dans son monastère le dernier des frères dont il a la charge, un homme humble, parfois illettré, semble évoluer au milieu de phénomènes difficilement explicables, il est souvent le premier à le traiter avec dureté, comme s'il était un falsificateur.
Peut-être y a-t-il aussi dans ce cas une question d'amour-propre, quand le principal membre d'une communauté recherchant la sanctification se voit dépassé en ce domaine par plus modeste que lui...

Les miracles existent, c'est un fait avéré et ils sont nombreux pour les plus spectaculaires, pour ne pas citer ceux qui n'auront probablement jamais l'honneur d'être médiatisés.

Citons parmi quelques cas spectaculaires les dizaines de lévitations de Saint Joseph de Cupertino qui entrait parfois subitement en lévitation - souvent à plusieurs mètres de hauteur - suite à une extase, ce qui a été constaté par des témoins dignes de foi.
Eh bien, ce grand saint a néanmoins été tenu de vivre reclus une partie de sa vie suite aux ordres des plus hautes autorités ecclésiastiques pour « ne pas créer de troubles à l'ordre public », dirions-nous aujourd'hui...

Denis Monod-Broca

@ F68.10

Vous êtes né trop tard, c'est dommage. Leibnitz aurait sûrement été enchanté d'avoir votre réponse, simple et argumentée, sinon même définitive, à sa fameuse question.

boureau

"Charles de Foucauld"

Un visage inoubliable qui a marqué des générations de jeunes gens élevés dans les institutions religieuses dans les années cinquante.

Pour plus d'un à cette époque, un tournant dans leur vie spirituelle.

Mais qui emploie encore le mot spirituel ?

Cordialement.

F68.10

@ Denis Monod-Broca

"Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? dit Leibnitz."

Il suffit d'ouvrir les yeux pour constater qu'il y a bien des choses devant vous. Cela devrait suffire à lever tout doute en la matière.

Aliocha

"C’est la foi qui est facile et de ne pas croire qui se-
rait impossible. C’est la charité qui est facile et
de ne pas aimer qui serait impossible. Mais c’est
d’espérer qui est difficile.

(à voix basse et honteusement)

Et le facile et la pente est de désespérer et c’est la
grande tentation."

Merci, ô notre hôte, de rappeler que France rime avec espérance, pays qui sait que père et fils ont choisi d'être frères :

"Il pense avec tendresse au temps où il ne sera plus même un propos.
C’est à cela, c’est pour cela qu’il travaille, car n’est-ce pas pour ses enfants que l’on travaille.

Il ne sera plus qu’un corps dans six pieds de terre sous six pieds de terre sous une croix.
Mais ses enfants seront.
Il salue avec tendresse le temps nouveau où il ne sera plus.
Où il ne sera pas.
Où ses enfants seront.
Le règne de ses enfants."

https://fr.wikisource.org/wiki/Le_Porche_du_myst%C3%A8re_de_la_deuxi%C3%A8me_vertu

Denis Monod-Broca

Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? dit Leibnitz.
Nous n'en aurons jamais fini avec ce mystère.
Croire qu'on peut tout comprendre conduit à ne plus rien comprendre.
D'ailleurs plus on comprend, plus le domaine du compréhensible et du connu s’accroît, plus le domaine de l'incompréhensible et de l'inconnu s'accroît, lui aussi.
Cependant l'issue "miraculeuse" de la chute de Charle était-elle chance ou miracle ? Est-il certain qu'elle échappe aux lois de la mécanique et de la résistance des corps ? À chacun de croire en sa version, et aussi d'en douter...

PAUL

Je trouve votre texte très beau, courageux et tonique. Merci c'est un bon début de journée.

vamonos

Après une chute de seize mètres de hauteur, le charpentier devrait être décédé. Si aucune égratignure n'a été détectée, cela nécessite une explication. J'ai l'esprit ouvert et je suis prêt à entendre les experts dans tous les domaines. Mais attention, n'étant pas né de la dernière pluie, je sais que l'eau mouille. Il existe une frontière floue entre le contrat de service formalisé et l'escroquerie qui ne laisse pas de trace fiscale.

La longue enquête réalisée par le Vatican semble sérieuse, mais les preuves sont-elles fiables ? Le Vatican aurait pu être mystifié par le Diable, ce ne serait pas la première fois.
Est-on sûr de la hauteur ? Comment a-t-elle été mesurée, enregistrée et rapportée ? Qui a fait les constations ? Dans quelles dispositions étaient les témoins ? Sont-ils dignes de foi, ou pas ? Le charpentier est-il tombé directement au sol ou bien sa chute a-t-elle été entravée à plusieurs reprises par l'échafaudage, une bâche et du sable à l'arrivée ?

Quand la science est impuissante à expliquer les faits, on peut se tourner vers la science-fiction. Un fantôme aurait pris le charpentier dans ses bras éthérés pour le déposer au sol. Un champ électromagnétique aurait contré les effets de la gravité. Ainsi la formule de la pesanteur "P=mg" aurait été ponctuellement annulée.

Quand la science, la science-fiction et les religions traditionnelles ont fini par lasser, on peut commencer à consommer du gourou sur Internet ! Depuis la nuit des temps, face à l'incompréhensible et au surnaturel les gens ont choisi de déléguer leurs peurs et leurs impénétrabilités au sorcier du coin pour interpréter les signes et leur fournir de réponses. De nos jours, on entend tout et n'importe quoi. Il y a de quoi être sceptique face à des gens qui soutiennent mordicus que la réincarnation est indiscutable, que les êtres de lumière nous entourent et qu'il faut prier devant plusieurs lieux de culte différents pour libérer l'âme d'un défunt coincée entre deux niveaux. La consultation coûte l'équivalent de quelques euros payables en cryptomonnaie. L'année 2021 et les contraintes du confinement laissent des traces dans l'état psychique des citoyens ! La France retombe dans l'obscurantisme.

Croire au Ciel ou ne pas y croire est avant tout une affaire personnelle. En tout état de cause, je laisse toujours un crédit à Dieu, moi le simple mortel pincé entre deux éternités, une avant ma naissance et une autre après ma mort. D'autant plus que je ne pourrai jamais expliquer l'éternité.

Patrice Charoulet

Cher Philippe,

J'ai lu avec intérêt vos réflexions sur le miracle.

Voici quelques avis antérieurs, notés par votre serviteur en lisant des livres :

Dieu ne fait pas tous les jours des miracles. (Fénelon)
*
Miracle est un terme équivoque. (Malebranche)
*
Toute la nature est pleine de miracles, mais de miracles de raison. (Leibniz,1692, lettre écrite en français)
*
Des hommes de bien, des hommes de génie : voilà mes miracles. (Voltaire)

*
Il est absurde de croire des miracles, c'est déshonorer en quelque sorte la Divinité. (Voltaire, 1764)
*
Un miracle est la violation des lois mathématiques, divines, immuables, éternelles. (Voltaire, 1764)
*
Oser supposer à Dieu des miracles, c'est réellement l'insulter. (Voltaire, 1764)
*
Dès que la raison vient, les miracles s'en vont. (Voltaire, 1764)
*
Les miracles sont les preuves des simples. (Rousseau)

*
En 1515, la bourgeoisie et le bas peuple croyaient fermement aux miracles : chaque village avait les siens. (Stendhal, 1827)
*
Aujourd'hui , les miracles s'usent. (Musset, 1837)
*
Un miracle public est devenu une chose assez rare, depuis que l'homme s'est avisé de regarder dans les manches du bon Dieu. (Nerval, 1851)
*
Pour les auditoires grossiers, le miracle prouve la doctrine, pour nous, la doctrine fait oublier le miracle. (Renan)
*
Quelque recherche qu'on ait faite, jamais un miracle ne s'est produit là où il pouvait être observé et constaté. (Littré)
*
Il n'y a dans la nature ni contingence, ni caprice, ni miracle, ni libre arbitre. (Edmond Goblot)
*
La notion du miracle ne peut plus guère se soutenir dans son vieux sens théologique et précis, de violation des lois de la nature. (Jules Lachelier)
*
Le miracle, considéré à la loupe, risque d’être toujours contestable. (Alain)
*
Et, si l'on faisait des miracles quelque part, je n'irais pas y voir. (Alain)

*
Tout est miracle, sauf certains miracles. (Giono)
*
Hier, on voyait beaucoup de saintes Vierges ; aujourd'hui, on voit beaucoup de soucoupes volantes. (Marc Oraison, 1960)

Tipaza

Il faut encore et toujours appliquer la vieille règle de sagesse :
Ne rien prévoir, sinon l'impossible,
Ne rien attendre sinon l'inattendu.

Le père Charles de Foucauld ayant réussi à sauvegarder Charle des conséquences mortelles de sa chute, on pourrait peut-être le solliciter pour qu'il permette à la France de se relever indemne de la chute aux enfers qu'elle vit en ce moment.

Quoique, ayant été assassiné par ceux qui assassinent, ici et maintenant, je me demande s'il peut faire grand-chose.

Concernant les miracles auxquels je crois, la vie est elle-même un miracle incompréhensible (tautologie), les saints ne sont que des intercesseurs, à moins que tout ne soit écrit sur le Grand Livre du destin.
Dans l'Antiquité, chez les Grecs, même les Dieux ne pouvaient échapper au destin, le maître absolu du déroulement des événements.

Nous ne serions alors que les acteurs d'une pièce de théâtre écrite de tout temps, mais il nous appartient comme acteurs, de bien ou mal la jouer.

Narcisses

Il faut bien trouver une explication à l'inexplicable et Dieu est là.
Je ne vais pas énoncer ici la somme de l'inexplicable qui a été expliqué, et qui sous peu le sera par l'intelligence humaine.
À mon avis c'est un aveu de faiblesse extrême de croire plutôt que d'agir.

Celtapiou

Lorsque j'étais enfant, il était donc une fois... mon père répondait souvent à mes questions par ce mot de MYSTÈRE qui m'impressionne encore !

La saison n'incitant guère au romantisme, je vous sais gré de nous offrir un moment miraculeux qui nous repose des bassesses de nos "Importants" !

Julien WEINZAEPFLEN

Le miracle est l'exception qui confirme la règle. Dira le scientiste ? Teilhard de Chardin abonde dans son sens: Dieu a tellement aimé la nature, proposera-t-il dans "Ce que je crois", qu'Il l'a laissé établir ses lois, lesquelles Il n'enfreint qu'exceptionnellement, à l'occasion du miracle. Dieu a laissé la nature à ses lois et la Bible n'est pas un ouvrage scientifique, écrira François Varillon, un peu facilement à mon gré.

Mais alors se pose une autre question: pourquoi Charles le charpentier, guéri par Charles de Foucauld qui sera canonisé pour cela, et pourquoi pas un autre ? C'est ce que j'ai ressenti à la lecture de "Lourdes" de Zola, ouvrage éreinté par Léon Bloy avec beaucoup plus d'injustice que le film "Le miraculé" de Jean-Pierre Mocky ne le fut par la critique catholique issue de Roc et de Pierre d'André, qui forma Marie-Noëlle Tranchant du "Figaro". Dans cet épisode de ses "Quatre évangiles", le vieux positiviste provençal, "l'Emile", ayant achevé ses "Rougon Macquart", décrit l'itinéraire de Marie de Guersaint, femme handicapée qui guérit à Lourdes, portée par sa foi, sous les yeux ébahis d'un prêtre amoureux d'elle, Pierre, qui perd la foi, mais reste prêtre.

Mon meilleur ami n'a jamais connu le bonheur. Un jour, il se rend à Dozulé avec un islamiste bosniaque rencontré dans sa cité de Bobigny. Ils trouvent la maison de la voyante Madeleine Aumont. Celle-ci reconnaît mon ami qui ne l'avait jamais prévenue de son intention de la visiter: "Vous êtes untel ?
- Oui.
- Vous avez été élevé par des soeurs ?
- Oui.
- Et vous avez été malheureux ?
- Oui.
- Je vous demande pardon, mais il faut que je vous laisse, je dois préparer des pizzas pour mes petits-enfants."

Et Madeleine Aumont de congédier mon ami sur cette reconnaissance que Dieu le connaissait, l'aimait. Ce n'était pas ce qu'il était venu chercher, cela il le savait.
J'ai été émerveillé par ce miracle de reconnaissance. Mon ami ne connaissait ni son père ni sa mère. Mais ce miracle ne lui suffisait pas. Il espérait que la voyante de Dozulé lui dirait s'il rencontrerait une femme dans sa vie et connaîtrait le bonheur. Elle s'est esquivée et il n'a jamais rencontré l'une ni connu l'autre.

Je me languis d'une Eglise qui croit à nouveau au miracle. Moi j'y crois, mais je manque de sagesse.

Patrick EMIN

Cher Philippe,

Point n'est besoin de se gausser pour relever la naïveté de vos propos, tout émerveillé que vous êtes par le surnaturel, religieux ou non religieux, on ne sait point d'ailleurs. Y en a-t-il deux espèces ? Les anges ont-ils un sexe ?

Tomber de seize mètres, la belle affaire, on peut se tuer en tombant de sa chaise ou survivre en tombant de 3 200 mètres, comme Juliane Margaret Beate Koepcke ou mieux (pire ?) comme Nicholas Alkemade qui survécut à une chute de 5 600 mètres durant la Seconde Guerre mondiale. À moins de voir des Charles de Foucauld partout, doit-on crier au miracle à chaque instant, à chaque chose que l'on ne comprend pas, que l'on ne comprend tellement pas qu'on l'explique sans explication en lui collant l'étiquette toute prête de Dieu ? Je ne vois pas de miracles dans le monde mais j'y vois du merveilleux tous les jours.

Et pour la sécheresse, ma foi, si j'ose dire, c'est bien aux sources des religions qu'on la trouve le plus communément et l'eau des bénitiers n'a jamais étanché la soif de connaissance de personne. Les pauvres constructions de l'esprit des religieux pour nommer ce qu'ils ne connaissent pas font pâle figure à côté des merveilles de notre monde, celles que l'esprit humain a exploré et les autres.

Je m'étonne que vous confondiez (à dessein ?) la laïcité et le matérialisme, que vous opposiez la laïcité et la transcendance, comme si la religion était propriétaire de la transcendance, elle a déjà phagocyté la morale, ne trouvez-vous pas qu'elle a déjà assez abîmé les hommes ?

Il y a des mystères dans le monde, de la beauté, des horreurs aussi, mais rien qui ne soit la propriété ou la propre chose des religions. Je veux bien vous accorder un miracle: qu'une construction intellectuelle aussi pauvre et sèche qu'une religion subsiste encore à notre époque, tient du miracle.

Pierre BENHAIEM

Et pourtant, même à une époque où règne l'esprit terre à terre, où nos représentants n'ont pas la tête dans les étoiles tout en étant hors-sol, le mystère de Jeanne d'Arc, laquelle aida un autre Charles, continue de nous hanter.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS