« Penser sur tout, parler de tout, est-ce devenu impossible ? | Accueil | Un blog en vacances... »

27 juillet 2021

Commentaires

Isabelle

@ Robert Marchenoir

Je suis uniquement contre le pass, vieux ronchon. Faut tout lire au lieu d'inventer. Toujours aussi déplaisant. Vite un vaccin contre la goujaterie !

Exilé

@ Claude Luçon
« Moins de mots et plus de technologie tout simplement ! »

Je suis de ceux qui admirent les possibilités offertes par la technique, mais qui n'oublient pas qu'elle n'est qu'un moyen comme un autre, normalement au service de l'humanité, sans prendre la place de l'homme.

Ceci dit, quand l'homme utilise la technique à des fins discutables, nous risquons de plonger dans le totalitarisme.
Il faut savoir par exemple que les Chinois expérimentent dans certaines écoles des vêtements équipés de puces et autres capteurs supposés transmettre les informations relatives aux mouvements des enfants pour en déduire leurs émotions...

------------------------------------------

@ Robert Marchenoir
« en Angleterre, la police parvient à saisir un nombre impressionnant de couteaux par ce moyen, sachant que la capitale connaît une effrayante épidémie de meurtres par arme blanche. »

C'est bizarre, en France la police n'a pas l'air d'avoir encore compris que par des vérifications élémentaires de ce genre, cette épidémie qui n'a rien à envier à une autre montée en épingle et qui fait aussi des ravages (120 coups de couteau portés par jour) pourrait être limitée...
Bon, n'accusons pas la police, nous savons tous que le Législateur et la justice se liguent contre elle pour la priver de ses moyens.

Michel Deluré

Moins de délinquance et une corrélation entre délinquance et certaines populations qui en sont à l'origine moins évidente à faire généreraient sans nul doute moins de contrôles dits « au faciès ».

Lorsque la probabilité d'être en situation irrégulière ou lorsqu'un niveau de délinquance est plus élevé dans une population type et dans certaines tranches d'âge de cette population, doit-on alors s'étonner que les contrôles effectués par les forces de l'ordre ciblent plus particulièrement cette même population ?

Alors, plutôt que de s'engager dans une action de groupe pour dénoncer cette pratique qu'ils considèrent comme discriminatoire, ceux qui s'engagent dans cette voie feraient beaucoup mieux de se mobiliser pour combattre ce qui est en fait à l'origine de ces contrôles, à savoir la présence sur notre territoire de personnes en situation irrégulière, à savoir encore la délinquance elle-même, ses origines, ses territoires d'élection, les populations qui s'y adonnent.

Les contrôles ne sont en fait qu'un aspect, bien accessoire et non le plus important loin s'en faut, d'un problème beaucoup plus profond et préoccupant que nous nous montrons incapables depuis longtemps de résoudre.

Marcel

Cette perception moderne du racisme devrait conduire naturellement les militants à exiger que les SS, dans les films historiques, soient interprétés par des comédiennes et des comédiens noirs.

Jérôme écrit : "Je suis délinquant, vous me contrôlez, vous me rendez mes papiers, qu'est-ce que le contrôle change à mes délits passés ou futurs si aucune procédure n'est en cours à mon encontre ? rien. Inutile. Supprimons ces contrôles."

C'est pourtant l'essence de la police de proximité : celle qui fait que lorsqu'un délit est commis, les policiers du voisinage en identifient et arrêtent l'auteur rapidement, parce qu'il n'est pas un anonyme mais quelqu'un dont le comportement, les fréquentations et occupations font que des policiers ont trouvé utile de savoir quel était son nom.

Robert Marchenoir

On va tenter de se faufiler entre les couinements hystériques d'Isabelle. Tout le monde a bien compris, je crois, que vous étiez opposée à la vaccination et que vous n'aimiez pas Emmanuel Macron. Vous allez nous le redire combien de fois ?

J'ai rarement vu une telle dégoulinade de commentaires aussi dépourvus d'originalité, aussi répétitifs, et à ce point pompés sur les sites de propagande les plus médiocres qui soient.

Savez-vous que nous sommes parfaitement capables de lire Boulevard Voltaire sans votre aimable assistance ? Qui croyez-vous convaincre avec votre arrosage continu ?

De quoi parlait-on, déjà ? Ah oui ! les contrôles au faciès. D'abord, notons que cette expression témoigne de la prise de pouvoir des communistes par le noyautage de la langue. L'expression même est un slogan gauchiste, remontant je suppose à la guerre d'Algérie. Maintenant, tout le monde parle de contrôles au faciès, y compris les députés.

Il y a mille exemples de cette tactique de manipulation qui verrouille le débat : il est impossible de discuter la chose, puisque les mots mêmes qui la désignent suggèrent qu'elle est détestable.

C'est pareil avec le "racisme", la "discrimination", le "sexisme", le "mépris de classe"... (un petit nouveau, celui-là). Vous n'allez tout de même pas me dire que vous défendez le racisme ? hein ? HEIN ?

Comme personne ne se donne jamais la peine de définir le racisme, ou le contrôle au faciès, que par construction c'est une horreur et qu'il n'y a aucun autre mot disponible pour les désigner, eh bien vous avez perdu la bataille intellectuelle et politique avant même de la livrer.

Donc c'est quoi, au juste, les contrôles "au faciès" ? Littéralement parlant, il s'agit, pour la police, de contrôler les individus en fonction de leur visage, de leur aspect extérieur, de leur allure. Il s'agit d'exercer une discrimination en vertu de la "note de gueule".

Ce qui est le b.a-ba du travail de la police. Si vous lui interdisez de faire ça, autant "defund the police", comme le réclament les Black Lives Matter : autant supprimer la police, et la remplacer par des travailleurs sociaux (c'est ce que veulent les BLM, et plusieurs municipalités américaines ont commencé à leur donner satisfaction).

Mais le contrôle au faciès, cela veut dire surtout que la police ne devrait pas contrôler les bronzés plus que les autres.

C'est la base même de l'idéologie anti-raciste, ou anti-machin. Les membres de tous les groupes désignés comme "protégés" par la gauche doivent être traités exactement comme les "vieux mâles blancs", quoi qu'il arrive.

S'il y a 10 % de Noirs dans la population, et qu'il n'y a pas 10 % de Noirs parmi les prix Nobel de physique, c'est forcément que le prix Nobel est raciste. Ça ne peut pas vouloir dire que les Juifs et les Blancs sont meilleurs en physique que les Noirs.

Cela suffirait déjà à détruire une civilisation, mais notez bien que cette définition de "l'anti-racisme" est dépassée depuis belle lurette. Ça, c'était la revendication, mettons, dans les années 70.

Depuis, nous avons franchi deux degrés : premièrement, ça ne suffit plus que les Noirs aient 10 % des prix Nobel de physique (ou 10 % des contrôles d'identité). Il faut qu'ils aient davantage de prix Nobel que les Blancs, puisqu'il y a un retard à rattraper, une injustice qui doit se payer.

Deuxièmement, qu'ils en aient 20 % ou 30 %, ça ne suffira jamais, puisqu'il y a de toute façon un "racisme institutionnel" dans la société : même si on ne le voit pas, il existe quand même. Un Blanc peut donner tous les gages "anti-racistes" qu'il veut, il sera toujours émetteur d'un fluide nocif appelé le "privilège blanc", un peu comme le scorpion ne peut pas s'empêcher de piquer la grenouille.

Tandis que les Noirs, eux, ne sauraient être racistes, par définition. Ils le disent explicitement. Aucune concession en leur faveur ne saurait donc être suffisante.

Ce que je décris n'est pas une vue de l'esprit : c'est l'état actuel des revendications de la gauche américaine. Lesquelles traversent l'Atlantique à la vitesse d'une "fake news" sur le coronavirus, comme chacun sait.

Les Américains et les Anglais ont un handicap lexical en moins, par rapport à nous. En anglais, contrôle au faciès se dit "stop and frisk", ou "stop and search". Interpellation, suivie d'une fouille.

Aucune notion raciale n'intervient là-dedans, ce qui permet aux défenseurs de l'action policière de discuter le facteur racial séparément, ce qu'ils ne se privent pas de faire.

Et comme, dans les deux pays mais plus encore aux États-Unis, les statistiques raciales sont officielles et omniprésentes, la gauche a un peu plus de mal à étouffer le débat : il y a un déluge de chiffres prouvant, au-delà de tout doute, l'énorme sur-criminalité des Noirs, et des Hispaniques dans une moindre mesure.

Une autre différence amusante sépare les Français des Anglo-Saxons : ceux-ci ne contrôlent pas les identités, puisqu'il n'existe de carte d'identité ni en Angleterre ni aux États-Unis ; ils interrogent, et ils fouillent.

C'est à dire qu'au lieu de se livrer à une mesure qui devient rapidement vexatoire, et suscite l'irritation dès lors qu'elle dépasse le strict cadre de la recherche d'un suspect (c'est à dire souvent), les chiens de garde du capitalisme ultra-libéral se livrent à des actions concrètes de nature à diminuer immédiatement la délinquance : lorsqu'ils trouvent de la drogue, un couteau ou une arme à feu détenue sans permis sur un individu, ils ont déjà fait reculer l'illégalité et amélioré la sécurité des citoyens.

Et cela se mesure. Des études montrent que lorsque les campagnes de "stop and frisk" diminuent, aux États-Unis, les meurtres augmentent ; tandis qu'en Angleterre, la police parvient à saisir un nombre impressionnant de couteaux par ce moyen, sachant que la capitale connaît une effrayante épidémie de meurtres par arme blanche.

Si, au moins, les contrôles d'identité en France conduisaient à l'expulsion systématique des immigrés illégaux, ils seraient défendables.

En attendant, nous sommes enkystés dans l'un de ces fameux blocages franco-français d'où l'on ne sort jamais.

On pourrait commencer par autoriser les statistiques raciales. Comme ça, au moins, on saurait de quoi on parle. Et puis il faudrait contraindre ces messieurs les fonctionnaires-policiers (de même que tous les autres, d'ailleurs) à fournir des statistiques sur leur action. Détaillées. Transparentes.

Histoire que la population puisse évaluer les performances de ses employés. Ce ne serait pas du luxe.

Ça nous permettrait de prendre un peu d'avance sur les manœuvres d'Open Justice Initiative, l'une des "assoces" partie prenante de cette action de groupe contre l'État : ce n'est autre que l'une des organisations de George Soros, qui met sa fortune considérable au service de la subversion gauchiste dans le monde entier.
______

@ caroff | 27 juillet 2021 à 11:52

Porter un sweat à capuche devrait être sévèrement puni par la loi. C'est un attentat à l'élégance et une insulte au bon goût français, Môssieur ! Votre ami s'en est tiré à bon compte.

Taquiner l'orgue et tutoyer Bach n'est pas une excuse. Un peu de tenue, que diable !

Xavier NEBOUT

Si on ne contrôle pas au faciès, on contrôle à quoi ?

Il y aurait bien la méthode globale: on embarque tout le monde, et on ne ressort de la kommandantur qu'une fois soigneusement passé à la moulinette, le reste automatiquement envoyé en camps de vacances ...

Jérôme

Quelle utilité du contrôle d'identité ?
Je suis délinquant, vous me contrôlez, vous me rendez mes papiers, qu'est-ce que le contrôle change à mes délits passés ou futurs si aucune procédure n'est en cours à mon encontre ? rien.
Inutile.
Supprimons ces contrôles.

Certains propos laissent à croire que si la bêtise se mesurait, leurs auteurs seraient mètre étalon à Sèvres. Paraphrase de Jean Gabin dans Le Cave se rebiffe.
Pour certains, le fait de contrôler est synonyme d'arrestation et de condamnation. No comment tant ce propos est un puits sans fond de stupidité.
Vive Macron !
Vive la France !
Je sais, ça n'a aucun rapport mais tant qu'à nager dans le debiloff profondikoum...

Achille

@ Mary Preud'homme | 27 juillet 2021 à 23:50
« Secundo, ces mêmes policiers et gendarmes, y compris leur hiérarchie et plus hauts gradés, sont tenus d'obéir et répercuter des ordres (parfois à leurs corps défendant) venus des instances du pouvoir exécutif, auxquels ils ne pourraient contrevenir sans s'exposer à de graves sanctions disciplinaires. »

Et on n’ose imaginer quels seraient les ordres et consignes des "instances du pouvoir exécutif", si c’était le RN qui accédait au pouvoir… :)

——————————-

@ Florestan68 | 27 juillet 2021 à 21:42
« Or il suffit de se rendre en prison pour constater quelle minorité constitue l'écrasante majorité des détenus. »

Ben oui, il arrive parfois qu’une minorité constitue une majorité. Zemmour n’aurait pas dit mieux ! :)

Bill Noir

Le faciès pose « une vraie question » comme on dit dans la phraséologie contemporaine. Quoi de plus injuste que cette donnée physiologique qui vous colle (!) à la peau ? Dans une société égalitaire – celle qui est recherchée par nos politiciens depuis 50 ans – rien n'est plus intolérable.

Bon ! Nous devons reconnaître qu'ils font de gros efforts pour nous «  égaliser », notamment dans l' Éducnat où on arrive à distribuer le bac quasiment à 100 %... mais le faciès… c'est ontologiquement discriminant… même le plus dérangé de tous les gouvernementaux sera toujours désemparé face à cette injustice… nous ne pouvons guère espérer que dans la recherche médicale, laquelle n'a pas le temps occupée aujourd'hui à traquer cette chienne de dame Covid.

Une autre solution serait le masque… pas le ridicule que l'on nous impose maintenant mais un masque total, anonyme, démocratique, universel, permanent… dont le port serait exigé même dans la moiteur des foyers où l'on sait bien que la confrontation des faciès peut amener à des drames impitoyables, ce que constate journellement le lecteur de la presse pipole.

Cette solution ne serait pas nuisible à l'élégance bien naturelle, recherchée dans tous les milieux humains. Il resterait toujours possible dans une société masquée d'exprimer librement son goût par des tatouages, des colifichets, des bijoux, des scarifications…

Mary Preud'homme

@ caroff | 27 juillet 2021 à 11:52

Félicitations, vous avez tout compris :
primo, les policiers et gendarmes, contrairement à ce qu’on lit ici ou là, contrôlent davantage les gens en fonction de leur dégaine, de leur langage et de leur accoutrement que de leur couleur de peau.
Secundo, ces mêmes policiers et gendarmes, y compris leur hiérarchie et plus hauts gradés, sont tenus d'obéir et répercuter des ordres (parfois à leurs corps défendant) venus des instances du pouvoir exécutif, auxquels ils ne pourraient contrevenir sans s'exposer à de graves sanctions disciplinaires.

Florestan68

Cher Philippe Bilger,

Les contrôles sont conçus pour prévenir la délinquance. Or il suffit de se rendre en prison pour constater quelle minorité constitue l'écrasante majorité des détenus.
Il est donc absolument indispensable, pour la sécurité de tous, que ce soit les membres de cette minorité qui soient contrôlés en priorité.

Le jour où ils respecteront la loi, les choses changeront d'elles-mêmes.

Claude Luçon

Il est possible, si ce n'est déjà fait, d'équiper les policiers et gendarmes d'une petite caméra agrafée à leur uniforme, connectée au centre de données de voyous et criminels déjà connus.
Le centre de données informé par la caméra envoie en réponse un petit signal sonore genre bip plus un court SMS, il n'y a plus besoin de contrôle au faciès par un policier ou gendarme, la caméra et un logiciel très anonyme s'en chargeant !

Moins de mots et plus de technologie tout simplement !
Pourquoi mettre un homme en danger si un simple chip peut faire le contrôle ?
D'ailleurs dans les fameux quartiers perdus de la République, des drones pourrait se charger de bien des tâches de surveillance !

vamonos

La dénonciation d'un prétendu contrôle au faciès relève-t-elle de la démagogie ou de la méthodologie ?
La question mérite d'être posée.

L’attitude des opposants systématiques aux forces de l'ordre est symptomatique d’une forme de pensée qui refoule le réel pour lui substituer une réalité construite pour être conforme à une idéologie fantasmée. Le refus du contrôle au faciès est un avatar de plus de cette forme de pensée. Pour les Macron, les gens qui ne sont rien doivent obligatoirement être interchangeables sans distinction de genre, de civilité, d’âge et surtout pas de couleur de peau. Les Blancs sont sous-représentés dans les prisons, alors pour changer cela, il faut positionner le curseur différemment. Si on arrête de contrôler les Noirs, ils ne seront pas arrêtés, ni jugés, ils éviteront d’occuper les prisons. Par contre, rien ne s’oppose à ce que les Asiatiques et les Blancs soient contrôlés, arrêtés, jugés et enfermés, cela modifiera les taux d’occupation des cellules en fonction des origines ethniques.

F68.10

@ Isabelle
"Parce que sur le terrain, on constate que ce sont surtout des jeunes qui vont actuellement se faire vacciner au détriment des 5 millions de personnes âgées à risque non encore vaccinées... Allo, Tahiti ?!"

Tahiti ? C'est un endroit magique.

Limiter la circulation du virus, c'est vacciner aussi les moins de 50 ans, i.e. ceux que vous appelez les jeunes. Et ce dans le respect des consignes vaccinales des autorités, que les rationalistes espèrent être en maximum en ligne avec les données de la science.

"Dans le cas présent, on fait quoi : on va chercher les profils scandinaves !" -- Isabelle, au sujet des contrôles au faciès.

Pas à ma connaissance, non.

"Le diable se cache dans les détails et là, il se mord la queue. La macronie méprise tout le monde, y compris la diversité. La macronie avec cette photo suggère que la diversité ne peut se sortir de ses stéréotypes."

La "diversité", i.e. les blacks et les beurs, cherchent, pour partie, à établir des stéréotypes: il existe une revendication identitaire latente qui se masque sous les oripeaux de la religion tels que le voile. Il y a aussi des stéréotypes parfois valables, comme la chaîne en or. Ce n'est pas nécessairement mal s'habiller. Cela peut se porter bien. Pas mon style. Et honnêtement, vous voyez quoi de particulièrement choquant dans l'image que vous avez mise en ligne ?

"Les « communicants » auraient aussi pu choisir des jeunes correctement habillés et non voilés."

Permettez-moi de vous présenter la Société des ambianceurs et des personnes élégantes. Cela reste tout autant connoté de s'habiller bien, ou même trop bien: c'est anti-colonial.

Si la question de l'intégration n'était qu'une affaire de vêtements, ce serait trop facile.

"La macronie méprise ainsi la « diversité » en lui suggérant qu'elle ne peut être autrement."

Personne n'a forcé les deux personnes ainsi habillées sur la photo à s'habiller ainsi. Vous essayez de créer une tempête dans un verre d'eau. Et pourquoi donc ?

"Pitoyable ! Le cirque macroniste toujours aussi grotesque et vulgaire !"

Parce que vous ne supportez pas Jupiter.

Quelle surprise...

PAUL

Un État tracassier avec les citoyens paisibles, et faible avec les délinquants...

genau

Formule ancienne, à mettre dans le tiroir avec les crimes contre l'humanité à toute occasion, Macron connaît ça ; le nazisme, mais pas le stalinisme autrement meurtrier, bref, encore une manie passagère dont sont coutumiers les organismes progressistes, naïfs mais souvent violents, conduits par de vrais stratèges. La routine quoi.

Faciès ? Je regarde assez souvent la série "Meurtres à Sandhamn", sur Arte, pas plus bête qu'une autre, avec de beaux paysages et un été éternel. Mais quelque chose m'y agaçait et j'ai fini par comprendre: les personnages sont trop blonds, trop blancs dorés, les filles trop rebondies, perverses ingénues, les moeurs trop libres. Au bout du compte il me manque les noirs, les arabes, chics ou pouilleux, réguliers ou fripouilles, et pourtant, je hurle contre les publicités, mixtes à outrance: pas de petit déjeuner sans rasta, de lave-vaisselle sans barbu basané ; mixité, mixité, mixité, mais il est vrai que dans ce cas c'est la prostitution générale et permanente des marchands opportunistes qui en rajoute.
Malgré cela, finalement, il me manquait, mon immigré, venu de n'importe où.

Deviro

@ Isabelle | 27 juillet 2021 à 11:27
"Plus de contrôle au faciès, ainsi les FDO vont pouvoir sévir sur le pass sanitaire.
Tiens, vers une pénurie des doses sur le littoral. C’est ballot.
Allo, les bras cassés de la macronie ? Tahiti ? Comment faire ?
Chiffre d’affaires en berne dans les restaurants, les bars etc., saison touristique flinguée."

Qu'est-ce qui se passe ? Manque d'inspiration ?
Vous avez oublié d'écrire que Macron puait de la bouche et qu'il sentait des pieds ?
Je suis inquiet. Vous allez bien ?

---

@ Isabelle | 27 juillet 2021 à 08:53
"La macronie joue les matamores avec le citoyen lambda plutôt obéissant voire soumis mais elle rase les murs dans d'autres endroits. Comme c'est bizarre !"

La Macronie, c'est à dire la police ?
Sacré Macron !
Evidemment ce n'était pas comme ça avant, du temps de Chirac ou de Sarkozy, hein ?
Je suis toujours inquiet, vous allez bien ?

Patrice Charoulet

Je redis que la police française n'est pas assez payée pour les services qu'elle rend. Qu'il est inacceptable que qui que ce soit agresse la police en particulier dans les manifestations (Gilets jaunes, anti-vaccins ou anti-pass...). J'honore et je respecte chaque policier français, comme chaque magistrat français. Je respecte toutes les lois et n'ai jamais eu une seule amende de ma vie.

Cela dit, je ne comprends pas l'immensité des contrôles d'identité. Contrairement à presque tout le monde, j'estime qu'on ne devrait procéder à un contrôle d'identité que lorsqu'un délit a été commis. Et jamais en pensant qu'un délit sera peut-être commis, par exemple parce que quelqu'un paraît avoir une tête africaine.

Par conséquent, ce qu'on appelle « contrôle au faciès » non seulement n'a rien de "démagogique" (que vient faire ce mot dans ce débat ?) mais ne devrait pas être l'occasion de faire des plaisanteries. Oui, le contrôle au faciès doit être l'objet d'une réflexion politique approfondie. Peu m'importe le bord politique de qui souhaite cette réflexion. Ami des syndicats de police (je ne crains pas de le dire sur Facebook même), je considère qu'aucun syndicat de police ne devrait craindre cette réflexion.
En 76 ans, je n'ai jamais été l'objet d'un contrôle d'identité. Je devine pourquoi.

GERARD R.

Voilà un billet qui tombe fort à propos pour rappeler à la frange la plus imbécile des électeurs combien il est aléatoire de juger sur le faciès. Et ce, que ce soit en matière de contrôles policiers, de sélection d'une candidature pour un emploi ou lorsqu'il s'agit d'élire son prochain chef d'État.

Ainsi, les décérébrés qui ont fait élire Macron, séduits par son faciès avenant ou sa "belle gueule", imaginaient-ils qu'ils allaient mettre sur le dos de tous les Français un zélé suppôt de Satan ? On aimerait leur demander ce qu'ils pensent des conséquences de leur choix. Ceux-là, s'ils étaient connus du public, nul doute qu'ils s'auto-confineraient à vie...

hameau dans les nuages

@ Isabelle | 27 juillet 2021 à 08:53

Il y a aussi les territoires perdus de la piquouse.
Devinez lesquels ? Cela ne va pas être coton, hydrophile... Ils n'ont qu'à y envoyer Manu Lechypre en éclaireur.

Exilé

@ xc
« Combien de temps consacré chaque année aux contrôles d'identité, pour quels résultats ? »

Veuillez poser la question à la justice, ou du moins à ce qui en tient lieu.

Isabelle

Bon, on ne fait plus de contrôle au faciès... Quelle idée lumineuse, encore une !

Mais pendant ce temps-là, on fait quoi concernant la vaccination obligatoire ?

Parce que sur le terrain, on constate que ce sont surtout des jeunes qui vont actuellement se faire vacciner au détriment des 5 millions de personnes âgées à risque non encore vaccinées... Allo, Tahiti ?!

---

Policiers blessés dans le Val-de-Marne : Darmanin dénonce une «véritable tentative d’assassinat»

https://www.lefigaro.fr/faits-divers/policiers-blesses-dans-le-val-de-marne-darmanin-denonce-une-veritable-tentative-d-assassinat-20210727?fbclid=IwAR3ZbSfpxj9ZzMdDttHeAKDbxudoq0zwARC6jvUkeH-uw2sWRjl-b4mTONA

Toujours les mêmes éléments de langage. On peut ressortir les textes à chaque tentative d’assassinat de notre police. Et les pauvres FDO n’ont pas le droit de répliquer. Elles ont seulement le droit d’être blessés grièvement ou tués (E. Masson en Avignon).

Et blablablabla….

Darmanin ne fait rien, il cause. EDM flatte les prisonniers et oublie les victimes.

Cerise sur le gâteau, on veut cesser les contrôles au faciès.

Dans le cas présent, on fait quoi : on va chercher les profils scandinaves !

---

On arrête les contrôles au faciès. Quelle pitoyable et démagogique entreprise de "com". Un peu comme celle ci-dessous :

« Pour le ravivage de la flamme, la jeunesse de demain s’est mise sur son 93 »
Sur cette photo, un jeune garçon d’origine africaine habillé d’un tee-shirt et d’un pantalon de survêtement et une très jeune adolescente voilée avec des militaires en tenue.

https://www.bvoltaire.fr/pour-le-ravivage-de-la-flamme-la-jeunesse-de-demain-sest-mise-sur-son-93/?fbclid=IwAR2wrBkD3hGG8lUSqUPCgsqscFuQbbP4RIk2F4m9I4OHnWv35tomn2X6uX4

Cette photo montre tout le mépris de la macronie pour la diversité.
Si tu es ce type de jeune, tu es mal habillé. Si tu es ce type de fille, tu es voilée.
Le diable se cache dans les détails et là, il se mord la queue. La macronie méprise tout le monde, y compris la diversité. La macronie avec cette photo suggère que la diversité ne peut se sortir de ses stéréotypes.

Les « communicants » auraient aussi pu choisir des jeunes correctement habillés et non voilés.
La macronie méprise ainsi la « diversité » en lui suggérant qu’elle ne peut être autrement. Cela me fait penser au film « La Crise » avec Patrick Timsit dans lequel les bobos parisiens surjouaient leur bienveillance à l’égard des gens de la banlieue. Pitoyable !
Le cirque macroniste toujours aussi grotesque et vulgaire !

Exilé

D'un côté, haro sur les contrôles aux faciès, surtout s'ils visent d'éventuels étrangers en situation irrégulière dont certains sont potentiellement dangereux comme l'ont prouvé certains crimes et de l'autre taïaut à l'appel du Régime et de tout ce qu'il peut compter de kapos, de nervis, d'indicateurs et de dénonciateurs refoulés à l'encontre de Français sans histoires qui n'ont que le tort d'exiger le respect de leur personne et de leurs droits constitutionnels...

Allez-y les gars, tapez, cognez, bastonnez, crachez, moquez, calomniez, insultez, défoulez-vous, ce ne sont que des Gaulois réfractaires !

Et tout cela, au pays qui se pique d'avoir rédigé la Déclaration des Droits de l'Homme...

duvent

Mais M. Bilger, les tickets avec un trou par-dessus le marché...
Ça donne envie de dormir dans le chagrin duvent...

https://www.youtube.com/watch?v=v3j-XhjJEjM

Les gares c'est con, sauf pour la vue, dans la fumée des villes perdues
Et des mouchoirs qui tendent leur nez à des "au revoir" longeant les quais
Les gares c'est con, SNCF, je préfère les trains de la RENFE
Et les bouquins qu'ont pas d'horaire qui roulent sous la lampe familière
Les gares c'est con, c'est dégueulasse
Ça sent le fourgon et le passe à l'as
Et tous ces mecs et leurs tickets, un trou avec par-dessus le marché
Les gares c'est con, sauf dans la nuit, certaines fois, y'en a qui crient
On dirait des orphelinats qui jouent aux dés toutes leur smala
Dormir dans le chagrin du vent, dormir jusqu'au nouveau printemps
Et dans les champs, mettre à la voile
Et pour une fleur, vendre une étoile
Tout simplement, sans bouger d'un centime
Dans la carrosse de la frime
Les ports c'est con, les gares aussi, quant aux Orly, n'en parlons pas
J'aime bien ma taule et mes bouquins
Je voyage en douce, ça me coûte rien
Les ports c'est con, même quand c'est là
Dans l'encre bleue d'une carte postale
Et quand je veux avoir le la, je me coupe en deux et je me cavale
Les ports c'est con, même autrefois
Quand les thoniers tendaient leurs bras
À la mariée en robe de toile, avec leur sang, soleil des voiles
Les ports c'est con, dans les bistrots et le folklore des matelots
Et la putain de la marée qui, va qui vient sans rien donner
Partir en cocotte en papier, partir dans le sleeping des prés
Et dans tes bras, faire une escale
Et dans tes yeux, me faire la malle
Rien que nous deux, sans boussole et sans voile
Avec toi pour étoile.

F68.10

@ Isabelle
"Tiens, vers une pénurie des doses sur le littoral. C’est ballot. Allo, les bras cassés de la macronie ? Tahiti ? Comment faire ?"

Vous avez essayé de remplacer les vaccins par du sang d'extra-terrestre ? Tahiti, c'est un endroit magique.

"Chiffre d'affaires en berne dans les restaurants, les bars etc., saison touristique flinguée."

Et même pas une petite larme pour la Bourse ? Le Hang Seng vient de dévisser de 8 %. Une opinion de notre spécialiste résidente en pleurnicherie économique ?

Je vous trouve aussi assez peu ascétique pour une fanatique de Schopenhauer. Le surf... les restaurants... les bars... qu'en aurait pensé Schopi l'ascète ??

Schopi a aussi écrit un petit texte sur les fondements de la morale, la circonscrivant aux concepts de souffrance et de pitié. Même selon les critères de Schopi, votre position est donc immorale au sujet du coronavirus. Rappelons aussi que Schopi était un fanatique pro-science. Somme toute, j'ai les dents qui grincent un peu quand je vous entends vous réclamer de lui pour promouvoir votre indifférence à la science et votre refus de toute morale.

lucterius

Si on a le droit de sourire dans ce blog très sérieux, l'histoire du contrôle au faciès me fait penser à cette histoire classique:

C'est la nuit. Un passant rencontre sous un réverbère un homme affairé à chercher par terre quelque chose. Il lui demande ce qu'il cherche et l'inconnu répond qu'il cherche ses clefs. Les deux hommes cherchent en vain jusqu'à ce que le premier demande à l'inconnu si c'est bien là qu'il a perdu ses clefs. Et l'autre de répondre "Non je les ai perdues là-bas, mais là-bas on n'y voit rien alors je cherche ici".

C'est pareil pour les contrôles au faciès. S'interdire de contrôler les basanés en priorité au contraire des blancs revient à chercher des coupables là où ils ne sont pas. Ça ne sert à rien.

Bonne journée à tous.

Denis Monod-Broca

La police n'est certes pas un adversaire mais celui qu'elle interpelle doit-il être considéré, lui, comme un adversaire ? je ne le crois pas non plus.
La violence se répand, la dislocation sociale menace, oui, et nous y avons tous notre part, et peut-être parce que nous avons une fâcheuse tendance à nous considérer les uns les autres en adversaires, justement...

Qu'est-ce qui fait tenir ensemble un groupe social, une nation ? Mystérieuse alchimie où l'instinct à sa part et aussi la volonté et la réflexion.
Voulons-nous encore être la France ?
À l'heure où tant de décisions nous concernant et qui devraient être prises par nous à Paris, le sont par d'autres à Bruxelles, Francfort, Berlin, Strasbourg ou Washington, la question mérite d'être posée.
Si nous ne nous voulons plus être la France, la France forcément se disloque. N'en faisons pas porter la faute à quelques délinquants ou délinquants supposés.

caroff

Un de mes amis, titulaire d'un orgue d'une église parisienne fort connue, se fait arrêter sur l'autoroute A15. Il conduisait sa voiture, une vraie poubelle, et portait un sweet à capuche. C'était suffisant pour que les policiers le suspectent de transporter une peu d'herbe. C'est ce qu'ils lui ont expliqué après s'être excusé du dérangement.
Moralité, pas le faciès, en l'occurrence parfaitement européen, mais l'accoutrement et le véhicule hors d'usage...

À part ça les policiers obéissent aux ordres: faire du chiffre en tapant dans certains quartiers suspects ou détourner les yeux pour ne jamais contrôler les "migrants" sans titre de séjour dans les métropoles...

Isabelle

Plus de contrôle au faciès, ainsi les FDO vont pouvoir sévir sur le pass sanitaire.
Tiens, vers une pénurie des doses sur le littoral. C’est ballot.
Allo, les bras cassés de la macronie ? Tahiti ? Comment faire ?
Chiffre d’affaires en berne dans les restaurants, les bars etc., saison touristique flinguée.

xc

Combien de temps consacré chaque année aux contrôles d'identité, pour quels résultats ?

sylvain

Très bon billet, surtout le titre "contrôles au faciès", la meilleure technique policière qui donne des résultats excellents.

Pour être plus efficace, la police doit réemployer les bonnes vieilles méthodes d'antan qui étaient redoutables pour les délinquants.

Le contrôle au faciès donne des résultats positifs, sachant que c'est dans une certaine population communautaire immigrée arabo-africaine qu'il y a le plus de délinquants, c'est prouvé chiffré avéré. Les prisons occupées à plus de 90 % de ce genre de personnes en sont une preuve flagrante .

Utiliser les statistiques ethniques pour cataloguer les masses de délinquants passés présents et à venir, toujours les mêmes, mais interdites par la loi islamogauchiste qui sévit et réprime ceux qui osent en parler.

Zemmour, le résistant au fascisme islamogauchiste, l'a payé très cher ; et pourtant il avait raison sur toute la ligne.

Toutes ces méthodes payantes doivent être appliquées en loucedé par les forces de l'ordre: pas de vidéos, pas de briefings, pas d'interviews sur ce sujet, pas de réseaux sociaux...

Seulement, sans rire et comble du paradoxe, se concerter entre eux grâce au bon vieux "téléphone arabe" qui a toujours fait ses preuves contre toutes les meilleures polices et armées du monde, surarmées mais impuissantes.

Isabelle

Ironie de l'histoire: pour ne pas devoir supporter la maréchaussée à tout bout de champ, contrôle de pass sanitaire s'il vous plaît, allez boire un petit café et manger du kebab ou un bon couscous, là elle n'ira pas pointer son nez !

Jérôme

Bonjour Philippe,

Sur ce sujet je partage l'avis d'Alain Bauer.
Il faut supprimer les contrôles d'identité non motivés par une affaire judiciaire.
Ils ne servent à rien.
Si ce n'est générer des tensions inutiles, des ressentiments, justifiés où non.

Exilé

J'ai peut-être déjà raconté ici cette anecdote concernant les contrôles au faciès.

Dans une entreprise où j'ai eu l'occasion de travailler, un chargé d'affaires était d'origine maghrébine, c'était un homme sérieux et travailleur.
Il lui est arrivé un jour de se plaindre d'un contrôle d'identité qu'il a pris pour un contrôle au faciès.

Je ne saurais porter un jugement sur les faits, mais pouvons-nous suggérer que la police, chargée parfois de rechercher certains suspects à l'occasion d'une affaire quelconque, est bien obligée de s'intéresser en priorité aux personnes dont le signalement est susceptible de se rapprocher de celui qui lui a été indiqué ?

Quoi de plus ridicule, au nom d'une non-stigmatisation bien-pensante, que de pratiquer des contrôles tous azimuts égalitaristes en perdant son temps à contrôler des gens qui en âge, apparence, particularités, sexe ou habillement ne correspondent en rien au profil de ceux que l'on recherche ?

Louis

La dernière fois que je me suis fait arrêter par la police, une histoire de masque dans une rue déserte, je me suis fait insulter alors que ma seule résistance de p'tit vieux était de les saluer fort civilement, notons qu’il y avait un policier de couleur ce qui m’a un peu questionné.
Dans le même temps, arrêté par la gendarmerie pour non respect d’un stop: « Bonjour monsieur, vous savez pourquoi on vous arrête... ».

Isabelle

Et allez donc, pas de contrôle aux faciès pour certains (suivez mon regard) mais un pass sanitaire pour les autres.
La macronie joue les matamores avec le citoyen lambda plutôt obéissant voire soumis mais elle rase les murs dans d'autres endroits. Comme c'est bizarre !

http://lephilosophesansqualits.blogspot.com/

Achille

« Le faciès étant entendu comme un aspect du visage ou l'expression humaine d'un visage, il est facile de percevoir ce que cette dénonciation signifie : les personnes d'origine maghrébine et/ou africaine seraient infiniment plus contrôlées que celles dont "la peau est blanche" » (PB)

Je pense que le terme "faciès" est inapproprié. Les contrôles ne se font pas à la seule couleur de peau, ce qui serait, en effet, un peu simpliste.

Un cadre supérieur noir ou maghrébin (il y en a, n’en déplaise à Zemmour) en costume Yves Saint Laurent fait sur mesure et cravate assortie, avec attaché-case en cuir pleine fleur italien, qui sent bon la lotion Givenchy, a peu de chance de se faire contrôler par la patrouille.

Par contre un individu à la dégaine négligée, crasseux, qui interpelle les passants pour se payer sa daube, fût-il blanc et même Français de souche, a de fortes chances d’être l’objet d’un contrôle d’identité.

Je pense que les agents chargés de ce genre de mission sont capables de faire la distinction entre un délinquant potentiel et un homme "de couleur" qui ne présente aucun danger pour la société. Enfin, il me semble...

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS