« Éric Dupond-Moretti présumé innocent mais Emmanuel Macron vraiment coupable ! | Accueil | Sarah Halimi : un projet de loi vraiment utile ? »

19 juillet 2021

Commentaires

F68.10

@ Giuseppe

Pourrait-on s'abstenir de parler de la vaccination sur ce billet ?

Giuseppe

@ marie | 20 juillet 2021 à 10:23

On peut se la raconter comme on veut :

https://www.lapresse.ca/international/asie-et-oceanie/2021-07-06/covid-19/l-indonesie-submergee-par-la-flambee-du-variant-delta.php

On peut penser que c'est peu aussi :

Les données sont collectées à partir de sources multiples qui se mettent à jour à des moments différents et ne s'alignent pas toujours. Certains endroits peuvent ne pas fournir des informations complètes.

Cas - France
Mis à jour le 20 juil. à 16:27 heure locale
Confirmés
5 871 881
+4 151
Décès
111 521
+20
Guérisons
341 615
+234

Pas grand-chose statistiquement, mais quand c'est la mère et son enfant comme l'a dit le docteur Pelloux... Ou son propre parent souvent...
Statistiquement ce n'est pas grand-chose il est vrai... Sauf quand vous faites partie du 0.0...

Peut-être n'avez-vous jamais été vaccinée ? 111 500 décès ne sont pas grand-chose vus de loin en effet.
Comme tout accident en fait, sauf quand cela vous tombe sur le coin de la figure.

J'ai été vacciné en long en large et en travers armée comprise, y compris à l'époque des débuts de l'hépatite avec toutes les âneries que l'on a pu colporter à l'époque, du tétanos aussi, mon milieu et par précaution...

Ceci dit je ne vois pas pourquoi la qualité de la recherche serait moindre parce que le vaccin a été conçu dans des temps records, je n'y connais pas grand-chose, mais je fais confiance aux spécialistes.
À volume égal nous avons divisé par trois les temps de construction, vous me direz que ce n'est pas la même chose, c'est vrai, mais le progrès est là, les algorithmes aussi, les modélisations etc. C'est ainsi, bien sûr des non vaccinés passeront à travers, c'est aussi dans l'ordre des choses.

J'ai écouté Christian Bréchot plusieurs fois, apparemment il a les pieds sur terre, il a interpellé nos manifestants du nom de "gâtés", comme il est bien élevé il n'a pas osé frappadingues.
Il est vrai que l'on ne pourra jamais convaincre celui qui ne veut pas être convaincu, c'est pour cela qu'existe l'escrime, sport où l'on peut rompre sous les attaques, sans pour autant perdre.

Bill Noir

i-MAGE

Trois pour le prix d'un... profitez-en !

Michelle D-LEROY

Le 7e art est un révélateur de la société dans laquelle nous vivons. Les scénaristes et les acteurs dans leur immense majorité vivent dans leur bulle sinon intellectuelle, du moins financière.

Ils se croient obligés de surfer sur les thèmes à la mode, de traduire la modernité des idées, celle des minorités MeToo, LGBT, féministes, genrées, woke et melting-pot, etc. Bref ils soutiennent la cancel culture par principe.
Il suffit de regarder les téléfilms pour comprendre qu'on nous impose un changement de société familial et culturel. Le cinéma et la télévision sont d'excellents vecteurs pour faire évoluer les idées et les moeurs.

Aux spectateurs de faire la part des choses et d'aller ou pas dans les salles, de suivre le festival de Cannes ou les remises de prix retransmises à la télé.

Bill Noir

Dans l'état actuel de la vie artistique en France, dauber sur Jean-Louis Barrault me paraît… comment dire… saugrenu !

Jérôme

Bonjour Philippe,

Lucile, pardonnez cher hôte de déroger à votre règle, je plussoie.
Le prochain qui dévie du sujet d'un billet sera tenu d'aller voir le navet dont il est question et de nous en faire un résumé.

F68.10

@ Isabelle
"Une cérémonie nullissime de "pipoles" souvent donneurs de leçons (une fois n'est pas coutume). Vous voulez voir des films en direct live, direction Cavaillon ! Cavaillon : des hommes lourdement armés attaquent un groupe et tirent sur la police."

Vous n'avez pas l'impression d'exagérer à systématiquement dévier la conversation ? Vous devriez, pourtant...

"Qui hystérise à nouveau le débat ?"

Vous. Clairement. Relisez votre propre commentaire pour vous en convaincre.

"Nous sommes dirigés par des frappadingues et les dingues adorent cela. Ils sont entre eux !"

Nous sommes dirigés par des gens qui n'ont aucune raison d'être parfaits, mais qui ont au moins le mérite d'avoir été élus et de viser à être responsables.

Votre manie critique se révèle gratuite et outrancière, et ne rassure aucunement quant à votre capacité à prendre les bonnes décisions si vous étiez au pouvoir. Vous, vous visez la destruction de l'autorité de l'État. Vous ne cherchez aucunement à émettre des critiques sensées et vous ne visez aucunement à corriger ce qui ne va pas. Vous n'êtes qu'une fanatique, Isabelle, sans aucun sens de la mesure.

——————————

@ Lucile
"C'est devenu une idée fixe et tout est prétexte à renforcer l'obsession. Ça ne sert à rien de s'écharper..."

Si. Cela sert de s'écharper. Et c'est le moment d'apprendre à ne plus tolérer ce culte de l'absurde en la matière. Mais c'est juste absurde de le faire tout le temps quitte à asphyxier toutes les autres discussions.

"Je suis fan de ce blog, de son auteur, de sa modératrice, et de ses habitués. J'ai failli m'écrouler de rire en lisant ce billet, un petit bijou d'humour et de bon sens. Et paf, voilà que ça dévie sur le vaccin. Justice au Singulier sera-t-il bientôt devenu un blog infréquentable, une tribune obsessionnelle et vindicative avec les mêmes arguments frénétiquement répétés ad nauseam ? Maintenant, comme on dit dans le Midi, basta !"

Essayons de voir si les gens sont capables de cesser de parler des vaccins le temps d'un billet...

hameau dans les nuages

@ marie 20 juillet 2021 à 10:23

Je suis d'accord avec vous. Je renonce personnellement à convaincre. De toute façon une fois vaccinée toute personne devient par la force des choses militante de ce vaccin. Vous leur mettez devant les yeux toutes les statistiques officielles de cette fausse pandémie, rien n'y fait même en les décortiquant un minimum pour montrer les incohérences. Comment le pourraient-ils dans la mesure où aucune marche arrière n'est possible ?

Donc logiquement ils essaient de gré ou de force d’entraîner tout le monde dans leur galère.

L'avantage est de savoir qui est qui.

Et un avocat général humain peut se montrer procureur.

J'ai eu comme ça un Procureur qui accusait avec la plus grande véhémence un agriculteur en ayant cherché dans sa vie privée les arguments dont il s’est servi lors de son réquisitoire.

J'étais présent auprès de cet agriculteur dans la salle d'audience. Pauvre agriculteur accusé d'être abandon de famille alors que son fils était présent à ses côtés (ce qui n'avait rien à voir avec le motif de l'accusation).
Dossier très mal constitué. L'agriculteur à une question a bien sûr répondu mais la réponse détruisait complètement les raisons de sa présence. Et celui qui avait porté plainte relegué à la photocopieuse dans son administration.

Alors monsieur Bilger suivant scrupuleusement les dires des médecins de plateaux et fort de son aura, estime lui aussi que blabla...

C'est complètement délirant, alors qu’en 15 minutes, en étudiant les statistiques officielles dans un esprit critique et non pas approbateur, on voit l'entourloupe.

Alors comme on dit ici, "Decho dise"… laisse dire…

Isabelle

Une cérémonie nullissime de "pipoles" souvent donneurs de leçons (une fois n'est pas coutume).

Vous voulez voir des films en direct live, direction Cavaillon !
Cavaillon : des hommes lourdement armés attaquent un groupe et tirent sur la police.
Les riverains ont assisté à une vraie scène de guérilla urbaine dans ce quartier du Vaucluse.

https://www.valeursactuelles.com/regions/provence-alpes-cote-dazur/vaucluse/no_agglomeration/faits-divers/video-cavaillon-des-hommes-lourdement-armes-attaquent-un-groupe-et-tirent-sur-la-police/

Au fait, la macronie prévoit-elle un vaccin contre la racaillosphère ?

Gabriel Attal, face à la contestation qui monte y compris parmi les forces de l'ordre, nous menace du "tsunami de la quatrième vague", rien que cela.

https://www.valeursactuelles.com/politique/pass-sanitaire-et-controles-on-ne-peut-pas-tout-demander-aux-policiers-jugent-les-syndicats/

Qui hystérise à nouveau le débat ?
Nous sommes dirigés par des frappadingues et les dingues adorent cela. Ils sont entre eux !

Lucile

@ marie | 20 juillet 2021 à 10:23

Encore la vaccination !

C'est devenu une idée fixe et tout est prétexte à renforcer l'obsession. Ça ne sert à rien de s'écharper, certains sont convaincus qu'il faut la rendre obligatoire, d'autres non, et chacun pour de bonnes raisons. Dès qu'on met le nez dehors tout nous y fait penser, dès qu'on ouvre un journal, dès qu'on allume la radio ou la télé, dès qu'on se promène sur YouTube, c'est le point fixe auquel tout nous ramène. Il devient impossible de parler d'autre chose, il faut se ranger dans un camp et essuyer les reproches de l'autre camp.

Nous avons un gouvernement, élu par nos soins, à lui de prendre ses responsabilités, ainsi qu'au Parlement. La masse des gens obéira aux autorités quoi qu'elles exigent, et les autres se débrouilleront.

Dans une supérette que je fréquente à Paris, ni les employés ni le patron ne se feront jamais vacciner, ils sont contre, c'est peut-être une question de religion, ou d'ethnie. Je leur fais confiance (en quelque sorte) pour se débrouiller quand ils seront tenus de faire appliquer la loi, si jamais cela arrive, mais nous n'en sommes pas encore là.

Je suis fan de ce blog, de son auteur, de sa modératrice, et de ses habitués. J'ai failli m'écrouler de rire en lisant ce billet, un petit bijou d'humour et de bon sens. Et paf, voilà que ça dévie sur le vaccin. Justice au Singulier sera-t-il bientôt devenu un blog infréquentable, une tribune obsessionnelle et vindicative avec les mêmes arguments frénétiquement répétés ad nauseam ? Maintenant, comme on dit dans le Midi, basta ! Je suis pour mettre une amende à qui remet le sujet sur le tapis : pas 45 000 €, ça paraît quand même un peu beaucoup, ni la prison, ni même des insultes. Mais une armoirie dans le style Festival de Cannes.

Achille

@ Michel Deluré | 20 juillet 2021 à 10:43

Hélas, l’art de nos jours, quel que soit le domaine, est devenu d’une complexité telle qu’il ne s’adresse plus au grand public, mais uniquement à une certaine élite qui possède les codes.
Laissons celle-ci à son entre-soi et sachons apprécier les choses simples, accessibles à tous et qui n’en sont pas moins admirables.

Michel Deluré

@ Achille 20/07 08:45
« Enfin ne boudons pas notre plaisir cocardier, c'est un film français qui a eu la Palme d'or ».

On peut certes voir les choses sous cet angle mais n'est-il pas des lauriers dont on se passerait parfois aisément plutôt que d'en éprouver un plaisir cocardier ?

Mais enfin, puisque l'art a ses parts de mystères, inintelligibles pour le commun des mortels, et que des experts que vous nous invitez à écouter affirment que par certains aspects le film primé mérite sa récompense, alors ne privons pas les cinéphiles « bleu, blanc, rouge » de savourer ce moment, même si dans les salles obscures le succès populaire ne sera peut-être pas au rendez-vous.

marie

Bonjour monsieur Bilger,

Je viens de vous entendre sur CNews.
Vous poussez les gens à se faire vacciner.
Il serait bien que vous nous fassiez connaître la raison pour laquelle, concernant ce vaccin covid, nous soyons obligés de donner notre consentement sans réserve, sinon l’injection de celui-ci est refusée.

AMELI
« La vaccination est gratuite pour tous car aucun patient ne doit renoncer à se faire vacciner pour des raisons financières.
Elle n'est pas obligatoire et repose sur une décision partagée entre le patient et le professionnel de santé vaccinateur. Ainsi, le consentement doit être recueilli au préalable et tracé dans le dossier médical du patient. »
https://www.ameli.fr/loire-atlantique/medecin/actualites/vaccination-contre-la-covid-19-le-point-sur-la-strategie-et-les-vaccins

Quand certains d’entre nous ont eu un passé malheureux avec des scandales médicaux et en souffrent toujours, ont-ils encore le droit de douter des bienfaits de toutes les « avancées médicales » ?

Achille

@ F68.10 | 19 juillet 2021 à 23:47
« Avec un peu de chance, je le classerai, quand je le verrai, dans ma liste des navets cultes. J'espère ne pas être déçu ! Monsieur Bilger m'a en effet mis l'eau à la bouche... »

Pour ceux qui n’ont pas compris pourquoi Julia Ducournau a obtenu la Palme d’or, je les invite à écouter l’émission culte de France Inter Le masque et la plume consacrée au festival de Cannes.
Avis éclairé d’intellectuels bon teint (comme on ne les aime plus) qui savent déceler ce que le commun des mortels est incapable de voir dans une construction artistique. Pour les impatients, écouter à partir de 8 mn 30.

En clair, eux non plus n’aiment pas le film, mais vu que c’est un film dérangeant, bien dans l’ambiance du moment, et paraît-il bien réalisé techniquement, alors il méritait bien la Palme.

Enfin ne boudons pas notre plaisir cocardier, c’est un film français qui a eu la Palme d’or, qui plus est une femme, ce qui n’était pas arrivé depuis 1993 ("La Leçon de piano").
Que demander de plus après la bérézina des Bleus à l’Euro de football et un Tour de France où le meilleur Français finit à la huitième place… :)

PITE

Que ce soit César, Victoires, Cannes ou autre cérémonie d'autoproclamation du génie, tout est bidonné depuis le début dans la mesure où la sélection des opus qui concourent est plus qu'opaque.

À Cannes, à de rares exceptions près, les films ne doivent surtout pas rencontrer l'estime du grand public. Cette année encore, la palme est scandaleuse mais dans l'ambiance actuelle de la dictature de ces pseudo-intellos qui forts d'être du bon côté, à gauche bien sûr, tout en voyageant en première et dormant dans le satin de leur home des beaux quartiers, montrent au bon peuple le beau, le vrai, le moral. Le dégoût !

Lodi

Il paraît que le chef-d'oeuvre primé n'est pas un chef-d'oeuvre, il semble que les gens soient des amateurs : tant de gens et d'argent pour rien
Il ne faudrait pas, par contre, que le travail, l'intelligence et l'argent investi dans les vaccins n'aient servi à rien. Vaccinez-vous !

Ceux qui ne le font pas sans incompatibilité médicale ne sont pas des résistants mais des saboteurs. Est-il trop tard pour que quelque comique tourne les manifestants et "résistants" antivax selon leurs mérites ? Avec les serveurs, ce sont quand même les premiers concernés : si le virus reprenait, les premiers touchés par un éventuel confinement, ce serait quand même les professions de contact.

J'ai vu, écrit par terre, quelque chose comme "Vax, antivax, l'essentiel, c'est la Révolution". Il est vrai que la question vaccinale divise, faux que la Révolution soit souhaitable. Le communisme n'a jamais accouché que de dictatures. Les riches, comme le reste, ne sont qu'un moindre mal... Mais les antivax se tirent une balle dans le pied : comment leur demander d'être solidaires si l'épidémie devait repartir à cause du fait que trop de gens aient refusé le vaccin ? Quand on donne le mauvais exemple en n'étant pas solidaire, quand on sera peut-être la cause de davantage de morts, on est assez mal placé pour faire la morale aux autres.

En ce moment où on parle de plus taxer des multinationales, serait-ce un levier pour elles ? Pour vraiment ne pas payer ou que les gens se vaccinent ou tenter dans le deux directions ? Une idée donnée en échange de rien, ou plutôt pour secouer les antivax !

Riches, pauvres, l'essentiel, c'est de se vacciner. Pour que le plus grand nombre de gens possible vivent. Pour que le plus de secteurs économiques possibles soient sauvés, certes avec les riches qu'il y a derrière.
Mais surtout les autres : en cas de déluge, les plus près de l'eau meurent d'abord, et les gens très riches sont comme sur la montagne par rapport aux autres. Ce qui ne veut pas dire qu'ils soient coupables comme le croient certains qui s'imaginent que le fait d'être indemne d'une chose veut dire qu'on en soit la cause.
Avec ce type de raisonnement, tuons d'éventuels gens indemnes de telle ou telle maladie : tant qu'on est dans le n'importe quoi.

Sur un autre plan, les gens intelligents et lucides n'ont pas créé la bêtise ou la folie des autres. Là, je transgresse : je connais quelqu'un qui voudrait que je ne méprise rien ni personne, personne, mais le mépris étant une réaction d'autodéfense type contre qui vous a injustement méprisé d'abord ou type contre ceux qui vont vous tuer, c'est très difficile.
Quelle personne charmante !

Les "résistants" aux vaccins risquent de nous tuer, et je n'ai pas l'intention de mourir ou de laisser mourir en silence quand pour une fois il est si facile d'augmenter substantiellement les chances de survie, de préservation des richesses et des emplois, et enfin de se débarrasser à terme du masque, incomparablement plus pénible qu'une petite piqûre.

On parle de liberté ? Je n'ai pas choisi que les plus faibles meurent ou de me trouver entraîné dans une récession par la faute de saboteurs. Les naufrageurs, ça suffit ! Il y a des gens croyant que si tout s'effondre, ce sera mieux : plus convivial, égalitaire et charmant. Bien sûr que non : totalitarisme ou simple prolétarisation ne donneront rien de bons.
Le nihilisme ça suffit ! Enfin, ces excès donneront peut-être à réfléchir : c'est ce qui se trouve, au fond, dans tout ce qui justifie la souffrance et la mort. Alors qu'il n'y a que dans les étangs que des flots sales jaillissent des lotus.

Wilfrid Druais

"Manifestement Julia Ducournau n'a pas su accomplir le saut entre le bizarre, l'horreur et l'universel". (PB)

Prix du Jury 1965: Kwaidan de l'immense Masaki Kobayashi.

https://www.youtube.com/watch?v=YadApPG8W7Q

Attention ! Chef-d'oeuvre.

Marrananrolles

N'est pas Claude Sautet qui veut...

Le Festival de Cannes, comme les César ou les Victoires qui célèbrent des "artistes" autocentrés qui nous rendent nostalgiques d'une époque guère lointaine, sont le miroir de notre décadence.

Rendez-nous Romy Schneider, Noiret, Gabin, Bourvil, Signoret et tant d'autres... Eux au moins avaient de la classe et du talent...

F68.10

@ Achille
"Voilà enfin un billet fédérateur. Les contributeurs de ce blog, toutes tendances confondues, sont d’accord pour dire que ce festival a perdu son âme des années 60."

Personnellement, je ne me suis pas intéressé à ce festival. Mais ayant un culte prononcé des navets, les meilleurs étant les navets particulièrement involontaires ou particulièrement volontaires, je me réjouis que le festival de Cannes récompense, me dit-on, un navet. De ce que j'en lis, cela ressemble à du Gaspar Noé en particulièrement raté.

Avec un peu de chance, je le classerai, quand je le verrai, dans ma liste des navets cultes. J'espère ne pas être déçu ! Monsieur Bilger m'a en effet mis l'eau à la bouche...

Achille

Voilà enfin un billet fédérateur. Les contributeurs de ce blog, toutes tendances confondues, sont d’accord pour dire que ce festival a perdu son âme des années 60. Les stars d’aujourd’hui ne font plus rêver le public.
Les films primés font un bide retentissant dans les salles obscures.
Les gens préfèrent aller revoir un bon vieux western spaghetti de Sergio Leone ou encore une rediffusion du gendarme de Saint-Tropez avec Louis de Funès et Michel Galabru.
Plus personne ne veut se prendre la tête avec des histoires de tordus, débouchant sur une morale dévoyée où les méchants passent pour les victimes "du système".
Rien de bien étonnant à cela.

Exilé

Le Festival de Cannes : amateurisme ridicule et monstrueux...

Faut-il comprendre que, dans ce domaine comme dans d'autres dont l'actualité nous sature, la France est devenue folle ?

François Klausmann

"Manifestement Julia Ducournau n'a pas su accomplir le saut entre le bizarre, l'horreur et l'universel." Très bien dit.

N'est pas Cronenberg (Dead Ringers), Lynch (Elephant Man) ou Tod Browning (Freaks) qui veut.

Claude Luçon

Qui prétend qu'il n'y a plus d'élévateur social en France ?
À Cannes on passe du statut de saltimbanque à celui de célébrité en un tour de manivelle sans même avoir fait Sciences Po !

Patrice Charoulet

On le sait, le dernier livre de Flaubert, « Bouvard et Pécuchet », publié en 1881, est inachevé. Le mort de l'auteur en est la cause. Il y consacra les dix dernières années de sa vie, en lisant environ 1 500 livres pour alimenter la dizaine de chapitres de son livre. Ses deux personnages se consacrent tour à tour à la chimie, l'agriculture, l'archéologie, la philosophie, l'histoire, la religion... Tout échoue et tout les déçoit. C'est un livre extrêmement drôle.

Si vous n'avez jamais lu ce livre, que vous le trouvez dans une bibliothèque municipale et que vous n'avez que le temps de lire un chapitre, je vous recommande le chapitre 9, qui est consacré aux excursions (incursions ?) des deux « bonshommes » (terme de Flaubert) dans le domaine religieux.
Si Flaubert a bien lu 1 500 livres, on peut supposer qu'il a lu 150 livres religieux (connus ou moins connus) pour traiter les divers problèmes, les divers dogmes qui sont abordés successivement.

Vous pouvez aussi lire tout le livre.
Lire Flaubert est un régal.

Michel Deluré

Ce serait perdre son temps que de disserter sur cette pantalonnade offerte par une soi-disant élite imbue de ses prétendues qualités artistiques et qui entend nous dispenser au travers de celles-ci un intellectualisme abscons.

genau

Comme d'hab quoi.
Ça vaut peut-être quand même mieux que La Loi du Seigneur de Wyler avec Gary Cooper en... je n'en sais rien et je m'en tape. Mais c'est peut-être faux, mal rappelé, bof, cinéma.

À ce propos, j'ai écouté l'autre soir "Les Noces...", hilarant et bien interprété, mais des audaces grivoises. Le ruban de la comtesse devient sa petite culotte... Bon d'accord, mais bof, c'était quand même Mozart.

GERARD R.

Notez que le parallèle du Festival de Cannes avec la politique, c'est, non seulement d'être totalement hermétique aux critiques des gens, mais de faire pire à chaque fois.

Depuis « Emmanuelle » ou « Histoire d'O » (je ne sais plus) je n'ai plus mis un pied dans une salle obscure. C'est à dire, depuis l'époque où j'ai compris que pour vendre ces navets soporifiques, les radios FM étaient obligées de « dégueuler » 24 heures sur 24, déjà à l'époque, combien c'étaient des chefs-d’œuvre géniaux, alors qu'ils ne reflétaient bien souvent que la névrose de l'auteur, du réalisateur ou des deux. J'avais juré qu'on ne m'y reprendrait plus.

Avec l'ère du Net, je sélectionne rigoureusement les films que je regarde. Je les visionne intégralement ou pas, d'abord en streaming et s'ils me plaisent, je les télécharge - le tout gratuitement, bien sûr - à destination de ma vidéothèque. Et à ceux qui pourraient me traiter de malhonnête ou de voleur, je pose la question suivante : « Qui est voleur ? Celui qui télécharge illégalement ou ceux qui vendent légalement, jusque 25 €, une m*rd* comme : (mais il y en a d'autres) « Maman, j'ai raté l'avion » ?

En outre, n'oubliez pas le pognon de dingue que pompe au contribuable le monde de la soi-disant culture. Combien de fois pensent-ils que je serais disposé à payer, pour voir un film qui huit fois sur dix, s'avère excrémentiel, mal adapté, polluant en termes de propagandes sociétales, donc politiques ou simplement barbant ?? Alors que la propagande hollywoodienne persiste à nous assurer que le cinéma, c'est avant tout le rêve...

Claude Luçon

À entendre les médias leur donner du "célébrité" 365 jours par an 24 heures par jour ils ont fini par le croire !
À quand un sondage ?
Le moment est venu de créer un Festival du pékin ordinaire !

hameau dans les nuages

Et tout cela sans masques ni barrières sanitaires réservés aux gueux.
C'est le Berlin de 1920.
Cela a très mal fini.

Giuseppe

J'adôôôre les portraits du Volatile, dont celui à l'acide chlorhydrique de Marion Cotillard dont son dernier combat pour la planète est de ne plus manger de Nutella... Une perruche de plus dans ce monde d'artistes ou de sportifs qui se sentent investis d'une mission surnaturelle : le Nutella pour les uns, le genou à terre pour les autres, dont un qui se moquait misérablement des Japonais, alors qu'il nous abreuve de leçons de maintien, il ferait mieux d'être meilleur ballon au pied, gagner la Coupe d' Europe... C'est moins facile.

Et en venir à la critique du film Titane, nul, qui fond comme du beurre au soleil, et encore, du mauvais beurre, même pas de la margarine.
On est loin des Pasolini, Ferreri, Rosselini, Ettore Scola et la dernière scène d'Affreux, sales et méchants, elle, titanesque (Brutti, sporchi e cattivi).

Pas besoin d'effets spéciaux, la classe à l'état pur, bien sûr pour le plaisir Sergio Leone qui a effacé d'un trait de pellicule l'imagerie de l'enfance des cow-boys et des Indiens de John Wayne... Une page était tournée.

Metsys

Il est certain que Julia Ducournau n'est pas David Lynch, que le festival de Cannes est mort en 1968 et le cinéma en 1983. Deux de ces trois axiomes sont dus à Godard. Bien que ses films soient chiants et qu'il ait été le plus con des Suisses pro-chinois, Jean Yanne a tourné dans Week-end et comme ce dernier, JLG n'a jamais été primé à Cannes...

stephane

Autant quand Philippe semble faire la promotion de l'extrême droite il m'en éloigne, autant là il met ma curiosité à rude épreuve ; quel est ce navet ?
Billet très bien écrit qui va certainement drainer davantage de curieux que si cela avait été une critique élogieuse.
En même temps Philippe n'a jamais eu beaucoup de chances avec ceux qu'il admire.

Robert

Cela fait longtemps que le Festival de Cannes a sombré dans une décrépitude telle que c'est perdre son temps que d'en regarder le palmarès.

Quant à Titane, c'est "Titan" ou "Titanic" ? Dans les deux cas, le "e", pourtant symbole du féminin dans notre langue, ne s'impose pas...

Ex abrupto

Jean Yanne ne disait-il pas que pour être sélectionné au festival de Cannes il faut faire chiant...

caroff

Je crois que la Palme d'or va faire l'unanimité, ou presque, contre elle.
J'ai bien aimé le commentaire d'un critique belge, Hugues Dayez, "comme si Luc Besson avait triomphé devant Ingmar Bergman" en comparant ce navet gore avec le très beau film de l'iranien Asghar Farhadi qui n'a eu que le Grand prix du jury.

https://www.rtbf.be/culture/cinema/festivaldecannes/detail_les-critiques-d-hugues-dayez-a-cannes-titane-palme-d-or-le-desolant-triomphe-du-cinema-creux-et-tape-a-l-il?id=10806776&fbclid=IwAR0uHCLjgDyRaQxy09YqxWvADvSG5CYNAT9YXFmsDf5LJNVP_rMYLCYSq1Y

Les organisateurs avaient choisi Spike Lee plus connu pour ses frasques racialistes que pour sa contribution au septième art, ils en ont donc eu pour leur argent. Provoquer pour faire le buzz et contenter le microcosme du cinéma en méprisant le spectateur, telle est l'actuelle équation cannoise !

Jérôme

Bonjour Philippe,

Il faut bien dire qu'un film sans Jason Statham ou Ze Rock voire Suzy la ventouse ou Pamela boum boum n'a pas grand intérêt.
En littérature Hermann Hesse disait qu'il n'y avait pas un livre sur mille qui donne l'impression que ce sont les personnages qui parlent et pas l'auteur.
J'ai l'impression qu'il en va de même pour toutes les formes d'art.
L'émotion première est maintenant balayée au profit de la connaissance de l'auteur, de ce qu'il a voulu dire, aurait voulu dire, de la connaissance de sa vie intime qui permettra de comprendre l'insondable narcissisme qui l'étreint. Trois pots de yaourts collés sur une toile agrémentés d'un étron et de deux rouleaux de PQ feront passer l'immonde croûte au rang de chef-d'œuvre pour peu que le père du gribouille l'ait obligé à manger le gras de sa viande quand il était petit.
On s'en fiche.

"L'art, c'est la contemplation du monde en état de grâce". H.Hesse
Pas de son nombril ou de celui de ses amis.

Bon, honnêtement je ne suis pas cinéphile pour deux ronds, un bon "Le cave se rebiffe" diffusé pour la 1894e fois m'enchantera toujours alors que je zapperai dès les premières images de Cria cuervos ou Cris et chuchotements.
Rire, s'émouvoir, se laisser porter par l'histoire est trop rarement possible.
Du feel good, de la poésie, du rire débridé, de l'action, quelques boulards pour les retours de jouvence. Le cinéma ce n'est pas Critique de la raison pure.

Quant aux présentateurs, ils sont tellement imbus d'eux-mêmes, se pensant au-dessus de ce qu'ils présentent, qu'ils en arrivent à faire des émissions dont le sujet est... leur présentation. Voir les César.
Very interesting.

Isabelle

Je n'ai rien suivi de cette cérémonie !
Même plus envie d'aller voir les acteurs français.
Ridicule amateurisme, c'est dans l'air du temps !

anne-marie marson

"J'avais commencé à m'inquiéter en entendant le propos de remerciement de Julia Ducournau." (PB)

Oui, c'est encore pire que ce que je pensais.
C'était un poulailler d'actrices vieillissantes et figées dans le botox.
Le cirque était présidé par Spike Lee "premier acteur noir a présider le festival de Cannes", et composé "d'une majorité de femmes".

Il fallait récompenser une femme, même nullissime.

Tipaza

D’où l’on peut conclure que ce Titane n’était qu’un vulgaire fer-blanc et qu’il va rouiller très vite.
Alors que le mâle blanc, hétéro et vacciné (of course) durera bien plus longtemps !

Vite, retour à l’éternité du western avec un classique parmi les classiques de John Ford, avec John Wayne : She Wore a Yellow Ribbon.

C’est quand même mieux qu’une plaque de titane, et surtout la symbolique est tellement plus agréable. Les amateurs de westerns me comprendront !

Achille

Cela fait bien longtemps que je ne m’intéresse plus au cérémonial du festival de Cannes qui confine au ridicule.
Ce bal des Narcisse persuadés qu’ils font partie de l’élite intellectuelle de notre pays et même du monde, eux qui se retrouvent dans les palaces luxueux de la ville, vont se goinfrer dans les restaurants huppés de la Côte d’Azur, ceci avec les généreuses subventions de l’Etat.
Ce qui n’empêche nullement ces phares de la pensée de cracher dans la soupe en défendant les classes laborieuses qu’en fait ils méprisent souverainement.

Restent toutefois quelques stars vieillissantes qui ont la décence de reconnaître que leur statut privilégié, elles ne le doivent pas à leur seul talent mais surtout au public qui paie sa place pour aller voir leurs films.

Que dire encore de ces metteurs en scène qui choisissent des thèmes de plus en plus tarabiscotés, voire morbides. Comme ceux qui ont été présentés cette année :
- les Gilets jaunes dont l’acteur principal s’est distingué pendant les quelques minutes où il a eu le micro pour tenir des propos insultants envers le chef de l’Etat. À noter que ce film n’a obtenu aucun prix, ce qui n’est que justice.
- un tueur fou qui a quand même valu le prix d’interprétation masculine à Caleb Landry Jones, acteur américain dont je découvre le nom.
- la Palme revenant, sans mauvais jeu de mots, à Julia Ducournau pour son film Titane. Une sorte de remake de L’Éloge de la folie, mais sans le génie d’Erasme évidemment.

Que dire aussi de la cérémonie des César et aussi celle des Molière où des comédiens et comédiennes se distinguent par leurs propos vulgaires et leur comportement incongru.
Le cinéma est un art noble, encore faudrait-il qu’il soit représenté par des créateurs et des artistes de talent. On attend la relève avec impatience. Un peu d’ailleurs comme en politique où là aussi c’est la déroute totale.
Nous vivons une époque de fin de règne !

vamonos

La caste de l'industrie cinématographique a réussi à produire quelques beaux navets, horribles à souhait, sources de polémiques si possible sans fin.
Titane restera dans la liste des films que je ne regarderai pas. M. Bilger et des journalistes l'ont vu, ont fait un compte rendu, c'est suffisant pour moi. Il n'est pas surprenant que Vincent Lindon affirme n'avoir rien compris au film. On lui dit d'adopter un mec, il accepte. On lui dit de jouer le pompier, c'est d'accord. On lui dit qu'il doit aider une femme à accoucher. Pas de souci. Mais à la fin, il faudrait admettre que tout cela tient ensemble. Même avec de la drogue et de la moraline cela ne colle pas.

Patrice Charoulet

Je n'ai pas vu la cérémonie. Je n'ai vu que la tenue carnavalesque du président du jury : quelle honte !
J'ai horreur des films d'horreur. Vous l'avez vu. Ce que vous en dites ne m'inciterait pas à dépenser un centime pour aller voir ça.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS